TRAVAILLER SUR ALISE :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRAVAILLER SUR ALISE :"

Transcription

1 ALISE : UN LASER DE PUISSANCE Alisé (Activité Laser ImpulSionnel pour les Etudes) est un laser de puissance d énergie 100 à 200 Joules. Véritable outil de laboratoire évolutif, Alisé conserve ses caractéristiques de souplesse et d adaptation lors des campagnes d expériences. Son faisceau sert aux études de physique du laser et aux expériences d interaction laser matière : internes CEA et Ouverture de l installation à la communauté scientifique européenne. L installation s inscrit en soutien des projets LIL et LMJ et dans le cadre de la formation professionnelle. TRAVAILLER SUR ALISE : L installation Alisé a été conçue pour répondre au mieux aux besoins des expérimentateurs. La zone «ouverte» Alisé, à l intérieur du CEA/CESTA, permet un accès simplifié à l installation avec un minimum de contraintes. Les expérimentateurs disposent sur place, de bureaux et moyens informatiques (calcul, impression, sauvegarde) reliés au réseau informatique Alisé et à Internet. Pour les expériences ne nécessitant pas l utilisation du faisceau principal du laser de puissance, deux salles permettent de travailler en autonome. La première salle «pilote études» accueille et teste de nouveaux concepts et technologies pour la maîtrise des paramètres physiques du faisceau laser. C est le lieu d expérimentation privilégié des thésards et post-doctorants. La seconde salle «E4», dispose de sa propre entrée, accueille d autres thématiques de recherche en physique du laser.

2 DESCRIPTION DE L INSTALLATION : L installation Alisé est composée de plusieurs salles, dédiées au laser, à l étude ou aux servitudes de l installation.

3 LA SALLE PILOTE FONCTIONNEL : C est dans cette salle que le faisceau initial est généré, avant d être dirigé dans le hall d amplification. L installation dispose de trois sources laser différentes suivant le besoin des expérimentateurs. La source type LIL/LMJ, la source CADDO (CAvity Dumping Dove Oscillator) et la source femtoseconde à dérive de fréquence. La source type LIL/LMJ utilise les éléments développés pour le projet LMJ (source fibrée et module préamplificateur) avec contrôle du profil temporel et des caractéristiques spectrales (modulateurs de phases). Micro laser Modulation de phase 2 GHz Modulation de phase 14,25 GHz Mise en forme temporelle Amplificateur régénératif Longueur d onde Largeur spectrale mi-hauteur Largeur d impulsion à mi-hauteur Fréquence Energie 1053 nm 0,1 nm à 2 GHz et 1 nm à 14,25 GHz 0,5 ns à 10 ns 1 Hz 1 à 5 mj

4 La source CADDO, dite multi mode spectrale et spatiale, est disponible pour les études de lissage optique par fibre optique. Oscillateur Sélection spectrale Fibre optique à gradient d indice Mise en forme spatiale Amplificateur régénératif Mise en forme temporelle Longueur d onde Largeur spectrale mi-hauteur Largeur d impulsion à mi-hauteur Fréquence Energie 1053 nm 0,15 nm à 1,2 nm 1 ns à 10 ns 1 Hz 1 à 5 mj Enfin, l oscillateur femtoseconde, qui permet de générer des impulsions à dérive de fréquence pour l amplification d impulsions ultracourtes. Oscillateur femtoseconde 100 fs Etireur 100 fs à 1,2 ns Amplificateur régénératif Amplificateur barreau Phi 16 Longueur d onde Largeur spectrale mi-hauteur Largeur d impulsion à mi-hauteur Fréquence 1053 nm 7 nm 1,2 ns 10 Hz en sortie de l amplificateur régénératif Energie 1 à 5 mj toutes les 5 minutes (Ampli Phi 16) LE HALL D AMPLIFICATION LASER :

5 La chaîne amplificatrice du laser Alisé permet de faire passer l énergie du faisceau de quelques mj à plus de 200 Joules avec un faisceau en sortie de 90 mm de diamètre. Pour chaque tir, des mesures d énergie ont lieu tout au long de la chaîne d amplification, ainsi que des mesures de la forme temporelle, du profil spatial, du spectre et de la surface d onde. L architecture de la chaîne amplificatrice du laser Alisé est la suivante : Trois amplificateurs à barreau de diamètre 50mm ; Deux amplificateurs à disques de diamètre 94mm ; Un amplificateur à disques de diamètre 150 mm ; Cinq filtrages spatiaux (FS) permettant de filtrer le faisceau et d adapter son diamètre pour les différents amplificateurs. Ces filtrages servent également à réaliser l imagerie de la chaîne ; Des systèmes anti-retour : Cellule de Pockels (CP) et Rotateur de Faraday (RF). Entrée de chaîne 3 amplis 50 mm 3 CP 50 mm RF 150 mm 1 ampli 150 mm 2 amplis 94 mm RF 94 mm Sortie de chaîne La variation du diamètre du faisceau, durant le parcours de la chaîne amplificatrice, peut être illustrée par la figure ci-dessous pour un trou apodiseur de diamètre 25 mm en entrée :

6 Taille du faisceau dans la chaîne laser 37 mm 37 mm 90 mm 125 mm 90 mm 1000,0 2000,0 3000,0 4000,0 5000,0 6000,0 FS01 FS02 FS03 Longueur (cm) FS04 FS05 En sortie de chaîne, le faisceau a un diamètre de 70 à 90 mm, en fonction de la dimension de l apodiseur en entrée. La puissance maximum peut atteindre 200 J pour la source type LIL/LMJ et 100 J pour les autres sources. La fréquence de tir est de 1 tir par heure. Pour des tailles de faisceaux de diamètre 30 à 37 mm et des énergies de 3 à 5 J, la fréquence de tir passe à 1 tir tout les quarts d heure. L installation possède aussi des lasers d alignement continus indépendants de la chaîne, en complément de l utilisation des 3 sources Alisé pulsées non amplifiées. EMPLACEMENT DES SENSEURS SUR LA CHAINE AMPLIFICATRICE ALISE S3 fluo bras 2 FS 3 ampli 50 S1 FS 2 2 ampli. 94 J2 FS 5 2 ampli. 50 ampli. 150 S2 FS 4 HASO fluo bras 1 pic laser FS 1 J1 Les trois senseurs de la chaîne amplificatrice (S1, S2 et S3) sont implantés en fin de chaque bras d amplification, sur une fuite du faisceau principal. Des points de mesures complémentaires suivent l énergie (J1 J2) et la synchronisation (Impulsion laser, et courbe de fluorescence des amplificateurs). Après amplification, le faisceau peut alors être dirigé soit vers la salle d expériences soit vers la Salle Haut Flux. LA SALLE D EXPERIENCES ALISE En salle d expériences, un système de compression d impulsions à dérive de fréquence permet d obtenir des impulsions ultracourtes de

7 l ordre de 500 femtosecondes. La focalisation par une parabole hors axe permet des expériences d interaction laser matière dans la chambre d expérience sous vide sur une tache de moins d une dizaine de micron de diamètre avec une puissance de 50 TW. Calo2 M6 Étage de compression et de diagnostic - faisceau sonde - M7 CONFIGURATION FEMTOSECONDE : M5 Ms2 R3 D2 Mf2 M4 R4 L2 f=200 mm filtrage spatial L1 f=1150 mm M1 Étage de répartition Mf1 f=400 mm L3 Calo1 D1 R1 R2 Me1 Ms1 Autocorrélateur faisceau sonde Étage de compression sous vide La configuration femtoseconde permet de décomposer le faisceau principal en 3 faisceaux : un premier non comprimé réalise l ionisation, un deuxième (faisceau d interaction laser plasma) passe dans le caisson de compression (possibilité de le doubler en fréquence) ; un troisième, comprimé aussi, sert de faisceau sonde, doublé ou triplé en fréquence. L implantation des faisceaux pour les schémas d irradiation et de diagnostics peut être modifiée selon la demande des expérimentateurs. La chambre d expériences est équipée d un porte cible motorisé sous vide. L4, f=1000 mm L5, f=-400 mm M3 M2 Autocorrélateur faisceau interaction ligne à retard Étage de diagnostic - faisceau interaction - ON NANOSECONDE. : CONFIGURATI

8 KDP Multiplication d impulsions Imagerie en transmission Caméra CCD Étage de répartition Chambre d expériences RPP ligne à retard Caméra à balayage de fentes La configuration nanoseconde permet d avoir un faisceau principal à 1053 nm, et un faisceau sonde. Le faisceau sonde obtenu par prélèvement est doublé en fréquence grâce à un cristal de KDP à 526,5 nm (ou triplé en fréquence à 351 nm). Le schéma présente un exemple de configuration nanoseconde avec un diagnostic d ombroscopie résolue en temps comprenant deux caméras à balayage de fente. LA SALLE HAUT FLUX Dans la salle Haut Flux, trois bancs optiques permettent de mener

9 en parallèle des expériences nécessitant des faisceaux à forte fluence : Etude de l endommagement laser dans l infrarouge mais aussi, après triplement de fréquence, dans l ultraviolet ; Etude de physique du laser : conversion de fréquence, amplification OPCPA, Caractérisation du lissage optique et de la focalisation du faisceau. Chaque banc de la salle haut flux peut recevoir le faisceau principal, ou travailler en autonome. Le banc numéro 3 dispose en plus d une ouverture vers la salle pilote études pour un couplage avec d autres sources laser. Tableau récapitulatif des caractéristiques laser Alisé Faisceau principal 90 mm Faisceau sonde 20 mm Configuration Durée Energie Focalisation Configuration nano Configuration femto Configuration nano Configuration femto 0,5 à 10 ns 600 ps non recomprimé 600 fs comprimé 1 à 10 ns 500 ps non recomprimé 500 fs comprimé 150 J (ω) Possibilité 2ω et 3ω 80 J 30 J < 3 J à ω, 2ω, 3ω Selon besoin expérimentateurs. Exemple faisceau lissé par RPP Φ µm Parabole hors axe Φ 10 µm Selon besoin expérimentateurs. Faisceau colimaté pour ombroscopie 1 à 5 J 5 à 50 J 50 à 150 J Cadence de tir 15 min 30 min 60 min

Les LASERS et leurs applications - IV

Les LASERS et leurs applications - IV Les LASERS et leurs applications - IV Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Lasers Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1 ECHOGRAPHE ET CAPTEUR D.I.U. d Echocardiographie module 1 Plan Généralités Capteur Echographe Traitement du signal Stockage Transport Généralités Historique the blue goose 1970 180 cm Généralités Historique

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta)

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta) Laser à fibre pour les télécommunications multiplexées en longueur d onde : Etude de l accordabilité en longueur d onde et de la génération de trains d impulsions multi-longueurs d onde par voie électro-optique

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

LASERS ET AMPLIFICATEURS

LASERS ET AMPLIFICATEURS LASERS ET AMPLIFICATEURS Diodes laser de forte puissance de la société DILAS, composants et ensembles complets http://www.dilas.com DILAS, filiale du groupe ROFIN, se distingue par son ingénierie, son

Plus en détail

Étude expérimentale de l optimisation de la génération d harmoniques d ordre élevé par l utilisation d un algorithme génétique

Étude expérimentale de l optimisation de la génération d harmoniques d ordre élevé par l utilisation d un algorithme génétique J. Phys. IV France 138 (2006) 35 41 C EDP Sciences, Les Ulis DOI: 10.1051/jp4:2006138005 Étude expérimentale de l optimisation de la génération d harmoniques d ordre élevé par l utilisation d un algorithme

Plus en détail

Génération d harmoniques d ordre élevé en régime de forte focalisation à 100 khz

Génération d harmoniques d ordre élevé en régime de forte focalisation à 100 khz UVX 212, 22 (213) DOI: 1.151/uvx/21322 C Owned by the authors, published by EDP Sciences, 213 Génération d harmoniques d ordre élevé en régime de forte focalisation à 1 khz A. Cabasse, G. Machinet, C.

Plus en détail

Les impulsions laser sont passées en quarante ans de la

Les impulsions laser sont passées en quarante ans de la Toujours plus court : des impulsions lumineuses attosecondes Les impulsions laser «femtoseconde» sont devenues routinières dans de nombreux domaines de la physique. Elles sont exploitées en particulier

Plus en détail

(E) EDP Sciences, Les Ulis DOI : 10. 1051/p4 : 20030643. Développement d'une source plasma-laser pour la lithographie. l'extrême ultraviolet.

(E) EDP Sciences, Les Ulis DOI : 10. 1051/p4 : 20030643. Développement d'une source plasma-laser pour la lithographie. l'extrême ultraviolet. (E) EDP Sciences, Les Ulis DOI : 10. 1051/p4 : 20030643 Développement d'une source plasma-laser pour la lithographie dans l'extrême ultraviolet G. Souillé, C. Lafon, R. Rosch, D. Babonneau, F. Garaude,

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

TP fibre optique dopée erbium

TP fibre optique dopée erbium TP fibre optique dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : le faisceau du laser de pompe est puissant. Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

Mise en forme programmable de faisceau laser femtoseconde pour le micro-usinage et la photoinscription de guides d ondes

Mise en forme programmable de faisceau laser femtoseconde pour le micro-usinage et la photoinscription de guides d ondes Soutenance de thèse Mise en forme programmable de faisceau laser femtoseconde pour le micro-usinage et la photoinscription Nicolas SANNER 1 RESEARCH & TECHNOLOGY Laboratoire Traitement du Signal et Instrumentation

Plus en détail

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Double faisceau avec optiques parfaitement stables. Bande passante 1,5 nm. Logiciel de navigation Jenway Flight

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008 Simulation de la propagation de fissures dans les lentilles du Laser Méga Joule : de la physique des matériaux au calcul haute performance en passant par l'algorithmique, la visualisation et le pilotage

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Le laser en médecine Fiche professeur THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Réinvestissement-Approfondissement NOTIONS

Plus en détail

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi Produits 2015-2016 GYROSCANFIELD Le Gyroscanfield permet de mesurer et de visualiser en 3D et en temps réel le rayonnement électromagnétique d un objet sous test de manière simple et rapide. Il est fabriqué

Plus en détail

Vélocimétrie par Images de Particules (PIV)

Vélocimétrie par Images de Particules (PIV) Master 2 de Dynamique des Fluides et Energétique 2014-2015 Techniques Expérimentales Avancés en Mécanique des Fluides Vélocimétrie par Images de Particules (PIV) Frédéric MOISY Université Paris-Sud Laboratoire

Plus en détail

Amplificateur à fibre dopée erbium

Amplificateur à fibre dopée erbium Amplificateur à fibre dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 980 nm est puissante (100 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé

Plus en détail

1 Introduction générale

1 Introduction générale Expérience n 10 Éléments d optique Domaine: Optique, ondes électromagnétiques Lien avec le cours de Physique Générale: Cette expérience est liée aux chapitres suivants du cours de Physique Générale: -

Plus en détail

Caractérisation non linéaire de composants optiques d une chaîne laser de forte puissance

Caractérisation non linéaire de composants optiques d une chaîne laser de forte puissance Caractérisation non linéaire de composants optiques d une chaîne laser de forte puissance Stéphane Santran Co-tutelle : Centre de Physique Moléculaire Optique et Hertzienne (CPMOH), Talence Laurent Sarger

Plus en détail

TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE

TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE PRE-REQUIS SAVOIR : AOP en régime linéaire et non linéaire OBJECTIFS SAVOIR : Valider par le calcul et la mesure, les performances des fonctions

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm)

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Cet appareil est constitué d une fibre optique, d un réseau de diffraction, et d une caméra linéaire (capteur CCD de 2048 pixels de 14 µm x 200 µm). On obtient

Plus en détail

UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels

UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels 1 Les très basses fréquences du spectre électromagnétique Bases : ondes électromagnétiques

Plus en détail

1STI2D - Les ondes au service de la santé

1STI2D - Les ondes au service de la santé 1STI2D - Les ondes au service de la santé De nombreuses techniques d imagerie médicale utilisent les ondes : la radiographie utilise les rayons X, la scintigraphie utilise les rayons gamma, l échographie

Plus en détail

Phénomènes ondulatoires

Phénomènes ondulatoires Travaux pratiques Phénomènes ondulatoires NUMEV Table des matières TP1 : Analyse Spectrale Optique 1 TP2 : Détection et identification de gaz par laser 7 TP3 : Détection de Signaux Optiques Faibles 16

Plus en détail

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire Théorie & applications F. Brau FP CNRS Avril 2009 Absorption multi-photonique Maria Göppert-Mayer Principe E hc 1931 Prédiction théorique Un atome

Plus en détail

TP Vélocimétrie Doppler

TP Vélocimétrie Doppler TP Vélocimétrie Doppler Brahim Lamine, Agnès Maître, Catherine Schwob To cite this version: Brahim Lamine, Agnès Maître, Catherine Schwob. TP Vélocimétrie Doppler. Master. 2011. HAL Id:

Plus en détail

UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis

UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis Enseignement Agro-alimentaire Sciences Chimie Recherche Laboratoires de référence UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis Accédez aux meilleures performances grâce à des spécificités optiques supérieures

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques Chapitre II Étude de risques spécifiques Risques optiques L exposition maximale permise (E.M.P.) est le niveau maximal auquel l œil peut être exposé sans subir de dommage immédiat ou à long terme. Cette

Plus en détail

La lumière laser : une lumière pas comme les autres!!!

La lumière laser : une lumière pas comme les autres!!! La lumière laser : une lumière pas comme les autres!!! Patrick GEORGES Laboratoire Charles Fabry de l Institut d Optique École Supérieure d Optique Université Paris-Sud - ORSAY Patrick.Georges@iota.u-psud.fr

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser

Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser Doctorante : Safa LABIDI Directeur de thèse : Maxime MIKIKIAN Mélissa Fauvet Nicolas Vernier Oceane Coudray

Plus en détail

ETUDE QUANTITATIVE D UN LASER PULSE A LIQUIDE APROTIQUE POLAIRE

ETUDE QUANTITATIVE D UN LASER PULSE A LIQUIDE APROTIQUE POLAIRE ETUDE QUANTITATIVE D UN LASER PULSE A LIQUIDE APROTIQUE POLAIRE Abstract. It is first demonstrated how it is possible to calculate the amplification coefficient of a laser medium from the efficiency slopes

Plus en détail

Le stockage de données pérenne dans les verres : Etat de l avancement du projet à Bordeaux.

Le stockage de données pérenne dans les verres : Etat de l avancement du projet à Bordeaux. Le stockage de données pérenne dans les verres : Etat de l avancement du projet à Bordeaux. A. Royon 1,2, Y. Deshayes 2, Y. Petit 1,3, T. Cardinal 3, et L. Canioni 1 1 LOMA-CNRS / Université de Bordeaux,

Plus en détail

rencontre du non-linéaire 2002 7 Cavité laser auto-organisable

rencontre du non-linéaire 2002 7 Cavité laser auto-organisable rencontre du non-linéaire 2002 7 Cavité laser auto-organisable N. Dubreuil, A. Godard, S. Maerten, V. Reboud, G.Pauliat, G. Roosen Laboratoire Charles Fabry de l Institut d Optique, UMR 8501, Centre Scientifique

Plus en détail

Scanner acoustique NoiseScanner

Scanner acoustique NoiseScanner Scanner acoustique NoiseScanner «Des yeux et des oreilles pour localiser les sources de bruit...» Scanner acoustique NoiseScanner Décibel d Or 2014 Caractéristiques générales Originalités Fruit de 20 ans

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

GentleMax Pro. La combinaison parfaite pour les traitements Dermato- Esthétiques. Science. Results. Trust.

GentleMax Pro. La combinaison parfaite pour les traitements Dermato- Esthétiques. Science. Results. Trust. GentleMax Pro La combinaison parfaite pour les traitements Dermato- Esthétiques Science. Results. Trust. Lorsqu il s agit d offrir une épilation laser rapide et efficace toutes les spécifications de l

Plus en détail

Modulation et démodulation d amplitude.

Modulation et démodulation d amplitude. Modulation et démodulation d amplitude. P. Ribiere Collège Stannislas Année Scolaire 2014/2015 P. Ribiere (Collège Stannislas) Modulation et démodulation d amplitude. Année Scolaire 2014/2015 1 / 42 1

Plus en détail

STAGE LASERS INTENSES

STAGE LASERS INTENSES STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 FASCICULES DE TRAVAUX PRATIQUES STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 TRAVAUX PRATIQUES He-Ne : alignement, mesures spatiales, modes transverses, spectre

Plus en détail

Etat et perspectives de développement de la plateforme laser IXL ATLAS

Etat et perspectives de développement de la plateforme laser IXL ATLAS Etat et perspectives de développement de la plateforme laser IXL ATLAS Vincent POUGET Historique Laser IXL 1988 : banc laser continu (He-Ne) pour l analyse OBIC 1990 : banc laser continu (Argon) pour le

Plus en détail

Lien optique cohérent à travers l atmosphère turbulente

Lien optique cohérent à travers l atmosphère turbulente Lien optique cohérent à travers l atmosphère turbulente Mini-DOLL : Deep Space Optical Laser Link Journées de Télémétrie Laser Présenté par : Khelifa DJERROUD Personnes impliquées dans le projet: Acef

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

Test & Diagnostic des câbles intégré

Test & Diagnostic des câbles intégré Test & Diagnostic des câbles intégré DAC 0,1 Hz Sinus 0,1 Hz CR TDS NT Deux formes de tension éprouvées dans un seul appareil Contrôle VLF des câbles selon les normes avec diagnostic DP Diagnostic DP non

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009

Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009 Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009 1 Les fibres optiques : caractéristiques et fabrication 2 Les composants optoélectroniques 3 Les amplificateurs optiques

Plus en détail

Actualités de Rohde & Schwarz. No 192 (2007/I)

Actualités de Rohde & Schwarz. No 192 (2007/I) INSTRUMENTATION GENERALE 44 448 Les analyseurs de réseau haut de gamme de Rohde & Schwarz, en plus d avoir été dotés d une option pour des mesures de profils d impulsion, couvrent maintenant avec le nouveau

Plus en détail

EMETTEUR ULB. Architectures & circuits. Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006. David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006

EMETTEUR ULB. Architectures & circuits. Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006. David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006 EMETTEUR ULB Architectures & circuits David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006 Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006 Introduction Emergence des applications de type LR-WPAN : Dispositif communicant

Plus en détail

Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution

Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution Jérôme Wenger Institut Fresnel, CNRS, Université Aix-Marseille, Ecole Centrale

Plus en détail

Les applications pour des impulsions femtosecondes

Les applications pour des impulsions femtosecondes Les applications pour des impulsions femtosecondes Présenté par John Lopez PALA / CELIA, UMR 5107 CNRS Université Bordeaux 1 Plan de l exposé PARTIE I : LES LASERS FEMTOSECONDES Principe de fonctionnement

Plus en détail

LES DETECTEURS DE SURVEILLANCE D APPROCHE LA DETECTION PERIPHERIQUE

LES DETECTEURS DE SURVEILLANCE D APPROCHE LA DETECTION PERIPHERIQUE LES DETECTEURS DE SURVEILLANCE D APPROCHE LA DETECTION PERIPHERIQUE 1. INTRODUCTION La détection périphérique s entend comme la détection d intrusion à la périphérie d un site, c est à dire à la frontière

Plus en détail

PROPRIÉTÉS D'UN LASER

PROPRIÉTÉS D'UN LASER PROPRIÉTÉS D'UN LASER Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité. Compétence(s) spécifique(s)

Plus en détail

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE Capteur luxmètre à sonde détachable, idéal pour les expériences de polarisation, il permet de quantifier simplement et rapidement les principales sources et phénomènes lumineux.

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?...

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Diffraction Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Doc. 1. Classes d un laser : Selon la puissance et la longueur d'onde d'émission du laser, celui-ci peut représenter un réel danger pour la vue et

Plus en détail

Procédés laser ultra brefs

Procédés laser ultra brefs Procédés laser ultra brefs. Eric AUDOUARD Femto 2004, Porquerolles Les procédés ultra brefs en question. Le cas des métaux : rôle des effets thermiques? Le cas des matériaux transparents : une spécificité

Plus en détail

LISACode. Un simulateur opérationnel pour LISA. Antoine PETITEAU LISAFrance - le 16 mai 2006

LISACode. Un simulateur opérationnel pour LISA. Antoine PETITEAU LISAFrance - le 16 mai 2006 LISACode Un simulateur opérationnel pour LISA Antoine PETITEAU LISAFrance - le 16 mai 2006 Plan Rappel sur LISACode. Validation du simulateur. Possibilités du simulateur. Résultats obtenus. Bruit de confusion.

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

Ablation laser? chauffage liquéfaction vaporisation. seuil. Résolution micrométrique ionisation. Ablation laser femtoseconde. Absorption à un photon

Ablation laser? chauffage liquéfaction vaporisation. seuil. Résolution micrométrique ionisation. Ablation laser femtoseconde. Absorption à un photon SOLUTION DE MARQUAGE LASER DIFFERENCIANTE MICRO-USINAGE & MICROMARQUAGE LASER FEMTO-SECONDE Tijani MESSAOUDI IPV // Atelier Pôle Pilote des Microtechniques / Besançon, 23 06 2011 MICRO-USINAGE LASER FEMTO-SECONDE

Plus en détail

TP Diffraction et Interférence DIFFRACTIONS ET INTERFERENCES

TP Diffraction et Interférence DIFFRACTIONS ET INTERFERENCES OBJECTIFS Observation de la diffraction. Observation des interférences. I ) DIFFRACTION D ONDES A LA SURFACE DE L EAU Sur la photographie ci-dessous, on observe que les vagues, initialement rectilignes,

Plus en détail

Découpe, gravure et marquage laser Machines de découpe, marquage et de gravure 2D pour prototypage rapide & petites séries

Découpe, gravure et marquage laser Machines de découpe, marquage et de gravure 2D pour prototypage rapide & petites séries Découpe, gravure et marquage laser Machines de découpe, marquage et de gravure 2D pour prototypage rapide & petites séries Descriptif du système Les machines à découpe au laser ULS utilisent un procédé

Plus en détail

Inauguration du laser PETAL au sein de l installation Laser Mégajoule :

Inauguration du laser PETAL au sein de l installation Laser Mégajoule : Inauguration du laser PETAL au sein de l installation Laser Mégajoule : l Aquitaine à l avant-garde mondiale des lasers Conseil régional d Aquitaine Dossier de Presse Vendredi 18 septembre 2015 au Barp

Plus en détail

Tenue au flux des couches minces optiques en régime subpicoseconde

Tenue au flux des couches minces optiques en régime subpicoseconde Tenue au flux des couches minces optiques en régime subpicoseconde Benoit Mangote To cite this version: Benoit Mangote. Tenue au flux des couches minces optiques en régime subpicoseconde. Optics [physics.optics].

Plus en détail

Mesures de service pour le diagnostic de variations périodiques de masse dans la partie humide et dans le circuit de tête de machine.

Mesures de service pour le diagnostic de variations périodiques de masse dans la partie humide et dans le circuit de tête de machine. Informations pour le papetier Technical Assistance, Service and Know-how Sujets PÜ/TASK-Info/27F Düren, 399 August 2001 A. Häuser * Mesures de service pour le diagnostic de variations périodiques de masse

Plus en détail

La Nouvelle Solution. Pour les Lésions Pigmentaires & les Tatouages. Science. Results. Trust.

La Nouvelle Solution. Pour les Lésions Pigmentaires & les Tatouages. Science. Results. Trust. La Nouvelle Solution Pour les Lésions Pigmentaires & les Tatouages Science. Results. Trust. La technologie de PicoWay TM aux pulses ultra-courts nécessite des énergies plus faibles et génère des résultats

Plus en détail

2.1. Éléments à votre disposition. 2.2. Travail demandé. 2.1.1. Matériel. 2.1.2. Documentation. 2.1.3. Logiciels

2.1. Éléments à votre disposition. 2.2. Travail demandé. 2.1.1. Matériel. 2.1.2. Documentation. 2.1.3. Logiciels ETUDE ENERGETIQUE DE FAISCEAUX U52 - MISE EN ŒUVRE DU SYSTÈME 2.1. Éléments à votre disposition 2.1.1. Matériel Voir cadre 3. 2.1.2. Documentation Voir cadre 1 2.1.3. Logiciels Voir cadre 2. 2.2. Travail

Plus en détail

Méthodes de caractérisation avancée pour l évaluation de la fiabilité des filières GaN

Méthodes de caractérisation avancée pour l évaluation de la fiabilité des filières GaN Méthodes de caractérisation avancée pour l évaluation de la fiabilité des filières GaN Le salon des radiofréquences, des hyperfréquences, du wireless, de la CEM et de la Fibre Optique CNIT - Paris La Défense

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

«Vers une méthode rapide de l évaluation de la tendreté»

«Vers une méthode rapide de l évaluation de la tendreté» Matthieu ALRIC - matthieu.alric@adiv.fr Chargé d Etudes en Génie Mécanique et Robotique «Vers une méthode rapide de l évaluation de la tendreté» Développement d un système robotique équipé de capteurs

Plus en détail

RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT. Guide de mesure et d application

RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT. Guide de mesure et d application RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT Guide de mesure et d application APPLICATIONS R&D Mesure du diamètre intérieur d un tunnel Mesure de la hauteur d une voiture en mouvement Essai de résistance / vibration sismique

Plus en détail

Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale

Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale Philippe HERVÉ Julie CEDELLE Laboratoire d Énergétique et d Économie d Énergie, Université Paris X Nanterre, 50 Rue de Sèvres, 92140 Ville

Plus en détail

Montée en puissance des lasers à fibres : Etat de l art et perspectives

Montée en puissance des lasers à fibres : Etat de l art et perspectives Journées de l optique Réseau Optique et Photonique 9/10/07-11/10/07 Montée en puissance des lasers à fibres : Etat de l art et perspectives P. Bourdon (ONERA/DOTA/SLS) 1 Plan 1) Les lasers à fibres - historique,

Plus en détail

Plan industriel : Lasers et applications. 17 juin 2015

Plan industriel : Lasers et applications. 17 juin 2015 Plan industriel : Lasers et applications 17 juin 2015 1 La technologie laser 30 µm 3 mm 30 cm 300 m 3 Le laser : un marché en forte croissance Année 2014 (M ) Positionnement du plan laser Communications

Plus en détail

La recherche d'indices par fluorescence

La recherche d'indices par fluorescence La recherche d'indices par fluorescence Ces sources d éclairage à haute intensité permettent, en fluorescence, la mise en évidence d indices qui ne sont pas visibles ou peu à l oeil nu. Ex : empreintes

Plus en détail

Pionnier des innovations

Pionnier des innovations www.es-france.com Tél. 01 47 95 99 45 n o i t ta n e m u r t s e l In a r é n é G Oscilloscopes Enregistreurs Centrales d acquisitions Génerateurs Synthétiseurs Compteurs Multimètres Alimentations Caméras

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Pratique de réparation et dépannage des cartes électroniques industrielles

Pratique de réparation et dépannage des cartes électroniques industrielles Durée : 5 jours Pratique de réparation et dépannage des cartes électroniques industrielles Réf : (Elec 01) capables de : - Comprendre et mettre en œuvre les différentes méthodes de tests des composantes

Plus en détail

TECHNIQUE LASER. Les applications du laser dans l industrie du verre

TECHNIQUE LASER. Les applications du laser dans l industrie du verre TECHNIQUE LASER John Lopez (1,2) (1) ALPHANOV, centre technologique optique et laser (2) CELIA, Unité Mixte de Recherche CNRS-CEA-Université Bordeaux 1 Les applications du laser dans l industrie du verre

Plus en détail

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON L INTERFEROMETRE DE MICHELSON Chappuis Emilie (chappue0@etu.unige.ch) Fournier Coralie (fournic0@etu.unige.ch) . Introduction.. But de la manipulation. INTERFEROMETRE DE MICHELSON Lors de ce laboratoire,

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

Mémento à l usage du personnel des laboratoires

Mémento à l usage du personnel des laboratoires Mémento à l usage du personnel des laboratoires sécurité laser édition février 2005 Pôle Maîtrise des Risques Direction de la Protection et de la Sûreté Nucléaire Symbole des nouvelles technologies, l

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Laser prostate : principes et présentation du matériel Partie I. La théorie

Laser prostate : principes et présentation du matériel Partie I. La théorie QUESTION D ACTUALITÉ Laser prostate : principes et présentation du matériel Abdel-Rahmène Azzouzi et le CTMH-AFU (Comité des troubles mictionnels de l homme de l Association française d urologie) Service

Plus en détail

Les codes à barres. 1 Définition (NF Z 63-300) 2 Structure d un code

Les codes à barres. 1 Définition (NF Z 63-300) 2 Structure d un code Les cos à barres Apparus en 1949, les cos à barres sont aujourd hui couramment utilisés dans tous les secteurs d activités pour intifier s produits dans les installations manutention, stockage, lors s

Plus en détail

Microscopie de fluorescence Etat de l art

Microscopie de fluorescence Etat de l art Etat de l art Bibliométrie (Web of sciences) CLSM GFP & TPE EPI-FLUORESCENCE 1 Fluorescence Diagramme de JABLONSKI S2 S1 10-12 s Excitation Eex Eem 10-9 s Émission Courtoisie de C. Spriet

Plus en détail

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz,

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, en régime continu ou impulsionnel. Applications opto-microondes. NGOC DIEPLAI Laboratoire d Electronique Quantique

Plus en détail

Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS

Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS Atelier Plasmonique du 5 février 2015, LAAS-CNRS, Toulouse Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS Thomas Lopez 1, Sébastien Massenot 1, Magali Estribeau 1, Pierre

Plus en détail

Caractérisation d une impulsion ultra-courte

Caractérisation d une impulsion ultra-courte Lasers femtosecondes : principes et applications en physique, chimie et biologie /6 Caractérisation d une impulsion ultra-courte Manuel Joffre http://www.lob.polytechnique.fr/personnel/manuel_joffre/ La

Plus en détail

Introduction à l optique : approche ondulatoire

Introduction à l optique : approche ondulatoire PCSI1-Lycée Michelet 2015-2016 Introduction à l optique : approche ondulatoire I. Bref historique La nature de la lumière a fait l objet d une controverse dès le XVII eme siècle : Descartes puis Newton

Plus en détail

Spectrophotomètres. www.jenway.com

Spectrophotomètres. www.jenway.com Imlab Oude Vijvers 1 B-3370 Boutersem Spectrophotomètres www.jenway.com Bibby Scientific France - ZI du Rocher Vert - BP 79-77793 Nemours Cedex Tél. : 01 64 45 13 13 - Fax : 01 64 45 13 00 - email : bsf@bibby-scientific.fr

Plus en détail

Etude et réalisation de lasers à fibre auto-impulsionnels àbase d absorbants saturables

Etude et réalisation de lasers à fibre auto-impulsionnels àbase d absorbants saturables Etude et réalisation de lasers à fibre auto-impulsionnels àbase d absorbants saturables Jean-Bernard Lecourt To cite this version: Jean-Bernard Lecourt. Etude et réalisation de lasers à fibre auto-impulsionnels

Plus en détail