EQUIPE DE RECHERCHE ASSOCIEE AU C.N.R.S. DOCUMENT DE TRAVAIL INSTITUT DE MATHEMATIQUES ECONOMIQUES UNIVERSITE DE DIJON

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EQUIPE DE RECHERCHE ASSOCIEE AU C.N.R.S. DOCUMENT DE TRAVAIL INSTITUT DE MATHEMATIQUES ECONOMIQUES UNIVERSITE DE DIJON"

Transcription

1 EQUIPE DE RECHERCHE ASSOCIEE AU C.N.R.S. DOCUMENT DE TRAVAIL INSTITUT DE MATHEMATIQUES ECONOMIQUES UNIVERSITE DE DIJON FACULTE DE SCIENCE ECON OMIQUE ET DE GESTION 4, BOULEVARD GABRIEL DIJON

2 N 84 LA DEPENSE DU PROFIT ET LE DISFONCTIONNEMENT DU SYSTEME ECONOMIQUE Elie SADIGH UNIVERSITE DE DIJON Faculté de Science Economique et Gestion 4, Boulevard Gabriel DIJON Janvier 1986

3 N 81 G. CHARREAUX et J.P. PITOL-BELIN : La théorie contractuelle des organisations : une application au conseil d'administration, (Novembre 1985) N 82 C.S. BERTUGLIA, G. LEONARDI, R. TADEI : Dynamic analysis of transport - location interrelationships : theory and models. (November 1985) N 83 PH. VINCKE : La modélisation des préférences (Décembre 1985). N 84 Elie SADIGH : La dépense du profit et le disfonctionnement du système économique (Janvier 1986). La liste récapitulative des Documents de Travail publiés depuis 1974 (numéros 1 à 80), mentionnant les références des "reprints" dans des revues, peut-être communiquée sur demande adressée à l'i.m.e. The list of Working Papers published since 1974 (N l to 80), and mentioning the reprints in their original or revised version is available and will be sent on request.

4 INTRODUCTION Pour arriver à la connaissance de l'économie monétaire, il est indispensable de tenir compte de l'origine et de l'emploi de la monnaie ; il est non moins indispensable cependant de savoir comment la monnaie est intégrée à l'économie de production. Cette intégration est le pivot sur lequel nous nous proposons de fonder notre étude, dont le point de départ pourrait être l'acquisition de la connaissance véritable de la monnaie, qui joue un rôle essentiel dans nos sociétés économiques. En soulignant certains problèmes centraux, cette connaissance permettrait d'éviter quelques-uns des maux qui frappent nos économies, notamment le disfonctionnement du système économique, dont l'une des causes est à mettre en rapport avec une certaine façon de dépenser le profit, le but de notre étude étant précisément d'éclairer ce point essentiel. Pour y parvenir, nous allons d'abord, en nous fondant sur le système keynésien, expliquer la réalisation du profit monétaire puis distinguer les différentes façons dont le profit monétaire peut être dépensé sur le marché des services producteurs et en étudier les conséquences.

5 2 I - La production et la monnaie L'économie de production distingue le marché des services producteurs du marché des produits. Elle a son fondement dans l'analyse classique et dans l'analyse keynésienne, pour lesquelles le principe de la primauté de la production sur la circulation est étali. Mais l'analyse classique ne parvient pas à établir la relation d'équivalence entre la rémunération des services producteurs et des produits de ces services, tandis que le système keynésien ouvre la voie à l'établissement de cette équivalence. Dans son Traité de la monnaie. Keynes attribue la valeur monétaire d u produit aux services producteurs. "Nous proposons d'accorder la même signification aux trois expressions suivantes : (i) le revenu monétaire de la nation ; (ii) les rémunérations des facteurs de production ; (iii ) le coût de production ; et nous réservons le terme de profit à la différence entre le coût de la production courante et le produit de sa vente, de telle sorte que les profits ne font pas partie du revenu national ainsi défini." (J. M. Keynes, A Treatise on Money Ed. The Royal Economic Society P. 111 souligné par l'auteur) II apparait d'une part que le produit national est mesuré dès la production grâce à la rémunération des facteurs de production, l équivalence s'établit dès la production, d'autre part que le profit est un prélèvement sur la rémunération des facteurs de production, il se réalise dans l'échange. Ainsi l'un des apports essentiels du système keynésien réside dans l'idée de mesurer le produit dès la production par la monnaie, c'est-à-dire d'intégrer la monnaie à l'économie. Selon Keynes, le produit global se compose d'une quantité de biens de consommation et d'une quantité de biens d'investissement ou d'équipement. La contrepartie de cette production est la rémunération des facteurs de productions dont le montant est égal au revenu national. La valeur de l'offre globale, qui est la valeur monétaire du produit national est donc établie dès la production.

6 3 La demande globale, ou dépense du revenu national sur le marché des produits, a sa source dans l'offre globale. La demande est la conséquence de la distribution des revenus, et elle peut écouler l'ensemble des produits de chaque période. Autrement dit la demande représente le revenu établi dès la production. II - L'offre et la demande globale Nous venons de le voir, le revenu a sa source dans la production et le niveau du revenu national est déterminé par le niveau de la production nationale des biens et des services ; c'est donc le revenu national établi dès la production qui a le pouvoir d'écouler le produit national. En effet les entreprises fixent le niveau de la production en se fondant sur leurs prévisions (La demande effective chez Keynes).(1) Dès que ces prévisions sont réalisées, le montant de l'offre globale, la valeur monétaire du produit, est établi. La dépense du revenu ainsi formé (1) La demande effective et le niveau de l'emploi. "Supposons, comme première étape, que l'on prenne comme données la propension à consommer ainsi que les autres facteurs considérés comme tels au chapitre 18, et qu'on examine les variatiorbde l'emploi résultant des variations de l'investissement. Dans cette hypothèse, à tout montant de la demande effective mesurée en unités de salaire correspondra un volume global de l'emploi, et la demande effective sera divisée dans une proportion déterminée entre la consommation et l'investissement. Chaque montant de la demande effective sera même associé à une certaine répartition du revenu. Il est donc raisonnable de supposer en outre qu'à chaque montant de la demande effective correspondra une seule répartition de cette demande effective entre les diverses industries. Ces hypothèses permettent de déterminer le volume de l'emploi dans chaque industrie qui correspond à un volume donné de l'emploi global, (suite.voir page suivante)

7 4 peut écouler la totalité du produit. En d'autres termes, la demande effective qui détermine le niveau de la production, et donc le niveau d e l'emploi, devient également la demande sur le marché des biens de consommation et d'investissement, dès qu'elle est réalisée. Keynes représente la valeur de l'offre globale par R = C + E, et la valeur de la demande globale par D = C + I. "Si on admet que le revenu est égal à la valeur de la production courante, que l'investissement courant est égal à la partie de la production courante qui n'est pas consommée et que l'épargne est égale à l'excès du revenu sur la consommation, toutes choses conformes à la fois au bon sens et à l'usage traditionnel de la grande majorité des économies, l'égalité de l'épargne et de l'investissement en découle nécessairement." (Théorie Générale. J.M. Keynes. P. 83) Ainsi à chaque production, le revenu formé en contrepartie de cette production a le pouvoir d'écouler la totalité d u produit. La question est donc de savoir comment sur plusieurs périodes peut apparaître un manque de pouvoir d'achat qui engendre un disfonctionnement d u système, et cela bien qu'à chaque production la valeur monétaire d u produit soit distribuée aux services producteurs. (1) page précédente - suite En d'autres termes, elles permettent de connaître dans toute industrie particulière le volume de l'emploi qui correspond à chaque montant d e la demande effective globale mesurée en unités de salaires. J.M. Keynes. Théorie Générale Ed. Payot - P

8 5 III - La réalisation du profit L ébauche de l'explication du profit peut être recherchée, dans un premier temps, dans 1'importante oeuvre théorique de Keynes: "A Treatise on Money". Dans cet ouvrage, Keynes suppose deux secteurs dans l'économie, le secteur de biens de consommation et le secteur de biens d'investissement ou d'équipement. "Le produit courant de la communauté, distingué de son revenu en monnaie, est un flux de biens et services,qui a deux composantes : a) - le flux de biens et services disponibles pour une consommation immédiate, et b) - l'accroissement (déduction faite de l'amortissement) des biens capitaux et du capital financier (...) qui ne sont pas disponibles pour la consommation. Nous appellerons le premier produit "liquide" ou disponible" ", le second "non disponible", et leur somme produit total". (1) (1) John Maynard Keynes : A Treatise on mon e y. The pure theory of Money Ec. Macmillan St Martin's Press, for the Royal Economic Society, 1971, P "II. AVAILABLE AND NON-AVAILABLE OUTPUT. The current output of the community, as distingyished from its money income, is a flow of goods and services, which consists of the two parts, a - the flow of liquid goods and services which are in a form available for immediate consumption, and b - the net flow of increments (after allowing for wastage) to capital goods and to loan capital (to be defined more particulary in the next section) which are not in a form available for consumption. We shall call the former "liquid" ou "available" output ; the latter "non available" output ; and the two together total output".

9 6 En outre, nous savons que Keynes fut l'ion des premiers économistes à trancher et à déterminer par une formule précise la nature des produits achetés par les différentes catégories d'agents économiques, c'est-à-dire par les ménages et les entrepreneurs ; il s'agit des biens de consommation ou biens d'investissement. Pour Keynes, toute dépense des ménages sur le marché des biens et services est considérée comme une dépense de consommation, tandis que toute dépense des entrepreneurs sur ce même marché des produits est considérée comme un investissement (1). Si donc les services producteurs du secteur des produits de consommation et les services producteurs du secteur des biens d'équipement dépensent la totalité de leur revenu, ils achètent la totalité des produits de consommation. Les entrepreneurs de ce secteur réalisent ainsi un profit monétaire (2) qui est égal à la rémunération des services producteurs du secteur des biens d'équipement, et en dépensant ce profit, ils peuvent acheter des biens d'équipement. En restant dans la logique de cette (1) cf. J.M. Keynes : Théorie Générale de 1'Emploi, de l'intérêt et de la monnaie - Ed. Payot, 1971, P. 81 et 92. (2) "Si nous supposons, dans un premier temps, que les travailleurs dépensent tout leur salaire d'une semaine à l'autre ainsi qu'ils le perçoivent, les salaires correspondant à la production courante de biens de consommation sont exactement équivalents aux ventes des biens d'investissement et les rentiers (y compris les ménages d'entrepreneurs) achètent également des biens de consommation. C'est cela qui rend possible un excédent de la valeur des ventes des biens de consommation sur leurs coûts salariaux". Joan Robinson : L'accumulation d u capital -Ed. Dunod, 1972, P. 40.

10 7 analyse, nous pourrions distinguer aussi deux sous-secteurs dans le secteur produisant les biens d'équipement : - Un premier sous-secteur produisant des biens d'équipement qui seront achetés par les entrepreneurs du secteur des biens de consommation, et - Un second sous-secteur produisant des biens d'équipement du deuxième secteur de l'économie. En effet, le premier sous-secteur réalise un profit monétaire qui est équivalent à la rémunération des services producteurs du deuxième sous-secteur. En dépensant ce profit, les entrepreneurs de ce premier sous-secteur achètent leurs biens d'équipement, ils transfèrent donc un pouvoir d'achat au deuxième sous-secteur qui s'appropriera ainsi des biens d'équipement. Nous le voyons, tout le produit est écoulé dans le respect d e l'équilibre monétaire et de l'égalité entrée-sortie, en ce sens que le revenu formé à la production dans l'acte de la rémunération des services producteurs écoule le produit lorsqu'il est dépensé sur le marché des biens et des services. Si en revanche, les services producteurs ne dépensent pas tout leur revenu, leur épargne finance l'écoulement du produit d u secteur des biens d'investissement qui n'a pas été financé par le revenu de transfert. Une fois le profit des entreprises expliqué, la définition de l'épargne s'élargit à la partie du produit qui n'a pas été absorbée par la consommation des ménages. Il est important de signaler, pour expliquer l'investissement net, que l'épargne peuçêtre dépensée par les entreprises pour financer l'achat de deux sortes de produits, si l'on distingue les produits vendables des produits non vendables. Les produits invendables c'est-à-dire les produits sur lesquels les prévisions des entrepreneurs se sont révélées inexactes, seront financés par l'épargne qui n'engendrera pas un investissement productif ; en revanche, l'épargne servant à l'achat des biens de production est une épargne ou un investissement qui contribue à remplacer ou à augmenter les moyens de production existants.

11 8 IV - Rigidité de la séparation entre les deux secteurs de l'économie. L'explication de la réalisation du profit dans le système de Keynes nous permet de distinguer deux situations : 1 ) Le système de production est composé de deux secteurs de production bien délimités : un secteur de produits de consommation et un secteur de produits d'équipement ou d'investissement. Dans ce système, les produits sont classés à la production, soit comme produits de consommation, soit comme produits d'équipement. 2 ) La frontière entre les deux secteurs de produits, de consommation et d'équipement, est floue, en ce sens que les produits ne sont pas classés à la production, mais après leur destination, soit aux ménages, soit aux entreprises sur le marché des produits. 1 ) Si l'on se place dans une économie de production et qu'on suppose une séparation rigide entre les deux secteurs de l'économie (c'est-à-dire lorsque les services producteurs ne peuvent acheter que les produits qui sont classés à la production comme produits destinés à la consommation des ménages), 1'augmentation des dépenses des services producteurs dans les achats finals rend positif ou accroît le profit des entrepreneurs au fur et à mesure que les ménages augmentent leurs dépenses de consommation au détriment de leur épargne. Le profit est maximum lorsque la totalité du revenu des ménages est dépensée sur le marché des produits, c'est-à-dire dès que l'épargne des ménages s 'annule. Autrement dit, le montant du profit maximum réalisé par les entreprises est égal aux rémunérations des services producteurs du secteur de produits d'équipement ou d'investissement. Ce système de séparation absolue des deux secteurs de production est peu compatible avec une économie dite de marché, tandis qu'il l'est avec l'économie à planification centralisée. Dans cette économie, par le plan, le planificateur exclut du marché des produits de consommation une partie du produit national de chaque p ér iode. Ainsi aucun ménage n 'a accès aux produits qui sont des

12 9 tinés aux entreprises par le plan. L'un des problèmes les plus importants posés à ces économies est la détermination du niveau des prix des produits de consommation, niveau qui doit permettre d'absorber la totalité d u revenu formé dans la nation. Précisons que dans le système à planification centralisée l'épargne monétaire des ménages n'est pas empruntée pour être investie par les entreprises. 2 ) Comme le pense Keynes (1), la qualification des produits est déterminée non pas à la production, mais sur le marché des produits et d'après leur destination, ce qui veut dire que les produits achetés par les ménages sont des produits de consommation et que ceux achetés par les entreprises sont des produits d'investissement. Dans ce cas, l'augmentation des dépenses des ménages n'entraîne pas forcément une augmentation proportionnelle des profits des entreprises, mais peut entraîner une augmentation des produits appropriés par les ménages. Bien e nt en d u, ce système, le plus représentatif de 1'économie de mar ch é, n 'exclut pas q u 1il existe des entreprises intégrées. Grâce à 1'intégration verticale, une entreprise fabrique elle-même tout ou une partie des produits intermédiaires ou des biens d'équipement qu'elle aurait d û acheter à d 'autres entreprises. L 'entreprise obtient ainsi ces produits au prix coûtant, et le coût de production de l'ensemble du processus jusqu'aux produits finis est couvert par la recette des ventes de ces produits finis. (1) "Toute définition raisonnable de la ligne qui sépare l'acheteur pour la consommation de 1'acheteur pour 1'investissement nous rendra les mêmes services pourvu qu'elle soit appliquée d'une façon cohérente. On a souvent discuté le type de problème que ceci peut poser, celui par exemple de savoir s'il est légitime de considérer l'achat d'une automobile comme un achat pour la consommation et 1'achat d 'une maison comme un achat pour 1'investissement. Nous n'avons aucune contribution importante à apporter à ce débat. Le critère doit évidemment correspondre au point où nous avons tracé la ligne de séparation entre le consommateur et l'entrepreneur". (Keynes, Théorie Générale, P. 82)

13 10 S 1il est vrai que 1 1analyse de Keynes nous apporte un élément important pour expliquer la formation du capital, il est vrai aussi que cette explication est subordonnée à 1 1hypothèse des deux secteurs de l'économie. En effet, comme Keynes lui-même l'affirme, nous ne savons pas si un produit est un bien de consommation ou un bien d 'investissement, tant qu'il n'a pas été acheté par tel agent économique, ménage ou entreprise. Pour briser le cercle dans lequel nous sommes enfermés, c'est-à-dire pour démontrer comment apparaît le secteur des biens d'investissement, il faut expliquer la formation du profit, sans supposer dès le départ de l'analyse la distinction des deux secteurs de production. Ce problème est d'autant plus important pour nous que dans les pays moins développés le secteur des biens d'investissement est soit inexistant, soit peu étendu. En d'autres termes, il faut expliquer d'une façon générale la formation du profit, qui est la source du capital. En outre, cette analyse nous permet de dire que pour qu'il y ait une possibilité d'accroître le capital existant, il faut que le secteur des biens d'équipement se développe en premier lieu, le reste suivra. Comme nous venons de le voir, l'explication de l'accumulation du capital fondée sur l'existence des deux secteurs de production est surtout plausible dans une économie à planification centralisée. Dans cette économie, grâce au plan, on peut développer l'un ou l'autre des secteurs de production, tandis gue dans une économie de marché, l'impulsion vient du profit réalisé par les deux secteurs de l'économie ; c'est le profit réalisé qui est la source de l'accroissement du capital et qui permet au secteur des biens d'investissement de se développer. Dans ce système, il s'agit donc d'expliquer d'abord le profit pour pouvoir expliquer ensuite 1 1accumulation du capital. Cette explication de l'analyse fondée sur le système de Keynes nous permet de retenir que la réalisation du profit est compatible avec l'équilibre. Ainsi en partant de cette démonstration de la

14 11 réalisation du profit dans le cadre des deux secteurs de production, on peut élargir cette étude, sans faire de distinction de secteurs, et dire que le prix de vente peut s'écarter du coût de production sur le marché. Du fait de cet écart, le profit apparaît et il est compatible avec l'équilibre, car en effet le revenu capté par les entreprises peut être dépensé pour acheter les produits existants. V - La dépense du profit monétaire Nous venons de le voir, le système d'économie de production est compatible avec la réalisation d u profit dans l'équilibre monétaire. Mais cela n'implique pas que le profit monétaire puisse être dépensé sur n'importe quel marché, sans poser de problème au fonctionnement harmonieux de l'économie ; car s'il est vrai qu'il peut être dépensé aussi bien sur le marché des produits que sur le marché des services producteurs, nous allons voir qu'il peut être une cause de disfonctionnement du système économique lorsqu'il est dépensé sur le marché des services producteurs dans certaines conditions. D'une façon générale, l'entreprise qui réalise un profit monétaire a deux possibilités (une fois les dividendes distribués) : 1) le dépenser sur le marché des produits pour acheter des produits c apitaux, 2) le dépenser sur le marché des services producteurs. 1) Dépenser le profit sur le marché des produits pour acheter des produits capitaux suppose que l'économie a produit des biens capitaux, pour le montant du profit monétaire réalisé par les entreprises. Afin de mettre en lumière cette première possibilité à travers un exemple, prenons comme point de départ la monétisation de la production. Les banques créent le montant de monnaie nécessaire à la monétisation de la production de la période considérée ; les entreprises utilisent cette monnaie pour rémunérer les services producteurs. Il s'établit ainsi une relation d'équivalence entre la rémunération des services producteurs et le produit créé par ces mêmes services producteurs.

15 12 En d'autres termes, la valeur monétaire du produit est donnée aux services producteurs en même temps que sa contrepartie, le produit, est d é posée dans les entreprises ; ce qui veut dire que s'il n'y a pas de profit, les services producteurs, en dépensant la totalité de leur revenu, obtiennent la totalité du produit de la période. En revanche, s'il y a u n profit, du fait que le prix du produit sur le marché des produits est plus élevé que le coût de la production, les services producteurs, en dépensant la totalité de leur revenu, n'obtiennent qu'une partie du produit. Ainsi les services producteurs transfèrent 1'autre partie de leur revenu aux entreprises qui peuvent s 'approprier la partie du produit n'ayant pas été achetée par les services producteurs; Illustrons ces explications par un schéma simple : 50 UP appropriées par les entreprises B : Banques E : Entreprises S P : Services producteurs UM: Unité de monnaie UP: Unité de produit A la production 100 UP = 100 U M -^-a I UP = 1 UM Prix sur le marché des produits : 1 UP = 2 U M = ^ 5 0 UP = 100 UM Les services producteurs, du fait de l'écart entre le prix du marché et le coût de production, transfèrent 50 UM aux entreprises. Ces 50 UM représentent la valeur monétaire de 50 UP qui n'ont pas été achetés par les services producteurs. Ainsi ces deux ensembles, monnaie et produit, sont à la disposition des entreprises. En effet, le profit est à la fois monétaire et réel, et la dépense du profit monétaire permet l'appropriation d u capital par les entreprises.

16 13 2) Dépenser le profit monétaire sur le marché des services producteurs. Deux cas sont à distinguer dans cette dernière façon de dépenser le profit monétaire. a) Les entreprises utilisent le profit monétaire pour rémunérer les services producteurs qui produisent des équipements ; ces derniers sont appropriés par les entreprises dès la production. Ces équipements n'ayant pas été présentés sur le marché, les services producteurs ne peuvent pas exercer leur pouvoir d'achat sur ceux-ci ; il est important de savoir quel est l'effet de cette appropriation d 'une partie du produit, par les entreprises à la production, sur le pouvoir d'achat des titulaires de revenu, et sur l'équilibre financier des entreprises. Nous avons vu que le profit a une contrepartie réelle dans l'économie, il est donc à la fois monétaire et réel. Ainsi le montant du profit dépensé sur le marché des services producteurs, qui produisent des biens capitaux, représente la valeur monétaire de ces produits. Par ailleurs, le montant du profit monétaire a dans le système une contrepartie réelle qui n'a pas été appropriée. Par conséquent le montant du profit ainsi dépensé représente deux productions. Mais nous avons supposé dans ce premier cas, que les entreprises qui produisent des biens d'équipement, monétisés par la dépense du profit, les approprient dès la production. Dès lors, les services producteurs ne peuvent exercer leur pouvoir d'achat que sur les produits qui n'avaient pas été écoulés dans la période précédente et sur les produits de cette période qui n'ont pas été monétisés par le profit monétaire. En d'autres termes, les produits appropriés à la production par les entreprises, dans cette période, donnent leur place aux produits qui n'avaient pas été écoulés dans la période précédente. On le voit, dans cette première hypothèse, d 'une part les entreprises forment un capital (appropriation du produit à la production) d'autre part, elles récupèrent sur l'ensemble des deux périodes les montants dépensés sur le marché des services producteurs, ce qui signifie qu'elles sauvegardent leur équilibre financier.

17 14 b) En période (PI) les services producteurs ont dépensé la totalité de leur revenu, et, du fait de l'écart entre prix et coût de production, ils n'ont obtenu qu'une partie du produit de la période (dans l'exemple précédent : la moitié du produit). Par conséquent, ion ensemble d'entreprises a réalisé un profit monétaire représentant la valeur monétaire des produits qui n'ont pas été appropriés par les services producteurs. Au cours de la période suivante,(p 2 ), les entreprises dépensent leur profit monétaire sur la marché des services producteurs, et présentent cette nouvelle production sur le marché des produits. Ce cas crée une situation de disfonctionnement dans 1'économie en ce sens que, même si les services producteurs dépensent la totalité de leur revenu sur le marché des biens et services, l'ensemble des entreprises ne récupèrent pas la totalité des sommes dépensées sur le marché des services producteurs sur les deux périodes (PI) et (P2), et cela bien qu'à chaque production les entreprises aient donné aux services producteurs, à travers la rémunération, la valeur monétaire du produit de la période. voir pourquoi. Ces deux affirmations ne sont pas contradictoires, nous allons Nous avons dit d'une part qu'à chaque période de production les entreprises donnent la valeur monétaire du produit aux services producteurs ; nous avons ajouté d 'autre part que sur 1'ensemble des deux périodes les entreprises ne peuvent pas récupérer la totalité des sommes dépensées sur le marché des services producteurs dans les deux périodes. La contradiction n'est qu'apparente car il faut tenir compte de la dépense du profit monétaire (qui constitue dans ce cas un fond' des salaires) sur le marché des services producteurs, dépense qui est effectivement à l'origine du disfonctionnement du système. Avançons pas à pas pour montrer l'effet de la dépense du profit monétaire sur le marché des services producteurs dont le produit, ainsi monétisé, est présenté par les entreprises sur le marché des produits.

18 15 Nous avons vu précédemment que, du fait de l'apparition du profit, certaines entreprises captent une partie ou la totalité des sommes dépensées par d'autres entreprises sur le marché des services producteurs. Nous avons vu aussi que ce profit monétaire représente la valeur monétaire des produits non écoulés des entreprises qui n'ont pas récupéré la totalité des dépenses effectuées sur le marché des services producteurs. Ainsi ces dernières entreprises (El) restent débitrices du système bancaire pour le montant du profit réalisé par d'autres entreprises (E2). Dans notre exemple, si les entreprises qui ont réalisé un profit monétaire n'achètent pas le produit non écoulé, les entreprises (El) restent débitrices du système bancaire pour un montant de 50 UM, tandis que les entreprises (E2), constituent un capital financier ou ion fondsdes salaires de 50 UM. Supposons maintenant que les entreprises qui ont réalisé un profit monétaire le dépensent sur le marché des services producteurs, et qu'elles présentent les produits ainsi monétisés sur le marché des biens et des services. Pour monétiser la production de cette période, l'ensemble des entreprises ne demandent donc aux banques que 50 unités de monnaie auxquelles elles ajoutent leur profit monétaire qui est, comme nous l'avons vu, de 50 UM. Par conséquent ces 50 UM constituent un fonds de salaire monétaire. Il est vrai que pour cette production aussi la rémunération des services producteurs représente la valeur monétaire du produit de la période: 100 UM (nous avons supposé le même niveau de production). En admettant pour simplifier qu'il n'y a pas de profit dans le système pour cette production et en ne tenant compte que de la production de cette période, nous pouvons dire que les services producteurs, en dépensant la totalité de leur revenu de la période, obtiennent la totalité du produit de la période. En revanche en étudiant les deux périodes simultanément et en tenant compte du fait que le profit monétaire a été dépensé sur le marché des services producteurs, nous constatons que les services producteurs ont à leur disposition 100 UM qui représentent la valeur monétaire des produits de cette même période (P2) (100 U P ), alors que sur le marché des produits dans l'ensemble des entreprises existent 150 UP

19 16 qui ont une valeur monétaire de 150 UM (1) (Nous avons vu qu'il restait 50 UP de la période précédente qui n'avaient pas été écoulés et qu'une partie des entreprises n'avaient pas récupéré les sommes dépensées sur le marché des produits). Autrement dit l'ensemble des entreprises doit récupérer 150 UM alors que les services producteurs ne possèdent que 100 UM. Dans l'ensemble de l'économie sur les deux périodes apparaît donc une insuffisance de pouvoir d'achat (2) dont le montant ne peut pas être retrouvé par les entreprises. Par conséquent celle-ci ne sont pas en mesure de récupérer la totalité des sommes dépensées sur le marché des services producteurs. En d'autres termes, le déficit de pouvoir d'achat, dans ce cas, est égal au montant du profit monétaire dépensé par les entreprises sur le marché des services producteurs, étant entendu que les produits de ces services sont présentés sur le marché des produits. Ainsi donc, il apparait, dans l'ensemble du système, un déficit de pouvoir d'achat ou une insuffisance de la demande par rapport à l'offre sur les deux périodes, et cela bien qu'à chaque période les services producteurs aient reçu la totalité de la valeur monétaire du produit de la période. Cette insuffisance est due au fait que le profit monétaire est dépensé sur le marché des services producteurs et que le produit ainsi monétisé est présenté sur le marché des produits; elle est une cause de disfonctionnement du système économique. (1) Il est évident que quelle que soit la source du financement de la monétisation de la production par les entreprises, c^s dernières prévoient la récupération des sommes engagées, même si ce financement est puisé dans le fonds des salaires ou dans le profit. (2) Le Professeur Augusto Graziani attribue d'autres causes à ce phénomène qu'il explique dans : Economia Keynesiana e teoria del circuito. Naples

20 CONCLUSION A chaque période le circuit économique commence avec la rémunération des services producteurs, équivalente au produit social, et il s'achève avec la dépense de la totalité du revenu monétaire dans les achats finals. Cependant les services producteurs, en dépensant tout le revenu, ne s'approprient pas tout le produit, dont ils achètent une partie pour le compte des entreprises, qui réalisent ainsi un profit. Ce profit, source du capital est à la fois réel et monétaire. Le pouvoir d'achat (profit monétaire) qui subsiste dans les entreprises définit vm capital monétaire. Les entreprises qui ont réalisé un profit obtiennent ainsi une créance sur l'économie et la dépense de ce profit monétaire leur permet d'approprier sa contrepartie réelle, la partie du produit qui n'a pas été achetée par les services producteurs. Or actuellement les entreprises qui réalisent un profit monétaire peuvent le dépenser aussi bien sur le marché des produits que sur le marché des services producteurs. Deux catégories de rémunérations coexistent donc ; dans le système actuel ces deux catégories se rapportent au travail vivant et créent des revenus nouveaux : Ce sont : - les rémunérations prélevées dans un pouvoir d'achat nul, - les rémunérations prélevées dans un pouvoir d'achat positif. la deuxième catégorie définissant le fonds des salaires ou capital financier. Nous avons essayé de démontrer que les rémunérations prélevées dans un pouvoir d'achat positif dont le produit, ainsi monétisé, est présenté sur le marché, représentent une cause de disfonctionnement du système économique.

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

Fiche de synthèse : entreprises et ménages

Fiche de synthèse : entreprises et ménages Fiche de synthèse : entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

Monnaie, chômage et capitalisme

Monnaie, chômage et capitalisme Franck Van de Velde Monnaie, chômage et capitalisme Presses Universitaires du Septentrion internet : www.septentrion.com Sommaire Introduction Générale 7 1. Monnaie 7 2. Monnaie et capitalisme 10 3. Monnaie,

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective C LES FONDEMENTS THÉORIQUES DE LA MACROÉCONOMIE 1 Le point de vue des classiques: la loi de l'offre de J.B.Say a) L'offre crée sa propre demande 1. Les «économistes classiques» libéraux (Adam Smith, David

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Théorie keynésienne : le reste du monde

Théorie keynésienne : le reste du monde Théorie keynésienne : le reste du monde Le modèle keynésien en économie ouverte Le modèle keynésien est valide uniquement dans le cadre d'une économie fermée, c'est-à-dire sans échanges extérieurs. Dans

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION

Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION 1. Notion du Compte: Nous avons vu que le Bilan donne une vue d'ensemble de la situation de l'entreprise à une date

Plus en détail

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex L'économie ouverte Dans une économie ouverte, le pays n'est pas contraint de réaliser en toute année l'équilibre entre ses dépenses et sa production de biens et services. Le pays peut dépenser plus qu'il

Plus en détail

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE L idée centrale de Hicks 1 est que l apport théorique essentiel de Keynes réside dans sa théorie de la préférence pour la liquidité donc dans l idée que

Plus en détail

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre Chapitre 3 : Le revenu d équilibre - 112 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer entre la théorie classique et la théorie moderne de l équilibre macroéconomique. - Découvrir l interprétation moderne

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

Qu'est-ce que le paramètre du portefeuille actuel et quelle est son influence sur le plan?

Qu'est-ce que le paramètre du portefeuille actuel et quelle est son influence sur le plan? FONCTIONS PRÉSENTÉES DANS LE PRÉSENT DOCUMENT : Qu'est-ce que le paramètre du portefeuille actuel et quelle est son influence sur le plan? Section Gestion du plan catégorie Hypothèses onglet Paramètre

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Les opérations sur biens et services

Les opérations sur biens et services Les opérations sur biens et services Le compte de biens et services Lorsque l'on considère l'économie globalement, les principales opérations sont : la production qui correspond à la création de biens

Plus en détail

2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner

2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner 224 file:///fichiers/enseignement/site%20web/impression/rmi/fiches/rmi224... 2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner Introduction Paragraphe au format pdf L'exemple de l'italie comme les

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine

Evaluation de l impact à court terme de l application du  Gentelmen Agreement  sur l économie marocaine Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine Octobre 1996 Document de travail

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

14. Demande Agrégée Extérieure

14. Demande Agrégée Extérieure 14. Demande Agrégée Extérieure Remarque : Afin de simplifier les calculs et de se focaliser sur les concepts propres à cette séance, nous supposerons tout au long de celle-ci que PNB = Y (c est-à-dire

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse La comptabilité de caisse www.comptanat.fr Chapitre 1 : la comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt

Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt Dans la section précédente, nous avons généralisé notre discussion de l'influence de divers facteurs sur le comportement des taux

Plus en détail

Le paradoxe du rapport entre épargne et investissement des entreprises au Canada.

Le paradoxe du rapport entre épargne et investissement des entreprises au Canada. Éric Pineault Sociologue, département de sociologie, UQÀM, Directeur de recherche à la Chaire de recherche du Canada en Mondialisation, Citoyenneté et Démocratie. (2011) Une baisse d impôt pour des milliards

Plus en détail

COURS 470 Série 03. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 03. Comptabilité Générale COURS 470 Série 03 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Guide des AUTEURS en Economie EXTRAITS

Guide des AUTEURS en Economie EXTRAITS Guide des AUTEURS en Economie EXTRAITS 1/10 Un guide indispensable. Il n existe pas à ma connaissance de guide simple ou de dictionnaire «scolaire» en économie pour les étudiants de Lycée, de BTS et d

Plus en détail

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi?

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? 1 Définition Selon le plan comptable général, la comptabilité de gestion fait apparaître deux aspects : Connaître les coûts et les résultats par produit. Agir

Plus en détail

Macroéconomie Le Modèle ISLM (Suite)

Macroéconomie Le Modèle ISLM (Suite) Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la Décision 2ème année de DEUG MASS Macroéconomie, Cours de C. Hurlin Année 2001/2002 Macroéconomie Le Modèle ISLM (Suite) Sujet 1 - Exercice 1 : Les tableaux

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

I CENTRE NATIONAL I DE LA RECHERCHE LABORATOIRE D'ANALYSE ET DE TECHNIQUES ÉCONOMIQUES. Pôle d'economie et de Gestion UMR 5601 CNRS

I CENTRE NATIONAL I DE LA RECHERCHE LABORATOIRE D'ANALYSE ET DE TECHNIQUES ÉCONOMIQUES. Pôle d'economie et de Gestion UMR 5601 CNRS LABORATOIRE D'ANALYSE ET DE TECHNIQUES ÉCONOMIQUES UMR 5601 CNRS DOCUMENT DE TRAVAIL I CENTRE NATIONAL I DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE '1 UNIVERSITE DE BOURGOGNE Pôle d'economie et de Gestion 2, boulevard

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

La théorie keynésienne : le rôle du système bancaire

La théorie keynésienne : le rôle du système bancaire La théorie keynésienne : le rôle du système bancaire Le rôle du système bancaire Un rôle fondamental Dans une économie moderne, les banques ont pour principale fonction de créer la monnaie. Aristote définissait

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 CHAPITRE 14 LES SERVICES D'INTERMÉDIATION FINANCIÈRE INDIRECTEMENT MESURÉS (SIFIM) LE CONCEPT DE SIFIM ET L'INCIDENCE SUR LES PRINCIPAUX AGRÉGATS

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Les obligations. S. Chermak infomaths.com

Les obligations. S. Chermak infomaths.com Les obligations S. Chermak Infomaths.com Saïd Chermak infomaths.com 1 Le marché des obligations est un marché moins médiatique mais tout aussi important que celui des actions, en terme de volumes. A cela

Plus en détail

La théorie keynésienne

La théorie keynésienne La théorie keynésienne Une influence fondamentale sur les politiques économiques L'essentiel de sa théorie a été présentée par John Maynard Keynes en 1936 dans son ouvrage : "Théorie générale de l'emploi,

Plus en détail

L évaluation financière et économique de la foresterie?

L évaluation financière et économique de la foresterie? L évaluation financière et économique de la foresterie? Comment la mesurer? Quelle méthode utiliser? Dans quelles situations? Mélissa Lainesse, Économiste, M.A. François-Robert Nadeau, ing.f., M.Sc. Le

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1 Séance 4 : Offre de travail et de capital Je Révise Offre de travail Le travailleur partage sa journée de 24 heures entre le travail et le loisir de façon à maximiser son utilité. Le travail lui rapporte

Plus en détail

Fondements analytiques et propositions de la création d une monnaie et d une banque centrale africaines communes

Fondements analytiques et propositions de la création d une monnaie et d une banque centrale africaines communes 13 Fondements analytiques et propositions de la création d une monnaie et d une banque centrale africaines communes Koffi Sodokin Introduction En août 2003, l Association des gouverneurs des banques centrales

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

I CENTRE NATIONAL I DE LA RECHERCHE LABORATOIRE D'ANALYSE ET DE TECHNIQUES ÉCONOMIQUES. Pôle d'economie et de Gestion UMR 5601 CNRS

I CENTRE NATIONAL I DE LA RECHERCHE LABORATOIRE D'ANALYSE ET DE TECHNIQUES ÉCONOMIQUES. Pôle d'economie et de Gestion UMR 5601 CNRS LABORATOIRE D'ANALYSE ET DE TECHNIQUES ÉCONOMIQUES UMR 5601 CNRS DOCUMENT DE TRAVAIL I CENTRE NATIONAL I DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE '1 UNIVERSITE DE BOURGOGNE Pôle d'economie et de Gestion 2, boulevard

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

Chapitre 2 : la comptabilité en partie double

Chapitre 2 : la comptabilité en partie double Chapitre 2 : la comptabilité en partie double Les opérations à crédit Les comptes Caisse et Banque ne suffisent pas à décrire les opérations de l'entreprise car certaines génèrent des paiements différés

Plus en détail

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE Section 1. Les marchés de capitaux I. Le marché financier Dans un sens plus étroit, c'est le marché où s'échangent les titres à moyen et long terme (valeurs mobilières) contre

Plus en détail

Chapitre 8 : L'investissement

Chapitre 8 : L'investissement Chapitre 8 : L'investissement I. Investissement source d'accumulation du capital le capital (stock) s'accumule par l'investissement (dépense). A. La notion de capital : Pour la théorie classique, le capital

Plus en détail

Théorie keynésienne : la spéculation financière

Théorie keynésienne : la spéculation financière Théorie keynésienne : la spéculation financière Les plus-values Les plus-values jouent un rôle fondamental dans la théorie keynésienne. En effet, c'est l'existence de plus ou moins values potentielles

Plus en détail

Le produit intérieur brut (PIB)

Le produit intérieur brut (PIB) Le produit intérieur brut (PIB) Un rôle fondamental Le produit intérieur brut (PIB) est de très loin l'agrégat le plus connu de la comptabilité nationale, il est même plus connu que la comptabilité nationale

Plus en détail

Macroéconomie M1 : Paris 1 / ENS Cachan Travaux Dirigés 2010-2011 Interrogation écrite N 1 - Corrigé

Macroéconomie M1 : Paris 1 / ENS Cachan Travaux Dirigés 2010-2011 Interrogation écrite N 1 - Corrigé Macroéconomie M : Paris / ENS Cachan Travaux Dirigés 200-20 Interrogation écrite N - Corrigé Marc Sangnier - marcsangnier@ens-cachanfr Lundi 2 février 20 Durée : h30 Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

MACROÉCONOMIE. Exercices sur la théorie du revenu permanent et sur celle du cycle de vie

MACROÉCONOMIE. Exercices sur la théorie du revenu permanent et sur celle du cycle de vie MACROÉCONOMIE Exercices sur la théorie du revenu permanent et sur celle du cycle de vie 1. (Juin 2001) Un individu à 30 ans de l âge de la retraite sait, avec certitude, qu il lui reste 50 ans à vivre.

Plus en détail

Unité C Finances personnelles Corrigé

Unité C Finances personnelles Corrigé Unité C Finances personnelles Corrigé Exercice 4 : Achat d'une maison - Corrigé 1. A B C D E F G H I 1 QUESTION 1 2 3 4 Cette formule t'aidera à déterminer le prix de la maison que tu peux acheter. 5 6

Plus en détail

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer un courriel expliquant le motif ou les points que vous

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

Apprendre pas à pas les règles de base de la comptabilité générale (EXTRAIT)

Apprendre pas à pas les règles de base de la comptabilité générale (EXTRAIT) Page 1 Apprendre pas à pas Les règles de base De la Comptabilité Cours complet reprenant les parties 1, 2 et 3 (Extrait) Page 2 Apprendre pas à pas les règles de base de la comptabilité Cours complet Bruno

Plus en détail

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.)

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) 2002 Pourquoi la planification de la retraite est-elle importante? Peu importe vos projets pour la

Plus en détail

Carlos E. Cuevas. May 1992

Carlos E. Cuevas. May 1992 Economics and Sociology Occasional Paper No. 1945 ~OFFRE INFORMELLE DES SERVICES FINANCIERS de Carlos E. Cuevas May 1992 Presented at the International Seminar on Finance and Rural Development in West

Plus en détail

11. Données Macroéconomiques

11. Données Macroéconomiques 11. Données Macroéconomiques 1. Une entreprise agricole produit du blé et des tomates. Elle vend pour 3 de blé à un moulin qui, par la suite, le revend sous forme de farine pour 6 à un fabricant de tagliatelles.

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés Microéconomie Financière - Choix intertemporels Exercices corrigés. Un individu salarié doit faire des choix intertemporels de consommation sur deux périodes, sa «vie active» (période ) et sa «retraite»

Plus en détail

Par exemple une hausse des impôts et taxes provoque une baisse de la CAF.

Par exemple une hausse des impôts et taxes provoque une baisse de la CAF. CAPACITÉ D'AUTOFINANCEMENT ET AUTOFINANCEMENT 1- Définition de la capacité d'autofinancement () La capacité d'autofinancement est la ressource interne dégagée par les opérations enregistrées en produits

Plus en détail

Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires

Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires Banque centrale du Luxembourg 1 Introduction 1.1 Population déclarante Le rapport

Plus en détail

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise La répartition de l'échantillon par taille est assez intéressante dans la mesure où elle fait apparaître autant d'actifs

Plus en détail

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour les deux premiers

Plus en détail

Chapitre 4 : Trouver des financements

Chapitre 4 : Trouver des financements Chapitre 4 : Trouver des financements L'entrepreneur a le choix, dans le cadre de son projet de création ou de reprise d'entreprise, entre plusieurs sources de financement. On distingue généralement deux

Plus en détail

LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE

LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE À la fin de l'exercice financier, il faut examiner tous les comptes de la balance de vérification afin de déterminer lesquels nécessitent un ajustement.

Plus en détail

VAN I : La Valeur Temporelle de l Argent

VAN I : La Valeur Temporelle de l Argent VAN I : La Valeur Temporelle de l Argent Ce module introduit le concept de la valeur temporelle de l'argent, les taux d'intérêt, les taux d'actualisation, la valeur future d'un investissement, la valeur

Plus en détail

CHAPITRE 1: LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES.

CHAPITRE 1: LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES. PREMIERE PARTIE SCIENCE ECONOMIQUE CHAPITRE 1: LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES. Section 1: Comment représenter l'économie? Nous allons montrer dans cette section que la représentation

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie.

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Cours Page 1 Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. mardi 14 septembre 2010 13:02 Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Chapitre 2 : La création monétaire. Chapitre 3 :

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

OPTION NÉGOCIABLE. Définition. Facteurs influençant la valeur des options. Claire Peltier EDC 2008

OPTION NÉGOCIABLE. Définition. Facteurs influençant la valeur des options. Claire Peltier EDC 2008 OPTION NÉGOCIABLE Définition Une option d'achat - ou call - est un titre financier conditionnel qui donne le droit, mais non l'obligation, d'acheter un actif détermineé. appelé l'actif support (ou sous-jacent),

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES Objet

Plus en détail

Statistiques de finances publiques consolidées

Statistiques de finances publiques consolidées Statistiques de finances publiques consolidées Introduction Le concept de la consolidation est couramment utilisé dans le domaine de la comptabilité, tant dans le secteur privé que public. Définie simplement,

Plus en détail

Gestion de projet - calculs des coûts

Gestion de projet - calculs des coûts Gestion de projet - calculs des coûts GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table des

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Analystes financiers (Mai 2006) 3

Analystes financiers (Mai 2006) 3 Analystes financiers (Mai 2006) 3 Tous les éléments de produits et de charges constatés au cours d'un exercice, notamment la charge d'impôt, les éléments extraordinaires entrent dans la détermination du

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

Chapitre 2. Valeur acquise par un capital

Chapitre 2. Valeur acquise par un capital MATHEMATIQUES FINANCIERES Le temps, c'est de l'argent Si un capital est placé pendant "un temps assez long", on utilise les intérêts composés. En règle générale, à moins d'être complètement étranger aux

Plus en détail

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Question 1: Maxime, un consommateur rationnel, reçoit 1900 euros en t1 et 1210 euros en t2. Sa fonction d utilité

Plus en détail