Les Biofilms et l hygiène des surfaces en milieu hospitalier

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Biofilms et l hygiène des surfaces en milieu hospitalier"

Transcription

1 Les Biofilms et l hygiène des surfaces en milieu hospitalier SFHH - Bordeaux Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque M. ABDALLAH, N.CHIHIB, F. KRIR, P. DHULSTR 04 juin

2 les micro-organismes sont partout L air L'alimentation Le sol Notre peau L'eau Inoffensives Pathogènes Des infections et des maladies 22

3 Hygiène et milieu hospitalier Hygiène des surfaces: problème dans le secteur hospitalier et secteurs industriels Contamination des surfaces et des dispositifs médicaux: (Corona and Raimondi, 2004) Infections nosocomiales Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque 33

4 Microorganismes et infections n France: nosocomiales Les micro-organismes les plus fréquemment isolés sont: bactéries à Gram négatif : 53% ( scherichia coli : 20% et Pseudomonas aeruginosa : 11%) bactéries à Gram positif : 33% (Staphylococcus aureus : 16%) des microorganismes divers : 14% (mycobactéries, fungi, parasites, virus ) 44

5 Cellule planctonique et Biofilm Plus de 99,9% des bactéries sont attachées aux surfaces Les bactéries adhérées et collées entre elles, forment une structure spéciale, appelée Biofilm. 55

6 Biofilm Qu est-ce un Biofilm? Où se trouve-t-il? Comment se forme-t-il? Caractéristiques st-il dangereux? 66

7 Biofilm Définition: Un Biofilm est une communauté de microorganismes, adhérant entre eux et à une surface, marquée par la sécrétion d'une matrice adhésive et protectrice (Blankenship and Mitchell, 2006) 77

8 Où se trouve le Biofilm?

9 Les Biofilms sont partout Maison Distribution de l eau potable Industries Tissus Humains Biofilms Secteur alimentaire Secteur médical 99

10 Comment se forme le Biofilm? 1010

11 Formation du Biofilm Structure polymérique 2 Adhésion (quelques heures) Liaisons covalentes: (micro-organismes et surface ) - exopolysaccharides - Fimbriae, pili Ø 1 Adsorption (quelques minutes) Liaisons non-covalentes: (micro-organisme et surface): - Van der Waals - lectrostatique - Acide-base de Lewis Ø Biofilm 1111

12 Formation du Biofilm Structure polymérique Biofilm 2 Multiplication - Sécrétion de la matrice extracellulaire - Adhésion 1 Adsorption Biofilm Multiplication -Sécrétion importante de la matrice extracellulaire 3 Formation des microcolonies - 4 Formation du Biofilm 1212

13 Formation du Biofilm Structure polymérique Biofilm 2 Adhésion 1 Adsorption Biofilm 5 Détachement et dispersion 3 Formation des microcolonies 4 Formation du Biofilm 13

14 Matrice Composition: (Sutherland, 2001) De l eau xopolysaccharides: (glycocalyx, slime, capsule, polysaccharides, etc ) protéines/enzymes, acides nucléiques Rôles? 1414

15 Rôles de la matrice mpêcher la déshydratation des microorganismes Rétention de l eau par les exopolysaccharides (PS) Rétention des nutriments Support éventuel pour l adhésion d autres microorganismes Protection des microorganismes Structuration dans la matrice extracellulaire 1515

16 Biofilm est un véritable problème Santé publique: - Infection nosocomiale - Intoxication alimentaire Matériaux: - Destruction des matériaux (biocorrosion) Problèmes: élimination du Biofilm résistance accrue contre les agents biocides (Matrice adhésive et protectrice) Comment un Biofilm résiste-t-il contre les agents biocides? 1616

17 Résistance du Biofilm contre les agents antimicrobiens Structure complexe: Multicouches bactériennes protégées par des PS mpêchant le contact entre les microorganismes et l antibactérien Présence des enzymes Dégradation de certains antimicrobiens Pénétration d antibactérien affectée 1717

18 Résistance du Biofilm contre les agents antimicrobiens Changement phénotypique: Modification du taux de croissance Antibactériens plus efficaces sur les bactéries en croissance Modification de l expression génétique: - chaines polymériques - caractéristique membranaire Défavorisant l interaction avec l antibactérien Agents biocides moins efficaces 1818

19 valuation de l efficacité des produits biocides Désinfectant doit avoir: (Fraise, 2008) Une activité bactéricide (Normes: N13727 N 14561) Une activité fongicide (Normes: N13624 N 14562) Une activité virucide (Normes: N 14476) tc

20 fficacité des produits biocides Normes: sur des cellules planctoniques ou déposées et séchées L efficacité est satisfaisante sur les cellules en suspension ou déposées et séchées, elle est moindre dans les cas des cellules structurées en Biofilm Conditions différentes des conditions rencontrées dans le Biofilm 2020

21 valuation de l activité biocide tudes et évaluation d activité biocide: Planctoniqu es Déposées Produits biocides n Biofilm Temps d application Réduction bactérienne 2121

22 Planctonique et Biofilm Traitement de Pseudomonas aeruginosa par l hypochlorite de sodium: - Cellules planctoniques (en suspension) et structurées en Biofilm Planctoniques Biofilm (Byun et al, limination complète des bactéries planctoniques (en suspension) 2007) Bactéries survivantes dans le Biofilm après le traitement fficace contre les cellules planctoniques, efficacité moindre dans le cas des cellules en Biofilms 2222

23 Déposée et Biofilm Traitement de Bacillus cereus par des produits biocides à base des ammoniums quartenaires: (Peng et al., 2002) limination des cellules en suspension Diminution de l efficacité sur les cellules attachées Activité très faible sur les cellules en Biofilm fficacité contre les cellules planctoniques, efficacité moindre sur les cellules en Biofilm 2323

24 Protection des microorganismes contre les agents biocides grâce à cette structuration Agents biocides: Détergents/Désinfectants X Planctonique ou déposée?biofilm Le meilleur produit contre les bactéries en suspension n est pas forcément le meilleur contre les bactéries structurées en Biofilm 2424

25 Objectifs valuer l efficacité des produits détergents/désinfectants sur les Biofilms Biofilm modèle reproductible valuation de l activité biocide 2525

26 Objectifs valuation: tudes de paramètres physicochimiques Paramètres intrinsèques liés à la cellule et à sa structuration en Biofilm Conditions opératoires d application Méthodes standardisées pour évaluer l effet des produits 2626

27 Objectifs Mettre au point des produits à activité réellement «anti-biofilm» et non uniquement «anti-cellules adhérées» Via une recherche fondamentale de haut niveau Couplée à une recherche appliquée performante AU SRVIC D LA SANT PUBLIQU POUR LUTTR CONTR LS INFCTIONS NOSOCOMIALS 2727

28 Merci pour votre attention

ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES. Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie CHU Rangueil

ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES. Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie CHU Rangueil ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie riologie-hygiène CHU Rangueil Bactérie = cellule vivante procaryote synthèses ses cellulaires croissance et multiplication intra

Plus en détail

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Introduction Depuis 2003 2007 : Textes et recommandations en endoscopie Prélèvements microbiologiques

Plus en détail

Les bactéries. de recycler la matière Participent dans la fabrication d aliments et de médicaments

Les bactéries. de recycler la matière Participent dans la fabrication d aliments et de médicaments Les bactéries Apparues il y a 3,5 milliards d années, les bactéries sont les organismes vivants les plus diversifiés et les plus répandus sur Terre. Appartenant au monde des microbes, elles mesurent en

Plus en détail

Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015. 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / / / /

Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015. 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / / / / Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015 FICHE SERVICE 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / 2 - Spécialité : Codage : voir thésaurus Annexe 3 3 - Nom

Plus en détail

Eau du réseau. Différents d usages de l eau : Consommation Bains, douches Rinçage d équipement médical Lavage des mains du personnel

Eau du réseau. Différents d usages de l eau : Consommation Bains, douches Rinçage d équipement médical Lavage des mains du personnel Le 16 novembre 2007 (Société PALL SYSTEM ) Le réseau d eau, source d infections nosocomiales Eau du réseau Facteurs de dégradation de la qualité microbiologique Germes pathogènes détachés et entraînés

Plus en détail

Matériaux : tous égaux face aux opérations d hygiène? Anaïs Overney. Dijon 2 décembre 2014

Matériaux : tous égaux face aux opérations d hygiène? Anaïs Overney. Dijon 2 décembre 2014 Dijon 2 décembre 2014 Matériaux : tous égaux face aux opérations d hygiène? Anaïs Overney Anses, Maisons Alfort Laboratoire de Sécurité des Aliments Unité : Salmonella, Listeria et Escherichia coli Nécessité

Plus en détail

Les motifs de notre démarche

Les motifs de notre démarche Séminaire du 5 mai 2015 Produits d'hygiène pour les institutions de la petite enfance - IPE Secteur des PRODUITS CHIMIQUES 24, avenue Beau-Séjour 1206 Genève tél.: 022/546.51.90 fax: 022/546.51.89 section.toxiques@etat.ge.ch

Plus en détail

L institut st PIERRE Un hôpital d Enfants labélisé EMAS Europe

L institut st PIERRE Un hôpital d Enfants labélisé EMAS Europe L institut st PIERRE Un hôpital d Enfants labélisé EMAS Europe jeudi 9 octobre 2014 Paris "Achats publics durables : passer à l'action" Nous n'héritons pas de la terre de nos parents, nous l'empruntons

Plus en détail

des Industries Agricoles et Alimentaires Ecole Doctorale Agriculture Biologie et Santé THESE Présentée pour obtenir le grade de

des Industries Agricoles et Alimentaires Ecole Doctorale Agriculture Biologie et Santé THESE Présentée pour obtenir le grade de N d ordre Ecole Nationale Supérieure des Industries Agricoles et Alimentaires Année 2004 Ecole Doctorale Agriculture Biologie et Santé THESE Présentée pour obtenir le grade de Docteur de l ENSIA Spécialité

Plus en détail

Structure de la bactérie

Structure de la bactérie Structure de la bactérie 1 Le cytoplasme Hydrogel colloïdal ADN chromosomique (1) et plasmidique 1 Le cytoplasme ARN ribosomal 10 000 à 20 000 ribosomes/bactérie 63 % ARNr 37% protéines Synthèse des

Plus en détail

La maîtrise de l hygiène du linge. Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris

La maîtrise de l hygiène du linge. Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris La maîtrise de l hygiène du linge Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris De nouvelles maladies apparaissent, les germes s adaptent, des épidémies de maladies que

Plus en détail

Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries

Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries De nombreuses espèces microbiennes vivent sur la peau et sur les muqueuses (bouche, fosses nasales, appareil digestif, vagin ) sans exercer pour autant

Plus en détail

LE RISQUE MICROBIEN DANS LES I.A.A.

LE RISQUE MICROBIEN DANS LES I.A.A. LE RISQUE MICROBIEN DANS LES I.A.A. 1. LES MICROORGANISMES DANS LES IAA 2. COMMENT MAÎTRISER CE RISQUE TD 1. LES TOXI-INFECTIONS D ORIGINE BACTERIENNE TD 2. LES RISQUES LIES AUX MOISISSURES 1. LES MICROORGANISMES

Plus en détail

L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP

L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP Quelques rappels de base Analyse des dangers : - Caractéristiques - Méthodologie Conclusion Un exemple : Procédé «Terrine de viande» 2 Quelques

Plus en détail

Notions de microbiologie générale

Notions de microbiologie générale Notions de microbiologie générale Journée des correspondants en hygiène débutants du 20-11-2015 Dr J GAGNAIRE-Unité d hygiène inter-hospitalière- Service des Maladies infectieuses Différents agents infectieux

Plus en détail

Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence

Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence Pr. B. Jaulhac Laboratoire de Bactériologie Faculté de Médecine GENERALITES L'Homme vit dans un environnement peuplé de très nombreux micro-organismes : bactéries,

Plus en détail

Biofilm bactérien. Gérard LINA gerard.lina@chu-lyon.fr. CNR des Staphylocoques, Inserm U851, Faculté de Médecine Lyon Est

Biofilm bactérien. Gérard LINA gerard.lina@chu-lyon.fr. CNR des Staphylocoques, Inserm U851, Faculté de Médecine Lyon Est Biofilm bactérien Gérard LINA gerard.lina@chu-lyon.fr CNR des Staphylocoques, Inserm U851, Faculté de Médecine Lyon Est Deux modes de vie bactérienne Bactéries isolées Bactéries qui se développent en communauté

Plus en détail

Chapitre n 2 : La structure bactérienne

Chapitre n 2 : La structure bactérienne Chapitre n 2 : La structure bactérienne 1. Les éléments constants et facultatifs Une cellule bactérienne est composée d éléments constants, présents chez quasiment toutes les bactéries, et d éléments facultatifs,

Plus en détail

Cyanobactéries et cyanotoxines: impacts sur la production d eau potable

Cyanobactéries et cyanotoxines: impacts sur la production d eau potable Cyanobactéries et cyanotoxines: impacts sur la production d eau potable Caroline Robert Direction des politiques de l eau Cyanobactéries et cyanotoxines: impacts sur la production d eau potable 1. Principes

Plus en détail

REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE

REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE Document préparé par Albert AMGAR, asept@asept.asso.fr Ce document fait suite à celui sur l organisation du lavage des mains et disponible au format

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

Adhérence des bactéries aux biomatériaux

Adhérence des bactéries aux biomatériaux Adhérence des bactéries aux biomatériaux DU Tissus calcifiés, biomatériaux et implantologie dentaire 13 décembre 2013 Dr Marie KEMPF Laboratoire de Bactériologie Etats physiologiques des bactéries Bactéries

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

Plus sûre & plus efficace

Plus sûre & plus efficace Innovation Mousse lavante désinfectante pour les mains Plus sûre & plus efficace Efficacité renforcée par le Peroxyde d Hydrogène Accéléré La référence mondiale en solutions d hygiène cutanée pour les

Plus en détail

SecuSan Le nouveau standard d hygiène Testé cliniquement

SecuSan Le nouveau standard d hygiène Testé cliniquement SecuSan Le nouveau standard d hygiène Testé cliniquement SecuSan Le nouveau standard d'hygiène Le problème Extrait du communiqué de presse émis le 8 juillet 2011 par le Ministère fédéral allemand de la

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

La congélation des produits modifie-t-elle les résultats d analyses microbiologiques?

La congélation des produits modifie-t-elle les résultats d analyses microbiologiques? ÉTUDES La congélation des produits modifie-t-elle les résultats d analyses microbiologiques? PASCAL GARRY CTSCCV, 7 avenue du Général de Gaulle, 94704 Maisons-Alfort Cedex Laboratoire de microbiologie

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

Etablissements de natation recevant du public

Etablissements de natation recevant du public Agence Régionale de Santé de Haute-normandie délégation territoriale de l Eure Etablissements de natation recevant du public Ministère de la Santé ARS Délégation territoriale de l Eure Articulation autour

Plus en détail

Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques

Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques Marie-Florence Thomas Ecole des Métiers de l Environnement Situation à risques Situation à risque

Plus en détail

MALADIES AERODIFFUSEES

MALADIES AERODIFFUSEES MALADIES AERODIFFUSEES Les maladies aérodiffusées sont responsables d environ 25 à 50% de toute la pathologie qui demande une intervention chirurgicale. Une grande partie de celles-ci se caractérisent

Plus en détail

CAPP-INFO Bulletin d information du CAPP

CAPP-INFO Bulletin d information du CAPP CAPP-INFO Bulletin d information du CAPP N 46, juin 2007 (Contact Avis Pharmacologique et Pharmaceutique) Bips : Pharmacie : 68 593 58 Gérontopharmacologie: 68 565 60 DESINFECTANTS ET ANTISEPTIQUES I.

Plus en détail

Le portage nasal à Staphylococcus aureus :

Le portage nasal à Staphylococcus aureus : Le portage nasal à Staphylococcus aureus : déterminants bactériens et déterminants d hôte Anne Tristan Centre de Biologie et de Pathologie Est CNR des staphylocoques LYON A. Histoire naturelle de la contamination

Plus en détail

Pr Pierre DELLAMONICA CHU de NICE

Pr Pierre DELLAMONICA CHU de NICE L adhérence bactérienne Pr Pierre DELLAMONICA CHU de NICE Colloque Infections Nosocomiales et Orthopédie - Paris 19/10/12 1 LIENS D INTERETSD Pr Pierre DELLAMONICA 2 L adhérence bactérienne est le mécanisme

Plus en détail

DÉSINFECTION DES NASOFIBROSCOPES COMPARAISON DE L EFFICACITÉ D UNE

DÉSINFECTION DES NASOFIBROSCOPES COMPARAISON DE L EFFICACITÉ D UNE DÉSINFECTION DES NASOFIBROSCOPES COMPARAISON DE L EFFICACITÉ D UNE PROCÉDURE DE TREMPAGE VERSUS UNE PROCÉDURE PAR ESSUYAGE Réunion ARLIN Nord Pas de Calais 10/02/2015 N Loukili CHRU de Lille CONTEXTE Arrivée

Plus en détail

Re-remplissage des flacons de solution alcoolique pour la désinfection des mains...... la «solution» à adopter!

Re-remplissage des flacons de solution alcoolique pour la désinfection des mains...... la «solution» à adopter! Re-remplissage des flacons de solution alcoolique pour la désinfection des mains...... la «solution» à adopter! Réutilisation du flacon Qualité? Capacité à satisfaire à des besoins définis, selon des connaissances

Plus en détail

ESSAIS INTERLABORATOIRES MICROBIOLOGIE

ESSAIS INTERLABORATOIRES MICROBIOLOGIE ESSAIS INTERLABORATOIRES MICROBIOLOGIE A35 Eaux : analyses microbiologiques hors Legionella A50 Eaux : analyses microbiologiques Legionella A50a Eaux de TAR : analyses microbiologiques Legionella A54 Eaux

Plus en détail

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines 1.Isolement des protéines A. Choix d une source de protéines B. Techniques de solubilisation C. Stabilisation des protéines D. Détection des protéines E.

Plus en détail

La validation de barème des produits appertisés

La validation de barème des produits appertisés La validation de barème des produits appertisés Animée par Fabien AUPY Expert PCAM ( du CTCPA Centre Technique de la Conservation des Produits agricoles) UTICA, le 12 novembre 2013 Programme financé par

Plus en détail

D 005 Annex 30, page 1. Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11.

D 005 Annex 30, page 1. Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11. Annex 30, page 1 Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11.04 Titre - C40B Chimie combinatoire, bibliothèques, p.ex. chimiothèques

Plus en détail

Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours

Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours Dr Laure BELOTTI, Praticien contractuel, Laboratoire d'hygiène hospitalière, CHU de STRASBOURG Dr. Arnaud FLORENTIN, Assistant Hospitalo-Universitaire

Plus en détail

Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit

Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit Catherine DENIS ADRIA Normandie Dominique THUAULT ADRIA Développement Bacillus cereus

Plus en détail

Le Potentiel d Oxydoréduction (POR) :

Le Potentiel d Oxydoréduction (POR) : FICHE D INFORMATION Le Potentiel d Oxydoréduction (POR) : un nouvel outil pour évaluer la qualité de l eau info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Une eau propre et saine est l un des facteurs

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION LA GESTION ET LA DÉSINFECTION D UN BASSIN INTÉRIEUR, L AFFAIRE DE TOUT LE MONDE! Par Pierre-André Côté, D. Sc., chimiste 9èmes Journées annuelles de santé publique 15 novembre 2005 PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections

Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections alimentaires Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Principaux risques liés à la consommation d'eau ou

Plus en détail

Les produits naturels comme solution innovante dans la lutte contre la contamination microbienne de surfaces

Les produits naturels comme solution innovante dans la lutte contre la contamination microbienne de surfaces Journée innovday Les produits naturels comme solution innovante dans la lutte contre la contamination microbienne de surfaces Pascal Thébault Laboratoire Polymères, Biopolymères, Surfaces (PBS) UMR6270Université

Plus en détail

Aqua-tools. Évaluation des risques microbiologiques et gestion de la sécurité de l eau utilisant un nouvel outil d'atp-métrie

Aqua-tools. Évaluation des risques microbiologiques et gestion de la sécurité de l eau utilisant un nouvel outil d'atp-métrie Aqua-tools Évaluation des risques microbiologiques et gestion de la sécurité de l eau utilisant un nouvel outil d'atp-métrie Presentation d Aqua-tools Aqua-tools a été crée en 2006 par Marc Raymond et

Plus en détail

Dynamique d évolution de la flore microbienne dans les fromages

Dynamique d évolution de la flore microbienne dans les fromages Dynamique d évolution de la flore microbienne dans les fromages Colloque Flores microbiennes d intérêt dans les Procédés Alimentaires et la Santé Christine Achilleos Dijon - 07 / 10 / 2014 Le fromage,

Plus en détail

Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR)

Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Les ateliers du Resclin Gestion du risque infectieux associé aux soins Module encadrement EOHH des établissements de santé 4ème

Plus en détail

Encadrants : Laurence Belkessam, CNRSSP Sébastien Denys, INERIS Corinne Perrin-Ganier, ENSAIA (Co-directrice) Michel Schiavon, ENSAIA (Directeur)

Encadrants : Laurence Belkessam, CNRSSP Sébastien Denys, INERIS Corinne Perrin-Ganier, ENSAIA (Co-directrice) Michel Schiavon, ENSAIA (Directeur) Re-mobilisation des hydrocarbures aromatiques polycycliques de terres industrielles de cokerie et mécanismes impliqués dans le "vieillissement" du fluoranthène Encadrants : Laurence Belkessam, CNRSSP Sébastien

Plus en détail

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR 1 «Au lieu de s ingénier àtuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire»? PASTEUR Béatrice Allain-Cadre

Plus en détail

Évaluations formatives. 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique?

Évaluations formatives. 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique? Évaluations formatives Module 1 Introduction 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique? Le système de défense spécifique est en fait le système immunitaire. C est

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION GENERALITES EN HYGIENE NOTIONS DE MICROBIOLOGIE PRECAUTIONS STANDARD ANTISEPTIQUES ET DESINFECTANTS HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS

Plus en détail

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION NOCOSPRAY Notre concept est né de l association Nocospray + Nocolyse (machine/produit) pour une désinfection automatisée sous forme gazeuse. Il permet de traiter de façon automatisée l air et les surfaces

Plus en détail

La pureté et le respect de l'homme et de la nature

La pureté et le respect de l'homme et de la nature La pureté et le respect de l'homme et de la nature Créée en 1989 en Belgique Produits d'hygiène, d'entretien et de soins personnels La pureté et le respect de l'homme et de la nature Chrisal - Worldwide

Plus en détail

RESCIF 2011. Franck Lalanne : franck.lalanne@2ie-edu.org

RESCIF 2011. Franck Lalanne : franck.lalanne@2ie-edu.org Franck Lalanne : franck.lalanne@2ie-edu.org Contexte Arsenic (métalloïde) : polluant majeur du sous-sol au Nord Burkina Faso, (Smedley et al., 2007), au Mali (Garcia, 2011) au Ghana (Smedley, 1996; Buamah,

Plus en détail

Un système révolutionnaire de nettoyage

Un système révolutionnaire de nettoyage Un système révolutionnaire de nettoyage Le système qui nettoie et stérilise sans l utilisation des détergents traditionnels Le système ROX d Hoshizaki est conforme à la norme UE EN 1040 Les trois ingrédients

Plus en détail

Partiel de Microbiologie L2

Partiel de Microbiologie L2 Partiel de Microbiologie L2 mai 2013 Exercice 1. Comparer la composition chimique, la structure, et la fonction des pili et des flagelles chez les bactéries (2 pts) Structure Composition chimique Structure

Plus en détail

La gestion des matières organiques: état de situation au Québec

La gestion des matières organiques: état de situation au Québec La gestion des matières organiques: état de situation au Québec Sophie Taillefer Agente de développement industriel Conseil Cliquez canadien pour modifier du compostage le style des sous-titres du masque

Plus en détail

Hémodialyse et Risque Infectieux

Hémodialyse et Risque Infectieux Hémodialyse et Risque Infectieux D.Nesa-EOHA / Réanimation Polyvalente MARS 2007 L hémodialyse L hémodialyse est un acte invasif qui impose un accès vasculaire itératif, soit sur fistule, soit sur cathéter.

Plus en détail

Bactériémies sur cathéters centraux aux soins intensifs Résultats de surveillance 2012-2013. Surveillance provinciale des infections nosocomiales

Bactériémies sur cathéters centraux aux soins intensifs Résultats de surveillance 2012-2013. Surveillance provinciale des infections nosocomiales Bactériémies sur cathéters centraux aux soins intensifs Résultats de surveillance 2012-2013 Surveillance provinciale des infections nosocomiales Volume 1 N O 5 Décembre 2013 Entre le 1 er avril 2012 et

Plus en détail

Les instabilités protéiques des vins blancs : les mécanismes physico-chimiques Marie Dufrechou 13 octobre 2011

Les instabilités protéiques des vins blancs : les mécanismes physico-chimiques Marie Dufrechou 13 octobre 2011 Les instabilités protéiques des vins blancs : les mécanismes physicochimiques Marie Dufrechou 13 octobre 2011 Directrice de thèse : Aude Vernhet Codirectrice de thèse : Céline PoncetLegrand 1 Le vin :

Plus en détail

Les microbes, pour le meilleur et pour le pire

Les microbes, pour le meilleur et pour le pire Les microbes, pour le meilleur et pour le pire Questionnaire élaboré par André Bossus (Collège André-Chavanne) sur l exposition de Patrick Linder, Karl Perron et Candice Yvon. 1. L univers des microbes

Plus en détail

Choix des produits désinfectants en milieu de soins

Choix des produits désinfectants en milieu de soins Choix des produits désinfectants en milieu de soins Réunion des réseaux ARLIN Midi-Pyrénées Toulouse, 8 décembre 2015 Xavier Verdeil Equipe Opréationnelle en Hygiène CHU Toulouse Purpan 1 Les produits

Plus en détail

METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL

METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL CHEOPS 4 Novembre 2010 METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL Dr Michel BUGEON CRRF André LALANDE 23300 NOTH ETATS D AGRESSION (traumatisme, infections, inflammation) anorexie Dépenses énergétiques

Plus en détail

Intérêt de l ATP-métrie pour la validation et l optimisation du nettoyage-désinfection dans le secteur abattage-découpe

Intérêt de l ATP-métrie pour la validation et l optimisation du nettoyage-désinfection dans le secteur abattage-découpe Intérêt de l ATP-métrie pour la validation et l optimisation du nettoyage-désinfection dans le secteur abattage-découpe Brice MINVIELLE Yannick RUGRAFF L e problème des opérations de nettoyage et de désinfection

Plus en détail

Le lait, source de bioactifs pour les aliments santé -exemple des jus fonctionnels-

Le lait, source de bioactifs pour les aliments santé -exemple des jus fonctionnels- Le lait, source de bioactifs pour les aliments santé -exemple des jus fonctionnels- Élise Méric, Charles Lavigne, Simone Lemieux, Sylvie Turgeon et Laurent Bazinet Institut sur la nutrition et les aliments

Plus en détail

Les infections associées aux soins

Les infections associées aux soins Les infections associées aux soins Définitions, structuration de la lutte contre les IAS en France Atelier discussion Dr DENIS Corinne Journée des correspondants para médicaux en hygiène hospitalière 20

Plus en détail

Hygiène en Restauration A vous de jouer!

Hygiène en Restauration A vous de jouer! 10 ème Journée d Automne de l Association des Hygiénistes de Picardie Hygiène en Restauration A vous de jouer! A. Vandeputte Infirmière Hygiéniste CH Compiègne-Noyon Consignes Avant de voter, attendre

Plus en détail

In andout Air Strategies. From Climate Change to Microclimate. Library, Archives and Museum Preservation Issues

In andout Air Strategies. From Climate Change to Microclimate. Library, Archives and Museum Preservation Issues In andout Air Strategies. From Climate Change to Microclimate. Library, Archives and Museum Preservation Issues 5-6 March 2009 Bibliothèque nationale de France Nicolas Laudinet Claim Support Manager, Ing.

Plus en détail

Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes

Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes Centre de gestion Le risque chimique Pôle Organisation et Sécurité au Travail Service Prévention, Conseils 1/ Réglementation Décret n 2003-1254 du 23 décembre 2003 relatif à la prévention du risque chimique.

Plus en détail

LES TOXINES PROTEIQUES BACTERIENNES. Deux types de toxines bactériennes. Classification des toxines protéiques bactériennes

LES TOXINES PROTEIQUES BACTERIENNES. Deux types de toxines bactériennes. Classification des toxines protéiques bactériennes LES TXINES PRTEIQUES BACTERIENNES Deux types de toxines bactériennes Romain Volmer ENVT r.volmer@envt.fr 1) le LPS = endotoxine constituant de la membrane externe des bactéries Gram nature lipopolysaccharidique

Plus en détail

La Légionella et les tours de refroidissement ce qu il faut savoir!

La Légionella et les tours de refroidissement ce qu il faut savoir! La Légionella et les tours de refroidissement ce qu il faut savoir! 1 er octobre, 2012 Guy Perreault, ing Président Evap-Tech MTC inc. 1 Sommaire de la présentation Historique des tours de refroidissement

Plus en détail

Bilan de l enquête Ile-de-France sur les analyses de dangers en entreprises. Hasna EZZOUINE (CERVIA Paris IdF) Vincent LECLERC (AFSSA-LERQAP)

Bilan de l enquête Ile-de-France sur les analyses de dangers en entreprises. Hasna EZZOUINE (CERVIA Paris IdF) Vincent LECLERC (AFSSA-LERQAP) Bilan de l enquête Ile-de-France sur les analyses de dangers en entreprises Hasna EZZOUINE (CERVIA Paris IdF) Vincent LECLERC (AFSSA-LERQAP) Contexte de l étude Etude initiée en 2009 par le CERVIA PARIS

Plus en détail

Hygiène des équipements : nettoyabilité et nettoyage Comment appréhender l aptitude au nettoyage

Hygiène des équipements : nettoyabilité et nettoyage Comment appréhender l aptitude au nettoyage Processus aux Interfaces et Hygiène des Matériaux, Lille, France (1) Hygiène des équipements : nettoyabilité et nettoyage Comment appréhender l aptitude au nettoyage Bénézech Thierry (1), Faille Christine

Plus en détail

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT VETERINAIRE Amoxiclav-VMD 500 mg Comprimés pour chiens. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque comprimé (1800 mg) contient

Plus en détail

La ventilation et son évolution

La ventilation et son évolution La ventilation et son évolution Hygroréglable Double-Flux Autoréglable Naturelle Page 1 1. La ventilation 1.1. Pourquoi? 1.2. Comment? 2. Le système double flux 3. Réglementation et installation Page 2

Plus en détail

Désinfecter et désodoriser les installations de climatisation des bâtiments est un projet ambitieux dans lequel TECNICA s investit avec une équipe de

Désinfecter et désodoriser les installations de climatisation des bâtiments est un projet ambitieux dans lequel TECNICA s investit avec une équipe de NO BACTERIE NO MOISISSURE Désinfecter et désodoriser les installations de climatisation des bâtiments est un projet ambitieux dans lequel TECNICA s investit avec une équipe de chercheurs, techniciens,

Plus en détail

Généralités. L Eau de Javel, utilisée depuis plus de 200 ans, correspond à des solutions d hypochlorite de sodium.

Généralités. L Eau de Javel, utilisée depuis plus de 200 ans, correspond à des solutions d hypochlorite de sodium. Généralités 1 Historique Après la découverte du chlore esprit de sel déphlogistiqué par Scheele en 1774, le chimiste français Berthollet a travaillé sur les solutions blanchissantes de ce gaz en 1787.

Plus en détail

Piscines : point réglementaire

Piscines : point réglementaire Piscines : point réglementaire 02octobre 2012 Principales références juridiques: Articles L1332-1 à L1332-9, articles D1332-1 à D1332-13, et annexe 13-6 (installations sanitaires) du code de la santé publique.

Plus en détail

Est-elle bonne à boire?

Est-elle bonne à boire? Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits Est-elle bonne à boire? 1 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires de puits privés peuvent

Plus en détail

Formation pour vos équipes de maintenance. Faire progresser son service maintenance vers plus de sécurité sanitaire

Formation pour vos équipes de maintenance. Faire progresser son service maintenance vers plus de sécurité sanitaire Formation pour vos équipes de maintenance Faire progresser son service maintenance vers plus de sécurité sanitaire Contexte Les activités des opérateurs de maintenance sont des sources de dangers potentielles

Plus en détail

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale Unité d enseignement UE 8 : Biologie Moléculaire - Microbiologie ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale 1h30 de cours et 1h15 de Travaux pratiques Un examen écrit ; un examen

Plus en détail

Peroxyacide pour l'hygiène dans les industries agroalimentaires

Peroxyacide pour l'hygiène dans les industries agroalimentaires P3-oxonia active Description Peroxyacide pour l'hygiène dans les industries agroalimentaires Qualités Le P3-oxonia active est efficace à froid. Il n'est ni rémanent ni polluant. Il ne contient pas d'acide

Plus en détail

1 Contrôle au laboratoire de la pasteurisation du lait

1 Contrôle au laboratoire de la pasteurisation du lait Exploitation d informations scientifiques et présentation d un travail de synthèse Durée : 1,5 h (préparation 1 h et soutenance orale 30 minutes) 1 Etude de la fabrication du Saint-Nectaire Les différentes

Plus en détail

«Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE

«Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE «Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE Paris, 6 Juin 2008 «Les contrôles microbiologiques sont destinés à identifier un risque potentiel de

Plus en détail

thera Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION octobre 2011

thera Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION octobre 2011 octobre 2011 thera N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! thera Edito Chères clientes, chers clients, L automne est là Le changement de saison

Plus en détail

Le signalement des infections nosocomiales

Le signalement des infections nosocomiales Le signalement des infections nosocomiales Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie (SGRIVI),

Plus en détail

CERTIFICATIONS ΠΙΣΤΟΠΟΙΗΣΕΙΣ

CERTIFICATIONS ΠΙΣΤΟΠΟΙΗΣΕΙΣ !! CERTIFICATIONS!! ΠΙΣΤΟΠΟΙΗΣΕΙΣ N rapport : 1550909M - 1/8 N de rapport IPL : 1550909M RAPPORT D ESSAI EN 14476 - ACTIVITE VIRUCIDE DU NOCOLYSE (lot 220709 OS) Vis à vis de l Influenza virus type

Plus en détail

Désinfectoguide. 2007 révision 2008 - décembre

Désinfectoguide. 2007 révision 2008 - décembre Désinfectoguide Document préparé par Madame Vanessa VENANT, IDE référente en Hygiène Date Rédaction Nom Prénom Signature 2007 révision 2008 V. VENANT IDE Hygiéniste Date Vérification Nom Prénom Signature

Plus en détail

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Ghislaine Sterkers et Marie-Anne Gougerot-Pocidalo I-Introduction... 2 II-Systèmes immunitaires impliqués dans la défense anti-infectieuse... 3 II-1.Immunité

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

LES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES ATTENTES DU VOLET «VITAMINES» (2.

LES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES ATTENTES DU VOLET «VITAMINES» (2. LES VITAMINES Unité 2 - volet 4 ATTENTES DU VOLET «VITAMINES» (2.4) Différencier les vitamines lipo-solubles et les vitamines hydro-solubres et expliquer comment leur solubrité affecte leur absorption,

Plus en détail

Journée mondiale de la santé 2015 7 avril. La sécurité sanitaire des aliments

Journée mondiale de la santé 2015 7 avril. La sécurité sanitaire des aliments Journée mondiale de la santé 2015 7 avril La sécurité sanitaire des aliments 1 1 Déclaration mondiale FAO/OMS sur la nutrition (1992) «l accès à des aliments nutritionnellement appropriés et sans danger

Plus en détail

TRAITEMENT DES INSTRUMENTS DENTAIRES. Congrès de stérilisation CEFH 2009 MARSEILLE

TRAITEMENT DES INSTRUMENTS DENTAIRES. Congrès de stérilisation CEFH 2009 MARSEILLE TRAITEMENT DES INSTRUMENTS DENTAIRES Congrès de stérilisation CEFH 2009 MARSEILLE DAC UNIVERSAL X-CID ASSISTINA GC CEFH 2009 2 DAC UNIVERSAL GC CEFH 2009 3 Indications du Dac Universal Nettoie, lubrifie

Plus en détail

Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires

Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires Programme des journées de formations médicales continue- Tiaret 24-25 Mai 2013 Dr Kara Biologiste Praticien hygiéniste- CH Marc Jacquet 77000 Melun

Plus en détail

Bénéficiez d une eau pure et saine et prévenez la formation de biofilm

Bénéficiez d une eau pure et saine et prévenez la formation de biofilm MINIMISEZ LES RISQUES DANS LA CONDUITE D EAU DE VOTRE UNITÉ DE SOINS DENTAIRES Bénéficiez d une eau pure et saine et prévenez la formation de biofilm BacTerminator Dentaire la solution sans addition de

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

Ce que vos clientes attendent depuis longtemps : La solution simple, douce et efficace pour des problèmes vaginaux très répandus :

Ce que vos clientes attendent depuis longtemps : La solution simple, douce et efficace pour des problèmes vaginaux très répandus : Ce que vos clientes attendent depuis longtemps : La solution simple, douce et efficace pour des problèmes vaginaux très répandus : Démangeaisons, brûlures. Pertes malodorantes. Sécheresse vaginale. Doux

Plus en détail

L alimentation des détenus Présentation

L alimentation des détenus Présentation Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Présentation Présentation de l activité restauration publique L organisation 365j/365j; selon des horaires précis. Présentation de l activité restauration

Plus en détail