Lire page 3. Développement durable Intégration de la durabilité environnementale en Afrique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lire page 3. Développement durable Intégration de la durabilité environnementale en Afrique"

Transcription

1 Météo: Dépression thermique sur le Nord et le centre du pays Lire en page 3 HORIZONS Le Jeudi Littéraire Lire en page 12 QUOTIDIEN NATIONAL D INFORMATIONS - ÉDITÉ PAR L AGENCE MAURITANIENNE D INFORMATION - N 6586 DU JEUDI 27 AOUT 2015 PRIX : 100 UM La HAPA appelle les acteurs politiques à préserver l'acquis des libertés Football/ Eliminatoires CAN 2017 La liste des 25 Mourabitounes est connue La Haute Autorité de la Presse et de l'audiovisuel (HAPA) a appelé tous les acteurs politiques et des medias à répondre aux aspirations du peuple mauritanien à la liberté responsable et à contribuer, chacun à partir de la position qu'il occupe, à préserver ce précieux acquis. Elle a demandé aux mêmes acteurs d'appuyer la HAPA dans la mise en œuvre de la réforme du secteur, qui a consacré le pluralisme, annulé la sanction de la contrainte par corps contre les journalistes et élargi l'espace de la liberté d'expression et de presse. La HAPA a exprimé, dans un communiqué, dont une copie est parvenue à l'ami, sa fierté de recevoir les félicitations de tous les acteurs politiques, opposition et majorité confondues, pour son succès dans l'application de la réforme de l'audiovisuel et la concrétisation de la liberté d'expression, ce qui traduit le pluralisme politique et syndical et la diversité culturelle et a permis l'accès de tous les partis politiques aux medias, y compris pendant les périodes électorales que certains pôles de l'opposition ont boycottées. Lire page 3 Les 25 Mourabitounes, qui auront le privilège de défendre les couleurs nationales le 5 septembre à Nouakchott face à la redoutable formation d Afrique du Sud en match aller comptant pour les phases éliminatoires de la Coupe d Afrique des Nations 2017, sont connus. C est ce qui ressort d une conférence de presse donnée mardi par l entraineur Corentin Martins. Les Mourabitounes, qui seront amputés de leur gardien de but titulaire, seront renforcés par l intrépide Aly Abeid et comme 12ème homme un public prêt à apporter son soutien jusqu au coup de sifflet final de l arbitre. Lire page 12 Route en Afrique : A peine 28% du réseau bitumé Développement durable Intégration de la durabilité environnementale en Afrique L environnement est une dimension mal considérée dans les politiques de développement. C est une dimension très large qui a des implications agricoles, sanitaires, énergétiques et donc, stratégiques et économiques. La croissance durable est la croissance du capital économique, du capital naturel, source de durabilité, et du capital social et humain. Le constat est l hétérogénéité des situations en particulier en matière d accès à l eau. Le problème est d actualité pour l Afrique du Nord, la Corne de l Afrique et certains pays sahéliens. Mais pour ces pays subsahariens, c est moins un problème de disponibilité que de distribution et d infrastructures. La déforestation croissante conduit à des espaces moins arborés, plus agricoles, plus pastoraux mais aussi à une perte de biodiversité. On prévoit d ici 20 ans une augmentation des émissions de CO2 de 60 % bien que l Afrique soit moins industrialisée que les pays développés. Lire page 4 D'après les estimations, les principales routes du réseau routier africain s'établissent à une longueur totale de km auxquels s'ajoutent km de voies de raccordement, représentant environ 90% des transports des passagers et des marchandises. Une très faible proportion (environ 28%) de ces routes est bitumée. L'Association des gestionnaires et partenaires africains de la route (AGEPAR) qui s'est réunie récemmentl à Yaoundé sous le thème «développement des routes transafricaines : état des lieux, stratégies et perspectives», estime que la densité de ce réseau routier est la plus faible au monde : 7 km pour 100 km2, contre 12 km en Amérique latine et 18 km en Asie. Lire page 9 Hygiène de vie Comment éliminer la graisse abdominale chez la femme? Lire en page 8

2 Page 2 REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE MINISTERE DU PETROLE, DE L ENERGIE ET DES MINES SOCIETE MAURITANIENNE D ELECTRICITE (SOMELEC) Avis aux Employeurs AVIS DE REPORT DE LA DATE DE REMISE DES OFFRES RELATIVE A L'APPEL D'OFFRES INTERNATIONAL N AAOI 01/2015/CME Services d exploitation et de maintenance de la centrale duale de 180 MW à Nouakchott 1.La SOMELEC informe que la remise des offres initialement fixée au lundi 28 septembre 2015 à 12 heures T.U est reportée au mercredi 28 octobre 2015 à 12 heures TU. 2.Les candidats intéressés par cet appel d'offres peuvent obtenir des éclaircissements et des informations complémentaires auprès du Maître de l ouvrage à l adresse suivante: Secrétariat de la Personne Responsable des Marchés Société Mauritanienne d Electricité (SOMELEC) 47, Avenue de l'indépendance, BP 355 Nouakchott République Islamique de Mauritanie Tel : Fax : Contact: M. Sidi Mohamed BEDY M HAMED Courriel Projet : Le Président de la Commission des Marchés d Exploitation Moctar Ould Mohamed Le Directeur Général de la CNSS informe l'ensemble des employeurs affiliés à la Sécurité Sociale qu'au terme de l'arrêté n 561/MFPTMA du 7 avril 2015, les déclarations sont désormais trimestrielles et doivent être déposées à la Caisse avec le règlement correspondant, dans les 15 premiers jours de chaque trimestre civil, pour les cotisations du trimestre civil précédent. Les employeurs occupant plus de 19 travailleurs ne sont plus tenus de déposer des déclarations mensuelles. Le Directeur Général Mohamed Aly DEDEW ADRESSES UTILES Police Secours 17 Sapeurs Pompiers 118 Brigade Maritime Brigade Mixte SOMELEC (Dépannage) SNDE Météo HORIZONS QUOTIDIEN NATIONAL D INFORMATION ÉDITÉ PAR L AGENCE MAURITANIENNE D INFORMATION COMMISSARIATS DE POLICE Commissariat TZ Commissariat TZ Commissariat Ksar Commissariat Ksar Commissariat El Mina Commissariat El Mina Commissariat Sebkha DIRECTEUR DE PUBLICATION, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L AGENCE MAURITANIENNE D INFORMATION: Yarba Ould Sghaïr DIRECTEUR DE LA RÉDACTION : Mohamed Saleh Ould Chighaly AMI FAX: B P: 371/ 467 Département Promotion et Distribution: Siège: / RÉDACTEUR EN CHEF : SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA RÉDACTION : Diagana Babouna Baba Dianfa Traoré RESPONSABLE DE LA MAQUETTE : Elhadrami Ould Ahmedou TIRAGE : IMPRIMERIE NATIONALE

3 Page 3 La HAPA appelle les acteurs politiques à préserver l'acquis des libertés Le ministre de la Défense nationale reçoit l'ambassadeur du Soudan ACTUALITE La Haute Autorité de la Presse et de l'audiovisuel (HAPA) a appelé tous les acteurs politiques et des medias à répondre aux aspirations du peuple mauritanien à la liberté responsable et à contribuer, chacun à partir de la position qu'il occupe, à préserver ce précieux acquis. Elle a demandé aux mêmes acteurs d'appuyer la HAPA dans la mise en œuvre de la réforme du secteur, qui a consacré le pluralisme, annulé la sanction de la contrainte par corps contre les journalistes et élargi l'espace de la liberté d'expression et de presse. La HAPA a exprimé, dans un communiqué, dont une copie est parvenue à l'ami, sa fierté de recevoir les félicitations de tous les acteurs politiques, opposition et majorité confon dues, pour son succès dans l'application de la réforme de l'audiovisuel et la concrétisation de la liberté d'expression, ce qui traduit le pluralisme politique et syndical et la diversité culturelle et a permis l'accès de tous les partis politiques aux medias, y compris pendant les périodes électorales que certains pôles de l'opposition ont boycottées. Voici le texte de ce communiqué: "La Haute Autorité de la Presse et de l'audiovisuel, - Après avoir pris connaissance du contenu de la dernière déclaration du Forum national pour la démocratie et l'unité et - sans entrer dans une polémique avec une quelconque partie prenante politique et en toute harmonie avec ses missions légales conformément à la volonté du législateur; - consacrant le droit du citoyen et de l'opinion publique à disposer de l'information et traduisant dans les faits son devoir dans ce domaine; En raison de tout ce qui précède: - Regrette que l'on comprenne le mobile de son communiqué autrement que dans le cadre de l'accomplissement de sa mission de veiller à appliquer la loi et à garantir la liberté d'expression et de presse, de préserver l'image et la réputation des citoyens quelle que soit leur appartenance et d'empêcher les atteintes à leur dignité d'homme. - Estime que le fait que c'est le Président de la République qui soit la victime des campagnes de dénigrement dans les medias ne peut justifier son silence dans la mesure où il y a expressément une atteinte à l'esprit de la loi et à ses principes généraux, ce qui ne peut être sauf si la Mauritanie est le seul pays dans le monde où il est permis d'attenter à l'image du Président de la République. - Souligne que si n'importe quel autre citoyen ait subi une telle détermination et une telle constance dans le dénigrement, il aurait été de son plein droit de le défendre avec la même force et de la même manière dont elle fait preuve dans la défense des individus et des groupes; - Se demande qu'en serait-il si la victime du dénigrement était les leaders de l'opposition ou de la majorité. Est-ce qu'une personne physique ou morale peut permettre d'attenter à sa personne? Ou peut trouver en son point de vue politique, en son poste ou fonction électorale, administrative ou son statut social une raison pour porter atteinte à sa dignité sans motif légal? - Exprime sa fierté de recevoir les félicitations de tous les acteurs politiques, opposition et majorité confon dues, pour son succès dans l'application de la réforme de l'audiovisuel et la matérialisation de la liberté d'expression, ce qui traduit le pluralisme politique et syndical et la diversité culturelle, et a permis l'accès de tous les partis politiques aux medias, y compris pendant les périodes électorales que certains pôles de l'opposition ont boycottées. - Espère que ceux qui l'ont félicitée pour avoir réussi à imposer le respect des textes portant sur la liberté de la presse et sur le pluralisme médiatique qui traduit les différents courants de l'opinion et de la pensée n'entraveront pas l'application des législations et règlementations en vigueur en matière de préservation de l'image et de la dignité des citoyens. - Trouve curieux que certains ignorent tout ce qu'elle a publié comme communiqués, déclarations et avertissements qui engagent les intéressés à respecter la règlementation et les règles de la profession. Tout comme elle trouve surprenant que ces personnes ignorent tous les efforts qu'elle a consentis pour règlementer, organiser et contenir (les débordements) et ne trouvent d'autres choses à faire que s'interroger sur les motivations de son dernier communiqué car tout simplement il défend les droits d'une partie adverse. - Appelle tous les acteurs politiques et ceux des medias à répondre aux aspirations du peuple mauritanien à la liberté responsable et à contribuer, chacun à partir de la position qu'il occupe, à préserver ce précieux acquis. Demande aux mêmes acteurs d'appuyer la HAPA dans la mise en œuvre de la réforme du secteur qui a consacré le pluralisme, annulé la sanction de la contrainte par corps contre les journalistes et élargi l'espace de la liberté d'expression et de presse. Nouakchott, le 25 août 2015 Hamoud Ould M'Hamed". Le ministre de la Défense nationale, M. Diallo Mamadou Bathia, a reçu, en audience mercredi à Nouakchott, SEM Ghariboullah Khadr Ali, ambassadeur du Soudan en Mauritanie. L'entrevue a porté sur les relations de coopération entre les deux pays ainsi que les moyens permettant de les renforcer davantage dans le domaine de la défense. La commissaire aux Droits de l'homme reçoit les ambassadeurs des Emirats Arabes Unis... La commissaire aux Droits de l'homme et à l'action humanitaire, Mme Aïchetou Mint M'Haïham, a reçu en audience, mercredi à Nouakchott, SEM. Issa Abdullah al-kalabani, ambassadeur des Emirats Arabes Unis en Mauritanie. L'entrevue a porté sur les voies et moyens susceptibles de renforcer davantage la coopération entre les deux pays en matière des droits de l'homme et de l'action humanitaire. et d'afrique du Sud La commissaire aux Droits de l'homme et à l'action humanitaire, Mme Aïchetou Mint M'Haïham, a reçu en audience, mercredi à Nouakchott, SEM. Luis Piennar, ambassadeur d'afrique du Sud en Mauritanie. L'entrevue a porté sur les voies et moyens susceptibles de renforcer davantage les relations de coopération entre les deux pays, notamment en matière de droits de l'homme. Météo: Dépression thermique sur le Nord et le centre du pays La situation météorologique en Mauritanie sera caractérisée, au cours de la journée, par la présence d'une dépression thermique sur le Nord et le centre du pays. Cette situation favorisera des hausses de températures sur l'inchiri, l'adrar, le Tagant, le Trarza, Dakhlet Nouadhibou et les deux Hodhs avec une visibilité affectée par sable sur ces wilayas. Des activités pluvio-orageuses faibles à modérées sont attendues sur le Hodh Charghi. La météorologie marine au niveau du Cap-Blanc et du Cap-Timiris est marquée par une mer peu agitée à agitée le long du littoral, une houle de secteur Sud-ouest et des hauteurs de vague variant entre 1,25 à 3 mètres.

4 ENVIRONNEMENT Développement durable Intégration de la durabilité environnementale en Afrique L environnement est une dimension mal considérée dans les politiques de développement. C est une dimension très large qui a des implications agricoles, sanitaires, énergétiques et donc, stratégiques et économiques. La croissance durable est la croissance du capital économique, du capital naturel, source de durabilité, et du capital social et humain. Le constat est l hétérogénéité des situations en particulier en matière d accès à l eau. Le problème est d actualité pour l Afrique du Nord, la Corne de l Afrique, certains pays sahéliens. Mais pour ces pays subsahariens, c est moins un problème de disponibilité que de distribution et d infrastructures. La déforestation croissante conduit à des espaces moins arborés, plus agricoles, plus pastoraux mais aussi à une perte de biodiversité. On prévoit d ici 20 ans une augmentation des émissions de CO2 de 60 % bien que l Afrique soit moins industrialisée que les pays développés. Page 4 Au regard du bilan des objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), dont l échéance est prévue pour 2015, il convient de redéfinir l agenda en ajustant les objectifs prescrits en Certaines cibles sont obsolètes tandis que d autres, telle que la protection de l environnement, ont acquis un statut «d urgence prioritaire» au niveau international. De plus, les objectifs actuels négligent certains enjeux importants comme les questions de paix et de sécurité. Le sommet de la Terre à Rio (juin 2012) a posé les fondations d un agenda de développement durable basé sur le principe de cibles quantitatives inspirées par les OMD. Plusieurs initiatives ont émergé, en particulier celle des Objectifs du Développement Durable (ODD). Ces derniers seront universels et s appliqueront à tous les pays, au contraire des OMD qui ne s appliquaient qu aux pays en développement. La meilleure prise en compte de l environnement est la principale différence entre ODD et OMD Le grand défi post-2015 est d intégrer l environnement dans l agenda du développement en Afrique. Cependant, les problématiques africaines sont relativement spécifiques et l hétérogénéité des pays implique une différenciation selon les pays qui cadre mal avec l universalité de l agenda. Parmi les objectifs de croissance figure la croissance verte qui «consiste à favoriser la croissance économique et le développement tout en veillant à ce que les actifs naturels continuent de fournir les ressources et les services environnementaux sur lesquels repose notre bien-être». Dans les pays pauvres, en particulier en Afrique, la transition vers une croissance verte nécessite d être accompagnée, notamment par de l assistance financière et technique. Cela implique la mise en œuvre d outils incitatifs, une sensibilisation aux enjeux environnementaux, le financement du surcoût de cette croissance verte L universalité de l agenda post-2015 ne doit pas faire oublier les besoins spécifiques «des pays à handicaps structurels élevés» dont la vulnérabilité constitue un risque de non-durabilité. Ressources naturelles et développement durable en Afrique Les pays vulnérables doivent bénéficier de traitements différenciés, les cibles de l agenda devant tenir compte des niveaux initiaux des pays. «Les ressources devraient être allouées proportionnellement selon le degré de vulnérabilité des pays», ce qui s applique autant à la vulnérabilité physique au changement climatique qu à la vulnérabilité économique et environnementale. L aide au développement reste indispensable «comme catalyseur de toutes les autres ressources». La rente tirée des ressources naturelles épuisables n est pas toujours proportionnée à l importance de ces ressources. Certains pays riches en ressources naturelles ont su les transformer, d autres n ont su le faire.ces distorsions ont amené à prendre, en 2010, une initiative au niveau mondial qui est la Charte des ressources naturelles. Son objectif est d «aider les gouvernements et les sociétés de pays riches en ressources non renouvelables à gérer ces ressources de façon à générer une croissance économique, à promouvoir le bienêtre de la population et à être écologiquement durable». Cette charte fournit douze préceptes. Les uns recouvrent des questions relatives à la négociation des contrats : comment les concessions sont-elles attribuées, les processus sont-ils transparents et impartiaux, les éventuelles dégradations environnementales sont-elles intégrées, les intérêts des populations riveraines sont-elles prises en compte? D autres portent sur la gouvernance : quels sont les acteurs importants du secteur, les flux d information entre ces acteurs, le contrôle et la gestion des revenus, le sort des coupables de détournement? D autres enfin portent sur l épargne et l investissement. Agriculture et problématique de l environnement La mondialisation place les problèmes environnementaux au cœur du débat sur le développement en Afrique, comme ailleurs. Tout le monde est concerné : les paysans qui sont les producteurs, les consommateurs, les politiques, pour lesquels se posent les questions : comment produire, comment consommer, quelle production et quelle consommation? La mondialisation est aussi synonyme de dérèglementation, de défiscalisation (optimisation des charges), de délocalisation (avantages comparatifs en termes de main d œuvre, de terres). Face à cela, se pose la problématique de la faim, particulièrement dans les pays aux capacités de production réduites. Dans le monde, 1,2 milliard de personnes souffrent de la faim dont les trois quarts sont des paysans. Elles étaient 800 millions en L Afrique compte 60 % de paysans qui dégagent 60 % des revenus en produits agricoles. L environnement est au cœur de la problématique de l agriculture. Les objectifs d une politique agricole se déclinent de plusieurs manières qui ne sont pas sans conséquences pour l environnement. La sécurité alimentaire se définit comme le fait de pouvoir se procurer la nourriture d où qu elle vienne. On se place ici du côté du consommateur et sur un plan quantitatif. L autosuffisance alimentaire est la capacité à produire sur place la nourriture de base. On se place ici également du côté du consommateur. La souveraineté alimentaire est le fait de produire sa nourriture de base en plaçant le paysan au cœur du système et en choisissant la manière de produire. Développer l agriculture, c est favoriser l environnement Pour cela, elle intègre trois aspects : «Un aspect économique avec la notion de sécurité alimentaire et pour cela c est la fonction production des paysans qui est revalorisée avec la définition du prix des produits agricoles abordable par le consommateur et rémunérant le producteur. Un aspect social avec la notion de territoire et pour cela, c est la multifonctionnalité des paysans qui est mise en avant comme élément essentiel de la vie rurale. Un aspect culturel avec la notion de terroir et pour cela, c est la fonction de protection de la nature et des productions spécifiques qui y sont liées dans toutes leurs composantes». L exode rural exerce une pression sur l environnement urbain : surpopulation, approvisionnement et traitement des eaux, gestion des déchets, circulation, avec des risques d explosion sociale. Mais l agriculture urbaine est une opportunité de développement économique et favorise l environnement urbain. De même, le tourisme rural constitue un risque pour l environnement (gaspillage d eau, abandon de la terre...) mais le travail des paysans contribue au maintien de beaux paysages et constitue une opportunité de tourisme solidaire. Développer l agriculture, c est favoriser l environnement. La terre est un patrimoine sacré collectif à transmettre qui nourrit la population et fait l objet d une exploitation raisonnable et raisonnée. Dans le cas de l agriculture industrielle, la terre est un simple outil de production à acheter pour fournir le marché. Elle a pour corollaire sa surexploitation, voire son abandon ce qui pose la question de son devenir. Une chance pour les agricultures familiales Les techniques de production impliquent en effet dans ce cas aménagements fonciers et mécanisation ce qui entraine l érosion et l appauvrissement du sol, la monoculture et la disparition de l élevage, la pollution du sol par les traitements phytosanitaires et les engrais, l épuisement des ressources en eau, des pertes de biodiversité. Dans le cas des agricultures familiales, la mécanisation a été introduite. Celle-ci tend à être abandonnée non pas dans le cadre d un processus récessif, mais d une démarche progressive qui remet l homme au cœur d une production respectueuse de l environnement. Le rôle des politiques publiques est essentiel. Après les ajustements structurels auxquels les Etats ont été soumis, la société civile et les paysans se sont mobilisés pour faire changer l ordre établi des choses. Le défi de l environnement durable est une chance pour les agricultures familiales. C est une agriculture performante aux plans technique, économique, social et culturel et environnemental. Elles placent l homme au-dessus de la technique et offrent une autre vision de la mondialisation et une chance pour l Afrique. Baba D. Traoré

5 ECONOMIE Page 5 Route en Afrique : A peine 28% du réseau bitumé D'après les estimations, les principales routes du réseau routier africain s'établissent à une longueur totale de km auxquels s'ajoutent km de voies de raccordement, représentant environ 90% des transports des passagers et des marchandises. Une très faible proportion (environ 28%) de ces routes est bitumée. L'Association des gestionnaires et partenaires africains de la route (AGEPAR) qui s'est réunie récemmentl à Yaoundé sous le thème «développement des routes transafricaines : état des lieux, stratégies et perspectives», estime que la densité de ce réseau routier est la plus faible au monde : 7 km pour 100 km2, contre 12 km en Amérique latine et 18 km en Asie. Entrepris au lendemain des indépendances, notamment depuis la création en 1963 de l'organisation de l'unité africaine (OUA), ancêtre de l'union africaine (UA) qui sera commémorée par un sommet spécial des dirigeants du continent en mai à Addis-Abeba en Ethiopie, ce chantier mobilise aujourd'hui pour son accélération afin de rattraper le retard causé par une évolution lente de son exécution. CINQ PROJETS PRINCIPAUX EN COURS Une des priorités du Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA) de l'ua, le réseau routier transafricain comprend neuf grandes sections : Le Caire- Dakar, Alger-Lagos, Tripoli-Windhoek, Le Caire-Gaborone, Dakar-N'Djamena, N'Djamena-Djibouti, Lagos-Dakar, Lagos-Mombasa et Beira-Lobito. Une analyse publiée par l'agepar révèle que 33% de ces routes sont non bitumés, 16% sont bitumés mais en mauvais état et seuls 38% sont bitumés et relativement en bon état. Avec le concours de la Commission économique des Nations Unies pour l'afrique (CEA), cinq projets principaux de corridors sont en cours d'exécution : la route transsaharienne qui côtoie la Méditerranée partant du Caire jusqu'à Dakar, la route transafricaine Mombasa- Lagos, la route transsahélienne Dakar- N'Djamena, la route côtière Lagos-Nouakchott et l'axe routier ouest-africain Le Caire-Gaborone. «Globalement, on peut situer le taux de réalisation autour de 15% de routes qui restent, c'est-à-dire 85% de taux de réalisation. Mais ça dépend surtout des régions. Parce qu'en Afrique du Nord il leur reste seulement 1% à construire en ce qui concerne les routes transafricaines», a fait savoir dans un entretien à Xinhua Patrice Ngiema Essono, chef de file des délégués du Cameroun à l'agepar. En Afrique de l'ouest, les progrès sont aussi notables, avec un taux de 9% de tronçons encore à construire. Ce résultat est à l'opposé de l'évolution du programme en Afrique centrale, région réputée la moins économiquement intégrée du continent, «où il nous reste encore 65%, ça veut dire que nous n'avons fait que 35% de travaux», note Ngiema Essono. CHAQUE PAYS CONSTRUIT SES ROUTES De l'avis de cet inspecteur général au ministère camerounais des Travaux publics, c'est chaque pays qui construit ses routes et les financements sont mobilisés en direction des pays. «Comme il y a des zones économiques et monétaires, on essaie de les (ces routes) regrouper pour parler des régions. Les régions interviennent soit pour donner une directive, soit pour donner une norme, soit pour mettre les pays ensemble pour une action commune». Pour la plupart des cas, les ressources locales ne sont pas toujours au rendez-vous, d'où le recours aux bailleurs de fonds internationaux, bilatéraux et multilatéraux, dont les financements sont octroyés soit sous forme de dons, soit sous forme de crédits à rembourser. «Tel est par exemple le cas du Cameroun où, malgré le soutien des bailleurs de fonds, malgré l'engagement et malgré même les fonds propres que nous engageons et qui sont vraiment importants, nous n'avons pas encore pu franchir le cap des 35% au plan global en Afrique centrale», rapporte Ngiema Essono. Pays d'afrique centrale, le Cameroun est traversé dans toute sa longueur par la transafricaine Tripoli-Le Cap. «On entre par Kousséri et on sort par Ambam dans le Sud pour aller au Gabon ou alors par Mbalam pour aller au Congo. Il y a encore des tronçons dans le Grand-Nord qui ne sont pas encore construits. Tout comme il y a même des tronçons construits mais qui sont totalement dégradés et qu'il faut reconstruire», informe l'inspecteur général du ministère des Travaux publics. Au partir de Mamfe au sud-ouest à la frontière avec le Nigeria, il est aussi concerné par la transafricaine Lagos-Mombassa, où un tronçon est déjà construit entre Batoua- Kakbe-Nouma, tandis que deux chaînons manquants sont recensés entre Ekok-Mamfe et Mamfe- Batoua Kakbe. Au total, plus de 400 milliards de francs CFA (800 millions de dollars) sont en ce moment investis pour l'exécution des chantiers en cours dans le pays, révèle Patrice Ngiema Essono. Depuis 2012, la Chine met à disposition 20 milliards de dollars en faveur des infrastructures en Afrique. Pour Patrice Ngiema Essono, «c'est une bonne nouvelle, nous sommes en quête de financements. D'après l'analyse que nous venons de faire, nous sommes preneurs de tous genres de financements, parce que c'est devenu une urgence pour les pays africains d'assurer l'interconnexion (routière) et d'assurer la mobilité des peuples au niveau transfrontalier». Car selon lui, «mis à part cette construction des chaînons manquants, il faut également transformer ces routes en autoroutes. Puisqu'aujourd'hui on parle d'autoroutes, en réalité ce ne sont pas des autoroutes. Nos pays mériteraient d'être connectés par des autoroutes, c'est-à-dire des routes d'au moins deux fois deux voies.» Construire un réseau routier performant Dès les années 60, les architectes de l'intégration africaine ont décidé qu'il fallait absolument construire des infrastructures pour faciliter le commerce intra-africain et en faire profiter toutes les régions. Les dirigeants du continent se sont lancés dans d'ambitieux projets comme les autoroutes transafricaines, dont certains tronçons finiraient par relier Le Caire à Dakar, Tripoli à Windhoek et Lagos à Mombasa. Elles faciliteraient l'accès à la mer de 15 pays sans littoral et amélioreraient les liaisons régionales. "Malheureusement, à l'instar de l'intégration économique, la coopération et l'intégration en matière d'infrastructures régionales n'ont pas été une réussite extraordinaire", note M. Adebayo Adedeji, éminent chercheur nigérian partisan de l'intégration. En ce nouveau millénaire, le grave manque d'infrastructure reste un obstacle majeur aux échanges entre pays africains. L'Afrique accuse un retard important sur le reste du monde, pour tous les aspects des infrastructures (quantité, qualité, coût et accès). En 1997, il y avait en Afrique (Afrique du Sud non comprise) kilomètres de routes goudronnées, soit environ 18 % de moins qu'en Pologne, pays à peu près de la taille du Zimbabwe. Alors que les efforts de construction des autoroutes transafricaines se poursuivent, la qualité des routes existantes se détériore. En 1992, environ 17 % des grandes routes de l'afrique subsaharienne étaient revêtues, mais en 1998, ce chiffre était tombé à 12 %, note la Banque mondiale. Aujourd'hui, plus de 80 % des routes sans revêtement ne sont qu'en assez bon état, et 85 % des routes secondaires rurales sont en mauvais état et ne peuvent pas être empruntées pendant la saison des pluies. En Ethiopie, 70 % de la population n'a pas accès à des routes praticables par tout temps. Dans de nombreux pays, les routes sont concentrées dans les zones urbaines ou autour des ports de mer (elles ont été construites à l'époque coloniale pour expédier des produits agricoles à l'étranger). Les routes qui relient des pays voisins au sein d'un réseau routier régional sont beaucoup moins nombreuses. Des transports coûteux et dangereux En raison de l'insuffisance des infrastructures, le coût des transports de marchandises en Afrique est l'un des plus élevés du monde, note le Secrétaire exécutif de la CEA, K.Y. Amoako. Les produits africains sont donc moins compétitifs que ceux d'autres régions. De mauvaises infrastructures de transport "constituent en quelque sorte une barrière commerciale non tarifaire", confirme Kenneth Button, professeur de politique publique à l'université George Mason (Etats-Unis), qui a réalisé pour l'union européenne des études sur les transports. Les études de la Banque mondiale montrent qu'une diminution de 10 % des coûts de transport pourrait se traduire par une augmentation de 25 % du commerce africain. La Banque conclut aussi que 25 % seulement du recul de la part des exportations africaines dans les échanges mondiaux sont imputables aux prix inadaptés, le reste étant dû à d'autres facteurs, tels que des infrastructures et des services d'information insuffisants. Mauvaises routes, véhicules vétustes et réglementations laxistes ont souvent des conséquences mortelles. A l'échelle mondiale, le pourcentage d'accidents mortels sur les routes africaines est trois fois supérieur au nombre de véhicules. Sur un échantillon de pays africains, 339 décès pour véhicules ont été enregistrés en Par comparaison, le taux de décès dans les dix pays du monde les plus motorisés était de 2,3 pour véhicules cette année là, d'après le Global Road Safety Partnership, organisme sur la sécurité routière dans le monde. Pénurie de financements A mesure que les initiatives d'intégration régionale prennent de l'ampleur, on étudie divers moyens de résoudre les problèmes de transport. La construction d'infrastructures exige, au départ, d'importants investissements en capitaux, ainsi que des frais constants d'entretien et de gestion. "La plupart des gouvernements africains ne sont pas en mesure d'assumer de telles dépenses à une échelle suffisante". Par conséquent, ces dépenses sont souvent en grande partie prises en charge par des organismes internationaux. Des estimations grossières montrent qu'il faut entre 18 et 25 milliards de dollars par an pour disposer d'infrastructures dignes de ce nom en Afrique. Le continent n'investit pour l'instant que 5 milliards de dollars chaque année. La commercialisation des services d'infrastructures est peut-être la solution, suggère Alhaji Bamanga Tukur, ex-directeur de l'autorité portuaire nigériane. Il estime que le secteur privé africain pourrait considérablement développer les infrastructures, à condition d'instaurer des politiques d'appui transparentes. M. Tukur cite l'exemple de MTN en Afrique du Sud et d'econet au Zimbabwe, deux entreprises qui ont récemment remporté des appels d'offres pour l'exploitation d'un réseau de téléphonie mobile au Nigéria. Il faut noter, dit-il, que 50 % des capitaux, soit 500 millions de dollars, ont été mobilisés au Nigéria. Partenariats Il ne faut pas, cependant, que l'etat abandonne son rôle de prestataire principal d'infrastructure, surtout dans les zones rurales où le développement dépend toujours de fonds publics ou des bailleurs de fonds, estime le Ministre des affaires sociales des Seychelles, Dolor Ernesta. M. Ernesta prévoit que les investisseurs privés se rueraient alors sur les secteurs rapidement rentables, tels que la téléphonie mobile, mais "il n'est pas dans leur intérêt, sur le plan économique, de participer aux nombreux projets de développement d'infrastructures que nous devons réaliser en Afrique". Il s'agit de construire des routes à grands frais, quasiment sans bénéfice, dans des zones rurales reculées. En Ethiopie, par exemple, pour que 90 % de la population se trouve à 20 kilomètres d'une route praticable en tout temps, il faudrait débourser environ 4 milliards de dollars, soit 75 % du produit intérieur brut annuel. En tout cas, les investissements en infrastructures du secteur privé en Afrique sont insuffisants. De 1982 à 1994, les entreprises privées ont financé des projets d'une valeur de 340 millions de dollars, note la CEA. En comparaison, les entreprises privées d'amérique Latine ont investi 10,5 milliards de dollars en infrastructures pendant la même période.

6 MAGAZINE Page 6 Hygiène de vie Comment éliminer la graisse abdominale chez la femme? 10 Symptômes du cancer que les gens ignorent Si la majorité des femmes stocke la plupart des graisses, comment expliquer l excès de graisse abdominale chez la femme et comment le réduire? Un dérèglement hormonal en cause dans l excès de graisse abdominale chez la femme La situation hormonale détermine l endroit du corps où les graisses seront stockées. Chez la femme, c est l insuline, le cortisol, les œstrogènes, la progestérone et la testostérone qui jouent un rôle dans la localisation des graisses. Si l équilibre hormonal d une femme est bon, les graisses se localiseront essentiellement dans le bas du corps. Les œstrogènes et la progestérone tendent à empêcher l apparition de graisse abdominale tandis que le cortisol, l hormone associée au stress, favorise la prise de graisse abdominale, autant chez les femmes minces que chez les femmes en surpoids. L insuline, l'hormone de stockage de la graisse, est influencée par l excès de calories venant des féculents et du sucre, sachant que les aliments qui contiennent à la fois des graisses et des sucres sont ceux qui ont le pire impact sur l'insuline. Enfin, contrairement aux hommes, les femmes qui présentent des niveaux élevés de testostérone sont celles qui ont la taille la plus large. C est pour cette raison que si toutes les femmes ne prennent pas forcément de poids à la ménopause, elles ont tendance à voir leur silhouette se modifier. Pour résumer, plus une femme a un faible ratio œstrogènes/testostérone, plus les aliments gras, sucrés et le stress favoriseront la prise de graisse abdominale. On considère généralement qu à partir de 89 cm de tour de taille chez la femme, les risques de maladies cardiovasculaires, d hypertension et de diabète de type 2 sont accrus. Le rôle du stress dans l excès de graisse abdominale chez la femme La graisse abdominale n est pas qu une question de calories ou de poids. Une femme de poids normal peut tout à fait avoir une alimentation correcte, se dépenser physiquement et tout de même avoir de la graisse abdominale. Dans ce cas-là, il faut savoir que le problème réside certainement au niveau de la gestion du stress, car ce dernier a une grande influence sur la silhouette. Un stress physique ou psychologique entraîne la libération de cortisol dans l organisme. Le cortisol possède une action hyperglycémiante (= il augmente le taux de sucre dans le sang) et a pour but de fournir au cerveau un apport d énergie suffisant pour faire face aux agents de stress. La sécrétion prolongée de cortisol, comme dans les cas de stress chronique, provoque progressivement un épuisement des glandes corticosurrénales et de nombreux problèmes de santé, comme la résistance à l insuline qui peut entraîner à terme le diabète de type 2, de l hypertension artérielle, de la dépression, et de l embonpoint abdominal. Vous pensez peutêtre que manger moins et faire plus de sport ne pourront en aucun cas empirer votre graisse abdominale? Détrompez-vous : les régimes hypocaloriques et les séances de cardio-training intensif sont les sources les plus importantes de stress. Le stress englobe non seulement les situations où on se sent anxieux ou déprimé, mais aussi le souci pour l apparence physique, les tensions relationnelles, les problèmes professionnels, le manque de sommeil, les régimes extrêmes et le surentraînement, entre autres. Comment faire fondre la graisse abdominale chez la femme? Rétablir l équilibre hormonal pour réduire la graisse du ventre. Pour rétablir l équilibre entre les niveaux d œstrogène et de testostérone, et également réduire le niveau de cortisol, il est important de se reposer et se détendre plusieurs fois par semaine. On peut s offrir un massage, un sauna, ou tout simplement faire une sieste, prendre un bain chaud, passer un moment agréable avec sa famille, se balader, faire de la méditation Le fait de faire 2 séances de musculation par semaine permet en outre d utiliser la testostérone pour la construction du muscle plutôt que pour le stockage de la graisse. Réduire le stress pour perdre de la graisse abdominale Vous l aurez compris, il est contre-productif de cumuler entraînement intensif et régime pauvre en calories pour perdre la graisse du ventre. D ailleurs, il est conseillé d éviter tout type de régime extrême quel qu il soit (pauvre en glucides, lipides ). Il vaut mieux faire le choix soit de manger plus en s entraînant plus, soit de manger moins en s entraînant moins, sachant que la dernière option montre souvent de meilleurs résultats. Par ailleurs, le fait de marcher à un rythme lent pour se relaxer une heure par jour permet de faire baisser considérablement le niveau de cortisol et constitue l un des meilleurs exercices pour les femmes ayant de la graisse abdominale récalcitrante. Et comme une hygiène de vie saine passe également par une bonne alimentation, il vaut mieux essayer de réduire autant que possible les aliments à la fois gras et sucrés, et d augmenter la part des aliments riches en flavonoïdes car ils permettent de réduire l activité globale du cortisol dans l organisme. Mettez donc au menu les myrtilles, les groseilles, les pêches, nectarines, et le chocolat noir, entre autres. Sidi Moustapha Ould BELLALI Si vous avez une toux persistante et pensez qu il ne s agit que d une grippe saisonnière, vous pourriez vous tromper. En effet, selon une récente étude menée par un Centre de recherche sur le cancer, plus de la moitié des adultes ayant eu une toux persistante ont reçu le diagnostique d un cancer et seulement 2 % d entre eux croyait qu ils pouvaient en être atteint. Les chercheurs ont envoyé des questionnaires à près de résidents britanniques qui avaient consultés un médecin de soins primaires. Un peu moins de personnes ont répondu au questionnaire et cinq ont été éliminés étant donné qu ils avaient déjà reçu le diagnostique d un cancer. Les chercheurs demandaient aux participants s ils avaient détecté des symptômes tels qu une toux persistante, une perte de poids inexpliquée et une faible énergie au cours des trois derniers mois; ces symptômes pouvant indiquer un cancer. Lorsque les participants affirmaient avoir eu l un de ces symptômes, ils étaient invités à décrire ce qu ils pensaient en être la cause et à mentionner s ils pensaient que leur état était grave. «Nous ne savons pas vraiment pourquoi, mais il semble qu il y ait un décalage entre ce que les gens savent et appliquent. En fait, les personnes qui connaissent les signes et symptômes mentionnent rarement le cancer à titre de cause possible», souligne Katriina Whitaker, Ph.D., chercheur à l University College London. Voici donc dix symptômes pouvant signaler un cancer auxquels les médecins se réfèrent lorsqu ils examinent leurs patients. Bien que ces symptômes puissent être bénins, il est important de les reconnaître et de consulter un médecin afin de vérifier s il peut s agir d un cancer. 1-Une toux persistante ou un enrouement Il n y a rien de préoccupant dans le fait d avoir la toux, mais si elle est accompagnée de sang, par exemple, il y a de quoi s inquiéter. «La plupart des toux n indiquent pas un cancer. Toutefois, une toux persistante doit être évaluée afin de vérifier s il pourrait s agir d un cancer du poumon. Afin d écarter cette possibilité, votre médecin devra faire une radiographie thoracique ou une tomodensitométrie», mentionne Thérèse Barthélemy Bevers, MD, professeure clinique de prévention du cancer et directrice médicale du Centre de prévention du cancer. 2- Des selles changeantes Lorsque vos selles semblent plus grandes que la normale ou un peu déformée, par exemple, c est peut être le signe que vous avez un cancer du côlon, explique Mme Barthélemy Bevers. «Cela pourrait être dû à une masse empêchant le transit des selles dans l intestin. Lorsqu une personne a ce symptôme, elle doit se rendre chez le médecin afin qu il effectue une coloscopie et vérifie si une masse est effectivement présente», informe-t-elle. 3- Des urines changeantes «Si vos urines contiennent du sang, cela pourrait être le signe que vous avez un cancer de la vessie ou du rein, mais souvent, ce n est qu une infection des voies urinaires», souligne la directrice médicale. Vérifiez d abord s il s agit d une infection afin que le traitement approprié vous soit prescrit. 4- Des douleurs persistantes inexpliquées «La plupart des douleurs ne sont pas le signe d un cancer, mais si elles sont persistantes, cette option doit être prise en compte. Si vous avez des maux de tête persistants, par exemple, vous n avez probablement pas un cancer du cerveau, mais il est tout de même important de vérifier cette possibilité. Par ailleurs, une douleur persistante dans la poitrine pourrait signaler un cancer du poumon, tout comme une douleur à l abdomen pourrait être un cancer de l ovaire», soutient Mme Barthélemy Bevers. 5-Des modifications de l apparence de la peau Les grains de beauté ne sont pas tous un signe du mélanome. Lorsque vous repérez une nouvelle marque sur votre peau, il est important de consulter un dermatologue au cas où il dépisterait un cancer de la peau», mentionne la professeure clinique. 6- Une plaie qui ne guérit pas Si vous avez une plaie qui ne disparaît pas depuis trois semaines, vous devriez consulter votre médecin, car il pourrait s agir d un cancer. «Notre corps est supposé être en mesure de guérir ce genre de plaie», souligne Mme Barthélemy Bevers. 7- Des saignements inattendus Des saignements vaginaux se produisant en dehors de votre cycle menstruel pourraient être un signe précoce d un cancer du col de l utérus, tandis que des saignements au rectum peuvent indiquer un cancer du côlon, fait savoir la directrice médicale. 8- Une perte de poids inexpliquée «Plusieurs adultes essaient de perdre du poids, mais si cette perte de poids se produit sans aucun effort de votre part, cela peut être le signe d un problème médical grave dont vous devez vous préoccuper, car il pourrait s agir d une tumeur ou d une tumeur maligne», fait remarquer Mme Barthélemy Bevers. 9- Une bosse inexplicable «Chaque fois qu une nouvelle bosse apparaît, vous devez absolument consulter votre médecin» insiste la professeure clinique. Bien qu il ne pourrait s agir que d un kyste bénin, il est aussi probable que ce soit «un cancer situé sous un tissu de la peau. Une boule dans la poitrine, par exemple, est un symptôme très fréquent du cancer du sein», ajoute-telle. 10- Des difficultés persistantes à avaler «Les gens qui ont ce symptôme commencent à modifier leur régime alimentaire en consommant des aliments mous, sans penser qu il pourrait y avoir un problème plus grave», rappelle Mme Barthélemy Bevers. Néanmoins, deux types de cancer peuvent se cacher derrière ces difficultés persistantes à avaler, soit le cancer du cou et le cancer de l œsophage.

7 NATION Page 7 Ministère de I Emploi, de la Formation Professionnelle et des Technologies de I'Information et de la Communication Communiqué Le Ministère de l Emploi, de la Formation Professionnelle et des Technologies de l'information et de la Communication (Direction de la Formation Technique et Professionnelle) organise un concours d'entrée dans les établissements de Formation Technique et Professionnelle, au titre de l'année scolaire 2015/ Conditions d'accès Ce concours est ouvert aux jeunes Mauritaniens, âgés de 16 ans au moins et de 30 ans au plus au 31 décembre 2015, et ayant les niveaux scolaires suivants :. La fin du premier cycle de l'enseignement Secondaire Général pour l'entrée au premier niveau de la Formation Technique et Professionnelle sanctionné par un Diplôme de Certificat d Aptitude Professionnelle (CAP).. La fin du second cycle de l'enseignement Secondaire Général ou le diplôme de Certificat d Aptitude Professionnelle (CAP) pour l'entrée au deuxième niveau de la Formation Technique et Professionnelle, sanctionné par un diplôme de Brevet de Technicien (BT). La durée de la formation est de deux ans par cycle. II. Spécialités disponibles Les spécialités ouvertes concernent les domaines du tertiaire, de l'agroindustriel et du BTP. Les élèves admis seront orientés en fonction des spécialités disponibles au niveau de chaque établissement. III. Dossier de candidature Le dossier de candidature est composé des pièces suivantes :. Une demande manuscrite, timbrée à 200 UM adressée au Ministre, précisant la spécialité sollicitée. Une copie du reçu de l'enrôlement;. Un certificat médicat datant de moins de 3 mois, attestant l'aptitude du candidat à suivre la formation ;. Un certificat de scolarité attestant la fin du 1er cycle de l'enseignement Secondaire Général, pour l'entrée au 1er niveau de l'enseignement Technique et Professionnel;. Un relevé de notes récent du Baccalauréat de l'enseignement Secondaire Général ou le diplôme du Certificat d'aptitude Professionnelle (CAP), pour l entrée au deuxième niveau de l'enseignement Technique et professionnel.. Quatre photos d identité. IV. Dépôt de dossiers Les dossiers de candidature doivent être déposés à partir du lundi 24 août jusqu'au mercredi 30 Septembre 2015, de 9 heures à 14 heures aux centres de réception des dossiers suivants : Pour Nouakchott:. Le Lycée de Formation Technique et Professionnelle, Industriel de Nouakchott;. Le Lycée de Formation Technique et Professionnelle, Commercial de Nouakchott;. Le Centre de Formation et de Perfectionnement Professionnels de Nouakchott. Pour I intérieur du pays : Tous les Lycées, Lycées Polyvalents et Centres de Formation et de Perfectionnement professionnels relevant de l autorité du Ministère de l Emploi, de la Formation Professionnelle et des Technologies de l'information et de la Communication. V. Déroulement du concours : Les épreuves du concours se dérouleront à partir du Mardi 13 octobre 2015 à 8 heures pour les filières Industrielles, Agricoles et BTP et le Mercredi 14 octobre 2015 à 8 heures pour les filières Tertiaires dans les centres d'examens suivants :. Lycée de Formation Technique et Professionnelle, Industriel de Nouakchott. Lycée de Formation Technique et Professionnelle de Nouadhibou ;. Lycée de Formation Technique et Professionnelle, Commercial de Nouakchott;. Lycée de Formation Technique et Professionnelle de Boghé;. Les Lycées de Formation Technique et Professionnelle Polyvalents d'atar et de Néma ;. Les Centres de formation et de perfectionnement professionnels (Nouakchott, Rosso, Kiffa, Sélibaby, Aioun, Aleg, Tidjikja, Kaédi, Néma) et le Centre de Formation Professionnelle pour les Mahadras d'atar. VI. Entrée en première année Technique Mathématiques Génie Mécanique Pour les élèves de la 4ème année de I Enseignement Secondaire Général, orientés en 1ère année du lycée, série Mathématiques désirant poursuivre leurs études dans la filière Technique Mathématiques Génie Mécanique au Lycée de Formation Technique et Professionnelle, Industriel de Nouakchott, le dépôt de dossier est ouvert à partir du Lundi 14 Septembre 2015 jusqu'au Vendredi 09 octobre 2015 à la Direction de la Formation Technique et Professionnelle. Le dossier se compose des pièces suivantes:. Une demande manuscrite ;. Une copie d'acte de naissance (reçu de l'enrôlement obligatoire) ;. Un bulletin original portant l orientation en série Mathématiques (première année du Lycée) ou une attestation d orientation à la série Mathématiques délivrée par la Direction de l'enseignement Secondaire. Toute note inférieure à 5/20 dans l'une des épreuves est éliminatoire. Les candidats admissibles aux épreuves écrites du concours externe, classés par ordre alphabétique, subiront une épreuve d'entretien avec le jury (coefficient 1) dans les locaux de l Ecole Normale Supérieure (ENS). Ils doivent se présenter munis des pièces suivantes : - une copie légalisée du certificat de nationalité ; - un casier judiciaire datant de moins de 3 mois ; - un certificat médical datant de moins de 3 mois attestant que l'intéréssé est apte pour enseigner; - les originaux des diplômes demandés. A l issue des épreuves et après application de I ensemble des coefficients, le jury établit la liste des candidats déclarés définitivement admis classés par ordre de mérite et en fonction des places ouvertes. Le jury établit également la liste complémentaire le cas échéant. NB : 5% des recrutements supérieurs ou égaux à 20 unités sont réservés aux personnes handicapées titulaires de cartes «personne handicapée» et possédant les qualifications requises. Pour tout renseignement complémentaire, s'adresser à la direction de l'ecole Normale Supérieure (ENS). Un arrêté conjoint portant organisation du concours paraitra ultérieurement. Le Secrétaire Général du MEFPTIC Le Secrétaire Général du Ministère de l Education nationale Le Secrétaire Général du Ministère des Relations avec le Parlement et de la Société Civile Le Président de la Commission nationale des Concours

8 ANNONCES Page 8 Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) Annonce La Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) organise un concours de recrutement de trois cadres spécialistes en informatique le jeudi 17 Septembre 2015 dans les locaux de l IUP (Ex-Faculté des Sciences et Techniques) à Nouakchott. Les places à pourvoir sont reparties ainsi qu il suit : Le concours est ouvert aux personnes de nationalités mauritaniennes, âgées de 18 ans au moins et 35 ans au plus à la date du concours. Le registre d inscription des candidats sera ouvert tous les jours ouvrables de 09 heures à 17 heures pendant la période du Lundi 31 Août au Vendredi 11 Septembre 2015 dans les locaux de la CNSS à Nouakchott. La liste des candidats dont les dossiers sont recevables sera publiée le Mardi 15 Septembre Le dossier de candidature doit comprendre : - Une demande manuscrite timbrée à 200 UM adressée au Directeur Général de la CNSS, précisant la spécialité sollicitée - Un CV détaillé ; - Une copie de la carte nationale d identité - Une copie légalisée du Baccalauréat - Une copie légalisée du diplôme demandé - Un casier judiciaire en cours de validité - Un certificat médical de moins de trois mois attestant l aptitude physique du candidat à l emploi demandé - 4 photos d identité récentes Le concours comportera les épreuves suivantes : Les candidats déclarés admissibles doivent se présenter munis des originaux des diplômes demandés pour passer l épreuve d entretien devant le jury. Pour tout renseignement complémentaire, s adresser à la Direction Administrative de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale à Nouakchott. Le Directeur Général Mohamed Aly Ould Dedew

9 ANNONCES Page 9 Présidence de la République Autorité de la Zone Franche de Nouadhibou Commission de Passation des Marchés et Conventions (CPMC) Avis International à Manifestation d Intérêt pour la Construction du Siège de l Autorité de la Zone Franche de Nouadhibou Avis de report Réf : AIMI N : 001/CPMC/AN-ZF/2015 Date : 26 Août 2015 La Commission de Passation des Marchés et Convention de l Autorité de la Zone Franche de Nouadhibou, informe les soumissionnaires intéressés par l Avis International à Manifestation d Intérêt N 001/CPMC/AN-ZF/2015 portant sur la Construction du Siège de l Autorité de la Zone Franche de Nouadhibou que la date limite de dépôts des offres, prévue initialement le 31 août 2015, est reportée au 07 Septembre L ouverture des offres en séance publique aura lieu le même jour à 12h00mn GMT devant les soumissionnaires qui souhaitent y assister ou leurs représentants. AVIS DE VENTES AUX ENCHERES PUBLIQUES La commission d évaluation de la reforme des véhicules administratifs informe le public qu une opération de vente aux enchères publiques pour un grand nombre de véhicules aura lieu le mercredi 26 aout 2015 de 9 h 00 mn au siège de l Amicale des Forces armées, sur la route de la plage des pêcheurs à Nouakchott, suivant les conditions ci-après : 1- Chaque postulant peut soumissionner pour 05 véhicules au plus le lot postulé par plusieurs personnes est attribué au plus offrant Le postulant gagnant du lot doit se rendre auprès du receveur des Domaines pour payer le prix du véhicule majoré des taxes dues au cas où les offres des postulants les plus disant sont égales, la soumission est reprise entre les deux postulants plus offrants seulement Au cas où le gagnant d un lot ne le paie pas, la vente dudit lot est annulée ces lots non payés feront l objet ultérieurement d une nouvelle soumission Les postulants gagnants qui n auront pas honoré leur engagement ne pourront pas postuler pour le même lot L acquéreur s engage à prendre le véhicule à l état le jour de la vente. 9- L acquéreur s engage à retirer le véhicule du parc dans un délai de 72 heures après règlement. 10- Les personnes intéressées par cette opération peuvent visiter le véhicules proposées le mardi 25/08/2015 de 9 h à 15 h. Le Président de la Commission des Marchés et Conventions El Jeilany Ould CHEIKH La présidente Me Selma Mint Teguedi Ministère de la Fonction Publique, du Travail de la Modernisation de l'administration Communiqué Conjoint Le Ministère de la Fonction Publique, du Travail et de la Modernisation de l'administration, le Ministère de l'elevage et la Commission Nationale des Concours communiquent: Un concours externe de recrutement de 16 unités au profit du ministère de l'élevage sera organisé le samedi 19 Septembre 2015 à 8 heures dans les locaux de l'ecole Normale des Instituteurs de Nouakchott (ENI) Les places à pourvoir sont reparties ainsi qu'il suit: -Un certificat médical datant de moins de 3 mois précisant l'aptitude physique du candidat -l'emploi demandé -Copies légalisées des diplômes demandés; -4 photos d'identité récentes Le concours comportera les épreuves suivantes: Les épreuves sont notées de 0 à 20, la note 0 étant éliminatoire Les candidats déclarés admissibles à l'épreuve écrite, doivent se présenter munis des pièces suivantes pour passer l'épreuve d'entretien avec le Jury : - Les originaux des diplômes demandés. Le concours est ouvert aux personnes de nationalité mauritanlenne âgés de 18 ans au moins et de 40 ans au plus à la date du concours Le registre d'inscription des candidatures sera ouvert tous les jours ouvrable de 09 heures à 17 heures dans les locaux de la Direction de la Santé animale pendant la période du lundi 17 Aout au vendredi 04 Septembre 2015 à 12 heures. Le dossier de candidature doit comprendre:. -Une demande manuscrite timbrée à 200 UM adressée au Ministre de l'elevage, précisant la spècialité sollicitée; -Un Curriculum Vitae tiré à partit du site Internet: gov.mr ; -Une copie de la CNI ; -Un casier judiciaire datant de moins de 3 mois; - Aucun candidat ne peut être déclaré définitivement admis, s'il n'a pas participé à toutes les épreuves, et obtenu une moyenne générale égale ou supérieure à 10/20. Pour tout renseignement complémentaire, s'adresser à la Direction des Ressources Humaines du Ministère de l'elevage ou à la Direction Générale de la Fonction Publique (Direction des Etudes et de la Réglementation). Un arrêté conjoint portant organisation de ce concours paraitra ultérieurement. Le secrétaire général du Ministère de la Fonction Publique, du Travail et de la Modernisation de l'administration Le secrétaire général du Ministère de l'elevage Le secrétaire général du Ministère des Relations avec le Parlement et de la Société civile Le Président de la Commission Nationale des Concours

10 ANNONCES Page 10 Minlstère de la Fonction publique, du Travail et de la Modernisation de l'administration Ministère de l'education Nationale Commission Nationale des Concours COMMUNIQUE CONJOINT Le Ministère de la Fonction Publique, du Travail et de la Modernisation de l'administration, Ministère de l'education Nationale et la Commission Nationale des Concours communiquent: Un concours de recrutement de 40 unités par voie interne et 200 unités par voie externe pour l'accès à l'ecole Normale Supérieure, au titre de la rentrée universitaire 2015/2016, sera organisé le samedi 26 et dimanche 27 Septembre à partir de 8h dans les locaux de ladite Ecole. Toute note inférieure à 5/20 dans l'une des épreuves est éliminatoire B/ Concours externe - Professeurs de Collège: 200 Le registre d'inscription des candidatures sera ouvert, tous les jours ouvrables de 09h à 14h dans les locaux de l'ecole Normale Supérieure pendant la période allant du Lundi 24 Aout au jeudi 18 Septembre 2015 Les places à pourvoir sont réparties ainsi qu'il suit: A/ Concours interne Inspecteurs Adjoints de l'enseignement Fondamental Le concours interne des Inspecteurs Adjoints est ouvert aux Instituteurs ayant une ancienneté de 10 ans après titularisation. Le dossier de candidature pour la section Inspecteurs Adjoints se compose des éléments suivants: - Une demande manuscrite timbrée à 200 ouguiyas adressée au Directeur de l'ecole Normale Supérieure précisant la spécialité sollicitée; -Un Curriculum vitae tiré sur le site - Une photocopie de l'arrêté de titularisation ou la dernière décision d'avancement précisant l'ancienneté du candidat; - une photocopie de la carte nationale d'identité biométrique - 4 photos d'identité récentes; La nature, la durée, les cœfficients et la langue des épreuves écrites sont définis selon le tableau ci-dessous: Le concours externe est ouvert aux personnes de nationalité mauritanienne âgées de 18 ans au moins et de 37 ans au plus à la date du concours. Le dossier de candidature pour le concours externe se compose des éléments suivants: - Une demande manuscrite timbrée à 100 ouguiyas adressée au directeur de l'ecole Normale Supérieure précisant la spécialité sollicitée; - Un curriculum vitae tiré à partir du site internet - Copie légalisée de l'acte de naissance; - Copie légalisée du BAC - Copie légalisée des diplômes demandés - une photocopie de la carte nationale d'idemité biométrique - 4 photos d'identité récentes; La nature, la durée, les coéfficients et la langue des épreuves écrites sont définis selon le tableau ci dessous:

11 ANNONCES Page 11 Ministère de la Fonction Publique, du Travail et de la Modernisation de l'administration Ministère de l'education Nationale Commission Nationale des Concours Le Ministère de l'education Nationale, le Ministère de la Fonction Publique, du Travail et de la Modernisation de l'administration, et la Commission Nationale des Concours communiquent : Un concours externe sera organisé pour le recrutement de 400 instituteurs pour subir la formation au niveau des ENIs de Nouakchott, d' Aioun, d' Akjoujt et de Kaédi. Ce Concours sera organisé le Samedi 10 Octobre 2015 à 8h, pour les épreuves écrites dans les centres suivants: ~ Ecole Normale d'instituteurs d'aioun > Ecole Normale des Instituteurs de Nouakchott Les places à pourvoir se répartissent comme suit: COMMUNIQUE CONJOINT ~ Ecole Normale des Instituteurs d'akjoujt ~ Ecole Normale des Instituteurs de Kaédi Le concours est ouvert aux personnes de nationalité mauritanienne titulaires du Baccalauréat de l'enseignement secondaire et âgées de 18 ans au moins et de 36 ans au plus à la date du concours. Le dossier de candidature se compose des éléments suivants: Une demande manuscrite timbrée à 100UM signée par le candidat et adressée au Directeur de l'ecole concernée Un engagement attestant que le candidat n'occupe aucun emploi public; Une copie certifiée conforme de l'acte de naissance; Quatre photos d'identité récentes Une photocopie de la carte d'identité Nationale; Une copie certifiée conforme du baccalauréat ou un relevé de notes pour les admis 2015; Le candidat doit remplir un formulaire de candidature dis ponible sur le site internet; NB: Le candidat traitera au choix l épreuve de M athématiques en Arabe ou en Français - Pour être admissible, le candidat au concours externe doit avoir participé à toutes les épreuves écrites et obtenu une moyenne supérieure ou égale à 10/20 - Les candidats admissibles aux épreuves écrites sont classés par ordre alphabétique et convoqués pour l'épreuve orale dans leurs centres (coefficient 1). Les candidats admissibles doivent être munis des pièces suivantes: Copie certifiée conforme du Certificat de Nationalité L'original du diplôme du Baccalauréat Un certificat médical datant de moins de 3 mois et attestant l'aptitude du candidat à exercer la fonction d'enseignant Un casier judiciaire datant de moins de 3 mois délivré par les autorités compétentes - A l'issue du concours, le jury établit la liste des candidats déclarés admis par ordre de mérite en fonction du nombre de places à pourvoir, ainsi que les listes complémentaires. Ces candidats peuvent être appelés à occuper les places vacantes et celles qui le deviendront dans les deux mois suivant le début des cours dans les écoles. - Le jury peut redéployer les places constatées vacantes d'une option à l'autre, comme il peut orienter les admis de l'une des ENls, pour la formation au niveau de l'autre, le cas échéant. NB.: 5% des recrutements supérieurs ou égaux à 20 unités, sont réservés aux personnes handicapées titulaires de carte «personne handicapée» et possédant les qualufcations requises. OBSERVATION: Le dossier déposé pour la candidature est irrécupérable. Pour plus d'infonnations sur ces concours, s'adresser à la Commission Nationale des Concours ou à la Direction des Examens et Concours/Ministère de l'education Nationale. Le secrétaire général du ministère du Travail et de la Modernisation de l Administration Le secrétaire général du ministère de l Education nationale Le Président de la Commission nationale des Concours -

12 «C est cela ma folie C est cela ma passion Mon unique passion Pour te mériter Ô pays!» (Notules, p. 93). Mais comment mériter ce pays, comment sonder ses mystères, accéder à son Histoire si l on ne peut même pas chanter et aimer ses femmes? Pour ce faire, Diagana fera prévaloir avec un rare talent sa volonté d exprimer son patriotisme par la seule fulgurance de l amour. Mais en même temps un amour total, tendant vers le mysticisme ne favorisant pas une femme au détriment d une autre, ne lésant pas une partie de la Mauritanie au profit d une autre, mais faire de ses poèmes un carrefour où les sentiments dialoguent, sans préjugés.. A suivre) HORIZONS N 6586 DU JEUDI 27 AOUT 2015 SP RTS Sidi - Brahim dit Dieng Page 12 Le Jeudi Littéraire 14 ème anniversaire du décès du Professeur et poète Ousmane Moussa Diagana «Les oiseaux ne laissent qu un chant éphémère ; l homme passe, mais sa renommée survit» Proverbe malgache En effet, une lecture liminaire de Notules de rêves pour une symphonie amoureuse et Cherguiya Odes à une femme du sahel ( les deux recueils poétiques du défunt poète), laisserait présager qu on a affaire à une poésie sentimentaliste voire érotique si bien que l évocation des femmes aimées dans ces poèmes, atteint ici des niveaux jamais insoupçonnés. A vrai dire, chez Ousmane Moussa ni l amour ni la femme ne sont des fins en soi, mais des moyens par lesquels le poète va à la rencontre de soi-même et de son pays. Les deux recueils dialoguent entre eux. Le premier propulsant la femme noire, la femme soninké au sommet de la beauté et de la sensualité ; le second sublimant avec incandescence le charme de la femme mauresque. Tous les deux célébrant la Mauritanie dans ses différences qui constituent sa force, son avenir et son identité. D ailleurs Dembo s est toujours demandé sur le rôle que peut jouer un poète dans la situation de son pays où les populations, le plus souvent, cohabitent sans forcément se mélanger. L amour peut- être la clé : «Si on parle tant d amour, c est parce que l amour pose problème. On ne l évoque pas pour la simple beauté du mot. Quand on aime, on voit à travers cet amour beaucoup de choses. Je parle beaucoup de la femme mais pour moi, elle est une sorte de médium. Elle médiatise à la fois, le pays, le monde, le rapport complexe entre l homme et la femme, etc. Pour moi, cet amour est total. Dans le contexte de la Mauritanie, l amour est vécu de façon très douloureuse. Un amour difficile à vivre, et même à assumer, au regard des communautés qui vivent ensemble d une manière très complexe.» Cette situation hante le poète, son propre pays devient une énigme, des questions obsédantes se bousculent alors dans sa tête : Dites-moi comment est ce peuple de mon pays dont on me dit qu il existe quelque part et que je n ai jamais rencontré. Dites-moi comment sont ces peuples de mon pays dont on me dit qu ils ont disparu et qui sont sans traces. Dites-moi qui sont ces peuples de mon pays avec lesquels je vis et dont je ne sais rien ( ) Dites-moi comment aimer dans cet étrange pays, comment dans cet étrange pays aimer. (Notules p.108) Enfin, peu importent les réponses qu on pourrait lui apporter. Car chaque réponse redevient une nouvelle question, le pays ne s offrant pas facilement. C est un don rare, siège des faits immémoriaux, havre de discrétion. Le poète n a plus qu une envie : mériter, aimer ce pays et se faire aimer par cette «perle», qui est le croisement entre «l eau et le grain du sable», c est-à-dire les populations du Sud au bord du Fleuve et celles du Nord au contact des dunes. Concrétiser cette rencontre est la seule chose qui puisse intéresser le poète : Deuxième journée des éliminatoires de la CAN 2017 L entraineur des Mourabitounes dévoile sa liste En prélude au match Mourabitounes Afrique du Sud comptant pour la deuxième journée des phases éliminatoires de la Coupe d Afrique des Nations 2017, l entraineur des Mourabitounes le Français, Corentin Martins, a rendu publique mardi, la liste des joueurs retenus pour faire face aux Sud-Africains, le samedi 5 septembre à l Office du Complexe Olympique de Nouakchott. C est au cours d une conférence de presse tenue dans l amphithéâtre de la Fédération de Football de Mauritanie (FFRIM) que M. Corentins Martins a rendu publics les noms des 25 joueurs qui auront à défendre nos couleurs face aux Sud-Africains, le samedi 5 septembre Pour cette épreuve, les Mourabitounes seront amputés des services de leur gardien, Souleimane Diallo mais ils bénéficieront de l apport de l intrépide Aly Abiedy qui revient d une blessure mais de l appui de Bababcar Touré en qualité de gardien de but et de Ousmane Samba en défense. Le fidèle public sportif nouakchottois ne rate pas l occasion de venir pousser les Mourabittounes et faire la fête autour d eux. Voici la liste des 25 joueurs convoqués: GARDIENS DE BUT 1- MOHAMED SALAHDINE SA- LECK 2- MOHAMED YAHYA MOHA- MED ABDELLAHI 3- BABACAR TOURE DEFENSEURS 4- OUSMANE SAMBA 5- DIAW MOUSTAPHA 6- MOHAMED WADE 7- ALI ABEID 8- ABOU SY 9- OUMAR N DIAYE 10- ABDOUL BA MILIEUX DE TERRAIN 11- DIALLO GUIDILEYE 12- KHASSA CAMARA 13- BAKHAYOKO MOUSSA 14- TAGHIHOULLAH DENNE 15- YALI MOHAMED DENNA 16- EL ID EL HACEN 17- SAMBA MOUSSA 18- GUEYE ABDALAYE ATTAQUANTS 19- ISMAEL DIAKITE 20- NIASS AMADOU 21- KHALIL MOULAYE AHMED 22- CHEGRANE TAHMANE AB- DELLAHI 23- ADAMA BA 24- SAMBA EL VOULANY ELY CHEIKH 25- BAGUILI BOUBACAR Sidy-Brahim Afrobasket 2015 Mali-Tunisie et Egypte-Angola en quarts La Tunisie, hôte du Championnat d Afrique de basketball (Afrobasket 2015), défiera un Mali qui a dominé la Côte d Ivoire en 8es de finale, ce 25 août à Radès. Les Tunisiens, eux, ont lutté pour battre les Marocains a.p. L Angola, tenant du titre, retrouvera l Egypte en quarts de finale, le 27 août. Les Angolais ont battu les Centrafricains 62-61, tandis que les Egyptiens ont écrasé le Zimbabwe. Un naufrage. C est quasiment ce qu a vécu l équipe de Côte d Ivoire de basket-ball, ce 25 août 2015 en Tunisie, en huitièmes de finale du Championnat d Afrique (Afrobasket). Les Ivoiriens, privés de nombreux joueurs durant cet Afrobasket 2015 et auteurs d une préparation catastrophique, ont été dominés par l équipe du Mali. Un score plutôt flatteur pour les Eléphants. Car à la pause, les Maliens menaient de 28 points (44-16) et pouvaient ainsi se projeter sur Côte d Ivoire, il faut le reconnaître, a déclaré l entraîneur du Mali, Sylvain Lautié. Mais la Côte d Ivoire est une bonne nation du basket africain. Donc on est heureux d être qualifiés». Au prochain tour, les Maliens défieront la Tunisie, hôte du tournoi et favorite de cet Afrobasket Malgré le soutien de leur public, les joueurs tunisiens ont terriblement souffert pour écarter après prolongation (69-68) une vaillante équipe marocaine. L arrière Mourad El Mabrouk a inscrit un panier à 3 points décisif à 2 secondes du coup de sifflet final. De son côté, le pivot Salah Mejri, si brillant depuis une semaine, aura été en retrait face aux Lions de l Atlas. Mais son contre sur un tir adverse à 5 secondes de la fin du temps réglementaire a épargné une terrible désillusion à la sélection tunisienne. «Peut-être que dans nos têtes, on les a sous-estimés, a réagi Adel Tlatli, basket n'est pas une science exacte». L Angola a eu chaud Le deuxième quart de finale de cet Afrobasket 2015 opposera les équipes d Angola et d Egypte, le 27 août. Les Angolais, qui ont remporté onze des treize dernières éditions, ont eux aussi failli quitter prématurément le tournoi, et ce pour la première fois depuis Les Palancas Negras ont en effet péniblement battu la Centrafrique Vaincus la veille sur le fil par le Sénégal, les partenaires de Yannick Moreira ont écarté les Centrafricains grâce à un panier marqué par le pivot à 4 secondes de la fin du match. Un scénario cruel pour des Fauves du Bas-Oubangui, plus adroits en attaque que depuis le début du tournoi mais dominés dans le jeu intérieur. La sélection angolaise, décevante depuis le début de l Afrobasket 2015, devra nettement élever son niveau de jeu face à l Egypte. Les Egyptiens ont écrasé le Zimbabwe

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

(Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012)

(Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012) Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX (Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012) Missions Les rédacteurs territoriaux constituent un cadre d'emplois

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 22 AVRIL 2009 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE A DIFFUSÉ LE

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

ATTACHES METIER : INGENIEUR INDUSTRIEL, OPTION ELECTRICITE, MECANIQUE, ELECTROMECANIQUE, ELECTRONIQUE ET TELECOMMUNICATIONS (M/F)

ATTACHES METIER : INGENIEUR INDUSTRIEL, OPTION ELECTRICITE, MECANIQUE, ELECTROMECANIQUE, ELECTRONIQUE ET TELECOMMUNICATIONS (M/F) ATTACHES METIER : INGENIEUR INDUSTRIEL, OPTION ELECTRICITE, MECANIQUE, ELECTROMECANIQUE, ELECTRONIQUE ET TELECOMMUNICATIONS (M/F) MINISTERES ET CERTAINS ORGANISMES D INTERET PUBLIC DE LA REGION WALLONNE

Plus en détail

Master Economie de la santé et développement international

Master Economie de la santé et développement international Master Economie de la santé et développement international BAC+5 Domaine : Droit, Economie, Gestion Mention : Analyse économique et développement international Organisation : Ecole d'economie Lieu de formation

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale Filière Catégorie Administrative B Concours Rédacteur Principal 2 ème classe Mise à jour : juillet 2014 SOMMAIRE L'EMPLOI La fonction... 2 La rémunération... 2 LES CONDITIONS

Plus en détail

B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t. T r i b u n a l a d m i n i s t r a t i v f e d e r a l

B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t. T r i b u n a l a d m i n i s t r a t i v f e d e r a l B u n d e s g e r i c h t B u n d e s s t r a f g e r i c h t B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t B u n d e s p a t e n t g e r i c h t T r i b u n a l f é d é r a l T r i b u n a l p é n a

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Centre Régional Africain d Administration du Travail (CRADAT) BP 1055 Yaoundé Tél. 22.23.32.04 Fax. 22.22.21.80 E-mail. : cradat@ilo.

Centre Régional Africain d Administration du Travail (CRADAT) BP 1055 Yaoundé Tél. 22.23.32.04 Fax. 22.22.21.80 E-mail. : cradat@ilo. Centre Régional Africain d Administration du Travail (CRADAT) BP 1055 Yaoundé Tél. 22.23.32.04 Fax. 22.22.21.80 E-mail. : cradat@ilo.org I- PRESENTATION DU CRADAT A- Création - Siège Le Centre Régional

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE UNITED NATIONS NATIONS UNIES Réf : HRSS/15/09/1366 AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE P-3 Assistant spécial du Directeur de la Division de l administration Classe du poste Titre fonctionnel Commission

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL

CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL CENTRE DE GESTION DU JURA 5 avenue de la République BP 86 39303 CHAMPAGNOLE CEDEX Tél : 03 84 53 06 39 Fax : 03

Plus en détail

Section des bourses. Sommaire. Informations générales à propos des aides à la formation. Etat au 27 mai 2015. Seules les bases légales font foi

Section des bourses. Sommaire. Informations générales à propos des aides à la formation. Etat au 27 mai 2015. Seules les bases légales font foi Section des bourses Sommaire Informations générales à propos des aides à la formation Etat au 27 mai 2015 BOURSE, PRÊT D'ÉTUDES ET CONTRIBUTION CANTONALE AUX FRAIS DE FORMATION...3 CONDITIONS REQUISES

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe

CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe Mise à jour : 16 janvier 2015 PRÉSENTATION DU CADRE D EMPLOIS ET PRINCIPALES FONCTIONS

Plus en détail

-15/0396 10AOU LE MINISTRE DE L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

-15/0396 10AOU LE MINISTRE DE L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN P AIX- TRA VAIL-PATRIE -15/0396 10AOU ARRETE N /A/MINESUP DU 2015 portant ouverture du concours d'entrée en 1ère année du 2 nd cycle de l'ecole Normale Supérieure de l'université

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Commerce De la Wilaya de N / DCW/ SAM/ PERS/ 23 République Algérienne Démocratique et Populaire le : La la wilaya de lance l ouverture des concours de recrutement dans les grades

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT

COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT NOVEMBRE 2013 2 Le mot de la direction Lorsque nous avons fondé NEXEO, nous avions déjà une expérience significative du métier de la prestation intellectuelle

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AVIS DE RECRUTEMENT: CHEF DE BUREAU RÉGIONAL, RÉSEAU AFRICAIN D EXPERTISE EN BIOSÉCURITÉ (ABNE) NO.VA/NPCA/22 L Union Africaine (UA), créée en tant qu

Plus en détail

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun.

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. 14 ème SOMMET DE LA FRANCOPHONIE Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. (Kinshasa, 12-14 octobre 2012) Point 7 à l ordre du jour sur le thème : «L Afrique dans la francophonie

Plus en détail

Règlement du concours de lutte contre les discriminations. «Discriminant Discriminé : et toi tu es quoi?»

Règlement du concours de lutte contre les discriminations. «Discriminant Discriminé : et toi tu es quoi?» Règlement du concours de lutte contre les discriminations «Discriminant Discriminé : et toi tu es quoi?» La Préfecture de région, le Rectorat de l Académie de Besançon et le Conseil Régional de Franche-

Plus en détail

DevHopons plus que des relations

DevHopons plus que des relations DevHopons plus que des relations TOGO : LES NOUVELLES OFFRES D EMPLOI 21/05/2013 01 ASSISTANT ADMINISTRATIF ET DES RESSOURCES HUMAINES. ATTRIBUTIONS : Placé sous l'autorité hiérarchique du Directeur des

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DE CONCOURS ET DE VACANCE D EMPLOIS MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE Avis relatif au calendrier prévisionnel complémentaire des recrutements pour 2006 (fonction publique de

Plus en détail

S T A T U T S (Association loi 1901)

S T A T U T S (Association loi 1901) CERCLE DAMIEN KONDOLO (La Fraternelle de la République Démocratique du Congo en Europe) S T A T U T S (Association loi 1901) Nous, membres de diverses institutions philanthropiques, réunis en Assemblée

Plus en détail

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE LICENCE GÉOGRAPHIE Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE Présentation Etablissement Objectifs Offrir aux étudiants des

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION DE L'AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE

CONVENTION PORTANT CREATION DE L'AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE CONVENTION PORTANT CREATION DE L'AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE 1,._.1... _._~--~------ / Les Etats Africains Sahélo- sahariens soussignés, Burkina Faso; La République de Djibouti; L'Etat

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché

Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché IP/03/1022 Bruxelles, le 16 juillet 2003 Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché Aujourd'hui la

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Éducation nationale NOR : MENE1007267A ARRÊTÉ du Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de générale et technologique Le Ministre

Plus en détail

Décret régulant le nombre d'étudiants dans certains cursus de premier cycle de l'enseignement supérieur D. 16-06-2006 M.B.

Décret régulant le nombre d'étudiants dans certains cursus de premier cycle de l'enseignement supérieur D. 16-06-2006 M.B. Lois 30746 p.1 Décret régulant le nombre d'étudiants dans certains cursus de premier cycle de l'enseignement supérieur D. 16-06-2006 M.B. 06-07-2006 modifications : D. 25-05-07 (M.B. 01-06-07) D. 09-05-08

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution Introduction Les questions religieuses connaissent un regain d intérêt dans les espaces publics de nos pays. Au Niger, elles sont devenues préoccupantes en raison des évènements récents qui ont marqué

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972

Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972 Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972 DECRET N 2005-1315 du 21.10.2005 (EXTRAIT) ENTREE EN VIGUEUR : 1ER JANVIER 2006 Décret n 72-678 du 20 juillet 1972 fixant les conditions d application

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

DECRET N 2000-05/PM/MCAT PORTANT REGLEMENTATION DES AGENCES ET BUREAUX DE VOYAGES.

DECRET N 2000-05/PM/MCAT PORTANT REGLEMENTATION DES AGENCES ET BUREAUX DE VOYAGES. DECRET N 2000-05/PM/MCAT PORTANT REGLEMENTATION DES AGENCES ET BUREAUX DE VOYAGES. LE PREMIER MINISTRE, Sur Rapport du Ministre du Commerce, de L'Artisanat et du Tourisme VU La constitution du 20 Juillet

Plus en détail

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS ACDIC Aujourd hui & demain A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS D. QUATRE THEMES D ACTIONS PRIORITAIRES E. NOS AMBITIONS

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

ORGANISANT L IMMIGRATION PROFESSIONNELLE

ORGANISANT L IMMIGRATION PROFESSIONNELLE ( LES MESURES ORGANISANT L IMMIGRATION PROFESSIONNELLE Pour répondre aux besoins de recrutement de certains secteurs économiques, la France a souhaité mieux organiser l immigration professionnelle et faciliter

Plus en détail

Règlement de la consultation

Règlement de la consultation PREFECTURE DE VAUCLUSE DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE DE VAUCLUSE SERVICE LOGEMENT SOCIAL 84905 AVIGNON CEDEX 9 PROCEDURE ADAPTEE en application de l article 28 du code des marchés publics

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

SERVICE NAVIGATION NORD PAS-DE-CALAIS

SERVICE NAVIGATION NORD PAS-DE-CALAIS MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Centre Interrégional de Formation Professionnelle d'arras SERVICE NAVIGATION NORD PAS-DE-CALAIS AVIS DE

Plus en détail

Chapitre Ier : Qualifications.

Chapitre Ier : Qualifications. G / Vte fds comm forma Décret n 98-246 du 2 avril 1998 relatif à la qualification professionnelle exigée pour l'exercice des activités prévues à l'article 16 de la loi n 96-603 du 5 juillet 1996 relative

Plus en détail

CONCOURS EUROPEEN D EDUCATION ROUTIERE FIA REGLEMENT 2015

CONCOURS EUROPEEN D EDUCATION ROUTIERE FIA REGLEMENT 2015 CONCOURS EUROPEEN D EDUCATION ROUTIERE FIA REGLEMENT 2015 3-6 Septembre 2015 Vienne, Autriche 1. Objectifs et but du Concours Les dispositions juridiques et techniques touchant à la circulation routière,

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

de l'organisation Nations Unies

de l'organisation Nations Unies TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 830 Affaire No 929 : ANIH des Contre : Le Secrétaire général de l'organisation Nations Unies LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES, Composé comme suit : M. Samar

Plus en détail

Adjoint technique Territorial Principal de 2ème classe des établissements d enseignement

Adjoint technique Territorial Principal de 2ème classe des établissements d enseignement Filière Technique Edition Août 2012 Adjoint technique Territorial Principal de 2ème classe des établissements d enseignement Catégorie C Services concours Centres de Gestion Languedoc- Roussillon www.cdg-lr.fr

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

413.323.1. du 23 février 2004. Le Département de l'economie,

413.323.1. du 23 février 2004. Le Département de l'economie, Règlement concernant l organisation et la formation à l'ecole supérieure jurassienne d'informatique de gestion (ESIG) (Version en vigueur jusqu'au 31 août 2012) du 23 février 2004 Le Département de l'economie,

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

UNIVERSITE DES COMORES LA REFORME UNIVERSITAIRE A L UNIVERSITE DES COMORES MISE EN ŒUVRE DU LMD

UNIVERSITE DES COMORES LA REFORME UNIVERSITAIRE A L UNIVERSITE DES COMORES MISE EN ŒUVRE DU LMD UNIVERSITE DES COMORES LA REFORME UNIVERSITAIRE A L UNIVERSITE DES COMORES MISE EN ŒUVRE DU LMD Par KAMALIDDINE AFRAITANE Doyen de la Faculté des Sciences et Techniques HISTORIQUE Mise en place du Comité

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

ACCRÉDITATION DES CENTRES PRIVÉS ET DES PROGRAMMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN HAÏTI. Formulaire de demande d une autorisation de fonctionnement

ACCRÉDITATION DES CENTRES PRIVÉS ET DES PROGRAMMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN HAÏTI. Formulaire de demande d une autorisation de fonctionnement ACCRÉDITATION DES CENTRES PRIVÉS ET DES PROGRAMMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN HAÏTI Formulaire de demande d une autorisation de fonctionnement Juin 2011 Projet d accompagnement de l INFP dans la révision,

Plus en détail

IFAP ROCKEFELLER 4 avenue Rockefeller 69373 LYON CEDEX 08

IFAP ROCKEFELLER 4 avenue Rockefeller 69373 LYON CEDEX 08 IFAP ROCKEFELLER 4 avenue Rockefeller 69373 LYON CEDEX 08 En réponse à votre demande, vous trouverez les renseignements relatifs au concours et à la formation d'auxiliaires de puériculture. Cordialement.

Plus en détail

Les badges de chantier*

Les badges de chantier* Fabienne Muller Université de Strasbourg - Octobre 2013 Les badges de chantier* * Travail réalisé à partir de l'exploitation des questionnaires envoyés aux partenaires concernés par les dispositifs, éventuellement

Plus en détail

Arrêté du 23 août 1971 relatif au brevet d'aptitude à la formation des moniteurs d'enseignement de la conduite des véhicules terrestres à moteur

Arrêté du 23 août 1971 relatif au brevet d'aptitude à la formation des moniteurs d'enseignement de la conduite des véhicules terrestres à moteur Arrêté du 23 août 1971 relatif au brevet d'aptitude à la formation des moniteurs d'enseignement de la conduite des véhicules terrestres à moteur Le ministre de l'intérieur et le ministre de l'équipement

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking»

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Cadre général : 24-25 avril 2012, Hôtel NOVOTEL -Tunis Depuis le rapport du Club de Rome sur les limites de la croissance en 1972, l opinion publique

Plus en détail

Vous nous indiquez que les médecins se voient proposer des événements à médicl:iliser et, dans ce cadre :

Vous nous indiquez que les médecins se voient proposer des événements à médicl:iliser et, dans ce cadre : Urssaf de Paris-région parisienne \\_. U R S S A F DE PARIS REGION PARISIENNE Docteur Notre référence : DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES TEL: 01.56 93 67 24 446/06 PRIMB Montreuil, le 0 7 JUIN 2006 Docteur,

Plus en détail