Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques"

Transcription

1 Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Identification des éléments mis en jeu dans l acte réflexe Définir les potentiels de repos et d action Préciser l origine ionique de ces potentiels Déterminer la vitesse de conduction du potentiel d action Signaler les facteurs de variation de la vitesse de conduction du potentiel d action Expliquer le mode de propagation du potentiel d action dans les fibres myélinisées et amyélinisées Expliquer la nature du PPSE et celle du PPSI Expliquer les différents modes d intégration Décrire l ultrastructure et le fonctionnement de la synapse neuroneuronique Expliquer le mécanisme de coordination de l activité des muscles antagonistes dans le cas du réflexe étudié Construire un schéma fonctionnel de synthèse qui résume le fonctionnement du réflexe étudié

2 Sommaire du cours 1. Organisation d une réaction comportementale : Le réflexe de retrait de la main : 2. Le message nerveux : 2.1 Nature et origine du message nerveux : Le potentiel de repos : Origine et mécanisme du potentiel de repos : Le potentiel d action signal élémentaire du message nerveux : Origine ionique du potentiel d action : Le message nerveux est un message codé : 2.2 Propagation du message nerveux le long des fibres nerveuses : 2.3 Les synapses : Structure de la synapse neuro-neuronique : Le mécanisme de la transmission synaptique : Les synapses : excitatrice et inhibitrice 2.4 La genèse des messages nerveux : sensitif et moteur : La genèse du message nerveux sensitif : La genèse du message nerveux moteur : 3 Le fonctionnement du circuit nerveux du réflexe à point de départ cutané

3 1. Organisation d une réaction comportementale : Le réflexe de retrait de la main : C est une réaction motrice qui présente les caractéristiques suivantes : involontaire, innée, automatique, inévitable (ou inéluctable), stéréotypée, prévisible et adaptée à un but qui est la protection. Le réflexe de retrait de la main met en jeu les éléments anatomiques suivants : Des terminaisons nerveuses de la peau : ce sont des récepteurs sensoriels, qui captent les stimuli d origine externe (chaleur élevée, acide etc ) le système nerveux qui est un système d intégration et de communication car il traite les informations qu il reçoit et assure la transmission des messages. Il est formé par : - des fibres nerveuses sensitives (afférentes ou centripètes) formées par de dendrites des neurones sensitifs dont le corps cellulaire est situé dans le ganglion spinal de la racine postérieur du nerf rachidien. Ces fibres conduisent le message nerveux issu des récepteurs sensoriels vers la moelle épinière. - la moelle épinière qui va traiter le message nerveux sensitif pour former le message nerveux moteurs. C est un centre intégrateur. - des fibres nerveuses motrices (efférentes ou centrifuges) formées par les axones qui quittent la moelle épinière par la racine antérieure du nerf rachidien. Elles conduisent le message nerveux de la moelle épinière aux muscles les organes effecteurs qui sont les muscles du bras et qui réalisent la réaction lorsqu il reçoivent le message nerveux moteur.

4 1. Le message nerveux : 2.1. Nature et origine du message nerveux : Le potentiel de repos : Au repos le neurone présente de part et d autre de sa membrane, une différence de potentiel permanente de l ordre de 70 mv, appelée potentiel de repos ou potentiel de membrane. La membrane de l axone est polarisée positivement sur sa face externe et négativement sur sa face interne Origine et mécanisme du potentiel de repos : Le potentiel de repos est lié à une distribution très inégale des ions Na + et K + de part et d autre de la membrane du neurone. En effet les ions Na + sont plus concentrés dans le milieu extracellulaire et les ions K +, sont plus concentrés dans le milieu intracellulaire. L état de repos du neurone est caractérisé par un excès de charges positives extracellulaires ou un excès de charges négatives intracellulaires.

5 Lorsque le neurone est au repos, il y a des flux ioniques permanent à travers sa membrane : - des ions Na +, pénètrent dans la cellule et des ions K + sortent de la cellule. C est un passage par diffusion passive, il s effectue suivant le gradient de concentration et il se réalise à travers des protéines membranaires appelées canaux de fuite. Ces derniers sont ouverts en permanence. - des ions Na +, quittent le milieu cellulaire et des ions K + y entrent. C est un mouvement qui s effectue contre le gradient de concentration, il consomme de l énergie : il s agit d un transport actif assuré par une protéine membranaire capable d hydrolyser l ATP et d utiliser l énergie libérée pour permettre un transfert couplé des ions Na + sortant et des ions K + entrants. L hydrolyse d une molécule d ATP permet l entrée de 2 K + couplée à la sortie de 3 Na +. La polarisation de la membrane du neurone au repos est déterminée essentiellement par ce mécanisme, qualifié de «pompe Na + /K +».

6 2.1.3 Le potentiel d action signal élémentaire du message nerveux : La stimulation d une fibre nerveuse déclenche une activité qui apparaît, à l enregistrement comme une succession de signaux électriques appelés potentiels d action. Chaque potentiel d action est une modification provoquée et passagère du potentiel de repos en un point de la fibre nerveuse. Il comporte deux phases essentielles : - une phase de dépolarisation : au cours de laquelle la négativité interne diminue, s annule puis s inverse en positivité. - une phase de repolarisation : au cours de laquelle la négativité interne augmente progressivement. Il s opère un retour à la polarisation de repos. L ensemble, de ces deux phases, dure en moyenne une milliseconde. Le potentiel d action est suivie d une phase où la négativité interne continue d augmenter et dépasse la normale, il s agit de l hyperpolarisation consécutive au potentiel d action.

7 2.1.4 Origine ionique du potentiel d action : Un potentiel d action se déclenche chaque fois qu en un point du neurone le potentiel de membrane atteint une valeur seuil, le seuil d excitation (-50 mv) Cette légère dépolarisation de la membrane nerveuse permet l ouverture des canaux Na + voltage dépendants dans la zone dépolarisée, d où une entrée de Na+ qui entraîne une dépolarisation supplémentaire, puis une inversion de la polarisation membranaire. Les canaux Na + se referment, alors que les canaux K + voltage dépendants s ouvrent, permettant une sortie d ions K + qui repolarise la zone membranaire et l hyperpolarise légèrement. Ainsi quelque soit la nature de la stimulation, le potentiel d action correspond à une modification provoquée et passagère de la perméabilité de la membrane du neurone aux ions Na + et K +. Le flux entrant de Na + et le flux sortant de K + se font suivant le gradient de concentration de ces ions. Phase de dépolarisation Phase de repolarisation

8 Inserer ici l animation qui se trouve D:\UPDM\PROFS\SCIENCE\MATIERE(SVT)\SECTION (maths)\trimestre 1\chapitre 2\resources\aidesSVT Le message nerveux est un message codé : Un potentiel d action est suivi d une période au cours de laquelle la fibre ne peut pas répondre à une nouvelle stimulation. Cette période d inexcitabilité ou période réfractaire limite la fréquence des potentiels d action

9 (environ 500 par seconde). Un potentiel d action présentant les mêmes caractéristiques est déclenché par tout stimulus quelle que soit son intensité, à condition que celle-ci permette d atteindre la valeur seuil de dépolarisation : la relation entre le stimulus et le potentiel d action qu il induit est de type «tout ou rien». Ainsi la fibre nerveuse est parcourue d un ensemble de potentiels d action d amplitude et de durée constantes, mais dont la fréquence augmente avec l intensité de la stimulation. C est cette information codée en modulation de fréquence des potentiels d action qui constitue le message nerveux.

10 2.2. Propagation du message nerveux le long des fibres nerveuses : Le message nerveux se propage le long de la fibre nerveuse sans perte d amplitude et à vitesse constante. Un potentiel d action en un point d une fibre nerveuse crée, dans les milieux intracellulaires et extracellulaires des courants électriques locaux. Ces courants induisent une dépolarisation de la membrane de part et d autre de ce point. Lorsque le seuil d excitation est atteint, un nouveau potentiel d action se déclenche alors que le précédent se termine. Puis le mécanisme recommence. Ainsi la propagation du message nerveux est le résultat d une succession d excitations. L existence d une zone réfractaire provisoirement inexcitable explique qu un potentiel d action ne peut déclencher un nouveau potentiel d action dans la région voisine qu il vient de parcourir. De ce fait, le message nerveux qui parcourt une fibre se propage à sens unique. - Dans une fibre sans myéline, la zone excitée, dépolarise la zone voisine, de proche en proche, réalisant une conduction continue.

11 - Dans une fibre myélinisée, les zones excitables sont localisées dans les nœuds de Ranvier. Un potentiel d action qui a pris naissance au niveau d un nœud de Ranvier déclenche la production d un potentiel d action au nœud suivant : c est une conduction saltatoire qui augmente considérablement la vitesse de propagation du message nerveux le long des fibres. La vitesse de propagation du message nerveux varie de 30 ms -1 à 100 ms -1 chez les mammifères, elle augmente avec l augmentation du diamètre de la fibre nerveuse

12 2.3Les synapses : 2.3.1Structure de la synapse neuro-neuronique : Elle comporte : - Un élément présynaptique, formé d une terminaison nerveuse de l axone du neurone présynaptique. Cette terminaison contient des vésicules synaptiques contenant une substance chimique impliquée dans la transmission du message nerveux et appelée pour cette raison un neurotransmetteur. - Une fente synaptique : espace séparant la membrane présynaptique et la membrane postsynaptique - Un élément postsynaptique : formée par la région membranaire épaissie et spécialisé du neurone postsynaptique. Elle contient des récepteurs spécifiques au neurotransmetteur libéré par l élément présynaptique.

13 Le mécanisme de la transmission synaptique : Synapse en activité a b c vésicules d exocytose membrane postsynaptique espace synaptique membrane présynaptique vésicule synaptique Neurone présynaptique - Arrivée d un message nerveux dans le bouton synaptique - Ouverture des canaux Ca ++ voltage dépendant de la membrane présynaptique et entrée de Ca ++ dans l élément présynaptique - Les ions Ca ++ déclenchent l exocytose des vésicules présynaptiques - Le neurotransmetteur libéré dans l espace synaptique se fixe sur des récepteurs des canaux chimiodépendants à Na + de la membrane postsynaptique - Ouverture des canaux chimiodépendants et entrée de Na + dans l élément post synaptique et naissance d un potentiel postsynaptique (PPS)) - Le neurotransmetteur est rapidement éliminé dans l espace synaptique : soit par recapture par le neurone présynaptique soit par dégradation par une enzyme spécifique dans l espace synaptique.

14 Au niveau de la synapse, seule la terminaison de l axone du neurone présynaptique contient des neurotransmetteurs donc la synapse ne peut transmettre le message nerveux que dans un sens imposant un sens unique à la propagation du message nerveux Les synapses : excitatrice et inhibitrice Selon l effet du neurotransmetteur sur le neurone postsynaptique, on distingue : - La synapse excitatrice : lors de l ouverture des canaux chimiodépendants, après la fixation du neurotransmetteur sur les récepteurs de la membrane postsynaptique, il y une entrée massive d ions Na + dans le neurone postsynaptique ce qui provoque une légère dépolarisation du neurone postsynaptique appelée potentiel postsynaptique excitateur (PPSE) qui lorsqu il atteint le seuil de dépolarisation, il engendre un potentiel d action. - La synapse inhibitrice : lors de l ouverture des canaux chimiodépendants, il y a entrée des ions cl - dans le neurone postsynaptique ou sortie des ions K +, ce qui provoque une hyperpolarisation appelée potentiel postsynaptique inhibiteur (PPSI).

15 3.3La genèse des messages nerveux : sensitif et moteur : 3.3.1La genèse du message nerveux sensitif : Au niveau d un récepteur sensoriel d un neurone sensitif qu il y genèse d un message nerveux centripète, dont la fréquence des potentiels d action est proportionnelle à l intensité du stimulus.

16 3.3.2La genèse du message nerveux moteur : Au niveau d un motoneurone, seuls des potentiels électriques, qualifiés de potentiels postsynaptiques (PPS), se propagent à la surface des dendrites et du corps cellulaire. Les potentiels d action ne peuvent être déclenchés qu à la naissance de l axone, seul site générateur sur le motoneurone. Ce site correspond au segment initial de l axone ou cône axonique. Un potentiel d action apparaît à ce niveau lorsque l amplitude d un PPS est supérieure ou égale au seuil de potentiel. Ici encore la fréquence des potentiels d action est fonction de l amplitude et de la durée du potentiel postsynaptique qui parvient au segment initial. Sur les milliers de synapses que reçoit un motoneurone, un grand nombre d entre elles transmettent simultanément une information, chacune se traduisant par l apparition de PPS au niveau du motoneurone. Ces potentiels postsynaptiques peuvent être des dépolarisations (cas des PPSE = potentiels postsynaptiques excitateurs, caractérisant les synapses excitatrices) ou des hyperpolarisations (cas des PPSI = potentiels postsynaptiques inhibiteurs caractérisant les synapses inhibitrices). Le potentiel de membrane apparaissant au niveau du segment initial du motoneurone est alors à chaque instant, la résultante des PPS qui y parviennent. Si le PPSE prédominent et si, malgré leur amortissement leur sommation permet d atteindre le seuil de potentiel, un potentiel d action est déclenché et se propage le long de la fibre, à partir du segment initial. Si une dépolarisation d amplitude suffisante persiste au niveau du segment initial, un second potentiel d action apparaît C est ainsi que le motoneurone intègre toute les informations qu il reçoit, par un mécanisme de sommation qui se réalise au site générateur des potentiels d action :

17 Sommation spatiale des PPS qui proviennent simultanément de diverses synapses ; Sommation temporelle des PPS qui proviennent successivement d une même synapse.

18 2. Le fonctionnement du circuit nerveux du réflexe à point de départ cutané : Au cours d un réflexe à point de départ cutané, tel que le réflexe de retrait de la main, la contraction du muscle fléchisseur est accompagnée du relâchement du muscle antagoniste. Cette coordination de l activité des muscles antagonistes, au cours du réflexe s explique par l innervation réciproque. En effet, les messages nerveux sensitifs qui proviennent des récepteurs cutanés ont une double action : - ils activent les motoneurones du muscle fléchisseur par l intermédiaire d interneurones médullaires excitateurs et entraînent sa contraction. Ce circuits excitateur est donc constitué de chaînes de plusieurs neurones s articulant au niveau de la moelle épinière par des synapses : le réflexe à point de départ cutanée est un réflexe polysynaptique. - ils inhibent les motoneurones du muscle antagoniste par l intermédiaire d interneurones médullaires inhibiteurs, ce qui entraîne le relâchement de ce muscle. Ce circuit inhibiteur est polysynaptique.

19 Coordination de l activité des muscles antagonistes dans le cas d un réflexe de retrait de la main

20 .

Synapses non obligatoires :

Synapses non obligatoires : Synapses non obligatoires : Un seul PA arrivant en zone présynaptique ne peut déclencher un PA en zone post- synaptique - Un PA génère un potentiel post synaptique excitateur (PPSE) dure 15 msec; Si un

Plus en détail

Physiologie Animale CHAPITRE I ELECTROPHYSIOLOGIE DE L AXONE. FILIERE SCIENCES DE LA VIE Module de Physiologie Animale Semestre 5

Physiologie Animale CHAPITRE I ELECTROPHYSIOLOGIE DE L AXONE. FILIERE SCIENCES DE LA VIE Module de Physiologie Animale Semestre 5 FILIERE SCIENCES DE LA VIE Module de Physiologie Animale Semestre 5 Université Mohammed Premier Faculté Des Sciences Département De Biologie Oujda, Maroc Physiologie Animale CHAPITRE I ELECTROPHYSIOLOGIE

Plus en détail

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire :

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire : La physiologie neuro-musculaire : Introduction : Le neurone possède 3 propriétés indispensables pour assurer sa fonction au sein de l organisme : -l excitabilité : capacité à répondre à un stimulus -la

Plus en détail

Le tissu nerveux et ses propriétés

Le tissu nerveux et ses propriétés 1 CHAPITRE B Le tissu nerveux et ses propriétés 1. Histologie du tissu nerveux Le tissu nerveux est riche en cellules. Bien qu il soit complexe, le tissu nerveux n est composé que de deux grands types

Plus en détail

LES NEURONES : APPROCHES

LES NEURONES : APPROCHES LES NEURONES : APPROCHES STRUCTURELLE ET FONCTIONNELLE I Généralités Un neurone est une cellule dite «excitable» qui est la brique élémentaire du systèm nerveux. Ces cellules possèdent deux propriétés

Plus en détail

POLYPREPAS. Le système nerveux Préparation au concours de kiné 2010

POLYPREPAS. Le système nerveux Préparation au concours de kiné 2010 POLYPREPAS Le système nerveux Préparation au concours de kiné 2010 1 POLYPREPAS Première partie les supports anatomiques du message nerveux 2 INTRODUCTION 3 Introduction Toute réaction de l organisme à

Plus en détail

BASES BIOLOGIQUES DU COMPORTEMENT. Sommaire. Psychologie Générale

BASES BIOLOGIQUES DU COMPORTEMENT. Sommaire. Psychologie Générale Psychologie Générale Jean Paschoud BASES BIOLOGIQUES DU COMPORTEMENT Sommaire Communication hormonale Communication neuronale Neurones Synapse Neurotransmetteurs Modificateurs de la transmission Organisation

Plus en détail

Séquence 9. Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse

Séquence 9. Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Séquence 9 Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Sommaire Chapitre 1. Pré-requis Chapitre 2. Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle Chapitre 3. Motricité et plasticité

Plus en détail

Neurophysiologie. Dr P Sauleau Service des Explorations Fonctionnelles

Neurophysiologie. Dr P Sauleau Service des Explorations Fonctionnelles Neurophysiologie Dr P Sauleau Service des Explorations Fonctionnelles Le système nerveux Système permettant la Vie de relation = communication avec l'extérieur (l'environnement) et l'intérieur de l'organisme

Plus en détail

Physiologie Cardio Vx

Physiologie Cardio Vx Physiologie Cardio Vx Anatomie du Coeur 3 Circulation pulmonaire Circulation systémique 5 ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE Auteur : Dr.M.K.Bourahli Faculté de Médecine Constantine Université Mentouri 3 Service

Plus en détail

LEXIQUE DU COURS DE 1ERE L SVT. THEME : La représentation visuelle du monde

LEXIQUE DU COURS DE 1ERE L SVT. THEME : La représentation visuelle du monde LEXIQUE DU COURS DE 1ERE L SVT THEME : La représentation visuelle du monde Remarque préliminaire : ce lexique n'a pas la prétention ni l'objectif d'être encyclopédique ou exhaustif sur le thème. Il est

Plus en détail

NEUROBIOLOGIE CELLULAIRE

NEUROBIOLOGIE CELLULAIRE NEUROBIOLOGIE CELLULAIRE I- Structures nécessaires à la naissance du signal et à sa propagation C est un système d amplification qui permet un passage rapide des ions lors du PA (PA de l ordre de la ms).

Plus en détail

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien.

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien. BIOLOGIE 101-A82-SF ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 EXERCICES : LE SYSTÈME NERVEUX 2 1. Quelle est la différence entre l encéphale et le cerveau? L encéphale est constitué de tout le contenu de la boîte crânienne.

Plus en détail

II. Les Réflexes Spinaux. A. Le Réflexe Myotatique

II. Les Réflexes Spinaux. A. Le Réflexe Myotatique II. Les Réflexes Spinaux Les réflexes spinaux sont des mouvements consécutifs mis en oeuvre indépendamment de la volonté et qui constituent une réaction rapide, et pré-déterminée, à l apparition d un stimulus

Plus en détail

Contrôle moteur et planification SÉANCE 2. Emmanuel Guigon (guigon@ccr.jussieu.fr)

Contrôle moteur et planification SÉANCE 2. Emmanuel Guigon (guigon@ccr.jussieu.fr) Contrôle moteur et planification Organisation anatomophysiologique du contrôle moteur SÉANCE 2 Emmanuel Guigon (guigon@ccr.jussieu.fr) Le muscle Muscle = ensemble de fibres musculaires Fibre musculaire

Plus en détail

squelettique Juin 2003

squelettique Juin 2003 Le muscle squelettique Juin 2003 Repères Le mot muscle vient du mot latin musculus qui signifie «petite souris». Les muscles peuvent être considérés comme les «moteurs» de l organisme. Les propriétés des

Plus en détail

Chapitre 1 DE LA NEUROPHYSIOLOGIE A LA NEUROBIOLOGIE MOLECULAIRE

Chapitre 1 DE LA NEUROPHYSIOLOGIE A LA NEUROBIOLOGIE MOLECULAIRE 2 ème partie : Neurobiologie moléculaire Chapitre 1 DE LA NEUROPHYSIOLOGIE A LA NEUROBIOLOGIE MOLECULAIRE 1. Les grandes étapes Les phénomènes de bioélectricité étaient connus dès la plus haute Antiquité

Plus en détail

Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels

Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels La rétine constitue l organe sensitif de l œil : c est elle qui capte les signaux lumineux et les transmet au cerveau

Plus en détail

Manuel simplifié de neurologie

Manuel simplifié de neurologie 1 Manuel simplifié de neurologie Docteur E. de Pradier I Le neurone Le système nerveux est composé de cellules nerveuses ou neurones et de cellules de soutien ou cellules gliales. Les neurones accomplissent

Plus en détail

Audition. Plan du cours

Audition. Plan du cours Plan du cours Cochlée :...2 rappel anatomo-fonctionnel... 2 Rôle des cellules ciliées internes (CCI) : les "vraies" cellules sensorielles... 4 Rôle des cellules ciliées externes (CCE)... 5 Synthèse du

Plus en détail

Exploration Neuro-Musculaire L exploration fonctionnelle neuromusculaire. II. L électrodiagnostic neuromusculaire... 22

Exploration Neuro-Musculaire L exploration fonctionnelle neuromusculaire. II. L électrodiagnostic neuromusculaire... 22 21 L exploration fonctionnelle neuromusculaire OBJECTIFS Connaître la constitution et le fonctionnement de l unité neuro-musculaire Connaître le principe de l électromyographie, et ses résultats normaux

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DES SYSTÈMES SENSORIELS (fascicule 1/ )

PHYSIOLOGIE DES SYSTÈMES SENSORIELS (fascicule 1/ ) PHYSIOLOGIE DES SYSTÈMES SENSORIELS (fascicule 1/ ) A - GENERALITES http://neurobranches.chez-alice.fr/systnerv/systsens/physiogene1.html http://biodeug.com/new/index.php?option=com_content&task=category§ionid=5&id=31&itemid=56

Plus en détail

NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE

NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE Thème 6 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE Lors d une visite médicale permettant d établir un certificat d aptitude à la pratique

Plus en détail

10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale)

10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale) 10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale) Introduction La paroi digestive est typiquement formée de deux couches de muscles lisses (fig.10.1 et 10.2) dont l'activité doit

Plus en détail

Typologie des fibres musculaires

Typologie des fibres musculaires Typologie des fibres musculaires INTRODUCTION Muscle = ensemble de faisceau de fibres musculaires Potentialités différentes pour utiliser ATP Vitesse de contraction de fibre dépend de rapidité à scinder

Plus en détail

Chapitre 10 : la vision : de l œil au cerveau

Chapitre 10 : la vision : de l œil au cerveau Chapitre 10 : la vision : de l œil au cerveau A projeter : œil dans le règne animal L œil est un organe sensoriel spécialisé dans la perception visuelle. C est un organe des sens essentiel dans la mise

Plus en détail

LE MUSCLE. Références. ζ Physiologie du sport, Hugues Monod et Roland Flandrois, édition Masson

LE MUSCLE. Références. ζ Physiologie du sport, Hugues Monod et Roland Flandrois, édition Masson LE MUSCLE Références Physiologie du sport, Hugues Monod et Roland Flandrois, édition Masson Physiologie du sport et de l exercice, J.H.Wilmore et D.L.Costill, De Boeck Université Généralités Issu du mésoderme

Plus en détail

CHAPITRE N 1 : L ORGANISATION DE L ŒIL ET LE CRISTALLIN

CHAPITRE N 1 : L ORGANISATION DE L ŒIL ET LE CRISTALLIN CHAPITRE N 1 : L ORGANISATION DE L ŒIL ET LE CRISTALLIN I- ORGANISATION ANATOMIQUE DE L ŒIL TP n 1 Voici quelques légendes Bilans: - l'oeil est l'organe de la vue, il est composé de plusieurs structures

Plus en détail

PITROU Argantael ESTIT 2 ZANLONGHI Céline Binôme 5

PITROU Argantael ESTIT 2 ZANLONGHI Céline Binôme 5 PITROU Argantael ESTIT 2 ZANLONGHI Céline Binôme 5 Année Scolaire 2001/2002 1 SOMMAIRE Introduction.... 1 I. Principes de l électrophysiologie visuelle...5 A. Le message nerveux : nature, genèse et propagation...

Plus en détail

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau.

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau. Vue, ouïe, odorat, toucher et goût sont les 5 sens qui renseignent le cerveau sur ce qui se passe à l extérieur du corps. Les organes sensoriels renferment une multitude de cellules nerveuses motrices.

Plus en détail

Modélisation et simulation de l activité électrique du coeur dans le thorax, analyse numérique et méthodes de volumes finis

Modélisation et simulation de l activité électrique du coeur dans le thorax, analyse numérique et méthodes de volumes finis Modélisation et simulation de l activité électrique du coeur dans le thorax, analyse numérique et méthodes de volumes finis Charles Pierre Laboratoire de Mathématiques Jean Leray, Université de Nantes

Plus en détail

Sommaire de la séquence 11

Sommaire de la séquence 11 Sommaire de la séquence 11 «Tu as vu Pierre, depuis son accident? Oui, son casque lui a sauvé la vie, mais il risque d être bloqué sur un fauteuil roulant. Mais comment est-ce arrivé? Eh bien, en fait,

Plus en détail

Dr BOGGIO Le système nerveux 2.2 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015

Dr BOGGIO Le système nerveux 2.2 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 Dr BOGGIO Le système nerveux - 1-11 2.2 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 5 Système de régulation et de communication de l organisme Système rapide (par comparaison

Plus en détail

Neurophysiologie Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices

Neurophysiologie Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices Neurophysiologie Dr P Sauleau I. Somesthésie et nociception II. III. IV. Système nerveux périphérique Réflexes médullaires Cortex moteur et voies motrices V. Noyaux gris centraux et cervelet VI. Audition

Plus en détail

Licence 2 de Psychologie Sensorialité et Perception. Partie 1 : Principes généraux du traitement sensoriel. vincent.roy@univ-rouen.

Licence 2 de Psychologie Sensorialité et Perception. Partie 1 : Principes généraux du traitement sensoriel. vincent.roy@univ-rouen. Licence 2 de Psychologie Sensorialité et Perception vincent.roy@univ-rouen.fr Partie 1 : Principes généraux du traitement sensoriel http://www.retinalmicroscopy.com/bipolar.html http://psychobiologierouen.free.fr

Plus en détail

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS)

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Définition La neurostimulation électrique transcutanée est une technique antalgique non médicamenteuse

Plus en détail

Anatomie générale du système musculaire strié

Anatomie générale du système musculaire strié Anatomie générale du système musculaire strié La morphologie et l anatomie fonctionnelle distingue le système musculaire squelettiques ou strié qui sera l objet de ce cours et dont les muscles peuvent

Plus en détail

THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE. Chapitre 1 : De l oeil au cerveau

THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE. Chapitre 1 : De l oeil au cerveau THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE Chapitre 1 : De l oeil au cerveau Introduction. I- L ORGANISATION DE L OEIL HUMAIN( TP1) 1) les milieux transparents de l oeil traversés par la lumière : Cornée Humeur

Plus en détail

Interaction de l'endorphine endogène ou drogue du sportif avec le système nerveux

Interaction de l'endorphine endogène ou drogue du sportif avec le système nerveux Interaction de l'endorphine endogène ou drogue du sportif avec le système nerveux Introduction Travail de maturité réalisé au Lycée Denis-de-Rougemont de Neuchâtel sous la direction de Mme Isabelle Chessa

Plus en détail

2 ème PARTIE : FONCTIONNEMENT DU SYSTEME NERVEUX

2 ème PARTIE : FONCTIONNEMENT DU SYSTEME NERVEUX 2 ème PARTIE : FONCTIONNEMENT DU SYSTEME NERVEUX INTRODUCTION cliquez : UNE ANIMATION POUR COMPRENDRE LE ROLE DES MUSCLES DANS LA MOUVEMENT Je ne donne pas de réponse à la 4/ car c'est votre hypothèse

Plus en détail

Biologie et physiopathologie humaine

Biologie et physiopathologie humaine Biologie et physiopathologie humaine Session Juin 2011 - Corrigé Un sujet étonnant (une bonne partie du sujet porte sur la partie 5 «Respiration» comme en 2009) mais qui ne présente finalement pas de difficultés

Plus en détail

La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6).

La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6). II.2.4.3 LA CHAINE RESPIRATOIRE MITOCHONDRIALE La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6). Figure 2-6 Résumé du métabolisme énergétique

Plus en détail

RELATION A L ENVIRONNEMENT ET ACTIVITE NERVEUSE DUREE : 7 HEURES.

RELATION A L ENVIRONNEMENT ET ACTIVITE NERVEUSE DUREE : 7 HEURES. RELATION A L ENVIRONNEMENT ET ACTIVITE NERVEUSE DUREE : 7 HEURES. Comment l organisme réagit-il aux stimulations de son environnement? Séquence 1 Activité 1 : Réinvestir ses connaissances pour compléter

Plus en détail

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle.

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle. Thème : Corps humain, sport et santé Chapitre : La régulation nerveuse de la pression artérielle. - La notion de pression artérielle : La pression artérielle (ou tension artérielle) correspond à la force

Plus en détail

Fonction de conduction de la moelle épinière. Dr F. TOUMI

Fonction de conduction de la moelle épinière. Dr F. TOUMI Fonction de conduction de la moelle épinière Dr F. TOUMI I. GENERALITES : Communication Moelle avec les centres supra spinaux Communication Intra segmentaire (ipsilatérale / controlatérale) Communication

Plus en détail

TD1: homéostasie du glucose

TD1: homéostasie du glucose TD1: homéostasie du glucose 1. Mécanismes neuroendocrine de régulation de la glycémie 2. Fonctionnement des neurones GE 3. Régulation de l activité des neurones GE par les acides gras 4. Régulation de

Plus en détail

Neuromodulation de la douleur : place de la r-tms (repetitive Transcranial Magnetic Stimulation) Dr Denis VESVARD CETD du CHU de Rennes

Neuromodulation de la douleur : place de la r-tms (repetitive Transcranial Magnetic Stimulation) Dr Denis VESVARD CETD du CHU de Rennes Neuromodulation de la douleur : place de la r-tms (repetitive Transcranial Magnetic Stimulation) Dr Denis VESVARD CETD du CHU de Rennes ST MALO Avril 2015 Deux notions importantes L intensité de la douleur

Plus en détail

Comment la glycémie est elle régulée?

Comment la glycémie est elle régulée? Comment la glycémie est elle régulée? La glycémie, quantité de glucose dans le sang, est un facteur primordial pour un bon état de santé. Bien que les apports de glucose soient très variables dans le temps,

Plus en détail

Geneviève Allard. Annick Cornet. Myriam Lafrance. Marilyn Tessier

Geneviève Allard. Annick Cornet. Myriam Lafrance. Marilyn Tessier Geneviève Allard Annick Cornet Myriam Lafrance Marilyn Tessier «Relation entre l accomodabilité et le triangle prévisionnel lors de l électrodiagnostic rapide : Une étude exploratoire» Document présenté

Plus en détail

Utilisation de cellules souches embryonnaires pour réparer le système nerveux.

Utilisation de cellules souches embryonnaires pour réparer le système nerveux. Utilisation de cellules souches embryonnaires pour réparer le système nerveux. Les cellules ES représentent un outil de choix pour le remplacement de cellules au sein de l organisme et notamment au niveau

Plus en détail

L électromyogramme fini le mystère!

L électromyogramme fini le mystère! Les neuropathies L électromyogramme fini le mystère! Sandrine Larue 3 Bonne nouvelle! Vous venez enfin de recevoir les électromyogrammes que vous attendiez! Mauvaise nouvelle! Les conclusions du neurologue

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Dossier didactique. Muséum des Sciences naturelles Rue Vautier 29 1000 Bruxelles info@sciencesnaturelles.be

Dossier didactique. Muséum des Sciences naturelles Rue Vautier 29 1000 Bruxelles info@sciencesnaturelles.be E.R. Camille Pisani - rue Vautier 29 1000 Bruxelles Dossier didactique Muséum des Sciences naturelles Rue Vautier 29 1000 Bruxelles info@sciencesnaturelles.be Table des matières 1. Pour une visite réussie

Plus en détail

COMMENT TRAVAILLER POUR AUGMENTER SON EXPLOSIVITE

COMMENT TRAVAILLER POUR AUGMENTER SON EXPLOSIVITE COMMENT TRAVAILLER POUR AUGMENTER SON EXPLOSIVITE 1/ DEFINITION Capacité à produire la plus grande accélération pour se mouvoir, ou pour déplacer une charge. 2/ CALCUL DE LA PUISSANCE Tout d abord, la

Plus en détail

Contrôle moléculaire des adaptations musculaires à l exercice

Contrôle moléculaire des adaptations musculaires à l exercice Contrôle moléculaire des adaptations musculaires à l exercice Professeur Frédéric CHARBONNIER Laboratoire de Neurobiologie des Réseaux Sensorimoteurs- CNRS/Université Paris Descartes Les travaux que je

Plus en détail

NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE

NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE PONDICHERY 2014 2ème PARTIE - Exercice 1 - Pratique d'un raisonnement scientifique dans le cadre d'un problème donné (3 points). NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE En 1924, le physiologiste

Plus en détail

Imagerie biologique. CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009

Imagerie biologique. CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009 Imagerie biologique Etude d articles d scientifiques CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009 Imagerie biologique Quelques éléments de biologie cellulaire Etude d article d : Limitation

Plus en détail

BILANS ANALYTIQUES MUSCULO-TENDINEUX

BILANS ANALYTIQUES MUSCULO-TENDINEUX BILANS ANALYTIQUES MUSCULO-TENDINEUX I) INTRODUCTION 1. Le muscle Le muscle est un organe excitable-contractile, extensible visco-élastique, Motricité : - Automatique (marche) - Réflexe (activité stéréotypée,

Plus en détail

Les Tissus Dentaires

Les Tissus Dentaires Les Tissus Dentaires L'émail L'émail, qui recouvre les couronnes dentaires, est le tissu le plus minéralisé de l'organisme. L'émail est essentiellement constitué de cristaux d'hydroxyapatite, et dans une

Plus en détail

Développement physique du trottineur

Développement physique du trottineur 4.1 Formatif 1- Lecture et faire un résumé d UN sujet : o Ouïe et vision p.105 et 106 o o Réflexes p.110-111 p.111-113 2- SANS les notes de cours, échanger l information comprise avec un autre élève de

Plus en détail

La Vue. Généralités Le cristallin L'iris La rétine Les voies centrales

La Vue. Généralités Le cristallin L'iris La rétine Les voies centrales La Vue Généralités Le cristallin L'iris La rétine Les voies centrales Généralités. La vue est probablement un des sens auquel nous accordons le plus d'importance. C'est le sens qui nous permet d'apprécier

Plus en détail

Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle.

Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle. Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle. I. Les deux rôles des testicules. 1) Le rôle exocrine. A la puberté, la paroi des tubes séminifères s épaissie car les spermatogonies

Plus en détail

Copie-type Ceci n est pas une correction seulement un exemple de réponse. Partie I Le magmatisme en zone de subduction

Copie-type Ceci n est pas une correction seulement un exemple de réponse. Partie I Le magmatisme en zone de subduction Copie-type Ceci n est pas une correction seulement un exemple de réponse. Partie I Le magmatisme en zone de subduction Introduction : Les zones de subduction, domaine de convergence où la lithosphère océanique

Plus en détail

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES Plan de cours STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES 101-FYA-PT Pondération 3-1-2 Gilles Bourbonnais (C360) gilles.bourbonnais@dgpc.ulaval.ca Sciences de la Nature / PASC @L http://ici.cegep-ste-foy.qc.ca/profs/gbourbonnais/

Plus en détail

Anatomie et physiologie sexuelle de l homme. I Koscinski DU Sexologie, Strasbourg

Anatomie et physiologie sexuelle de l homme. I Koscinski DU Sexologie, Strasbourg Anatomie et physiologie sexuelle de l homme I Koscinski DU Sexologie, Strasbourg 1. L érection est faite de sang et d esprits. «Ce qu il faut avouer ici, c est que l imagination étant frappée par le ressentiment

Plus en détail

L'électrocardiogramme de repos normal

L'électrocardiogramme de repos normal L'électrocardiogramme de repos normal Date de création du document : 2008-2009 Table des matières 1 Les principes de base... 1 2 Enregistrement de l'ecg... 2 3 Le parallèle anatomo-électrique... 3 4 Interprétation

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

Neuro-MS/D Stimulateur magnétique transcranien

Neuro-MS/D Stimulateur magnétique transcranien Neuro-MS/D Stimulateur magnétique transcranien Stimulation 20 Hz à intensité de 100% Pic champ magnétique - jusqu à 4 T Refroidissement performant : jusqu à 10000 impulsions pendant 1 session Programme

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES Plan de cours STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES 101-FYA-PT Pondération 3-1-2 Gilles Bourbonnais (C360) gilles.bourbonnais@dgpc.ulaval.ca Sciences de la Nature / PASC@L http://ici.cegep-ste-foy.qc.ca/profs/gbourbonnais/

Plus en détail

MILIEU INTERIEUR ET SYSTEME NEUROVEGETATIF

MILIEU INTERIEUR ET SYSTEME NEUROVEGETATIF MILIEU INTERIEUR ET SYSTEME NEUROVEGETATIF CHAPITRE I. CHAPITRE II. CHAPITRE III. CHAPITRE IV. CHAPITRE V. CHAPITRE VI. Sommaire HOMEOSTASIE DU MILIEU INTERIEUR SYSTEMES NERVEUX SOMATIQUE ET AUTONOMES

Plus en détail

Université Joseph Fourier Faculté de Médecine de Grenoble

Université Joseph Fourier Faculté de Médecine de Grenoble Mémoire pour l obtention du Diplôme Inter Universitaire de Rééducation et Appareillage en Chirurgie de la Main Professeur F. Moutet CHU de Grenoble JAEGLE Lucille Ergothérapeute Jury : Pr. P. Liverneaux

Plus en détail

Proprioception. Définition :

Proprioception. Définition : Proprioception Définition : La proprioception est la perception du corps et des membres, de leur position (1) et de leur mouvement(2) dans l'espace, sans que l'individu ait besoin de les vérifier avec

Plus en détail

Plan. 1 Définition de la thermorégulation

Plan. 1 Définition de la thermorégulation Thermorégulation Plan 1 Définition de la thermorégulation Thermorégulation (1) Deux classes d espèces animales - Poïkilothermes = ectothermes (espèces primitives) température centrale varie avec conditions

Plus en détail

Force maximale volontaire

Force maximale volontaire Force maximale volontaire Capteurs de force La force maximale volontaire (FMV ou en anglais MVC, maximal voluntary contraction) d un groupe musculaire correspond à la valeur maximale de la force que peut

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

Mécanismes moléculaires de la sensibilité dentinaire

Mécanismes moléculaires de la sensibilité dentinaire Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 29 Mécanismes moléculaires de la sensibilité dentinaire Jean-Christophe MAURIN * Introduction La sensibilité dentinaire est une réalité clinique à laquelle est quotidiennement

Plus en détail

LES MECANISMES DE LA DOULEUR LA NEUROSTIMULATION TRANSCUTANÉE LE TENS

LES MECANISMES DE LA DOULEUR LA NEUROSTIMULATION TRANSCUTANÉE LE TENS LES MECANISMES DE LA DOULEUR LA NEUROSTIMULATION TRANSCUTANÉE LE TENS SIANI F (1) - BOUCAND M.H (2) Janvier 2006 Association Française Syndromes Ehlers Danlos 1 - kinésithérapeute cadre de santé, Centre

Plus en détail

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine AMINES BIOGENIQUES Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine Effets physiologiques des bioamines via le systeme nerveux autonome Cardiovasculaire: Augmentation du

Plus en détail

TISSUS MUSCULAIRES CARACTERISTIQUES GENERALES

TISSUS MUSCULAIRES CARACTERISTIQUES GENERALES TISSUS MUSCULAIRES La principale caractéristique du tissu musculaire, du point de vue fonctionnel, est son aptitude à transformer une énergie chimique (sous forme d'atp) en énergie mécanique dirigée. Les

Plus en détail

Chapitre 8 : Circulation : Contrôle local du débit sanguin. Professeur Christophe RIBUOT

Chapitre 8 : Circulation : Contrôle local du débit sanguin. Professeur Christophe RIBUOT UEMPSfO - Physiologie Chapitre 8 : Circulation : Contrôle local du débit sanguin Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

LA THERMOREGULATION. IFSI 1ère année promotion 2008 2011

LA THERMOREGULATION. IFSI 1ère année promotion 2008 2011 IFSI 1ère année promotion 2008 2011 NP Plan du cours LA THERMOREGULATION Définition de l homéothermie Définition de la thermorégulation Les modes de transmission de la chaleur Régulation de la température

Plus en détail

Thermorégulation et exercice physique

Thermorégulation et exercice physique Thermorégulation et exercice physique Généralités L activité physique en ambiance chaude ou froide augmente les charges pour l organisme Dans des conditions extrêmes, l organisme doit s adapter Mécanismes

Plus en détail

Développement de l enfantl croissance et maturation

Développement de l enfantl croissance et maturation Psychopédagogie des APS Développement de l enfantl croissance et maturation Introduction Pour optimiser l enseignement de l EPS aux enfants et adolescents, il est nécessaire d avoir quelques connaissances

Plus en détail

génétique et physiologie cellulaire M me Christine PETIT, membre de l Institut (Académie des sciences), professeure

génétique et physiologie cellulaire M me Christine PETIT, membre de l Institut (Académie des sciences), professeure génétique et physiologie cellulaire M me Christine PETIT, membre de l Institut (Académie des sciences), professeure localisation de la source sonore : traitement Monaural et Binaural du signal acoustique

Plus en détail

L approche bioénergétique

L approche bioénergétique L approche bioénergétique Appréhender l homme par la bioénergétique est une manière de comprendre et d analyser ses performances motrices. Ce champs d étude resté l apanage des scientifiques entre les

Plus en détail

Le fonctionnement de l'organisme

Le fonctionnement de l'organisme Seconde partie Le fonctionnement de l'organisme 1 Le système cardio-pulmonaire...2 1.1 Anatomie et fonctionnement du coeur...2 1.2 La distribution du sang aux organes...4 2 Communication et intégration

Plus en détail

TP1 La formation des images dans l'œil

TP1 La formation des images dans l'œil TP1 La formation des images dans l'œil Si d'un point de vue physique, l'œil se comporte comme une lentille convergente permettant la formation d'une image, la vision est un phénomène cellulaire. On se

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

Plasticité synaptique et addiction

Plasticité synaptique et addiction Plasticité synaptique et addiction Ou Comment les drogues modifient la transmission synaptique Sommaire Rappel du contexte des études Le circuit de la récompense Rappels sur La Potentialisation à long

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

15. GLOSSAIRE GLOSSAIRE

15. GLOSSAIRE GLOSSAIRE 15. Acides aminés excitateurs (AEE) : agissent au niveau des fibres C Acides aminés inhibiteurs (AAI) : agissent au niveau des grosses fibres (cf. GABA) Addiction : état de dépendance vis-à-vis d une drogue

Plus en détail

TITRE DE L ACTIVITE : LES PERTURBATIONS DE LA PERCEPTION VISUELLE

TITRE DE L ACTIVITE : LES PERTURBATIONS DE LA PERCEPTION VISUELLE TITRE DE L ACTIVITE : LES PERTURBATIONS DE LA PERCEPTION VISUELLE Thème(s) concerné(s): La Terre dans l Univers, la vie et l évolution du vivant Enjeux planétaires contemporains Corps humain et santé Niveau(x)

Plus en détail

membrane cellulaire. Le potentiel électrique engendre une image caractéristique appelée potentiel d action (Fig. 1).

membrane cellulaire. Le potentiel électrique engendre une image caractéristique appelée potentiel d action (Fig. 1). SURVEILLANCE CLINIQUE DES ANTIARYTHMIQUES EN SOINS CRITIQUES Jean-Luc Beaumont, infirmier clinicien spécialisé en soins infirmiers cardiovasculaires et respiratoires Les antiarythmiques constituent, en

Plus en détail

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 ICM-01-01-2012-09 Connaître l'anatomie du système de conduction

Plus en détail

Le sens du goût. Une infinité de saveurs.

Le sens du goût. Une infinité de saveurs. Le sens du goût. Que serait le goût sans la vue, la mémoire, la senteur, le plaisir? Lorsqu on parle du goût, on ne pense pas toujours à l ensemble des sensations qui permettent d identifier ce que l on

Plus en détail

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction La diode à jonction I Introduction La diode est le semi-conducteur de base. Son fonctionnement est assimilable à celui d un interrupteur qui ne laisse passer le courant que dans un seul sens. C est la

Plus en détail

TPE : LES DANGERS DES SONS

TPE : LES DANGERS DES SONS TPE : LES DANGERS DES SONS SOMMAIRE Intro Problématique I) Les différents aspects du son 1) Fréquence du son (Hz) 2) Le niveau sonore (db) 3) Le champ auditif 4) Le son et la distance Conclusion II) L'oreille

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail