Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes, myonécrose clostridienne. Jérôme BEDEL DESC Réanimation Médicale Limoges octobre 2007

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes, myonécrose clostridienne. Jérôme BEDEL DESC Réanimation Médicale Limoges octobre 2007"

Transcription

1 Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes, myonécrose clostridienne Jérôme BEDEL DESC Réanimation Médicale Limoges octobre 2007

2 Terminologies Terme anglosaxon de cellulite = infection extensive des tissus sous-cutanés Hors, le processus inflammatoire dénommé "cellulite" se déroule généralement dans le derme et l hypoderme Terme selon nature de la lésion et structure anatomique atteinte Conférence de Consensus spilf 2000

3 Rappel anatomique et terminologie Nécrose tissu conjonctif et adipeux Fasciite nécrosante : avec nécrose aponévrose superficielle

4 DHB : érysipèle / habitants/an 85% localisation des MI 50% trt à domicile Facteurs de risques Locaux : lymphoedème, porte d entrée Généraux : obésité Caractère toxi-infectieux et faible densité bactérienne Streptocoques β hémolytiques (A, B, C et G) Pas d examen bactériologique nécessaire si forme typique ou absence de comorbidités

5 DHB : érysipèle Diagnostic clinique : début brutal Signes généraux Signes locaux : placard inflammmatoire parfois bulleux ou purpurique mais sans nécrose Porte d entrée (intertrigo, ulcère) Eliminer diagnostics différentiels : DHBN, phlébites superficielles et profondes,

6 Érysipèle

7 DHB : érysipèle Ttt: péni G ou Péni A (3-4,5g/j) pdt 15j : Apyrexie en 72h Signes locaux à J7 SURVEILLANCE+++ Gravité fonction du terrain et du tableau initial Complications : abcès, complications générales Récurrence dans 20% : prévention 2aire: ttt fdr ATBprophylaxie (peniv macrolides)

8 DHBN Epidémiologie: incidence rare mortalité = 40% en 1976, autour de 30% aujourd hui Localisation la plus fréquente : MI Facteurs de risque locaux (60 à 80%): porte d entrée parfois méconnue. Facteurs de risques généraux : infection streptococcique récente dans l entourage 55 à 60 ans, avec l âge diabète (25 à 30%) artérite (10%) alcoolisme (15%), toxicomanie, immunosuppression rôle des AINS Microbiologie: Polymicrobien (40 à 90%) mais Strept. β-hémolytique du groupe A+++ Mc Henry Ann. Surgery 1995

9 DHBN :Sémiologie Incubation de 6 à 48h Initialement discrets et inconstants lésion érysipèloïde atypique?? Oedème rapidement extensif > érythème (marquer) Crépitation neigeuse (gaz intra-tissulaire) Douleur intense puis hypoesthésie ou anesthésie, Nécrose : ulcérations cyanotiques avec bulles sérohémorragiques. Signes généraux très marqués: Sepsis sévère

10

11 DHBN: Diagnostic Clinique++++ Imagerie: aide? Rx: emphysème sous-cutané (bact gazogènes, anaérobies) TDM: bilan extension si loc cervicofaciale périnée

12 DHBN: Formes Cliniques DHBN cervico-faciale: Complication d infection ORL Germes: Strepto A, S. aureus, Entérobact, Bacteroides TDM+++: médiastinite, Sd Lemierre, Pnp II. DHBN périnéale: Néo colo-rectal, prostatite, chir proctologique Germes: Bacteroides, Fusobacterium, Clostridium, streptocoques. DANGER Forme subaiguë: signes locaux > SG Myonécrose

13

14

15 Myonécrose = DHBN + atteinte musculaire À Clostridium = gangrène gazeuse Mortalité = 30%, avec extension du tronc (60%) Clostridium perfringens (70%) Fdr : contexte post-traumatique à partir de germes telluriques. ulcères cutanés, escarres, maux perforants plantaires ponction, injection (corticoïdes ou AINS) post-chirurgicale : digestive, urologique, gynécologique

16 Myonécrose Incubation courte (6 à 48h) Douleurs vives d intensité croissante Signes locaux limités (peau froide et décolorée, œdème tendu jaunâtre, exsudat fluide, sale non purulent) extension foudroyante: érythème bronzé, contexte fébrile,peau froide couvert de zones nécrotiques et de bulles, odeur nauséabonde, crépitation neigeuse tableau de choc septique

17 Traitement DHBN Prise en charge médico-chirurgicale Urgence: ATB et CHIRURGIE Traitements adjuvants. Exploration chirurgicale en urgence Exérèse des tissus nécrosés Mc Henry Ann. Surgery 1995 Etude rétrospective chez 65 patients Précocité chirurgicale améliore pronostic : délai moyen de prise en charge chirurgicale 90h chez patients décédés vs 25h chez survivants

18

19 membres inférieurs germes en causes streptocoque Clostridium perfringens plus rarement staphylocoque schéma thérapeutique probabiliste Péni A ssi certitude streptococcique Amoxicilline-acide clavulanique 2 g/6h ± gentamicine 3 mg/kg /j cellulite nécrosante périnéale origine nosocomiale : cellulite nécrosante de paroi après chirurgie abdominale cellulite nécrosante cervico-faciale streptocoque+ Clostridium entérobactéries Bacteroides staphylocoque méti-r Pseudomonas aeruginosa anaérobies streptocoque staphylocoque, entérobactéries,anaérob ies(bacteroides Peptostreptococcus, Prevotella,) céphalosporine de 3 e génération + métronidazole ± aminoside pipéracilline-tazobactam ou imipénem ± aminoside vancomycine 2 g/j + pipéracilline-tazobactam ou imipénem + amikacine ou isépamicine oxacilline + gentamicine 3 mg/kg/j pendant 5 jours

20 Oxygénothérapie Hyperbare Après ttt médico-chir, stabilisation HD Effet anti-infectieux: Bactéricidie sur anaérobies. Stimulation PNN Effet pro-cicatrisant: Action anti-oedémateuse Stimulation néoangiogénèse et fibroblastique

21 Conclusion Il n y a pas de «petit érysipèle simplex». Surveillance clinique car Dg clinique Formes cliniques selon terrain, topographie, germes. ATBthérapie probabiliste adaptée Gravité +++ Prise en charge RAPIDE. P.E.C. Médico-Chirurgicale. OHB Surveillance en Réanimation.

Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous

Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Classification selon le type de l atteinte

Plus en détail

Infections cutanéo-muqueuses/ Dermo-hypodermites bactériennes graves.

Infections cutanéo-muqueuses/ Dermo-hypodermites bactériennes graves. Infections cutanéo-muqueuses/ Dermo-hypodermites bactériennes graves. Objectifs nationaux (ECNi) Item 152. Infections bactériennes cutanéo-muqueuses et des phanères de l adulte Objectifs pédagogiques Diagnostiquer

Plus en détail

Dermo- hypodermite: diagnos3c et prise en charge. Dumas Magalie DES AR DESC réanima3on médicale

Dermo- hypodermite: diagnos3c et prise en charge. Dumas Magalie DES AR DESC réanima3on médicale Dermo- hypodermite: diagnos3c et prise en charge Dumas Magalie DES AR DESC réanima3on médicale Rappel anatomique Nécrose tissu conjonctif et adipeux Fasciite nécrosante : avec nécrose aponévrose superficielle

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

Clément Porte IMG 1 er semestre

Clément Porte IMG 1 er semestre Clément Porte IMG 1 er semestre Mme G, 57 ans, arrive aux urgences à 16h Adressée par son MT pour suspicion d AVC devant des signes apparus à 14h : Paralysie faciale droite de la partie inférieure du

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu CONDUITE A TENIR DEVANT «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu MOTIF DE RECOURS Grosse jambe rouge Fièvre Douleur du membre inférieur Altération de

Plus en détail

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite...

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une grosse jambe rouge

Plus en détail

Escarre sacrée chez un patient paraplégique. Syndrome septique sévère. Recherche d'ostéite.

Escarre sacrée chez un patient paraplégique. Syndrome septique sévère. Recherche d'ostéite. Escarre sacrée chez un patient paraplégique. Syndrome septique sévère. Recherche d'ostéite. Perte de substance en regard de l'ischion droit Pas de lyse ni de sclérose sur l'ischion Florence Chauveau IHN

Plus en détail

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Motif non rare de consultation. Urgence diagnostique et thérapeutique. Pronostic

Plus en détail

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie?

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie? Conduite à tenir devant un syndrome septicémique Dr Vincent Le Moing Dr Christina Psomas Maladies Infectieuses et Tropicales CHRU de Montpellier Février 2011 Définition = bactériémie = présence de bactéries

Plus en détail

Actualités thérapeutiques des

Actualités thérapeutiques des Actualités thérapeutiques des infections cérébro-méningées Cours du collège Septembre 2011 Pr Ag N Kaabia Introduction Méningites purulentes (adulte+++) Méningo-encéphalites à liquide clair Abcès du cerveau

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre INFECTIONS URINAIRES Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre Anatomie des voies urinaires Infections urinaires : épidémiologie Infections très fréquentes 2 e site d infection bactérienne communautaire

Plus en détail

PIED DIABÉTIQUE INFECTÉ CAS CLINIQUES. Dr Philippe Jutras Département de microbiologie CSSSRN

PIED DIABÉTIQUE INFECTÉ CAS CLINIQUES. Dr Philippe Jutras Département de microbiologie CSSSRN PIED DIABÉTIQUE INFECTÉ CAS CLINIQUES Dr Philippe Jutras Département de microbiologie CSSSRN PLAN Objectifs Cas cliniques Principes généraux Retour sur cas cliniques Conclusion OBJECTIFS Réviser l approche

Plus en détail

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil Définition : Fièvre =Température rectale > 38 c (déréglage du point d équilibre thermique au niveau Hypothalamus)

Plus en détail

ABCES HEPATIQUES A PYOGENES. Présentation DES gastro-entérologie.

ABCES HEPATIQUES A PYOGENES. Présentation DES gastro-entérologie. ABCES HEPATIQUES A PYOGENES Présentation DES gastro-entérologie. Samedi 13 avril 2013 Sophie Ribiere. Epidémiologie Rare : 1 cas pour 10000 hospitalisations. Incidence en augmentation. Terrain prédisposant

Plus en détail

C.CHAMMAKHI-JEMLI 1, I.RADHOUANI 1, O.GHAMRA 2, W.ZOUAOUI 1, H.MZABI 1, C.MBAREK2, A.LEKHDIM 2,MH.DAGHFOUS 1 1: Service de Radiologie 2: Service ORL

C.CHAMMAKHI-JEMLI 1, I.RADHOUANI 1, O.GHAMRA 2, W.ZOUAOUI 1, H.MZABI 1, C.MBAREK2, A.LEKHDIM 2,MH.DAGHFOUS 1 1: Service de Radiologie 2: Service ORL C.CHAMMAKHI-JEMLI 1, I.RADHOUANI 1, O.GHAMRA 2, W.ZOUAOUI 1, H.MZABI 1, C.MBAREK2, A.LEKHDIM 2,MH.DAGHFOUS 1 1: Service de Radiologie 2: Service ORL CHU HBIB THAMEUR TUNISIE INTRODUCTION MATERIELS ET METHODES

Plus en détail

Infections cutanées. Yannick Le Corre. Service de Dermatologie Vénéréologie Pr L. Martin CHU Angers. Streptocoque phagocité par un macrophage

Infections cutanées. Yannick Le Corre. Service de Dermatologie Vénéréologie Pr L. Martin CHU Angers. Streptocoque phagocité par un macrophage Infections cutanées Streptocoque phagocité par un macrophage Yannick Le Corre Service de Dermatologie Vénéréologie Pr L. Martin CHU Angers 1 Impetigo Enfant Lésions crouteuses, parfois vésicobulles Fièvre

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

Journées de formation médicale continue 8 Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Journées de formation médicale continue 8 Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Journées de formation médicale continue 8 Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Dr Loïc EPELBOIN Service des Maladies Infectieuses et Tropicales 8 Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris, France Université Pierre et

Plus en détail

Sepsis sévère et choc septique. Claude Carbon Paris (F) claude_carbon32@hotmail.com

Sepsis sévère et choc septique. Claude Carbon Paris (F) claude_carbon32@hotmail.com Sepsis sévère et choc septique Claude Carbon Paris (F) claude_carbon32@hotmail.com Définitions Infection: invasion d un ou plusieurs organes (ou d un tissu) par un ou plusieurs microorganismes Sepsis:

Plus en détail

http://www.sfar.org/article/87/antibiotherapie-probabiliste-des-etats-septiques-graves-...

http://www.sfar.org/article/87/antibiotherapie-probabiliste-des-etats-septiques-graves-... Page 1 sur 6 Identifiant : ACCÈS MEMBRES Numero d'adhérent Mot de passe : > Numéro d'adhérent ou mot de passe oublié > Devenir membre de la SFAR La SFAR Actualités Référentiels Documentation Vie professionnelle

Plus en détail

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique Méningites Définition Inflammation des méninges, les 3 membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales

Plus en détail

Dre Virginie Prendki. Hôpital des Trois Chêne Département de médecine interne, de réhabilitation et de gériatrie

Dre Virginie Prendki. Hôpital des Trois Chêne Département de médecine interne, de réhabilitation et de gériatrie Arthrites septiques Dre Virginie Prendki Hôpital des Trois Chêne Département de médecine interne, de réhabilitation et de gériatrie Formation approfondie en GERIATRIE 16 avril 2015 PLAN Epidémiologie Physiopathologie.

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 23 juillet 2003 INVANZ 1g, poudre pour solution à diluer pour perfusion Flacon, B/1 et B/10 Laboratoires Merck SHARP & Dohme-Chibret

Plus en détail

Prise en charge précoce du sepsis grave en urgence

Prise en charge précoce du sepsis grave en urgence INFECTIONS CUTANEES GRAVES AU SAU Jean-Marie FOREL, Jérôme Allardet-Servent, Nathalie EMBRIACO Réanimation médicale et Hyperbarie Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille Hôpitaux Sud, Marseille 1.

Plus en détail

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012 Présentation de cas clinique Agapitou Eleni 16.03.2012 Anamnèse Patiente de 87 ans, résidente en EMS. Anamnèse actuelle: Depuis 3 semaines: - BEG. -Douleurs abdominales diffuses. -Pas d état fébrile, elle

Plus en détail

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique?

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? (aux ßlactamines) Gaëlle LE MANAC H Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants Généralités Pneumopathies Infections ORL Infections cutanées

Plus en détail

19/11/2012. INFECTIONS CUTANÉOMUQUEUSES BACTERIENNES ET MYCOSIQUES (furoncle, impétigo, folliculite, érysipèle) INFECTIONS AIGUES DES PARTIES MOLLES

19/11/2012. INFECTIONS CUTANÉOMUQUEUSES BACTERIENNES ET MYCOSIQUES (furoncle, impétigo, folliculite, érysipèle) INFECTIONS AIGUES DES PARTIES MOLLES INFECTIONS CUTANÉOMUQUEUSES BACTERIENNES ET MYCOSIQUES (furoncle, impétigo, folliculite, érysipèle) INFECTIONS AIGUES DES PARTIES MOLLES DCEM3 - Année 2012-2013 Catherine Chirouze UFR SMP - UFC Bastien

Plus en détail

Grosse jambe rouge aiguë

Grosse jambe rouge aiguë Examen National Classant Module transdisciplinaire 11 : Synthèse clinique et thérapeutique Grosse jambe rouge aiguë NOUVEAU J.-M. BONNETBLANC (Limoges), P. BERNARD (Reims), A. DUPU (Saint-Louis, Paris)

Plus en détail

Les angines et leurs complications

Les angines et leurs complications Les angines et leurs complications Pr Righini Christian Adrien Clinique Universitaire d ORL Pôle TCCR 12 millions d angines / an en France Origine virale dans 80% des cas Introduction Les angines bactériennes

Plus en détail

INFECTION DU PIED DIABÉTIQUE

INFECTION DU PIED DIABÉTIQUE Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Ce protocole comporte : INFECTION DU PIED DIABÉTIQUE Protocole de prise en charge - 4 situations cliniques principales

Plus en détail

Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes et myonécroses. Julien Rousset 16/09/09 Limoges

Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes et myonécroses. Julien Rousset 16/09/09 Limoges Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes et myonécroses Julien Rousset 16/09/09 Limoges Généralités Infection des tissus mous Gravité fonction de la profondeur de l atteinte anatomique 50% des DHBNN prises

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

co-fondateurs Cellulite cervico-faciale

co-fondateurs Cellulite cervico-faciale Chapitre 52 Cellulite cervico-faciale Ch. BERTOLUS Points essentiels Les cellulites graves d origine dentaire peuvent survenir chez des patients jeunes, en bonne santé, sans immunodépression. La fièvre

Plus en détail

Infections fongiques - Quand y penser?

Infections fongiques - Quand y penser? Infections fongiques - Quand y penser? Jean-Michel LAFFOSSE Département de Chirurgie Orthopédique et Traumatologie CRIOACGSO 2 ème Congrès National des CRIOAC Lille 3 et 4 Septembre 2015 Les infections

Plus en détail

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l évaluation de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des phlegmons périamygdaliens Définition. Cette collection

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

INFECTIONS DES TISSUS MOUS

INFECTIONS DES TISSUS MOUS INFECTIONS DES TISSUS MOUS 1 Definitions 2 Définitions Dermohypodermite bactérienne: Erysipéle Infection cutanée aiguë touchant le derme et l hypoderme Localisée Non nécrosante Fréquente chez l adulte,

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur)

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) La fièvre Définitions Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) Température rectale> 38 Définitions Fièvre aiguë: Depuis moins de

Plus en détail

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 3 ème Année de Médecine Session de juillet 2014 Question 1 (1 point) : Toute suspicion de brucellose doit être signalée au laboratoire réalisant

Plus en détail

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES DESC réa, dec.2006 H.VINOUR Epidémiologie Traumatisme abdominal: fréquent AVP 75%, chutes, accidents de sport Rate: 46% Foie: 33% Gravité: Hémorragie+++ Lésions associées

Plus en détail

LES URGENCES PROCTOLOGIQUES. DESC 2014 Caroline de la Rivière urgences Pellegrin

LES URGENCES PROCTOLOGIQUES. DESC 2014 Caroline de la Rivière urgences Pellegrin LES URGENCES PROCTOLOGIQUES DESC 2014 Caroline de la Rivière urgences Pellegrin PLAN: 1/ gangrène de Fournier 2/ corps étrangers 3/ rectorragies I/ LA GANGRÈNE DE FOURNIER Définitions: fasciite nécrosante:

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

Société Francaise d Anesthésie et de Réanimation

Société Francaise d Anesthésie et de Réanimation Société Francaise d Anesthésie et de Réanimation PRISE EN CHARGE DES PERITONITES COMMUNAUTAIRES CONFERENCE DE CONSENSUS Texte court 16 juin 2000 Hôpital d Instruction des Armées Bégin 94163 Saint-Mandé

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou

Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou Pascal Bizot Département de chirurgie osseuse Université d Angers CRIOGO CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D'ANGERS Infection des PTH et PTG Tableaux

Plus en détail

TRAITEMENT de L ANGINE. Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011

TRAITEMENT de L ANGINE. Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011 TRAITEMENT de L ANGINE Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011 Definitions Angine = inflammation des amygdales, plus ou moins étendue au pharynx L angine à streptocoque ß hémolytique

Plus en détail

Infections de la peau et des tissus mous: cellulite, érysipèle et fasciite nécrosante

Infections de la peau et des tissus mous: cellulite, érysipèle et fasciite nécrosante Infections de la peau et des tissus mous: cellulite, érysipèle et fasciite nécrosante Stefano Bassetti a, Rein Jan Piso a, Peter Itin b a Medizinische Klinik, Kantonsspital Olten b Dermatologie, Universitätsspital

Plus en détail

Infection des parties molles. S.Touchais

Infection des parties molles. S.Touchais Infection des parties molles S.Touchais Flore Principales bactéries en causes dans les infections cutanées : - Sta. aureus - Streptococcus pyogenes (streptocoques du groupe A). 2 Streptocoques Ne sont

Plus en détail

Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 Copyright CMIT ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 Copyright CMIT ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer et distinguer une rougeole, une rubéole, un herpès, un mégalérythème épidémique,

Plus en détail

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris La prise en charge du pied diabétique reste problématique

Plus en détail

INFECTIONS DU PIED DIABETIQUE DE L ADULTE V5.1 21/07/2010

INFECTIONS DU PIED DIABETIQUE DE L ADULTE V5.1 21/07/2010 Fiche synoptique INFECTIONS DU PIED DIABETIQUE DE L ADULTE V5.1 21/07/2010 Les diabétiques à risque de plaie chronique = ceux qui ont une neuropathie. Son dépistage est essentiel et s'effectue au moyen

Plus en détail

Douleurs abdominales de la personne âgée aux urgences. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique

Douleurs abdominales de la personne âgée aux urgences. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique + Douleurs abdominales de la personne âgée aux urgences Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique + 2 Questions 1. Résultats de l évaluation gériatrique? 93 ans 89 ans 92 ans 87 ans 2. Balance Bénéfices-

Plus en détail

FASCIITES NÉCROSANTES

FASCIITES NÉCROSANTES FASCIITES NÉCROSANTES Hervé Dupont Pôle d Anesthésie Réanimation, CHU Nord, 80054 Amiens cedex, France. Email : dupont.herve@chu-amiens.fr INTRODUCTION Les fasciites nécrosantes sont des infections rares,

Plus en détail

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU INFECTION URINAIRE DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU I) INTRODUCTION C est un véritable problème de santé publique qui intéresse tous les acteurs. L infection urinaire est un terme

Plus en détail

PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL P.C.P.V

PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL
P.C.P.V PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL P.C.P.V SIGNES-DIAGNOSTICS-TRAITEMENT Dr NGUEKEU N. Steve Yanick Dr NANGA David Hôpital General de Reference de Panzi PLAN I. GÉNÉRALITÉS A. Définition B. Intérêt

Plus en détail

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Enoncé Une femme de 65 ans, obèse, vous consulte en urgence pour une douleur épigastrique irradiant dans l épaule droite apparue brutalement il y a 3 heures

Plus en détail

Pathologies inflammatoires et infectieuses de l oreille externe

Pathologies inflammatoires et infectieuses de l oreille externe Pathologies inflammatoires et infectieuses de l oreille externe Micro-organismes présents de façon commensale dans MAE : Champignons (ou micromycètes) : la famille des Aspergillacés (groupe des Aspergillus)

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES Diapositives réalisées par le comité des référentiels de la SPILF à partir des Recommandations Formalisées d Experts (RFE) organisées par la SFAR 17 décembre

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

DESC Maladies Infectieuses et Tropicales Fasciites Nécrosantes

DESC Maladies Infectieuses et Tropicales Fasciites Nécrosantes Unité Fonctionnelle d'infectiologie Régionale Dr Castan Bernard Praticien hospitalier Maladies infectieuses et tropicales CH Ajaccio Secrétariat : Stéphanie Torre : RDV: 04 95 29 94 53 Fax: 04 95 29 94

Plus en détail

ANTIBIOTIQUES. La Tobramycine est particulièrement utilisée pour traiter les surinfections pulmonaires des patients atteints de mucoviscidose.

ANTIBIOTIQUES. La Tobramycine est particulièrement utilisée pour traiter les surinfections pulmonaires des patients atteints de mucoviscidose. ANTIBIOTIQUES 1 - RAPPELS PHARMACOLOGIQUES 1 1 AMINOSIDES INDICATIONS Elles sont limitées aux infections à bacilles Gram négatif définis comme sensibles, notamment dans leurs manifestations rénales et

Plus en détail

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Qu est que c est? pourquoi? Évolution possible et risque? Ulcération chronique de la face plantaire des pieds - Apparait aux points d appuis

Plus en détail

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Les hémorroïdes : A. Sont des formations vasculaires physiologiques B. Participent à la continence anale C. Les hémorroïdes internes sont constitués de 5 paquets

Plus en détail

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Diapositives réalisées par le groupe de travail et revues

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Dr PILMIS Benoit (SAU Cochin) MÉNINGITES BACTÉRIENNES

Dr PILMIS Benoit (SAU Cochin) MÉNINGITES BACTÉRIENNES Dr PILMIS Benoit (SAU Cochin) MÉNINGITES BACTÉRIENNES DOGME Signes infectieux + purpura avec au moins 1 élément nécrotique ou ecchymotique d une taille > 3 mm 1 ère dose d ATB active sur le méningocoque

Plus en détail

THROMBOSE VEINEUSE PORTO-MÉSENTERIQUE

THROMBOSE VEINEUSE PORTO-MÉSENTERIQUE THROMBOSE VEINEUSE PORTO-MÉSENTERIQUE De Jean-Baptiste DANSET DES (3ème semestre) Sous la direction du Docteur Aurélie PLESSIER Centre référence des maladies vasculaires du foie Service d Hépatologie Hôpital

Plus en détail

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte Item 90 : Infections nasosinusiennes de l'enfant et de l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une rhinosinusite aiguë... 1 1. 1 Chez l'adulte...1

Plus en détail

QUELLE ATTITUDE ADOPTER DANS LES MANIFESTATIONS CUTANEES

QUELLE ATTITUDE ADOPTER DANS LES MANIFESTATIONS CUTANEES REUNION DE CONSENSUS SUR LA MALADIE DE CROHN QUELLE ATTITUDE ADOPTER DANS LES MANIFESTATIONS CUTANEES Alger 25 /26 Septembre 2013 F. AIT BELKACEM Clinique de Dermatologie CHU Mustapha Alger- Introduction

Plus en détail

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Les infections urinaires Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Plan du cours Généralités Principales étiologies Notions de sémiologie Diagnostic bactériologique

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

Angines (77a) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002

Angines (77a) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002 Angines (77a) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002 Pré-requis : Anatomie du pharynx et de la cavité buccale Bactériologie des voies aérodigestives supérieures Principes d'antibiothérapie Résumé : L angine

Plus en détail

ANTIBIOGUIDE ADULTE 2010

ANTIBIOGUIDE ADULTE 2010 ANTIBIOGUIDE ADULTE 2010 1 INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES Diagnostic Critères diagnostiques Principaux germes Antibiotiques Voie Posologie Durée Observations Otite moyenne aigue

Plus en détail

Infections de la peau

Infections de la peau Structure de la peau Infections de la peau http://www.tarleton.edu/~anatomy/ Physiopathologie peau = tissu colonisé par les bactéries (flore cutanée) MAIS très résistant aux infections conditions pour

Plus en détail

Erysipèle et fasciite nécrosante : prise en charge.

Erysipèle et fasciite nécrosante : prise en charge. Actualités Conférence de consensus Erysipèle et fasciite nécrosante : prise en charge. Texte court AVEC LA PARTICIPATION de l Association Française des Chirurgiens Maxillo-faciaux, de l Association des

Plus en détail

Avis 17 octobre 2012

Avis 17 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 octobre 2012 PYOSTACINE 250 mg, comprimé pelliculé Boîte de 16 (CIP : 34009 339 372 1 8) PYOSTACINE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 16 (CIP : 34009 313 585 8 9)

Plus en détail

Quand, Comment prescrire un antibiotique?

Quand, Comment prescrire un antibiotique? Quand, Comment prescrire un antibiotique? Dr. Hanène Tiouiri Benaïssa Usage rationnel des antibiotiques Société des sciences pharmaceutiques de Tunisie (S.S.P.T) Le 13 Octobre 2010 Les antibiotiques :

Plus en détail

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LA FIEVRE AIGUE DE L ENFANT Introduction (1) Symptôme majeur Angoisse excessive Température = équilibre entre pertes et production de chaleur Fièvre = réponse normale de

Plus en détail

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Cellule adipeuse Source de cellules souches Source de facteurs de croissance Possibilité

Plus en détail

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE FMC, Tours le 11 Septembre 2007 Pneumopathies communautaires Fréquent chez l enfant de

Plus en détail

Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014

Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014 Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014 Introduction La salpingite correspond à une infection tubaire secondaire à l'ascension de germes du vagin à travers le col vers

Plus en détail

INFECTION GÉNITALE HAUTE T. LINET - ESF DÉFINITION LA CERVICITE INTRODUCTION. Infection intéressant l endomètre et les trompes

INFECTION GÉNITALE HAUTE T. LINET - ESF DÉFINITION LA CERVICITE INTRODUCTION. Infection intéressant l endomètre et les trompes INFECTION GÉNITALE HAUTE T. LINET - ESF DÉFINITION Infection intéressant l endomètre et les trompes LA CERVICITE Ni tout à fait basse, ni tout à fait haute... Classée comme basse mais les germes sont partagés...

Plus en détail

SOMMAIRE. Président: G. MANTION (Besançon) Modérateurs : S. ROHR (Strasbourg) P. MATHIEU (Besançon)

SOMMAIRE. Président: G. MANTION (Besançon) Modérateurs : S. ROHR (Strasbourg) P. MATHIEU (Besançon) SOMMAIRE Président: G. MANTION (Besançon) Modérateurs : S. ROHR (Strasbourg) P. MATHIEU (Besançon) Gangrène de Fournier : présentation de la pathologie F. MATHIEU (Besançon) Prise en charge chirurgicale

Plus en détail

INFECTIONS NEUROMENINGEES. Dr Kaoutar JIDAR Service de Maladies infectieuses Hôpital Bichat Décembre 2010

INFECTIONS NEUROMENINGEES. Dr Kaoutar JIDAR Service de Maladies infectieuses Hôpital Bichat Décembre 2010 INFECTIONS NEUROMENINGEES Dr Kaoutar JIDAR Service de Maladies infectieuses Hôpital Bichat Décembre 2010 INTRODUCTION Les infections neuro-méning ningées regroupent l ensemble l des processus infectieux

Plus en détail

Brûlures de l enfant

Brûlures de l enfant Brûlures de l enfant Epidémiologie 3 e rang des accidents de l enfant 0-4 ans ; moyenne 2 ans ; garçons +++ Etiologies Brûlures thermiques : o Ebouillantage ; projection ; immersion ; flammes, incendies,

Plus en détail

DERMATO-PEDIATRIE PARTIE 2 JEUDI 21 JANVIER 2015 BOULOGNE-SUR-MER

DERMATO-PEDIATRIE PARTIE 2 JEUDI 21 JANVIER 2015 BOULOGNE-SUR-MER DERMATO-PEDIATRIE PARTIE 2 JEUDI 21 JANVIER 2015 BOULOGNE-SUR-MER Dermatite atopique Gale Teigne Pediculose Molluscum contagiosum CAS CLINIQUE PRISE EN CHARGE Diagnostic retenu : ECZEMA HERPETICUM Début

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

Dr Righini Christian Adrien

Dr Righini Christian Adrien Infections naso-sinusiennes de l adulte et de l enfant CAT devant une obstruction nasale Dr Righini Christian Adrien Clinique ORL Pôle TCCR CHU de Grenoble CRighini@chu-grenoble.fr Question 1 Quel sinus

Plus en détail

Anaphylaxie & angiœdèmes

Anaphylaxie & angiœdèmes Anaphylaxie & angiœdèmes DESC médecine d urgence Février 2016 Dr MEYNIEU P-E Pôle des Urgences Hôpital Pellegrin, Bordeaux 1/ Identifier le type d angiœdème 2/ Evaluer la gravité de la crise 3/ Mettre

Plus en détail

Actualisations récentes

Actualisations récentes Consensus de Prise en Charge des Infections Urinaires Communautaires SPILF 2014-15 Intérêts et Limites, pour quels Résultats? Dr Stéphane CHADAPAUD CH de Hyères Actualisations récentes IU C : Actualisation

Plus en détail

Cellulites cervico-faciales : à propos de 41 cas

Cellulites cervico-faciales : à propos de 41 cas Cas clinique Cellulites cervico-faciales : à propos de 41 cas Cervicofacial cellulitis: report of 41 cases RA RAKOTOARISON, NP RAMAROZATOVO, FA RAKOTO, FJ RAKOTOVAO RÉSUMÉ La cellulite cervico-faciale

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

MÉNINGITES INFECTIEUSES

MÉNINGITES INFECTIEUSES Méningites infectieuses MÉNINGITES INFECTIEUSES Généralités Virales +++ (entérovirus) = bénignes (sauf VIH, polio) Bactériennes = MEJPV ++, PEC précoce optimale Fongiques (cryptocoque chez ID) Méningo-encéphalite

Plus en détail

PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES

PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES 1 C. LAZERGES, B. COULET, M. CHAMMAS Service de chirurgie Orthopédique 2 et Chirurgie de la Main CHU Montpellier Les infections de la main se présentent soit sous

Plus en détail

H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO. ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013

H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO. ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013 H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013 INTRODUCTION Sinusites aigues se définissent comme une atteinte infectieuse de la muqueuse d une ou plusieurs cavités sinusiennes

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES INFECTIONS du SITE OPÉRATOIRE ( I.S.O.)

LUTTE CONTRE LES INFECTIONS du SITE OPÉRATOIRE ( I.S.O.) LUTTE CONTRE LES INFECTIONS du SITE OPÉRATOIRE ( ISO) Les infections du site opératoire (ISO) représentent la troisième cause des infections nosocomiales ( 14% des I N en 2006 ) Dans les réseaux de surveillance

Plus en détail

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène Infections urinaires communautaires Physio-pathologie Voie ascendante, rétrograde Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire Voie hématogène 1 Rappel anatomique Rétrograde Rappel anatomique

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail