UNIVERSITE PARIS IX DAUPHINE 1I.E.R. SCIENCES DES ORGANISATIONS THESE. pour l'obtention dl,! titre de DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE PARIS IX DAUPHINE 1I.E.R. SCIENCES DES ORGANISATIONS THESE. pour l'obtention dl,! titre de DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES"

Transcription

1 UNIVERSITE PARIS IX DAUPHINE 1I.E.R. SCIENCES DES ORGANISATIONS THESE pour l'obtention dl,! titre de DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES Sujet: «AUTONOMIE MONETAIRE, PREALABLE A UNE POLITIQUE MONETAIRE DE DEVELOPPEMENT. Le cas des Etats de IJC.M.O.A.» Directeur de Recherche : Madame Danièle BLONDEL, Professeur Candidat : Ousmane OUEDRAOGO JURY: Président: Mme Danièle BLONDEL, Professeur Suffragants: M. Joël METAIS, Professeur M. Jean-Paul POLLlN, Professeur.i" _~----. ANNEE DE LA SOUTENANCE :l9. ~~~D_Th:j11

2 A ma femme, A mes parents.

3 L'université ni entend donner auclli1e annrobation ni improbation aux opinions émises dans les thèses : ces ooinions doivent être considérées comme propres à leurs auteurs.-

4 Ir- LI 0 M MAI R E -=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=- _ZZ-NTRODUCTION l * ~:S::~MJ~:S::~=~~=~IJ~ INCONVERTIBILITE, DEPENPANCE MONE T AIRE ET POLITIQUE MONETAIRE DE DEVELOPPEMENT CHAPITRE l CONVERTIBILITE MONETAIRE, PREALABLE A UNE POLITIQUE MONETAIRE DE DEVELOP- PEMENT Section 1 - Inconvertibilité et maîtrise de la masse monétaire A - Maîtrise de la masse monétaire et développement économique ' Uépargne brute totale dans quelques pays africains L'épargne financière dans quelques pays africains B - Impossibilité de la maîtrise de la masse monétaire en régime d'inconvertibilité Conséquences de la suppression du butoir des avoirs extérieurs Conséquences de la limitation du rôle de la monnaie comme moyen d'échange /...

5 ii Section 2 - Inconvertibilité, taux d'intérêt et développement économique A - Taux d'intérêt et développement économique l - Taux d'intérêt et épargne dans les pays sous-développés Taux d'intérêt et investissement dans les pays sous-développés B - Impossibilité d'utiliser la politique des taux d'intérêt en inconvertibilité Section 3 - Inconvertibilité, taux de change et développement économique A - Taux de change et développement économique l - Les déterminants du taux de change a) L'approche monétariste du taux de change. 60 b) L'approche keynésienne du taux de change 68 c) Le taux de change effectif Incidence de taux de change inadéquats sur le développement économique a) Les conséquences néfastes de la surévaluation du taux de change b) Les conséquences néfastes de la sous-évaluation du taux de change B - Impossibilité d'utiliser le taux de change en régime d1inconvertibilité CONCLUSION DU CHAPITRE * * *... /...

6 iii CHAPITRE II - POLITIQUE MONETAIRE DE L'UMOA ET OBJECTIFS FONDAMENTAUX DE DEVELOPPEMENT Section 1 - Le contrôle de la masse monétaire dans les Etats membres de }'UMOA A - Evolution de la masse monétaire et de la structure de ses -e-ontreparties Evolution de la masse monétaire Evolution des contreparties de la masse monétaire B - Le financement de l'économie par les institutions monétaires Evolution des crédits selon leur terme Analyse sectorielle des crédits à moyen et long terme consentis à l'économie Section 2 - A - B - La politique des taux d'intérêt dans les Etats de l'umoa. 127 Principaux traits de la politique des taux d'intérêt de la Banque Centrale Niveaux des taux d'intérêt, épargne et investissement Taux d'intérêt et investissement Taux d'intérêt et epargne Section 3 - La politique des taux de change de l'umoa CONCLUSION DU CHAPITRE II CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE * * *

7 iv DEUXIEME PARTIE SOUS-DEVELOPPEMENT ET GESTION MONETAIRE INDEPENDANTE CHAPITRE III - APPRECIATION GLOBALE DE LA GARANTIE MONETAIRE DE LA FRANCE Section 1 - Etendue et modalites d'intervention de la garantie monétaire A - Etendue de la garantie monétaire B - Modalités d'application de la garantie monétaire Section 2 - Avantages et inconvénients de la garantie monétaire A - Les avantages L'appartenance à la zone franc et le bénéfice de mécanismes anti-inflationnistes La stabilité financière et la confiance des investisseurs étrangers L'analyse de la suppression de la contrainte JI devises B - Les inconvénients La centralisation des réserves de change constitue-t-el1e un inconvénient? Les répercussions des fluctuations du FF sur les économies africaines L'impossibilité d'utiliser une politique de taux de change La libre circulation des capitaux à l'intérieur de la zone franc CONCLUSION DU CHAPITRE III g * * *

8 v CHAPITRE IV CONDITION DE VIABILITE D'UNE MONNAIE NATIONALE Section 1 - Aspects théoriques de la validité d'une monnaie nationale : le problème des liquidités internationales A - B - C - D - L'approche unidimensionnelle par la relation importation/réserves L'approche selon les motifs keynésiens de détention de monnaie L'approche marginaliste de maximisation d'une fonction d'utilité sociale 194 L'approche par analogie avec la demande de réserves bancaires 197 Section 2 - Rôle de la BCEAO dans la demande de réserves internationales de l'umoa La détermination du produit intérieur brut La formation des dépôts bancaires Les fluctuations du crédit intérieur La détermination des importations Equation fondamentale de détermination des avoirs extérieurs Section 3 - Les conditions fondamentales d'une gestion monétaire indépendante A - Appréciation de la gestion monétaire dans l'umoa : une approche comparative Les avoirs extérieurs nets du système monétaire rapportés aux disponibilités monétaires /...

9 vi Les avoirs extérieurs nets de la Banque Centrale rapportés à la base monétaire B - Conditions nécessaires pour l'indépendance monétaire l - La condition de la stabilité des prix La condition de convertibilité de la monnaie. 232 CONCLUSION DU CHAPITRE IV CONCLUSION DE LA DEUXIEME PARTIE * * * CONCLUSION GENERALE ANNEXES BIBLIOGRAPHIE /...

10 vii G R A PHI QUE S Graphique no 1 Graphique no 2 Côte d'ivoire - Pib réel et masse monétaire réelle Burkina - Pib réel et masse monétaire réelle Graphique no 3 Niger - Pib réel et masse monétaire réelle Graphique no 4 Graphique no 5 Graphique no 6 Graphique no 7 Sénégal - Pib réel et masse monétaire réelle Togo - Pib réel et masse monétaire réelle Variations des crédits à moyen et long terme en pourcentage du Pib Coût du capital, rentabilité des entreprises en Côte d'ivoire 132 Graphique no 8 Taux d'intérêt et épargne dans l'umoa et en France. 136 Graphique no 9 Taux de change effectif réel en F. CFA UMOA base 100 = Graphique n O l0 Ratio Avoirs extérieurs nets du système monétaire Disponibilités monétaires Graphique n 0 11 Ratio Avoirs extérieurs nets de la Banque Centrale Base monétaire T A BLE A U X Tableau no 1 Fonction d'épargne financière dans quelques pays africains Tableau no 2 Pourcentage des crédits à court terme dans le total des crédits à l'économie. 111 Tableau no 3 Variations nettes des crédits à moyen et long terme en pourcentage du Pib. 112 Tableau no 4 Tableau no 5 Tableau no 6 Tableau no 7 Tableau no 8 Tableau no 9 Estimation équations du Pib dans l'umoa Estimation équations des dépôts bancaires Estimation équations du crédit intérieur Estimation équations des importations Equations fondamentales des avoirs extérieurs nets Pourcentage de variation de l'indice des prix à la consommation (Afrique - UMOA) /.

11 viii ANNEXE S Annexe 1 Bref historique de l'union Monétaire Ouest Africaine Annexe 2 (a à f) Structure des contreparties de la masse monétaire (par pays) Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il' Il Il Il Il Il Il Il Il 253 Annexe 3 Crédits à court terme en pourcentage des crédits à lléconomie... Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il' Il Il Il Il Il Il' Il 256 Annexe 4 Taux de transformation bancaire Annexe 5 Méthodologie de calcul des taux de change effectifs du franc CFA... Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il 258 Annexe 6 Evolution des soldes des balances courantes en pourcentage du Pib. Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il' Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il Il' Il Il Il Il Il Il Il 261 Annexe 7 Crédits bancaires longs par secteurs d'activité

12 INTRODUCTION -=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=- Un de nos professeurs, au lycée, avait coutume de répéter qu"'au même titre que les inventions techniques les plus spectaculaires, la monnaie est une acquisition des civilisations humaines". De fait, tout comme les applications techniques des grandes découvertes scientifiques ont apporté, après les XVe et XVIe siècles et surtout après la révolution industrielle du XVIIIe siècle, de profondes transformations en Europe occidentale puis dans le reste du monde, la monnaie est un phénomène complexe, une source de puissance fantastique par laquelle l'homme peut exercer sa volonté sur lui-même et sur la nature. Le pouvoir de battre monnaie n'a-t-il pas toujours appartenu au Pouvoir Politique? au seigneur local dans l'économie domaniale, au roi dans les sociétés féodales et au gouvernement dans les régimes politiques contemporains? La disparition de l'étalon-or et l'avènement de la monnaie papier à couverture-or partielle a renforcé encore le caractère régalien de l'émission monétaire : autrefois utilisé sous le régime du métallisme pour réduire artificiellement le service de la dette publique, le procédé dit de "l'augmentation des monnaies"* en est devenu encore plus aisé ; le recours au financement purement monétaire devient un moyen aussi puissant que simple pour l'etat de soulager ses finances, faisant même écrire à R. MUNDELL que "de même qu'un faux monnayeur peut extorquer des ressources à ses compatriotes, le Gouvernement peut effectuer un prélèvement sur les citoyens"**. Le problème fondamental demeure cependant celui de la limite supportable d'une telle pratique. Au plan des idées, l'abandon du quantitativisme originel apportera les fondements théoriques d'une gestion monétaire active orientée vers la réalisation de grands objectifs nationaux, faisant ainsi de la politique monétaire un volet essentiel de la politique économique globale des Etats. De manière... /.. * ** cf MARCHAL (Jean) - LECAILLON (Jacques) : "Les flux monétaires. " Editions Cujas. Paris p. 17. MUNDELL (Robert) : "Croissance et Inflation" Dunod. Paris 1977 p. 32.

13 2 progressive, la réflexion intégrationniste (ou anti-dichotomique) est passée du temps conjoncturel de la régulation, à celui structurel de la promotion du développement, mettant en évidence les rapports entre la monnaie et les strucltures productives. La non neutralité de la monnaie (c'est-à-dire la propriété qu'a la monnaie "d'influencer le processus réel de l'économie"*), illustrée de façon dramatique lors des périodes d'hyperinflation qu'ont connues de nombreux pays d'europe Centrale dans la décennie , a amené les Gouvernements à dépasser le seul contrôle de la liquidité globale de l'économie, pour assigner à la politique monétaire des fonctions de mobilisation et d'allocation de ressources. Ainsi, qu'il s'agisse d'assurer une juste rémunération de l'épargne financière, de mettre en adéquation l'orientation des ressources financières avec les priorités sectorielles de la politique économique, les instruments de la politique monétaire peuvent être utilisés par les Pouvoirs publics. Dans les faits cependant, l'immense majorité des pays sous-développés demeurent caractérisés par une gestion monétaire laxiste, des niveaux d'inflation particulièrement élevés et des marchés parallèles des changes florissants, reflets d'une monnaie devenue non seulement inutilisable comme moyen d'action en faveur du développement mais encore et surtout, un puissant mol teur d'aggravation du sous-développement. Quelques pays émergent parfois, rares cas de stabilité monétaire dans le Tiers-Monde. En Afrique, la quasitotalité de ces pays sont liés par des accords de coopération monétaire avec une puissance économique extérieure : c'est le cas des Etats membres de la zone franc. Ce contraste frappant amène à se demande si les pays sous-développés sont réduits à cette sombre alternative : l'indépendance monétaire de sousdéveloppement ou la stabilité monétaire sans politique monétaire. Car, et nous le soutiendrons dans la première partie de notre thèse, l'inconvertibilité tout comme la dépendance monétaire sont deux états qui frappent d'inanité toute tentative de mettre la monnaie au service du développement économique. 1 * CLAASSEN (Emil Maria) Paris, 1968 p. 9. "Monnaie, Revenu national et prix" Dunod,

14 3 De fait, au-delà de la dissemblance manifeste entre la situation monétaire de la grande majorité des Etats africains et celle des pays membres de la zone franc, on trouve un fondement commun. En effet, dans les deux cas, le choix politique du régime de change nous parait inspiré par la conception dominante du développement économique, d'abord considéré par les exégètes des économistes classiques comme un phénomène naturel spontané reposant sur l'accumulation du capital technique, puis perçu comme une évolution par étapes avec la réunion d'un ensemble de conditions relatives aux facteurs de production que sont le capital et le travail, permettant les changements qualitatifs dans le processus.* Il en a résulté des stratégies de développement qui, toutes, accordaient bien peu d'attention à l'aspect monétaire et financier, même si, paradoxalement, cela s'est traduit dans la pratique par des attitudes diamétralement opposées quant au rôle implicite que devait jouer la politique monétaire dans ces stratégies : limité dans le cas des pays membres de la zone franc, et trop important dans la plupart des autres pays africains ayant choisi l'inconvertibilité de leur monnaie. Pour les gouvernements africains, il s'est agi surtout de définir les secteurs susceptibles d'être les moteurs du développement, de préciser les rôles respectifs de l'etat et de l'initiative privée, de sélectionner les projets, de prévoir la formation d'une main-d'oeuvre mieux qualifiée, et d'organiser en même temps que la protection médicale, une meilleure maîtrise de la croissance démographique, élément déterminant dans les modèles de croissance et de dévéloppement de référence, inspirés de l'analyse HARROD-DOMAR. planification mise en oeuvre comporte généralement trois principales étapes d'abord, un inventaire de la situation économique d'ensemble, mettant en exergue les points faibles de l'économie, ensuite une description détaillée des objectifs assignés aux différents secteurs d'activité de même que l'évolution quantitative et qualitative de la main-d'oeuvre, et enfin la présentation exhaustive des différents projets d'investissement public. On observe partout que l'aspect financement de ces programmes d'investissement est très peu traité, de sorte que la structure des ressources, selon qu'elles sont d'origine interne ou externe, est déterminée de façon plutôt arbitraire.... /... * cf. PASSET (René) : "Politiques de développement" Dalloz, Paris, FREYSSINET (Jacques) : "Le concept de sous-développement" Mouton, Paris, La Haye, HAGEN (Everett E.) : "Economie du Développement" Economica, Paris, 1982 La

15 4 Cette approche de la planification, qui néglige les sources internes de financement et donc ne juge pas utile d'apporter quelque soin à la définition de la place de la monnaie (c'est-à-dire la gestion monétaire d'une manière générale) dans le développement économique, est à l'origine de ce que nous appelons l'impossibilité de mettre la monnaie au service du développement, tant dans les Etats africains membres de la zone franc que dans ceux ayant choisi de gérer des monnaies inconvertibles, c'est-à-dire des monnaies qui, par définition, ne peuvent être reprises contre devises par les banques centrales qui les émettent. Un pays qui confie la gestion de sa monnaie, notamment la fixation de la valeur externe de cette monnaie, à un autre, ne peut utiliser pleinement la politique monétaire comme volet de sa stratégie de développement. Nous tenterons de montrer, à partir de l'expérience des Etats membres de l'union Monétaire Ouest Africaine (U.M.O.A.)*, que si une telle situation n'est pas dénuée d'avantages, elle n'en constitue pas moins une entrave grave à toute démarche conséquente de développement de ces pays. Pour les pays membres de la zone franc, en effet, les ressources extérieures constituent le financement privilégié de l'investissement productif et le financement monétaire des déficits budgétaires est strictement réglementé; de la sorte, l'articulation nécessaire entre politique économique générale et politique monétaire, notamment une distribution sectorielle du crédit, la promotion de l'épargne nationale et sa collecte, l'organisation d'un marché financier diversifié etc... s'en est trouvée fortement affaiblie. Aussi, nous le montrerons, ces lacunes de la politique monétaire, conjuguées à la fixité de fait de la parité des monnaies au sein de la zone franc -donc à l'impossibilité pour les pays membres de l'u. M. O. A. d'utiliser... /... * L'Union Monétaire Ouest Africaine regroupe les sept Etats suivants : Bénin, Burkina, Côte d'ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Togo. La Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest (BCEAO) est l'institut d'émission chargé d'émettre la monnaie commune, le franc de la Communauté Financière Africaine, dont la convertibilité est garantie par la France dans le cadre de la zone franc. La Mali n'a adhéré à l'umoa que depuis le 1er juin (cf bref historique et présentation de l'union Monétaire Ouest Africaine en Annexe Al)

16 5 le taux de change comme instrument d'ajustement- amènent à s'interroger sur l'opportunité pour ces Etats, de maintenir les rapports actuels de coopération monétaire avec la France. De même, l'inconvertibilité nous paraît, dans son essence, comme un système dans lequel il serait vain d'espérer mener une politique monétaire de développement. Les dévaluations permanentes, l'inflation galopante, les pénuries fréquentes et les marchés parallèles de change qui caractérisent de nombreux Etats africains, tiennent principalement à l'inconvertibilité de leur monnaie qui, incapable, de remplir sa fonction première d'intermédiaire d'échanges, devient, par une sorte de perversion, un facteur permanent de déstabilisation et de déstructuration de l'économie. De fait, pour nombre de pays africains, le droit de battre monnaie étant un attribut de la souveraineté nationale, il était hors de question d'en laisser l'exercice à quelque degré que ce soit, à un puissant partenaire. Ainsi, Kwamé NKRUMAH dénonçait-il un aspect d'une colonisation nouvelle, plus subtile, par la domination financière* ; de même, n'est-il pas surprenant que les Currency Boards mis en place par la Grande-Bretagne dans ses colonies d'afrique aient éclaté après l'accession de ces territoires à l'indépendance. Cette évolution s'expliquait par le rôle considérable que les dirigeants politiques entendaient accorder à la monnaie dans le financement du développement économique. A l'examen des faits, il apparaît manifeste que ces pays partageaient à l'avance l'avis de nombreux auteurs qui admettent qu'une certaine dose d'inflation monétaire peut être utile pour stimuler le développement**. Toutefois, quelle dose d'inflation est-elle supportable? Sans doute, les gouvernements concernés pensèrent relever quelque peu le seuil de cette inflation supportable, voire lever l'obstacle, en décrétant l'inconvertibilité de leur monnaie. Hélas, la contrainte extérieure était simplement déplacée vers le champ des marchés parallèles des changes et, beaucoup 1 * ** KWAME NKRUMAH : ille Néocolonialisme, dernier stade de l'impérialisme ll Présence Africaine, Paris, cf notamment GANNAGE (Elias) : IIFinancement du développement Il Puf, Paris, PASSET (René) : IIPolitiques de développement Il op. cit.

17 6 plus grave, en était rendue plus aiguë. Car l'inconvertibilité comporte deux éléments essentiels dont les conséquences ne peuvent être que déstabilisatrices pour l'économie nationale ; il s'agit d'une part de l'absence de toute référence à des règles formelles de prudence en matière d'émission monétaire, et d'autre part, de la restriction automatique du rôle premier de moyen d'échange de la monnaie nationale aux seuls biens domestiques. Nous essayerons de montrer que l'inconvertibilité tend à être associée à une politique d'émission laxiste, finançant des déficits budgétaires de plus en plus grands, ainsi qu'à un phénomène de méfiance voire de fuite devant la monnaie nationale, au profit des devises étrangères, ces situations rendant impossible toute politique de promotion de l'épargne nationale ou d'allocation efficace de ressources. L'alternative entre inconvertibilité et dépendance en matière de gestion monétaire n'est pourtant pas fatale. Dans la seconde partie de notre thèse, nous appuyant surl'expérience de l'union Monétaire Ouest Africaine de nouveau, nous essayerons de donner une réponse à la guestion suivante : est-il possible d'avoir une gestion monétaire autonome en économie sous-développée? La notion d'autonomie monétaire ne doit pas, cela s'entend, être assimilée à une déconnexion totale à l'égard du reste du monde, mais plutôt comme l'expression de la liberté de définir la valeur de sa monnaie -ce qui suppose un degré élevé de convertibilité- et celle d'arrêter souverainement les dispositions utiles pour assurer sa stabilité. Notre démarche revêtira deux spécificités qui méritent d'être soulignées. Tout d'abord, nous avons délibérément refusé de nous en tenir à certains aspects particuliers comme le rôle de la monétarisation ou celui des banques, la gestion des réserves internationales, les accords de coopération monétaire. car cela aurait été le meilleur moyen de nous cacher la réalité des contraintes monétaires du développement dans toute sa globalité. C'est dire que nous refusons de suivre les voies généralement empruntées par les études traitant de l'économie monétaire dans les pays de l'umoa que nous... /...

18 7 avons pu consulter, des études qui s'en tiennent le plus souvent, soit à une description des règles de fonctionnement de la BCEAO, soit à la dénonciation ou à l'acclamation des accords de coopération, sans qu'il soit vraiment possible d'avoir une vision générale de la problématique de la monnaie dans ces pays. Si nous refusons d'exalter ou de condamner les termes de la coopération monétaire entre la France et les pays membres de l'union Monétaire Ouest Africaine, nous ne nous interdisons pas cependant d'apprécier objectivement les avantages et les inconvénients que partisans et adversaires de cette coopération y voient pour les pays africains. Cette analyse, utile pour bien éclairer l'exposé, n'est pas en elle-même indispensable car, et c'est la première singularité de notre approche, la problématique de la monnaie dans les Etats de l'umoa n'est pas de savoir si cette Union retire des avantages nets de son appartenance à la zone franc, encore moins de s'interroger si les gains nets sont équitablement partagés entre l'umoa et la France, mais bien de répondre à la question : l'union Monétaire Ouest Africaine peut-elle gérer librement sa monnaie en dehors de tout lien de dépendance avec le Franc français et la France? C'est en effet un droit fondamental et imprescriptible des peuples, de pouvoir se déterminer eux-mêmes, de choisir librement leur destin, et de se gouverner eux-mêmes. Il s'agit de savoir si les conditions peuvent être réunies pour une gestion autonome de la monnaie. De toute évidence, l'aptitude à l'autonomie monétaire n'est pas fonction du niveau de développement, encore moins de la taille des économies. De fait, comme on le montrera, elle tient davantage à des facteurs comme le degré de concordance des habitudes de consommation et l'offre nationale, la répartition du revenu, les habitudes d'épargne et, surtout, l'autorité effective des responsables de la politique monétaire, facteurs qui déterminent dans une large mesure la demande nationale de réserves internationales, au coeur du débat sur la convertibilité. A bien des égards, l'aptitude à l'autonomie monétaire est aux Etats ce que la solvabilité est aux agents économiques : de même(que la solvabilité se juge non seulement par rapport au revenu ou au patrimoine mais aussi par rapport aux engagements patrimoniaux, l'aptitude à l'autonomie monétaire d'un Etat renvoie à un rapprochement entre ses engagements et ses avoirs à l'égard de l'extérieur.... /...

19 8 Mc KINNON résume bien la problématique de la gestion monétaire autonome lorsqu'il écrit : "assurer la cohérence de la politique monétaire avec la politique des changes -le taux de change étant fixe ou flottant- est sans doute la décision politique la plus importante si l'on veut préserver la libre convertibilité"*. Ce principe nous guidera dans la formulation d'un modèle économétrique visant à mettre en évidence le rôle des autorités monétaires dans les variations des réserves officielles de change, et, à partir des résultats obtenus, de montrer que les règles de l'émission monétaire de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest contiennent l'essentiel des éléments indispensables pour la cohérence entre politique monétaire et politique des changes. La seconde spécificité de notre démarche tient à ce que dans l'expérimentation de notre modèle comme dans toute notre argumentation, nous avons toujours appréhendé la problématique de la gestion monétaire autonome pour l'union Monétaire Ouest Africaine dans son ensemble, et non pas pour chacun des pays membres pris séparément. Car pour nous, l'alternative de l'appartenance à la zone franc n'est pas une gestion monétaire autonome pour chaque pays africain, mais plutôt, une Union Monétaire Ouest Africaine autonome. Cette orientation de la réflexion tient sans doute un peu à une vision personnelle du souhaitable ; elle tient surtout au caractère impératif des regroupements, dans un continent où la balkanisation a donné naissance à des Etats incapables d'assurer même médiocrement la couverture des charges de souveraineté. L'exiguilé des marchés nationaux, le caractère artificiel des frontières, la faiblesse des ressources financières nationales, l'insuffisance des compétences techniques, imposent plus que jamais l'intégration des Etats africains, face d'une part à l'internationalisation des problèmes graves que constituent entre autres la désertification et l'endettement extérieur et d'autre part, aux efforts de regroupement dont font preuve les Etats européens..../... * MC KINNON (Ronald 1.) "Monnaie et finance dàns l'èchange international". Bonnel Editions, Paris, p. 47.

20 9 Du reste, les gouvernements africains l'ont bien compris dès les premières années des indépendances, en entamant la réflexion pour une intégration monétaire de l'afrique, réflexion poursuivie depuis lors et qui a permis notamment de créer des chambres sous-régionales de compensation*. En 1980, lors du Premier Sommet Economique d~ l'o. U. A., fut adopté un Plan d'action de Lagos qui préconise les regroupements sous-régionaux comme seule voie à un développement accéléré de l'afrique. Toutes ces circonstances justifient notre choix de considérer la viabilité d'une monnaie au sein de l'ensemble des pays membres de l'union Monétaire Ouest Africaine ; elles expliquent notre surprise lorsque nous lisons dans certaines études des considérations reposant sur l'hypothèse de monnaies séparées pour ces pays**. Cette thèse se veut une contribution visant, pour reprendre le mot de J. TCHUNDJANG POUEMI, à éviter que l'afrique ne demeure" privée de l'indispensable liaison entre la réflexion et l'action économiques (en matière de gestion monétaire) ***"; car nous sommes convaincus que les questions monétaires constituent, en ce vingtième siècle finissant, l'une des princinales préoccupations des Etats, la monnaie restant l'un des moyens les plus efficaces de violence et de domination entre les nations.... /... * cf TRIFFIN (Robert) "Rapport sur les possibilités d'établir une Union de Compensation et des Paiements en Afrique". Document CEA, publié par la BCEAO dans ses Notes d'information et Statistiques, février ** A titre d'exemple, on peut citer : - MARQUES (Jean-Louis) : "La politique financière et le développement du Sénégal" - Thèse Université de Clermont, 1971-où l'auteur examine et conclut par le rejet, la solution d'une monnaie propre au Sénégal. - ALIBERT (J.) : "Réflexions sur la monnaie en Afrique Noire" - Bulletin de l'association pour l'etude des Problèmes d'outre-mer. nos 107 et 108 mars et avril 1973, qui écrit : "le lien entre le Franc CFA et le Franc Français assure un développement du commerce extérieur des Etats associés plus régulier et souvent plus rapide que si ces Etats devaient préserver seuls la convertibilité de leur monnaie ou n'avoir qu'une monnaie inconvertible" p. 4. *** TCHUNDJANG POUEMI (Joseph) : "Monnaie, Servitude et Liberté -la répression monétaire de l'afrique". Editions J.A p. 25.

EPREUVE DU TEST DE PRE-REQUIS

EPREUVE DU TEST DE PRE-REQUIS Direction de la Formation Centre Ouest Africain de Formation et d'etudes Bancaires (COFEB) EPREUVE DU TEST DE PRE-REQUIS 30 ème PROMOTION DU COFEB Durée : 4 heures Aucun document n est autorisé Avenue

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

Annexe I (Modifiée par les arrêtés des 10 juin 2003 et 14 juin 2004) MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE. Première année :

Annexe I (Modifiée par les arrêtés des 10 juin 2003 et 14 juin 2004) MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE. Première année : Classes préparatoires - nature des classes composant les classes préparatoires économiques et commerciales aux grandes écoles Arrêté du 23-03-1995 http://mentor.adc.education.fr/exl-doc/scanbo/resk9500106a.pdf

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse 1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse Introduction La balance des paiements est un moyen d'analyse économique de premier plan. Elle permet d'appréhender la totalité des échanges de la France

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

LES OBSERVATIONS SUR LA MISSION

LES OBSERVATIONS SUR LA MISSION http://senat.fr/rap/np07_04ami/np07_04ami_mono.html Vous êtes ici : Projets/Propositions de loi > Commission des finances > Notes de présentation Compte de concours financiers "Accords monétaires internationaux"

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

2.2.1. La croissance et le commerce international

2.2.1. La croissance et le commerce international 2.2.1. La croissance et le commerce international Il existe une certaine interdépendance entre l'évolution des termes de l échange et la croissance des économies ouvertes. Cependant, les résultats de l'analyse

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE ET STABILITE DES PRIX DANS L'UEMOA : CONTRAINTES ET DEFIS

POLITIQUE MONETAIRE ET STABILITE DES PRIX DANS L'UEMOA : CONTRAINTES ET DEFIS Département des Etudes Economiques et de la Monnaie Direction de la Recherche et de la Statistique Service de la Recherche POLITIQUE MONETAIRE ET STABILITE DES PRIX DANS L'UEMOA : CONTRAINTES ET DEFIS

Plus en détail

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective C LES FONDEMENTS THÉORIQUES DE LA MACROÉCONOMIE 1 Le point de vue des classiques: la loi de l'offre de J.B.Say a) L'offre crée sa propre demande 1. Les «économistes classiques» libéraux (Adam Smith, David

Plus en détail

Monnaie, chômage et capitalisme

Monnaie, chômage et capitalisme Franck Van de Velde Monnaie, chômage et capitalisme Presses Universitaires du Septentrion internet : www.septentrion.com Sommaire Introduction Générale 7 1. Monnaie 7 2. Monnaie et capitalisme 10 3. Monnaie,

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

,(' ECONOMIQUE (GPE) \:.- ' ] UFR-SEG / CIRES. Rapport de fin de stage (décembre 1999-Février 2000)

,(' ECONOMIQUE (GPE) \:.- ' ] UFR-SEG / CIRES. Rapport de fin de stage (décembre 1999-Février 2000) REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION -DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L.ENS~MENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIEN11FIQUE 1 UNIVERSITE DE COCODY Abidjan. le. ~ ~.,,) PROGRAMME DE FORMATION \'..:;C'i EN

Plus en détail

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : économique et commerciale Option : Economique (ECE) Discipline : Economie, sociologie et histoire du monde contemporain (ESH)

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

Le produit intérieur brut (PIB)

Le produit intérieur brut (PIB) Le produit intérieur brut (PIB) Un rôle fondamental Le produit intérieur brut (PIB) est de très loin l'agrégat le plus connu de la comptabilité nationale, il est même plus connu que la comptabilité nationale

Plus en détail

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE Une économie nationale est confrontée en permanence au problème du financement de l activité de tous les agents qui la composent. Son fonctionnement

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN

Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN Table des matières Introduction 5 I - La monnaie 7 A. Qu'est ce que la monnaie?...7 B. La quantité de monnaie en France en 2013...7 C. La création de monnaie...8 II

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

14. Demande Agrégée Extérieure

14. Demande Agrégée Extérieure 14. Demande Agrégée Extérieure Remarque : Afin de simplifier les calculs et de se focaliser sur les concepts propres à cette séance, nous supposerons tout au long de celle-ci que PNB = Y (c est-à-dire

Plus en détail

ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE

ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE Département des Opérations Direction des Etablissements de Crédit et de Microfinance ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE Dakar, le 12 mai 2010 Dans le cadre des

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE Le processus de convertibilité du dinar pour les transactions extérieures courantes a été complété en 1997, parallèlement à la libéralisation

Plus en détail

Macroéconomie monétaire

Macroéconomie monétaire Sergio Rossi Macroéconomie monétaire Théories et politiques BRUYLANT L.G.D.J Schulthess Avant-propos Remerciements V VII Liste des figures XIX Liste des tableaux Liste des abréviations XXI XXIII Introduction

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie.

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Cours Page 1 Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. mardi 14 septembre 2010 13:02 Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Chapitre 2 : La création monétaire. Chapitre 3 :

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

La neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail, ...

La neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail, ... Résolution concernant l'élaboration des statistiques de la sécurité sociale, adoptée par la neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail (avril-mai 1957) La neuvième Conférence internationale

Plus en détail

Chapitre 8 : L'investissement

Chapitre 8 : L'investissement Chapitre 8 : L'investissement I. Investissement source d'accumulation du capital le capital (stock) s'accumule par l'investissement (dépense). A. La notion de capital : Pour la théorie classique, le capital

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

Brèves remarques sur le traitement de l investissement dans les modèles de prévision Julien Delarue, 1982

Brèves remarques sur le traitement de l investissement dans les modèles de prévision Julien Delarue, 1982 Brèves remarques sur le traitement de l investissement dans les modèles de prévision Julien Delarue, 1982 Ce court texte prolonge un travail portant sur l'utilisation des modèles de prévision dans la définition

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin Politique économique Une nouvelle vision de l épargne des ménages André Babeau Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine La notion d épargne, et plus spécifiquement d épargne des ménages, est

Plus en détail

RAPPORT DE FONCTIONNEMENT DU SYSTEME INTERBANCAIRE DE COMPENSATION AUTOMATISE DANS L'UEMOA (SICA-UEMOA)

RAPPORT DE FONCTIONNEMENT DU SYSTEME INTERBANCAIRE DE COMPENSATION AUTOMATISE DANS L'UEMOA (SICA-UEMOA) Direction Générale des Opérations Direction des Systèmes et Moyens de Paiement RAPPORT DE FONCTIONNEMENT DU SYSTEME INTERBANCAIRE DE COMPENSATION AUTOMATISE DANS L'UEMOA (SICA-UEMOA) ANNEE 2012 Direction

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

NC 04 Norme comptable relative aux Stocks

NC 04 Norme comptable relative aux Stocks NC 04 Norme comptable relative aux Stocks Objectif 01. Lorsque l'activité de l'entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-5 Politiques

Plus en détail

Les états financiers prévisionnels

Les états financiers prévisionnels Les états financiers prévisionnels 1. La nature et les raisons d*être des états financiers prévisionnels Les états financiers prévisionnels sont des représentations de la situation et des résultats financiers

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique IP/97/507 Bruxelles, 10 juin 1997 La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique Un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique a été

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

I. EVALUATION DE LA PRODUCTION DES UNITES DE STOCKAGE

I. EVALUATION DE LA PRODUCTION DES UNITES DE STOCKAGE Département des Etudes Economiques et de la Monnaie Direction de la Recherche et de la Statistique S i d l S i i OBSERVATIONS SUR LES RECOMMANDATIONS DU GROUPE D'EXPERTS DES COMPTES NATIONAUX (GECN) DANS

Plus en détail

L EVALUATION DE L ENTREPRISE

L EVALUATION DE L ENTREPRISE L EVALUATION DE L ENTREPRISE PRINCIPES GENERAUX DE L'EVALUATION L'évaluation constitue une étape obligée mais néanmoins complexe dans un processus de transmission d'entreprise, compte tenu de l'ensemble

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

La Transparence des Coûts en Microfinance Mise en oeuvre de la Transparence en Afrique de L Ouest

La Transparence des Coûts en Microfinance Mise en oeuvre de la Transparence en Afrique de L Ouest La Transparence des Coûts en Microfinance Mise en oeuvre de la Transparence en Afrique de L Ouest MicroFinance Transparency Initiative sur la Transparence des Coûts en Afrique de l Ouest Juillet 2010 Plan

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS Finalité du document Le présent document dresse un état des lieux du dossier commerce électronique et services financiers, avec une

Plus en détail

Chapitre 2 : l économie monétaire

Chapitre 2 : l économie monétaire Chapitre 2 : l économie monétaire Controverse sur la monnaie entre courants de pensée : neutre ou active Peut-on se servir de la monnaie pour absorber les déséquilibres de l économie réelle? Dématérialisation

Plus en détail

3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman)

3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman) 3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman) L analyse de Milton Friedman, et plus précisément celle du courant monétariste ouvre une perspective sur le comportement de demande de

Plus en détail

Christian ZAMBOTTO www.decf-finance.fr.st

Christian ZAMBOTTO www.decf-finance.fr.st Analyse statique du risque d illiquidité : le bilan patrimonial * * ou bilan liquidité ou bilan financier 1- Objectifs de l'analyse patrimoniale Le bilan patrimonial repose sur la notion de valeur, c'est-à-dire

Plus en détail

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE L idée centrale de Hicks 1 est que l apport théorique essentiel de Keynes réside dans sa théorie de la préférence pour la liquidité donc dans l idée que

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC?

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? BURKINA FASO MALI NIGER TCHAD SENEGAL GUINEE-BISSAU RCA COTE-D'IVOIRE TOGO BENIN CAMEROUN GUINEE EQUAT. GABON CONGO Comores Les pays de la Zone Franc UEMOA CEMAC Comores France

Plus en détail

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I ENSIIE Macroéconomie - Chapitre I Le 13 avril 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 La théorie Keynésienne 3 2.1 Keynes......................................... 3 2.2 Quelques ordres de grandeur.............................

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

Les fondements du commerce

Les fondements du commerce Les fondements du commerce international Le libre-échange, chacun s'en réclame mais personne ne le pratique. Dans tous les pays du monde, on veut exporter sans pour autant subir la pénétration des produits

Plus en détail

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Annexe C. Éléments d'analyse financière 143 ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Résumé Cette annexe présente quelques éléments comptables qui peuvent servir à l'analyse financière des entreprises.

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE WT/COMTD/AFT/W/9 10 octobre 2008 (08-4836) Comité du commerce et du développement Aide pour le commerce PROGRAMME DE TRAVAIL DE L'OMC SUR L'AIDE POUR LE COMMERCE RÉSULTATS

Plus en détail

2.1.4. L'équilibre général des échanges

2.1.4. L'équilibre général des échanges 2.1.4. L'équilibre général des échanges La prise en compte des offres et des demandes de l'ensemble des pays participants au commerce mondial permet la détermination des prix mondiaux. L'existence d'un

Plus en détail

QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière

QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière 16/11/1999 QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière Concours du Meilleur Mémoire Financier - 1999 Paris, Novembre 1999 Ayant assisté, depuis plus

Plus en détail

Chapitre 5 : Comprendre les taux d'intérêt

Chapitre 5 : Comprendre les taux d'intérêt Chapitre 5 : Comprendre les taux d'intérêt Le taux d'intérêt est un autre nom généralement employé pour désigner le rendement à la maturité d'une obligation. De plus, nous avons aussi discuté du rapport

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction R Ressources

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction R Ressources COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction R Ressources Unité R3 Comptabilité et finances ANNEXE 3.A: METHODOLOGIE D'EVALUATION DE LA CAPACITE FINANCIERE DES CANDIDATS

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ Dans le cadre des compétences non exclusives de l'union, le principe de subsidiarité, inscrit dans le traité sur l'union européenne, définit les conditions dans lesquelles l'union

Plus en détail

Thème 6 : IS-LM et la demande agrégée

Thème 6 : IS-LM et la demande agrégée UNIVERSITÉ DU MAINE Faculté de Droit et de Sciences Économiques DEUG1 Économie gestion - Analyse Macroéconomique S. MÉNARD 1 - Année 2003-2004 Thème 6 : IS-LM et la demande agrégée Questions 1. Dénir la

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques IP/11/565 Bruxelles, le 13 mai 2011 Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques La reprise progressive de l'économie européenne tend à se confirmer

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe 2009 SUJET 1 Le rôle de l information dans le fonctionnement

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA 2008-2010 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex : BCEAO 21833 SG / 21815

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital.

Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital. Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital. I. Le facteur travail. A. Aspect quantitatif: la population active. 1. La population active. Si on suit les définitions du bureau international

Plus en détail

CHAPITRE 1: LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES.

CHAPITRE 1: LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES. PREMIERE PARTIE SCIENCE ECONOMIQUE CHAPITRE 1: LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES. Section 1: Comment représenter l'économie? Nous allons montrer dans cette section que la représentation

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE

DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE COMMUNICATION SUR LE CADRE INSTITUTIONNEL DE LA GESTION DE LA DETTE PUBLIQUE DU BURKINA FASO Atelier régional

Plus en détail

Macro-économie I. UNIVERSITE DE NEUCHATEL NOM :.. Faculté des sciences économiques Institut de recherches économiques (IRENE)

Macro-économie I. UNIVERSITE DE NEUCHATEL NOM :.. Faculté des sciences économiques Institut de recherches économiques (IRENE) UNVERSTE DE NEUCHATEL NOM :.. Faculté des sciences économiques nstitut de recherches économiques (RENE) N.B. Macro-économie Cours du Prof. M. Zarin Examen blanc Durée : 2 heures Prénom :.. Ce test (sans

Plus en détail

Chapitre 2 : la comptabilité en partie double

Chapitre 2 : la comptabilité en partie double Chapitre 2 : la comptabilité en partie double Les opérations à crédit Les comptes Caisse et Banque ne suffisent pas à décrire les opérations de l'entreprise car certaines génèrent des paiements différés

Plus en détail

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Communication _2011_15 du 23 mars 2011 La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Champ d'application: Tous les établissements soumis au contrôle de la ou du CREFS. Résumé/Objectifs: La

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Fiche de synthèse : entreprises et ménages

Fiche de synthèse : entreprises et ménages Fiche de synthèse : entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition

Plus en détail