Étude des échanges air-mer en Méditerranée Occidentale avec les prévisions du modèle AROME-WMED pendant la campagne HyMeX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude des échanges air-mer en Méditerranée Occidentale avec les prévisions du modèle AROME-WMED pendant la campagne HyMeX"

Transcription

1 Thèse Météo France DGA 2012/2015 Modélisation couplée océan-atmosphère pour l'étude des événements météorologiques intenses en Méditerranée Étude des échanges air-mer en Méditerranée Occidentale avec les prévisions du modèle AROME-WMED pendant la campagne HyMeX Romain Rainaud Directeur de Thèse : Dr Véronique Ducrocq Co-Directeur de Thèse : Dr Hervé Giordani Encadrement : Dr Cindy Lebeaupin-Brossier Séminaire MIO 11 Octobre

2 Les côtes méditerranéennes : théâtre d événements météorologiques intenses LA MEDITERRANEE OCCIDENTALE Gènes Marseille Nice Rome Barcelone Naples Valence Palerme Alger Oran Tunis Zone sensible au changement climatique Giorgi et al., 2006 Zone soumise aux événements météorologiques intenses : Fortes pluies : inondations Vent violents Zone urbanisée => risques pour la population 2

3 Les côtes méditerranéennes : théâtre d événements météorologiques intenses Précipitations intenses Précipitations intenses et crues dans l'aude Novembre 1999 : 533 millions d'euros de dégâts 36 victimes Ducrocq et al., 2003 Rafales de vent: 140km/h Cumul : 551mm en 24 heures à Lézignan-Corbières Surcote : 1 mètre à Port-Vendres 3

4 Les côtes méditerranéennes : théâtre d événements météorologiques intenses Précipitations intenses Précipitations intenses et crues dans l'aude Novembre 1999 : 533 millions d'euros de dégâts 36 victimes Ducrocq et al., 2003 Rafales de vent: 140km/h Cumul : 551mm en 24 heures à Lézignan-Corbières Surcote : 1 mètre à Port-Vendres J 20% 60% Mer méditerranée apporte jusqu'à 60% de l'humidité alimentant ces événements J-4 (Duffourg et Ducrocq, 2011) J-3 J-4 20% 3

5 Les côtes méditerranéennes : théâtre d événements météorologiques intenses Cyclogénèses, vents violents, tornades Vent violent Octobre 2012 Mistral : 154 km/h enregistrés au Mont Aigoual Dégâts : N. Bonaparte échoué dans le port de Marseille Tornade 14 Octobre 2012 Zone traversée : Plan de Campagne, Septèmes, Cabriès, Les Pennes Mirabeau Dégâts : Arbres déracinés, toitures endommagées... 4

6 Les côtes méditerranéennes : théâtre d événements météorologiques intenses Cyclogénèses, vents violents, tornades Vent violent Octobre 2012 Mistral : 154 km/h enregistrés au Mont Aigoual Dégâts : N. Bonaparte échoué dans le port de Marseille Tornade 14 Octobre 2012 Zone traversée : Plan de Campagne, Septèmes, Cabriès, Les Pennes Mirabeau Dégâts : Arbres déracinés, toitures endommagées... mistral tramontane eau atlantique eau dense convection Réponses océaniques intenses : convection océanique profonde et formation d'eau dense (hiver) 4

7 Les côtes méditerranéennes : théâtre d événements météorologiques intenses Gènes Marseille Nice Rome Barcelone Naples Valence Palerme Alger Oran Tunis 5

8 Les côtes méditerranéennes : théâtre d événements météorologiques intenses é t i l i b i s i v n é e r p t n a l e r m e r m o s i a l e t l é o e n m t a p s t d m n o e é t c i m s n e s e n e é x c A v u é é O e N i s s m e e c t g n n e a a d n h e c r é p Gènes Marseille Nice Rome Barcelone Naples Valence Palerme Alger Oran Tunis 5

9 Interactions air-mer Les interactions air-mer ont un rôle important sur les événements météorologiques intenses (Lebeaupin and Drobinski, 2009; Small et al. 2011; Pullen et al. 2006, 2007 ) Les flux turbulents Stress du vent U : vent à 10 m Flux de chaleur sensible Flux de chaleur latente SST : température de surface Ta : température de l'air q : humidité spécifique CD, CT, CE : coefficients d'échange Océan et Atmosphère : un système couplé! 6

10 Le projet HyMeX (Hydrological cycle in the Mediterranean Experiment) Projet international du méta-programme MISTRALS (INSU) Étudier le cycle de l eau en Méditerranée Identifier les mécanismes conduisant aux événements météorologiques intenses 2 périodes d observations spéciales (SOP) : SOP1 : 5 Septembre Novembre 2012 (pluies intenses) SOP2 : 1 Février Mars 2013 (eaux denses) Déroulement SOP1 : Prévisions des conditions atmosphériques (ex : modèle AROME-WMED) Bateau (Marfret-Niolon) Décision d une période d intenses observations (IOP) avec déploiement de moyens de mesure variés Avion (SAFIRE) Marisondes Bouées ancrées 7

11 Objectifs de l'étude Meilleure prise en compte des interactions air-mer pour mieux représenter la prévisibilité des événements de pluies intenses (outil : modèle de prévisions atmosphériques AROME-WMED) Évaluer les prévisions journalières d'arome-wmed sur mer Étudier les échanges air-mer (un des carburants des événements de pluies intenses) 8

12 Plan 1) Modèle / Observations 2) Validation des prévisions AROME-WMED 3) Sources d'erreurs du modèle 4) Étude des échanges air-mer pendant la SOP1 5) Discussion / Conclusion / Perspectives 9

13 Modèle / Observations Modèle atmosphérique AROME-WMED : Domaine AROME -WMED + transect du Marfret-Niolon (en rouge) Version d'arome-france pour HyMeX avec un domaine océanique plus large Fine résolution donc convection atmosphérique profonde représentée Golfe du Lion 48 h de prévision à partir de l analyse à 00 UTC (validation des prévisions sur 24 h) Flux air-mer calculés avec la paramétrisation ECUME (Belamari, 2005) Analyse de SST à 00UTC par interpolation optimale des observations (bouées, bateaux) + rappel vers le produit SST OSTIA, constante pendant la prévision Mesures bouées ancrées, marisondes et bateau : 2 bouées (Azur et GoL) + 4 marisondes + Marfret-Niolon Mesures horaires météos+surface (SST) Localisation des bouées et trajet des marisondes Marisondes Bouées ancrées Marfret-Niolon 10

14 Validation des prévisions AROME-WMED SOP1 Biais (%biais) T2m Hu2m FF MSLP SST Azur 0,3 C (1,3%) 5 % (6,6%) 1 m/s (16,3%) -0,1 hpa (-0,01 %) -0,13 C (-0,6%) GoL 0,3 C (2,0%) 6 % (8,9%) 0,8 m/s (9,5%) 0,1 hpa (0,01%) 0,29 C (1,5%) Marisondes (biais moyens 4 marisondes) 0,1 C (0,2%) No Data -0,1 m/s (0,01%) -0,7 hpa (-0,1%) 0,06 C (0,3%) Marfret-Niolon -0,2 C (-0,7%) 2 % (3,2%) 0,2 m/s (4,1%) 0,3 hpa (0,03%) 0,05 C (0,2%) Température à 2m Vitesse vent à 10m Pression au niveau de la mer Faibles biais entre les prévisions et les mesures Surestimations plus importantes de FF et Hu2m Bonne représentation de T2m sauf pour les valeurs inférieures à 12 C 11

15 Validation des prévisions journalières AROME-WMED Cycles diurnes moyens sur toute la SOP1 Température à 2m Vitesse vent à 10m Pression au niveau de la mer Température de surface Pas de refroidissement nocturne (T2m) Surestimation plus importante la nuit (FF) Décalage de 3h sur le cycle semi-diurne (MSLP) Pas de cycle diurne (SST) Surestimation constante pendant la journée (Hu2m) 12

16 Validation des prévisions journalières AROME-WMED Détermination des événements de flux intenses et extrêmes Flux de chaleur sensible Distributions des valeurs des flux de chaleur latente (LHF), sensible (SHF) et du stress du vent (τ) prévus par AROME-WMED aux bouées Détermination des queues de distributions Flux extrême : flux inférieur au seuil Q1 Flux intense : flux inférieur au seuil Q5 Q1 (GoL) Q5 (GoL) Extraction des dates des événements extrêmes (EE) et intenses (IE) : recherche des dépassements de seuils des flux dans les prévisions Flux de chaleur latente Q1 (GoL) Q5 (GoL) 13

17 Validation des prévisions journalières AROME-WMED Détermination des événements de flux intenses et extrêmes Flux de chaleur sensible Distributions des valeurs des flux de chaleur latente (LHF), sensible (SHF) et du stress du vent (τ) prévus par AROME-WMED aux bouées Détermination des queues de distributions Flux extrême : flux inférieur au seuil Q1 Flux intense : flux inférieur au seuil Q5 Q1 (GoL) Q5 (GoL) Extraction des dates des événements extrêmes (EE) et intenses (IE) : recherche des dépassements de seuils des flux dans les prévisions Flux de chaleur latente Q1 (GoL) N.B. : Valeur de flux négative correspond à une perte de chaleur pour l océan, i.e. un gain de chaleur pour l atmosphère Q5 (GoL) 13

18 Validation des prévisions journalières AROME-WMED Détermination des événements de flux intenses et extrêmes Flux de chaleur sensible Distributions des valeurs des flux de chaleur latente (LHF), sensible (SHF) et du stress du vent (τ) prévus par AROME-WMED aux bouées Détermination des queues de distributions Flux extrême : flux inférieur au seuil Q1 Q1 Flux intense : flux inférieur au seuil Q5 (GoL) Q5 (GoL) Extraction des dates des événements extrêmes (EE) et intenses (IE) : recherche des dépassements de seuils des flux dans les prévisions 25-31/10/2012 Flux de chaleur latente Q1 (GoL) N.B. : Valeur de flux négative correspond à une perte de chaleur pour l océan, i.e. un gain de chaleur pour l atmosphère Q5 (GoL) 13

19 Validation des prévisions journalières AROME-WMED Événement Extrême (25-31 Octobre) 14

20 Validation des prévisions journalières AROME-WMED Événement Extrême (25-31 Octobre) Précipitations intenses (IOP16c) Précipitations 14

21 Validation des prévisions journalières AROME-WMED Événement Extrême (25-31 Octobre) Vent fort froid et sec (IOP16b) Précipitations intenses (IOP16c) Vent fort chaud et humide Précipitations 14

22 Validation des prévisions journalières AROME-WMED Événement Extrême (25-31 Octobre) À GoL Flux de chaleur sensible Flux de chaleur latente Stress du vent Du 27 au 29 Octobre : Pic extrême de SHF : -900 W/m² Pic extrême de LHF : W/m² Pic extrême de τ : 2,2 N/m² 15

23 Validation des prévisions journalières AROME-WMED Événement Extrême (25-31 Octobre) *** Bouées --- AROME-WMED Vitesse vent à 10m Maximum de FF (26 m/s) Faible surestimation des prévisions À GoL Direction vent à 10m Changement de direction du vent 16

24 Validation des prévisions journalières AROME-WMED Événement Extrême (25-31 Octobre) *** Bouées --- AROME-WMED Vitesse vent à 10m Maximum de FF (26 m/s) Faible surestimation des prévisions À GoL Direction vent à 10m Pression au niveau de la mer Diminution de MSLP (20hPa) Changement de direction du vent 16

25 Validation des prévisions journalières AROME-WMED Événement Extrême (25-31 Octobre) *** Bouées --- AROME-WMED Maximum de FF (26 m/s) Faible surestimation des prévisions Vitesse vent à 10m À GoL Direction vent à 10m Pression au niveau de la mer Diminution de MSLP (20hPa) Changement de direction du vent Température à 2m Chute de T2m (10 C) Surestimation des prévisions Température de surface Chute de 4,5 C 4 C d écart 16

26 Validation des prévisions journalières AROME-WMED Événement Extrême (25-31 Octobre) *** Bouées --- AROME-WMED Maximum de FF (26 m/s) Faible surestimation des prévisions Vitesse vent à 10m À GoL Direction vent à 10m Pression au niveau de la mer Diminution de MSLP (20hPa) Changement de direction du vent Température à 2m Chute de T2m (10 C) Surestimation des prévisions Température de surface Chute de 4,5 C 4 C d écart Humidité relative à 2m Surestimation des prévisions Sous-estimation des prévisions 16

27 Validation des prévisions journalières AROME-WMED Résumé Biais faibles malgré des surestimations généralement < 10 % Surestimations plus importantes pendant la nuit Surestimations plus importantes pendant les événements de flux extrêmes Vers : Sources d erreurs des prévisions On s'intéresse à la représentation de l'interface air-mer 17

28 Sources d erreurs des prévisions 1. Champs de SST analysés SST constante pendant la prévision donc non prise en compte des évolutions rapides Analyses de SST ne représentent pas les structures de méso-échelle Impact attendu sur les valeurs des flux air-mer 18

29 Sources d'erreurs des prévisions 1. Champs de SST analysés 24 Modèle océanique NEMO-WMED36 Simulation C. Lebeaupin Brossier (28/10/2012) Flux prévus par AROME-WMED Analyse AROME-WMED 28/10/2012

30 Sources d'erreurs des prévisions 2. Paramétrisation ECUME Calcul des flux offline, forcé par les prévision AROME-WMED, avec 3 paramétrisations : Louis (1979), COARE3 (Fairall et al., 2003), ECUME (Belamari, 2005) Flux de chaleur sensible Flux de chaleur latente Différences importantes entre les paramétrisations des flux pendant les événements de vents forts Valeurs de SHF semblent trop fortes avec ECUME quand FF > 20 m/s Valeurs de LHF semblent trop fortes avec Louis (1979) quand FF > 20 m/s (cf Thèse C. Lebeaupin Brossier, 2007) Rapport de Bowen trop grand avec ECUME quand FF>20 m/s Stress du vent Rapport de Bowen Impact attendu sur les paramètres météorologiques en basse couches atmosphériques 20

31 Sources d'erreurs des prévisions Résumé Champs de SST stationnaires Pas de structures de méso-échelle SHF(ECUME) trop fort quand FF > 20 m/s Vers : Échanges air-mer Étude des mécanismes à l'interface O/A pendant IOPs Localisation des zones principales d'intenses échanges air-mer pendant la SOP1 Rôle des zones d'échanges air-mer intenses pendant les IOPs 21

32 Échanges air-mer SOP1 SHF moyen pendant la LHF moyen pendant la zones de flux intenses : Côtes Françaises (1) Mer Ligure (2) Zone Baléares (3) Mer Tyrrhénienne (4) 22

33 Échanges air-mer IOP 8 (27-29 Septembre, pluies intenses, Espagne) Vent Vent Flux max Pluie Flux max Pluie 23

34 Échanges air-mer IOP 16bc (27-29 Octobre, vent fort Golfe du Lion, pluie intense, Italie) Vent Vent Flux max Flux max Pluie Pluie 24

35 Discussion/Résumé Bonne qualité des prévisions des paramètres météos en mer faites par AROME-WMED durant la SOP1 : Écarts plus importants pendant la nuit et les évènements de flux intenses et extrêmes Mauvaise représentation des basses températures (inférieures à 12 C, max ΔT2m = 4 C) Publication en cours de rédaction: Rainaud R., Lebeaupin Brossier C., Ducrocq V., Giordani H., Nuret M., Bresson E., Fourrié N., Bouin M.N.. : Intense air-sea exchanges over the Western Mediterranean Sea during the HyMeX campaign from the AROME-WMED forecasts and analysis 25

36 Discussion/Résumé Bonne qualité des prévisions des paramètres météos en mer faites par AROME-WMED durant la SOP1 : Écarts plus importants pendant la nuit et les événements de flux intenses et extrêmes Mauvaise représentation des basses températures (inférieures à 12 C, max ΔT2m = 4 C) Deux sources d'erreurs principales mises en évidence : Absence de structures de méso-échelle dans les champs de SST analysés et SST stationnaire pendant la prévision Paramétrisation des flux ECUME donnant des flux de chaleur sensible trop forts quand FF > 20 m/s Pas de mesures des flux directes en vent fort pendant la SOP1 Comparaison aux SST satellites problématique dans les situations nuageuses Vers une version ECUME2 pour corriger SHF Publication en cours de rédaction: Rainaud R., Lebeaupin Brossier C., Ducrocq V., Giordani H., Nuret M., Bresson E., Fourrié N., Bouin M.N.. : Intense air-sea exchanges over the Western Mediterranean Sea during the HyMeX campaign from the AROME-WMED forecasts and analysis 25

37 Discussion/Résumé Bonne qualité des prévisions des paramètres météos en mer faites par AROME-WMED durant la SOP1 : Écarts plus importants pendant la nuit et les événements de flux intenses et extrêmes Mauvaise représentation des basses températures (inférieures à 12 C, max ΔT2m = 4 C) Deux sources d'erreurs principales mises en évidence : Absence de structures de méso-échelle dans les champs de SST analysés et SST stationnaire pendant la prévision Paramétrisation des flux ECUME donnant des flux de chaleur sensible trop forts quand FF > 20 m/s Pas de mesures des flux directes en vent fort pendant la SOP1 Comparaison aux SST satellites problématique dans les situations nuageuses Vers une version ECUME2 pour corriger SHF Étude des interactions air-mer : Identification des zones d'échanges de chaleur intense pendant la SOP1 : Zone Baléares, Mer Tyrrhénienne, Mer Ligure, Côtes Françaises Différents comportements des échanges air-mer pendant les IOPs Pas de prise en compte de la réponse océanique aux flux, affectant les échanges de chaleur Publication en cours de rédaction: Rainaud R., Lebeaupin Brossier C., Ducrocq V., Giordani H., Nuret M., Bresson E., Fourrié N., Bouin M.N.. : Intense air-sea exchanges over the Western Mediterranean Sea during the HyMeX campaign from the AROME-WMED forecasts and analysis 25

38 Perspectives pour 2014 Analyser la simulation du modèle océanique NEMO-WMED36 (~2.5km) pour étudier les réponses de l océan aux flux prévus par AROME-WMED durant la SOP1 : Analyser les évolutions rapides de SST, de la couche de mélange et des flux Évaluer l'effet de la surestimation des flux calculés avec la paramétrisation ECUME pendant les événements de vent forts et éventuellement évaluer l'impact de l'utilisation de la paramétrisation COARE3 et/ou ECUME2 26

39 Perspectives pour 2014 Analyser la simulation du modèle océanique NEMO-WMED36 (~2.5km) pour étudier les réponses de l océan aux flux prévus par AROME-WMED durant la SOP1 : Analyser les évolutions rapides de SST, de la couche de mélange et des flux Évaluer l'effet de la surestimation des flux calculés avec la paramétrisation ECUME pendant les événements de vent forts et éventuellement évaluer l'impact de l'utilisation de la paramétrisation COARE3 et/ou ECUME2 Développement du couplage interactif entre AROME-WMED et NEMO-WMED36 via OASIS-MCT/SURFEX-v8 : Évolution interactive de la SST et des flux Étude couplée des mécanismes de formation des événements de pluies intenses en Méditerranée 26

40 Merci de votre attention!

41 Échanges air-mer pendant la SOP1 Calcul des flux avec COARE3 (Fairall et al., 2003), forcé par prévisions AROME-WMED Aucune correction sur le champ de SST n a été appliquée pour cette étude Biais SST moyen Biais SST extrême Biais SST extrême Conditions météorologiques du test (28/10/2012 à 02UTC) : T2m = 12 C Hu2m = 50 % FF = 26 m/s DD = 320 MSLP = 995 hpa SST = 20 C Conditions extrêmes de vent (FF > 20 m/s) : COARE3 moins sensible qu ECUME aux erreurs importantes de SST Faible sensibilité pour ΔSST < 0,5 C (supérieur au biais moyen de SST) ΔSHF et ΔLHF augmentent avec erreurs de SST Connaissance des erreurs maximales sur les flux par conditions extrêmes de vent et de biais de SST maximums

42 Interactions air-mer à fine-échelle (C. Lebeaupin Brossier) Modélisation océanique à haute-résolution : Bathymétrie (m) Mise en place du modèle NEMO-WMED36 code NEMO v3_2 + paramétrisations Méditerranée issues du projet GMMC/SIMED Δt=240s Δx=1/36 en grille ORCA (~2.5km) points de grille : 760 x 480 x 50 niveaux z bathymétrie : Mercator-LEGOS version 10 Première simulation : - conditions initiales (θ,s) & aux frontières ouvertes (θ,s,u,v) : NEMO-MED36v50-ARPERA3 (ENSTA) + débits et ruissellements côtiers climatologiques [Beuvier et al., 2012] - spin-up entre 15 et 30 Août 2012, puis, forçage atmosphérique en flux issu des prévisions AROME-WMED (Δx=2.5km, fréquence horaire) Analyse sur la SOP1-HyMeX : Étude des réponses de la couche de mélange océanique aux évènements météorologiques intenses

43 Interactions air-mer à fine-échelle (C. Lebeaupin Brossier) IOP16a : Oct : HPE sur Catalogne, golfe du Lion, Cévennes, Côte-d'Azur, Ligurie IOP16b : Oct : Mistral (SWE) sur NWMED Évolution dans la simulation «sous» la bouée Azur [7.8 E-43.4 N] Evap-Precip kg/m2/s 20 m /s RESTRATIFICATION rapide sous HPE MELANGE INTENSE sous vent (evap) fort(e) Température ( C, isolignes) Mixed Layer Depth Forçage à hauterésolution et hautefréquence alternance rapide de processus fins dans la couche de mélange couche peu salée Salinité (psu) mélange entrainement upwelling

44 Développement couplage interactif NEMO-WMED36 & AROME_WMED via OASIS-MCT/SURFEX-v8 couplage via OASIS-MCT/SURFEX-v8, commun avec code ARPEGE-Climat, ALADIN- Climat et AROME (développement GMGEC-GMME, début : septembre 2013) construit sur l expérience de couplage AROME-Réunion/NEMO réalisée par G. Samson en 2012-mi2013 Recrutement CDD ingénieur 18 mois (projet ANR ASICS-MED) pour la validation sur la SOP2 HyMeX AROME-WMED NEMO-WMED36 SURFEX-V8 OASISMCT

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Développement et Evaluation des PHYsiques des modèles atmosphériques BILAN 45 participants 25 CNRM, 12 LMD, 4 LGGE, 2LA, 1 LSCE, 1 GET 8-9-10 septembre 2014 Observatoire

Plus en détail

Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B

Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B C. Rio, J.-Y. Grandpeix, F. Hourdin, F. Guichard, F. Couvreux, J.-P. Lafore, A. Fridlind, A. Mrowiec, S. Bony, N. Rochetin,

Plus en détail

Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest

Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest CENTRE NATIONAL Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest F. Beucher, J.-P. Lafore,F. Karbou, R. Roca, F. CNRM-GAME, Météo-France and CNRS, LEGOS

Plus en détail

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE Darwin, Australie Du 20 janvier au 13 fevrier 2006 radiosondages Flux radiatifs de surface Flux turbulents de surface Radar CPOL Forçages déduits

Plus en détail

Le confort d été en construction ossature bois

Le confort d été en construction ossature bois Le confort d été en construction ossature bois 5 à 7 éco construction Feurs le 18 novembre 2010 Franck JANIN Présentation d'heliasol Etudes et conseil en thermique du bâtiment et énergies renouvelables

Plus en détail

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Bernard Simon- janvier 2015 Météorologie Web : Attention aux modèles utilisés dans les prévisions: (maillage / relief pris en compte/

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

Impact of the deep chlorophyll maximum on the Mediterranean phytoplankton phenology and bioregions.

Impact of the deep chlorophyll maximum on the Mediterranean phytoplankton phenology and bioregions. AMA-2015 Impact of the deep chlorophyll maximum on the Mediterranean phytoplankton phenology and bioregions. Julien Palmiéri, Fabrizio D'Ortenzio, Jean-Claude Dutay, Laurent Bopp Contact : julien.palmieri@noc.soton.ac.uk

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

L'océan. dans ta cuisine. Des expériences faciles pour comprendre l'océan. GHER Univeristé de Liège

L'océan. dans ta cuisine. Des expériences faciles pour comprendre l'océan. GHER Univeristé de Liège L'océan dans ta cuisine Des expériences faciles pour comprendre l'océan GHER Univeristé de Liège Comment ça fonctionne: Une série d'expériences sont proposées pour apprendre des concepts basiques sur l'océanographie

Plus en détail

Test d'advection d'un pic Gaussien Distribution initiale Solution exacte (translation) U constant, nombre de Courant U dt/dx = 0,2

Test d'advection d'un pic Gaussien Distribution initiale Solution exacte (translation) U constant, nombre de Courant U dt/dx = 0,2 Test d'advection d'un pic Gaussien Distribution initiale Solution exacte (translation) U constant, nombre de Courant U dt/dx = 0,2 U Schéma amont (Godunov, 1952) c v c t i-1 i i+1 Test d'advection d'un

Plus en détail

Météo Marine. Benjamin Aymard. Cours CNIF 18 Février 2014 Université Pierre et Marie Curie. ./IMAGES/logo-n

Météo Marine. Benjamin Aymard. Cours CNIF 18 Février 2014 Université Pierre et Marie Curie. ./IMAGES/logo-n Météo Marine Benjamin Aymard Cours CNIF 18 Février 2014 Université Pierre et Marie Curie 1/41 18 Février 2014, UPMC aymard@ann.jussieu.fr Météo Marine Cours Météo pratique Pourquoi les prévisions météo

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack ÉTUDE DE CAS Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack Aperçu du projet La présente étude de cas a été réalisée à partir d une étude plus large portant sur la

Plus en détail

LES PROFILEURS DE VENT DANS HYMEX (TTO1c)

LES PROFILEURS DE VENT DANS HYMEX (TTO1c) LES PROFILEURS DE VENT DANS HYMEX (TTO1c) Saïd, Campistron, Bezombes, Derrien, Bargain, Pique, Abadie, Estrampes, Prieur, Lambert, Macaigne, Bousquet, Garrouste, Donier, Douffet, Cherel, Frappier, Subra,

Plus en détail

Assimilation des données satellitales de CO (MOPITT) dans le modèle MOCAGE

Assimilation des données satellitales de CO (MOPITT) dans le modèle MOCAGE Assimilation des données satellitales de CO (MOPITT) dans le modèle MOCAGE Jean-Luc Attié, S. Pradier, M. Chong (Laboratoire d Aérologie) V. H. Peuch (Météo-France) J.F Lamarque, D.P Edwards, V. Yudin

Plus en détail

Description et représentation visuelle des marchés les plus prometteurs

Description et représentation visuelle des marchés les plus prometteurs Description et représentation visuelle des marchés les plus prometteurs Edité par Juan Rodriguez, Roberto Fedrizzi Version v5.0 Traduction par Daniel Mugnier Bolzano, 30.09.2009 Table des matières 1 Introduction...

Plus en détail

Du Thermostat à l ordinateur climatique. Vincent Aubret Hortimax

Du Thermostat à l ordinateur climatique. Vincent Aubret Hortimax Du Thermostat à l ordinateur climatique Vincent Aubret Hortimax 1 Introduction 2 Régulateurs de type thermostat Applications : Idéal pour la régulation simplifiée de type Tunnels, Hall Alarme haute et

Plus en détail

Assimilation de données de mésoéchelle pour la prévision des pluies intenses

Assimilation de données de mésoéchelle pour la prévision des pluies intenses Assimilation de données de mésoéchelle pour la prévision des pluies intenses V. Ducrocq, Caumont, O., Brenot, H., Jaubert, G., Walpersdorf, A. (CNRM, LGIT) Plan de la présentation Développement d un système

Plus en détail

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase Energie Solaire SA Version 16.03.2015 ENERGIE SOLAIRE SA www.energie-solaire.com 1/29 Energie Solaire SA: Fondée

Plus en détail

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Meriem Chakroun Marjolaine Chiriaco (1) Sophie Bastin (1) Hélène Chepfer (2) Grégory Césana (2) Pascal Yiou (3) (1): LATMOS (2):

Plus en détail

Unité de récupération de chaleur HRU3BV N double flux

Unité de récupération de chaleur HRU3BV N double flux www.codume.eu It s in the air Unité de récupération de chaleur HRU3BV N double flux Été comme hiver, une ambiance intérieure confortable! HRU3BV N tient compte de tout, dans les moindres détails. Un climat

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES SESSION 2012 Durée : 2 heures Coefficient : 2 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices programmables,

Plus en détail

C. Soci, E. Bazile, F. Besson, J.F. Mahfouf, Y. Durand, E. Martin, S. Morin, et J.M. Soubeyroux

C. Soci, E. Bazile, F. Besson, J.F. Mahfouf, Y. Durand, E. Martin, S. Morin, et J.M. Soubeyroux Description de l'analyse de précipitations MESCAN et premières évaluations sur la France: comparaison à SAFRAN et des débits à l'aide du modèle hydrologique ISBA- MODCOU C. Soci, E. Bazile, F. Besson,

Plus en détail

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM METEOROLOGIE Aéroclub Besançon La Vèze F-SO au FL65 over LFQM Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1 L air L atmosphère terrestre L humidité La stabilité, l instabilité La convection/l advection Les masses d air

Plus en détail

La ventilation des immeubles tertiaires

La ventilation des immeubles tertiaires La ventilation des immeubles tertiaires Geert Bellens Responsable de projet bâtiment durable Cenergie Formation Responsable Energie - IBGE Un peu d histoire Qualité de l air intérieur : ++ Energie : 0

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

Modélisation de la circulation dans le golf de Lion : Application du modèle Romstools et comparaison avec le modèle Symphonie

Modélisation de la circulation dans le golf de Lion : Application du modèle Romstools et comparaison avec le modèle Symphonie Modélisation de la circulation dans le golf de Lion : Application du modèle Romstools et comparaison avec le modèle Symphonie Université d Aix-Marseille II Centre d Océanologie de Marseille 7 mai, 2007

Plus en détail

B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements

B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements B- Météorologie Nuages Brouillard Les brouillards côtiers sont du type: R : brouillard d'advection Il y a brouillard dès que la visibilité est inférieure à: R : 1 km Les facteurs favorisant l'apparition

Plus en détail

Ecole des Mines de Paris: 60, Boulevard Saint-Michel 75272 Paris marcello.caciolo@ensmp.fr

Ecole des Mines de Paris: 60, Boulevard Saint-Michel 75272 Paris marcello.caciolo@ensmp.fr Effet de différentes solutions techniques sur les températures de nonchauffage et de non-refroidissement et sur le potentiel de free cooling dans les bâtiments de bureaux Marcello Caciolo 1, Dominique

Plus en détail

--- Diagramme psychrométrique Utilisation 30/41

--- Diagramme psychrométrique Utilisation 30/41 --- Diagramme psychrométrique Utilisation 30/41 Exercice 11 Dans cette installation de climatisation 4000 m 3 /h d'air sont chauffés puis humidifiés par un laveur à eau recyclée, dont le rendement sera

Plus en détail

Historique des normes hydrologiques actuelles et perspectives

Historique des normes hydrologiques actuelles et perspectives Première réunion du Groupe de travail sur la révision des normes hydrologiques en Afrique de l Ouest et du Centre Historique des normes hydrologiques actuelles et perspectives Pierre Ribstein UMR 7619

Plus en détail

CHANGEMENT CLIMATIQUE GLOBAL ET PRODUCTION DE TOMATE SOUS SERRE : COMPARAISON DES PERIODES (1960-1980) & (2070-2100) POUR LA RÉGION D AVIGNON

CHANGEMENT CLIMATIQUE GLOBAL ET PRODUCTION DE TOMATE SOUS SERRE : COMPARAISON DES PERIODES (1960-1980) & (2070-2100) POUR LA RÉGION D AVIGNON CHANGEMENT CLIMATIQUE GLOBAL ET PRODUCTION DE TOMATE SOUS SERRE : COMPARAISON DES PERIODES (196-198) & (27-21) POUR LA RÉGION D AVIGNON T. BOULARD, H. FATNASSI, M. TCHAMITCHIAN Financement par la mission

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE CLIMATOLOGIE N 03 25 juin 2015 MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG Valeurs des ETP - Réseau

Plus en détail

Les nuages : force de la nature

Les nuages : force de la nature Les nuages : force de la nature TPE 1ère S1 Lycée Maurice Eliot 2010-2011 Physique-Chimie / SVT PLAN I-PRINCIPE ET FORMATION DES NUAGES A- ASCENDANCE DUE A LA CONVECTION B- ASCENDANCE DUE A UN FRONT C-

Plus en détail

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion les règles de base pour isoler d une façon durable et efficace, Bois et Habitat Namur Mars 2011 André BAIVIER isoproc le principe

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?»

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Bruxelles Environnement VENTILATION: DIAGNOSTICS ET DISPOSITIFS POUR GARANTIR LA QUALITÉ DE L AIR DANS LES ÉCOLES Catherine MASSART

Plus en détail

Déshumidification de l air

Déshumidification de l air Déshumidification de l air Gérard Chassériaux Institut National d Horticulture - Angers INH De la science du végétal à la culture du paysage Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE CLIMATOLOGIE N 05 9 juillet 2015 MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG Fin de l épisode

Plus en détail

Installations de refroidissement Avantages/ Inconvénients

Installations de refroidissement Avantages/ Inconvénients Phote françoise Ricordel M. Merchat KoSAMTI Formations: «Légionelles et refroidissement : gestion du risque» Expertises et tierce expertise Appui technique du MEDDTL merchatm@yahoo.fr Climespace Responsable

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Motivations : Augmenter la confiance dans les prévision du changement climatique. 1. nécessite d'utiliser les modèles le plus "physiques"

Plus en détail

Fiche technique détaillée du panneau DualSun

Fiche technique détaillée du panneau DualSun Fiche technique détaillée du panneau DualSun 1. Caractéristiques physiques du panneau DualSun Largeur Longueur Epaisseur Poids à vide/rempli Couleur cadre/feuille arrière 99 mm 166 mm 4 mm 3 kg/31,7 kg

Plus en détail

Le siège d'abalone, un exemple à méditer et à visiter

Le siège d'abalone, un exemple à méditer et à visiter Le siège d'abalone, un exemple à méditer et à visiter Le groupe ABALONE, spécialisé dans les ressources humaines, vient d'emménager dans ses nouveaux locaux (Loire-Atlantique) entièrement autonomes en

Plus en détail

La toiture compacte. Problématique des toitures plates

La toiture compacte. Problématique des toitures plates La toiture compacte Problématique des toitures plates Les toitures plates sont, du côté extérieur, toujours munies d une membrane souple d étanchéité à l eau (plus souple) qui agit fortement comme freine-vapeur

Plus en détail

Schéma de convection PCMT: Evaluation dans l équipe Climat du CNRM

Schéma de convection PCMT: Evaluation dans l équipe Climat du CNRM Schéma de convection PCMT: Evaluation dans l équipe Climat du CNRM Isabelle Beau (CNRM/GMGEC/EAC) Avec les participants aux réunions GMGEC/EAC-GMAP/PROC: Jean-François Guérémy, Michel Déqué, Romain Roehrig

Plus en détail

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR LAUSANNE 2012 Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR 2012, nouveaux modèles altimétriques 1 Affaire 94022 /

Plus en détail

Le Grand Pari(s) du changement climatique? Villes, métropoles, et nouveaux défis de la météorologie urbaine.

Le Grand Pari(s) du changement climatique? Villes, métropoles, et nouveaux défis de la météorologie urbaine. Conférence internationale «Faire la ville durable. Inventer une nouvelle urbanité» 20 et 21 janvier 2011 Le Grand Pari(s) du changement climatique? Villes, métropoles, et nouveaux défis de la météorologie

Plus en détail

Brevet Professionnel

Brevet Professionnel Brevet Professionnel ASSURANCES E32 Communication professionnelle orale Durée : 20 +20 Coefficient : 2 Session 2014 Ce sujet se compose de 5 pages, numérotées de 1/5 à 5/5. Dès que le sujet vous est remis,

Plus en détail

Présentation des études menées par le BRGM, relatives aux TSUNAMIS et réalisées dans le cadre du Plan Séisme

Présentation des études menées par le BRGM, relatives aux TSUNAMIS et réalisées dans le cadre du Plan Séisme Présentation des études menées par le BRGM, relatives aux TSUNAMIS et réalisées dans le cadre du Plan Séisme Base de données TSUNAMIS Étude préliminaire de l aléa tsunamis en MEDITERRANEE et aux ANTILLES

Plus en détail

Étude hydraulique du bassin-versant du vieux-port à Marseille

Étude hydraulique du bassin-versant du vieux-port à Marseille Étude hydraulique du bassin-versant du vieux-port à Marseille Rédaction: F. Pons Présentation: P. Ledoux Programme LCPC 11M081 Programme ANR RIVES Programme CETMEF Données: Ville de Marseille Centre d'études

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

Audit énergétique et ISO 50001 : Contexte réglementaire

Audit énergétique et ISO 50001 : Contexte réglementaire Audit énergétique et ISO 50001 : Contexte réglementaire Réduire le coût énergétique : outils et solutions pratiques AFQP 06 & CCI de Nice Côte d Azur le 13/01/2015 Théophile CARON - Chef de Projet Energie

Plus en détail

La toiture compacte. Problématique des toitures plates

La toiture compacte. Problématique des toitures plates La toiture compacte Problématique des toitures plates Les toitures plates sont, du côté extérieur, toujours munies d une membrane souple d étanchéité à l eau (plus souple) qui agit fortement comme freine-vapeur

Plus en détail

Royaume du Maroc Secrétariat d État auprès du Ministère de l Énergie, des Mines, de l Eau et de l Environnement, Chargé de l Eau et de l Environnement Direction de la Météorologie Nationale Variabilité

Plus en détail

Guide méthodologique pour affiner la cartographie du bruit

Guide méthodologique pour affiner la cartographie du bruit Guide méthodologique pour affiner la cartographie du bruit Valérie JANILLON, Technicienne Yann HALBWACHS, Technicien Bruno VINCENT, directeur Avec le soutien de CONTEXTE Une étude comparative entre les

Plus en détail

Bilan Carbone appliqué à une infrastructure

Bilan Carbone appliqué à une infrastructure Infrastructures et changement climatique, Journée technique interrégionale du 15 mai 2009 Bilan Carbone appliqué à une infrastructure Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr

Plus en détail

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Jérôme DREANO 28 Février 2014 1 Introduction Dans le modèle LMDZ, les paramétrisations physiques des nuages

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

LUMIERE. Ensemble, valorisons la Lumière Naturelle

LUMIERE. Ensemble, valorisons la Lumière Naturelle LUMIERE Ensemble, valorisons la Lumière Naturelle Etude d impact de l installation de lanterneaux sur les consommations et le confort d été d un bâtiment industriel. Sommaire Page 4 Page 4 Page 5 Page

Plus en détail

1 of 5 16.04.2009 11:03

1 of 5 16.04.2009 11:03 1 of 5 16.04.2009 11:03 Actualités météorologiques 14 avril 2009 / Daniel Gerstgrasser, Bernd Konantz (traduction et adaptation par Olivier Duding) Pâques 2009 très doux Du Jeudi-Saint (9 avril 2009) au

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

CamVane Protection contre les intempéries

CamVane Protection contre les intempéries CamVane Protection contre les intempéries Clean air solutions CamVane - Protection contre les intempéries Un air propre, même en milieu humide Chez Camfil, nous considérons que respirer un air propre est

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 2 (2012) 357-364 Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar S. Sami-Mécheri 1*, D. Semmar 2 et

Plus en détail

Denys BREYSSE - Myriam CHAPLAIN Philippe MALAURENT GHYMAC

Denys BREYSSE - Myriam CHAPLAIN Philippe MALAURENT GHYMAC Modélisation des variations aléatoires combinées de température et d humidité dans l environnement des ouvrages Denys BREYSSE - Myriam CHAPLAIN Philippe MALAURENT Matériaux et ouvrages sensibles à l environnement

Plus en détail

Cours Gestion de projet : Corrigés des exercices

Cours Gestion de projet : Corrigés des exercices Cours Gestion de projet : Corrigés des exercices 1. Le découpage structurel : corrigé.... L'analyse des risques : corrigé...3 3. L analyse de la valeur monétaire attendue (arbre de décision): corrigé...5

Plus en détail

CHAPITRE 2 : DIAGNOSTIC CLIMATIQUE

CHAPITRE 2 : DIAGNOSTIC CLIMATIQUE CHAPITRE 2 : DIAGNOSTIC CLIMATIQUE CAA - Elaboration du PLU Durable - Diagnostic 213 I. INTRODUCTION Le réseau de l Association Climatologique de la Moyenne Garonne et du Sud-Ouest (ACMG) fonctionne depuis

Plus en détail

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Tc Le système solaire combiné (SSC) Domosol de ESE est basé sur le Dynasol 3X-C. Le Dynasol 3X-C est l interface entre les

Plus en détail

Jeudi de L ALEL. Enjeux. Jeudi de L ALE 1 er avril 2010 1

Jeudi de L ALEL. Enjeux. Jeudi de L ALE 1 er avril 2010 1 Jeudi de L ALEL L étanchéité à l air des bâtiments Enjeux Jeudi de L ALE 1 er avril 2010 1 Sommaire 1. Contexte Exigence de confort Crise énergétique Crise climatique Des bâtiments performants 2. Perméabilité

Plus en détail

Introduction au système du rafraîchissement par évaporation

Introduction au système du rafraîchissement par évaporation Introduction au système du rafraîchissement par évaporation Pour comprendre avec facilité le processus de climatisation, il est vital de connaître les concepts de base Air L air libre que nous respirons

Plus en détail

BAC PRO CARROSSERIE LYCEE ETIENNE MIMARD LA CLIMATISATION

BAC PRO CARROSSERIE LYCEE ETIENNE MIMARD LA CLIMATISATION Page 1 sur 11 LA CLIMATISATION DÉFINITION : La climatisation est la technique qui consiste à modifier, contrôler et réguler les conditions climatiques (température, humidité, niveau de poussières, etc.)

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

Mesure du dioxyde de soufre et du fluor autour d'ags Oriolles

Mesure du dioxyde de soufre et du fluor autour d'ags Oriolles Mesure du dioxyde de soufre et du fluor autour d'ags Oriolles Campagne 28 : Date : Novembre 28 Auteur : ATMO Poitou-Charentes (F. Caïni) Introduction Cette étude s inscrit dans le programme de surveillance

Plus en détail

Je vérifie tous les ans que les montants des fenêtres et des portes extérieures ne laissent pas passer les courants d air

Je vérifie tous les ans que les montants des fenêtres et des portes extérieures ne laissent pas passer les courants d air Je vérifie tous les ans que les montants des fenêtres et des portes extérieures ne laissent pas passer les courants d air En hiver, j aère les pièces 5 minutes par jour, les fenêtres grandes ouvertes J'ai

Plus en détail

Un support de communication qui vous conduit au plus près de vos clients

Un support de communication qui vous conduit au plus près de vos clients Un support de communication qui vous conduit au plus près de vos clients Qui sommes-nous LA NOUVELLE AGENCE DE COMMUNICATION EN PUBLICITÉ MOBILE Bienvenue chez Benaffane Communication, leader algérien

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE

VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE le climat et l'environnement du bâtiment Pourquoi ventiler? VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE La ventilation consiste à renouveler l air d une pièce ou d un bâtiment. Elle agit directement sur la température

Plus en détail

ATILLAH (CRTS, MAROC)

ATILLAH (CRTS, MAROC) United Nations/Morocco/European Space Agency International Workshop on the Use of Space Technology for Sustainable Development 25 27 April 2006, Rabat, Morocco Génération d indices d upwelling à partir

Plus en détail

ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS

ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS Utilisation du radar HYDRIX et de la plateforme RAINPOL sur la commune d ANTIBES JUAN-LES-PINS European Local Authorities Rencontres

Plus en détail

74281001 THONON-INRA

74281001 THONON-INRA ditée le 13/02/2015 onnées du 13/02/2015 à 13:21 UT 74281001 THONON-INR RIVS INR. mplacement du poste, plan au 1:13542 LOLISTION épartement: ommune: Lieu-dit: Latitude: Longitude: ate localisation: ltitude:

Plus en détail

Cours Météo, Club Alpin Suisse, Section de Neuchâtel

Cours Météo, Club Alpin Suisse, Section de Neuchâtel Cours Météo, Club Alpin Suisse, Section de Neuchâtel Liens utiles pour les prévisions météorologiques http://meteo.chamonix.org/ 0900 55 21 65 (Haute Savoie) 0900 55 21 68 (Alpes romandes) Par SMS au numéro

Plus en détail

La suite de TELERIEG

La suite de TELERIEG Objectif : diagnostic thermique de villes et lien ville/campagne autour de l eau et du climat : Séville: une ville Méditerranéenne Agglo d Agen: ville Continentale et Bordeaux: ville Océanique Novembre

Plus en détail

Nos maisons ont un petit...

Nos maisons ont un petit... Nos maisons ont un petit... 3 Une maison + à votre taille Les éléments en bois massif lamellé-cloué des maisons MB-MA sont fabriqués sur mesure à partir des plans de votre habitation et ce, pour des dimensions

Plus en détail

Conseil en Orientation Energétique

Conseil en Orientation Energétique Conseil en Orientation Energétique V I L L E N E U V E L E S Centre culturel Bérenger de Frédol M A G U E L O N E 2009 Diagnostiqueur : Michaël GERBER Salle Bagouet Esplanade Charles de Gaulle 34 000 Montpellier

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

F i c h e c o m m e r c i a l e. Chauffage / ECS. système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température

F i c h e c o m m e r c i a l e. Chauffage / ECS. système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température F i c h e c o m m e r c i a l e Chauffage / ECS système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température 2 chauffage / ECS > logements collectifs > production d ECS

Plus en détail

Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive

Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive Forum d ouverture du Plan Climat 4 décembre 2012 Enjeux Climat Energie La demande mondiale en énergie ne cesse d augmenter pas de solution «miracle»

Plus en détail

Conseils sur l installation de capteurs météorologiques chez des passionnés

Conseils sur l installation de capteurs météorologiques chez des passionnés NOTE TECHNIQUE n 39 Conseils sur l installation de capteurs météorologiques chez des passionnés Gaëtan Leches Novembre 2011 DIRECTION DES SYSTEMES D OBSERVATION Sommaire Mesure des précipitations... 4

Plus en détail

VENT OCEANIQUE (WIND)

VENT OCEANIQUE (WIND) VENT OCEANIQUE (WIND) La connaissance des échanges à l interface air-mer est très importante pour les études climatique et météorologique. Le vent de surface océanique est un paramètre principal de ce

Plus en détail

Présenté par Guillaume Charria

Présenté par Guillaume Charria EvolutioN Interannuelle de la dynamique dans le golfe de Gascogne et la ManchE (ENIGME) Présenté par Guillaume Charria Le projet ENIGME Description et analyse de la variabilité interannuelle passée sur

Plus en détail

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Préparer le bâtiment à l horizon 2010 Journées Thématiques 2004 Enveloppe du Bâtiment 1 Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Hélène DESMALES Yves JAUTARD 11 mars 2004 Du site isolé

Plus en détail

Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille. Côme Durand, mars 2014. Irstea.

Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille. Côme Durand, mars 2014. Irstea. Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille Côme Durand, mars 2014. Irstea. 1 Sommaire 1) Présentation 2) Travaux déjà réalisés sur le projet 3) Influence des

Plus en détail

Forum radar hydrométéorologique 2011

Forum radar hydrométéorologique 2011 Forum radar hydrométéorologique 2011 Système d aide à la décision pour la gestion des réseaux d assainissement 24 novembre 2011 Contexte : le ruissellement urbain Les fonctions du système d assainissement

Plus en détail

International. RETScreen ANALYSE DE PROJETS D ÉNERGIES PROPRES : MANUEL D INGÉNIERIE ET D ÉTUDES DE CAS RETSCREEN

International. RETScreen ANALYSE DE PROJETS D ÉNERGIES PROPRES : MANUEL D INGÉNIERIE ET D ÉTUDES DE CAS RETSCREEN RETScreen International Centre d aide à la décision sur les énergies propres www.retscreen.net ANALYSE DE PROJETS D ÉNERGIES PROPRES : MANUEL D INGÉNIERIE ET D ÉTUDES DE CAS RETSCREEN Centre de la technologie

Plus en détail

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR Logiciel référencé par la marque PROJET SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY Date de l'étude : ARTISAN 05.01.2011 CLIENT SARL LECLERC Désiré SCI LA PLUME ROUGE Damien LECLERC 1 rue du

Plus en détail

56007001 AURAY KERPLOUZ EMPLACEMENTS SUCCESSIFS. Lieu_dit (lat,lon,altitude) du au

56007001 AURAY KERPLOUZ EMPLACEMENTS SUCCESSIFS. Lieu_dit (lat,lon,altitude) du au ditée le 01/04/2015 onnées du 01/04/2015 à 14:31 UT 56007001 URY KRPLOUZ mplacement du poste, plan au 1:13542 LOLISTION épartement: ommune: Lieu-dit: MORIHN(56) URY KRPLOUZ Latitude: 47 39'33" Nord Longitude:

Plus en détail

Catégories d'environnement d'exploitation

Catégories d'environnement d'exploitation standard technique note technique Environnement d'exploitation du matériel Liste des mots-clés environnement industriel Objet Cette note donne la définition des catégories d'environnement à travers la

Plus en détail

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Christophe Bresson, CLCV Emilie Oddos, CNL 38 David Gonnelaz, ALE Christophe Weber, Maison de l Habitant Maison de l Habitant AU PROGRAMME

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail