La SIP: du microscope à la machine-outil l étonnante trajectoire industrielle de la Société genevoise d instruments de physique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La SIP: du microscope à la machine-outil l étonnante trajectoire industrielle de la Société genevoise d instruments de physique"

Transcription

1 La SIP: du microscope à la machine-outil l étonnante trajectoire industrielle de la Société genevoise d instruments de physique Musée d histoire des sciences

2 La Société genevoise d instruments de physique la culture de la perfection Ce carnet, paru à l occasion de l exposition La SIP, du microscope à la machine-outil, qui se tient au Musée d histoire des sciences du 3 novembre 2005 au 3 avril 2006, se propose d illustrer l étonnante épopée industrielle de la Société genevoise d instruments de physique (Sip), depuis sa création en 1862 jusque dans les années 1950, à travers six objets emblématiques de l exposition. Fondée par deux savants genevois de renom, Marc Thury et Auguste De la Rive, dans le but de fabriquer des instruments scientifiques, la Sip se retrouve une soixantaine d années plus tard propulsée au sommet de la hiérarchie des constructeurs de machines-outils. Ce passage de la science expérimentale à l industrie marque toutefois une rupture plus apparente que réelle. L activité scientifique étant plus prestigieuse que rentable, la Sip se diversifie dès 1870 dans les «biens d équipements». Ainsi, jusqu en 1914, 1 fabrique-t-elle principalement deux gammes de produits, les machines frigorifiques et les compteurs électriques. Parallèlement, tirant parti d une machine à diviser de grande précision mise au point par Marc Thury lui-même, l entreprise devient à partir de 1875 la grande spécialiste de la métrologie, livrant à travers le monde quantité de mètres étalon et règles graduées. En 1909, la Sip opère un pas décisif en direction de l industrie mécanique. Elle invente un banc de mesure révolutionnaire, capable de déterminer les dimensions exactes d une pièce. Dix ans plus tard, elle s ouvre définitivement les portes de l industrie avec la «machine à pointer», une perceuse de précision qui impose le micron comme unité de mesure. Plus soucieuse de perfection technique que de considérations économiques, la Sip entame dès les années 1970 un long déclin. Confrontée récemment à deux faillites, la fabrique vient à nouveau de déposer son bilan en octobre Va-t-elle réussir à renaître encore une fois, et perpétuer ainsi cette exigence de perfection qui aura marqué sa trajectoire depuis 150 ans? 3

3 # : les microscopes p. 7 9 # : les appareils à reproduire les aurores boréales p # : le mètre étalon p # : les compteurs électriques p # : «les machines à mesurer» p # : «les machines à pointer» p

4 1863 : les microscopes la SIP au service de la science # 01 Microscopes simple, composé et polarisant, Sip, Genève fin xix e siècle collection Musée d histoire des sciences, nº inv , 94 et 688 photographie: Flora Bevilacqua, Musée d histoire des sciences Instruments scientifiques par excellence, les microscopes figurent en bonne place dans les premiers catalogues de la Sip. On y trouve des microscopes simples (loupes montées) destinés aux naturalistes, des microscopes composés (plusieurs lentilles), des microscopes polarisants pour l étude 7

5 des coupes minéralogiques et de nombreux accessoires pour la microscopie: appareils d éclairage, lames, microtomes, etc. Les microscopes ne constituent cependant qu un petit échantillon de l o re pléthorique de la SIP à ses débuts. La société fabrique aussi bien des instruments de mesure hygromètres, spectroscopes, théodolites que des appareils de démonstration machine à trombes de Colladon ou appareil pour la reproduction des aurores boréales de De la Rive. Pourquoi une o re aussi abondante? Pour Thury et De la Rive, la Sip doit permettre aux savants genevois et suisses de disposer enfin d un atelier fabriquant des instruments de physique et de mécanique dans le pays, et de n être ainsi plus tributaires de l étranger. «C est pour combler s il est possible cette lacune, que des amis des sciences, résidant à Genève, ont provoqué la création d un atelier pour la construction de tous les appareils que l expérimentation réclame», expliquait Marc Thury. Si par hasard un instrument ne figure pas dans le catalogue, Eugène Schwerd, l artisan contremaître de l établissement se chargera de fournir tout instrument de recherches qui lui serait demandé, précisait encore le cofondateur de la Sip. La Sip poursuivra la fabrication d instruments scientifiques jusqu au sortir de la Première Guerre mondiale avant de se spécialiser dans les appareils de mesure de haute précision destinés à la métrologie industrielle. Des microscopes et d autres instruments scientifiques seront toutefois encore fabriqués à Genève jusque dans les années 1930 par l atelier de mécanique Thury & Amey, créé en 1878 par Emile Thury, fils du cofondateur de la Sip. 9

6 1863 : les appareils à reproduire les aurores boréales la nature expliquée par la physique # 02 Appareil à reproduire les aurores boréales, Auguste de la Rive, Genève, vers 1865 Collection Musée d histoire des sciences, nº inv. 501 photographie: Flora Bevilacqua, Musée d histoire des sciences Les aurores boréales fascinent l homme depuis la plus haute Antiquité. Si l on sait aujourd hui que ces phénomènes découlent de collisions entre particules solaires, piégées par le champ magnétique terrestre, et des molécules de la haute atmosphère, de nombreuses théories ont été énoncées 11

7 dans le passé pour expliquer la formation des aurores: inflammation des hautes couches de l atmosphère, pénétration de l atmosphère solaire dans celle de la terre, réflexion des rayons solaires sur les glaciers polaires, décharges électriques, etc. Vers 1850, Auguste De la Rive, physicien et expérimentateur de renom, s intéresse à son tour aux aurores. Influencé par les travaux de Benjamin Franklin sur l électricité atmosphérique et la découverte récente de l électromagnétisme, le savant genevois tente d expliquer les aurores polaires par l action conjointe de l électricité et du magnétisme terrestres. Elles découleraient de décharges entre l électricité positive de l atmosphère et celle négative de la terre dans les régions polaires. Ces décharges se transformeraient en rubans colorés sous l action des courants magnétiques terrestres. De la Rive fonde son explication sur de précédentes expériences où il a mis en évidence l action rotatoire des aimants sur des décharges électriques dans des gaz raréfiés. Il met au point un appareil de démonstration sophistiqué destiné à reproduire des aurores polaires en laboratoire. L appareil consiste en une grosse sphère en bois représentant la terre munie à ses pôles de deux tiges de fer coi ées chacune par un manchon en verre. En provoquant des décharges électriques dans les deux manchons (partiellement sous vide) et en aimantant les tiges de fer, on obtient des anneaux lumineux semblables aux aurores polaires. De la Rive construit un premier exemplaire vers 1860 qu il présentera en 1863 à l Observatoire de Paris. Dès la même année, la Sip propose à la vente le «grand appareil de De la Rive pour la reproduction des aurores boréales» pour le prix de 800 francs. 13

8 1875 : le mètre étalon le mètre copié à l infini # 03 Mètre étalon en acier nickel, Sip, Genève, 1899 Collection Musée d histoire des sciences photographie: Flora Bevilacqua, Musée d histoire des sciences C est en 1875 que le mètre issu de la Révolution française est o ciellement adopté par une vingtaine de pays dont la Suisse. Le Bureau International des Poids et Mesures de Paris (Bipm) est chargé de fabriquer un nouveau mètre étalon en platine iridié, à partir du «Mètre des Archives» en platine de

9 ainsi qu une vingtaine de prototypes identiques entre eux qui sont remis aux pays signataires de la «Convention du mètre». Ces prototypes servent à leur tour de modèles à la fabrication de copies (étalons secondaires) destinées à l usage courant (calibrage, comparaison des instruments de mesure) dans les laboratoires et les industries. A cette époque, la Sip possède déjà un grand savoir-faire dans le domaine de la métrologie. En e et, grâce à une machine à diviser (destinée à graver des graduations sur les règles) mise au point par Marc Thury en 1865, l entreprise produit des règles graduées et des étalons de mesure depuis près de 10 ans. Elle maîtrise les délicats procédés de fabrication qui permettent d obtenir des règles de dimension aussi stable que possible et dont les graduations ne s altèrent pas avec le temps. C est donc tout naturellement qu elle se voit confier par le Bipm la fabrication de nombreux étalons secondaires. Plusieurs milliers d exemplaires sortiront ainsi des ateliers genevois. Si la première machine à diviser de Thury est capable de graver des traits sur une règle avec une précision du dixième de millimètre sur la longueur totale, les machines suivantes atteindront une précision de l ordre du millième de millimètre (micron). En 1960, le mètre étalon physique en platine iridié est abandonné au profit d une nouvelle définition du mètre fondée sur le multiple de la longueur d onde dans le vide de la raie orange du krypton 86, une constante naturelle plus facilement reproductible et moins sujette au vieillissement que la règle métallique. La Sip continuera cependant à fabriquer des règles de précision, les mesures courantes en laboratoire étant bien plus faciles à réaliser à l aide d une règle graduée qu avec un interféromètre 17

10 1896 : les compteurs électriques les limites de la diversification # 04 Compteurs électriques, Sip, Genève, vers 1900 Collection Services industriels de Genève et Musée d'histoire des sciences photographie: Flora Bevilacqua, Musée d histoire des sciences Il ne faut que quelques années aux dirigeants de la Sip pour constater que la seule fabrication d appareils scientifiques est insu sante pour assurer la survie de l entreprise. L activité est d autant moins rentable que Marc Thury considère qu il est inconvenant de gagner de l argent sur le dos de la science et que 19

11 les articles sont fabriqués à l unité, quand il ne s agit pas de prototypes. Pour redresser la situation, il est fait appel à un jeune ingénieur, Théodore Turrettini, qui élargit l activité aux biens d équipements. A l exception de l électricité, toutes les filières énergétiques sont alors investies. Aux fourneaux à gaz s ajoutent les moteurs à eau, les compresseurs pneumatiques puis les «machines à froid» inventées par le physicien genevois Raoul Pictet. Entre 1877 et la Première Guerre mondiale, l entreprise fabriquera ainsi un bon millier d installations frigorifiques, principalement pour l industrie alimentaire. A Genève, la totalité des brasseries, ainsi que les abattoirs, les Laiteries Réunies et l Hôpital seront équipés par la Sip. Coïncidant avec la mise en service de l usine hydroélectrique de Chèvres, l année 1896 constitue l An i de l électricité à Genève. Par réalisme, la Sip s attaque à un marché émergent compatible avec ses moyens de production, les compteurs de courant électrique. Tous les segments sont couverts: compteurs monophasés, triphasés à trois ou quatre fils, à double tarif jour et nuit pour particuliers, appareils industriels. Bénéficiaire pendant une quinzaine d années, le département subit de plein fouet à partir de 1910 la concurrence de firmes spécialisées. En dépit d une rationalisation de la production, la Sip écoule ses appareils en dessous du seuil de rentabilité. En 1928, le département des compteurs est cédé à l entreprise zougoise Landis&Gyr, donnant naissance à la Sodeco (Société des compteurs de Genève). Celle-ci emménage en 1930 dans une usine horlogère désa ectée à la rue du Grand-Pré dans le quartier de la Servette. 21

12 1909 : «les machines à mesurer» La précision au service de la fabrication en série # 05 Machine à mesurer d atelier, Sip, Genève, vers 1920 Collection Sip photographie: Flora Bevilacqua, Musée d histoire des sciences Lancée en 1909, la «machine à mesurer» constitue la première vraie ouverture de la Sip au monde de l industrie mécanique. Décisive pour l avenir de l entreprise, cette impulsion est donnée par Fernand Turrettini, qui vient de succéder à son père Théodore. Homme 23

13 de son temps, Fernand a parfaitement saisi les enjeux de la fabrication en série, alors en plein essor. Les véhicules à moteur, les bicyclettes, les machines à coudre ou, dans le registre militaire, les armes automatiques, sont autant de biens apparus au tournant du xx e siècle qui doivent leur large di usion à deux développements ayant partie liée, la normalisation des pièces et leur interchangeabilité. Pour contrôler les tolérances d usinage, les industriels utilisent des calibres et des jauges dont il faut régulièrement vérifier les dimensions exactes. Tirant parti du savoir faire de la maison, Fernand Turrettini révolutionne la métrologie d atelier en concevant un banc capable de mesurer la valeur absolue d une pièce faisant jusqu à un mètre de longueur avec une précision de l ordre du millième de millimètre. En plus de la longueur, la machine permet également de mesurer les diamètres extérieurs, intérieurs et e ectifs. Précise, facile à utiliser et solide, la Mul (pour machine à mesurer universelle linéaire) voit son lancement favorisé par les circonstances. Pendant la Première Guerre mondiale, les entreprises d armement ou de munitions les plus prestigieuses s équipent largement de matériel Sip. Une fois la paix revenue, le relais est pris par les fabriques de moteurs et de mécanique de précision. 25

14 1921 : «les machines à pointer» Naissance d une machine mythique # 06 Machine à pointer nº 4, Sip Genève, 1921 photographie: Sip Lors du Salon de l auto 1923, la Sip présente au grand public sa dernière merveille, la «machine à pointer nº4». L entreprise est alors en passe de gagner son pari: prendre pied dans le monde de la machine-outil. En revanche, elle est loin d imaginer que cette réalisation sans équivalent, rapidement déclinée dans de multiples variantes, va la hisser au rang des meilleurs constructeurs 27

15 de machines-outils au monde. Aujourd hui encore, les «Mp» de la Sip demeurent des modèles de perfection mécanique et une référence en matière d usinage de précision. Comme la «machine à mesurer», la «Mp» est une réponse à l essor de la fabrication en série, un procédé qui repose, entre autres, sur un usinage parfait des pièces de façon à supprimer les opérations d ajustage. L obtention de tolérances serrées passe par un outillage de grande précision, délicat et coûteux à réaliser. Ainsi la confection d un gabarit de perçage requiert jusqu à six opérations distinctes (traçage à la main de l emplacement du trou, pointage, perçage, ajustage, alésage, contrôle), à répéter autant de fois qu il y a de trous à réaliser. Rien de cela avec la «Mp», qui réalise elle-même l ensemble du processus d usinage, sans déplacement de la pièce, une prouesse rendue possible grâce à des solutions techniques inédites. Les avantages qu elle procure en terme de productivité (jusqu à 90 % de gain de temps) et de précision (unité de mesure passant du centième au millième de millimètre) lui assurent une notoriété immédiate. En quelques années, la Sip compte les plus grands fabricants d automobiles et d avions parmi ses clients. En 1934, l entreprise présente une évolution de son fleuron, l «Hydroptic», conçue pour supporter les contraintes du fraisage. La machine comprend deux innovations: une commande hydraulique de la table et un système de positionnement des organes par règle étalon. Plus de 6000 «Mp» seront fabriquées jusqu à la fin des années

16 Colophon rédaction Bénédict Frommel Stéphane Fischer graphisme Mathieu Christe caractères Jigsaw Stencil Johanna Balušíková odile Sibylle Hagmann photolithographie bombie impression Noir sur noir Un grand merci à tous ceux qui ont contribué à la réalisation de cette exposition, en particulier aux employés et vétérans de la Sip, aux prêteurs privés ainsi qu au Musée Centre Müller de Bienne. Ce carnet a été publié à l occasion de l exposition «La SIP, du microscope à la machine-outil», 3 novembre 2005 au 3 avril 2006, au Musée d histoire des sciences de Genève. Usine Reiden (Lucerne) vers Trois générations de machines à pointer Sip: au centre une Mp 6b (1933), à droite une Hydroptic b (1935), à gauche une Mp 8 p (1953) photographie: collection Sip Halle de montage des machines à pointer, Sip Plainpalais, vers 1930 photographie: Sip papiers Inkada silk 240 gm 2 Eletto brillant 100 gm 2 reliure Monica Buchs commissaires d exposition Bénédict Frommel, Stéphane Fischer muséographie Laurent Pavy

17

18

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Dopez vos usinages de vilebrequins et d arbres à cames

Dopez vos usinages de vilebrequins et d arbres à cames Dopez vos usinages de vilebrequins et d arbres à cames Accélérez la production de vilebrequins Les vilebrequins sont des composants à nuls autres pareils il n existe pas de pièces qui soient usinées en

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Les services préventifs avancés de GF AgieCharmilles augmentent la capacité de vos machines pour plus de succès Cinq nouveaux services préventifs avancés viennent compléter les Customer Services de GF

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

Collimateur universel de réglage laser

Collimateur universel de réglage laser Collimateur universel de réglage laser Manuel de l utilisateur Réf. WG-840 Mise à jour 27.08.2013 En projetant un rayon laser dans l axe du canon de votre arme à feu, ce collimateur universel de réglage

Plus en détail

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Page 1 25 octobre 2012 Journée «Contrôle non destructif et caractérisation de défauts» Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Henri Walaszek sqr@cetim.fr Tel 0344673324

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Chauffage par inertie Caladia

Chauffage par inertie Caladia www.caladia.at Chauffage par inertie Caladia Plus qu'un chauffage. Innovateur Ecologique Economique Plus qu'un chauffage. Le nouveau chauffage par inertie Caladia H12 (1500x500x80 mm, 1500 W) Detail H12

Plus en détail

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES V ACTIONNEURS PNEUMATIQUES : 51 Généralités : Ils peuvent soulever, pousser, tirer, serrer, tourner, bloquer, percuter, abloquer, etc. Leur classification tient compte de la nature du fluide (pneumatique

Plus en détail

Généralités. Aperçu. Introduction. Précision. Instruction de montage. Lubrification. Conception. Produits. Guides à brides FNS. Guides standards GNS

Généralités. Aperçu. Introduction. Précision. Instruction de montage. Lubrification. Conception. Produits. Guides à brides FNS. Guides standards GNS Généralités Aperçu Introduction Précision Instruction de montage Lubrification Conception page............................. 4............................. 5............................. 6.............................

Plus en détail

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité Les égyptiens ont inventés de savantes méthodes pour élever un obélisque. Allongé, le bloc de pierre est soulevé à la verticale et maintenu dans ce nouvel état d équilibre. Le but des architectes égyptiens

Plus en détail

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL?

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Document professeur Niveau : Seconde LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Compétences mises en œuvre : S approprier : extraire l information utile. Communiquer. Principe de l activité : La question posée à la classe

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

KIF PARECHOC : L ANGE GARDIEN DES MONTRES

KIF PARECHOC : L ANGE GARDIEN DES MONTRES Présentation KIF PARECHOC : L ANGE GARDIEN DES MONTRES KIF Parechoc fait partie du groupe indépendant Acrotec SA, qui s est spécialisé dans le développement et la fabrication de composants horlogers de

Plus en détail

KASTOspeed: Scies automatiques de production à lame circulaire pour le débit économique de très grandes séries dans l acier et les non-ferreux.

KASTOspeed: Scies automatiques de production à lame circulaire pour le débit économique de très grandes séries dans l acier et les non-ferreux. KASTOspeed: Scies automatiques de production à lame circulaire pour le débit économique de très grandes séries dans l acier et les non-ferreux. Très grandes performances en un temps record: Scies automatiques

Plus en détail

GUIDE DETAILLE POUR MONTEUR ELECTRICIEN

GUIDE DETAILLE POUR MONTEUR ELECTRICIEN GUIDE DETAILLE POUR MONTEUR ELECTRICIEN NOM DE L'APPRENTI: ENTREPRISE:..... 4ème année d'ss. 1 Evaluation globale de la troisième année 2 Comportement adéquat envers la clientèle 3 Comportement envers

Plus en détail

LA MESURE DE LA TEMPERATURE

LA MESURE DE LA TEMPERATURE LA MESURE DE LA TEMPERATURE s effectue à l aide d un thermomètre ou plus exactement d une sonde thermométrique. Il s agit d un instrument permettant de repérer la température du milieu avec lequel il doit

Plus en détail

Décolletage & Mécanique de précision

Décolletage & Mécanique de précision Décolletage & Mécanique de précision Depuis 1936, plus de 70 ans d innovations... «1936 : Création de l entreprise SALVAT par Monsieur Gaston SALVAT. Spécialisée dans le décolletage, elle prit une part

Plus en détail

Nom : Groupe : Date : 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie?

Nom : Groupe : Date : 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie? Nom : Groupe : Date : Verdict Chapitre 11 1 La communication graphique Pages 336 et 337 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie? Les dessins de fabrication. Les schémas.

Plus en détail

Bridages Renishaw Votre source unique de bridages pour la métrologie

Bridages Renishaw Votre source unique de bridages pour la métrologie H-1000-0084-02-A Bridages Renishaw Votre source unique de bridages pour la métrologie Bridages pour MMT Bridages Vision Bridages Equator Bridages sur mesure Bridages Renishaw pour MMT Bridages modulaires

Plus en détail

PALPEURS ET BOÎTIERS INTERFACES ÉLECTRONIQUES TESA

PALPEURS ET BOÎTIERS INTERFACES ÉLECTRONIQUES TESA Case Study PALPEURS ET BOÎTIERS INTERFACES ÉLECTRONIQUES TESA Felco Les Geneveys-sur-Coffrane Suisse Les palpeurs demi-pont TESA GT21 installés dans la machine d inspection de FELCO ont su prouver leur

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

Les moments de force. Ci-contre, un schéma du submersible MIR où l on voit les bras articulés pour la récolte d échantillons [ 1 ]

Les moments de force. Ci-contre, un schéma du submersible MIR où l on voit les bras articulés pour la récolte d échantillons [ 1 ] Les moments de force Les submersibles Mir peuvent plonger à 6 000 mètres, rester en immersion une vingtaine d heures et abriter 3 personnes (le pilote et deux observateurs), dans une sphère pressurisée

Plus en détail

La correction de la myopie grâce au laser

La correction de la myopie grâce au laser La correction de la myopie grâce au laser Au fil du temps, les gens atteints de myopie en ont assez de devoir porter des lunettes ou des lentilles cornéennes qui les empêchent de profiter de leurs activités

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne)

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) Réf. : n 2010-61 PARTIE A INFORMATIONS ESSENTIELLES 1 RÉSUMÉ La motorisation individuelle, qui a presque 150 ans d histoire, a donné naissance

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono 1. Mots manquants a. scalaire b. aimants/courants c. aiguille aimantée d. électrostatique. e. uniforme/ parallèles. f. la verticale/la Terre g. gravitation/la

Plus en détail

LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation:

LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation: 1 www.cetime.ind.tn LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation: met à votre disposition des compétences et des moyens techniques pour vous assister dans vos démarches d innovation et d

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

Les très grandes souffleries de l ONERA 2014

Les très grandes souffleries de l ONERA 2014 La grande soufflerie S1 de Modane, et les autres Avant de comprendre comment fonctionne une soufflerie, il est nécessaire de rappeler qu il n existe pas une, mais des souffleries. En effet, il est essentiel

Plus en détail

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05. GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.2015) LE PROJET DÉTAILLÉ Présentation générale Graver la Paix

Plus en détail

Le MeiLLeuR RappORt qualité-prix

Le MeiLLeuR RappORt qualité-prix FORM 20 FORM 30 2 Le meilleur rapport qualité-prix Sommaire Points forts Mécanique Contrôle 4 6 10 Le générateur Préparation du travail GF AgieCharmilles 12 13 14 FORM 20 FORM 30 La qualité des applications

Plus en détail

Pour accompagner la réduction de la. Les dossiers obtenus au fur à mesure

Pour accompagner la réduction de la. Les dossiers obtenus au fur à mesure MÉTALLERIE MENUISERIE BARDAGE-VÊTURE STRUCTURES SOLAIRE Si Cesiom reste en 2D en ce qui concerne la saisie afin d associer modifications et rapidité, la 3D, présente dans la solution, permet une meilleure

Plus en détail

W 12-2 : haute performance et savoir-faire compact

W 12-2 : haute performance et savoir-faire compact Barrières W - Détecteurs réflex, élimination de premier plan EPP Détecteurs réflex, élimination d arrière-plan EAP W - : haute performance et savoir-faire compact Détecteurs réflex énergétiques fibres

Plus en détail

Un siècle d innovations

Un siècle d innovations DOSSIER PÉDAGOGIQUE Un siècle d innovations L Aventure Michelin 32 rue du Clos Four - 63100 Clermont-Ferrand - Tél : 04 73 98 60 60 - Fax : 04 73 98 60 69 www.laventuremichelin.com 2 PROGRAMMES D'HISTOIRE

Plus en détail

Fiche de révision sur les lois continues

Fiche de révision sur les lois continues Exercice 1 Voir la correction Le laboratoire de physique d un lycée dispose d un parc d oscilloscopes identiques. La durée de vie en années d un oscilloscope est une variable aléatoire notée X qui suit

Plus en détail

180 rue du Général Delestraint 59580 ANICHE France Tel : 03.27.99.38.01 Fax : 03.27.80.09.03 Email : contact @setraco.fr Site : www.setraco.

180 rue du Général Delestraint 59580 ANICHE France Tel : 03.27.99.38.01 Fax : 03.27.80.09.03 Email : contact @setraco.fr Site : www.setraco. 180 rue du Général Delestraint 59580 ANICHE France Tel : 03.27.99.38.01 Fax : 03.27.80.09.03 Email : contact @setraco.fr Site : www.setraco.fr Fort de ses 20 années d expérience et de ses équipes de professionnels

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

E/ECE/324/Rev.1/Add.96/Rev.1/Amend.2 E/ECE/TRANS/505/Rev.1/Add.96/Rev.1/Amend.2

E/ECE/324/Rev.1/Add.96/Rev.1/Amend.2 E/ECE/TRANS/505/Rev.1/Add.96/Rev.1/Amend.2 7 juillet 2011 Accord Concernant l'adoption de prescriptions techniques uniformes applicables aux véhicules à roues, aux équipements et aux pièces susceptibles d'être montés ou utilisés sur un véhicule

Plus en détail

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Communiqué de presse Dübendorf,St. Gall, Thun, le 22 août 2013 Deux-en-un : le NanoChemiscope 3D Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Le NanoChemiscope 3D est une merveille issue des plus

Plus en détail

- 2 - 6. Un exemple de sinistre qui serait couvert aux termes de la police incendie de base est :

- 2 - 6. Un exemple de sinistre qui serait couvert aux termes de la police incendie de base est : Spécimen de questionnaire d examen CET EXAMEN PORTE SUR LA MATIÈRE CONTENUE DANS LES DEUX COURS SUIVANTS : C12 : L assurance des biens et C12 : L assurance des biens, 1 re partie IMPORTANT : Vous disposez

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

: fours-cellules : à dégourdi : 3 machines à convertir : fours-cellules à dégourdi

: fours-cellules : à dégourdi : 3 machines à convertir : fours-cellules à dégourdi Département : 87 Aire d'étude Commune Adresse : Limoges centre : Limoges : Albert-Thomas (avenue) 27, 43 ; Genève (rue de) 1, 25 IM87001670 Edifice contenant : usine de porcelaine Guerry et Delinières,

Plus en détail

Centre de tournage. et de fraisage CNC TNX65/42

Centre de tournage. et de fraisage CNC TNX65/42 Centre de tournage et de fraisage CNC TNX65/42 Le tour TRAUB TNX65/42 pose de nouveaux jalons dans l'usinage à haute performance. Le concept de machine futuriste avec l'incomparable nouvelle unité de fraisage

Plus en détail

au service d une vaste palette de tâches d inspection et de retouche

au service d une vaste palette de tâches d inspection et de retouche Systèmes d observation stéréo au service d une vaste palette de tâches d inspection et de retouche Une technologie optique brevetée permettant une visualisation sans fatigue et offrant des images d une

Plus en détail

Rénovation de l alimentation électrique des pompes du Jet d eau de Genève Michel Giannoni, ing. EPFL, Dr ès sc., journaliste RP

Rénovation de l alimentation électrique des pompes du Jet d eau de Genève Michel Giannoni, ing. EPFL, Dr ès sc., journaliste RP Rénovation de l alimentation électrique des pompes du Jet d eau de Genève Michel Giannoni, ing. EPFL, Dr ès sc., journaliste RP Les Services Industriels de Genève sont à la fois propriétaires et exploitants

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Le partenaire de votre innovation technologique

Le partenaire de votre innovation technologique w w w.. s y n e r r v v i a i a. f. r f r Quelques chiffres Création en 2002 Association loi 1901 20 salariés 17 Ingénieurs et techniciens experts dans leurs domaines et présents dans les centres de compétences

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

La solution 3 en 1! Les outils polyvalents pour chaque type de bricoleur : Uneo Maxx et Uneo pour perforer, percer et visser.

La solution 3 en 1! Les outils polyvalents pour chaque type de bricoleur : Uneo Maxx et Uneo pour perforer, percer et visser. La solution 3 en 1! Les outils polyvalents pour chaque type de bricoleur : Uneo Maxx et Uneo pour perforer, percer et visser. L Uneo Maxx et l Uneo de Bosch. Les plus petits perforateurs du monde avec

Plus en détail

Électricité statique. Introduction. Quelques étapes historiques importantes

Électricité statique. Introduction. Quelques étapes historiques importantes Électricité statique Introduction L'électricité statique peut apparaître comme peu importante de nos jours en regard de l'électrodynamique mais cette dernière a été précédée historiquement par l'observation

Plus en détail

RELAIS STATIQUE. Tension commutée

RELAIS STATIQUE. Tension commutée RELAIS STATIQUE Nouveau Relais Statique Monophasé de forme compacte et économique Coût réduit pour une construction modulaire Modèles disponibles de 15 à 45 A Modèles de faible encombrement, avec une épaisseur

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

FOYER- INSERT - POÊLE - CHAUDIÈRE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER

FOYER- INSERT - POÊLE - CHAUDIÈRE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER FOYER- INSERT - POÊLE - CHAUDIÈRE - CUISINIÈRE GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ CHOISIR CHEMINÉES POUR PLUS DE PERFORMANCE > Les conduits Poujoulat sont ronds,

Plus en détail

LA MESURE DE LA PRESSION

LA MESURE DE LA PRESSION LA MESURE DE LA PRESSION La mesure de la pression s effectue à l aide d un baromètre. Il s agit d un instrument permettant de repérer la pression de l atmosphère dans laquelle il se trouve et ses variations

Plus en détail

Détection de fuite hélium Aspect Mesure

Détection de fuite hélium Aspect Mesure Détection de fuite hélium Aspect Mesure Préparé par : F.Rouveyre Date : 24 Octobre 2012 La détection de fuite La détection de fuite par spectrométrie de masse à gaz traceur a plus de 50 ans. Même si cette

Plus en détail

LA GESTION DE LA PRODUCTION N EST PLUS UN AVANTAGE CONCURRENTIEL QUOIQUE!

LA GESTION DE LA PRODUCTION N EST PLUS UN AVANTAGE CONCURRENTIEL QUOIQUE! LA GESTION DE LA PRODUCTION N EST PLUS UN AVANTAGE CONCURRENTIEL QUOIQUE! Pour beaucoup de petites et moyennes entreprises, le suivi de la production est encore fait «à la main» avec Excel ou Accces et

Plus en détail

Débitmetre à Insertion Technology and simplicity run together La connaissance technique acquise grâce à des années d expérience dans le contrôle et la mesure des débits, alliée à la passion et au travail

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Les métiers de la Physique Le domaine Sciences, Technologies, Santé Alexis, chargé de recherche diplômé d un Master Physique du rayonnement et de la matière et d un Doctorat en

Plus en détail

Profils de sol en aluminium pour garde-corps en verre. www.designproduction.fr

Profils de sol en aluminium pour garde-corps en verre. www.designproduction.fr Profils de sol en aluminium pour garde-corps en verre www.designproduction.fr PROFILS DE SOL ALUMINIUM SYSTÈME DE GARDE CORPS EN VERRE Les profils pour les serruriers, métalliers, miroitiers Nous disposons

Plus en détail

OUVREZ L OEIL. Cette fiche propose de mieux connaître le fonctionnement de l oeil, différents problèmes de vision et les correctifs à apporter.

OUVREZ L OEIL. Cette fiche propose de mieux connaître le fonctionnement de l oeil, différents problèmes de vision et les correctifs à apporter. OUVREZ L OEIL Cette fiche propose de mieux connaître le fonctionnement de l oeil, différents problèmes de vision et les correctifs à apporter. Thème : l optique Âges : 8 à 13 ans (à adapter pour les 5

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

www.cuny-constructions.com

www.cuny-constructions.com CONSTRUCTEUR, FABRICANT LORRAIN www.cuny-constructions.com Construisez lorrain! POURQUOI NOUS CONFIER VOTRE PROJET? UNE EXPÉRIENCE UNIQUE Le travail et la passion du bois depuis 1824, dans tous ces métiers

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

HIGH INTENSITY DISCHARGER KIT XENON KIT XENON - EQUIPO XENON - SATZ XENON TARIF ET DOCUMENTATION TECHNIQUE

HIGH INTENSITY DISCHARGER KIT XENON KIT XENON - EQUIPO XENON - SATZ XENON TARIF ET DOCUMENTATION TECHNIQUE HIGH INTENSITY DISCHARGER KIT XENON KIT XENON - EQUIPO XENON - SATZ XENON TARIF ET DOCUMENTATION TECHNIQUE HIGH INTENSITY DISCHARGER KIT XENON KIT XENON - EQUIPO XENON - SATZ XENON LES AVANTAGES En comparant

Plus en détail

FOYER - INSERT - POÊLE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER

FOYER - INSERT - POÊLE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER FOYER - INSERT - POÊLE - CUISINIÈRE GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ CHOISIR POUJOULAT POUR PLUS DE PERFORMANCE POUR L AVENIR > Les conduits Poujoulat sont ronds,

Plus en détail

L éther et la théorie de la relativité restreinte :

L éther et la théorie de la relativité restreinte : Henri-François Defontaines Le 16 octobre 2009 L éther et la théorie de la relativité restreinte : Univers absolu ou relatif? Imaginaire ou réalité? «Ether : PHYS. Anc. Fluide hypothétique, impondérable,

Plus en détail

Le satellite Gaia en mission d exploration

Le satellite Gaia en mission d exploration Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Division Affaires spatiales Fiche thématique (16.12.2013)

Plus en détail

EXAMEN #1 ÉLECTRICITÉ ET MAGNÉTISME 20% de la note finale

EXAMEN #1 ÉLECTRICITÉ ET MAGNÉTISME 20% de la note finale EXAMEN #1 ÉLECTRICITÉ ET MAGNÉTISME 20% de la note finale Hiver 2009 Nom : Chaque question à choix multiples vaut 3 points 1. Dans quelle direction est le potentiel au centre du carré dans la figure suivante?

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

LA MESURE AU SERVICE DE L INDUSTRIE,

LA MESURE AU SERVICE DE L INDUSTRIE, M é t r o l o g i e É TALONNAGE V É RIFICATION CERTIFICATION FORMATION LA MESURE AU SERVICE DE L INDUSTRIE, DE LA RECHERCHE & DE LA SÉCURITÉ LE PROGRÈS, UNE PASSION À PARTAGER Des ré ponses pour l industrie

Plus en détail

PASSEPORT INNOVATION Guide de présentation des demandes Mai 2015

PASSEPORT INNOVATION Guide de présentation des demandes Mai 2015 PASSEPORT INNOVATION Guide de présentation des demandes Mai 2015 Le présent document a été produit par le ministère de l Économie, de l Innovation et des Exportations Coordination et rédaction Direction

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ MCC et incertitude 10 mars 2015 Par Christophe Béesau et Christian Leliepvre Avec Altran, Solar Impulse s attaque au défi du tour du monde à l énergie solaire. Depuis 2010, Solar Impulse vole à l énergie

Plus en détail

L Oyster Perpetual GMT-MASTER II

L Oyster Perpetual GMT-MASTER II L Oyster Perpetual GMT-MASTER II Oyster, 40 mm, acier GMT-MASTER II Lancée en 1955, la GMT-Master a été développée pour répondre aux exigences des pilotes de ligne. Dévoilée en 2005, la GMTMaster II s'est

Plus en détail

MACHINE D ATELIER MULTI-FONCTION

MACHINE D ATELIER MULTI-FONCTION etude de cas MACHINE D ATELIER MULTI-FONCTION EN MODE MANUEL OU AUTOMATIQUE La MICRO-HITE 3D, une machine de mesure 3D tactile d entrée de gamme permettant un emploi intensif en atelier, est le produit

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Economie possible de 3 % Sur les charges

Economie possible de 3 % Sur les charges SUPRAWIND ÉCONOMISEUR D ÉNERGIE Les démarches, nombreuses et variées, qui visent à économiser l énergie s inscrivent dans un contexte de réchauffement climatique avec la nécessité d une diminution de l

Plus en détail

RELAZZO SCREEN NOTICE DE MONTAGE. R24610 FR 05.2014 www.rehau.com/relazzo * Des solutions polymères à l infini. Bâtiment Automobile Industrie

RELAZZO SCREEN NOTICE DE MONTAGE. R24610 FR 05.2014 www.rehau.com/relazzo * Des solutions polymères à l infini. Bâtiment Automobile Industrie RELAZZO SCREEN NOTICE DE MONTAGE R24610 FR 05.2014 www.rehau.com/relazzo * Des solutions polymères à l infini Bâtiment Automobile Industrie TABLE DES MATIÈRES 1 Remarques importantes 3 2 la gamme relazzo

Plus en détail

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES 1 LE BUS DU FUTUR EST SUISSE Grande première suisse et même mondiale, TOSA est un bus articulé à batterie rechargeable pour la desserte des villes. L'énergie de propulsion

Plus en détail

CONSTRUCTION D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE

CONSTRUCTION D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE CONSTRUCTION D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE Motivé par le développement durable je voulais absolument trouver la méthode pour me fabriquer un chauffe eau solaire. J ai donc décidé moi aussi de m investir dans

Plus en détail

Charnières à boîtier, paumelles et amortisseurs. Charnières

Charnières à boîtier, paumelles et amortisseurs. Charnières Charnières à boîtier, paumelles et amortisseurs Charnières Table des matières Charnières à boîtier 4-12 Amortisseurs pour portes de meubles et systèmes d'ouverture 13-14 Charnières spéciales 15-18 Charnières

Plus en détail

Cie L*43.62 a* -0.12 b* -20.16. Des couleurs qui tiennent la route. Solutions de gestion des couleurs pour le secteur de l automobile

Cie L*43.62 a* -0.12 b* -20.16. Des couleurs qui tiennent la route. Solutions de gestion des couleurs pour le secteur de l automobile Cie L*43.62 a* -0.12 b* -20.16 Des couleurs qui tiennent la route Solutions de gestion des couleurs pour le secteur de l automobile La couleur fait la différence Qu il s agisse d établir l identité visuelle

Plus en détail

Louis Moinet MAGISTRALIS Qui sera le premier homme à porter la lune à son poignet? Louis Moinet répond à cette question avec «Magistralis»

Louis Moinet MAGISTRALIS Qui sera le premier homme à porter la lune à son poignet? Louis Moinet répond à cette question avec «Magistralis» Louis Moinet MAGISTRALIS Qui sera le premier homme à porter la lune à son poignet? Louis Moinet répond à cette question avec «Magistralis» MAGISTRALIS est une pièce exclusive unique, à nulle autre pareille,

Plus en détail

Dossier de presse. Technofutur 06/02/2013. Dossier de presse réalisé avec le soutien d InnovaTech ASBL

Dossier de presse. Technofutur 06/02/2013. Dossier de presse réalisé avec le soutien d InnovaTech ASBL Dossier de presse Technofutur Industrie 06/02/2013 Dossier de presse réalisé avec le soutien d InnovaTech ASBL Des «machines multitâches» pour rendre notre industrie plus performante Technofutur Industrie

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

Comment réduire vos arrêts et améliorer le TRS

Comment réduire vos arrêts et améliorer le TRS White Paper Comment réduire vos arrêts et améliorer le TRS Découvrez les cinq questions essentielles que vous devez vous poser et comment y apporter des réponses onsolution HMI SCADA MES Software White

Plus en détail

Marquage laser des métaux

Marquage laser des métaux 62 Colorer Marquage laser des métaux TherMark Produit à base aqueuse pour un nettoyage rapide. Appliquer une fine couche de produit sur le métal, laisser sécher moins de 2 minutes et graver au laser. L

Plus en détail

TB-12. Caractéristiques* TAMIZADOS ÉMAILLÉES CRISTAL MÉTALLISÉES. Type : Double emboîtement latéral et double emboîtement longitudinal discontinu.

TB-12. Caractéristiques* TAMIZADOS ÉMAILLÉES CRISTAL MÉTALLISÉES. Type : Double emboîtement latéral et double emboîtement longitudinal discontinu. TB- Caractéristiques* Longueur : 43,9 cm. Largeur : 6 cm. Poids : 3,5 kg. Unités/m :,5 uds. Pureau utile : 37 cm. Type : Double emboîtement latéral et double emboîtement longitudinal discontinu. *Valeurs

Plus en détail

Pour obtenir les coordonnées des personnes citées ci-dessous veuillez contacter Julie au 02.47.31.65.66 ou par mail julie@ui37.com

Pour obtenir les coordonnées des personnes citées ci-dessous veuillez contacter Julie au 02.47.31.65.66 ou par mail julie@ui37.com Pour obtenir les coordonnées des personnes citées ci-dessous veuillez contacter Julie au 02.47.31.65.66 ou par mail julie@ui37.com Journal de l emploi Janvier 2015 TABLEAU RECAPITULATIF NUMERO QUALIFICATION

Plus en détail

19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles

19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles 19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles Un salon Reconnu depuis plus de 18ans comme l unique salon professionnel dédié aux produits dérivés culturels, Face

Plus en détail

Groupe de travail : gestion, conservation et communication des archives

Groupe de travail : gestion, conservation et communication des archives DE L'ARIEGE Groupe de travail : gestion, conservation et communication des archives Mercredi 26 octobre 2011 9h - 12h 4 Rue Raoul Lafagette 09000 FOIX Tél : 05.34.09.32.40 Fax : 05.34.09.30.88 www.cdg09.fr

Plus en détail

Centre d usinage ROBOT-Drive. De la conception par CAO à la pièce finie Complet, précis, en un seul passage. Innovations pour la construction bois

Centre d usinage ROBOT-Drive. De la conception par CAO à la pièce finie Complet, précis, en un seul passage. Innovations pour la construction bois Centre d usinage ROBOT-Drive De la conception par CAO à la pièce finie Complet, précis, en un seul passage Innovations pour la construction bois 2 3 Le nouveau centre d usinage Hundegger ROBOT-Drive combine

Plus en détail

solutions sun2live TM

solutions sun2live TM solutions sun2live TM solaire + stockage d énergie par le Groupe meeco Production et stockage d énergie en tout lieu. sun2live est la solution du Groupe meeco en matière de génération d électricité distribuée

Plus en détail