Annexe : assurance-vie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Annexe : assurance-vie"

Transcription

1 Annexe : assurance-vie A propos des contrats d'assurance-vie A l'occasion de la souscription d'un contrat d'assurance-vie, Ie malade se trouve parfois surpris par l' attitude du banquier ou de l' assureur quand la mala die est stabilisee depuis des annees, qu'il ne prend plus de medicaments et qu'apres un contact initial, d'abord engageant, avec I'agent d'assurances, il se voit proposer une surprime ou opposer un refus "parce que Ie risque est trop grand". Est-ce que la maladie est plus grave que Ie medecin ne l' avait laisse entendre? En fait, les assurances, qui ne sont pas des entreprises philantropiques, ont une appreciation du risque differente de celie de la medecine. Un exemple simple illustre la divergence des points de vue : dans la population suisse, Ie risque de mortalite d'un homme d'environ 30 ans, "sain, sans maladie notable", a pu etre evalue a 1 pour mille par annee. Or, pour une personne du meme age atteinte de rectocolite hemorragique, ce risque est estime a 2 pour mille (M.L. Hefti - Sweiz Med. Wschr, 1988). En medecine, une telle modification serait consideree comme negligeable ; mais, pour l'assureur, ce risque est Ie double de celui encouru par I'assure standard et une surprime pouvant atteindre 100 % est parfois demandee! Les propositions sont parfois plus nuancees : elles tiennent compte de baremes precis faisant intervenir differents criteres tels que l' ancien-

2 142 Maladie de Crohn et rectocolite hemorragique nete de la maladie (susceptible parfois de "diminuer" Ie risque), la nature du traitement suivi, etc. ; mais elles dependent aussi de la compagnie d' assurance et de son mooecin-conseil. Alors, que faire sur Ie plan pratique? Le meilleur avis que l' on puisse donner, c'est de se renseigner aupres de compagnies d'assurances ou d'etablissements de credits differents, Ie refus par l'un n'impliquant pas necessairement un refus par l' autre, et Ie montant des primes demandees pouvant lui aussi varier. Dans ce domaine, les associations de malades pourraient avoir un role important it jouer et exercer une action efficace, en sensibilisant les assureurs. En effet, les haremes des assurances sont etablis avec un certain recul ; de plus, les statistiques ne sont pas faciles it interpreter dans ces maladies heaucoup plus rares que les affections cardiaques ou les cancers par exemple. Ainsi, en ce qui concerne Ie pronostic general des maladies inhammatoires chroniques de l'intestin, les estimations les plus recentes sont devenues plus favorahles et plus selectives, mais ne sont pas encore toutes prises en compte. Si, legitimement, les compagnies d'assurances estiment ne pas pouvoir augmenter les primes pour l' ensemhle de la population afin de prendre en charge Ie risque supplementaire des personnes malades, il serait tout aussi legitime qu' elles ne demandent pas une surprime pour toutes les personnes ayant une maladie inflammatoire chronique de l'intestin, puisque, dans les 2/3 ou les 3/4 des cas, Ie risque supplementaire encouru est faihle. A cote de l'assurance-vie, d'autres risques (incapacite de travail, invalidite) meriteraient egalement d'etre discutes. C'est une raison de plus pour justifier une demarche associative (voir pages 145 et 146).

3 Annexes: service social La contribution du service social Le service social est a la disposition des personnes hospitalisees ou venant en consultation ainsi qu'a celie de leur familie, pour les aider a resoudre certaines difficultes qui pourraient survenir a l' occasion de leur maladie ; il est amene de ce fait a intervenir dans plusieurs domaines. II a egalement un role d'information et peut orienter Ie cas echeant les malades vers les institutions ou les organismes competents, vers les services soeiaux speeialises (Caisse d' Allocations Familiales, Caisse Primaire d'assurance Maladie) ou polyvalents de secteur (mairie, quartier). II paralt evident que les prohlemes soeiaux engendres par la maladie de Crohn et la rectocolite hemorragique se rapprochent de ceux lies aux autres maladies d'evolution prolongee, avec la particularite qu'il s'agit souvent de personnes jeunes, en activite. e'est ainsi que les difficultes les plus courantes auxquelles les malades sont confrontes concernent la prise en charge lors Ie la sortie de l'hopital, parfois leur situation administrative et les consequences liees aux repercussions socioprofessiollnelles. En general, un premier contact s'etablit avec Ie mala Ie pendant son hospitalisation pour prevoir une cure Ie repos a la sortie de l'hopital ou pour organiser un retour a domicile avec (lifferentes aides. Le service social fait appel aux organismes competents en fonction de la demande et des hesoins du malade. II en existe plusieurs pouvant repondre a la

4 144 Maladie de Crohn et rectocolite hemorragique demande, mais toutes les personnes ne peuvent en beneficier. C'est pourquoi il convient d'etudier chaque situation individuellement. II s'agit essentiellement de mettre en place des aides menageres, des travaideuses famjliajes et du personnel para-medical afin de soulager les malades dans les taches quotidiennes s'ils Ie souhaitent. Un autre domaine d'intervention consiste a regulariser la situation administrative en etablissant des liaisons avec d'autres services specialises (Caisses de Securite Sociale, Agence Nationale Pour l'emploi, Assedic, Caisses d'allocations Familiales.. ). Le Service social intervient pour une prise en charge a 100 %, pour Ie versement des indemnites joumalieres, des prises en charge diverses ou des prestations supplementaires dans les organismes d'assurance maladie. n informe les malades de leurs droil8, par exemple : l' exoneration du ticket moderateur parfois non connue du malade... Dans certains cas, des demandes d'invalidite sont introduites. Par ailleurs, pour la population suivie par Ie service national, la question de I'emploi est souvent source de problemes. Quelquefois des demandes de reclassement professionnel sont deposees aupres de la COTOREP (Comission Technique d'orientation et de Reclassement Professionnel) ; ailleurs c' est Ie statut de travailleur handicape qui peut etre demande. De meme, Ie service social se met en rapport avec les employeurs et les medecins conseil pour des mi-temps therapeutiques ou pour des amenagements de poste de travail. Ces differentes demarches administratives sont longues et laborieuses pour les malades, c'est pourquoi Ie service social peut contrihuer a l'instmction des dossiers et en faciliter l' evolution. Une collaboration etroite entre medecin, personnel soignant, malade, famille et service social favorise les actions les mieux adaptees a chaque situation.

5 Annexes: associations Associations pour les maladies de Crohn et les rectocolites hemorragiques - association fram;aise : AFA I Association Fran~ois Aupetit Hopital Rothschild 33, boulevard de Pic pus Paris Cedex 12 TeL Fax

6 146 Associations pour les maladies de Crohn - autres associations francophones : Belgique (Wallonie) Association Crohn-RCUH 3, rue du Commerce 4219 Meeffe (Wasseiges) Tel. 081/ Luxembourg ALMC / Association Luxembourgeoise de la Maladie de Crohn BP Luxembourg Tel. 352/ Suisse SMCCV / Association suisse Crohn - collte ulcereuse Aarau Tel. 41/ Autres associations Federation des Stomises de France 76-78, rue Balard Paris Tel Information et Aide aux Stomises Hotel Dieu Lyon Cedex 02 Tel

7 Glossa ire Abces : suppuration Iocalisee (poche de pus) ; dans la maladie de Crohn par exemple, siege essentiellement autour des segments intestinaux leses ou dans la region du rectum et de l'anus. Acides amincs : unites de base constituant les protides ; c' est sous forme d'acides amincs que les protides peuvent ihre absorbes par l'intestin. Absorption : passage des produits de la digestion dans Ie sang et la Iymphe. A lieu essentiellement dans l'intestin grele, sauf pour une partie des liquides et des sels mineraux qui sont absorbes dans Ie colon. AINS : medicament anti-inftammatoire non steroldien (plus Ie 30 specialites) ; actif dans l'inftammation et Ies douleurs en general, mais parfois mal supporte dans Ies maladies inflammatoires chroniques Ie I'intestin. Anastomose : retablissement de la continuite (raccordement) entre deux segments, du tube digestif par exemple, qui ont ete scpares par la resection d'un segment intermediaire. Anatomopathologie : etude des alterations des organes et des tissus. AnU8 : orifice terminal du tube digestif, intermediaire entre Ie rectum et la peau, entoure par un anne au musculaire (sphincter anal) qui assure l'evacuation volontaire des selles. Assistance nutritive : ensemble de techniques visant it completer ou it remplacer I' alimentation normale, utilisant soit la voi.e digestive (alimentation enterale) soit Ia voie veineuse (alimentation parenterale). Biopsie : preievement d'un fragment de tissu pour examen sous Ie microscope.

8 148 Maladie de Crohn et rectocolite hemorragique Caecum : cui de sac initial du oolon dans lequel s'abouche l'ileon et auquel se rauache I'appendice. Caleuls : concretions pierreuses formees par des substances qui sont normalement dissoutes dans I'organisme (exemple : calculs biliaires, calculs urinaires). La presence de calculs est une lithiase. Catheter : sonde fine introduite dans un conduit pour en evacuer Ie contenu ou y injecter un liquide. Cholangite sclerosante : in1lammation des canaux du foie evoluant lentement vers un retrecissement de ces canaux qui gene l'ecoulement de la bile et peut provoquer une jaunisse, complication exceptionnelle de la rectocolite hemorragique. Colectomie : ablation chirurgicale du colon ou d'une partie du colon. COlon ou gros inte8tin : segment du tube digestif s' etendant de l'ileon a I'anus. Le rectum en est la partie terminale mais est souvent considere comme un segment particulier du fait de certains problemes medicaux ou chirurgicaux qui lui sont propres. Coloscopie : examen direct du oolon et parfois de I'ileon terminal a l'aide d'nn fibroscope introduit par I'anus. Corticoides (ou corticolteroides) : medicaments derives de la cortisone, hormone secretee par lea glandes surrinales. Diverticulose ou maladie divertieulaire : maladie caracterisee par la presence, dans Ie oolon, de nombreux diverticules, petites poches anormales, termineea en cui de sac qui, dans une minorite de cas seuiement, peuvent s'infecter ou saigner. Duodenum. : premiere partie de I'intestin grele faisant suite a l'estomac. Doigts bippocratiques : deformation en "bagueue de tambour" de l' extremite des doigts. CeUe anomalie peut s' observer en dehors de la maladie de Crohn, dans des affections respiratoires par exemple. Dysplasie : modification des celluies d'une muqueuse temoignant d'une evolution possible vers un cancer. Echograpbie : methode d'exploration mettant a profit les echos renvoyes par un organe apres emission d'uitra-sons ; n'utilise pas de source de rayons X. Endoscopie : examen permettant d'explorer directement I'interieur d'un organe creux, par exemple Ie tube digestif. CoI08lomie : abouchement chirurgical d'un segment colique a travers la paroi de l' abdomen (est une variete d'anus artificiel).

9 Glossaire 149 Epidemiologie : autrefois, etude des epidemies ; actuellement, etude des variations quantitatives et qualitatives des differentes maladies en fonction d'un certain nombre de facteurs (alimentation, environnement, localisation geographique, etc.). Eslomac : segment du tube digestif, situe entre I'resophage et l'intestin grele, oll les aliments sont fraetionnes et oii commence leur digestion. Exerese : voir Resection. Fibres alimenlaires : en principe, parties non digerees dans l'intestin grele des aliments d'origine vegetale et qui, de ce fait, contribuent a augmenter Ie volume des selles, dont eues facilitent l' evacuation chez I'individu bien portant. Fissure : plaie etroite plus ou moins profonde. Fistule : trajet anormal par lequelle contenu d'un organe peut s'ecouler dans un autre organe ou a I'exterieur a travers la peau. Gastroenterite : au sens propre "inflammation de l'estomac et de l'intestin grele" ; Ie plus souvent employe pour des troubles digestifs passagers sans cause reconnue. Gastroscopie : examen direct de l' estomac par I'intermediaire d'un fibroscope, qui explore en meme temps I'resophage et Ies premiers segments du dodenum. Genetique : discipline scientifique ayant pour objet I'etude des genes, supports de l'hercdite. Dne maladie est dite genetique lorsqu' elle est liee a la presence d'un gene particulier. Ce gene peut avoir etc transmis par un parent, ou par les deux, la maladie est dite alors familiale ou hereditaire. Dne modification genique peut aussi etre spontance, constituce aux premiers stades de la vie embryonnaire. Dans les deux cas, Ia maladie peut etre transmise a la descendance. Glucides ou hydrates de carbone font partie des aliments de base representes par les sucres et I'amidon. Glucose : sucre simple (par exemple, Ie sucre de raisin). Le sucre de notre consommation com"ante (ou saccharose) ne peut etre absorhc par l'intestin que s'il est scinde en ses deux composants dont Ie glucose. Granulome : lesion histologique ressemblant a un petit grain, se presentant comme un amas de cellules inflammatoires d'un type particulier ; element important dans Ie diagnostic de maladie de Crohn mais inconstant. Histologie : etude au microscope des cellules et des tissus (examen histologi<iue des biopsies, par exemple). neo-colite : inflammation de I'ileon et du colon; forme la plus frcquente de la maladie de Crohn. neon : derniere partie de l'intestin greie qui s'abouche dans Ie colon.

10 ISO Maladie de Crohn et rectocolite hemorragique lleostomie : ahouchement chirurgical de I'.ileon a la peau. Immunologie : etude des moyens de defense de I'organisme. Incidence : nomhre de nouveaux cas d'une maladie apparus au cours d'une annee dans une population de habitants, la prevalence etant Ie nomhre de toutes les personnes vivantes atteintes de cette maladie dans une population de habitants. Inflammation : ensemble des reactions de I'organisme pouvant se traduire localement par : rougeur, chaleur, douleur et gonflement. Jejunum : deuxieme partie de l'intestin grele faisant suite au duodenum. Lactose : sucre contenu dans Ie lait et, en proportions variables, dans les produits lactes. Lavement baryte : examen radiographique apres opacification du colon par de la baryte introduite a I'aide d'une sonde mise en place dans l'anus. Lipides ou matieres grasses : sont J.'urigi.~e ~nimale (viandes, poissons, laitages) ou vegetale (huiles, fruits oleagineux) ; peuvent etre soit d'assaisonnement (beurre, margarine, huile) soit de constitution (contenus dans les aliments). Lithiase : voir Calculs. Megacolon toxique ou dilatation aigue du colon se traduisant par une atteinte severe de l' etat general et un risque de perforation colique ; s'observe dans la recto co lite hem orr a gique plus souvent que dans la maladie de Crohn. Muqueuse : membrane tapissant la face interne des organes creux. Nutriments : partie assimilable des aliments ingeres. OcclU8ion : obstruction de l'intestin provoquant l' arret des matieres et des gaz. <Esophage : premiere partie du tube digestif reliant la bouche a I' estomac. Pancolite : inflammation de la totalite du colon, du caecum au rectum compris. Pancreas : glande abdominale qui secrete dans Ie sang de nombreuses hormones, dont I'insuline, et excrete dans Ie duodenum Ie suc pancreatique dont Ie role est essentiel dans la digestion des aliments. Perforation: plaie qui traverse la paroi d'un organe creux et s'ouvre dans lte tio~!!e!!yl)isinants.

11 Glossaire 151 Peritonile : inflammation du peritoine (fine memhrane entourant la face externe des organes ahdominaux de l'appareil digestif) ; Ie plus souvent aigue, necessitant alors une intervention chirurgicale. Poche: - poche externe : reservoir souple en matiere plastique applique a la peau autour d'une stomie, - poche interne : reservoir confectionne par Ie chirurgien a partir de l'organe lui-meme et situe a l'interieur de l'organisme. Polype : tumeur benigne ou maligne developpee a l'interieur d'un organe creux, Ie plus souvent Ie colon (voir aussi pseudo-polypes). Posologie : etude des doses de medicaments a prescrire. Pouchite : inflammation du reservoir ileal (poche) mis en place lors de certaines interventions chirurgicales (ileostomie continente, anastomose ileo-anale) et simulant une rechute de la rectocolite hemorragique operee. Prevalence: voir Incidence. Proctite : atteinte inflammatoire du rectum (synonyme de rectite). ProctocolectOlnie : ahlation chinu gicale du colon et du rectum. Protides ou proteines : font partie des aliments de hase et ont une douhle fonction : apportent des calories et fournissent la matiere constitutive des tissus de l'organisme ; peuvent etre soit d'origine animale (viandes, poissons, amfs, produits lactes) soit d'origine vegetale (legumes secs, cereales). Pseudopolypes : formations saillant a l'interieur du colon et du rectum temoignant, au COlU S de la mala die de Crohn et de la rectocolite hemorragique, d'une tendance a la cicatrisation ; n' evoluent pas vers un cancer. Rectite : atteinte inflammatoire du rectum. Rectorragie : perte de sang rouge par l'anus. Rectoscopie : examen direct du rectum a l'aide d'un endoscope introduit par l'anus. Rectmn : partie terminale du colon en amont de l'anus (voir Colon). Regimes d' epargne intestinale : en principe, destines a assurer une digestion et une ahsorption plus facile, "economisant" les fonctions digestives. Strict, il n'est a prescrire que pour des durees hreves, car il est desequilihre (pauvre en fruits, en legumes et souvent en graisses). Convient a la preparation a certains examens, aux periodes de diarrhee severe et a certaines phases de la convalescence post-operatoire.

12 152 Maladie de Crohn et rectocolite hemorragique Regime leger (ou regime d'epargne "eiargi.") : regime proche d'un regime normal mais restreint en fibres. Peut etre suivi en permanence. Destine Ii eviter les fermentations intestinales, Ie reflux ("brulures d'estomac") il convient Ii la majorite des maladies de Crohn et des rectocolites hemorragiques. A modifier selon les tolerances individuelles. Resection : operation chirurgicale consistant a enlever un organe en partie ou en totalite. Synonymes : ablation, exerese. Scanner : appareil permettant de visualiser sur des plans de coupes etages les differentes parties des organes en fonction de leur densite aux rayons X (synonyme: tomodensitometrie). Sigmoi'de : segment terminal du colon gauche, en forme de S, d'ou son nom. Sphincter : anneau musculaire dont la fonction est de regler I'ouverture et la fermeture d 'un orifice naturel (dans Ie tube digestif Ie sphincter anal ala particularite d'etre partiellement tributaire de la volonte). Stenose: diminution de calibre ou retrecissement plus ou moins serre d'un conduit (colon ou grele par exemple). Steroidien : abrege de corticosreroi' dien, voir "corticoi'des". Stomatherapeute : infirmier specialise dans les problemes relatifs aux stomies (par exemple, ileostomies et colostomies). Stomie : ouverture chirurgicale d'un segment du tube digestif avec abouchement a la peau. Subocclusion : occlusion incomplete. Transit du grele : examen radiographique de l'intestin grele apres absorption de baryte par la bouche. Ulceration : lesion d'une muqueuse, ou de la peau, determinant une perte de substance, une plaie. Valvule de Bauhin : repli muqueux en forme de valve, situe entre l'iloon et Ie colon et empechant Ie contenu du colon de refluer dans I'ileon. Spondylarthrite (ankylosante) inflammation des articulations des vertebres provoquant une raideur de la colonne ; parfois associee Ii la rectocolite hemorra,tique ou Ii la maladie de Crohn.

13 Index A Ahces, traitement des, 66 Acides gras essentiels, 116 Acides gras satlll'es, 116 Adolescents, denutrition, 92 problemes relationnels, 92-93, pronostic, retard de croissance, 92 scolarite, symptomes, Alimentation normale, aliments (besoins et composition), Articulations et maladie de Crohn, 48 et rectocolite hemorragique, 74 ASA (5 et 4),30 dans la mala die de Crohn, 60 dans la rectocolite hemorragique, Associations ileostomises, 146 mala die de Crohn et recto co lite hemorragique, Assurance-vie, B,C Biopsies, 10, Cancer et maladie de Crohn, 54 et rectocolite hemorragique, Colite (voir Colopathie spasmodique) Colopathie spasmodique, 51, 100 Coloscopie, 10 et mala die de Crohn, 50 et rectocolite hemorragique, 75 Contraception, 18,98 Cortico'ides, corticodependance, 38 corticoresistance, 37 effets secondaires, et maladie de Crohn, 60, 62 mode d'action, prescription, et rectocolite hemorragique, 81-82

14 154 Maladie de Crohn et rectocolite hemorragique Crohn (maladie de), biopsies, 10, 12-13,50 complications, anales,54-55 traitement des, 66 intestinales,52-54 non intestinales, diagnostic, evolution, frequence, siege, symptomes,46-49 traitement chirurgical, activite professionnelle, 68 derivations, 63 indications, recidives apres, resections, traitement medical, 28-40,59-60 o Denutrition, 130, 132 enfant et adolescent, 92 maladie de Crohn, 55 Diarrhees,50-51 regime des, Dietetique, alimentation normale, ileostomises, lait, regimes, corticoldes,37,129 diarrhees, riche en fibres, vitamines, ~ E Echographie, 12 et abces, 54 Enfants,91-97 voir Adolescents voir Maternite F Fibres alimentaires, , Fistule, traitement des, 61, 66 Flagyl,30-31 et maladie de Crohn, 60 G Gastroscopie, 10 Genetique, I Ileostomies adaptation a, adolescent, 96 associations, 146 et maladie de Crohn, et rectocolite hemorragique, Immunologie, Immunosuppresseurs, et maladie de Crohn, 60 et rectocolite hemorragique, 83 Imurel, L Lavement baryte, 11 Lesions CiiLa.:u.~~~ et maladie de Crohn, 48 et rectocolite hemorragique, 74 Lesions oculaires et maladie de Crohn, 48 et rectocolite hemorragique, 74

15 Index 155 M Maladies inflammatoires chroniques de l'intestin, 1-4 adolescent, assistance nutritive, causes, alimentation, facteur familial, facteur genetique, immunologie, infection, maternite, medicaments dans, perspectives d'avenir, psychisme, regimes, Maternite, Megacolon toxique, 61,76-77 traitement du, N,P Nutrition artiflcielle, enterale, 131 parenterale, Pentasa, voir ASA Placebo, Problemes psychologiques, adolescents, culpabilite, , ileostomises, information XI-XII, maladies chroniques, 102 psychotherapie, stress, voir Temoignages Q,R Questran, 59 Rectite hemorragique, 71, 74 traitement chirurgical, 83 traitement medical, 8-83 Rectocolite hemorragique, complications, cancer colo-rectal, cholangite sclerosante, 78 megacolon toxique, diagnostic, evolution, frequence, 70 siege, symptomes, traitement chirurgical, anastomose ileo-anale, anastomose ileo-rectale, coloproctectomie, 85 ileostomie continente, ileostomie conventionnelle, indications, traitement medical, 28-40, Rectoscopie, 9-10 et rectocolite hemorragique, 75 s Salazopyrine, intolerance, 29 lactation, 29 maladie de Crohn, 60 rectocolite hemorragique, spermatozoldes, 29, 97 Scanner, 12 et abces, 54 Service Social, Sigmoldoscopie, 10 Stenose, stricturoplastie, traitement chirurgical, 61 Stricturoplastie, 65-67

16 156 Maladie de Crohn et rectocolite hemorragique T Tahac,18 TeIDo~ages,99, Transit du grele, 11, 50 Tube digestif, 5-9 anatornie, 5-7 explorations, 9-12 endoscopie,9-10 radiologie, 11 fonction, 8-9 Mi... ""rtuft. ~ I.oprinu. Paris Imprusiun rt rlniti... Imprimori. Salnt.PauI Bar Ie Due DipOt JOpI : janvier N"

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche.

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche. Colectomie gauche Avant l'intervention: Pour certains chirurgiens, la préparation a l'intervention débute 5 à 7 jours avant l'hospitalisation par un régime pauvre en résidu (restreint en fibres). La veille

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble)

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Jeanne 23 ans, étudiante, fumeuse, appendicectomisée Tableau de TFI depuis 3 ans Mais : amaigrissement de 5 kgs en 3 mois état subfébril le soir 6 selles liquides

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

La recto-colite hémorragique

La recto-colite hémorragique La recto-colite hémorragique La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous

Plus en détail

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Une technique chirurgicale Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la cholécystectomie? C est l intervention chirurgicale pratiquée pour enlever la vésicule biliaire.

Plus en détail

Observations infirmières et incontinence fécale

Observations infirmières et incontinence fécale Observations infirmières et incontinence fécale Novembre 2012 Françoise FIEVET Infirmière Stomathérapeute CHU Brugmann Incontinence Fécale: selles uniquement Anale: gaz + selles La continence nécessite

Plus en détail

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Chez l'adulte moyen, il fait 25 cm à 30 cm (10 po à 14 po) de long et environ 2 cm (moins d'un pouce) de large. L'œsophage est constitué

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

MALADIES INFLAMMATOIRES DE L INTESTIN :

MALADIES INFLAMMATOIRES DE L INTESTIN : DOSSIER 13 MALADIES INFLAMMATOIRES DE L INTESTIN : ENTRE SOUFFRANCE ET TABOU Souvent dissimulées par les malades, parfois encore ignorées par la médecine de ville, les maladies inflammatoires chroniques

Plus en détail

uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas? Veine cave inférieure Aorte Estomac Foie Vésicule biliaire Rate Duodénum

uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas? Veine cave inférieure Aorte Estomac Foie Vésicule biliaire Rate Duodénum uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas?? 4 > En raison de son petit volume et de sa situation très profonde, le pancréas n est pas palpable à ventre fermé, contrairement

Plus en détail

La digestion ou le devenir des aliments ingérés

La digestion ou le devenir des aliments ingérés La digestion ou le devenir des aliments ingérés La digestion est la transformation par l organisme des aliments (eau, molécules organiques et minérales) en éléments plus petits, les nutriments, par un

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE Votre médecin vous a prescrit une coloscopie. Afin que vous soyez parfaitement informé(e) sur l examen, ses indications, sa préparation indispensable, etc., nous

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du foie Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Informations sur le cancer de l intestin

Informations sur le cancer de l intestin Informations sur le cancer de l intestin Le cancer de l intestin fait partie des affections malignes les plus fréquentes et représente la deuxième cause de mortalité par cancer en Suisse. Cette maladie

Plus en détail

Dans quelles situations a-t-on recou à une stomie?

Dans quelles situations a-t-on recou à une stomie? Qu est-ce Guide pour qu une stomisés stomie? Une stomie (du grec bouche) est l abouchement volonta de l intestin à la peau de la paroi abdominale permetta l évacuation des selles ou de l urine. Une stomie

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Dulcolax bisacodyl 5 mg comprimés enrobés (bisacodyl)

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Dulcolax bisacodyl 5 mg comprimés enrobés (bisacodyl) NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR Dulcolax bisacodyl 5 mg comprimés enrobés (bisacodyl) Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations importantes

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la prostate Juin 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Y. Fargeaudou, M. Boudiaf, M. Abitbol, P. Soyer, A. Merlin, V. Calmels, R. Rymer Service de radiologie

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers du côlon et du rectum

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers du côlon et du rectum Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches Les cancers du côlon et du rectum G R A N D P U B L I C Mars 2009 Les cancers du côlon et du rectum Le côlon est

Plus en détail

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades PEMPHIGUS Deuxième fiche d information pour les malades Les fiches d'informations ont été rédigées en collaboration par les 2 centres de référence des maladies bulleuses auto-immunes et l'association de

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

Les traitements du cancer du pancréas

Les traitements du cancer du pancréas DÉCEMBRE 2012 Les traitements du cancer du pancréas COLLECTION GUIDES PATIENTS LE PANCRÉAS LE CHOIX DES TRAITEMENTS LA CHIRURGIE LA CHIMIOTHÉRAPIE LA NUTRITION LES TRAITEMENTS DE LA DOULEUR LES PROFESSIONNELS

Plus en détail

Urgences en chirurgie digestive

Urgences en chirurgie digestive Urgences en chirurgie digestive Dr Jean Marc Hoang Service de chirurgie digestive et générale CHI le Raincy Montfermeil 01 41 70 81 10 Cours IFSI de Maison Blanche mai 2005 Urgences infectieuses appendicite

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la thyroïde Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Allégations relatives à la teneur nutritive

Allégations relatives à la teneur nutritive Allégations relatives à la teneur nutritive Mots utilisés dans les allégations relatives à la teneur nutritive Ce que le mot signifie Exemples Sans Faible Réduit Source de Léger Une quantité insignifiante

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

La prise en charge de votre spondylarthrite

La prise en charge de votre spondylarthrite G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre spondylarthrite Vivre avec une spondylarthrite Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce

Plus en détail

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive.

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive. 13 aliments pour une bonne santé Valeurs nutritives Grande compétence A Rechercher et utiliser de l information Groupe de tâches A2 : Interpréter des documents Grande compétence C Comprendre et utiliser

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Bisolax 5 mg comprimés enrobés. Bisacodyl

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Bisolax 5 mg comprimés enrobés. Bisacodyl NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR Bisolax 5 mg comprimés enrobés Bisacodyl Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes pour

Plus en détail

Cancer du pancréas Comprendre le diagnostic

Cancer du pancréas Comprendre le diagnostic Cancer du pancréas Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 cancer.ca Cancer du pancréas Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué

Le test de dépistage qui a été pratiqué élever CommenT UN enfant ayant une mucoviscidose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité a révélé que votre bébé pouvait être atteint de mucoviscidose. Le test de la sueur vient de confirmer

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Dr C GIRES CHRU LILLE DU gérontologie CAS CLINIQUE N 1 Madame P 79 ans Antecédents: néoplasme sein droit opéré Arthrose invalidante

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

SPAGULAX MUCILAGE PUR, granulés en sachet-dose

SPAGULAX MUCILAGE PUR, granulés en sachet-dose SPAGULAX MUCILAGE PUR, granulés en sachet-dose Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament. Elle contient des informations importantes pr votre traitement. Si vs avez d'autres

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Comment fonctionne notre respiration? Toutes les cellules de notre corps ont besoin d oxygène. En inspirant, de l air rentre dans les voies

Plus en détail

MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325. Dr K Farahat Gastroentérologie. Bruxelles, le

MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325. Dr K Farahat Gastroentérologie. Bruxelles, le MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325 Dr K Farahat Gastroentérologie Bruxelles, le Concerne Nom : Prénom : Date de naissance : Adresse : Chère Madame, Cher Monsieur, Votre médecin

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant phénylcétonurique Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de phénylcétonurie. Aujourd'hui votre enfant va bien mais vous

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

L ABC POUR SE PRÉPARER À UNE COLOSCOPIE

L ABC POUR SE PRÉPARER À UNE COLOSCOPIE L ABC POUR SE PRÉPARER À UNE COLOSCOPIE SOMMAIRE 1 La coloscopie, c est quoi?.......................... 4 2 Les objectifs de l examen........................... 5 3 Se préparer à l examen en toute securité...............

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

Sport et alpha ANNEXES

Sport et alpha ANNEXES Sport et alpha ANNEXES Edition 2013 TABLE DES MATIERES Table des matières 1 Alimentation 2 Boire, Boire, Boire... 2 Et à l approche des «20 km de Bruxelles»? 3 Et pendant l épreuve? 3 Stretching 4 Avant

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

CANCER COLORECTAL : Guide à l intention des patients. Réalisé par : Équipe supra-régionale Cancer colorectal

CANCER COLORECTAL : Guide à l intention des patients. Réalisé par : Équipe supra-régionale Cancer colorectal CANCER COLORECTAL : Guide à l intention des patients Réalisé par : Équipe supra-régionale Cancer colorectal Présentation de l équipe À l Hôpital Maisonneuve-Rosemont, les patients atteints d un cancer

Plus en détail

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN Informations générales Pour vous, pour la vie Cette brochure vise à vous fournir des informations générales concernant l intervention chirurgicale que vous

Plus en détail

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION Mardi 24 janvier 2012 au Centre de Formation Multimétiers de REIGNAC L objectif de cet atelier sur la santé est de guider chacun vers une alimentation plus

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

La constipation occasionnelle chez l adulte

La constipation occasionnelle chez l adulte Laconstipationoccasionnellechezl adulte Laconstipationsedéfinitparladiminutiondelafréquencedessellesendessousde3parsemaine. Cette définition ne constitue pas une règle absolue, la fréquence des selles

Plus en détail

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l attention du patient LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée, il faudrait

Plus en détail

La maladie de Verneuil Hidrosadénite suppurée

La maladie de Verneuil Hidrosadénite suppurée Hidrosadénite suppurée La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur Cette fiche est destinée à vous informer

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl par comprimé enrobé.

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl par comprimé enrobé. RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. Dé nomination du mé dicame nt Bisolax 5 mg comprimés enrobés. 2. Composition qualitative e t quantitative Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

Les barotraumatismes

Les barotraumatismes Les barotraumatismes Il y a différents types d accidents qui peuvent arriver en plongée, et il est important de savoir comment les éviter. En premier lieu, nous allons aborder les accidents barotraumatiques

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer du rein Novembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer du rein, son

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF Organisation Tunisienne pour L Éducation et de la Famille Elaboré par Diabète infantile Boughanmi Hajer Encadré par : Licence appliquée en Biotechnologie JAOUA Noureddine Membre du bureau exécutif de l

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Spagulax M granulés. Tégument de la graine d ispaghul (Plantago ovata Forssk)

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Spagulax M granulés. Tégument de la graine d ispaghul (Plantago ovata Forssk) NOTICE 1 NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Spagulax M granulés Tégument de la graine d ispaghul (Plantago ovata Forssk) Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Bisolax 5 mg comprimés enrobés Bisacodyl

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Bisolax 5 mg comprimés enrobés Bisacodyl NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Bisolax 5 mg comprimés enrobés Bisacodyl Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament. Elle contient des informations importante s pour

Plus en détail

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Etat résultant d un apport alimentaire insuffisant par rapport aux besoins de l organisme Réduction des apports nutritionnels et/ou Augmentation

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Le cancer de la vessie

INFORMATION & PRÉVENTION. Le cancer de la vessie INFORMATION & PRÉVENTION Le cancer de la vessie G R A N D P U B L I C Ce à quoi sert la vessie La vessie est une poche qui reçoit l urine produite par les reins, via les uretères*. Elle est constituée

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question, n hésitez surtout

Plus en détail

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou Conseils aux patients* Lutter activement contre la thrombose *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou 2 Mentions légales Directeur de la publication : Bayer

Plus en détail

Oui, les noix sont grasses, mais elles sont aussi bourrées de vitamines, de minéraux, de fibres et de protéines! Quant à son gras, principalement monoinsaturé, il est bon pour le coeur. Et, combiné à l'action

Plus en détail

INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE

INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE Informations générales pour la convalescence Pour vous, pour la vie Ce feuillet est destiné à mieux vous renseigner sur les points à observer après une opération

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du poumon Juin 2010 Pourquoi ce guide? 2 Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy

Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy Service de Chirurgie Viscérale Centre Hospitalier de Saint Malo Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy Chère Patiente, Cher Patient, Vous devez être opéré(e) en raison de votre forte

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Recommandations pour la pratique clinique dans le traitement de la rectocolite ulcéro-hémorragique

Recommandations pour la pratique clinique dans le traitement de la rectocolite ulcéro-hémorragique Masson, Paris, 2004. Gastroenterol Clin Biol 2004;28:955-960 RECOMMANDATIONS Recommandations pour la pratique clinique dans le traitement de la rectocolite ulcéro-hémorragique Philippe MARTEAU (1), Philippe

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

Le trajet des aliments dans l appareil digestif.

Le trajet des aliments dans l appareil digestif. La digestion. La digestion, c est la transformation des aliments en nutriments assimilables par l organisme. Dans le tube digestif, les aliments subissent une série de dégradations mécaniques et chimiques

Plus en détail

Comprendre la COLITE ULCÉREUSE

Comprendre la COLITE ULCÉREUSE Comprendre la Qu est-ce que la colite ulcéreuse? La colite ulcéreuse est une affection chronique du gros intestin (côlon). L appareil digestif (y compris l estomac, les petit et gros intestins) transforme

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale Relecture scientifique Société française Relecture juridique Médecins experts Relecture déontologique Médecins Conseil national de l ordre des médecins (CNOM) Relecture des patients Confédération interassociative

Plus en détail

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Qu est-ce que le SOPK? Quel objectif? Cette brochure vous informe sur les signes, les causes et le traitement du syndrome

Plus en détail