Faits marquants Laboratoire Collisions Agrégats Réactivité

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Faits marquants Laboratoire Collisions Agrégats Réactivité"

Transcription

1 1 Faits marquants Laboratoire Collisions Agrégats Réactivité J. Billy & M. Büchner Interaction laser-matière Structure et dynamique moléculaire Atomes froids Coord: D. Guéry-Odelin Interférométrie Coord: A. Gauguet Femto Coord: B. Chatel Ions-matière Agrégats Coord: P. Moretto-Capelle Coord: JM. L hermite Théorie Coord: C. Meier

2 Interaction laser-matière 1: optique atomique Interférométrie atomique présentation M. Büchner Atomes froids propagation d ondes atomiques ultra-froides guidées optique atomique, chaos Collaboration LPT Beam splitter atomique en configuration guidée G. Gattobigio et al, PRL 109, (2012) Réalisation d une cavité atomique P. Cheiney et al. EPL 103, (2013) experiment simulation

3 log(counts) (a.u.) Interaction laser-matière 2: dynamique ultra-rapide Femto Développement de sources laser femtosecondes Interaction en champ fort d impulsions laser fs avec des nanopointes Collaboration CEMES, LPT Photoémission au dessus du seuil (ATP) Interaction avec des nanopointes de tungstène Etude de l émission de photoélectrons en champ fort (I laser > W/cm²) photons 4 photons 5 photons M. Bionta et al. J. Mod. Opt (2014) 2 1 Travail de sortie W : 4,5 ev Energie d un photon : 1,55 ev Energy (ev)

4 Temperature (K) Physique Moléculaire Agrégats Collage et fragmentation d agrégats d eau Collaboration LCPQ Nanocalorimétrie d agrégats d eau: mesure des températures de transition solide-liquide J. Boulon et al. J. Chem Phys. 140, (2014) (H 2 O) n H + : this work : Schmidt et al (H 2 O) n-1 OH - : this work (H 2 O) n - : Hock et al Ions-Matière Collisions d électrons/protons/photons X avec des molécules/nanoparticules Interaction coronène C 24 H 10 / proton Mesure du taux de production de H 2 moléculaire par fragmentation Vent stellaire (kev) H + H 2 J.-P. Champeaux et al., MNRAS 441, (2014) Nébuleuse du Rectangle Rouge Coronène

5 Théorie Modèles quantiques pour décrire des dynamiques d interaction entre des systèmes atomiques/moléculaires et un environnement (pulse de lumière, surface) Applications : plasmas, astrophysique, génération d harmoniques, dynamique des réactions de transfert de charges, dynamique dissipative dans les systèmes d intérêt biologique, dynamique excitonique dans des nanostructures, superfluidité dans des nanogouttes d hélium dopées Interactions hydrogène-surface H Collaboration LPT, LCPQ, CEMES, Laplace, IRAP Probabilité de collage par physisorption d atomes d hydrogène sur graphène en fonction de l énergie de collision B. Lepetit & B. Jackson, PRL 107, (2011) Central CH group Dynamique dans des clathrates Structure d eau solide stabilisée par la présence d une molécule hôte R. Franklin-Mergarejo et al. J. Phys. Chem. A, 115, 5983 (2011)

6 Battements d ondes atomiques LCAR/IRSAMC Université de Toulouse III et CNRS UMR 5589, Toulouse Boris Decamps Jonathan Gillot Gilles Dolfo Matthias Büchner Alexandre Gauguet Jacques Vigué

7 Interféromètres à géométrie Mach-Zehnder Optique Source atomique Atomique Réseaux diffractants Séparatrice Miroir Séparatrice h mv debroglie 54 pm Introduction d une perturbation sur un seul bras observation d un déphasage et l atténuation de l onde transmise mesure de deux phases topologiques (PRL 109, ; PRL 111, ) He-McKellar-Wilkens et Aharonov-Casher (EPJD ) (HMW: seminaire «flash» (NEXT days 2013) application d une perturbation périodique en temps battement d ondes atomiques bandes latérales atomiques superposition des états de mouvement

8 Application d un champ oscillant Lithium Fentes de collimation Ondes stationnaires laser Fente de détection Forte collimation du jet atomique Un seul état quantique interne Onde atomique séparée: Dx 100 µm 30 µm M 1 M 2 M 3 0,6m 0,6m x Signal (c/s) 45k 40k 35k 30k 25k 20k 15k 10k 5k 0 0,0 335,5 671,0 1006,5 1342,0 x - position du miroir M 3 (nm) I=I 0 [1+V cos( miroir )] Visibilité V = % Flux moyen I 0 = c/s

9 Application d un champ oscillant E (t) I=I 0 [1+V cos( miroir+ pert )] a: la polarisabilité électrique

10 Application d un champ oscillant E u (t) V u (t) E l (t) L= 50 mm V l (t) Configuration: «Pockels»

11 Application d une tension oscillante Application d une tension osc. à n= 21 Hz (durée 13 s) n= 43 Hz Temps: X 10

12 Radio Toulouse PM Radio Toulouse PM à 54 pm sur onde atomique ) 0,0 335,5 671,0 1006,5 1342,0 x - position du miroir M 3 (nm)

13 Battements d ondes atomiques V u (t) Dw constant V l (t) V u = Vs + V m cos(wt) V l = Vs + V m cos((w + Dw) t) avec Dw petit w/2p

14 Conclusion, applications (?) Modulation temporaires des phases d onde atomique Observation des battements d ondes atomiques Création de superposition d états de mouvement: k i,, Ω i > (moment d inertie ћk i,, energy ћω i ) p A p k i,, Ω i +p w> (bandes laterales) Détection synchrone avec ondes atomiques (?) augmenter n coupure : appliquer un faisceau laser focalisé (effet Stark dynamique) Bit 1: pert -p/2 Fax atomique Original Faxed Bit 0 Bit 1 Bit 0 335,5 671,0 1006,5 1342,0 - position du miroir M 3 (nm) P.A.Böckstiegel 1917/1918

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion Dynamique des lasers. Lasers en impulsion A. Evolutions couplées atomesphotons Rappel: gain laser en régime stationnaire Equations couplées atomes-rayonnement Facteur * Elimination adiabatique de l inversion

Plus en détail

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via www.oca.eu/fmillour

Plus en détail

Organisation spontanée d agrégats de Platine et de Cobalt Platine sur graphite.

Organisation spontanée d agrégats de Platine et de Cobalt Platine sur graphite. Organisation spontanée d agrégats de Platine et de Cobalt Platine sur graphite. L. Bardotti, D. Taïnoff, F. Tournus, P. Mélinon, N. Blanc et V. Dupuis Laboratoire de Physique de la Matière Condensée et

Plus en détail

Les Technologies Laser à l INO

Les Technologies Laser à l INO Les Technologies Laser à l INO Antoine Proulx, Mathieu Drolet, Yves Taillon, Pierre Galarneau Institut National d Optique (INO) 50 e anniversaire du laser École de Technologie Supérieure Vendredi, le 14

Plus en détail

Les lasers : quoi, comment, pourquoi?

Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Thierry Lahaye LCAR, UMR 5589 du CNRS, Toulouse Délégation régionale du CNRS 8 novembre 2010 Il y a 50 ans naissait le laser 16 mai 1960, Theodor Maiman (Hughes Research

Plus en détail

TRAVAILLER SUR ALISE :

TRAVAILLER SUR ALISE : ALISE : UN LASER DE PUISSANCE Alisé (Activité Laser ImpulSionnel pour les Etudes) est un laser de puissance d énergie 100 à 200 Joules. Véritable outil de laboratoire évolutif, Alisé conserve ses caractéristiques

Plus en détail

Cadrans diffractifs. Yvan Terés. LAUSANNETEC 24 mai 2012. HE-ARC Ingénierie Hôtel-de-Ville 7 CH-2400 Le Locle

Cadrans diffractifs. Yvan Terés. LAUSANNETEC 24 mai 2012. HE-ARC Ingénierie Hôtel-de-Ville 7 CH-2400 Le Locle Cadrans diffractifs Yvan Terés HE-ARC Ingénierie Hôtel-de-Ville 7 CH-2400 Le Locle LAUSANNETEC 24 mai 2012 Plan Introduction Principe utilisé Fabrication des cadrans Prototypes réalisés Limites et perspectives

Plus en détail

IRSAMC FR 2568 Laboratoire Collisions Agrégats Réactivité

IRSAMC FR 2568 Laboratoire Collisions Agrégats Réactivité IRSAMC FR 2568 Laboratoire Collisions Agrégats Réactivité UMR 5589 (CNRS - Université de Toulouse 3) Compte rendu du Conseil de Laboratoire (CDL) du 06 octobre 2011 Président du CDL membre de droit Présent

Plus en détail

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction C. Fabre fabre@spectro.jussieu.fr rdres de grandeur - échelle terrestre : d 7 10 m 25 10 Kg - échelle terrestre : d 7 10

Plus en détail

Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 2013. Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques

Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 2013. Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 213 Activités et projets Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques Les groupes identifiés Bordeaux, Réseau Aquitain sur les Matériaux

Plus en détail

S 5 : Introduction au monde quantique

S 5 : Introduction au monde quantique : PCSI 2015 2016 I Confrontation entre la mécanique classique et l epérience 1. Mécanique classique Vers la fin du XIX e siècle et le début du XX e, les physiciens utilisent la mécanique (Newton) et l

Plus en détail

Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons

Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons Serge Haroche Collège de France et Ecole Normale Supérieure, Paris 2 Mars 2010: Atomes et Lumière Puissance et étrangeté du quantique 16 Mars

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - III

Les LASERS et leurs applications - III Les LASERS et leurs applications - III Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

Mesures à la limite quantique

Mesures à la limite quantique Mesures à la limite quantique ~ 3 ème ème cours ~ A. Heidmann Laboratoire Kastler Brossel Plan du troisième cours Mesures en continu, mesure de position Mesures en continu théorie de la photodétection

Plus en détail

«L Expérience de Franck et Hertz : Un regard sur l infiniment petit»

«L Expérience de Franck et Hertz : Un regard sur l infiniment petit» «L Expérience de Franck et Hertz : Un regard sur l infiniment petit» Pr Smain BALASKA Laboratoire de Physique Théorique d Oran Département de Physique, Faculté des Sciences Exactes & Appliquées, Université

Plus en détail

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE 41 VI-1- INTRODUCTION Les sources lasers ont bouleversé les méthodes et les possibilités de la spectroscopie: leurs très grande monochromaticité a permis de résoudre des

Plus en détail

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Laser à Cascade Quantique étudié par spectroscopie THz ultrarapide, et génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Présentation : Simon SAWALLICH Date : Mercredi 14/04/2008

Plus en détail

Optique non linéaire et applications

Optique non linéaire et applications Optique non linéaire et applications Plan Origine des non linéarités Conjugaison de phase Bistabilité optique Optique "linéaire" I in, ω I out = I in e -αl, ω Même fréquence de sortie αne dépend pas de

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

TABLES DES MATIÈRES DE LIVRES. Partie I Vibrations et mouvement ondulatoire... 1

TABLES DES MATIÈRES DE LIVRES. Partie I Vibrations et mouvement ondulatoire... 1 Références TABLES DES MATIÈRES DE LIVRES SERWAY, Raymond A. (1992). Physique III : optique et physique moderne, 3 e édition, Laval, Éditions Études Vivantes, 760 p. Table des matières Partie I Vibrations

Plus en détail

E= h.ν et. Constante réduite de Planck : h= h 10 34 J.s. Dualité onde-corpuscule. Pour la lumière

E= h.ν et. Constante réduite de Planck : h= h 10 34 J.s. Dualité onde-corpuscule. Pour la lumière Dualité onde-corpuscule Pour la lumière Constante réduite de Planck : h= h 10 34 J.s E. Ouvrard (PC Lycée Dupuy de Lôme) Mécanique quantique 1 / 8 Au XVII e siècle, deux écoles s affrontent afin de modéliser

Plus en détail

Cours de révision MASC

Cours de révision MASC Cours de révision MASC 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Diffusion élastique Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement Caractéristiques (énergie,

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - V

Les LASERS et leurs applications - V Les LASERS et leurs applications - V Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Lasers Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

TD : Introduction au monde quantique

TD : Introduction au monde quantique TD : Introduction au monde quantique Questions de cours SP6-Q1 Comment s appelle le quanton associée à la lumière? Quelle est la relation (dite de Planck-Einstein) entre l énergie et la fréquence de ce

Plus en détail

Combinaison cohérente de fibres amplificatrices

Combinaison cohérente de fibres amplificatrices Combinaison cohérente de fibres amplificatrices C. Bellanger, A. Brignon, J. Colineau, JP. Huignard Thales Research & Technology Laboratoire Photonique Avancée Research & Technology Motivations Sources

Plus en détail

Phénomènes vibratoires et optique

Phénomènes vibratoires et optique Travaux dirigés Phénomènes vibratoires et optique K. F. Ren L3 IUP ME 2015 1 Oscillations 1.1 Etude d un oscillateur harmonique Un oscillateur harmonique est décrit par l équation : u(t) = 0, 4 cos(5πt

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

Contrôle dynamique de la surface d onde du «LULI2000»

Contrôle dynamique de la surface d onde du «LULI2000» Contrôle dynamique de la surface d onde du «LULI2000» Ji-Ping Zou, Anne-Marie Sautivet, Luc Martin, Christian Sauteret Laboratoire pour l Utilisation des Lasers Intenses (LULI), Unité Mixte Ecole Polytechnique-

Plus en détail

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures ÉCOE POYTECHNIQUE Promotion 2009 CONTRÔE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 undi 12 juillet 2010, durée : 2 heures Documents autorisés : cours, recueil de problèmes, copies des diapositives, notes de PC Indiquer

Plus en détail

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques.

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Notions et contenus : Transferts quantiques d énergie Émission et absorption quantiques.

Plus en détail

PHYSQ 124 LEC A1 : Particules et ondes Examen final Automne 2011. Nom SOLUTIONS. Numéro de l étudiant.e

PHYSQ 124 LEC A1 : Particules et ondes Examen final Automne 2011. Nom SOLUTIONS. Numéro de l étudiant.e PHYSQ 124 LEC A1 : Particules et ondes Examen final Automne 2011 Nom SOLUTIONS Numéro de l étudiant.e Professeur Marc de Montigny Horaire Vendredi, 16 décembre 2011, de 9 h à midi Lieu Gymnase du Campus

Plus en détail

Accélérateurs à Plasma-Laser : Principe et Applications

Accélérateurs à Plasma-Laser : Principe et Applications Palaiseau - FRANCE Accélérateurs à Plasma-Laser : Principe et Applications Victor Malka Laboratoire d Optique Appliquée, ENSTA-Ecole Polytechnique-CNRS, LOA/ENSTA, 91761 Palaiseau, FRANCE Collaborateurs

Plus en détail

Couches minces optiques sous flux laser intense. L. Gallais Maître de Conférences à l'ecole Centrale Marseille laurent.gallais@fresnel.

Couches minces optiques sous flux laser intense. L. Gallais Maître de Conférences à l'ecole Centrale Marseille laurent.gallais@fresnel. Couches minces optiques sous flux laser intense L. Gallais Maître de Conférences à l'ecole Centrale Marseille laurent.gallais@fresnel.fr Plan de l'exposé Introduction La problématique de l'endommagement

Plus en détail

Vers l optique à ultra-haute intensité :

Vers l optique à ultra-haute intensité : Vers l optique à ultra-haute intensité : l exemple des miroirs plasmas Fabien Quéré (fabien.quéré@cea.fr) et Philippe Martin DSM/IRAMIS, Service des Photons, Atomes et Molécules, CEA/Saclay, 91191 Gif-sur-Yvette

Plus en détail

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement E 3 E 3 E 3 émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement doc.1 : amplification du rayonnement par émission stimulée dans un milieu actif Milieu doc.2 : schéma de principe

Plus en détail

Cours n 4 : Du LASER continu au LASER femtoseconde

Cours n 4 : Du LASER continu au LASER femtoseconde Cours n 4 : Du LASER continu au LASER femtoseconde Manuel Joffre www.enseignement.polytechnique.fr/profs/physique/manuel.joffre/dea/ Le LASER : un oscillateur optique Bouclage Amplification Amplification

Plus en détail

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS Production d impulsions d laser nanosecondes en régime déclenché Directeur de Recherche au CNRS Responsable de l Équipe Lasers Solides et Applications (ELSA)

Plus en détail

Microscopie à force atomique. (Atomic Force Microscopy, AFM)

Microscopie à force atomique. (Atomic Force Microscopy, AFM) Microscopie à force atomique (Atomic Force Microscopy, AFM) Introduction Résolution en microscopie classique La résolution est limitée par la diffraction par le diaphragme d ouverture. L image d un point

Plus en détail

«EPMT», Lausanne Mai 2011. Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre

«EPMT», Lausanne Mai 2011. Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre «EPMT», Lausanne Mai 2011 Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre David Naman LASAG AG C.F.L. Lohnerstrasse 24 CH-3602 Thun Suisse Tel.: +41 33 227 45 45 david.naman@lasag.ch Sommaire Introduction

Plus en détail

De la diffraction sur poudre a l'etude de nano-structures uniques de semi-conducteurs Vincent Favre-Nicolin

De la diffraction sur poudre a l'etude de nano-structures uniques de semi-conducteurs Vincent Favre-Nicolin De la diffraction sur poudre a l'etude de nano-structures uniques de semi-conducteurs Vincent Favre-Nicolin CEA/INAC/SP2M & Université Grenoble-Alpes, France Institut Universitaire de France Piliers de

Plus en détail

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Scanner X Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Intervenant: F. Rousseau Les rayonsx Production des rayonsx Interaction avec la matière Détectiondes rayonsx Les scanners X

Plus en détail

PROPAGATION NON-LINEAIRE D IMPULSIONS LASER ULTRA- COURTES DANS LES MILIEUX TRANSPARENTS

PROPAGATION NON-LINEAIRE D IMPULSIONS LASER ULTRA- COURTES DANS LES MILIEUX TRANSPARENTS PROPAGATION NON-LINEAIRE D IMPULSIONS LASER ULTRA- COURTES DANS LES MILIEUX TRANSPARENTS Antoine Vinçotte DPTA/SPPE/LIRM Ecole doctorale de Mathématiques et d Informatique LASER FEMTOSECONDE 1 ères expériences

Plus en détail

Avant-propos. Les auteurs. Partie I Signaux physiques 1

Avant-propos. Les auteurs. Partie I Signaux physiques 1 Avant-propos v Les auteurs vii Partie I Signaux physiques 1 1 Oscillateur harmonique 3 I Introduction, définitions.......................... 3 I.1 Exemple............................... 3 I.2 Caractérisation

Plus en détail

Conditions de piégeage d une particule dans un piège optique. Cas d un piège à un faisceau focalisé

Conditions de piégeage d une particule dans un piège optique. Cas d un piège à un faisceau focalisé Conditions de piégeage d une particule dans un piège optique Cas d un piège à un faisceau focalisé Faisceau laser z 0 r Faisceau laser z Faisceau gaussien TEM 00 θ z R r w 0 z Faisceau gaussien TEM 00

Plus en détail

L EFFET PHOTOÉLECTRIQUE LA DÉTERMINATION DE LA CONSTANTE DE PLANCK

L EFFET PHOTOÉLECTRIQUE LA DÉTERMINATION DE LA CONSTANTE DE PLANCK L EFFET PHOTOÉLECTRIQUE LA DÉTERMINATION DE LA CONSTANTE DE PLANCK 1. Le but de l expérience L étude de l effet photoélectrique externe et le calcul de la constante de Planck( h ). 2. Considérations théoriques

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

Mesure non perturbatrice ULB de champs électriques par effet Pöckels

Mesure non perturbatrice ULB de champs électriques par effet Pöckels Mesure non perturbatrice ULB de champs électriques par effet Pöckels L. Duvillaret1,2,G. Gaborit1,2, M. Bernier1, A. Warezecha1 1 IMEP-LAHC / UMR CNRS n 5130 / Minatec-INPG / Grenoble 2 Kapteos / Savoie

Plus en détail

Laboratoire Collisions Agrégats Réactivité Université Toulouse 3 Paul Sabatier CNRS UMR 5589. Rapport d activité 2009-2014

Laboratoire Collisions Agrégats Réactivité Université Toulouse 3 Paul Sabatier CNRS UMR 5589. Rapport d activité 2009-2014 IRSAMC - LCAR LABORATOIRE COLLISIONS AGREGATS REACTIVITES UMR 5589 (CNRS-Université Toulouse III) Laboratoire Collisions Agrégats Réactivité Université Toulouse 3 Paul Sabatier CNRS UMR 5589 Rapport d

Plus en détail

Contact intermittent (AM-AFM) Courbes approche-retrait. Matthieu George

Contact intermittent (AM-AFM) Courbes approche-retrait. Matthieu George Contact intermittent (AM-AFM) Courbes approche-retrait Matthieu George Forum des Microscopies à Sonde Locale Ecully 2011 Références Les Microscopies de Force, C. Fretigny Microscopie de Force Dynamique,

Plus en détail

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS Pr. S.SECK GASSAMA INTRODUCTION La terre et les êtres vivants qui la peuplent sont exposés de façon continue ou discontinue à différents types de rayonnements. Pour comprendre

Plus en détail

LCAR -IRSAMC Laboratoire Collisions Agrégats Réactivité. Compte rendu du Conseil de Laboratoire (CDL) du 11 juin 2013

LCAR -IRSAMC Laboratoire Collisions Agrégats Réactivité. Compte rendu du Conseil de Laboratoire (CDL) du 11 juin 2013 LCAR -IRSAMC Laboratoire Collisions Agrégats Réactivité UMR 5589 (CNRS - Université de Toulouse 3) Compte rendu du Conseil de Laboratoire (CDL) du 11 juin 2013 Président du CDL membre de droit Présent

Plus en détail

Optimisation du gain du Laser à électrons Libres CLIO à l aide de la ligne de transport du faisceau d électrons

Optimisation du gain du Laser à électrons Libres CLIO à l aide de la ligne de transport du faisceau d électrons Optimisation du gain du Laser à électrons Libres CLIO à l aide de la ligne de transport du faisceau d électrons Cyril Rippon François Glotin, J.M. Ortega et Rui Prazeres LURE / CLIO (Centre Laser Infrarouge

Plus en détail

Technologies des réseaux tout optique

Technologies des réseaux tout optique École Nationale des Sciences Appliquées Tétouan- Génie des Systèmes de Télécommunications et Réseaux GSTR3 Module: Complément Télécoms Technologies des réseaux tout optique Pr. Mounir Arioua m.arioua@ieee.org

Plus en détail

Méthodes de Cryptographie en Physique Quantique et Physique du Chaos

Méthodes de Cryptographie en Physique Quantique et Physique du Chaos Méthodes de Cryptographie en Physique Quantique et Physique du Chaos Laurent Larger, Jean-Marc Merolla et Jean-Pierre Goedgebuer Metz (CNRS / UFC Besançon / GIT Atlanta) UMR FEMTO-ST 6174, Université de

Plus en détail

SP6 Introduction au monde quantique

SP6 Introduction au monde quantique SP6 Introduction au monde quantique I Concepts initiau de la physique quantique I.1 Apparition de la notion d objet physique I.2 Objet physique, limite relativiste et approimation newtonienne I.3 Objet

Plus en détail

de matériaux hétérogènes

de matériaux hétérogènes Caractérisation et modélisation thermique multi-échelle de matériaux hétérogènes Denis ROCHAIS CEA / Le Ripault Caractérisation et modélisation thermique multi-échelle Point commun à de nombreuses études:

Plus en détail

Rayonnement X ultra-bref de plasmas produits par laser

Rayonnement X ultra-bref de plasmas produits par laser Rayonnement X ultra-bref de plasmas produits par laser En 1895, Wilhelm C. Roentgen publiait son fameux article intitulé «Eine Neue Art von Strahlen» décrivant la découverte des rayons X. Cette avancée,

Plus en détail

Les Frontières du Monde quantique

Les Frontières du Monde quantique Les Frontières du Monde quantique J.M. Raimond Université Pierre et Marie Curie Institut Universitaire de France Laboratoire Kastler Brossel Département de Physique Ecole Normale Supérieure IUF, Lille,

Plus en détail

J. Mater. Environ. Sci. 5 (S2) (2014) 2544-2549 EDE4 Abahazem et al. ISSN : 2028-2508 CODEN: JMESCN. Cedex 9, France

J. Mater. Environ. Sci. 5 (S2) (2014) 2544-2549 EDE4 Abahazem et al. ISSN : 2028-2508 CODEN: JMESCN. Cedex 9, France Etude électrique et spectroscopique de la décharge couronne dans l'air à la pression atmosphérique pour la dépollution des gaz (Electrical and spectroscopic study of corona discharge in air at atmospheric

Plus en détail

Communications Numériques par Fibre Optique

Communications Numériques par Fibre Optique Université Mohammed Premier École Nationale des Sciences Appliquées d Oujda Cours de la 5 ème Année : Cycle d Ingénieurs Module 5M4 Version 1.0 (Septembre 2009) Communications Numériques par Fibre Optique

Plus en détail

G.P. DS 07 6 février 2008

G.P. DS 07 6 février 2008 DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Modulateur optique... 2 I.Interférence à deux ondes...2 II.Étude d une séparatrice...2 III.Interférométre de Mach-Zehnder...

Plus en détail

Cours 2012-2013: Troisième Leçon Intrication, portes quantiques et complémentarité en électrodynamique quantique en cavité

Cours 2012-2013: Troisième Leçon Intrication, portes quantiques et complémentarité en électrodynamique quantique en cavité Physique quantique - 26 Mars 2013 Cours 2012-2013: Troisième Leçon Intrication, portes quantiques et complémentarité en électrodynamique quantique en cavité Nous décrivons aujourd hui les expériences de

Plus en détail

Chimie Physique III. Université de Genève, Science II, Laboratoire 106 Groupe 3. 30 juin 2009

Chimie Physique III. Université de Genève, Science II, Laboratoire 106 Groupe 3. 30 juin 2009 Chimie Physique III Spectroscopie électroniques et vibrationnelles du benzène Daniel Abegg Nicolas Calo Pedro Surriabre Université de Genève, Science II, Laboratoire 6 Groupe 3 3 juin 29 Question Spectre

Plus en détail

Composants photoniques

Composants photoniques Composants photoniques Chapitre 4 : Lasers 4.2. Lasers à semi-conducteurs LASERS à semiconducteurs 4.2.1 Introduction Qu est-ce qu un laser? LASER = Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation

Plus en détail

NAPHO Nano-sources de photons. G. Dujardin, ISMO (Orsay) S. Huant, Institut Néel (Grenoble) B. Masenelli, INSA (Lyon) C. Girard, CEMES (Toulouse)

NAPHO Nano-sources de photons. G. Dujardin, ISMO (Orsay) S. Huant, Institut Néel (Grenoble) B. Masenelli, INSA (Lyon) C. Girard, CEMES (Toulouse) NAPHO Nano-sources de photons G. Dujardin, ISMO (Orsay) S. Huant, Institut Néel (Grenoble) B. Masenelli, INSA (Lyon) C. Girard, CEMES (Toulouse) Journées Nationales Nanosciences et Nanotechnologies 212

Plus en détail

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs TD n 1 : Dopage des semiconducteurs Exercice 1 : Silicium intrinsèque : On s intéresse au Silicium dans cet exercice On considère le semiconducteur intrinsèque 10 3 qui a une densité n i = 10 cm à T=300K

Plus en détail

Optique Adaptative pour les lasers ultra intenses

Optique Adaptative pour les lasers ultra intenses Optique Adaptative pour les lasers ultra intenses Imagine Optic: N. Lefaudeux, X. Levecq Imagine Optic Introduction Optique adaptative et lasers ultra intenses les miroirs déformables mécaniques Optique

Plus en détail

Optique Ondulatoire. UE 32 - Module 3202. Yannick Dumeige

Optique Ondulatoire. UE 32 - Module 3202. Yannick Dumeige Département Mesures Physiques 2 nde année S3 2015-2016 Optique Ondulatoire UE 32 - Module 3202 Yannick Dumeige Volume horaire : 10 h de CM / 15 h de TD yannick.dumeige@univ-rennes1.fr 1/27 Optique Ondulatoire

Plus en détail

Activités et projets de recherche du laboratoire de spectroscopie femtoseconde

Activités et projets de recherche du laboratoire de spectroscopie femtoseconde Activités et projets de recherche du laboratoire de spectroscopie femtoseconde par Denis Morris Département de physique, Université de Sherbrooke Septembre 2014 Activités de recherche en cours Étude des

Plus en détail

Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR)

Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) 1 Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) Pour déterminer la formule développée d une molécule, on peut utiliser diverses méthodes : Des méthodes chimiques

Plus en détail

La spectrométrie infrarouge est l un des outils les plus utilisés pour la caractérisation et l identification des molécules organiques.

La spectrométrie infrarouge est l un des outils les plus utilisés pour la caractérisation et l identification des molécules organiques. 1 Principe La spectrométrie infrarouge est l un des outils les plus utilisés pour la caractérisation et l identification des molécules organiques. La spectrométrie IR est une méthode de caractérisation

Plus en détail

Éléments de correction du TD

Éléments de correction du TD Septembre 011 Éléments de correction du TD Stéphane Blin Introduction Je donne ici les éléments de correction de la question - de la marche de potentiel, ainsi que les éléments de corrections pour les

Plus en détail

LBIR1210. Physique générale (II) 9.0 crédits ECTS 60.0 h + 60.0 h 2q. Enseignants: Maltoni Fabio ; Bertrand Bruno ; Langue d'enseignement: Français

LBIR1210. Physique générale (II) 9.0 crédits ECTS 60.0 h + 60.0 h 2q. Enseignants: Maltoni Fabio ; Bertrand Bruno ; Langue d'enseignement: Français LBIR1210 2016-2017 Physique générale (II) 9.0 crédits ECTS 60.0 h + 60.0 h 2q Enseignants: Maltoni Fabio ; Bertrand Bruno ; Langue d'enseignement: Lieu du cours Français Louvain-la-Neuve Ressources en

Plus en détail

VI. Impulsions ultra-courtes et lumière intense

VI. Impulsions ultra-courtes et lumière intense Chaire de Physique Quantique-Cours 2014-2015 6 ème leçon - 14 Avril 2015 VI. Impulsions ultra-courtes et lumière intense La génération d impulsions intenses femtosecondes de lumière proche IR (ou visible)

Plus en détail

Mésocentre CALMIP, Université de Toulouse/Université Paul Sabatier : différents modèles de participation aux activités de recherche

Mésocentre CALMIP, Université de Toulouse/Université Paul Sabatier : différents modèles de participation aux activités de recherche Mésocentre CALMIP, Université de Toulouse/Université Paul Sabatier : différents modèles de participation aux activités de recherche Nicolas Renon, Ph. D. Responsable Calcul Scientifique (nicolas.renon@univ-tlse3.fr),

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE (XULCR) (Durée : 4 heures)

COMPOSITION DE PHYSIQUE (XULCR) (Durée : 4 heures) ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES CONCOURS D ADMISSION 2014 FILIÈRE MP COMPOSITION DE PHYSIQUE (XULCR) (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices n est pas autorisée pour cette épreuve.

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION 8 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique Organisation des appareils et des systèmes: Bases physiques des méthodes d exploration UE 3A Le domaine de l optique Dr JC DELAUNAY PACES- année 2015/2016 OPTIQUE GEOMETRIQUE Stigmatisme Miroirs Dioptres

Plus en détail

Une expérience de puce à atomes supraconductrice. Cédric Roux 26/04/2007 - Séminaire des doctorants du LKB

Une expérience de puce à atomes supraconductrice. Cédric Roux 26/04/2007 - Séminaire des doctorants du LKB Une expérience de puce à atomes supraconductrice Cédric Roux 26/04/2007 - Séminaire des doctorants du LKB Puces à atomes Les puces à atomes Système : atomes neutres alcalins, piégés dans un champ magnétique

Plus en détail

Partie 1. Introduction aux lasers et applications... 1

Partie 1. Introduction aux lasers et applications... 1 Bibliographie générale...xv Tableaux utiles : lettres grecques, préfixes d'unités, spectre électromagnétique, notations utilisées (xx), abréviations utilisées (xxi), classes de sécurité des lasers (xxii)...xix

Plus en détail

Manuel d utilisation Module de photodétection

Manuel d utilisation Module de photodétection Manuel d utilisation Module de photodétection Document : MPD-MAN-0057-A Diffusion : Interne Date révision : Avril 2007 Auteur : Gilles Bailly Laboratoire Collisions, Agrégats et Réactivité UMR5589 CNRS-Universite

Plus en détail

Séries de TD 1 (Chapitre 1 : Généralités sur les TIC)

Séries de TD 1 (Chapitre 1 : Généralités sur les TIC) Séries de 1 (Chapitre 1 : Généralités sur les TIC) Exercice 1 : Les Technologies d'information et de la communication (TIC) représente l'ensemble des moyens ou équipements (matériels et logiciels ou programmes)

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

Caractérisation de Fibres dopées Terres Rares

Caractérisation de Fibres dopées Terres Rares Laboratoire Physique de la Matière Condensée CNRS-UMR7336_Université Nice Sophia-Antipolis Rapport de stage tuteuré en laboratoire Licence 3 Physique Encadrant: Bernard Dussardier Projet réalisé par :

Plus en détail

Un fil quantique idéal

Un fil quantique idéal Une chaîne de polymère conjugué, isolée en matrice cristalline, se comporte comme un fil quantique idéal. Par des mesures interférométriques, nous montrons que son émission de lumière provient d un état

Plus en détail

PenCure Une polymérisation professionelle : une haute puissance avec la plus grande précision

PenCure Une polymérisation professionelle : une haute puissance avec la plus grande précision PenCure Une polymérisation professionelle : une haute puissance avec la plus grande précision Thinking ahead. Focused on life. Thinking ahead. Focused on life. Avec son rayon lumineux LED bleu hautement

Plus en détail

Sources cohérentes de laboratoire dans l extrême ultraviolet

Sources cohérentes de laboratoire dans l extrême ultraviolet Sources cohérentes de laboratoire dans l extrême ultraviolet Thierry Ruchon (1) (thierry.ruchon@cea.fr), Pascal Salières (1), Philippe Zeitoun (2) et Stéphane Sebban (2) (1) Service de physique des atomes

Plus en détail

Microscopie électronique en. III. Micoscopie analytique

Microscopie électronique en. III. Micoscopie analytique Microscopie électronique en transmission III. Micoscopie analytique Nadi Braidy Professeur adjoint Génie chimique et génie biotechnologique Université de Sherbrooke 8 mars 2011 Plan III. Microscopie analytique

Plus en détail

Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques

Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques J. Burgin 1, C. Guillon 1, P. Langot 1 et F. Vallée 1,2 1 - CPMOH, Université Bordeaux 1, 351 cours de la Libération, 33 405 Talence 2 - FNO group,

Plus en détail

Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4)

Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4) Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4) Bloc 1 Physique des milieux désordonnés Les Verres Les Polymères Comportements collectifs des colloïdes Structure

Plus en détail

COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES

COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES DÉCOUVERTES? Introduction à la physique expérimentale à haute énergie. Voyage au CERN 2015 Martin DELCOURT 11 février 2015 M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche

Plus en détail

Microscopie Electronique en Transmission

Microscopie Electronique en Transmission Microscopie Electronique en Transmission Le principe de la microscopie électronique en transmission (MET) utilise le caractère ondulatoire des électrons en mouvement : un faisceau électronique est une

Plus en détail

Etudes expérimentales des modes de combustion essence sous forte dilution et forte suralimentation.

Etudes expérimentales des modes de combustion essence sous forte dilution et forte suralimentation. DRIA/SARA Etudes expérimentales des modes de combustion essence sous forte dilution et forte suralimentation. Journée François LACAS Le 22 novembre 2007 LANDRY Ludovic Directeur & Co-Directeur de thèse

Plus en détail

Matériaux pour l'énergie : nouveaux concepts pour le photovoltaïque

Matériaux pour l'énergie : nouveaux concepts pour le photovoltaïque Institut des Nanotechnologies de Lyon, Université de Lyon, INSA de Lyon Matériaux pour l'énergie : nouveaux concepts pour le photovoltaïque Tetyana Nychyporuk Équipe Photovoltaïque 1 Le future et le photovoltaïque

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

ASUR : plateforme d applications des sources laser ultra-rapides pour l imagerie X et l interaction laser-matière

ASUR : plateforme d applications des sources laser ultra-rapides pour l imagerie X et l interaction laser-matière UVX 2012, 01004 (2013) DOI: 10.1051/uvx/201301004 C Owned by the authors, published by EDP Sciences, 2013 ASUR : plateforme d applications des sources laser ultra-rapides pour l imagerie X et l interaction

Plus en détail

Spectroscopie infra-rouge

Spectroscopie infra-rouge Chimie organique 8 : Spectroscopie infra-rouge Jusqu au début du XX ème siècle, l identification de molécules organiques constituait un lourd travail. Les grosses molécules étaient d abord fragmentées

Plus en détail

Sources et détecteurs pour les liaisons par fibre optique

Sources et détecteurs pour les liaisons par fibre optique 1 Introduction Sources et détecteurs pour les liaisons par fibre optique Nous avons vu dans le chapitre précédent que les fibres optiques permettent de transmettre de l information sous forme de signaux

Plus en détail

www.master-omp.fr Parcours M2 Laser Optique Matière 15/02/13

www.master-omp.fr Parcours M2 Laser Optique Matière 15/02/13 Master de Physique M2 OMP LASER OPTIQUE MATIÈRE www.master-omp.fr Nouveau parcours : fusion entre les parcours OPTIQUE et LASER et MATIÈRE M2 LASER, OPTIQUE, MATIÈRE Explorer les frontières de l interaction

Plus en détail