RAPPORT SUR L ETAT DES SERVICES IMPOTS DES PARTICULIERS (S I P) EVOLUTION DU SERVICE PAR LE CERCLE DE REFLEXION DES COMPTABLES PUBLICS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT SUR L ETAT DES SERVICES IMPOTS DES PARTICULIERS (S I P) EVOLUTION DU SERVICE PAR LE CERCLE DE REFLEXION DES COMPTABLES PUBLICS"

Transcription

1 RAPPORT SUR L ETAT DES SERVICES IMPOTS DES PARTICULIERS (S I P) EVOLUTION DU SERVICE PAR LE CERCLE DE REFLEXION DES COMPTABLES PUBLICS Le Service des Impôts des Particuliers a été la mesure «phare» de la constitution de la DGFIP. Toutes les opérations organisationnelles en cours ont été arrêtées au profit de sa mise en place et aucune restructuration n a été entreprise au motif que le SIP dans sa création était une priorité absolue. Cependant, il ne faudrait pas oublier qu il y a eu un «avant» avec des services divers aux missions bien définies : le Centre des Impôts qui établissait l assiette et le contrôle des impôts directs, les Trésoreries qui comptabilisaient et encaissaient les mêmes impôts et le Cadastre (CDIF) qui définissait les bases d imposition des impôts locaux. Aussi, aujourd hui, il est temps de faire le point et de se poser des questions sur les modifications opérées depuis cinq ans, tout en sachant que l opération «création SIP» n est pas arrivée à son terme et qu il existe encore un nombre non négligeable de SIP non comptables. Le Cercle de Réflexion des Comptables Publics a réuni un groupe de travail pour tracer des perspectives sur le devenir de ce service. Les questions essentielles qui se posent à ce jour peuvent se résumer ainsi : Le SIP est- il devenu réellement l interlocuteur unique des particuliers? Les usagers ont-ils gagné en simplicité avec un meilleur service rendu. Quel est le devenir du SIP dans sa forme actuelle? Le souci de cohérence doit- il primer et faut-il unifier les structures? Faut- il réduire les intervenants dans le dialogue avec les contribuables? Pouvons-nous éluder la complexité des sujets? Pouvons-nous superposer des missions différentes au sein d un même service (FI, cellule CSP.)? 1

2 La dimension, l encadrement et l organisation des SIP sont-ils adaptés aux besoins? Peut-on tirer un premier bilan après cinq années de fonctionnement? Il est nécessaire de reprendre l historique et de se demander d où vient le SIP. Les Centres des Impôts, les Trésoreries, les Centres des Impôts Fonciers, la Fiscalité Immobilière ont en fait continué d exister et les missions ont été juxtaposées avec le souci de ne rien bouleverser et de sauvegarder une soit disant paix sociale sans que le prix en soit bien défini. Cette analyse est d importance car le SIP est le véritable «enfant de la fusion». Il a rapproché les pratiques des deux filières, contrairement aux autres services. LES MISSIONS DU SIP Sans vouloir faire un recensement exhaustif des diverses missions assurées, il est indispensable d envisager l importance des travaux effectués qui concernent la plus grande partie de la population française. Assiette des impôts des particuliers : IR et ISF pour l Etat, TH, TLV et TF (éventuellement) pour les impôts locaux. Recouvrement des impôts des particuliers, dont l ISF désormais, et action en recouvrement pour les restes à recouvrer non acquittés spontanément. Contentieux et gracieux d assiette. Octroi de délais de paiement et traitement des demandes de remises des majorations en matière de recouvrement, qu il soit amiable ou contentieux. Contrôle sur pièces de régularisation et d initiative et notamment celui des dossiers à fort enjeux pour les services aux tissus fiscaux riches. Comptabilité. Versement de la PPE et autres restitutions. Accueil : polyvalence demandée assiette/recouvrement pour les agents affectés à l accueil quelle que soit leur filière d origine. Caisse commune tenue par le SIP (ou l un d entre eux pour les grands sites) pour les SIE et éventuellement la Trésorerie Collectivités locales ; vente des timbres fiscaux aux particuliers (transfert de cette mission qui auparavant était effectuée par les SIE). Fiscalité immobilière parfois : gestion des dossiers ISF et Successions, renseignements des usagers et des notaires et contrôle sur pièces ISF, successions et contrôles valeurs. Enfin, pour certains SIP, les cellules CSP ont disparu. Elles ont été regroupées dans un service à part. 2

3 LES DIFFERENTES FORMES DE SIP Ils ont un périmètre bien défini, les particuliers. Ils assurent les questions d'assiette, de contentieux et de recouvrement des impôts directs. A remarquer que suite aux rapprochements opérés avec les CDIF jusqu'en 2008, 45% des SIP sont chargés de missions foncières et 55% ne le sont pas. Cette situation devra évoluer rapidement pour aboutir à une solution cohérente sur le plan national. Certains SIP se voient aussi attribués l'adjonction d'une fiscalité immobilière qui n'est pas intégrée au fonctionnement général du service mais qui constitue un appendice indépendant avec toutefois une synergie avec le SIP auquel elle est rattachée : interaction avec les dossiers 2004, échanges de connaissances, corrélation des dossiers (DFE par exemple), proximité de la FI pour les usagers et l assiette IR. Quelquefois, le SIP ou l un des SIP gère un service de Fiscalité Immobilière qui concerne plusieurs SIP en termes de compétence territoriale. De manière globale, il existe pour les services des impôts des particuliers, deux formules différentes d organisation :. Le SIP à vocation unique : un service, un périmètre géographique, une mission intégrée.. Le SIP à vocation multiple : un service central et des services périphériques en matière d assiette et de recouvrement, les trésoreries de proximité et quelquefois le CDIF pour les SIP non rapprochés. Dans ce cas, c est la notion de proximité qui est mise en avant pour justifier un maillage important. L'éloignement, la réticence des élus et des difficultés rencontrées pour l utilisation des modes de transport par le public sont une raison essentielle du maintien du service public en milieu rural. Il ne faut pas oublier non plus que les responsables de SIP ou de SIP-SIE sont aussi très fréquemment gestionnaires de site, fonction ingrate, non reconnue, éminemment chronophage et jamais prise en compte dans les charges. Or, l excuse de la responsabilité comptable n existe plus pour en dispenser les SIE, les SPF ou les Trésoreries Collectivités Locales. Mais le changement des mentalités sur ce point est encore loin d être acquis partout. Cependant, il convient d analyser les situations locales en recherchant un rapprochement des métiers pour un meilleur service. La diversité des missions dans certaines trésoreries entraîne souvent des perturbations liées à des conflits de calendrier et les services sont amenés à faire des choix entre le service à rendre aux collectivités locales par rapport à celui dû aux contribuables. 3

4 Il importe de ne pas fermer la porte aux propositions de restructuration en fonction du contexte. Il ne faudrait pas pour des questions de principe ou d uniformisation de pratiques maintenir des situations aberrantes. La volonté de travailler au meilleur service public avec un dispositif adapté doit être recherchée, à la condition que la concertation la plus large possible ait prévalu. Cette concertation doit réunir l'aval des intéressés, des représentants du personnel et des élus concernés. Sur la question du lien entre le service central (ex-cdi) et périphérique (trésoreries de proximité) il ne peut y avoir de relation hiérarchique entre les divers cadres comptables. Un lien fonctionnel peut être envisagé sur des missions spécifiques telle l animation de la campagne impôt sur le revenu. Cependant, il est préférable et souhaitable que ce soit la direction locale qui coordonne l'animation et assure le pilotage des différentes entités. L'aide aux services sera privilégiée. En matière de renseignement du public, l ensemble des services doit avoir les mêmes attributions et traiter les dossiers à la même hauteur si l'on veut une efficacité réelle du service de proximité. Concernant le back-office, des mutualisations peuvent être envisagées. UN CAS PARTICULIER : LE SIP - SIE Ce service est une addition de SIE, de SIP et parfois de CDIF sous une seule direction, avec à sa tête un seul comptable. Il possède l'avantage théorique du décloisonnement, de pouvoir créer des marges de manœuvre en utilisant de manière plus rationnelle les calendriers, de jouer sur des synergies. Mais en réalité, après consultation de nombreux intéressés, cet avantage n'existe pas. L'inconvénient majeur pour le comptable, chef de service, est de présenter un panel très important au niveau des besoins de connaissances professionnelles avec l'angoisse de ne pas tout maîtriser et d'avoir un encadrement insuffisant. Force est de constater que le vécu est très difficile à supporter et génère un malaise doublé d'un "mal-être" car ces services sont souvent démunis tant au niveau des effectifs que de leur encadrement. L'efficience est souvent évoquée pour justifier les arbitrages des Directions. Tous les collègues joints par le Cercle ont employé le terme «enfer» pour décrire leur quotidien. En fait, cela ne tient pas à la taille des équipes, mais aux matières si différentes qu il faut suivre en même temps. De surcroît, ces structures étant majoritairement isolées, le Responsable est aussi gestionnaire du site dans tous les cas. 4

5 Les calendriers se chevauchent et il n'y a pas de réelle plus-value au regroupement des unités. Le seul argument justifiant l'existence des SIE/SIP est souvent la proximité ou l'histoire administrative. Les notes proviennent de toutes les Divisions et il devient presque impossible pour les Chefs de service de superviser de façon approfondie les deux aspects, particuliers et professionnels, car les nouveautés sont trop importantes. Les risques comptables sont donc aggravés. Il est essentiel de gérer les problématiques avec pragmatisme en diminuant le nombre des SIP/SIE au profit de créations de SIE et de SIP. Il sera important de jouer également sur l'abandon des "normes" liant l'un à l'autre et d'envisager la possibilité d implanter sur des sites différents soit un SIP, soit un SIE, selon les conditions locales. Ainsi, on observe que certains SIP-SIE sont très proches en distance parfois. (Par exemple Montbard et Semur en Auxois en Côte d Or distants seulement de 19 kms). Un périmètre administratif peut être très peuplé et requérir la nécessité d implanter un SIP et ne pas avoir d'entreprises ou inversement des zones très industrielles où un SIE est indispensable peuvent ne pas avoir de population rattachée. Enfin, les niveaux d encadrement, ainsi que le nombre d agents sont très disparates. Pour illustrer, à Argentan (61), il y a un Responsable avec deux Inspecteurs pour 23 agents, à Chatillon Sur Seine(21) un Responsable encadre seul 11 agents, à Moissac (82), il y a un Responsable, un Adjoint Inspecteur divisionnaire, deux Inspecteurs pour 25 agents, à Lourdes (65) il y a un Responsable avec deux Inspecteurs pour 26 agents. En résumé, le SIP n est pas un service monolithique comme l est le Service des Impôts des Entreprises (SIE). Si l on analyse la situation, il existe 10 catégories de SIP. SIP toutes missions (SIP, CDIF, Accueil, FI) SIP sans CDIF (SIP, Accueil, FI) SIP sans l accueil (SIP, CDIF, FI) SIP sans FI (SIP, Accueil, CDIF) SIP sans FI et sans Accueil (SIP, CDIF) SIP sans FI et sans CDIF (SIP, Accueil) SIP sans CDIF et sans Accueil (SIP, FI) SIP seul (sans Accueil, sans CDIF, sans FI) SIP-SIE avec CDIF, toujours avec l accueil SIP-SIE sans CDIF, toujours avec l accueil. 5

6 A chacune de ces structures, il peut y avoir adjointe une ou plusieurs Trésoreries de proximité ou aucune. Dans les grands sites, un seul SIP doit gérer l accueil et la caisse. A souligner les tailles très diverses, l hétérogénéité de ces services et la pluralité des missions des Trésoreries. De plus, on compte encore bon nombre de SIP non comptables en raison de travaux immobiliers coûteux ou de périmètre administratif différent entre ces structures et les trésoreries. LES PROBLEMATIQUES ACTUELLES L organisation désuète par rapport aux besoins et aux réalités s explique en grande partie par des raisons historiques. Déperdition d énergie, manque de cohérence dans l approche des missions. Le service n a pas cherché à se rationaliser. Le principe du respect des métiers, qui a été élevé au rang d un dogme intangible peut entraîner un manque de souplesse dans la gestion, notamment dans les services aux effectifs tendus et beaucoup de chefs d unité ont pris sur eux de passer outre les instructions données. A contrario, dans la plupart des cas, ce respect des métiers a permis de réussir la mise en place des SIP, à la différence des CDI-CDIF. Ainsi, les équipes ont pu appréhender sans pression les missions des autres et les contraintes. La complémentarité n est plus à démontrer. L augmentation de l accueil est antinomique par rapport aux dispositifs d information externes mis en place par l administration. La recherche des motivations du public et un recentrage sur la mission fiscale pourraient donner une meilleure cohérence à cette mission essentielle. Dans le contexte d un manque de moyens patents, les Trésoreries de proximité ont souvent du mal à arbitrer entre problématiques fiscales et problématiques SPL. De par leur vécu historique, elles sont plus enclines à favoriser les travaux découlant de la gestion publique de par la proximité des élus locaux qui exercent une pression non négligeable sur le fonctionnement des postes. 6

7 LE DEVENIR DU SIP Ainsi qu il l a déjà été exposé, il n'est pas constaté de ressenti négatif des agents, bien au contraire. Le rapprochement des missions est jugé plutôt positif et induit un meilleur traitement des dossiers. Les nouvelles modalités de traitement du gracieux favorisent cette collaboration nécessaire entre assiette et recouvrement. Pour le Cercle, la logique métier ne doit pas être remise en cause immédiatement dans le contexte actuel de suppression d'effectifs. Il serait très difficile pour les secteurs d assiette, qui ont absorbé pour certains l'assiette de la taxe foncière, d étendre leurs fonctions au recouvrement. Actuellement, le respect des métiers fonctionne souvent à la satisfaction de tous et les agents travaillent ensemble. Cependant, il est illusoire de penser que les organisations peuvent rester figées, les mouvements de personnel auront bientôt transformé le paysage initial. La polyvalence est difficile à mettre en oeuvre. On le constate tous les jours à l'accueil et pour les SIP-CDIF. Il y a entraide mais pas polyvalence en tout. Le contribuable ne se préoccupe pas d'avoir un ou deux interlocuteurs. Il veut seulement repartir avec les réponses à ses questions, peu importe le nombre d interlocuteurs qu il a rencontré. C est l'unicité de lieu qui le permet et qui conditionne la satisfaction de l usager. Dans les cas où il a été opéré, le rapprochement SIP/CDIF a transféré aux agents de secteur une technicité qu'ils ont encore du mal à gérer. Ce rapprochement s est effectué sans respect des métiers, alors même qu ils étaient très éloignés. Il est nécessaire à ce niveau de faire le point de la situation. Suite aux expérimentations initiées en 2003 sur quatre sites puis sur 16 sites en 2004, 100 CDIF avaient été totalement rapprochés au 31/12/2007 et 348 rapprochements CDI- CDIF étaient réalisés au 31 janvier Cette situation a été figée par la DGFIP fin 2008, la priorité absolue ayant été donnée à la mise en place des Services des Impôts des particuliers qui devenaient des postes comptables sur la base des anciens centres des impôts. Il est donc observé que sur les 549 SIP et 218 SIE/SIP, 45 % sont intégrés sur le plan foncier et 55% ne le sont pas. Cette situation apparaît irrationnelle et la question se pose de savoir s il est possible de concevoir un maintien de l existant actuel qui crée des disparités administratives sur le territoire national. 59 Directions des Finances Publiques sont d'ores et déjà impliquées dans le processus de rapprochement et 7 d'entre elles ont totalement terminé les opérations. 80 CDIF ne gèrent plus de fiscalité foncière pour les particuliers sur l'ensemble de leur circonscription. 7

8 Dans ces conditions, le rapprochement des services ne peut s'envisager comme une banale opération locale de restructuration sans grandes conséquences mais comme un bouleversement culturel qu'il convient nécessairement d'accompagner sur le plan humain et sur le plan professionnel par la formation. A l'origine, le CDIF a été calqué dans son organisation sur le centre des impôts en tenant compte de quelques particularités et dans son périmètre sur la conservation des hypothèques. Il est dirigé par un responsable de centre qui est en règle générale un cadre A+ mais qui peut être également un cadre A. Au cœur du dispositif, les services communs. Les secteurs fonciers, composés de cadres B et C à l'image des secteurs d'assiette des SIP, ont pour mission l'évaluation des locaux en liaison avec les commissions communales d'impôts directs. Les inspections cadastrales, à l'image des anciennes inspections de fiscalité professionnelle des centres des impôts, sont composées de un cadre A à leur tête et de géomètres. Il existe également des services spécialisés: Le pôle topographique de gestion cadastrale, le pôle d'évaluation des locaux professionnels Ce rapide descriptif montre toute la complexité du sujet abordé et l'interpénétration des relations fonctionnelles dans les divers services de base de la DGFIP. Il apparait indispensable de se poser des questions sur le devenir de l'organisation actuelle, faut- il continuer ou stopper le processus engagé? En l'état actuel d'avancement de l'organisation des services, nous sommes "au milieu du gué" et il serait théoriquement aussi facile de faire marche arrière que de continuer. Mais, toute marche arrière serait interprétée comme un échec. De surcroît, l amélioration des bases de taxe d habitation est patente dans les SIP rapprochés. Une priorité doit être définie dans la réflexion : l'accueil des usagers. La tâche essentielle de tous les services à l'heure actuelle est d'assurer dans les meilleures conditions et de la façon la plus cohérente possible la réception physique, téléphonique et informatique du public. En fonction de cette pensée directrice, les avantages et inconvénients du rapprochement ont été listés. 8

9 LES INCONVENIENTS DU RAPPROCHEMENT AVEC LE CDIF Le fait de positionner les agents sur les deux matières IR et TF a pour inconvénient de supprimer une partie du savoir-faire existant, conséquence de l'éclatement des compétences. La polyvalence des travaux est difficile à mettre en place. Tous les agents des SIP rapprochés se plaignent de ne plus être techniciens dans une matière et de devoir tout faire en jonglant d une application à l autre, l appropriation de MAJIC étant complexe. Ainsi, le contentieux foncier reste très difficile à appréhender pour de nombreux agents, les abonnements BNDP sont sous-utilisés, voire parfois ignorés, le traitement du grand batch repose sur un ou deux agents et son positionnement en période estivale ne le facilite pas. La complexité et la technicité de la mission ont souvent été sous- estimées par les SIP qui se sont trouvés confrontés à de réelles difficultés alors qu'ils espéraient au départ bénéficier d'un "ballon d'oxygène" en termes d'emplois et en capacité de faciliter la mise à jour des fichiers de taxe d habitation. Ce calcul s'est révélé faux en de nombreuses circonstances. La disparition d'une partie de la technicité entraîne une perte de l'efficacité de l'encadrement, en particulier au niveau des inspecteurs responsables d'inspection cadastrale. Cela peut entraîner une dégradation de la qualité des bases de la fiscalité locale. Cette perte de compétence est visible aussi au niveau des agents dans les SIP rapprochés. Dès lors, on s est éloigné d une des motivations de la création des CDIF en 1985 qui était d harmoniser la doctrine et les pratiques en regroupant les équipes (SF en CDI). Le risque est de récréer les errements anciens mais en pire : autant d approches et de méthodes que de SIP, mais encore plus diluées en l absence de réels spécialistes. Enfin, les SIP rapprochés ont de grandes difficultés pour assurer le contrôle sur pièces, notamment de régularisation, en raison du chevauchement des calendriers : D2 et D4 lors de la campagne de CSP en secteur d assiette. Ainsi, les seuls vrais travaux de contrôle exhaustifs sont assurés au regard de la relance des défaillants et au regard de la relance amiable. Pour les autres listes, montant/montant ou sirius, on observe une sélectivité : on va au plus simple. LES AVANTAGES DU RAPPROCHEMENT AVEC LE CDIF La notion de proximité est mieux maîtrisée au niveau du SIP qu'au niveau du CDIF. Le territoire couvert par un CDIF concerne le plus souvent plusieurs SIP et les usagers sont appelés à faire des déplacements plus importants. L'usager trouve dans un même lieu une réponse unique couvrant l'ensemble de ses préoccupations, les bases de taxe d'habitation et taxe foncière étant évaluées de manière identique. 9

10 Cela permet aussi de fiabiliser les fichiers. On constate ainsi les difficultés d exploitation des listes «discordances foncières» d ILIAD, les liaisons n étant pas toujours aisées avec le CDIF pour les SIP non rapprochés. Avec un encadrement unifié, les priorités au sein du même service pourraient être définies et tenues. Les agents concernés par les modifications de missions semblent trouver un intérêt dans la diversité des travaux à accomplir. Le croisement des connaissances et des données permet de rendre plus cohérentes les impositions des contribuables en impôt sur le revenu, Taxe d habitation et Taxe foncière. Compte tenu des arguments mis en balance, le Cercle de Réflexion se montre favorable à la reprise du processus de rapprochement des services. Il se prononce en contrepartie pour que le rapprochement soit fait à partir d'un principe de spécialisation et rejette la notion de poly-compétence qui avait été mise en avant lors des expérimentations réalisées. La notion de respect des métiers doit prévaloir autant que possible avec création d un secteur foncier dédié par SIP ou par site en cas de pluralité de SIP sur une résidence administrative. Par ailleurs, les SIP rapprochés se plaignent de ne plus pouvoir effectuer du contrôle sur pièces car la campagne de CSP des secteurs d assiette se déroule en même temps que D2 et D4. Ainsi, ne pas promouvoir la polyvalence serait de nature à maintenir l activité de contrôle. Les expérimentations conduites ont montré que pour réussir, les nouveaux services intégrés devaient être mis en place en tenant compte de plusieurs écueils à éviter. Les facteurs principaux de réussite sont les suivants : une véritable formation, un encadrement suffisant par le positionnement de cadres A, la reconnaissance de référents fonciers pour le suivi des missions transférées, un soutien actif, réel et efficace des Directions locales. En matière d organisation, il n existe pas pour les SIP de formule miracle et la volonté de mettre en place une organisation unique n est certainement pas la meilleure solution. Plusieurs organisations sont possibles. Le choix devra se faire en fonction des circonstances locales, des facteurs humains. Mais le service dédié est nécessaire. Sur ce point, les SIP déjà rapprochés pourraient le mettre en œuvre au sein de leurs services. Lorsqu il existe des trésoreries de proximité, dans la logique du guichet fiscal unique et avec la volonté de rapprocher l administration de l usager, il paraît rationnel de retenir le principe du transfert d une partie de l accueil de la mission foncière dans ces services. 10

11 LA PROBLEMATIQUE DE L ACCUEIL L accueil est un sujet central dans l activité des SIP. On observe une augmentation constante de la demande des usagers. Cela découle de plusieurs facteurs. - ouverture très large au public avec des équipes dédiées, - publicité de cet accueil, - complexité de la loi fiscale, - professionnalisme reconnu de nos équipes, - service «gratuit». Les différents outils de communication qui ont pu être développés ces dernières années n ont pas permis de constater une diminution de cette affluence. Il en est ainsi pour les boîtes aux lettres fonctionnelles, les centres impôts services, le site impots.gouv.fr, la télé-déclaration avec ses constantes améliorations en matière de guidage des usagers, GAIA Démarche en Ligne ou Guichet et la télé-correction. La télé-déclaration génère aussi des réceptions propres sur des problèmes techniques et cela n ôte rien à la complexité de la loi fiscale. Ainsi, avant de télédéclarer, les usagers viennent souvent se renseigner dans les centres des finances publiques. Le système GAIA Démarche en Ligne est loin d être un succès. L absence de possibilité d ouvrir un dialogue décourage les usagers et les agents. De surcroît, la spécificité du terme «réclamation» n est pas comprise par les usagers. Sous cette appellation on trouve les demandes de délais de paiement, les demandes d envoi de duplicata d avis d imposition, les demandes de mensualisation et non pas seulement les réclamations contentieuses. Cela oblige les agents à effectuer des manipulations et envoyer soit un soit un courrier à l usager. Le plus souvent, il n y a pas de pièce jointe. Il faudrait pouvoir répondre directement par le système à l instar des boîtes aux lettres fonctionnelles qui permettent d établir un dialogue simple et immédiat. S il y a des pièces jointes, il faut ouvrir une autre application pour pouvoir les examiner. C est illogique, peu convivial et cela occasionne une perte de temps. Une amélioration est obligatoire. Quant à GAIA guichet, c est pratiquement un échec. Là encore, le système est trop lourd et les usagers préfèrent s adresser au bon service, quitte à se déplacer. Majoritairement, ils viennent à l accueil pour pouvoir régler leur problème tout de suite et repartir avec la décision, le délai de paiement ou le renseignement. Enfin, la navigation entre les quatre étapes du système bannette, contact, suivi d affaires, traitement d affaires est peu conviviale et complexe. Une amélioration de ce système est vivement souhaitable. 11

12 L accueil est un métier à part entière très difficile à exercer et qui, de ce fait, est peu prisé par les agents. Cela entraîne fréquemment un «turn-over» annuel important. Cette fonction est mal considérée par les autres services qui le plus souvent n ont pas la vision exacte des difficultés rencontrées. Dans les grands sites comportant plusieurs SIP, un seul d entre eux a en charge l accueil. Il en découle des conflits quand l affluence est telle (exemple : sortie des rôles) que des renforts sont nécessaires. A cet égard, les protocoles signés sont rapidement oubliés, ainsi que l aide réelle apportée par les agents d accueil lors des périodes (de plus en plus rares) où l affluence est moindre permettant ainsi d effectuer des travaux pour les SIP : contentieux, traitement de listes à la mise à jour TH, traitement des listes de fiabilisation des états-civils etc. Les agents d accueil se sentent déconsidérés. Il est toujours très difficile d être un service transversal. Souvent, ce sont les agents du SIP en charge de l accueil qui pallient en premier aux pics d affluence, afin d éviter les conflits avec les autres SIP. La période de la campagne IR est le seul vrai moment de solidarité avec l accueil. A cette occasion tout le monde est mobilisé et les dispositifs mis en place sont respectés sans difficulté. Les agents d accueil sont de plus en plus exposés et soumis à des tensions fréquentes. On observe depuis deux à trois années une augmentation des agressions verbales, rarement physiques heureusement. Cette tendance découle certainement du contexte économique difficile et d une modification des mœurs : on a moins peur de l Administration et il y a moins de respect envers les institutions. Cette tendance n est pas réservée aux quartiers «difficiles», mais elle apparaît de plus en plus aussi dans les ressorts territoriaux à tissus fiscaux riches où les exigences peuvent être différentes mais tout aussi désagréables et agressives, notamment au regard de la loi fiscale. Trop souvent, les usagers rendent responsables les agents d accueil de l augmentation des impositions. Il y a une certaine inquiétude pour les prochains avis d imposition à l impôt sur le revenu qui comporteront aussi les contributions sociales. Cette nouvelle modalité est inconnue du public. Une affluence accrue pour ce seul motif et une augmentation des délais de paiement est à prévoir dès la mi-août

13 LE SIP DE DEMAIN Il semble nécessaire en premier lieu de mettre en œuvre un environnement plus serein et moins diversifié. Cette proposition prend en compte le facteur humain dans l accomplissement des missions à travers l amélioration des conditions de travail et l allégement des travaux des agents. Les personnels ont souvent le sentiment de ne pas être en capacité d effectuer les tâches qui leur sont dévolues dans les délais impartis. Ils vivent dans un univers où les priorités ne sont pas clairement définies et se chevauchent. Le sentiment de «mal être» est largement répandu. Le quotidien est vécu parfois en fonction d un raisonnement d exclusive. En effet, si le chef de service montre une préoccupation trop marquée pour les travaux de recouvrement, certains agents vont interpréter que l assiette n a pas toute l attention qu elle mérite. Il est également fréquent que des agents se fixent euxmêmes des objectifs de réalisation trop ambitieux qu ils ne peuvent atteindre en voulant reproduire des schémas de travail qu ils ont toujours connus. L accroissement des travaux comptables augmente les contraintes et le niveau de stress des agents chargés de ces opérations devenues très complexes et de plus en plus lourdes à accomplir. Le SIP est le premier service à avoir des responsables issus des deux filières. Il semblerait normal qu il soit le premier service à faire l objet de l abandon du pastillage des postes. Cette structure emblématique de la fusion est propice au développement d une culture commune. Il est indispensable de fixer des règles précises en matière de responsabilité personnelle et pécuniaire. Le Parlement a défini récemment un nouveau dispositif de responsabilité personnelle et pécuniaire et reconnaît par la loi la responsabilité différente des comptables par rapport aux autres catégories de fonctionnaires. Le texte établit les notions de débet avec ou sans préjudice avec un encadrement des laissés à charge minimaux ou maximaux en fonction d un pourcentage du cautionnement fixé par décret. Si ce texte a été jugé satisfaisant, il ne s applique qu aux comptables principaux. Les comptables secondaires que sont les chefs de SIP ne sont pas intégrés dans le dispositif. Seul le Directeur est comptable principal, responsable de la gestion de l ensemble de ses services devant la Cour des Comptes. Maintenant que la moitié du chemin est faite, il s impose une intervention pour que les comptables secondaires ne soient pas plus mal traités que les principaux, que le débet administratif soit soumis aux mêmes règles que le débet juridictionnel. Il faut également clarifier la notion de préjudice et la relier au fait que dans le cas de déséquilibre des comptes, les intérêts du Trésor ont été ou non lésés. 13

14 Le SIP doit voir ses calendriers revus pour une meilleure efficacité et une utilisation plus rationnelle des moyens humains. A ce titre, le desserrement du calendrier de l émission accélérée a été très bien ressenti par les agents. Il faut réduire le nombre des missions du SIP. Sortir la FI pour la placer dans les nouveaux SPF par exemple. Par contre, il est essentiel de maintenir les cellules csp dans les SIP car elles sont composées de techniciens efficaces, indispensables pour assurer un maintien du civisme fiscal dans la population. Il est illogique que le rapprochement entamé des ex-cdi avec les CDIF n ait pas été mené à son terme. Il parait indispensable d achever le rapprochement avec le CDIF de la manière la plus rationnelle et avoir une organisation uniforme sur tout le territoire national avec une proposition pour la création de secteurs fonciers au sein des SIP. Le développement de l informatique «grand public» est à relier avec un objectif de réduction de l accueil physique, tout en améliorant de façon significative les systèmes GAIA. Privilégier la prise de rendez-vous et limiter l ouverture généraliste sont des mesures à préconiser. Mettre en place des centres d appel et négocier des simplifications avec les organismes sociaux dans l utilisation des données fiscales est un objectif important. Le Cercle de Réflexion préconise une application développée du principe de spécialisation pour les services et les agents en s appuyant sur les ouvertures possibles de restructuration du réseau. La proximité avec l usager ne doit pas être rejetée, mais il est possible d organiser de manière plus efficace la satisfaction des besoins de ce dernier. Compte tenu de l évolution des moyens de communication (GAIA DEML est à améliorer pour offrir une réelle attractivité) et de la transformation des possibilités de correspondance, il est possible de simplifier leur vie et celle des services en tenant compte des contraintes budgétaires existantes. Rationaliser le réseau en développant les structures propres est impératif pour faire face à l ensemble des missions. Il reste aussi à régler le problème de la responsabilité des comptables des SIP, comptables dits «secondaires», dans le cadre du nouveau dispositif législatif. A souligner que le poste le plus important en matière de dépense budgétaire de l Etat est tenu par l impôt sur le revenu, devant la TVA et l impôt sur les sociétés. En conclusion, le SIP n a pas trouvé pour l instant sa dimension définitive et il est nécessaire de lui trouver un cadre adapté pour satisfaire au mieux les besoins des usagers dans le cadre de sa mission de service public et en fonction des contraintes budgétaires. Il semble en premier lieu indispensable de consolider les acquis et de terminer la fusion en traitant le problème des SIP non comptables. Brigitte OLLIVIER Bruno VAQUIER DE LA BAUME Présidente du C.R.C.P Vice- Président Gestion Fiscale (SIP-SIP/SIE ) MAI 2013

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

FICHE 3 L OFFRE DE FORMATION A LA PRISE DE FONCTION DANS LE CADRE DU DISPOSITIF DES «ECLUSES»

FICHE 3 L OFFRE DE FORMATION A LA PRISE DE FONCTION DANS LE CADRE DU DISPOSITIF DES «ECLUSES» FICHE 3 L OFFRE DE FORMATION A LA PRISE DE FONCTION DANS LE CADRE DU DISPOSITIF DES «ECLUSES» 2 EME PHASE : UN PARCOURS ADAPTE La présente fiche a pour objet de décrire la deuxième étape du dispositif

Plus en détail

LES ECHOS DU COMPTABLE

LES ECHOS DU COMPTABLE CERCLE REFLEXION COMPTABLES PUBLICS LES ECHOS DU COMPTABLE PUBLICATION N 1 DU CERCLE DE REFLEXION DES COMPTABLES PUBLICS VENDREDI 1 er FEVRIER à partir de 9H00 ASSEMBLEE GENERALE CONSTITUTIVE DU CERCLE

Plus en détail

LES SYNERGIES EN MATIÈRE FISCALE : LE SERVICE FISCAL UNIFIÉ AUX PARTICULIERS

LES SYNERGIES EN MATIÈRE FISCALE : LE SERVICE FISCAL UNIFIÉ AUX PARTICULIERS Document n 4 LES SYNERGIES EN MATIÈRE FISCALE : LE SERVICE FISCAL UNIFIÉ AUX PARTICULIERS Proposer un service fiscal unifié aux particuliers est l un des objectifs principaux de la fusion entre la direction

Plus en détail

Organisation et organigramme fonctionnel de la DDFiP de l Oise

Organisation et organigramme fonctionnel de la DDFiP de l Oise 1 Organisation et organigramme fonctionnel de la DDFiP de l Oise Implantée à Beauvais, la DDFiP de l Oise, juridiquement créée le 26 avril 2010, est organisée autour de trois pôles fonctionnels : le pôle

Plus en détail

CTPC EMPLOIS DE LA DGFIP (PLF 2010) Fiche 2 :

CTPC EMPLOIS DE LA DGFIP (PLF 2010) Fiche 2 : CTPC EMPLOIS DE LA DGFIP (PLF 2010) Fiche 2 : DESCRIPTIF DES MÉTHODES D ALLOCATION DES EMPLOIS Pour le PLF 2010, au titre de l exercice des missions, les suppressions d emplois de la DGFiP s élèvent à

Plus en détail

Impôts 2014. Où se renseigner? Comment réclamer?

Impôts 2014. Où se renseigner? Comment réclamer? Impôts 2014 Où se renseigner? Comment réclamer? La direction générale des Finances publiques est un service du ministère des Finances et des comptes publics. Au plan local, les services des impôts des

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

RESPONSABLE D UN SERVICE DES FINANCES PUBLIQUES

RESPONSABLE D UN SERVICE DES FINANCES PUBLIQUES 422 Finances publiques Le domaine fonctionnel Finances publiques regroupe les emplois relatifs à la gestion des finances publiques, en matière de ressources, de dépenses, d établissement et de vérification

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Objet : L équipe d encadrement du service des impôts des particuliers (SIP).

Objet : L équipe d encadrement du service des impôts des particuliers (SIP). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Paris, le 02 juin 2010 SERVICE DES RESSOURCES HUMAINES Sous direction de l encadrement et des relations sociales Bureaux RH1B et RH1C Affaire suivie par Olivier

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique Le dispositif d évaluation dans la fonction publique page 1 PLAN Présentation du dispositif d évaluation Enjeux de l évaluation en matière de management et de GRH page 2 L entretien professionnel en pratique

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

Guichet Fiscal Unique Accueil fiscal et Service des Impôts des Particuliers (S.I.P.) : le point sur les revendications F.O.-TRÉSOR

Guichet Fiscal Unique Accueil fiscal et Service des Impôts des Particuliers (S.I.P.) : le point sur les revendications F.O.-TRÉSOR Guichet Fiscal Unique Accueil fiscal et Service des Impôts des Particuliers (S.I.P.) : le point sur les revendications Sommaire : au 10 février 2009 (mise à jour surlignée en jaune) 1 - NOMINATION DU COMPTABLE

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Le passage aux normes IFRS: quelques recommandations pour un projet réussi

Le passage aux normes IFRS: quelques recommandations pour un projet réussi Le passage aux normes IFRS: quelques recommandations pour un projet réussi Sigma Conso Allen White, Dominique Galloy S il n y a pas de formule générale pour prévoir l importance de l incidence sur les

Plus en détail

LA RÉFORME DE L ÉVALUATION DES VALEURS LOCATIVES DES LOCAUX COMMERCIAUX

LA RÉFORME DE L ÉVALUATION DES VALEURS LOCATIVES DES LOCAUX COMMERCIAUX LA RÉFORME DE L ÉVALUATION DES VALEURS LOCATIVES DES LOCAUX COMMERCIAUX Au cours du mois de juillet 2010, les services de la direction de la législation fiscale (DLF) et de la direction générale des finances

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

Paris, 16 janvier 2015. Le Directeur Général des Finances Publiques

Paris, 16 janvier 2015. Le Directeur Général des Finances Publiques DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE DES RESSSOURCES HUMAINES Sous-direction de l encadrement et des relations sociales Bureau RH1A 120 rue de bercy - Teledoc 749 75572 PARIS cedex 12 Affaire

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Schéma triennal d'adaptation des structures et du réseau

Schéma triennal d'adaptation des structures et du réseau DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE STRATEGIE, PILOTAGE, BUDGET BUREAU SPiB1B Schéma triennal d'adaptation des structures et du réseau DIAGNOSTIC TERRITORIAL Délégation SPYR DDFiP HAUTES-PYRENEES

Plus en détail

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSEVAULX EN VELIN Document 6 : Demijournée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Synthèse des échanges sur la mise en œuvre des leviers

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

POLE SUPPORT INTEGRE POUR LA PAYE ET LA GESTION ADMINISTRATIVE

POLE SUPPORT INTEGRE POUR LA PAYE ET LA GESTION ADMINISTRATIVE POLE SUPPORT INTEGRE POUR LA PAYE ET LA GESTION ADMINISTRATIVE 1/ Objectifs et principes Dans le cadre de l affectation des personnels à l établissement public administratif VNF au 1er janvier 2013, il

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale?

La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale? La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale? Atelier n 20 Bernard FALCAND, CFTC, membre du bureau national d orientation du CNFPT, Jean-Charles GLATIGNY,

Plus en détail

La DRFiP de Paris, victime ou vitrine des restructurations???

La DRFiP de Paris, victime ou vitrine des restructurations??? CGC-DGFiP SECTION DE PARIS Site : www.cgc-dgfip.fr Adresse mail : cgc.bn@dgfip.finances.gouv.fr La DRFiP de Paris, victime ou vitrine des restructurations??? Les agents de la DRFiP Paris ont tout juste

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

L enquête campagne de bilan 2015 : peut (beaucoup) mieux faire!

L enquête campagne de bilan 2015 : peut (beaucoup) mieux faire! L enquête campagne de bilan 2015 : peut (beaucoup) mieux faire! Initié en 2014, ECF a relancé début juin une nouvelle enquête sur la campagne de bilan afin de mesurer les difficultés rencontrées par l

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

Objectifs de la présentation

Objectifs de la présentation Objectifs de la présentation Stimuler la réflexion des gestionnaires et des intervenants du secteur de la santé, autour de la problématique et des défis du suivi post formation Partager l expérience du

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Un contrôle citoyen avec les entreprises

Un contrôle citoyen avec les entreprises Un contrôle citoyen avec les entreprises mai 2014 2 L objectif du plan d action La grande majorité des entreprises s inscrivent dans une démarche citoyenne et veillent à acquitter correctement leurs impôts.

Plus en détail

Comment améliorer la performance de la paie?

Comment améliorer la performance de la paie? Comment améliorer la performance de la paie? La performance est aujourd hui un enjeu majeur des cabinets Le 67 e Congrès de l ordre des experts-comptables, qui s est tenu à Paris début octobre, a mis en

Plus en détail

TAXATION ET CAPACITE ADMINISTRATIVE

TAXATION ET CAPACITE ADMINISTRATIVE TAXATION ET CAPACITE ADMINISTRATIVE Brahim KETTANI Directeur de la Législation, des Etudes et de la Coopération Internationale Direction Générale des Impôts - Maroc 14 décembre 2009 1 Plan: Introduction

Plus en détail

Conduire son schéma de mutualisation des services. ADGCF Aquitaine CDC de Montesquieu Martillac (33) 29 novembre 2013

Conduire son schéma de mutualisation des services. ADGCF Aquitaine CDC de Montesquieu Martillac (33) 29 novembre 2013 Conduire son schéma de mutualisation des services ADGCF Aquitaine CDC de Montesquieu Martillac (33) 29 novembre 2013 1 Proposition d une méthodologie pour conduire son schéma de mutualisation des services

Plus en détail

Rapport de visite du CHSCTA du 7-01-2014 au Lycée Laplace et préconisations.

Rapport de visite du CHSCTA du 7-01-2014 au Lycée Laplace et préconisations. Rapport de visite du CHSCTA du 7-01-2014 au Lycée Laplace et préconisations. Remarque : Les constats de cette visite sont indiqués en italique dans le rapport, les préconisations sont indiquées en gras.

Plus en détail

FICHE. La présentation du système fiscal français 1 LA DÉFINITION ET LES CARACTÉRISTIQUES DE L IMPÔT

FICHE. La présentation du système fiscal français 1 LA DÉFINITION ET LES CARACTÉRISTIQUES DE L IMPÔT La présentation du système fiscal français FICHE 1 1 LA DÉFINITION ET LES CARACTÉRISTIQUES DE L IMPÔT L impôt constitue un prélèvement pécuniaire obligatoire effectué par l État et les collectivités publiques

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

VILLE D ESSEY-LES-NANCY REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS

VILLE D ESSEY-LES-NANCY REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS VILLE D ESSEY-LES-NANCY REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS Séance du 19 septembre 2012 OBJET : Convention de partenariat avec la DDFIP Rapporteur : Mme MERCIER Délibération

Plus en détail

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation?

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation? L évaluation, comme acte de management De quoi parlons-nous? Il s agit de faire le point sur l un des principaux outils de management, l entretien annuel d évaluation : rappeler quels en sont les objectifs

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Département de la gestion des directeurs Unité des directeurs d établissements sanitaires sociaux et médico-sociaux Dossier suivi

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015. Domaine : La gestion des ressources des communes

CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015. Domaine : La gestion des ressources des communes Domaine : La gestion des ressources des communes Pour réaliser leur plan de développement et promouvoir des investissements, les communes sont appelées à mobiliser leurs ressources financières, opérationaliser

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

L ORGANISATION COMMERCIALE

L ORGANISATION COMMERCIALE L ORGANISATION COMMERCIALE I. Les structures commerciales L équipe commerciale est définie, au sens large du terme, comme l ensemble des acteurs intervenant dans le processus de vente. Organiser l équipe

Plus en détail

ORGANIGRAMME FONCTIONNEL. Centre des Impôts Foncier (fiscalité des particuliers et mission topographique)

ORGANIGRAMME FONCTIONNEL. Centre des Impôts Foncier (fiscalité des particuliers et mission topographique) Centre : Adjoint : Date de mise à jour de l'of : / / Processus transverse Gestion des congés Gestion des horaires variables Gestion des imprimés Correspondant informatique/gestionnaire site micro Fonctions

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2014 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES. Région Pays de la Loire

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2014 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES. Région Pays de la Loire APPEL À PROJETS 2014 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES Région Pays de la Loire Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation

Plus en détail

Chapitre I. Approche de la maintenance industrielle

Chapitre I. Approche de la maintenance industrielle Chapitre I Approche de la maintenance industrielle 1 Introduction à la maintenance industrielle 1.1 Définition de la maintenance La maintenance est l'ensemble de toutes les actions techniques, administratives

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Réussir l externalisation de sa consolidation

Réussir l externalisation de sa consolidation Réussir l externalisation de sa consolidation PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Consolidation et Reporting ET ALAIN NAULEAU Directeur associé Bellot Mullenbach et Associés

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à :

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à : INTRODUCTION La présente doctrine d emploi a pour objet de préciser les missions et le positionnement des assistants régionaux à la médecine de prévention (ARMP). Les ARMP participent à l'amélioration

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

FICHE METIER Responsable de service

FICHE METIER Responsable de service DOCUMENT DE TRAVAIL FICHE METIER Responsable de service METIER RESPONSABLE DE SERVICE Date de création/modification Janvier 2011 Définition du métier En relation et en cohérence avec les objectifs de la

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE Janvier 2012 Créateur de performance économique 1 Sommaire CONTEXTE page 3 OPPORTUNITES page 4 METHODOLOGIE page 6 COMPETENCES page 7 TEMOIGNAGES page 8 A PROPOS

Plus en détail

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions C. Benoist, Chef du personnel FAI D. Pouchard, Chargé de Mission Afpa Transitions Les étapes de la mise en œuvre de la

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

PRINCIPES ORGANISATEURS 1- UN DECOUPAGE REGIONAL ET UN PARTENARIAT ACADEMIQUE. La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger

PRINCIPES ORGANISATEURS 1- UN DECOUPAGE REGIONAL ET UN PARTENARIAT ACADEMIQUE. La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger à mesdames et messieurs les chefs des postes diplomatiques et consulaires à l attention de mesdames et messieurs les conseillers de coopération

Plus en détail

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement Préambule Le rectorat de l académie de Lille et la direction régionale des affaires culturelles du

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Le soutien aux entreprises par la DRFIP

Le soutien aux entreprises par la DRFIP Le soutien aux entreprises par la DRFIP Mutécos Arras - 22 juin 2011 Christian RATEL Administrateur Général des Finances Publiques Directeur Régional des Finances Publiques du Nord - Pas-de-Calais et du

Plus en détail

ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE

ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE ANNEXE VII, PJ n 5, page 2 Cette pièce jointe résume l exposé de

Plus en détail

de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics»

de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics» Bilan de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics» Premier ministre SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR LA MODERNISATION DE L ACTION PUBLIQUE La participation des agents à la modernisation de

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»),

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»), Avis n 2014-0659 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 juin 2014 relatif à une modification du catalogue des prestations internationales du service universel

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

LE CADASTRE A VOTRE SERVICE

LE CADASTRE A VOTRE SERVICE LE CADASTRE A VOTRE SERVICE Le Cadastre a fêté en 2007 ses 200 ans d histoire administrative : depuis l idée de Napoléon, qui souhaitait disposer d un recensement de la propriété foncière permettant une

Plus en détail

Centre Interaméricain des Administrations Fiscales CIAT CONFÉRENCE TECHNIQUE CIAT

Centre Interaméricain des Administrations Fiscales CIAT CONFÉRENCE TECHNIQUE CIAT Centre Interaméricain des Administrations Fiscales CIAT CONFÉRENCE TECHNIQUE CIAT LE RECOUVREMENT ADMINISTRATIF COMME MECANISME EFFECTIF D AUGMENTATION DES RECETTES FISCALES Subtema 1.1 COMPETENCES POUR

Plus en détail

Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information"

Introduction à la conduite de projet systèmes d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information" Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/principes/guide-introduction

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Aurélie CAMROUX Marc CLOUVEL

Aurélie CAMROUX Marc CLOUVEL LA CREATION D UN SIEGE SOCIAL Aurélie CAMROUX Marc CLOUVEL Experts comptables Commissaires aux comptes Blog AXIOME D.I.S. (actualité règlementaire secteur S.M.S.) http://flash.info.sms.over-blog.com 1

Plus en détail

INTRODUCTION. Le succès de la phase d initialisation passe par la réalisation de deux étapes successives : Lancement projet Organisation projet

INTRODUCTION. Le succès de la phase d initialisation passe par la réalisation de deux étapes successives : Lancement projet Organisation projet INTRODUCTION Le succès de la phase d initialisation passe par la réalisation de deux étapes successives : Le lancement du projet; L organisation du projet. Dossier de fin d'étude Lancement projet Organisation

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

Ressources humaines. Point d étape au 7 septembre 2015

Ressources humaines. Point d étape au 7 septembre 2015 Ressources humaines Point d étape au 7 septembre 2015 Feuille de route de l accompagnement RH de la réforme Dialogue social : CT et CHSCT Etude d impact et plan d accompagnement ministériel Accompagnement

Plus en détail

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte.

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte. SYNTHESE Dans le contexte actuel de recherche d une administration territoriale toujours plus efficiente, la loi de réforme des collectivités territoriales (loi RCT) a pour objectif principal de faire

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES APPEL À PROJETS 2015 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation administrative de

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Droits des usagers des services

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail