EQUIPE DE RECHERCHE ASSOCIEE AU C.N.R.S. DOCUMENT DE TRAVAIL INSTITUT DE MATHEMATIQUES ECONOMIQUES UNIVERSITE DE DIJON

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EQUIPE DE RECHERCHE ASSOCIEE AU C.N.R.S. DOCUMENT DE TRAVAIL INSTITUT DE MATHEMATIQUES ECONOMIQUES UNIVERSITE DE DIJON"

Transcription

1 EQUIPE DE RECHERCHE ASSOCIEE AU C.N.R.S. DOCUMENT DE TRAVAIL INSTITUT DE MATHEMATIQUES ECONOMIQUES UNIVERSITE DE DIJON FACULTE DE SCIENCE ECON OMIQUE ET DE GESTION 4, BOULEVARD GABRIEL DIJON

2 N 84 LA DEPENSE DU PROFIT ET LE DISFONCTIONNEMENT DU SYSTEME ECONOMIQUE Elie SADIGH UNIVERSITE DE DIJON Faculté de Science Economique et Gestion 4, Boulevard Gabriel DIJON Janvier 1986

3 N 81 G. CHARREAUX et J.P. PITOL-BELIN : La théorie contractuelle des organisations : une application au conseil d'administration, (Novembre 1985) N 82 C.S. BERTUGLIA, G. LEONARDI, R. TADEI : Dynamic analysis of transport - location interrelationships : theory and models. (November 1985) N 83 PH. VINCKE : La modélisation des préférences (Décembre 1985). N 84 Elie SADIGH : La dépense du profit et le disfonctionnement du système économique (Janvier 1986). La liste récapitulative des Documents de Travail publiés depuis 1974 (numéros 1 à 80), mentionnant les références des "reprints" dans des revues, peut-être communiquée sur demande adressée à l'i.m.e. The list of Working Papers published since 1974 (N l to 80), and mentioning the reprints in their original or revised version is available and will be sent on request.

4 INTRODUCTION Pour arriver à la connaissance de l'économie monétaire, il est indispensable de tenir compte de l'origine et de l'emploi de la monnaie ; il est non moins indispensable cependant de savoir comment la monnaie est intégrée à l'économie de production. Cette intégration est le pivot sur lequel nous nous proposons de fonder notre étude, dont le point de départ pourrait être l'acquisition de la connaissance véritable de la monnaie, qui joue un rôle essentiel dans nos sociétés économiques. En soulignant certains problèmes centraux, cette connaissance permettrait d'éviter quelques-uns des maux qui frappent nos économies, notamment le disfonctionnement du système économique, dont l'une des causes est à mettre en rapport avec une certaine façon de dépenser le profit, le but de notre étude étant précisément d'éclairer ce point essentiel. Pour y parvenir, nous allons d'abord, en nous fondant sur le système keynésien, expliquer la réalisation du profit monétaire puis distinguer les différentes façons dont le profit monétaire peut être dépensé sur le marché des services producteurs et en étudier les conséquences.

5 2 I - La production et la monnaie L'économie de production distingue le marché des services producteurs du marché des produits. Elle a son fondement dans l'analyse classique et dans l'analyse keynésienne, pour lesquelles le principe de la primauté de la production sur la circulation est étali. Mais l'analyse classique ne parvient pas à établir la relation d'équivalence entre la rémunération des services producteurs et des produits de ces services, tandis que le système keynésien ouvre la voie à l'établissement de cette équivalence. Dans son Traité de la monnaie. Keynes attribue la valeur monétaire d u produit aux services producteurs. "Nous proposons d'accorder la même signification aux trois expressions suivantes : (i) le revenu monétaire de la nation ; (ii) les rémunérations des facteurs de production ; (iii ) le coût de production ; et nous réservons le terme de profit à la différence entre le coût de la production courante et le produit de sa vente, de telle sorte que les profits ne font pas partie du revenu national ainsi défini." (J. M. Keynes, A Treatise on Money Ed. The Royal Economic Society P. 111 souligné par l'auteur) II apparait d'une part que le produit national est mesuré dès la production grâce à la rémunération des facteurs de production, l équivalence s'établit dès la production, d'autre part que le profit est un prélèvement sur la rémunération des facteurs de production, il se réalise dans l'échange. Ainsi l'un des apports essentiels du système keynésien réside dans l'idée de mesurer le produit dès la production par la monnaie, c'est-à-dire d'intégrer la monnaie à l'économie. Selon Keynes, le produit global se compose d'une quantité de biens de consommation et d'une quantité de biens d'investissement ou d'équipement. La contrepartie de cette production est la rémunération des facteurs de productions dont le montant est égal au revenu national. La valeur de l'offre globale, qui est la valeur monétaire du produit national est donc établie dès la production.

6 3 La demande globale, ou dépense du revenu national sur le marché des produits, a sa source dans l'offre globale. La demande est la conséquence de la distribution des revenus, et elle peut écouler l'ensemble des produits de chaque période. Autrement dit la demande représente le revenu établi dès la production. II - L'offre et la demande globale Nous venons de le voir, le revenu a sa source dans la production et le niveau du revenu national est déterminé par le niveau de la production nationale des biens et des services ; c'est donc le revenu national établi dès la production qui a le pouvoir d'écouler le produit national. En effet les entreprises fixent le niveau de la production en se fondant sur leurs prévisions (La demande effective chez Keynes).(1) Dès que ces prévisions sont réalisées, le montant de l'offre globale, la valeur monétaire du produit, est établi. La dépense du revenu ainsi formé (1) La demande effective et le niveau de l'emploi. "Supposons, comme première étape, que l'on prenne comme données la propension à consommer ainsi que les autres facteurs considérés comme tels au chapitre 18, et qu'on examine les variatiorbde l'emploi résultant des variations de l'investissement. Dans cette hypothèse, à tout montant de la demande effective mesurée en unités de salaire correspondra un volume global de l'emploi, et la demande effective sera divisée dans une proportion déterminée entre la consommation et l'investissement. Chaque montant de la demande effective sera même associé à une certaine répartition du revenu. Il est donc raisonnable de supposer en outre qu'à chaque montant de la demande effective correspondra une seule répartition de cette demande effective entre les diverses industries. Ces hypothèses permettent de déterminer le volume de l'emploi dans chaque industrie qui correspond à un volume donné de l'emploi global, (suite.voir page suivante)

7 4 peut écouler la totalité du produit. En d'autres termes, la demande effective qui détermine le niveau de la production, et donc le niveau d e l'emploi, devient également la demande sur le marché des biens de consommation et d'investissement, dès qu'elle est réalisée. Keynes représente la valeur de l'offre globale par R = C + E, et la valeur de la demande globale par D = C + I. "Si on admet que le revenu est égal à la valeur de la production courante, que l'investissement courant est égal à la partie de la production courante qui n'est pas consommée et que l'épargne est égale à l'excès du revenu sur la consommation, toutes choses conformes à la fois au bon sens et à l'usage traditionnel de la grande majorité des économies, l'égalité de l'épargne et de l'investissement en découle nécessairement." (Théorie Générale. J.M. Keynes. P. 83) Ainsi à chaque production, le revenu formé en contrepartie de cette production a le pouvoir d'écouler la totalité d u produit. La question est donc de savoir comment sur plusieurs périodes peut apparaître un manque de pouvoir d'achat qui engendre un disfonctionnement d u système, et cela bien qu'à chaque production la valeur monétaire d u produit soit distribuée aux services producteurs. (1) page précédente - suite En d'autres termes, elles permettent de connaître dans toute industrie particulière le volume de l'emploi qui correspond à chaque montant d e la demande effective globale mesurée en unités de salaires. J.M. Keynes. Théorie Générale Ed. Payot - P

8 5 III - La réalisation du profit L ébauche de l'explication du profit peut être recherchée, dans un premier temps, dans 1'importante oeuvre théorique de Keynes: "A Treatise on Money". Dans cet ouvrage, Keynes suppose deux secteurs dans l'économie, le secteur de biens de consommation et le secteur de biens d'investissement ou d'équipement. "Le produit courant de la communauté, distingué de son revenu en monnaie, est un flux de biens et services,qui a deux composantes : a) - le flux de biens et services disponibles pour une consommation immédiate, et b) - l'accroissement (déduction faite de l'amortissement) des biens capitaux et du capital financier (...) qui ne sont pas disponibles pour la consommation. Nous appellerons le premier produit "liquide" ou disponible" ", le second "non disponible", et leur somme produit total". (1) (1) John Maynard Keynes : A Treatise on mon e y. The pure theory of Money Ec. Macmillan St Martin's Press, for the Royal Economic Society, 1971, P "II. AVAILABLE AND NON-AVAILABLE OUTPUT. The current output of the community, as distingyished from its money income, is a flow of goods and services, which consists of the two parts, a - the flow of liquid goods and services which are in a form available for immediate consumption, and b - the net flow of increments (after allowing for wastage) to capital goods and to loan capital (to be defined more particulary in the next section) which are not in a form available for consumption. We shall call the former "liquid" ou "available" output ; the latter "non available" output ; and the two together total output".

9 6 En outre, nous savons que Keynes fut l'ion des premiers économistes à trancher et à déterminer par une formule précise la nature des produits achetés par les différentes catégories d'agents économiques, c'est-à-dire par les ménages et les entrepreneurs ; il s'agit des biens de consommation ou biens d'investissement. Pour Keynes, toute dépense des ménages sur le marché des biens et services est considérée comme une dépense de consommation, tandis que toute dépense des entrepreneurs sur ce même marché des produits est considérée comme un investissement (1). Si donc les services producteurs du secteur des produits de consommation et les services producteurs du secteur des biens d'équipement dépensent la totalité de leur revenu, ils achètent la totalité des produits de consommation. Les entrepreneurs de ce secteur réalisent ainsi un profit monétaire (2) qui est égal à la rémunération des services producteurs du secteur des biens d'équipement, et en dépensant ce profit, ils peuvent acheter des biens d'équipement. En restant dans la logique de cette (1) cf. J.M. Keynes : Théorie Générale de 1'Emploi, de l'intérêt et de la monnaie - Ed. Payot, 1971, P. 81 et 92. (2) "Si nous supposons, dans un premier temps, que les travailleurs dépensent tout leur salaire d'une semaine à l'autre ainsi qu'ils le perçoivent, les salaires correspondant à la production courante de biens de consommation sont exactement équivalents aux ventes des biens d'investissement et les rentiers (y compris les ménages d'entrepreneurs) achètent également des biens de consommation. C'est cela qui rend possible un excédent de la valeur des ventes des biens de consommation sur leurs coûts salariaux". Joan Robinson : L'accumulation d u capital -Ed. Dunod, 1972, P. 40.

10 7 analyse, nous pourrions distinguer aussi deux sous-secteurs dans le secteur produisant les biens d'équipement : - Un premier sous-secteur produisant des biens d'équipement qui seront achetés par les entrepreneurs du secteur des biens de consommation, et - Un second sous-secteur produisant des biens d'équipement du deuxième secteur de l'économie. En effet, le premier sous-secteur réalise un profit monétaire qui est équivalent à la rémunération des services producteurs du deuxième sous-secteur. En dépensant ce profit, les entrepreneurs de ce premier sous-secteur achètent leurs biens d'équipement, ils transfèrent donc un pouvoir d'achat au deuxième sous-secteur qui s'appropriera ainsi des biens d'équipement. Nous le voyons, tout le produit est écoulé dans le respect d e l'équilibre monétaire et de l'égalité entrée-sortie, en ce sens que le revenu formé à la production dans l'acte de la rémunération des services producteurs écoule le produit lorsqu'il est dépensé sur le marché des biens et des services. Si en revanche, les services producteurs ne dépensent pas tout leur revenu, leur épargne finance l'écoulement du produit d u secteur des biens d'investissement qui n'a pas été financé par le revenu de transfert. Une fois le profit des entreprises expliqué, la définition de l'épargne s'élargit à la partie du produit qui n'a pas été absorbée par la consommation des ménages. Il est important de signaler, pour expliquer l'investissement net, que l'épargne peuçêtre dépensée par les entreprises pour financer l'achat de deux sortes de produits, si l'on distingue les produits vendables des produits non vendables. Les produits invendables c'est-à-dire les produits sur lesquels les prévisions des entrepreneurs se sont révélées inexactes, seront financés par l'épargne qui n'engendrera pas un investissement productif ; en revanche, l'épargne servant à l'achat des biens de production est une épargne ou un investissement qui contribue à remplacer ou à augmenter les moyens de production existants.

11 8 IV - Rigidité de la séparation entre les deux secteurs de l'économie. L'explication de la réalisation du profit dans le système de Keynes nous permet de distinguer deux situations : 1 ) Le système de production est composé de deux secteurs de production bien délimités : un secteur de produits de consommation et un secteur de produits d'équipement ou d'investissement. Dans ce système, les produits sont classés à la production, soit comme produits de consommation, soit comme produits d'équipement. 2 ) La frontière entre les deux secteurs de produits, de consommation et d'équipement, est floue, en ce sens que les produits ne sont pas classés à la production, mais après leur destination, soit aux ménages, soit aux entreprises sur le marché des produits. 1 ) Si l'on se place dans une économie de production et qu'on suppose une séparation rigide entre les deux secteurs de l'économie (c'est-à-dire lorsque les services producteurs ne peuvent acheter que les produits qui sont classés à la production comme produits destinés à la consommation des ménages), 1'augmentation des dépenses des services producteurs dans les achats finals rend positif ou accroît le profit des entrepreneurs au fur et à mesure que les ménages augmentent leurs dépenses de consommation au détriment de leur épargne. Le profit est maximum lorsque la totalité du revenu des ménages est dépensée sur le marché des produits, c'est-à-dire dès que l'épargne des ménages s 'annule. Autrement dit, le montant du profit maximum réalisé par les entreprises est égal aux rémunérations des services producteurs du secteur de produits d'équipement ou d'investissement. Ce système de séparation absolue des deux secteurs de production est peu compatible avec une économie dite de marché, tandis qu'il l'est avec l'économie à planification centralisée. Dans cette économie, par le plan, le planificateur exclut du marché des produits de consommation une partie du produit national de chaque p ér iode. Ainsi aucun ménage n 'a accès aux produits qui sont des

12 9 tinés aux entreprises par le plan. L'un des problèmes les plus importants posés à ces économies est la détermination du niveau des prix des produits de consommation, niveau qui doit permettre d'absorber la totalité d u revenu formé dans la nation. Précisons que dans le système à planification centralisée l'épargne monétaire des ménages n'est pas empruntée pour être investie par les entreprises. 2 ) Comme le pense Keynes (1), la qualification des produits est déterminée non pas à la production, mais sur le marché des produits et d'après leur destination, ce qui veut dire que les produits achetés par les ménages sont des produits de consommation et que ceux achetés par les entreprises sont des produits d'investissement. Dans ce cas, l'augmentation des dépenses des ménages n'entraîne pas forcément une augmentation proportionnelle des profits des entreprises, mais peut entraîner une augmentation des produits appropriés par les ménages. Bien e nt en d u, ce système, le plus représentatif de 1'économie de mar ch é, n 'exclut pas q u 1il existe des entreprises intégrées. Grâce à 1'intégration verticale, une entreprise fabrique elle-même tout ou une partie des produits intermédiaires ou des biens d'équipement qu'elle aurait d û acheter à d 'autres entreprises. L 'entreprise obtient ainsi ces produits au prix coûtant, et le coût de production de l'ensemble du processus jusqu'aux produits finis est couvert par la recette des ventes de ces produits finis. (1) "Toute définition raisonnable de la ligne qui sépare l'acheteur pour la consommation de 1'acheteur pour 1'investissement nous rendra les mêmes services pourvu qu'elle soit appliquée d'une façon cohérente. On a souvent discuté le type de problème que ceci peut poser, celui par exemple de savoir s'il est légitime de considérer l'achat d'une automobile comme un achat pour la consommation et 1'achat d 'une maison comme un achat pour 1'investissement. Nous n'avons aucune contribution importante à apporter à ce débat. Le critère doit évidemment correspondre au point où nous avons tracé la ligne de séparation entre le consommateur et l'entrepreneur". (Keynes, Théorie Générale, P. 82)

13 10 S 1il est vrai que 1 1analyse de Keynes nous apporte un élément important pour expliquer la formation du capital, il est vrai aussi que cette explication est subordonnée à 1 1hypothèse des deux secteurs de l'économie. En effet, comme Keynes lui-même l'affirme, nous ne savons pas si un produit est un bien de consommation ou un bien d 'investissement, tant qu'il n'a pas été acheté par tel agent économique, ménage ou entreprise. Pour briser le cercle dans lequel nous sommes enfermés, c'est-à-dire pour démontrer comment apparaît le secteur des biens d'investissement, il faut expliquer la formation du profit, sans supposer dès le départ de l'analyse la distinction des deux secteurs de production. Ce problème est d'autant plus important pour nous que dans les pays moins développés le secteur des biens d'investissement est soit inexistant, soit peu étendu. En d'autres termes, il faut expliquer d'une façon générale la formation du profit, qui est la source du capital. En outre, cette analyse nous permet de dire que pour qu'il y ait une possibilité d'accroître le capital existant, il faut que le secteur des biens d'équipement se développe en premier lieu, le reste suivra. Comme nous venons de le voir, l'explication de l'accumulation du capital fondée sur l'existence des deux secteurs de production est surtout plausible dans une économie à planification centralisée. Dans cette économie, grâce au plan, on peut développer l'un ou l'autre des secteurs de production, tandis gue dans une économie de marché, l'impulsion vient du profit réalisé par les deux secteurs de l'économie ; c'est le profit réalisé qui est la source de l'accroissement du capital et qui permet au secteur des biens d'investissement de se développer. Dans ce système, il s'agit donc d'expliquer d'abord le profit pour pouvoir expliquer ensuite 1 1accumulation du capital. Cette explication de l'analyse fondée sur le système de Keynes nous permet de retenir que la réalisation du profit est compatible avec l'équilibre. Ainsi en partant de cette démonstration de la

14 11 réalisation du profit dans le cadre des deux secteurs de production, on peut élargir cette étude, sans faire de distinction de secteurs, et dire que le prix de vente peut s'écarter du coût de production sur le marché. Du fait de cet écart, le profit apparaît et il est compatible avec l'équilibre, car en effet le revenu capté par les entreprises peut être dépensé pour acheter les produits existants. V - La dépense du profit monétaire Nous venons de le voir, le système d'économie de production est compatible avec la réalisation d u profit dans l'équilibre monétaire. Mais cela n'implique pas que le profit monétaire puisse être dépensé sur n'importe quel marché, sans poser de problème au fonctionnement harmonieux de l'économie ; car s'il est vrai qu'il peut être dépensé aussi bien sur le marché des produits que sur le marché des services producteurs, nous allons voir qu'il peut être une cause de disfonctionnement du système économique lorsqu'il est dépensé sur le marché des services producteurs dans certaines conditions. D'une façon générale, l'entreprise qui réalise un profit monétaire a deux possibilités (une fois les dividendes distribués) : 1) le dépenser sur le marché des produits pour acheter des produits c apitaux, 2) le dépenser sur le marché des services producteurs. 1) Dépenser le profit sur le marché des produits pour acheter des produits capitaux suppose que l'économie a produit des biens capitaux, pour le montant du profit monétaire réalisé par les entreprises. Afin de mettre en lumière cette première possibilité à travers un exemple, prenons comme point de départ la monétisation de la production. Les banques créent le montant de monnaie nécessaire à la monétisation de la production de la période considérée ; les entreprises utilisent cette monnaie pour rémunérer les services producteurs. Il s'établit ainsi une relation d'équivalence entre la rémunération des services producteurs et le produit créé par ces mêmes services producteurs.

15 12 En d'autres termes, la valeur monétaire du produit est donnée aux services producteurs en même temps que sa contrepartie, le produit, est d é posée dans les entreprises ; ce qui veut dire que s'il n'y a pas de profit, les services producteurs, en dépensant la totalité de leur revenu, obtiennent la totalité du produit de la période. En revanche, s'il y a u n profit, du fait que le prix du produit sur le marché des produits est plus élevé que le coût de la production, les services producteurs, en dépensant la totalité de leur revenu, n'obtiennent qu'une partie du produit. Ainsi les services producteurs transfèrent 1'autre partie de leur revenu aux entreprises qui peuvent s 'approprier la partie du produit n'ayant pas été achetée par les services producteurs; Illustrons ces explications par un schéma simple : 50 UP appropriées par les entreprises B : Banques E : Entreprises S P : Services producteurs UM: Unité de monnaie UP: Unité de produit A la production 100 UP = 100 U M -^-a I UP = 1 UM Prix sur le marché des produits : 1 UP = 2 U M = ^ 5 0 UP = 100 UM Les services producteurs, du fait de l'écart entre le prix du marché et le coût de production, transfèrent 50 UM aux entreprises. Ces 50 UM représentent la valeur monétaire de 50 UP qui n'ont pas été achetés par les services producteurs. Ainsi ces deux ensembles, monnaie et produit, sont à la disposition des entreprises. En effet, le profit est à la fois monétaire et réel, et la dépense du profit monétaire permet l'appropriation d u capital par les entreprises.

16 13 2) Dépenser le profit monétaire sur le marché des services producteurs. Deux cas sont à distinguer dans cette dernière façon de dépenser le profit monétaire. a) Les entreprises utilisent le profit monétaire pour rémunérer les services producteurs qui produisent des équipements ; ces derniers sont appropriés par les entreprises dès la production. Ces équipements n'ayant pas été présentés sur le marché, les services producteurs ne peuvent pas exercer leur pouvoir d'achat sur ceux-ci ; il est important de savoir quel est l'effet de cette appropriation d 'une partie du produit, par les entreprises à la production, sur le pouvoir d'achat des titulaires de revenu, et sur l'équilibre financier des entreprises. Nous avons vu que le profit a une contrepartie réelle dans l'économie, il est donc à la fois monétaire et réel. Ainsi le montant du profit dépensé sur le marché des services producteurs, qui produisent des biens capitaux, représente la valeur monétaire de ces produits. Par ailleurs, le montant du profit monétaire a dans le système une contrepartie réelle qui n'a pas été appropriée. Par conséquent le montant du profit ainsi dépensé représente deux productions. Mais nous avons supposé dans ce premier cas, que les entreprises qui produisent des biens d'équipement, monétisés par la dépense du profit, les approprient dès la production. Dès lors, les services producteurs ne peuvent exercer leur pouvoir d'achat que sur les produits qui n'avaient pas été écoulés dans la période précédente et sur les produits de cette période qui n'ont pas été monétisés par le profit monétaire. En d'autres termes, les produits appropriés à la production par les entreprises, dans cette période, donnent leur place aux produits qui n'avaient pas été écoulés dans la période précédente. On le voit, dans cette première hypothèse, d 'une part les entreprises forment un capital (appropriation du produit à la production) d'autre part, elles récupèrent sur l'ensemble des deux périodes les montants dépensés sur le marché des services producteurs, ce qui signifie qu'elles sauvegardent leur équilibre financier.

17 14 b) En période (PI) les services producteurs ont dépensé la totalité de leur revenu, et, du fait de l'écart entre prix et coût de production, ils n'ont obtenu qu'une partie du produit de la période (dans l'exemple précédent : la moitié du produit). Par conséquent, ion ensemble d'entreprises a réalisé un profit monétaire représentant la valeur monétaire des produits qui n'ont pas été appropriés par les services producteurs. Au cours de la période suivante,(p 2 ), les entreprises dépensent leur profit monétaire sur la marché des services producteurs, et présentent cette nouvelle production sur le marché des produits. Ce cas crée une situation de disfonctionnement dans 1'économie en ce sens que, même si les services producteurs dépensent la totalité de leur revenu sur le marché des biens et services, l'ensemble des entreprises ne récupèrent pas la totalité des sommes dépensées sur le marché des services producteurs sur les deux périodes (PI) et (P2), et cela bien qu'à chaque production les entreprises aient donné aux services producteurs, à travers la rémunération, la valeur monétaire du produit de la période. voir pourquoi. Ces deux affirmations ne sont pas contradictoires, nous allons Nous avons dit d'une part qu'à chaque période de production les entreprises donnent la valeur monétaire du produit aux services producteurs ; nous avons ajouté d 'autre part que sur 1'ensemble des deux périodes les entreprises ne peuvent pas récupérer la totalité des sommes dépensées sur le marché des services producteurs dans les deux périodes. La contradiction n'est qu'apparente car il faut tenir compte de la dépense du profit monétaire (qui constitue dans ce cas un fond' des salaires) sur le marché des services producteurs, dépense qui est effectivement à l'origine du disfonctionnement du système. Avançons pas à pas pour montrer l'effet de la dépense du profit monétaire sur le marché des services producteurs dont le produit, ainsi monétisé, est présenté par les entreprises sur le marché des produits.

18 15 Nous avons vu précédemment que, du fait de l'apparition du profit, certaines entreprises captent une partie ou la totalité des sommes dépensées par d'autres entreprises sur le marché des services producteurs. Nous avons vu aussi que ce profit monétaire représente la valeur monétaire des produits non écoulés des entreprises qui n'ont pas récupéré la totalité des dépenses effectuées sur le marché des services producteurs. Ainsi ces dernières entreprises (El) restent débitrices du système bancaire pour le montant du profit réalisé par d'autres entreprises (E2). Dans notre exemple, si les entreprises qui ont réalisé un profit monétaire n'achètent pas le produit non écoulé, les entreprises (El) restent débitrices du système bancaire pour un montant de 50 UM, tandis que les entreprises (E2), constituent un capital financier ou ion fondsdes salaires de 50 UM. Supposons maintenant que les entreprises qui ont réalisé un profit monétaire le dépensent sur le marché des services producteurs, et qu'elles présentent les produits ainsi monétisés sur le marché des biens et des services. Pour monétiser la production de cette période, l'ensemble des entreprises ne demandent donc aux banques que 50 unités de monnaie auxquelles elles ajoutent leur profit monétaire qui est, comme nous l'avons vu, de 50 UM. Par conséquent ces 50 UM constituent un fonds de salaire monétaire. Il est vrai que pour cette production aussi la rémunération des services producteurs représente la valeur monétaire du produit de la période: 100 UM (nous avons supposé le même niveau de production). En admettant pour simplifier qu'il n'y a pas de profit dans le système pour cette production et en ne tenant compte que de la production de cette période, nous pouvons dire que les services producteurs, en dépensant la totalité de leur revenu de la période, obtiennent la totalité du produit de la période. En revanche en étudiant les deux périodes simultanément et en tenant compte du fait que le profit monétaire a été dépensé sur le marché des services producteurs, nous constatons que les services producteurs ont à leur disposition 100 UM qui représentent la valeur monétaire des produits de cette même période (P2) (100 U P ), alors que sur le marché des produits dans l'ensemble des entreprises existent 150 UP

19 16 qui ont une valeur monétaire de 150 UM (1) (Nous avons vu qu'il restait 50 UP de la période précédente qui n'avaient pas été écoulés et qu'une partie des entreprises n'avaient pas récupéré les sommes dépensées sur le marché des produits). Autrement dit l'ensemble des entreprises doit récupérer 150 UM alors que les services producteurs ne possèdent que 100 UM. Dans l'ensemble de l'économie sur les deux périodes apparaît donc une insuffisance de pouvoir d'achat (2) dont le montant ne peut pas être retrouvé par les entreprises. Par conséquent celle-ci ne sont pas en mesure de récupérer la totalité des sommes dépensées sur le marché des services producteurs. En d'autres termes, le déficit de pouvoir d'achat, dans ce cas, est égal au montant du profit monétaire dépensé par les entreprises sur le marché des services producteurs, étant entendu que les produits de ces services sont présentés sur le marché des produits. Ainsi donc, il apparait, dans l'ensemble du système, un déficit de pouvoir d'achat ou une insuffisance de la demande par rapport à l'offre sur les deux périodes, et cela bien qu'à chaque période les services producteurs aient reçu la totalité de la valeur monétaire du produit de la période. Cette insuffisance est due au fait que le profit monétaire est dépensé sur le marché des services producteurs et que le produit ainsi monétisé est présenté sur le marché des produits; elle est une cause de disfonctionnement du système économique. (1) Il est évident que quelle que soit la source du financement de la monétisation de la production par les entreprises, c^s dernières prévoient la récupération des sommes engagées, même si ce financement est puisé dans le fonds des salaires ou dans le profit. (2) Le Professeur Augusto Graziani attribue d'autres causes à ce phénomène qu'il explique dans : Economia Keynesiana e teoria del circuito. Naples

20 CONCLUSION A chaque période le circuit économique commence avec la rémunération des services producteurs, équivalente au produit social, et il s'achève avec la dépense de la totalité du revenu monétaire dans les achats finals. Cependant les services producteurs, en dépensant tout le revenu, ne s'approprient pas tout le produit, dont ils achètent une partie pour le compte des entreprises, qui réalisent ainsi un profit. Ce profit, source du capital est à la fois réel et monétaire. Le pouvoir d'achat (profit monétaire) qui subsiste dans les entreprises définit vm capital monétaire. Les entreprises qui ont réalisé un profit obtiennent ainsi une créance sur l'économie et la dépense de ce profit monétaire leur permet d'approprier sa contrepartie réelle, la partie du produit qui n'a pas été achetée par les services producteurs. Or actuellement les entreprises qui réalisent un profit monétaire peuvent le dépenser aussi bien sur le marché des produits que sur le marché des services producteurs. Deux catégories de rémunérations coexistent donc ; dans le système actuel ces deux catégories se rapportent au travail vivant et créent des revenus nouveaux : Ce sont : - les rémunérations prélevées dans un pouvoir d'achat nul, - les rémunérations prélevées dans un pouvoir d'achat positif. la deuxième catégorie définissant le fonds des salaires ou capital financier. Nous avons essayé de démontrer que les rémunérations prélevées dans un pouvoir d'achat positif dont le produit, ainsi monétisé, est présenté sur le marché, représentent une cause de disfonctionnement du système économique.

La théorie keynésienne : le rôle du système bancaire

La théorie keynésienne : le rôle du système bancaire La théorie keynésienne : le rôle du système bancaire Le rôle du système bancaire Un rôle fondamental Dans une économie moderne, les banques ont pour principale fonction de créer la monnaie. Aristote définissait

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Monnaie, chômage et capitalisme

Monnaie, chômage et capitalisme Franck Van de Velde Monnaie, chômage et capitalisme Presses Universitaires du Septentrion internet : www.septentrion.com Sommaire Introduction Générale 7 1. Monnaie 7 2. Monnaie et capitalisme 10 3. Monnaie,

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

I CENTRE NATIONAL I DE LA RECHERCHE LABORATOIRE D'ANALYSE ET DE TECHNIQUES ÉCONOMIQUES. Pôle d'economie et de Gestion UMR 5601 CNRS

I CENTRE NATIONAL I DE LA RECHERCHE LABORATOIRE D'ANALYSE ET DE TECHNIQUES ÉCONOMIQUES. Pôle d'economie et de Gestion UMR 5601 CNRS LABORATOIRE D'ANALYSE ET DE TECHNIQUES ÉCONOMIQUES UMR 5601 CNRS DOCUMENT DE TRAVAIL I CENTRE NATIONAL I DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE '1 UNIVERSITE DE BOURGOGNE Pôle d'economie et de Gestion 2, boulevard

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

I CENTRE NATIONAL I DE LA RECHERCHE LABORATOIRE D'ANALYSE ET DE TECHNIQUES ÉCONOMIQUES. Pôle d'economie et de Gestion UMR 5601 CNRS

I CENTRE NATIONAL I DE LA RECHERCHE LABORATOIRE D'ANALYSE ET DE TECHNIQUES ÉCONOMIQUES. Pôle d'economie et de Gestion UMR 5601 CNRS LABORATOIRE D'ANALYSE ET DE TECHNIQUES ÉCONOMIQUES UMR 5601 CNRS DOCUMENT DE TRAVAIL I CENTRE NATIONAL I DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE '1 UNIVERSITE DE BOURGOGNE Pôle d'economie et de Gestion 2, boulevard

Plus en détail

La théorie keynésienne

La théorie keynésienne La théorie keynésienne Une influence fondamentale sur les politiques économiques L'essentiel de sa théorie a été présentée par John Maynard Keynes en 1936 dans son ouvrage : "Théorie générale de l'emploi,

Plus en détail

Partie 5 : La consommation et l investissement

Partie 5 : La consommation et l investissement Partie 5 : La consommation et l investissement Enseignant A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suite La troisième partie a exposé les théories

Plus en détail

Bulletin Economique CIRCUIT ET AGENTS ECONOMIQUES APPLIQUES A LA HAUSSE DES SALAIRES. «Théorie & Analyse économique» - 15 Juin 2015 -

Bulletin Economique CIRCUIT ET AGENTS ECONOMIQUES APPLIQUES A LA HAUSSE DES SALAIRES. «Théorie & Analyse économique» - 15 Juin 2015 - Bulletin Economique CIRCUIT ET AGENTS ECONOMIQUES APPLIQUES A LA HAUSSE DES SALAIRES «Théorie & Analyse économique» - 15 Juin 2015 - L'ECONOMISTE France Tel: +33.(6).98.70.49.15 - Fax: +33.(8).26.99.74.01

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers.

Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers. Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers. Dr Raphaël BRIOT ; Dr Jean GARRIC Syndicat National des Praticiens Hospitaliers d'anesthésie-réanimation RÉSUMÉ

Plus en détail

ECONOMIE POLITIQUE Robert PLASMAN 26 MAI 2014 NOM... PRENOM N MATRICULE...

ECONOMIE POLITIQUE Robert PLASMAN 26 MAI 2014 NOM... PRENOM N MATRICULE... ECONOMIE POLITIQUE Robert PLASMAN 26 MAI 2014 NOM... PRENOM N MATRICULE... POLI2 COMM2 SOCA2 Autre (précisez) L examen est coté sur 48 points : 25 pour les questions 1 à 5, 8 pts pour les questions 6 à

Plus en détail

LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE

LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE À la fin de l'exercice financier, il faut examiner tous les comptes de la balance de vérification afin de déterminer lesquels nécessitent un ajustement.

Plus en détail

2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner

2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner 224 file:///fichiers/enseignement/site%20web/impression/rmi/fiches/rmi224... 2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner Introduction Paragraphe au format pdf L'exemple de l'italie comme les

Plus en détail

n 9410 LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT ET LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL Elie SADIGH* décembre 1994

n 9410 LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT ET LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL Elie SADIGH* décembre 1994 n 9410 LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT ET LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL Elie SADIGH* décembre 1994 *Maître de Conférences, Université de Bourgogne Chercheur au LATEC Trois catégories de pays en développement

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux L'INTÉRÊT COMPOSÉ 2.1 Généralités Un capital est placé à intérêts composés lorsque les produits pendant la période sont ajoutés au capital pour constituer un nouveau capital qui, à son tour, portera intérêt.

Plus en détail

Macroéconomie Le Modèle Keynésien Simple

Macroéconomie Le Modèle Keynésien Simple Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la Décision 2ème année de DEUG MASS Macroéconomie, Cours de C. Hurlin Année 2001/2002 Macroéconomie Le Modèle Keynésien Simple Sujet 1 - Exercice 1 : On

Plus en détail

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I ENSIIE Macroéconomie - Chapitre I Le 13 avril 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 La théorie Keynésienne 3 2.1 Keynes......................................... 3 2.2 Quelques ordres de grandeur.............................

Plus en détail

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

Mots clés : Réforme monétaire, monnaie africaine, développement économique, Afrique.

Mots clés : Réforme monétaire, monnaie africaine, développement économique, Afrique. SODOKIN, Koffi 1 UNE UNITE DE MONNAIE AFRICAINE DANS LA PERSPECTIVE DE LA CREATION D UNE BANQUE CENTRALE AFRICAINE POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EN AFRIQUE: FONDEMENTS ANALYTIQUES ET PROPOSITIONS. Résumé

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 138/5 Logiciels Introduction La Commission a consacré une étude approfondie au traitement comptable de la création ou de l acquisition d un logiciel par une entreprise,

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE Section 1. Les marchés de capitaux I. Le marché financier Dans un sens plus étroit, c'est le marché où s'échangent les titres à moyen et long terme (valeurs mobilières) contre

Plus en détail

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/1

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/1 26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/1 INTRODUCTION CHAPITRE 19 LES COMPTES EUROPÉENS 19.1 Le processus d'intégration européenne a dicté la nécessité d'établir une séquence complète

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

SYSTEME COMPTABLE OHADA 361. Il en est de même pour les "travaux en cours" (bâtiment notamment). 2. Progressivité (modularité) des corrections

SYSTEME COMPTABLE OHADA 361. Il en est de même pour les travaux en cours (bâtiment notamment). 2. Progressivité (modularité) des corrections SYSTEME COMPTABLE OHADA 361 Il en est de même pour les "travaux en cours" (bâtiment notamment). c) Durant l'exercice, l'entreprise n'a ni acquis ni revendu d'équipements pour des montants significatifs,

Plus en détail

INSTRUCTION N 2006-04 DU 24 JANVIER 2006

INSTRUCTION N 2006-04 DU 24 JANVIER 2006 1 INSTRUCTION N 2006-04 DU 24 JANVIER 2006 RELATIVE AUX MODALITÉS DE CALCUL DE L ENGAGEMENT DES OPCVM SUR INSTRUMENTS FINANCIERS À TERME Prise en application des articles 411-44-1 à 411-44-5 du règlement

Plus en détail

Propositions BPI - Trésorerie des TPE Juillet 2012

Propositions BPI - Trésorerie des TPE Juillet 2012 www.sdi-pme.fr SYNDICAT DES INDÉPENDANTS Organisation interprofessionnelle patronale regroupant 25.000 artisans, commerçants, TPE et professionnels libéraux SYNDICAT DES INDÉPENDANTS RÉPONDRE AUX BESOINS

Plus en détail

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts RELEVÉ DES MODIFICATIONS Risque de taux d'intérêt et de concordance des échéances Numéro de la modification Date d établissement

Plus en détail

La fiscalité des revenus de l épargne

La fiscalité des revenus de l épargne CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 12 septembre 2002 «Retraite par répartition et compléments de retraite» Document n 9 La fiscalité des revenus de l épargne Conclusion du rapport

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Le multiplicateur monétaire (de crédit) : hier et aujourd'hui

Le multiplicateur monétaire (de crédit) : hier et aujourd'hui 23 février - N 27-72 Le multiplicateur monétaire (de crédit) : hier et aujourd'hui Le multiplicateur monétaire (de crédit) est la théorie qui explique quel montant de crédit (de masse monétaire) peut être

Plus en détail

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement.

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement. Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions.

Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions. Annexes sur l économie grecque Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions. 1. L endettement des ménages 2. Le poids

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

La comptabilité privée

La comptabilité privée La comptabilité privée La comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne (éventuellement plusieurs),

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

Gestion de projet - calculs des coûts

Gestion de projet - calculs des coûts Gestion de projet - calculs des coûts GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table des

Plus en détail

2.1.4. L'équilibre général des échanges

2.1.4. L'équilibre général des échanges 2.1.4. L'équilibre général des échanges La prise en compte des offres et des demandes de l'ensemble des pays participants au commerce mondial permet la détermination des prix mondiaux. L'existence d'un

Plus en détail

Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28

Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28 Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du

Plus en détail

BULLETIN DE FISCALITÉ. Mai 2015

BULLETIN DE FISCALITÉ. Mai 2015 BULLETIN DE FISCALITÉ Mai 2015 OPTIONS D'ACHAT D'ACTIONS ACCORDÉES À DES EMPLOYÉS GAINS ET PERTES DE CHANGE CRÉDITS D'IMPÔT POUR AIDANTS FAMILIAUX ET PERSONNES À CHARGE AYANT UNE DÉFICIENCE LE VERSEMENT

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

Banques et assurances

Banques et assurances Banques et assurances Les sociétés financières Les banques et les assurances font partie du secteur institutionnel des sociétés financières. Le Système européen des comptes nationaux (SEC 2010) en donne

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

Compte sur livret. Mots clés : Sommaire : Compte sur livret. 1. Qui peut bénéficier d un compte sur livret? 2. Le compte sur livret au quotidien

Compte sur livret. Mots clés : Sommaire : Compte sur livret. 1. Qui peut bénéficier d un compte sur livret? 2. Le compte sur livret au quotidien - 1 - Compte sur livret Mots clés :! Compte! Epargne! Versements! Rémunération! Livret! Fiscalité Sommaire : 1. Qui peut bénéficier d un compte sur livret? 1.1 Un produit d épargne ouvert à tous 1.2 Les

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2007 Table des matières Rapport des vérificateurs 2 États financiers Bilan 3 État des résultats

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

TRAVAIL ET GESTION DE L EMPLOI?

TRAVAIL ET GESTION DE L EMPLOI? INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES E n s e l i m i t a n t à u n e présentation graphique simple et en insistant sur les déterminants de l'offre et de la demande, on expliquera l'analyse néoclassique du fonctionnement

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production : La prime

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS

Plus en détail

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1 Page 1 of 9 Comparaison rapide EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( unipersonnelle) : société à responsabilité limitée SA : société

Plus en détail

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014 Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 11 Diffusé à 8 h 3, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 14 Le taux d'épargne s'entend du rapport entre l'épargne brute et le

Plus en détail

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA)

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) Gino Lambert, M.Sc, Sciences comptables (Chercheur à la Chaire d'études socio-économiques)

Plus en détail

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL Dernières analyses jurisprudentielles NEWSLETTER 14 259 du 3 FEVRIER 2015 ANALYSE PAR JACQUES DUHEM ET PASCAL JULIEN SAINT AMAND* *Notaire à

Plus en détail

La ligne de partage : les stratégies de fractionnement du revenu peuvent réduire les impôts de votre famille

La ligne de partage : les stratégies de fractionnement du revenu peuvent réduire les impôts de votre famille mars 2015 La ligne de partage : les stratégies de fractionnement du revenu peuvent réduire les impôts de votre famille Jamie Golombek Le nouveau crédit Baisse d'impôt pour les familles, qui représente

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ 5 MARS 2009 Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés 1/11

Plus en détail

Partie I Une première définition des agents économiques et des opérations

Partie I Une première définition des agents économiques et des opérations Partie I Une première définition des agents économiques et des opérations Attac 05_06_03 Dans un premier temps, nous distinguerons quatre agents et une catégorie générale rendant compte de relations avec

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939)

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) Par Boris Gourévitch "L'univers de Pi" http://go.to/pi314 sai1042@ensai.fr Alors ça, c'est fort... Tranches de vie Autour de Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) est transcendant!!! Carl Louis

Plus en détail

Carlos E. Cuevas. May 1992

Carlos E. Cuevas. May 1992 Economics and Sociology Occasional Paper No. 1945 ~OFFRE INFORMELLE DES SERVICES FINANCIERS de Carlos E. Cuevas May 1992 Presented at the International Seminar on Finance and Rural Development in West

Plus en détail

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.)

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) 2002 Pourquoi la planification de la retraite est-elle importante? Peu importe vos projets pour la

Plus en détail

VOTRE RÔLE EN TANT QUE TRÉSORIER DE VOTRE ORGANISME

VOTRE RÔLE EN TANT QUE TRÉSORIER DE VOTRE ORGANISME VOTRE RÔLE EN TANT QUE TRÉSORIER DE VOTRE ORGANISME Bonjour! Bienvenue à l atelier : «Votre rôle en tant que trésorier de votre organisme» Cet atelier a pour but de vous familiariser avec divers éléments

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

La contrefaçon par équivalence en France

La contrefaçon par équivalence en France BREVETS La contrefaçon par équivalence en France I. Introduction Si l'on considère une revendication de brevet qui remplit les conditions de validité au regard de l'art antérieur, le cas de contrefaçon

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

Contrats sur différence (CFD)

Contrats sur différence (CFD) Avertissement à l attention des investisseurs 28/02/2013 Contrats sur différence (CFD) Principales recommandations Les contrats sur différence (CFD) sont des produits complexes qui ne sont pas adaptés

Plus en détail

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ]

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] Références du document 5I-7-97 Date du document 06/06/97 2. Application de la CSG dans le temps La CSG prélevée en application des dispositions de l'article 1600-0

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 December 2014 CHAMP D'APPLICATION Ne s'applique pas à : La comptabilisation des crédits d'impôt à l'investissement

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE Juillet 2012 www.oc.gov.ma S O M M A I R E INTRODUCTION ---------------------------------------------------------------3

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2008 Table des matières Rapport des vérificateurs 2 États financiers Bilan 3 État des résultats

Plus en détail

AUX ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES

AUX ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des finances Administration fiscale cantonale AFC Direction générale Case postale 3937 1211 Genève 3 AUX ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES N/réf. : DHL/AJF Genève,

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail