BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR"

Transcription

1 DOSSIER 4 : THERMODYNAMIQUE 3 F.Duhaml CFA-Lns- B.T.S S.C.B.H Pag N 1/8

2 I. Mod d propagation d la chalur. a) Par convction: il y a déplacmnt d matièr. Thrmodynamiqu (III) : Transfrt thrmiqu t isolation. b) Par conduction: il n y a pas d déplacmnt d matièr. Ex :la chalur qui s transmt dans l métal,l métal st un conductur thrmiqu c) Par rayonnmnt: il n y a pas d déplacmnt d matièr. Ex : la lamp élctriqu émt ds onds qui s propagnt dans l vid vrs ls corps froids qui ls ntournt. L transfrt d chalur du solil à la trr s fait par rayonnmnt II. Transfrt thrmiqus- Transmission d la chalur à travrs un paroi. L énrgi transmis ntr la sourc chaud t la sourc froid s fait par conduction au travrs d la paroi. chaud froid Tmp :T 2 ou 2 Tmp :T 1ou 1 Conduction la quantité d chalur Q (jouls) transmis dépnd : Flux d chalur Du matériau : cofficint d conductivité thrmiqu (W/m.K) D l épaissur : (m) D la différnc d tmpératur T=T 2 -T 1 (K) ou = 2-1 ( C) D la surfac : S (m²) D la duré : t (s) L flux thrmiqu, (Watt) t paroi d surfac S t d'épaissur. Loi d Fourir : Q 2 1 On n déduit la valur d la dnsité d flux thrmiqu tmpératur 2 1. ( jouls ) 2 St Q 1 S, corrspondant à la puissanc prdu par conduction à travrs un 2 W S 2 F.Duhaml CFA-Lns- B.T.S S.C.B.H Pag N 2/8 m 1, d ou la valur d la différnc d Exmpl : Sachant qu l flux thrmiqu st d 2625W pour un mur d épaissur 18cm,d surfac 15m²,d tmpératur suprficill intériur 21 C t d tmpératur suprficill xtériur 3 C. 1)Calculr la conductivité du matériau constitutif du mur 2)Qul st l matériau constituant l mur?

3 III. Résistanc thrmiqu (parfois applé cofficint d isolation thrmiqu noté M)). L cofficint d proportionnalité / st un constant qui n dépnd qu du matériau utilisé On appll résistanc thrmiqu R (pour un surfac d 1m²) m². K / W) W /( m.k) 1 la dnsité d flux thrmiqu vaut alors : 2 1. R La résistanc total d un paroi st la somm ds résistancs thrmiqus ds différnts matériaux. Ls résistancs thrmiqus sont donnés dans ls D.T.U (documnts tchniqus unifiés). IV. Efft d la convction t du rayonnmnt. Rayonnmnt chaud froid Rayonmnt Tmp :T 2 ou 2 Tmp :T 1ou 1 Conduction Convction Convction Flux d chalur A l intériur d l habitation, l air chaud au contact du mur plus froid, s rfroidi, t dscnd l long du mur créant ainsi un résistanc thrmiqu supplémntair applé résistanc suprficill r i (échang paroi intériur-air intériur); l mêm phénomèn s rproduit à l xtériur, l air froid au contact du mur plus chaud mont l long du mur créant ainsi un résistanc thrmiqu supplémntair applé résistanc suprficill r (échang paroi xtériur-air xtériur). V. Résistanc thrmiqu d'un paroi. Ctt résistanc prnd on compt ls résistancs suprficills: R p =R t +r i +r. Avc R t =R : résistanc thrmiqu total ds matériaux composants la paroi. On définit ls cofficints d transfrt thrmiqus d surfac h =1/r (échang paroi xtériur-air xtériur) t h i =1/r i (échang paroi intériur-air intériur). Exmpl :Pour diminur l flux thrmiqu, l burau d étuds prévoit d accolr au mur M un plaqu d polystyrèn xpansé t un plaqu d plâtr d 1 cm d épaissur. On donn :r i =résistanc suprficill intériur r i =0,11m².K/W Mur :M r =résistanc suprficill xtériur r =0,06m².K/W 1cm X 18cm Dans l cas ou la résistanc thrmiqu du mur st d 0,1m².K/W, calculr l épaissur d la plaqu d polystyrèn pour qu la résistanc total d la paroi soit d 3,5m².K/W, sachant qu sa conductivité thrmiqu =0,045W/m.K. VI. Cofficint d transmission thrmiqu d'un paroi : K L cofficint thrmiqu d transmission d'un paroi, K s xprim n W/(m 2.K) ou W/(m 2. C). Pour un paroi K 1 R p r 1 r i R F.Duhaml CFA-Lns- B.T.S S.C.B.H Pag N 3/8

4 Exmpl : Détrminr l cofficint K d la paroi ci-dssous: )Fristt d sapin 1 =13mm 1 =0,12 W.m -1. C -1 2)Lain d vrr 2 =60 mm 2 =0,041 W.m -1. C -1 3)Béton cavrnux 3 =200 mm 3 =0,70 W.m -1. C -1 4)Enduit d mortir 4 =13mm 4 =0,12 W.m -1. C -1 Ls cofficints d transfrt thrmiqus d surfac valnt : h =16,7 W/(m 2. C), hi=9,1 W/(m 2. C). VII. Ls ponts thrmiqus. On définit un cofficint K L pour ls déprditions dus aux liaisons ntr ls parois (angls d parois, parois-sol, huissri-parois tc.. Exmpl d ponts thrmiqu: VIII. Ls cofficints GV t BV. IL srt à calculr la puissanc d'un chauffag à installr. Il prnd n compt ls déprditions par ls parois D p (K t K L ) t par rnouvllmnt d'air D R. GV=D p +D R L cofficint BV prnd n compt ls apports d chalur dus à l'utilisation ds locaux (occupants, éclairag, apparillags t rayonnmnt solair) F: cofficint d'apports thrmiqus gratuits. BV=GV.(1-F) IX. L'HUMIDITE. Contrairmnt à l'air (=0,023 air immobil), l'au (=0,60 ) n'st pas un bon isolant thrmiqu. Pour assurr un bonn isolation ls matériaux doivnt êtr scs. On utilis ds par-vapur pour mpêchr l passag d la vapur d'au du chaud vrs l froid. L par-vapur st placé côté intériur ds parois d'un logmnt. F.Duhaml CFA-Lns- B.T.S S.C.B.H Pag N 4/8

5 Exrcic N 1. BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR Résistanc thrmiqu. EXERCICES 1) Calculr la résistanc thrmiqu d un mur d parpaing crux d 20cm d épaissur. 2) Calculr la résistanc thrmiqu d un mur composé d 20mm d nduit =1,5W/(m.K) 20cm d parpaing crux =1,05W/(m.K) 70mm polystyrèn =0,04W/(m.K) 20mm d plâtr =0,5W/(m.K) Exrcic N 2. Résistanc thrmiqu t déprdition. Un garag d longuur L=7m, d largur 4,5m t d hautur 2,25m comport: ls murs sont composés d: 20mm d nduit =1,5W/(m.K) 20cm d parpaing crux =1,05W/(m.K) 70mm polystyrèn =0,04W/(m.K) 10mm d plâtr =0,5W/(m.K) résistanc suprficill intériur ri=0,11 m².k/w résistanc suprficill xtériur r=0,06m².k/w l plafond st composé d: 100mm polystyrèn =0,04W/(m.K) 10mm d plâtr =0,5W/(m.K) résistanc suprficill intériur ri=0,16 m².k/w résistanc suprficill xtériur r=0,02m².k/w On suppos qu la port possèd un résistanc thrmiqu surfaciqu idntiqu à cll ds murs. 1) Calculr la résistanc thrmiqu par unité d surfac du plafond ainsi qu du mur. 2) Sachant qu la tmpératur moynn au nivau du plafond st d 26 C t qu cll au nivau ds murs st d 20 C, calculr : a) La surfac du mur (plus port) t du plafond. b) La puissanc nécssair pour chauffr c garag, sachant qu la tmpératur xtériur st d 0 C. Exrcic N 3. Sachant qu l flux thrmiqu st d 4760W pour un mur d épaissur 15cm, d surfac 17m²,d tmpératur suprficill intériur 20 C t d tmpératur suprficill xtériur - 4 C. 1)Calculr la conductivité thrmiqu du matériau constituant l mur 2)Qul st l matériau constituant l mur? 3)Détrminr la résistanc thrmiqu du mur. Exrcic N 4. L schéma ci-dssous rprésnt la coup du mur xtériur d'un habitation : Briqus Polystyrèn Plâtr 1)Complétr l tablau suivant : F.Duhaml CFA-Lns- B.T.S S.C.B.H Pag N 5/8

6 Natur d la paroi Epaissur (m) (W/m.K) Résistanc thrmiqu Rou cofficint d isolation thrmiqu M (m².k/w) Extériur 0,06 Briqu 1,000 Polystyrèn 0,039 Plâtr 0,460 intériur 0,11 Cofficint d'isolation thrmiqu global : M= m 2.K/W. 2) Calculr l cofficint d transmission thrmiqu global K. (L résultat st à arrondir au millièm). 3) Calculr, n W, l flux thrmiqu travrsant un tl mur d'air S = 100 m2, lorsqu la tmpératur intériur st i = 19 C t la tmpératur xtériur x = 2,0 C. (L résultat st à arrondir au watt près, par xcès). Exrcic N 5. I) Pour isolr thrmiqumnt un mur n parpaings d'un habitation, on l rcouvr d'un plaqu d polystyrèn xpansé d 10 cm d'épaissur. Qull dvrait êtr l'épaissur d'un nduit n plâtr, placé sur c mêm mur n rmplacmnt du polystyrèn xpansé, prmttant d'obtnir la mêm isolation thrmiqu? On donn ls cofficints d conductibilité thrmiqu : polystyrèn = 0,039 W /(m. K) plâtr = 0,46 W/(m.K). 2) Parmi ls caractéristiqus ds 4 murs proposés ci-dssous, détrminr clui ou cux qui offrnt un millur isolation thrmiqu qu cll d'un mur dont l cofficint d'isolation thrmiqu (applé aussi résistanc thrmiqu, n tchnologi du bâtimnt) a pour valur M = 2,56 m2. K/W. Mur n 1 : cofficint d'isolation thrmiqu :M= 0,45 m2.k/w. Mur n 2 : cofficint d'isolation thrmiqu :M= 3,17 m2.k/w. Mur n 3 : cofficint d transmission thrmiqu : K= 0,35 W/(m2.K). Mur n 4 : cofficint d transmission thrmiqu: K= 0,58 W/(m2.K). Exrcic N 6. On souhait construir un chalt d vacancs ; pour cla, l'architct consulté propos dux solutions à ds prix différnts. La construction ayant liu n haut montagn, on s'intérss, dans un prmir tmps, à la résistanc thrmiqu total R ds cloisons ds murs. On xamin ls dux possibilités ci-dssous : 1r possibilité: maison à ossatur n bois dont la cloison st constitué d : 8 cm d pin maritim ; 10 cm d polystyrèn xpansé ; 4 cm d pannaux d particuls d bois xtrudés. 2 possibilité: Construction traditionnll dont la cloison st constitué d : 2 cm d mortir d'nduit ; 20 cm d parpaings ; 4 cm d polystyrèn xpansé; 5 cm d carraux d plâtr. Donnés :Conductivité thrmiqu util ( n W /m.. K) : pin maritim :0,15 polystyrèn xpansé :0,042 pannaux d particuls d bois xtrudés :0,16 mortir d'nduit :1,15 parpaing ou béton cavrnux :1,15 carraux d plâtr :0,70 Pour chaqu paroi, on prndra : ri + r = 0,17 m 2.K/W avc: ri = résistanc thrmiqu intériur à la cloison ; r = résistanc thrmiqu xtériur à la cloison. l) Calculr ls résistancs thrmiqus R1 t R2 ds cloisons dans chacun ds dux cas. 2) Calculr ls cofficints d transmission thrmiqu K1 t K2 corrspondants. 3) Qull st la paroi la plus isolant? F.Duhaml CFA-Lns- B.T.S S.C.B.H Pag N 6/8

7 Exrcic N 7. BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR Donnés : désign ls épaissurs ds différnts partis, R lurs résistancs thrmiqus. Rvêtmnt céramiqu : c = 10mm ; = 0,95 W/m2.K. Ls tmpératurs, n C, sont notés. Résistanc suprficill intériur: r i = 0,11 m2. K/W. Résistanc suprficill xtériur : r = 0,061 m2. K/W. Tmpératur intériur: i = 18 C. Tmpératur xtériur: = - 11 C. On néglig ls liaisons t ls résistancs thrmiqus d contact. I) Calculr la résistanc thrmiqu total R t d ctt paroi. 2) En déduir la dnsité d flux thrmiqu qui la travrs (n W/m 2 ) par unité d'air. 3) Calculr ls différnts tmpératurs qui règnnt à la surfac ds différnts miliux. Exmpls d cofficint d conductivité thrmiqu (W.m -1.K -1 ) Puissanc dissipé à travrs un sction d 1 m² ntr dux facs distants d 1m pour un différnc d tmpératur d 1K Cuivr 385 Granit 3,5 Eau 0,59 Chên 0,17 Lièg comprimé 0,1 Charm Glac ntr 2,33 Plxiglass 0,08 bois 20 t 0 C tndr Aluminium 230 Calcair 2,2 Air humid 0,59 Frên 0,16 Lièg xpansé 0,043 Erabl Fr 70 Béton plin 1,75 Plâtr sans granulats 0,5 Boulau 0,14 Lain d vrr 0,04 (armé) Plâtr 0,35 Pin Acir 52 Vrr 1,15 Plomb 35 Parpaing crux 1,05 PVC 0,2 Sapin 0,15 Polystyrèn xpansé 0,04 Briqu réfractair xtrudé 0,033 1 Bois Gaïac 0,19 Mélèz 0,12 Mouss d 0,030 polyuréthan Air sc 0,023 F.Duhaml CFA-Lns- B.T.S S.C.B.H Pag N 7/8

8 La paroi froid : Ls parois d un habitation mal isolé, donc froid, provoqunt ds snsations d inconfort. L corps ls rssnt à partir d un différnc d tmpératur d nviron 2 C d un point à un autr d un mêm pièc. Dans un habitation l humidité s dépos par fft d «parois froids» lorsqu ls surfacs ont lur tmpératur infériur au point d rosé, l humidité s condns. On constat l apparition d «bué» sur ls vitrs ds habitations, d humidité sur ls «parois froids». Ct fft d paroi froid s produit aussi lorsqu vous sortz un boutill du réfrigératur n été, la paroi d la boutill infériur n tmpératur au point d rosé d la pièc condnsra immédiatmnt l humidité qu ll rncontrra. En fait, il n y a pas u apport d au n sortant la boutill mais modification du rapport mélang ntr l air sc t l humidité suit à la présnc d un paroi froid. Pour supprimr l fft paroi froid on plac dans ls habitations ls radiaturs contr cs parois ou sous ls fnêtrs. L bois st un très bon isolant thrmiqu naturl, il st 6 fois plus isolant qu la briqu (voir tablau) Un surfac n bois n donn jamais l fft paroi froid comm l font l vrr, l acir ou l béton. Point d Rosé Tout air contint d la vapur d'au avc ds quantités variabls. L point d rosé indiqu la quantité d'humidité dans l'air. Plus l point d rosé st haut, plus la tnur n humidité d l'air à un tmpératur donné st élvé. Réciproqumnt, l point d rosé d l'air humid sra plus haut qu l point d rosé d l'air sc. La tmpératur du point d rosé st défini comm la tmpératur à laqull l'air dvrait s rfroidir (à la prssion constant t au contnu constant d vapur d'au) afin d'attindr saturation. Un état d saturation xist quand l'air contint la quantité maximum d vapur d'au possibl à la tmpératur t prssion xistants. La condnsation d la vapur d'au commnc quand la tmpératur d l'air st abaissé à son point d rosé t plus. L point d rosé, comm d'autrs msurs d'humidité, put êtr calculé à partir ds lcturs priss par un aréomètr. L point d rosé d'un air contnant 10 gramms par mètr cub d vapur d'au st d'nviron 11 C. Si l'air à ctt tmpératur contnait sulmnt 5 gramms par mètr cub d vapur d'au, son humidité srait d'nviron 50%. F.Duhaml CFA-Lns- B.T.S S.C.B.H Pag N 8/8

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 20 Les transferts thermiques dans un bâtiment

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 20 Les transferts thermiques dans un bâtiment FICHE Fich à dtination d nignant T 0 L tranfrt thrmiqu dan un bâtimnt Typ d'activité Activité avc étud documntair Notion t contnu du programm d T rm Compétnc xigibl du programm d T rm Tranfrt d énrgi ntr

Plus en détail

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE 1 Rappls sur l air humid L'air ambiant n'st jamais parfaitmnt sc ; il contint toujours un crtain quantité d'au. Air Humid = Air Sc + Vapur d'eau A prssion atmosphériqu,

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DE L ISOLATION THERMIQUE D UN PLANCHER BAS AVEC DALLE A PLOT. Société : COCHEBAT

DIMENSIONNEMENT DE L ISOLATION THERMIQUE D UN PLANCHER BAS AVEC DALLE A PLOT. Société : COCHEBAT DIMENSIONNEMENT DE L ISOLATION THERMIQUE D UN PLANCHER BAS AVEC DALLE A PLOT Société : COCHEBAT DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Srvic CLT Division HTO -FL/CR Dat 2006 N affair : Clint sul Vrsion 1

Plus en détail

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012 Mastr1 Géni ds Systèms Industrils U.E.: Capturs, Chaîns d msur 1 èr sssion 211-212 Cod Unité : 172 Cod épruv : 14977 Samdi 26 Mai 8H -1H Duré : 2 hurs Documnts t Calculatric autorisés Ls partis III t IV

Plus en détail

C.M.E.5.1 Comment économiser l énergie?

C.M.E.5.1 Comment économiser l énergie? C.M.E.5.1 Comment économiser l énergie? I) Énergie et puissance : rappels : L énergie E est la capacité d un système à produire du, de la ou de la. L unité légale d énergie est le joule (J), on mesure

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

Conduction à travers un mur plan homogène

Conduction à travers un mur plan homogène Conduction à travers un mur plan homogène I- Exemple d application: Calculer le flux traversant une vitre de 1 m² de surface et de 3,5 mm d épaisseur. La température de la face interne de la vitre est

Plus en détail

SERIE D EXERCICES 25 : THERMODYNAMIQUE : PREMIER PRINCIPE

SERIE D EXERCICES 25 : THERMODYNAMIQUE : PREMIER PRINCIPE Séri d xrcics 5 SERIE D EXERCICES 5 : HERMODYNAMIQUE : PREMIER PRINCIPE ravail mécaniqu ds forcs xtériurs d rssion. Exrcic : cas d un gaz. Soit un mol d gaz subissant un comrssion quasi statiqu t isothrm

Plus en détail

Baccalauréat S Métropole 20 juin 2013

Baccalauréat S Métropole 20 juin 2013 Baccalauréat S Métropol 0 juin 0 EXERCICE Commun à tous ls candidats 4 points Puisqu l choix d l arbr s fait au hasard dans l stock d la jardinri, on assimil ls proportions donnés à ds probabilités.. a.

Plus en détail

Nouveau tube. n ancien. tube. PEHD 0,008 0,008 Fonte ductile 0,012 0,014 Fonte 0,013 0,015 Acier 1,012 0,013

Nouveau tube. n ancien. tube. PEHD 0,008 0,008 Fonte ductile 0,012 0,014 Fonte 0,013 0,015 Acier 1,012 0,013 Ls applicatis ds systèms d canalisatis n polyéthylèn haut dnsité (PEHD) st variés ; lls ccrnnt ls industris du gaz, ds aux, du drainag t d l assainissmnt. L PEHD st l plus inrt chimiqumnt d tous ls matériaux

Plus en détail

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat Imaginarium Fstival Dossir partnariat ImaginariumFstival0DossirPartnariat L#mot#du#présidnt...3 L UTC#n#brf...4 Structur#d#la#manifstation...5 Résumé...5 Quand?...5 Où?...5 Pourquoicliu?...5 Notr#politiqu...7

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées Imposition ds rnts nrichis (ou sur risqus aggravés) non agréés Non sulmnt ls antécédnts médicaux d un prsonn puvnt-ils avoir un incidnc sur son spéranc d vi, mais ctt prsonn put aussi constitur un «risqu

Plus en détail

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE Sssion 200 Brvt d Tchnicin Supériur CONTRÔLE INDUSTRIEL t RÉGULATION AUTOMATIQUE U4 Instrumntation t Régulation Duré : 3 hurs Cofficint : 4 L utilisation d un calculatric réglmntair st autorisé. Calculatric

Plus en détail

COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL?

COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL? COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL? Un problème important dans le bâtiment est celui de l'isolation thermique. De nombreuses déperditions ayant lieu, il est important de les limiter

Plus en détail

FLUX ET RESISTANCE THERMIQUE Compétences et connaissances exigibles. Document 1 : Fiche descriptive de la laine de roche. Document technique

FLUX ET RESISTANCE THERMIQUE Compétences et connaissances exigibles. Document 1 : Fiche descriptive de la laine de roche. Document technique PARTIE COMPRENDRE CH20 TRANSFERTS THERMIQUES FLUX ET RESISTANCE THERMIQUE Compétences et connaissances exigibles Notions de système et d énergie interne. Interprétation microscopique. Capacité thermique.

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

Chauffe-eau / Ballon 2015

Chauffe-eau / Ballon 2015 Chauff-au / Ballon 2015 EiThrm GmbH Burau principal La Librté CH-6010 Krins TVA: CHE-115.712.110 MWST numéro d ntrpris: CH-100.4.791.469-2 EiThrm GmbH Ticino Via Cantonal 2 CH-6946 Pont Capriasca Mobil

Plus en détail

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS Un résau d ntrpriss tournés à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS «Dpuis plus d 3 décnnis, l résau d n Franc réalis partout n Franc plusiurs cntains d surélévations t aménagmnts d combls par an. Aujourd

Plus en détail

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé Séri n 3 d Elctrocinétiqu : Régim sinusoïdal forcé Exrcic n 1 : Résonanc n tnsion d un circuit RLC parallèl 1.\ Détrminr l équation différntill qui régi l évolution d u(t). 2.\ Exprimr l amplitud complx

Plus en détail

Performances d une machine frigorifique à éjecto-compression utilisant l énergie solaire à basse ou moyenne température

Performances d une machine frigorifique à éjecto-compression utilisant l énergie solaire à basse ou moyenne température Prformanc d un machin frigorifiqu à éjcto-comprion utiliant l énrgi olair à ba ou moynn tmpératur Latra BOUMARAF 1, André LALLEMAND 1 LR3MI, Départmnt d Mécaniqu, Univrité d Annaba, BP 1, 3 Annaba, Algéri

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire L transistor bipolair L'objt d c documnt st d'apportr ls connaissancs t ls méthods nécssairs à la concption d'un étag amplificatur à bas d transistor. On s limitra à l'étud t à l'utilisation du transistor

Plus en détail

Bienvenue dans notre LES. Sommaire

Bienvenue dans notre LES. Sommaire S volts Binvnu dans notr univrs Volt. Bsoin d nouvaux volts qu vous manœuvrrz d un simpl gst sur un télécommand? Assz d ls poncr t lasurr tous ls ans? Vous préférz l PVC? aluminium? Détndz vous t vnz découvrir

Plus en détail

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010 Exrcic 1 : Répartition t disprsion ds salairs Soint ls salairs dans trois ntrpriss A, B t C : 1175 1400 1900 2600 2800 2100 1) Calculr dans chaqu cas l salair moyn t l salair médian 2) Qull st la part

Plus en détail

Exercice 1 :(15 points)

Exercice 1 :(15 points) TE/pé TL Elémnts d corrction du D. n 2 du Vndrdi 2 0ctobr 2012 sans documnt, avc calculatric 1h1min Ercic 1 :(1 points) À l occasion d un fstival culturl, un agnc d voyags propos trois typs d transport

Plus en détail

Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations

Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations Thème : COMPRENDRE Type de ressources : Activités Documentaires Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan Rvu ds Enrgis Rnouvlabls ICRESD-07 Tlmcn (2007) 179 186 Etud du couplag d un distillatur solair avc un captur plan Z. Haddad *, A. Chakr t N. Boukrzaza Laboratoir d Physiqu Enrgétiqu, Univrsité Mntouri,

Plus en détail

Fiche technique sur les fenêtres insonorisantes

Fiche technique sur les fenêtres insonorisantes Oic ds ponts t chaussés du canton d Brn Protction contr l bruit routir Ritrstrass 11, 3011 Brn 031 633 35 11 Fich tchniqu Fnêtrs insonorisants Mars 2014 4 édition Fich tchniqu sur ls nêtrs insonorisants

Plus en détail

Thème 5. Corps purs et changements d état physique

Thème 5. Corps purs et changements d état physique hè 5 Cors urs t changnts d état hysiqu Qustionnair On chauff un élang d au t d glac à C : la tératur du élang augnt la tératur diinu la tératur n vari as On cori un élang d au t d vaur d au initialnt à

Plus en détail

OK Evaluation finale. Clause entièrement mentionnée telle quelle

OK Evaluation finale. Clause entièrement mentionnée telle quelle Référntil pour ntrpriss d installation/concption d pomps à chalur voir fuill d calcul: "notic xplicativ" pour plus d précisions EVALUATION DE L'ENTREPRISE D'INSTALLATION Rnsignmnts généraux Entrpris d

Plus en détail

Les calculatrices sont interdites

Les calculatrices sont interdites CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES Ls calculatrics sont intrdits L épruv st composé d dux problèms indépndants décrivant ls princips physiqus d dispositifs vibrants (microphons t sismograph). Il st consillé

Plus en détail

Vitrages extérieurs collés

Vitrages extérieurs collés Commission chargé d formulr ds Avis Tchniqus Group spécialisé n Constructions, façads t cloisons légèrs Vitrags xtériurs collés Cahir ds prscriptions tchniqus C documnt annul t rmplac l Cahir du CSTB 330,

Plus en détail

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Troisième session ANNEXES 2 octobre 2009 SOMMAIRE Annexe 1 - Evolution

Plus en détail

B!m(bwbou.hbsef!eft! ofshjft!ev!gvuvs

B!m(bwbou.hbsef!eft! ofshjft!ev!gvuvs Mb!Ibvuf.Tbjoupohf B!m(bwbou.hbsf!ft! ofshjft!v!gvuvs Edition 2011!!!!!!!!!!!!!!Qfstqfdujwft!!!!!!!S vttjuft!!!!!!!joopwbujpo Fofshjft www.haut-saintong.com Edito Au nivau mondial, il y a trois mois ncor,

Plus en détail

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 1: Bases de la mécanique quantique

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 1: Bases de la mécanique quantique MECANIQUE QUANTIQUE Chapitr 1: Bass d la mécaniqu quantiqu Pr. M. ABD-LEFDIL Univrsité Mohammd V-V Agdal Faculté ds Scincs Départmnt d Physiqu, LPM Anné univrsitair 007-08 08 Filièrs SM 3-SMI 3 3 1 Introduction

Plus en détail

Acquisition, analyse et traitement de signaux : bruit et mesures

Acquisition, analyse et traitement de signaux : bruit et mesures Acquisition, analys t traitmnt d signaux : bruit t msurs Rédaction du cours t travail xpérimntal associé : Jan-Baptist Dsmoulins (P.R.A.G.) mail : dsmouli@physiqu.ns-cachan.fr Notions fondamntals abordés

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Francine Wegmueller 30 mai 2012 Table des matières Du dossier de mise à l enquête au chantier Exemples Coefficients U Ponts thermiques Pare-vapeur Etanchéité

Plus en détail

CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE

CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Utiliser et exploiter un logiciel de modélisation.

Plus en détail

PARTIE ADMINISTRATIVE : 2 CONTEXTE DU PROJET : 3 DESCRIPTION PHYSIQUE DU BATIMENT : 3 COMPOSITION DES PAROIS : 4 MENUISERIES : 5 EQUIPEMENTS : 6

PARTIE ADMINISTRATIVE : 2 CONTEXTE DU PROJET : 3 DESCRIPTION PHYSIQUE DU BATIMENT : 3 COMPOSITION DES PAROIS : 4 MENUISERIES : 5 EQUIPEMENTS : 6 Tél. : 09 81 06 36 97 Fax : 09 81 70 75 67 L «e-home» 5 rue de l ile aux plaisirs 89000 AUXERRE Mail : info@abamo.fr Site : www.abamo.fr Pour votre projet durable. Table des matières PARTIE ADMINISTRATIVE

Plus en détail

Audit énergétique maison individuelle

Audit énergétique maison individuelle Exemple d'audit réalisé Maison individuelle NANTES Etude structurelle puis détaillée du bâti. Examen des équipements. Contexte Logement de 1971 nécessite une rénovation globale Shab : 245 m2 / 2 niveaux

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE

ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE Rapport réalisé par ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE Réhabilitation et extension de la maison Bailleul à Toulouse ville, Maison Bailleul

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2010 Ce fichier nu m é r i q u e ne peut être repr o d u i t, représe

Plus en détail

Chapitre1 IDENTIFICATION DE LA MATIERE ET DE L ENERGIE

Chapitre1 IDENTIFICATION DE LA MATIERE ET DE L ENERGIE Chapitr1 IDENTIFICATION DE LA MATIERE ET DE L ENERGIE L univrs physiqu résult d dux composants fondamntals, à savoir : la matièr t l énrgi. I. IDENTIFICATION DE LA MATIERE La matièr st la substanc qui

Plus en détail

Contre-cloisons CARREAUX PF3

Contre-cloisons CARREAUX PF3 Doublages isolants Prescription Doublages isolants thermiques PRÉGYSTYRÈNE Th38 78 PRÉGYRÉTHANE 3 8 Doublage isolant thermique et acoustique PRÉGYMAX 3 80 Quantitatifs DOUBLAGES PRÉGY ------------------------------------------------------------

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

Matière et matériaux

Matière et matériaux Matièr t matériaux Bloc 1 : Un univrs d particuls Duré : 3 hurs Princips scintifiqus Ls princips scintifiqus s adrssnt aux nsignants t aux nsignants. Théori particulair Ls six postulats d la théori particulair

Plus en détail

Véranda / Préau / SaS d entrée Fermeture de balcon brise-vent / loggia. Une

Véranda / Préau / SaS d entrée Fermeture de balcon brise-vent / loggia. Une Véranda / Préau / SaS d ntré Frmtur d balcon bris-vnt / loggia i v n Un c a p s d! r U s m sur ÉdiTO VÉRanda PRÉaU SaS d EnTRÉE BaLcOn E d E R U T E M R FE BRISE-VEnT LOGGIa SOcIÉTÉ VEndÉEnnE créée En

Plus en détail

GÉRER LES DIFFÉRENCES

GÉRER LES DIFFÉRENCES COURSE DE DURÉE L'nsignmnt d la cours d duré n EPS rst problématiqu : commnt prndr n compt la divrsité ds élèvs n trm d possibilités physiqus, mais aussi d motivation, d'attituds, d'attnts t d nivaux d'ngagmnt,

Plus en détail

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs Fich intrprétativ 00 Transfrt d travaillurs. Princip. A. Txt d loi. a. Décrt du 9//04 rlatif à l agrémnt t à l octroi d subvntions aux ntrpriss d insrtion. Art. 6. r. L Gouvrnmnt put dérogr à l articl

Plus en détail

FORCE PRESSION CHAMP MAGNETIQUE...

FORCE PRESSION CHAMP MAGNETIQUE... OCE PEON CHAMP MAGNETQUE 1)Efft Pizzo Elctriqu Un forc appliqué à un lam d quartz induit un déformation qui donn naissanc à un tnsion élctriqu - CAPTEU À EET PÉZOÉLECTQUE 1- Efft piézoélctriqu Un forc

Plus en détail

Thierry Gallauziaux David Fedullo. thermique. Groupe Eyrolles, 2011. ISBN : 978-2-212-13204-5

Thierry Gallauziaux David Fedullo. thermique. Groupe Eyrolles, 2011. ISBN : 978-2-212-13204-5 Thierry Gallauziaux David Fedullo La L isolation plomberie thermique Groupe Eyrolles, 2011. ISBN : 978-2-212-13204-5 Pourquoi isoler? POURQUOI ISOLER? La question de l isolation des bâtiments peut paraître

Plus en détail

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur Isolation UN PEU DE THÉORIE L isolation de la maison a deux fonctions : réduire les dépenses de chauffage et accroître le confort de la maison. Pour savoir quoi et comment isoler, quelques notions théoriques

Plus en détail

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE NOTE D INFORMATION TECHNIQUE Concernant l installation des vérandas concernées par la RT 2012 en maisons individuelles Cette note a été établie à partir des textes réglementaires suivant : - Arrêté du

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

air p (t) T ext = 2 C V = m 3 h = 10 m l = 30 m

air p (t) T ext = 2 C V = m 3 h = 10 m l = 30 m Problèm : Stockag intr saisonnir d chalur. (Thèm : équation différntill du 1 r ordr, résolution xact t avc GoGbra) L résau d chalur d la vill d Marstal au Danmark utilis 33 000 m² d capturs solairs thrmiqus

Plus en détail

Séminaire Relations et Soutenabilité (Vincent Rigassi, Jean-Marc Huygen, Heinrich Thielmann, Anne Chatelut, Andelkader Ben Saci + invités)

Séminaire Relations et Soutenabilité (Vincent Rigassi, Jean-Marc Huygen, Heinrich Thielmann, Anne Chatelut, Andelkader Ben Saci + invités) M1CV2 > Confort thermique et lumineux Enseignants : Nicolas REMY et Jean-Baptiste VIALE Cours Cours 1 et 2 : Mardi 12 Octobre de 8h à 12h Cours 3 et 4 : Mardi 26 Ocotbre de 8h à 12h Cours 5 : Mardi 16

Plus en détail

BIENVENUE DANS VOTRE MAISON PASSIVE. Le mode d emploi pour bien vivre votre logement

BIENVENUE DANS VOTRE MAISON PASSIVE. Le mode d emploi pour bien vivre votre logement BIENVENUE DANS VOTRE MAISON PASSIVE L mod d mploi pour bin vivr votr logmnt C EST QUOI UNE MAISON PASSIVE? UNE CONCEPTION INTELLIGENTE POUR UNE CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE MAÎTRISÉE Habitat 44 a choisi d

Plus en détail

Calculs et bilan des déperditions thermiques

Calculs et bilan des déperditions thermiques Calculs et bilan des déperditions thermiques Calculer les déperditions thermiques c'est déterminer la quantité de chaleur à fournir pour le chauffage d'une pièce à température donnée. Cette chaleur fournie

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION 1) définition de la conduction La conduction est le mode de propagation de l'énergie thermique à travers la matière. Elle se produit par contact entre les particules

Plus en détail

Correction feuille TD 3 : probabilités conditionnelles, indépendance

Correction feuille TD 3 : probabilités conditionnelles, indépendance Univrsité d Nic-Sophia Antipolis -L2 MASS - Probabilités Corrction fuill TD 3 : probabilités conditionnlls, indépndanc Exrcic Dans ct xrcic, nous supposons pour simplir qu ls yux d'un êtr humain sont soit

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat - Td 2 - Température dans un vitrage teinté exposé au soleil Un vitrage de grande surface S d épaisseur L = 0 [mm] et de conductivité λ = [W.m.K ], teinté dans la masse, recoit

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux

GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux Les Besoins Gestion des Apports Solaires Les Systèmes La Synthèse Site Climat & Ressources Ventilation QAI Typologie Bâtiment & les usages Isolation Thermique

Plus en détail

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique PAGE 1 DE 10 SOUS / Objectif Énoncer les différents procédés de chauffage (direct et indirect). Énoncer les principes de fonctionnement. Identifier les éléments constitutifs. Savoir technologique visé

Plus en détail

Transferts thermiques

Transferts thermiques IUT d St Dnis Départmnt Géni Industril t Maintnanc Modul THERMb (S2) Transfrts thrmiqus corrction ds xrcics Exrcic 1 01 01 01 01 01 01 01 01 01 01 01 isolant Flux thrmiqu00 11 Flux thrmiqu Rsistanc lctriqu

Plus en détail

Eléments de toiture en béton (TT) Willy Naessens 75

Eléments de toiture en béton (TT) Willy Naessens 75 Elémnts d toitur n éton (TT) Willy Nassns 75 Dscription énéral Pourquoi choisir ls lmnts d toitur n éton s élémnts d toitur n éton précontraint sont formés par 3 nrvurs spacés d 800 mm d ax n ax, rliés

Plus en détail

Manuel Bauer Flourentzos Flourentzou Remerciements à Marco Ragonesi RSP

Manuel Bauer Flourentzos Flourentzou Remerciements à Marco Ragonesi RSP L enveloppe du bâtiment Minergie P Minergie ZH-007-P Minergie BE-001-P-ECO Minergie ZH-002-P-ECO Minergie ZH-002-P Minergie SG-001-P Minergie ZH-003-P-ECO Manuel Bauer Flourentzos Flourentzou Remerciements

Plus en détail

BTS - groupement B - novembre 2008 - Nouvelle Calédonie

BTS - groupement B - novembre 2008 - Nouvelle Calédonie BTS - groupmnt B - novmbr 8 - Nouvll Calédoni Ercic Ls partis A, B t C sont indépndants. points Un ntrpris produit n grand séri ds véhiculs élctriqus équipés d battris au nicklcadmium. On s propos d étudir

Plus en détail

La correction acoustique

La correction acoustique Chapitre 9 Sciences Physiques - BTS La correction acoustique 1. Le traitement acoustique. Le traitement acoustique d une salle est l ensemble des opérations qui contribuent à la rendre apte à son utilisation

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. Par François TURLAND & Bernard LORIOT

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. Par François TURLAND & Bernard LORIOT LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 Par François TURLAND & Bernard LORIOT Séminaire Technique UMF Malte Nov.2012 CONTETE Les consommations d énergie en France Industrie 21% Autres 5% Transport 31% Bâtiment

Plus en détail

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005 THERMIQUE RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE Construire une maison bien isolée et faiblement consommatrice d énergie est devenu une priorité. Les systèmes constructifs en béton sont d ores et déjà prêts

Plus en détail

Etude Thermique RT 2012 Notice Thermique. Mr Jacky & Mme Garguilo Chemin de la Poussaraque 13720 Belcodène

Etude Thermique RT 2012 Notice Thermique. Mr Jacky & Mme Garguilo Chemin de la Poussaraque 13720 Belcodène Etude Thermique RT 2012 Notice Thermique Mr Jacky & Mme Garguilo Chemin de la Poussaraque 13720 Belcodène ARCHITECTE : Armand REBUFFAT 10, avenue de la Libération 13720 La Bouilladisse BUREAU D'ETUDES:

Plus en détail

Design and Optimization of the Ceramic Window Geometry for the 20 KW 352 MHz Fundamental Power Coupler For Spoke and Half Wave Resonator Cavities

Design and Optimization of the Ceramic Window Geometry for the 20 KW 352 MHz Fundamental Power Coupler For Spoke and Half Wave Resonator Cavities Dsign and Optimization of th Cramic Window Gomtry for th 2 KW 352 MHz Fundamntal Powr Couplr For Spok and Half Wav Rsonator Cavitis Christoph Milot IV ETUDE DU COUPLEUR DE PUISSANCE L couplur st chargé

Plus en détail

Etude et Analyse de la Combustion Turbulente dans un Moteur Alimenté en Gaz Naturel

Etude et Analyse de la Combustion Turbulente dans un Moteur Alimenté en Gaz Naturel Rv. Enrg. Rn. Vol.3 ( 93-13 Etud t Analys d la Combustion Turbulnt dans un Motur Alimnté n Gaz Naturl F. Harouadi t S. Boulahrouz* nstitut d Géni Mécaniqu, Cntr Univrsitair d Gulma, B.P 41, Gulma 4 nstitut

Plus en détail

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Quelques rappels sur la RT2012 et le projet de RT2020. RT2012 et RT2020 :

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

L OUTIL BOND GRAPH POUR LA MODELISATION DES SYSTEMES MECATRONIQUES

L OUTIL BOND GRAPH POUR LA MODELISATION DES SYSTEMES MECATRONIQUES L OUTIL BOND GRAPH POUR LA MODELISATION DES SYSTEMES MECATRONIQUES A. NAAMANE La Mécatroniqu Ls bond graphs Pourquoi? Outil d modélisation prformant ; Prmt d bin comprndr ls transfrts d puissanc ; Put

Plus en détail

OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE

OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE 1 OBJET L objet du présent document est l analyse et l optimisation de la thermique d'hiver d un projet de construction de maison individuelle à ossature

Plus en détail

RT2012. La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT

RT2012. La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT RT2012 La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT RT2012 1974 : premier choc pétrolier. La France prend conscience de la nécessité d économiser ses ressources énergétiques.

Plus en détail

Evolution de l étanchéité des enceintes de confinement en béton dans les centrales nucléaires.

Evolution de l étanchéité des enceintes de confinement en béton dans les centrales nucléaires. ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Parti D TITRE : Evolution d l étanchéité ds ncints d confinmnt n béton dans ls cntrals nucléairs. Tmps d préparation :...2 h 15 minuts Tmps d présntation dvant l jury :.10 minuts

Plus en détail

Travaux publics et Services gouvernementaux Canada. Solicitation No. - N de l'invitation

Travaux publics et Services gouvernementaux Canada. Solicitation No. - N de l'invitation Public Works and Govrnmnt Srvics Canada Travaux publics t Srvics gouvrnmntaux Canada RETURN BIDS TO: Titl - Sujt RETOURNER LES SOUMISSIONS À: RAP Furnitur Bid Rciving Public Works and Govrnmnt Solicitation

Plus en détail

Montage sur Fourreaux metalliques F 530

Montage sur Fourreaux metalliques F 530 DOCUMENT TECHNIQUE Montage des Films Chauffants Page 1/8 Les films chauffants sont composés de deux parties distinctes : La bande active au centre du Film chauffant bordée de deux électrodes. Les bandes

Plus en détail

BÂTI-SUPPORT GRANIT AUTOPORTANT INSTALLATION

BÂTI-SUPPORT GRANIT AUTOPORTANT INSTALLATION 3 BÂTI-SUPPORT GRANIT AUTOPORTANT INSTALLATION Ce montage n'étant pas prévu dans la norme XP D 12-208, il ne peut pas être certifié NF. Il est toutefois garanti par le fabricant Installation adossée à

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS. Après le 01/01/1948

LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS. Après le 01/01/1948 LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS Concerne les bâtiments terminés Après le 01/01/1948 Vendredi 24 avril 2009 ASTI 38950 St Martin le Vinoux a.s.t.i@orange.fr Gérard Maubleu le 20/04/2009

Plus en détail

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air Le point sur La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air Bâtiment isolé thermiquement Bâtiment étanche à l air La chaleur est conservée Bâtiment avec ventilation efficace Objectif

Plus en détail

FR Technologie CELLO

FR Technologie CELLO Tchnologi CELLO FR LG a mis NON 2 sur l marché, avc la tchnologi CELLO, nouvau dévloppmnt tchnologiqu qui augmnt ls prformancs t la fiabilité. Jusqu'à 320 W 300 W Tchnologi CELLO Cll Connction Elctrically

Plus en détail

thermique Rénover sa maison > 250 une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans

thermique Rénover sa maison > 250 une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans La rénovation thermique > 250 Rénover sa maison > 250 pour une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans < 88 Les réglementations thermiques successives ont permis l amélioration

Plus en détail

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Ce guide est une introduction à l isolation thermique du bâtiment. Il permet de saisir les principales notions techniques entourant

Plus en détail

PERFORMANCES ACOUSTIQUES :

PERFORMANCES ACOUSTIQUES : FICHE CONSEIL N 10 PERFORMANCES ACOUSTIQUES : LES BONNES PRATIQUES DE MISE EN ŒUVRE. La performance acoustique des ouvrages en plaques de plâtre (cloison, contre-cloison, plafond) dépend non seulement

Plus en détail

Doublages isolants. Description. 02 Doublages isolants C02 001 a

Doublages isolants. Description. 02 Doublages isolants C02 001 a 02 Doublages isolants Doublages isolants Description Les plaques techniques pouvant être utilisées en parement des complexes sont : Placomarine, PlacoPremium, Placomarine Premium, Placo Phonique et Placo

Plus en détail

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013 Les 2 Rencontres Nationales 25 & 26 juin 2013 DTU 25.41 et 25.42 DTU 25.41 Définition de la constitution des cloisons et contre-cloisons selon le type de local Ce paragraphe précise la constitution des

Plus en détail

Le confort d été en construction ossature bois. Lempdes, le 7 octobre 2011 Franck JANIN

Le confort d été en construction ossature bois. Lempdes, le 7 octobre 2011 Franck JANIN Le confort d été en construction ossature bois Lempdes, le 7 octobre 2011 Franck JANIN Présentation d'heliasol Etudes et conseil en thermique du bâtiment et énergies renouvelables Spécialisé en passif

Plus en détail

f n (x) = x n e x. T k

f n (x) = x n e x. T k EXERCICE 3 (7 points) Commun à tous ls candidats Pour tout ntir naturl n supériur ou égal à, on désign par f n la fonction défini sur R par : f n (x) = x n x. On not C n sa courb rprésntativ dans un rpèr

Plus en détail

LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT. www.lausanne.ch/sil

LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT. www.lausanne.ch/sil LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT.lausann.ch/sil Il st vrt t il fait l bin autour d vous : l FEE Pour financr ds projts d économis d énrgi ou d dévloppmnt ds énrgis rnouvlabls, ls Srvics industrils d Lausann

Plus en détail

Cadre de la Méthode Complexe

Cadre de la Méthode Complexe Supplént XS 5 / M5 égi Sinusoïdal Forcé Fuill /3 adr d la Méthod oplx xrcic : ircuit n Sinus Forcé Soit l circuit séri suivant :. tud tporll n régi continu : On sout l circuit à un sourc d tnsion constant..

Plus en détail