Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité"

Transcription

1 Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par les économises d inspiraion kenésienne. On peu dire aussi qu il sous-end ceraines de leurs posiions. Plusieurs des criiques qui on éé exprimées à son égard son jusifiées, e ceraines d enre elles on suscié des perfecionnemens pour les éliminer. Dans ce aricle nous les rappelons, puis nous ajouons nore pierre. Premièremen, nous éendons son champ à l ensemble des revenus, e non seulemen à ceux provoqués par une dépense auonome. Deuxièmemen, nous éendons les aceurs à l ensemble des agens e non seulemen aux pouvoirs publics. Troisièmemen nous présenons une forme du muliplicaeur qui perme de l appliquer à l économie réelle, d uiliser pour ses paramères les données de la compabilié naionale, e donc de l uiliser vraimen en poliique économique. Inroducion Le muliplicaeur kenésien es cher au cœur de ous ceux qui croien à la régulaion par les pouvoirs publics des économies en récession. Kenes lui-même l a inrodui dans sa Théorie Générale, puis il a précisé peu après son financemen avec créaion monéaire par le crédi bancaire. Ce cadre héorique a duré assez longemps, alors que deux graves défaus enrainaien beaucoup de confusion dans les éudes empiriques enreprises pour vérifier son effe. Le premier défau es qu il n a pas de emps. On parle de «ours» (rounds), e par exemple à chaque our on épargne une ceraine quanié. Mais la durée de ce our n es pas définie. Le deuxième défau es que le mécanisme es supposé financé par un crédi iniial créaeur de monnaie, alors que d aures modes de financemen son possibles. Ces défaus on perduré, e les choses n on guère évolué, jusqu au débu des années Un peu avan, le reour des récessions e même des crises, a ravivé l inérê sur la héorie kenésienne en général e sur le muliplicaeur kenésien en pariculier. Des perfecionnemens on éé alors apporés. Par exemple, Gesher S. (202) fai une snhèse de ces appors, qui comprennen l inroducion du emps, par une variable de nombre de ours par unié de emps, e l inroducion d aures sources de financemen. Il présene une version qui résume l éa acuel sous la forme d un «muliplicaeur inégré». Touefois, à nore sens il manque encore des caracérisiques essenielles. D abord, il s applique à la dépense «auonome», c es-à-dire en plus du foncionnemen normal de l économie. Cee dépense auonome es supposée circuler un cerain nombre de fois par période, mais on ignore ous les aures flux économiques, qui circulen aussi e son cerainemen aussi ribuaires d un mécanisme de muliplicaeur. Ensuie, e c es lié au poin précéden dans une ceraine mesure, il es difficilemen applicable à l économie réelle. Spilimbergo A. e al. (2009) noen la difficulé pour rouver des valeurs fiables, la principale difficulé éan que «Le défi empirique le plus grand es celui du biais de simulanéié.» Auremen di on ne sai pas bien démêler l effe de la dépense auonome de l évoluion de l économie à laquelle elle s applique. Noammen sur le caracère nécessairemen endogène de la monnaie qui ser à financer la dépense iniiale.

2 2 Nous nous appliquons donc à criiquer e inégrer les amélioraions déjà faies, e à répondre aux défaus ci-dessus. Nous en irons ce que nous avons appelé un «muliplicaeur global», qui s applique à oue l économie. L aricle es ariculé comme sui. Une première secion rappelle les fondemens classiques du muliplicaeur kenésien. Une deuxième secion expose les criiques qui on éé porées à son égard e les ajous qui on éé fais. La roisième criique le muliplicaeur «inégré» qui es l éa aujourd hui du muliplicaeur kenésien, e présene nore «muliplicaeur global». La quarième secion applique ce concep à l économie française, puis examine la conduie de la poliique économique à l aide du muliplicaeur. La cinquième secion discue les objecions possibles e conclu. I. Le muliplicaeur kenésien classique La définiion classique du muliplicaeur kenésien provien des équaions kenésiennes d équilibre macroéconomique bien connues Foncion de consommaion C = cy () c < propension à consommer, C consommaion, Y revenu des ménages Revenu disribué par les enreprises Y = C + I (2) Elles reçoiven les monans de la consommaion e de l invesissemen e le redisribuen. Uilisaion du revenu par les ménages Muliplicaeur Y = C + S (3) S épargne des ménages Les équaions () e (2) suffisen pour éliminer C e rouver Y = I c (4) La forme différenielle es emploée car la propension à consommer () es en réalié une foncion linéaire locale e non une relaion proporionnelle (hpohèse de Kenes sur la foncion de consommaion), e aussi parce que le cadre de la héorie du muliplicaeur es celui de la demande «auonome», c es-à-dire une dépense qui n es pas causée par le foncionnemen normal de l économie. Auremen di, cee demande d invesissemen a pour bu de se faire «en plus» de l équilibre économique, voire de déplacer celui-ci. Cee équaion (4) es souven présenée sous une forme apparemmen «dnamique», en réalié de saique comparaive Y = I c (5) Cee équaion es inerpréée comme une déerminaion de l accroissemen du revenu par un accroissemen de l invesissemen de l Ea. Il fau noer que selon l inerpréaion de Kenes cee causalié n es pas la seule, car il fau que cee augmenaion du revenu disribué corresponde à l augmenaion de la consommaion. On peu exprimer cee condiionnalié par C es-elle égale à Y I c, soi à c I? (6) Si c es le cas, l augmenaion d invesissemen es validée. En fai, l ajusemen es réalisé par l épargne qui finance l invesissemen. Comme on a I = S, il es facile de

3 3 voir que la condiion (6) es réalisée. Quoi qu il en soi, l inerpréaion usuelle de ce muliplicaeur, que nous appellerons «muliplicaeur sandard» es qu il perme de prévoir l effe d une dépense auonome (en fai l invesissemen) sur l emploi (en fai la producion Y) parce qu on raisonne dans une économie en sous-emploi, e donc que les dépenses auonomes, disribuées en revenu, son auomaiquemen validées par une demande effecive. II. Discussion du muliplicaeur sandard Kenes J.M. (936) a présené vraimen 2 l ajusemen de l épargne à l invesissemen comme un mécanisme auomaique. Il a exprimé en mos ce que d aures on exprimé en formules mahémaiques comme sui : A chaque «our» de disribuion du revenu correspondan à l invesissemen I, il es épargné s I, puis s( s) I, s( s) 2 I, ec.. La somme de cee série infinie es I. Les agens épargnen «auomaiquemen» de quoi financer l invesissemen. Cee inerpréaion gênane (l invesissemen n es pas possible sans épargne, donc sans décision préalable d épargne, conrairemen à ce que Kenes défendai) a éé corrigée par Kenes lui-même dans des écris posérieurs. Kenes J.M. (937a) e Kenes J.M. (937b) inroduisen le concep de la monnaie endogène, largemen accepé e uilisé aujourd hui. L enreprise finance son invesissemen en emprunan la monnaie à la banque qui la crée ex-nihilo. A ce sade aucune richesse maérielle n es créée car la monnaie déenue par l enreprise es compensée par la créance de la banque. Par conre l invesissemen crée de «vraies» richesses, don une parie es épargnée e perme de rembourser la créance. De cee manière c es bien l invesissemen qui crée l épargne 3. Depuis cee époque, une abondane liéraure que nous ne reprendrons pas ici a criiqué le muliplicaeur sous cee forme originelle. Les principales criiques peuven êre rouvées par exemple dans Gesher S. (202) 4.. La dépense «auonome» qui déclenche le processus es oujours l invesissemen public. Elle devrai pouvoir conenir aussi de la consommaion e des dépenses publiques ou privées. 2. Le muliplicaeur sandard développe la consommaion (e l épargne) induie par la circulaion du revenu dans les ours successifs, mais pas l invesissemen indui. 3. Il es arificiel de limier les dépenses au monan de la dépense auonome. Les agens on d aures sources (nouvel endeemen, diminuion des encaisses). Ces aures sources on éé suggérées noammen par Brown C. (2008) pour le cash-flow, Godle W. e Lavoie M. (2007) pour la richesse, Bhaduri A. (20) e Zezza G. (2008) pour le crédi. Ceci indui qu il a non seulemen des fuies vers l exérieur du circui mais aussi vers l inérieur, de sore que le muliplicaeur n es plus forcémen inférieur à. 4. Le dépense auonome doi êre impéraivemen financée par le crédi, sinon il ne s agi pas d un nouveau revenu. En France, oues ces criiques on aussi éé exprimées, noammen par Gnos C. (2008). Pour ce qui nous concerne, donnons les proposiions de Gesher S. (202) pour répondre à ces objecions. La relaion qui les résume es (égalisaion des enrées e des sories) ϕ L + D + N = Y + H + R (7) 2 Dans la Théorie Générale page 7 3 Ce pei hisorique explique pourquoi cerains kenésiens acuels s accrochen an à l endogénéié srice de la monnaie e voien rouge dès qu ils enrevoien un semblan d épargne préalable ou de monnaie exogène. Noons que sur ce dernier poin, il a erreur d inerpréaion car la monnaie exogène peu financer un invesissemen ou comme la monnaie endogène e sans appel à une épargne préalable. 4 Cee référence es récene e aisémen disponible sur Inerne, c es pourquoi nous l avons uilisée. De plus, Gesher S. (202) présene une version «inégrée» du muliplicaeur qui marque un réel progrès, e que nous examinons plus loin.

4 4 Toues les variables son des variaions par rappor à l éa de débu de période, on peu donc dire que la dépense qui déclenche la dépense iniiale es auonome, e que les effes le son égalemen. L dépense auonome, elle es supposée êre financée par le crédi. ϕ D N Y H R viesse de circulaion des revenus (en nombre de ours par unié de emps) Diminuion des encaisses Nouveaux crédis Dépenses de consommaion e d invesissemen de la période Thésaurisaion Epargne e remboursemen de dees L aueur regroupe les variables d épargne e crédi d un côé, les variables d encaisses de l aure, e les évalue par rappor à la dépense auonome. Soi R N = λ ϕ L H D = µϕ L La relaion (7) peu alors s écrire ( ) Y = ϕ λ µ L (8) Si la dépense auonome es unique, on obien pour les périodes suivanes n i Y + i = ϕ L ( λ µ ) (9) i= 0 i= 0 n L effe dans le emps de ce «muliplicaeur inégré» es analogue à celle du muliplicaeur sandard. Mais il a l avanage d inégrer une noion de emps (la période considérée éan dissociée du «our» logique), ainsi que les différenes formes d épargne e de hésaurisaion. III. Criique du muliplicaeur inégré e de la noion de dépense auonome, proposiion de refondaion. Les différens agens : Plusieurs des aueurs ciés plus hau se demanden pourquoi l invesissemen public semble êre le plus souven la seule source de dépense auonome. Gesher S. (2008) écri que les enreprises publiques ne devraien pas êre les seules considérées mais ne s éend pas sur le suje. En fai, l invesissemen privé des enreprises peu êre ajoué sans difficulé, mais l invesissemen des ménages es souven considéré comme de l épargne. Il en es ainsi dans la compabilié naionale. Nous considérerons qu il fau prendre en compe oues les dépenses qui paricipen à la croissance. 2. Invesissemen e crédi : Comme le rappelle Gesher S. (2008), un crédi pour invesissemen es raremen remboursé immédiaemen, e les enreprises on endance à empruner pour invesir. Mais ceci n es pas oujours vrai selon les époques e les siuaions économiques. L appor personnel es une règle pour les ménages, e l auofinancemen par les enreprises n es pas rare. Seul l Ea, en règle générale emprune oujours pour invesir. Mais son défici n es pas seulemen fai d invesissemen, ou pas forcémen. Pouran, il a consensus pour supposer que les dépenses qui on un effe muliplicaeur doiven êre financées par une monnaie nouvelle, elle-même générée par un nouveau crédi. Par ailleurs, à parir du momen où on inrodui les variables de crédi, on peu se demander quelle es la différence enre les crédis «ordinaires» appelés N e la dépense auonome L, égalemen supposée êre un nouveau crédi. Pour nore par, nous considérerons que les crédis qui génèren de nouveaux revenus son ous ceux qui son en excéden de l épargne e qui donc génèren une

5 5 dépense nouvelle. Ceci semble un crière plus sûr que celui de dépense auonome don on laisse le financemen dans l ombre. 3. L incrémen de dépenses e de revenus : La dépense «auonome» qui déclenche le processus e les revenus générés es oujours présenée avec un «dela», c es-à-dire en supplémen. Mais en supplémen de quoi? Les choses peuven êre claires pour la première période, dans ce cas c es le revenu Y mesuré juse avan la «dépense auonome» qui es la référence. Mais ensuie? Es-ce en plus du même Y? Ou d un Y +i qui évolue selon d aures forces économiques non définies? Pourquoi les raisons qui génèren des revenus après la «dépense auonome» ne seraien-elles pas les mêmes pour le rese du revenu naional? Ce flou sur le rese de l économie ne facilie pas les vérificaions empiriques. Pour une refondaion du muliplicaeur kenésien : Nous présenons une version de muliplicaeur de revenu naional (e non de dépense auonome), selon nous beaucoup plus opéraionnelle que celle du muliplicaeur radiionnel, fu-il perfecionné comme nous l avons monré ci-dessus. Cee ambiion enraîne la nécessié de considérer ous les agens e oues les ransacions de l économie. Il fau donc disinguer dans oues ces ransacions quelles son celles qui génèren une croissance des revenus, e il nous fau aussi pouvoir les mesurer, car selon nous un mécanisme de muliplicaeur ne peu êre accepé que s il peu êre vérifié. Inroducion des soldes financiers des seceurs La compabilié naionale organise ses compes financiers des seceurs insiuionnels (sociéés, Ea, ménages, rese du monde) en calculan leurs capaciés de financemen, qui es ce qu il leur rese après solde des dépenses e recees. Ces capaciés de financemen se compensen les unes les aures, parce que les enrées des uns son les sories des aures. Par conséquen on peu écrire, CDFP + CDFapu + CDFRdM = 0 (0) Dans cee relaion CDF p es la capacié de financemen «privée» c'es-à-dire celle des sociéés e des ménages, CDF apu es celle des adminisraions publiques, e CDF RdM es celle du rese du monde. Cee dernière es égale à ce que le rese du monde envoie vers le pas concerné, elle es donc égale à son solde exérieur couran au sens de la balance des paiemens. Noons aussi que ces capaciés de financemen coniennen d une par le solde des épargnes e des dees, d aure par le supplémen de monnaie accumulée. Si donc nous appelons EFP l épargne financière privée au sens des créances e des dees, DB le défici des adminisraions publiques de même naure e ECH le solde exérieur, si nous appelons M la masse monéaire, nous pouvons écrire EFP DB ECH + M M = 0 () Nous rerouvons ainsi plusieurs des grandeurs uilisées dans les différenes versions du muliplicaeur, avec la différence que nos variables son globales au lieu de s appliquer à un supplémen. Nous écrivons alors, à la manière de Gesher EFP DB ECH = λ (2) Dans cee relaion, λ représene donc, en raio au revenu oal, la «fuie» de revenu par épargne nee des différens agens. Nous inroduisons aussi ω, qui es analogue au ϕ de Gesher, qui mesure la viesse de circulaion des revenus e de la monnaie. On a donc d après () e (2)

6 6 λ = M M = ω ω Soi en réordonnan, une première manière d obenir le muliplicaeur global ω = ω + ω λ (3) La masse monéaire Le muliplicaeur global fai inervenir, dans sa déerminaion, la masse monéaire e noammen sa viesse de circulaion. Or ce recours à la masse monéaire, qui es mise en relaion avec les mouvemens d épargne e de dees, peu soulever plusieurs quesions. D abord, comme l on monré plusieurs aueurs par exemple Creel J. e Serdniak H. (999), la masse monéaire a perdu au fur e à mesure des progrès echniques ses conours nes. En raison de cee évoluion, cerains kenésiens d aujourd hui considèren que la monnaie n es plus qu un acif parmi d aures, e que la variable imporane es le crédi, qui seul génèrerai un nouveau pouvoir d acha. Le problème avec cee argumenaion es que ce crédi n es pas mieux mesurable que la monnaie de ransacion. E après ou, on ne peu reirer à cee monnaie de ransacion le privilège d êre à la fois l exace conreparie des ransacions réelles e la race de l endeemen e de l épargne. En effe, si l endeemen es plus grand que l épargne, de la monnaie es créée. Elle es déruie dans le cas opposé. On peu ainsi dire que la masse monéaire es la race de oues les opéraions de créances e de dees. Alors essaons de voir ce qui se passe si les agens réduisen leurs encaisses par rappor à leurs achas en les plaçan en épargne à vue (quasi-monnaie), ce qui es l exemple pe du brouillage visé par les déraceurs de la masse monéaire. Dans ce cas, les agens esimen que leurs achas courans peuven êre réglés avec moins de monnaie qu auparavan, e ils von donc faire ourner cee monnaie plus vie. La volailié de la masse monéaire peu donc êre vue comme une volailié de la viesse de circulaion de la monnaie. Sous réserve de bien prendre en compe e de mesurer ces variaions de la viesse de circulaion, l uilisaion de la masse monéaire comme variable ne devrai donc pas poser de problème. Il nous fau aussi parler de la déhésaurisaion, que Gesher S. (2008) raie comme une source auonome par rappor à la source du crédi. En réalié, la monnaie hésaurisée provien aussi du crédi, e il n a guère de différence enre la décision de hésauriser davanage e celle de faire ourner la monnaie moins vie. En conséquence, cee variable es conenue dans celle de la viesse de circulaion. C es pourquoi nous éliminons cee grandeur. Nous allons mainenan reprendre les noions élaborées plus hau, e rerouver ainsi le muliplicaeur «global» de plusieurs manières. Formalisaion en emps coninu Soi () le revenu par unié de emps au emps. Ce revenu «ourne», comme nous l avons indiqué plus hau, ω fois par uniés de emps. Cee circulaion des revenus s accompagne d une circulaion égale e en sens inverse de la monnaie qui ser aux paiemens des ransacions. L épargne nee, qui dérui de la monnaie pour le même monan, es supposée proporionnelle à ce flux de revenus, avec un raio λ. Ensuie, le supplémen de revenu es généré en faisan «ourner» cee monnaie ω fois par uniés de emps. Ce qui se formalise par dm = λ d d = ω dm = λω d L inégraion de cee équaion différenielle donne (4)

7 7 ( ) e ωλ = (5) 0 On consae que le paramère qui agi sur la croissance es ωλ. Pour avoir plus de croissance il fau plus de crédi (moins d épargne) ou plus de viesse de circulaion. Si λ e/ou ω dépenden du emps, la foncion se complique ( ) ω ( u) λ ( u) du 0 0 = e (6) Remarquons que (4) donne aussi d d = λω Nous ne nous éendrons pas sur cee manière de calculer le muliplicaeur, car nous privilégions la formulaion en emps discre, qui perme mieux la prise en compe de périodes longues (par exemple annuelles). Formalisaion en emps discre : Si un revenu () es généré par la circulaion d une masse monéaire m(), la viesse de circulaion ω es définie par = ω m (7) Cee monnaie provien du bilan du crédi e de l épargne, qui es proporionnel au revenu. Le problème se pose de savoir si cee généraion du crédi e de l épargne es insananée, ou si elle prend un cerain emps, e si dans ce dernier cas il ne faudrai pas prendre en compe ce effe de reard. Nous négligeons ce problème pour l insan e supposons que la monnaie es générée dans la même période. m m = λ (8) La relaion (8) donne, après uilisaion de (7) = ω ω ( + ω λ ) Nous rerouvons le muliplicaeur exprimé plus hau en (3). On peu observer que la croissance es d auan plus fore que la viesse de circulaion augmene e que le aux d épargne nee diminue. Le faceur /(+ωλ) qui es proche de ( - ωλ) si ωλ es faible devan, es analogue au faceur aénuaeur de la dépense auonome dans le muliplicaeur classique. En effe, si par exemple ω e λ son consans, e si on considère l équaion (9), on peu chercher quel es l ensemble du revenu généré par la «dépense iniiale» 0. On peu alors écrire 0 ( ) = = + ωλ λω 0 = = (9) Si on compare ce résula avec celui de l équaion «kenésienne» (5), on voi que le faceur ωλ joue un rôle similaire à celui de s = c. Inroducion de monnaie exogène Le monnaie exogène peu for bien s ajouer à la monnaie endogène pour financer la croissance de l économie. L argen n aan pas d odeur, cee inroducion de monnaie supplémenaire diminue l épargne nee ou comme l endeemen. Dans les deux cas, il a fourniure de nouveaux moens de paiemen. Si on veu formaliser cee siuaion, on peu représener par µ le raio au PIB de la monnaie exogène inroduie à la période. On obien alors à parir de (8) e (9) ( λ µ ) m m = +

8 8 = ω ω ω λ µ ( + ( )) IV. Applicaion des chiffres de la compabilié naionale pour l économie française Supposons que nous disposons de mesures de Y e de M pour les différenes périodes. L équaion (7) perme alors facilemen de calculer ω e ω -. Puis, aan ces deux valeurs, il es possible de calculer ωλ par (9). ω λ ω = (20) ω Les graphiques ci-dessous donnen les résulas de 98 à 200. Présenons d abord l évoluion du aux de croissance du revenu naional Y. Cee période es caracérisée par une chue du aux de croissance du PIB nominal, principalemen à cause de la désinflaion. Ensuie cee croissance nominale es enre 2 e 5%, à l excepion de La viesse de circulaion

9 9 Cee viesse a une évoluion coninue. D environ 3,7 roaions par an au débu des années 980, elle es monée jusqu à 4,6 au débu des années 990. Depuis 995 environ, elle décroî assez rapidemen pour êre en 200 un peu en-dessous de 3. Cee dernière évoluion conredi l hpohèse de la fuie depuis les compes à vue vers les compes d épargne coure qualifiés de «quasi-monnaie». Noons qu avec plusieurs roaions dans la période annuelle qui es la nôre, l hpohèse que l épargne nee formée dans l année a son effe dans la même année rese simplificarice, mais devien plus crédible qu avec des périodes plus coures. Coefficien d épargne nee λ L évoluion de ce coefficien es un peu plus «heurée» que celle de la viesse de circulaion. Il fau dire que l épargne nee es influencée par plusieurs variables qui on une ceraine indépendance enre elles - La dnamique de l épargne financière brue - la dnamique de l endeemen qui joue en sens inverse - la dnamique de l invesissemen, qui n es pas indépendane de l endeemen, mais qui a son évoluion propre, - la dnamique du commerce exérieur, qui appore en posiif ou en négaif. Malgré ces flucuaions, on peu dire que depuis 995, ce paramère évolue enre 0,03 e 0,0 (sauf 2008 avec une valeur proche de 0). L exemple de la période : Il es inéressan d examiner cee période qui a vu un «acciden» de croissance excepionnel PIB %PIB 0,0493 0,0246-0,0227 0,023 M ω 3,54 3,72 3,52 3,30 λ calculé -0,038 0,0069-0,0087-0,0255 On observe la récession nominale en On observe aussi qu en 2008 la masse monéaire a diminué mais que la viesse de circulaion a augmené ce qui a aénué le

10 0 choc. Enfin, on voi que l épargne devien posiive en 2008 mais la récession es en Nous renconrons ici les limies de nore schémaisaion e noammen de la période annuelle. On se souvien que la crise es survenue en fin d année Avec une viesse de roaion de 3 à 4 fois par an, une augmenaion de l épargne peu avoir un effe reardé de quelques mois. La remonée de l épargne a donc éé rop ardive en 2008 pour avoir un effe cee même année. De même en 2009 elle es redevenue négaive probablemen cours d année (noammen par l endeemen massif de l éa) de sore qu elle es globalemen faiblemen négaive cee année-là. Poliique économique D après nore muliplicaeur, si on fixe les valeurs de la viesse de circulaion e de l épargne nee, le aux de croissance es fixé égalemen d après (9). Pour influer sur le aux de croissance, il fau donc infléchir soi ω, soi λ. Influer sur la viesse de circulaion es possible, mais les effes dans le emps son difficilemen prévisibles. Pour l augmener, il es possible de - inerdire la rémunéraion des compes courans - à la limie, axer les compes courans (monnaie fondane) Ces acions soi poliiquemen difficiles à faire acceper. Par ailleurs, elles on pour bu de changer les habiudes de gesion de leurs encaisses par les agens, le résula n es donc pas cerain. Si les agens ne veulen vraimen pas dépenser, ils peuven épargner l argen au lieu de le hésauriser. On rerouve alors la problémaique de l endeemen ne. Car il es plus facile d influer sur l épargne nee ou, plus globalemen, sur les faceurs d augmenaion ou de diminuion de la quanié de monnaie générée, monnaie don il fau s assurer qu elle finance de nouveaux revenus. On revien là à un endeemen supplémenaire de l Ea ou des aures agens économiques, ou à une inroducion de monnaie exogène, dans ous les cas pour financer des invesissemens nouveaux ou de nouveaux emplois. Essaons de chiffrer une elle acion de relance. D après (9), le aux de croissance si ω es consan es e ωλ = α = = + ωλ + ωλ α λ = ω ( + α) (2) (22) Si acuellemen nous sommes en croissance 0 en volume, soi environ 2% en nominal, e qu on suppose ω = 3, ceci signifie d après (22) que λ vau 0,0065. Si on veu 5% de croissance nominale soi α=0,05, on rouve par (22) que λ= 0,06. Ceci signifie que λ doi diminuer de % de PIB. Il s agi ensuie de déerminer qui va assumer ce endeemen supplémenaire de % du PIB chaque année. Il s agi en fai de baisse d épargne nee. Plusieurs moens son possibles pour provoquer une elle baisse - L endeemen de l Ea, qu il soi réel ou annulé par don de la banque cenrale, qui invesi. C es le cadre de l acion kenésienne classique. - L endeemen privé : comme il es peu souhaiable d incier les ménages à s endeer oure-mesure, ce son les enreprises qu il fau incier à invesir en s endean, par une poliique du crédi adapée e une baisse des aux d inérê, une baisse des axes sur l invesissemen, ec. - Amélioraion du solde commercial, quels qu en soien les moens (compéiivié, drois de douanes)

11 - Décourager l épargne soi en baissan les aux crédieurs, soi en la axan, soi auremen. Ce n es pas éviden, mais cela rese possible. V. Discussion e conclusion Plus d un économise sera sans doue éonné que nous uilisions la monnaie circulane M comme une pièce essenielle de nore raisonnemen. Pour cerains, dire qu ils seron éonnés sera même sans doue un euphémisme. Pour répondre à leur criique poenielle, présenons quelques argumens. Premièremen, nous l avons expliqué, cee uilisaion de la masse monéaire es un moen de mesurer la capacié de l économie à créer de nouveaux revenus e donc à provoquer une croissance de la producion e de l emploi. Ceci ne veu pas dire que cee variable es le déerminan principal de la croissance. Ces déerminans, il fau pluô les chercher du côé de l endeemen pour invesissemen, ou, plus généralemen, pour créaion de nouveaux revenus qui, conformémen au schéma kenésien classique donneron lieu à l épargne qui permera de rembourser les dees. Mais ces déerminans son, nous l avons exposé, inobservables ou difficilemen observables. C es pourquoi nous nous sommes rabaus sur la masse monéaire, e les résulas, nous semble--il, son pluô encourageans. Deuxièmemen, pour provoquer la croissance, il ne faudrai pas inférer de nos développemens qu il suffi d augmener la masse monéaire. Celle-ci n es qu une conséquence de l augmenaion des revenus. Une aure criique possible de nore muliplicaeur es que son aspec dnamique peu êre discué. Comme nous l avons évoqué, la formaion de l épargne e la mise en œuvre des dees son des processus qui ne son pas insananés, ils prennen donc un cerain emps avan de se raduire par de la producion e de l emploi. Ceci es pariculièremen vrai pour les programmes d invesissemen. Touefois, même si ces invesissemens ne son pas encore producifs, dès lors qu on dépense de l argen pour les mere en œuvre, on disribue de nouveaux revenus. Personne ne s endee pour une grosse somme e garde ensuie cee somme sur son compe couran si l invesissemen ne doi pas êre financé immédiaemen. Si ceci arrive, l invesisseur placera la somme à cour erme en aendan de pouvoir la dépenser uilemen. Alors l épargne correspondane compensera la dee. En d aures ermes ou bien l agen es dépensé e génère de nouveaux revenus, ou bien il n apparaî pas dans le bilan financier de l économie. Par conséquen, enre le momen où une somme apparaî comme générée, c es-à-dire qu on consae une nouvelle dee sans épargne en face, e le momen où cee somme paricipe à l expansion économique, il ne devrai pas s écouler une durée longue. En conclusion, le progrès le plus imporan nous semble êre que devien possible la mesure du muliplicaeur e son applicaion à l économie réelle. Jusqu à mainenan oues les enaives de mesurer le muliplicaeur sur des iniiaives gouvernemenales réelles de dépenses auonomes on éé compliquées e criiquables. Ce n es plus le cas avec le muliplicaeur global.

12 2 BIBLIOGRAPHIE Bhaduri, A. (20), Financializaion in he Ligh of Kenesian Theor, PSL Quarerl Review 64 (256), 7 2. Brown, C. (2008), Inequali, Consumer Credi and he Saving Puzzle, Edward Elgar, Chelenham. Creel J. e Serdniak H. (999) «Pour en finir avec la masse monéaire», Revue Economique, 50 (3) Gnos, C. (2008), The muliplier, he principle of effecive demand and he finance moive: A single coheren framework, C. Gnos and L.-P. Rochon, eds., The Kenesian muliplier, Rouledge, London, pp Kenes, J. M. (936), The General Theor of Emplomen Ineres and Mone, Harcour, Brace & Compan, New York. Kenes, J. M. (937a), Alernaive Theories of he Rae of Ineres, Economic Journal 47 (86), Kenes, J. M. (937b), The Ex-Ane Theor of he Rae of Ineres, Economic Journal 47 (88), Gesher, S. (202), The muliplier principle, credi mone and ime MPRA Paper No Godle, W. e Lavoie M. (2007), Monear economics: An inegraed approach o credi, mone, income, producion and wealh, Palgrave Macmillan, Basingsoke. Spilimbergo, A., Smanski S. e Schindler M., Fiscal Mulipliers, IMF Saff Posiion Noe SPN/09/, URL hp://www.imf.org/exernal/pubs/f/spn/2009/spn09.pdf Zezza, G. (2008), U.S. growh, he housing marke, and he disribuion of income, Journal of Pos Kenesian Economics 30 (3),

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Quels sont les liens entre monnaie et inflation?

Quels sont les liens entre monnaie et inflation? 6 mai 9 - N 16 Quels son les liens enre monnaie e inflaion? RECHERCHE ECONOMIQUE Rédaceur : Sylvain Broyer Il es éviden que le risque inflaionnise par l économie es inexisan aujourd hui. Mais il se pose

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Solutions AUTOMATISMES. L essentiel

Solutions AUTOMATISMES. L essentiel AUTOMATISMES Freinage élecronique des Les variaeurs de viesse on beaucoup évolué ces dernières années, an en ermes de performance echnique que de coû. Cela leur a permis de conquérir de nouvelles posiions,

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public Formaion : Les achas publics durables (Ref : 3292) Appliquez la proecion de l'environnemen e le bien-êre social dans l'acha public COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

( ) et est alors représenté par le graphe ci-

( ) et est alors représenté par le graphe ci- LE SIGNAL SINUSOIDAL : PRODUCTION ET OBSERVATION Le bu de ce premier TP es d une par la prise en main du maériel nécessaire pour l observaion des ondes lors de la prochaine séance (uilisaion de l oscilloscope),

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 +

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 + Universié Pierre e Marie Curie Licence de Mahéaiques Séries e inégrales généralisées - Approfondisseen (2M26) Janvier-Juin 25. Devoir Maison n o Exercice : Convergence e calcul d inégrales. Éudier la naure

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information S si Noms : Prénoms : Classe : Dae : Serrure ERM Eude de la foncion caper une informaion TP 2 heures Noe : /20 Problémaique Dans la serrure ERM, lorsque le code es valide, des capeurs son uilisés afin

Plus en détail

Distributeur automatique de café

Distributeur automatique de café BACCALAUREAT GENERAL Session 2002 Série S Sciences de l Ingénieur ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Coefficien : 6 Durée de l épreuve : 4 heures Son auorisés les calcularices élecroniques e le maériel

Plus en détail

Gestion Actif Passif et Solvabilité

Gestion Actif Passif et Solvabilité Gesion Acif Passif e Solvabilié Charles Descure & Crisiano Borean Generali France 7/9 Boulevard Haussmann 759 Paris Tel. : +33 58 38 86 84 +33 58 38 86 64 Fax. : +33 58 38 8 cdescure@generali.fr cborean@generali.fr

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants?

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants? Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 28 février 2015 De l inscripion à la publicaion des résulas en ligne à l Universié de Lomé : quels impacs sur l adopion des TIC chez les éudians? Halourou MAMAN, Universié

Plus en détail

Exercices M1: Cinématique du point. A) Questions de compréhension. LCD Physique 2eBC 1 Ex2eMeca1_13.docx 04/11/2013

Exercices M1: Cinématique du point. A) Questions de compréhension. LCD Physique 2eBC 1 Ex2eMeca1_13.docx 04/11/2013 LCD Physique ebc 1 Exercices M1: Cinémaique du poin A) Quesions de compréhension 1) Un voyageur dans un rain en mouvemen à viesse consane laisse omber un obje. Esquisser l allure de la rajecoire : pour

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Le retour de l effet boule de neige

Le retour de l effet boule de neige Bureau fédéral du Plan /10/HJB/bd/2824 Le reour de l effe boule de neige Exposé à l Insiu Belge des Finances Publiques le 4 juin 2010 Henri BOGAERT C es en 1981 que j ai rédigé une noe don le ire imagé

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

2.1 Envoi d'un message

2.1 Envoi d'un message MESSAGES Oulook 2013 2.1 Envoi d'un message La messagerie es desinée à l'envoi e à la récepion du courrier élecronique. Six dossiers peuven conenir les messages : les dossiers Boîe de récepion, Brouillons,

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité

SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité SECONDE PARTIE ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE DE LIQUIDITÉ Erwan Le Saou - Novembre 2000. 169 Au cours de la première parie de cee hèse, nous avons mis en relief l aspec «microsrucurel» de la liquidié.

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement La siuaion financière des sociéés non financières en France 199- Baisse du aux d épargne e recours accru à l endeemen Jean-Luc CAYSSIALS Direcion des Enreprises Observaoire des Enreprises Olivier VIGNA

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

L oscilloscope numérique

L oscilloscope numérique L oscilloscope numérique Ce documen résume le principe de foncionnemen d un oscilloscope numérique e déaille les réglages possibles du modèle uilisé en séance de ravaux praiques. 1 Principe de foncionnemen

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques Parie. L'uilisaion des saisiques économiques Enseignan A. Direr Licence 2, er semesre 2008-9 Universié Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suie Nous avons vu dans l'inroducion que l'uilisaion des

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Concours de conseiller principal d'éducaion - Ecri (Ref : 2323) Duran 4 jours, les candidas au concours de conseiller principal d'éducaion en voie exerne pourron maîriser la méhodologie des épreuves écries

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Claudio Araujo, CERDI 1

Claudio Araujo, CERDI 1 0/09/03 Macroéconomérie I. Naissance de la modélisaion macroéconomérique : Cowles Commission and London chool Economics Claudio Arauo CERDI, Universié d Auvergne Clermon-Ferrand, France www.cerdi.org hp://www.cerdi.org/claudio-arauo/perso/

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704)

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Mahémaiques Nombre d'exercices : 4 exercices Noe : L'exercice 4 es une pure copie d'un exercice d'un devoir surveillé de l'an dernier. Cela ne

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Capteurs CCD (Charge Coupled Device)

Capteurs CCD (Charge Coupled Device) Capeurs CCD (Charge Coupled Device) 1 NOTION SUR LES CONDUCTEURS, SEMI-CONDUCTEURS ET ONDES LUMINEUSES... 2 1.1 STRUCTURE DE LA MATIERE... 2 1.2 LES ISOLANTS... 2 1.3 LES CONDUCTEURS... 2 1.4 LES SEMI-CONDUCTEURS...

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

LES CAPTEURS. Perturbations. Acquérir et coder une information. Capteur

LES CAPTEURS. Perturbations. Acquérir et coder une information. Capteur CPGE / Sciences Indusrielles pour l Ingénieur CI9 Capeurs LES CAPTEURS Le domaine indusriel a besoin de conrôler de rès nombreux paramères physiques (longueur, force, poids, pression, déplacemen, posiion,

Plus en détail

Le modèle de Black Scholes

Le modèle de Black Scholes Le modèle de Black Scholes Philippe Briand, Mars 3 1. Présenaion du modèle Les mahémaiciens on depuis longemps essayé de résoudre les quesions soulevées par le monde de la finance. Une des caracérisiques

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63 La souenabilié de la poliique budgéaire dans la zone Uemoa (union économique e monéaire oues-africaine) : essai d évaluaion héorique e empirique. Felwine Sarr *, LEO, Universié d Orléans, janvier 2005

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail