Le Traitement Magnétique de l Eau. Illusion ou. Économies réelles

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Traitement Magnétique de l Eau. Illusion ou. Économies réelles"

Transcription

1 Le Traitement Magnétique de l Eau Illusion ou Économies réelles 1

2 Le Traitement Magnétique ILLUSION: Erreur de perception; Erreur d esprit ÉCONOMIES: Art de réduire des dépenses Réduction continue de dépenses 2

3 Normand Viens Honeywell, Services Techniques Joe Ivanusech Entretien Mountain Place 3

4 De 1980 à 1989: 33 Recherches ou Publications avec Traitement magnétique 5 pays sur 13 confirment ce qui sera présenté URSS, Angleterre, France, Indes, Norvège ILLUSION? 4

5 Le Traitement Magnétique 5

6 Le Traitement Magnétique Conditions favorables : conditionneur multi-champs magnétique traitement magnétique dans un circuit alcalinité et dureté minimum au départ 6

7 Le Traitement Magnétique Dans les rapports des 5 pays identifiés déjà: On observe un changement morphologique en aragonite et le ph augmente avec une forte concentration d hydroxide de calcium dans l eau. (catalyseur = appareil ou produit qui provoque un changement chimique par sa seule présence) 7

8 Le traitement magnétique Comportement sans conditionneur RÉACTIONS DANS L'EAU (sans catalyseur) Ca(HCO 3 ) 2 + H 2 O CaCO 3 + CO 2 + 2H 2 O précipitation calcaire CO 2 + H 2 O H 2 CO 3 acide carbonique Ca(HCO 3 ) 2 + H 2 O bicarbonate CaCO 3 + H 2 CO 3 + H 2 O entartrage et acide carbonique 8

9 Le traitement magnétique Comportement avec conditionneur RÉACTIONS DANS L'EAU (avec catalyseur) + H CO = H + HCO Ca(HCO ) bicarbonate CaCO + H + HCO carbonate CaCO 3 + 2H2O Ca(OH) 2 + H + HCO3 carbonate hydroxyle bicarbonate 9

10 Le Traitement Magnétique Lakehead University 10

11 Le Traitement Magnétique Lakehead University 11

12 Le traitement magnétique Université de Sherbrooke CACO 3 SANS CONDITIONNEUR (CALCITE) Aspect morphologique (BME 300X) des particules recueillies dans l'eau de purge d'un évaporateur commercial avec une eau non traitée. (Université de Sherbrooke, novembre 1988) 12

13 Le traitement magnétique Université de Sherbrooke CACO 3 AVEC CONDITIONNEUR (ARAGONITE) Aspect morphologique (BME 300X) des particules recueillies dans l'eau de purge d'un évaporateur commercial avec une eau traitée par un seul passage à travers le conditionneur. (Université de Sherbrooke, novembre 1988) 13

14 Le traitement magnétique CRIQ à Montréal 14

15 Le traitement magnétique CRIQ à Montréal 24 février mars

16 Le traitement magnétique CNETE SHAWINIGAN COLMATAGE D UNE MEMBRANE OI Aspect morphologique (BME_2500X) des particules recueillies sur une membrane d osmose inverse avec une eau dure non traitée. (CNETE, Shawinigan 2002) 16

17 Le traitement magnétique CNETE Shawinigan CHANGEMENT MORPHOLOGIQUE IMPORTANT Aspect morphologique (BME_2500X) des particules recueillies sur une membrane d osmose inverse avec une eau dure conditionnée. (CNETE, Shawinigan 2002) 17

18 Le traitement magnétique LA SATURATION SELON LANGELIER Source:TheNalcoWaterHandbok,secondedition Alcalinité Alkalinit y mg/ l CaCO Temperature o F 150 o 125 o 100 o 75 o 50 o EXEMPLE : D u re té Alcalinité ph T e m p é r phs = 240 mg/l = 190 mg/l = 6.8 = 70 of = 7.3 In d ice d e L an g e lie r = = -0.5 Positif = eau saturée = précipitation Négatif=eau aggr. = dissolution Dureté Ca, en mg/ l CaCO 3 ph de saturation (ph s ) Ca Hardness, mg/ l as CaCO 3 ph value at Saturation (ph s ) 18

19 Le traitement magnétique RELATION ENTRE LE PH ET LES ALCALINITÉS Source:TheNalcoWaterHandbok,secondedition 19

20 Le traitement magnétique DÉDUCTIONS DE LA MESURE DES ALCALINITÉS Alcalinité P (Phénolphtaléine) = 1/2 Carbonates + Hydroxiles Alcalinité M (Méthyl-Orange) = Bicarbonates + Carbonates + Hydroxiles Selon NALCO, ASHRAE, et d'autres : Si P = 0 M = seulement des Bicarbonates (HCO -1 3 ) Si 2P = M M = seulement des Carbonates (CO -2 3 ) Si P = M M = seulement des Hydroxiles (OH -1 ) Si 2P > M Si 2P < M aucun Bicarbonate présent aucun Hydroxile présent Si le ph de l'eau est plus que 8.2, le CO 2 gaseux qui résulte du fractionnement de la molécule de bicarbonate ne peut exister. L'ion bicarbonate formera plutôt un ion carbonate et un ion hydrogène selon : HCO 3-1 <=> CO H+ 20

21 Le Traitement Magnétique 21

22 LE TRAITEMENT MAGNÉTIQUE 22

23 Le Traitement Magnétique 23

24 Le Traitement Magnétique 24

25 Le Traitement Magnétique 25

26 Le Traitement Magnétique Études de cas où le traitement magnétique a été employé. Neptronic Plastiques Médisma Complexe Mountain Place Collège Bois-de-Boulogne CH Robert-Giffard Collins & Aikman Réadaptation Gingras-Lindsay Manoir Globenzky Poste de Police 26

27 27

28 Humidificateur Neptronic Pour un passage de 300 litres d eau dure SANS conditionneur AVEC conditionneur 28

29 Humidificateur Neptronic SANS conditionneur AVEC conditionneur 29

30 30

31 31

32 32

33 33

34 34

35 35

36 Manoir Globenzky Chaudière Début

37 Le Traitement Magnétique 37

38 Le Traitement Magnétique 38

39 Le Traitement Magnétique 39

40 Le Traitement Magnétique 40

41 Le Traitement Magnétique 41

42 Le Traitement Magnétique Remerciements : au CNRC, à l École Polytechnique à Lakehead University au CRIQ à Université de Sherbrooke au CNETE au COREM à madame M. Merchat à ASHRAE 42

43 En 2013, Confirmation scientifique par le COREM Que le traitement magnétique forme une couche protectrice de magnétite à basse température sur les parois de la tuyauterie d un circuit d eau froide. 43

44 Le traitement magnétique APPLICATIONS DU PROCÉDÉ Chauffage Hydronique Tours de refroidissement Échangeurs de chaleur Chauffage solaire Circuits industriels Géothermie Osmose inverse Humidificateur Circuits commerciaux Compresseurs, etc. 44

L eau dure La dureté de l eau

L eau dure La dureté de l eau L eau dure La dureté de l eau Tous les jours, les publicités nous parlent de l'eau qui est trop dure, de l'eau qui est pleine de calcaire, que cela n'est pas bon. Quelles sont les conséquences liées à

Plus en détail

QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT

QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT Remplissage des eaux de chauffage et traitement d'eau QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT SA Route du Madelain 6 1753 Matran Association des techniciens en chauffage, climatisation

Plus en détail

I - LES EAUX DE CONSOMMATION

I - LES EAUX DE CONSOMMATION THEME N 2 : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Ce thème est une approche à la fois individuelle et globale des problèmes de l'alimentation des hommes sur la planète. Ce thème doit permettre de poser scientifiquement

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

Caractéristiques chimiques

Caractéristiques chimiques Caractéristiques chimiques L exploitation géothermique de la ressource en eau nécessite de connaître la stabilité chimique des eaux afin d évaluer leur impact éventuel sur les systèmes de pompes à chaleur.

Plus en détail

Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard!

Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! Le Problème Suivant la position de l'équilibre entre la formation d'acide carbonique (H 2 CO 3 ) et celle de carbonate de calcium

Plus en détail

(bicarbonates ) et CO 3

(bicarbonates ) et CO 3 2/ Les eaux gazeuses LE SYSTÈME CARBONATE est l'ensemble formé par trois types de composés chimiques, qui sont : - dans l'atmosphère : le gaz carbonique (CO2) ; - dans l'eau : les composés de l'acide carbonique

Plus en détail

Laboratoire #3 : Dosage des carbonates

Laboratoire #3 : Dosage des carbonates Laboratoire #3 : Dosage des carbonates Au cours de cette expérience, vous allez obtenir de façon simple du dioxyde de carbone, caractériser quelques unes de ses propriétés et effectuer quelques réactions

Plus en détail

LES EAUX DE CONSOMMATION

LES EAUX DE CONSOMMATION 1L TP COURS Partie 2 N 1 LES EAUX DE CONSOMMATION A. LES DIFFERENTS TYPES D EAUX Existetil plusieurs types d eaux de consommation? Il existe deux types d eaux de consommation : l eau minérale et l eau

Plus en détail

COURS DE CHI35 THEME EXPOSE:DETERMINATION DE LE DURETE DE L EAU. (Equilibres des carbonates)

COURS DE CHI35 THEME EXPOSE:DETERMINATION DE LE DURETE DE L EAU. (Equilibres des carbonates) UNIVERSITE DE DSCHANG FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE CHIMIE UNIVERSITY OF DSCHANG FACULTY OF SCIENCES DEPARTMENT OF CHEMISTRY COURS DE CHI35 THEME EXPOSE:DETERMINATION DE LE DURETE DE L EAU (Equilibres

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

OLYMPIADES NATIONALES DE LA CHIMIE 2011 THEME : CHIMIE ET EAU ACADEMIE D AMIENS QUELQUES EAUX POTABLES OU NON POTABLES

OLYMPIADES NATIONALES DE LA CHIMIE 2011 THEME : CHIMIE ET EAU ACADEMIE D AMIENS QUELQUES EAUX POTABLES OU NON POTABLES OLYMPIADES NATIONALES DE LA CHIMIE 2011 THEME : CHIMIE ET EAU ACADEMIE D AMIENS THEORIE REGION DE PICARDIE NOTE NOM PRENOM LYCEE Que signifie l adjectif potable? Peutêtre bu sans danger QUELQUES EAUX POTABLES

Plus en détail

1 Activité documentaire : L érosion (25 min)

1 Activité documentaire : L érosion (25 min) Séance de Spécialité n o 13 Érosion & eaux minérales Mots-clefs «dissolution», «érosion» et «eau potable». 1 Activité documentaire : L érosion (25 min) Paysage érodé de Cappadoce en Turquie. 1.1 L érosion

Plus en détail

Les nitrates fiche guide

Les nitrates fiche guide Les nitrates fiche guide Notions abordées Chimie Sciences Mathématiques - Réactions chimiques - Concentration - Filtration - Rôle de l azote - Etude d un écosystème - Proportionnalité Objectifs d apprentissage

Plus en détail

Le gaz carbonique (CO 2 ) Ami ou ennemi pour la planète?

Le gaz carbonique (CO 2 ) Ami ou ennemi pour la planète? U3A 2014 Le gaz carbonique (CO 2 ) Ami ou ennemi pour la planète? Eric P. Verrecchia Faculté Géosciences et Environnement Laboratoire Biogéosciences Pourquoi parle-t-on autant du gaz carbonique? Alors,

Plus en détail

- excipient : toutes formes liquides. - lavage : verrerie, matériel

- excipient : toutes formes liquides. - lavage : verrerie, matériel 1) DEFINITIONS L'eau est utilisée comme: - excipient : toutes formes liquides - lavage : verrerie, matériel - agent externe (bain marie, vapeur ) 1 La pharmacopée définit plusieurs type d'eau: A) Eau purifiée:

Plus en détail

I) Les solvants hydrophiles A) Eaux

I) Les solvants hydrophiles A) Eaux Les solvants UE 11:Pharmacotechnie et pharmacie galénique Semaine : n 10 (du 09/11/15 au 13/11/15) Date : 13/11/2015 Heure : de 8h00 à 9h00 Professeur : Pr. Gayot Binôme : n 75 Correcteur : n 74 PLAN DU

Plus en détail

DOSAGE DES IONS HYDROGENOCARBONATE CONTENUS DANS UNE EAU MINERALE

DOSAGE DES IONS HYDROGENOCARBONATE CONTENUS DANS UNE EAU MINERALE T.P-cours de Chimie n 7 DOSAGE DES IONS HYDROGENOCARBONATE CONTENUS DANS UNE EAU MINERALE I Titre alcalimétrique d une eau. Principe a) Dans les eaux d alimentation, l alcalinité est due principalement

Plus en détail

Composition des eaux

Composition des eaux Composition des eaux Les eaux de consommation ont toutes un gout particulier, plus ou moins marqué Qu elle est l origine de ce goût? Ce goût provient de la présence des ions (minéraux ) présents dans l

Plus en détail

Année Internationale de l Eau Douce

Année Internationale de l Eau Douce Démystifier la Qualité de l'eau Démystifier la Qualité de l'eau Jean-François Goulet, d.t.a. Groupe Horticole Ledoux inc. Ste-Hélène de Bagot. (40) 79-2222. 2003 Année Internationale de l Eau Douce Démystifier

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL SERIE L SESSION 2007 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE

BACCALAUREAT GENERAL SERIE L SESSION 2007 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE BACCALAUREAT GENERAL SERIE L SESSION 2007 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE Durée de l épreuve: 1 h 30 - coefficient: 2 L usage de la calculatrice n est pas autorisé. 1 / 6 PARTIE I ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION 2011

CONCOURS D ADMISSION 2011 A 2011 Chimie MP ECOLE DES PONTS PARISTECH, SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINTETIENNE, MINES DE NANCY, TELECOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIERE MP) ECOLE

Plus en détail

9 CHIMIE DE L ACIDE CARBONIQUE DANS L EAU

9 CHIMIE DE L ACIDE CARBONIQUE DANS L EAU 9 CHIMIE DE L ACIDE CARBONIQUE DANS L EAU 9. INTRODUCTION Dans l étude de la composition isotopique du carbone de l eau, que cela concerne les eaux douces ou salées, une complication intervient de par

Plus en détail

L'EAU, LE CALCAIRE, LA SANTÉ HUMAINE ET LES DÉPÔTS DE TARTRE DANS VOS INSTALLATIONS D'EAU CHAUDE, SANITAIRE OU AUTRES

L'EAU, LE CALCAIRE, LA SANTÉ HUMAINE ET LES DÉPÔTS DE TARTRE DANS VOS INSTALLATIONS D'EAU CHAUDE, SANITAIRE OU AUTRES L'EAU, LE CALCAIRE, LA SANTÉ HUMAINE ET LES DÉPÔTS DE TARTRE DANS VOS INSTALLATIONS D'EAU CHAUDE, SANITAIRE OU AUTRES Le cycle de l'eau potable. Le tartre D'où vient-il?? Aussi pure et transparente qu'elle

Plus en détail

Facteurs influençant la concentration en plomb dans l'eau.

Facteurs influençant la concentration en plomb dans l'eau. Facteurs influençant la concentration en plomb dans l'eau. Article rédigé par Michel Meyer (Chargé de recherche - Laboratoire d'ingénierie Moléculaire pour la Séparation et les Applications des Gaz (LIMSAG)

Plus en détail

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère Réception du rayonnement solaire à la limite de l atmosphère Processus d appauvrissent du rayonnement solaire par les différentes couches atmosphérique

Plus en détail

Lut try le 17 nov. 2011

Lut try le 17 nov. 2011 Lut try le 17 nov. 2011 Qualité d eau pour le remplissage de circuits I Page 1 I Sommaire Pourquoi traiter l eau des circuits Ce qui a changé ces dernières années Les moyens de traitement possibles Les

Plus en détail

Chimie. Conductivité. Ammonium :

Chimie. Conductivité. Ammonium : Chimie Conductivité La conductivité de l'eau est l'aptitude d'une solution à permettre le passage du courant électrique. C'est à dire la capacité de l'eau à faire passer un courant électrique d'un point

Plus en détail

Examen de Chimie des eaux septembre 2002 T. MOUTIN Licence Sciences de la Terre Durée : 1 heure Documents non autorisés, calculatrices autorisées

Examen de Chimie des eaux septembre 2002 T. MOUTIN Licence Sciences de la Terre Durée : 1 heure Documents non autorisés, calculatrices autorisées Examen de Chimie des eaux septembre 2002 T. MOUTIN Licence Sciences de la Terre Durée : 1 heure Documents non autorisés, calculatrices autorisées On considère une eau en équilibre avec le CO 2 (g) dont

Plus en détail

Un guide de traitement de l eau du puits

Un guide de traitement de l eau du puits Un guide de traitement de l eau du puits Dispositifs de traitement de l'eau à usage domestique Les problèmes relatifs à la qualité de l'eau décrits dans la présente feuille d'information pourraient être

Plus en détail

Les différents traitements de l eau

Les différents traitements de l eau Les différents traitements de l eau Mise à jour le 21/04/2010 Chaque français utilise 100 à 200 litres d eau potable par jour, dont 3 à 5 litres qui servent à l eau de boisson et à la préparation des repas.

Plus en détail

Oxygène 13,9 10,8 9,7 8,8 8,1. Azote 23,5 18,6 16,8 15,4 14,3 1.06 0.7 0,59 0,53 -

Oxygène 13,9 10,8 9,7 8,8 8,1. Azote 23,5 18,6 16,8 15,4 14,3 1.06 0.7 0,59 0,53 - IV.5 LA MISE A L'EQUILIBRE CALCO-CARBONIQUE IV.5.1. GÉNÉRALITÉS IV.5.1.1. LES EAUX NATURELLES Lors de son passage dans l atmosphère, l'eau dissout les gaz contenus dans l air (oxygène, azote, dioxyde de

Plus en détail

«Une eau, trois possibilités!»

«Une eau, trois possibilités!» «Une eau, trois possibilités!» Edith ANTONOT (edith.antonot@ac-nancy-metz.fr) Cette séance de travaux pratiques a été réalisée avec des étudiants de BTS chimie première année en décembre 2013. Elle fait

Plus en détail

Traitement des eaux de source de plus en plus riches en gaz carbonique et de plus en plus douces :

Traitement des eaux de source de plus en plus riches en gaz carbonique et de plus en plus douces : Traitement des eaux de source de plus en plus riches en gaz carbonique et de plus en plus douces : Les exigences des nouvelles normes en Allemagne permettent de neutraliser les eaux naturelles d une manière

Plus en détail

LA PILE À COMBUSTIBLE ET LA COGÉNÉRATION

LA PILE À COMBUSTIBLE ET LA COGÉNÉRATION LA PILE À COMBUSTIBLE ET LA COGÉNÉRATION Thierry PRIEM Salon de la méthanisation en Lorraine CEA 10 AVRIL 2012 PAGE 1 14 OCTOBRE 2014 MÉTHANISATION ET COGÉNÉRATION PAGE 2 LE PRINCIPE DE LA COGÉNÉRATION

Plus en détail

VDI 2035 / WÜ 100 (TRD 611) / DIN EN

VDI 2035 / WÜ 100 (TRD 611) / DIN EN Heyl Réduction des coûts énergétiques grâce à la surveillance en ligne de la qualité de l eau Conformément aux normes VDI 2035 / WÜ 100 (TRD 611) / DIN EN 12952-7 Chefs de produit : Michael Bukowski, Petra

Plus en détail

Chapitre C1 : Les eaux de consommation

Chapitre C1 : Les eaux de consommation Chapitre C1 : Les eaux de consommation I) Une eau minérale est-elle de l eau pure? Activité expérimentale : 1- Peser un bécher de 150 ml à l aide de la balance. 2- Introduire 100 ml d eau minérale Hépar

Plus en détail

AQUABION. ION-Deutschland. AQUABION Protection électrolytique des installations techniques hydrauliques

AQUABION. ION-Deutschland. AQUABION Protection électrolytique des installations techniques hydrauliques AQUABION ION-Deutschland Nos ambitions : La protection des installations techniques hydrauliques contre la calcification et la corrosion. L assainissement d installations hydrauliques privées et industrielles.

Plus en détail

L ADOUCISSEUR BIOLOGIQUE TRIACTOR. De l application industrielle au confort du particulier

L ADOUCISSEUR BIOLOGIQUE TRIACTOR. De l application industrielle au confort du particulier L ADOUCISSEUR BIOLOGIQUE TRIACTOR De l application industrielle au confort du particulier Solutions pour l usage domestique, le tertiaire, les collectivités et l industrie. Chère Madame, Cher Monsieur,

Plus en détail

Le ciment. CaCO 3 (s) = CaO (s) + CO 2 (g) 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques

Le ciment. CaCO 3 (s) = CaO (s) + CO 2 (g) 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques Le ciment 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques 1. Fabrication du ciment Le ciment est obtenu à partir du calcaire (CaCO 3 ) et de l argile

Plus en détail

Mesure de la conductivité des eaux

Mesure de la conductivité des eaux Mesure de la conductivité des eaux La conductivité est utilisée pour la détermination de quantité de matière dans une solution (nombre de moles dissoutes par litre). Les applications industrielles de mesure

Plus en détail

TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés

TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés Omniprésente sur Terre, l eau est l une des espèces chimiques indispensables à la vie. I. L eau sur Terre dans tous ses états La molécule d eau est formée d

Plus en détail

Adsorption : Processus physique d'adhésion de substances dissoutes ou dispersées à la surface d'un corps solide (voir charbon actif).

Adsorption : Processus physique d'adhésion de substances dissoutes ou dispersées à la surface d'un corps solide (voir charbon actif). A Acide : Substance qui se dissocie plus ou moins complètement en solution aqueuse pour produire des ions hydrogène H+. Un acide est d'autant plus fort qu'il donne dans l'eau plus d' ions H+. Parmi les

Plus en détail

Potassium K + Sulfate SO 4. b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette.

Potassium K + Sulfate SO 4. b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette. 1L : Alimentation et environnement Chapitre.1 : Les eaux naturelles I. Eaux de source et eaux minérales Activité.1 : Lire le texte et répondre aux questions. Selon la définition adoptée par la Communauté

Plus en détail

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse CHAMPREDONDE Renaud DAUNIS Mélanie TP III Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse Module de géochimie Responsable : J.-L. DANDURAND SOMMAIRE INTRODUCTION I / Etude théorique

Plus en détail

(à n'utiliser q ue pour les commandes de reproduction) 0 Int 01 8 : C 02 F 1/44 (2006.01), C 02 F 1/68, 1/58, 5/00, 103/08

(à n'utiliser q ue pour les commandes de reproduction) 0 Int 01 8 : C 02 F 1/44 (2006.01), C 02 F 1/68, 1/58, 5/00, 103/08 CD RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 0 N de publication : 2 934 584 INSTITUT NATIONAL DE LA PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE PARIS (à n'utiliser q ue pour les commandes de reproduction) N d'enregistrement national : 08 55309

Plus en détail

A l'origine, une source unique

A l'origine, une source unique A l'origine, une source unique PeKacid 0-60-20 est une nouvelle source innovante de P205 pour les sols calcaires et les eaux dures Acide phosphorique solide en sacs Produit cristallisé acidifiant PH 2.2

Plus en détail

Chapitre II: La solubilité.

Chapitre II: La solubilité. Chapitre II: La solubilité. 1. Aspect qualitatif de la solubilité: 1.1 Notion de solubilité-saturation: Pour tout soluté mis en solution dans un volume défini de solvant, il existe à une température donnée

Plus en détail

Qualité d eau pour le remplissage des circuits de Chauffage Directive SICC BT102-01

Qualité d eau pour le remplissage des circuits de Chauffage Directive SICC BT102-01 Qualité d eau pour le remplissage des circuits de Chauffage Directive Qualité d eau des circuits Page 1I I Page 2 I 1 La directive BT102-01 remplace la directive SICC 97-1 F. (Entrée en Vigueur 1 Avril

Plus en détail

De nouveaux critères pour choisir les amendements basiques

De nouveaux critères pour choisir les amendements basiques Avec la participation i de l De nouveaux critères pour choisir les amendements basiques Bruno Felix Faure Eurofins, LARA, François-Xavier Gaumont, Groupe MEAC SAS pour le Groupe Chaulage du COMIFER Contenu

Plus en détail

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette.

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. CONTROLE D'UNE EAU On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. Données : couleur des complexes : Ca-NET : rouge ; Mg-NET

Plus en détail

Contenu. Compétences

Contenu. Compétences Séance 2 Correction Contenu Composition chimique d une eau de consommation Compétences Analyse qualitative d une eau Exercice I Les différentes eaux L eau minérale naturelle possède des propriétés favorables

Plus en détail

ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 1 : LES EAUX NATURELLES

ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 1 : LES EAUX NATURELLES Première L NOM : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 1 : LES EAUX NATURELLES 1- COMPOSITION D EAUX MINERALES 1-1 Les eaux minérales ont-elles le même goût et donc la même composition? Un écrivain francais

Plus en détail

Comprendre la formation et la fertilité des sols

Comprendre la formation et la fertilité des sols Comprendre la formation et la fertilité des sols Un sol est constitué d'éléments minéraux et de matières organiques. Il prend naissance à partir de la roche puis évolue sous l'action du climat et de la

Plus en détail

Dureté de l eau et son traitement

Dureté de l eau et son traitement I - Introduction : Dureté de l eau et son traitement L eau bien que sans danger n est pas chimiquement pure. Après son évaporation, il reste des sels minéraux dont certains rendent l eau dure. Ces sels

Plus en détail

J. Mater. Environ. Sci. 5 (S2) (2014) 2359-2364 EDE4 Biyoune et al. ISSN : 2028-2508 CODEN: JMESCN

J. Mater. Environ. Sci. 5 (S2) (2014) 2359-2364 EDE4 Biyoune et al. ISSN : 2028-2508 CODEN: JMESCN J. Mater. Environ. Sci. 5 (S2) (214) 23592364 EDE4 Biyoune et al. ISSN : 228258 Reminéralisation de l eau osmosée par l ajout de la chaux Ca(OH) 2 dans la station de dessalement de Laâyoune (SDL) (Remineralization

Plus en détail

Solutions tampons de ph (2 ème partie)

Solutions tampons de ph (2 ème partie) Résumé (1 ère partie) Solution tampon de ph = Solution aqueuse constituée d un mélange d un acide faible + sa base conjuguée (ou l inverse) ܝܙ ܛ ܕܚܗ ܕܚܗ ܗܔ ۹ ܘ ۶ ܘ l ajout de petites quantités d acide

Plus en détail

Dessalement d eau de mer par osmose inverse

Dessalement d eau de mer par osmose inverse Journées de l eau Saint-Martin - 9 & 10 Juin 2016 Dessalement d eau de mer par osmose inverse Erich WITTMANN Veolia - Département Technique & Performance 9 Juin 2016 ) Dessalement d eau de mer Principaux

Plus en détail

Le traitement des sols à la chaux, éléments fondamentaux

Le traitement des sols à la chaux, éléments fondamentaux Le traitement des sols à la chaux, éléments fondamentaux Journée Technique CFMS Valorisation des Sols Fins 3 Décembre 2008 Paris Par V.Lelong Lhoist France Sommaire La chaux aérienne Le sol fin, les argiles

Plus en détail

BTS CHIMISTE Session 2015 EPREUVE FONDAMENTALE DE CHIMIE. - Pratique expérimentale -

BTS CHIMISTE Session 2015 EPREUVE FONDAMENTALE DE CHIMIE. - Pratique expérimentale - BTS CHIMISTE Session 2015 EPREUVE FONDAMENTALE DE CHIMIE Durée : 6 heures Coef. : 7 Poste n : SUJET n 1 - Pratique expérimentale - DOSAGES D UNE EAU MINÉRALE D HÉPAR Fiche de choix (à rendre avec la copie)

Plus en détail

LA VERITE SUR L ADOUCISSEUR QUESTION ET RÉPONSE EXEMPLES ET TECHNIQUES

LA VERITE SUR L ADOUCISSEUR QUESTION ET RÉPONSE EXEMPLES ET TECHNIQUES LA VERITE SUR L ADOUCISSEUR QUESTION ET RÉPONSE EXEMPLES ET TECHNIQUES VRAI OU FAUX? TOUT SAVOIR SUR LE TRAITEMENT DE L EAU L EAU ADOUCIE EST POTABLE? L EAU ADOUCIE A UN GOÛT SALÉ? BOIRE L EAU ADOUCIE

Plus en détail

ÉTUDE D UNE NOUVELLE CARACTÉRISATION DES LŒSS JURASSIENS

ÉTUDE D UNE NOUVELLE CARACTÉRISATION DES LŒSS JURASSIENS ÉTUDE D UNE NOUVELLE CARACTÉRISATION DES LŒSS JURASSIENS Meryl Nussbaumer, Université de Neuchâtel Loraine Martignier, Université de Lausanne Luc Scherrer, Université de Neuchâtel Eric Verrecchia, Université

Plus en détail

QUELLE EST LA CONCENTRATION DES IONS BICARBONATE DANS CETTE EAU MINÉRALE?

QUELLE EST LA CONCENTRATION DES IONS BICARBONATE DANS CETTE EAU MINÉRALE? Nom :.. Coéquipier : BUT QUELLE EST LA CONCENTRATION DES IONS BICARBONATE DANS CETTE EAU MINÉRALE? Toutes les eaux minérales indiquent sur leurs étiquettes les ions présents, leur quantité et le ph de

Plus en détail

L eau et ses problématiques Dr Philippe TOUNISSOU

L eau et ses problématiques Dr Philippe TOUNISSOU L eau et ses problématiques Dr Philippe TOUNISSOU Date Titre de la reunion 1 SOMMAIRE L eau et ses propriétés L eau et les circuits fermés: le calcaire: définition et mode de traitements La corrosion et

Plus en détail

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette.

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette. 2 nde : Sciences et laboratoires (SL) Activité : Etude qualitative d une eau minérale Objectif : Comparer les résultats expérimentaux observés avec les valeurs données sur les étiquettes de quelques eaux

Plus en détail

Produits domestiques Attention danger

Produits domestiques Attention danger TSTi2D TSTL Thème Habitat entretien et rénovation Activité documentaire Produits domestiques Attention danger Fiche ressource THÈME du programme : HABITAT Sous thème : entretien et rénovation. Type d activité

Plus en détail

CAHIER DES PROCÉDURES

CAHIER DES PROCÉDURES CAHIER DES PROCÉDURES EAU Le détartrage Le désembouage et la désoxydation La décontamination des réseaux L exploitation des tours de refroidissement Liste des termes utilisés pour l eau et les réseaux

Plus en détail

Biologie. DEUG STU. Cours F. Guyot Intitulé : Éléments de biologie pour les sciences de la Terre et de l'univers

Biologie. DEUG STU. Cours F. Guyot Intitulé : Éléments de biologie pour les sciences de la Terre et de l'univers Biologie. DEUG STU. Cours F. Guyot Intitulé : Éléments de biologie pour les sciences de la Terre et de l'univers 2. Action de la biologie sur la géologie : les cycles du carbone Le rôle central que la

Plus en détail

Laboratoire #3 : Dosage des carbonates

Laboratoire #3 : Dosage des carbonates Laboratoire #3 : Dosage des carbonates Au cours de cette expérience, vous allez obtenir de façon simple du dioxyde de carbone, caractériser quelques-unes de ses propriétés et effectuer quelques réactions

Plus en détail

Martin Beaulieu, Ph.D., chimiste. Santé Publique Tours de refroidissement

Martin Beaulieu, Ph.D., chimiste. Santé Publique Tours de refroidissement Martin Beaulieu, Ph.D., chimiste Santé Publique Tours de refroidissement Historique Éclosion de légionellose à Québec, du 26 juillet au 8 octobre 2012. 181 personnes touchées, 23 % aux soins intensifs,

Plus en détail

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers N.Tenoutasse Les liants hydrauliques se transforment en hydrates dans les bétons et mortiers, ces hydrates sont responsables des performances

Plus en détail

XXXIIèmes Olympiades régionales de la chimie 27/01/2016 Corrigé

XXXIIèmes Olympiades régionales de la chimie 27/01/2016 Corrigé XXXIIèmes Olympiades régionales de la chimie 7/0/06 Corrigé A.. Expression littérale de la constante d équilibre: (OH) 4 (aq) = (OH) 3(s) + HO (aq ) équation () HO ( aq) K = éq ( OH ) 4( aq ) éq A.. Expression

Plus en détail

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération GUIDE DU FROID Date : 01/2008 Rév. : 0 Par : PARTNERS 18, rue Nelson Mandela2045 L Aouina-Tunis Tél. : (00 216) 71 724 032/760

Plus en détail

État initial n 0 n 1 Excès 0 0 Excès État intermédiaire. n 0 3x n 1 2x Excès 3x 4x Excès. État final n 0 3x éq n 1 2x éq Excès 3x éq 4x éq Excès 2.3.

État initial n 0 n 1 Excès 0 0 Excès État intermédiaire. n 0 3x n 1 2x Excès 3x 4x Excès. État final n 0 3x éq n 1 2x éq Excès 3x éq 4x éq Excès 2.3. Taux d alcoolémie (Réunion 2008 ) 1.Choix de la méthode de suivi 1.1. L ion dichromate est orangé, l ion chrome (III) est de couleur verte. Au fur et à mesure de l évolution de la réaction la couleur de

Plus en détail

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc.

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Le ph, c est c pas compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Conseiller en serriculture Des réponses r aux questions C est quoi et pourquoi c est c important? Conséquences d un d débalancementd? Comment

Plus en détail

Pourquoi traiter l eau des réseaux de chauffage Les principales causes de dégradation du réseau La mise en œuvre Les recommandations Saunier Duval

Pourquoi traiter l eau des réseaux de chauffage Les principales causes de dégradation du réseau La mise en œuvre Les recommandations Saunier Duval Pourquoi traiter l eau des réseaux de chauffage Les principales causes de dégradation du réseau La mise en œuvre Les recommandations Saunier Duval Guide de la Qualité de l eau Analyses Causes Contrôle

Plus en détail

PHYSIOLOGIE RENALE PHYSIOLOGIE RENALE

PHYSIOLOGIE RENALE PHYSIOLOGIE RENALE Jean Marie TRAWALE INSERM Unité U773 CRB3 Directeur de Recherche Docteur Richard MOREAU Hôpital BEAUJON CLICHY FRANCE 1 Le rein est composé d environ 1 000 000 d unités fonctionnant d une façon intégrée

Plus en détail

Les ions en solution

Les ions en solution Les ions en solution Exercice N 1 :a) A l'aide des indications du boîtier de papier ph, indiquer les valeurs de ph des différentes solutions et la nature de ces solutions (acide, base ou neutre). 7 8 6

Plus en détail

Dossier d enquête publique

Dossier d enquête publique Procédure de protection réglementaire des sources de Montmelard Dossier d enquête publique Pièce n 11 : Prise en compte du potentiel de dissolution du plomb Commune de Montmelard Mars 2017 Ver 2.0 Ce dossier

Plus en détail

REMINÉRALISATION & NEUTRALISATION DANS LES UNITÉS DE PRODUCTION D EAU POTABLE PRÉCONISATIONS POUR DES PRODUITS DE SUBSTITUTION AU CALCAIRE MARIN

REMINÉRALISATION & NEUTRALISATION DANS LES UNITÉS DE PRODUCTION D EAU POTABLE PRÉCONISATIONS POUR DES PRODUITS DE SUBSTITUTION AU CALCAIRE MARIN REMINÉRALISATION & NEUTRALISATION DANS LES UNITÉS DE PRODUCTION D EAU POTABLE PRÉCONISATIONS POUR DES PRODUITS DE SUBSTITUTION AU CALCAIRE MARIN SOMMAIRE LA QUESTION DU REMPLACEMENT DU CALCAIRE MARIN DANS

Plus en détail

Dureté d'une eau - Dosage complexométrique

Dureté d'une eau - Dosage complexométrique Dureté d'une eau - Dosage complexométrique Objectifs : Découvrir un autre type de dosage, Prendre conscience de l existence de critères auxquels doit répondre une eau potable. A Introduction : 1 Généralités

Plus en détail

XXVII es Olympiades Nationales de la chimie

XXVII es Olympiades Nationales de la chimie 1 XXVII es Olympiades Nationales de la chimie Épreuve du CONCOURS REGIONAL 20102011 Académie de Caen Thème "Chimie et eau" Durée 2h Mercredi 5 janvier 2011 Le candidat attachera la plus grande importance

Plus en détail

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines - 3 - PEUPLEMENTS 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines Variabilité et rôle de la matière organique dissoute de différentes origines comme source nutritionnelle

Plus en détail

Chapitre V : Qualité des eaux d'irrigation

Chapitre V : Qualité des eaux d'irrigation Chapitre V : Qualité des eaux d'irrigation Les eaux d irrigation par leur composition peuvent avoir une influence sur le sol (Coutinet, 1965). Comme, les eaux de la nappe du Mio-plio-quaternaire de la

Plus en détail

Principales agressions et attaques du béton

Principales agressions et attaques du béton Principales agressions et attaques du béton Michaël DIERKENS CETE de LYON - DLL 15 novembre 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

Chromiting basse teneur en cobalt Passivation en couche épaisse pour Zinc et alliages de zinc

Chromiting basse teneur en cobalt Passivation en couche épaisse pour Zinc et alliages de zinc SurTec 680 LC Chromiting basse teneur en cobalt Passivation en couche épaisse pour Zinc et alliages de zinc Propriétés Liquide concentré à base de chrome trivalent. Meilleure protection anticorrosion que

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CRANFIELD (Royaume-Unie)

UNIVERSITÉ DE CRANFIELD (Royaume-Unie) UNIVERSITÉ DE CRANFIELD (Royaume-Unie) ÉCOLE DES SCIENCES DE L'EAU Thèse De Maîtrise de Recherche Année universitaire 995-996 JOANNA ELIZABETH STARMER Traitement magnétique de l'eau de piscine pour l amélioration

Plus en détail

ENERGIES FOSSILES STOCKAGE DE CO 2 HYDROGÈNE François Guyot Université Paris Diderot (7) Institut de Physique du Globe de Paris guyot@impmc.upmc.

ENERGIES FOSSILES STOCKAGE DE CO 2 HYDROGÈNE François Guyot Université Paris Diderot (7) Institut de Physique du Globe de Paris guyot@impmc.upmc. ENERGIES FOSSILES STOCKAGE DE CO 2 HYDROGÈNE François Guyot Université Paris Diderot (7) Institut de Physique du Globe de Paris guyot@impmc.upmc.fr 1. La combustion des matières carbonées; énergie «naturelle»

Plus en détail

4. Un électron de valence est un électron de la dernière couche électronique.

4. Un électron de valence est un électron de la dernière couche électronique. CHIMIE Exercices : corrigé Rappel Comment lire le tableau périodique 1. a) Une période. b) Une famille. c) Les non-métaux. d) Le numéro atomique. 2. 3. a) Le mercure. b) L hydrogène. où la collection est

Plus en détail

Problème II : Élaboration du carbonate de calcium Enoncé

Problème II : Élaboration du carbonate de calcium Enoncé II : Élaboration du carbonate de calcium Enoncé 1- Généralités Le carbonate de calcium of officinal est obtenu à partir du carbonate de calcium naturel. Les principales étapes de sa fabrication sont résumées

Plus en détail

Solutions pour le rejet zéro de produits chimiques dans les tours aéroréfrigérantes. www.arionic.com

Solutions pour le rejet zéro de produits chimiques dans les tours aéroréfrigérantes. www.arionic.com Solutions pour le rejet zéro de produits chimiques dans les tours aéroréfrigérantes www.arionic.com Notre POSITIONNEMENT LOGEMENTS TRANSPORTS COLLECTIVITES Traitement de l eau Réduire l utilisation et

Plus en détail

La gestion efficiente des chaudières à condensation : pour une performance accrue

La gestion efficiente des chaudières à condensation : pour une performance accrue La gestion efficiente des chaudières à condensation : pour une performance accrue Présenté par : Simon Mandeville Directeur technique, division chauffage ENVIROAIR Industries Lundi 11 novembre 2013 Agenda

Plus en détail

TRAITEMENT DE L EAU CONDITION DE FONCTIONNEMENT

TRAITEMENT DE L EAU CONDITION DE FONCTIONNEMENT Page/Sheet 1/7 BP66-62410 WINGLES TRAITEMENT DE L EAU CONDITION DE FONCTIONNEMENT La qualité de l eau est particulièrement importante dans l exploitation d une tour de refroidissement à circuit ouvert

Plus en détail

Etude rigoureuse des solutions acides et basiques

Etude rigoureuse des solutions acides et basiques Etude rigoureuse des solutions acides et basiques. V Etude rigoureuse des solutions acides et basiques Sir Isaac Newton ( 1642-1727 ) a. Condition d électroneutralité... 68 b. Condition de conservation

Plus en détail

L'hydrogène naturel: Une nouvelle source d'énergie?

L'hydrogène naturel: Une nouvelle source d'énergie? 2011 - IFP Energies nouvelles Énergies renouvelables Production éco-responsable Transports innovants Procédés éco-efficients Ressources durables L'hydrogène naturel: Une nouvelle source d'énergie? Recherche

Plus en détail

Chapitre 2. Réactions acido-basiques

Chapitre 2. Réactions acido-basiques Chapitre 2. Réactions acido-basiques Exemples de réactions acido- basiques : o Le contrôle de l acidité du sang par l organisme est basé sur des réactions acido- basiques ( toute variation peut provoquer

Plus en détail

Le Réacteur A Carbonates (RAC)

Le Réacteur A Carbonates (RAC) Le Réacteur A Carbonates (RAC) Le Réacteur A Hydroxyde (RAH) permet facilement de subvenir aux besoins en calcium d un aquarium tout en maintenant un ph relativement élevé. Il présente cependant quelques

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.3. Équilibres de dissolution -précipitation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

Enrichissement carboné par. système de chauffage central et stockage de chaleur

Enrichissement carboné par. système de chauffage central et stockage de chaleur Enrichissement carboné par récupération du CO 2 d un système de chauffage central et stockage de chaleur Gilles urcotte, agronome Marco Rondeau Vic Mirabella Plan de la présentation Chauffage central Récupération

Plus en détail