TRAVAILLER SUR ALISE :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRAVAILLER SUR ALISE :"

Transcription

1 ALISE : UN LASER DE PUISSANCE Alisé (Activité Laser ImpulSionnel pour les Etudes) est un laser de puissance d énergie 100 à 200 Joules. Véritable outil de laboratoire évolutif, Alisé conserve ses caractéristiques de souplesse et d adaptation lors des campagnes d expériences. Son faisceau sert aux études de physique du laser et aux expériences d interaction laser matière : internes CEA et Ouverture de l installation à la communauté scientifique européenne. L installation s inscrit en soutien des projets LIL et LMJ et dans le cadre de la formation professionnelle. TRAVAILLER SUR ALISE : L installation Alisé a été conçue pour répondre au mieux aux besoins des expérimentateurs. La zone «ouverte» Alisé, à l intérieur du CEA/CESTA, permet un accès simplifié à l installation avec un minimum de contraintes. Les expérimentateurs disposent sur place, de bureaux et moyens informatiques (calcul, impression, sauvegarde) reliés au réseau informatique Alisé et à Internet. Pour les expériences ne nécessitant pas l utilisation du faisceau principal du laser de puissance, deux salles permettent de travailler en autonome. La première salle «pilote études» accueille et teste de nouveaux concepts et technologies pour la maîtrise des paramètres physiques du faisceau laser. C est le lieu d expérimentation privilégié des thésards et post-doctorants. La seconde salle «E4», dispose de sa propre entrée, accueille d autres thématiques de recherche en physique du laser.

2 DESCRIPTION DE L INSTALLATION : L installation Alisé est composée de plusieurs salles, dédiées au laser, à l étude ou aux servitudes de l installation.

3 LA SALLE PILOTE FONCTIONNEL : C est dans cette salle que le faisceau initial est généré, avant d être dirigé dans le hall d amplification. L installation dispose de trois sources laser différentes suivant le besoin des expérimentateurs. La source type LIL/LMJ, la source CADDO (CAvity Dumping Dove Oscillator) et la source femtoseconde à dérive de fréquence. La source type LIL/LMJ utilise les éléments développés pour le projet LMJ (source fibrée et module préamplificateur) avec contrôle du profil temporel et des caractéristiques spectrales (modulateurs de phases). Micro laser Modulation de phase 2 GHz Modulation de phase 14,25 GHz Mise en forme temporelle Amplificateur régénératif Longueur d onde Largeur spectrale mi-hauteur Largeur d impulsion à mi-hauteur Fréquence Energie 1053 nm 0,1 nm à 2 GHz et 1 nm à 14,25 GHz 0,5 ns à 10 ns 1 Hz 1 à 5 mj

4 La source CADDO, dite multi mode spectrale et spatiale, est disponible pour les études de lissage optique par fibre optique. Oscillateur Sélection spectrale Fibre optique à gradient d indice Mise en forme spatiale Amplificateur régénératif Mise en forme temporelle Longueur d onde Largeur spectrale mi-hauteur Largeur d impulsion à mi-hauteur Fréquence Energie 1053 nm 0,15 nm à 1,2 nm 1 ns à 10 ns 1 Hz 1 à 5 mj Enfin, l oscillateur femtoseconde, qui permet de générer des impulsions à dérive de fréquence pour l amplification d impulsions ultracourtes. Oscillateur femtoseconde 100 fs Etireur 100 fs à 1,2 ns Amplificateur régénératif Amplificateur barreau Phi 16 Longueur d onde Largeur spectrale mi-hauteur Largeur d impulsion à mi-hauteur Fréquence 1053 nm 7 nm 1,2 ns 10 Hz en sortie de l amplificateur régénératif Energie 1 à 5 mj toutes les 5 minutes (Ampli Phi 16) LE HALL D AMPLIFICATION LASER :

5 La chaîne amplificatrice du laser Alisé permet de faire passer l énergie du faisceau de quelques mj à plus de 200 Joules avec un faisceau en sortie de 90 mm de diamètre. Pour chaque tir, des mesures d énergie ont lieu tout au long de la chaîne d amplification, ainsi que des mesures de la forme temporelle, du profil spatial, du spectre et de la surface d onde. L architecture de la chaîne amplificatrice du laser Alisé est la suivante : Trois amplificateurs à barreau de diamètre 50mm ; Deux amplificateurs à disques de diamètre 94mm ; Un amplificateur à disques de diamètre 150 mm ; Cinq filtrages spatiaux (FS) permettant de filtrer le faisceau et d adapter son diamètre pour les différents amplificateurs. Ces filtrages servent également à réaliser l imagerie de la chaîne ; Des systèmes anti-retour : Cellule de Pockels (CP) et Rotateur de Faraday (RF). Entrée de chaîne 3 amplis 50 mm 3 CP 50 mm RF 150 mm 1 ampli 150 mm 2 amplis 94 mm RF 94 mm Sortie de chaîne La variation du diamètre du faisceau, durant le parcours de la chaîne amplificatrice, peut être illustrée par la figure ci-dessous pour un trou apodiseur de diamètre 25 mm en entrée :

6 Taille du faisceau dans la chaîne laser 37 mm 37 mm 90 mm 125 mm 90 mm 1000,0 2000,0 3000,0 4000,0 5000,0 6000,0 FS01 FS02 FS03 Longueur (cm) FS04 FS05 En sortie de chaîne, le faisceau a un diamètre de 70 à 90 mm, en fonction de la dimension de l apodiseur en entrée. La puissance maximum peut atteindre 200 J pour la source type LIL/LMJ et 100 J pour les autres sources. La fréquence de tir est de 1 tir par heure. Pour des tailles de faisceaux de diamètre 30 à 37 mm et des énergies de 3 à 5 J, la fréquence de tir passe à 1 tir tout les quarts d heure. L installation possède aussi des lasers d alignement continus indépendants de la chaîne, en complément de l utilisation des 3 sources Alisé pulsées non amplifiées. EMPLACEMENT DES SENSEURS SUR LA CHAINE AMPLIFICATRICE ALISE S3 fluo bras 2 FS 3 ampli 50 S1 FS 2 2 ampli. 94 J2 FS 5 2 ampli. 50 ampli. 150 S2 FS 4 HASO fluo bras 1 pic laser FS 1 J1 Les trois senseurs de la chaîne amplificatrice (S1, S2 et S3) sont implantés en fin de chaque bras d amplification, sur une fuite du faisceau principal. Des points de mesures complémentaires suivent l énergie (J1 J2) et la synchronisation (Impulsion laser, et courbe de fluorescence des amplificateurs). Après amplification, le faisceau peut alors être dirigé soit vers la salle d expériences soit vers la Salle Haut Flux. LA SALLE D EXPERIENCES ALISE En salle d expériences, un système de compression d impulsions à dérive de fréquence permet d obtenir des impulsions ultracourtes de

7 l ordre de 500 femtosecondes. La focalisation par une parabole hors axe permet des expériences d interaction laser matière dans la chambre d expérience sous vide sur une tache de moins d une dizaine de micron de diamètre avec une puissance de 50 TW. Calo2 M6 Étage de compression et de diagnostic - faisceau sonde - M7 CONFIGURATION FEMTOSECONDE : M5 Ms2 R3 D2 Mf2 M4 R4 L2 f=200 mm filtrage spatial L1 f=1150 mm M1 Étage de répartition Mf1 f=400 mm L3 Calo1 D1 R1 R2 Me1 Ms1 Autocorrélateur faisceau sonde Étage de compression sous vide La configuration femtoseconde permet de décomposer le faisceau principal en 3 faisceaux : un premier non comprimé réalise l ionisation, un deuxième (faisceau d interaction laser plasma) passe dans le caisson de compression (possibilité de le doubler en fréquence) ; un troisième, comprimé aussi, sert de faisceau sonde, doublé ou triplé en fréquence. L implantation des faisceaux pour les schémas d irradiation et de diagnostics peut être modifiée selon la demande des expérimentateurs. La chambre d expériences est équipée d un porte cible motorisé sous vide. L4, f=1000 mm L5, f=-400 mm M3 M2 Autocorrélateur faisceau interaction ligne à retard Étage de diagnostic - faisceau interaction - ON NANOSECONDE. : CONFIGURATI

8 KDP Multiplication d impulsions Imagerie en transmission Caméra CCD Étage de répartition Chambre d expériences RPP ligne à retard Caméra à balayage de fentes La configuration nanoseconde permet d avoir un faisceau principal à 1053 nm, et un faisceau sonde. Le faisceau sonde obtenu par prélèvement est doublé en fréquence grâce à un cristal de KDP à 526,5 nm (ou triplé en fréquence à 351 nm). Le schéma présente un exemple de configuration nanoseconde avec un diagnostic d ombroscopie résolue en temps comprenant deux caméras à balayage de fente. LA SALLE HAUT FLUX Dans la salle Haut Flux, trois bancs optiques permettent de mener

9 en parallèle des expériences nécessitant des faisceaux à forte fluence : Etude de l endommagement laser dans l infrarouge mais aussi, après triplement de fréquence, dans l ultraviolet ; Etude de physique du laser : conversion de fréquence, amplification OPCPA, Caractérisation du lissage optique et de la focalisation du faisceau. Chaque banc de la salle haut flux peut recevoir le faisceau principal, ou travailler en autonome. Le banc numéro 3 dispose en plus d une ouverture vers la salle pilote études pour un couplage avec d autres sources laser. Tableau récapitulatif des caractéristiques laser Alisé Faisceau principal 90 mm Faisceau sonde 20 mm Configuration Durée Energie Focalisation Configuration nano Configuration femto Configuration nano Configuration femto 0,5 à 10 ns 600 ps non recomprimé 600 fs comprimé 1 à 10 ns 500 ps non recomprimé 500 fs comprimé 150 J (ω) Possibilité 2ω et 3ω 80 J 30 J < 3 J à ω, 2ω, 3ω Selon besoin expérimentateurs. Exemple faisceau lissé par RPP Φ µm Parabole hors axe Φ 10 µm Selon besoin expérimentateurs. Faisceau colimaté pour ombroscopie 1 à 5 J 5 à 50 J 50 à 150 J Cadence de tir 15 min 30 min 60 min

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS Production d impulsions d laser nanosecondes en régime déclenché Directeur de Recherche au CNRS Responsable de l Équipe Lasers Solides et Applications (ELSA)

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - IV

Les LASERS et leurs applications - IV Les LASERS et leurs applications - IV Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Lasers Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

Claire Grosset-Grange

Claire Grosset-Grange Mesure de la turbulence dans le transport de la Ligne d Intégration Laser (LIL) et estimation de sa contribution aux performances des installations LIL et Laser Mégajoule Claire Grosset-Grange Commissariat

Plus en détail

Contrôle dynamique de la surface d onde du «LULI2000»

Contrôle dynamique de la surface d onde du «LULI2000» Contrôle dynamique de la surface d onde du «LULI2000» Ji-Ping Zou, Anne-Marie Sautivet, Luc Martin, Christian Sauteret Laboratoire pour l Utilisation des Lasers Intenses (LULI), Unité Mixte Ecole Polytechnique-

Plus en détail

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1 ECHOGRAPHE ET CAPTEUR D.I.U. d Echocardiographie module 1 Plan Généralités Capteur Echographe Traitement du signal Stockage Transport Généralités Historique the blue goose 1970 180 cm Généralités Historique

Plus en détail

Votre partenaire indépendant en spectroscopie optique modulaire

Votre partenaire indépendant en spectroscopie optique modulaire NOS SYSTÈMES RAMAN pour votre application en laboratoire ou en procédés avec des longueurs d ondes d excitation 632 nm ou 785 nm Les systèmes se composent d un spectromètre à très haute sensitivité RAMAN,

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - III

Les LASERS et leurs applications - III Les LASERS et leurs applications - III Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - V

Les LASERS et leurs applications - V Les LASERS et leurs applications - V Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Lasers Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

Conseil scientifique PETAL. 18 avril 2008

Conseil scientifique PETAL. 18 avril 2008 Conseil scientifique PETAL 1 Point Phase 2 2 Schéma optique de la SA PETAL Section amplificatrice : Architecture LIL en 4 passages Disques amplificateurs : verres Nd:phosphate Taille du faisceau : 33.7

Plus en détail

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Laser à Cascade Quantique étudié par spectroscopie THz ultrarapide, et génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Présentation : Simon SAWALLICH Date : Mercredi 14/04/2008

Plus en détail

TECHNOLOGIE LASER. En quelques mots. À la pointe de la technologie dans l usinage laser d outils de coupe. A member of the UNITED GRINDING Group

TECHNOLOGIE LASER. En quelques mots. À la pointe de la technologie dans l usinage laser d outils de coupe. A member of the UNITED GRINDING Group Creating Tool Performance A member of the UNITED GRINDING Group À la pointe de la technologie dans l usinage laser d outils de coupe En quelques mots L usinage moderne de matériaux à l aide de la technologie

Plus en détail

Le pilote du Laser PETAL. H. Coïc, G. Deschaseaux, O. Hartmann, E. Hugonnot DLP/SCAL/LOE

Le pilote du Laser PETAL. H. Coïc, G. Deschaseaux, O. Hartmann, E. Hugonnot DLP/SCAL/LOE Le pilote du Laser PETAL H. Coïc, G. Deschaseaux, O. Hartmann, E. Hugonnot DLP/SCAL/LOE 1 Le rôle du pilote Génération de l'impulsion étirée temporellement Création d'une impulsion femtoseconde à spectre

Plus en détail

Vers l optique à ultra-haute intensité :

Vers l optique à ultra-haute intensité : Vers l optique à ultra-haute intensité : l exemple des miroirs plasmas Fabien Quéré (fabien.quéré@cea.fr) et Philippe Martin DSM/IRAMIS, Service des Photons, Atomes et Molécules, CEA/Saclay, 91191 Gif-sur-Yvette

Plus en détail

6. MOYENS DE TRANSMISSION. 6.1 Transport par bras articulé. 6.2. Focalisation - 27 -

6. MOYENS DE TRANSMISSION. 6.1 Transport par bras articulé. 6.2. Focalisation - 27 - - 27-6. MOYENS DE TRANSMISSION 6.1 Transport par bras articulé Certaines radiations fortement absorbées par l'eau en particulier (dans le domaine infrarouge) ne sont pas transmissibles par fibre optique

Plus en détail

Technologies des réseaux tout optique

Technologies des réseaux tout optique École Nationale des Sciences Appliquées Tétouan- Génie des Systèmes de Télécommunications et Réseaux GSTR3 Module: Complément Télécoms Technologies des réseaux tout optique Pr. Mounir Arioua m.arioua@ieee.org

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Activité Optique Hyperfréquence au LAAS-CNRS

Activité Optique Hyperfréquence au LAAS-CNRS Activité Optique Hyperfréquence au LAAS-CNRS P. H. Merrer, H. Brahimi, P. Lacroix, S. Bonnefont, O. Llopis LAAS-CNRS, Université de Toulouse, 7 av. du Colonel Roche, 31077 Toulouse, Cedex 04, France L

Plus en détail

PROPAGATION NON-LINEAIRE D IMPULSIONS LASER ULTRA- COURTES DANS LES MILIEUX TRANSPARENTS

PROPAGATION NON-LINEAIRE D IMPULSIONS LASER ULTRA- COURTES DANS LES MILIEUX TRANSPARENTS PROPAGATION NON-LINEAIRE D IMPULSIONS LASER ULTRA- COURTES DANS LES MILIEUX TRANSPARENTS Antoine Vinçotte DPTA/SPPE/LIRM Ecole doctorale de Mathématiques et d Informatique LASER FEMTOSECONDE 1 ères expériences

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion Dynamique des lasers. Lasers en impulsion A. Evolutions couplées atomesphotons Rappel: gain laser en régime stationnaire Equations couplées atomes-rayonnement Facteur * Elimination adiabatique de l inversion

Plus en détail

Rayonnement X ultra-bref de plasmas produits par laser

Rayonnement X ultra-bref de plasmas produits par laser Rayonnement X ultra-bref de plasmas produits par laser En 1895, Wilhelm C. Roentgen publiait son fameux article intitulé «Eine Neue Art von Strahlen» décrivant la découverte des rayons X. Cette avancée,

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Sources cohérentes de laboratoire dans l extrême ultraviolet

Sources cohérentes de laboratoire dans l extrême ultraviolet Sources cohérentes de laboratoire dans l extrême ultraviolet Thierry Ruchon (1) (thierry.ruchon@cea.fr), Pascal Salières (1), Philippe Zeitoun (2) et Stéphane Sebban (2) (1) Service de physique des atomes

Plus en détail

OPCPA sur l installation ALISE

OPCPA sur l installation ALISE OPCPA sur l installation ALISE ennerat, A. Nelet, J. Fils, N. Blanchot, E. Hugonnot, oic, J. Luce, E. Couturier, C. Rouyer -CESTA DLP reysz versité de Bordeaux I, CPMOH illate versité de Bordeaux I, CELIA

Plus en détail

Cours n 4 : Du LASER continu au LASER femtoseconde

Cours n 4 : Du LASER continu au LASER femtoseconde Cours n 4 : Du LASER continu au LASER femtoseconde Manuel Joffre www.enseignement.polytechnique.fr/profs/physique/manuel.joffre/dea/ Le LASER : un oscillateur optique Bouclage Amplification Amplification

Plus en détail

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta)

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta) Laser à fibre pour les télécommunications multiplexées en longueur d onde : Etude de l accordabilité en longueur d onde et de la génération de trains d impulsions multi-longueurs d onde par voie électro-optique

Plus en détail

Les lasers : quoi, comment, pourquoi?

Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Thierry Lahaye LCAR, UMR 5589 du CNRS, Toulouse Délégation régionale du CNRS 8 novembre 2010 Il y a 50 ans naissait le laser 16 mai 1960, Theodor Maiman (Hughes Research

Plus en détail

ASUR : plateforme d applications des sources laser ultra-rapides pour l imagerie X et l interaction laser-matière

ASUR : plateforme d applications des sources laser ultra-rapides pour l imagerie X et l interaction laser-matière UVX 2012, 01004 (2013) DOI: 10.1051/uvx/201301004 C Owned by the authors, published by EDP Sciences, 2013 ASUR : plateforme d applications des sources laser ultra-rapides pour l imagerie X et l interaction

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

Livret de sécurité (2009)

Livret de sécurité (2009) Laboratoire Collisions, Agrégat, Réactivité Equipe Femtoseconde Livret de sécurité (2009) Baynard Elsa Elsa.baynard@irsamc.ups tlse.fr Sommaire INTRODUCTION... 3 PRESENTATION DES RISQUES... 4 I. DES CHIFFRES

Plus en détail

Les lasers de puissance à impulsions ultracourtes

Les lasers de puissance à impulsions ultracourtes 25/02/2008 - Par Jerôme Kasparian, Physicien - Chercheur au CNRS Les lasers de puissance à impulsions ultracourtes On trouve aujourd hui des lasers un peu partout autour de nous : dans les films de science-fiction

Plus en détail

Lasers femtoseconde de forte puissance moyenne : état de l art et perspectives

Lasers femtoseconde de forte puissance moyenne : état de l art et perspectives Lasers femtoseconde de forte puissance moyenne : état de l art et perspectives Antoine Courjaud Journée thématique CMDO 25-26 novembre 2010 ILP Le Barp Sommaire Motivations : les lasers intenses pour quoi

Plus en détail

OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur?

OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur? OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur? Notions et contenus Compétences attendues Couleur, vision et image Couleur des objets.

Plus en détail

Ondes sonores et ultrasonores - Corrigé. D après l oscillogramme, B reçoit le signal avec un décalage de 6,0 divisions par rapport à A.

Ondes sonores et ultrasonores - Corrigé. D après l oscillogramme, B reçoit le signal avec un décalage de 6,0 divisions par rapport à A. Ondes sonores et ultrasonores - Corrigé Partie A : Ondes ultrasonores. I. Mesure de la célérité des ultrasons dans l air. A. Première méthode : émetteur en mode «salves» 1. Détermination du retard τ avec

Plus en détail

CHARGE UTILE D OBSERVATION POUR MICRODRONE A BASE D UNE MICRO CAMERA NUMERIQUE

CHARGE UTILE D OBSERVATION POUR MICRODRONE A BASE D UNE MICRO CAMERA NUMERIQUE CHARGE UTILE D OBSERVATION POUR MICRODRONE A BASE D UNE MICRO CAMERA NUMERIQUE Philippe BURDINAT Laboratoire C.I.M.I En collaboration avec Etienne PERRIN (laboratoire d électronique) 25/09/02 1 CHARGE

Plus en détail

Optique non linéaire et applications

Optique non linéaire et applications Optique non linéaire et applications Plan Origine des non linéarités Conjugaison de phase Bistabilité optique Optique "linéaire" I in, ω I out = I in e -αl, ω Même fréquence de sortie αne dépend pas de

Plus en détail

Correction et mise en forme de faisceaux laser intenses Gilles Chériaux

Correction et mise en forme de faisceaux laser intenses Gilles Chériaux Correction et mise en forme de faisceaux laser intenses Gilles Chériaux Laboratoire d Optique Appliquée, UMR 7639 CNRS/ENSTA/Ecole Polytechnique 91120 Palaiseau http://loa.ensta paristech.fr gilles.cheriaux@ensta

Plus en détail

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Le barème est sur 70 points dont 2 points pour la présentation Les questions Q13, Q14, Q17, Q33 et Q34 peuvent être laissées de coté dans un premier temps. Calculatrice

Plus en détail

Deux exemples d applications industrielles des lasers. La fabrication des cellules photovoltaïques et la spectroscopie d émission*

Deux exemples d applications industrielles des lasers. La fabrication des cellules photovoltaïques et la spectroscopie d émission* Optique et développement durable CAHIER TECHNIQUE 55 Deux exemples d applications industrielles des lasers. La fabrication des cellules photovoltaïques et la spectroscopie d émission* L industrie est un

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Mardi 5 janvier 2010 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Mardi 5 janvier 2010 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2009-2010 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Mardi 5 janvier 2010 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous

Plus en détail

IMAGERIE DES NUAGES DE GAZ TOXIQUE OU COMBUSTIBLE : SECOND SIGHT TC

IMAGERIE DES NUAGES DE GAZ TOXIQUE OU COMBUSTIBLE : SECOND SIGHT TC IMAGERIE DES NUAGES DE GAZ TOXIQUE OU COMBUSTIBLE : SECOND SIGHT TC 1. Introduction Le groupe Bertin est spécialisé dans la conception et la fourniture de systèmes innovants pour l industrie, la défense

Plus en détail

«EPMT», Lausanne Mai 2011. Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre

«EPMT», Lausanne Mai 2011. Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre «EPMT», Lausanne Mai 2011 Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre David Naman LASAG AG C.F.L. Lohnerstrasse 24 CH-3602 Thun Suisse Tel.: +41 33 227 45 45 david.naman@lasag.ch Sommaire Introduction

Plus en détail

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE 41 VI-1- INTRODUCTION Les sources lasers ont bouleversé les méthodes et les possibilités de la spectroscopie: leurs très grande monochromaticité a permis de résoudre des

Plus en détail

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction O21 Interféromètre de Michelson On raisonne sur l interféromètre de Michelson réglé de telle sorte que l on observe des anneaux avec une source étendue.

Plus en détail

Types de modulation analogique

Types de modulation analogique Modulation analogique et porteuse. Les capacités de transport de l information augmente avec la fréquence de la porteuse de l onde électromagnétique: Modulation: T B : période de la modulation. T porteuse

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Laser Femtoseconde. 1 Etude préliminaire : fonctionnement d'un laser femtoseconde

Laser Femtoseconde. 1 Etude préliminaire : fonctionnement d'un laser femtoseconde Laser Femtoseconde 1 Etude préliminaire : fonctionnement d'un laser femtoseconde Un laser femtoseconde est un laser dont les modes sont verrouillés en phase pour produire des impulsions très courtes, d'une

Plus en détail

Partie 1. Introduction aux lasers et applications... 1

Partie 1. Introduction aux lasers et applications... 1 Bibliographie générale...xv Tableaux utiles : lettres grecques, préfixes d'unités, spectre électromagnétique, notations utilisées (xx), abréviations utilisées (xxi), classes de sécurité des lasers (xxii)...xix

Plus en détail

Présentation de la Ressource

Présentation de la Ressource Présentation de la Ressource Module : «les ondes qui nous environnent» Thème : Des ondes pour observer et mesurer. Observer : Voir plus grand Mesurer : Diffraction et interférences Type de ressources :

Plus en détail

Granulométrie Laser. Expertise - Innovation - Solutions. Expertise - Innovation - Solutions. Votre partenaire en analyse de particules. www.cilas.

Granulométrie Laser. Expertise - Innovation - Solutions. Expertise - Innovation - Solutions. Votre partenaire en analyse de particules. www.cilas. Expertise - Innovation - Solutions Expertise - Innovation - Solutions Granulométrie Laser Production Recherche et Développement Contrôle Qualité Laboratoire d analyse Votre partenaire en analyse de particules

Plus en détail

Principe de la microscopie par absorption biphotonique. La microscopie à 2 photons

Principe de la microscopie par absorption biphotonique. La microscopie à 2 photons Principe de la microscopie par absorption biphotonique L optique non-linéaire ou 1 photon + 1 photon = 1photon! Principe de la fluorescence Absorption Emission e 1 > e 2 λ 1 < λ 2 e 2 = hν 2 e 1 = hν 1

Plus en détail

- Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion. Rugosité multi-échelles

- Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion. Rugosité multi-échelles - Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion Rugosité multi-échelles Le Constat La société EOTECH est à l origine une société de distribution de matériels

Plus en détail

BASES DE LA FLUORESCENCE

BASES DE LA FLUORESCENCE BASES DE LA FLUORESCENCE Aurélie Le Ru, Ingénieur d étude CNRS Agrobiosciences, Interactions et Biodiversité, Plateau d imagerie, 24 chemin de Borde Rouge 31326 Castanet-Tolosan Cedex leru@lrsv.ups-tlse.fr

Plus en détail

Projets à connotation Hyperfréquence

Projets à connotation Hyperfréquence Projets à connotation Hyperfréquence H1 - Mise au point d un programme de pilotage d'un banc de caractérisation d'antennes. (1 ou 2 étudiants) Un banc de caractérisation d'antennes est disponible au sein

Plus en détail

Optique Ondulatoire. UE 32 - Module 3202. Yannick Dumeige

Optique Ondulatoire. UE 32 - Module 3202. Yannick Dumeige Département Mesures Physiques 2 nde année S3 2015-2016 Optique Ondulatoire UE 32 - Module 3202 Yannick Dumeige Volume horaire : 10 h de CM / 15 h de TD yannick.dumeige@univ-rennes1.fr 1/27 Optique Ondulatoire

Plus en détail

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display)

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) La partie A décrit la structure et le fonctionnement d une cellule LCD. La partie B décrit le dispositif d étude et les observations

Plus en détail

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES METHODES D ETUDE DE LA CELLULE UE2 SPR 2011-2012 1 NOTIONS THÉORIQUES Un microscope est un système grossissant composé de deux lentilles convergentes: L objectif, proche

Plus en détail

Etude des propriétés physiques de nano objets par microscopie à Force Atomique (AFM) et par spectroscopie femtoseconde.

Etude des propriétés physiques de nano objets par microscopie à Force Atomique (AFM) et par spectroscopie femtoseconde. Etude des propriétés physiques de nano objets par microscopie à Force Atomique (AFM) et par spectroscopie femtoseconde. Machado Anaïs Coline Perraud Jean Baptiste Stage Master 1 recherche le 31 mai 212

Plus en détail

Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM

Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM José Alvarez Laboratoire de Génie Electrique de Paris (LGEP), Gif-sur-Yvette, France Quelques systèmes commerciaux Horiba JY + JPK AFM

Plus en détail

Couches minces optiques sous flux laser intense. L. Gallais Maître de Conférences à l'ecole Centrale Marseille laurent.gallais@fresnel.

Couches minces optiques sous flux laser intense. L. Gallais Maître de Conférences à l'ecole Centrale Marseille laurent.gallais@fresnel. Couches minces optiques sous flux laser intense L. Gallais Maître de Conférences à l'ecole Centrale Marseille laurent.gallais@fresnel.fr Plan de l'exposé Introduction La problématique de l'endommagement

Plus en détail

Les Technologies Laser à l INO

Les Technologies Laser à l INO Les Technologies Laser à l INO Antoine Proulx, Mathieu Drolet, Yves Taillon, Pierre Galarneau Institut National d Optique (INO) 50 e anniversaire du laser École de Technologie Supérieure Vendredi, le 14

Plus en détail

LASER A SEMI-CONDUCTEUR (DIODE LASER).

LASER A SEMI-CONDUCTEUR (DIODE LASER). LASER A SEMI-CONDUCTEUR (DIODE LASER). I-THEORIE I - 1 Spécificité du laser à semi-conducteur. La faisabilité d'une émission laser au sein d'un semi-conducteur fut démontrée expérimentalement dans l'arséniure

Plus en détail

École Nationale Supérieure de Sciences Appliquées et de Technologie

École Nationale Supérieure de Sciences Appliquées et de Technologie École Nationale Supérieure de Sciences Appliquées et de Technologie Réalisation de lasers à fibre à contre-réaction répartie pour l étude de l injection optique : comparaison à l injection avec des lasers

Plus en détail

Merilux. Lampes d examen et scialytiques opératoires

Merilux. Lampes d examen et scialytiques opératoires Merilux Lampes d examen et scialytiques opératoires Merilux Système de caméra/moniteur pour salles d opérations Par sa conception, la série Merivaara Merilux Vision peut être utilisée dans différents emplacements

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Les dangers du laser pour les yeux THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Activité documentaire (1,5h) Les dangers du

Plus en détail

Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies

Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies plan Le spectre électromagnétique Les 4 classes de laser et exemples au laboratoire Les 3 Types d exposition Les 3 Effets du rayonnement

Plus en détail

P O L A R I S AT I O N

P O L A R I S AT I O N P O L A R I S AT I O N P o l a r i s e u r d e P r e c i s i o n e n v e r r e Plébiscité par ses utilisateurs Athermiques, ces polariseurs peuvent être exposés à des faisceaux intenses. La monture à bille

Plus en détail

Propagation linéaire et non-linéaire d impulsions femtosecondes

Propagation linéaire et non-linéaire d impulsions femtosecondes Propagation linéaire et non-linéaire d impulsions femtosecondes Christophe FINOT Laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne, Université de Bourgogne, Dijon, FRANCE Ecole FEMTO 01 CAP HORNU 5-9

Plus en détail

Spectrométrie de masse

Spectrométrie de masse 1 Principe Technique fondée sur la mesure du rapport masse sur charge d ions en phase gazeuse obtenus à partir d un analyte. m z (avec z 1) Les ions (+ ou -) formés dans la source de l appareil sont accélérés,

Plus en détail

Amélioration de la precision d un système 3D à base de triangulation laser

Amélioration de la precision d un système 3D à base de triangulation laser Amélioration de la precision d un système 3D à base de triangulation laser Le principe de la triangulation laser Géométrie de triangulation Exemple Z Y X Image de l objet Image senseur de la ligne 3D Triangulation

Plus en détail

Chap. 1 : Energie Solaire HABITAT

Chap. 1 : Energie Solaire HABITAT .La lumière.1. Onde électromagnétique Ultraviolet nfrarouge - La lumière visible et invisible transporte de l énergie sous la forme d ondes électromagnétiques qui se propagent à la vitesse c = 3.10 8 m.s

Plus en détail

Le laboratoire portable pour l analyse des métaux

Le laboratoire portable pour l analyse des métaux Le laboratoire portable pour l analyse des métaux Avec un poids de seulement 17 kg, ce spectromètre est le plus petit et le plus performant de sa catégorie. Il est particulièrement facile à manier. Le

Plus en détail

1) PETIT RAPPEL SUR LA RADIOASTRONOMIE :

1) PETIT RAPPEL SUR LA RADIOASTRONOMIE : 1) PETIT RAPPEL SUR LA RADIOASTRONOMIE : La radioastronomie consiste en l étude d une partie du spectre électromagnétique*, les ondes radio, comprise entre 0,8mm et 15m de longueur d onde. 2) LA RADIOASTRONOMIE

Plus en détail

Étude de l endommagement laser dans les cristaux non linéaires en régime nanoseconde

Étude de l endommagement laser dans les cristaux non linéaires en régime nanoseconde Université Paul Cézanne Aix-Marseille III THÈSE pour obtenir le grade de Docteur en Sciences de l Université Paul Cézanne Aix-Marseille III n 2008AIX30055 Étude de l endommagement laser dans les cristaux

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015 1 DM1 Sciences Physiques MP 20152016 Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09092015 Problème n o 1 Capteurs de proximité E3A PSI 2013 Les capteurs de proximité sont caractérisés par l absence de liaison

Plus en détail

de matériaux hétérogènes

de matériaux hétérogènes Caractérisation et modélisation thermique multi-échelle de matériaux hétérogènes Denis ROCHAIS CEA / Le Ripault Caractérisation et modélisation thermique multi-échelle Point commun à de nombreuses études:

Plus en détail

Mesures à la limite quantique

Mesures à la limite quantique Mesures à la limite quantique ~ 3 ème ème cours ~ A. Heidmann Laboratoire Kastler Brossel Plan du troisième cours Mesures en continu, mesure de position Mesures en continu théorie de la photodétection

Plus en détail

Détection et identification de radionucléides et d espèces chimiques à l état d ultratrace dans l environnement

Détection et identification de radionucléides et d espèces chimiques à l état d ultratrace dans l environnement Techniques de mesure en radioprotection et les défis rencontrés dans les milieux industriel et médical Les mesures de traces chez l homme et dans l environnement Mercredi 20 Nov. 2013 UIC - Paris Détection

Plus en détail

Les ondes lumineuses. http://plateforme.sillages.info

Les ondes lumineuses. http://plateforme.sillages.info Les ondes lumineuses 1 Les ondes lumineuses I) Préliminaires : 1 Quelques notions qualitatives sur l optique ondulatoire * Rappels d optique géométrique : * Traversée de rayons à travers une lentille CV

Plus en détail

TABLE DES MATIERES INTRODUCTION OBJECTIFS I. LA CHAÎNE ECHOGRAPHIQUE

TABLE DES MATIERES INTRODUCTION OBJECTIFS I. LA CHAÎNE ECHOGRAPHIQUE TABLE DES MATIERES INTRODUCTION OBJECTIFS I. LA CHAÎNE ECHOGRAPHIQUE A. LA SONDE 1. Composition de la sonde 2. Principe de fonctionnement 3. Les types de sondes B. L ORDINATEUR C. LES MOYENS D IMPRESSION

Plus en détail

S P E C I A L N o u v e a u t é s C P G E / S T L

S P E C I A L N o u v e a u t é s C P G E / S T L S P E C I A L N o u v e a u t é s C P G E / S T L C o nducti o n th e r mi q u e Expériences utilisant la caméra thermique didactique Déterminez et comparez la conductivité thermique λ de 4 métaux différents

Plus en détail

Parcours: Electronique & Systèmes Embarqués

Parcours: Electronique & Systèmes Embarqués Parcours: Electronique & Systèmes Embarqués Domaines - Microcontrôleurs - FPGA, SOPC - Instrumentation - Microsystèmes, Outils - QuartusII, SOPC Builder (Altera) - Labview - Eclipse, - uclinux, RTAI -

Plus en détail

Matériels LES ENDOSCOPES L INSTRUMENTATION A USAGE UNIQUE UNITÉ D ENDOSCOPIE FLUOROSCOPIE LITHOTRITEUR ENDOCORPOREL : LE LASER HOLMIUM YAG.

Matériels LES ENDOSCOPES L INSTRUMENTATION A USAGE UNIQUE UNITÉ D ENDOSCOPIE FLUOROSCOPIE LITHOTRITEUR ENDOCORPOREL : LE LASER HOLMIUM YAG. SOMMAIRE S LES ENDOSCOPES Cystoscope Urétérorénoscopes souples - PRÉSENTATION GÉNÉRALE - CANAL OPÉRATEUR - CAPACITÉS DE DÉFLEXION L INSTRUMENTATION A USAGE UNIQUE Les fils guides - FIL STANDARD - FIL GUIDE

Plus en détail

4.1 Sondeur multifaisceau Principe - théorie. Nov 2010

4.1 Sondeur multifaisceau Principe - théorie. Nov 2010 4.1 Sondeur multifaisceau Principe - théorie Nov 2010 Sondeurs multifaisceaux Mesure de la profondeur dans n directions (n faisceaux acoustiques). Ces faisceaux forment une fauchée perpendiculaire à l'axe

Plus en détail

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques.

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Notions et contenus : Transferts quantiques d énergie Émission et absorption quantiques.

Plus en détail

Machines professionnels de santé

Machines professionnels de santé Catalogue 2014 Machines professionnels de santé Adéquation s occupe de votre bien-être et de votre budget. Notre société vous assure le meilleur compromis prix/performance/service du marché car notre approvisionnement

Plus en détail

Sources laser femtoseconde à fibre optique

Sources laser femtoseconde à fibre optique Sources laser femtoseconde à fibre optique Marc Hanna To cite this version: Marc Hanna. Sources laser femtoseconde à fibre optique. Optique [physics.optics]. Université Paris Sud - Paris XI, 2013.

Plus en détail

Communications Numériques par Fibre Optique

Communications Numériques par Fibre Optique Université Mohammed Premier École Nationale des Sciences Appliquées d Oujda Cours de la 5 ème Année : Cycle d Ingénieurs Module 5M4 Version 1.0 (Septembre 2009) Communications Numériques par Fibre Optique

Plus en détail

Modélisation des erreurs de couplage et de focalisation

Modélisation des erreurs de couplage et de focalisation Journées Accélérateurs de la SFP Roscoff 2-22 Mars 2 Modélisation des erreurs de couplage et de focalisation L Farvacque R Nagaoka But: Améliorer la correction des erreurs de champ magnétique Erreurs de

Plus en détail

LULI News N 16 avril 2016

LULI News N 16 avril 2016 LULI News N 16 avril 2016 Ce bulletin trimestriel a pour but de tenir informé la communauté des utilisateurs des différentes actions menées sur les installations laser (LULI2000, PICO2000 et ELFIE) et

Plus en détail

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008 Simulation de la propagation de fissures dans les lentilles du Laser Méga Joule : de la physique des matériaux au calcul haute performance en passant par l'algorithmique, la visualisation et le pilotage

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ÉMISSION OPTIQUE SUR PLASMA INDUIT PAR LASER (LIBS)

SPECTROMETRIE D ÉMISSION OPTIQUE SUR PLASMA INDUIT PAR LASER (LIBS) SPECTROMETRIE D ÉMISSION OPTIQUE SUR PLASMA INDUIT PAR LASER (LIBS) PRINCIPE ET APPLICATIONS Patrick MAUCHIEN CEA- SACLAY 1 Plan de l exposé Principe et Historique Avantages et limitations Domaines d application

Plus en détail

Microscopie à force atomique. (Atomic Force Microscopy, AFM)

Microscopie à force atomique. (Atomic Force Microscopy, AFM) Microscopie à force atomique (Atomic Force Microscopy, AFM) Introduction Résolution en microscopie classique La résolution est limitée par la diffraction par le diaphragme d ouverture. L image d un point

Plus en détail

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via www.oca.eu/fmillour

Plus en détail

La LIBS et l analyse de process

La LIBS et l analyse de process La LIBS et l analyse de process François Fariaut Elisabeth Bouriah-Coindre Ali Fortas IVEA : 9 rue Raoul Dautry - escalier C - 91190 Gif sur Yvette 1 Plan 1. Introduction 2. Différentes techniques d analyse

Plus en détail

G.P. DS 07 6 février 2008

G.P. DS 07 6 février 2008 DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Modulateur optique... 2 I.Interférence à deux ondes...2 II.Étude d une séparatrice...2 III.Interférométre de Mach-Zehnder...

Plus en détail

NOTICE SIMPLIFIEE DE LA CAMERA CCD CALIENS

NOTICE SIMPLIFIEE DE LA CAMERA CCD CALIENS Réalisée par E. Deleporte NOTICE SIMPLIFIEE DE LA CAMERA CCD CALIENS Le système Caliens est constitué d une barette CCD à 2048 pixels (taille d un pixel = 14 mm), commandé par un boîter de contrôle, qui

Plus en détail

Chimie Physique III. Université de Genève, Science II, Laboratoire 106 Groupe 3. 30 juin 2009

Chimie Physique III. Université de Genève, Science II, Laboratoire 106 Groupe 3. 30 juin 2009 Chimie Physique III Spectroscopie électroniques et vibrationnelles du benzène Daniel Abegg Nicolas Calo Pedro Surriabre Université de Genève, Science II, Laboratoire 6 Groupe 3 3 juin 29 Question Spectre

Plus en détail

EPREUVE PARTIE D TITRE : LE LASER ET SES APPLICATIONS INDUSTRIELLES

EPREUVE PARTIE D TITRE : LE LASER ET SES APPLICATIONS INDUSTRIELLES EPREUVE PARTIE D TITRE : LE LASER ET SES APPLICATIONS INDUSTRIELLES Temps de préparation : 2h15 Temps de présentation devant le jury : 10 mn Entretien avec le jury : 10 minutes Le dossier fourni comporte

Plus en détail

Travaux Pratiques d Optique Intégrée Caractérisation de Circuits Optiques Intégrés

Travaux Pratiques d Optique Intégrée Caractérisation de Circuits Optiques Intégrés Caractérisation de Circuits Optiques Intégrés ATTENTION : SOYEZ DELICAT!! LE MATERIEL EST FRAGILE ET TOUTE DEGRADATION ENTRAINERA UNE NOTE ELIMINATOIRE. Principe de mesure : Un signal lumineux en provenance

Plus en détail