Agnès SENEJOUX Alain CLAUDY. Proctologie en images

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Agnès SENEJOUX Alain CLAUDY. Proctologie en images"

Transcription

1 Agnès SENEJOUX Alain CLAUDY Proctologie en images

2 Agnès Senéjoux (Paris) Alain Claudy (Lyon) 17 et 18 mars 2007 FMC HGE Lyon

3 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

4 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

5 «Anal intraepithelial neoplasia» = dysplasie de haut grade Étape dans l histoire naturelle du carcinome épidermoïde de l anus par le biais de la filiation: condylomes (HPV oncogènes)/ain/cancer mais évolution exacte mal connue Fréquence accrue chez les malades VIH+ FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

6 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

7 Carcinome intra épithélial caractérisé par l envahissement de l épithélium malpighien par cellules mucosécrétantes PAS+ Placard eczématiforme bien limité ou placard érythémateux, vermeil lisse suintant aux bords irréguliers Possibles formes ulcérées ou végétantes Nécessité de rechercher un cancer profond associé FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

8

9 Potentiel évolutif des AIN vers le cancer mal connu FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

10 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

11

12 Infection virale liée à HSV2 ou 1 Primoinfection avec possible rectite associée Récurrences moins intenses sur le plan des symptômes Diagnostic le plus souvent clinique Culture virale (effet cytopathogène, tests immunoenzymatiques) Sérologie inutile FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

13

14

15 Fissure anale atypique car latérale, bords épais Nécessité d évoquer une diagnostic différentiel des fissures anales banales FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

16 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

17 Ulcération extrêmement algiques Parfois retardées Parfois favorisées par biopsies en tissu radique Traitement difficile pouvant aller jusqu à la colostomie FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

18 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

19 Contage 3 semaines A évoquer devant fissure anale atypique sur terrain à risque Données de l InVS de 2000 à 2004: Hommes : 96% Femmes : 4%, Age moy : 36.5 Homosexuels masculins : 84% Fellation non protégée à l origine de la contamination : 55% Coinfection VIH: 61% en 2000, 41% en 2004 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

20 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

21 Lésions de 3 types: Pseudomarisques œdémateuses Ulcérations canalaires Érosions au sein d une dermite d irritation (diarrhée) FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

22

23 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

24 Les lésions peuvent être extensives sur un terrain immunodéprimé FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

25 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

26 20% des ulcérations du SIDA avant l ère de la trithérapie Diagnostic: ECP, immunomarquages Nécessité de rechercher atteinte digestive ou extra-digestive associée FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

27 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

28 Ulcérations destructrices profondes FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

29

30 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

31 Forme ulcérée, diagnostic différentiel d une fissure anale lorsque celle-ci n est pas médiane FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

32

33 Infection à Chlamydiae Trachomatis, sérovars L1 L2 L3 (+++ L2b) Épidémie dans la communauté gay VIH+ Évolution en 3 phases: ulcération, rectite, fistules et sténose (rareté des formes inguinales) Traitement: tétracyclines 3 semaines FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

34

35 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

36 Parfois douleurs anales sévères, nécessité d un examen sous anesthésie générale pour faire le diagnostic FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

37

38 Syphilides érosives (syphilis secondaire) 7 à 8 semaines après le chancre FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

39

40

41 Origine parfois spécifique Très douloureuses Prise en charge médicale Évolution parallèle à l hémopathie Suppurations «sans pus» cf agranulocytose FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

42 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

43 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007 Jacques, 48 ans, tuméfaction anale, douleurs fécales et rectorragies à l essuyage

44 Formation polypoïde fibreuse bénigne d origine cicatricielle (fissure chronique, TH, chirurgie) Gênante si volumineuse ou s extériorisant à la selle en «battant de cloche» FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

45 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

46 Le LMNH anorectal s observe surtout chez le malade SIDA 2 éme tumeur par sa fréquence après S Kaposi Peut mimer une suppuration anopérinéale Le plus souvent lymphomes B de haut grade de malignité FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

47 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

48 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

49 Tumeur de petite taille des glandes apocrines Localisation vulvaire la plus fréquente Nodule intra-épidermique ferme, mobile, de couleur variable avec parfois ulcération à son sommet pouvant ressembler à OE de fistule anale FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

50

51 Prurit anal chronique entraînant une lichénification L aspect épidermisé (métaplasie cutanée) témoigne de la procidence hémorroïdaire FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

52 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

53 Tumeur des glandes apocrines Formation nodulaire ou kystique sessile appendue à l anus Volume variable Ferme ou rénitente, rosée ou bleutée Contient un liquide citrin limpide ou louche FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

54 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

55 2 populations à risque: Femme âgée Homosexuel masculin VIH+ Forme marginale 15% FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

56 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

57 Localisation anorectale: 0,2 à 3% de l ensemble des localisations 0,1 à 4,6% des tumeurs de la région Non lié à l exposition solaire 30% non pigmentés Pronostic effroyable: survie à 5 ans 0 à 15% FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

58 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

59 Forme plus ou moins végétante FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

60 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007 Marie Claude, 66 ans, masse anale depuis quelques mois

61 Les sarcomes de l anus et du rectum sont exceptionnels Le plus souvent (70%) haut grade de malignité et pronostic effroyable Si bas grade, survie dépassant les 10 ans. FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

62

63 Tumeur la plus fréquente chez le VIH+ Lié à HSV8 Lésions nodulaires rouges pourpres ou violacées indurées Anal et/ou rectal

64 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

65 Adénocarcinome mucosécrétant développé aux dépends de l épithélium glandulaire des glandes d Hermann et Desfosses Peut se présenter comme une fistule anale Sécrétions en «grains de tapioca» évocatrices FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

66 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007 Géraldine, 38 ans, douleurs anales et tuméfaction, périodicité menstruelle

67 Évoquer devant douleurs anales rythmées par les règles Nodule bleuté sur cicatrice d épisiotomie ou de déchirure périnéale (examen en fin de règles) Traitement= excision chirurgicale FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

68 Rose, 50 ans, prurit anal, «grosseur» à l anus FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

69 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

70 Associe condylomatose géante, trajets suppurés Potentiel dégénératif FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

71 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

72 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

73 Glande située de part et d autre de la ligne médiane au pôle antérieur. Sous pectinéale Histologie: cf glandes d Hermann et Desfosses Rôle inconnu: vestige embryonnaire Infection possible (<1% des étiologies des suppurations anopérinéales) FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

74 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

75 Aspect évocateur devant suppuration indépendante de l ano-rectum avec aspect pseudo chéloïdien, cicatrices en pince de crabe Rechercher autre localisation Associations: sinus pilonidal, acnée, M de Crohn, rhumatisme FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

76 Robert FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

77 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

78 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

79 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007 Un sinus pilonidal peut entraîner une suppuration antérieure évoquant une fistule anale

80 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

81 Particulièrement fréquent au cours de la maladie de Crohn+++ FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

82 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

83 Recrudescence actuelle (immigré, VIH+ ) Diagnostic: granulomes, cultures, PCR BK (sensibilité 70-80%) Traitement médical 6 mois à 1 an, drainage de la fistule FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

84 Laurent Reiz Jean Denis Roland Ganansia Fred Juguet Thierry du Puy Montbrun Denis Soudan FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007

85

La pathologie ulcérée de

La pathologie ulcérée de FMC PROCTO 03/98 12/05/04 17:48 Page 123 anales S. Sultan* La pathologie ulcérée de l anus est fréquente en consultation de proctologie. La variété des étiologies oblige à suivre une démarche diagnostique

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL

FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL Pr A GAINANT (octobre 2003) I -RAPPEL ANATOMIQUE DU CANAL ANAL II - FISSURE DE L'ANUS C'est une ulcération anale. A - Etiopathogénie

Plus en détail

Cancers de l'anus DES HGE 17/01/2013. Guillaume LE GALL

Cancers de l'anus DES HGE 17/01/2013. Guillaume LE GALL Cancers de l'anus DES HGE 17/01/2013 Guillaume LE GALL PLAN I / Anatomie II / Epidémiologie III / Facteurs de risque IV / Clinique V / Paraclinique VI / Prise en charge VII / Surveillance VIII / Effets

Plus en détail

Orientation diagnostique devant une adénopathie superficielle 1

Orientation diagnostique devant une adénopathie superficielle 1 Orientation diagnostique devant une adénopathie superficielle 1 Item n 291 : Devant une adénopathie superficielle, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires

Plus en détail

Suppura&ons et fistules ano- rectales. XIème journée scien&fique de l AGERT A. Achour

Suppura&ons et fistules ano- rectales. XIème journée scien&fique de l AGERT A. Achour Suppura&ons et fistules ano- rectales XIème journée scien&fique de l AGERT A. Achour Introduc&on! abcès ano- rectaux et fistules anales: deux phases successives d une même pathologie.! La fistule anale

Plus en détail

Conseil de pratique. Fissure anale

Conseil de pratique. Fissure anale Rédacteur : Thierry Higuero Date de production : février 2013 Conseil de pratique Fissure anale Relecteurs : conseil d Administration de la SNFCP, mars 2013 Références : - Nelson R. Non surgical therapy

Plus en détail

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Françaises de Radiologie Paris, 10-15 Octobre 2005 L objectif

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 Cancer et VIH Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 JNI Lyon - Juin 2009 Cancer et VIH : des interfaces physiopathogéniques communes Deficit

Plus en détail

Aspects cliniques du mélanome cutané

Aspects cliniques du mélanome cutané MONOGRAPHIE ATLAS Aspects cliniques du mélanome cutané Marie-Françoise Avril* Les aspects du mélanome cutané sont nombreux et souvent trompeurs. Une exérèse cutanée doit donc être facilement pratiquée

Plus en détail

Item 291 : Adénopathie superficielle

Item 291 : Adénopathie superficielle Item 291 : Adénopathie superficielle Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Diagnostic d'adénopathie...3 I.1 Circonstances de découverte...3 I.2 Diagnostic positif...3 II Démarche

Plus en détail

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Les hémorroïdes : A. Sont des formations vasculaires physiologiques B. Participent à la continence anale C. Les hémorroïdes internes sont constitués de 5 paquets

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Masses kystiques compliquées et complexes du sein de l image échographique à l histologie S.Kechaou, M.Jrad, A.Ayedi,M.Chaabane Ayedi Service de radiologie de l hôpital de l Ariana. Tunis.Tunisie INTRODUCTION

Plus en détail

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Rectorragies chez l enfant Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Journée de formation médicale continue Service de gastro-entérologie 23_10_2015 Objectifs Reconnaître un saignement digestif bas Évoquer

Plus en détail

Processus tumoraux. Cécile FAURE-CONTER Centre Léon Bérard-IHOP 2012

Processus tumoraux. Cécile FAURE-CONTER Centre Léon Bérard-IHOP 2012 Processus tumoraux Cécile FAURE-CONTER Centre Léon Bérard-IHOP 2012 Plan du cours Terminologie Notions de cancérogénèse Epidémiologie Dépistage-prévention Diagnostic Traitement Rechutes-Resistance-Soins

Plus en détail

M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Luxembourg Décembre 2011

M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Luxembourg Décembre 2011 La proctologie en pratique quotidienne M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Luxembourg Décembre 2011 Matériel de proctologie Les oreilles, les yeux et les doigts Source de lumière froide Anuscopes, proctoscope,

Plus en détail

Dermatologie Délai d'apparition des différentes toxidermies

Dermatologie Délai d'apparition des différentes toxidermies ü Délai d'apparition des différentes toxidermies Quelques minutes à quelques heures : urticaire De 24 à 48h : - Pustulose éxanthémateuse aiguë généralisée - Erythème pigmenté fixe J7-J21 : - Exanthème

Plus en détail

Item 343 Ulcération ou érosion des muqueuses orales et/ou génitales

Item 343 Ulcération ou érosion des muqueuses orales et/ou génitales Annales de dermatologie et de vénéréologie (2008) 135S, F234 F238 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Item 343 Ulcération ou érosion des muqueuses orales et/ou génitales CEDEF 1,2 Objectif pédagogique

Plus en détail

Ulcération. Il est essentiel de ne pas méconnaître une lésion extrinsèque simplement provoquée, traumatique ou caustique.

Ulcération. Il est essentiel de ne pas méconnaître une lésion extrinsèque simplement provoquée, traumatique ou caustique. Ulcération Objectifs : Devant des ulcérations et érosions des muqueuses orales et/ou génitales, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents.

Plus en détail

Hémorroïdes rappel et attitudes thérapeutiques les critères de choix entre traitement médical et chirurgie

Hémorroïdes rappel et attitudes thérapeutiques les critères de choix entre traitement médical et chirurgie Hémorroïdes rappel et attitudes thérapeutiques les critères de choix entre traitement médical et chirurgie FMC Val de Creuse - Argenton-sur-Creuse- Mercredi 13 février 2013- Dr Pierre MOREAU LES HÉMORROÏDES

Plus en détail

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève Les Infections sexuellement transmissibles Morgane Fève Définition IST maladies infectieuses transmises d'un individu à l'autre exclusivement lors des rapports sexuels. Les principales IST Virales VIH

Plus en détail

ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE

ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE J ROUSSEAU, F LAROUSSERIE, E PLUOT, J ROUSSEAU, F LAROUSSERIE, E PLUOT, R BAZELI, R CAMPAGNA, H GUERINI, F THEVENIN,

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris Erreurs et perte de chance en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Séminaire national du D E S C Marc Pocard Lariboisière Paris Chirurgie cancérologique Erreurs : Essayer une nouvelle idée

Plus en détail

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Tumeurs cutanées Mélanome Carcinome basocellulaire

Plus en détail

Pathologie de l appareil génital féminin. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie de l appareil génital féminin. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie de l appareil génital féminin Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Anatomie Voies génitales: Vagin Col, et corps utérin Cavite utérine, Endométre

Plus en détail

Diagnotic différentiel

Diagnotic différentiel CEC Labial Lésion ulcérée plus ou moins infiltrante, saignotante persistante: biopsie+++ 90% de cancers de la lèvre Plus fréquent sur la lèvre inférieure H>F Après 60 ans 2 étiologies Chéliite actinique

Plus en détail

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE Il est en règle facile parce qu il s agit le plus souvent d une coxarthrose que l on reconnaît sur la radio simple. Il faut néanmoins savoir qu une douleur de hanche ne correspond pas toujours à une atteinte

Plus en détail

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Pré-requis : Connaître l anatomie du système lymphatique et notamment les sites de drainage des principaux sites ganglionnaires

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

CANCER OROPHARYNX. Prédominance masculine 3 à 5 fois plus (augmentation du nombre de femmes atteintes, baisse de l âge du diagnostic de plus en plus)

CANCER OROPHARYNX. Prédominance masculine 3 à 5 fois plus (augmentation du nombre de femmes atteintes, baisse de l âge du diagnostic de plus en plus) CANCER OROPHARYNX INTRODUCTION -amygdales++++ -les plus fréquents des cancers des voies aéro-digestives supérieures. ( 30%) -50 70ans, âge moyen diagnostic = 55ans Prédominance masculine 3 à 5 fois plus

Plus en détail

Suivi du cancer colorectal

Suivi du cancer colorectal Suivi du cancer colorectal Dre. Caroline Racicot,MD,FRCSC Chirurgienne générale,chrdl Cancer du colon 4500 cas/année au québec 4 ieme cancer le plus fréquent 2ieme le plus mortel 61% survie à 5 ans Stade

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Pathologie anale : hémorroïdes, fissure anale et suppurations

Pathologie anale : hémorroïdes, fissure anale et suppurations 25-050-B-40 Pathologie anale : hémorroïdes, fissure anale et suppurations N. Lemarchand, K. Fellous En proctologie, les motifs de consultation en urgence sont dominés par la douleur. Celle-ci est essentiellement

Plus en détail

HIV AND CERVICAL CANCER CANCER DU COL ET VIH. B. NKEGOUM MD,Pathologist Yaounde - Cameroon

HIV AND CERVICAL CANCER CANCER DU COL ET VIH. B. NKEGOUM MD,Pathologist Yaounde - Cameroon HIV AND CERVICAL CANCER CANCER DU COL ET VIH B. NKEGOUM MD,Pathologist Yaounde - Cameroon Plan I- INTRODUCTION II-EPIDEMIOLOGIE II.1- VIH et lésions préinvasives II.2-VIH et lésions invasives III- PRISE

Plus en détail

Ulcérations génitales

Ulcérations génitales Ulcérations génitales Objectifs : Devant des ulcérations génitales, argumenter les hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents. Sommaire : Introduction Faq 1 - CAT devant

Plus en détail

Le Petit Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Petit Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Petit Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire > Qu est-ce qu une IST p 5 > La Blennorragie gonococcique p 7 > La Chlamydiose p 8 > Les Condylomes p 9 > L Hépatite B p 10 > L Herpès

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses IST Pathologies très fréquentes Etiologies multiples (bactéries, virus, parasites, levures) Complications

Plus en détail

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Etude rétrospective de 15 cas T. Sanzalone (1), M. Adham (2), C. Lombard Bohas(3), F. Pilleul (1) (1) Service de radiologie pavillon

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Les tumeurs épithéliales

Les tumeurs épithéliales VINSONNEAU Laura DUTERTRE Florence 25/02/11, anapath, N. Rioux-Leclerc I. Introduction Les tumeurs épithéliales A. Epithéliums Les tumeurs épithéliales malignes : carcinome sont les tumeurs les plus fréquentes

Plus en détail

Item 114. Eczéma contact

Item 114. Eczéma contact Item 114 Eczéma contact Item 183: eczéma de contact Hypersensibilité cellulaire retardée ; Haptène Diagnostic clinique: prurit; érythème, vésicules, suintement, croutes. Recherche par interrogatoire +++,

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

CARCINOME BASO CELLULAIRE

CARCINOME BASO CELLULAIRE CARCINOMES CARCINOME BASO CELLULAIRE Développé au dépend des kératinocytes En France :70 cas/100 000 hab/an.facteur causal= exposition solaire+++, 85% surviennent sur des zones photoexposées Ne métastase

Plus en détail

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne Généralités Imagerie du cancer de DES de gynécologie 09 février 2007 Edouard Poncelet, Pr D Vinatier Service d Imagerie médicale, JDF Service de Chirurgie gynécologique, JDF 3 cancer chez la femme (sein,

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles SOMMAIRE QU EST-CE QU UNE IST? p. 5 La Blennorragie gonococcique p. 7 La Chlamydiose p. Les Condylomes p. L Hépatite B p. L Herpès génital p. Les Mycoplasmes

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

GENERALITES SUR LE CANCER. Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008

GENERALITES SUR LE CANCER. Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008 GENERALITES SUR LE CANCER Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008 PLAN 1 Définition 2 Les causes connues 3 Fréquence 4 Les principaux cancers et leurs signes d alarmes 5 Prévention

Plus en détail

Item 273 Pathologie hémorroïdaire

Item 273 Pathologie hémorroïdaire P I CDU_Chap27.fm Page 1 Jeudi, 30. avril 2009 5:03 17 Item 273 Pathologie hémorroïdaire 27 I. DONNÉES ÉPIDÉMIOLOGIQUES ET FACTEURS DE RISQUE II. EXPRESSION SYMPTOMATIQUE III. EXAMEN CLINIQUE IV. EXPLORATIONS

Plus en détail

Item 152: candida, dermatophytes

Item 152: candida, dermatophytes Item 87 Item 152: candida, dermatophytes Facteur favorisant (DB, macération, obésité, défaut d hygiène) à rechercher et à traiter Candida: pathogène peau; saprophyte muqueuse Enduit blanchâtre, détachable,

Plus en détail

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Le rôle du pathologiste en cancérologie PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Qu est ce que la Pathologie? patients tissus cellules diagnostic formation recherche Un bon diagnostic permet : d expliquer

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE II - DIAGNOSTIC A - Circonstances du diagnostic B - Diagnostic de certitude = biopsie ganglionnaire C - Bilan d extension III - FORMES CLINIQUES IV - PRONOSTIC

Plus en détail

page: 152 alphabétique Chapitre 8: Mycoses image causes lésions élémentaires recherche contenu imprimer dernière page vue précédente suivante

page: 152 alphabétique Chapitre 8: Mycoses image causes lésions élémentaires recherche contenu imprimer dernière page vue précédente suivante Chapitre 8: Mycoses page: 152 Mycoses Dermatophyties page: 153 8.1 Dermatophyties Tinea corporis Macule érythémateuse; Squames Lésion arrondie ou ovalaire comme dans le cas présent dont la bordure nettement

Plus en détail

Maladies virales. Chapitre 5: alphabétique. image. causes. lésions élémentaires. page: 83

Maladies virales. Chapitre 5: alphabétique. image. causes. lésions élémentaires. page: 83 Chapitre 5: Maladies virales page: 83 Maladies virales Groupe des herpès virus page: 84 5.1 Groupe des herpès virus Macule érythémateuse; Vésicules Herpès de type I Herpès du visage Vésicules multiples

Plus en détail

Item 343 : Ulcération ou érosion des muqueuses orales et/ou génitales

Item 343 : Ulcération ou érosion des muqueuses orales et/ou génitales Item 343 : Ulcération ou érosion des muqueuses orales et/ou génitales Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières OBJECTIFS... 3 I Éléments

Plus en détail

Dermatologie et Rhumatologie

Dermatologie et Rhumatologie 3ème Colloque Interface 14 mars 2006 Dermatologie et Rhumatologie Deux disciplines soeurs Le contenu de ces pages est rédigé sous la seule responsabilité de ses auteurs Mastocytoses cutanées Bernard Cribier

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

Autres tumeurs de la paroi digestive. Polype fibroïde inflammatoire Leiomyome Leiomyosarcome Schwannome Tumeur maligne des gaines nerveuses

Autres tumeurs de la paroi digestive. Polype fibroïde inflammatoire Leiomyome Leiomyosarcome Schwannome Tumeur maligne des gaines nerveuses Autres tumeurs de la paroi digestive Polype fibroïde inflammatoire Leiomyome Leiomyosarcome Schwannome Tumeur maligne des gaines nerveuses Leiomyome du tube digestif Beaucoup plus rare que les GIST Localisations

Plus en détail

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Docteur Fabienne MESSAOUDI Gynécologue-Obstétricienne Hôpital de Versailles Généralités Les lésions précancéreuses et cancéreuses

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

Traitement chirurgical du cancer du sein. Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers

Traitement chirurgical du cancer du sein. Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers Traitement chirurgical du cancer du sein Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers Principes de traitement des cancers Quand possible chirurgie d exérèse première Radicale Conservatrice Thérapeutique

Plus en détail

Chapitre 19 : Item 224 Appendicite de l enfant et de l adulte

Chapitre 19 : Item 224 Appendicite de l enfant et de l adulte Chapitre 19 : Item 224 Appendicite de l enfant et de l adulte I. Physiopathologie II. Diagnostic III. Prise en charge d une appendicite aiguë OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une appendicite chez l

Plus en détail

Sémiologie intestinale

Sémiologie intestinale Sémiologie intestinale Sémiologie Médicale PCEM2 Docteur Pascal Sève Professeur Christiane Broussolle Faculté de Médecine Lyon-Sud 2007 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 1 Sémiologie INTESTIN Explorations

Plus en détail

Les lésions bénignes du col utérin Professeur Pierre BERNARD Décembre 2002

Les lésions bénignes du col utérin Professeur Pierre BERNARD Décembre 2002 Les lésions bénignes du col utérin Professeur Pierre BERNARD Décembre 2002 Pré-Requis : Anatomie et histologie du col utérin Les infections génitales L ectropion du col utérin Résumé : Il s agit d une

Plus en détail

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Cellule adipeuse Source de cellules souches Source de facteurs de croissance Possibilité

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Constipation H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Un peu de physiologie Fonction défécatoire Physiologie ano-rectale Appareil recto-anal au repos: Rectum vide Continence assurée par: -sphincter

Plus en détail

HPV Human Papilloma Virus

HPV Human Papilloma Virus QuickTime et un décompresseur GIF sont requis pour visualiser cette image. PATHOLOGIE GYNECOLOGIQUE HPV INDUITE J.L.LEROY Hôpital Jeanne de Flandre CHRU LILLE XI Journée e Régionale R de pathologie infectieuse

Plus en détail

ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES. S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal.

ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES. S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal. ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal. Introduction Les tumeurs malignes du massif facial:

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

Papillomavirus humain et verrues ano-génitales Questions et réponses

Papillomavirus humain et verrues ano-génitales Questions et réponses Papillomavirus humain et verrues ano-génitales Questions et réponses Papillomavirus humain et verrues ano-génitales Qu est-ce que l HPV? Le terme d HPV (papillomavirus humain) désigne un groupe d une bonne

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

Tumeur du sein. Présentée par Eliane EL KHOURY

Tumeur du sein. Présentée par Eliane EL KHOURY Tumeur du sein Présentée par Eliane EL KHOURY Histoire Femme de 59 ans. Il y a 6 ans: apparition d une masse au niveau du QIE du sein droit, de 2x2 cm. Depuis quelques mois: augmentation rapide de la taille

Plus en détail

Brûlures de l enfant

Brûlures de l enfant Brûlures de l enfant Epidémiologie 3 e rang des accidents de l enfant 0-4 ans ; moyenne 2 ans ; garçons +++ Etiologies Brûlures thermiques : o Ebouillantage ; projection ; immersion ; flammes, incendies,

Plus en détail

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières Préambule... 3 1. Prérequis... 3 2. Mésothéliome malin... 3 2.1. Généralités...

Plus en détail

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*,

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, JFR 09 Apport de l imagerie dans les tumeurs glomiques des doigts. À propos de 15 cas Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, Touria AMIL*, Ahmed HANINE*, Souâd CHAOUIR*, Amina

Plus en détail

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Sarcomes Ubiquitaires: touche les tissus mous, les viscères,

Plus en détail

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH ACNBH Agrément FMC N 100 168 39 ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Lille, 4 au 8 oct 2010 DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH Dr Mme Béatrice

Plus en détail

8.6 Polyposes naso-sinusiennes

8.6 Polyposes naso-sinusiennes 8.6 Polyposes naso-sinusiennes Références bibliographiques : -Site de l Institut Français de Chirurgie du Nez et des Sinus. 8.6.1 DEFINITION La polypose nasosinusienne (PNS) est une sinusite chronique

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

DEPISTAGE ET PREVENTION DU CANCER ANAL CHEZ LES PATIENTS PORTEURS DU VIH. Dr Brice BAZIN, service d'hépatogastroentérologie du CH DRON de Tourcoing

DEPISTAGE ET PREVENTION DU CANCER ANAL CHEZ LES PATIENTS PORTEURS DU VIH. Dr Brice BAZIN, service d'hépatogastroentérologie du CH DRON de Tourcoing DEPISTAGE ET PREVENTION DU CANCER ANAL CHEZ LES PATIENTS PORTEURS DU VIH Dr Brice BAZIN, service d'hépatogastroentérologie du CH DRON de Tourcoing POSITION DU PROBLEME Incidence du carcinome épidermoide

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Patiente de 43 ans ATCD : tabagisme sevré 2003, G3P2 Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Biologie : Cytolyse, cholestase ALAT, ASAT 80, GGT 107,

Plus en détail

Fissure anale. Séminaire DES 13.01.2012 O. Roux

Fissure anale. Séminaire DES 13.01.2012 O. Roux Fissure anale Séminaire DES 13.01.2012 O. Roux Epidémiologie Deuxième cause de consultation en proctologie Touche les deux sexes Tous les âges : 30-50 ans Postpartum : 9% primipare Physiopathologie Theorie

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

JFR 2006 PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM. Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie

JFR 2006 PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM. Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie INTRODUCTION Tumeur naso sinusienne rare : 0,5 à 4% de l ensemble des tumeurs naso sinusiennes

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

Proctologie DIU Santé

Proctologie DIU Santé La formation Il est créé, dans le ressort des Universités de LYON, GRENOBLE, SAINT-ETIENNE et CLERMONT-FERRAND, un Diplôme Interuniversitaire de PROCTOLOGIE GENERALE. Volume annuel de 60 heures, l'enseignement

Plus en détail