Stationnement et macarons : enquête auprès des habitants détenteurs de macarons en Ville de Genève

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Stationnement et macarons : enquête auprès des habitants détenteurs de macarons en Ville de Genève"

Transcription

1 République et Canton de Genève Département du territoire Office cantonal de la mobilité Stationnement et macarons : enquête auprès des habitants détenteurs de macarons en Ville de Genève rapport de synthèse mars 2006 réalisation : Observatoire Universitaire de la Mobilité (UNIGE)

2 2

3 3 Avant-propos L Office cantonal de la mobilité du canton de Genève et le Service de la mobilité de la Ville de Genève ont souhaité pouvoir mieux appréhender le fonctionnement du système macarons et la situation du stationnement dans les quartiers. Ils ont mandaté l Observatoire Universitaire de la Mobilité (OUM) de l Université de Genève afin de préparer et d analyser une enquête téléphonique auprès d habitants détenteurs de macarons de stationnement en Ville de Genève. L enquête a été réalisée par l institut érasm en partenariat avec la Fondation des parkings. Ce document constitue le rapport de synthèse de l étude réalisée. Les analyses complètes sont présentées dans le rapport technique de l étude, «Stationnement et macarons : enquête auprès des habitants détenteurs de macarons en Ville de Genève : rapport technique, mars 2006». Ces deux documents se limitent à présenter, à analyser et à interpréter les résultats de l enquête réalisée. Ils n ont pas pour but la proposition de mesures nouvelles en matière de politique du stationnement. Table des matières L étude et ses objectifs... 4 Zones macarons sélectionnées pour l enquête... 5 Les principaux enseignements de l étude... 6 Qui sont les détenteurs de macarons?... 6 Quelles sont les conditions de recherche de places de stationnement dans les zones macarons?... 7 Quels ont été les changements de comportement des détenteurs depuis l introduction du système macarons?... 9 Quelle est la sensibilité des détenteurs au prix du stationnement?... 9 Quelles sont les mesures souhaitées pour améliorer le fonctionnement du système macarons?... 11

4 4 L étude et ses objectifs La présente étude a eu pour but de répondre aux questionnements suivants : Qui sont les détenteurs de macarons et quels sont leurs comportements en matière d utilisation de la voiture? Il s agissait ici notamment de préciser comment les détenteurs se caractérisent relativement à différents indicateurs de transport (nombre de macarons et de voitures dans le ménage, disposition d une place de stationnement privée) et à quel(s) moment(s) et à quelle(s) fréquence(s) ils utilisent leur voiture ; Quelles sont les conditions de recherche de places dans les zones macarons et quel est l avis des détenteurs de macarons sur ce système de gestion du stationnement? Le but était ici d évaluer la difficulté à trouver une place de stationnement dans les zones macarons, de déterminer le type de places de stationnement utilisées par les détenteurs, de connaître enfin l avis des détenteurs sur l évolution des conditions de recherche de places et sur le système macarons lui-même ; Quels ont été les changements de comportement des détenteurs en matière de stationnement depuis l introduction du système macarons? Il s agissait ici d évaluer dans quelle mesure on a assisté, suite à l introduction des macarons, à un report du stationnement des habitants de l offre privée vers l offre publique sur voirie ; Quelle est la sensibilité des détenteurs aux prix du stationnement? L objectif était ici de préciser le prix maximum acceptable par les détenteurs pour le macaron, ainsi que d évaluer leur disposition à louer une place privée et le montant qu ils seraient prêts à y consacrer ; Quelles mesures sont-elles souhaitées par les détenteurs pour améliorer le fonctionnement du système? Afin d apporter des réponses à ces questionnements, l étude se base sur une enquête téléphonique réalisée au mois de septembre 2005 par l'institut érasm auprès d un échantillon représentatif de détenteurs de macarons de stationnement pour habitants. Cet échantillon a été construit sur la base des données sur les détenteurs fournies par la Fondation des parkings. L utilisation de ces données a fait l objet d une procédure LITAO afin de respecter l anonymat des détenteurs de macarons interrogés. L enquête a été réalisée dans les quatre zones macarons suivantes : zone D Eaux-Vives, zone H Cluse, zone K Grand-Pré, zone L Pâquis. Ces quatre zones ont été choisies sur la base d une analyse multicritères réalisée par l Observatoire Universitaire de la Mobilité au mois de mars Le choix a privilégié des quartiers où la pression sur l offre de stationnement est élevée. Dans chacune des zones, l enquête a porté sur un échantillon de 300 détenteurs de macarons. Cette structure de l échantillon a permis la comparaison des réponses données par les détenteurs des quatre zones considérées et la mise en évidence d éventuelles différences significatives entre celles-ci. Les analyses ont été réalisées, d une part, pour l échantillon complet, en pondérant les données afin de tenir compte du poids respectif de chacune des quatre zones d enquête au niveau du nombre de macarons habitants délivrés 2, d autre part, pour chaque zone d enquête prise individuellement. Toutefois, ce rapport de synthèse se concentre sur les résultats globaux de l étude. 1 Boillat P., Loubier J.-C., Pini G., Détermination d une méthodologie pour une enquête relative au stationnement dans les zones macarons en Ville de Genève : rapport final, Observatoire Universitaire de la Mobilité, Université de Genève, mars Au 30 septembre 2005, la zone D Eaux-Vives comptait macarons habitants, la zone H Cluse 2'506, la zone K Grand- Pré 2'309, la zone L Pâquis 1'553.

5 5 Zones macarons sélectionnées pour l enquête Zones macarons Taux de motorisation (véhicules/1'000 habitants) Attractivité du système macarons (macarons vendus/véhicules immatriculés) Macarons Places bleues Macarons vendus/places bleues D Eaux-Vives % H - Cluse % K Grand-Pré % L - Pâquis % Source : OCM, secteurs macarons, données de base 2005

6 6 Les principaux enseignements de l étude Qui sont les détenteurs de macarons? Les détenteurs de macarons exercent très largement une activité professionnelle régulière (dans 75% des cas). Environ 20% d entre eux vivent au sein d un ménage disposant de plus d une voiture et 11% au sein d un ménage disposant de plus d un macaron. Près de 15% des détenteurs sont également locataires ou souslocataires d au moins un emplacement de stationnement privé à leur domicile (place en plein air, dans un garage ou dans un parking). Près de 9% des détenteurs de macarons vivent au sein de ménages disposant de davantage d options de stationnement à durée illimitée à leur domicile que de voitures. Typiquement, il s agit de ménages possédant une seule voiture et ayant acquis le macaron en complément d une place de stationnement réservée. Ils bénéficient ainsi d une plus grande flexibilité en matière de stationnement (par exemple prêt de la place privée lors de la réception d invités à domicile, sous-location de la place privée, etc.). La plupart des détenteurs (plus de 85%) ont opté pour le macaron dès que possible, sans véritable période d essai, c est-à-dire dès l introduction du système dans leur quartier, dès leur arrivée dans leur quartier actuel ou dès qu ils ont possédé ou pu utiliser une voiture. Deux détenteurs sur trois utilisent leur voiture de manière régulière en semaine (au moins une à deux fois par semaine) durant les heures de travail (avant 8h00 du matin et jusqu en fin de journée ou jusqu au soir). Un détenteur sur deux utilise sa voiture régulièrement (au moins une à deux fois par semaine) en soirée (dès 19h00) et surtout près de neuf détenteurs sur dix utilisent leur voiture régulièrement le week-end (au moins deux à trois week-ends par mois), qui apparaît ainsi comme le moment privilégié pour l usage de la voiture (déplacements pour les motifs loisirs et achats notamment). Un peu plus d un tiers des détenteurs utilisent leur voiture régulièrement aux trois moments considérés (durant les heures de travail, le soir et le week-end), mais un peu moins de 12% d entre eux utilisent leur voiture régulièrement le week-end uniquement. Enfin, seuls environ 3% indiquent n avoir aucune utilisation régulière de leur véhicule. Détenteurs de macarons utilisant leur voiture régulièrement, selon le moment, en % % 52.2% 88.3% Utilisation régulière toute la journée Utilisation régulière en soirée Utilisation régulière le week-end

7 7 Quelles sont les conditions de recherche de places de stationnement dans les zones macarons? La grande majorité des détenteurs (plus de 70%) jugent qu il est difficile, voire très difficile, de trouver une place de stationnement dans leur zone durant la journée (entre 8h00 et 19h00). Le jugement est encore plus négatif en ce qui concerne la recherche de places durant la soirée (96%), période marquée par une très forte pression de la demande sur l offre de stationnement (retour des habitants à leur domicile, déplacements pour le motif loisirs de visiteurs). On retrouve un jugement comparable pour le stationnement durant la nuit (plus de 90%), période durant laquelle on n enregistre que très peu de mouvements de véhicules, et par conséquent très peu de libérations de places, jusqu au matin. Une très forte majorité de détenteurs de macarons (près de 73%) considèrent que la période la plus critique pour rechercher une place se situe en-dehors des heures de réglementation du stationnement (entre 8h00 et 19h00), contre seulement un peu plus de 10% durant les heures de réglementation du stationnement (entre 8h00 et 19h00). L analyse du temps consacré habituellement à rechercher une place de stationnement confirme les difficultés rencontrées pour se garer dans les zones macarons. Ainsi, seuls un quart des détenteurs déclarent trouver habituellement une place en 10 minutes ou moins, un peu plus d un tiers affirment mettre entre 10 et 20 minutes pour se garer, et un dernier tiers estiment passer habituellement plus de 20 minutes à rechercher une place de stationnement. Une très large majorité des détenteurs ont déclaré s être garés sur des places bleues la dernière fois qu ils ont cherché une place dans leur zone macarons (près de neuf détenteurs sur dix). L utilisation d autres types de places est donc rare. Ainsi, seuls 6% des détenteurs ont stationné leur véhicule sur une place à horodateur ou une case pour livraison. Cependant, les détenteurs utilisant régulièrement leur voiture durant les heures de travail, et dont on peut supposer qu ils regagnent par conséquent leur quartier en-dehors ou peu avant la fin des heures de réglementation du stationnement, se garent plus souvent sur des places à horodateurs ou sur des cases pour livraison que les autres. Quant au parcage illicite, il concerne 4% des détenteurs. Les avis des détenteurs sont contrastés sur l évolution de la difficulté à trouver une place de stationnement depuis la mise en place du système macarons. Une légère majorité d avis négatifs se dégage cependant. Ainsi, près de 40% des enquêtés considèrent que la recherche d une place dans leur quartier de domicile était plus facile avant la mise en place du système, un peu plus de 30% estiment que trouver une place était au contraire plus difficile auparavant et près de 30% sont d avis qu il n y a pas eu de changement. Avis sur l évolution de la facilité à trouver une place de stationnement depuis la mise en place du système macarons, en % des détenteurs (713 répondants) 39.9% 30.7% 29.4% C'était plus difficile avant Il n'y a pas eu de changement C'était plus facile avant Si la difficulté à trouver une place est très largement soulignée par les détenteurs, ceux-ci semblent néanmoins être souvent conscients que le système macarons n est pas forcément responsable de cette situation. Ainsi, une majorité (57.5%) des détenteurs sont d avis que si le système macarons et les zones bleues étaient supprimés et

8 8 les zones blanches réintroduites, la recherche d une place de stationnement dans leur quartier serait plus difficile ou même beaucoup plus difficile qu aujourd hui. A l inverse, seule une minorité des détenteurs (16%) estiment qu il serait alors plus facile de trouver une place. Avis sur les conséquences d une suppression de la zone bleue et d une réintroduction des zones blanches sur la facilité/difficulté à trouver une place de stationnement dans son quartier, en % des détenteurs (1088 répondants) 4.6% 23.3% 34.2% 11.4% 26.5% Beaucoup plus facile qu aujourd hui Plus facile qu'aujourd'hui Identique à aujourd'hui Plus difficile qu'aujourd'hui Beaucoup plus difficile qu aujourd hui Ces résultats confirment les difficultés rencontrées pour se garer et la forte pression sur l offre de stationnement de centre-ville, en particulier durant la soirée et la nuit. Cependant, le système macarons en lui-même n apparaît pas en cause. Les tensions proviennent plutôt de l inadéquation entre une demande relativement élevée et un domaine public aux dimensions limitées et non conçu pour répondre à toutes les demandes de stationnement. Il est en effet nécessaire de considérer notamment l'offre privée et l'offre en ouvrage.

9 9 Quels ont été les changements de comportement des détenteurs depuis l introduction du système macarons? Avant la mise en place du système macarons, une très large majorité des détenteurs (81.6%) avaient déjà pour habitude de garer leur voiture dans la rue, mais une part significative d entre eux (8.8%) se garaient habituellement sur une place louée (place privée ou abonnement dans un parking collectif). Près de 9% des détenteurs affirment avoir renoncé à une place privée dans leur quartier actuel pour prendre plutôt un macaron et près de 11% disent avoir acquis un macaron en complément d une place privée. Une part significative de la demande de stationnement des habitants s est donc reportée de l offre privée vers l offre publique sur voirie. Renoncement à une place privée pour prendre un macaron, en % des détenteurs (1195 répondants) 10.8% 8.8% 80.4% Oui Non, jamais de place louée dans ce quartier Non, macaron pris en complément d une place privée Quelle est la sensibilité des détenteurs au prix du stationnement? Une part importante de détenteurs sont réfractaires à une faible augmentation du prix du macaron, fixé actuellement à 180 francs par année, soit 15 francs par mois. En effet, près de deux tiers d entre eux déclarent qu ils ne seraient plus disposés à acquérir le macaron si son prix se situait entre et 20 francs mensuels. Parmi ceux-ci, les deux tiers déclarent même ne pas être prêts à aller au-delà du prix pratiqué actuellement. Prix mensuel à partir duquel les détenteurs déclarent ne plus être prêts à acquérir le macaron, en % des détenteurs (949 répondants) 3.7% 11.1% 9.3% 12.7% 63.2% Entre 15.1 et 20 francs Entre 20,1 et 25 francs Entre 25,1 et 30 francs Entre 30,1 et 40 francs Plus de 40 francs

10 10 Cependant, plus de 44% des détenteurs déclarent avoir connaissance de places de stationnement à louer à proximité de leur domicile et plus d un détenteur sur deux se déclare disposé à louer une place (parking réservé aux habitants, place privée, etc.). La location d une place privée et les avantages qu elle procure semblent donc être largement désirés par les détenteurs. Parmi les détenteurs se déclarant disposés à payer pour louer une place, une majorité (60.4%) n ont cependant pas connaissance d une place qu ils pourraient louer. La connaissance d une place pouvant être louée est en revanche plus répandue chez les détenteurs qui ne se déclarent pas prêts à payer pour louer une place. Une explication possible de ce résultat tient peut-être dans le fait que lorsqu on a connaissance d une place en location, on connaît aussi son prix, ce qui peut dissuader de l envie de la louer. Enfin, parmi les détenteurs disposés à louer une place, seuls un peu plus de 12% déclarent n être prêts à y consacrer qu un montant sans rapport avec les prix du marché (entre 15 et 50 francs par mois). Les autres détenteurs indiquent des montants susceptibles de correspondre à un certain type d offre de place de stationnement à louer, qu il s agisse d une case extérieure (prix moyen de 97 francs par mois en Ville de Genève), d une case intérieure (prix moyen entre 168 et 183 francs) ou d un box fermé (entre 183 et 189 francs). Montant mensuel que les détenteurs de macarons sont prêts à consacrer à la location d une place de stationnement à proximité du domicile, en % des détenteurs disposés à louer une place (516 répondants) 6.6% 5.6% 14.4% 25.9% 12.2% 35.4% Entre 15 et 50 francs Entre 51 et 100 francs Entre 101 et 150 francs Entre 151 et 200 francs Plus de 200 francs Ne sait pas

11 11 Quelles sont les mesures souhaitées pour améliorer le fonctionnement du système macarons? Le type de mesure le plus souvent demandé par les détenteurs de macarons pour améliorer la situation du stationnement dans leur quartier concerne une augmentation de l offre en places bleues (plus de 30% des réponses). Toutefois, l exiguïté du territoire de la ville de Genève et la nécessité de concilier d autres usages de la voirie (redistribution de l espace public aux piétons, offre de stationnement adaptée aux besoins des clients des commerces et des visiteurs) limite fortement les possibilités d appliquer une telle mesure. Aussi, d autres mesures d exploitation et de gestion de l offre sont-elles à envisager. Parmi celles-ci, on trouve l intensification des contrôles en zone bleue, qui concerne près de 17% des autres réponses données par les détenteurs. Plus loin, 13.4% des réponses demandent une réservation des zones bleues aux seuls détenteurs habitants, près de 13% souhaitent une diminution du nombre de macarons vendus et un peu plus de 12% des réponses concernent la construction de parkings réservés aux habitants. 9.3% des réponses demandent des macarons valables dans plusieurs zones et près de 6% une limitation du nombre de terrasses utilisant des places bleues. Mesures à appliquer pour améliorer les conditions de stationnement des détenteurs de macarons, en % des réponses (réponses demandant une augmentation de l offre en places bleues non comprises) Mesures souhaitées D - Eaux- Vives (244 r.) H - Cluse (256 r.) K - Grand- Pré (192 r.) L - Pâquis (244 r.) Total (936 réponses) Intensifier les contrôles en zone bleue Réserver zones bleues aux détenteurs habitants Vendre moins de macarons Construction de parkings réservés aux habitants Macarons valables dans plusieurs zones Limiter le nombre de terrasses utilisant des places bleues Assouplir les contrôles pour détenteurs mal garés Limiter le nombre de macarons par ménage Macarons valables sur les places horodateur Assouplir les contrôles de nuit Limiter temps de stationnement aussi pour détenteurs Suppression du système macaron Autre Total P. Boillat, Observatoire Universitaire de la Mobilité, mars 2006

12 12 Questionnaire, analyse, conception et réalisation du rapport Réalisation du sondage téléphonique Patrick Boillat avec la participation de Karim Bounabe sous la direction de Giuseppe Pini Observatoire Universitaire de la Mobilité GEO-LEA-UNIGE UNIMAIL, 40 bd Pont-d Arve 1211 Genève 4 tél fax Rue de la Gabelle Carouge Mandants de l étude République et Canton de Genève Département du territoire Office cantonal de la mobilité Rue du Stand Genève Tél Fax Rue du Stand Genève Tél Fax Mise à disposition des données sur les détenteurs de macarons Fondation des parkings Carrefour de l Etoile 1 Case postale Genève 26

République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement

République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement Cadre et objectifs La stratégie de la gestion du stationnement est un des éléments clé de la problématique

Plus en détail

Votre avis nous intéresse.

Votre avis nous intéresse. HORODATEURS, Votre avis nous intéresse. La municipalité de Lacanau a mis en place un nouveau schéma de stationnement au cours de l été 2015. Reposant principalement sur des emplacements de parkings de

Plus en détail

Résultats de l'enquête sur les habitudes de transport des usagers de l'hôpital cantonal

Résultats de l'enquête sur les habitudes de transport des usagers de l'hôpital cantonal Service d'aménagement urbain et d'éclairage public Extrait du rapport "Ecomobilité à La Cluse La Roseraie: vers un plan de déplacements pour l'hôpital universitaire de Genève" par Olivia Chabloz, septembre

Plus en détail

Atelier de concertation n 4 Eléments de cadrage. Direction des espaces publics et naturels-service Aménagement Espace Public Strasbourg

Atelier de concertation n 4 Eléments de cadrage. Direction des espaces publics et naturels-service Aménagement Espace Public Strasbourg Atelier de concertation n 4 Eléments de cadrage Direction des espaces publics et naturels-service Aménagement Espace Public Strasbourg Quel impact sur le stationnement? 2 Le stationnement = gestion d un

Plus en détail

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES DÉCEMBRE 2014 N 10 SOMMAIRE P.2 LA SITUATION AU REGARD DE L EMPLOI VARIE EN FONCTION DE L AIDE P.3 QUATRE BÉNÉFICIAIRES SUR DIX DÉCLARENT AVOIR FAIT DES CONCESSIONS POUR RETROUVER

Plus en détail

L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015

L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015 Observatoire régional des métiers du sanitaire et du social Enquêtes sur l insertion professionnelle des jeunes diplômés L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015 - Diplômés 2014

Plus en détail

LE SERVICE DE LOCATION DE VAE DE GRAND POITIERS

LE SERVICE DE LOCATION DE VAE DE GRAND POITIERS S. RIOLAND Grand Poitiers 6 Octobre 11 LE SERVICE DE LOCATION DE VAE Enjeux, offre, résultats et perspectives PRESENTATION DE CAP sur le Vélo: Un service de location longue durée de Grand Poitiers créé

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale :

Parcours d acquisition de la résidence principale : www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité JUIN 2015 sommaire PAGE 02 synthèse PAGE 04 Du rêve à la réalité

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE STATIONNEMENT DE TASSIN LA DEMI-LUNE NOUVEAU 2016

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE STATIONNEMENT DE TASSIN LA DEMI-LUNE NOUVEAU 2016 DOSSIER DE PRESSE PLAN DE STATIONNEMENT DE TASSIN LA DEMI-LUNE NOUVEAU 2016 Laurence BARCET, Directrice de la communication 04 72 59 22 15 lbarcet@villetassinlademilune.fr Communiqué de presse A compter

Plus en détail

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA FAMILLE ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES INTRODUCTION Une étude américaine considère que les liens entre frères et sœurs, plutôt affectifs et égalitaires, représentent

Plus en détail

Recrutement et intégration des jeunes cadres en entreprise

Recrutement et intégration des jeunes cadres en entreprise Recrutement et intégration des jeunes cadres en entreprise Introduction Pourquoi cette enquête? Dans le cadre de la crise financière, les medias abordent le chômage des jeunes en Europe de manière récurrente.

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Un plan de mobilité pour votre entreprise

Un plan de mobilité pour votre entreprise Un plan de mobilité pour votre entreprise Observatoire Universitaire de la Mobilité (OUM) - UNIGE tél. +41 22 379 83 35 fax. +41 22 379 89 58 U n e o c c a s i o n d e r e p e n s e r l a m o b i l i t

Plus en détail

Enquête VLD abonnés VLille Février 2012. DAC / Service Etudes et Développement

Enquête VLD abonnés VLille Février 2012. DAC / Service Etudes et Développement Enquête VLD abonnés VLille Février 2012 DAC / Service Etudes et Développement 1 Synthèse de l enquête Le service VLille VLD est au global très apprécié par les abonnés 85% des abonnés sont satisfaits du

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

COMPTE-RENDU. Projet d écoquartier de la Gare

COMPTE-RENDU. Projet d écoquartier de la Gare Réunion publique du 24 mai 2013 Projet d écoquartier de la Gare Questions et réponses échangées lors de la réunion publique du 24 mai 2013. Quel est le projet? Aujourd'hui, nous sommes, après les phases

Plus en détail

Carte de crédit : près de 40% des Suisses l utilisent pour acheter online

Carte de crédit : près de 40% des Suisses l utilisent pour acheter online Carte de crédit : près de 4 des Suisses l utilisent pour acheter online L utilisation d une carte de crédit doit être avant tout pratique et simple. C est ce qui ressort de l étude comportementale de bonus.ch

Plus en détail

Les Français et leur retraite

Les Français et leur retraite Département Consommation Marketing 142, rue du Chevaleret 75013 Paris 01 40 77 85 60 Les Français et leur retraite Rapport d étude réalisé pour Décembre 2002 Franck LEHUEDE Sous la Direction de Jean-Pierre

Plus en détail

Déplacements et accessibilité des. commerces CONNAISSEZ-VOUS LE PROFIL DE VOS CLIENTS?

Déplacements et accessibilité des. commerces CONNAISSEZ-VOUS LE PROFIL DE VOS CLIENTS? Déplacements et accessibilité des commerces CONNAISSEZ-VOUS LE PROFIL DE VOS CLIENTS? 1 Les quatre noyaux de l enquête Déjà étudiés lors de l enquête de 1999, les quatre noyaux commerciaux présentent des

Plus en détail

STATIONNEMENTÀ DES PROBLÈMES, UN DIAGNOSTIC, DES SOLUTIONS

STATIONNEMENTÀ DES PROBLÈMES, UN DIAGNOSTIC, DES SOLUTIONS STATIONNEMENTÀ DES PROBLÈMES, UN DIAGNOSTIC, DES SOLUTIONS Depuis longtemps, les Buressois connaissent des difficultés de stationnement en coeur de ville, aux abords des gares, dans les quartiers pavillonnaires.

Plus en détail

Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon

Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon Maison de l Emploi et de la Formation d Alençon 6/8 rue des Filles Notre-Dame 61 000 ALENÇON Tél : 02.50.9042.00 PÉRIMÈTRE

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

INTRODUCTION Octobre 2015 1

INTRODUCTION Octobre 2015 1 INTRODUCTION 1 PRINCIPALES ÉTAPES Second semestre 2019 : fin théorique de l expérimentation, déploiement et redéploiement Fin 2017 : bilan intermédiaire i Second semestre 2016 : lancement de l expérimentation

Plus en détail

4- L HORODATEUR : COMMENT ÇA MARCHE?

4- L HORODATEUR : COMMENT ÇA MARCHE? 1 2- à CHACUN SON STATIONNEMENT DANS UN CENTRE VILLE PLUS ACCESSIBLE 4- L HORODATEUR : COMMENT ÇA MARCHE? 5- INFOS PRATIQUES 6- PLAN DE STATIONNEMENT 8- NUMÉROS UTILES 06 12 65 39 65 dépliant A5 parking.indd

Plus en détail

Méthodologie. Observatoire de l Habitat. Le marché privé du logement du Pays de Châlons-en-Champagne AUDC, décembre 2008. Immobilier et Lamy.

Méthodologie. Observatoire de l Habitat. Le marché privé du logement du Pays de Châlons-en-Champagne AUDC, décembre 2008. Immobilier et Lamy. 2 Méthodologie Cet état des lieux du marché privé du logement a été réalisé à partir d entretiens avec un certain nombre d agents immobiliers de Châlons-en-Champagne de septembre à décembre 2008 1. Des

Plus en détail

SAISINE SPECIFIQUE N 7 : COMMERCES ET SERVICES DE PROXIMITE. Avis commun des Conseils de village de

SAISINE SPECIFIQUE N 7 : COMMERCES ET SERVICES DE PROXIMITE. Avis commun des Conseils de village de Conseils de Village Commune de Bouchemaine Janvier 2012 SAISINE SPECIFIQUE N 7 : COMMERCES ET SERVICES DE PROXIMITE Avis commun des Conseils de village de Pruniers Val de Maine, Le Bourg, La Pointe, Campagne

Plus en détail

Communiqué de presse IMMOBILIER

Communiqué de presse IMMOBILIER Notre étude sur les attentes des Belges francophones en matière d immobilier montre que la maison et particulièrement à la campagne est le type d habitat recherché en premier lieu. On recherche plutôt

Plus en détail

Profil des clients de Bed & Brussels Enquête téléphonique par Mageco sa

Profil des clients de Bed & Brussels Enquête téléphonique par Mageco sa Profil des clients de Bed & Brussels Enquête téléphonique par Mageco sa 20 décembre 2009 au 15 janvier 2010 1 Plan I. Habitudes de déplacement en City Trip 4 A. En général B. Séjour dans une chambre d

Plus en détail

3. Le service des permis de construire jugé par les architectes

3. Le service des permis de construire jugé par les architectes 3. Le service des permis de construire jugé par les architectes Le service des permis de construire 8 Genève () 14% 13% % 8% 6% 4% 3% Les principaux points forts, en spontané La disponibilité L'amabilité

Plus en détail

Enquête nationale Conditions de vie des étudiants 2013. Le logement étudiant

Enquête nationale Conditions de vie des étudiants 2013. Le logement étudiant Enquête nationale Conditions de vie des étudiants 2013 Le logement étudiant Observatoire national de la vie étudiante - Juillet 2014 L enquête Conditions de vie des étudiants 2013 Cette fiche présente

Plus en détail

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013)

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) 1 «Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) ANALYSE DES RESULTATS : DOCUMENT DE TRAVAIL Enquête INJEP, réalisée en 2013 1 : questionnaire en ligne auprès de 130 répondants (dont

Plus en détail

Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire québécoise : les grands constats

Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire québécoise : les grands constats Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire québécoise : les grands constats Québec, le 27 avril 2012 La première enquête de la Fondation CAA-Québec, vouée au développement de la connaissance

Plus en détail

Vous. souhaitez emprunter. Emprunteur :... Entreprise :... N d entreprise :... N de demande :... N de dossier :... N de paiement :...

Vous. souhaitez emprunter. Emprunteur :... Entreprise :... N d entreprise :... N de demande :... N de dossier :... N de paiement :... CADRE RÉSERVÉ À ENTREPRISES-HABITAT Emprunteur :... Entreprise :... N d entreprise :... N de demande :... N de dossier :... N de paiement :... Date de réception du dossier :... Vous souhaitez emprunter?

Plus en détail

Résumé du postulat. Réponse du Conseil communal

Résumé du postulat. Réponse du Conseil communal Rapport final du Conseil communal au sujet du postulat n o 136 de M. Vincent Jacquat (PLR), [au nom du groupe libéral-radical], et de 18 cosignataires demandant la réduction de 50% des tarifs actuellement

Plus en détail

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers CR Comparaison logement - ménage : les aspects financiers La comparaison entre le logement et le ménage qui l occupe constitue une des dimensions supplémentaires proposées dans la note introductive à la

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE HABITAT. Obore er su 12/08. en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin

RAPPORT D ETUDE HABITAT. Obore er su 12/08. en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin HABITAT Obore er su RAPPORT D ETUDE 12/08 en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin Loyers de mise en location dans le parc privé de la région Mulhousienne en 2008 Ce document constitue

Plus en détail

La mobilité des Girondins 1 Comment s effectuent nos déplacements quotidiens?

La mobilité des Girondins 1 Comment s effectuent nos déplacements quotidiens? La mobilité des Girondins 1 Comment s effectuent nos déplacements quotidiens? Les Girondins réalisent près de 4,7 millions de déplacements quotidiennement. La dernière vague d enquêtes déplacements (Enquêtes

Plus en détail

Les logements neufs privés vus par leurs occupants

Les logements neufs privés vus par leurs occupants sur l agglomération nantaise Mode de vie Habitat Les logements neufs privés vus par leurs occupants Résultats d enquête Juin 2013 AURAN Sommaire Pour qui construit-on dans l agglomération nantaise? page

Plus en détail

Les distances de déplacements dans l agglomération dijonnaise

Les distances de déplacements dans l agglomération dijonnaise Les distances de déplacements dans l agglomération dijonnaise Décembre 2011 Par Florent GALLET (laboratoire ThéMA) Distances à vol d'oiseau à partir du centre-ville dijonnais Daix Plombière-lès-Dijon Fontaine-lès-Dijon

Plus en détail

RAPPORT MUNICIPAL N 252 AU CONSEIL COMMUNAL

RAPPORT MUNICIPAL N 252 AU CONSEIL COMMUNAL RAPPORT MUNICIPAL N 252 AU CONSEIL COMMUNAL Réponse au postulat de Madame la Conseillère communale Béatrice ENGGIST intitulé «Des macarons indigestes à Nyon» Déléguée municipale : Mme Elisabeth Ruey-Ray

Plus en détail

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille L actuelle loi scolaire prévoit que l école «seconde» la famille en matière d éducation. L avant-projet lui donne un rôle «complémentaire» à celui des parents en matière d éducation. L école doit en effet

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats LE FINANCEMENT DES PME ET TPE Synthèse des résultats Le 17 décembre 2007 I- Les besoins de financement des PME et TPE Les besoins de financement des PME et TPE varient fortement en fonction de la taille

Plus en détail

DESS Modélisation et Analyse Statistique de l Information - MASI

DESS Modélisation et Analyse Statistique de l Information - MASI DESS Modélisation et Analyse Statistique de l Information - MASI La population de diplômés de l IUP Modélisation et Analyse Statistique de l Information est de 13 pour l année 2003, moins nombreuse que

Plus en détail

Enquête sur les pratiques, les représentations en les attentes des sénartais en matière de mobilité

Enquête sur les pratiques, les représentations en les attentes des sénartais en matière de mobilité Enquête sur les pratiques, les représentations en les attentes des sénartais en matière de mobilité 1 - INTRODUCTION Bonjour Madame, Monsieur, Je suis Mme / M. de l Institut MV2, nous réalisons une enquête

Plus en détail

Dossier de presse. Plan vélo. l engagement vélo de Nantes Métropole. Nantes, le 10 décembre 2010. Contact presse

Dossier de presse. Plan vélo. l engagement vélo de Nantes Métropole. Nantes, le 10 décembre 2010. Contact presse Nantes, le 10 décembre 2010 de Nantes Métropole Contact presse Nacéra Arnauld des Lions Tél. : 02 40 99 48 44 Port. : 06 75 25 04 17 Nantes Métropole Direction de la communication 44 923 Nantes CEDEX 9

Plus en détail

Modes de vie : Renouveler le regard pour guider les décisions. Rencontres territoriales du SCOTERS Mai 2013

Modes de vie : Renouveler le regard pour guider les décisions. Rencontres territoriales du SCOTERS Mai 2013 Modes de vie : Renouveler le regard pour guider les décisions Rencontres territoriales du SCOTERS Mai 2013 Eléments de contexte Dans le cadre de rencontres destinées aux élus du territoire, le SCOTERS,

Plus en détail

Plan de Déplacements Inter Entreprises By Tendance Presqu'île

Plan de Déplacements Inter Entreprises By Tendance Presqu'île Plan de Déplacements Inter Entreprises By Tendance Presqu'île Les déplacements des salariés de la Presqu'île : Synthèse de l enquête réalisée auprès de 1200 salariés Résumé Les enjeux et objectifs de la

Plus en détail

Enquête «Logement Transport» 2012

Enquête «Logement Transport» 2012 Enquête «Logement Transport» 2012 Février 2013 1 DIRECTION DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES Contexte et objectifs Le CFA Eurespace a réalisé auprès des apprentis de l année scolaire 2011-2012, une enquête

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

Guide pratique genevois Tribunal des prud hommes

Guide pratique genevois Tribunal des prud hommes Guide pratique genevois Tribunal des prud hommes Vous avez un litige avec votre employeur ou votre employé? Edition octobre 2014 Sommaire Sommaire Préambule 3 Compétence du Tribunal genevois des prud hommes

Plus en détail

Analyse des contrats aidés sur le territoire du bassin d emploi de Louviers

Analyse des contrats aidés sur le territoire du bassin d emploi de Louviers Analyse des contrats aidés sur le territoire du bassin d emploi de Louviers Février 2008 Maison de l emploi et de la formation de Louviers Place de la République 27400 Louviers Observation du territoire

Plus en détail

L évolution sur le plan du logement pour les réfugiés établis à Edmonton, à Calgary et à Winnipeg RICK ENNS University of Calgary

L évolution sur le plan du logement pour les réfugiés établis à Edmonton, à Calgary et à Winnipeg RICK ENNS University of Calgary Les réfugiés ont de la difficulté à trouver des logements abordables. Ce problème est d autant plus sérieux qu ils ne savent pas comment ni où se procurer des renseignements sur le logement. Ils n ont

Plus en détail

Cette délibération abroge les délibérations 2014-0385 du Conseil municipal du 8 décembre 2014 et 2015-0058 du Conseil municipal du 16 février 2015.

Cette délibération abroge les délibérations 2014-0385 du Conseil municipal du 8 décembre 2014 et 2015-0058 du Conseil municipal du 16 février 2015. 622 N : 33 Date réception Préfecture : Conseil du 29/06/2015 Identifiant : 2015-0222 Titre : 70 - Produits des services, du domaine et ventes diverses : tarifs dans les parcs de stationnement Hôtel de

Plus en détail

Ville de CESSON-SEVIGNE ENQUETE AUPRES DES FAMILLES SUR LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES JUIN 2014

Ville de CESSON-SEVIGNE ENQUETE AUPRES DES FAMILLES SUR LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES JUIN 2014 Ville de CESSON-SEVIGNE ENQUETE AUPRES DES FAMILLES SUR LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES JUIN 2014 Document réalisé avec le concours de Bérengère LAGREVE, stagiaire en Master Economie et Gestion publiques-

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 7 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

Enquête DIF DEMOS. Le DIF : 3 ans après

Enquête DIF DEMOS. Le DIF : 3 ans après Le DIF : 3 ans après Enquête réalisée d Août à Novembre 2006 sur plus de 250 sociétés Extrait de l analyse réalisée par Jean-Pierre Willems, expert en droit de la formation 1 / Taille des entreprises Les

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE CORPS PROFESSORAL QUÉBÉCOIS : PORTRAIT DES RÉPONDANTS DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

ENQUÊTE SUR LE CORPS PROFESSORAL QUÉBÉCOIS : PORTRAIT DES RÉPONDANTS DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE ENQUÊTE SUR LE CORPS PROFESSORAL QUÉBÉCOIS : PORTRAIT DES RÉPONDANTS DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE par Frédéric Deschenaux et Mélanie Belzile Juin 2009 Ce fascicule est une initiative

Plus en détail

Une perte auditive non appareillée affecte la personne et ses proches

Une perte auditive non appareillée affecte la personne et ses proches Une perte auditive non appareillée affecte la personne et ses proches Résumé de l étude EuroTrak 2015 En Suisse, une personne sur douze dit avoir des problèmes d audition. Parmi les adultes, ce taux atteint

Plus en détail

Les lycées et lycéens ligériens

Les lycées et lycéens ligériens Près de 143 000 élèves scolarisés à dans les lycées ligériens Les lycées généraux sont de grands établissements qui scolarisent la moitié des élèves ligériens. Les lycées professionnels sont plus petits

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu Approvisionnement en bitume prémélangé Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure Approvisionnement en bitume prémélangé Contenu Pourquoi nous avons choisi ce projet...... 293 Contexte

Plus en détail

Diagnostic Numérique du Territoire

Diagnostic Numérique du Territoire Diagnostic Numérique du Territoire Introduction Dans le cadre d une d é m a r c h e d accompagnement de ses prestataires touristiques par rapport aux outils numériques, l Office de Tourisme de la Vallée

Plus en détail

Conventions de stage

Conventions de stage Département de sociologie Conventions de stage A. Cadre du stage A1. Place et objectif du stage dans le cadre du mastère Le stage de recherche est une alternative aux cours d'approfondissement. Il donne

Plus en détail

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement Mireille Houart Juillet 2013 Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement 1. Contexte En 2012-2013, suite à la réforme et à la demande de la Faculté de médecine, un séminaire

Plus en détail

Les Français et les rythmes scolaires

Les Français et les rythmes scolaires Les Français et les rythmes scolaires Sondage Institut CSA pour Ministère de l Education nationale, de l Enseignement supérieur et de la Recherche Mai 2014 Fiche technique Sondage exclusif Institut CSA

Plus en détail

FICHES PRATIQUES ASSOCIATIONS, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS

FICHES PRATIQUES ASSOCIATIONS, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS COMMISSION NATIONALE DE L INFORMATIQUE ET DES LIBERTÉS 21, rue Saint Guillaume 75340 PARIS Cedex 07 http://www.cnil.fr FICHES PRATIQUES ASSOCIATIONS, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS 1 L INFORMATION DES PERSONNES

Plus en détail

AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX

AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX I. POUVOIR ADJUDICATEUR I.1 Identification Commune de Saint Paul BP 44 97 861 Saint Paul Cedex Contact : Pôle Aménagement

Plus en détail

Synthèse des rencontres des personnes vieillissantes de notre territoire par la commission «bien vieillir» du centre social.

Synthèse des rencontres des personnes vieillissantes de notre territoire par la commission «bien vieillir» du centre social. Synthèse des rencontres des personnes vieillissantes de notre territoire par la commission «bien vieillir» du centre social. Café des Ainés 2015 Page 1 1 Introduction Les membres de la commission «bien

Plus en détail

Repères. L'isolement des adultes. novembre 2014. Chiffres clés de Rezé

Repères. L'isolement des adultes. novembre 2014. Chiffres clés de Rezé Repères Rezé novembre 2014 L'isolement des adultes Jeunes adultes, couples séparés, personnes âgées : de plus en plus de personnes vivent seules. Pour certains c est un choix assumé qui n empêche pas d

Plus en détail

Résultats de l enquête de satisfaction des clients professionnels - 2012

Résultats de l enquête de satisfaction des clients professionnels - 2012 Page 1 sur 9 Résultats de l enquête de satisfaction des clients professionnels - 2012 Objectifs et méthodologie de l enquête Afin de renforcer sa stratégie d amélioration continue au service du développement

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU PROGRAMME ET BUDGET. Session informelle Genève, 16 18 février 2005

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU PROGRAMME ET BUDGET. Session informelle Genève, 16 18 février 2005 OMPI WO/PBC/IM/05/3 ORIGINAL : anglais DATE : 14 janvier 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU PROGRAMME ET BUDGET Session informelle Genève, 16 18 février 2005 OPTIONS

Plus en détail

Projets immobiliers des Français : 4 ème baromètre ORPI-CRÉDOC

Projets immobiliers des Français : 4 ème baromètre ORPI-CRÉDOC Projets immobiliers des Français : 4 ème baromètre ORPI-CRÉDOC Près d un quart des Français a un projet immobilier dans les mois à venir - 1 Paris, le 18 février 2010 : Depuis 4 ans, le baromètre Orpi-

Plus en détail

Logement. Variation annuelle des loyers dans le canton de Genève et taux hypothécaire, en %

Logement. Variation annuelle des loyers dans le canton de Genève et taux hypothécaire, en % Logement Pour ceux qui observent depuis longtemps déjà le domaine et s'inquiètent, ce n'est certainement pas un scoop. Tous les indicateurs le disent : le logement est un problème majeur de la région transfrontalière.

Plus en détail

Les Français et les retraites Volet 6 : le logement

Les Français et les retraites Volet 6 : le logement Les Français et les retraites Volet 6 : le logement Sondage réalisé par pour et Publié le mardi 23 décembre 2014 Levée d embargo le lundi 22 décembre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès

Plus en détail

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins Synthèse Ipsos / CNOM Jeudi 30 mars 2006 Ipsos Public Affairs Ipsos a interrogé, en parallèle, 949 personnes constituant un échantillon

Plus en détail

Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14

Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14 Profil de l habitation Village urbain 13 Volume 3 cahier 14 PORTRAIT DE GATINEAU TABLE DES MATIÈRES Présentation...3 Population, ménages et logements en propriété...4 Logements en propriété...4 Âge des

Plus en détail

Service de navette GO

Service de navette GO Études de cas sur le transport durable MISSISSAUGA, ONTARIO ÉTUDE DE CAS N o 12 Service de navette GO Organisation Ville de Mississauga - Transport et voirie, Mississauga Transit Statut Début en 2001,

Plus en détail

Insertion professionnelle et poursuite d études 6 à 9 mois après l obtention en 2014 d un Master 2 de TSE de l Université Toulouse 1 Capitole

Insertion professionnelle et poursuite d études 6 à 9 mois après l obtention en 2014 d un Master 2 de TSE de l Université Toulouse 1 Capitole Observatoire des Formations et de l Insertion Professionnelle Insertion professionnelle et poursuite d études 6 à 9 mois après l obtention en 2014 d un Master 2 de TSE de l Université Toulouse 1 Capitole

Plus en détail

Observatoire des effets du tramway. Stationnement

Observatoire des effets du tramway. Stationnement Observatoire des effets du tramway Stationnement Méthodologie Le stationnement constitue l un des leviers les plus importants pour le choix modal, il occupe donc une place privilégiée dans la politique

Plus en détail

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S Travail de fin d études en didactique universitaire Magali Muller Bastien Walliser Septembre 2009 CHOIX D UNE PROBLEMATIQUE L étape choix d une problématique comprend les documents

Plus en détail

Enquête Ménages Déplacements de la «Grande Agglomération Toulousaine» Principaux résultats octobre 2014

Enquête Ménages Déplacements de la «Grande Agglomération Toulousaine» Principaux résultats octobre 2014 Mardi 4 novembre 2014 Enquête Ménages Déplacements de la «Grande Agglomération Toulousaine» Principaux résultats octobre 2014 Sommaire Le territoire d enquête Rappel des grands principes de l enquête Le

Plus en détail

La cession du bail commercial. Inforeg CCI de la Nièvre

La cession du bail commercial. Inforeg CCI de la Nièvre La cession du bail commercial Inforeg CCI de la Nièvre La cession du bail commercial Le droit de préemption de la commune Comment céder son bail commercial? Le droit de préemption des communes Le conseil

Plus en détail

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Novembre 2004 Cette étude a été réalisée par : Centre national de la cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective Benoît

Plus en détail

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER.

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. NOUVEAUX STATUTS Dénomination et siège Article 1 Il est constitué une association professionnelle régie par la loi du

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE

OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE PREMIÈRE ANNÉE DE LICENCE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2006-2007 PLAN GÉNÉRAL INTRODUCTION p. 2 I. Représentativité de l'échantillon p. 3 1) Sexe

Plus en détail

OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES

OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES 4 note n 4, mars 2005 OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES LOGEMENTS EN 2003-2004 I E DITORIAL I NTRODUCTION Selon l enquête «ménages» réalisée par le CEPS/Instead en 2003, le parc locatif représente moins de

Plus en détail

Les Périmètres d Usage de Consommation Exceptionnel

Les Périmètres d Usage de Consommation Exceptionnel DGT/ RT3 01/09/2009 Les Périmètres d Usage de Consommation Exceptionnel (PUCE) L article 2 de la loi du 10 août 2009 réaffirmant le principe du repos dominical et visant à adapter les dérogations à ce

Plus en détail

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Charte d attribution des logements un processus de mise en location lisible Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Garantir la lisibilité du circuit

Plus en détail

ENQUETE EXPLORIMMO. Le logement idéal des Français Juin 2012

ENQUETE EXPLORIMMO. Le logement idéal des Français Juin 2012 ENQUETE EXPLORIMMO Le logement idéal des Français Juin 2012 2 MÉTHODOLOGIE Echantillon : 1 315 personnes recrutées sur Explorimmo Mode de recueil : Questionnaire auto-administré en ligne Dates : du 15

Plus en détail

Circuler à Guernesey, c'est différent!

Circuler à Guernesey, c'est différent! Circuler à Guernesey, c'est différent! Conseils et renseignements utiles pour circuler en voiture à Guernesey La conduite à Guernesey est différente! Les routes sont étroites, il y a des règles spéciales

Plus en détail

Projet de recherche sur la faisabilité d une étude sur les disparitions de mineurs dans le canton. Pauline Volet & Marcelo F. Aebi

Projet de recherche sur la faisabilité d une étude sur les disparitions de mineurs dans le canton. Pauline Volet & Marcelo F. Aebi Projet de recherche sur la faisabilité d une étude sur les disparitions de mineurs d le canton de Vaud Pauline Volet & Marcelo F. Aebi 22/10/2013 Contenu 1. Introduction... 2 2. Méthodologie et base de

Plus en détail

Les paramètres clés des déplacements professionnels

Les paramètres clés des déplacements professionnels Les paramètres clés des déplacements professionnels 9 Les déplacements professionnels Les déplacements professionnels des répondants sont effectués à 70 % via des véhicules légers (véhicule personnel ou

Plus en détail

Rentabilité d un investissement locatif. Financer son projet par un prêt. La fiscalité pour l investissement locatif. Comment préparer son projet

Rentabilité d un investissement locatif. Financer son projet par un prêt. La fiscalité pour l investissement locatif. Comment préparer son projet Acheter pour louer et investissement locatif L achat d un bien immobilier est considéré comme un placement puisqu il est rentable au fil du temps. Il est possible d obtenir différents types de prêts pour

Plus en détail

BOURSES D ÉTUDES MODE D EMPLOI DÉTAILLÉ TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS

BOURSES D ÉTUDES MODE D EMPLOI DÉTAILLÉ TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS SOMMAIRE Allocations page 3 Frais de voyage et de transport page 4 Assurance page 5 Hébergement page 5 Titre de séjour page 6

Plus en détail

Le poids de la dépense contrainte en France et les adeptes de la dépense intelligente

Le poids de la dépense contrainte en France et les adeptes de la dépense intelligente Le poids de la dépense contrainte en France et les adeptes de la dépense intelligente Etude réalisée par pour Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés par Internet

Plus en détail

INDICATEUR DES LOYERS DE BUREAUX (ILBCOLLIERS) édition n 5, été 2006

INDICATEUR DES LOYERS DE BUREAUX (ILBCOLLIERS) édition n 5, été 2006 GENEVE INDICATEUR DES LOYERS DE BUREAUX (ILBCOLLIERS) édition n 5, été 2006 2 ème semestre 2005 1 er semestre 2006 2 éme semestre 2006 Qualité Standard Supérieure Standard Supérieure Standard Supérieure

Plus en détail

Augmenter l activité physique (principalement la marche) et améliorer l alimentation, chez les aînés.

Augmenter l activité physique (principalement la marche) et améliorer l alimentation, chez les aînés. Efficacité d un programme pilote d intervention basé à domicile et appuyé par téléphone/courrier, pour l activité physique et la nutrition chez les aînés Fiche No 3 Lee AH, Jancey J, Howat P, Burke L,

Plus en détail

les déplacements urbains les villes italiennes

les déplacements urbains les villes italiennes les déplacements urbains les villes italiennes ORT PACA Colloque Transports & Environnement 2 Décembre 2008 aller voir. 2 3 4 5 6 Ferrare: l adjoint mobilité avec l adjoint environnement 7 l usage du vélo

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une

Plus en détail