Canada : projet de règle nationale contre le chalandage fiscal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Canada : projet de règle nationale contre le chalandage fiscal"

Transcription

1 Canada : projet de règle nationale contre le chalandage fiscal Le 21 février 2014 N o Les multinationales établies à l étranger et les sociétés étrangères qui investissent au Canada ou par l intermédiaire du Canada auront intérêt à suivre de près les développements du projet de règle visant la prévention du «chalandage fiscal», qui a été présenté dans le cadre du budget fédéral Le ministère des Finances y a proposé l adoption d une règle nationale générale fondée sur un objectif global (plutôt que d opter pour une approche spécifique fondée sur les conventions fiscales) visant à contrer les cas perçus de recours abusif aux conventions fiscales du Canada. Le ministère des Finances acceptera les commentaires sur ces propositions jusqu au 11 avril Le ministère des Finances définit le chalandage fiscal comme étant un abus qui survient lorsqu un non-résident du Canada (qui n a pas droit aux avantages découlant d une convention fiscale conclue avec le Canada) obtient les avantages d une des conventions bilatérales conclues avec le Canada en ayant recours à une entité résidant dans un autre pays avec lequel le Canada a conclu une convention pour gagner, par l entremise de cette entité, des revenus au Canada. Selon le ministère des Finances, ces stratagèmes de chalandage fiscal accordent aux résidents de pays tiers des avantages fiscaux indirects imprévus. Contexte Le 12 août 2013, le ministère des Finances a publié un document intitulé «Document de consultation sur le chalandage fiscal Le problème et les solutions possibles», dans lequel il a cherché à obtenir des commentaires sur les approches envisageables pour contrer le chalandage fiscal. De nombreuses parties prenantes, y compris KPMG, ont répondu au document de consultation du ministère des Finances. Dans ses observations, KPMG a recommandé au Canada d adopter une attitude temporisatrice, et a suggéré que le Canada, lorsqu il prendra ultimement des mesures à l égard du chalandage fiscal, tienne non seulement compte des conclusions que l Organisation de coopération et de développement économiques («OCDE») a dégagées dans son plan d action concernant l érosion de la base d imposition et le transfert de bénéfices (BEPS en anglais), mais aussi de l expérience des autres pays quant à la lutte contre le chalandage fiscal. Dans leurs observations, certaines parties prenantes ont dit craindre qu une disposition générale fondée sur le principal objectif offre aux contribuables un niveau de clarté et de certitude moins élevé qu une approche plus spécifique de restriction des avantages. Plutôt que de préconiser une approche fondée sur les lois nationales, les intervenants ont recommandé l adoption d une approche fondée sur les conventions fiscales, en vertu de laquelle le Canada renégocierait les conventions fiscales conclues avec certains pays, ce qui permettrait d offrir aux contribuables un niveau accru de certitude. Page 1 de 10

2 Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter les bulletins FlashImpôt Canada n os , «Le Canada prend des mesures pour contrer le chalandage fiscal», , «Nouvelles règles de chalandage fiscal Le Canada devrait-il temporiser?» et , «Le Canada renforce son appui au plan d action de l OCDE». Projet de règle nationale anti-chalandage fiscal Dans le budget fédéral 2014, le ministère des Finances a présenté sa réponse aux commentaires reçus dans le cadre du processus de consultation sur le chalandage fiscal. Il propose l adoption d une disposition générale sur le principal objectif et d une approche fondée sur les lois nationales, soutenant qu une approche fondée sur les conventions fiscales prendrait beaucoup de temps à mettre en œuvre et serait moins efficace qu une règle nationale. Ainsi, le budget présente les éléments proposés de la règle nationale fondée sur un critère général du principal objectif ciblant les opérations d évitement. Afin d offrir aux contribuables un degré accru de certitude et de prévisibilité, le ministère des Finances indique que la règle contiendrait des dispositions spécifiques visant à établir son champ d application. Le projet de règle comprend les éléments ci-dessous. Disposition sur le principal objectif cette disposition empêcherait une personne de recevoir un avantage prévu par une convention fiscale (sous réserve de la disposition d assouplissement) s il est raisonnable de croire que l un des principaux objectifs de l opération donnant lieu à l avantage (ou d une opération faisant partie d une série d opérations ou d événements donnant lieu à l avantage) était de procurer cet avantage à la personne. Présomption de recours à une entité relais présomption réfutable selon laquelle la disposition sur le principal objectif s applique si le revenu visé par la convention sert principalement à payer, à distribuer ou à autrement transférer, directement ou indirectement, à un moment quelconque ou dans une forme quelconque, un montant à une autre personne qui n aurait pas eu droit à un avantage équivalent ou plus favorable si l autre personne avait reçu directement le revenu visé par la convention. Présomption de règle refuge présomption réfutable (sous réserve de la présomption de recours à une entité relais) selon laquelle la disposition sur le principal objectif ne s appliquera pas si l une des conditions suivantes est remplie : la personne (ou une personne liée) exploite activement une entreprise (autre que la gestion d investissements) dans le pays avec lequel le Canada a conclu la convention fiscale, et l entreprise exploitée activement est importante comparativement à l activité exercée au Canada qui donne lieu au revenu visé par la convention; la personne n est pas contrôlée (directement ou indirectement, de quelque manière que ce soit) par une ou d autres personnes qui n auraient pas eu droit à un avantage équivalent ou plus favorable si la ou les autres personnes avaient reçu directement le revenu visé par la convention; la personne est une société ou une fiducie dont les actions ou les parts sont négociées régulièrement sur une bourse de valeurs reconnue. Page 2 de 10

3 Disposition d assouplissement si la disposition sur le principal objectif s applique, les avantages prévus par une convention peuvent être consentis, en totalité ou en partie, s il est raisonnable de les consentir compte tenu de toutes les circonstances. Si elle est adoptée, la règle anti-chalandage fiscal sera incluse dans la Loi sur l interprétation des conventions en matière d impôts sur le revenu, de sorte qu elle s appliquerait à toutes les conventions fiscales du Canada. Cette règle s appliquerait de façon prospective (c.-à-d. aux années d imposition commençant après l adoption), et elle pourrait prévoir des mesures d allègement transitoire. Bien que le ministère des Finances ait choisi d instaurer une règle nationale anti-chalandage fiscal, il semble que l élément proposé relativement à la présomption de règle refuge soit similaire à plusieurs des éléments d une règle de restrictions des avantages couramment prévue dans les conventions fiscales (notamment dans la convention fiscale conclue entre le Canada et les États-Unis). Même si le ministère des Finances a mentionné que le projet de règle ne s appliquerait pas aux opérations commerciales ordinaires uniquement du fait que l obtention d un avantage prévu par une convention fiscale a été l un des éléments pris en compte lorsqu un investissement a été effectué, la façon dont ces dispositions et ces présomptions s appliqueront dans la pratique n a pas été clairement établie. Ces dispositions pourraient avoir un champ d application très large et entraîner des conséquences défavorables sur les investissements effectués au Canada. Par exemple, la présomption de recours à une entité relais semble avoir préséance, même si la présomption de règle refuge se serait autrement appliquée. De plus, on ignore quand et comment la disposition d assouplissement s appliquerait dans la pratique, mais elle semble donner à l ARC la possibilité d accorder certains avantages prévus par des conventions fiscales, même si la règle anti-chalandage fiscal se serait autrement appliquée. Observations sur les exemples du ministère des Finances Les documents budgétaires fournissent des exemples illustrant des situations dans lesquelles le projet de règle pourrait s appliquer afin de refuser d accorder des avantages prévus par des conventions fiscales. Les trois premiers exemples sont fondés sur des affaires de tribunaux canadiens dans lesquelles le contribuable a eu gain de cause. On peut présumer que les faits liés à ces affaires constituent l élément central de la règle anti-chalandage fiscal et qu ils relèvent manifestement de la présomption de recours à une entité relais. Par conséquent, les exemples fournis pourraient ne pas s appliquer aux opérations commerciales réelles effectuées par les contribuables. Exemple 1 Cession de revenus Dans le premier exemple, l interposition d une filiale résidente d un pays qui a conclu une convention fiscale avec le Canada («Société convention») entre une société mère résidente d un pays n ayant pas conclu de convention fiscale avec le Canada («Société mère sans convention») et une société canadienne («Socan») entraîne le refus des avantages prévus par la convention fiscale, en vertu de la présomption de recours à une entité relais. Société mère Page 3 de 10

4 sans convention cède à Société convention le droit de recevoir les redevances versées par Socan. En échange, Société convention accepte de remettre 80 % des redevances reçues à Société mère sans convention dans un délai de 30 jours. En vertu de la présomption de recours à une entité relais, il serait présumé, sauf preuve du contraire, que l un des principaux objectifs de la cession des redevances était que Société convention obtienne l avantage de la réduction de la retenue d impôt prévue par la convention fiscale. Par conséquent, la disposition sur le principal objectif s appliquerait pour justifier le refus des avantages prévus par la convention fiscale concernant le versement de redevances. La disposition d assouplissement pourrait s appliquer pour permettre à Société convention de recevoir les redevances dont elle ne se sert pas pour verser un montant à Société mère sans convention. Cet exemple est fondé sur l affaire Velcro Canada Inc. c. La Reine (2012 CCI 57), dans laquelle l argument avancé par l Agence du revenu du Canada («ARC») pour refuser les avantages prévus par la convention fiscale a été rejeté. Dans cette affaire, la Cour canadienne de l impôt («CCI») a jugé que la société résidente du Canada était en droit de s appuyer sur les dispositions de la convention conclue entre le Canada et les Pays-Bas relativement à la retenue d impôt sur les versements de redevances, puisque la société néerlandaise qui recevait les redevances était le bénéficiaire effectif du revenu des redevances visé par une sous-licence. Cette affaire illustre les problèmes auxquels fait face l ARC lorsqu elle tente de contester la propriété effective aux fins d une convention fiscale, et elle a probablement constitué l élément déclencheur de l instauration d une règle nationale anti-chalandage fiscal. Fait intéressant, l exemple souligne que si, plutôt, seulement 45 % des redevances reçues par Société convention étaient utilisées pour verser un montant à Société mère sans convention, la présomption de recours à une entité relais ne s appliquerait pas, et les faits détermineraient alors si la disposition sur le principal objectif s applique. En toute vraisemblance, il en est ainsi parce que le critère de l objectif «principal» de la présomption de recours à une entité relais ne serait pas respecté. On ne sait pas exactement dans quelle mesure la disposition sur le principal objectif serait prise en considération pour cette situation, ni si la présomption de Page 4 de 10

5 recours à une entité relais s appliquerait à nouveau lorsque les gains seraient ultimement rapatriés à la société mère. Exemple 2 Paiement de dividendes Dans cet exemple, une filiale résidente d un pays qui a conclu une convention fiscale avec le Canada («Société convention») est tenue de distribuer immédiatement la totalité des dividendes reçus d une société canadienne («Socan») à ses deux sociétés mères («Société mère sans convention 1» et «Société mère sans convention 2»), qui sont résidentes de pays ayant conclu des conventions fiscales prévoyant des taux de retenues d impôt moins avantageux que ceux dont bénéficie la filiale visée par la convention fiscale. Selon la présomption de recours à une entité relais et sauf preuve du contraire, il serait présumé que l un des principaux objectifs de la constitution de Société convention consiste à se prévaloir du taux de retenue d impôt le plus favorable aux termes de la convention fiscale. Par conséquent, la disposition sur le principal objectif, sous réserve de la disposition d assouplissement, s appliquerait pour justifier le refus des avantages prévus par la convention fiscale au titre des paiements de dividendes. Dans certaines circonstances, les avantages prévus par la convention fiscale la moins avantageuse pourraient être accordés en vertu de la disposition d assouplissement. Cet exemple est fondé sur l affaire Canada c. Prévost Car Inc. (décision 2009 CAF 57 confirmant la décision 2008 CCI 231), dans laquelle l argument avancé par l ARC pour refuser les avantages prévus par la convention fiscale a été rejeté. Dans cette affaire, la Cour d appel fédérale («CAF») a confirmé que le bénéficiaire effectif de dividendes versés par une société résidente du Canada était une société de portefeuille néerlandaise, plutôt que les actionnaires suédois et britanniques de cette société de portefeuille. Par conséquent, la société canadienne était en droit de retenir de l impôt au faible taux prévu dans la convention fiscale conclue entre le Canada et les Pays-Bas. Page 5 de 10

6 On ne sait pas exactement dans quelle mesure la présomption de recours à une entité relais s appliquerait à des situations similaires à celle-ci. La règle pourrait s appliquer même si Société convention n était pas tenue de distribuer immédiatement la totalité du dividende. Aucun délai précis n est fixé en vertu de la présomption de recours à une entité relais; il faut seulement que le revenu visé par la convention fiscale soit distribué à une autre personne «à un moment quelconque ou dans une forme quelconque». Si Société convention distribue plus de 50 % des dividendes reçus, il semble que la présomption de recours à une entité relais pourrait s appliquer pour justifier le refus des avantages prévus par la convention fiscale (sous réserve de la disposition d assouplissement). Exemple 3 Changement de résidence Dans cet exemple, une société mère résidente d un pays n ayant pas conclu de convention fiscale («Société sans convention») détient des actions d une société canadienne («Socan») et envisage de les vendre. Le gain en capital réalisé à la vente des actions de Socan serait assujetti à l impôt canadien, vraisemblablement parce que les actions répondent à la définition de bien canadien imposable. Société sans convention est prorogée dans un pays avec lequel le Canada a conclu une convention fiscale prévoyant une exonération d impôt canadien dans le cas d une telle disposition. Cet exemple est fondé sur l affaire Canada c. MIL (Investments) S.A. (décision 2007 CAF 236 confirmant la décision 2006 CCI 460), dans laquelle l argument avancé par l ARC pour refuser les avantages prévus par la convention fiscale a été rejeté. Dans cette affaire, une société résidente du Luxembourg a disposé d actions d une société ouverte canadienne, ce qui a donné lieu à un gain en capital exonéré de l impôt canadien en vertu de la convention fiscale conclue entre le Canada et le Luxembourg. Avant la disposition des actions, la société avait été constituée aux îles Caïmans et en était résidente, avant d être prorogée au Luxembourg. Dans cet exemple, le ministère des Finances souligne que si la société avait été résidente du pays signataire de la convention fiscale avant l acquisition des actions de la société canadienne, le critère du principal objectif aurait tout de même pu s appliquer, selon les faits. Par conséquent, certaines structures de détention de placements pourraient être visées par le projet de règle, à moins qu on puisse soutenir que le choix du pays signataire d une convention dans lequel la Page 6 de 10

7 société a été constituée était fondé sur des faits et des circonstances liés au commerce. Exemple 4 Placements faits pour des objectifs véritables Dans cet exemple, une fiducie dont les participations sont largement réparties est résidente d un pays avec lequel le Canada a conclu une convention fiscale. La fiducie gère un portefeuille de placements diversifié dont une part de 10 % consiste en actions de sociétés canadiennes desquelles la fiducie reçoit des dividendes. En vertu de la convention fiscale conclue avec le Canada, un taux de retenue d impôt réduit s applique à ces dividendes. La fiducie distribue annuellement la totalité de ses revenus à ses investisseurs. La majorité des investisseurs de la fiducie sont des résidents de pays n ayant pas signé de convention fiscale avec le Canada. Étant donné que les dividendes servent principalement à distribuer des revenus à des personnes qui n ont pas droit à des avantages conférés par une convention fiscale, il sera présumé (selon la présomption de recours à une entité relais) que l un des principaux objectifs rattachés aux placements des investisseurs dans la fiducie et aux placements de la fiducie dans des sociétés canadiennes était d obtenir les avantages prévus par la convention fiscale. Toutefois, puisque la décision des investisseurs d investir dans la fiducie n est pas rattachée à des placements particuliers effectués par cette dernière, et que la stratégie de placement de la fiducie n est pas déterminée en fonction de la situation fiscale de ses investisseurs, les faits devraient suffire à réfuter la présomption de recours à une entité relais et à soutenir que la disposition sur le principal objectif ne devrait pas s appliquer pour empêcher l octroi des avantages prévus par la convention fiscale. Bien qu encourageant, cet exemple de situation dans laquelle la présomption de recours à une entité relais ne s applique pas ne fournit pas de directives concrètes pour les autres ententes commerciales courantes. Plus particulièrement, cet exemple ne donne aucune assurance aux investisseurs, tels que les investisseurs en placements privés, qui peuvent faire des investissements au Canada par l entremise d une société de portefeuille ordinaire située dans un autre pays. Dans de telles structures, il existe généralement de nombreuses raisons d affaires qui guident le choix d un pays en particulier pour l établissement de l entité de placement principale, notamment le degré de facilité de l observation fiscale et les options offertes en Page 7 de 10

8 matière de mécanismes de placement. En apparence, de telles structures ne devraient pas être visées par les règles anti-chalandage fiscal. Exemple 5 Règle refuge (entreprise exploitée activement) Une société résidente d un pays n ayant pas conclu de convention fiscale avec le Canada («Société mère sans convention») détient toutes les actions d une société de financement résidente d un pays avec lequel le Canada a conclu une convention fiscale («Sofin convention»). Sofin convention finance les filiales en propriété exclusive de Société mère sans convention, notamment une société canadienne («Socan») et une société résidente du même pays que Sofin convention («Société convention»). L entreprise exploitée activement par Société convention est une entreprise importante comparativement aux activités menées par Socan. Les autres filiales de Société mère sans convention résident dans des pays qui accordent des avantages relatifs à la retenue d impôt sur les intérêts qui sont équivalents à ceux accordés en vertu de la convention fiscale conclue entre le Canada et le pays de résidence de Sofin convention. Cette dernière réinvestit les bénéfices qu elle tire des intérêts versés par les diverses filiales. Étant donné qu ils sont réinvestis par Sofin convention, les intérêts reçus de Socan servent principalement à verser un montant à des personnes qui auraient eu droit à des avantages équivalents. La présomption de recours à une entité relais ne devrait donc pas s appliquer. Puisque Société convention exploite activement une entreprise importante et qu elle est liée à Sofin convention, il serait présumé (conformément à la présomption de règle refuge) que, sauf preuve contraire, l obtention des avantages de la convention fiscale dont Société mère sans convention n aurait pas pu se prévaloir autrement ne figurait pas parmi les principaux objectifs des investissements de Sofin convention. Page 8 de 10

9 La portée potentielle de la présomption de règle refuge proposée reste incertaine. Plus particulièrement, il n est pas certain qu une société de financement puisse verser des dividendes à sa société mère si celle-ci n est pas visée par une convention. Dans l hypothèse où elle pourrait le faire, on ne sait toujours pas si l ARC tenterait d établir la source de ces dividendes comme étant les intérêts versés à la société de financement par la société canadienne, de sorte que la présomption de recours à une entité relais s appliquerait pour justifier le refus rétroactif de l octroi des avantages prévus par la convention fiscale. Ces exemples illustrent la manière dont le projet de règle anti-chalandage fiscal pourrait s appliquer dans le cas d exemples évidents; cependant, son application à des opérations concrètes de nature commerciale ou autre n a pas encore été précisée. Incertitude quant à la date d entrée en vigueur des dispositions On ignore toujours quand une règle anti-chalandage fiscal sera mise en œuvre et si des clauses de droits acquis seront prévues pour les ententes déjà en vigueur. Par conséquent, tous les nonrésidents qui ont conclu des ententes avec le Canada ou qui y investissent et qui bénéficient d avantages prévus par une convention fiscale d un pays tiers doivent évaluer de façon proactive l incidence que la mise en œuvre d une règle anti-chalandage fiscal pourrait avoir sur leurs ententes en vigueur, et savoir quelles sont les mesures qui pourraient devoir être prises dans le but d atténuer toute conséquence défavorable susceptible de se manifester. Téléchargez la nouvelle application KPMG Tax Hub Canada App L application gratuite pour ipad et BlackBerry KPMG Tax Hub Canada App fournit des nouvelles fiscales de façon rapide et pratique, ce qui vous permet de consulter facilement les taux d imposition et de réagir aux modifications de la réglementation et des règles fiscales. Téléchargez l application dès maintenant. Nous pouvons vous aider Votre conseiller chez KPMG peut vous aider à évaluer l incidence que le projet de règle antichalandage fiscal pourrait avoir sur la structure de votre société et sur votre planification fiscale internationale, de même qu à vous préparer en vue des changements qui toucheront le contexte fiscal international. Pour obtenir de plus amples renseignements sur ces développements et leur incidence potentielle, communiquez avec votre conseiller chez KPMG, ou encore avec Jodi Kelleher, leader du groupe Fiscalité internationale de KPMG au Canada, à l adresse Information à jour au 21 février L information publiée dans le présent bulletin FlashImpôt Canada est de nature générale. Elle ne vise pas à tenir compte des circonstances de quelque personne ou entité particulière. Bien que nous fassions tous les efforts nécessaires pour assurer l exactitude de cette information et pour vous la communiquer rapidement, rien ne garantit qu elle sera exacte à la date à laquelle vous la recevrez ni qu elle continuera d être exacte dans l avenir. Vous ne devez pas y donner suite à moins d avoir d abord obtenu un avis professionnel se fondant sur un examen approfondi des faits et de leur contexte. Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec un membre du groupe Fiscalité de KPMG, au Page 9 de 10

10 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l., cabinet d audit, de fiscalité et de services-conseils (kpmg.ca) et société canadienne à responsabilité limitée constituée en vertu des lois de l Ontario, est le cabinet canadien membre de KPMG International Cooperative («KPMG International»). Les cabinets membres de KPMG International comptent professionnels dans 155 pays. Les cabinets indépendants membres du réseau KPMG sont affiliés à KPMG International, entité suisse. Chaque cabinet membre est une personne morale distincte et indépendante, et se décrit comme tel. L adresse du site Web de KPMG Canada est KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG de cabinets indépendants affiliés à KPMG International Cooperative («KPMG International»), entité suisse. Tous droits réservés. KPMG, le logo de KPMG et le slogan «simplifier la complexité» sont des marques déposées ou des marques de commerce de KPMG International. Page 10 de 10

La réforme fiscale du Mexique aura une incidence sur les placements étrangers

La réforme fiscale du Mexique aura une incidence sur les placements étrangers sur les placements étrangers Le 15 novembre 2013 Le Congrès du Mexique a récemment approuvé des mesures fiscales qui auront une incidence sur les placements effectués au Mexique par des entités étrangères,

Plus en détail

Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis

Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis 20 novembre 2015 Au cours d une conférence de presse aujourd hui, le ministre des Finances,

Plus en détail

Le nouveau régime fiscal pourrait avoir une incidence sur votre planification successorale

Le nouveau régime fiscal pourrait avoir une incidence sur votre planification successorale Le nouveau régime fiscal pourrait avoir une incidence sur votre Le 3 novembre 2014 Si votre prévoit la création d une fiducie testamentaire, ou si vous êtes bénéficiaire d une fiducie ou exécuteur testamentaire,

Plus en détail

Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre

Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre Le 28 octobre 2015 Si vous êtes un gestionnaire de fonds de placement qui n est pas inscrit

Plus en détail

Surprise concernant le gel successoral Les nouvelles règles comptables amputeront-elles votre capacité d emprunt?

Surprise concernant le gel successoral Les nouvelles règles comptables amputeront-elles votre capacité d emprunt? Surprise concernant le gel successoral Les nouvelles règles comptables amputeront-elles votre capacité d emprunt? Le 10 décembre 2014 Si vous êtes propriétaire d une entreprise et que vous avez procédé

Plus en détail

Secteur immobilier Principales questions d observation relatives à la TPS/TVH et à la TVQ

Secteur immobilier Principales questions d observation relatives à la TPS/TVH et à la TVQ Secteur immobilier Principales questions d observation Le 5 février 2015 Les sociétés œuvrant dans le secteur immobilier doivent savoir que l Agence du revenu du Canada («ARC») et Revenu Québec pourraient

Plus en détail

Comment surveiller un changement profond :

Comment surveiller un changement profond : : présenter votre plan de basculement aux IFRS dans le rapport de gestion Le basculement des normes canadiennes d information financière aux Normes internationales d information financière (les «IFRS»)

Plus en détail

Récupération de CTI au titre de la TVH : des vérifications s imposent

Récupération de CTI au titre de la TVH : des vérifications s imposent Le 31 octobre 2013 Votre entreprise doit-elle récupérer certains crédits de taxe sur les intrants («CTI») qu elle a demandés en vertu des règles sur la taxe de vente harmonisée («TVH»)? Au Canada, nombre

Plus en détail

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert Le 20 janvier 2014 Les multinationales canadiennes auraient intérêt à prendre acte des répercussions de la récente affaire McKesson Canada Corporation c. La Reine (en anglais) (2013 CCI 404) concernant

Plus en détail

MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC

MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC BUDGET FÉDÉRAL 2016 MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC Le présent document résume les mesures annoncées dans le budget fédéral 2016 2017 déposé le 22 mars dernier et qui pourraient toucher

Plus en détail

Capitalisation restreinte et retenue d impôt visant le prêt commercial

Capitalisation restreinte et retenue d impôt visant le prêt commercial Le 3 mars 2014 Les contribuables canadiens, y compris les multinationales établies au Canada, qui participent à des mécanismes de prêt sans lien de dépendance pourraient, contre toute attente, être touchés

Plus en détail

L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens

L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens BMO Groupe financier PAGE 1 L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens La faiblesse des prix de l immobilier au sud de la frontière, a amené bon nombre de Canadiens à envisager l acquisition

Plus en détail

Vos dividendes intersociétés déductibles sont-ils à risque?

Vos dividendes intersociétés déductibles sont-ils à risque? Vos dividendes intersociétés déductibles sont-ils à risque? Le 27 mai 2015 N o 2015-23 L élargissement récent d une règle anti-évitement qui impose à titre de gain en capital certains dividendes intersociétés

Plus en détail

REDEVANCES AURIFÈRES OSISKO LTÉE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES

REDEVANCES AURIFÈRES OSISKO LTÉE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES 1. APERÇU REDEVANCES AURIFÈRES OSISKO LTÉE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Redevances Aurifères Osisko Ltée (la «Société») offre

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu 1 Article 1 Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu Titres agrafés anti-évitement 12.6 Loi de l impôt sur le revenu Le nouvel article 12.6 de la Loi de l impôt sur

Plus en détail

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014 Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014 Ordre du jour Développements en 2014 Amélioration majeure Avantages sociaux futurs Améliorations

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Introduction 17 Seuils relatifs à l examen 20 Généralités 24 Par Shanon Grauer INTRODUCTION Lois sur les investissements étrangers 19 La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur

Plus en détail

Guide de planification successorale

Guide de planification successorale Guide de planification successorale La planification successorale avec la Un plan successoral est le cadre directeur des finances personnelles de votre client, ainsi que de l avenir financier de sa famille.

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds équilibrés Fonds de revenu mensuel TD Fonds de revenu équilibré TD Fonds de revenu mensuel diversifié TD Fonds de croissance équilibré TD Fonds de revenu de dividendes

Plus en détail

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Le 15 mars 2012 Redevances minières : réflexion sur un mécanisme de perception qui risque de nous faire rater la cible Depuis que le gouvernement

Plus en détail

Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014

Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014 Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014 Enjeu Le gouvernement du Canada s est engagé à établir des normes de déclaration obligatoire

Plus en détail

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois Sommaire: 1. Introduction page 1 2. Constitution de la SPF page 1 3. Surveillance et contrôle de la SPF page 3 4. Activité et

Plus en détail

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE Septembre 2012 Les renseignements et données contenus dans le présent bulletin ont été rédigés par l Ordre des comptables agréés du Québec sous la direction de Monsieur Gilles Chiasson. Ils sont notamment

Plus en détail

Notes explicatives sur les propositions législatives concernant la Loi et le Règlement de l impôt sur le revenu

Notes explicatives sur les propositions législatives concernant la Loi et le Règlement de l impôt sur le revenu Notes explicatives sur les propositions législatives concernant la Loi et le Règlement de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député Novembre

Plus en détail

La corruption mondiale et ses répercussions sur les entreprises canadiennes

La corruption mondiale et ses répercussions sur les entreprises canadiennes La corruption mondiale et ses répercussions sur les entreprises canadiennes En juin 2011, la Loi sur la corruption d agents publics étrangers (LCAPE) a été utilisée pour accuser une société canadienne

Plus en détail

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE Alerte info COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE JANVIER 2016 Préparation des informations à fournir sur la situation de trésorerie et les sources de financement dans le rapport de gestion Pour

Plus en détail

COMMENTARY. Résumé JONES DAY

COMMENTARY. Résumé JONES DAY Mars 2008 JONES DAY COMMENTARY La Réforme du Régime de la Taxe de 3% Conformément aux articles 990 D à 990 H du code général des impôts ( CGI ), toutes les entités, françaises ou étrangères qui, directement

Plus en détail

Actions d assurance-vie

Actions d assurance-vie Actions d assurance-vie Aperçu Pour diverses raisons, une société peut détenir des polices d assurance-vie sur la tête de ses actionnaires et être le bénéficiaire de ces polices. Si un de ces actionnaires

Plus en détail

Pourquoi reçois-je une lettre d envoi et un formulaire de choix? Qu est-ce que je reçois en échange de mon ou de mes certificats d actions?

Pourquoi reçois-je une lettre d envoi et un formulaire de choix? Qu est-ce que je reçois en échange de mon ou de mes certificats d actions? SUNCOR ÉNERGIE INC. / PETRO-CANADA FOIRE AUX QUESTIONS Certains termes clés utilisés dans les présentes sans y être par ailleurs définis s entendent au sens qui leur est donné dans la lettre d envoi et

Plus en détail

Vous savez probablement que le gouvernement fédéral procède à la mise

Vous savez probablement que le gouvernement fédéral procède à la mise Numéro 2016-06 www.bdo.ca Le facteur fiscal REMPLACEMENT DU RÉGIME DES IMMOBILISATIONS ADMISSIBLES Vous savez probablement que le gouvernement fédéral procède à la mise en œuvre des propositions destinées

Plus en détail

FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES

FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES Vous trouverez dans ce fascicule de l information importante en ce qui concerne le traitement fiscale d une déclaration de revenus d une personne décédée.

Plus en détail

Introduction. Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) 1

Introduction. Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) 1 Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) Province du Nouveau-Brunswick ISBN: 978-1-55471-612-8 juin 2013 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 Résumé du régime... 2 Adhésion... 3

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES

INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES TABLE DES MATIÈRES PARTIE TITRE PAGE PARTIE 1 GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES L obtention d un prêt hypothécaire est souvent l engagement financier le plus important qu un Canadien prendra. Les prêts hypothécaires présentent

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

GESTION PRIVÉE GUIDE POUR INVESTISSEURS

GESTION PRIVÉE GUIDE POUR INVESTISSEURS P L A C E M E N T S M O N D I A U X S U N L I F E GESTION PRIVÉE GUIDE POUR INVESTISSEURS UN REGARD NOUVEAU. UNE APPROCHE ORIGINALE. MAXIMISEZ V O S RENDEMENTS GRÂCE À UNE A P P R O C H E ORIGINALE À

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

Fonds d infrastructure mondial Renaissance. États financiers annuels pour l exercice terminé le 31 août 2007

Fonds d infrastructure mondial Renaissance. États financiers annuels pour l exercice terminé le 31 août 2007 États financiers annuels pour l exercice terminé le 31 août Fonds d infrastructure mondial Renaissance État de l actif net (en milliers, sauf les montants par part) Au 31 août (note 1) Actif Encaisse,

Plus en détail

Placements du gouvernement du Yukon dans du papier commercial adossé à des actifs

Placements du gouvernement du Yukon dans du papier commercial adossé à des actifs Placements du gouvernement du Yukon dans du papier commercial adossé à des actifs Ministère des Finances Février 2008 Office of the Auditor General of Canada Bureau du vérificateur général du Canada Tous

Plus en détail

C est facile de commencer

C est facile de commencer Guide du client C est facile de commencer En compagnie de votre conseiller, créez un profil d investisseur basé sur vos discussions et vos réponses au questionnaire de la Série Portefeuilles Sélect. Selon

Plus en détail

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE?

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE? PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE? AVERTISSEMENT Dans le présent contexte, le terme conseiller financier

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-121

BULLETIN FISCAL 2011-121 BULLETIN FISCAL 2011-121 Novembre 2011 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés

Plus en détail

3 Les droits de cotisation inutilisés peuvent être reportés indéfiniment

3 Les droits de cotisation inutilisés peuvent être reportés indéfiniment Le Compte d épargne libre d impôt (CELI) donne aux Canadiens un nouveau moyen d épargner en franchise d impôt. Lorsque vous cotisez à un CELI, votre placement fructifie à l abri de l impôt et vous n aurez

Plus en détail

Des transferts de sièges permettant de bénéficier de la convention franco-luxembourgeoise fiscalement plus favorable sont elles des abus de droit?

Des transferts de sièges permettant de bénéficier de la convention franco-luxembourgeoise fiscalement plus favorable sont elles des abus de droit? Des transferts de sièges permettant de bénéficier de la convention franco-luxembourgeoise fiscalement plus favorable sont elles des abus de droit? Transfert de siège d Italie vers le Luxembourg Affaire

Plus en détail

Aperçu du budget fédéral de 2016

Aperçu du budget fédéral de 2016 RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Aperçu du budget fédéral de 2016 Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a déposé le premier budget du gouvernement libéral le mardi 22 mars 2016. Il s agit du premier budget

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur de la construction Mars 2015 L International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting

Plus en détail

POLITIQUES ET PROCÉDURES

POLITIQUES ET PROCÉDURES POLITIQUES ET PROCÉDURES Objet : Politique relative aux opérations sur les titres de la Société par les initiés et au traitement de l information importante et inconnue du public Émise par : Le conseil

Plus en détail

BUDGET FÉDÉRAL 21 AVRIL 2015

BUDGET FÉDÉRAL 21 AVRIL 2015 BUDGET FÉDÉRAL 21 AVRIL 2015 RÉSUMÉ Par : Service de fiscalité Page 2 TABLE DES MATIÈRES Veuillez prendre note qu'il ne s'agit pas d'un résumé exhaustif de toutes les mesures contenues dans le budget.

Plus en détail

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers Contrats d'assurance vie à primes flexibles - taux garanti, Provisions complémentaires d'assurances vie, Bases techniques de la tarification des contrats d'assurance vie Bruxelles, le 30 novembre 2001

Plus en détail

NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous?

NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous? NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous? Bienvenue au tour d horizon annuel de Deloitte des nouvelles et activités relatives aux Normes comptables canadiennes pour les entreprises à capital fermé (NCECF),

Plus en détail

Quelle solution pour votre épargne à long terme?

Quelle solution pour votre épargne à long terme? Quelle solution pour votre épargne à long terme? Sharesave Sharesave vous propose d économiser bimensuellement pendant trois ans et de placer cette épargne dans des actions du Thomas Cook Group plc à des

Plus en détail

LE DROIT DES ACTIONNAIRES

LE DROIT DES ACTIONNAIRES LE DROIT DES ACTIONNAIRES ATELIER COMMENT SE PRÉPARER À UNE ASSEMBLÉE ACTIF 2007 www.actif.net 514.748.8027 1.877.552.2843 info@actif.net AVIS 2 ACTIF est un réseau coopératif d éducation financière. Il

Plus en détail

IMMIGRATION. Résidence p ermanente 127 Permis de travail 128 Admission temporaire 130. Par Naseem Malik

IMMIGRATION. Résidence p ermanente 127 Permis de travail 128 Admission temporaire 130. Par Naseem Malik Résidence p ermanente 127 Permis de travail 128 Admission temporaire 130 Par Naseem Malik Immigration 127 L immigration est une responsabilité fédérale, bien que quelques provinces aient conclu des accords

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

Introduction FISCALITÉ

Introduction FISCALITÉ Introduction 51 Impôt sur le revenu 53 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une filiale 54 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une succursale 56 Mesures de contrôle des

Plus en détail

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes?

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? JAMIE GOLOMBEK Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? Jamie Golombek, CPA, CA, CFP, CLU, TEP Directeur gestionnaire,

Plus en détail

ALTAREA. Société en commandite par actions au capital de 155.539.502,06 euros Siège social : 8 Avenue Delcassé - 75008 PARIS 335.480.

ALTAREA. Société en commandite par actions au capital de 155.539.502,06 euros Siège social : 8 Avenue Delcassé - 75008 PARIS 335.480. ALTAREA Société en commandite par actions au capital de 155.539.502,06 euros Siège social : 8 Avenue Delcassé - 75008 PARIS 335.480.877 RCS PARIS RAPPORT DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

Contributions et taxes

Contributions et taxes du PMU, pour son activité dans le réseau physique, à l imposition à laquelle seraient soumis les opérateurs en ligne ne serait sans doute pas considérée comme constituant une distorsion de concurrence

Plus en détail

CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008

CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008 CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008 À : Agents généraux administrateurs, a Tous les agents généraux administrateurs, agents associés généraux, courtiers, agents généraux, conseillers

Plus en détail

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager Loi sur les prestations de pension du Nouveau-Brunswick

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager Loi sur les prestations de pension du Nouveau-Brunswick Page 1 de 5 inc. a droit à des sommes de retraite régis par la Loi sur (nom du Rentier en caractères d'imprimerie) les prestations de pension du et désire transférer ces sommes dans un fonds de revenu

Plus en détail

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables PARTIE 1 INTRODUCTION ET DÉFINITIONS 1.1 Introduction et objet 1.2 Régime d information multinational 1.3 Détermination

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATION

BULLETIN D INFORMATION BULLETIN D INFORMATION 2002-4 Le 14 mai 2002 Sujet : Assouplissement de certaines mesures concernant l administration des lois fiscales et le recouvrement Le présent bulletin d information expose les modifications

Plus en détail

Le processus de résolution de litiges fiscaux : sept domaines clés

Le processus de résolution de litiges fiscaux : sept domaines clés Le processus de résolution de litiges fiscaux Que vous soyez un administrateur fiscal, un directeur financier, un entrepreneur ou un particulier aux prises avec une question fiscale personnelle, nos conseillers

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

Politique linguistique d Investissement Québec

Politique linguistique d Investissement Québec Politique linguistique d Investissement Québec 1. Objet La présente politique comporte des règles qui devront être appliquées par tous les membres du personnel d Investissement Québec, quels que soient

Plus en détail

Faits saillants du budget fédéral 2016

Faits saillants du budget fédéral 2016 Faits saillants du budget fédéral 2016 Le 22 mars 2016 N o 2016-12 Le ministre des Finances du Canada, M. Bill Morneau, a déposé aujourd hui le budget fédéral 2016. Ce budget anticipe un déficit de 5,4

Plus en détail

Ouvrir un compte personnel. Ce que votre société de courtage doit apprendre sur vous et pourquoi

Ouvrir un compte personnel. Ce que votre société de courtage doit apprendre sur vous et pourquoi Ouvrir un compte personnel Ce que votre société de courtage doit apprendre sur vous et pourquoi À propos de l OCRCVM L Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) réglemente

Plus en détail

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant :

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : BULLETIN DE SALAIRE Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : l employeur (nom, adresse, numéro d immatriculation, code

Plus en détail

Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale

Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale 1 2 Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires

Plus en détail

Les ACVM proposent de simplifier les obligations d information des émetteurs émergents

Les ACVM proposent de simplifier les obligations d information des émetteurs émergents Davies Ward Phillips & Vineberg S.E.N.C.R.L., s.r.l. Le 3 juin 2014 Les ACVM proposent de simplifier les obligations d information des émetteurs émergents Auteurs : Neil Kravitz, Sebastien Roy et Nicolas

Plus en détail

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD et aux prêts placement de la Banque Manuvie LA COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE MANUFACTURERS Tirez le maximum de vos placements

Plus en détail

Le gouvernement annonce de nouvelles règles de TPS/TVH sur le lieu de fourniture

Le gouvernement annonce de nouvelles règles de TPS/TVH sur le lieu de fourniture avril 2010 TABLE DES MATIÈRES Règles sur le lieu de fourniture Conclusion Le gouvernement annonce de nouvelles règles de TPS/TVH sur le lieu de fourniture Le 25 février 2010, le ministère des Finances

Plus en détail

PLACEMENTS ET QUALITÉ EXCEPTIONNELS

PLACEMENTS ET QUALITÉ EXCEPTIONNELS PLACEMENTS ET QUALITÉ EXCEPTIONNELS Portefeuilles pratiques conçus en fonction de vos objectifs Les Solutions de portefeuille Marquis permettent d investir en toute quiétude, car elles donnent accès à

Plus en détail

LE FACTEUR FISCAL LES RÈGLES SUR LES PLACEMENTS INTERDITS ET LES AVANTAGES DES REER ONT ÉTÉ PROMULGUÉES : CONTENU

LE FACTEUR FISCAL LES RÈGLES SUR LES PLACEMENTS INTERDITS ET LES AVANTAGES DES REER ONT ÉTÉ PROMULGUÉES : CONTENU NUMÉRO 2012-01 WWW.BDO.CA LE FACTEUR FISCAL LES RÈGLES SUR LES PLACEMENTS INTERDITS ET LES AVANTAGES DES REER ONT ÉTÉ PROMULGUÉES : DES MESURES POURRAIENT ÊTRE NÉCESSAIRES AVANT LE 30 MARS 2012 Dans le

Plus en détail

Rémunération des propriétaires dirigeants Deuxième partie

Rémunération des propriétaires dirigeants Deuxième partie Introduction En quoi consistent les dividendes? Les avantages fiscaux de la rémunération sous forme de dividendes Rémunération des propriétaires dirigeants Deuxième partie Par DON GOODISON, CFP, FCGA Introduction

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales Table des matières Société admissible...3 Société de personnes admissible...3

Plus en détail

Avenant. Texte original

Avenant. Texte original Texte original Avenant à la Convention entre la Suisse et la France en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune signée à Paris le 9 septembre 1966 (et son

Plus en détail

Portefeuilles Gérés Banque Nationale. À la mesure de vos ambitions

Portefeuilles Gérés Banque Nationale. À la mesure de vos ambitions Portefeuilles Gérés Banque Nationale À la mesure de vos ambitions 03 Une solution de placement évoluée et personnalisée Lorsqu un certain capital est accumulé, la gestion efficace d un portefeuille doit

Plus en détail

La liste des sujets de dissertation comprend des sujets des quatre domaines suivants :

La liste des sujets de dissertation comprend des sujets des quatre domaines suivants : La liste des sujets de dissertation comprend des sujets des quatre domaines suivants : A. Droit B. Comptabilité et administration C. Fiscalité D. Enjeux internationaux Vous pouvez choisir un sujet parmi

Plus en détail

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure CHOIX DE PLACEMENTS Service Education des Epargnants Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières CDVM http://www.cdvm.gov.ma/espace-epargnants But de la brochure Le but de la présente brochure est de

Plus en détail

MODIFICATION N o 1 datée du 5 février 2015 au prospectus simplifié daté du 30 juin 2014 à l égard des

MODIFICATION N o 1 datée du 5 février 2015 au prospectus simplifié daté du 30 juin 2014 à l égard des MODIFICATION N o 1 datée du 5 février 2015 au prospectus simplifié daté du 30 juin 2014 à l égard des actions de fonds communs de placement des séries A, B, JFAR, JSF, TFAR, TSF, TJFAR et TJSF de la Catégorie

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

Programme À vos Rénos. 1. Conditions et modalités du programme À vos Rénos et de la carte RÉNO-DÉPÔT

Programme À vos Rénos. 1. Conditions et modalités du programme À vos Rénos et de la carte RÉNO-DÉPÔT Programme À vos Rénos 1. Conditions et modalités du programme À vos Rénos et de la carte RÉNO-DÉPÔT Pour bénéficier des avantages du programme À vos Rénos, ci-après nommé «le programme», vous devez être

Plus en détail

Tirez le maximum de vos dons de bienfaisance en 2015

Tirez le maximum de vos dons de bienfaisance en 2015 Tirez le maximum de vos dons de bienfaisance en 2015 Le 30 janvier 2015 N o 2015-07 Les incitatifs offerts par le Canada au titre des dons de bienfaisance sont conçus pour faciliter votre appui aux organismes

Plus en détail

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»):

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»): CE Cour de Justice, le 23 janvier 2014 * Affaire C-296/12 Commission européenne contre Royaume de Belgique 1. Par sa requête, la Commission européenne demande à la Cour de constater que, en adoptant et

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Fonds d actions canadiennes Lysander-18 Asset Management

Fonds d actions canadiennes Lysander-18 Asset Management Fonds d actions canadiennes Lysander-18 Asset Management 30 juin 2015 Cette page est intentionnellement laissée en blanc. Rapport de la direction sur le rendement du Fonds Au 30 juin 2015 AVERTISSEMENT

Plus en détail

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié)

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) (Tous les montants sont exprimés en milliers de dollars.) 30 juin 2009 31 décembre 2008 Actif Actif

Plus en détail

Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM

Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM Le 2 février 2015 Champ d application Les Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM remplacent les versions antérieures des Lignes directrices sur

Plus en détail

Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants

Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants En quoi consiste ce service? Le gouvernement du Yukon envisage d offrir un service administratif qui se chargerait de rajuster

Plus en détail

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite?

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Repenser la retraite Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Numéro 4, avril 2012 Une décennie de taux d intérêt en décroissance, plusieurs marchés

Plus en détail

Chapitre 3056, «Intérêts dans des partenariats»

Chapitre 3056, «Intérêts dans des partenariats» Alerte info financière NCECF JANVIER 2015 Chapitre 3056, «Intérêts dans des partenariats» Le Conseil des normes comptables (CNC) a publié en septembre 2014 le chapitre 3056 de la Partie II (Normes comptables

Plus en détail

SOMMAIRE DU PLAN RÉGIME D ÉPARGNE ÉTUDES GÉNÉRATION (auparavant, le «Régime fiduciaire d épargne études Global»)

SOMMAIRE DU PLAN RÉGIME D ÉPARGNE ÉTUDES GÉNÉRATION (auparavant, le «Régime fiduciaire d épargne études Global») SOMMAIRE DU PLAN RÉGIME D ÉPARGNE ÉTUDES GÉNÉRATION (auparavant, le «Régime fiduciaire d épargne études Global») Plan de bourses d études individuel Les actifs de croissance Global Inc. Le 27 janvier 2016

Plus en détail

CONVENTION USA - SUISSE

CONVENTION USA - SUISSE CONVENTION USA - SUISSE CONVENTION ENTRE LA CONFÉDÉRATION SUISSE ET LES ETATS-UNIS D'AMÉRIQUE EN VUE D'ÉVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS EN MATIÈRE D'IMPÔTS SUR LE REVENU, SIGNÉE À WASHINGTON, LE 2 OCTOBRE

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE OBLIGATOIRE

FOIRE AUX QUESTIONS SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE OBLIGATOIRE Mise en garde À jour au 21 janvier 2013, cette foire aux questions a été préparée uniquement à des fins d information. Son contenu est toutefois sujet à modification d ici l implantation du régime le 1

Plus en détail

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) ***

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** 2 Après avoir consulté la commission permanente «Politique générale

Plus en détail

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Supprimé: relatives à des Le membre ou le cabinet qui réalise une mission ou participe à une

Plus en détail