La SIP: du microscope à la machine-outil l étonnante trajectoire industrielle de la Société genevoise d instruments de physique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La SIP: du microscope à la machine-outil l étonnante trajectoire industrielle de la Société genevoise d instruments de physique"

Transcription

1 La SIP: du microscope à la machine-outil l étonnante trajectoire industrielle de la Société genevoise d instruments de physique Musée d histoire des sciences

2 La Société genevoise d instruments de physique la culture de la perfection Ce carnet, paru à l occasion de l exposition La SIP, du microscope à la machine-outil, qui se tient au Musée d histoire des sciences du 3 novembre 2005 au 3 avril 2006, se propose d illustrer l étonnante épopée industrielle de la Société genevoise d instruments de physique (Sip), depuis sa création en 1862 jusque dans les années 1950, à travers six objets emblématiques de l exposition. Fondée par deux savants genevois de renom, Marc Thury et Auguste De la Rive, dans le but de fabriquer des instruments scientifiques, la Sip se retrouve une soixantaine d années plus tard propulsée au sommet de la hiérarchie des constructeurs de machines-outils. Ce passage de la science expérimentale à l industrie marque toutefois une rupture plus apparente que réelle. L activité scientifique étant plus prestigieuse que rentable, la Sip se diversifie dès 1870 dans les «biens d équipements». Ainsi, jusqu en 1914, 1 fabrique-t-elle principalement deux gammes de produits, les machines frigorifiques et les compteurs électriques. Parallèlement, tirant parti d une machine à diviser de grande précision mise au point par Marc Thury lui-même, l entreprise devient à partir de 1875 la grande spécialiste de la métrologie, livrant à travers le monde quantité de mètres étalon et règles graduées. En 1909, la Sip opère un pas décisif en direction de l industrie mécanique. Elle invente un banc de mesure révolutionnaire, capable de déterminer les dimensions exactes d une pièce. Dix ans plus tard, elle s ouvre définitivement les portes de l industrie avec la «machine à pointer», une perceuse de précision qui impose le micron comme unité de mesure. Plus soucieuse de perfection technique que de considérations économiques, la Sip entame dès les années 1970 un long déclin. Confrontée récemment à deux faillites, la fabrique vient à nouveau de déposer son bilan en octobre Va-t-elle réussir à renaître encore une fois, et perpétuer ainsi cette exigence de perfection qui aura marqué sa trajectoire depuis 150 ans? 3

3 # : les microscopes p. 7 9 # : les appareils à reproduire les aurores boréales p # : le mètre étalon p # : les compteurs électriques p # : «les machines à mesurer» p # : «les machines à pointer» p

4 1863 : les microscopes la SIP au service de la science # 01 Microscopes simple, composé et polarisant, Sip, Genève fin xix e siècle collection Musée d histoire des sciences, nº inv , 94 et 688 photographie: Flora Bevilacqua, Musée d histoire des sciences Instruments scientifiques par excellence, les microscopes figurent en bonne place dans les premiers catalogues de la Sip. On y trouve des microscopes simples (loupes montées) destinés aux naturalistes, des microscopes composés (plusieurs lentilles), des microscopes polarisants pour l étude 7

5 des coupes minéralogiques et de nombreux accessoires pour la microscopie: appareils d éclairage, lames, microtomes, etc. Les microscopes ne constituent cependant qu un petit échantillon de l o re pléthorique de la SIP à ses débuts. La société fabrique aussi bien des instruments de mesure hygromètres, spectroscopes, théodolites que des appareils de démonstration machine à trombes de Colladon ou appareil pour la reproduction des aurores boréales de De la Rive. Pourquoi une o re aussi abondante? Pour Thury et De la Rive, la Sip doit permettre aux savants genevois et suisses de disposer enfin d un atelier fabriquant des instruments de physique et de mécanique dans le pays, et de n être ainsi plus tributaires de l étranger. «C est pour combler s il est possible cette lacune, que des amis des sciences, résidant à Genève, ont provoqué la création d un atelier pour la construction de tous les appareils que l expérimentation réclame», expliquait Marc Thury. Si par hasard un instrument ne figure pas dans le catalogue, Eugène Schwerd, l artisan contremaître de l établissement se chargera de fournir tout instrument de recherches qui lui serait demandé, précisait encore le cofondateur de la Sip. La Sip poursuivra la fabrication d instruments scientifiques jusqu au sortir de la Première Guerre mondiale avant de se spécialiser dans les appareils de mesure de haute précision destinés à la métrologie industrielle. Des microscopes et d autres instruments scientifiques seront toutefois encore fabriqués à Genève jusque dans les années 1930 par l atelier de mécanique Thury & Amey, créé en 1878 par Emile Thury, fils du cofondateur de la Sip. 9

6 1863 : les appareils à reproduire les aurores boréales la nature expliquée par la physique # 02 Appareil à reproduire les aurores boréales, Auguste de la Rive, Genève, vers 1865 Collection Musée d histoire des sciences, nº inv. 501 photographie: Flora Bevilacqua, Musée d histoire des sciences Les aurores boréales fascinent l homme depuis la plus haute Antiquité. Si l on sait aujourd hui que ces phénomènes découlent de collisions entre particules solaires, piégées par le champ magnétique terrestre, et des molécules de la haute atmosphère, de nombreuses théories ont été énoncées 11

7 dans le passé pour expliquer la formation des aurores: inflammation des hautes couches de l atmosphère, pénétration de l atmosphère solaire dans celle de la terre, réflexion des rayons solaires sur les glaciers polaires, décharges électriques, etc. Vers 1850, Auguste De la Rive, physicien et expérimentateur de renom, s intéresse à son tour aux aurores. Influencé par les travaux de Benjamin Franklin sur l électricité atmosphérique et la découverte récente de l électromagnétisme, le savant genevois tente d expliquer les aurores polaires par l action conjointe de l électricité et du magnétisme terrestres. Elles découleraient de décharges entre l électricité positive de l atmosphère et celle négative de la terre dans les régions polaires. Ces décharges se transformeraient en rubans colorés sous l action des courants magnétiques terrestres. De la Rive fonde son explication sur de précédentes expériences où il a mis en évidence l action rotatoire des aimants sur des décharges électriques dans des gaz raréfiés. Il met au point un appareil de démonstration sophistiqué destiné à reproduire des aurores polaires en laboratoire. L appareil consiste en une grosse sphère en bois représentant la terre munie à ses pôles de deux tiges de fer coi ées chacune par un manchon en verre. En provoquant des décharges électriques dans les deux manchons (partiellement sous vide) et en aimantant les tiges de fer, on obtient des anneaux lumineux semblables aux aurores polaires. De la Rive construit un premier exemplaire vers 1860 qu il présentera en 1863 à l Observatoire de Paris. Dès la même année, la Sip propose à la vente le «grand appareil de De la Rive pour la reproduction des aurores boréales» pour le prix de 800 francs. 13

8 1875 : le mètre étalon le mètre copié à l infini # 03 Mètre étalon en acier nickel, Sip, Genève, 1899 Collection Musée d histoire des sciences photographie: Flora Bevilacqua, Musée d histoire des sciences C est en 1875 que le mètre issu de la Révolution française est o ciellement adopté par une vingtaine de pays dont la Suisse. Le Bureau International des Poids et Mesures de Paris (Bipm) est chargé de fabriquer un nouveau mètre étalon en platine iridié, à partir du «Mètre des Archives» en platine de

9 ainsi qu une vingtaine de prototypes identiques entre eux qui sont remis aux pays signataires de la «Convention du mètre». Ces prototypes servent à leur tour de modèles à la fabrication de copies (étalons secondaires) destinées à l usage courant (calibrage, comparaison des instruments de mesure) dans les laboratoires et les industries. A cette époque, la Sip possède déjà un grand savoir-faire dans le domaine de la métrologie. En e et, grâce à une machine à diviser (destinée à graver des graduations sur les règles) mise au point par Marc Thury en 1865, l entreprise produit des règles graduées et des étalons de mesure depuis près de 10 ans. Elle maîtrise les délicats procédés de fabrication qui permettent d obtenir des règles de dimension aussi stable que possible et dont les graduations ne s altèrent pas avec le temps. C est donc tout naturellement qu elle se voit confier par le Bipm la fabrication de nombreux étalons secondaires. Plusieurs milliers d exemplaires sortiront ainsi des ateliers genevois. Si la première machine à diviser de Thury est capable de graver des traits sur une règle avec une précision du dixième de millimètre sur la longueur totale, les machines suivantes atteindront une précision de l ordre du millième de millimètre (micron). En 1960, le mètre étalon physique en platine iridié est abandonné au profit d une nouvelle définition du mètre fondée sur le multiple de la longueur d onde dans le vide de la raie orange du krypton 86, une constante naturelle plus facilement reproductible et moins sujette au vieillissement que la règle métallique. La Sip continuera cependant à fabriquer des règles de précision, les mesures courantes en laboratoire étant bien plus faciles à réaliser à l aide d une règle graduée qu avec un interféromètre 17

10 1896 : les compteurs électriques les limites de la diversification # 04 Compteurs électriques, Sip, Genève, vers 1900 Collection Services industriels de Genève et Musée d'histoire des sciences photographie: Flora Bevilacqua, Musée d histoire des sciences Il ne faut que quelques années aux dirigeants de la Sip pour constater que la seule fabrication d appareils scientifiques est insu sante pour assurer la survie de l entreprise. L activité est d autant moins rentable que Marc Thury considère qu il est inconvenant de gagner de l argent sur le dos de la science et que 19

11 les articles sont fabriqués à l unité, quand il ne s agit pas de prototypes. Pour redresser la situation, il est fait appel à un jeune ingénieur, Théodore Turrettini, qui élargit l activité aux biens d équipements. A l exception de l électricité, toutes les filières énergétiques sont alors investies. Aux fourneaux à gaz s ajoutent les moteurs à eau, les compresseurs pneumatiques puis les «machines à froid» inventées par le physicien genevois Raoul Pictet. Entre 1877 et la Première Guerre mondiale, l entreprise fabriquera ainsi un bon millier d installations frigorifiques, principalement pour l industrie alimentaire. A Genève, la totalité des brasseries, ainsi que les abattoirs, les Laiteries Réunies et l Hôpital seront équipés par la Sip. Coïncidant avec la mise en service de l usine hydroélectrique de Chèvres, l année 1896 constitue l An i de l électricité à Genève. Par réalisme, la Sip s attaque à un marché émergent compatible avec ses moyens de production, les compteurs de courant électrique. Tous les segments sont couverts: compteurs monophasés, triphasés à trois ou quatre fils, à double tarif jour et nuit pour particuliers, appareils industriels. Bénéficiaire pendant une quinzaine d années, le département subit de plein fouet à partir de 1910 la concurrence de firmes spécialisées. En dépit d une rationalisation de la production, la Sip écoule ses appareils en dessous du seuil de rentabilité. En 1928, le département des compteurs est cédé à l entreprise zougoise Landis&Gyr, donnant naissance à la Sodeco (Société des compteurs de Genève). Celle-ci emménage en 1930 dans une usine horlogère désa ectée à la rue du Grand-Pré dans le quartier de la Servette. 21

12 1909 : «les machines à mesurer» La précision au service de la fabrication en série # 05 Machine à mesurer d atelier, Sip, Genève, vers 1920 Collection Sip photographie: Flora Bevilacqua, Musée d histoire des sciences Lancée en 1909, la «machine à mesurer» constitue la première vraie ouverture de la Sip au monde de l industrie mécanique. Décisive pour l avenir de l entreprise, cette impulsion est donnée par Fernand Turrettini, qui vient de succéder à son père Théodore. Homme 23

13 de son temps, Fernand a parfaitement saisi les enjeux de la fabrication en série, alors en plein essor. Les véhicules à moteur, les bicyclettes, les machines à coudre ou, dans le registre militaire, les armes automatiques, sont autant de biens apparus au tournant du xx e siècle qui doivent leur large di usion à deux développements ayant partie liée, la normalisation des pièces et leur interchangeabilité. Pour contrôler les tolérances d usinage, les industriels utilisent des calibres et des jauges dont il faut régulièrement vérifier les dimensions exactes. Tirant parti du savoir faire de la maison, Fernand Turrettini révolutionne la métrologie d atelier en concevant un banc capable de mesurer la valeur absolue d une pièce faisant jusqu à un mètre de longueur avec une précision de l ordre du millième de millimètre. En plus de la longueur, la machine permet également de mesurer les diamètres extérieurs, intérieurs et e ectifs. Précise, facile à utiliser et solide, la Mul (pour machine à mesurer universelle linéaire) voit son lancement favorisé par les circonstances. Pendant la Première Guerre mondiale, les entreprises d armement ou de munitions les plus prestigieuses s équipent largement de matériel Sip. Une fois la paix revenue, le relais est pris par les fabriques de moteurs et de mécanique de précision. 25

14 1921 : «les machines à pointer» Naissance d une machine mythique # 06 Machine à pointer nº 4, Sip Genève, 1921 photographie: Sip Lors du Salon de l auto 1923, la Sip présente au grand public sa dernière merveille, la «machine à pointer nº4». L entreprise est alors en passe de gagner son pari: prendre pied dans le monde de la machine-outil. En revanche, elle est loin d imaginer que cette réalisation sans équivalent, rapidement déclinée dans de multiples variantes, va la hisser au rang des meilleurs constructeurs 27

15 de machines-outils au monde. Aujourd hui encore, les «Mp» de la Sip demeurent des modèles de perfection mécanique et une référence en matière d usinage de précision. Comme la «machine à mesurer», la «Mp» est une réponse à l essor de la fabrication en série, un procédé qui repose, entre autres, sur un usinage parfait des pièces de façon à supprimer les opérations d ajustage. L obtention de tolérances serrées passe par un outillage de grande précision, délicat et coûteux à réaliser. Ainsi la confection d un gabarit de perçage requiert jusqu à six opérations distinctes (traçage à la main de l emplacement du trou, pointage, perçage, ajustage, alésage, contrôle), à répéter autant de fois qu il y a de trous à réaliser. Rien de cela avec la «Mp», qui réalise elle-même l ensemble du processus d usinage, sans déplacement de la pièce, une prouesse rendue possible grâce à des solutions techniques inédites. Les avantages qu elle procure en terme de productivité (jusqu à 90 % de gain de temps) et de précision (unité de mesure passant du centième au millième de millimètre) lui assurent une notoriété immédiate. En quelques années, la Sip compte les plus grands fabricants d automobiles et d avions parmi ses clients. En 1934, l entreprise présente une évolution de son fleuron, l «Hydroptic», conçue pour supporter les contraintes du fraisage. La machine comprend deux innovations: une commande hydraulique de la table et un système de positionnement des organes par règle étalon. Plus de 6000 «Mp» seront fabriquées jusqu à la fin des années

16 Colophon rédaction Bénédict Frommel Stéphane Fischer graphisme Mathieu Christe caractères Jigsaw Stencil Johanna Balušíková odile Sibylle Hagmann photolithographie bombie impression Noir sur noir Un grand merci à tous ceux qui ont contribué à la réalisation de cette exposition, en particulier aux employés et vétérans de la Sip, aux prêteurs privés ainsi qu au Musée Centre Müller de Bienne. Ce carnet a été publié à l occasion de l exposition «La SIP, du microscope à la machine-outil», 3 novembre 2005 au 3 avril 2006, au Musée d histoire des sciences de Genève. Usine Reiden (Lucerne) vers Trois générations de machines à pointer Sip: au centre une Mp 6b (1933), à droite une Hydroptic b (1935), à gauche une Mp 8 p (1953) photographie: collection Sip Halle de montage des machines à pointer, Sip Plainpalais, vers 1930 photographie: Sip papiers Inkada silk 240 gm 2 Eletto brillant 100 gm 2 reliure Monica Buchs commissaires d exposition Bénédict Frommel, Stéphane Fischer muséographie Laurent Pavy

17

18

LA MÉTROLOGIE. Lycée professionnel Gaston Barré. Certificat d Aptitude Professionnelle SESSION 2012-2013. Nom : Prénoms :

LA MÉTROLOGIE. Lycée professionnel Gaston Barré. Certificat d Aptitude Professionnelle SESSION 2012-2013. Nom : Prénoms : Lycée professionnel Gaston Barré Certificat d Aptitude Professionnelle Vendeur Magasinier en Pièces de Rechange et Equipements Automobiles SESSION 2012-2013 LA MÉTROLOGIE Nom : Prénoms : LYCEE GASTON BARRÉ

Plus en détail

Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres des interférences lumineuses?

Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres des interférences lumineuses? Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres en utilisant des interférences lumineuses? Il a fallu attendre le début des années 1980 pour «voir» pour la première fois des atomes de

Plus en détail

Du pied au mètre du marc au kilo

Du pied au mètre du marc au kilo Du pied au mètre du marc au kilo L histoire des unités des poids et mesures évoquée par quelques objets emblématiques des collections du Musée d histoire des sciences Du pied au mètre Ce carnet retrace

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Les services préventifs avancés de GF AgieCharmilles augmentent la capacité de vos machines pour plus de succès Cinq nouveaux services préventifs avancés viennent compléter les Customer Services de GF

Plus en détail

www.espacehippomene.ch

www.espacehippomene.ch www.espacehippomene.ch MYTHOLOGIE GRECQUE LA LéGENDE D HIPPOMèNE Loin dans la mythologie grecque, l histoire raconte la légende de la jeune chasseresse Atalante qui fut contrainte par son père à se marier.

Plus en détail

Information pour la presse. Centre de fraisage et de tournage TNX65/42 de TRAUB. Un système modulaire garantissant une productivité sur mesure

Information pour la presse. Centre de fraisage et de tournage TNX65/42 de TRAUB. Un système modulaire garantissant une productivité sur mesure presse Centre de fraisage et de tournage de TRAUB Un système modulaire garantissant une productivité sur mesure Reichenbach. Le nouveau centre de fraisage et de tournage de TRAUB permet d augmenter la

Plus en détail

CREATING LIGHT FOR PROFESSIONALS

CREATING LIGHT FOR PROFESSIONALS CREATING LIGHT FOR PROFESSIONALS www.less-sa.com 2 TECHNOLOGIE Une innovation suisse au service de votre productivité et de votre qualité Making more with L.E.S.S. SYSTEMES D ILLUMINATION NOUVELLE GENERATION

Plus en détail

Charnières et Verrouillages

Charnières et Verrouillages Toutes les solutions de et Verrouillages La société PINET propose, depuis 6 générations, des produits pour applications industrielles. Comptant parmi les leaders européens, la société investit dans des

Plus en détail

Bureau Des Méthodes BENLAHMIDI Said -Ecole Nationale Supérieure de Technologie-

Bureau Des Méthodes BENLAHMIDI Said -Ecole Nationale Supérieure de Technologie- VI. MISE EN POSITION DES PIECES VI.1 Introduction On appelle usinage toute opération de mise en forme par enlèvement de matière à l aide d une machine-outil destinée à conférer à une pièce des dimensions

Plus en détail

Dopez vos usinages de vilebrequins et d arbres à cames

Dopez vos usinages de vilebrequins et d arbres à cames Dopez vos usinages de vilebrequins et d arbres à cames Accélérez la production de vilebrequins Les vilebrequins sont des composants à nuls autres pareils il n existe pas de pièces qui soient usinées en

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Focométrie

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Focométrie RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Focométrie Benjamin Frere & Pierre-Xavier Marique 2ème candidature en sciences physiques, Université de Liège Année académique 2003-2004 But de l expérience Nous devions

Plus en détail

Vous investissez dans une nouvelle machine? Les 60 secondes à venir pourraient vous rapporter gros...

Vous investissez dans une nouvelle machine? Les 60 secondes à venir pourraient vous rapporter gros... Vous investissez dans une nouvelle machine? Les 60 secondes à venir pourraient vous rapporter gros... Prenez le bon départ Une approche avisée fait toute la différence Prendre le bon départ, n est pas

Plus en détail

CALENDRIER 2014/2015. Connaissance de l usinage un avantage décisif. Formation à la carte. Productivité et économie

CALENDRIER 2014/2015. Connaissance de l usinage un avantage décisif. Formation à la carte. Productivité et économie CALENDRIER 2014/2015 Connaissance de l usinage un avantage décisif Formation à la carte Productivité et économie Préparons le futur De nouveaux challenges pour cette année! Vous savez probablement mieux

Plus en détail

Solutions d étalonnage d humidité

Solutions d étalonnage d humidité Solutions d étalonnage d humidité www.michell.com Solutions d étalonnage d humidité L importance d un étalonnage régulier La fiabilité du fonctionnement d un hygromètre, et, d ailleurs, detout instrument

Plus en détail

Évolution Réglables 3D. Exacta

Évolution Réglables 3D. Exacta Évolution Réglables 3D Exacta L essence de la rationalité Exacta, réalisée pour conjuguer la perfection dans le réglage tridimensionnel des huisseries par un système facile et surtout fiable, permet une

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

Savoirs essentiels touchés L univers matériel Mélanges (Substances miscibles et non miscibles) L absorption

Savoirs essentiels touchés L univers matériel Mélanges (Substances miscibles et non miscibles) L absorption Préscolaire et 1 er cycle Tableau des savoirs essentiels - Animations volantes Débrouillards Compétence : Explorer le monde de la science et de la technologie. Thématiques Méli-mélo pour les explos Savoirs

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Décolletage & Mécanique de précision

Décolletage & Mécanique de précision Décolletage & Mécanique de précision Depuis 1936, plus de 70 ans d innovations... «1936 : Création de l entreprise SALVAT par Monsieur Gaston SALVAT. Spécialisée dans le décolletage, elle prit une part

Plus en détail

LE TOURNAGE SOMMAIRE. 5- Les portes pièces: - Les portes pièces standards page 8 - Les portes pièces dédiés page 9

LE TOURNAGE SOMMAIRE. 5- Les portes pièces: - Les portes pièces standards page 8 - Les portes pièces dédiés page 9 LE TOURNAGE SOMMAIRE 1- Les machines de tournage: - Les tours parallèles. page 2 - Les tours à copier. page 3 - Les tours semi-automatiques page 3 - Les tours automatiques page 3 - Les tours automatiques

Plus en détail

Bruno Fert DOSSIER DE MÉDIATION ESPACE CULTUREL MAURICE-UTRILLO

Bruno Fert DOSSIER DE MÉDIATION ESPACE CULTUREL MAURICE-UTRILLO Bruno Fert DOSSIER DE MÉDIATION ESPACE CULTUREL MAURICE-UTRILLO Festival Circulation(s) En tournée à Pierrefitte-sur-Seine Du mardi 10 au samedi 28 novembre 2015 Vernissage le samedi 7 novembre à 17h30

Plus en détail

Prénom Nom Classe. Voyage au coeur du temps. avec Pierrot l'horlo

Prénom Nom Classe. Voyage au coeur du temps. avec Pierrot l'horlo Prénom Nom lasse oyage au coeur du temps avec Pierrot l'horlo Qu est-ce que le temps? iens le découvrir avec Pierrot l Horlo Pour toi, qu est-ce-que le temps? Ecris en une phrase ce que cela représente

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE BIOLOGIE CELLULAIRE Présentés par Mr CHELLI A.

TRAVAUX PRATIQUES DE BIOLOGIE CELLULAIRE Présentés par Mr CHELLI A. TP N 1 DE BIOLOGIE CELLULAIRE : INITIATION A LA MICROSCOPIE Introduction : L œil humain ne peu distinguer des objets mesurant moins de 0,2 mm. Le microscope devient donc nécessaire pour l observation de

Plus en détail

Le dessin technique. Le dessin technique doit être compris par tous. Pour cela, il doit y quelques règles de présentation.

Le dessin technique. Le dessin technique doit être compris par tous. Pour cela, il doit y quelques règles de présentation. 1/5 Le dessin technique ou dessin industriel est un élément essentiel de la communication technique. Il s agit d un ensemble de conventions de représentation des objets qui assurent que l objet produit

Plus en détail

Conférence sur l ébavurage des perçages < Ø4.0mm. Nr.

Conférence sur l ébavurage des perçages < Ø4.0mm. Nr. Conférence sur l ébavurage des perçages < Ø4.0mm Conférence sur l ébavurage des perçages < Ø4.0mm Qui sommes nous? Notre activité : ébavurer, chanfreiner et lamer en une seule opération Des outils pour

Plus en détail

HAVE A SILCA COPY COPY HAVE A SILCA COPY. Machines Electroniques HAVE A SILCA COPY HAVE A SILCA COPY HAVE A SILCA COPY HAVE A COPY HAVE A SILCA COPY

HAVE A SILCA COPY COPY HAVE A SILCA COPY. Machines Electroniques HAVE A SILCA COPY HAVE A SILCA COPY HAVE A SILCA COPY HAVE A COPY HAVE A SILCA COPY HAVE A HAVE SILCA A SILCA COPY COPY HAVE A COPY HAVE A SILCA C A SILCA COPY HAVE A COPY HAVE A HAVE SILCACOPY A COPY HAVE A COPY HAVE HAVE A SILCA A SILCA COPY COPY Machines Electroniques LE MONDE SILCA

Plus en détail

Le Citaro K. Un concentré de qualités.

Le Citaro K. Un concentré de qualités. Le Citaro K Un concentré de qualités. Qu attendre d un autobus Mercedes-Benz? Le maximum! Il y a les autobus/autocars classiques et puis, il y a les véhicules Mercedes-Benz. Dans un environnement concurrentiel

Plus en détail

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS.

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS. Chez Gentec-EO, depuis plus de 40 ans, nous comprenons que l essence même de notre métier est l exactitude. Il n existe pas de demi-mesure : nos appareils mesurent avec exactitude ou ils ne mesurent pas

Plus en détail

Première S Chapitre 12. Images formées par les systèmes optiques. I. Image donnée par un miroir. II. Images données par une lentille convergente

Première S Chapitre 12. Images formées par les systèmes optiques. I. Image donnée par un miroir. II. Images données par une lentille convergente Première S Chapitre mages formées par les systèmes optiques.. mage donnée par un miroir.. Lois de la réflexion Soit un rayon lumineux issu dun point lumineux S et qui rencontre en le miroir plan M. l donne,

Plus en détail

DESIGNING YOUR PACKAGING SOLUTION

DESIGNING YOUR PACKAGING SOLUTION DESIGNING YOUR PACKAGING SOLUTION DESIGNING A WORLD OF SOLUTIONS C EST à l aube du XX ème siècle que Régis Brunon, mon arrière grand-père, rejoint la commune de Saint-Just-Malmont, qui vient tout juste

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

COURS DE COMMANDE NUMERIQUE

COURS DE COMMANDE NUMERIQUE COURS COMMAN NUMERIQUE PARTIE OPERATIVE D UN AXE NUMERIQUE Marque de référence Ou Strobe Vis à bille Disque de codeur Codeur Table Codeur Vis à bille Moteur à courant continu Dynamo tachymétrique Butée

Plus en détail

Locaux de travail. Nous réalisons pour vous, rapidement, avec flexibilité et au meilleur coût. KIFA bien construit, c est naturel!

Locaux de travail. Nous réalisons pour vous, rapidement, avec flexibilité et au meilleur coût. KIFA bien construit, c est naturel! Locaux de travail Nous réalisons pour vous, rapidement, avec flexibilité et au meilleur coût Bâtiments industriels Cloisons Cabines techniques Conteneurs ISO KIFA bien construit, c est naturel! Des solutions

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

Installation et maintenance des systèmes énergétiques et climatiques Option : froid et climatisation

Installation et maintenance des systèmes énergétiques et climatiques Option : froid et climatisation Installation et maintenance des systèmes énergétiques et climatiques Option : froid et climatisation La filière «Installation et maintenance des systèmes énergétiques et climatiques : Option : froid et

Plus en détail

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL Ecs 300LT CAPTEUR SoL 1 Pose du Capteur Manuel d installation et utilisation Le capteur se pose à 80 cm de profondeur, il doit être installé dans le sol et sera recouvert de terre.(tolérance du terrassement

Plus en détail

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

Table des matières. Page 1 sur 12

Table des matières. Page 1 sur 12 Table des matières 1. PRESENTATION TECHNIQUE DU DISPOSITIF... 2 1.1. DÉFINITION... 2 1.2. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES DIFFERENTS DISPOSITIFS... 3 2. EXIGENCES TECHNIQUES... 12 3. PRINCIPAUX CONSTRUCTEURS...

Plus en détail

Liste des produits Terminaux à air pour un climat intérieur confortable. lindab we simplify construction

Liste des produits Terminaux à air pour un climat intérieur confortable. lindab we simplify construction Liste des produits Terminaux à air pour un climat intérieur confortable lindab we simplify construction Terminaux à air pour un climat intérieur confortable Nous simplifions la construction Nous simplifions

Plus en détail

NOUS SAVONS CE DONT VOUS AVEZ BESOIN.

NOUS SAVONS CE DONT VOUS AVEZ BESOIN. 34596 (11/08) The Berner Group Berner GmbH Bernerstraße 6 D-74653 Künzelsau Berner Belgien NV/SA Bernerstraat 1 B-3620 Lanaken Berner Succ. Luxembourg 105, Rue des Bruyères L-1274 Howald EXPERTS PAR PASSION

Plus en détail

Pour que ça tourne rond

Pour que ça tourne rond Pour que ça tourne rond Piston Piston Bielle Bielle Vilebrequin Vilebrequin imoberdorf AG Werkhofstrasse 5 4702 Oensingen Suisse Tél. +41 (0)62 388 51 51 Fax +41 (0)62 388 51 55 verkauf@imoberdorf.com

Plus en détail

DONNEZ FORME À VOS PROJETS.

DONNEZ FORME À VOS PROJETS. Z.. - ndiennes 13a CP 236 CH-2074 Marin-Epagnier T. +41 32 756 66 56 F. +41 32 756 66 46 E. info@kyburz-cie.ch www.kyburz-cie.ch DONNEZ FORME À OS PROJETS. HSTORQUE ous êtes ici au cœur de la haute technologie,

Plus en détail

Electricité. Vérification de la loi de Coulomb. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P3.1.2.2. 0909-Wei. Electrostatique Loi de Coulomb

Electricité. Vérification de la loi de Coulomb. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P3.1.2.2. 0909-Wei. Electrostatique Loi de Coulomb Electricité Electrostatique Loi de Coulomb LEYBOLD iches d expériences de physique Vérification de la loi de Coulomb P3... Mesure avec le capteur de force et le newtonmètre Objectifs expérimentaux Mesure

Plus en détail

CNC5003. Manutention integree Pour production industrielle, l efficacité peut être augmentée par une manutention intégrée, robotisée.

CNC5003. Manutention integree Pour production industrielle, l efficacité peut être augmentée par une manutention intégrée, robotisée. CNC5003 CNC5003 CNC5003 est une machine industrielle également utilisée par les artisans. La machine est spécialement conçue pour les bois, l aggloméré, le plastique et l aluminium (métaux léger). Machine

Plus en détail

INSUL-TUBE SOLAR. insulation technologies

INSUL-TUBE SOLAR. insulation technologies INSUL-TUBE SOLAR insulation technologies 2 3 L ÉNERGIE SOLAIRE EN PLEIN BOOM Marquez des points avec INSUL-TUBE SOLAR! promesse pour l avenir, sur le plan écologique et économique. La part de marché 5

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

l encoche Deprez photographes de père en fils revue d information de la commune de Montana Décembre 2010 - N 14

l encoche Deprez photographes de père en fils revue d information de la commune de Montana Décembre 2010 - N 14 revue d information de la commune de Montana Décembre 2010 - N 14 Deprez photographes de père en fils 2010 Commune de Montana, sauf mention spéciale en fin d article. Reproduction autorisée avec mention

Plus en détail

MAGNETISME. 3) Effet du magnétisme 31) Action sur un aimant :

MAGNETISME. 3) Effet du magnétisme 31) Action sur un aimant : MAGNETISME 1) Les différentes sources de champ magnétique La terre crée le champ magnétique terrestre Les aimants naturels : les magnétites Fe 3 O 4 L acier que l on aimante Les électroaimants et circuits

Plus en détail

«Bien faire et le faire savoir»

«Bien faire et le faire savoir» Journée Portes Ouvertes «Bien faire et le faire savoir» Etienne Mimard Mimard dans l histoire stéphanoise, c est Un industriel Une entreprise Un lycée Etienne Mimard,un industriel éponyme Il naît le 18

Plus en détail

règles de base Les standards

règles de base Les standards règles de base Les standards Supports standards Exemples Tête de lettre, carte de correspondance, enveloppes 80 90 g/m 2, papier non-couché Journal 45 g/m 2, papier avec bois non-couché. Recyclé couverture

Plus en détail

La solution idéale pour l intégration au bâtiment

La solution idéale pour l intégration au bâtiment La solution idéale pour l intégration au bâtiment www.solarworld.fr Vos bénéfices Une solution pour l intégration au bâtiment permettant d obtenir de meilleur tarif d achat d électricité. Avec les Sunmodules

Plus en détail

LA PARFAITE ELECTRONIQUE POUR LE MATERIEL DE MESURE ET DE REGLAGE.

LA PARFAITE ELECTRONIQUE POUR LE MATERIEL DE MESURE ET DE REGLAGE. LA PARFAITE ELECTRONIQUE POUR LE MATERIEL DE MESURE ET DE REGLAGE. Made in Germany. 2 Responsabilité et engagement CEUX SONT LES HOMMES QUI FONT AVANCER LES IDEES ET CREENT DES PRODUITS DIGNES DE CONFIANCE

Plus en détail

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope.

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Le microscope simplifié TP : Le microscope Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Description : Un microscope est constitué entre autres de

Plus en détail

TESA MULTICOTES. Avec palpeurs inductifs. Lorsque la précision submicronique et la productivité sont essentielles CAS D APPLICATIONS

TESA MULTICOTES. Avec palpeurs inductifs. Lorsque la précision submicronique et la productivité sont essentielles CAS D APPLICATIONS CAS D APPLICATIONS TESA MULTICOTES Avec palpeurs inductifs Lorsque la précision submicronique et la productivité sont essentielles Les palpeurs inductifs restent inégalés lors de mesures multidimensionnelles

Plus en détail

HIGH INTENSITY DISCHARGER KIT XENON KIT XENON - EQUIPO XENON - SATZ XENON TARIF ET DOCUMENTATION TECHNIQUE

HIGH INTENSITY DISCHARGER KIT XENON KIT XENON - EQUIPO XENON - SATZ XENON TARIF ET DOCUMENTATION TECHNIQUE HIGH INTENSITY DISCHARGER KIT XENON KIT XENON - EQUIPO XENON - SATZ XENON TARIF ET DOCUMENTATION TECHNIQUE HIGH INTENSITY DISCHARGER KIT XENON KIT XENON - EQUIPO XENON - SATZ XENON LES AVANTAGES En comparant

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

au service d une vaste palette de tâches d inspection et de retouche

au service d une vaste palette de tâches d inspection et de retouche Systèmes d observation stéréo au service d une vaste palette de tâches d inspection et de retouche Une technologie optique brevetée permettant une visualisation sans fatigue et offrant des images d une

Plus en détail

B = (R 2 + (x x c ) 2 )

B = (R 2 + (x x c ) 2 ) PHYSQ 126: Champ magnétique induit 1 CHAMP MAGNÉTIQUE INDUIT 1 But Cette expérience 1 a pour but d étudier le champ magnétique créé par un courant électrique, tel que décrit par la loi de Biot-Savart 2.

Plus en détail

Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels. Centre de documentation et d information de l assurance

Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels. Centre de documentation et d information de l assurance 3/03/06 17:07 Page 9 DEP 428 FEV. 2006 DEP 428-4 volets Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels Centre de documentation et d information de l assurance FEV. 26, bd Haussmann

Plus en détail

Centre d usinage ROBOT-Drive. De la conception par CAO à la pièce finie Complet, précis, en un seul passage. Innovations pour la construction bois

Centre d usinage ROBOT-Drive. De la conception par CAO à la pièce finie Complet, précis, en un seul passage. Innovations pour la construction bois Centre d usinage ROBOT-Drive De la conception par CAO à la pièce finie Complet, précis, en un seul passage Innovations pour la construction bois 2 3 Le nouveau centre d usinage Hundegger ROBOT-Drive combine

Plus en détail

Leader en efficacité de l énergie électrique

Leader en efficacité de l énergie électrique T e c h n o l o g i e p o u r u n e é n e r g i e é l e c t r i q u e e f f i c a c e Leader en efficacité de l énergie électrique Une société au rôle majeur dans le contrôle de l énergie électrique Plus

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

Défi 1 Qu est-ce que l électricité statique?

Défi 1 Qu est-ce que l électricité statique? Défi 1 Qu estce que l électricité statique? Frotte un ballon de baudruche contre la laine ou tes cheveux et approchele des morceaux de papier. Décris ce que tu constates : Fiche professeur Après avoir

Plus en détail

Devenir ingénieur par la filière Fontanet

Devenir ingénieur par la filière Fontanet Devenir ingénieur par la filière Fontanet 02 Arts et Métiers ParisTech, une Grande École d Ingénieurs Créée en 1780, l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers a formé plus de 85 000 ingénieurs qui

Plus en détail

Les très grandes souffleries de l ONERA 2014

Les très grandes souffleries de l ONERA 2014 La grande soufflerie S1 de Modane, et les autres Avant de comprendre comment fonctionne une soufflerie, il est nécessaire de rappeler qu il n existe pas une, mais des souffleries. En effet, il est essentiel

Plus en détail

Approche expérimentale des effets de la diffraction sur la formation des images

Approche expérimentale des effets de la diffraction sur la formation des images N 775 BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 1131 Approche expérimentale des effets de la diffraction sur la formation des images Fiche professeur - TS - enseignement de spécialité par J. WALLON 1. OBJECTIFS

Plus en détail

ÉPREUVE'COMMUNE'DE'TIPE'2014''3'Partie'D. Changements et réglages des outils de coupe GUIDE POUR LE CANDIDAT :

ÉPREUVE'COMMUNE'DE'TIPE'2014''3'Partie'D. Changements et réglages des outils de coupe GUIDE POUR LE CANDIDAT : S317' ÉPREUVE'COMMUNE'DE'TIPE'2014''3'Partie'D TITRE : Changements et réglages des outils de coupe Temps de préparation : Temps de présentation devant le jury : Entretien avec le jury : 2 h 15 minutes

Plus en détail

Décision d'approbation de modèles n 99.00.861.002.2 du 9 septembre 1999

Décision d'approbation de modèles n 99.00.861.002.2 du 9 septembre 1999 Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Secrétariat d Etat à l Industrie Décision d'approbation de modèles n 99.00.861.002.2 du 9 septembre 1999 Direction de l'action régionale et de la

Plus en détail

MONNAYEURS POUR JEUX AUTOMATIQUES - TUTORIAL -

MONNAYEURS POUR JEUX AUTOMATIQUES - TUTORIAL - MONNAYEURS POUR JEUX AUTOMATIQUES - TUTORIAL - 0/ Préambule Elément incontournable (mais pas indispensable, nous le verrons plus tard) des jeux automatiques, le monnayeur (coin selector) est pourtant un

Plus en détail

Certificat d approbation C.E.E. de modèle n 01.00.392.002.0 du 21 septembre 2001

Certificat d approbation C.E.E. de modèle n 01.00.392.002.0 du 21 septembre 2001 Certificat d approbation C.E.E. de modèle n 01.00.392.002.0 du 21 septembre 2001. Organisme désigné par le ministère chargé de l industrie par décision du 22 août 2001 DDC/72/B011778-D1 Compteurs d eau

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

TESA Groupe Présentation d entreprise. Une alliance entre tradition et innovation Janvier 2014

TESA Groupe Présentation d entreprise. Une alliance entre tradition et innovation Janvier 2014 TESA Groupe Présentation d entreprise Une alliance entre tradition et innovation Janvier 2014 Plus de 5'000 instruments pour la mesure dimensionnelle. 2 TESA une partie d HEXAGON Hexagon Spécialisé dans

Plus en détail

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées Grâce aux Portefeuilles sélect RBC, vous pouvez dormir en paix, en sachant que RBC Gestion mondiale d actifs gère vos placements

Plus en détail

Sciences et technologie industrielles

Sciences et technologie industrielles Sciences et technologie industrielles Spécialité : Génie Energétique Classe de terminale Programme d enseignement des matières spécifiques Sciences physiques et physique appliquée CE TEXTE REPREND LE PUBLIE

Plus en détail

Louis Moinet MAGISTRALIS Qui sera le premier homme à porter la lune à son poignet? Louis Moinet répond à cette question avec «Magistralis»

Louis Moinet MAGISTRALIS Qui sera le premier homme à porter la lune à son poignet? Louis Moinet répond à cette question avec «Magistralis» Louis Moinet MAGISTRALIS Qui sera le premier homme à porter la lune à son poignet? Louis Moinet répond à cette question avec «Magistralis» MAGISTRALIS est une pièce exclusive unique, à nulle autre pareille,

Plus en détail

eclipse Tour Didactique à Commande Numérique

eclipse Tour Didactique à Commande Numérique eclipse Tour Didactique à Commande Numérique CONCEPTION Innovation Nos engagements de qualité et de constante amélioration sont les alliés de notre longue expérience dans la création de solutions éducatives.

Plus en détail

La fabrication additive devient exacte

La fabrication additive devient exacte La fabrication additive devient exacte Source : article de la machine-outil, www.machine-outil.com Démarche empirique, la construction de pièces métalliques par superposition successive de couches change

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

1919 siawood + Abrasifs professionnels de la prochaine génération

1919 siawood + Abrasifs professionnels de la prochaine génération 1919 siawood + Abrasifs professionnels de la prochaine génération 1919 siawood + Abrasifs professionnels de la prochaine génération L abrasif 1919 siawood nouvelle génération pose de nouveaux jalons dans

Plus en détail

Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel)

Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel) Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel) Octobre 2014 Table des matières Spectre électromagnétique... 3 Rayons lumineux... 3 Réflexion... 3 Réfraction... 3 Lentilles convergentes...

Plus en détail

Découpage de précision et technologie d ensembles Notre compétence votre intérêt

Découpage de précision et technologie d ensembles Notre compétence votre intérêt Découpage de précision et technologie d ensembles Notre compétence votre intérêt Pour vos découpes de précision, profitez d une adresse de tout premier ordre Notre parc machines est des plus récents :

Plus en détail

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES EXPÉRIENCE 5 MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES I. Introduction et objectifs Les miroirs et les lentilles sont des objets utilisés quotidiennement. Le miroir le plus répandu (et le plus simple) est le miroir

Plus en détail

Fixation d installations solaires sur toitures plates: Sûre Flexible Rapide

Fixation d installations solaires sur toitures plates: Sûre Flexible Rapide Fixation d installations solaires sur toitures plates: Sûre Flexible Rapide Nouveauté mondiale SOL-F SOL-F le système à la sécurité bien pensée pour la fixation d installations solaires sur toitures plates

Plus en détail

E/ECE/324/Rev.1/Add.96/Rev.1/Amend.2 E/ECE/TRANS/505/Rev.1/Add.96/Rev.1/Amend.2

E/ECE/324/Rev.1/Add.96/Rev.1/Amend.2 E/ECE/TRANS/505/Rev.1/Add.96/Rev.1/Amend.2 7 juillet 2011 Accord Concernant l'adoption de prescriptions techniques uniformes applicables aux véhicules à roues, aux équipements et aux pièces susceptibles d'être montés ou utilisés sur un véhicule

Plus en détail

Roulements à billes en plastique

Roulements à billes en plastique Roulements à billes en plastique Linear Motion and Assembly Technologies 1 STAR Roulements à billes en plastique Roulements à billes en plastique Construction Bague intérieure/extérieure Polyacétal Cage

Plus en détail

Mesure, précision, unités...

Mesure, précision, unités... 1. Introduction Mesure, précision, unités... La physique, science expérimentale, impose un recours à l'expérience pour élaborer, infirmer ou confirmer les théories. Mais cette démarche qui fait qu'une

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

Nestaan Holland B.V. www.nestaan.nl. Quality insulation with a personal touch

Nestaan Holland B.V. www.nestaan.nl. Quality insulation with a personal touch Nestaan Holland B.V. www.nestaan.nl Quality insulation with a personal touch Nestaan Holland Nestaan Holland est une entreprise familiale fondée en 1968 spécialisée dans la mise au point et la production

Plus en détail

Dossier de Presse 2013

Dossier de Presse 2013 Dossier de Presse 2013 - CCA, plus grosse entreprise industrielle de Corse, développe actuellement 4 sous-ensembles complexes pour les avions nouveaux (les Trappes de train avant et les Karmans de mâts

Plus en détail

APERÇU DES PRODUITS CONTACTS MAGNÉTICUES

APERÇU DES PRODUITS CONTACTS MAGNÉTICUES APERÇU DES PRODUITS CONTACTS MAGNÉTICUES Alarmtech Sweden AB est une entreprise ayant plus de 30 ans d expérience dans le domaine du développement et de la fabrication de produits de sécurité de qualité

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono 1. Mots manquants a. scalaire b. aimants/courants c. aiguille aimantée d. électrostatique. e. uniforme/ parallèles. f. la verticale/la Terre g. gravitation/la

Plus en détail

Mise en oeuvre. Mise en oeuvre. Le carton, l humidité et la planéité. Les changements de dimensions des fibres

Mise en oeuvre. Mise en oeuvre. Le carton, l humidité et la planéité. Les changements de dimensions des fibres Mise en oeuvre Si vous travaillez avec du carton multijet et que vous l utilisez correctement, vous verrez qu il s agit d un matériau très accommodant. Sa construction multijet est à la base des nombreuses

Plus en détail

Collimateur universel de réglage laser

Collimateur universel de réglage laser Collimateur universel de réglage laser Manuel de l utilisateur Réf. WG-840 Mise à jour 27.08.2013 En projetant un rayon laser dans l axe du canon de votre arme à feu, ce collimateur universel de réglage

Plus en détail

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1 L offre et la Chapitre 1 Contenu du chapitre 1. La du marché 2. L offre du marché 3. L équilibre du marché 4. Application: magnétoscope vs lecteur DVD 2 La notion de Demande 1. La du marché Prix C DEMANDE

Plus en détail

YOUR PARTNER IN SENSOR TECHNOLOGY. Ges.m.b.H. www.epluse.fr

YOUR PARTNER IN SENSOR TECHNOLOGY. Ges.m.b.H. www.epluse.fr SURVEILLANCE DES RÉSEAUX D AIR COMPRIMÉ YOUR PARTNER IN SENSOR TECHNOLOGY Ges.m.b.H. R www.epluse.fr Bundesbaugesellschaft Berlin mbh L air comprimé est l énergie la plus chère dans une usine de production!

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. saintronic. rendre le complexe accessible

DOSSIER DE PRESSE. saintronic. rendre le complexe accessible DOSSIER DE PRESSE saintronic SOMMAIRE Saintronic, la mobilité verte 1 2 3 4 5 LES NOUVELLES BORNES SAINTRONIC, INTELLIGENTES ET CONNECTÉES ELECTROMOBILISONS-NOUS! SAINTRONIC, 40 ANS DE PERFORMANCE INDUSTRIELLE

Plus en détail

Introduction aux. chauffe- eau solaires. eau. Ressources naturelles Canada. Natural Resources Canada

Introduction aux. chauffe- eau solaires. eau. Ressources naturelles Canada. Natural Resources Canada Introduction aux eau solaires chauffe- eau Ressources naturelles Canada Natural Resources Canada Chauffe-eau solaires L énergie solaire est une source d énergie propre et abondante qui peut nous aider

Plus en détail