IAS 36. Détermination de la juste valeur. William Nahum. Président de l Académie des Sciences et Techniques comptables et Financières.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IAS 36. Détermination de la juste valeur. William Nahum. Président de l Académie des Sciences et Techniques comptables et Financières."

Transcription

1 William Nahum Président de l Académie des Sciences et Techniques comptables et Financières Présente IAS 36 Détermination de la juste valeur En partenariat avec

2 IAS 36 Comment déterminer la juste valeur nette des coûts de la vente Intervenants : Sonia BONNET-BERNARD, expert-comptable, commissaire aux comptes, associée du cabinet Ricol, Lasteyrie & Ass., membre de la Société Française des Evaluateurs (SFEV) Alain PREEL, expert-comptable, commissaire aux comptes, associé du cabinet PTBG, membre de la Société Française des Evaluateurs (SFEV) Pratiques de place Intervenants : Sophie BARANGER, directrice des affaires comptables de l AMF, membre de CESRfin et du SCI de l OICV, observateur à l ARC et à l IFRIC Marc GERRETSEN, associé de PriceWaterhouseCoopers, responsable du département évaluation et stratégie, membre de la Société Française des Evaluateurs (SFEV) Alexis KARKLINS, associé Ernst & Young transaction advisory services, responsable du département valuation & business modelling

3 Problématique et enjeux Norme complexe car tente de codifier de manière comptable des principes et pratiques d évaluation S applique aux actifs corporels et incorporels (notamment incorporels non amortissables et goodwill) Concernant le goodwill : beaucoup de questions non résolues En l absence de valeur de marché directement observable, nécessité de recourir à l analyse des flux Problématique du plan d affaire à retenir Devrait faire l objet d information extensive en annexe En pratique information limitée Information peu lisible Guide tente d apporter sa contribution pour une application plus aisée de la norme

4 IAS 36: objectifs généraux Prescrit les procédures à mettre en place pour s assurer que la valeur des actifs au bilan (valeur nette comptable) n excède pas leur valeur recouvrable Définit la valeur recouvrable comme le montant le plus élevé entre la juste valeur nette des coûts de vente et la valeur d utilité S applique à chacun des actifs de l entité pris isolément, corporel ou incorporel Exception : cas où l actif ne génère pas de flux de trésorerie indépendant et où sa valeur d utilité n est pas proche de sa juste valeur nette des coûts affectation à une unité génératrice de trésorerie (UGT) Cas du goodwill Définition : l UGT d un actif est le plus petit groupe d actifs qui inclut l actif et dont l utilisation continue génère des entrées de trésorerie indépendantes

5 Le test : quelles valeurs? La juste valeur correspond à une valeur de marché Prix ressortant d un accord irrévocable de vente Prix publics sur un marché actif Meilleure information disponible permettant de refléter le prix auquel on pourrait vendre l actif, en prenant en considération les transactions récentes sur des actifs similaires dans le même secteur d activité Valeur d utilité Valeur actualisée des flux de trésorerie futurs durant la période d utilisation Calculée pour chaque actif sur la base des flux externes (ou majoritairement externes) générés par l actif lui-même

6 La valeur d utilité : une notion très encadrée selon IAS 36 Établissement de projections de flux sur la base d hypothèses raisonnables et documentées représentant la meilleure estimation du management sur une période maximale de 5 ans En excluant les entrées et sorties susceptibles d être générées par des restructurations futures ou par l amélioration de l accroissement de la performance de l actif En excluant les flux provenant d activités de financement et ceux liés à l impôt Extrapolation possible sur la base d un taux de croissance stable ou décroissant, ne devant pas excéder le taux attendu à moyen terme dans le pays, le secteur ou sur les produits concernés Actualisation sur la base d un taux reflétant la valeur temps de l argent et les risques spécifiques non pris en compte dans les flux

7 Problématique des activités récemment acquises Le prix de transaction reflète la juste valeur Nécessité de recouper le prix avec la valeur ressortant de méthodologies usuelles Analyse des synergies Cas des acquisitions d activités nécessitant des restructurations lourdes La valeur d utilité selon IAS 36 est dans un grand nombre de cas défaillante pour refléter la juste valeur

8 Difficultés de mise en œuvre de la valeur d utilité et des exigences de la norme IAS 36 Complexité «illustrée» par une information financière limitée et peu lisible pour l application d IAS 36 - Pas d'information sur la sensibilité aux paramètres opérationnels - La plupart du temps, seule la valeur d utilité est calculée alors que la norme prévoit, sauf exception, la double valorisation systématique Fort impact des hypothèses retenues sur la valorisation : paramètres actuariels (ex. taux actualisation, taux de croissance à l infini) et opérationnels (ex. taux de marge opérationnelle) cf cas n 1- Dans un contexte d évolution rapide de l environnement économique et des comportements des consommateurs, difficulté à prendre en compte les stratégies de développements et/ou de retournements stratégiques cf cas n 2 et 3- Difficultés voire impossibilité de suivre le GW en cas de réorganisation des UGT ; ex : 2 usines indépendantes peuvent devenir interdépendantes par des choix du management; le marché partagerait-il ce choix stratégique? 8

9 Difficultés de mise en œuvre de la valeur d utilité et des exigences de la norme IAS 36 Conclusions sur les difficultés pratiques de la mise en œuvre de la valeur d utilité d IAS 36 - Extrême sensibilité de la valorisation aux hypothèses du management - Risques de subjectivité sur le choix des hypothèses actuarielles et opérationnelles - Difficultés pour les auditeurs d apprécier les retraitements des impacts des «améliorateurs» (IAS 36 44/45) pour passer du DCF du management au DCF IAS 36 - Difficultés pour rapprocher à posteriori le DCF «IAS36» avec le DCF «réel» - Les dangers de «l auto-évaluation» pour l entreprise et pour ses auditeurs * * * L intérêt de la prise en compte de la valorisation par le marché 9

10 Cas n 1 / Extrême sensibilité de la valeur aux variations des paramètres actuariels et opérationnels N+1 N+2 N+3 N+4 N+5 Flux normatif Cash-flow libre Coefficient actualisation au taux de 7 % 0,9667 0,9035 0,8444 0,7891 0,7375 0,7375 Cash-flow libre actualisé Somme cash-flows actualisés Valeur terminale = 1006 / (7%-1%) Valorisation des actifs GW + immo + BFR = PV latente = Test de sensibilité En M + 1 pt - 1 pt Taux d'actualisation Taux de croissance à l'infini Taux d'ebitda / CA en N (5% dans le BP) (donc impact sur valeur terminale) => Forte sensibilité liée au poids important de la valeur terminale 10

11 Cas n 2 / BP d'une société en forte croissance Hypothèses opérationnelles : Société acquise en N-2. Goodwill constaté pour 3 M (il s'agit principalement du potentiel de croissance). Le nombre de boutiques va croître d'année en année pour atteindre 15 au total. Il y a donc une forte croissance du CA les premières années. Hypothèses actuarielles : Taux d'actualisation = 7% ; Taux de croissance à l'infini = 1% DCF du management : le BP arrêté par le CA tient compte des ouvertures de boutiques et des améliorations du taux de marge N+1 N+2 N+3 N+4 N+5 Flux normatif Nb de boutiques CA taux de croissance du CA 26,52% 22,50% 11,43% 3,00% EBITDA Investissement de maintien et de croissance Variation du BFR Cash-flow libre Coefficient actualisation au taux de 7 % 0,9667 0,9035 0,8444 0,7891 0,7375 0,7375 Cash-flow libre actualisé Somme cash-flow s actualisés Valeur terminale = / (7%-1%) Valorisation des actifs GW + immo + BFR = PV latente =

12 Cas n 2 / BP d'une société en forte croissance (suite) DCF IAS 36 ( 44-45) : Non prise en compte des ouvertures de boutiques ni des améliorations de marge N+1 N+2 N+3 N+4 N+5 Flux normatif Nb de boutiques CA taux de croissance du CA 5,00% 5,00% 4,00% 3,00% EBITDA Investissement de maintien uniquement Variation du BFR Cash-flow libre Coefficient actualisation au taux de 7 % 0,9667 0,9035 0,8444 0,7891 0,7375 0,7375 Cash-flow libre actualisé Somme cash-flow s actualisés Valeur terminale / (7%-1%) Valorisation des actifs GW + immo + BFR = Dépréciation à constater = sur le goodwill de 3 M notamment 12

13 Cas n 3 / Société en retournement : restructuration et nouvelles modalités de commercialisation Hypothèses opérationnelles : La société est sur le point de reconfigurer son système de commercialisation. En effet, le réseau de détaillants étant en déclin, la société va développer un réseau de franchise. Par ailleurs, une restructuration, qui n'est pas encore actée, est prévue pour N+3 => charge de 800 K. Amélioration du taux de marge à partir de N+4 Hypothèses actuarielles : Taux d'actualisation = 7% ; Taux de croissance à l'infini = 1% DCF du management : Le BP arrêté par le CA tient compte des hypothèses opérationnelles N+1 N+2 N+3 N+4 N+5 Flux normatif CA réseau de détaillants CA franchises EBITDA total Investissement Variation du BFR Cash-flow libre Coefficient actualisation au taux de 7 % 0,9667 0,9035 0,8444 0,7891 0,7375 0,7375 Cash-flow libre actualisé Somme cash-flows actualisés Valeur terminale = 1006 / (7%-1%) Valorisation des actifs GW + immo + BFR = PV latente =

14 Cas n 3 / Société en retournement : restructuration et nouvelles modalités de commercialisation (suite) DCF IAS 36 ( 44-45) : Prise en compte du réseau de franchise (stratégie entérinée) mais non prise en compte de la restructuration en N+3 ni amélioration de marge à partir de N+4). N+1 N+2 N+3 N+4 N+5 Flux normatif CA réseau de détaillants CA franchises EBITDA Investissement Variation du BFR Cash-flow libre Coefficient actualisation au taux de 7 % 0,9667 0,9035 0,8444 0,7891 0,7375 0,7375 Cash-flow libre actualisé Somme cash-flows actualisés Valeur terminale = 797 / (7%-1%) Valorisation des actifs GW + immo + BFR = Dépréciation à constater =

15 La juste valeur nette des coûts de la vente Notion très peu approfondie dans IAS 36 Guide reprend la hiérarchie des méthodes figurant dans IAS 36 : - Prix figurant dans un accord de vente irrévocable - A défaut : Prix de marché - A défaut : Meilleure information disponible Meilleure information disponible : - Prise en considération des transactions comparables - Autres méthodes reposant sur des données de marché

16 La juste valeur par actualisation des flux Juste valeur = valeur actuelle des flux futurs attendus par le marché (IAS 36-BCZ 11) Les conditions d utilisation: Dynamique de marché Construction des flux de marché sur la base d hypothèses de marché Existence de références externes documentant les hypothèses retenues Les flux de marché: Plans stratégiques de croissance ou de retournement Croissance normative du secteur et Rentabilité du secteur Investissements et Besoin en fonds de roulement requis Les sources de références externes: Études de marché, études sectorielles Bases de données sur les transactions réalisées dans le secteur Consensus, notes d analystes sur les sociétés comparables Presse spécialisée

17 Les diligences d évaluation Prise de connaissance approfondie du contexte et contrôles de cohérence: - Analyses sectorielles - Discussions avec le management pour comprendre les perspectives d activité et le processus d établissement des prévisions - Comparaison budgets historiques vs réalisations correspondantes - Contrôle de la cohérence entre composition des UGT et flux retenus Composition des flux et documentation de toutes les hypothèses structurantes: - Croissance du chiffre d affaires, Rentabilité - Investissements, restructurations, BFR Sociétés dont les fondamentaux s éloignent des références sectorielles: - Rentabilité faible : existe-t-il des moyens pour corriger cette tendance? - Rentabilité élevée : situation pérenne? Maintien parts de marché? Mise en œuvre de la méthode: - Détermination des hypothèses financières : Taux d actualisation, croissance terminale - Détermination de la valeur, analyses de sensibilité et recoupement avec les multiples de marché

18 L information annexe Si la valeur recouvrable correspond à la juste valeur, la norme exige que soient décrits : Chaque hypothèse clé La source et l approche retenue L effet de toute modification de chaque hypothèse clé Dans un souci de bonne information financière, pourraient être précisés : Les raisons de la non utilisation des méthodes analogiques Parmi les hypothèses clé, une mention particulière concernant la construction des flux (durée du plan retenu, hypothèses de croissance et de marge, prise en compte éventuelle d investissements et de restructurations) et les hypothèses financières La sensibilité de la valeur aux hypothèses clé L effet de la modification d hypothèses par rapport au dernier test réalisé

19 Dépréciation d actifs non financiers Etude comparée des états financiers 2005 et 2006 des sociétés du CAC 40 Une certaine continuité entre 2005 et 2006 Certaines disparités persistent D autres différences s atténuent très légèrement Davantage de détails sur le taux d actualisation La valeur d utilité reste la valeur de référence La percée de la juste valeur Une information un peu plus détaillée mais encore perfectible

20 Analyse comparative Analyse des pratiques françaises 2006 vs : Prédominance de la valeur d utilité Développement de la juste valeur Information croissante sur les méthodes et le taux d actualisation Information limitée sur les hypothèses de business-plan Exemples de «best practices» en terme de communication Indicateurs de perte de valeur Explications sur les choix méthodologiques Explications sur la juste valeur Explications sur la valeur d utilité Durée des budgets et prévisions

21 Recommandations pratiques Sur le choix de l approche (valeur d utilité vs. Juste valeur) Privilégier la valeur d utilité quand on utilise les cash-flows Ne retenir les cash-flows pour la «juste valeur» que par exception Tenir compte du caractère plus ou moins ancien de la transaction ayant conduit à l apparition du goodwill Prendre soin de l allocation du goodwill aux UGT Sur les paramètres de valorisation à utiliser pour la juste valeur Détermination des cash-flows Détermination du taux d actualisation Détermination de la valeur résiduelle Influence probable de la norme SFAS 157

22 Annexe Documentation technique Ouvrages de l Académie des sciences et techniques comptables et financières Guide pédagogique de lecture de IAS 36 «Dépréciation d actifs», publié en février 2005 Guide de lecture - IAS 36 «Dépréciation d actifs» Précisions sur la détermination de la juste valeur diminuée des coûts de la vente, publié en mars 2007 Source : FIN

La dépréciation des actifs, mode d emploi. Atelier de la Profession

La dépréciation des actifs, mode d emploi. Atelier de la Profession La dépréciation des actifs, mode d emploi Atelier de la Profession INTERVENANTS Sonia BONNET-BERNARD Expert-Comptable Commissaire aux comptes Membre de la Société Française des Evaluateurs [SFEV] Pierre-Jean

Plus en détail

PASSAGE AUX NORMES IFRS

PASSAGE AUX NORMES IFRS PASSAGE AUX NORMES IFRS L Union Européenne a choisi d adopter le référentiel comptable IFRS (International Financial Reporting Standards) émis par l IASB (International Accounting Standards Board) : en

Plus en détail

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes *

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers individuels, y compris

Plus en détail

De la valeur d entreprise à la valeur des capitaux propres

De la valeur d entreprise à la valeur des capitaux propres De la valeur d entreprise à la valeur des capitaux propres Agnès PINIOT, Membre de la Commission Evaluation des entreprises de la Compagnie Nationale des Commissaires aux comptes (CNCC) Olivier PERONNET,

Plus en détail

La valeur de l entreprise. Avec nos partenaires

La valeur de l entreprise. Avec nos partenaires La valeur de l entreprise Avec nos partenaires Sommaire Introduction : Une évaluation, pour quoi faire? 1 Les déterminants essentiels de la valeur 2 Approches et méthodes d évaluation 3 Situations particulières

Plus en détail

Passage aux normes IFRS 2004

Passage aux normes IFRS 2004 Passage aux normes IFRS 2004 Comptes consolidés au 31 décembre 2004 1 Passage aux normes IFRS 2004 Maroc Telecom Sommaire 1. Introduction 2. Description des retraitements IFRS 3. Bilan consolidé et notes

Plus en détail

Communication Financière 2007 : Les pratiques des grands groupes européens. 3 juillet 2007. Le 7 juillet 2006

Communication Financière 2007 : Les pratiques des grands groupes européens. 3 juillet 2007. Le 7 juillet 2006 Communication Financière 2007 : Les pratiques des grands groupes européens 3 juillet 2007 Le 7 juillet 2006 Communication financière 2007 Intervenants : Isabelle Santenac, Associée Ernst & Young Emmanuel

Plus en détail

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS UNIBRA Société anonyme Siège social : avenue des Arts, 40 à 1040 Bruxelles n d entreprise : 0402833179 RÈGLES D ÉVALUATION IFRS Les principes comptables et les règles d évaluation appliqués aux comptes

Plus en détail

La communication financière sur la norme IAS 36

La communication financière sur la norme IAS 36 La communication financière sur la norme IAS 36 (dépréciations d actifs)* Étude de l impact de la crise sur les états financiers 2008 des sociétés du CAC 40 Édito Le département Evaluation & Stratégie

Plus en détail

Evaluation d entreprises: Méthodes de valorisation. Walid YAICHE. www.fusacquis.com

Evaluation d entreprises: Méthodes de valorisation. Walid YAICHE. www.fusacquis.com Evaluation d entreprises: Méthodes de valorisation Walid YAICHE FusAcquis Marché Des Entreprises www.fusacquis.com FusAcquis Acquis Marché Des Entreprises I. Méthodes patrimoniales 3 II. Méthodes basées

Plus en détail

Les IFRS en pratique Prix des marchandises : une source de préoccupations en ce qui concerne la dépréciation

Les IFRS en pratique Prix des marchandises : une source de préoccupations en ce qui concerne la dépréciation www.pwc.com/ca/ifrs Les IFRS en pratique Prix des marchandises : une source de préoccupations en ce qui concerne la dépréciation Sociétés des secteurs de l énergie et des mines Mai 2013 Questions sur l

Plus en détail

ADOPTION DES NORMES IAS/IFRS : PRESENTATION DES EFFETS DE LA CONVERSION

ADOPTION DES NORMES IAS/IFRS : PRESENTATION DES EFFETS DE LA CONVERSION ADOPTION DES NORMES IAS/IFRS : PRESENTATION DES EFFETS DE LA CONVERSION 1 Conditions de constitution des éléments chiffrés Les chiffres présentés sont établis conformément au corps de normes IFRS adopté

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise?

Comment valoriser une entreprise? Comment valoriser une entreprise? Les patrons de PME françaises ont en général peu d idées de ce que vaut leur entreprise, ou alors des idées approximatives voir fausses. Ils ne se poseront la question

Plus en détail

Transition aux IFRS. Présentation Analystes. 31 mars 2005. «Se fonder sur nos valeurs,...inventer notre futur»

Transition aux IFRS. Présentation Analystes. 31 mars 2005. «Se fonder sur nos valeurs,...inventer notre futur» 31 mars 2005 Transition aux IFRS Présentation Analystes «Se fonder sur nos valeurs,...inventer notre futur» Département Relations Investisseurs +33 (0)1 45 19 52 26 carole.imbert@bicworld.com lucile.jestin@bicworld.com

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

SYNTHESE DU SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS COMMERCIAUX DU MARCHE FINANCIER REGIONAL

SYNTHESE DU SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS COMMERCIAUX DU MARCHE FINANCIER REGIONAL Union Monétaire Ouest Africaine ----------------------- Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers SYNTHESE DU SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS COMMERCIAUX DU MARCHE FINANCIER REGIONAL

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

ANALYSE DE LA TRANSITION DES NORMES FRANCAISES AUX NORMES IFRS

ANALYSE DE LA TRANSITION DES NORMES FRANCAISES AUX NORMES IFRS ANALYSE DE LA TRANSITION DES NORMES FRANCAISES AUX NORMES 1 CONTEXTE DE LA PUBLICATION 2 PRINCIPES RETENUS POUR LA PREPARATION DES PREMIERS ETATS FINANCIERS DU GROUPE EN 3 ANALYSE DE LA TRANSITION DU BILAN

Plus en détail

Assemblée Générale. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Nobody s Unpredictable

Assemblée Générale. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Nobody s Unpredictable Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Que va-t-elle dire? Que va-t-il entendre? Quelles sont ses intentions? Assemblée Générale Nobody s Unpredictable Sommaire Le marché et Ipsos La

Plus en détail

La Mission d'évaluation : méthodologie et outils d'analyse

La Mission d'évaluation : méthodologie et outils d'analyse La Mission d'évaluation : méthodologie et outils d'analyse I- Contexte de l'évaluation et perspectives... 2 1) Contexte de l évaluation... 2 2) Les demandeurs de l'évaluation?... 2 3) Perspectives... 3

Plus en détail

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables Le comité d audit Présentation du rapport du groupe de travail Anne Gillet Direction des affaires comptables Sommaire 1. Contexte & missions du groupe de travail 2. Les principales caractéristiques du

Plus en détail

Transition aux normes IFRS. Informations financières consolidées préliminaires 2004

Transition aux normes IFRS. Informations financières consolidées préliminaires 2004 Transition aux normes IFRS Informations financières consolidées préliminaires 2004 Compte de résultat consolidé IFRS préliminaire 4 Bilan consolidé IFRS préliminaire 5 Tableau de variation des capitaux

Plus en détail

CSOEC Commission droit comptable

CSOEC Commission droit comptable CSOEC Commission droit comptable Evaluation en période de crise 22 Octobre 2009 12/10/ 2009 1 Sommaire Les grandes hypothèses des modèles confrontées à la réalité des marchés 3 Réponse de l évaluateur

Plus en détail

TRANSITION AUX IFRS SOMMAIRE

TRANSITION AUX IFRS SOMMAIRE TRANSITION AUX IFRS SOMMAIRE Transition aux IFRS : compte de résultat consolidé IFRS préliminaire 31/12/24 Transition aux IFRS : bilan actif consolidé IFRS préliminaire 31/12/24 Transition aux IFRS : bilan

Plus en détail

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

RECOMMANDATION N 95-01

RECOMMANDATION N 95-01 RECOMMANDATION N 95-01 COMMUNE A LA COB ET AU CNC RELATIVE AUX METHODES À METTRE EN OEUVRE PAR LES EXPERTS CHARGES D ÉVALUER LES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (Bulletin

Plus en détail

Goodwill, structures de bilan et normes comptables

Goodwill, structures de bilan et normes comptables Goodwill, structures de bilan et normes comptables Évolutions récentes et enjeux pour les groupes français SYLVIE MARCHAL, ANNIE SAUVÉ Secrétariat général Direction des Entreprises Observatoire des Entreprises

Plus en détail

Recommandation pour les " organismes d'assurance" 1 pour l'arrêté des comptes en période de crise financière - Arrêté au 31 décembre 2008

Recommandation pour les  organismes d'assurance 1 pour l'arrêté des comptes en période de crise financière - Arrêté au 31 décembre 2008 Conseil national de la comptabilité Paris le 15 Décembre 2008 Recommandation pour les " organismes d'assurance" 1 pour l'arrêté des comptes en période de crise financière - Arrêté au 31 décembre 2008 Dans

Plus en détail

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017. Septembre 2013

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017. Septembre 2013 ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017 Septembre 2013 1 Contenu Introduction Principales priorités Considérations supplémentaires du Conseil des normes actuarielles (CNA) Plan de projet par domaine de pratique

Plus en détail

1. Introduction. 1.1. Changement de référentiel comptable

1. Introduction. 1.1. Changement de référentiel comptable 1 SOMMAIRE 1. Introduction...3 1.1. Changement de référentiel comptable...3 1.2. Calendrier de transition aux normes IAS/IFRS...3 1.3. Organisation du projet de conversion...4 1.4. Retraitements liés à

Plus en détail

Introduction : Problématique de l évaluation

Introduction : Problématique de l évaluation Introduction : Problématique de l évaluation Nous évoquerons d abord les utilisateurs de l évaluation des sociétés, ensuite les méthodes classiques d évaluation que nous prolongerons par l approche générale

Plus en détail

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018. Octobre 2014

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018. Octobre 2014 ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018 Octobre 2014 1 Contenu Introduction Principales priorités Considérations supplémentaires du Conseil des normes actuarielles (CNA) Plan de projet par domaine de pratique

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER 2012

RAPPORT FINANCIER 2012 RAPPORT FINANCIER 2012 BILAN CONSOLIDÉ IFRS AU 31 DÉCEMBRE 2012 Actif (en milliers d euros) Notes Montant brut Exercice 2012 Amort. Prov. Montant net Exercice 2011 Montant net Actifs non courants Immobilisations

Plus en détail

«Evaluation de l entreprise»

«Evaluation de l entreprise» «Evaluation de l entreprise» Philippe BRIDOUX GESCO 1 Sommaire I. Introduction : quand valorise-t-on / que valorise-t-on? II. Les composantes de la valeur d une entreprise III. Les différentes méthodes

Plus en détail

Le suivi des résultats RH à la Banque Nationale : Passez des indicateurs à l action!

Le suivi des résultats RH à la Banque Nationale : Passez des indicateurs à l action! Le suivi des résultats RH à la Banque Nationale : Passez des indicateurs à l action! Christian Duplessy, Conseiller senior planification stratégique RH 18 septembre 2013 La Banque Nationale : quelques

Plus en détail

Présentation des résultats semestriels 2013/14. Réunion SFAF - 27 novembre 2013

Présentation des résultats semestriels 2013/14. Réunion SFAF - 27 novembre 2013 Présentation des résultats semestriels 2013/14 Réunion SFAF - 27 novembre 2013 1 Intervenants Patrick HIRIGOYEN DGA - Membre du Directoire Tiphanie BORDIER Directrice financière adjointe Céline ROLLAND

Plus en détail

CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE

CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE La démarche pour une méthode d aide à la décision d investissement consiste dans un premier temps à élaborer un ensemble d hypothèses relatives aux caractéristiques

Plus en détail

«Identifier et définir les risques pour mesurer les impacts sur le résultat et l organisation»

«Identifier et définir les risques pour mesurer les impacts sur le résultat et l organisation» Episode #3 - Le pilotage des Risques, bien sûr! Une évidence pas toujours si claire. Alexis Missoffe Senior Manager @Décision Performance Conseil (DPC) L Episode 2 de notre série sur les risques a introduit

Plus en détail

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS.

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS. ANALYSE ET GESTION FINANCIÈRE Épreuve dominante de spécialisation A.D. 2012 Concours externe et interne Documents autorisés : néant Calculatrice électronique autorisée La famille Saint Louis de Mermoz

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

14 rue de Bassano 15 rue de la Baume 75116 Paris 75008 Paris STERIA

14 rue de Bassano 15 rue de la Baume 75116 Paris 75008 Paris STERIA Olivier PERONNET Olivier GRIVILLERS FINEXSI Expert et Conseil Financier HAF Audit & Conseil 14 rue de Bassano 15 rue de la Baume 75116 Paris 75008 Paris STERIA Société Anonyme au capital de 14.876.895

Plus en détail

TRANSITION AUX NORMES IFRS (International Financial Reporting Standards)

TRANSITION AUX NORMES IFRS (International Financial Reporting Standards) TRANSITION AUX NORMES IFRS (International Financial Reporting Standards) CONTEXTE En application du règlement européen n 1606/2002 adopté le 19 juillet 2002, les sociétés faisant appel public à l épargne

Plus en détail

LES FUSIONS-ACQUISITIONS EN ESPAGNE Novembre 2013

LES FUSIONS-ACQUISITIONS EN ESPAGNE Novembre 2013 LES FUSIONS-ACQUISITIONS EN ESPAGNE Novembre 2013 16 Avenue Hoche 75008 Paris tel.: +33 1 71 18 18 91 Paseo de la Castellana, 141 -Edif. Cuzco IV - 28046 Madrid tel.: +34 91 113 85 09 Index Marché des

Plus en détail

IAS 17 Aujourd hui et demain

IAS 17 Aujourd hui et demain IAS 17 Aujourd hui et demain Analyse comparative et application au travers du secteur de la grande distribution Promoteur : Monsieur Yvan STEMPNIERWSKY Auteur : Florence HENOUMONT Le leasing : un mode

Plus en détail

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée Normes internationales d information financière États financiers modèles sans application anticipée 1 États financiers pour l exercice 31 décembre Les états financiers modèles de la pour l exercice 31

Plus en détail

ZETA BIOTECH INSCRIPTION SUR LE MARCHE LIBRE D EURONEXT PARIS. : Augmentation de capital par émission de 206.065 actions nouvelles

ZETA BIOTECH INSCRIPTION SUR LE MARCHE LIBRE D EURONEXT PARIS. : Augmentation de capital par émission de 206.065 actions nouvelles ZETA BIOTECH INSCRIPTION SUR LE MARCHE LIBRE D EURONEXT PARIS Capital social avant opération : Ouverture du Placement : Clôture du Placement : 1 ère cotation : Prix de souscription : 4,85 par action Valorisation

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

3. Comptes consolidés

3. Comptes consolidés 3. Comptes consolidés 3.1 Rapport des Commissaires aux comptes sur les comptes annuels Exercice clos le 31 décembre Mesdames, Messieurs, En exécution de la mission qui nous a été confiée par votre Assemblée

Plus en détail

Une introduction aux placements entraînant une influence notable ou un contrôle

Une introduction aux placements entraînant une influence notable ou un contrôle RÉSUMÉ DU MODULE 3 Une introduction aux placements entraînant une influence notable ou un contrôle Le présent module s intéresse à la comptabilisation de trois types de placements pouvant être faits par

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Chapitre 2 : Analyse du bilan, L approche fonctionnelle... 2 I. Introduction... 2 II. La conception

Plus en détail

Atelier AMRAE A10. Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques

Atelier AMRAE A10. Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques Atelier AMRAE A10 Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques Intervenants Modérateur Gilles de Courcel Président de la Commission Evaluation de la CNCC Associé Ricol-Lasteyrie Alain Gravier

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des éléments de

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT

COMMUNIQUE DE PRESSE DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT COMMUNIQUE DE PRESSE DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT VISANT LES ACTIONS ET OBLIGATIONS REMBOURSABLES EN ACTIONS DE LA SOCIETE INITIÉE PAR CONSEILLÉE PAR PRÉSENTÉE PAR Prix de l Offre : 3,20

Plus en détail

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables PARTIE 1 INTRODUCTION ET DÉFINITIONS 1.1 Introduction et objet 1.2 Régime d information multinational 1.3 Détermination

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS EXERCICE 2013

COMPTES CONSOLIDÉS EXERCICE 2013 4 COMPTES CONSOLIDÉS EXERCICE 2013 1 Compte de résultat consolidé 2 2 État de résultat global consolidé 3 3 Bilan consolidé 4 4 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 5 Tableau de variation des capitaux

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur de la construction Mars 2015 L International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting

Plus en détail

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014 Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014 Ordre du jour Développements en 2014 Amélioration majeure Avantages sociaux futurs Améliorations

Plus en détail

SOCFINASIA Société Anonyme

SOCFINASIA Société Anonyme SOCFINASIA Société Anonyme 4, avenue Guillaume L-1650 LUXEMBOURG R.C. Luxembourg : B 10534 RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES COMPTES CONSOLIDES AU 30 JUIN 2015 Socfinasia * Rapport semestriel au 30/06/2015 *

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 13 novembre COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES RÉSULTATS DES NEUF PREMIERS MOIS RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT : 597 MILLIONS D EUROS (+13%) RÉSULTAT NET HORS ÉLÉMENTS EXCEPTIONNELS : 320 MILLIONS

Plus en détail

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS DÉCEMBRE 2011 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS Le nouveau chapitre SP 3260, Passif au titre des sites contaminés, du Manuel de comptabilité pour le secteur

Plus en détail

Comptes consolidés et notes annexes 31 décembre 2011

Comptes consolidés et notes annexes 31 décembre 2011 Comptes consolidés et notes annexes 31 décembre 2011 Version en cours d audit Sommaire Rapport semestriel d activité...1 Comptes consolidés...3 Ratios et indicateurs clés. 11 Notes annexes aux comptes

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ RECOMMANDATION DU 19 DÉCEMBRE 2008

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ RECOMMANDATION DU 19 DÉCEMBRE 2008 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ RECOMMANDATION DU 19 DÉCEMBRE 2008 Pour les "organismes d'assurance" 1 sur les modalités de reconnaissance des participations aux bénéfices différées actives dans les

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

MGI GROUPE COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2009 SOMMAIRE TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES METHODES COMPTABLES ET NOTES EXPLICATIVES

MGI GROUPE COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2009 SOMMAIRE TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES METHODES COMPTABLES ET NOTES EXPLICATIVES MGI GROUPE COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2009 SOMMAIRE BILANS COMPTES DE RESULTAT TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE METHODES COMPTABLES ET NOTES EXPLICATIVES

Plus en détail

Il est rappelé que toute communication financière doit être exacte, précise et sincère 2

Il est rappelé que toute communication financière doit être exacte, précise et sincère 2 AMF Communication financière des sociétés cotées sur un marché réglementé ou un MTF à l occasion de la publication de leurs résultats DOC-2015-11 Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

GESTION FINANCIÈRE. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif

GESTION FINANCIÈRE. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif GESTION FINANCIÈRE DECF Session 2007 - Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TABLEAU DE FLUX ET DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Définir l objectif des tableaux de flux de trésorerie : Ils permettent : de déterminer la

Plus en détail

Comptes 2007 Rapport de Gestion du Conseil D administration Informations complémentaires pour le document de référence

Comptes 2007 Rapport de Gestion du Conseil D administration Informations complémentaires pour le document de référence Comptes 2007 Rapport de Gestion du Conseil D administration Informations complémentaires pour le document de référence Le Document de Référence de L Oréal est constitué de deux tomes : > une plaquette

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. Brevet de technicien supérieur Négociation et relation client

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. Brevet de technicien supérieur Négociation et relation client I APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ II.1. DÉFINITION RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Brevet de technicien supérieur Négociation et relation client L activité du titulaire du brevet

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

Assemblée Générale du 3 mai 2013

Assemblée Générale du 3 mai 2013 Assemblée Générale du 3 mai 2013 Résultats de l exercice 2012 Chiffres clés 2 Chiffres clés du Groupe (M ) 2011 2012 Variation Chiffre d affaires 7 657 7 370-3,7 % Résop Média* 414 358-56 M Résultat net

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS FINANCES ET COMPTES PUBLICS LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS Une nouvelle étape à engager Rapport public thématique Synthèse Février 2016 g AVERTISSEMENT Cette synthèse est destinée à

Plus en détail

TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES

TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES Capital Réserves Résultat Capitaux propres Totaux Dont Part des tiers Au 1 er janvier 2005 873.168 3.551.609-842.682 3.582 095 456.924 Affectation résultat 2004-842.682

Plus en détail

Chiffre d affaires consolidé de 3 581 millions d euros, en hausse de 15 %, + 6 % à périmètre et taux de change constants

Chiffre d affaires consolidé de 3 581 millions d euros, en hausse de 15 %, + 6 % à périmètre et taux de change constants 15.13 Croissance du chiffre d affaires de 15 % à 3 581 millions d euros Croissance du chiffre d affaires première monte de 16 %, + 7 % à périmètre et taux de change constants, supérieure de 6 points à

Plus en détail

BILAN ET COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉS AU 30.06.2015

BILAN ET COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉS AU 30.06.2015 BILAN ET COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉS AU 30.06.2015 Le Conseil d Administration du 29 juillet 2015 a arrêté et autorisé la publication des comptes consolidés de Safran et celle du compte de résultat ajusté

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL COMPTABLE

RÉFÉRENTIEL COMPTABLE Page 1 de 20 DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE (LA RÉGIE) À HYDRO-QUÉBEC DANS SES ACTIVITÉS DE TRANSPORT ET DE DISTRIBUTION DEMANDE RELATIVE AUX MODIFICATIONS DE MÉTHODES COMPTABLES

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012

Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012 12 JUIN 2013 1 Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012 Sociétés du CAC 40 12 JUIN 2013 2 / 19 Eléments de contexte Rappel sur la norme IAS 36 L entité doit apprécier, à chaque arrêté comptable,

Plus en détail

PLAN DE COURS École de comptabilité Été 2010 22 avril 2010 EXPERTISE COMPTABLE CTB-6090 (CTB-67651)

PLAN DE COURS École de comptabilité Été 2010 22 avril 2010 EXPERTISE COMPTABLE CTB-6090 (CTB-67651) Faculté des sciences de l administration PLAN DE COURS École de comptabilité Été 2010 22 avril 2010 EXPERTISE COMPTABLE CTB-6090 (CTB-67651) Chargée de cours : Marie-Pascale Beaumont 4234, pavillon Palasis-Prince

Plus en détail

Chapitre 9. L évaluation des actions

Chapitre 9. L évaluation des actions Chapitre 9 L évaluation des actions Introduction Comment déterminer la valeur des actions? Loi du prix unique : le prix d un actif financier doit être égal à la valeur actuelle des flux futurs auxquels

Plus en détail

Présentation des performances et des classements des OPCVM

Présentation des performances et des classements des OPCVM Présentation des performances et des classements des OPCVM Septembre 1998 modifié en 2005 a édicté dès septembre 1998 un code de bonne conduite relatif à la présentation des L AFG performances et des classements,

Plus en détail

Cahier des charges atelier de formation DE L ETUDE DE MARCHE A LA STRATEGIE COMMERCIALE

Cahier des charges atelier de formation DE L ETUDE DE MARCHE A LA STRATEGIE COMMERCIALE Cahier des charges atelier de formation DE L ETUDE DE MARCHE A LA STRATEGIE COMMERCIALE 2015 1-Présentation de La Miel Dans le cadre du soutien aux créateurs et dirigeants d entreprises implantés sur le

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

20.3 ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

20.3 ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 AU 31 DÉCEMBRE 2014 Bilan consolidé 86 État du compte de résultat consolidé 88 État du résultat global consolidé 89 Variation de la trésorerie consolidée 90 Variation des capitaux propres consolidés 91

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE LESTER B. PEARSON

COMMISSION SCOLAIRE LESTER B. PEARSON États financiers de la COMMISSION SCOLAIRE LESTER B. PEARSON 30 juin 2010 Samson Bélair/Deloitte & Touche s.e.n.c.r.l. 1, Place Ville Marie Bureau 3000 Montréal QC H3B 4T9 Canada Rapport des vérificateurs

Plus en détail

SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES ACTIELEC TECHNOLOGIES. 14 Octobre 2005 BULLETIN DES ANNONCES LÉGALES OBLIGATOIRES 24663

SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES ACTIELEC TECHNOLOGIES. 14 Octobre 2005 BULLETIN DES ANNONCES LÉGALES OBLIGATOIRES 24663 14 Octobre 2005 BULLETIN DES ANNONCES LÉGALES OBLIGATOIRES 24663 PUBLICATIONS PÉRIODIQUES (COMPTES ANNUELS, SITUATIONS TRIMESTRIELLES, TABLEAUX D ACTIVITÉ ET DE RÉSULTATS, CHIFFRES D AFFAIRES, INVENTAIRES

Plus en détail

G4 : Tout ce qu il faut savoir pour bien appliquer les nouvelles lignes directrices de la GRI

G4 : Tout ce qu il faut savoir pour bien appliquer les nouvelles lignes directrices de la GRI fggsf G4 : Tout ce qu il faut savoir pour bien appliquer les nouvelles lignes directrices de la GRI Guide pratique d application de la G4 à l attention des utilisateurs Juillet 2013 Note préliminaire Les

Plus en détail

Réunion de présentation des impacts IFRS sur les comptes de LVMH. 31 mars 2005

Réunion de présentation des impacts IFRS sur les comptes de LVMH. 31 mars 2005 Réunion de présentation des impacts IFRS sur les comptes de LVMH 31 mars 2005 2 Disclaimer L information contenue dans ce document est basée sur les normes IFRS telles que connues à ce jour. Néanmoins,

Plus en détail

ADOPTION DU REFERENTIEL COMPTABLE INTERNATIONAL IFRS ( International Financial Reporting Standards) PRINCIPALES DIVERGENCES ET CHIFFRAGE DES IMPACTS

ADOPTION DU REFERENTIEL COMPTABLE INTERNATIONAL IFRS ( International Financial Reporting Standards) PRINCIPALES DIVERGENCES ET CHIFFRAGE DES IMPACTS ADOPTION DU REFERENTIEL COMPTABLE INTERNATIONAL IFRS ( International Financial Reporting Standards) PRINCIPALES DIVERGENCES ET CHIFFRAGE DES IMPACTS Les comptes consolidés du groupe SILIC sont établis,

Plus en détail

L APPORT DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES (IFRS) EN MATIERE D IMPOT SUR LE RESULTAT

L APPORT DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES (IFRS) EN MATIERE D IMPOT SUR LE RESULTAT L APPORT DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES (IFRS) EN MATIERE D IMPOT SUR LE RESULTAT La fiscalité d entreprise est un thème qui est toujours d actualité. Par contre, le lien avec le référentiel comptable

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

L 311/6 Journal officiel de l Union européenne 26.11.2009

L 311/6 Journal officiel de l Union européenne 26.11.2009 L 311/6 Journal officiel de l Union européenne 26.11.2009 RÈGLEMENT (CE) N o 1136/2009 DE LA COMMISSION du 25 novembre 2009 modifiant le règlement (CE) n o 1126/2008 de la Commission portant adoption de

Plus en détail

SEMINAIRES DE DIRECTION

SEMINAIRES DE DIRECTION SEMINAIRES DE DIRECTION Conçus spécialement pour les membres de la direction, ces séminaires sont concis et pratiques. Ils peuvent prendre la forme de présentations avec études de cas à l appui, ou de

Plus en détail

Recommandation AMF n 2009-28 Arrêté des comptes 2009

Recommandation AMF n 2009-28 Arrêté des comptes 2009 Recommandation AMF n 2009-28 Arrêté des comptes 2009 Texte de référence : article 223-1 du règlement général de l AMF Les effets de la crise financière ont été très importants au cours de l année écoulée.

Plus en détail

Résultats semestriels 2015

Résultats semestriels 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Résilience du chiffre d affaires et du patrimoine sous gestion Progression de 4,2% de l ANR EPRA (1) Amélioration du ratio Loan

Plus en détail

Corrigé - Les Laboratoires Cattier

Corrigé - Les Laboratoires Cattier CIE4DME Session 2009 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé - Les Laboratoires Cattier PARTIE I : L ÉTUDE

Plus en détail