Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau"

Transcription

1 Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau 1)L air avec le diagramme de Mollier. 2)Le point de rosée. 3)La valeur Sd. 4)Etude d une paroi verticale avec le diagramme de Glaser Juillet 2013

2 Le diagramme de MOLLIER, quelques notions sur l air. /m³ d air Humidité saturante-ws L air est un mélange de gaz qui contient, en particulier, de la vapeur d eau en suspension Pa 30.3g 30 g A une température donnée, 1m³ d air sec ne peut contenir qu une quantité limitée de vapeur d eau. 25 g Généralement, l air ambiant n est pas saturé en vapeur d eau, l humidité absolue (W) est inférieure à la limite de saturation (Ws). Le rapport W/Ws définit l humidité relative ou degré hygrométrique de l air Pa 3169 Pa 17.3g 23.0g 20 g Cette masse d eau reste constante lorsque la température varie (seul le taux évolue), sous réserve qu elle n atteigne pas le point de rosée. Sinon, elle condense. Humidité relative-hr 260Pa 401Pa 2.1g 611Pa 3.2g 872 Pa 4.8g 1228 Pa Température en C g 1706 Pa 9.4g 12.8g 15 g 10 g 8.65 g 5 g 0 g Humidité absolue-w

3 Température Celsius Transfert d humidité et migration de la vapeur d eau Le diagramme de MOLLIER, quelques données indicatives. Humidité absolue de saturation (WS) vapeur d'eau à saturation (Ps) T C de rosée avec humidité relative 30% T C de rosée avec humidité relative 40% T C de rosée avec humidité relative 50% T C de rosée avec humidité relative 60% T C de rosée avec humidité relative 70% 0,00 C 4,85 g/m3 d'air sec 611 Pa -15,56 C -12,04 C -9,23 C -6,89 C -4,87 C 5,00 C 6,80 g/m3 d'air sec 872 Pa -11,18 C -7,52 C -4,60 C -2,16 C -0,06 C 10,00 C 9,40 g/m3 d'air sec Pa -6,82 C -3,02 C 0,01 C 2,55 C 4,74 C 15,00 C 12,83 g/m3 d'air sec Pa -2,47 C 1,47 C 4,62 C 7,25 C 9,52 C 16,00 C 13,63 g/m3 d'air sec Pa -1,61 C 2,37 C 5,54 C 8,19 C 10,48 C 17,00 C 14,48 g/m3 d'air sec Pa -0,74 C 3,26 C 6,46 C 9,13 C 11,43 C 18,00 C 15,37 g/m3 d'air sec Pa 0,13 C 4,16 C 7,37 C 10,07 C 12,39 C 19,00 C 16,30 g/m3 d'air sec Pa 0,99 C 5,05 C 8,29 C 11,01 C 13,35 C 20,00 C 17,29 g/m3 d'air sec Pa 1,86 C 5,94 C 9,21 C 11,94 C 14,30 C 21,00 C 18,32 g/m3 d'air sec Pa 2,72 C 6,84 C 10,13 C 12,88 C 15,26 C 22,00 C 19,41 g/m3 d'air sec Pa 3,58 C 7,73 C 11,04 C 13,82 C 16,21 C 23,00 C 20,56 g/m3 d'air sec Pa 4,45 C 8,62 C 11,96 C 14,75 C 17,16 C 24,00 C 21,76 g/m3 d'air sec Pa 5,31 C 9,51 C 12,88 C 15,69 C 18,12 C 25,00 C 23,02 g/m3 d'air sec Pa 6,17 C 10,41 C 13,79 C 16,63 C 19,07 C 30,00 C 30,33 g/m3 d'air sec Pa 10,47 C 14,86 C 18,37 C 21,30 C 23,84 C

4 Le point de rosée. Les différences de pression entre l extérieur et l intérieur de la paroi (gradient de pression) ont pour conséquences d agir sur le sens du transfert (de la pression la plus forte vers la plus faible). De l intérieur vers l extérieur en période hivernale. De l extérieur vers l intérieur en période estivale. En hiver, l air chaud intérieur peut contenir quatre à cinq fois plus de vapeur d eau que l air froid extérieur. La pression de l ambiance intérieure est donc supérieure à celle de l ambiance extérieure. L air chaud entraîne la vapeur d eau qu il contient en allant vers le froid. Au cours de cette migration, la vapeur d eau se refroidit progressivement et peut même se transformer en eau. C est le phénomène de condensation, superficielle ou interne. Concernant la condensation interne, l échange s opérera soit par: Diffusion: c est-à-dire au travers d une couche de matériau poreux Convection : c est-à-dire par des fentes (fissures, joints mal étanchés). été hiver Diffusion La quantité d'humidité pénétrant dans la paroi dépendra dans le premier cas de la résistance à la diffusion de vapeur d eau (valeur Sd) du matériau, de la taille des fissures dans le second cas. Convection

5 Le point de rosée. Transfert d humidité et migration de la vapeur d eau Dans les cas les plus graves, l eau condensée après s être accumulée, au point de saturer la capacité d absorption du matériau dans lequel cette condensation se produit, va s écouler ailleurs et provoquer de sérieux dégâts. A noter que ce phénomène se produit en particulier au niveau des ponts thermiques. A terme, les isolants (l humidité augmente la conductivité thermique des matériaux), voire toute la structure peuvent être dégradés, entrainant des moisissures et l apparition de micro-organismes allergisants. été hiver Il convient donc de gérer l hygrométrie ambiante en utilisant une membrane d étanchéité à l air frein/pare-vapeur dont on peut déterminer la valeur Sd par calcul. Diffusion Convection

6 La valeur Sd (exprimée en mètre) Valeur déterminante dans l appréciation d une membrane. Ecran sous toiture pare-pluie pluie/pare-vent Frein-vapeur Pare-vapeur HPV 0,10m Ce qu il faut retenir : PV < 0,18m >2m <18m Plus elle est proche de 0, plus le matériau est perméable à la vapeur d eau et inversement. On considère un produit comme perméable à la vapeur d eau si sa valeur Sd est 0,18 mètre et hautement perméable à la vapeur d eau (HPV) si sa valeur est 0,10 mètre. En France, entre 2 et 18 mètres, on considère le produit comme un frein-vapeur, au-delà il est considéré comme pare-vapeur. 18m Valeur Sd et sa représentation avec un gradient de 677 Pa (W/n 5g/m³) 0,10 m 108 g/m2/jour 0,18 m 60.0 g/m2/jour 2,00m 5.41 g/m2/jour 3,00 m 3.61 g/m2/jour 5,00 m 2.17 g/m2/jour 8,00 m 1.35 g/m2/jour 18,00 m 0,60g/m2/jour 90,00 m 0,12 g/m2/jour

7 Etude d une paroi verticale avec le diagramme de GLASER Le comportement d une construction dans le temps dépend pour beaucoup de sa réaction vis-à-vis de l humidité. Pour appréhender ce problème, nous étudierons la migration de vapeur d eau et son importance sur une paroi verticale ossature bois (avec une laine minérale car elle ne modifie en rien le transfert de vapeur d eau et un contreventement extérieur OSB 9 mm). Les facteurs qui permettent la diffusion de la vapeur d'eau à travers une paroi sont : le différentiel de température entre deux ambiances le gradient de pression entre deux ambiances L'humidité dans les habitations provient de l'équilibre qui s'établit entre la production de vapeur d'eau (respiration, cuisson des aliments, bains, douches, etc.) et la ventilation (extraction naturelle ou mécanique). Nota : classement des locaux par le CSTB selon leur classe d hygrométrie Faible : W/n < 2.5gm³ Moyenne : W/n > 2.5g/m³ et 5g/m³ (locaux d habitation) Forte : W/n > 5.0g/m³ et 7.5g/m³ Très forte : W/n > 7.5gm³ L'objectif de la ventilation est d'éliminer l'air vicié, chargé en humidité, en le remplaçant par de l'air neuf et frais, donc contenant, en valeur absolue, une faible quantité de vapeur d'eau. Cet air, en se réchauffant, va pouvoir se charger d'une quantité de vapeur d'eau plus importante, et donc abaisser la valeur de l'humidité relative dans le local.

8 Etude d une paroi avec le diagramme de GLASER C est une méthode simplifiée qui est surtout intéressante pour son exploitation graphique. L humidité se déplace sous forme de vapeur. Il n y a pas de transport d air, le transfert de vapeur d eau s opère uniquement par diffusion. Les matériaux sont non hygroscopiques (non capacité d un matériau à fixer de l humidité). Détermination de l endroit ou va s opérer le point de condensation, à l intersection des courbes, noire et rouge ou bleue et rouge Modalités de la simulation Condensation en période hivernale sur une durée de 60 jours Assèchement potentiel en période estivale sur durée de 90 jours Locaux de moyenne hygrométrie W/n < 5.0g/m³ - gradient de pression 677 Pa. Climat intérieur : 20 C Climat extérieur : -10 C ou 0 C Lorsque la pression partielle est égale à la pression de saturation, la différence de flux de vapeur entre les deux couches concernées donne la quantité condensée. Le produit de cette différence avec la durée de la simulation fournit la quantité totale de vapeur d eau condensée pendant la période. Des méthodes plus avancées existent, mais avec un recours au numérique (WUFI, LESOSAI).

9 Paroi ossature bois avec complément d isolation par l intérieur. Avec ou sans membrane d étanchéité à l air frein-vapeur valeur Sd 5m Température extérieure 0 C et 80% d humidité relative sur 60 jours. Local à moyenne hygrométrie Diagramme de Glaser condensation en période hivernale : 60 jours - Locaux à moyenne hygrométrie W/n < 5,0 g/m³ Composition de la paroi et nature Conductivité des matériaux thermique λ Facteur µ Epaisseur du matériau Valeur Sd Θ Celsius saturation Sans frein/pare-vapeur Pvs Taux HR % la vapeur d'eau/pv Avec frein-vapeur valeur Sd 5m Taux HR % la vapeur d'eau/pv Climat intérieur 20 C Pa 50% Pa 50% Pa 1) Plaque de plâtre 0,250 W/mK 7 1,30 cm 0,09 m 19,3 C Pa 51% Pa 52% Pa 2&3) Profil métallique doublage 0,040 W/mK intérieur (µ=1) 1 4,00 cm 0,04 m 15,2 C Pa 65% Pa 67% Pa 4) Membrane d'étanchéité à l'air 2,300 W/mK frein-vapeur ,10 cm 5,00 m 15,2 C Pa 65% Pa 38% 646 Pa 5&6) Ossature & isolation (µ=1) entre montants 0,040 W/mK 1 14,00 cm 0,14 m 0,8 C 648 Pa 163% Pa 98% 632 Pa 7) Panneau de contreventement 0,130 W/mK OSB 148 0,90 cm 1,33 m 0,5 C 635 Pa 83% 524 Pa 78% 498 Pa 8) Pare-pluie HPV - valeur Sd < 0,18 m 2,300 W/mK 90 0,10 cm 0,09 m 0,5 C 635 Pa 77% 489 Pa 77% 489 Pa 9&10) Parement extérieur et lame d'air ventilée 5,00 cm 0 C 611 Pa 80% 489 Pa 80% 489 Pa Climat extérieur et totaux 0,042 W/mK - - 6,69 m 0 C 611 Pa 80% 489 Pa 80% 489 Pa Sans frein-vapeur, Pv = 1057 Pa > Pvs = 648 Pa soit : un taux d humidité relative de 163%, ce qui est impossible. D où une condensation dans la paroi sans frein/pare-vapeur durant la période hivernale : kg/m2. Masse volumique du contreventement OSB : 650 kg/m³. La condensation dans le bois ne doit donc pas excéder 650 x x 3% c est à dire : kg/m². Aucune condensation à observer avec l utilisation d un frein-vapeur d une valeur Sd de 5.0 m.

10 vapeur d'eau en hpa Transfert d humidité et migration de la vapeur d eau Paroi ossature bois avec complément d isolation par l intérieur. Avec ou sans membrane d étanchéité à l air frein-vapeur valeur Sd 5.0m Température extérieure 0 C et 80% d humidité relative Local à moyenne hygrométrie. 25 Pression saturante Pression partielle sans FV Pression partielle avec FV cm 5 cm 10 cm 15 cm 20 cm 25 cm 30 cm Epaisseur de la paroi Sans frein-vapeur, la condensation interne se produit à l endroit ou la pression partielle devient égale à la pression saturante (à l intersection de la courbe rouge/noire). Par contre, aucune condensation à observer avec l utilisation d un frein-vapeur

11 Paroi ossature bois avec complément d isolation par l intérieur. Avec ou sans membrane d étanchéité à l air frein-vapeur hygrorégulant Température extérieure -10 C et 80% d humidité relative sur 60 jours. Local à moyenne hygrométrie Diagramme de Glaser condensation en période hivernale : 60 jours - Locaux à moyenne hygrométrie W/n < 5,0 g/m³ Composition de la paroi et nature Conductivité des matériaux thermique λ Facteur µ Epaisseur du matériau Valeur Sd Θ Celsius saturation Sans frein/pare-vapeur Pvs Taux HR % la vapeur d'eau/pv Avec frein-vapeur hygrorégulant Taux HR % la vapeur d'eau/pv Climat intérieur 20 C Pa 38% 884 Pa 38% 884 Pa 1) Plaque de plâtre 0,250 W/mK 7 1,30 cm 0,09 m 18,9 C Pa 39% 848 Pa 40% 878 Pa 2&3) Profil métallique doublage 0,040 W/mK intérieur (µ=1) 1 4,00 cm 0,04 m 12,7 C Pa 57% 832 Pa 59% 875 Pa 4) Frein-vapeur hygro-régulant Difuvar (valeur Sd comprise entre 2,300 W/mK ,10 cm 8,00 m 12,7 C Pa 57% 832 Pa 22% 317 Pa 3 et 8 mètres) 5&6) Ossature & isolation (µ=1) entre montants 0,040 W/mK 1 14,00 cm 0,14 m -8,8 C 289 Pa 268% 776 Pa 106% 307 Pa 7) Panneau de contreventement 0,130 W/mK OSB 148 0,90 cm 1,33 m -9,2 C 279 Pa 87% 244 Pa 77% 214 Pa 8) Pare-pluie HPV - valeur Sd < 0,18 m 2,300 W/mK 90 0,10 cm 0,09 m -9,2 C 279 Pa 75% 208 Pa 75% 208 Pa 9&10) Parement extérieur et lame d'air ventilée 5,00 cm -10 C 260 Pa 80% 208 Pa 80% 208 Pa Climat extérieur et totaux 0,042 W/mK 47,5 25,40 cm 9,69 m -10 C 260 Pa 80% 208 Pa 80% 208 Pa Sans frein-vapeur, Pv = 776 Pa > Pvs = 289 Pa soit : un taux d humidité relative de 268 %, ce qui est impossible. D où une condensation dans la paroi sans frein/pare-vapeur durant la période hivernale : kg/m2. Masse volumique du contreventement OSB : 650 kg/m³. La condensation dans le bois ne doit donc pas excéder 650 x x 3% c est à dire : kg/m². Une très faible condensation à observer avec l utilisation d un e membrane à l air frein-vapeur hygrorégulant (0.014 kg/m²).

12 Température C et pression hpa 25 Transfert d humidité et migration de la vapeur d eau Paroi ossature bois avec complément d isolation par l intérieur. Avec ou sans membrane d étanchéité à l air frein-vapeur hygrorégulant Température extérieure -10 C et 80% d humidité relative Local à moyenne hygrométrie. Pression saturante Pression partielle sans FV Pression partielle avec FV cm 5 cm 10 cm 15 cm 20 cm 25 cm 30 cm Epaisseur de la paroi Sans frein-vapeur, la condensation interne se produit à l endroit ou la pression partielle devient égale à la pression saturante (à l intersection de la courbe rouge/noire). Par contre, une très faible condensation (14g/m²) est à observer avec l utilisation d un frein-vapeur hygrorégulant sur 60 jours, mais avec une capacité d assèchement supérieure ( 612g/m²) en période estivale.

13 Paroi ossature bois avec complément d isolation par l intérieur. Avec ou sans membrane d étanchéité à l air pare-vapeur valeur Sd 18 m Température extérieure -10 C et 80% d humidité relative sur 60 jours. Local à moyenne hygrométrie Diagramme de Glaser condensation en période hivernale : 60 jours - Locaux à moyenne hygrométrie W/n < 5,0 g/m³ Composition de la paroi et nature Conductivité des matériaux thermique λ Facteur µ Epaisseur du matériau Valeur Sd Θ Celsius saturation Sans frein/pare-vapeur Pvs Taux HR % la vapeur d'eau/pv Avec pare-vapeur valeur Sd 18m Taux HR % la vapeur d'eau/pv Climat intérieur 0 20 C Pa 38% 884 Pa 38% 884 Pa 1) Plaque de plâtre 0,250 W/mK 7 1,30 cm 0,09 m 18,9 C Pa 39% 848 Pa 40% 881 Pa 2&3) Profil métallique doublage 0,040 W/mK intérieur (µ=1) 1 4,00 cm 0,04 m 12,7 C Pa 57% 832 Pa 60% 880 Pa 4) Pare-vapeur (valeur Sd 18 mètres) 2,300 W/mK ,10 cm 18,00 m 12,7 C Pa 57% 832 Pa 18% 261 Pa 5&6) Ossature & isolation (µ=1) entre montants 0,040 W/mK 1 14,00 cm 0,14 m -8,8 C 289 Pa 268% 776 Pa 89% 257 Pa 7) Panneau de contreventement 0,130 W/mK OSB 148 0,90 cm 1,33 m -9,2 C 279 Pa 87% 244 Pa 76% 211 Pa 8) Pare-pluie HPV - valeur Sd < 0,18 m 2,300 W/mK 90 0,10 cm 0,09 m -9,2 C 279 Pa 75% 208 Pa 75% 208 Pa 9&10) Parement extérieur et lame d'air ventilée 0,000 W/mK 0 5,00 cm 0,00 m -10 C 260 Pa 80% 208 Pa 80% 208 Pa Climat extérieur et totaux 0,042 W/mK 96,5 25,40 cm 19,69 m -10 C 260 Pa 80% 208 Pa 80% 208 Pa Sans pare-vapeur, Pv = 776 Pa > Pvs = 289 Pa : soit un taux d humidité relative de 268%, ce qui est impossible. D où une condensation dans la paroi sans frein/pare-vapeur durant la période hivernale : kg/m2. Masse volumique du contreventement OSB : 650 kg/m³. La condensation dans le bois ne doit donc pas excéder 650 x x 3% c est à dire : kg/m². Aucune condensation à observer avec l utilisation d un pare-vapeur d une valeur Sd de 18.0 m.

14 Température C et pression hpa 25 Transfert d humidité et migration de la vapeur d eau Paroi ossature bois avec complément d isolation par l intérieur. Avec ou sans membrane d étanchéité à l air pare-vapeur valeur Sd 18 m Température extérieure -10 C et 80% d humidité relative Local à moyenne hygrométrie. Pression saturante Pression partielle sans PV Pression partielle avec PV cm 5 cm 10 cm 15 cm 20 cm 25 cm 30 cm Epaisseur de la paroi Sans pare-vapeur, la condensation interne se produit à l endroit ou la pression partielle devient égale à la pression saturante (à l intersection de la courbe rouge/noire). Aucune condensation à observer avec l utilisation d un pare-vapeur d une valeur Sd de 18 m, mais avec une capacité de séchage moindre qu un frein-vapeur hygrorégulant en période estivale ( 400 g/m²).

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

Parois à ossature bois et transferts de vapeur

Parois à ossature bois et transferts de vapeur Parois à ossature bois et transferts de vapeur Julien Lamoulie 28 novembre 2013 Un peu de physique L air a une capacité limitée à retenir la vapeur d eau la capacité maximale décroît considérablement à

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

Tutoriel. Plan de démonstration: Comparaison de trois types de parois en rénovation thermique. Rénovation : ITE (Isolation par l extérieur) :

Tutoriel. Plan de démonstration: Comparaison de trois types de parois en rénovation thermique. Rénovation : ITE (Isolation par l extérieur) : Tutoriel Plan de démonstration: Comparaison de trois types de parois en rénovation thermique Rénovation : ITE (Isolation par l extérieur) : Composition de l existant: Plaque de plâtre BA 13 (1,25 cm) Polystyrène

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : A2M. Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement. Comment choisir l isolation des murs?

Formation Bâtiment Durable : A2M. Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement. Comment choisir l isolation des murs? Formation Bâtiment Durable : Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement Comment choisir l isolation des murs? A2M Aline BRANDERS Architecte partner, A2M Objectifs de la présentation

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie PARTIE 1 D.Langendries Division Energie et Bâtiment CSTC Isolation thermique des toitures inclinées Les Isnes 18 mars

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

Physique du Bâtiment Caractéristiques hygrothermiques

Physique du Bâtiment Caractéristiques hygrothermiques Risque de condensation superficielle et dans la masse Définitions > Point de rosée : Point à partir duquel la vapeur d'eau contenue dans l'air devient liquide. > Condensation dans la masse : Passage de

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Etanchéité à l air Elément déterminant

Etanchéité à l air Elément déterminant Etanchéité à l air Elément déterminant Comment assurer la continuité lors de la pose de châssis Confédération Construction Bruxelles -Capitale 28 avril 2011 André BAIVIER ISOPROC le principe de l isolation

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion les règles de base pour isoler d une façon durable et efficace, Bois et Habitat Namur Mars 2011 André BAIVIER isoproc le principe

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DELTA -THENE Mise en œuvre comme pare-vapeur dans le cadre de piscines.

GUIDE TECHNIQUE DELTA -THENE Mise en œuvre comme pare-vapeur dans le cadre de piscines. GUIDE TECHNIQUE DELTA -THENE Mise en œuvre comme pare-vapeur dans le cadre de piscines. Introduction L étanchéité à l air d une paroi à ossature bois ou d une toiture isolée en pente est une notion primordiale

Plus en détail

Durabilité des solutions d'enveloppe. Transfert d humidité et composition d enveloppe : Les parois opaques L isolation de la toiture par l extérieur

Durabilité des solutions d'enveloppe. Transfert d humidité et composition d enveloppe : Les parois opaques L isolation de la toiture par l extérieur Durabilité des solutions d'enveloppe Transfert d humidité et composition d enveloppe : Les parois opaques L isolation de la toiture par l extérieur Trois questions... L'étanchéité à l'air, pointe de l'iceberg

Plus en détail

Étude. Calcul du potentiel de prévention des dégâts au bâtiment d isolations thermiques dans les constructions en bois. - toits, murs, plafonds -

Étude. Calcul du potentiel de prévention des dégâts au bâtiment d isolations thermiques dans les constructions en bois. - toits, murs, plafonds - Étude Calcul du potentiel de prévention des dégâts au bâtiment d isolations thermiques dans les constructions en bois - toits, murs, plafonds - Freine-vapeurs pro clima DB+ et INTELLO à valeur µd variable

Plus en détail

Étude. Calcul du potentiel de prévention des dégâts au bâtiment d isolations thermiques dans les constructions en bois. - toits, murs, plafonds -

Étude. Calcul du potentiel de prévention des dégâts au bâtiment d isolations thermiques dans les constructions en bois. - toits, murs, plafonds - Étude Calcul du potentiel de prévention des dégâts au bâtiment d isolations thermiques dans les constructions en bois - toits, murs, plafonds - Freine-vapeurs pro clima DB+ et INTELLO à valeur µd variable

Plus en détail

Isolation en ouate de cellulose Descriptif sommaire et mise en oeuvre

Isolation en ouate de cellulose Descriptif sommaire et mise en oeuvre Isolation en ouate de cellulose Descriptif sommaire et mise en oeuvre Le présent descriptif concerne la mise en œuvre d une isolation thermique cellulosique par soufflage ouvert sur un plancher, ainsi

Plus en détail

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture 15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS Étude WUFI Plancher des combles et toiture Sommaire 1 HYPOTHÈSES...3 1.1 PAROI ÉTUDIÉE... 3 1.2 CONDITIONS INITIALES... 4 1.3 CLIMAT

Plus en détail

95% REFLEXION. WINCO technologies. La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, INDECHIRABLE CLASSEMENT R3. Une enveloppe continue,

95% REFLEXION. WINCO technologies. La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, INDECHIRABLE CLASSEMENT R3. Une enveloppe continue, R R R ISOLATION INTERIEURE & EXTERIEURE La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, Recouvert d aluminium pur, SKYTECH Pro réfléchit vers l intérieur 95% de la chaleur du rayonnement

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

La société : Le produit : Fabricant : Le Relais. Adresse : Chemin des Dames 62700 Bruay la Buissière. Distributeur : Le Relais Négoces d éco-matériaux

La société : Le produit : Fabricant : Le Relais. Adresse : Chemin des Dames 62700 Bruay la Buissière. Distributeur : Le Relais Négoces d éco-matériaux En bref : Fabricant : Le Relais Adresse : Chemin des Dames 62700 Bruay la Buissière Distributeur : Le Relais Négoces d éco-matériaux Zone de distribution : France, Belgique, Angleterre Téléphone : 03 21

Plus en détail

Thierry Gallauziaux David Fedullo. thermique. Groupe Eyrolles, 2011. ISBN : 978-2-212-13204-5

Thierry Gallauziaux David Fedullo. thermique. Groupe Eyrolles, 2011. ISBN : 978-2-212-13204-5 Thierry Gallauziaux David Fedullo La L isolation plomberie thermique Groupe Eyrolles, 2011. ISBN : 978-2-212-13204-5 Pourquoi isoler? POURQUOI ISOLER? La question de l isolation des bâtiments peut paraître

Plus en détail

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Ce guide est une introduction à l isolation thermique du bâtiment. Il permet de saisir les principales notions techniques entourant

Plus en détail

Guide rénovation. Toitures, murs et planchers de combles NATURELLEMENT EN BOIS

Guide rénovation. Toitures, murs et planchers de combles NATURELLEMENT EN BOIS Guide rénovation Toitures, murs et planchers de combles NATURELLEMENT EN BOIS Multiplex-top est le panneau de sous-toiture pare-pluie; composition homogène; il convient également à l'aménagement intérieur.

Plus en détail

Bases de la physique du bâtiment

Bases de la physique du bâtiment Bases de la physique du bâtiment Pour l étanchéité fiable de l enveloppe du bâtiment Physique du bâtiment aperçu 2 Etude Physique sur du le bâtiment calcul du potentiel aperçu de prévention des dégâts

Plus en détail

mb rock mb rock + 0,40

mb rock mb rock + 0,40 MB ROCK & MB ROCK + mb rock mb rock + MB ROCK est un panneau rigide avec bord flexible pour l isolation des constructions à ossature bois entre montants structurels. MB ROCK + est un panneau rigide double

Plus en détail

Etanchéité à l air. Conséquences d une mauvaise étanchéité

Etanchéité à l air. Conséquences d une mauvaise étanchéité Etanchéité à l air La transposition de la directive européenne PEB dans le droit belge a donné lieu à de nouvelles réglementations. Un des principaux volets est l obligation, dès 2020, que tous les nouveaux

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Vincent Jadinon, ing. Conseiller Principal Division "Avis Techniques" Isolation thermique des toitures plates Les Isnes

Plus en détail

Vario Xtra Une sécurité accrue pour la protection contre l humidité.

Vario Xtra Une sécurité accrue pour la protection contre l humidité. Vario Xtra Une sécurité accrue pour la protection contre l humidité. 1. Une marge de sécurité encore plus grande Grâce au nouveau pare-vapeur Vario Xtra qui s adapte à l humidité, un développement du Vario

Plus en détail

La toiture compacte. Problématique des toitures plates

La toiture compacte. Problématique des toitures plates La toiture compacte Problématique des toitures plates Les toitures plates sont, du côté extérieur, toujours munies d une membrane souple d étanchéité à l eau (plus souple) qui agit fortement comme freine-vapeur

Plus en détail

GUIDE DE POSE METISSE

GUIDE DE POSE METISSE GUIDE DE POSE METISSE Chemin des Dames 62 700 Bruay La Buissière Tel: 03 21 01 77 60 Fax: 03 21 62 02 78 E-mail: metisse@le-relais.net www.isolantmetisse.com GUIDE DE POSE Métisse se met en œuvre conformément

Plus en détail

CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE

CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE vous permet de bénéficier et faire bénéficier vos clients de la prime dédiée aux travaux de rénovation Produits d isolation CERTIFIES ISOLATION BBC RT 2012 : PAR OU S

Plus en détail

L isolation éco-biologique

L isolation éco-biologique L isolation éco-biologique thermique Les animaux à sang froid s adaptent à la température du milieu ; les mammifères, eux, ont besoin de maintenir une température interne constante. Pour introduire une

Plus en détail

Label Bâtiment Basse Consommation

Label Bâtiment Basse Consommation JUMELAGE Eco-Construction Label Bâtiment Basse Consommation CETE Mediterranée Nicolas Cabassud Bruno Cornen TUNIS 30-31 Janvier 2012 SOMMAIRE 1 Présentation du label Bâtiment Basse Consommation 2 Maitrise

Plus en détail

LA NATURE AU SERVICE DE L ARCHITECTURE MODERNE

LA NATURE AU SERVICE DE L ARCHITECTURE MODERNE LA NATURE AU SERVICE DE L ARCHITECTURE MODERNE Kronolux DFP, le panneau de fibres à diffusion d humidité pour construction extérieure de renforcement, étanche au vent et isolant, disposant en France de

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE SOMMAIRE 4 1. LE CONTEXTE 1.1 Enjeux environnementaux 1.2 Cadre réglementaire 1.3 Réglementation thermique 2005 1.4 DPE «Etiquette énergie» 1.5 Loi Grenelle: L urgence écologique 1.6 Protéger l environnement

Plus en détail

CHOISIR UN MATÉRIAU DE CONSTRUCTION

CHOISIR UN MATÉRIAU DE CONSTRUCTION Conférence Mardi 22/05/2012 Cycle «Construire durable» Avec le soutien du programme européen LIFE+ CHOISIR UN MATÉRIAU DE CONSTRUCTION Marie Darul, consultante en éco-construction (association CD2E) Lors

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air.

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air. L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air Les nuages I L air humide et la notion de pression partielle de

Plus en détail

Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air

Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air 1 Nouvelles exigences 2 Nouvelles exigences 50 KWh/an/m² BEPOS (Bat Energie positive) Bâtiment passif RT 2012 (ex niveau BBC) RT 2005 Moyenne

Plus en détail

environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet généralités L5C > Environnement thermique et maitrise énergétique > TD

environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet généralités L5C > Environnement thermique et maitrise énergétique > TD généralités environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet Objectif Le travail pour ce dossier a pour objectif d être capable d évaluer les partis pris d un projet architectural

Plus en détail

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Troisième session ANNEXES 2 octobre 2009 SOMMAIRE Annexe 1 - Evolution

Plus en détail

Agrément général de contrôle des constructions

Agrément général de contrôle des constructions Annexe 10 Document de synthèse relatif à la paille en tant que matériau isolant. INSTITUT ALLEMAND POUR LES TECHNIQUES DE CONSTRUCTION Etablissement public (de droit allemand) 10829 Berlin, le 10 février

Plus en détail

Physique du bâtiment. Ponts thermiques. Définition des ponts thermiques. Les effets des ponts thermiques

Physique du bâtiment. Ponts thermiques. Définition des ponts thermiques. Les effets des ponts thermiques Ponts thermiques Définition des ponts thermiques Le pont thermique est un phénomène physique qui signifie que dans une zone d un bâtiment, pour des raisons liées au matériau ou au mode de construction,

Plus en détail

Les parois de chambres froides

Les parois de chambres froides Les parois de chambres froides présentation de : Illustrations de sources diverses. 1 Objectifs du cours Identifier les modes de transferts Réaliser un bilan thermique pour un échangeur un mur un container

Plus en détail

Ateliers-conférences sur le séchage du bois (17 e édition) Par Aziz Laghdir, Ph.D. Julie Lessard, ing. f. Mai 2011

Ateliers-conférences sur le séchage du bois (17 e édition) Par Aziz Laghdir, Ph.D. Julie Lessard, ing. f. Mai 2011 Ateliers-conférences sur le séchage du bois (17 e édition) CLIMATOLOGIE ET LE SÉCHAGE Par Aziz Laghdir, Ph.D. Julie Lessard, ing. f. Mai 2011 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1) Introduction 2) Propriétés de l

Plus en détail

ETUDE. Calcul du potentiel de prévention des dégâts au bâtiment d isolations thermiques dans les constructions en bois et en acier

ETUDE. Calcul du potentiel de prévention des dégâts au bâtiment d isolations thermiques dans les constructions en bois et en acier ETUDE Calcul du potentiel de prévention d isolations thermiques dans les constructions en bois et en acier Frein-vapeurs hygrovariables pro clima et avec hygrorégulation intelligente toits, murs, plafonds

Plus en détail

Version n 3 du 11 décembre 2009

Version n 3 du 11 décembre 2009 SYNTHESE de l étude thermique Projet de Maison Individuelle Basse Consommation Maîtres d ouvrage : M. et Mme Enjolras Lieu : La Bâtie Divisin (38) Version n 3 du 11 décembre 2009 SOMMAIRE : 1. Hypothèses

Plus en détail

Guide pratique d applications NATURELLEMENT EN BOIS

Guide pratique d applications NATURELLEMENT EN BOIS Guide pratique d applications NATRELLEMENT EN BOIS NATRELLEMENT EN BOIS Sommaire 1. Toiture 1.1-1.5 Toiture à pente p. 4-5 1.6 Rénovation p. 6-7 1.7 Toiture terrasse p. 8 2. Mur 2.1 Rénovation sur maçonnerie

Plus en détail

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Chauffage. Isolant par réflexion pare vapeur Winco. Sortie d'air et de vapeur d'eau

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Chauffage. Isolant par réflexion pare vapeur Winco. Sortie d'air et de vapeur d'eau Un isolant 2 en 1 Isolation par réflexion et très faible émissivité En hiver : SKYTECH Pro réfléchit la chaleur émise par le chauffage vers l'intérieur grâce à son fort pouvoir de réflexion. Sa très faible

Plus en détail

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Emissivité 5 % Chauffage. Climatisation. Sortie d'air et de vapeur d'eau. Chauffage ou climatisation Vapeur

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Emissivité 5 % Chauffage. Climatisation. Sortie d'air et de vapeur d'eau. Chauffage ou climatisation Vapeur Un isolant 2 en 1 Isolation par réflexion et très faible émissivité En hiver : SKYTECH Pro réfléchit la chaleur émise par le chauffage vers l'intérieur grâce à son fort pouvoir de réflexion. Sa très faible

Plus en détail

La toiture compacte. Problématique des toitures plates

La toiture compacte. Problématique des toitures plates La toiture compacte Problématique des toitures plates Les toitures plates sont, du côté extérieur, toujours munies d une membrane souple d étanchéité à l eau (plus souple) qui agit fortement comme freine-vapeur

Plus en détail

thermique Rénover sa maison > 250 une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans

thermique Rénover sa maison > 250 une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans La rénovation thermique > 250 Rénover sa maison > 250 pour une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans < 88 Les réglementations thermiques successives ont permis l amélioration

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard de

Plus en détail

Conduction à travers un mur plan homogène

Conduction à travers un mur plan homogène Conduction à travers un mur plan homogène I- Exemple d application: Calculer le flux traversant une vitre de 1 m² de surface et de 3,5 mm d épaisseur. La température de la face interne de la vitre est

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

ETUDE HYGROTHERMIQUE de l INFLUENCE de PLUSIEURS PARAMETRES dans des PAROIS à OSSATURES BOIS

ETUDE HYGROTHERMIQUE de l INFLUENCE de PLUSIEURS PARAMETRES dans des PAROIS à OSSATURES BOIS ETUDE HYGROTHERMIQUE de l INFLUENCE de PLUSIEURS PARAMETRES dans des PAROIS à OSSATURES BOIS RAPPORT FINAL Etude financée par la DHUP, CODIFAB et FBF Auteurs principaux : LAMOULIE Julien, POMPEO Claude,

Plus en détail

PRÉSENTATION RAPIDE DE LA SOCIÉTÉ PRINCIPE DE L ITE SUBERISOLE MATÉRIAUX EMPLOYÉS SUBERISOLE : UN SYSTÈME CLÉ EN MAIN DÉTAILS ET AVANTAGES

PRÉSENTATION RAPIDE DE LA SOCIÉTÉ PRINCIPE DE L ITE SUBERISOLE MATÉRIAUX EMPLOYÉS SUBERISOLE : UN SYSTÈME CLÉ EN MAIN DÉTAILS ET AVANTAGES PRÉSENTATION RAPIDE DE LA SOCIÉTÉ PRINCIPE DE L ITE SUBERISOLE MATÉRIAUX EMPLOYÉS SUBERISOLE : UN SYSTÈME CLÉ EN MAIN DÉTAILS ET AVANTAGES SUPPORTS ADMISSIBLES MISE EN ŒUVRE : PRINCIPE DE POSE SUR SUPPORT

Plus en détail

Verre et isolation thermique

Verre et isolation thermique Verre et isolation thermique 2004 1 INTRODUCTION...2 2 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENT...3 3 TRANSMISSION DE CHALEUR À TRAVERS UN VITRAGE...3 3.1 INTRODUCTION...3 3.2 TRANSMISION AU TRAVERS D'UN VITRAGE...4

Plus en détail

Etanchéité à l'eau et à l'air des maisons écologiques

Etanchéité à l'eau et à l'air des maisons écologiques PARTIE 1 INTRODUCTION La condensation L'air = gaz (N2 78%, O2 21%, Ar, CO2,...), + vapeur d'eau La quantité de V.E que l'air peut emmagasiner dépend sa T L'humidité de l'air = V.E contenue dans l'air /

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard

Plus en détail

Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd. énergie. Formation conseiller PEB

Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd. énergie. Formation conseiller PEB Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd 3.1 La consommation d éd Contenu Lien vers la PEB Bases techniques Applications Synthèse Lien vers le logiciel PEB 2 Liens vers la PEB Les 3 volets 1.

Plus en détail

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Francine Wegmueller 30 mai 2012 Table des matières Du dossier de mise à l enquête au chantier Exemples Coefficients U Ponts thermiques Pare-vapeur Etanchéité

Plus en détail

ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS

ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS Maryse SARRE CSTB Expérience française dans le domaine de l isolation par l intérieur en construction neuve ou en rénovation Journée 16 septembre 2010 PAGE 1 Techniques

Plus en détail

C.M.E.5.1 Comment économiser l énergie?

C.M.E.5.1 Comment économiser l énergie? C.M.E.5.1 Comment économiser l énergie? I) Énergie et puissance : rappels : L énergie E est la capacité d un système à produire du, de la ou de la. L unité légale d énergie est le joule (J), on mesure

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Centre Scientifique et Technique de la Construction. Les toitures vertes. O. Vandooren CSTC

Centre Scientifique et Technique de la Construction. Les toitures vertes. O. Vandooren CSTC Les toitures O. Vandooren CSTC Les toitures un concept pas vraiment nouveau Babylone VII e avant JC 2007 2 3 4 5 Une toiture verte est une toiture recouverte de végétation et des couches nécessaires au

Plus en détail

Rhinoxx Isolation de toitures plates

Rhinoxx Isolation de toitures plates Rhinoxx Isolation de toitures plates Description du produit Panneau isolant incompressible en laine de roche pour toiture plate, ayant de très bonnes prestations au niveau de la praticabilité et pourvu

Plus en détail

Gramitherm Panneaux d isolation en herbe

Gramitherm Panneaux d isolation en herbe Gramitherm Panneaux d isolation en herbe Documentation technique Été 2009 Informations générales sur la matière première et le procédé Informations générales sur le produit Homologation technique européenne

Plus en détail

Isolation grâce à l air immobile

Isolation grâce à l air immobile Principes / La structure idéale 44 La structure idéale Schutz im Winter Rücktrocknung im Sommer L efficacité de toutes les isolations thermiques repose sur les inclusions d air dans le matériau isolant

Plus en détail

Post-isolation des murs creux

Post-isolation des murs creux Post-isolation des murs creux Luc FIRKET, chef-adjoint de la Division Avis Techniques du CSTC Centre Scientifique et Technique de la Construction Historique du mur creux -Apparition progressive en Belgique

Plus en détail

Outil humidité : introduction

Outil humidité : introduction BOÎTE A OUTILS Outil humidité : introduction Objectifs Phase diagnostic Phase de prescription Paragraphes techniques spécifiques BOÎTE A OUTILS 1/15 P our atteindre un niveau de performance énergétique

Plus en détail

Matériaux de faible perméance dans les enveloppes de bâtiment

Matériaux de faible perméance dans les enveloppes de bâtiment Solution constructive n o 41 Matériaux de faible perméance dans les enveloppes de bâtiment par M.K. Kumaran et J.C. Haysom Cet article contient certaines indications quant à la mise en oeuvre de matériaux

Plus en détail

Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations

Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations Thème : COMPRENDRE Type de ressources : Activités Documentaires Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations

Plus en détail

Les fondamentaux du bioclimatisme. JC Mengoni, Conseils en éco construction

Les fondamentaux du bioclimatisme. JC Mengoni, Conseils en éco construction Autrefois Architecture pratique mais sans confort (vie dans les champs) Longue connaissance/expérience de la nature, du soleil, des vents Guerre 14 1.400.000 morts en France Perte des techniques traditionnelles

Plus en détail

Panneaux de construction hermétiques et étanches à la vapeur. Pour les constructions passives et basse énergie

Panneaux de construction hermétiques et étanches à la vapeur. Pour les constructions passives et basse énergie 1 Testés en collaboration avec la Passiefhuis- Platform de la K.U. Leuven Fraunhofer WKI Panneaux de construction hermétiques et étanches à la vapeur Pour les constructions passives et basse énergie 2

Plus en détail

ROCKCIEL DIPLÔMES CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES RÉFÉRENCES, CONDITIONNEMENT. www.rockwool.fr ISOLER LES COMBLES PAR L EXTÉRIEUR

ROCKCIEL DIPLÔMES CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES RÉFÉRENCES, CONDITIONNEMENT. www.rockwool.fr ISOLER LES COMBLES PAR L EXTÉRIEUR ROCKCIEL Panneau rigide double densité quadrillé sur la face surdensifiée. double densité le + produit : excellente diffusivité calculée selon règles Th-U : 12 cm 2 /h. CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES Performances

Plus en détail

ONDUTISS. Imperméables souples et légers. Ecrans souples de sous-toiture. www.onduline.com. CE Norme NF EN 13859-1

ONDUTISS. Imperméables souples et légers. Ecrans souples de sous-toiture. www.onduline.com. CE Norme NF EN 13859-1 ONDUTISS Ecrans souples de sous-toiture CE Norme NF EN 13859-1 Imperméables souples et légers www.onduline.com ONDUTISS Ondutiss : les écrans souples de sous-toiture pour une meilleure protection de l

Plus en détail

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com Gestion de l humidité dans la rénovation 1 Une réhabilitation thermique implique le renforcement de l isolation Les travaux d isolation peuvent modifier le comportement hygrothermique des parois Les maîtres

Plus en détail

ETUDE HYGROTHERMIQUE de l INFLUENCE de PLUSIEURS PARAMETRES dans des PAROIS à OSSATURES BOIS

ETUDE HYGROTHERMIQUE de l INFLUENCE de PLUSIEURS PARAMETRES dans des PAROIS à OSSATURES BOIS ETUDE HYGROTHERMIQUE de l INFLUENCE de PLUSIEURS PARAMETRES dans des PAROIS à OSSATURES BOIS SYNTHESE Etude financée par la DHUP, CODIFAB et FBF 22 fev.-11 Table des matières 1. DEFINITIONS ET SYMBOLES...

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture réhabilitation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture réhabilitation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture réhabilitation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/8 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée

Plus en détail

Sensibilisation Etanchéité à l air en ossature bois

Sensibilisation Etanchéité à l air en ossature bois Sensibilisation Etanchéité à l air en ossature bois STECK Maël LYON février 2016 Généralités et réglementation Les fonctions de l enveloppe Isolation thermique Migration de la vapeur d eau Fonctions de

Plus en détail

p o u r l é c o n o m i e d é n e r g i e!

p o u r l é c o n o m i e d é n e r g i e! THERMO FLOC Matériau isolant en fibre de cellulose p o u r l é c o n o m i e d é n e r g i e! p o u r u n e i n t e l l i g e n t e! I s o l a t i o n I s o l a t i o n I s o l a t i o n 1 Sommaire_ Matériau

Plus en détail

Duurzaamheid van ecologische isolatiematerialen. Praktijkervaring uit Duitsland en elders.

Duurzaamheid van ecologische isolatiematerialen. Praktijkervaring uit Duitsland en elders. Duurzaamheid van ecologische isolatiematerialen. Praktijkervaring uit Duitsland en elders. Tenue dans le temps des isolants écologiques. Retours d expérience d Allemagne et d ailleurs. Ecologische isolatiematerialen:

Plus en détail

Eléments de structure et détails de construction

Eléments de structure et détails de construction Eléments de structure et détails de construction Partie 2: Toitures plates et toitures inclinées O. Vandooren CSTC Isolation thermique Etanchéité à l air 1 Contenu Isolation thermique 1. Evolution réglementaire

Plus en détail

LA VOCATION D ACTIS : INNOVER POUR MIEUX ISOLER

LA VOCATION D ACTIS : INNOVER POUR MIEUX ISOLER ACTUALITÉS BATIMAT 2009 LA VOCATION D ACTIS : INNOVER POUR MIEUX ISOLER Une volonté de se surpasser Depuis près de 30 ans, ACTIS fait de l innovation sa priorité en proposant des solutions concrètes et

Plus en détail

NOVIWOOD. Données techniques. plaques en fibres de bois

NOVIWOOD. Données techniques. plaques en fibres de bois Données techniques NOVIWOOD plaques en fibres de bois SVK nv - Aerschotstraat 114 - B-9100 Sint-Niklaas T +32 (0)3 760 49 00 - F +32 (0)3 777 47 84 info@svk.be - www.svk.be PLAQUES EN FIBRES DE BOIS NOVIWOOD

Plus en détail

Air humide : corrigé

Air humide : corrigé Air humide : corrigé 1 Prise en mains du diagramme Notations : w = humidité absolue, ψ = humidité relative, P w = pression partielle de vapeur d eau, P s w = pression de saturation de l eau Placer le point

Plus en détail

PB20RT+ Bloc thermique à isolation rapportée

PB20RT+ Bloc thermique à isolation rapportée PB20RT+ à isolation rapportée PONCEBLOC 20RT+ Dimension du bloc standard (L x ép. x h en mm) Résistance mécanique L 30 Nombre de blocs/m² 8 Poids du bloc sec (kg) 12,5 Résistance thermique maçonnerie seule

Plus en détail

FHE VMC Double flux avec déshumificateur d air, rafraîchissement en été et maintien de température en hiver

FHE VMC Double flux avec déshumificateur d air, rafraîchissement en été et maintien de température en hiver VMC Double flux avec déshumificateur d air, rafraîchissement en été et maintien de température en hiver Les VMC double flux à haute performance des séries sont destinés à ventiler, déshumidifier l'air,

Plus en détail

Solutions d étanchéité à l air dans le cas de rénovations thermiques de toits. Emplacement fonctionnel de l étanchéité à l air dans les constructions

Solutions d étanchéité à l air dans le cas de rénovations thermiques de toits. Emplacement fonctionnel de l étanchéité à l air dans les constructions de rénovation Solutions d étanchéité à l air dans le cas de rénovations thermiques de toits Emplacement fonctionnel de l étanchéité à l air dans les constructions Pose en créneau (par au-dessus et par

Plus en détail

3) Le comportement hygrothermique du bâti ancien. > Les propriétés du bâti ancien > Les outils pour le diagnostic

3) Le comportement hygrothermique du bâti ancien. > Les propriétés du bâti ancien > Les outils pour le diagnostic 3) Le comportement hygrothermique du bâti ancien > Les propriétés du bâti ancien > Les outils pour le diagnostic 11 Les différents outils du diagnostic énergétique Factures, relevés, équipements Caméra

Plus en détail

SOMMAIRE Avant-propos Les produits isolants Informations - Connaissances générales Épaisseur de l isolant Précautions contre la condensation

SOMMAIRE Avant-propos Les produits isolants Informations - Connaissances générales Épaisseur de l isolant Précautions contre la condensation SOMMAIRE Avant-propos......................................... 5 Domaine d application du guide.............................. 6 Les produits isolants................................... 9 Les laines minérales....................................

Plus en détail

Manuel Bauer Flourentzos Flourentzou Remerciements à Marco Ragonesi RSP

Manuel Bauer Flourentzos Flourentzou Remerciements à Marco Ragonesi RSP L enveloppe du bâtiment Minergie P Minergie ZH-007-P Minergie BE-001-P-ECO Minergie ZH-002-P-ECO Minergie ZH-002-P Minergie SG-001-P Minergie ZH-003-P-ECO Manuel Bauer Flourentzos Flourentzou Remerciements

Plus en détail

épaisseur (mm) 85 105 145 160 180 190 200 220 240 260 Résistance thermique R (m 2.K/W) Up W/m 2.K 0,23 0,20

épaisseur (mm) 85 105 145 160 180 190 200 220 240 260 Résistance thermique R (m 2.K/W) Up W/m 2.K 0,23 0,20 ROCKCIEL ROCKCIEL est un panneau de laine de roche double densité à poser sur un platelage bois continu. Il recevra un support de couverture fixé sur les chevrons avec des tire-fonds à double filet. performances

Plus en détail

Isolation murs maisons à ossature bois:

Isolation murs maisons à ossature bois: Isolation murs maisons à ossature bois: La mise en œuvre consiste à poser l isolant Magripol entre une ossature bois sur laquelle sera fixé un parement en plaque de plâtre ou en bois. Prescriptions de

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail