TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION DÉFINITION DE LA LUTTE INTÉGRÉE POURQUOI UTILISER LA LUTTE INTÉGRÉE...2

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...1 1.1 DÉFINITION DE LA LUTTE INTÉGRÉE...1 1.2 POURQUOI UTILISER LA LUTTE INTÉGRÉE...2"

Transcription

1 1. INTRODUCTION DÉFINITION DE LA LUTTE INTÉGRÉE POURQUOI UTILISER LA LUTTE INTÉGRÉE LES PRINCIPALES ETAPES DE LA LUTTE INTEGREE ÉTAPE 1 : INFORMATION ET FORMATION ÉTAPE 2 : DÉPISTAGE ÉTAPE 3 : IDENTIFICATION DU PROBLÈME Observation des symptômes Identification des signes Prise en note des conditions environnementales Prise en note de la régie de culture Besoins spécifiques de la plante et des organismes pathogènes potentiels Pose du diagnostic ÉTAPE 4 : ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE DE CONTRÔLE LE DEPISTAGE INFORMATIONS NÉCESSAIRES À LA MISE EN PLACE D UN PROGRAMME DE DÉPISTAGE EFFICACE Rassembler toutes les informations culturales disponibles Développer une stratégie de dépistage PROCÉDURES À SUIVRE POUR LA MISE EN PLACE D UNE STRATÉGIE DE DÉPISTAGE Période propice pour le dépistage Équipement nécessaire pour réaliser le dépistage Méthodes générales de dépistage LE DEPISTAGE DES INSECTES Le piégeage...19

2 3.3.2 Les symptômes des dommages d insectes Le cycle et les stades de développement Le degré d infestation Comment dépister certains insectes Les plantes indicatrices et les repères phénologiques Exemples d insectes: cycles et stades de développement, dommages LE DEPISTAGE DES MALADIES Méthode maison pour déterminer si les taches foliaires sont d origine fongique ou bactérienne Exemples de maladies: cycles et stades de développement, dommages LE DEPISTAGE DES MAUVAISES HERBES Les secteurs à dépister Les stades de développement des mauvaises herbes L identification des mauvaises herbes Outils de dépistage Exemples de mauvaises herbes, cycle et stade DEPISTAGE DES DÉSORDRES NON-PARASITAIRES Blessures causées par des pulvérisations Excès de salinité Problèmes reliés au ph Carences et toxicités en éléments nutritifs Blessures provenant de polluants Blessures causées par le climat PRÉPARATION DU RAPPORT DE DÉPISTAGE ET SUIVI METHODES PREVENTIVES MESURES PREVENTIVES GENERALES Utilisation de variétés résistantes Hygiène Exclusion Désinfection...52

3 4.2 PREVENTION DES INSECTES Traitements préventifs Autres méthodes préventives PREVENTION DES MALADIES Le contrôle des vecteurs de maladies Prévenir la dispersion des maladies PREVENTION DES MAUVAISES HERBES À feuilles larges et graminées Algues et mousses METHODES CULTURALES INFLUENCE DES METHODES CULTURALES SUR LES INSECTES INFLUENCE DES METHODES CULTURALES SUR LES MALADIES INFLUENCE DES METHODES CULTURALES SUR LES MAUVAISES HERBES METHODES MECANIQUES METHODES MECANIQUES SPECIFIQUES AUX INSECTES L exclusion à l aide de moustiquaires Déloger les insectes Les pièges Les savons et les huiles insecticides METHODES MECANIQUES SPECIFIQUES AUX MALADIES La taille Les paillis METHODES MECANIQUES SPECIFIQUES AUX MAUVAISES HERBES Améliorer l efficacité des contrôles mécaniques des mauvaises herbes METHODES MECANIQUES SPECIFIQUES AUX ALGUES...71

4 7.0 METHODES BIOLOGIQUES DEFINITIONS DE QUELQUES TERMES UTILISES EN LUTTE BIOLOGIQUE AVANTAGES D UTILISER LA LUTTE BIOLOGIQUE LIMITES DE LA LUTTE BIOLOGIQUE PRODUITS OU ORGANISMES BIOLOGIQUES DISPONIBLES La lutte biologique aux insectes La lutte biologique aux maladies La lutte biologique aux mauvaises herbes LES PREDATEURS INDIGENES LES CONDITIONS INFLUENÇANT L EFFICACITE DE LA LUTTE BIOLOGIQUE La nature du problème La plante affectée Les conditions environnementales La méthode d application L agent biologique Compatibilité entre les agents biologiques et les pesticides COUTS DU CONTROLE BIOLOGIQUE VERSUS LE CONTROLE CHIMIQUE METHODES CHIMIQUES L ETIQUETTE L HOMOLOGATION LA PHYTOTOXICITE LE DOSAGE Quantité de matière active par surface Dilution pour application foliaire Dilution pour saturation de sol (drench)...98

5 8.4.4 L incorporation au sol LA METHODE D APPLICATION Pulvérisateurs conventionnels Pulvérisateur à soufflerie Pulvérisateurs sans dérive L ENTREPOSAGE ET LA DUREE DE VIE DES PESTICIDES LA GESTION DU DEVELOPPEMENT DE LA RESISTANCE LES PRINCIPALES CAUSES D ECHEC LORS DE L UTILISATION DES PESTICIDES LES DELAIS DE CONTACT AVEC LES PLANTES SUITE A UN TRAITEMENT MISE EN PLACE, EVALUATION ET AJUSTEMENT DE LA STRATEGIE DE LUTTE INTEGREE LES PARAMETRES ESSENTIELS A LA MISE EN PLACE D UN PROGRAMME DE LUTTE INTEGREE L identification du problème La cause de l infestation Le degré d infestation Le stade d infestation VALIDER L EFFICACITE DU TRAITEMENT L ANALYSE DES RÉSULTATS EXEMPLES CONCRETS DE LUTTE INTEGREE EN PEPINIERE INSECTES Exemple 1 : lutte intégrée du puceron Exemple 2 : lutte intégrée de la livrée d Amérique Exemple : lutte intégrée du charançon noir...123

6 10.2 MALADIES Exemple 1 : lutte intégrée du blanc sur le rosier MAUVAISES HERBES Lutte intégrée au mouron NOUVEAUX DEVELOPPEMENTS ET RECHERCHE EN COURS LE DEPISTAGE LA DESINFECTION La désinfection de l eau d irrigation La désinfection des sols et des substrats LE CONTRÔLE DES INSECTES L utilisation des huiles insecticides Les insecticides biologiques Les insectes prédateurs LE CONTRÔLE DES MALADIES Les bio-fongicides LE CONTRÔLE DES MAUVAISES HERBES Le contrôle biologique Le contrôle chimique CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE ANNEXES ANNEXE 1 EXEMPLES DE RAPPORT DE DEPISTAGE ANNEXE 2 ÉVOLUTION DE LA POPULATION DES INSECTES CAPTURES SUR LES PIEGES...150

7 ANNEXE 3 HERBICIDE MAISON POUR UTILISATION DANS LES SERRES ET TUNNELS ANNEXE 4 RESTRICTIONS DE RÉINTRODUCTION DANS LES SERRES (SELON LE USEPS) ANNEXE 5 EXEMPLE DE TEMPS DE REINTEGRATION SELON LES ETIQUETTES AMERICAINES ANNEXE 6 LISTE DES ACTIONS A PRENDRE AFIN DE METTRE EN PLACE, VÉRIFIER ET AJUSTER UNE STRATÉGIE DE LUTTE INTÉGRÉE...161

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CERTIFICAT D ENREGISTREMENT ANNUEL DE L ENTREPRENEUR

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CERTIFICAT D ENREGISTREMENT ANNUEL DE L ENTREPRENEUR Ville de Sainte-Adèle Service d urbanisme et d environnement 1381, boulevard de Sainte-Adèle, Sainte-Adèle, Québec, J8B 1A3 Tél : (450) 229-2921, poste 114 Télécopieur : (450) 229-6842 Courriel : urbanisme@ville.sainte-adele.qc.ca

Plus en détail

Stade 5...24 4. Le choix des contenants...25 Le volume de la cellule...25 La profondeur de la cellule...28 La forme de la cellule...

Stade 5...24 4. Le choix des contenants...25 Le volume de la cellule...25 La profondeur de la cellule...28 La forme de la cellule... 1. Structures et équipements de serre adaptés à la production en multicellules...1 Structure de la serre...1 Principaux critères à considérer...1 Dimensions et formes...1 Équipements de la serre...2 Tables

Plus en détail

QUELS EFFETS PEUVENT AVOIR CERTAINS PRODUITS SUR LES PLANTES?

QUELS EFFETS PEUVENT AVOIR CERTAINS PRODUITS SUR LES PLANTES? ACTIVITÉ 1 QUELS EFFETS PEUVENT AVOIR CERTAINS PRODUITS SUR LES PLANTES? OBJECTIFS DE CONTENU ET D EXPÉRIMENTATION Cette activité permet aux élèves de réaliser que certains produits ont un effet sur la

Plus en détail

Système de culture horticole Pépinière

Système de culture horticole Pépinière Système de culture horticole Pépinière Code DEPHY : HOF28740 Identification générale Production simultanée sur une année Photinia, Cuppressocyparis, Elaeagnus, Abelia, Autres arbustes Type de sol Hors-sol

Plus en détail

Diabrotica virgifera : procédure pour la lutte officielle

Diabrotica virgifera : procédure pour la lutte officielle PM 9/4 (1) European and Mediterranean Plant Protection Organization Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes Systèmes de lutte nationaux réglementaires Diabrotica virgifera

Plus en détail

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Danielle Bernier Agronome-malherbologiste Direction de la phytoprotection 30 octobre 2012 Comment identifier un problème de résistance? Sommes-nous

Plus en détail

La lutte antiparasitaire et les plantes ornementales

La lutte antiparasitaire et les plantes ornementales Vue d ensemble de l industrie La lutte antiparasitaire et les plantes ornementales L industrie horticole compte pour plus de 15 p. 100 (5 milliards de dollars) des recettes monétaires agricoles au Canada.

Plus en détail

Service du développement et de l aménagement du territoire, Division environnement

Service du développement et de l aménagement du territoire, Division environnement 1. Renseignement sur l entreprise. Nom de l entreprise (joindre la copie de la fiche informatique à jour de l IGIF) : Autres noms utilisés par l entreprise : Représentant de l entreprise : Titre du représentant

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

Spécialiste de l hydroculture. Nous proposons 9 modules de formation :

Spécialiste de l hydroculture. Nous proposons 9 modules de formation : Spécialiste de l hydroculture Nous proposons 9 modules de formation : Module 1 : Historique de la lutte contre les ravageurs. Module 2 : Règles de base sur la santé des végétaux. Module 3 : Les stress

Plus en détail

Un peu d histoire. Lutte biologique. Que retirer de l expérience des producteurs de légumes de serre?

Un peu d histoire. Lutte biologique. Que retirer de l expérience des producteurs de légumes de serre? Lutte biologique ------------------------------ Un peu d histoire ------------------------- Que retirer de l expérience des producteurs de légumes de serre? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome, M. Sc. Conseiller

Plus en détail

QUALI-PRO IMIDACLOPRID 75 WSP Insecticide. Poudre mouillable à 75 % CONTENU NET : 45 g. GARANTIE : Imidaclopride... 75 %

QUALI-PRO IMIDACLOPRID 75 WSP Insecticide. Poudre mouillable à 75 % CONTENU NET : 45 g. GARANTIE : Imidaclopride... 75 % Étiquette pour le sachet hydrosoluble QUALI-PRO IMIDACLOPRID 75 WSP Insecticide Poudre mouillable à 75 % CONTENU NET : 45 g GARANTIE : Imidaclopride... 75 % ATTENTION POISON TENIR HORS DE LA PORTÉE DES

Plus en détail

Clinique Le bouturage en pépinière

Clinique Le bouturage en pépinière Clinique Le bouturage en pépinière 2 e édition 3230, rue Sicotte, E-307, Saint-Hyacinthe (Québec) CANADA J2S 2M2 Téléphone : (450) 778-6514 Télécopieur : (450) 778-6537 Courriel : info@iqdho.com Toute

Plus en détail

Insecticide FLAGSHIP

Insecticide FLAGSHIP Approved Pamphlet FLAGSHIP 30723 2015-07-17 Page 1 of 10 GROUPE 4 INSECTICIDE Insecticide FLAGSHIP INSECTICIDE GRANULÉS MOUILLABLES USAGE COMMERCIAL Pour la suppression des insectes nuisibles sur les plantes

Plus en détail

AVANT-PROPOS... LISTE DES TABLEAUX... LISTE DES FIGURES...

AVANT-PROPOS... LISTE DES TABLEAUX... LISTE DES FIGURES... AVANT-PROPOS... LISTE DES TABLEAUX... LISTE DES FIGURES... CHAPITRE 1. PRODUCTION, UTILISATION, CLASSIFICATION ET BUDGETS DE CULTURE...1 Djiby Sall Guy Durivage Marcel Frenette LA PRODUCTION ET L UTILISATION...3

Plus en détail

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.)

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Protection Biologique Intégrée Lutte phytosanitaire De la lutte «systématique» à la lutte raisonnée La lutte «systématique»

Plus en détail

L AGRICULTURE HORS SOL. Pour une agriculture saine, rentable et respectueuse de l environnement.

L AGRICULTURE HORS SOL. Pour une agriculture saine, rentable et respectueuse de l environnement. L AGRICULTURE HORS SOL L AGRICULTURE HORS SOL QUI SOMMES-NOUS? COCOSOL est une entreprise privée basée en Côte D ivoire qui développe et fait la promotion de l agriculture hors sol (hydroponie) des cultures

Plus en détail

Présentation des priorités soussectorielles. recherche et innovation. Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ

Présentation des priorités soussectorielles. recherche et innovation. Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ Présentation des priorités soussectorielles québécoises en recherche et innovation Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ Mise en contexte Rencontres préalables des

Plus en détail

Bilan de la Saison 2012: Faits Saillants et Stratégies. pour 2013

Bilan de la Saison 2012: Faits Saillants et Stratégies. pour 2013 Bilan de la Saison 2012: Faits Saillants et Stratégies pour 2013 Par Marie-Eve Dion agr., Jacinthe Drouin agr. et Colombe Cliche-Ricard agr. Général: Temps sec: Du 1 er juin à 31 juillet: 192 mm de pluie

Plus en détail

Vigne Avertissement No 07 12 juin 2013

Vigne Avertissement No 07 12 juin 2013 Vigne Avertissement No 07 12 juin 2013 Annonce : mise à jour du Guide des traitements phytosanitaires de la vigne. Degrés-jours et développement. Qu est-ce qu on observe. Maladies observées et actions

Plus en détail

Stage de Formation d une semaine en Protection Intégrée des Cultures proposé par ENDURE

Stage de Formation d une semaine en Protection Intégrée des Cultures proposé par ENDURE Stage de Formation d une semaine en Protection Intégrée des Cultures proposé par ENDURE Suggestion pour les Pays d Europe du Nord Horaire Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi 8.00-8.45 En quoi consiste

Plus en détail

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures Geneviève Labrie La lutte intégrée Portrait des dommages au Québec Financière agricole du Québec 880 avis de dommages depuis 2008 224 avis

Plus en détail

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels Influence d s sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels La mouche du chou Delia radicum (Insecte Diptère, Anthomyidae) est le principal ravageur des cultures de Crucifères (choux, navets,

Plus en détail

NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 UN GUIDE DE SOLUTIONS NUFARM POMMES DE TERRE

NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 UN GUIDE DE SOLUTIONS NUFARM POMMES DE TERRE NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 UN GUIDE DE SOLUTIONS NUFARM POMMES DE TERRE UN GUIDE DE SOLUTIONS NUFARM POUR LES POMMES DE TERRE 2 Les pommes de terre possèdent une longue histoire au Canada et

Plus en détail

LES CULTURES SOUS SERRE

LES CULTURES SOUS SERRE LES CULTURES SOUS SERRE Chiffres clés du secteur des cultures légumières Les cultures légumières ce sont : - plus de 35 espèces (à l exception des pommes de terre) - une surface totale d environ 329 000

Plus en détail

Lutte contre les maladies

Lutte contre les maladies Chapitre 28 Lutte contre les maladies Dans ce chapitre Mots-clés Maladies Contraintes de l environnement Après avoir étudié la matière de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Nommer les causes des

Plus en détail

L analyse foliaire, cet outil inconnu

L analyse foliaire, cet outil inconnu Journée d information sur l asperge Une initiative de l Atelier asperge du Comité légumes Le mercredi 10 décembre 2003 Hôtel-Motel le 4-saisons Notre-Dame-du-Bon-Conseil L analyse foliaire, cet outil inconnu

Plus en détail

CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel

CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel 2 Parc de Production Maraîchère «BIOPARC» A partir de la

Plus en détail

La gestion différenciée. et la gestion des déchets

La gestion différenciée. et la gestion des déchets La gestion différenciée et la gestion des déchets Qu est-ce que la GD? Gestion différenciée = Une intensité de gestion propres à chaque espace vert + Une gestion plus écologique des EV + Une réponse au

Plus en détail

Chap9 TS LES RELATIONS ENTRE ORGANISATION ET MODE DE VIE RESULTAT DE L EVOLUTION : EXEMPLE DE LA VIE FIXEE CHEZ LES PLANTES

Chap9 TS LES RELATIONS ENTRE ORGANISATION ET MODE DE VIE RESULTAT DE L EVOLUTION : EXEMPLE DE LA VIE FIXEE CHEZ LES PLANTES Chap9 TS LES RELATIONS ENTRE ORGANISATION ET MODE DE VIE RESULTAT DE L EVOLUTION : EXEMPLE DE LA VIE FIXEE CHEZ LES PLANTES Restitution des acquis L organisation des plantes est liée aux exigences de leur

Plus en détail

Les parcs et jardins et le développement durable

Les parcs et jardins et le développement durable MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION CONSEIL NATIONAL DES PARCS ET JARDINS GUIDE DES BONNES PRATIQUES Les parcs et jardins et le développement durable Introduction Engager une démarche de développement

Plus en détail

Programme de recherche et d innovation sur les pesticides utilisés à des fins esthétiques (PRIPE)

Programme de recherche et d innovation sur les pesticides utilisés à des fins esthétiques (PRIPE) (PRIPE) Un message du ministre de Programme de recherche et pesticides (PRIPE). Le Je suis heureux de souligner la contribution et les réalisations de l Agricultural Adaptation Council (AAC) pour promouvoir

Plus en détail

Problématiques et solutions de la saison 2010: insectes et acariens

Problématiques et solutions de la saison 2010: insectes et acariens Problématiques et solutions de la saison 2010: insectes et acariens Par : JONATHAN ROY, agronome Conseiller en agriculture biologique MAPAQ - Chaudière re-appalaches Journée e d information d «Serres modiques

Plus en détail

TDS sans PPP. BRUXELLES 14 décembre 2015

TDS sans PPP. BRUXELLES 14 décembre 2015 TDS sans PPP BRUXELLES 14 décembre 2015 1 PLAN DE L EXPOSE TDS sans PPP 2 PLAN DE L EXPOSE ETAT DES DIFFÉRENTS TDS EN PROVINCE DE LIÈGE Présentation de la CAGS? Attentes des gestionnaires (foot et rugby)

Plus en détail

ÉTIQUETTE POUR UTILISATION D URGENCE

ÉTIQUETTE POUR UTILISATION D URGENCE GROUPE 9C INSECTICIDE ÉTIQUETTE POUR UTILISATION D URGENCE Beleaf TM 50SG Insecticide POUR UTILISATION D URGENCE SEULEMENT Pour la vente et l utilisation en Ontario et Alberta pour lutter contre les punaises

Plus en détail

Le#«#zéro#pesticide#»#dans## la#commune#! Le!cimetière!

Le#«#zéro#pesticide#»#dans## la#commune#! Le!cimetière! Le#«#zéro#pesticide#»#dans## la#commune#! Le!cimetière! Plan!de!désherbage! Inventaire!des!EV!où!un!désherbage!est!pratiqué!:! Type!de!revêtement,! Présence!d un!point!d eau!,!avaloir,!filet!d eau,! Superficie,!

Plus en détail

CODE D'USAGES POUR LA RÉDUCTION EN AFLATOXINE B 1 DANS LES MATIÈRES PREMIÈRES ET LES ALIMENTS D'APPOINT DESTINÉS AU BÉTAIL LAITIER

CODE D'USAGES POUR LA RÉDUCTION EN AFLATOXINE B 1 DANS LES MATIÈRES PREMIÈRES ET LES ALIMENTS D'APPOINT DESTINÉS AU BÉTAIL LAITIER CODE D'USAGES POUR LA RÉDUCTION EN AFLATOXINE B 1 DANS LES MATIÈRES PREMIÈRES ET LES ALIMENTS D'APPOINT DESTINÉS AU BÉTAIL LAITIER 1. HISTORIQUE CAC/RCP 45-1997 1 1.1 La contamination des aliments du bétail

Plus en détail

Système de gestion environnementale et politique d achat intégrant des critères environnementaux. Le Réseau d échanges 25 septembre 2006

Système de gestion environnementale et politique d achat intégrant des critères environnementaux. Le Réseau d échanges 25 septembre 2006 Système de gestion environnementale et politique d achat intégrant des critères environnementaux Le Réseau d échanges 25 septembre 2006 1 PLAN Qu est-ce qu un système de gestion environnementale (SGE)?

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

Irrigation et fertilisation : des leviers pour contrôler les infestations par les insectes

Irrigation et fertilisation : des leviers pour contrôler les infestations par les insectes Irrigation et fertilisation : des leviers pour contrôler les infestations par les insectes Marie-Odile JORDAN, Marie-Hélène SAUGE, Gilles Vercambre (INRA Avignon) & Haim REUVENY (MIGAL, Israël) Démarche

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 3 modules

Plus en détail

Des arbres et des arbustes en santé

Des arbres et des arbustes en santé Les solutions vertes L entretien des pelouses Les ennemis des pelouses Les fleurs et les rosiers Des arbres et des arbustes en santé Les animaux et les insectes indésirables Des arbres et des arbustes

Plus en détail

Stratégies scientifiques de secteur d AAC

Stratégies scientifiques de secteur d AAC Stratégies scientifiques de secteur d AAC Présentation à la TRCV du secteur des semences 18 et 19 février 2014 Contexte Les travaux de recherche de la Direction générale des sciences et de la technologie

Plus en détail

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Mauvaises herbes Introduction gramoxone entre les rangs sarclages manuels : 500$ à 1,000$ par

Plus en détail

Soigner son jardin sans produits chimiques

Soigner son jardin sans produits chimiques Soigner son jardin sans produits chimiques Une conférence/débat a eu lieu le samedi 24 mai 2014 à l école de Grosrouvre, organisée par Notre Planète Mon Village, soutenue par le P.N.R. et animée par Monsieur

Plus en détail

COMMENT CHOISIR SES ENGRAIS EN PRODUCTION D ANNUELLES JULIE MONETTE, AGR. PLANTPRODUCTS

COMMENT CHOISIR SES ENGRAIS EN PRODUCTION D ANNUELLES JULIE MONETTE, AGR. PLANTPRODUCTS COMMENT CHOISIR SES ENGRAIS EN PRODUCTION D ANNUELLES JULIE MONETTE, AGR. PLANTPRODUCTS PRINCIPAUX OBJECTIFS DANS LE CHOIX DES ENGRAIS Maintient du ph du substrat Apport adéquat d éléments Ajuster selon

Plus en détail

Les futures techniques de lutte contre les punaises de lit Taz Stuart 204.292.8444 tdts@tdts.ca

Les futures techniques de lutte contre les punaises de lit Taz Stuart 204.292.8444 tdts@tdts.ca Les futures techniques de lutte contre les punaises de lit Taz Stuart 204.292.8444 tdts@tdts.ca Phéromones d alarme. En phase de recherche. Aldéhydes 4-oxo-hexénal et 4-oxo-octénal chez les punaises de

Plus en détail

NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 UN GUIDE DE SOLUTIONS NUFARM BLEUETS

NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 UN GUIDE DE SOLUTIONS NUFARM BLEUETS NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 UN GUIDE DE SOLUTIONS NUFARM BLEUETS UN GUIDE DE SOLUTIONS NUFARM POUR LES BLEUETS 2 Le Canada est le deuxième producteur mondial de bleuets, après les États-Unis.

Plus en détail

Besoins de recherche et de transfert en agriculture biologique Horizon 2016

Besoins de recherche et de transfert en agriculture biologique Horizon 2016 Besoins de recherche et de transfert en agriculture biologique Horizon 2016 Comité agriculture biologique du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CAAQ) Octobre 2012 mise à jour

Plus en détail

PLAN DIRECTEUR EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT DE L INDUSTRIE VITIVINICOLE AU QUÉBEC 2014-2017. Comité vigne et vin du CRAAQ

PLAN DIRECTEUR EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT DE L INDUSTRIE VITIVINICOLE AU QUÉBEC 2014-2017. Comité vigne et vin du CRAAQ PLAN DIRECTEUR EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT DE L INDUSTRIE VITIVINICOLE AU QUÉBEC 2014-2017 Comité vigne et vin du CRAAQ Mai 2014 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 3 LES ENJEUX DU SECTEUR... 4 PLAN DIRECTEUR

Plus en détail

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC Alaa Maaref Sommaire Introduction Pourquoi évaluer la santé d un lac? Comment évaluer la santé d un lac? Qui doit le faire? Conclusion UN LAC, c'est un organisme vivant!

Plus en détail

Verts. Domicile et chalet. Bon nombre de Néo-Brunswickois et Néo- Guide de référence pour une «vie verte» destiné aux propriétaires riverains

Verts. Domicile et chalet. Bon nombre de Néo-Brunswickois et Néo- Guide de référence pour une «vie verte» destiné aux propriétaires riverains Domicile et chalet Verts Guide de référence pour une «vie verte» destiné aux propriétaires riverains Bon nombre de Néo-Brunswickois et Néo- Brunswickoises demeurent dans des résidences et des chalets saisonniers

Plus en détail

INSECTICIDE CALYPSO MC 480 SC

INSECTICIDE CALYPSO MC 480 SC GROUPE 4 INSECTICIDE INSECTICIDE CALYPSO MC 480 SC CONCENTRÉ EN SUSPENSION Pour la suppression des insectes dans les fruits à pépins USAGE COMMERCIAL SENSIBILISANT CUTANÉ POTENTIEL NUMÉRO D ENREGISTREMENT

Plus en détail

Table des matières. Première partie LES RISQUES

Table des matières. Première partie LES RISQUES Table des matières Sigles et acronymes....................................................................... 9 Introduction.............................................................................13

Plus en détail

Les différentes opérations culturales en production sous serre : Les attentes en termes d automatisation

Les différentes opérations culturales en production sous serre : Les attentes en termes d automatisation Les différentes opérations culturales en production sous serre : Les attentes en termes d automatisation E. Brajeul, B. Hennion Ctifl 1 Serres verre chauffées en France (tomate et concombre) : 1100 ha

Plus en détail

Séance 7 : Qualité des sols (2) Engrais et produits phytosanitaires

Séance 7 : Qualité des sols (2) Engrais et produits phytosanitaires Première ES Séance 7 : Qualité des sols (2) 1/7 THEME 2 : Nourrir l'humanité Séance 7 : Qualité des sols (2) Engrais et produits phytosanitaires NOTIONS ET CONTENUS Engrais et produits phytosanitaires

Plus en détail

Domaine général de formation : Environnement et consommation Axe de développement : Utilisation responsable de biens et de services

Domaine général de formation : Environnement et consommation Axe de développement : Utilisation responsable de biens et de services LIENS AVEC LE PROGRAMME DE FORMATION DE L ÉCOLE QUÉBÉCOISE AGROALIMENTAIRE LA TRANSFORMATION DU LAIT EN FROMAGE Domaine général de : Environnement et consommation Axe de développement : Utilisation responsable

Plus en détail

GAMME PROFESSIONNELLE Les engrais qui font pousser vos ventes

GAMME PROFESSIONNELLE Les engrais qui font pousser vos ventes EXPERTS FOR GROWTH* GAMME PROFESSIONNELLE Les engrais qui font pousser vos ventes * Experts pour la croissance Qu est-ce que la gamme Pro? Ce sont les engrais professionnels COMPO conditionnés dans de

Plus en détail

La culture des arbres de Noël au Québec, une production singulière (Régie phytosanitaire)

La culture des arbres de Noël au Québec, une production singulière (Régie phytosanitaire) La culture des arbres de Noël au Québec, une production singulière (Régie phytosanitaire) nom André Pettigrew, agronome MAPAQ-Estrie Sherbrooke 6 juin 2011 RÉGIE PHYTOSANITAIRE (insectes) Trois principaux

Plus en détail

Koppert Biological Systems. Koppert Biological Systems. Les problèmes rencontrés en lutte biologique en 2011

Koppert Biological Systems. Koppert Biological Systems. Les problèmes rencontrés en lutte biologique en 2011 Koppert Biological Systems Les problèmes rencontrés en lutte biologique en 2011 CHOUFFOT Thierry Spécialiste en Systèmes Biologiques Koppert Biological Systems Les problèmes rencontrés en lutte biologique

Plus en détail

FRANCE CATALOGUE 2013 WWW.FRANCEORGANIQUE.COM

FRANCE CATALOGUE 2013 WWW.FRANCEORGANIQUE.COM FRANCE CATALOGUE 2013 WWW.FRANCEORGANIQUE.COM FRANCE SOMMAIRE L Agriculture Biologique 4 O Roots 6 O Grow 7 O Bloom 8 O Boost 9 Terra Master 3 10 Schedules 12 Calendrier 13 3 L AGRICULTURE BIOLOGIQUE Les

Plus en détail

L' homme agit sur son environnement.

L' homme agit sur son environnement. Duong Alexis 6eB L' homme agit sur son environnement. Causes des pollutions du sol Le sommaire La pollution des sols. -Introduction p3. -1) Définition du rôle du sol p 4-5. -2) Les causes de la pollution

Plus en détail

Historique. 2006 Camélia Potager/laboratoire 2006-2009. 2008 Achat de la ferme 2010 Démarrage Léo. 5 à10 paniers

Historique. 2006 Camélia Potager/laboratoire 2006-2009. 2008 Achat de la ferme 2010 Démarrage Léo. 5 à10 paniers Historique 2006 Camélia Potager/laboratoire 2006-2009 5 à10 paniers 2008 Achat de la ferme 2010 Démarrage Léo Définition du modèle Visites et stages Les Jardins de la Grelinette, L Abri Végétal et Val-aux-Vents

Plus en détail

La certification au FCBA. Bayonne le 28 septembre 2010 Eric Debanne Auditeur Technique

La certification au FCBA. Bayonne le 28 septembre 2010 Eric Debanne Auditeur Technique La certification au FCBA La Certification Une activité qui couvre tous les secteurs, forestiers, construction, ameublement L un des trois grands dans le domaine de la construction avec le CSTB et le LNE

Plus en détail

>> DIAGNOSTIC & PHASES DE TRAITEMENTS DES PUNAISES DE LITS HAMBRES D HÔTES LE DIAGNOSTIC

>> DIAGNOSTIC & PHASES DE TRAITEMENTS DES PUNAISES DE LITS HAMBRES D HÔTES LE DIAGNOSTIC >> DIAGNOSTIC & PHASES DE TRAITEMENTS DES PUNAISES DE LITS LE DIAGNOSTIC HAMBRES D HÔTES L infestation, un point sur la répartition géographique : Contamination explosive depuis 15 ANS : Etats Unis, Canada,

Plus en détail

Les Macro-invertébrés Hydrobiologie

Les Macro-invertébrés Hydrobiologie Les Macro-invertébrés Hydrobiologie Arrivés au bord de l eau, vous pouvez faire des mesures de température, de ph. Ce sont des mesures ponctuelles qui donne la qualité de la rivière à un instant précis.

Plus en détail

AGENT TENSIO-ACTIF SURE-MIX mc

AGENT TENSIO-ACTIF SURE-MIX mc AGENT TENSIO-ACTIF SURE-MIX mc Un mélange d agents tensio-actifs additionné d hydrocarbures de pétrole destiné à être appliqué avec l Herbicide ASSURE md II, l Herbicide, MUSTER md, l Herbicide MUSTER

Plus en détail

CARENCES ET DE MALADIES DANS LES PRODUCTIONS DE LÉGUMES DE SERRE : QUAND LA FERTILISATION ET LES PESTICIDES NE SUFFISENT PLUS!

CARENCES ET DE MALADIES DANS LES PRODUCTIONS DE LÉGUMES DE SERRE : QUAND LA FERTILISATION ET LES PESTICIDES NE SUFFISENT PLUS! CARENCES ET DE MALADIES DANS LES PRODUCTIONS DE LÉGUMES DE SERRE : QUAND LA FERTILISATION ET LES PESTICIDES NE SUFFISENT PLUS! JACQUES THÉRIAULT AGR. M. SC. CLIMAX CONSEILS Principales carences en légumes

Plus en détail

Le 13 des serres/les faits de serre84

Le 13 des serres/les faits de serre84 Le 13 des serres/les faits de serre84 TOMATE SOUS ABRI EN SOL Fiche culturale Février 2007 CALENDRIER DE CULTURE ET RENDEMENT Les plantations s échelonnent au printemps de mi-février à mi-avril et à l

Plus en détail

SENSIBILISANT CUTANÉ Nº D ENREGISTREMENT : 29410 LOI SUR LES PRODUITS ANTIPARASITAIRES

SENSIBILISANT CUTANÉ Nº D ENREGISTREMENT : 29410 LOI SUR LES PRODUITS ANTIPARASITAIRES 2015-0158 2015-02-10 Container label Quali-Pro Iprodione 240 SE FONGICIDE EN PÂTE FLUIDE POUR LA SUPPRESSION DE LA PLAQUE BRUNE, LA PLAQUE FUSARIENNE, DE LA BRÛLURE EN PLAQUES, DE LA TACHE DES FEUILLES,

Plus en détail

Déshumidification de l air

Déshumidification de l air Déshumidification de l air Gérard Chassériaux Institut National d Horticulture - Angers INH De la science du végétal à la culture du paysage Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

Plus en détail

La recherche est faite à l aide d un formulaire facile d utilisation permettant de décrire la culture et le contexte d utilisation.

La recherche est faite à l aide d un formulaire facile d utilisation permettant de décrire la culture et le contexte d utilisation. La recherche est faite à l aide d un formulaire facile d utilisation permettant de décrire la culture et le contexte d utilisation. La section présente, à l aide d'exemples, comment se fait la recherche.

Plus en détail

Réunion Publique Opération Compostage Individuel

Réunion Publique Opération Compostage Individuel Réunion Publique Opération Compostage Individuel Introduction : 1) mettre nos déchets dans le composteur et non à la poubelle? 2) transformer nos déchets en compost? 3) utiliser le compost? 4) Le paillage,

Plus en détail

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr PREFET DE L YONNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations Pôle Alimentation 3 rue Jehan Pinard B.P. 19 89010 Auxerre Cedex Tél. : 03 86 72 69 57 Fax : 03 86

Plus en détail

MISE AU POINT DE PORTOIRS POUR LA CROISSANCE DE PLANTULES

MISE AU POINT DE PORTOIRS POUR LA CROISSANCE DE PLANTULES Cah.Techn. I.N.R.A., 2004 53, 15-20 MISE AU POINT DE PORTOIRS POUR LA CROISSANCE DE PLANTULES EN SYSTEME DE CULTURE HYDROPONIQUE Jean-Pierre Desbien 1, Michel Mensch 2 et Renaud Brouquisse 1 RESUME Cet

Plus en détail

Pulvériser en bas volume et Optimiser les conditions d application

Pulvériser en bas volume et Optimiser les conditions d application Pulvériser en bas volume et Optimiser les conditions d application 1 Maîtriser la qualité de pulvérisation en bas volume pour gagner en efficacité Mathilde LHEUREUX Ingénieur conseil Chambre d Agriculture

Plus en détail

Pièges à insectes. Légumes Petits fruits Plantes ornementales

Pièges à insectes. Légumes Petits fruits Plantes ornementales Pièges à insectes Légumes Petits fruits Plantes ornementales Légumes plein champ Culture Ravageurs Type de piège Nombre de piège Remarques Carotte Mouche de la carotte Psila rosae Rebell orange Min. 2

Plus en détail

ACTION 1.3 REALISER UN PLAN DE GESTION DIFFERENCIEE DES ESPACES VERTS PUBLICS

ACTION 1.3 REALISER UN PLAN DE GESTION DIFFERENCIEE DES ESPACES VERTS PUBLICS ACTION 1.3 REALISER UN PLAN DE GESTION DIFFERENCIEE DES ESPACES VERTS PUBLICS Référent Technique : Alain Alphonse Responsable bureaux d études Réunion du 12 Juillet Comité de suivi Agenda 21 La gestion

Plus en détail

Approche méthodologique pour la conception d un guide de diagnostic environnemental adapté aux entreprises de l horticulture ornementale.

Approche méthodologique pour la conception d un guide de diagnostic environnemental adapté aux entreprises de l horticulture ornementale. Pierre Dorand, Pascale Guillermin et Rémi Gardet (INH) Juin 2005 Maud Dubois (BHR) Robert Biagi (ESA) Approche méthodologique pour la conception d un guide de diagnostic environnemental adapté aux entreprises

Plus en détail

COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES

COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES Présenté par : Thierno Bocar TALL, President Directeur Général tbtall@faber-abref.org Tel. 00228 90 12 52 23 1 PRODERE

Plus en détail

1. Les maladies des plantes: Introduction à la phytopathologie

1. Les maladies des plantes: Introduction à la phytopathologie 1. Les maladies des plantes: Introduction à la phytopathologie 1a. Objectifs de la phytopathologie La pathologie végétale (phytopathologie) est la science qui étudie les maladies des plantes, surtout les

Plus en détail

Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP. www.staehler.ch

Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP. www.staehler.ch Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP www.staehler.ch Pourquoi est-ce que les rumex sont des plantes à problèmes? Les rumex forment jusqu à 80'000 graines

Plus en détail

BTS Métiers des Services à l Environnement

BTS Métiers des Services à l Environnement BTS Métiers des Services à l Environnement Programme de la formation Connaissance des milieux professionnels 1 - Définitions générales 2 - Organisation administrative de la France ; les pouvoirs publics

Plus en détail

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Daniel IZARD, Chambre d Agriculture de Vaucluse (84) Catherine TAUSSIG, APREL. Essai rattaché à l action n 04.2015.07 : Fraise,

Plus en détail

La lutte biologique agricole UNE FUSION DES MÉTHODES CLASSIQUES, INONDANTES ET DE CONSERVATION

La lutte biologique agricole UNE FUSION DES MÉTHODES CLASSIQUES, INONDANTES ET DE CONSERVATION La lutte biologique agricole UNE FUSION DES MÉTHODES CLASSIQUES, INONDANTES ET DE CONSERVATION Que faisions-nous avant d avoir des pesticides chimiques? Nous morcelions un espace dans un écosystème naturel,

Plus en détail

Vers une gestion durable des ressources en eau

Vers une gestion durable des ressources en eau Vers une gestion durable des ressources en eau Carrefours de l innovation agronomique Productions végétales et sécheresse Toulouse - 6 juin 2008 Nelly LE CORRE-GABENS Responsable du Service Agronomie-Environnement

Plus en détail

DECLARATION DES PERFORMANCES N 1

DECLARATION DES PERFORMANCES N 1 DECLARATION DES PERFORMANCES N 1 Résistance mécanique C18 EN 1912 : 2012 + EN 338 :2009 DECLARATION DES PERFORMANCES N 2 Résistance mécanique C24 EN 1912 : 2012 + EN 338 :2009 DECLARATION DES PERFORMANCES

Plus en détail

Utilisation des Pesticides en zones Forestières et Industrielles - Manuel de Sécurité

Utilisation des Pesticides en zones Forestières et Industrielles - Manuel de Sécurité Utilisation des Pesticides en zones Forestières et Industrielles - Manuel de Sécurité ère 1 édition 1999 Unité de gestion des pesticides Ministère de l Environnement C.P. 6000 Fredericton (NouveauBrunswick)

Plus en détail

Comité rizicole du 18 avril 2012. Programmes Recherche & Développement de la filière Riz

Comité rizicole du 18 avril 2012. Programmes Recherche & Développement de la filière Riz Comité rizicole du 18 avril 2012 Programmes Recherche & Développement de la filière Riz Comité rizicole du 18 avril 2012 Coûts des projets proposés AXE 1 Innovation variétale AXE 2 Conduite et pratique

Plus en détail

NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 UN GUIDE DE SOLUTIONS NUFARM LÉGUMES

NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 UN GUIDE DE SOLUTIONS NUFARM LÉGUMES NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 UN GUIDE DE SOLUTIONS NUFARM LÉGUMES UN GUIDE DE NUFARM SOLUTIONS POUR LES LÉGUMES DE PLEIN CHAMP ET DE SERRE 2 Il est facile de manger vos portions de légumes en les

Plus en détail

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS La crise financière pose, aujourd hui, la question du 1 Paris, le 2 juillet 2009 rôle et du mode de fonctionnement des marchés

Plus en détail

Plan stratégique quinquennal 2015-2019. Plan stratégique de l OIV 2015-2019

Plan stratégique quinquennal 2015-2019. Plan stratégique de l OIV 2015-2019 Plan stratégique de l OIV 2015-2019 1 Sommaire Introduction... 3 Axes Stratégiques... 4 1. Promouvoir une vitiviniculture durable... 4 a. Prendre en compte et réagir face au défi du changement climatique...

Plus en détail

Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E.

Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E. Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E. Syndicat Départemental d Électricité et d Énergies de Lot-et-Garonne 26 rue Diderot 47031 AGEN Cedex Tél : 05 53 77 65 00 Fax : 05 53 77 72 78 www.sdee47.fr

Plus en détail

Processus : les outils d optimisation de la performance

Processus : les outils d optimisation de la performance Yvon Mougin Processus : les outils d optimisation de la performance Préface de Pierre MAILLARD Directeur Général de L Institut de Recherche et de Développement de la Qualité, 2004 ISBN : 2-7081-3022-6

Plus en détail

Les mycotoxines. Jean-Denis Bailly Mycotoxicologie ENVT. Définition? Composé toxique produit par des moisissures. champignons microscopiques

Les mycotoxines. Jean-Denis Bailly Mycotoxicologie ENVT. Définition? Composé toxique produit par des moisissures. champignons microscopiques Les mycotoxines Jean-Denis Bailly Mycotoxicologie ENVT Définition? Composé toxique produit par des moisissures champignons microscopiques 1 Historique Impact des mycotoxines en santé humaine Ergotisme:

Plus en détail

BIOdiversité. à Soisy! Qu est-ce que la Biodiversité? Les enjeux de la biodiversité. Flambé Espèce présente à Soisy.

BIOdiversité. à Soisy! Qu est-ce que la Biodiversité? Les enjeux de la biodiversité. Flambé Espèce présente à Soisy. o p Ex La BIOdiversité à Soisy! Flambé Espèce présente à Soisy. Qu est-ce que la Biodiversité? La biodiversité, contraction de «biologique» et de «diversité», représente la diversité des êtres vivants

Plus en détail

Dosage des résidus de pesticides dans les vins

Dosage des résidus de pesticides dans les vins Dosage des résidus de pesticides dans les vins Molécules dosées, teneurs retrouvées. S. LA GUERCHE Responsable Développement Laboratoire SARCO L activité SARCO Analyses œnologiques Microbiologie Contaminants

Plus en détail

Manuel d installation

Manuel d installation SS Systèmes de bio-épuration sur l exploitation : Elimination, par biodégradation, des pesticides contenus dans les eaux de rinçage du pulvérisateur Manuel d installation (Version n 4 2015) +32 (0) 81627172

Plus en détail

Bleuets nains, pour l année de taille. Herbicide VENTURE L

Bleuets nains, pour l année de taille. Herbicide VENTURE L Page 1 of 7 GROUPE 1 HERBICIDE ÉTIQUETTE SUPPLÉMENTAIRE Bleuets nains, pour l année de taille Herbicide VENTURE L USAGE AGRICOLE Herbicide de postlevée pour la suppression des graminées GARANTIE Fluazifop-P-butyl

Plus en détail

j a r d i n o n s au naturel

j a r d i n o n s au naturel j a r d i n o n s au naturel Les produits phytosanitaires Les produits phytosanitaires, appelés aussi pesticides, incluent les insecticides, les désherbants, les anti-nuisibles et les fongicides. Limiter

Plus en détail