Monnaie et financement de l économie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Monnaie et financement de l économie"

Transcription

1 Monnaie et financement de l économie I. Monnaie, masse monétaire création monétaire, devises A. Les différents aspects de la monnaie Monnaie = Instrument d échanges qui permet ds une éco donnée l achat immédiat d un B sans coût de recherche ni coût de transaction et qui conserve sa valeur nominale entre 2 échanges. C est à la fois un B privé (appropriable par les agents éco), et un B collectif ( permet le fctionnement du syst des paiements ) C est aussi un élément du patrimoine ( fct réserve de valeur) Les fonctions de la monnaie : Instrument de paiement ( à pv libératoire, immédiat et général), réserve de valeur (permet rupture de l (X) et sert de réserve entre 2 transact ), unité de compte (étalon de valeur) Les avantages de la monnaie : L existence de la monnaie permet : - Aug la possibilité des échanges et diminue les coûts de transaction. - + grde spécialisation, puisqu elle facilite les échanges. - De simplifier le système des prix. - Un chgt d unité de compte (ex : passage du Fr à l Euro) ne modifie pas les rapports d (X) entre les B. il ne peut pas y avoir de généralisation des échanges marchands sans monnaie. La capacité de la monnaie à remplir ses fct repose sur la confiance des agents éco : Cela suppose la stabilité de sa valeur. Cette confiance repose en partie sur la garantie des autorités publiques (Etat BC). Les 3 formes de la monnaie : billets, pièces, scripturale : - Billets = monnaie fiduciaire monnaie fidu + monnaie divisio - Pièces = monnaie divisionnaire = «monnaies officielles légales» - Monnaie scripturale = DAV ( provision sur des comptes en banques immédiatement disponibles) + instruments de circulation ( chèques, CB ( CB n est pas de la monnaie). => «monnaie de bqe» => Cette monnaie est matérialisée par une écriture ds des comptes tenus par la banque émettrice de cette forme de monnaie. Elle est crée par les bqes commerciales. B. La masse monétaire et sa mesure La mesure de la masse monétaire sert à évaluer la capacité de dépense des ANF. Masse monétaire : Elle est composée des actifs liquides détenus par les ANF ( ménages et ent, surtt) Les actifs liquides : > Ils st disponibles immédiatement comme moyens de paiement ( ou rapidement) avec un risque faible ou nul de perte de valeur nominale. > Ce st : la monnaie, d autres actifs liquides ( substituts proches bénéficiant d un rendement financier) En pratique, Ce st surtt des créances ou placements à vue et à court terme ( des ANF) rémunérés

2 > On distingue : - Actifs liquides non négociables trad. : placement à vue ou à court terme auprès des IF ss forme de dépôts ou comptes rémunérés ( en général à des tx d intérêts réglementés). Leur convertibilité en moyens de paiements se fait par remboursement par les IF. Leur formes actuelles st les comptes à vue ( les DAV n en st pas car ils st assortis de chéquiers.. Ce st plutôt, par ex, les Livret Jeunes..), comptes à terme ( dépôt à terme), titres non négociables ( bons du Trésor sur formule). Dépôt à terme : Dépôt à échéance fixe. Dépôt à vue : Dépôt qui peut être retiré à nʹimporte quel moment et nʹest assorti dʹaucune échéance fixe. Bons du Trésor : Placements à court terme très sûrs, émis par le gouvernement fédéral et certaines provinces. En fait, Les gvt émettent des bons du Trésor en très grosses coupures que les banques et les courtiers en valeurs mobilières fractionnent et vendent aux épargnants. Qd on achète un bon du Trésor, on le paye un px inférieur à sa valeur nominale (Ce st certes un gain en K, mais ils st imposables à 100%). - Actifs liquides négociables : Placemts à CT en titres négociables sur le mé des K. - Ont un rendement financier de marché - St convertibles en moyens de paiement par NEGOCIATION sur un marché Leur formes actuelles st les titres de créance négociables (TCN) émis par des institut financières, titres d OPCVM monétaires. OPCVM : organismes de gestion de portefeuilles investis en titres à + ou courte échéance de remboursement. On distingue les SICAV (stés d I à K variable) et les FCP (fonds communs de placements). Pr se financer, ces organismes émettent des parts qui st souscrites par les ANF. Les actifs non liquides : Pas de dispo rapide ou risque de perte de valeur nominale. En pratique ce st des placements à MT ou LT Leur durée d immobilisation ou le risque qui les caractérise => rému > à celle des actifs liquides (intérêts, dividendes ou plus values en K) Leur formes actuelles : Actifs non négociables : épargne contractuelle (plans d épargne logement, livrets d épargne..)/ Actifs négociables : obligations, actions, titres d OPCVM non monétaires Les agrégats monétaires : Les autorités monétaires ont défini depuis 1999 différents indicateurs statistiques de la capacité de dépense des ANF résidents. Il y en a 3. Leur contenu est définit par la BCE : Ces st des regroupements conventionnels classant du + liquide au moins liquide toutes les formes de monnaies comprises dans la masse monétaire. ( ceci selon 3 niveaux qui s imbriquent ) Masse monétaire = (ensemble des moyens de paiement en circulation ds une éco) *M1 = Agrégat étroit : monnaie fiduciaire, monnaie divisionnaire, montant des comptes à vue ( retirable à tt moment). Dc. M1 = Ens des moyens de paiement. *M2 = Agrégat intermédiaire : produits de l épargne qui ne st pas de la monnaie mais peuvent être rapidement converti en monnaie. Soit (M2) = (M1) + Codevi + compte épargne logement (soit, les dépôts à court terme d une durée < à 2 ans et les dépôts remboursables avec des préavis < à 3 mois) *M3 = Agrégat large : M2 + les actifs financiers ne comportant peu de risques en K et

3 aisément transformables en moyens de paiement. C est-à-dire par exemple, les titres d OPCVM monétaire et les titres de créance d une durée < à 2ans. C est dc : (M2) + dépôt à terme ( fonds déposés ki ne peuvent ê retirés qu après un certain délais) NB : Codevi = Compte de Développement Industriel, soit un compte d épargne pr les ent. En fait, on distingue : monnaie au sens strict (= moyen de paiement) et masse monétaire (= moyens de paiement + actifs qui ont la capacité d ê transformés..) Difficulté ds délimitation de la masse monétaire : frontière floue entre actifs liquides et non liquides. Cela concerne essentiellement M3 et pose la question de la pertinence des indicateurs de masse monétaire : hésitations entre M2 et M3. => Dû à la double fct de la monnaie : réserve et moy. Paiement Les agrégats servent au calcul de la vitesse de circulation de la monnaie => traduit le cpmt des ANF en matière de dépense et de placement. Mesure la + courante = vitesse-revenu : V = PIB / MM Elle peut aussi prendre les 3 formes : PIB/M1, PIB/M2, PIB/M3 C. La création monétaire Création et destruction Suppose opérations entre un ANF et une Bqe. Consiste en la transformation d une créance non monétaire en moyen de paiement. La monétarisation d une créance peut passer par : * crédit d une bqe à un ANF MAIS tt crédit n est pas source de création monétaire * acquisition de titres par une bqe à un aanf * acquisition de devises étrangères par une bqe à un ANF La destruction monétaire se fait lors du remboursement d un crédit par le bénéficiaire, d un titre d emprunt arrivé à échéance ou lors de la vente de devises par une bqe à un ANF Création monétaire nette = création destruction Pouvoir de la création monétaire Il revient aux bqes et AF par des opérations avec les ANF. ANF => détenteurs de placements financiers / bénéficient de placements financiers AF => reçoivent des placements financiers et distribuent des financements Au sein des AF (ou intermédiaires financiers, IF), on distingue : *IF bancaires : créent la monnaie. Ex : bqes, S bancaires de la Poste et du Trésor Public *IF non bancaires : ne créent pas de monnaie. Ex : Stés de crédit à la conso, OPCVM.. RQ : L Etat est à la fois ANF ( produit S non md financés par ressources fiscales) et AF (C est le Trésor public ( fourni moyens de paiements aux APU en utilisant fonds collectés, en empruntant, ou en recourant à la création monétaire opérée pr son compte). Les sources de la création monétaire D Contreparties des la monnaie : Ce st les sources de la MM, elles indiquent son origine. => Ensemble des créances détenues par le système bancaire en contrepartie desquelles est créée la monnaie. On distingue 3 types de contreparties : 1- Créances sur l éco : Crédits aux ANF autres que l Etat. Cette contrepartie permet de mesurer la création monétaire induite par les besoins des ANF. Source principale de la création monétaire 2- Créances sur l Etat : Cette contrepartie permet d appréhender la création monétaire induite

4 par l endettement des APU et not de l Etat. 3- Contreparties extérieures : Cette contrepartie permet d appréhender la création monétaire induite par les échanges extérieurs en cas d excédent, résultant des opérations des ANF résidents avec le RDM. Au contraire, ces opérations peuvent être à l origine d une destruction de monnaie ds le cas d un déficit (sortie nette de devises.) La circulation de la monnaie Syst bancaire = système hiérarchisé. L activité bancaire est limitée par les désirs d endettement des ANF, par la multiplication des réseaux bancaires et par les relations avec l extérieur. La circulation des moyens de paiement entre les banques Celle-ci implique l intervention d un organisme de compensation : la BC. Elle s opère à travers un compte nécessairement créditeur que les banques détiennent obligatoirement à la BC. Les provisions sur ces comptes s appellent monnaie centrale. C est à travers ce compte que les banques peuvent obtenir des billets émis par la BC pr répondre aux besoins des ANF. Les fuites d une monnaie hors de son circuit st de 2 types - autonomes : elles st liées au fctionnement normal d un système de paiement. Elles résultent de paiement entre banques différentes, de D de billets, de paiements en devises. - institutionnelles : elles st liées à des obligations émanant des BC, c est-à-d les réserves obligatoires. Celles-ci = dépôts obligatoires des banques à la BC correspondant à un % de leur passif à court terme (DAV, placements...). Ces RO entraînent un manque à gagner car elles ne st pas rémunérées (ou très peu). Elles peuvent aussi conduire à limiter l octroi de crédit. Les fuites limitent la possibilité de création monétaire des Bqes car elles entraînent souvent un refinancement couteux. Le refinancement Les doivent tjs pv faire face à une D de la clientèle qui désire retirer ses fonds. Qd elles ont un besoin de liquidités, elles doivent procéder au refinancement : - Soit par l intermédiaire de la BC : mais les liquidités qu elle fournit ont un coût => coût de refinancement. C est-à-d que la BC pratique un certain tx d intérêts en fct de la pol monétaire à mener : Elle peut aug ou réduire ce tx pr inciter ou non à l octroi de crédit. - Soit par le marché monétaire : Quotidiennement, l ens des banques se retrouvent sur le marché monétaire pr s échanger leurs besoins et leurs déficit de monnaie banque centrale. La monnaie centrale et le rôle de la BC La monnaie centrale - Elle est constituée par des dépôts (comprenant les réserves oblig.) des IF sur des comptes à la BC.

5 - Elle apparaît dc surtt sous forme de monnaie scripturale (au passif de la BC) - Elle est créée par la BC à l usage des IF. On l appelle aussi monnaie interbancaire. - Attention : Ne pas confondre avec la monnaie «de banque centrale». Celle-ci comprend, en + de la monnaie centrale, les billets en circulation et la monnaie divisionnaire. - La monnaie centrale ne fait pas partie de la masse monétaire. Le rôle de la BC - Institut d émission de billets - Bqe des Bqes : Ch de compensation, assure une partie de leur refinancement - Gère les réserves de change permettant d intervenir sur le marché des changes - Bqe de l Etat : gère le compte du Trésor Public, pouvait faire crédit à l Etat avt 1994 ( auj = interdit) - mettre en œuvre et/ou définir la pol monétaire En Résumé : ANF -Bqes commerciales effectuent opérations ac eux - monnaie des ANF = instrumt de paiement (appartenant à la MM) IF - BC exerce contrôle sur bqes de 2 nd rang ( = IF) - monnaie des IF = monnaie centrale : instrumt de paiement à l usage des IF D. Les devises et le régime de change Devises : moyens de paiement libellés en unités monétaires étrangères Tx de change : px auquel s échangent les monnaies nationales sur le marché des changes. Parité : valeur de la monnaie déterminée par la BC ( aussi appelée tx de change fixe) Les régimes de change C est l ens des règles qui déterminent l intervention des autorités monétaires sur le mé des changes - Régime de change fixe : parité définie ( valeur définie par r/ à un étalon) + limitation des fluctuation => Parité peut ê modifiée par dévaluation ou réévaluation : baisse ou hausse de la valeur de la monnaie par r/ à l étalon par décision des autorités monétaires. - Régime de change flexible : la valeur des monnaies se détermine sur le marché des changes en fct des offres et demandes de devises. Les monnaies changent dc de parités entre elles à tt moment par dépréciation ou appréciation. Flottement pu et impur (ou régulé) : * flottement pur : Absence d intervent des autorités moné. pr limiter fluctu. des tx de change. * impur : Cas d intervention SMI et SME : Un SMI a pr missions de déterminer les régimes de changes et d assurer l approvisionnement en liquidités. => SMI : 44 à 73 : régime de change fixe 73 : Change flottant => SME puis UEM : SME => 79 à 98 : 79 à 93 : change fixe par r/ à l ECU (marges +/- 2,25%) : marges élargies à 15% UEM depuis 99 : avec l Euro

6 Analyse des facteurs déterminant les taux de change Dans l analyse des facteurs qui déterminent les taux de change, on trouve différents types d approche : >> Celles qui privilégient les facteurs réels = Celle par la PPA (parité de pouvoir d achat). Le tx de change obéit au pv de la PPA qd une unité monétaire nationale donne après conversion (ds un pays étranger), le même pouvoir d achat. Implicitement cela signifie qu au niveau international, le système de prix unique domine comme si l offre et la demande de devise ne faisaient que refléter la D et l O de B et S. PPA (déf INSEE) : La parité de pouvoir dʹachat (PPA) est un taux de conversion monétaire qui permet dʹexprimer dans une unité commune les pouvoirs dʹachat des différentes monnaies. ATTENTTION :Ce taux de conversion peut-ê différent du ʺtaux de changeʺ; en effet, le taux de change dʹune monnaie par rapport à une autre reflète leurs valeurs réciproques sur les marchés financiers internationaux et non leurs valeurs intrinsèques pour un consommateur. Ppa absolue : PPA absolue tend à se confondre avec la loi du prix unique : exprimés dans la même monnaie, les prix de produits identiques tendent à sʹégaliser nʹimporte où dans le monde. Ppa relative La PPA relative nʹimpose plus une proportionnalité entre taux de change et rapport des prix mais seulement entre variation du taux de change nominal et variation du différentiel dʹinflation. En terme d approche réelle, le solde de transaction courante la balance des paiements a une influence sur les taux de change not. en cas de change flexible. Par exemple : Si un pays a un déficit de la balance des transactions courantes, il devra généralement régler ce déficit en devises. Pour obtenir celle-ci il devra offrir de la monnaie nationale sur les marchés de change. Cela conduit à une tendance à la baisse de sa monnaie nationale et va entraîner un baisse en devises, du prix de ses X et une aug du prix de ses M. Si les D d X et d M st élastiques par rapport aux prix cela va conduire à un rééquilibrage de la balance des paiements. Il y aurait dc un lien entre la balance des paiements et les variations du tx de change. >> Celles qui privilégient les facteurs financiers => Centrée sur les comportements d arbitrage entre placements financiers et ne fait plus référence au marché des B et S. Selon cette approche, il existe une relation entre les tx d intérêts nominaux des placements en monnaie nationale et étrangère ainsi que l écart entre les taux de change au comptant actuel/ tx de change au comptant anticipé. En effet, un opérateur qui possède 1 a le choix de le placer aux tx d intérêts en vigueur ou de le placer sur un marché étranger. Pr cela, il devra le changer, le placer et anticiper le tx de change au comptant qu il y aura ds un an pr savoir cb il récupèrera. Mais toute anticipation sur le taux de change implique un risque de change. > Marché des changes au comptant : il n y a aucun délai entre la date où se noue le contrat d achat ou de vente des devises, et la date de règlement où la transaction s effectue. > Marché des changes à terme: Il existe au contraire un délai entre la date à laquelle le contrat est conclu et son dénouement.

7 > Risque de change : Si la monnaie de facturation n est pas la monnaie nationale et que l échéance n est pas immédiate, l entreprise encourt un risque un risque de change -> si elle attend que le cours du dollar monte, le coût des marchandises sera + élevé que prévu. >> Celles qui combinent les différentes explications Les marchés financiers seraient des marchés à réaction instantanée alors que les marchés de B et S seraient des marchés à adaptation + lente. Ainsi, à court terme, les taux d intérêts influenceraient directement les taux de change. Mais à long terme, la structure productive peut avoir une influence. Auj, on a un dév des marchés de change par rapport au marché réel. A court terme, l évolution des taux de change repose avt tt sur les échanges financiers, mais à long terme on retrouve l impact des marchés réels. E. La structure de la balance des paiements Les relations d un pays avec le RDM peut être analysé grâce à la balance des paiements D : Compte statistique établi et publié par la Banque de France, qui retrace l ensemble des relations éco (commerciales, financières et monétaires) effectuées entre les agents d une éco d un pays (résidents) et le RDM (non-résidents) sur une année. Voir schéma p.16 pr les comptes.

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé.

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. 1 Plan du cours I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. II. Les échanges interbancaires. III. La création monétaire et les échanges interbancaires dans un système bancaire hiérarchisé.

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France I. Les acteurs du circuit monétaire A) Les détenteurs de monnaie : les ANFR AIF ANFR = agents non financiers résidents AIF = autres intermédiaires

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

SO00BM24 Introduction aux politiques économiques

SO00BM24 Introduction aux politiques économiques SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES 1 - DISPOSITIONS GENERALES 2 - COMPTABILISATION DE L ENGAGEMENT 3 - COMPTABILISATION AU BILAN 4 - CONVERSION DES OPERATIONS EN DEVISES 5 - COMPTABILISATION DES RESULTATS

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction Table des matières Avant-propos Introduction IX XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie non autorisée est un délit. Chapitre 1. Les raisons

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Cours Mario Dehove INSTITUTIONS ET THÉORIE DE LA MONNAIE Mai 2001. Chapitre 4. L offre de monnaie. Première partie

Cours Mario Dehove INSTITUTIONS ET THÉORIE DE LA MONNAIE Mai 2001. Chapitre 4. L offre de monnaie. Première partie Chapitre 4 L offre de monnaie Première partie Lorsque la monnaie est métallique et qu elle n est pas frappée, la circulation monétaire prend sa source dans les mines d où le métal dont elle est faite est

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

Contrôle. Consultation CDEC

Contrôle. Consultation CDEC Chapitre 1 : Monnaie et financement de l économie marocaine Financement de l activité économique Financement Direct Financement Indirect Marché financier Marché monétaire Marché hypothécaire Banques Stés.

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques La Bourse Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques Le Marché Financier a un double rôle : apporter les capitaux nécessaires au financement des investissements des agents économiques et assurer

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

6. MONNAIE, CRÉDIT ET DETTE

6. MONNAIE, CRÉDIT ET DETTE 6. MONNAIE, CRÉDIT ET DETTE INTRODUCTION 280. Le présent chapitre passe en revue les principales questions que pose aux pays la définition des agrégats de la monnaie, du crédit et de la dette. Il sert

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement spécifique Science économique Thème n 2 : Mondialisation, finance internationale et

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 Relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 6 mars 2015 Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 La Banque nationale suisse (BNS) a

Plus en détail

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF)

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF) Table des Matières 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) 6 Finances Publiques (sources : BRH / MEF) 7 Secteur réel (sources : IHSI / BRH / EDH) 10 Secteur externe (sources : BRH / AGD / Maison

Plus en détail

CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES

CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES Objectif(s) : o o o Evaluation des créances et dettes libellées en monnaies étrangères, Traitements comptables : facturation, fin d'exercice, règlement, Conséquences

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE. 4 ème PARTIE : LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE

ECONOMIE GENERALE. 4 ème PARTIE : LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE IUFM AUVERGNE ECONOMIE - GESTION Cours de Mr DIEMER ECONOMIE GENERALE MOTS CLES 4 ème PARTIE : LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE CHAPITRE 13 LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE - Agrégats monétaires (M1, M2,

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

I / Un marché planétaire de la devise

I / Un marché planétaire de la devise I / Un marché planétaire de la devise Le marché des changes est le plus important des marchés. Pour beaucoup, il apparaît également comme le plus parfait des marchés, sur lequel l information circule vite

Plus en détail

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990)

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Développement des marchés de capitaux Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Séminaire de clôture Tunis, le 23 mai 2013 Françoise Drumetz Directeur de la coopération extérieure CONTEXTE

Plus en détail

Les comptes de la Banque de France

Les comptes de la Banque de France 1 Le rapport sur la situation patrimoniale et les résultats Le Conseil général a arrêté les comptes de l exercice 2012 au cours de la séance du 28 mars 2013. Le résultat net s établit à 3 146 millions

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Politiques économiques

Politiques économiques Politiques économiques Benoît Bayenet Email : bbayenet@ulb.ac.be http://www.bayenet.be Année académique 2014-2015 Faculté des sciences politiques et sociales Université libre de Bruxelles 1 La politique

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere AVIS DES SOCIETES Etats Financiers CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere La CITIBANK N.A TUNIS publie ci-dessous, ses états financiers arrêtés au 31 décembre

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101 États Financiers consolidés.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100.2 Bilan au 31 décembre 2008 101.3 Tableaux de passage des capitaux propres du 1 er janvier 2007 au 31 décembre 2008 102. Tableau

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne L 68/54 DÉCISION (UE) 2015/425 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 15 décembre 2014 modifiant la décision BCE/2010/21 concernant les comptes annuels de la Banque centrale européenne (BCE/2014/55) LE CONSEIL

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Reporting titre par titre des établissements de crédit

Reporting titre par titre des établissements de crédit Reporting titre par titre des établissements de crédit Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 2 Les données à transmettre à la BCL...5 2.1 Aperçu général...5 2.2 Les titres soumis à

Plus en détail

2 - Le financement de l'économie

2 - Le financement de l'économie 1 2 - Le financement de l'économie Cette fiche explique le fonctionnement de la monnaie, des institutions financières et des marchés financiers. Elle montre en quoi les innovations des années 80, soutenues

Plus en détail

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais En vigueur à compter du 6 octobre 2014 En tant que client de Pro-Investisseurs MD CIBC, vous avez accepté de payer certains frais selon les types

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable NC 01 - "Norme Comptable Générale" définit les règles relatives à la présentation

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

SOMMAIRE DU LIVRET PLAN ET MINUTAGE DU PROGRAMME

SOMMAIRE DU LIVRET PLAN ET MINUTAGE DU PROGRAMME 2 PLAN ET MINUTAGE DU PROGRAMME SOMMAIRE DU LIVRET 3 Ce film est conçu pour être visionné dans son ensemble, mais aussi pour être utilisé sous forme de chapitres permettant une utilisation pédagogique

Plus en détail

Chap 2 : MARCHE DES CAPITAUX, LEURS PRODUITS ET LEURS ACTEURS

Chap 2 : MARCHE DES CAPITAUX, LEURS PRODUITS ET LEURS ACTEURS Chap 2 : MARCHE DES CAPITAUX, LEURS PRODUITS ET LEURS ACTEURS Marché : lieu de rencontre, mode de transaction entre les vendeurs et les acheteurs afin d'échanger une vaste gamme d'actifs appelés produits

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière?

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 mars 2015 à 13:47 Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? Introduction La globalisation financière est à la fois la condition d un système financier

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Support de cours Economie monétaire et financière

Support de cours Economie monétaire et financière UNIVERSITE ABDELMALEK ESSAADI Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de Tanger Filière des sciences économiques Semestre 3 Support de cours Economie monétaire et financière Professeur

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES

CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES Marché des changes : techniques financières David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2014-2015 Université Paris 8 Objectifs du cours Connaissances

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Marché de la monnaie et marché des capitaux

Marché de la monnaie et marché des capitaux Chapitre 3 Marché de la monnaie et marché des capitaux 3.1 Introduction Ce chapitre est consacré à l étude du rôle de la monnaie dans l économie et à la description le fonctionnement du marché de la monnaie.

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

Instruments financiers Bien se préparer

Instruments financiers Bien se préparer Le 5 juin 2006 À l intérieur Instruments financiers Bien se préparer En janvier 2005, le Conseil des normes comptables de l ICCA a approuvé les nouveaux chapitres suivants du Manuel, relativement aux instruments

Plus en détail

UNIVERSITE CENTRALE DE TUNIS

UNIVERSITE CENTRALE DE TUNIS UNIVERSITE CENTRALE DE TUNIS Examen final de la session principale en Economie Monétaire Enseignants responsables: Mr. Mustapha Benhareth & Mr. Kaies SAMET Année universitaire : 2009-2010 Durée : 2 heures

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Document de recherche n 1 (GP, EF)

Document de recherche n 1 (GP, EF) Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 1 (GP, EF) Taxation de l épargne monétaire en France : une fiscalité potentiellement confiscatoire Professeur Didier

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

La destination finale de l épargne des ménages

La destination finale de l épargne des ménages Annabelle RINCON Direction des Études et Statistiques monétaires Service d Études et Statistiques des opérations fi nancières Cet article vise à décrire l allocation fi nale du patrimoine fi nancier des

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2014 (Instruction

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires

NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires Objectif 01. La Norme Comptable NC 01 -"Norme Comptable Générale" définit les règles relatives à la présentation des états financiers

Plus en détail