CONSEIL D'EXPLOITATION 12 NOVEMBRE 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL D'EXPLOITATION 12 NOVEMBRE 2014"

Transcription

1 Lycée d Enseignement Général et Technologique Agricole Le Chesnoy - Les Barres CONSEIL D'EXPLOITATION 12 NOVEMBRE 2014 Brebis au pâturage Eté 2014 Démonstration d'agriculture de précision aux membres de l'ocde le 16 septembre 2014

2

3 A. LE POINT SUR LES PRODUCTIONS 1. LES PRODUCTIONS VEGETALES a) Rendements de la campagne 2013/2014 CULTURES (en ha) BLE 29,9 ESCOURGEON 8,3 COLZA 9,75 PARCELLES SUPERFICIE (en ha) Magot 4,4 Accroc 30,5 q/ha Toutifaut 1 4,5 Arezzo 54,1 q/ha Face St Paul 5,6 Apache 40 q/ha Fin du Domaine 11,4 Ascott 64 q/ha Pommiers 2 4 Accroc 55,1 q/ha TOTAL 29,9 51,9 q/ha VARIETES RENDEMENTS OBSERVATIONS Pommiers 1 4,2 Etincel 40,6 q/ha Grêlé à 50% St Firmin 4,1 Etincel 36,5 q/ha Grêlé à 50% TOTAL 8,3 38,6 q/ha Moissy 9,75 Attlétik 9,8 q/ha Grêlé à 65% PS: 74 - Protéines: 12,3% - Grêlé à 65% PS: 79 - Protéines: 13,3% - Grêlé à 30% PS: 73 - Protéines: 12,4% - Grêlé à 65% PS: 78 - Protéines: 11,5% - Grêlé à 30% PS: 73 - Protéines: 11,3% - Grêlé à 30% - Essai CA45 ORGE DE PRINTEMPS 9,6 Nouvelles Terres 9,6 Sebastian 56,7 q/ha Grêlée à 23% Protéines: 9,2% Calibrage 96% FEVEROLES 4,6 Toutifaut 3 4,6 Diva/Maya 6,5 q/ha Grêlée à 85% MAIS GRAIN 15,3 Pièce romaine Noyers 7 12,3 P 8012 P 9578 Pas encore récolté 100 q/ha Irrigué 1 fois - semis après RGI - Récolté par les GDEA - Grêlé à 15% Irrigué 2 fois - essai désherbage - Grêlé à 15% BETTERAVES 9,55 Lapins 9,55 Iceberg Barents Pas encore récoltées Irriguées 2 fois Remarque: toutes les cultures sont assurées contre la grêle chez Groupama. Commentaire des rendements 2014: Escourgeon: Le rendement est fortement impacté (divisé par deux) par l'épisode de grêle du 9 juin dernier. La conséquence principale est une quantité d'orge récoltée (32 T) insuffisante pour couvrir les besoins de la troupe ovine (60 T). 130 quintaux d'orge fourragère ont été achetés à la moisson au prix de 145 /T. Nous verrons en cours de campagne s'il faut racheter un complément d'orge. Blé: Les parcelles de blé ont été grêlées à des niveaux différents mais de manière importante dans tous les cas, ce qui a occasionné de fortes pertes de rendement. De plus, le froid et les précipitations 1

4 de début juillet ont entraîné la germination des grains de blé avant moisson. Ce phénomène a eu lieu dans une grande partie de la France. La conséquence de cette germination sur pied est une baisse du temps de chute d'hagberg, qui détermine si le blé est panifiable ou pas (et donc son débouché: panifiable ou fourrager). La norme de commercialisation en blé panifiable est de 220 secondes, or trois quarts de la récolte présentent des Hagberg largement inférieurs, compris entre 120 et 160 s, ce qui nous contraint à vendre ce blé en blé fourrager, soit environ 40 /T de moins qu'un blé panifiable. Seule la variété Arezzo a atteint des Hagberg à 220 s. Des travaux d'arvalis ont montré que les variétés Accroc et Ascott avaient été parmi les plus sensibles à la baisse du temps de chute d'hagberg. Il faut noter cependant que, pour toutes les variétés, les poids spécifiques sont corrects, et les taux de protéines plutôt bons. Colza: La parcelle de colza est restée très hétérogène au printemps et la grêle a définitivement "achevé" son potentiel de rendement. De nombreuses repousses sont apparues et nous avons déchaumé la parcelle deux fois pour en faire lever un maximum. Orge de printemps: Malgré la grêle, le rendement est un peu décevant. Il est possible que la culture ait manqué un peu d'azote, ce qui se traduit également par un taux de protéines plutôt faible. Les dégâts de lapins en bordure du chemin n'ont pas aidé. De plus, il a fallu traiter la culture contre une infestation de lémas. Nous n'avons dû irriguer l'orge qu'une seule fois, fin juin. Féveroles de printemps et d'hiver: La féverole est la culture qui a le plus souffert de la grêle: elle a été presque entièrement détruite. Le peu qui a été récolté a été gardé pour les moutons mais nous ne pourrons pas engraisser les agneaux avec cette année, faute de quantité suffisante. Maïs: La pluviométrie importante de l'été a eu pour conséquence une irrigation très limitée cette année et la culture n'a jamais souffert du manque d'eau. Si la grêle a détruit peu de pieds, elle a en revanche suffisamment abîmé certains d'entre eux pour les rendre improductifs (15% estimés par l'expert). Le maïs a eu du mal à sécher et celui récolté le 22 octobre (Les noyers) était à 35% d'humidité. Le rendement de la parcelle Noyers est satisfaisant compte-tenu des 15% de pieds improductifs. Les étudiants de BTS GDEA récolteront en TP la parcelle de Pièce Romaine début novembre. Betteraves: L'enlèvement des betteraves étant prévu pour le 7 novembre, au moment de la rédaction de ce rapport, le rendement n'était pas encore connu. 2

5 MARGES BRUTES ET DIRECTES DE LA CAMPAGNE 2014 Les élèves de BTS ACSE 2 ont calculé et analysé les marges brutes pour les productions végétales. Les prix utilisés correspondent aux cours du 15 octobre. CULTURE: Betteraves MOYENNE CULTURE Blé Surfaces (ha) 9,55 Surfaces (ha) 29,90 produits rendement T/ha 108 prix ( /T) 26 Indemnité grêle 68 produits rendement 5,2 prix 140 Indemnité grêle ramenée/ha 399 produit en /ha 2876 produit en /ha 1128 charges opérationnelles semences 269 engrais 182 herbicides 268 insecticides 0 fongicides 75 charges opérationnelles semences 116 engrais 190 herbicides 38 insecticides 0 fongicides 39 Ch. Opérat. En /ha 794 Ch. Opérat. En /ha 382 MB sans indemnité grêle en /ha 2014 MB en /ha sans indemnité grêle 346 MB avec indemnité grêle en /ha 2082 MB avec indemnité grêle 746 Betteraves : MB en hausse de 300 /ha par rapport à 2013 et qui retrouve son niveau de Les produits sont supérieurs à 2013 essentiellement du fait du rendement. Il faut noter qu'en l'absence du rendement réel et compte-tenu de la configuration de l'année, le choix a été fait de baser les calculs sur le rendement moyen de l'exploitation (108 T/ha). Les charges opérationnelles ont néanmoins augmenté par rapport aux deux dernières années. La cause principale est l'apport d'un engrais PK sur les conseils d'une analyse de terre. Nous avons également dû traiter des chardons dans la parcelle, d'où une augmentation du poste herbicides. Les autres postes varient peu. Les betteraves restent la culture la plus rentable de l'exploitation. Blé : MB en baisse de 230 /ha par rapport à 2013 et de 360 /ha par rapport à La diminution constatée des produits (-700 /ha par rapport à 2013 sans compter l'indemnité d'assurance) traduit la baisse continue du prix du blé entre 2012 et 2014: 227 /T en 2012, 185 /T en 2013 et 140 /T en La baisse de rendement liée à la grêle impacte aussi fortement les produits. L'indemnité d'assurance grêle vient redresser les produits sans toutefois arriver au niveau des années précédentes. Au final, les produits ont baissé de 300 /ha en

6 Cependant, les charges opérationnelles sont en baisse par rapport à 2013 de 80 /ha, mais cela ne suffit pas à compenser la baisse des produits. Plusieurs raisons expliquent cette diminution des charges: le prix des engrais et des intrants a subi une légère baisse, certaines parcelles ont été moins fertilisées du fait d'un précédent de type légumineuse et cette année, un seul fongicide a été appliqué. CULTURE: Maïs grain CULTURE: Orge de printemps Surfaces (ha) 15,30 Surfaces (ha) 9,60 produits rendement (T/ha) 9,31 prix ( /T) 125 Indemnité grêle 127 produit en /ha 1291 produits rendement (T/ha) 5,7 prix ( /T) 170 Indemnité grêle ramenée/ha 130 produit en /ha 1094 charges opérationnelles semences 192 engrais 103 herbicides 82 insecticides 37 fongicides 0 Ch. Opérat. En /ha 415 charges opérationnelles semences 81 engrais 78 herbicides 33 insecticides 2 fongicides 44 régulateur 3 Ch. Opérat. En /ha 241 MB sans indemnité en /ha MB avec indemnité en /ha MB en /ha sans indemnité grêle MB en /ha avec indemnité grêle Maïs : MB en baisse de 115 /ha par rapport à 2013 et de 345 /ha par rapport à 2012, principalement due à la diminution des produits. La raison principale de la baisse des produits (et donc de la marge) est, comme pour le blé, la baisse continue des cours du maïs. Les rendements se sont maintenus à des niveaux satisfaisants malgré la grêle et l'indemnité d'assurance vient gonfler un peu les produits à /ha contre en 2013 et en Les charges opérationnelles ont, elles, augmenté de 28 /ha. Cela est dû principalement à la hausse du prix des semences (+10 /dose) et à une quantité d'engrais minéral plus importante du fait de l'absence d'apport de fumier sur ces parcelles. Ces hausses ont été tempérées par une baisse du prix des trichogrammes de 8 /ha. On peut constater que le poste herbicide reste stable par rapport à 2013 malgré la pratique du désherbinage. Cela s'explique par les deux passages de désherbage/désherbinage par parcelle ainsi que par un passage spécifique pour la destruction des chardons dans la parcelle des Noyers. Les parcelles désherbinées présentent un niveau de salissement tout à fait acceptable. La difficulté 4

7 réside dans le désherbinage des pointes des parcelles, qui détruit beaucoup de pieds, laissant des zones nues qui se salissent ensuite. OP : Une MB en hausse de 160 /ha par rapport à 2013 et qui se rapproche du niveau de 2012 (871 /ha). On constate que les produits se maintiennent à un niveau sensiblement équivalent ces trois dernières années et que les hausses de rendements permettent de compenser les relativement faibles variations du prix de l'orge (200 en 2012, 170 en 2013, 170 en 2014). Cette année, cependant, le niveau des produits se maintient grâce à l'indemnité d'assurance suite aux dégâts de grêle qui ont fait baisser le rendement. Les charges sont en nette baisse (-125 /ha) par rapport à 2013 où les charges liées au colza retourné avaient alourdi les charges opérationnelles, notamment le poste des semences (-20 /ha) et des herbicides (-38 /ha). La pression des maladies ayant été plutôt faible, un seul fongicide a été réalisé, contrairement à 2013 qui avait nécessité deux passages, diminuant ainsi le poste fongicide de 24 /ha. En revanche, un insecticide (contre les lémas) et un régulateur ont été nécessaires, contrairement aux année précédentes. Colza: Une MB très faible, en baisse de 380 /ha par rapport à 2012 et de 200 /ha par rapport à 2011 (pas de colza en 2013). Les produits baissent car la perte de rendement n'est pas compensée par l'indemnité d'assurance à cause de la baisse des prix du colza. En 2012, le colza avait été vendu à 523 /T et en 2011 à 411 /T. De plus, les charges opérationnelles sont élevées, essentiellement du fait de l'apport important d'azote (colzas petits en sortie d'hiver). Les autres postes se maintiennent à un niveau quasi-constant. L'utilisation depuis 2014 du semoir monograine pour assurer une bonne implantation du colza et avoir des colzas développés en entrée d'hiver, devrait permettre de limiter et de mieux maitriser les apports d'engrais azotés. produits charges opérationnelles ( /ha) CULTURE: Colza Surfaces (ha) 9,75 rendement T/ha 0,98 prix ( /T) 320 Indemnité grêle 427 produit en /ha 740 semences 38 engrais 173 herbicides 83 insecticides 10 fongicides 35 régulateur 0 Ch. Opérat. En /ha 339 COMMERCIALISATION: MB en /ha sans indemnité grêle MB en /ha avec indemnité grêle tonnes de blé ont été vendues au prix plancher de 131 /T début novembre. 54 tonnes d'orge de printemps à 178 /T ont également été vendues, ainsi que 9,5 tonnes de colza à 325 /T. Le reste des céréales d'été sera vendu d'ici fin 2014 et le maïs en partie sur 2014, et le reste en

8 b) Assolement prévisionnel 2014/2015 CULTURES (ha) BLE 24,2 PARCELLES SURFACE (ha) PRECEDENT VARIETE OBSERVATIONS St Paul 2,35 Prairie temporaire Cellule Les Lapins 2 6,55 Betteraves Cellule et Apache Noyers 8,3 Maïs Apache Toutifaut 3 4,6 Féverole Oregrain Moissy 1 2,4 Colza - Essai Irstea ESCOURGEON Toutifaut 1 4,5 Blé Etincel Destiné aux ovins 11,94 Magot 4,8 Blé Etincel Destiné aux ovins Moissy 2 2,64 Colza - Essai Irstea COLZA Pommiers 1 4 Escourgeon DK Exentiel Parcelle en essai CA45 12,3 Pommiers 2 4,2 Blé DK Exentiel Parcelle en essai CA45 St Firmin 4,1 Escourgeon DK Exentiel FEVEROLE D'HIVER Moissy 3 3,64 Colza Diva Destinée aux ovins 4,64 Pièce romaine bis 1 Maïs Diva Destinée aux ovins ORGE DE PRINTEMPS Les Lapins 3 Betteraves A définir 9 Pièce romaine 6 Maïs A définir BETTERAVES Fin du Domaine 9 Blé A définir MAIS GRAIN Nouvelles Terres 12,1 Blé et OP A définir 17,8 Face St Paul 2 5,7 Blé A définir DACTYLE POLLEN Toutifaut 2 5 PATURIN POLLEN Face St Paul 2 bis 3 RGA POLLEN La Carrière 3,5 TOTAL Grandes cultures: 100,38 ha Ces 3 parcelles n'en forment qu'une seule pour Mécacéréales Dont 6 ha derrière RGA dérobé 4e année. Contrat Stallergènes 4e année. Contrat Stallergènes 2e année. Contrat Stallergènes SURFACE SURFACE PARCELLES FOURRAGERE (ha) (ha) ESPECES VARIETES OBSERVATIONS LUZERNE Face St Paul 1 7,3 Galaxie 2e année Moissy 1,06 Dactyle, RGA, Luzerne Lazuly, Elital, Galaxie Essai Irstea Champlong 2,7 Fétuque élevée, RGA, dactyle Dulcia, Elital, Lazuly Semis septembre 2011 PRAIRIES TEMPORAIRES 11,31 PRAIRIES PERMANENTES 20,2 Vieux Pont 2,75 Fétuque élevée, RGI, trèfle blanc, dactyle Bariane, Licherry, Trio, Accord Semis septembre 2010 Moissy bis 3,8 RGA, fétuque élevée, Indian, Elodie, dactyle, trèfle blanc Luron, Trio Semis septembre 2010 Face école 1 Moha + trèfle Semis par BTS GDEA en d'alexandrie mai Golf 1,4 Fétuque élevée, RGI, Bariane, Licherry, trèfle blanc, dactyle Trio, Luflor Semis septembre 2010 D1 0,85 Dactyle, RGA, F. élevée Lazuly, Elital, Dulcia Semis mars 2014 D2 1,4 Dactyle, RGA, F. élevée Lazuly, Elital, Dulcia Semis septembre 2012 D3 1,45 Dactyle, RGA, F. élevée Lazuly, Elital, Dulcia Semis septembre 2012 Jardin 0,9 RGI Prestyl Semis avril 2012 Vernisson 1,6 Flore spontanée Entre les rivières 4,35 Flore spontanée Fin des saules 1,55 Dactyle, RGA, F. élevée Lazuly, Elital, Dulcia Semis septembre 2012 Toutifaut 3,65 Dactyle, RGA, F. élevée Lazuly, Elital, Dulcia Semis septembre La Baraudière 1,75 Fétuque élevée Centre équestre Nord Toutifaut 1,3 Flore spontanée Centre équestre TOTAL Surfaces fourragères: 38,81 ha

9 DIVERS PARCELLES SURFACE (ha) ESPECES VARIETES OBSERVATIONS Golf-CFPPA 1,4 Utilisé par le CFPPA Lisière Magot 0,1 Cultures énergétiques 1,5 Gel 1,7 B. enherbée Moissy 0,25 Miscanthus, switchgrass Marais Moissy 2,75 Peupleraie Autres utilisations 2,3 TOTAL Divers: 10 ha Colza : Le semis a été réalisé le 21 août pour les parcelles des Pommiers et le 28 août pour St Firmin. En ce qui concerne les Pommiers, le semis s'est fait au semoir monograine dans de très bonnes conditions et il a plu le lendemain du semis. La levée a été exceptionnelle et homogène. Une moitié des Pommiers (parcelle en essai avec la CA45) a été désherbinée: désherbage chimique sur le rang au stade rayonnant du colza puis binage au stade 4 feuilles. L'autre partie a été traitée en plein. Dans les deux cas, le désherbage a bien fonctionné, il ne reste principalement que des chénopodes qui seront détruits par le gel. La parcelle de St Firmin a été semée au combiné de semis et la levée a été un peu moins bonne du fait de l'absence de pluie pendant trois semaines après le semis. Néanmoins, la fraicheur du sol après les pluie abondantes du mois d'août lui ont permis de lever et de résister à cette sécheresse. Le désherbage en plein a été effectué en post-semis, pré-levée. Suite à des captures de charançon du bourgeon terminal vers le 20 octobre, un insecticide a été réalisé sur l'ensemble des parcelles. Une pesée en entrée d'hiver ainsi qu'en sortie d'hiver permettra d'ajuster la fertilisation azotée au printemps. La modulation intraparcellaire prévue cette année devrait permettre d'économiser un peu d'engrais, mais surtout d'améliorer le rendement. Nous prévoyons également de placer des ruches dans les parcelles afin d'améliorer la pollinisation et d'avoir une fécondation des fleurs plus homogène, ce qui devrait, là aussi, se traduire par une hausse de rendement. L'escourgeon a été semé le 3 octobre. La levée a été excellente dans les deux parcelles. Malheureusement, des dépérissements de pieds ont été observés et après dissection de plantes, des larves d'oscinies (mouche) ont été identifiées. Ce type de ravageur est très peu présent habituellement. L'année très douce et humide a sans doute été propice à son développement. Les œufs sont pondus sur la plantule et les larves se développent ensuite à l'intérieur, détruisant les organes et futurs organes de l'orge et entraînant la mort de la plante. Dans les parcelles, les pertes représentent 15 à 20% des pieds. Un comptage en entrée d'hiver permettra d'estimer la densité restante. Le seuil de retournement de la culture se situe à pieds/m². Le désherbage des parcelles a été réalisé le 28 octobre. Les semis de blé tendre ont commencé le 25 octobre avec la parcelle St Paul et se sont terminés le 7 novembre. Les premiers semis se sont fait dans de très bonnes conditions. Les semis restant sont réalisés derrière du maïs et des betteraves dans des conditions un peu plus humides. La féverole d'hiver sera semée à la suite du blé, vers le 15 novembre. 7

10 Du RGA a été semé en dérobée le 29 août sur la parcelle de Nouvelles Terres. L'absence de pluie a compromis la levée et l'a retardée. Il faudra évaluer en entrée d'hiver si le RGA doit être retourné ou maintenu, en fonction du stade atteint et de la densité de peuplement. S'il est maintenu, il produira de l'enrubannage début mai et un maïs sera implanté derrière. POINT SUR LA METEO Si mars et début avril ont été très secs, l'été 2014 fut en revanche particulièrement pluvieux. L'absence de précipitations sur le mois de septembre a permis d'assainir les terres. Janv. Fev. Mars Avril Mai Juin Juill. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Sommes annuelles ,9 36,3 25,4 12,9 107,3 36, ,7 136,7 95,1 78,9 48, , ,8 58,4 40,3 83,8 51,6 18,8 29 7,2 4,6 42,5 42,3 431,3 696, ,2 34,6 54,1 67,1 50,5 36,2 17,6 89,3 63,7 83,8 45,5 71,7 655,3 632, ,2 53,4 42,5 30,1 98,2 110,5 135,6 61,8 31, , , ,3 71,2 56,1 20,8 111,9 63,3 81,7 23,4 51,5 53,7 31,3 40,6 713,8 664, , ,5 623, ,5 39 3,6 43,5 40,9 39,2 30,9 48,6 71,4 61,1 468,7 631, ,5 20,5 44, , , ,5 19,5 493,5 598, , ,5 26,5 22, ,5 87,5 32,5 82,5 99, ,5 550, ,5 7,5 66, ,5 25,5 109,5 73,5 9, , , , ,5 40, ,5 67,5 70,1 735,1 560, ,8 58, ,5 85,5 25, ,5 53,5 31,6 49,5 744,9 616, ,5 52,6 8 2,5 58 3, ,1 636, ,6 73,2 14,2 15,8 83,4 124, ,6 18,4 28,8 84, , ,6 7,4 17,2 119,2 10,4 41, ,8 77,2 109,8 36,6 57,2 596,2 663, ,4 53,6 47,8 66, , ,5 106,5 32, ,5 759,8 668, , , , , , , ,5 59,5 70, , ,5 720, ,5 49, , ,5 46, ,5 37, , ,5 22, , ,5 89 8, , , ,5 32, , , ,5 14, ,5 529,5 652, , , , ,5 63, , , , ,5 81,5 31, , ,5 629, ,5 43, , ,5 42, , , ,5 645, , ,5 88,5 75, , , , , , ,5 54,5 75,5 84, ,5 84, , ,5 36, , ,5 100, ,5 660, ,6 12, ,5 43,5 86,5 76,5 3, , ,5 678,7 651, , , , , , ,5 85, ,4 6,8 77,5 683,2 MOYENNE 49,1 46,2 47,0 46,8 67,8 54,5 58,2 50,5 49,2 62,1 58,3 60,8 648,3 Moyennes mobiles sur 5 ans Moy. des 30 dernières années Moy. des 5 dernières années 45,3 43,1 43,5 50,8 64,1 53,1 63,5 53,4 47,5 65,5 60,9 64,5 651,1 36,1 42,7 36,7 57,5 56,6 67,8 86,8 65,8 42,2 98,9 67,5 102,0 726,7 8

11 2. LA TROUPE OVINE GESTION DE LA TROUPE Sanitaire Plusieurs déparasitages internes ont été effectués au cours de la période de pâturage. Le 5 juin les brebis agnelées d'automne, sorties au pâturage depuis fin mars, ainsi que les béliers ont été traités avec de l'oxfénil par voie orale. Les brebis ayant agnelé au printemps et sorties plus tard à l'herbe ont été vermifugées fin août avec de l'oxfénil. Chaque lot de brebis a également été déparasité au moment de sa rentrée en bergerie avec du Dectomax. Les béliers et les brebis du rattrapage ont également reçu ce traitement, étant toujours au pâturage. En ce qui concerne le déparasitage externe, du Butox "pour-on" a été appliqué sur les brebis et les béliers le 25 juin. Des myiases ont été observées et traitées sur quelques brebis en juin et juillet, ce qui est assez inhabituel. Elles ont été détectées à temps et toutes les brebis se sont rétablies. Les agnelles ont été vaccinées contre la chlamydiose le 12 juin. Mise en lutte 99 brebis ont été inséminées le 10 avril selon un schéma d accouplements raisonnés. La repasse d IA a eu lieu à partir du 21 avril. Le reste des brebis ayant agnelé à l'automne 2013 et les agnelles n'ayant pas mis bas en janvierfévrier ont été mises en lutte naturelle dès le 15 avril. Les brebis ayant mis bas au printemps ont été mises en lutte naturelle au fur et à mesure de leur tarissement, les premières ayant lutté à partir du 25 avril. La lutte naturelle s'est poursuivie jusqu'au 13 juin. Nous avons effectué des échographies sur les brebis d'ia le 19 juin. Les brebis de la lutte naturelle ont été échographiées le 31 juillet. Une trentaine de brebis seulement étaient vides à l'issue de ces échographies, ce qui a permis de les trier pour la lutte de rattrapage. Ces deux échographies ont permis également de diviser la troupe en deux lots selon que les brebis avaient été vues pleines à la première ou à la deuxième échographie, déterminant ainsi des périodes plus précises d'agnelage pour chaque lot. Nous avons, en fonction de cela, ajusté la date de vaccination contre l'entérotoxémie pour que ce vaccin soit positionné de manière optimale avant la mise-bas. Enfin, les échographies ont permis d'identifier différents lots de brebis pour mieux les complémenter et préparer l'agnelage: - Brebis pleines d'ia - Brebis pleines de repasse - Brebis pleines de lutte naturelle Suivant ce schéma, les petits lots de brebis ont été rentrés progressivement en bergerie tandis que les brebis devant agneler plus tard restaient au pâturage. 9

12 Les agnelles ont été mises en lutte du 8 août au 8 octobre. La lutte de rattrapage des brebis échographiées vides a eu lieu sur la même période. Une échographie des brebis du rattrapage est prévue le 13 novembre afin de réformer au plus vite les brebis improductives. RESULTATS DE L'AGNELAGE Campagne 2015 Automne 2014 (Résultats au 27/10) Nb brebis mises en lutte (A) Nb brebis mortes avant misebas (B) Nb brebis agnelées (C) Taux de fertilité [C/(A- B)] Nb agneaux nés vivants (D) IA % IA % Lutte libre + Repasse d'ia au 27/10 Lutte principale 2015* au 27/10 Lutte principale 2014* Lutte principale 2013* Agnela ge en cours Agnela ge en cours % % *IA + lutte libre (sans compter la repasse d'ia) Nb agnx mortsnés (E) 16, 8% 10, 9% 9,6 % 10, 9% 9,1 % 15, 1% Taux de prolificité [(D+E)/C] Nb d'agneaux morts (F) -10j +10j %M Taux de mortali té total (E+F) Taux de producti vité [(D- F)/(A-B)] 198% 6 2 9% 25,8% - 179% ,8% 19,4% - 176% ,8% 19,4% - 179% ,7% 20,6% Agnelag e en cours 170% ,3% 17,4% 1,22 151% ,1% 21,2% 0,97 Agnelage d'automne 2014: Il a commencé le 1er septembre et s'est terminé le 10 novembre. Il a commencé par les brebis pleines d'ia, puis sont arrivées les mise-bas issues de lutte naturelle avec deux pics principaux: un vers le 20 septembre et le deuxième quinze jours plus tard. Voir graphique ci-après. 10

13 La fertilité des brebis est correcte en lutte naturelle mais décevante en IA. Il est difficile de déterminer quelles sont les causes d'une fertilité si faible mais les taux de réussite restent aléatoires avec cette technique. En revanche, la prolificité des brebis d'ia est excellente. Toutes les brebis ont eu un flushing à l'herbe qui a bien fonctionné au vu de la bonne fertilité et de la prolificité plus importante que d'habitude. Le tri strict des brebis de réforme à l'hiver dernier a porté ses fruits. Néanmoins, nous avons été confronté à quelques avortements dus à de la toxoplasmose et à la chlamydiose (pour une brebis). Nous avons aussi constaté en fin d'agnelage que huit brebis échographiées pleines au mois de juin n'ont finalement pas agnelé. Ces avortements ont été discrets et n'ont pas été détectés. Nous avons également subi un violent épisode de colibacillose septicémique lors du pic d'agnelage, ce qui explique le taux de mortalité très important des agneaux. L'analyse a confirmé la présence de E. Coli. Malgré une surveillance rapprochée, il est très difficile de repérer et traiter les agneaux à temps. En effet, l'infection était foudroyante et les agneaux mourraient en 12 heures de temps. L'explication principale au développement de cette bactérie dans la litière est lié au fait que les toitures des bergeries n'avaient pas encore été réparées suite à la grêle du 9 juin. De ce fait, certaines parties des bâtiments, notamment la bergerie du bas, étaient inutilisables car inondées. Il a malgré tout fallu en utiliser certaines qui présentaient un peu moins de dégâts que les autres. De ce fait, les brebis se sont trouvées en densité importante dans les aires paillées lors de l'agnelage, ce qui a favorisé le développement de la bactérie, d'autant plus sur des litières rendues humides par les quelques épisodes pluvieux. Le manque de place nous a également contraints à constituer les lots d'agneaux toujours dans la même aire paillée. Malgré le paillage quotidien et les soins de désinfection à l'agnelage, l'épidémie a été foudroyante. Le manque de place ainsi que la mauvaise ambiance des bâtiments ont joué un rôle prépondérant dans l'explosion des colibacilloses. 11

14 EFFECTIFS Les effectifs sont stables par rapport à l'année dernière. Le nombre de réformes devrait diminuer un peu cette année suite à la réforme assez stricte de l'année dernière. La présence de plus d'agnelles contribuera également à augmenter l'effectif de la troupe. Pour continuer d'agrandir la troupe et arriver à 400 brebis, nous continuerons la stratégie mise en place l'année dernière sur les agnelles: - En gardant les femelles issues d'ia (potentiellement 80) - En achetant chez un sélectionneur des agnelles complémentaires Le but est d'arriver à un effectif total de 120 agnelles. Pour assurer le renouvellement des béliers, trois animaux inscrits ont été achetés cet automne via la CIALYN. Ils arriveront dans l'élevage fin novembre. BATIMENTS La construction du bureau de la nouvelle bergerie est prévue pour cet hiver. Concernant l'épisode de grêle du 9 juin, voici un état des lieux au 30 octobre, sachant que les dégâts sont pris en charge par l'assurance du Conseil Régional, propriétaire des bâtiments: - Les bâtiments couverts en fibrociment amianté ne seront pas désamiantés, à l'exception de la bergerie du bas dont le format d'ondulations ne se fait plus. Ils seront recouverts de tôles plastiques ondulées translucides très fines. A ce jour, seul le hangar à fourrage a été réparé (bien que des imperfections demeurent). La bergerie du haut, ainsi que le hangar à matériel (face à l'atelier) restent à faire. - La bergerie du bas sera le seul bâtiment désamianté. Sa couverture sera entièrement refaite avec des matériaux incluant une isolation. 10% de cette surface sera couverte par des translucides, afin d'apporter plus de lumière dans la bergerie. Les devis ont été acceptés par l'expert de l'assurance de la Région mais à ce jour la Région n'a pas encore lancé la commande. - Les vitres brisées des bergeries du haut et du bas seront remplacées par des panneaux de PVC translucide perforé afin d'améliorer la circulation de l'air dans les bâtiments. En effet, un test de fumée a révélé des zones moins bien ventilées. - Les fibrociments (non amiantés) de la nouvelle bergerie seront remplacés à l'identique. Le chantier est en cours. - Le hangar à matériel couvert par des tuiles a été réparé cet été. Idem pour la cour de la ferme. - Le foin et la paille ayant pris l'eau seront indemnisés par Groupama VENTES agneaux de boucherie ont été commercialisés à la CIALYN en 2014, au prix moyen de 121 /agneau, ce qui est mieux qu'en 2013 (110 ) et 2012 (106 ). Les cours de la viande d'agneau sont restés à un niveau très élevé tout le premier semestre 2014, avec un pic à plus de 7 /kg au moment de Pâques. 12

15 107 agneaux ont été commercialisés en direct aux particuliers pour un prix moyen de 155 /agneau (frais d'abattage et de découpe déduits). Nous nous étions fixé l'objectif de 90 agneaux vendus par ce biais en 2014, il est donc largement atteint. Pour 2015, nous visons de stabiliser les ventes à agneaux vendus en direct, sur 9 dates de vente. Nous continuerons à propose deux types de caissette: la version "classique" à 13 /kg et la caissette contenant la viande d'agneau + 1 kg de merguez fabriquées avec une partie des bas morceaux de la caissette pour un prix de 13,60 /kg. 8 agneaux ont été vendus aux différents centres de l'epl et consommés dans les restaurants scolaires. Nous comptons bien reconduire cette action en De plus, dans la cadre du Programme National pour l'alimentation, le partenariat entre nos élèves de STAV et les élèves du lycée hôtelier St Louis a abouti à la confection d'un plat à base notamment de côtes d'agneaux du Chesnoy. 98 agneaux ont été vendus en direct à des professionnels (boucher, restaurateur) pour un prix moyen de 133 /agneau. C'est un débouché que nous souhaitons pérenniser. Tous les tarifs de vente directe, aux particuliers comme aux professionnels font l'objet d'un vote au conseil d'administration de l'epl. Tarifs professionnels 2015 Type de découpe Prix HT au kg Agneau en carcasse entière ou demi-carcasse 8,65 Agneau en découpe partielle 9,45 Agneau entièrement découpé 11,80 Nous avons également vendu 60 agnelles à l'imm Recherche au prix de 137. Ils ont d'ailleurs reconduit le partenariat en nous commandant 70 agnelles du millésime 2015 pour le mois de mai Nous avons également renégocié le prix de ces agnelles car elles étaient sous-estimées. Nous avons convenu pour 2015 d'un prix de 162 /agnelle, ce qui correspond à un prix de base "agneau de boucherie de 4 mois" additionné des frais d'élevage de 4 à 6 mois et de la tonte. 36 agneaux ont été vendus à des éleveurs, notamment 20 agnelles de printemps au Lycée agricole de La Bretonnière (77). C'est un débouché ponctuel mais qui nous a permis de bien valoriser ces animaux. Le lycée de La Bretonnière a d'ailleurs passé commande pour d'autres agnelles en PRODUCTIONS FOURRAGERES 2014 Pâturage: La mise à l'herbe des béliers et des brebis agnelées d'automne a été effectuée fin mars. C'est une date un peu plus précoce que les années précédentes, la pousse de l'herbe ayant démarré tôt et la période de sec de mars-avril a assaini les prairies. Les brebis ayant agnelé au printemps sont sorties en un deuxième lot à partir du 18 avril. De mi-avril à fin juin, les brebis ont pâturé sur 22 ha répartis 13

16 CALENDRIER DE PATURAGE 2014 Parcelles MARS AVRIL MAI JUIN JUILLET AOUT SEPTEMBRE OCTOBRE NOVEMBRE 1,4 ha Golf 1 ha Jardin 1,45 ha Entre les Rivières (forage) 250 1,45 ha D ,55 ha Fin des saules F 150 1,6 ha Vernisson 0,85 ha 1,4 ha D1 Entre les Rivières (auges) 250 0,2 ha Derrière hangar 1,4 ha D ,5 ha Entre les Rivières (devant) 250 2,7 ha Champlong 300 3,8 ha Moissy 250 2,75 ha Vieux Pont F ,65 ha Toutifaut 150 F: Fauche IA 100 brebis L. Nat 140 brebis agnelées d'automne 240 brebis L. Nat 90 brebis agnelées du printemps 330 brebis 30 brebis rattrapage 50 brebis IA 90 brebis

17 en 12 parcelles (cf calendrier de pâturage). Les parcelles fauchées ont pu être pâturées un mois après la fauche. Les pluies de juillet et d'août ont permis à l'herbe de pousser pendant l'été et de continuer le pâturage tournant. Si les conditions le permettent, nous tenterons de faire un peu de pâturage hivernal avec un lot de brebis taries. Au 1er novembre, seules les brebis du rattrapage sont encore dehors. Voici un tableau reprenant les rendements fourragers en 2014: Parcelle Face St Paul 1 Surface (ha) Date de fauche Type de fourrage Taux de MS Nb de boules 10-juin 22-juil 01-sept Pièce Romaine 7 03-mai Vieux Pont 2,75 14-mai Fin des Saules 1,55 14-mai La Carrière 7,3 St Paul 2,4 Toutifaut 2 5 0,5 14-mai 3 30-juin 10-juin 24-juil 01-sept 11-juin 09-sept Foin luzerne 1ere coupe Foin luzerne 2e coupe Foin luzerne 3e coupe Enrub. RGI 1ere coupe Enrub. herbe 1ere coupe Enrub. herbe 1ere coupe Enrub. RGA 1ere coupe Foin de RGA 1ere coupe Foin graminées + luzerne 1ere coupe Foin graminées + luzerne 2e coupe Foin graminées + luzerne 3e coupe Foin dactyle 1ere coupe Foin dactyle 2e coupe Poids brut/boule (kg) T de MS/ha 0, ,9 0, ,3 0, ,6 0, ,7 0, ,2 0, ,0 0, ,2 0, ,8 0, ,6 0, ,0 0, ,4 0, ,1 0, ,3 L'année 2014 fut une année riche en production d'herbe. Nos stocks de foin étant importants, il a été décidé de ne pas faucher les parcelles pâturables, à l'exception de deux parcelles qui ont produit de l'enrubannage destiné initialement à combler le manque d'herbe estival. N'ayant finalement pas été nécessaire cet été, cet enrubannage de bonne qualité sera distribué aux brebis en lactation. Nous avons pu produire 35 tonnes de foin de RGA pour le Centre équestre sur la parcelle de La Carrière et sur la parcelle de Jean-Luc Moulin. Le RGI dérobé a produit de bons rendements cette année. Il a été fait le 3 mai, ce qui a permis d'implanter le maïs avant le 10 mai. 14

18 La luzerne, pour sa première année de production, a produit des rendements tout à fait honorables. Toutes les coupes ont été faites dans de bonnes conditions. Les conditions poussantes de l'été ainsi que le temps sec de septembre ont permis de faire une excellente deuxième coupe de foin de dactyle. D'une manière générale, nos stocks de fourrages sont au plus haut. MARGES BRUTES ET DIRECTES DE LA CAMPAGNE 2014 Les élèves de BTS ACSE 2 ont calculé et analysé les marges brute et directe de l'atelier ovin pour la campagne 2013/2014. L'effectif de femelles mises à la reproduction est en très légère diminution entre 2013 et Il devrait augmenter en En ce qui concerne les produits, on constate une hausse d'environ par rapport à l'exercice Cela s'explique par le fait que l'année 2013 avait été une année particulière, avec beaucoup moins d'agneaux nés que d'habitude. On retrouve en 2014 un nombre d'agneau plus habituel. En 2012, le total des produits était plus élevé qu'en 2014 mais il faut noter que l'achat d'agnelles (9230 ) est déduit des produits Toutes choses égales par ailleurs, les produits ont donc fortement augmenté en 2014, par rapport à 2012 et Cette hausse s'explique donc par une meilleure valorisation des animaux: plus d'agneaux vendus en direct et des cours de la viande très élevés. Les primes à la brebis sont relativement stables. La réforme de la PAC devrait revaloriser ces aides à environ 27 ou 28 /brebis, dont le niveau actuel est de 24 /brebis avant modulation. Pour ce qui est des charges opérationnelles: Les charges d'élevage sont en hausse de en 2014 par rapport à Bien que nous ayons baissé les frais de reproduction en diminuant le nombre de brebis mises à l'insémination, d'autres postes ont augmenté: les frais liés à la vente directe sont passés de en 2013 à 7159 en 2014, en lien avec un plus grand nombre d'animaux vendus. Les frais vétérinaires ont également fortement augmenté, de en 2013 à en Cette hausse s'explique en partie par le plus grand nombre d'agneaux en 2014 qu'en 2013 (plus de produits de soin à l'agnelage, plus de vaccins...). Nous avons également eu plus souvent recours au vétérinaire pour des consultations et des analyses sur quelques animaux. Enfin quelques affections inhabituelles (coccidiose des agnelles et gale de patte des béliers) ont contribué à augmenter ce poste. Les charges alimentaires sont en nette baisse en 2014 pour plusieurs raisons. - L'utilisation de la féverole pour l'engraissement des agneaux d'automne a permis de passer de 16 tonnes d'aliment acheté en 2013 à 6 tonnes en 2014, soit une économie de La baisse du prix des tourteaux et le changement du soja pour le colza a permis d'économiser près de Nous avons également acheté moins de pulpe surpressée car nous avions du stock restant de 2013 et bien conservé. L'enrubannage non distribué à l'été 2013 a été distribué en lactation et a permis de réduire la consommation de pulpes. Cette configuration devrait être identique en

19 En revanche, La récolte insuffisante d'orge suite à la grêle nous a imposé d'acheter de l'orge cette année, exceptionnellement. En ce qui concerne les céréales autoconsommées, nous travaillons toujours avec deux hypothèses de calcul. Pour ce qui est de l'escourgeon, la forte baisse des cours en 2014 ainsi que le faible rendement de cette année réduisent l'écart entre les résultats donnés par les deux méthodes de calcul. Cependant, il ne faut pas oublier de prendre en compte l'orge achetée à la coopérative pour compenser ce faible rendement. De la même façon, le faible rendement de la féverole se traduira sur la campagne suivante par des achats plus importants de complémentaire azoté. Les charges de SFP sont plus faibles en 2014 qu'en 2012 ou En effet, nous n'avons pas re-semé de prairie en 2014 et nous avons limité les apports d'azote minéral par l'apport de fumier à l'automne Les charges liées à la luzerne sont en augmentation du fait du semis et du désherbage de la parcelle cette année. Le total des charges opérationnelles se monte donc à en 2014 contre en 2013 selon l'hypothèse 1 (coût des céréales autoconsommées = prix de vente théorique). Cela correspond à 106 /brebis mise en production contre 132 /BMP en En prenant en compte l'hypothèse 2, les charges opérationnelles se montent à en 2014 (103 /BMP) contre en 2013 (116 /BMP). Les itinéraires techniques de l'orge et de la féverole ont été plus économes en intrants en La marge brute varie donc, selon l'hypothèse considérée, de (63 /BMP) à (67 /BMP). Cette marge brute est en nette augmentation par rapport à 2012 et 2013, même si elle reste encore trop faible pour couvrir les charges directes. L'augmentation de la troupe avec une bonne qualité génétique devrait augmenter le nombre d'agneaux produits. La pérennisation de la ration fermière des agneaux à l'engraissement devrait permettre de conserver des charges d'alimentation basses. Le tableau ci-après détaille tous les chiffres: 16

20 Produits Agneaux viande ATELIER OVINS VIANDE 413 Femelles mises à la reproduction = brebis + agnelles présentes au 1er septembre Quantité Prix unitaire Total en /fem MR Quantité Prix unitaire Total en /fem MR Quantité Prix unitaire Agneaux CIALYN Agneaux vente directe et caissettes Agneaux vente directe aux pro (restau, boucher..) Agneaux vivants Brebis / Béliers de réforme Autoconsommation Total en /fem MR Agnelles IMM Agneaux éleveurs / particuliers Brebis CIALYN Brebis IMM Brebis particulier Béliers Laine , , , Primes et subventions Total Agneaux viande Total Agneaux vivants Total Brebis/Béliers de réforme Prime PAC à la brebis (modulation déduite) Subvention conseil général Subvention conseil régional Autres (remb test, boucles) Total Primes et subventions Achat d'agnelles Achat Béliers Produit global en

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ Lundi 12 mai 2014 Villedieu sur Indre (36) Retrouvez les supports présentés

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

Rapport final Analyse économique

Rapport final Analyse économique Rapport final Analyse économique Exploitation de la lumière naturelle dans les programmes de photopériode pour le contrôle de la reproduction chez les ovins (Projet #6266) Demandeur Organisme conjoint

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL Faits et chiffres de l aviculture CH 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

les cinq étapes pour calculer les jours d avance

les cinq étapes pour calculer les jours d avance À retenir l expérience, acquise grâce à ces outils, permet également une bonne évaluation de la ressource disponible. une fois les mesures réalisées, la quantité d herbe disponible pour le lot se calcule

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons?

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons? DIVERSIFICATION PAR L OVIN La dynamique lancée depuis 2014 par le groupe Filière ovine du Comité Régional Elevage pour démontrer l intérêt de la diversification dans le mouton trouve un écho favorable

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020 Politique Agricole Commune Programme 2015-2020 DPB Paiement redistributif Jeunes Agriculteurs Verdissement Aides couplées Aides couplées Sommaire : Principe... 3 Aides animales : - Aides Ovines... 5 -

Plus en détail

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Millions t 3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 La demande en grains va augmenter avec la population 500 MAÏS : +76% 0 2000 2010 2015 2020 2030 RIZ

Plus en détail

Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf!

Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf! Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf Statut% En%cours%de%validation% Version% 1.0% Date%de%création% 09/07/2013% Date%de%dernière%modification% 16/08/2013% Table&des&matières& 1. L exploitation...3 1.1.

Plus en détail

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA Productions végétales Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques Les prairies naturelles peuvent être dégradées et nécessitent certains travaux pour

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011 Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2011 FILIERE LONGUE : ELEVAGE 1-Les points clés de «l'atelier type» élevage d'aujourd'hui DESCRIPTIF 36 000 Volume animal /an 6 000 6 Nb de bandes

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique FOCUS Économie Février 2012 N 1204 CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique L'enjeu de l'élaboration de référence systèmes

Plus en détail

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie.

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie. Les TTCR, impacts environnementaux Colloque 23/11/2007 filière multi-produits, traitant de grandes quantités de bois regroupé sur des plates formes de stockage/séchage, qui peuvent livrer des chaufferies

Plus en détail

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio»

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» 300 chèvres -65 ha de SAU - 3 associés Système mixte laitier fermier - fromage bio (AB) Route du Chabichou et Biosèvres. Fiche n 8 GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» L

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 2. Économie avicole, calculations 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Surveillance biologique du territoire (SBT) : Mise en œuvre du Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine

Surveillance biologique du territoire (SBT) : Mise en œuvre du Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine Surveillance biologique du territoire (SBT) : Mise en œuvre du Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine CROS du 19 septembre 2013, Villenave d'ornon L élaboration du BSV en résumé Quelques chiffres

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST Références 2010 Réseaux d Élevage Ovins Allaitants Aquitaine et Midi Pyrénées Face à l épuisement progressif des réserves d énergies

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, Ma vache, mon maïs fourrage, et moi 50 ans de progrès! Depuis maintenant 50 ans, le maïs fourrage a bénéficié avec succès du progrès génétique et de l innovation variétale. Il a su s inscrire durablement

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle

VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle Manuel d'utilisation / quelques explications pour la prise de données Le questionnaire Il s'agit

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Haute-Loire Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois Cet élevage de trait Comtois

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION À L ATTENTION DES BÉNÉFICIAIRES POTENTIELS DE LA PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES

NOTICE D INFORMATION À L ATTENTION DES BÉNÉFICIAIRES POTENTIELS DE LA PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES NOTICE D INFORMATION À L ATTENTION DES BÉNÉFICIAIRES POTENTIELS DE LA PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES Cette notice présente les principaux points de la réglementation. Lisez-la avant de remplir la demande.

Plus en détail

L assurance récoltes en France

L assurance récoltes en France P A C I F I C A - A S S U R A N C E S D O M M A G E S L assurance récoltes en France Colloque FARM - Pluriagri du 18 décembre 2012 Thierry LANGRENEY Directeur général de Pacifica L assurance, un outil

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Exemple d activité : recenser, extraire et exploiter des informations afin de comprendre les caractéristiques et les limites de la modification

Plus en détail

Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses

Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses A. Dispositions générales La présente partie s applique à l arachide, au blé de printemps, au blé d hiver, au canola, à l épeautre

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE JM.DEUMIER, B.LACROIX, A.BOUTHIER, JL.VERDIER, M.MANGIN Les cultures irriguées bénéficient

Plus en détail

Réussir ses récoltes de luzerne

Réussir ses récoltes de luzerne Réussir ses récoltes de luzerne Travaux 2012-2013 LUZFIL Dans le cadre du Projet régional LUZFIL* financé par : Partenaires : TERRENA, ARVALIS Institut du végétal, IDELE, Chambres d agricultures 44, 49,53

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface.

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface. COMMENT OBTENIR UNE BONNE PELOUSE? Tout le monde souhaite avoir un superbe gazon. Pour pouvoir profiter d'un espace de verdure impeccable, il ne suffit pas de le rêver. Il faut procéder étape par étape

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions Novembre 2010 CHAMBRE D AGRICULTURE 47 4ème Programme d Actions ZONE VULNERABLE Quelle zone? 93 communes 2466 exploitations 94425 ha 4ème Programme

Plus en détail

Références technico-économiques

Références technico-économiques Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2009 TERRES d avenir Les Chambres d agriculture du Sud-Ouest (CEPSO), en liaison avec l ITAVI, analysent chaque année les résultats techniques et économiques

Plus en détail

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque.

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. Cette action de diffusion est cofinancée par l Union européenne avec les Fonds Européen Agricole pour le Développement

Plus en détail

Préface. Betterave fourragère, un concentré de fourrage

Préface. Betterave fourragère, un concentré de fourrage Préface Les anciens le diront tous, la betterave fourragère a des atouts incontestables pour l alimentation des animaux d élevage. En production bovine de lait ou de viande ou pour la production ovine

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME. Période d application. Pré-levée ou sur adventice jeune (FA < 3 f)

LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME. Période d application. Pré-levée ou sur adventice jeune (FA < 3 f) LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME Folle avoine La lutte chimique est la méthode qui donne le plus de résultat. Les faux semis ont peu d intérêt avant culture d automne. Le labour

Plus en détail

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions Q: Que voyez-vous sur l image? La plante d arachide se déracine facilement et la gousse est bien sèche à l intérieur. L arachide est mure. Q: Quels sont les critères de maturité de l arachide? L arachide

Plus en détail

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural)

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural) MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L3611à 21 et D3611 à R36137 du Code rural) DEMANDE D INDEMNISATION DES PERTES PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES PERTES DE RECOLTE

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique

L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique Réalisé par Anne - Sophie DELASSUS et Anna BORDES Chambres d Agriculture des Pays de la Loire Cas concret Cas CONVERSION VERS concret L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique

Plus en détail

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures Février 2015 Service Agronomie, Territoire, Equipement Préconisation variétés maïs 2015 Cette plaquette fait partie du Guide annuel «A vos cultures». Celui-ci regroupe, dans un ensemble cohérent et global,

Plus en détail

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Animateur : Sylvie Dulenc - Chambre d agriculture de l Hérault Intervenants

Plus en détail

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal.

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal. [Titre]Semis de maïs : 3 semoirs à l'épreuve de la vitesse [Commentaires sur la mise en forme : Le tableau des caractéristiques des matériels avec les photos des semoirs doit être placé en première page.

Plus en détail

Les références pour calculer la "juste" dose d azote à apporter. Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies

Les références pour calculer la juste dose d azote à apporter. Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies Les références pour calculer la "juste" dose d azote à apporter Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies Référentiel Zones Vulnérables de Picardie pour 2013 Contexte

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités Organisateurs : Partenaires : Des outils d accompagnement Des outils de financement Zoom

Plus en détail

Calcul de la marge brute en production laitière

Calcul de la marge brute en production laitière Mode d emploi : Calcul de la marge brute en production laitière Calculez la marge brute en production laitière sur votre exploitation et comparez-la avec celle d autres exploitations du même type. Utilisation

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

l enherbement La gestion de en maraîchage biologique Une réalisation du Projet

l enherbement La gestion de en maraîchage biologique Une réalisation du Projet La gestion de l enherbement en maraîchage biologique Une réalisation du Projet Union européenne - Fonds Européen de Développement Régional Europese Unie - Europees Fonds voor Regionale Ontwikkeling Gestion

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

Ray-grass anglais auto-regarnissant

Ray-grass anglais auto-regarnissant Robuste COMME L ACIER Ray-grass anglais auto-regarnissant Une technologie révolutionnaire : auto-regarnissage et tolérance au jeu la plus élevée, même avec une tonte courte! RPR technology inside! RPR

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Reussir. le passage au non-labour. Qu'est-ce que le non-labour? Il y a plusieurs types de non-labour... Reussir

Reussir. le passage au non-labour. Qu'est-ce que le non-labour? Il y a plusieurs types de non-labour... Reussir le passage au Qu'est-ce que le? C'est travailler le sol sans retournement (sans labour) sur tout ou partie des parcelles de l'exploitation, avec pour objectif à priori l'abandon définitif de la charrue.

Plus en détail

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques Proposition d un cadre méthodologique innovant Présentation par Céline Cresson, ACTA et Catherine xperton, ITAB Préparée avec

Plus en détail

COMPTE RENDU. Journée semis direct dans le Béarn

COMPTE RENDU. Journée semis direct dans le Béarn COMPTE RENDU Journée semis direct dans le Béarn 26/07/12 1. L exploitation de Christophe Cassoulong Lieux: Lalonquette Elevage: 60 mères blondes d Aquitaine Cultures: 67ha : 2/3 Prairie 1/3 Cultures Maïs

Plus en détail

4. Verdissement, une PAC plus verte

4. Verdissement, une PAC plus verte 4. Verdissement, une PAC plus verte Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB Trois obligations à respecter : 1. Diversification des assolements 2. Maintien des prairies permanentes 3.

Plus en détail

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN STS M A T H S S T S Animation académique Taverny lundi 24 mars 2014 et Savigny sur Orge vendredi 28 mars 2014 PREMIERS REPÈRES Les programmes de STS ont été

Plus en détail

Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme

Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme Projet du Syndicat des producteurs de grains biologiques

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

Agri-stabilité GUIDE DE DÉCLARATION DES UNITÉS PRODUCTIVES 2012

Agri-stabilité GUIDE DE DÉCLARATION DES UNITÉS PRODUCTIVES 2012 Ce guide contient toutes les informations nécessaires pour déclarer vos unités productives pour l année de participation 2012. Guide de déclaration des unités productives...p. 3 Liste des unités productives...p.

Plus en détail

BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS. Bâtiments et équipements

BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS. Bâtiments et équipements BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS Sommaire Evaluer les besoins...1 Les bâtiments...2 La salle de traite et la laiterie...5 Les autres équipements...9 La gestion des effluents... 10 Pour en savoir plus... 11 EVALUER

Plus en détail

«Développement de l assurance agraire en Russie»

«Développement de l assurance agraire en Russie» «Développement de l assurance agraire en Russie» Conférence Internationale «Gestion des risques et des crises dans l assurance agraire» 15,16 et 17 mars 2010 Liudmila Kosholkina Directrice du Département

Plus en détail

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France?

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Fiche de synthèse dans le cadre de la Loi d Orientation Agricole Assemblée Permanente des Chambres d Agriculture Fabien Liagre - Mars 2005 1 Sommaire

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS Stockage et Epandage Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : SOLAGRO : M. Christian COUTURIER AQUASOL : M. Thierry BRASSET Coordination technique

Plus en détail

INOSYS. des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire. Actualisation 2013 édition: 29 avril 2014

INOSYS. des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire. Actualisation 2013 édition: 29 avril 2014 Références systèmes INOSYS Bovins viande des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire Cas-types limousins INOSYS Actualisation 2013 édition: 29 avril 2014 Chambres d'agriculture - EDE -

Plus en détail