DISPOSITIONS GENERALES ORSEC LIVRE 2 MODES D ACTION GENERAUX DU DISPOSITIF ORSEC PLAN ORSEC NOMBREUSES VICTIMES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DISPOSITIONS GENERALES ORSEC LIVRE 2 MODES D ACTION GENERAUX DU DISPOSITIF ORSEC PLAN ORSEC NOMBREUSES VICTIMES"

Transcription

1 ORGANISATION DE LA REPONSE DE SECURITE CIVILE TOME I DISPOSITIONS GENERALES LIVRE 2 Plan ORSEC nombreuses victimes Préfecture des Landes Cabinet du Préfet - SIDPC - DISPOSITIONS GENERALES ORSEC LIVRE 2 MODES D ACTION GENERAUX DU DISPOSITIF ORSEC PLAN ORSEC NOMBREUSES VICTIMES Préfecture des Landes (SIDPC40)

2 Sommaire Arrêté préfectoral n du 27 août 2012 portant approbation du Plan ORSEC Nombreuses Victimes du département des Landes 4 Généralités et alerte I. Objet du Plan 5 II. Procédure de déclenchement de l alerte 6 III. Schéma d'alerte 7 Dispositif opérationnel I. Organisation 8 II. Moyens opérationnels 10 III. Organisation des Postes de Commandement 11 IV. Schéma d organisation du commandement opérationnel 15 V. Les structures techniques complémentaires au PCO (Poste Médical Avancé Centre Médical d'evacuation Dépôt Mortuaire) 16 VI. Rappel sur l organisation des transmissions 19 Fiches SERVICE Préfet ou S/Préfet de permanence 21 Service Interministériel de Défense et Protection Civiles (SIDPC) 22 Bureau de la communication interministérielle - Préfecture 24 Service Interministériel des Systèmes d'information et de Communication (SISIC) 26 Sous Préfet d'arrondissement 27 Cabinet et autres services préfecture 28 Maire de la commune concernée 29 Gendarmerie ou Direction Départementale de la Sécurité Publique 30 Agence Régionale de Santé 33 Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations 34 Direction Départementale des Territoires et de la Mer 35 Bureau de la Circulation et de la sécurité Routière 36 Associations de secourisme 37 Association Départementale d Aide aux Victimes et de Médiation (ADAVEM 40) 38 Centre Opérationnel Départemental d Incendie et de Secours 39 Centre Officier d astreinte départementale 41 Premier Commandant des Opérations de Secours (officier 1 er intervenant) 42 Médecin 1 er intervenant : 1 er Directeur des Services Médicaux 43 Commandant de Opérations de Secours (COS) 44 Directeur des Services Médicaux (DSM) 46 Directeur des Secours Incendie (DSI) 48 Le Gradé CRM 49 Officier renseignement PCO 50 Officier moyens PCO 51 Officier COD 52 Assistant DSM 53 Préfecture des Landes (SIDPC40)

3 Officier Ramassage 54 Médecin ramassage 55 Officier PMA 56 Médecin Chef PMA 57 Pharmacien PMA 59 Infirmier Chef PMA 60 Infirmier adjoint Pharmacien 61 Gradé Tri 62 Médecin Tri 63 Secrétaire Tri 64 Cellule d Urgence Médico-Psychologique (CUMP) 65 Officier Evacuation 66 Médecin Evacuation 67 Gradé Evacuation 68 Secrétaire Evacuation 69 Autres services ou organismes 70 Annexes Techniques et spécialisées 1. Moyens SDIS/SAMU de première intervention Liste des moyens opérationnels de la délégation départementale de la Croix Rouge Liste des moyens opérationnels de l Association Départementale de Protection Civile Ordre Particulier de Transmission (OPT) SDIS et SAMU annexes 4 et 4bis Compte rendu Message de déclenchement du Plan ORSEC nombreuses victimes Trame du premier communiqué de presse Plan ORSEC nombreuses victimes et prise en compte du risque NRBC quelques principes de base 80 Préfecture des Landes (SIDPC40)

4 Préfecture des Landes (SIDPC40)

5 GENERALITES ET ALERTE I. Objet du plan Le plan destiné à porter secours à de nombreuses victimes, dénommé PLAN ORSEC NOMBREUSES VICTIMES, prévoit les procédures de secours d urgence à engager en vue de remédier aux conséquences d un accident à caractère catastrophique à effet limité entraînant ou pouvant entraîner de nombreuses victimes. La mise en oeuvre des moyens composant la chaîne médicale nécessite une coordination visant à assurer cohérence et continuité dans l engagement des services appelés à intervenir et à éviter en particulier la désorganisation des structures hospitalières. La chaîne médicale s appuie sur les moyens publics et privés concourant aux opérations de secours et d aide médicale urgente. Sa mise en œuvre relève de la seule responsabilité du Préfet. Les circonstances de sa mise en œuvre sont de diverses natures : Accidents naturels ou technologiques ; Incendie de grande intensité ; Accident de transport ; Mouvements sociaux ; Ou tout événement faisant apparaître une notion de risque collectif et/ou évolutif pour des personnes ; Selon la gravité et la nature de la situation accidentelle, outre le présent dispositif, toute autre disposition du plan ORSEC pourra être mise en oeuvre simultanément par l autorité préfectorale. Préfecture des Landes (SIDPC40)

6 II. Procédure de déclenchement Elle peut parvenir : - au Centre de Traitement de l Alerte (CTA 18), - au standard 17 de la police ou la gendarmerie, - au Centre de Réception et de Régulation des Appels du SAMU (CRRA 15), - au numéro d appel d urgence européen 112, tous ces services devant se répercuter mutuellement l appel. OU provenir du premier intervenant (Sapeur-pompier, SMUR, médecin, police, gendarmerie, ) présent sur les lieux d un accident. Dès réception de l alerte, l Officier CODIS et le médecin régulateur du SAMU prennent ensemble les dispositions opérationnelles pour l envoi des moyens nécessaires sur les lieux de l événement. L Officier CODIS informe l Officier d Astreinte Départementale et en liaison avec le médecin régulateur du SAMU rend compte du premier bilan au Sous-Préfet de permanence, ce immédiatement après le déclenchement de l intervention. En fonction des renseignements recueillis, le préfet décide de mettre en œuvre le plan ORSEC nombreuses victimes Le Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles (SIDPC) ou l agent d astreinte Cabinet/SIDPC (en dehors des heures ouvrables) en fonction des directives du Préfet et des renseignements recueillis, - déclenche l alerte et l information au profit de tous les services - applique le schéma type de mise en oeuvre du COD. La préfecture rend compte de la mise en œuvre du plan avec le premier bilan : - au Ministère de l'intérieur, - à la DGSCGC COGIC, SYNERGI - au COZ (Etat-Major de Zone de Défense Sud-Ouest), - au Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement s'il s'agit d'une catastrophe naturelle ou technologique. Préfecture des Landes (SIDPC40)

7 III. Schéma d'alerte Préfecture des Landes (SIDPC40)

8 DIPOSITIF OPERATIONNEL I- organisation 1 ) La Direction des Opérations de Secours (DOS) préfet ou un membre du corps préfectoral ayant sous sa responsabilité et son autorité l'ensemble des opérations de secours. 2) Le Commandement des Opérations de Secours (COS) le Directeur Départemental du Service d'incendie et de Secours ou l officier désigné par lui, est chargé de la mise en œuvre des moyens publics ou privés mobilisés pour l accomplissement des opérations de secours, ce sous l autorité du DOS, Assisté par trois adjoints : - Le Directeur des Secours Médicaux (DSM) Cf fiche SERVICE - Le Directeur des Secours Incendie (DSI) Cf fiche SERVICE - Le responsable de la police et/ou de la gendarmerie (nota : les médecins légistes seront à disposition du responsable de la police ou de la gendarmerie). Cf fiche SERVICE 3) La coordination des chaînes santé et médicale 3.1) Le Chantier ou la zone de ramassage : Le chantier se situe sur les lieux mêmes du sinistre. C'est là que se déroulent les opérations de ramassage. Le ramassage consiste à : - rechercher et localiser les victimes ; - les trier et catégoriser en fonction de la gravité de leur état (UA, UR, Impliqués, DCD) ; - rédiger une fiche médicale de tri ; - dispenser les premiers gestes de soins conservatoires ; - les dégager, les relever et les regrouper en dehors de la zone à risque avant leur brancardage vers le Poste Médical Avancé ou jusqu'au dépôt mortuaire (petite noria). En général des véhicules type VSAV sont utilisés, sauf établissement du PMA au contact direct du chantier où le brancardage à pied est privilégié. Remarques : dans la mesure du possible, le ramassage doit être effectué de façon à gêner le moins possible les opérations de police judiciaire. Les personnes décédées ne doivent être ramassées qu'après les constatations des enquêteurs. 3.2) Le Poste Médical Avancé (PMA) : C est le point de rassemblement de toutes les victimes dénombrées dans une zone de ramassage ou chantier. Il est installé à proximité de la zone de ramassage, au plus près du sinistre (disposant au minimum de deux accès). Il est placé sous la gestion d un médecin. Préfecture des Landes (SIDPC40)

9 Il assure deux fonctions : - révision du tri effectué sur le chantier et re-catégorisation si nécessaire, suivant le degré de gravité de l état des victimes ; - soins et mise en condition d évacuation soit vers le Centre Médical d'evacuation, soit directement vers les établissements de soins selon les circonstances. Emplacement privilégié: - dans des locaux «en dur» (salle des fêtes, gymnase, ) ; - aisément accessible à de nombreuses ambulances ; - et à proximité d un terrain (type aire de sport) vaste pouvant servir au poser des hélicoptères. a) un seul PMA. - le PMA est en liaison avec le directeur des secours médicaux qui se trouve au PC Opérationnel, - si nécessaire, une liaison avec les responsables des chapelles ardentes est établie. b) plusieurs PMA : dans ce cas le PMA doit être en liaison avec : - le DSM qui se trouve au PCO, - le Centre Médical d'evacuation, - le PC Secours de la zone de ramassage ou du chantier auquel il est rattaché. 3.3) L'évacuation L'évacuation (grande noria) consiste à acheminer les victimes vers l établissement de soins le plus adapté après régulation par le SAMU. Elle intègre : le regroupement - le recensement - le choix des itinéraires et des vecteurs Attention : EVACUATIONS DES CAS LES PLUS GRAVES Les cas les plus graves peuvent être évacués directement sans passer physiquement par le PMA lorsqu ils sont conditionnés dans un véhicule et prêts à être évacués. L identité du patient, le moyen d évacuation et la destination sont transmis, au SAMU. Dès que le PMA est en fonction, ces éléments sont transmis au secrétariat de sortie PMA. Les identités sont centralisées au SAMU (CRRA15). A partir de l activation du PMA, tous les impliqués transitent systématiquement par le PMA. Préfecture des Landes (SIDPC40)

10 II. Les moyens opérationnels Sont appelés moyens opérationnels tant les matériels que les personnels nécessaires aux opérations. Ils comprennent : - les moyens des services appelés à intervenir dans le cadre de leurs missions habituelles (SDIS/SAMU/Police Gendarmerie/ Hélicoptères Sécurité Civile, les gestionnaires de réseau routier) auxquels s'ajoutent notamment ceux : - des transporteurs sanitaires privés agréés, - des associations de secourisme, - des entreprises de pompes funèbres, - des entreprises de transports en commun, - des moyens spécifiques (engins de levage etc.), selon les nécessités des opérations de secours. Les moyens susceptibles d être engagés par le SDIS et le SAMU, dès l activation du plan, sont répertoriés dans les fiches annexes. Toutefois, cet envoi type pourra être adapté selon la nature de l intervention. A SIGNALER Tous les moyens opérationnels doivent se présenter au Centre de Regroupement des Moyens (CRM) pour permettre : 1 : leur prise en compte 2 : l'attribution de leur mission 3 : la remise des chasubles ou brassards Préfecture des Landes (SIDPC40)

11 III. L organisation des postes de commandement 1) Le Centre Opérationnel Départemental ( COD) Situé en préfecture, il a en charge la prise de décision, la coordination des actions, la centralisation des informations et la remontée de ces dernières vers les différents interlocuteurs. En son sein, il regroupe les représentants des services intervenants dans le Plan ORSEC nombreuses victimes à savoir : SDIS, SAMU, ARS, DDTM, Gendarmerie ou DDSP, SIDPC et tous les autres services utiles à sa mise en œuvre. Il est activé dès la mise en œuvre du plan ORSEC nombreuses victimes conformément aux dispositions générales du dispositif ORSEC. 2) Le Poste de Commandement Opérationnel (PCO) Situé au plus prés du terrain et ayant en charge la coordination des actions de terrains. En son sein, il regroupe toutes les structures de commandement ainsi que les différentes structures internes à chaque service et nécessaires à l organisation du commandement, à savoir : - le Poste de Commandement Sapeurs-Pompiers (PC de Site): soutien logistique du COS et de l organisation des secours gestion par du personnel SDIS - le PC Sécurité : soutien logistique des forces de l ordre gestion par du personnel police/gendarmerie (selon la zone de compétence) Nota : la gestion des moyens médicaux et le suivi des bilans médicaux et des évacuations (soutien logistique du DSM) est centralisée par le Secrétariat Sortie PMA gestion par du personnel SAMU 2.1) Le PCO Localisation en dehors de la zone dangereuse de préférence dans des locaux adaptés en un lieu facilement accessible et identifiable sur un site favorable aux liaisons radio et téléphoniques si possible à proximité du Centre Médical d'evacuation (CME), ou dans l'hypothèse de plusieurs CME, à proximité de celui qui couvre le secteur le plus important. Dans le cas de l'organisation des secours avec un seul PMA, il peut se trouver à proximité de celui-ci. Composition - Le DOS (Le Préfet ou son représentant) - Le COS (Le DDIS ou son représentant) - Le DSM - Le DSI - Le responsable de la police ou de la gendarmerie - Le représentant de l Agence Régionale de Santé, - Le représentant du bureau de la circulation et de la sécurité routière, - ainsi que le ou les Maires de la ou les commune(s) concernée(s). - le Chef d'établissement ou un responsable des installations particulières, dans le cas où le PLAN ORSEC NOMBREUSES VICTIMES serait déclenché dans un établissement où seraient présentes des installations particulières (voies SNCF, dépôts d hydrocarbures, etc.) Préfecture des Landes (SIDPC40)

12 Liaison Missions Moyens Le PCO regroupe en son sein : - le PCSP - le PCMédical - le PCSécurité en liaison permanente avec le Centre Opérationnel Départemental (COD) ainsi qu'avec les organes locaux centralisant la gestion des moyens (CODIS / SAMU / DDSP ou COG). organiser, coordonner et veiller à la mise en œuvre des opérations de secours, recueillir les informations et informer le COD préfecture de l'évolution de la situation des moyens engagés, recenser et exprimer les besoins en renfort auprès du COD, recenser les moyens présents et en fixer leurs missions, gérer la présence du public, organiser les évacuations en liaison avec les services concernés, organiser l'information de la presse sur place, en liaison avec le(s) maire(s) et le COD préfecture informer la cellule presse, informer le PC Fixe. les moyens matériels, humains, logistiques nécessaires relevant de l autorité de chacun des services impliqués les moyens mis à disposition par la commune site du sinistre les moyens de transmissions de chacun des services le cas échéant, un centre de télécommunication et des véhicules de liaison. 2.2) Les sous structures de commandement intégrées au PCO 2.2.1) PC de site ( PC Sapeurs Pompiers) Localisation sur le site, si possible proche du PMA Liaison Missions Moyens Binômé avec le Secrétariat Sortie PMA En liaisons Radio avec: CODIS COS C.R.M C est la base logistique du COS 1) Assurer la liaison entre le COS et le CODIS 2) Officier responsable du VPC: installer le VPC- veiller au bon fonctionnement du VPCanticiper les besoins 3) Officier Moyens : demander les renforts et assurer le suivi des moyens engagés (en liaison avec le gradé responsable du C.R.M.), appliquer l'o.p.t. 4) Officier Renseignements : dessiner la SITAC, assurer le suivi des victimes et des personnes impliquées, noter les principaux messages VPC Préfecture des Landes (SIDPC40)

13 2.2.2) Secrétariat Sortie PMA Localisation sortie PMA Liaison Radio avec: CRRA DSM CUMP Officier évacuation Missions C'est la base logistique du DSM 1) Composition du Secrétariat Sortie PMA. 2) Assurer la logistique du DSM. 3) Assurer la permanence de l'écoute et le recueil des renseignements à la sortie du PMA, gérer les demandes et les lieux d évacuations donnés par le SAMU 4) Assurer l'approvisionnement en matériel de santé à partir du SAMU. 5) En fin d'intervention, récapituler les identités des victimes et leur devenir avec l ARM. 6) Rassembler tous les renseignements nécessaires au bilan de fin d'intervention. Transmissions: 1 téléphone/fax filaire si réseau RTC, 1 gsm 8 Watts, 1 poste aéro sanitaire fréq 122,975 MHz, 1 téléphone satellitaire, 2 ber antarès, 3 tph 700 antarès, 1 ordinateur portable si réseau 3G, 1 mégaphone Moyens pupitre de transmissions mobile Préfecture des Landes (SIDPC40)

14 2.2.3) PC Sécurité DDSP Localisation sur le site à coté du PCSP et du secrétariat Sortie PMA Liaison Radio avec : le COD et le CIC à la voix avec le PC de site et le secrétariat Sortie PMA Missions C'est la base logistique du DDSP 1) Assurer la liaison avec le COD 2) En collaboration avec le PMA il organise les escortes 3) S assurer de la mise en place des effectifs sur le site (sécurisation protection périmètre de sécurité - circulation escortes) 4) Recenser les forces supplétives à solliciter 5) Collecter les renseignements émanant d enquêteurs identifiant les victimes 6) Rassembler les renseignements nécessaires au bilan de fin d intervention Transmissions : Réseau Radio : Conférence Réseau Urbain ou autre conférence (SUR ORDRE) - Réseau Téléphonique : Portables GSM en dotation au service Moyens véhicule DDSP Gendarmerie Localisation sur le site à coté du PC de Site SP et dans le PMA à côté du secrétariat Sortie PMA Liaison Radio avec : le COD et le CORG à la voix avec le PC de Site et le secrétariat Sortie PMA Missions C'est la base logistique du Commandant de Groupement de Gendarmerie 1) Assurer la liaison avec le COD 2) En collaboration avec l Off d EVAC il organise les escortes 3) S assurer de la mise en place des effectifs sur le site (sécurisation protection périmètre de sécurité - circulation escortes) 4) Recenser les forces supplétives à solliciter. 5) Collecter les renseignements émanant d enquêteurs identifiant les victimes. 6) Rassembler les renseignements nécessaires au bilan de fin d intervention. Transmissions : Réseau Radio Rubis Réseau Téléphonique : Portables GSM en dotation au service Moyens véhicule commandant de groupement ou adjoint équipé Préfecture des Landes (SIDPC40)

15 IV. Schéma d organisation du Commandement Opérationnel PREFECTURE [b1] COD CODIS PCO Poste de Commandement Opérationnel DOS / COS PC de Site PC Sécurité CORG DSI DSM PMA Secrétariat Sortie PMA Evacuation Médecin Off PMA Pharmacien Infirmier chef Médecin Off Evac Chef de Secteur Chef de Secteur Chef de Secteur Off Ramassage Médecin Off Ram chantier chantier chantier CME / MOYENS Préfecture des Landes (SIDPC40)

16 V. Les structures techniques complémentaires au PCO LE POSTE MÉDICAL AVANCÉ (PMA) MÉDECIN RAMASSAGE OFFICIER RAMASSAGE Secrétariat admissions ZONE DE TRI Médecin trieur Médecin PMA DÉPÔT MORTUAIRE Pharmacien PHARMACIE Officier PMA Cellule d'urgence Médico-psychologique Infirmier chef UR UA Médecin soins ZONE DE SOINS Officier évacuation ZONE EVACUATION Médecin évacuation Secrétariat Sortie Pma Préfecture des Landes (SIDPC40)

17 LE CENTRE MEDICAL D EVACUATION (CME) C est le lieu de rassemblement des victimes où, après avoir reçu les premiers soins au Poste Médical Avancé, celles-ci sont à nouveau séparées par catégorie en vue de leur évacuation vers un établissement sanitaire. Dans le cas d un événement de faible ampleur, le CME peut être confondu avec le PMA (cf. annexes 4 et 4 bis). Le responsable du CME est : Le médecin désigné par le Directeur des Secours Médicaux - A quelques kilomètres du ou des PMA, - le plus proche possible du principal point de départ des évacuations (gare routière ou ferroviaire, aérodrome surtout hélisurface). - Soit dans un système de tentes, soit dans des locaux improvisés, éventuellement sous dur permettant toujours un sens unique (réception, soins, évacuation). Identification : Chasuble bleue, personnel brassards bleus. Le CME cumule les fonctions d un centre de triage et d un Point de Répartition des Evacuations (PRE) relié à des points d embarquement par voie aérienne (PEVA), routière (PEVR) et ferrée (PEVF). Le médecin CME doit donc veiller à l implantation et au bon fonctionnement du CME, aux liaisons avec les PMA qui lui sont rattachés et avec le PC Opérationnel. Missions du CME : - Accueillir des victimes venant de plusieurs PMA, - Vérifier la catégorisation, la fiche et les priorités d évacuation, - Assurer les soins complémentaires et l hébergement temporaire en attente d évacuation, - Coordonner les évacuations avec le remplissage des vecteurs, la décision de leur départ vers les hôpitaux indiqués, les convoyages, - Assurer la demande et la répartition des renforts par l intermédiaire des norias, - Assurer la régulation des norias. Missions du médecin CME - Répartir les missions au sein du CME, - Assurer la coordination et la régulation des évacuations primaires entre PMA et CME, - Coordonner et réguler des évacuations vers les hôpitaux en fonction des différents vecteurs qui lui sont attribués (routiers, aériens, ferroviaires,...), - Se renseigner sur les problèmes locaux particuliers pouvant survenir au niveau du chantier et donner les consignes nécessaires au médecin-chef du PMA (hygiène, toxicologie), - Assurer le renouvellement des moyens en matériels et médicaments, - Prévoir le renfort et le remplacement des équipes médicales et paramédicales, Transmission : Préfecture des Landes (SIDPC40)

18 Entre le ou les PMA et le PC Opérationnel. Entre le ou les PMA et les hôpitaux de l arrière, en contact permanent avec le PC Opérationnel. Cf. OPT du Plan ORSEC nombreuses victimes. LE DEPOT MORTUAIRE Le dépôt mortuaire est : Déterminé par le COS en liaison avec le DSM Placé sous la responsabilité des services de police judiciaire Aménagé dans un endroit retiré situé près du PMA Position déterminée par le COS en liaison avec le DSM 1. Recueillir les corps des victimes décédées sur le site ou au PMA 2. Recenser les victimes décédées, sous le contrôle des autorités judiciaires qui procèdent aux formalités d identification et d état civil Un ou plusieurs médecins Des personnels secouristes Des agents d entreprises spécialisées Les opérateurs funéraires NOTA : Il n existe plus de convention entre l état et la confédération des professionnels du funéraire et de la marbrerie depuis le 6 septembre 2007 RAPPEL CONCERNANT LES PERSONNES DECEDEES Les opérations de relevage (numérotation des corps, marquage des emplacements, rassemblement des vêtements et objets personnels auprès de chaque corps, regroupement des victimes décédées dans un entrepôt mortuaire) sont placées sous la responsabilité des services de Police Judiciaire ET sont de la compétence exclusive des services de police et/ou de gendarmerie selon les instructions données par le Parquet du TGI compétent Les services en charge de l enquête établissent la liste des personnes décédées identifiées. Les identités des personnes décédées ne peuvent être communiquées par le P.C.O qu après autorisation expresse du Procureur de la République ou du Substitut du Procureur délégué. En cas de transport dans le cadre d un voyage collectif, le service en charge de l enquête ou le COD, à la demande de ce service, entrera en contact avec les organismes de transport (compagnie aérienne, SNCF, agence de voyages) afin de déterminer le nombre et l identité des victimes présumées. La procédure concernant le transport de corps vers l étranger est disponible dans l annexe IV «boite à outil» des dispositions générales ORSEC. Préfecture des Landes (SIDPC40)

19 VI - Rappel sur l organisation des transmissions Les transmissions devront être à la fois complètes, simples et efficaces et comporteront : - des liaisons filaires entre le PC opérationnel et le COD préfecture, - des liaisons radio "locales", de travail, utilisées seulement à l'avant, entre chantiers et PMA, - des liaisons radio, informatiques et téléphonique "médicales" mettant en relation exclusivement PC de Site, PMA, Médecin chef PMA, CME, ARM PCO. les messages doivent être peu nombreux, clairs, précis, distinguant nettement : - les ordres, - les demandes, - les informations. a) Le réseau de commandement Permet d établir les liaisons entre : - D.O.S. (Préfet) - DT ARS / SAMU - C.O.S. (D.D.S.I.S.) - C.O.D.I.S. - par téléphone ou radiotéléphone, - par fax, - par radio sur le réseau commandement du S.D.I.S (Antarès 259) b) Liaisons internes de chaque service Chaque service concerné par la mise en oeuvre du plan utilisera les fréquences nécessaires (cf : OPT propre à chaque service) L organisation des transmissions entre SDIS et SAMU figure en Annexe 4. Elle comporte 2 configurations adaptables en fonction de l ampleur de l événement. c) Liaison avec les services extérieurs Les hélicoptères engagés dans le dispositif se présenteront prioritairement s ils sont dotés de moyens de communication Antares, sur la 618 air/sol. A défaut la fréquence VHF Aéro Mhz pourra être utilisée (portée inférieure à 10 nautiques). Un émetteur/récepteur permettant ces liaisons fournis par le SAMU 40 sera mis en place au secrétariat de sortie PMA Le service de déminage est équipé de 5 postes Antares. Préfecture des Landes (SIDPC40)

20 FICHES SERVICES N FICHE Désignation Page 1 Préfet ou S/Préfet de permanence 22 2 SIDPC 23 3 Bureau de la communication interministérielle - pref 25 4 SISIC 27 5 Sous Préfet d'arrondissement 28 6 Cabinet et autres services préfecture 29 7 Maire de la commune concernée 30 8 Gendarmerie ou DDSP 31 9 DT ARS DDCSPP DDTM Bureau de la Circulation et de la Sécurité Routière Associations de secourisme Association Départementale d Aide aux Victimes et de Médiation (ADAVEM 40) CODIS Centre 15 ou Officier d astreinte départementale Premier COS (officier 1 er intervenant) Premier DSM (médecin 1 er intervenant) COS DSM DSI Le Gradé CRM Officier renseignement PCO Officier moyens PCO Officier COD Assistant DSM Officier Ramassage Médecin ramassage Officier Chef PMA Médecin Chef PMA Pharmacien PMA Infirmier Chef PMA Infirmier adjoint Pharmacien Gradé Tri Médecin Tri Secrétaire Tri CUMP Officier Evacuation Médecin Evacuation Gradé Evacuation Secrétaire sortie PMA Autres services ou organismes 71 Préfecture des Landes (SIDPC40)

21 FICHE SERVICE PREFET ou SOUS-PREFET de PERMANENCE Fiche 1 Le Sous Préfet de permanence est : Le Directeur de Cabinet en semaine, Le Sous-Préfet désigné sur la feuille de permanence le week-end Préfecture 1. Informer le Préfet de la situation 2. Décider ou proposer au Préfet de déclencher le plan ORSEC nombreuses victimes, en fonction des éléments donnés par l Officier CODIS 40, le COG ou le SAMU (accident, incendie mettant en cause de nombreuses victimes), 3. Informer l Officier CODIS, le médecin régulateur CRRA15 et le CORG (ou CIC) de la décision de déclenchement du Plan. 4. Désigner le Directeur des Secours Médicaux, sur proposition du COS, au regard de la liste d aptitude départementale. 5. Décider de l activation de la cellule de crise de la préfecture. 6. En liaison avec l agent d astreinte Cabinet/SIDPC, faire alerter : les personnels du SIDPC, le SISIC (renfort standard), les services nécessaires à la mise en place du dispositif DTARS, DDTM, autres 7. Assurer la mise en oeuvre et le suivi de l exécution des décisions prises 8. Informer le service de permanence du cabinet du ministre de l'intérieur 9. En cas d accidents mettant en cause une personnalité : procéder à l information des autorités locales susceptibles d être concernées et/ou à l information des ministères concernés via le COGIC 10. En cas d accidents mettant en cause des étrangers: prévenir le consulat ou l'ambassade concernée et rechercher un interprète avec le concours du SIDPC Personnels du standard Personne d astreinte Renfort SIDPC/Cabinet Transmission : Liaison téléphonique : via standard et/ou coordonnées feuille de permanence du week-end Préfecture des Landes (SIDPC40)

22 FICHE SERVICE SERVICE INTERMINISTERIEL DE DEFENSE ET PROTECTION CIVILES Fiche 2 Le SIDPC est : Le Chef du SIDPC et/ou son adjoint Les personnels composant ce service Un représentant en préfecture, salle opérationnelle (1 er étage entrée 26 rue Victor Hugo locaux SIDPC) Le cas échéant un représentant au PCO (sur le terrain) 1. Activer le COD en salle Opérationnelle. 2. Informer et/ou alerter les services suivants en leur demandant de rejoindre la salle opérationnelle : le CORG (gendarmerie) la CIC (DDSP), le CODIS (DDSIS) le CRRA 15 (SAMU), la DDTM (cadre de permanence) la DT ARS (cadre de permanence) le SISIC, 3. Préparer et faire signer le message portant déclenchement du Plan ORSEC nombreuses victimes (cf. annexe) par le Préfet et ou le Sous-préfet de permanence 4. Confirmer le déclenchement du Plan ORSEC nombreuses victimes par message fax à tous les services impliqués (avec mention précise des date et heure de déclenchement) 5. Préparer les messages d information à destination du COGIC (en tant que de besoin envisager la mise en oeuvre éventuelle du réseau national d alerte). 6. Animer le COD, sous l autorité du Directeur de Cabinet 7. Détacher, en accord avec le sous préfet de permanence, un représentant sur le site chargé d apporter l appui en moyen informatique et de secrétariat au chef du PCO 8. Animer la cellule synthèse : préparer les synthèses à l attention du préfet et rendre compte sans tarder de tout événement majeur pouvant avoir des conséquences graves 9. Informer le ou les sous-préfets des arrondissements susceptibles d être concernés 10. Organiser l information des familles 11. Veiller à la coordination des fonctions à mettre en œuvre au COD la tenue à jour de la main courante, la cartographie et la régulation des messages 12. Assurer la bonne circulation du renseignement entre le COD et le PCO 13. Assurer la satisfaction des besoins exprimés par les services engagés sur le terrain 14. Organiser et s assurer de la logistique du COD préfecture 15. Ouvrir et renseigner SYNERGI Préfecture des Landes (SIDPC40)

Plan ORSEC. du département du Finistère

Plan ORSEC. du département du Finistère PRÉFET DU FINISTÈRE Préfecture du Finistère Cabinet du préfet Service interministériel de défense et de protection civiles Plan ORSEC «secours à nombreuses victimes» du département du Finistère Plan ORSEC

Plus en détail

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Dispositions générales ORSEC Dr M.NAHON SAMU75 02/2013 Crises sanitaires, Accidents catastrophiques à effets limités (ACEL), Catastrophes Majeures 2 Crises sanitaires,

Plus en détail

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP 1- Sécurité civile et police administrative L activité opérationnelle des sapeurs pompiers s exercent dans le cadre de la police administrative. La police administrative

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

PLAN ROUGE VILLE DE MARSEILLE. B.M.P.M. - Service Santé SMUR 0

PLAN ROUGE VILLE DE MARSEILLE. B.M.P.M. - Service Santé SMUR 0 PLAN ROUGE VILLE DE MARSEILLE B.M.P.M. - Service Santé SMUR 0 Généralités Le Plan Rouge : art 3 loi 87-565 du 22/07/1987 relative à «l organisation de la sécurité civile» Sous l autorité du Préfet des

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE 2011 PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE SOMMAIRE SOMMAIRE 2 DECLENCHEMENT DU PCS 3.1 ROLE ET OBJECTIFS DU PLAN 3.2 MODALITES DE DECLENCHEMENT DES DIFFERENTES ALERTES

Plus en détail

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde P.C.S Plan Communal de Sauvegarde Plan Communal de Sauvegarde de CHINON Sommaire CHAPITRE 1 INTRODUCTION FI 1 Préambule FI 2 Objet du PCS et cadre réglementaire FI 3 Arrêté municipal de réalisation du

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

REGLEMENT POUR LA FACTURATION DES PRESTATIONS DE SERVICE - 2015

REGLEMENT POUR LA FACTURATION DES PRESTATIONS DE SERVICE - 2015 REGLEMENT POUR LA FACTURATION DES PRESTATIONS DE SERVICE - 2015 DU SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DU TARN Article 1 : Article 2 : Conformément aux lois et à la jurisprudence subséquente,

Plus en détail

Dossier de presse. Exercice cyclone : «ZANNO 2014» Les services de l État et leurs partenaires se préparent à la saison cyclonique

Dossier de presse. Exercice cyclone : «ZANNO 2014» Les services de l État et leurs partenaires se préparent à la saison cyclonique Cabinet du Préfet Bureau de la communication interministérielle Fort-de-France, le 12 juin 2013 Dossier de presse Exercice cyclone : «ZANNO 2014» Les services de l État et leurs partenaires se préparent

Plus en détail

P.A.R.M. (Permanencier Auxiliaire de Régulation Médicale) Quelle est cette profession de santé Méconnue et non reconnue?

P.A.R.M. (Permanencier Auxiliaire de Régulation Médicale) Quelle est cette profession de santé Méconnue et non reconnue? P.A.R.M. (Permanencier Auxiliaire de Régulation Médicale) Quelle est cette profession de santé Méconnue et non reconnue? Référentiel métier de PARM Vr 4 - Mai 2007 Page 1 sur 9 Ce document a été rédigé

Plus en détail

retour d expérience accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge (91), le 12 juillet 2013 RETOUR D EXPÉRIENCE DE L ACCIDENT...2

retour d expérience accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge (91), le 12 juillet 2013 RETOUR D EXPÉRIENCE DE L ACCIDENT...2 SOMMAIRE RETOUR D EXPÉRIENCE DE L ACCIDENT...................................................2 CHRONOLOGIE DES FAITS...........................................3 ORGANISATION DE LA CHAÎNE DE COMMANDEMENT.............................................4

Plus en détail

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE - 30 - ANNEXE N 3 ASSISTANCE MÉDICALE (Mutuelle Assistance International, Mutuelle Assistance France) I. CONDITIONS GÉNÉRALES En cas de besoin, chaque bénéficiaire peut, 24

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Dispositif dégradé et réaction initiale

Dispositif dégradé et réaction initiale 3.4 Prise en charge des victimes radiocontaminées Dispositif dégradé et réaction initiale UMH, SMUR Régulation SAMU SAU, UP Les limites du dispositif (circulaire 800) L identification de l attentat n est

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : Bureau de la communication interministérielle - 02.48.67.34.36 pref-communication@cher.gouv.fr Préfecture du Cher - Place Marcel Plaisant CS 60022-18020 BOURGES Cedex

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

NOTE OPERATIONNELLE TEMPORAIRE OPS 2015 42 Dispositif opérationnel Tour de France 2015

NOTE OPERATIONNELLE TEMPORAIRE OPS 2015 42 Dispositif opérationnel Tour de France 2015 --------------------- GROUPEMENT Prévention Prévision Opérations --------------------- Affaire suivie par : Commandant Olivier BLANCO 05.62.38.18.16. NOTE OPERATIONNELLE TEMPORAIRE OPS 2015 42 Dispositif

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE ET DES LIBERTÉS LOCALES Arrêté du 16 août 2004 relatif aux formations des médecins, pharmaciens et infirmiers

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires

Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires Note technique Concernant les modalités d application au niveau départemental de la convention conclue entre l EPRUS et des établissements

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence La sécurité s'exprime par plusieurs aspects : maintien de la tranquillité et de l'ordre public, sauvegarde de la sécurité

Plus en détail

Les Établissements recevant du public. La prévention incendie

Les Établissements recevant du public. La prévention incendie Les Établissements recevant du public La prévention incendie 1 Sommaire Partie 1 : Les établissements recevant du public Partie 2 : La prévention incendie Partie 3 : L organisation de la prévention dans

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 1 21/01/2013 10:29:57 Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 2 21/01/2013 10:29:57 Planification d urgence La sécurité

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

Officiers de Garde Groupement (O.G.G.) Officiers de Garde Compagnie (O.G.C.)

Officiers de Garde Groupement (O.G.G.) Officiers de Garde Compagnie (O.G.C.) DVP-2.3.1 / 15-01 Note de Opérationnelle N.S.O. 2015-01 Version 1.0 Interventions payantes Bureau Procédures Opérationnelles et Plans de Secours Date de parution : 22 décembre 2014 Date de mise en application

Plus en détail

REPONSE OPERATIONNELLE DU SDIS 06 FACE A UN EVENEMENT SISMIQUE Patrick BAUTHEAC Directeur Départemental des Services d incendie des Alpes Maritimes

REPONSE OPERATIONNELLE DU SDIS 06 FACE A UN EVENEMENT SISMIQUE Patrick BAUTHEAC Directeur Départemental des Services d incendie des Alpes Maritimes Atelier 1 groupe de travail sismique franco-italo-suisse du projet Interreg Alcotra RiskNET Atelier 1 gruppo di lavoro sismico franco-italo-svizzero del progetto Interreg Alcotra RiskNET Anticiper la gestion

Plus en détail

Les permanencier(e)s auxiliaires de régulation médicale de SAMU (PARM)

Les permanencier(e)s auxiliaires de régulation médicale de SAMU (PARM) Les permanencier(e)s auxiliaires de régulation médicale de SAMU (PARM) - A. ROUILLARD - A l'occasion du 2e Congrès National des SAMU, qui se tenait à Toulouse, en 1979, le professeur Louis Lareng déclarait

Plus en détail

AIDE MEDICALE URGENTE. Michel Thicoïpé - SAMU 33 DESCMU 2 2012-2013

AIDE MEDICALE URGENTE. Michel Thicoïpé - SAMU 33 DESCMU 2 2012-2013 AIDE MEDICALE URGENTE Michel Thicoïpé - SAMU 33 DESCMU 2 2012-2013 SAMU : Service d aide Médicale Urgente. Organisme départemental SMUR : Service Mobile d Urgence et de Réanimation. Service de réanimation

Plus en détail

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1 MCo/LJ/8033/04/UNOF Paris, le 12 janvier 2004 PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1. Exposé des motifs : La Permanence des soins est une mission d'intérêt général,

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

PPMS. Ce recueil de tableaux vous guidera dans la conception et dans la présentation du PPMS de l établissement. Plan Particulier de Mise en Sureté

PPMS. Ce recueil de tableaux vous guidera dans la conception et dans la présentation du PPMS de l établissement. Plan Particulier de Mise en Sureté PPMS Ce recueil de tableaux vous guidera dans la conception et dans la présentation du PPMS de l établissement Page 1 1 IDENTIFICATION DE L ETABLISSEMENT Année de réalisation du PPMS Nom de l établissement

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS PREFECTURE DE POLICE N Spécial 5 août 2014 1 PREFECTURE DES HAUTS-DE-SEINE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS N Spécial Préfecture de Police du 5 août 2014 SOMMAIRE Arrêté

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM)

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) Edition 2008 2013 CDAJE 38 Commission départementale de l accueil des jeunes enfants CDAJE 38 1 Par dérogation à l article

Plus en détail

AirPlus Assurances. Comment s y retrouver dans la nébuleuse des assurances et assistances voyages. AIRPLUS. WHAT TRAVEL PAYMENT IS ALL ABOUT.

AirPlus Assurances. Comment s y retrouver dans la nébuleuse des assurances et assistances voyages. AIRPLUS. WHAT TRAVEL PAYMENT IS ALL ABOUT. AirPlus Assurances. Comment s y retrouver dans la nébuleuse des assurances et assistances voyages. AIRPLUS. WHAT TRAVEL PAYMENT IS ALL ABOUT. Contexte L attentat de Karachi survenu en 2002 a eu des conséquences

Plus en détail

TALENSIA. Assistance. Dispositions spécifiques

TALENSIA. Assistance. Dispositions spécifiques TALENSIA Assistance Dispositions spécifiques L'introduction et la présentation du plan d assurances Entreprises Les dispositions communes Les dispositions spécifiques à chacune des assurances Le lexique

Plus en détail

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières pour le département de entre L'État, représenté par M.., Préfet d., et La Direction

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

ORGANISATION DU SECOURS A PERSONNE ET DE L AIDE MEDICALE URGENTE

ORGANISATION DU SECOURS A PERSONNE ET DE L AIDE MEDICALE URGENTE ORGANISATION DU SECOURS A PERSONNE ET DE L AIDE MEDICALE URGENTE REFERENTIEL COMMUN Élaboré par le comité quadripartite associant les représentants des structures de médecine d urgence et des services

Plus en détail

Le ministre de l'intérieur. La ministre des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative

Le ministre de l'intérieur. La ministre des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative MINISTERE DE L INTERIEUR MINISTERE DES SPORTS, DE LA JEUNESSE, DE L EDUCATION POPULAIRE ET DE LA VIE ASSOCIATIVE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION

Plus en détail

Lycée Régional du Bâtiment et des Travaux Publics Saint Lambert N 0750697A LIVRET DE SECURITE INCENDIE

Lycée Régional du Bâtiment et des Travaux Publics Saint Lambert N 0750697A LIVRET DE SECURITE INCENDIE Lycée Régional du Bâtiment et des Travaux Publics Saint Lambert N 0750697A LIVRET DE SECURITE INCENDIE Mise à jour Mai 2010 Rappel de la réglementation L objectif des exercices d évacuation est d entraîner

Plus en détail

Guide de préparation aux situations d urgence

Guide de préparation aux situations d urgence Guide de préparation aux situations d urgence Soyez Prêts! disponible sur le portail interministériel de prévention des risques majeurs http://www.risques.gouv.fr Faire face en attendant les équipes de

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Le Plan Communal de Sauvegarde :

Le Plan Communal de Sauvegarde : Le Plan Communal de Sauvegarde : Pour faire face aux catastrophes et aux sinistres majeurs : tempête, crue, fortes chutes de neige, pluies torrentielles, canicule, accident grave de la circulation routière,

Plus en détail

PREFECTURE DU HAUT-RHIN PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DU DEPARTEMENT DU HAUT-RHIN

PREFECTURE DU HAUT-RHIN PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DU DEPARTEMENT DU HAUT-RHIN ll PREFECTURE DU HAUT-RHIN PLAN DE GESTION D UNE CANICULE DU DEPARTEMENT DU HAUT-RHIN 2010 2 SOMMAIRE Glossaire des sigles utilisés...4 INTRODUCTION...5 TITRE1 : LES OBJECTIFS DU PGCD...7 1.1 LA COORDINATION

Plus en détail

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale Date : 13/12/1999 Origine : DDRI ENSM Réf. : DDRI n 70/1999 ENSM n 41/1999 n / n / MMES et MM les Directeurs - des Caisses Primaires d'assurance

Plus en détail

Epreuve Sportive ou Manifestation sur voie publique -

Epreuve Sportive ou Manifestation sur voie publique - Préfet du Haut-Rhin Epreuve Sportive ou Manifestation sur voie publique - Pour être recevable, le dossier doit être intégralement complété, signé et adressé avant le délai réglementaire requis.. Le dossier

Plus en détail

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence Centre Hospitalier Universitaire Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur R. Debré - 30009 Nîmes cedex 9-04 66 68 68 68 www.chu-nimes.fr INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction des professions paramédicales Et des personnels hospitaliers

Plus en détail

La Sécurité incendie En Accueils Collectifs de Mineurs

La Sécurité incendie En Accueils Collectifs de Mineurs PREFET DU LOIRET Direction Départementale Service Départemental d Incendie de la Cohésion Sociale et de Secours du Loiret Pôle Promotion des politiques de jeunesse, Groupement Prévention de sports, et

Plus en détail

alarme incendie (feu non maîtrisable)

alarme incendie (feu non maîtrisable) INCIDENT N 1 alarme incendie (feu non maîtrisable) Vérification des matériels et systèmes de à disposition au - système de détection incendie (test lampe, signal sonore) - centrale d alarme intrusion(état

Plus en détail

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident Dispositions à prendre en cas d accident et d incident En cas d accident ou d incident, les Chefs de Corps et les Commandants d Unité doivent veiller à appliquer certaines procédures, comme la rédaction

Plus en détail

«Une heure pour savoir»

«Une heure pour savoir» PLAN CYCLONE. ORGANISATION DÉPARTEMENTALE ET ZONALE DE LA GESTION DE CRISE «Une heure pour savoir» LE 8 JUILLET 2011 E.FONTANILLE/ J. VINCENT Les CYCLONES aux ANTILLES Depuis 1986 le Cyclone (en Grec Dieu

Plus en détail

DISPOSITIF D APPEL POUR TRAVAILLEUR ISOLE ENSEMBLE SECURISONS VOTRE AVENIR

DISPOSITIF D APPEL POUR TRAVAILLEUR ISOLE ENSEMBLE SECURISONS VOTRE AVENIR DISPOSITIF D APPEL POUR TRAVAILLEUR ISOLE ENSEMBLE SECURISONS VOTRE AVENIR 2 TEXTES RELATIFS AUX TRAVAILLEURS ISOLES Code du travail Art R237-10 du décret du 20/02/92 : le chef de l entreprise intervenante

Plus en détail

Atelier DT-DICT. DICT.fr est une marque de la société SOGELINK - SAS au capital de 150 000 Euros ATTF Beaune Octobre 2013

Atelier DT-DICT. DICT.fr est une marque de la société SOGELINK - SAS au capital de 150 000 Euros ATTF Beaune Octobre 2013 Atelier DT-DICT DICT.fr est une marque de la société SOGELINK - SAS au capital de 150 000 Euros ATTF Beaune Octobre 2013 Présentation de Sogelink Implantée à Lyon, créée en 2000, Sogelink est une entreprise

Plus en détail

L'acheminement des ressources

L'acheminement des ressources Partie 2 L acheminement des ressources Planifier l'organisation et la prestation des secours et prévoir des modalités d'intervention de manière à assurer, en fonction de l évaluation et de la classification

Plus en détail

URGENCES. Conférence sur la nouvelle téléphonie et l informatique au sein du Centre de réception et de régulation des appels.

URGENCES. Conférence sur la nouvelle téléphonie et l informatique au sein du Centre de réception et de régulation des appels. Chapitre 113 Conférence sur la nouvelle téléphonie et l informatique au sein du Centre de réception et de régulation des appels I. MONSEUR, N. LUBINSKI, V. DUPONT, Dr SICOT, C. MINNE, Dr GOLDSTEIN 1 re

Plus en détail

Focus Assistance 2014

Focus Assistance 2014 Focus Assistance 2014 SOCIETE D ASSURANCE MUTUELLE LES SERVICES D ASSISTANCE INTÉGRÉS À VOS CONTRATS D ASSURANCES SOMMAIRE Assistance Route Tranquille... 3 Assistance Automobile... 4-5 Assistance Vie Tranquille...

Plus en détail

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION Etre capable d apprécier le cadre juridique d intervention et mettre en œuvre la procédure judiciaire. Connaître et articuler les cadres juridiques des interventions. Etre capable de situer son action

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ADMINISTRATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ADMINISTRATION ADMINISTRATION ADMINISTRATION GÉNÉRALE MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Secrétariat

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion.

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. I - LE CADRE REGLEMENTAIRE Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. Ce projet - Administration, Gestion,

Plus en détail

CHAPITRE V : MODALITES DE GESTION DE LA CRISE ET ORGANISATION COMMUNALE

CHAPITRE V : MODALITES DE GESTION DE LA CRISE ET ORGANISATION COMMUNALE CHAPITRE V : MODALITES DE GESTION DE LA CRISE ET ORGANISATION COMMUNALE Page 100 sur 133 I. MODALITES DE GESTION DE CRISE Ce chapitre est destiné à informer et décrire les modalités de réponse à une crise

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS 119 rue de la marne - 33500 - Libourne NOVEMBRE 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

HosmaT - ciculaire DHOS/O1 n 2005-256

HosmaT - ciculaire DHOS/O1 n 2005-256 Circulaire DHOS/E 4 n 2005-256 du 30 mai 2005 relative aux conditions techniques d alimentation électrique des établissements de santé publics et privés NOR : SANH0530245C Date d application : immédiate.

Plus en détail

sécurité contre l incendie et la panique s o m m a i r e la PRÉvEntiOn... Page 5 son but les moyens réglementaires le contrôle

sécurité contre l incendie et la panique s o m m a i r e la PRÉvEntiOn... Page 5 son but les moyens réglementaires le contrôle s o m m a i r e la PRÉvEntiOn... Page 5 son but les moyens réglementaires le contrôle les modifications apportées PaR le décret du 8 mars 1995... Page 8 une réforme importante les raisons de la réforme

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE. Exercice Départemental DAREGAL 2012 Milly la forêt DESCRIPTION DE L EXERCICE

RETOUR D EXPERIENCE. Exercice Départemental DAREGAL 2012 Milly la forêt DESCRIPTION DE L EXERCICE Exercice Départemental DAREGAL 22 - SAP - RETEX EXER DESCRIPTION DE L EXERCICE HISTORIQUE Date : 20 janvier 22 Heure de début: 14h00 Heure de fin : 16h30 LIEU Adresse : D 948, OBJECTIFS DE L EXERCICE Pour

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU ENTRE : Monsieur le Maire, agissant es-qualité en vertu des délibérations du 25 septembre 2014 et du 24 octobre 2013, Désigné ci-après

Plus en détail

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREFET DU LOIRET COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC VOUS ETES MAIRE! QUEL EST VOTRE ROLE ET QUELLES SONT VOS RESPONSABILITES? PREFECTURE DU LOIRET CABINET

Plus en détail

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission.

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission. Fiche n 68 164 Parfois les sapeurs-pompiers, sont amenés pour porter secours à entrer par effraction soit par la fenêtre ou par la porte. Cette action est appelée «ouverture de porte». Textes de référence

Plus en détail

PREFET DES YVELINES. 7 octobre 2014

PREFET DES YVELINES. 7 octobre 2014 PREFET DES 7 octobre 2014 Les commissions de sécurité Sommaire Rôle des commissions de sécurité Domaines de compétence Fonctionnement et délais Composition 2 Les commissions de sécurité Sommaire Rôle des

Plus en détail

Règlement relatif à la convention du service du feu des Communes de Bevaix, Boudry et Cortaillod (SFBBC)

Règlement relatif à la convention du service du feu des Communes de Bevaix, Boudry et Cortaillod (SFBBC) Règlement relatif à la convention du service du feu des Communes de Bevaix, Boudry et Cortaillod (SFBBC) LE CONSEIL GENERAL DE LA VILLE DE BOUDRY vu la loi sur la police du feu (LPF), du 7 février 1996,

Plus en détail

Loi n 2006-686 du 13 juin 2006 relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire

Loi n 2006-686 du 13 juin 2006 relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire Référence : DEP-Bordeaux-0538-2009 Monsieur le directeur du CNPE de Civaux BP n 64 86320 CIVAUX Bordeaux, le 15 avril 2009 Objet : Réf. : Contrôle des installations nucléaires de base Centre nucléaire

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries

Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries La procédure suivante précise les dispositions à prendre lorsque les conditions climatiques

Plus en détail

La régulation des transports sanitaires par les SAMU

La régulation des transports sanitaires par les SAMU La régulation des transports sanitaires par les SAMU DHOS SDO Bureau O1 1 L organisation des transports sanitaires urgents : une mission permanente Principe : Les transports sanitaires sont une mission

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION POUR L ORGANISATION D UNE MANIFESTATION SPORTIVE COMPORTANT LA PARTICIPATION DE VÉHICULES TERRESTRES A MOTEUR

DEMANDE D AUTORISATION POUR L ORGANISATION D UNE MANIFESTATION SPORTIVE COMPORTANT LA PARTICIPATION DE VÉHICULES TERRESTRES A MOTEUR DEMANDE D AUTORISATION POUR L ORGANISATION D UNE MANIFESTATION SPORTIVE COMPORTANT LA PARTICIPATION DE VÉHICULES TERRESTRES A MOTEUR - se déroulant sur la voie publique et regroupant plus de 200 véhicules

Plus en détail

PLAN DE GESTION DE CANICULE DEPARTEMENTAL DE LA LOIRE

PLAN DE GESTION DE CANICULE DEPARTEMENTAL DE LA LOIRE PRÉFET DE LA LOIRE Préfecture Services du cabinet Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles PLAN DE GESTION DE CANICULE DEPARTEMENTAL DE LA LOIRE 2015 Actualisation : 2015 ADRESSE POSTALE

Plus en détail

AVIS RELATIF A L APPLICATION DE L ART. 97ter DE LA LOI SUR LES HOPITAUX

AVIS RELATIF A L APPLICATION DE L ART. 97ter DE LA LOI SUR LES HOPITAUX SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 08/09/2005 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins --- CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Créteil, le 30 octobre 2014. L inspectrice d académie, directrice académique des services départementaux de l éducation nationale du Val-de-Marne

Créteil, le 30 octobre 2014. L inspectrice d académie, directrice académique des services départementaux de l éducation nationale du Val-de-Marne Créteil, le 30 octobre 2014 L inspectrice d académie, directrice académique des services départementaux de l éducation nationale du Val-de-Marne à Mesdames et Messieurs les chefs d établissements du second

Plus en détail

Fiche N 18 Ind. 1 du 21 juin 2013 LA GESTION DE CRISE DANS LE DOMAINE NUCLÉAIRE

Fiche N 18 Ind. 1 du 21 juin 2013 LA GESTION DE CRISE DANS LE DOMAINE NUCLÉAIRE Fiche N 18 Ind. 1 du 21 juin 2013 GASN ASSOCIATION DES RETRAITÉS DU GROUPE CEA GROUPE ARGUMENTAIRE SUR LE NUCLÉAIRE LA GESTION DE CRISE DANS LE DOMAINE NUCLÉAIRE 1. INTRODUCTION La gestion de crise dans

Plus en détail

Réf. Ifremer N 12/2 212 838. Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP)

Réf. Ifremer N 12/2 212 838. Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Réf. Ifremer N 12/2 212 838 Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) 1. OBJET...3 2. RESPONSABLES HABILITES...3 3. DEFINITION DES PRESTATIONS

Plus en détail

Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence"

Séminaire LCSQA Épisodes de pollution et mesures d urgence Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence" Jeudi 22 mai 2014 Messages sanitaires Marie FIORI (chargée du dossier Qualité de l air extérieur) Sous-direction de la Prévention des risques

Plus en détail

CHAPITRE 10 LES BRANCARDAGES ET LE TRANSPORT

CHAPITRE 10 LES BRANCARDAGES ET LE TRANSPORT CHAPITRE 10 LES BRANCARDAGES ET LE TRANSPORT Objectifs Indiquer les positions d une victime sur un brancard Appliquer les règles de base d un brancardage Installer dans un véhicule de premiers secours

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) 5 Circulaires de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse Signalisation des circulaires du 1er janvier au 31

Plus en détail

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Le 13 octobre 2010, Madame GOUTTENOIRE, Professeur à la faculté de Droit de Bordeaux 4, Directrice de l institut des Mineurs

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

PLAN ORSEC DE NOUVELLE - CALÉDONIE

PLAN ORSEC DE NOUVELLE - CALÉDONIE HAUT-COMMISSARIAT de la RÉPUBLIQUE en NOUVELLE-CALEDONIE --------- Cabinet --------- --------- Direction de la Sécurité Civile --------- Dispositions prises en application du Code de la Sécurité Intérieure

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr [ ] premières Réalisations du 4e Plan triennal de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr Ratification de la Convention d Istanbul Lundi 5 mai, le Sénat a adopté définitivement,

Plus en détail

No 2487 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 21 juin 2000. PROJET DE LOI MODIFIE PAR LE SENAT EN NOUVELLE LECTURE

Plus en détail

LE PLAN DE PREVENTION

LE PLAN DE PREVENTION 1 Association des Directeurs et Responsables de Services Généraux Facilities Manag ers Association LE PLAN DE PREVENTION Avertissement : ce document est un exemple établi pour un besoin particulier. Il

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique 18/02/2015 Dossier de presse L hébergement d urgence en Loire-Atlantique M. Henri-Michel COMET, préfet de la région Pays de la Loire, préfet de Loire-Atlantique a rencontré le mercredi 18 février 2015

Plus en détail