Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité"

Transcription

1 Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par les économises d inspiraion kenésienne. On peu dire aussi qu il sous-end ceraines de leurs posiions. Plusieurs des criiques qui on éé exprimées à son égard son jusifiées, e ceraines d enre elles on suscié des perfecionnemens pour les éliminer. Dans ce aricle nous les rappelons, puis nous ajouons nore pierre. Premièremen, nous éendons son champ à l ensemble des revenus, e non seulemen à ceux provoqués par une dépense auonome. Deuxièmemen, nous éendons les aceurs à l ensemble des agens e non seulemen aux pouvoirs publics. Troisièmemen nous présenons une forme du muliplicaeur qui perme de l appliquer à l économie réelle, d uiliser pour ses paramères les données de la compabilié naionale, e donc de l uiliser vraimen en poliique économique. Inroducion Le muliplicaeur kenésien es cher au cœur de ous ceux qui croien à la régulaion par les pouvoirs publics des économies en récession. Kenes lui-même l a inrodui dans sa Théorie Générale, puis il a précisé peu après son financemen avec créaion monéaire par le crédi bancaire. Ce cadre héorique a duré assez longemps, alors que deux graves défaus enrainaien beaucoup de confusion dans les éudes empiriques enreprises pour vérifier son effe. Le premier défau es qu il n a pas de emps. On parle de «ours» (rounds), e par exemple à chaque our on épargne une ceraine quanié. Mais la durée de ce our n es pas définie. Le deuxième défau es que le mécanisme es supposé financé par un crédi iniial créaeur de monnaie, alors que d aures modes de financemen son possibles. Ces défaus on perduré, e les choses n on guère évolué, jusqu au débu des années Un peu avan, le reour des récessions e même des crises, a ravivé l inérê sur la héorie kenésienne en général e sur le muliplicaeur kenésien en pariculier. Des perfecionnemens on éé alors apporés. Par exemple, Gesher S. (202) fai une snhèse de ces appors, qui comprennen l inroducion du emps, par une variable de nombre de ours par unié de emps, e l inroducion d aures sources de financemen. Il présene une version qui résume l éa acuel sous la forme d un «muliplicaeur inégré». Touefois, à nore sens il manque encore des caracérisiques essenielles. D abord, il s applique à la dépense «auonome», c es-à-dire en plus du foncionnemen normal de l économie. Cee dépense auonome es supposée circuler un cerain nombre de fois par période, mais on ignore ous les aures flux économiques, qui circulen aussi e son cerainemen aussi ribuaires d un mécanisme de muliplicaeur. Ensuie, e c es lié au poin précéden dans une ceraine mesure, il es difficilemen applicable à l économie réelle. Spilimbergo A. e al. (2009) noen la difficulé pour rouver des valeurs fiables, la principale difficulé éan que «Le défi empirique le plus grand es celui du biais de simulanéié.» Auremen di on ne sai pas bien démêler l effe de la dépense auonome de l évoluion de l économie à laquelle elle s applique. Noammen sur le caracère nécessairemen endogène de la monnaie qui ser à financer la dépense iniiale.

2 2 Nous nous appliquons donc à criiquer e inégrer les amélioraions déjà faies, e à répondre aux défaus ci-dessus. Nous en irons ce que nous avons appelé un «muliplicaeur global», qui s applique à oue l économie. L aricle es ariculé comme sui. Une première secion rappelle les fondemens classiques du muliplicaeur kenésien. Une deuxième secion expose les criiques qui on éé porées à son égard e les ajous qui on éé fais. La roisième criique le muliplicaeur «inégré» qui es l éa aujourd hui du muliplicaeur kenésien, e présene nore «muliplicaeur global». La quarième secion applique ce concep à l économie française, puis examine la conduie de la poliique économique à l aide du muliplicaeur. La cinquième secion discue les objecions possibles e conclu. I. Le muliplicaeur kenésien classique La définiion classique du muliplicaeur kenésien provien des équaions kenésiennes d équilibre macroéconomique bien connues Foncion de consommaion C = cy () c < propension à consommer, C consommaion, Y revenu des ménages Revenu disribué par les enreprises Y = C + I (2) Elles reçoiven les monans de la consommaion e de l invesissemen e le redisribuen. Uilisaion du revenu par les ménages Muliplicaeur Y = C + S (3) S épargne des ménages Les équaions () e (2) suffisen pour éliminer C e rouver Y = I c (4) La forme différenielle es emploée car la propension à consommer () es en réalié une foncion linéaire locale e non une relaion proporionnelle (hpohèse de Kenes sur la foncion de consommaion), e aussi parce que le cadre de la héorie du muliplicaeur es celui de la demande «auonome», c es-à-dire une dépense qui n es pas causée par le foncionnemen normal de l économie. Auremen di, cee demande d invesissemen a pour bu de se faire «en plus» de l équilibre économique, voire de déplacer celui-ci. Cee équaion (4) es souven présenée sous une forme apparemmen «dnamique», en réalié de saique comparaive Y = I c (5) Cee équaion es inerpréée comme une déerminaion de l accroissemen du revenu par un accroissemen de l invesissemen de l Ea. Il fau noer que selon l inerpréaion de Kenes cee causalié n es pas la seule, car il fau que cee augmenaion du revenu disribué corresponde à l augmenaion de la consommaion. On peu exprimer cee condiionnalié par C es-elle égale à Y I c, soi à c I? (6) Si c es le cas, l augmenaion d invesissemen es validée. En fai, l ajusemen es réalisé par l épargne qui finance l invesissemen. Comme on a I = S, il es facile de

3 3 voir que la condiion (6) es réalisée. Quoi qu il en soi, l inerpréaion usuelle de ce muliplicaeur, que nous appellerons «muliplicaeur sandard» es qu il perme de prévoir l effe d une dépense auonome (en fai l invesissemen) sur l emploi (en fai la producion Y) parce qu on raisonne dans une économie en sous-emploi, e donc que les dépenses auonomes, disribuées en revenu, son auomaiquemen validées par une demande effecive. II. Discussion du muliplicaeur sandard Kenes J.M. (936) a présené vraimen 2 l ajusemen de l épargne à l invesissemen comme un mécanisme auomaique. Il a exprimé en mos ce que d aures on exprimé en formules mahémaiques comme sui : A chaque «our» de disribuion du revenu correspondan à l invesissemen I, il es épargné s I, puis s( s) I, s( s) 2 I, ec.. La somme de cee série infinie es I. Les agens épargnen «auomaiquemen» de quoi financer l invesissemen. Cee inerpréaion gênane (l invesissemen n es pas possible sans épargne, donc sans décision préalable d épargne, conrairemen à ce que Kenes défendai) a éé corrigée par Kenes lui-même dans des écris posérieurs. Kenes J.M. (937a) e Kenes J.M. (937b) inroduisen le concep de la monnaie endogène, largemen accepé e uilisé aujourd hui. L enreprise finance son invesissemen en emprunan la monnaie à la banque qui la crée ex-nihilo. A ce sade aucune richesse maérielle n es créée car la monnaie déenue par l enreprise es compensée par la créance de la banque. Par conre l invesissemen crée de «vraies» richesses, don une parie es épargnée e perme de rembourser la créance. De cee manière c es bien l invesissemen qui crée l épargne 3. Depuis cee époque, une abondane liéraure que nous ne reprendrons pas ici a criiqué le muliplicaeur sous cee forme originelle. Les principales criiques peuven êre rouvées par exemple dans Gesher S. (202) 4.. La dépense «auonome» qui déclenche le processus es oujours l invesissemen public. Elle devrai pouvoir conenir aussi de la consommaion e des dépenses publiques ou privées. 2. Le muliplicaeur sandard développe la consommaion (e l épargne) induie par la circulaion du revenu dans les ours successifs, mais pas l invesissemen indui. 3. Il es arificiel de limier les dépenses au monan de la dépense auonome. Les agens on d aures sources (nouvel endeemen, diminuion des encaisses). Ces aures sources on éé suggérées noammen par Brown C. (2008) pour le cash-flow, Godle W. e Lavoie M. (2007) pour la richesse, Bhaduri A. (20) e Zezza G. (2008) pour le crédi. Ceci indui qu il a non seulemen des fuies vers l exérieur du circui mais aussi vers l inérieur, de sore que le muliplicaeur n es plus forcémen inférieur à. 4. Le dépense auonome doi êre impéraivemen financée par le crédi, sinon il ne s agi pas d un nouveau revenu. En France, oues ces criiques on aussi éé exprimées, noammen par Gnos C. (2008). Pour ce qui nous concerne, donnons les proposiions de Gesher S. (202) pour répondre à ces objecions. La relaion qui les résume es (égalisaion des enrées e des sories) ϕ L + D + N = Y + H + R (7) 2 Dans la Théorie Générale page 7 3 Ce pei hisorique explique pourquoi cerains kenésiens acuels s accrochen an à l endogénéié srice de la monnaie e voien rouge dès qu ils enrevoien un semblan d épargne préalable ou de monnaie exogène. Noons que sur ce dernier poin, il a erreur d inerpréaion car la monnaie exogène peu financer un invesissemen ou comme la monnaie endogène e sans appel à une épargne préalable. 4 Cee référence es récene e aisémen disponible sur Inerne, c es pourquoi nous l avons uilisée. De plus, Gesher S. (202) présene une version «inégrée» du muliplicaeur qui marque un réel progrès, e que nous examinons plus loin.

4 4 Toues les variables son des variaions par rappor à l éa de débu de période, on peu donc dire que la dépense qui déclenche la dépense iniiale es auonome, e que les effes le son égalemen. L dépense auonome, elle es supposée êre financée par le crédi. ϕ D N Y H R viesse de circulaion des revenus (en nombre de ours par unié de emps) Diminuion des encaisses Nouveaux crédis Dépenses de consommaion e d invesissemen de la période Thésaurisaion Epargne e remboursemen de dees L aueur regroupe les variables d épargne e crédi d un côé, les variables d encaisses de l aure, e les évalue par rappor à la dépense auonome. Soi R N = λ ϕ L H D = µϕ L La relaion (7) peu alors s écrire ( ) Y = ϕ λ µ L (8) Si la dépense auonome es unique, on obien pour les périodes suivanes n i Y + i = ϕ L ( λ µ ) (9) i= 0 i= 0 n L effe dans le emps de ce «muliplicaeur inégré» es analogue à celle du muliplicaeur sandard. Mais il a l avanage d inégrer une noion de emps (la période considérée éan dissociée du «our» logique), ainsi que les différenes formes d épargne e de hésaurisaion. III. Criique du muliplicaeur inégré e de la noion de dépense auonome, proposiion de refondaion. Les différens agens : Plusieurs des aueurs ciés plus hau se demanden pourquoi l invesissemen public semble êre le plus souven la seule source de dépense auonome. Gesher S. (2008) écri que les enreprises publiques ne devraien pas êre les seules considérées mais ne s éend pas sur le suje. En fai, l invesissemen privé des enreprises peu êre ajoué sans difficulé, mais l invesissemen des ménages es souven considéré comme de l épargne. Il en es ainsi dans la compabilié naionale. Nous considérerons qu il fau prendre en compe oues les dépenses qui paricipen à la croissance. 2. Invesissemen e crédi : Comme le rappelle Gesher S. (2008), un crédi pour invesissemen es raremen remboursé immédiaemen, e les enreprises on endance à empruner pour invesir. Mais ceci n es pas oujours vrai selon les époques e les siuaions économiques. L appor personnel es une règle pour les ménages, e l auofinancemen par les enreprises n es pas rare. Seul l Ea, en règle générale emprune oujours pour invesir. Mais son défici n es pas seulemen fai d invesissemen, ou pas forcémen. Pouran, il a consensus pour supposer que les dépenses qui on un effe muliplicaeur doiven êre financées par une monnaie nouvelle, elle-même générée par un nouveau crédi. Par ailleurs, à parir du momen où on inrodui les variables de crédi, on peu se demander quelle es la différence enre les crédis «ordinaires» appelés N e la dépense auonome L, égalemen supposée êre un nouveau crédi. Pour nore par, nous considérerons que les crédis qui génèren de nouveaux revenus son ous ceux qui son en excéden de l épargne e qui donc génèren une

5 5 dépense nouvelle. Ceci semble un crière plus sûr que celui de dépense auonome don on laisse le financemen dans l ombre. 3. L incrémen de dépenses e de revenus : La dépense «auonome» qui déclenche le processus e les revenus générés es oujours présenée avec un «dela», c es-à-dire en supplémen. Mais en supplémen de quoi? Les choses peuven êre claires pour la première période, dans ce cas c es le revenu Y mesuré juse avan la «dépense auonome» qui es la référence. Mais ensuie? Es-ce en plus du même Y? Ou d un Y +i qui évolue selon d aures forces économiques non définies? Pourquoi les raisons qui génèren des revenus après la «dépense auonome» ne seraien-elles pas les mêmes pour le rese du revenu naional? Ce flou sur le rese de l économie ne facilie pas les vérificaions empiriques. Pour une refondaion du muliplicaeur kenésien : Nous présenons une version de muliplicaeur de revenu naional (e non de dépense auonome), selon nous beaucoup plus opéraionnelle que celle du muliplicaeur radiionnel, fu-il perfecionné comme nous l avons monré ci-dessus. Cee ambiion enraîne la nécessié de considérer ous les agens e oues les ransacions de l économie. Il fau donc disinguer dans oues ces ransacions quelles son celles qui génèren une croissance des revenus, e il nous fau aussi pouvoir les mesurer, car selon nous un mécanisme de muliplicaeur ne peu êre accepé que s il peu êre vérifié. Inroducion des soldes financiers des seceurs La compabilié naionale organise ses compes financiers des seceurs insiuionnels (sociéés, Ea, ménages, rese du monde) en calculan leurs capaciés de financemen, qui es ce qu il leur rese après solde des dépenses e recees. Ces capaciés de financemen se compensen les unes les aures, parce que les enrées des uns son les sories des aures. Par conséquen on peu écrire, CDFP + CDFapu + CDFRdM = 0 (0) Dans cee relaion CDF p es la capacié de financemen «privée» c'es-à-dire celle des sociéés e des ménages, CDF apu es celle des adminisraions publiques, e CDF RdM es celle du rese du monde. Cee dernière es égale à ce que le rese du monde envoie vers le pas concerné, elle es donc égale à son solde exérieur couran au sens de la balance des paiemens. Noons aussi que ces capaciés de financemen coniennen d une par le solde des épargnes e des dees, d aure par le supplémen de monnaie accumulée. Si donc nous appelons EFP l épargne financière privée au sens des créances e des dees, DB le défici des adminisraions publiques de même naure e ECH le solde exérieur, si nous appelons M la masse monéaire, nous pouvons écrire EFP DB ECH + M M = 0 () Nous rerouvons ainsi plusieurs des grandeurs uilisées dans les différenes versions du muliplicaeur, avec la différence que nos variables son globales au lieu de s appliquer à un supplémen. Nous écrivons alors, à la manière de Gesher EFP DB ECH = λ (2) Dans cee relaion, λ représene donc, en raio au revenu oal, la «fuie» de revenu par épargne nee des différens agens. Nous inroduisons aussi ω, qui es analogue au ϕ de Gesher, qui mesure la viesse de circulaion des revenus e de la monnaie. On a donc d après () e (2)

6 6 λ = M M = ω ω Soi en réordonnan, une première manière d obenir le muliplicaeur global ω = ω + ω λ (3) La masse monéaire Le muliplicaeur global fai inervenir, dans sa déerminaion, la masse monéaire e noammen sa viesse de circulaion. Or ce recours à la masse monéaire, qui es mise en relaion avec les mouvemens d épargne e de dees, peu soulever plusieurs quesions. D abord, comme l on monré plusieurs aueurs par exemple Creel J. e Serdniak H. (999), la masse monéaire a perdu au fur e à mesure des progrès echniques ses conours nes. En raison de cee évoluion, cerains kenésiens d aujourd hui considèren que la monnaie n es plus qu un acif parmi d aures, e que la variable imporane es le crédi, qui seul génèrerai un nouveau pouvoir d acha. Le problème avec cee argumenaion es que ce crédi n es pas mieux mesurable que la monnaie de ransacion. E après ou, on ne peu reirer à cee monnaie de ransacion le privilège d êre à la fois l exace conreparie des ransacions réelles e la race de l endeemen e de l épargne. En effe, si l endeemen es plus grand que l épargne, de la monnaie es créée. Elle es déruie dans le cas opposé. On peu ainsi dire que la masse monéaire es la race de oues les opéraions de créances e de dees. Alors essaons de voir ce qui se passe si les agens réduisen leurs encaisses par rappor à leurs achas en les plaçan en épargne à vue (quasi-monnaie), ce qui es l exemple pe du brouillage visé par les déraceurs de la masse monéaire. Dans ce cas, les agens esimen que leurs achas courans peuven êre réglés avec moins de monnaie qu auparavan, e ils von donc faire ourner cee monnaie plus vie. La volailié de la masse monéaire peu donc êre vue comme une volailié de la viesse de circulaion de la monnaie. Sous réserve de bien prendre en compe e de mesurer ces variaions de la viesse de circulaion, l uilisaion de la masse monéaire comme variable ne devrai donc pas poser de problème. Il nous fau aussi parler de la déhésaurisaion, que Gesher S. (2008) raie comme une source auonome par rappor à la source du crédi. En réalié, la monnaie hésaurisée provien aussi du crédi, e il n a guère de différence enre la décision de hésauriser davanage e celle de faire ourner la monnaie moins vie. En conséquence, cee variable es conenue dans celle de la viesse de circulaion. C es pourquoi nous éliminons cee grandeur. Nous allons mainenan reprendre les noions élaborées plus hau, e rerouver ainsi le muliplicaeur «global» de plusieurs manières. Formalisaion en emps coninu Soi () le revenu par unié de emps au emps. Ce revenu «ourne», comme nous l avons indiqué plus hau, ω fois par uniés de emps. Cee circulaion des revenus s accompagne d une circulaion égale e en sens inverse de la monnaie qui ser aux paiemens des ransacions. L épargne nee, qui dérui de la monnaie pour le même monan, es supposée proporionnelle à ce flux de revenus, avec un raio λ. Ensuie, le supplémen de revenu es généré en faisan «ourner» cee monnaie ω fois par uniés de emps. Ce qui se formalise par dm = λ d d = ω dm = λω d L inégraion de cee équaion différenielle donne (4)

7 7 ( ) e ωλ = (5) 0 On consae que le paramère qui agi sur la croissance es ωλ. Pour avoir plus de croissance il fau plus de crédi (moins d épargne) ou plus de viesse de circulaion. Si λ e/ou ω dépenden du emps, la foncion se complique ( ) ω ( u) λ ( u) du 0 0 = e (6) Remarquons que (4) donne aussi d d = λω Nous ne nous éendrons pas sur cee manière de calculer le muliplicaeur, car nous privilégions la formulaion en emps discre, qui perme mieux la prise en compe de périodes longues (par exemple annuelles). Formalisaion en emps discre : Si un revenu () es généré par la circulaion d une masse monéaire m(), la viesse de circulaion ω es définie par = ω m (7) Cee monnaie provien du bilan du crédi e de l épargne, qui es proporionnel au revenu. Le problème se pose de savoir si cee généraion du crédi e de l épargne es insananée, ou si elle prend un cerain emps, e si dans ce dernier cas il ne faudrai pas prendre en compe ce effe de reard. Nous négligeons ce problème pour l insan e supposons que la monnaie es générée dans la même période. m m = λ (8) La relaion (8) donne, après uilisaion de (7) = ω ω ( + ω λ ) Nous rerouvons le muliplicaeur exprimé plus hau en (3). On peu observer que la croissance es d auan plus fore que la viesse de circulaion augmene e que le aux d épargne nee diminue. Le faceur /(+ωλ) qui es proche de ( - ωλ) si ωλ es faible devan, es analogue au faceur aénuaeur de la dépense auonome dans le muliplicaeur classique. En effe, si par exemple ω e λ son consans, e si on considère l équaion (9), on peu chercher quel es l ensemble du revenu généré par la «dépense iniiale» 0. On peu alors écrire 0 ( ) = = + ωλ λω 0 = = (9) Si on compare ce résula avec celui de l équaion «kenésienne» (5), on voi que le faceur ωλ joue un rôle similaire à celui de s = c. Inroducion de monnaie exogène Le monnaie exogène peu for bien s ajouer à la monnaie endogène pour financer la croissance de l économie. L argen n aan pas d odeur, cee inroducion de monnaie supplémenaire diminue l épargne nee ou comme l endeemen. Dans les deux cas, il a fourniure de nouveaux moens de paiemen. Si on veu formaliser cee siuaion, on peu représener par µ le raio au PIB de la monnaie exogène inroduie à la période. On obien alors à parir de (8) e (9) ( λ µ ) m m = +

8 8 = ω ω ω λ µ ( + ( )) IV. Applicaion des chiffres de la compabilié naionale pour l économie française Supposons que nous disposons de mesures de Y e de M pour les différenes périodes. L équaion (7) perme alors facilemen de calculer ω e ω -. Puis, aan ces deux valeurs, il es possible de calculer ωλ par (9). ω λ ω = (20) ω Les graphiques ci-dessous donnen les résulas de 98 à 200. Présenons d abord l évoluion du aux de croissance du revenu naional Y. Cee période es caracérisée par une chue du aux de croissance du PIB nominal, principalemen à cause de la désinflaion. Ensuie cee croissance nominale es enre 2 e 5%, à l excepion de La viesse de circulaion

9 9 Cee viesse a une évoluion coninue. D environ 3,7 roaions par an au débu des années 980, elle es monée jusqu à 4,6 au débu des années 990. Depuis 995 environ, elle décroî assez rapidemen pour êre en 200 un peu en-dessous de 3. Cee dernière évoluion conredi l hpohèse de la fuie depuis les compes à vue vers les compes d épargne coure qualifiés de «quasi-monnaie». Noons qu avec plusieurs roaions dans la période annuelle qui es la nôre, l hpohèse que l épargne nee formée dans l année a son effe dans la même année rese simplificarice, mais devien plus crédible qu avec des périodes plus coures. Coefficien d épargne nee λ L évoluion de ce coefficien es un peu plus «heurée» que celle de la viesse de circulaion. Il fau dire que l épargne nee es influencée par plusieurs variables qui on une ceraine indépendance enre elles - La dnamique de l épargne financière brue - la dnamique de l endeemen qui joue en sens inverse - la dnamique de l invesissemen, qui n es pas indépendane de l endeemen, mais qui a son évoluion propre, - la dnamique du commerce exérieur, qui appore en posiif ou en négaif. Malgré ces flucuaions, on peu dire que depuis 995, ce paramère évolue enre 0,03 e 0,0 (sauf 2008 avec une valeur proche de 0). L exemple de la période : Il es inéressan d examiner cee période qui a vu un «acciden» de croissance excepionnel PIB %PIB 0,0493 0,0246-0,0227 0,023 M ω 3,54 3,72 3,52 3,30 λ calculé -0,038 0,0069-0,0087-0,0255 On observe la récession nominale en On observe aussi qu en 2008 la masse monéaire a diminué mais que la viesse de circulaion a augmené ce qui a aénué le

10 0 choc. Enfin, on voi que l épargne devien posiive en 2008 mais la récession es en Nous renconrons ici les limies de nore schémaisaion e noammen de la période annuelle. On se souvien que la crise es survenue en fin d année Avec une viesse de roaion de 3 à 4 fois par an, une augmenaion de l épargne peu avoir un effe reardé de quelques mois. La remonée de l épargne a donc éé rop ardive en 2008 pour avoir un effe cee même année. De même en 2009 elle es redevenue négaive probablemen cours d année (noammen par l endeemen massif de l éa) de sore qu elle es globalemen faiblemen négaive cee année-là. Poliique économique D après nore muliplicaeur, si on fixe les valeurs de la viesse de circulaion e de l épargne nee, le aux de croissance es fixé égalemen d après (9). Pour influer sur le aux de croissance, il fau donc infléchir soi ω, soi λ. Influer sur la viesse de circulaion es possible, mais les effes dans le emps son difficilemen prévisibles. Pour l augmener, il es possible de - inerdire la rémunéraion des compes courans - à la limie, axer les compes courans (monnaie fondane) Ces acions soi poliiquemen difficiles à faire acceper. Par ailleurs, elles on pour bu de changer les habiudes de gesion de leurs encaisses par les agens, le résula n es donc pas cerain. Si les agens ne veulen vraimen pas dépenser, ils peuven épargner l argen au lieu de le hésauriser. On rerouve alors la problémaique de l endeemen ne. Car il es plus facile d influer sur l épargne nee ou, plus globalemen, sur les faceurs d augmenaion ou de diminuion de la quanié de monnaie générée, monnaie don il fau s assurer qu elle finance de nouveaux revenus. On revien là à un endeemen supplémenaire de l Ea ou des aures agens économiques, ou à une inroducion de monnaie exogène, dans ous les cas pour financer des invesissemens nouveaux ou de nouveaux emplois. Essaons de chiffrer une elle acion de relance. D après (9), le aux de croissance si ω es consan es e ωλ = α = = + ωλ + ωλ α λ = ω ( + α) (2) (22) Si acuellemen nous sommes en croissance 0 en volume, soi environ 2% en nominal, e qu on suppose ω = 3, ceci signifie d après (22) que λ vau 0,0065. Si on veu 5% de croissance nominale soi α=0,05, on rouve par (22) que λ= 0,06. Ceci signifie que λ doi diminuer de % de PIB. Il s agi ensuie de déerminer qui va assumer ce endeemen supplémenaire de % du PIB chaque année. Il s agi en fai de baisse d épargne nee. Plusieurs moens son possibles pour provoquer une elle baisse - L endeemen de l Ea, qu il soi réel ou annulé par don de la banque cenrale, qui invesi. C es le cadre de l acion kenésienne classique. - L endeemen privé : comme il es peu souhaiable d incier les ménages à s endeer oure-mesure, ce son les enreprises qu il fau incier à invesir en s endean, par une poliique du crédi adapée e une baisse des aux d inérê, une baisse des axes sur l invesissemen, ec. - Amélioraion du solde commercial, quels qu en soien les moens (compéiivié, drois de douanes)

11 - Décourager l épargne soi en baissan les aux crédieurs, soi en la axan, soi auremen. Ce n es pas éviden, mais cela rese possible. V. Discussion e conclusion Plus d un économise sera sans doue éonné que nous uilisions la monnaie circulane M comme une pièce essenielle de nore raisonnemen. Pour cerains, dire qu ils seron éonnés sera même sans doue un euphémisme. Pour répondre à leur criique poenielle, présenons quelques argumens. Premièremen, nous l avons expliqué, cee uilisaion de la masse monéaire es un moen de mesurer la capacié de l économie à créer de nouveaux revenus e donc à provoquer une croissance de la producion e de l emploi. Ceci ne veu pas dire que cee variable es le déerminan principal de la croissance. Ces déerminans, il fau pluô les chercher du côé de l endeemen pour invesissemen, ou, plus généralemen, pour créaion de nouveaux revenus qui, conformémen au schéma kenésien classique donneron lieu à l épargne qui permera de rembourser les dees. Mais ces déerminans son, nous l avons exposé, inobservables ou difficilemen observables. C es pourquoi nous nous sommes rabaus sur la masse monéaire, e les résulas, nous semble--il, son pluô encourageans. Deuxièmemen, pour provoquer la croissance, il ne faudrai pas inférer de nos développemens qu il suffi d augmener la masse monéaire. Celle-ci n es qu une conséquence de l augmenaion des revenus. Une aure criique possible de nore muliplicaeur es que son aspec dnamique peu êre discué. Comme nous l avons évoqué, la formaion de l épargne e la mise en œuvre des dees son des processus qui ne son pas insananés, ils prennen donc un cerain emps avan de se raduire par de la producion e de l emploi. Ceci es pariculièremen vrai pour les programmes d invesissemen. Touefois, même si ces invesissemens ne son pas encore producifs, dès lors qu on dépense de l argen pour les mere en œuvre, on disribue de nouveaux revenus. Personne ne s endee pour une grosse somme e garde ensuie cee somme sur son compe couran si l invesissemen ne doi pas êre financé immédiaemen. Si ceci arrive, l invesisseur placera la somme à cour erme en aendan de pouvoir la dépenser uilemen. Alors l épargne correspondane compensera la dee. En d aures ermes ou bien l agen es dépensé e génère de nouveaux revenus, ou bien il n apparaî pas dans le bilan financier de l économie. Par conséquen, enre le momen où une somme apparaî comme générée, c es-à-dire qu on consae une nouvelle dee sans épargne en face, e le momen où cee somme paricipe à l expansion économique, il ne devrai pas s écouler une durée longue. En conclusion, le progrès le plus imporan nous semble êre que devien possible la mesure du muliplicaeur e son applicaion à l économie réelle. Jusqu à mainenan oues les enaives de mesurer le muliplicaeur sur des iniiaives gouvernemenales réelles de dépenses auonomes on éé compliquées e criiquables. Ce n es plus le cas avec le muliplicaeur global.

12 2 BIBLIOGRAPHIE Bhaduri, A. (20), Financializaion in he Ligh of Kenesian Theor, PSL Quarerl Review 64 (256), 7 2. Brown, C. (2008), Inequali, Consumer Credi and he Saving Puzzle, Edward Elgar, Chelenham. Creel J. e Serdniak H. (999) «Pour en finir avec la masse monéaire», Revue Economique, 50 (3) Gnos, C. (2008), The muliplier, he principle of effecive demand and he finance moive: A single coheren framework, C. Gnos and L.-P. Rochon, eds., The Kenesian muliplier, Rouledge, London, pp Kenes, J. M. (936), The General Theor of Emplomen Ineres and Mone, Harcour, Brace & Compan, New York. Kenes, J. M. (937a), Alernaive Theories of he Rae of Ineres, Economic Journal 47 (86), Kenes, J. M. (937b), The Ex-Ane Theor of he Rae of Ineres, Economic Journal 47 (88), Gesher, S. (202), The muliplier principle, credi mone and ime MPRA Paper No Godle, W. e Lavoie M. (2007), Monear economics: An inegraed approach o credi, mone, income, producion and wealh, Palgrave Macmillan, Basingsoke. Spilimbergo, A., Smanski S. e Schindler M., Fiscal Mulipliers, IMF Saff Posiion Noe SPN/09/, URL hp://www.imf.org/exernal/pubs/f/spn/2009/spn09.pdf Zezza, G. (2008), U.S. growh, he housing marke, and he disribuion of income, Journal of Pos Kenesian Economics 30 (3),

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Le modèle de Black Scholes

Le modèle de Black Scholes Le modèle de Black Scholes Philippe Briand, Mars 3 1. Présenaion du modèle Les mahémaiciens on depuis longemps essayé de résoudre les quesions soulevées par le monde de la finance. Une des caracérisiques

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

La logique séquentielle

La logique séquentielle La logique séquenielle Logseq 1) ifférence enre sysèmes combinaoires e sysèmes séqueniels. Un sysème combinaoire es el que l'éa de ses sories ne dépende que de l'éa des enrées. Il peu donc êre représené

Plus en détail

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers Capire 9 Conrôle des risques immobiliers e marcés financiers Les indices de prix immobiliers ne son pas uniquemen des indicaeurs consruis dans un bu descripif, mais peuven servir de référence pour le conrôle

Plus en détail

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie Taux de change e Inflaion: une analyse en modèle VAR du canal du aux de change : Cas de la Tunisie Samia Jebali 1 Tahar Moulahi** Mohamed Slim Mouha*** Résumé La Tunisie connais depuis cinq ans une dépréciaion

Plus en détail

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Série des documens de ravail de la Direcion des Eudes e Synhèses Économiques G 9907 L impac des conraines financières dans la décision d invesissemen

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse Crise de liquidié Piloage du LCR ou du risque de liquidié? Salwa Fariji / Vincen Boisbourdain Salwa Fariji es consulane chez Opus Finance. Diplômée de L ESEC de Barcelone en analyse financière e gesion

Plus en détail

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON Ibrahima Soumare To cie his version: Ibrahima Soumare. LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 Idriss Tchapda Djamen UniversiéClaudeBernardLyon1 Insiu de Science F inancière e d 0 Assurances (ISFA) 1. Résumé. Évaluaion des produis dérivés de

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE Dossier echnique SOMMAIRE Inroducion Présenaion en images des différens élémens Principe de foncionnemen e rôle des différens élémens Diagramme sagial Mise en

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change Insiu d'éudes Poliiques de Paris ECOLE DOCTORALE DE SCIENCES PO Programme docoral Gouvernance Économique Observaoire Français des Conjoncures Économiques (OFCE) Docora de sciences économiques Poliiques

Plus en détail

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003 GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, aoû 2003 Thomas JEANJEAN 2 Cahier de recherche du CEREG n 2003-13 Résumé : Depuis une vingaine d années, la noion d accruals discréionnaires

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014 RAORT ANNUEL EXERCICE 2014 A - IDENTITÉ DE L'ASSOCIATION C.E.R. Code de l'associaion Nom adresse DE NORMANDIE 3 5 08 a HOTO CLUB SOTTEVILLE 15 rue de la gare B111 76300 Soeville Les Rouen Indiquez ci-dessous

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria Jour 10 L'esimaion de la réacion dnamique de l'offre par Colin Thirle e Rober Townsend, Universié de Reading e Universié de Preoria Table des maières Inroducion 1. La héorie de base de la producion e de

Plus en détail

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Froid indusriel : producion e applicaion (Ref : 3494) Procédés hermodynamiques, sysèmes e applicaions SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Appréhender les différens procédés hermodynamiques de producion

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Ankara Üniversiesi SBF Dergisi, Cil 66, No. 4, 2011, s. 125-152 SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Dr. Akın Usupbeyli

Plus en détail

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT DE L'ÉALUAION DU RISQUE DE CRÉDI François-Éric Racico * Déparemen des sciences adminisraives Universié du Québec, Ouaouais Raymond héore Déparemen Sraégie des Affaires Universié du Québec, Monréal RePAd

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin*

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin* Théorie de la poliique monéaire : Esquisses d'une refondaion Jean-Paul Pollin* Résumé : Nous nous proposons de rendre compe du renouvellemen de la héorie de la poliique monéaire impulsé par les ravaux

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance Méhodes financières e allocaion d acifs en assurance - Norber GAURON (JWA Acuaires, Paris) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon, Laboraoire SAF) - Pierre HEROND (JWA Acuaires, Lyon) 2005. (WP 2025) Laboraoire

Plus en détail

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES Thomas Jeanjean To cie his version: Thomas Jeanjean. CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES. 22ÈME

Plus en détail

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ Mémoire Emmanuel Hamel Maîrise en acuaria Maîres ès sciences (M.Sc.) Québec, Canada Emmanuel Hamel, 03 Résumé

Plus en détail

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche e Oscilloscope objecif de ce TP es d apprendre à uiliser, ie. à régler, deux des appareils les plus courammen uilisés : le e l oscilloscope. Pour cela vous serez amené(e) à uiliser e à associer de nouveaux

Plus en détail

DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES

DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES UNIVERSITE PARIS XII VAL-DE-MARNE U.F.R DE SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION THESE pour obenir le grade de DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES présenée e souenue publiquemen par Walid ABDMOULAH le 8 mars

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe Insiu Naional olyechnique de Lorraine enre de Recherche en Auomaique de Nancy École docorale IAEM Lorraine Déparemen de Formaion Docorale en Auomaique Diagnosic à base de modèle : applicaion à un moeur

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

Le passage des retraites de la répartition à la capitalisation obligatoire : des simulations à l'aide d'une maquette

Le passage des retraites de la répartition à la capitalisation obligatoire : des simulations à l'aide d'une maquette No 2000 02 Janvier Le passage des reraies de la répariion à la capialisaion obligaoire : des simulaions à l'aide d'une maquee Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 2000-02 TABLE DES MATIÈRES Résumé...

Plus en détail

Institut Supérieur de Gestion

Institut Supérieur de Gestion UNIVERSITE DE TUNIS Insiu Supérieur de Gesion 4 EME ANNEE SCIENCES COMPTABLES COURS MARCHES FINANCIER ET EVALUATION DES ACTIFS NOTES DE COURS : MOUNIR BEN SASSI YOUSSEF ZEKRI CHAPITRE 1 : LE MARCHE FINANCIER

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail