Annexe : assurance-vie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Annexe : assurance-vie"

Transcription

1 Annexe : assurance-vie A propos des contrats d'assurance-vie A l'occasion de la souscription d'un contrat d'assurance-vie, Ie malade se trouve parfois surpris par l' attitude du banquier ou de l' assureur quand la mala die est stabilisee depuis des annees, qu'il ne prend plus de medicaments et qu'apres un contact initial, d'abord engageant, avec I'agent d'assurances, il se voit proposer une surprime ou opposer un refus "parce que Ie risque est trop grand". Est-ce que la maladie est plus grave que Ie medecin ne l' avait laisse entendre? En fait, les assurances, qui ne sont pas des entreprises philantropiques, ont une appreciation du risque differente de celie de la medecine. Un exemple simple illustre la divergence des points de vue : dans la population suisse, Ie risque de mortalite d'un homme d'environ 30 ans, "sain, sans maladie notable", a pu etre evalue a 1 pour mille par annee. Or, pour une personne du meme age atteinte de rectocolite hemorragique, ce risque est estime a 2 pour mille (M.L. Hefti - Sweiz Med. Wschr, 1988). En medecine, une telle modification serait consideree comme negligeable ; mais, pour l'assureur, ce risque est Ie double de celui encouru par I'assure standard et une surprime pouvant atteindre 100 % est parfois demandee! Les propositions sont parfois plus nuancees : elles tiennent compte de baremes precis faisant intervenir differents criteres tels que l' ancien-

2 142 Maladie de Crohn et rectocolite hemorragique nete de la maladie (susceptible parfois de "diminuer" Ie risque), la nature du traitement suivi, etc. ; mais elles dependent aussi de la compagnie d' assurance et de son mooecin-conseil. Alors, que faire sur Ie plan pratique? Le meilleur avis que l' on puisse donner, c'est de se renseigner aupres de compagnies d'assurances ou d'etablissements de credits differents, Ie refus par l'un n'impliquant pas necessairement un refus par l' autre, et Ie montant des primes demandees pouvant lui aussi varier. Dans ce domaine, les associations de malades pourraient avoir un role important it jouer et exercer une action efficace, en sensibilisant les assureurs. En effet, les haremes des assurances sont etablis avec un certain recul ; de plus, les statistiques ne sont pas faciles it interpreter dans ces maladies heaucoup plus rares que les affections cardiaques ou les cancers par exemple. Ainsi, en ce qui concerne Ie pronostic general des maladies inhammatoires chroniques de l'intestin, les estimations les plus recentes sont devenues plus favorahles et plus selectives, mais ne sont pas encore toutes prises en compte. Si, legitimement, les compagnies d'assurances estiment ne pas pouvoir augmenter les primes pour l' ensemhle de la population afin de prendre en charge Ie risque supplementaire des personnes malades, il serait tout aussi legitime qu' elles ne demandent pas une surprime pour toutes les personnes ayant une maladie inflammatoire chronique de l'intestin, puisque, dans les 2/3 ou les 3/4 des cas, Ie risque supplementaire encouru est faihle. A cote de l'assurance-vie, d'autres risques (incapacite de travail, invalidite) meriteraient egalement d'etre discutes. C'est une raison de plus pour justifier une demarche associative (voir pages 145 et 146).

3 Annexes: service social La contribution du service social Le service social est a la disposition des personnes hospitalisees ou venant en consultation ainsi qu'a celie de leur familie, pour les aider a resoudre certaines difficultes qui pourraient survenir a l' occasion de leur maladie ; il est amene de ce fait a intervenir dans plusieurs domaines. II a egalement un role d'information et peut orienter Ie cas echeant les malades vers les institutions ou les organismes competents, vers les services soeiaux speeialises (Caisse d' Allocations Familiales, Caisse Primaire d'assurance Maladie) ou polyvalents de secteur (mairie, quartier). II paralt evident que les prohlemes soeiaux engendres par la maladie de Crohn et la rectocolite hemorragique se rapprochent de ceux lies aux autres maladies d'evolution prolongee, avec la particularite qu'il s'agit souvent de personnes jeunes, en activite. e'est ainsi que les difficultes les plus courantes auxquelles les malades sont confrontes concernent la prise en charge lors Ie la sortie de l'hopital, parfois leur situation administrative et les consequences liees aux repercussions socioprofessiollnelles. En general, un premier contact s'etablit avec Ie mala Ie pendant son hospitalisation pour prevoir une cure Ie repos a la sortie de l'hopital ou pour organiser un retour a domicile avec (lifferentes aides. Le service social fait appel aux organismes competents en fonction de la demande et des hesoins du malade. II en existe plusieurs pouvant repondre a la

4 144 Maladie de Crohn et rectocolite hemorragique demande, mais toutes les personnes ne peuvent en beneficier. C'est pourquoi il convient d'etudier chaque situation individuellement. II s'agit essentiellement de mettre en place des aides menageres, des travaideuses famjliajes et du personnel para-medical afin de soulager les malades dans les taches quotidiennes s'ils Ie souhaitent. Un autre domaine d'intervention consiste a regulariser la situation administrative en etablissant des liaisons avec d'autres services specialises (Caisses de Securite Sociale, Agence Nationale Pour l'emploi, Assedic, Caisses d'allocations Familiales.. ). Le Service social intervient pour une prise en charge a 100 %, pour Ie versement des indemnites joumalieres, des prises en charge diverses ou des prestations supplementaires dans les organismes d'assurance maladie. n informe les malades de leurs droil8, par exemple : l' exoneration du ticket moderateur parfois non connue du malade... Dans certains cas, des demandes d'invalidite sont introduites. Par ailleurs, pour la population suivie par Ie service national, la question de I'emploi est souvent source de problemes. Quelquefois des demandes de reclassement professionnel sont deposees aupres de la COTOREP (Comission Technique d'orientation et de Reclassement Professionnel) ; ailleurs c' est Ie statut de travailleur handicape qui peut etre demande. De meme, Ie service social se met en rapport avec les employeurs et les medecins conseil pour des mi-temps therapeutiques ou pour des amenagements de poste de travail. Ces differentes demarches administratives sont longues et laborieuses pour les malades, c'est pourquoi Ie service social peut contrihuer a l'instmction des dossiers et en faciliter l' evolution. Une collaboration etroite entre medecin, personnel soignant, malade, famille et service social favorise les actions les mieux adaptees a chaque situation.

5 Annexes: associations Associations pour les maladies de Crohn et les rectocolites hemorragiques - association fram;aise : AFA I Association Fran~ois Aupetit Hopital Rothschild 33, boulevard de Pic pus Paris Cedex 12 TeL Fax

6 146 Associations pour les maladies de Crohn - autres associations francophones : Belgique (Wallonie) Association Crohn-RCUH 3, rue du Commerce 4219 Meeffe (Wasseiges) Tel. 081/ Luxembourg ALMC / Association Luxembourgeoise de la Maladie de Crohn BP Luxembourg Tel. 352/ Suisse SMCCV / Association suisse Crohn - collte ulcereuse Aarau Tel. 41/ Autres associations Federation des Stomises de France 76-78, rue Balard Paris Tel Information et Aide aux Stomises Hotel Dieu Lyon Cedex 02 Tel

7 Glossa ire Abces : suppuration Iocalisee (poche de pus) ; dans la maladie de Crohn par exemple, siege essentiellement autour des segments intestinaux leses ou dans la region du rectum et de l'anus. Acides amincs : unites de base constituant les protides ; c' est sous forme d'acides amincs que les protides peuvent ihre absorbes par l'intestin. Absorption : passage des produits de la digestion dans Ie sang et la Iymphe. A lieu essentiellement dans l'intestin grele, sauf pour une partie des liquides et des sels mineraux qui sont absorbes dans Ie colon. AINS : medicament anti-inftammatoire non steroldien (plus Ie 30 specialites) ; actif dans l'inftammation et Ies douleurs en general, mais parfois mal supporte dans Ies maladies inflammatoires chroniques Ie I'intestin. Anastomose : retablissement de la continuite (raccordement) entre deux segments, du tube digestif par exemple, qui ont ete scpares par la resection d'un segment intermediaire. Anatomopathologie : etude des alterations des organes et des tissus. AnU8 : orifice terminal du tube digestif, intermediaire entre Ie rectum et la peau, entoure par un anne au musculaire (sphincter anal) qui assure l'evacuation volontaire des selles. Assistance nutritive : ensemble de techniques visant it completer ou it remplacer I' alimentation normale, utilisant soit la voi.e digestive (alimentation enterale) soit Ia voie veineuse (alimentation parenterale). Biopsie : preievement d'un fragment de tissu pour examen sous Ie microscope.

8 148 Maladie de Crohn et rectocolite hemorragique Caecum : cui de sac initial du oolon dans lequel s'abouche l'ileon et auquel se rauache I'appendice. Caleuls : concretions pierreuses formees par des substances qui sont normalement dissoutes dans I'organisme (exemple : calculs biliaires, calculs urinaires). La presence de calculs est une lithiase. Catheter : sonde fine introduite dans un conduit pour en evacuer Ie contenu ou y injecter un liquide. Cholangite sclerosante : in1lammation des canaux du foie evoluant lentement vers un retrecissement de ces canaux qui gene l'ecoulement de la bile et peut provoquer une jaunisse, complication exceptionnelle de la rectocolite hemorragique. Colectomie : ablation chirurgicale du colon ou d'une partie du colon. COlon ou gros inte8tin : segment du tube digestif s' etendant de l'ileon a I'anus. Le rectum en est la partie terminale mais est souvent considere comme un segment particulier du fait de certains problemes medicaux ou chirurgicaux qui lui sont propres. Coloscopie : examen direct du oolon et parfois de I'ileon terminal a l'aide d'nn fibroscope introduit par I'anus. Corticoides (ou corticolteroides) : medicaments derives de la cortisone, hormone secretee par lea glandes surrinales. Diverticulose ou maladie divertieulaire : maladie caracterisee par la presence, dans Ie oolon, de nombreux diverticules, petites poches anormales, termineea en cui de sac qui, dans une minorite de cas seuiement, peuvent s'infecter ou saigner. Duodenum. : premiere partie de I'intestin grele faisant suite a l'estomac. Doigts bippocratiques : deformation en "bagueue de tambour" de l' extremite des doigts. CeUe anomalie peut s' observer en dehors de la maladie de Crohn, dans des affections respiratoires par exemple. Dysplasie : modification des celluies d'une muqueuse temoignant d'une evolution possible vers un cancer. Echograpbie : methode d'exploration mettant a profit les echos renvoyes par un organe apres emission d'uitra-sons ; n'utilise pas de source de rayons X. Endoscopie : examen permettant d'explorer directement I'interieur d'un organe creux, par exemple Ie tube digestif. CoI08lomie : abouchement chirurgical d'un segment colique a travers la paroi de l' abdomen (est une variete d'anus artificiel).

9 Glossaire 149 Epidemiologie : autrefois, etude des epidemies ; actuellement, etude des variations quantitatives et qualitatives des differentes maladies en fonction d'un certain nombre de facteurs (alimentation, environnement, localisation geographique, etc.). Eslomac : segment du tube digestif, situe entre I'resophage et l'intestin grele, oll les aliments sont fraetionnes et oii commence leur digestion. Exerese : voir Resection. Fibres alimenlaires : en principe, parties non digerees dans l'intestin grele des aliments d'origine vegetale et qui, de ce fait, contribuent a augmenter Ie volume des selles, dont eues facilitent l' evacuation chez I'individu bien portant. Fissure : plaie etroite plus ou moins profonde. Fistule : trajet anormal par lequelle contenu d'un organe peut s'ecouler dans un autre organe ou a I'exterieur a travers la peau. Gastroenterite : au sens propre "inflammation de l'estomac et de l'intestin grele" ; Ie plus souvent employe pour des troubles digestifs passagers sans cause reconnue. Gastroscopie : examen direct de l' estomac par I'intermediaire d'un fibroscope, qui explore en meme temps I'resophage et Ies premiers segments du dodenum. Genetique : discipline scientifique ayant pour objet I'etude des genes, supports de l'hercdite. Dne maladie est dite genetique lorsqu' elle est liee a la presence d'un gene particulier. Ce gene peut avoir etc transmis par un parent, ou par les deux, la maladie est dite alors familiale ou hereditaire. Dne modification genique peut aussi etre spontance, constituce aux premiers stades de la vie embryonnaire. Dans les deux cas, Ia maladie peut etre transmise a la descendance. Glucides ou hydrates de carbone font partie des aliments de base representes par les sucres et I'amidon. Glucose : sucre simple (par exemple, Ie sucre de raisin). Le sucre de notre consommation com"ante (ou saccharose) ne peut etre absorhc par l'intestin que s'il est scinde en ses deux composants dont Ie glucose. Granulome : lesion histologique ressemblant a un petit grain, se presentant comme un amas de cellules inflammatoires d'un type particulier ; element important dans Ie diagnostic de maladie de Crohn mais inconstant. Histologie : etude au microscope des cellules et des tissus (examen histologi<iue des biopsies, par exemple). neo-colite : inflammation de I'ileon et du colon; forme la plus frcquente de la maladie de Crohn. neon : derniere partie de l'intestin greie qui s'abouche dans Ie colon.

10 ISO Maladie de Crohn et rectocolite hemorragique lleostomie : ahouchement chirurgical de I'.ileon a la peau. Immunologie : etude des moyens de defense de I'organisme. Incidence : nomhre de nouveaux cas d'une maladie apparus au cours d'une annee dans une population de habitants, la prevalence etant Ie nomhre de toutes les personnes vivantes atteintes de cette maladie dans une population de habitants. Inflammation : ensemble des reactions de I'organisme pouvant se traduire localement par : rougeur, chaleur, douleur et gonflement. Jejunum : deuxieme partie de l'intestin grele faisant suite au duodenum. Lactose : sucre contenu dans Ie lait et, en proportions variables, dans les produits lactes. Lavement baryte : examen radiographique apres opacification du colon par de la baryte introduite a I'aide d'une sonde mise en place dans l'anus. Lipides ou matieres grasses : sont J.'urigi.~e ~nimale (viandes, poissons, laitages) ou vegetale (huiles, fruits oleagineux) ; peuvent etre soit d'assaisonnement (beurre, margarine, huile) soit de constitution (contenus dans les aliments). Lithiase : voir Calculs. Megacolon toxique ou dilatation aigue du colon se traduisant par une atteinte severe de l' etat general et un risque de perforation colique ; s'observe dans la recto co lite hem orr a gique plus souvent que dans la maladie de Crohn. Muqueuse : membrane tapissant la face interne des organes creux. Nutriments : partie assimilable des aliments ingeres. OcclU8ion : obstruction de l'intestin provoquant l' arret des matieres et des gaz. <Esophage : premiere partie du tube digestif reliant la bouche a I' estomac. Pancolite : inflammation de la totalite du colon, du caecum au rectum compris. Pancreas : glande abdominale qui secrete dans Ie sang de nombreuses hormones, dont I'insuline, et excrete dans Ie duodenum Ie suc pancreatique dont Ie role est essentiel dans la digestion des aliments. Perforation: plaie qui traverse la paroi d'un organe creux et s'ouvre dans lte tio~!!e!!yl)isinants.

11 Glossaire 151 Peritonile : inflammation du peritoine (fine memhrane entourant la face externe des organes ahdominaux de l'appareil digestif) ; Ie plus souvent aigue, necessitant alors une intervention chirurgicale. Poche: - poche externe : reservoir souple en matiere plastique applique a la peau autour d'une stomie, - poche interne : reservoir confectionne par Ie chirurgien a partir de l'organe lui-meme et situe a l'interieur de l'organisme. Polype : tumeur benigne ou maligne developpee a l'interieur d'un organe creux, Ie plus souvent Ie colon (voir aussi pseudo-polypes). Posologie : etude des doses de medicaments a prescrire. Pouchite : inflammation du reservoir ileal (poche) mis en place lors de certaines interventions chirurgicales (ileostomie continente, anastomose ileo-anale) et simulant une rechute de la rectocolite hemorragique operee. Prevalence: voir Incidence. Proctite : atteinte inflammatoire du rectum (synonyme de rectite). ProctocolectOlnie : ahlation chinu gicale du colon et du rectum. Protides ou proteines : font partie des aliments de hase et ont une douhle fonction : apportent des calories et fournissent la matiere constitutive des tissus de l'organisme ; peuvent etre soit d'origine animale (viandes, poissons, amfs, produits lactes) soit d'origine vegetale (legumes secs, cereales). Pseudopolypes : formations saillant a l'interieur du colon et du rectum temoignant, au COlU S de la mala die de Crohn et de la rectocolite hemorragique, d'une tendance a la cicatrisation ; n' evoluent pas vers un cancer. Rectite : atteinte inflammatoire du rectum. Rectorragie : perte de sang rouge par l'anus. Rectoscopie : examen direct du rectum a l'aide d'un endoscope introduit par l'anus. Rectmn : partie terminale du colon en amont de l'anus (voir Colon). Regimes d' epargne intestinale : en principe, destines a assurer une digestion et une ahsorption plus facile, "economisant" les fonctions digestives. Strict, il n'est a prescrire que pour des durees hreves, car il est desequilihre (pauvre en fruits, en legumes et souvent en graisses). Convient a la preparation a certains examens, aux periodes de diarrhee severe et a certaines phases de la convalescence post-operatoire.

12 152 Maladie de Crohn et rectocolite hemorragique Regime leger (ou regime d'epargne "eiargi.") : regime proche d'un regime normal mais restreint en fibres. Peut etre suivi en permanence. Destine Ii eviter les fermentations intestinales, Ie reflux ("brulures d'estomac") il convient Ii la majorite des maladies de Crohn et des rectocolites hemorragiques. A modifier selon les tolerances individuelles. Resection : operation chirurgicale consistant a enlever un organe en partie ou en totalite. Synonymes : ablation, exerese. Scanner : appareil permettant de visualiser sur des plans de coupes etages les differentes parties des organes en fonction de leur densite aux rayons X (synonyme: tomodensitometrie). Sigmoi'de : segment terminal du colon gauche, en forme de S, d'ou son nom. Sphincter : anneau musculaire dont la fonction est de regler I'ouverture et la fermeture d 'un orifice naturel (dans Ie tube digestif Ie sphincter anal ala particularite d'etre partiellement tributaire de la volonte). Stenose: diminution de calibre ou retrecissement plus ou moins serre d'un conduit (colon ou grele par exemple). Steroidien : abrege de corticosreroi' dien, voir "corticoi'des". Stomatherapeute : infirmier specialise dans les problemes relatifs aux stomies (par exemple, ileostomies et colostomies). Stomie : ouverture chirurgicale d'un segment du tube digestif avec abouchement a la peau. Subocclusion : occlusion incomplete. Transit du grele : examen radiographique de l'intestin grele apres absorption de baryte par la bouche. Ulceration : lesion d'une muqueuse, ou de la peau, determinant une perte de substance, une plaie. Valvule de Bauhin : repli muqueux en forme de valve, situe entre l'iloon et Ie colon et empechant Ie contenu du colon de refluer dans I'ileon. Spondylarthrite (ankylosante) inflammation des articulations des vertebres provoquant une raideur de la colonne ; parfois associee Ii la rectocolite hemorra,tique ou Ii la maladie de Crohn.

13 Index A Ahces, traitement des, 66 Acides gras essentiels, 116 Acides gras satlll'es, 116 Adolescents, denutrition, 92 problemes relationnels, 92-93, pronostic, retard de croissance, 92 scolarite, symptomes, Alimentation normale, aliments (besoins et composition), Articulations et maladie de Crohn, 48 et rectocolite hemorragique, 74 ASA (5 et 4),30 dans la mala die de Crohn, 60 dans la rectocolite hemorragique, Associations ileostomises, 146 mala die de Crohn et recto co lite hemorragique, Assurance-vie, B,C Biopsies, 10, Cancer et maladie de Crohn, 54 et rectocolite hemorragique, Colite (voir Colopathie spasmodique) Colopathie spasmodique, 51, 100 Coloscopie, 10 et mala die de Crohn, 50 et rectocolite hemorragique, 75 Contraception, 18,98 Cortico'ides, corticodependance, 38 corticoresistance, 37 effets secondaires, et maladie de Crohn, 60, 62 mode d'action, prescription, et rectocolite hemorragique, 81-82

14 154 Maladie de Crohn et rectocolite hemorragique Crohn (maladie de), biopsies, 10, 12-13,50 complications, anales,54-55 traitement des, 66 intestinales,52-54 non intestinales, diagnostic, evolution, frequence, siege, symptomes,46-49 traitement chirurgical, activite professionnelle, 68 derivations, 63 indications, recidives apres, resections, traitement medical, 28-40,59-60 o Denutrition, 130, 132 enfant et adolescent, 92 maladie de Crohn, 55 Diarrhees,50-51 regime des, Dietetique, alimentation normale, ileostomises, lait, regimes, corticoldes,37,129 diarrhees, riche en fibres, vitamines, ~ E Echographie, 12 et abces, 54 Enfants,91-97 voir Adolescents voir Maternite F Fibres alimentaires, , Fistule, traitement des, 61, 66 Flagyl,30-31 et maladie de Crohn, 60 G Gastroscopie, 10 Genetique, I Ileostomies adaptation a, adolescent, 96 associations, 146 et maladie de Crohn, et rectocolite hemorragique, Immunologie, Immunosuppresseurs, et maladie de Crohn, 60 et rectocolite hemorragique, 83 Imurel, L Lavement baryte, 11 Lesions CiiLa.:u.~~~ et maladie de Crohn, 48 et rectocolite hemorragique, 74 Lesions oculaires et maladie de Crohn, 48 et rectocolite hemorragique, 74

15 Index 155 M Maladies inflammatoires chroniques de l'intestin, 1-4 adolescent, assistance nutritive, causes, alimentation, facteur familial, facteur genetique, immunologie, infection, maternite, medicaments dans, perspectives d'avenir, psychisme, regimes, Maternite, Megacolon toxique, 61,76-77 traitement du, N,P Nutrition artiflcielle, enterale, 131 parenterale, Pentasa, voir ASA Placebo, Problemes psychologiques, adolescents, culpabilite, , ileostomises, information XI-XII, maladies chroniques, 102 psychotherapie, stress, voir Temoignages Q,R Questran, 59 Rectite hemorragique, 71, 74 traitement chirurgical, 83 traitement medical, 8-83 Rectocolite hemorragique, complications, cancer colo-rectal, cholangite sclerosante, 78 megacolon toxique, diagnostic, evolution, frequence, 70 siege, symptomes, traitement chirurgical, anastomose ileo-anale, anastomose ileo-rectale, coloproctectomie, 85 ileostomie continente, ileostomie conventionnelle, indications, traitement medical, 28-40, Rectoscopie, 9-10 et rectocolite hemorragique, 75 s Salazopyrine, intolerance, 29 lactation, 29 maladie de Crohn, 60 rectocolite hemorragique, spermatozoldes, 29, 97 Scanner, 12 et abces, 54 Service Social, Sigmoldoscopie, 10 Stenose, stricturoplastie, traitement chirurgical, 61 Stricturoplastie, 65-67

16 156 Maladie de Crohn et rectocolite hemorragique T Tahac,18 TeIDo~ages,99, Transit du grele, 11, 50 Tube digestif, 5-9 anatornie, 5-7 explorations, 9-12 endoscopie,9-10 radiologie, 11 fonction, 8-9 Mi... ""rtuft. ~ I.oprinu. Paris Imprusiun rt rlniti... Imprimori. Salnt.PauI Bar Ie Due DipOt JOpI : janvier N"

La prise en charge de votre maladie de Crohn

La prise en charge de votre maladie de Crohn G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie de Crohn Vivre avec une maladie de Crohn Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis

Plus en détail

Digestive. Patho Chir

Digestive. Patho Chir Digestive Patho Chir gastroscopie colonoscopie Abdomen à blanc normal Pas bon Bon Abdomen couplé a un thorax air sous coupoles signe d une perforation Abdomen à blanc couché Abdomen à blanc sur le coté

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit

INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit 31, AVENUE DE L ABBAYE 91330 YERRES 01 69 48 48 13 INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit Madame, Monsieur, Cette brochure est destinée à répondre à la plupart

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du pancréas

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du pancréas G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du pancréas Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de l estomac

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de l estomac GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer de l estomac Janvier 2012 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer de l estomac,

Plus en détail

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble)

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Jeanne 23 ans, étudiante, fumeuse, appendicectomisée Tableau de TFI depuis 3 ans Mais : amaigrissement de 5 kgs en 3 mois état subfébril le soir 6 selles liquides

Plus en détail

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS Pour mieux comprendre le rôle des différents composants de notre alimentation, Oh!Céréales vous livre l essentiel sur les nutriments. Les calories Calories : c est l unité de mesure

Plus en détail

Préparation intestinale en chirurgie colique chez le grand enfant

Préparation intestinale en chirurgie colique chez le grand enfant Préparation intestinale en chirurgie colique chez le grand enfant 1. Rappel : anatomie et physiologie du côlon Le côlon fait suite à l intestin grêle et se termine au niveau du rectum. Il forme un cadre,

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer colorectal Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE

PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE SERVICE D'ENDOCRINOLOGIE-NUTRITION DIABETOLOGIE ET MEDECINE INTERNE Unité d'education du Diabète Unité de soins : 03.82.55.89.35 Secrétariat : 03.82.55.89.22 FAX : 03.82.55.89.18 PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE

Plus en détail

L ALIMENTATION AU COURS DES DIFFERENTES PATHOLOGIES ET CHIRURGIES DU TUBE DIGESTIF

L ALIMENTATION AU COURS DES DIFFERENTES PATHOLOGIES ET CHIRURGIES DU TUBE DIGESTIF L ALIMENTATION AU COURS DES DIFFERENTES PATHOLOGIES ET CHIRURGIES DU TUBE DIGESTIF Principes de la réalimentation Réintroduction progressive des aliments en tenant compte: des quantités de la qualité nutritionnelle

Plus en détail

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez Énergie et nutrition Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez L alimentation dans le monde Bcp de maladies liées à notre type d alimentation Malnutrition Excès ou carence de nutriments

Plus en détail

Atelier n 4 : Que devient le pain une fois mangé?

Atelier n 4 : Que devient le pain une fois mangé? Atelier n 4 : Que devient le pain une fois mangé? 1. OBJECTIFS. - Comprendre le fonctionnement du système digestif. - Pouvoir expliquer le trajet réalisé par le pain après sa mise en bouche. - Découvrir

Plus en détail

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Une technique chirurgicale Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la cholécystectomie? C est l intervention chirurgicale pratiquée pour enlever la vésicule biliaire.

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF 17.10.08 Dr Frant Gérontologie LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF I)La bouche et l'oropharynx A)Les dents B)Les glandes salivaires C)La langue D)Les troubles de la déglutition II)L'oesophage III)L'estomac

Plus en détail

d un diététicien à propos des maladies inflammatoires de l intestin? Dr Arnaud Colard CHC, Liège

d un diététicien à propos des maladies inflammatoires de l intestin? Dr Arnaud Colard CHC, Liège Qu attend un gastroentérologue de la collaboration d un diététicien à propos des maladies inflammatoires de l intestin? Dr Arnaud Colard CHC, Liège Réponses! 1. Connaissance des MICIs 2. Connaissance de

Plus en détail

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF.

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF. LA DIGESTION Les aliments ingérés ne peuvent être utilisés tels quels par l organisme. Ils doivent être simplifiés par l appareil digestif en nutriments assimilables, et ce au cours de la digestion. Digestion

Plus en détail

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Le système digestif

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Le système digestif Notes d'études secondaires Sciences et technologie 316 Le système digestif Nom: Prénom: Groupe: Date: Classification des nutriments: 1) Protéines (protéïdes ou protides) 2) Glucides : Sucres 3) Lipides

Plus en détail

ENDOSCOPIE ECHOGRAPHIE PROCTOLOGIE. Docteur Philippe NAVARRO

ENDOSCOPIE ECHOGRAPHIE PROCTOLOGIE. Docteur Philippe NAVARRO ENDOSCOPIE ECHOGRAPHIE PROCTOLOGIE Docteur Philippe NAVARRO ANCIEN INTERNE DES HOPITAUX CHEF DE CLINIQUE A LA FACULTE 13.1.12597.3.C ------ Les Terrasses de Bonneveine Bât B - 141 Avenue de Hambourg -

Plus en détail

Maladies inflammatoires de l intestin

Maladies inflammatoires de l intestin JEANNEY Marie et MAGNENET Pauline. Cours de lundi 30 de 10h30 à 12h Maladies inflammatoires de l intestin Maladie de Crohn (MC) et rectocolite hémorragique (RCH) Incidence 10/100.000 (MC 6/RCH 4) ~ 3000

Plus en détail

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un Fiche de révision fin d'année 4 eme primaire Complète les phrases suivantes: 1- L'absorption des aliments digère à lieu à travers. 2- Les amidons sont digères par 3- La.. est la transformation des aliments.

Plus en détail

Reflux gastro-oesophagien

Reflux gastro-oesophagien Reflux gastro-oesophagien Définition: reflux de sécrétions acides de l estomac vers l œsophage Epidémiologie: > 10% de la population Etiologie: - incontinence de la barrière œsogastrique - facteurs favorisants:

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance 93340 LE RAINCY Tél. 01 43 81 75 31 VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015 Prévention des cancers digestifs Le cancer

Plus en détail

MALADIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L INTESTIN. Dr Nina DIB CHU Angers 26/03/2015

MALADIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L INTESTIN. Dr Nina DIB CHU Angers 26/03/2015 MALADIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L INTESTIN Dr Nina DIB CHU Angers 26/03/2015 Deux entités Maladie de Crohn (MC) Recto-colite hémorragique (RCH) 1-2 patients? < 5 patients? 5-10 patients? Epidémio

Plus en détail

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche.

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche. Colectomie gauche Avant l'intervention: Pour certains chirurgiens, la préparation a l'intervention débute 5 à 7 jours avant l'hospitalisation par un régime pauvre en résidu (restreint en fibres). La veille

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

MALADIES DU FOIE ET DE L APPAREIL DIGESTIF. Docteur Philippe NAVARRO

MALADIES DU FOIE ET DE L APPAREIL DIGESTIF. Docteur Philippe NAVARRO MALADIES DU FOIE ET DE L APPAREIL DIGESTIF ENDOSCOPIE ECHOGRAPHIE PROCTOLOGIE Docteur Philippe NAVARRO ANCIEN INTERNE DES HOPITAUX CHEF DE CLINIQUE A LA FACULTE 13.1.12597.3.C ------ Les Terrasses de Bonneveine

Plus en détail

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie Des réponses à vos questions Introduction A quoi sert la vésicule biliaire? La vésicule biliaire est un petit sac d environ 10 cm de longueur. Elle

Plus en détail

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Vous allez être opéré(e) prochainement de votre maladie de reflux gastro-œsophagien, de votre hernie hiatale par laparoscopie. Ce document est destiné

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

1. L appareil digestif chez l homme.

1. L appareil digestif chez l homme. 1. L appareil digestif chez l homme. Beaucoup d êtres vivants nous entourent, tous se caractérisent par des propriétés et des caractères communs. comme la nutrition le transport la respiration l excrétion

Plus en détail

Jean-Luc Darrigol. Tous les moyens naturels pour vaincre. La constipation. Hygiène vitale. Aliments stimulant le transit. Plantes médicinales

Jean-Luc Darrigol. Tous les moyens naturels pour vaincre. La constipation. Hygiène vitale. Aliments stimulant le transit. Plantes médicinales Jean-Luc Darrigol Tous les moyens naturels pour vaincre La constipation Hygiène vitale o Aliments stimulant le transit o Plantes médicinales o Compléments alimentaires Le tube digestif : anatomie et physiologie

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

L APPAREILLAGE DES FISTULES ENTERO CUTANEES

L APPAREILLAGE DES FISTULES ENTERO CUTANEES L APPAREILLAGE DES FISTULES ENTERO CUTANEES Mme GANDOSSI Yannick Infirmière Réanimation Chirurgicale Digestive Hôpital St ANTOINE PARIS Je travaille à l hôpital St Antoine en réanimation chirurgicale digestive

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

NOTICE. SUPPOSITOIRE A LA GLYCERINE GIFRER NOURRISSONS, suppositoire Glycérol

NOTICE. SUPPOSITOIRE A LA GLYCERINE GIFRER NOURRISSONS, suppositoire Glycérol NOTICE ANSM - Mis à jour le : 12/11/2013 Dénomination du médicament Encadré SUPPOSITOIRE A LA GLYCERINE GIFRER NOURRISSONS, suppositoire Glycérol Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

La gastrostomie endoscopique percutanée

La gastrostomie endoscopique percutanée La gastrostomie endoscopique percutanée Définition: Gastros: estomac Stomie: ouverture à la peau Percutanée: on traverse la peau Endoscopique: on va voir à l intérieur de l estomac avec un endoscope technique

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fissure anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES. Assurance individuelle

GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES. Assurance individuelle GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES Assurance individuelle TABLE DES MATIÈRES À propos du guide... 4 Conditions médicales Accident vasculaire cérébral (AVC)...5 Accident ischémique transitoire (AIT)...5

Plus en détail

LE CÔLON ET LE RECTUM

LE CÔLON ET LE RECTUM LE CÔLON ET LE RECTUM LE CÔLON ET LE RECTUM Le côlon et le rectum forment ensemble le gros intestin et assurent des fonctions essentielles dans les dernières étapes de la digestion. La digestion commence

Plus en détail

La digestion chimique

La digestion chimique SBI3U La digestion chimique Les aliments sont réduits mécaniquement en particules plus petites ils sont soumise à l action de substances chimiques et des enzymes les molécules complexes deviennent des

Plus en détail

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon Amélie BARRE DES hépato-gastro ANATOMIE PHYSIOLOGIE : absorption Duodéno-jéjunale : eau (44%) électrolytes (Na 13%, K, Ca, Mg) glucides,

Plus en détail

Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie

Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie 1 Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie 2 L'estomac humain L'estomac est un organe qui fait partie de l'appareil digestif. Il est en forme de poche, et il est situé entre l'œsophage en haut, et le duodénum

Plus en détail

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN CLINIQUE SAINT-JOSEPH rue de Hesbaye 75 B-4000 Liège Tél. 04 224 81 11 Fax 04 224 87 70 Service de chirurgie digestive Tél. 04 224 89 00-04 224 89 01 de 8h à 18h,

Plus en détail

Définition et Généralités

Définition et Généralités LE CANCER PRIMITIF DU COLON Docteur Jean-Baptiste Bachet, fédération des pathologies digestives, Hôpital Ambroise Paré, APHP, Boulogne Billancourt & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

NUTRITION À DOMICILE. V. PHILIP Pharmacie des Dispositifs Médicaux Stériles CHU DE BORDEAUX

NUTRITION À DOMICILE. V. PHILIP Pharmacie des Dispositifs Médicaux Stériles CHU DE BORDEAUX NUTRITION À DOMICILE V. PHILIP Pharmacie des Dispositifs Médicaux Stériles CHU DE BORDEAUX 1 Rappel anatomique 2 DÉNUTRITION Dénutrition: se définit par des apports ou des stocks énergétiques ou protéiniques

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive

Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Dampremy 9 janvier 2010 Prescription d imagerie par le médecin généraliste à 22% de ses patients;

Plus en détail

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes Le dépistage organisé du cancer colorectal Présentation aux médecins généralistes Sommaire Pourquoi cette réunion? Les conditions de la généralisation La dynamique en France Les acteurs du dépistage organisé

Plus en détail

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin PARLONS CANCER Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin QUELQUES DONNÉES Selon l Association canadienne du cancer colorectal, le cancer colorectal constitue la deuxième cause de décès par

Plus en détail

L alimentation : Comment bien se nourrir?

L alimentation : Comment bien se nourrir? Sciences Andrée Otte L alimentation : Comment bien se nourrir? Chaque jour, on a besoin de manger et de boire : l alimentation est indispensable à la vie. Une bonne alimentation est l une des clés essentielles

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

Dr BOGGIO Les fonctions du système digestif 2.2 S1 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015

Dr BOGGIO Les fonctions du système digestif 2.2 S1 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 1 Dr BOGGIO Les fonctions du système digestif 2.2 S1 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 10 Les processus digestifs Ingestion : introduction de nourriture dans

Plus en détail

Alimentation Les groupes d aliments

Alimentation Les groupes d aliments Alimentation Les groupes d aliments Au nombre de sept, les groupes d aliments permettent une classification simplifiée des aliments. Ce classement se fait par leurs teneurs en nutriments (protéines, lipides,

Plus en détail

Cancer Du Sein Cancer Du Sein

Cancer Du Sein Cancer Du Sein Cancer Du Sein Canal normcanal normal Le cancer est une maladie de la cellule. Il arrive parfois qu une cellule se multiplie de manière incontrôlée pour former une masse appelée «tumeur». Si une tumeur

Plus en détail

La digestion. Permettent transformation glucides _>mono saccharide. Permettent transformation Protéine -> En acide aminé

La digestion. Permettent transformation glucides _>mono saccharide. Permettent transformation Protéine -> En acide aminé La digestion Cours de Mme Forcellino, le 8 Septembre 2009 L objectif ultime de la digestion est de fournir de l énergie grâce à l ATP (molécule d'adénosine Tri-Phosphate) ATP : molécule organique qui stocke

Plus en détail

L'EQUILIBRE ALIMENTAIRE LES MACRONUTRIMENTS : LES GLUCIDES

L'EQUILIBRE ALIMENTAIRE LES MACRONUTRIMENTS : LES GLUCIDES LES MACRONUTRIMENTS : LES GLUCIDES Les Glucides sont la source d'énergie par excellence de l'organisme. Ils sont dégradés en glucose par l'organisme au cours de la digestion. On distingue 2 catégories

Plus en détail

ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. I/Comportements alimentaires et satisfaction des besoins.

ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. I/Comportements alimentaires et satisfaction des besoins. ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. I/Comportements alimentaires et satisfaction des besoins. Introduction : Bien manger : une simple complication! Simple parce que manger varié et le garant d une bonne santé

Plus en détail

Lubentyl, gelée orale en pot cire paraffinique, paraffine liquide, paraffine solide

Lubentyl, gelée orale en pot cire paraffinique, paraffine liquide, paraffine solide NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Lubentyl, gelée orale en pot cire paraffinique, paraffine liquide, paraffine solide Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

Moi ou mon enfant sous cortisone

Moi ou mon enfant sous cortisone Moi ou mon enfant sous cortisone Quelles conséquences? Isabelle Koné-Paut Pédiatrie Générale, Rhumatologie CHU de Bicêtre 94270 Le Kremlin-Bicêtre La cortisone, une hormone H H Organe 1 Organe 2 H Sang

Plus en détail

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie Dr Laurence PLUMEY LE GR AND LIVRE DE L ALIMENTATION Connaître les aliments Bien se nourrir à tout âge de la vie, 2014 ISBN : 978-2-212-55740-4 Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation Table des

Plus en détail

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE Objectifs de ce document : Vous expliquer l intervention Vous informer sur les risques de cette chirurgie Répondre aux principales questions que vous pouvez vous poser.

Plus en détail

CPRE: principe duodénoscope

CPRE: principe duodénoscope CPRE: indications Le cathétérisme endoscopique bilio-pancréatique peut être utile pour déterminer l origine de troubles hépatiques comme l'apparition d'un ictère (jaunisse), de douleurs abdominales, de

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

La Polypose Adénomateuse Familiale. Brochure d'info pour les patients et leur famille

La Polypose Adénomateuse Familiale. Brochure d'info pour les patients et leur famille La Polypose Adénomateuse Familiale Brochure d'info pour les patients et leur famille Sommaire Introduction Introduction...........................................3 Qu est-ce que la Polypose Adénomateuse

Plus en détail

HÉMORROÏDES HEMORROÏDES. J'ai des Hémorroïdes douloureuses. Dr MIMIESSE Jile D.E.S d Hépato- gastro- entérologie CHU de Brazzaville

HÉMORROÏDES HEMORROÏDES. J'ai des Hémorroïdes douloureuses. Dr MIMIESSE Jile D.E.S d Hépato- gastro- entérologie CHU de Brazzaville HEMORROÏDES J'ai des Hémorroïdes douloureuses Dr MIMIESSE Jile D.E.S d Hépato- gastro- entérologie CHU de Brazzaville 1 De quoi s agit-il? C est une affection connue depuis la plus haute antiquité. Les

Plus en détail

n 18 de la micronutrition Dossier : Les quatre secrets pour mieux protéger ses artères

n 18 de la micronutrition Dossier : Les quatre secrets pour mieux protéger ses artères n 18 Dossier : Les quatre secrets pour mieux protéger ses artères Édito Protéger ses artères : trop d information tue l information Stopper les graisses, faire baisser le cholestérol, perdre du poids,

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Le glaucome est défini comme une augmentation de pression dans l œil (appelée pression intraoculaire ou PIO) qui cause une dégénérescence du nerf optique

Plus en détail

-~w. les macm nuir\(y\qf1ts. Les rsaerenutrlments. les glucldes

-~w. les macm nuir\(y\qf1ts. Les rsaerenutrlments. les glucldes -~w les macm nuir\(y\qf1ts Les rsaerenutrlments Les macronutriments sont les nutriments dont nous avons besoin chaque jour en quantite relativement importante. L'eau est un macronutriment, tout comme les

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE HEMORROIDAIRE SELON LA TECHNIQUE LONGO A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE HEMORROIDAIRE SELON LA TECHNIQUE LONGO A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE HEMORROIDAIRE SELON LA TECHNIQUE LONGO A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une hémorroïdectomie par l équipe chirurgicale des docteurs

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007

Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007 Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007 sommaire Introduction : Problématique de la stomie Rôle infirmier Différents types de stomies Indications et complications Vie du stomisé conclusion Problématique

Plus en détail

LA PANCRÉATOGRAPHIE. Information pour la clientèle. Pour vous, pour la vie

LA PANCRÉATOGRAPHIE. Information pour la clientèle. Pour vous, pour la vie LA PANCRÉATOGRAPHIE Information pour la clientèle Pour vous, pour la vie Ce dépliant a été conçu pour vous donner des informations plus précises sur l examen que vous subirez, la cholangiopancréatographie

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

DIGESTIF Troubles du transit. Troubles du transit

DIGESTIF Troubles du transit. Troubles du transit 17/02/2014 HARIGNORDOQUY Margot L2 Digestif Pr. JC. Grimaud Relecteur 6 6 pages Troubles du transit Plan A. La constipation II. Interrogatoire III. Examen clinique et para clinique B. La diarrhée II. L'interrogatoire

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 29/02/2012 Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-11470 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Nicolaý, de Lanouvelle

Plus en détail

Sémiologie digestive pédiatrique. jean-pierre.hugot@rdb.aphp.fr

Sémiologie digestive pédiatrique. jean-pierre.hugot@rdb.aphp.fr Sémiologie digestive pédiatrique jean-pierre.hugot@rdb.aphp.fr Troubles du transit intestinal Analyse du transit Selles de consistance normale Moulées Molles (sein, hydrolysats de protéines) Marron si

Plus en détail

LA GASTROPLASTIE VERTICALE CALIBREE AVEC RESECTION GASTRIQUE OU SLEEVE GASTRECTOMIE Sleeve signifie manche ou manchette. C est ainsi que l on nomme cette résection (ablation) de l estomac qui enlève environ

Plus en détail

LES BIOMOLÉCULES DE NOS ALIMENTS

LES BIOMOLÉCULES DE NOS ALIMENTS 3 Objectifs : LES BIOMOLÉCULES DE NOS ALIMENTS la structure des polymères sera présentée schématiquement à partir d'exemples de glucides et de protéines définir le terme dimère à partir d'exemples glucidiques

Plus en détail

Recommanda)ons+ECCO+ Nouveautés+2014?+

Recommanda)ons+ECCO+ Nouveautés+2014?+ Recommanda)ons+ECCO+ Nouveautés+2014?+ - Enfants! - Adolescents! - Grossesse! Recommanda)ons+à+part+en)ère++ Maladie+de+Crohn++ GT1+:+diagnos)c+et+classifica)on++ L imagerie en coupe (IRM/scanner) et

Plus en détail

LES EXAMENS EN GASTRO-ENTEROLOGIE

LES EXAMENS EN GASTRO-ENTEROLOGIE GASTRO-ENTEROLOGIE LES EXAMENS EN GASTRO-ENTEROLOGIE I - EXAMENS ENDOSCOPIQUES A - LA FIBROSCOPIE ŒSOGASTRODUODENALE (FOGD) 1) DEFINITION Encore appelée fibroscopie gastrique. Examen endoscopique. Il permet

Plus en détail

La recto-colite hémorragique

La recto-colite hémorragique La recto-colite hémorragique La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous

Plus en détail

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail