SECTION III. Des définitions sont ajoutées aux instructions afin d aider l assureur à produire ses relevés.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SECTION III. Des définitions sont ajoutées aux instructions afin d aider l assureur à produire ses relevés."

Transcription

1 SECTION III Des définitions sont ajoutées aux instructions afin d aider l assureur à produire ses relevés. Ces définitions ne constituent pas une liste exhaustive des termes utilisés en assurance et en comptabilité d assurance ou à des fins d interprétation. Elles sont fournies exclusivement aux fins de préparation des relevés trimestriels et du supplément annuel (P&C). La Loi sur les sociétés d assurances et les lois provinciales et territoriales connexes renferment d autres définitions. Voici d autres sources de définitions : L assurance mot à mot (Bureau d assurance du Canada) Glossary of Insurance Terms (A.M. Best) Risk and Insurance and Risk Management Terms (IRMI) Aux fins du relevé P&C, les définitions qui suivent prévalent sur celles figurant dans toute source non législative. Il se peut que certaines expressions soient interprétées différemment d une juridiction à l autre. L assureur doit consulter son organisme de réglementation pour obtenir des interprétations techniques. Définitions - Branches d assurance Les branches d assurance sont définies ci-après afin d en faciliter la consultation; les utilisateurs devraient toutefois se reporter aux dispositions législatives ou réglementaires des principaux organismes de réglementation. Les branches d assurance sont définies dans l ordre dans lequel elles apparaissent sur les formulaires énumérés dans l état. Relevés des sociétés d assurances multirisques III-1 Révisé : juin 2014

2 Définitions - Branches d assurance (suite) Assurance de biens - Personnels assurance contre la perte de biens ou le dommage causé à ceux-ci, y compris l assurance contre les pertes causées par contrefaçon ou falsification. Elle comprend les polices portant sur des propriétés résidentielles et les polices «risques multiples», englobant le contenu d immeubles tels les logements, les maisons de chambres, les motels, les immeubles utilisés à des fins commerciales et manufacturières, et les risques liés aux polices personnelles combinées émises selon la formule des primes indivisibles. Cette catégorie comprendrait les polices d assurance-incendie, le contenu des occupants d un logement et les risques personnels des propriétaires occupants, l assurance contre le cambriolage et le vol résidentiel et l assurance spéciale bris de glaces résidentielles. Les risques divers comme la responsabilité personnelle contre les dommages corporels seraient exclus de cette catégorie. Une garantie habitation s entend d un contrat d assurance émis par un fournisseur de garanties pour couvrir les vices de construction d une nouvelle habitation et les pertes ou les coûts qui en découlent pour le propriétaire. Une garantie sur un produit s entend d une assurance contre la perte d un bien personnel autre qu un véhicule automobile ou les dommages causés à celui-ci qui ne relèvent d aucune autre branche d assurance, en vertu de laquelle l assureur s engage à payer les coûts de réparation ou de remplacement du bien personnel. L assurance biens commerciaux grouperait toutes les polices d assurance biens commerciaux et les polices d assurance risques multiples, à l exclusion toutefois des catégories distinctes d assurance précisées par l organisme de réglementation (c est-àdire les lignes 10 à 70 des tableaux de l état annuel portant sur les catégories d assurance). Assurance aviation s entend, selon le cas, (i) (ii) de l assurance de responsabilité pour blessures corporelles ou décès d une personne ou pour perte ou dommage matériel, causés par un aéronef ou par son utilisation; de l assurance contre la perte d un aéronef ou de son utilisation ou contre le dommage causé à un aéronef. Relevés des sociétés d assurances multirisques III-2 Révisé : juin 2014

3 Définitions - Branches d assurance (suite) Assurance automobile s entend, selon le cas, (i) (ii) (iii) de l assurance de responsabilité pour blessures corporelles ou décès d une personne ou pour perte ou dommage matériel, causés par un véhicule automobile ou par son utilisation ou son fonctionnement; de l assurance contre la perte d un véhicule automobile ou de son utilisation ou contre le dommage causé à un véhicule automobile; de l assurance visée aux alinéas a) ou b) de la catégorie accidents et maladie dans le cas où l accident est causé par un véhicule automobile ou par son utilisation ou son fonctionnement, qu il y ait ou non responsabilité, et que la police garantit la responsabilité pour blessures corporelles ou décès d une personne causés par un véhicule automobile ou par son utilisation ou son fonctionnement. On demande à l assureur de déclarer les branches d assurance automobile selon les méthodes utilisées pour déclarer les données à l Agence statistique d assurance générale (ASAG) aux fins des plans statistiques. L assureur doit diviser ce type d assurance selon les trois sous-catégories relatives à la protection prévue par la formule type de police d assurance automobile comme suit : Dans toutes les provinces Au Québec : sauf au Québec : Responsabilité Section A Chapitre A Accident corporel Section B Avenants #34, #34A Autre Section C (y compris section D pour l Ontario) Chapitre B et tous les autres avenants Relevés des sociétés d assurances multirisques III-3 Révisé : juin 2014

4 Définitions - Branches d assurance (suite) Assurance chaudières et machines s entend, selon le cas, (i) (ii) de l assurance de responsabilité pour blessures corporelles ou décès d une personne ou pour perte ou dommage matériel, ou de l assurance contre la perte ou le dommage matériel, causés soit par l explosion ou la rupture d un appareil à pression de tout genre ou des tuyaux, des moteurs ou des machines liés à cet appareil ou actionnés par celui-ci, soit par un accident survenant à un tel appareil ou à l un ou l autre de ces éléments; de l assurance de responsabilité pour blessures corporelles ou décès d une personne ou pour perte ou dommage matériel, ou assurance contre la perte ou le dommage matériel, causés par la panne d une machine. Les garanties sur le matériel constituent une sous-catégorie de l assurance chaudières et machines et comprennent l assurance contre la perte d un véhicule automobile ou d équipement ou les dommages causés à ceux-ci découlant d une défaillance mécanique, mais ne comprennent pas l assurance automobile ni les protections accessoires à l assurance automobile. L assurance-crédit s entend de l assurance indemnisant un créancier contre la perte résultant de l insolvabilité ou de la défaillance du débiteur. L assurance protection de crédit s entend de l assurance aux termes de laquelle l assureur s engage à payer, entièrement ou partiellement, les soldes créditeurs ou les dettes d un particulier en cas d insuffisance réelle ou éventuelle de son revenu ou de réduction réelle ou éventuelle de sa capacité de gagner un revenu. L assurance détournements s entend de l assurance contre la perte causée par le vol, l abus de confiance par les malversions commis par une personne qui occupe un poste de confiance, ou assurance en vertu de laquelle l assureur s engage à garantir la bonne exécution des fonctions d une charge. L assurance grêle s entend de l assurance contre la perte de récoltes sur pied ou le dommage à de telles récoltes, causés par la grêle. Relevés des sociétés d assurances multirisques III-4 Révisé : juin 2014

5 Définitions - Branches d assurance (suite) L assurance frais juridiques s entend de l assurance couvrant les frais encourus par une ou plusieurs personnes pour des services juridiques spécifiés dans la police, y compris l acompte, les honoraires ou les autres frais liés à la prestation des services. L assurance responsabilité s entend de l une des assurances ci-après, à l exclusion des assurances appartenant à une autre catégorie : (i) (ii) (iii) assurance de responsabilité pour blessures corporelles, invalidité ou décès d une personne, notamment un employé; assurance de responsabilité pour pertes ou dommages matériels; assurance couvrant les dépenses occasionnées par suite de blessures corporelles causées à une personne autre que l assuré ou un membre de sa famille, qu il y ait ou non responsabilité, si la police prévoit expressément l assurance visée à l alinéa (i). Les assureurs devraient regrouper leurs branches d assurance responsabilité en reprenant les termes qui figurent dans les rapports qu ils produisent auprès de l Agence statistique d assurance générale aux fins de l établissement des plans statistiques. Ainsi, leur relevé devrait comporter les sept sous-catégories suivantes d assurance responsabilité : Responsabilité civile (avec produits) s entend des polices d assurance de la responsabilité civile générale. Sont notamment visés par ce type d assurance : a) dommages et blessures causés à autrui ; b) préjudices causés à autrui; c) opérations complètes et produits; d) responsabilité de l employeur et rémunération volontaire (blessure qui n est pas visée par le régime de rémunération de l employé); e) responsabilité contractuelle; f) responsabilités du propriétaire et du locataire. Responsabilité civile (sans produit) s entend d une police d assurance endossée qui exclut la responsabilité des opérations complètes et des produits. Relevés des sociétés d assurances multirisques III-5 Révisé : juin 2014

6 Définitions - Branches d assurance (suite) Responsabilité civile en matière de cyber risque Protection visant les pertes encourues par un tiers en raison de l utilisation du commerce électronique ou d activités ayant un lien avec Internet. Sont notamment visés : a) la protection des renseignements personnels b) le vol d identité c) la sécurité du réseau informatique d) les acteurs de l internet e) la cyber extorsion Responsabilité civile de la direction et des agents s entend de la responsabilité découlant de l acceptation d un poste dans une société. Responsabilité civile surérogatoire Protection bonifiant la protection offerte par un contrat précis d assurance de base en responsabilité civile. Contrats ayant pour seule fonction de bonifier la protection d autres contrats, sans égard au type de responsabilité civile dont il est question. Responsabilité civile professionnelle Assurance responsabilité civile que peuvent souscrire les particuliers et les entreprises, qui offre des garanties plus étendues (montants et risques couverts) que celles offertes par les polices de première ligne de l assuré. Comprend les erreurs, les omissions et les fautes professionnelles, hormis la responsabilité civile de la direction et des agents. Responsabilité civile complémentaire Protection bonifiant à la fois la protection offerte par l ensemble des contrats d assurance en responsabilité civile et les contrats d assurance de base. Responsabilité civile découlant de la pollution Assurance responsabilité civile visant toute forme de pollution ou de dommage causé en l environnement souscrite à titre distinct. Autre Assurance responsabilité civile visant une catégorie de responsabilité civile autre que celles susmentionnées. L assurance hypothèque s entend de l assurance contre la perte causée par la défaillance du bénéficiaire d un prêt garanti par une hypothèque, une charge ou toute autre sûreté sur un bien immeuble. Relevés des sociétés d assurances multirisques III-6 Révisé : juin 2014

7 Définitions - Branches d assurance (suite) L assurance autres produits approuvés s entend de l assurance contre les risques qui ne sont pas couverts par les assurances appartenant à toute autre catégorie. L assurance caution s entend de l assurance aux termes de laquelle l assureur s engage à garantir la bonne exécution d un contrat ou d un engagement ou le paiement d une pénalité ou d une indemnité en cas de défaillance. Tous les types de caution, notamment celles visant les contrats, devraient faire l objet d une déclaration distincte. L assurance titres s entend de l assurance contre la perte ou le dommage résultant, selon le cas : (i) (ii) (iii) (iv) (v) de l existence d une charge, d une hypothèque, d une servitude, d un privilège ou de toute autre restriction sur un bien immeuble; de l existence d une charge, d une hypothèque, d un privilège, d un nantissement ou de toute autre restriction sur un bien meuble; d un vice entachant la validité d un document attestant la création d une restriction visée aux alinéas (i) ou (ii); d un vice entachant la validité d un titre de propriété; de toute autre situation qui influe sur le titre de propriété ou le droit d utilisation et de jouissance des biens. L assurance maritime s entend de l assurance (i) de responsabilité contre (A) les blessures corporelles ou décès d une personne; (B) la perte ou dommage matériels, (C) toute perte ou dommage matériels subis, survenant soit au cours d un voyage ou d une expédition en mer ou sur une voie d eau intérieure, soit à l occasion d un retard dans le cadre d un tel voyage ou d une telle expédition ou au cours d un transport connexe qui ne se fait pas sur l eau. Relevés des sociétés d assurances multirisques III-7 Révisé : juin 2014

8 Définitions - Branches d assurance (suite) L assurance accidents et maladie s entend de (i) (ii) (iii) (iv) (vi) l assurance contre la perte résultant de blessures corporelles ou du décès d une personne causés par un accident; l assurance aux termes de laquelle l assureur s engage à verser une ou plusieurs sommes en cas de blessures corporelles ou de décès d une personne causés par un accident; assurance contre la perte résultant de la maladie ou de l invalidité d une personne, à l exclusion de toute perte résultant du décès de la personne par suite de la maladie, dans la mesure où cette maladie ou invalidité n a pas été causée par un accident; l assurance aux termes de laquelle l assureur s engage à verser une ou plusieurs sommes en cas de maladie ou d invalidité d une personne non causée par un accident; assurance aux termes de laquelle l assureur s engage à verser une somme pour les soins de santé d une personne, notamment les soins dentaires et soins préventifs. Autres définitions Activité auxiliaire Activité réputée appuyer ou assurer la prestation d un service pour faciliter les opérations d assurance ou les placements. Assureur Englobe une société d assurances ou de réassurance, une société mutuelle d assurance agricole, une société d assurances captives et une société d assurances réciproques. Au Québec, certaines corporations professionnelles sont également réputées être des assureurs. Relevés des sociétés d assurances multirisques III-8 Révisé : juin 2014

9 Autres définitions (suite) Assureur agréé et non agréé Les expressions «agréé» et «non agréé» permettent de préciser si la réassurance cédée par un assureur fédéral et par un assureur provincial peut lui être créditée, respectivement. Pour plus de précisions, se reporter à la ligne directrice sur le TCM. - Assureur à charte provinciale : Un assureur agréé auprès d une administration détient un permis délivré par la juridiction en question. Certains organismes de réglementation considèrent également comme assureur agréé, l assureur et le réassureur qui ne détiennent pas de permis pour exercer des opérations d assurance sur leur territoire, mais qui sont constitués en vertu des lois d une autre administration et détiennent un permis délivré par cette dernière. Consulter l organisme de réglementation de la juridiction en cause. L assureur non agréé ne détient pas un permis délivré par l organisme de réglementation d au moins une province et n est pas agréé auprès du gouvernement fédéral. Assureur non agréé (société) Voir la définition sous la rubrique Assureurs agréés et non agréés. Automobile de tourisme sauf agriculteurs (PPAxF) La catégorie PPAxF se définit comme étant une combinaison du type d activités 0, 1, 4, 5, 8, 9 et du type d activités Les autres voitures privées sont classées dans la catégorie des automobiles autres que de tourisme. Tous les véhicules commerciaux, y compris ceux à utilisation publique, doivent être classés à titre d automobiles autres que de tourisme. Coentreprise Accord contractuel en vertu duquel deux parties ou plus conviennent d exercer une activité économique sous contrôle conjoint. Relevés des sociétés d assurances multirisques III-9 Révisé : juin 2014

10 Autres définitions (suite) Commissions conditionnelles Commissions qui ne sont pas exclusivement imputables au volume de primes et qui ne peuvent être reportées. Pour plus de détails sur les commissions, se reporter aux instructions relatives à la page Commissions non gagnées Montant estimatif du revenu de commissions relatives aux primes cédées se rapportant à la période de protection subséquente à l exercice en cours. Les commissions non gagnées provenant des affaires cédées ne doivent pas être amputées du montant des commissions reportées provenant des primes directes et acceptées et doivent être estimées pour chaque catégorie d assurance. Commissions reportées Montant estimatif des dépenses de commissions relatives aux primes directes et acceptées se rapportant à la période de protection subséquente à l exercice en cours. Les commissions reportées provenant des affaires directes et acceptées ne doivent pas être amputées du montant des commissions non gagnées provenant des primes cédées et doivent être estimées pour chaque catégorie d assurance. Contrôle Le «contrôle» représente le pouvoir de diriger les politiques financières et opérationnelles d une entité pour obtenir des avantages de ses opérations, conformément au sens de l expression aux termes des normes IFRS. Honoraires de conseiller en placements Droits versés en contrepartie de la prestation de conseils en matière de placements. Créances subordonnées Comprends toute créance de l assureur qui sera, en cas d insolvabilité ou de liquidation de l assureur, subordonnée à tout élément de passif lié aux polices de l assureur, de même que tous les autres passifs à l exception de ceux qui sont de rang égal ou inférieur à une telle créance. Se référer à la ligne directrice sur le capital pour plus de précisions. Relevés des sociétés d assurances multirisques III-10 Révisé : juin 2014

11 Autres définitions (suite) Dépendances importantes À titre d exemple de dépendance importante, citons le fait qu au moins 10 % du total des primes proviennent d une même source et la fourniture par autrui de services d exploitation ou de systèmes de base (sinistres, technologie de l information, émission de polices, etc.). Entreprise associée Une entreprise associée est une entité, y compris une entité non constituée en société, par exemple, un partenariat, dans laquelle l investisseur exerce une influence notable et qui n est ni une filiale ni une participation dans une coentreprise. Aux fins des présentes, la notion d influence notable se définit conformément aux IFRS. Filiale Conformément aux normes IFRS, une filiale est une entité, y compris une entité sans personnalité juridique telle qu une société de personnes, contrôlée par une autre entité (appelée la société mère). Frais d acquisition Frais engagés pour l acquisition de nouvelles polices ou de renouvellement de polices. Parmi ces frais, on compte les commissions, les taxes sur les primes et une allocation des frais d exploitation. Groupe d échange de contrats réciproques Groupe de personnes formé en vue d échanger entre elles des contrats réciproques d indemnité ou d interassurance par l entremise d un fondé de pouvoir principal, au sens où l entendent les lois provinciales qui traitent de la question. Groupe financier Cession d éléments d actif totalisant au moins 10 % des actions avec droit de vote ou se soldant par la modification du contrôle de l assureur. Relevés des sociétés d assurances multirisques III-11 Révisé : juin 2014

12 Autres définitions (suite) IFRS Normes internationales d information financière (IFRS) contenues dans la Partie I du Manuel de CPA Canada. Immeubles de placements Placement dans des terrains ou des immeubles, ou les deux, ne devant pas servir aux opérations d assurance de l assureur. Insuffisance de primes Il y a insuffisance de primes lorsque les primes non gagnées ne suffisent pas à couvrir tous les engagements prévus à l égard des polices, y compris tous les frais associés à la souscription des polices. Intérêt de groupe financier Selon l article 10 de la Loi sur les sociétés d assurances, a un intérêt de groupe financier l assureur à charte fédérale qui détient la propriété effective, selon le cas : «d un nombre total d actions comportant plus de 10 % des droits de vote»; «d un nombre total d actions représentant plus de 25 % de l avoir des actionnaires». En vertu du paragraphe 495(4) de ladite loi, la société d assurance de dommages qui désire acquérir ou augmenter un intérêt de groupe financier dans une institution financière doit contrôler cette institution (c est-à-dire qu elle doit détenir plus de 50 % des droits de vote dont l exercice lui permettrait d élire des administrateurs), sauf dans la mesure permise par le paragraphe 495(5). L organisme de réglementation principal de l assureur provincial pourra indiquer toutes divergences quant à la définition fournie ci-haut. Relevés des sociétés d assurances multirisques III-12 Révisé : juin 2014

13 Autres définitions (suite) Limite de police - Assureurs Montant maximal de protection d assurance fourni par l assureur au cours de la période de déclaration à l égard d un risque de la catégorie d assurance donnée. - Réassureurs Sans objet. Montant nominal de référence Le montant nominal de référence est : - le montant nominal de référence, sauf s il est augmenté du fait de la structure de la transaction. Dans ces situations, l assureur doit déterminer l exposition potentielle au crédit d après le principal notionnel effectif ou réel; - nul, lorsque le risque de crédit lié à des swaps de taux d intérêt variables dans une seule devise est calculé sur la base de sa propre valeur de référence au marché; - la somme des paiements restants dans le cas des contrats prévoyant de multiples échanges du montant nominal. Non comptabilisés (actifs et passifs) Les actifs et les passifs qui ne sont pas «reconnus» en vertu des normes comptables pertinentes et qui sont «hors bilan». Organisme de réglementation Organisme fédéral, provincial ou territorial chargé de surveiller et de réglementer l industrie des assurances relevant de sa compétence. L expression «organisme de réglementation principal» s entend de l organisme relevant de l administration sous le régime des lois de laquelle l assureur a obtenu une ordonnance de fonctionnement ou a été constitué. Participation Somme versée à un assuré participant, établie par l assureur en fonction des dispositions du contrat d assurance. Relevés des sociétés d assurances multirisques III-13 Révisé : juin 2014

14 Autres définitions (suite) Placements à court terme Comprend les bons du Trésor, les effets de commerce, les billets à ordre non garantis à court terme émis par une institution financière ou une société commerciale, les dépôts portant intérêt auprès d une institution de dépôts, les certificats de dépôt bancaire, les certificats de placement garanti d une société de fiducie, les obligations et les débentures. Provision pour sinistres subis mais non déclarés (SMND) Provision supplémentaire établie pour couvrir les sinistres subis, y compris les frais de règlement connexes, mais non déclarés à l assureur avant la date de l évaluation et en prévision de la matérialisation des provisions calculées dossier par dossier. Ratio cible interne de capital Niveau de capital, fonction du niveau de risques et de l évaluation de la solvabilité de l assureur, nécessaire pour couvrir les risques précisés dans les tests du capital ainsi que tous les autres risques de l assureur. Pour plus de détails, consulter la ligne directrice A-4 du BSIF. Réassurance de financement Convention de réassurance dont l objet principal n est pas le transfert d un risque d assurance; une telle convention est réputée constituer une convention de financement et non une convention de réassurance et doit être déclarée comme telle. Réassureur non agréé Voir la définition sous la rubrique Assureurs agréés et non agréés. Règlements structurés Voir la section IV - Questions d intérêt particulier. Remboursement de surprime (d expérience) Le libellé de certains contrats d assurance permet au souscripteur de prendre part aux résultats techniques positifs. Ce genre de remboursement constitue une «participation» ou une «ristourne». Relevés des sociétés d assurances multirisques III-14 Révisé : juin 2014

15 Autres définitions (suite) Rétention nette Assureur Montant maximal de protection d assurance nette que l assureur a retenu au cours de la période de déclaration à l égard d un risque ou d un engagement dans la catégorie d assurance donnée, soit en souscrivant le risque pour son propre compte net ou après déduction de tous les montants de réassurance recouvrables à l égard du risque. Réassureur Montant maximal de protection que le réassureur a accepté au cours de la période de déclaration à l égard d un risque ou d un engagement de la catégorie d assurance donnée, soit en vertu d un traité de réassurance acceptée, soit en vertu d un groupe de traités couvrant le même risque ou le même engagement pour le même assureur cédant, soit encore en souscrivant le risque pour son propre compte net ou après épuisement de tous les montants de rétrocession recouvrables au titre du risque. Récupération et subrogation sur récupération La récupération s entend de la valeur résiduelle qui revient à l assureur par suite du règlement d un sinistre touchant un bien couvert par une police qu il a émise. La subrogation désigne le cas où un assureur assume le droit d un assuré à une indemnité que lui confère la loi. Risque nucléaire Le risque nucléaire n est pas une branche d assurance distincte. La partie dommages matériels doit être classée sous la rubrique «Biens» (se rapportant aux biens immeubles) et la partie responsabilité envers les tiers, sous la rubrique «Responsabilité». Ristourne Voir la définition de Remboursement de surprime d expérience. Taux de sinistres Au cours d une certaine période, pour toutes les polices émises par un assureur dans une catégorie particulière d assurance, le taux de sinistres est le ratio entre les sinistres subis à l égard de ces polices, y compris les frais de règlement, par rapport aux primes nettes gagnées relativement à ces mêmes polices. Relevés des sociétés d assurances multirisques III-15 Révisé : juin 2014

16 Autres définitions (suite) Taux de sinistres - par année de comptabilisation Taux de sinistres obtenu lorsque les données sur les sinistres et les primes utilisées aux fins du calcul portent sur une année civile particulière. Taux de sinistres - par année de survenance Taux de sinistres obtenu lorsque les données sur les sinistres et les primes utilisées aux fins du calcul portent sur une année de survenance particulière. Titres de gouvernements Se reporter aux consignes à propos des obligations de gouvernements dans la ligne directrice Test du capital minimal. Titre-risque Un titre-risque (TR) est un instrument par le biais duquel le risque d assurance est transféré aux marchés financiers. Bien que ce ne soit pas une liste exhaustive, il s agirait notamment des obligations pour risque de catastrophe, des swaps, des garanties contre les pertes de l industrie, des contrats dérivés et sidecars. Relevés des sociétés d assurances multirisques III-16 Révisé : juin 2014

SECTION III. Des définitions sont ajoutées aux instructions afin d aider l assureur à produire ses relevés.

SECTION III. Des définitions sont ajoutées aux instructions afin d aider l assureur à produire ses relevés. SECTION III Des définitions sont ajoutées aux instructions afin d aider l assureur à produire ses relevés. Ces définitions ne constituent pas une liste exhaustive des termes utilisés en assurance et en

Plus en détail

Activité auxiliaire Activité réputée appuyer ou assurer la prestation d un service pour faciliter les opérations d assurance ou les placements.

Activité auxiliaire Activité réputée appuyer ou assurer la prestation d un service pour faciliter les opérations d assurance ou les placements. SECTION III Généralités Des définitions sont ajoutées aux instructions afin d aider l assureur/la société à produire ses relevés. Ces définitions ne constituent pas une liste exhaustive des termes utilisés

Plus en détail

ANNEXE 1. a) assurance contre la perte résultant de blessures corporelles ou du décès d une personne, causés par un accident;

ANNEXE 1. a) assurance contre la perte résultant de blessures corporelles ou du décès d une personne, causés par un accident; ANNEXE 1 Détermination et définition des catégories d assurance aux fins de la Loi sur les assurances, L.R.O. 1990, chap. I.8, tel qu elle a été modifiée (la «Loi») sur ordonnance du surintendant, Services

Plus en détail

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables.

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables. SECTION IV Les établissements «Facility», «Facility Association» («FA»), «FA Risk Sharing Pool» («FARSP») et le «Plan de répartition des risques établi par le Groupement des assureurs automobiles» (le

Plus en détail

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables.

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables. SECTION IV Les établissements «Facility», «Facility Association» («FA»), «FA Risk Sharing Pool» («FARSP») et le «Plan de répartition des risques établi par le Groupement des assureurs automobiles» (le

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

INSTRUCTIONS RELATIVES

INSTRUCTIONS RELATIVES INSTRUCTIONS RELATIVES AUX TABLEAUX SUR LES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Les Tableaux sur les sinistres et indices de perte sont exigés afin de pouvoir constituer une base de données et une présentation

Plus en détail

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006 C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées (À intégrer à l édition 2004 de ce manuel.) Remarque : Le présent addenda vise à fournir une explication plus claire et plus précise de

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE PROJET GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE Juillet 2013 Guide sur l utilisation des véhicules de garantie Autorité de marchés financiers Page 1 Juillet 2013 Introduction Ce guide présente

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Annexe A.6 Associations Entités admissibles

Annexe A.6 Associations Entités admissibles Notes : 1. Dans la présente annexe, RDAP signifie Règlement sur la dispense d agrément pour certains placements dans des entités de services intragroupes; RDRP signifie Règlement sur la dispense des restrictions

Plus en détail

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire Préavis Objet : des sociétés d assurance hypothécaire Catégorie : Capital Date : 1 er janvier 2015 I. Introduction Le présent préavis énonce les normes de capital réglementaire auxquelles doivent souscrire

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

Annexe A.5 Sociétés de fiducie et de prêt Entités admissibles

Annexe A.5 Sociétés de fiducie et de prêt Entités admissibles Notes : 1. Dans la présente annexe, RDAP signifie Règlement sur la dispense d agrément pour certains placements dans des entités de services intragroupes; RDRP signifie Règlement sur la dispense des restrictions

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 65

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 65 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section K Division 65 65 ASSURANCE Cette division comprend la souscription de contrats d'assurance de rente et d'autres formes de contrat d'assurance ainsi que

Plus en détail

Notes / Instructions aux répondants

Notes / Instructions aux répondants Division de la statistique du revenu Section des enquêtes sur les pensions et le patrimoine Recensement des caisses de retraite en fiducie 2012 Notes / Instructions aux répondants Retour du questionnaire

Plus en détail

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Ligne directrice Objet : Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Catégorie : Comptabilité N o : C-1 Version

Plus en détail

TRANSMISSION ÉLECTRONIQUE DES DONNÉES DES TABLEAUX D ANALYSE DES SINISTRES ET INDICES DE PERTE

TRANSMISSION ÉLECTRONIQUE DES DONNÉES DES TABLEAUX D ANALYSE DES SINISTRES ET INDICES DE PERTE GUIDE D INSTRUCTIONS TRANSMISSION ÉLECTRONIQUE DES DONNÉES DES TABLEAUX D ANALYSE DES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Septembre 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION... 2 2. TYPES DE DONNÉES... 2 3. PRÉSENTATION

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 3 juillet 2015 Page 2 de 13 Table des matières MODIFICATIONS DE SECTIONS... 4 Section 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

Ligne directrice sur la suffisance du capital

Ligne directrice sur la suffisance du capital 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Annexe A.1 Banques et SPB Entités admissibles

Annexe A.1 Banques et SPB Entités admissibles Notes : 1. Dans la présente annexe, RDAP signifie Règlement sur la dispense d agrément pour certains placements dans des entités de services intragroupes; RDRP signifie Règlement sur la dispense des restrictions

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Annexe A.2 Sociétés d assurance-vie et SPA Entités admissibles

Annexe A.2 Sociétés d assurance-vie et SPA Entités admissibles Notes : 1. Dans la présente annexe, RDAP signifie Règlement sur la dispense d agrément pour certains placements dans des entités de services intragroupes; RDRP signifie Règlement sur la dispense des restrictions

Plus en détail

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Table des matières 1. Objet de la politique...1 2. Objet du programme de swaps...1 3. Gouvernance...1 4. Documentation...1 5. Instruments autorisés...2

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-119

BULLETIN FISCAL 2011-119 BULLETIN FISCAL 2011-119 Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois,

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Bulletin fiscal Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois, peu de

Plus en détail

Table des matières. Abréviations utilisées: (C) Cas (P) Problème (Q) Question théorique CHAPITRE 1 CADRE FISCAL DU CONTRIBUABLE

Table des matières. Abréviations utilisées: (C) Cas (P) Problème (Q) Question théorique CHAPITRE 1 CADRE FISCAL DU CONTRIBUABLE Abréviations utilisées: (C) Cas (P) Problème (Q) Question théorique CHAPITRE 1 CADRE FISCAL DU CONTRIBUABLE 1.1 Résidence et assises juridiques de l impôt (Q)...................... 1 1.2 Textes fiscaux

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 1 er avril 2015 au 31 mars 2018 Date : mars 2015 1 PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D ASSURANCE-AUTOMOBILE

ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D ASSURANCE-AUTOMOBILE ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D ASSURANCE-AUTOMOBILE Remarque : Tous les éléments sont des champs de données, à moins d indication contraire. Les éléments de «texte» doivent être reproduits à la lettre

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Principales modifications apportées en 2014

Principales modifications apportées en 2014 2014 Principales modifications apportées en 2014 Modifications importantes : Regroupement des instructions des relevés P&C-1 et P&C-2 en un seul guide intitulé Relevé des sociétés d assurances multirisques.

Plus en détail

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4)

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4) RELEVÉ DES PRÊTS (NOUVEAUX ET EXISTANTS) OBJET Le présent relevé a pour objet de fournir de l information sur les taux d intérêt imputés et les fonds avancés à l égard des nouveaux prêts comptabilisés

Plus en détail

1 Normes IFRS applicables... 1. 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3. 3 Plan comptable... 5

1 Normes IFRS applicables... 1. 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3. 3 Plan comptable... 5 Chapitre 34 Table des matières 1 Normes IFRS applicables... 1 1.1 Références... 1 1.2 Champ d application... 1 1.3 Définitions... 2 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3 2.1 Engagements au titre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Index A n o 9 CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Fondement législatif Articles 650, 651 et 654 de la Loi sur les sociétés d assurances (la «Loi») Définitions

Plus en détail

Annexe A.3 Sociétés d assurances multirisques et sociétés d assurance maritime Entités admissibles

Annexe A.3 Sociétés d assurances multirisques et sociétés d assurance maritime Entités admissibles Notes : 1. Dans la présente annexe, RDRP signifie Règlement sur la dispense des restrictions en matière de placements; RPM signifie Règlement sur les placements minoritaires; société désigne une société

Plus en détail

CORPORATIONS ASSOCIÉES

CORPORATIONS ASSOCIÉES BULLETIN N o HE 003 Publié en avril 2001 Révisé en janvier 2008 LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE CORPORATIONS ASSOCIÉES Le but de ce bulletin est d aider

Plus en détail

1.6 Responsabilité des fiduciaires et des représentants successoraux... 4 1.7 Certificats de décharge... 5

1.6 Responsabilité des fiduciaires et des représentants successoraux... 4 1.7 Certificats de décharge... 5 TABLE DES MATIÈRES Remerciements...iii Chapitre 1 Exigences de déclaration et administration 1.1 Qui doit produire une déclaration?... 1 1.2 Où faut-il envoyer la déclaration?... 2 1.3 Comment produire...

Plus en détail

N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010

N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurance-vie) Catégorie : Comptabilité N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice énonce les

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

CPA Canada Alerte info financière

CPA Canada Alerte info financière FéVRIER 2014 CPA Canada Alerte info financière En octobre 2013, le Conseil des normes comptables (CNC) a apporté plusieurs modifications visant à améliorer les Normes comptables pour les entreprises à

Plus en détail

Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations

Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations Etat : 20 mai 2008 1. Situation initiale Par l introduction

Plus en détail

MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE)

MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 37 et 38)

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION Les présentes conditions générales de réservation sont régies par la loi de développement et de modernisation des services touristiques du 22 juillet

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu Article 1 Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu Compagnies d assurance Loi de l impôt sur le revenu 138 L article 138 de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi)

Plus en détail

FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA)

FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA) FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2015-2016 Remarque : L état des revenus et des dépenses

Plus en détail

Directive sur le test du capital minimal à l intention des sociétés d assurances multirisques

Directive sur le test du capital minimal à l intention des sociétés d assurances multirisques Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario Août 2004 Directive sur le test du capital minimal à l intention des sociétés d assurances multirisques Directive

Plus en détail

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 3.8. Autres décisions. .. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 3.8. Autres décisions. .. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182 3.8 Autres décisions.. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182 3.8 AUTRES DÉCISIONS 3.8.1 Dispenses DÉCISION N : 2014-SACD-10009062 Le 7 février 2014 DANS L AFFAIRE DE LA LÉGISLATION EN VALEURS MOBILIÈRES DU QUÉBEC

Plus en détail

GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES

GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES La suite du présent document pourrait vous inquiéter. Le langage peut sembler inhabituel. C est parce que les conditions suivantes sont des conditions légales

Plus en détail

ASSURANCE AUTOMOBILE

ASSURANCE AUTOMOBILE Police Flotte N 53 368 215 EFFET : 1 ER JANVIER 2014 ASSURANCE AUTOMOBILE DISPOSITIONS PARTICULIERES CONTRAT à effet du 1 er janvier 2014 ENTRE : SAS VOITURELIB 7 Impasse Charles Petit 75011 PARIS ci-après

Plus en détail

Les retenues à la source (Version 2005)

Les retenues à la source (Version 2005) Les retenues à la source (Version 2005) Chapitre 6 - Les retenues à la source sur les revenus des capitaux mobiliers et les jetons de présence Après avoir défini les revenus des capitaux mobiliers (Section

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE

LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE BULLETIN n O HE 002 Publié en juin 2000 Révisé en août 2014 LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE RÉMUNÉRATION Le présent bulletin aidera les employeurs à déterminer

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

Guide méthodologique Utilisation de l état de contrôle de la participation aux bénéfices C22

Guide méthodologique Utilisation de l état de contrôle de la participation aux bénéfices C22 Guide méthodologique Utilisation de l état de contrôle de la participation aux bénéfices C22 Les montants sont exprimés en milliers d euros et arrondis au millier d euros le plus proche. I. Utilisation

Plus en détail

É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011

É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011 É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011 RAPPORT DES VÉRIFICATEURS Au conseil des Biens non publics Nous avons vérifié

Plus en détail

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié (Ordonnance du DFF sur les prêts hypothécaires) du 10 décembre 2001 Le Département fédéral des finances, vu l art. 116, al. 1, de l ordonnance

Plus en détail

SEE DOG KAYAK INC. EXEMPLE D ÉTATS FINANCIERS

SEE DOG KAYAK INC. EXEMPLE D ÉTATS FINANCIERS SEE DOG KAYAK INC. EXEMPLE D ÉTATS FINANCIERS POUR UNE PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (PME) préparé par François BROUARD, DBA, CA Eric Sprott School of Business Carleton University 1125 Colonel By Drive,

Plus en détail

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant :

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant : Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur Identification du requérant Nom, prénom ou raison sociale du requérant : (ci-après appelé le «requérant») Nom du commerce ou de

Plus en détail

SECTION VI. Tous les renvois à des pages font référence aux pages du relevé P&C-2.

SECTION VI. Tous les renvois à des pages font référence aux pages du relevé P&C-2. SECTION VI Les instructions détaillées visent à aider l assureur à mieux saisir les exigences en matière de divulgation; les renseignements ne sont pas fournis pour chacune des pages ou sections du relevé

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail

Exigences de collecte de données financières sur l assurance automobile. Pièce jointe au Bulletin GISA 2012-06

Exigences de collecte de données financières sur l assurance automobile. Pièce jointe au Bulletin GISA 2012-06 Exigences de collecte de données financières sur l assurance automobile Pièce jointe au Bulletin GISA 2012-06 Le 26 octobre 2012 1. Introduction... 1 2. Sociétés déclarantes... 1 3. Données de référence...

Plus en détail

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Adopté au conseil d administration du 10 juin 2004 Modifications

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

ENTENTE DE PRESTATION DU COURS

ENTENTE DE PRESTATION DU COURS ENTENTE DE PRESTATION DU COURS D AMBASSADEUR (Trainer Course) INDIVIDUEL avec Assurance - PRINCIPES ET TECHNIQUES 151, Boulevard Ste Rose, Laval, Québec, H7L1L2 Tél : 1-877-238-9343 Fax : 1-450-661-3884

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Annexe A.4 Sociétés de secours mutuel Entités admissibles

Annexe A.4 Sociétés de secours mutuel Entités admissibles les règlements pertinents. Notes : 1. Dans la présente annexe, RDRP signifie Règlement sur la dispense des restrictions en matière de placements; société de secours désigne une société de secours mutuel.

Plus en détail

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant Cet article est le deuxième d une série de quatre visant à examiner les implications fiscales canadiennes et états-uniennes dans le cadre d une affectation temporaire d un employé du Canada aux États-Unis.

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT 1. CONTEXTE Dans un souci d équité et de saine gestion des fonds publics, le ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) se doit de recouvrer

Plus en détail

Allianz Suisse Vie Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2007

Allianz Suisse Vie Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2007 Allianz Suisse Vie Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2007 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2007 Rudolf Alves Responsable Vie collective Chère lectrice, cher lecteur,

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage Alerte aux investisseurs : information à l intention des clients des sociétés réglementées par l OCRCVM si jamais une société de courtage devait mettre fin à ses activités Compte tenu de la turbulence

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA États des résultats prospectifs de BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA Pour les exercices se terminant le 31 mars 2014 et le 31 mars 2015 État des résultats prospectifs (non audité) (en milliers de dollars)

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Politique relative aux frais de déplacement et de représentation 2 16

TABLE DES MATIERES. Politique relative aux frais de déplacement et de représentation 2 16 VERSION OFFICIELLE POLITIQUE RELATIVE AUX FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Entrée en vigueur le 1 er juillet 2009 Modifiée le 6 décembre 2010 Modifiée le 5 juin 2012 Modifiée le 23 juin 2015 Service

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION DE LOCAUX À COURT TERME TERMES ET CONDITIONS

CONTRAT DE LOCATION DE LOCAUX À COURT TERME TERMES ET CONDITIONS CONTRAT DE LOCATION DE LOCAU À COURT TERME TERMES ET CONDITIONS EN CONTREPARTIE des engagements mutuels ci-énoncés, les parties conviennent de ce qui suit : L Université loue au locataire les locaux susmentionnés,

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail