La maximisation du profit

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La maximisation du profit"

Transcription

1 2 La maximisation du profit Le profit, au sens économique du terme, se définit comme la différence entre les recettes perçues et les coûts supportés par une firme. Il est important de bien comprendre que dans le calcul du profit, il est nécessaire de tenir compte de tous les coûts. Si un petit entrepreneur possède une épicerie et qu il travaille dans son magasin, son salaire en tant qu employé doit être inclus dans les coûts. Si un groupe d individus prête de l argent à une firme en échange de paiements mensuels, ces charges d intérêts doivent être comptées comme un coût de production. Tant les recettes que les coûts d une firme dépendent des actions entreprises par elle. Ces actions peuvent revêtir de nombreuses formes : des activités réelles de production, des achats de facteurs, des achats d annonces publicitaires sont des exemples d actions entreprises par une firme. A un niveau plutôt abstrait, nous pouvons imaginer qu une firme peut s engager dans un grand nombre d actions aussi diverses que celles que nous venons d énumérer. Nous pouvons exprimer les recettes sous la forme d une fonction dépendant du niveau de diverses actions, R(a 1,...,a n ), et les coûts comme une fonction des mêmes actions, C(a 1,...,a n ). Dans la plupart des analyses économiques du comportement de la firme, on pose comme hypothèse fondamentale que la firme maximise ses profits. Cela veut dire que la firme choisit les actions (a 1,...,a n )defaçon à maximiser R(a 1,...,a n ) C(a 1,...,a n ). Nous poserons cette hypothèse comportementale tout au long de notre analyse. Même au niveau de généralité auquel nous sommes pour l instant, nous pouvons établir deux principes de base de la maximisation du profit. Le premier découle d un simple calcul mathématique. Le problème de maximisation du profit qui se pose à

2 24 Ch. 2 La maximisation du profit la firme peut s écrire de la manière suivante : max R(a 1,...,a n ) C(a 1,...,a n ). a 1,...,a n Une simple application du calcul différentiel montre que l ensemble des actions optimales a =(a 1,..., a n) est caractérisé par les conditions suivantes : R(a ) a i = C(a ) a i i =1,...,n. Il convient de saisir intuitivement ces conditions : si la recette marginale était supérieure au coût marginal, il serait intéressant d accroître le niveau de l activité. Inversement, si la recette marginale était inférieure au coût marginal, il serait intéressant de diminuer le niveau de l activité. Cette condition fondamentale qui caractérise la maximisation du profit se prête à plusieurs interprétations concrètes. Parmi les diverses décisions qu elle doit prendre, la firme doit choisir son niveau de production. La condition fondamentale de la maximisation du profit nous indique que le niveau de l output devrait être choisi de telle manière que la production d une unité supplémentaire devrait procurer une recette marginale égale à son coût marginal de production. La firme doit également déterminer quelle quantité acquérir d un facteur donné, disons le travail. La condition fondamentale de la maximisation du profit indique que la firme devrait acquérir une quantité de travail telle que la recette marginale générée par l utilisation d une unité supplémentaire de travail soit égale au coût marginal d acquisition de cette unité. La deuxième condition fondamentale de la maximisation du profit est la condition d égalité des profits à long terme. Supposons que deux firmes possèdent les mêmes fonctions de recettes et de coûts. Il est clair alors qu à long terme les deux firmes ne peuvent pas réaliser des profits différents puisque chaque firme peut imiter les actions de l autre. Cette condition peut paraître d une très grande simplicité, mais ses implications sont d une importance étonnante. Pour appliquer ces conditions plus concrètement, nous devons décomposer les fonctions de recette et de coût en mettant davantage en évidence leurs éléments constitutifs. La recette se compose de deux parties : la quantité vendue des divers outputs multipliée par le prix de chacun d eux. Les coût sont également constitués de deux parties : la quantité utilisée de chaque input multipliée par le prix de chacun d eux. Le problème de la maximisation du profit de la firme se résume donc à déterminer les prix auxquels elle souhaite vendre ses produits et acheter ses facteurs ainsi que les quantités d outputs qu elle désire produire et les quantités de facteurs qu elle désire utiliser. Evidemment, elle ne peut pas fixer les prix et les quantités de manière unilatérale. En choisissant sa politique optimale, la firme est confrontée à deux sortes de contraintes : des contraintes techniques et des contraintes de marché. Les contraintes techniques sont tout simplement les contraintes liées à la faisabilité des plans de production. Nous avons examiné comment décrire les contraintes techniques au chapitre précédent. Les contraintes de marché sont les contraintes qui résultent des répercussions sur la firme des actions entreprises par d autres agents économiques. Par

3 2.1 La maximisation du profit 25 exemple, les consommateurs qui achètent un output à la firme peuvent souhaiter ne payer qu un certain prix pour une quantité déterminée d output. De même, les fournisseurs de la firme peuvent n accepter que certains prix pour les inputs qu ils lui livrent. Lorsque la firme détermine ses actions optimales, elle doit prendre en compte ces deux types de contraintes. Il est cependant commode au début d étudier ces deux contraintes séparément. C est pour cette raison que les firmes dans les sections qui suivent, adopteront le comportement de marché que nous considérons le plus simple, à savoir le comportement de «price-taking». Chaque firme sera supposée prendre les prix comme donnés, comme des variables exogènes au problème de la maximisation du profit. Par conséquent, la firme ne se préoccupera que de la détermination des quantités des inputs et des outputs qui maximisent son profit. Une firme de ce genre est souvent qualifiée de firme concurrentielle. Nous discuterons plus tard de la raison d être de cette terminologie. Nous pouvons néanmoins évoquer brièvement ici le type de situation dans laquelle un comportement «price-taking» est un modèle approprié. Supposons un ensemble de consommateurs bien informés qui achètent un bien homogène produit par un grand nombre de firmes. Dans cette situation, il semble assez évident que toutes les firmes sont amenées à vendre leur produit au même prix; toute firme pratiquant pour son produit un prix supérieur à celui qui a cours sur le marché perdrait immédiatement tous ses clients. Dès lors, quand elle détermine sa politique optimale, chaque firme doit prendre le prix du marché comme donné. Dans ce chapitre, nous étudierons les choix optimaux des plans de production, pour une structure donnée des prix du marché. 2.1 La maximisation du profit Considérons le problème d une firme qui prend les prix comme donnés, tant pour ses inputs que pour ses outputs. Notons p un vecteur de prix des inputs et des outputs de la firme 1.Leproblème de maximisation du profit de la firme peut s exprimer de la manière suivante : π(p) = max py de telle manière que y Y. Puisque les outputs sont mesurés comme des nombres positifs et les inputs comme des nombres négatifs, la fonction d objectif de ce problème correspond aux profits : les recettes moins les coûts. La fonction π(p) qui nous donne les profits maximums en fonction des prix, s appelle fonction de profit de la firme. Il existe plusieurs variantes très utiles de la fonction de profit. Par exemple, si nous considérons un problème de maximisation à court terme, nous pouvons définir la fonction de profit à court terme, connue aussi sous le nom de fonction de profit restreinte : 1 En général nous exprimerons les prix sous forme de vecteurs-lignes et les quantités sous forme de vecteurscolonnes.

4 26 Ch. 2 La maximisation du profit π(p, z) =max py de telle manière que y Y (z). Si la firme produit un seul output, la fonction de profit peut s écrire π(p, w) =max pf(x) wx où p (scalaire) est maintenant le prix de l output et w est le vecteur de prix des facteurs. Les inputs sont mesurés par le vecteur (non négatif) x =(x 1,...,x n ). Dans ce cas, nous pouvons aussi définir une variante de la fonction de profit, la fonction de coût : c(w,y)= min wx de telle manière que x V (y). A court terme, nous pouvons désirer considérer la fonction de coût restreinte ou fonction de coût à court terme : c(w,y,z) = min wx de telle manière que (y, x) Y (z). La fonction de coût indique le coût de production minimum d un niveau d output y lorsque les prix des facteurs sont w. Puisque dans ce problème, seuls les prix des facteurs sont exogènes, la fonction de coût peut être utilisée pour décrire le comportement des firmes qui prennent les prix des facteurs comme donnés mais pas ceux des outputs. Cette observation nous sera d une grande utilité lorsque nous étudierons le monopole. Nous pouvons caractériser le comportement de maximisation du profit à l aide du calcul différentiel. Par exemple, les conditions du premier ordre pour la maximisation du profit d une firme monoproduit sont les suivantes : p f(x ) x i = w i i =1,,n. Ces conditions indiquent simplement que la valeur du produit marginal de chaque facteur doit être égale à son prix. A l aide de la notation vectorielle, nous pouvons aussi écrire ces conditions comme suit : Ici, Df(x )= pdf(x )=w. ( f(x ) ),, f(x ) x 1 x n est le gradient de f c est-à-dire, le vecteur des dérivées partielles de f par rapport à chacun de ses arguments. Les conditions du premier ordre établissent que «le produit marginal en valeur de chaque facteur doit être égale à son prix». Il ne s agit là que d un cas particulier

5 2.1 La maximisation du profit 27 de la règle d optimisation que nous avons énoncée précédemment, à savoir que la recette marginale de chaque action doit être égale à son coût marginal. Cette condition du premier ordre peut aussi être représentée graphiquement. Considérons l ensemble des possibilités de production présenté à la figure 2.1. Dans ce cas à deux dimensions, les profits sont donnés par Π = py wx. Les ensembles d isoprofit correspondant à cette fonction pour des prix p et w fixés sont des droites qui peuvent être exprimées sous la forme : y = Π/p +(w/p)x. La pente de la droite d isoprofit mesure ici le salaire exprimé en unités d output et son ordonnée à l origine mesure les profits exprimés en unités d output. OUTPUT =py wx Pente = w/p y = f (x) /p Figure 2.1 INPUT La maximisation du profit. La quantité d input qui maximise le profit correspond au point où la pente de la droite d isoprofit est égale à la pente de la fonction de production. Une firme qui maximise son profit désire trouver un point dans l ensemble de production qui est associé au niveau de profit maximum. Il s agit d un point situé sur la droite d isoprofit dont l ordonnée à l origine est la plus élevée. En examinant la figure 2.1, nous pouvons voir qu un tel point optimal peut être caractérisé par la condition de tangence df (x ) = w dx p De ce cas à deux dimensions, nous pouvons aisément déterminer la condition du deuxième ordre nécessaire pour que le profit soit maximisé : la dérivée seconde de la fonction de production par rapport à la quantité de facteur doit être négative ou nulle : d 2 f(x ) dx 2 0. Géométriquement, ceci signifie qu au point où les profits sont maximisés, la fonction de production doit être située en dessous de la tangente en x, c est-àdire que la fonction de production doit être «localement concave». Notons qu il est souvent utile de supposer que la dérivée seconde est strictement négative. Dans le cas à n dimensions, nous avons une condition du deuxième ordre semblable : pour que les profits soient maximisés, la matrice des dérivées secondes

6 28 Ch. 2 La maximisation du profit de la fonction de production doit être semi-définie négative au point optimal. En d autres termes, le Hessien (ou matrice Hessienne) ( D 2 f(x 2 f(x ) ) )= x i x j doit satisfaire à la condition suivante : hd 2 f(x )h t 0, pour tous les vecteurs h. (L indice t indique que la matrice est transposée). Notons que quand il n y a qu un seul input, le Hessien est un scalaire et cette condition se réduit à la condition du deuxième ordre examinée précédemment. Géométriquement, l exigence que la matrice Hessienne soit semi-définie négative signifie que la fonction de production doit être localement concave au voisinage du choix optimal, c est-à-dire que la fonction de production doit être située en dessous l hyperplan qui lui est tangent. Dans de nombreuses applications, nous n envisagerons que le cas d un maximum strict de sorte qu il suffit de vérifier si la matrice Hessienne est définie négative ou non. Au chapitre 26, page 480, nous montrons qu une condition nécessaire et suffisante pour que la matrice Hessienne soit définie négative est que ses mineurs principaux de tête alternent en signe. Comme nous allons le voir par la suite, cette condition algébrique est parfois utile pour vérifier les conditions du deuxième ordre. 2.2 Les difficultés Pour chaque vecteur de prix (p, w), il y aura en général un choix optimal, x, pour les facteurs. La fonction qui nous indique les quantités optimales d inputs en fonction des prix porte le nom de fonction de demande de facteur de la firme. Cette fonction est notée par x(p, w). De même, la fonction y(p, w) =f(x(p, w)) porte le nom de fonction d offre de la firme. Nous supposerons souvent que ces fonctions sont bien définies et dotées de toutes les propriétés souhaitables, mais il est intéressant d examiner les problèmes que l on peut rencontrer si ce n est pas le cas. Tout d abord, il se peut qu on ne puisse exprimer la technologie sous la forme d une fonction de production différentiable de sorte que les dérivées définies précédemment ne soient pas utilisables. La technologie Leontief constitue un bon exemple de ce type de problème. Deuxièmement, les conditions mathématiques dégagées précédemment n ont un sens que lorsque les variables de décision peuvent varier au voisinage du choix optimal. Dans beaucoup de problèmes économiques, les variables sont par nature non négatives. Si certaines de ces variables prennent la valeur zéro à l optimum, les conditions mathématiques examinées précédemment ne sont pas applicables. Ces conditions ne sont valables que pour des solutions intérieures, c est-à-dire pour lesquelles on utilise une quantité non nulle de chaque facteur. Il est facile d établir les modifications que l on doit apporter à ces conditions pour traiter les solutions frontières. Sipar exemple nous imposons à x d être non négatif dans le problème de maximisation du profit, les conditions du premier ordre adéquates sont les suivantes : p f(x) x i w i 0 si x i =0

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique La programmation linéaire : une introduction Qu est-ce qu un programme linéaire? Qu est-ce qu un programme linéaire? Exemples : allocation de ressources problème de recouvrement Hypothèses de la programmation

Plus en détail

Exercice I. On considère un monopole sur un marché caractérisé par les données suivantes:

Exercice I. On considère un monopole sur un marché caractérisé par les données suivantes: TD n 7 OLIGOPOLE, STRATEGIES CONCURRENTIELLES ET THEORIE DES JEUX. Lecture obligatoire: Pindyck et Rubinfeld Chapitre pp. 493-56 et Chapitre 3 pp. 535-57 Exercice I. On considère un monopole sur un marché

Plus en détail

Cours de microéconomie Pré-rentrée de licence. Christelle Dumas

Cours de microéconomie Pré-rentrée de licence. Christelle Dumas Cours de microéconomie Pré-rentrée de licence Christelle Dumas Table des matières 1 Le consommateur 3 1.1 Préférences............................ 3 1.1.1 Espace des objets..................... 3 1.1.2

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM Aurelia Tison, Anne-Sarah Chiambretto AMU, année 2013 1 La théorie du producteur (séances 1 à 4) La fonction de production : les facteurs

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 Tous les documents et les calculatrices sont interdits. PARTIE 1 : QUESTIONS DE COURS Précisez la ou les

Plus en détail

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Enoncé du TD n 7 Automne 202 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Vous considérez dans cet exercice une firme qui a la possibilité

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Programmation linéaire et Optimisation. Didier Smets

Programmation linéaire et Optimisation. Didier Smets Programmation linéaire et Optimisation Didier Smets Chapitre 1 Un problème d optimisation linéaire en dimension 2 On considère le cas d un fabricant d automobiles qui propose deux modèles à la vente, des

Plus en détail

Feuille n 2 : Contrôle du flux de commandes

Feuille n 2 : Contrôle du flux de commandes Logiciels Scientifiques (Statistiques) Licence 2 Mathématiques Générales Feuille n 2 : Contrôle du flux de commandes Exercice 1. Vente de voiture Mathieu décide de s acheter une voiture neuve qui coûte

Plus en détail

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 6 le Rôle de l Information - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 Plan du cours 1. Probabilités subjectives 2. Arrivée symétrique de l information 3. Information asymétrique

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité... 4. 1.1.2 La théorie ordinale de l utilité... 6

1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité... 4. 1.1.2 La théorie ordinale de l utilité... 6 Microéconomie 1 Table des matières 1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité................................ 4 1.1.1 La théorie cardinale de l utilité............................

Plus en détail

Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1

Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1 Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1 10 novembre 2014 Marianne Tenand Monitorat ENS (2014-2015) marianne.tenand@ens.fr A rendre au plus tard dans mon casier du bâtiment B le mercredi

Plus en détail

Niveau de production croissant

Niveau de production croissant En effet, la fonction de production définit : l ensemble de production l ensemble des paniers de facteurs qui permettent de produire un niveau donné de bien. Cette fonction permet de définir des courbes

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES B. MARCHADIER Dépendance et indépendance de deux aléas numériques images Mathématiques et sciences humaines, tome 25 (1969), p. 2534.

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

2 Équilibre général versus équilibre partiel 25 2.1 Les données du problème... 26 2.2 L analyse «partielle»... 26 2.3 L analyse «générale»...

2 Équilibre général versus équilibre partiel 25 2.1 Les données du problème... 26 2.2 L analyse «partielle»... 26 2.3 L analyse «générale»... Table des matières 1 Introduction à la théorie de l équilibre général 3 1.1 Les économies d échange pur......................................... 4 1.1.1 La base matérielle de l économie...................................

Plus en détail

Etude et illustration de méthodes itératives d optimisation non linéaire

Etude et illustration de méthodes itératives d optimisation non linéaire Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Faculté Sciences de Base Chaire de Recherche Opérationnelle Sud Est Projet de master 2005-2006 Etude et illustration de méthodes itératives d optimisation non linéaire

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

Reputation, Prix Limite et Prédation

Reputation, Prix Limite et Prédation Reputation, Prix Limite et Prédation Economie Industrielle Laurent Linnemer Thibaud Vergé Laboratoire d Economie Industrielle (CREST-INSEE) 13 et 20 janvier 2009 Linnemer - Vergé (CREST-LEI) Reputation,

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

Optimisation des fonctions de plusieurs variables

Optimisation des fonctions de plusieurs variables Optimisation des fonctions de plusieurs variables Hervé Hocquard Université de Bordeaux, France 8 avril 2013 Extrema locaux et globaux Définition On étudie le comportement d une fonction de plusieurs variables

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

LA THÉORIE DU CHOIX DU CONSOMMATEUR À LA FIN DE CE CHAPITRE, VOUS SEREZ EN MESURE

LA THÉORIE DU CHOIX DU CONSOMMATEUR À LA FIN DE CE CHAPITRE, VOUS SEREZ EN MESURE À L FIN DE CE CHPITRE, VOUS SEREZ EN MESURE de comprendre pourquoi une contrainte budgétaire représente les choix qui s offrent au consommateur d expliquer comment les courbes d indifférence peuvent représenter

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Fausto Errico Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2012 Table des matières

Plus en détail

Suites numériques 2. n=0

Suites numériques 2. n=0 Suites numériques 1 Somme des termes d une suite Dans les applications, il est souvent nécessaire de calculer la somme de quelques premiers termes d une suite (ou même de tous les termes, mais on étudiera

Plus en détail

Joueur B Pierre Feuille Ciseaux Pierre (0,0) (-1,1) (1,-1) Feuille (1,-1) (0,0) (-1,1) Ciseaux (-1,1) (1,-1) (0.0)

Joueur B Pierre Feuille Ciseaux Pierre (0,0) (-1,1) (1,-1) Feuille (1,-1) (0,0) (-1,1) Ciseaux (-1,1) (1,-1) (0.0) CORRECTION D EXAMEN CONTROLE CONTINU n 1 Question de cours Question 1 : Les équilibres de Cournot et de Stackelberg sont des équilibres de situation de duopole sur un marché non coopératif d un bien homogène.

Plus en détail

Cours débutants Partie 3 : LE MONEY MANAGEMENT

Cours débutants Partie 3 : LE MONEY MANAGEMENT Qu est ce que le Money Management : Nous voilà dans les fondamentaux du Trader et certainement la partie la plus complexe car nous venons toucher l orgueil! En effet, apprendre à perdre n est pas une mince

Plus en détail

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3)

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) Jean-Yves Jaffray Patrice Perny 16 mars 2006 ATTITUDE PAR RAPPORT AU RISQUE 1 Attitude par rapport au risque Nousn avons pas encore fait d hypothèse sur la structure de

Plus en détail

Leçon 2 Élasticité et conservation de l énergie cinétique

Leçon 2 Élasticité et conservation de l énergie cinétique Leçon 2 Élasticité et conservation de l énergie cinétique L applet Collisions unidimensionnelles simule des collisions élastiques et inélastiques dans les repères de laboratoire et de centre de masse.

Plus en détail

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1 L offre et la Chapitre 1 Contenu du chapitre 1. La du marché 2. L offre du marché 3. L équilibre du marché 4. Application: magnétoscope vs lecteur DVD 2 La notion de Demande 1. La du marché Prix C DEMANDE

Plus en détail

4. Offre et demande, les forces du marché

4. Offre et demande, les forces du marché 4. Offre et demande, les forces du marché Trois événements : a) Quand une vague de froid s abat sur l Espagne, le prix du jus d orange grimpe dans tous les supermarchés du pays. b) Quand la chaleur estivalle

Plus en détail

Fabien DONIUS, Nicolas GRILL, Chérine KAMEL, Selim MILED - Ing1 Gr4 ANALYSE MATHEMATIQUE GOLAY (24,12,8) Les codes correcteurs d erreur

Fabien DONIUS, Nicolas GRILL, Chérine KAMEL, Selim MILED - Ing1 Gr4 ANALYSE MATHEMATIQUE GOLAY (24,12,8) Les codes correcteurs d erreur Fabien DONIUS, Nicolas GRILL, Chérine KAMEL, Selim MILED - Ing1 Gr4 ANALYSE MATHEMATIQUE GOLAY (24,12,8) Les codes correcteurs d erreur 2 I. Génération des matrices : Le code de Golay, comme le code de

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

5 Les données macroéconomiques

5 Les données macroéconomiques 5 Les données macroéconomiques Jean Magnan de Bornier Table des matières 1 La mesure des variables macroéconomiques 2 1.1 prix, valeurs, quantités et autres............ 2 1.1.1 Les prix....................

Plus en détail

Recherche Opérationnelle

Recherche Opérationnelle Chapitre 2 : Programmation linéaire (Introduction) Vendredi 06 Novembre 2015 Sommaire 1 Historique 2 3 4 5 Plan 1 Historique 2 3 4 5 La programmation linéaire est un cadre mathématique général permettant

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Exo7 Topologie générale Exercice 1 1. Rappeler les définitions d une borne supérieure (inférieure) d un ensemble de nombres réels. Si A et B sont deux ensembles

Plus en détail

Chapitre 10 L organisation de la production

Chapitre 10 L organisation de la production Chapitre 10 L organisation de la production 1. L entreprise et ses problèmes économiques 2. L efficacité technique et l efficacité économique 3. L information et l organisation 4. Les marchés et l environnement

Plus en détail

Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011. TD 4 : Asymétries d information

Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011. TD 4 : Asymétries d information Université de Cergy-Pontoise Licence d économie et de Gestion Parcours : Economie et finance, Economie et mathématiques. Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011 TD 4 : Asymétries d information

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

Mathématiques appliquées à l informatique

Mathématiques appliquées à l informatique Mathématiques appliquées à l informatique Jean-Etienne Poirrier 15 décembre 2005 Table des matières 1 Matrices 3 1.1 Définition......................................... 3 1.2 Les différents types de matrices.............................

Plus en détail

Document créé le 27 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 27 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 27 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Chapitre 17 Matrices et applications linéaires Sommaire 171 Matrices et applications

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Théorèmes de Point Fixe et Applications 1

Théorèmes de Point Fixe et Applications 1 Théorèmes de Point Fixe et Applications 1 Victor Ginsburgh Université Libre de Bruxelles et CORE, Louvain-la-Neuve Janvier 1999 Published in C. Jessua, C. Labrousse et D. Vitry, eds., Dictionnaire des

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Jeux sous forme normale

Jeux sous forme normale CHAPITRE 4 Jeux sous forme normale Dans les problèmes de décision, nous avons relié les choix qui pouvaient être faits par un agent avec les utilités qu il pouvait en dériver. L idée qu un agent rationnel

Plus en détail

JOHANNA ETNER, MEGLENA JELEVA

JOHANNA ETNER, MEGLENA JELEVA OPENBOOK LICENCE / BACHELOR Micro économie JOHANNA ETNER, MEGLENA JELEVA Sommaire Remerciements... Introduction... V VII Chapitre 1 Demande et offre sur le marché... 1 Chapitre 2 Technologie de production...

Plus en détail

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang 199802 Composition d un portefeuille optimal Dinh Cung Dang Docteur en gestion de l IAE de Paris Ingénieur Conseil Résumé : Dans ce travail, le risque est défini comme étant la probabilité de réaliser

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Introduction à l Optimisation Numérique

Introduction à l Optimisation Numérique DÉPARTEMENT STPI 3ÈME ANNÉE MIC Introduction à l Optimisation Numérique Frédéric de Gournay & Aude Rondepierre Table des matières Introduction 5 Rappels de topologie dans R n 7 0.1 Ouverts et fermés de

Plus en détail

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Question 1: Maxime, un consommateur rationnel, reçoit 1900 euros en t1 et 1210 euros en t2. Sa fonction d utilité

Plus en détail

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe.

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe. Chapitre I INTRODUCTION ATHÉATIQUE I.A. I.A.1. Calcul vectoriel Produit vectoriel Plaçons-nous dans un espace vectoriel euclidien à trois dimensions. En faisant subir des rotations identiques aux trois

Plus en détail

Échanges extérieurs, prix et régime de change

Échanges extérieurs, prix et régime de change Échanges extérieurs, prix et régime de change Philippe Bacchetta et Eric van Wincoop Introduction Il est généralement admis que les échanges extérieurs d un pays s accroissent avec la substitution d un

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

chaque entreprise choisi un prix p. Le prix le plus bas attire les clients. Les entreprises maximisent leur profit q

chaque entreprise choisi un prix p. Le prix le plus bas attire les clients. Les entreprises maximisent leur profit q 5. e modèle de Bertrand En 1883, Joseph Bertrand a critiqué le modèle de Cournot en disant qu en pratique les firmes ne choisissent pas les quantités, mais les prix. Il propose le modèle alternatif: Etant

Plus en détail

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls.

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls. Diagonalisation des matrices http://www.math-info.univ-paris5.fr/~ycart/mc2/node2.html Sous-sections Matrices diagonales Valeurs propres et vecteurs propres Polynôme caractéristique Exemples Illustration

Plus en détail

Chapitre 13 Le monopole

Chapitre 13 Le monopole Chapitre 13 Le monopole 1. Qu est-ce que le monopole? 2. La production et le prix du monopoleur non discriminant 3. La concurrence parfaite et le monopole non discriminant : une comparaison 4. Le monopole

Plus en détail

Deuxième partie es jeux non-coopératifs avec information complète 3. É quilibre de Nash (1951) 4. D ynamique et rétroduction 5.

Deuxième partie es jeux non-coopératifs avec information complète 3. É quilibre de Nash (1951) 4. D ynamique et rétroduction 5. Deuxième partie Les jeux non-coopératifs avec information complète 3. Équilibre de Nash (1951) 35 4. Dynamique et rétroduction 61 5. Jeux répétés 85 3. Équilibre de Nash (1951) John Nash a généralisé

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire 1 Programmation linéaire 1. Le problème, un exemple. 2. Le cas b = 0 3. Théorème de dualité 4. L algorithme du simplexe 5. Problèmes équivalents 6. Complexité de l Algorithme 2 Position du problème Soit

Plus en détail

Finance des matières premières (2) Les options, marchés complets, AOA

Finance des matières premières (2) Les options, marchés complets, AOA Finance des matières premières (2) Les options, marchés complets, AOA Joël Priolon - 12 mars 2014 Définition générale Une option est un contrat financier qui lie : l émetteur de l option et le détenteur

Plus en détail

Cas 3 : Les décisions des entreprises

Cas 3 : Les décisions des entreprises Cas 3 : Les décisions des entreprises Comprendre les décisions des entreprises: - Choix des techniques et des facteurs de production (comment produire?) - Choix de production (combien produire?) - Choix

Plus en détail

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO Micro-économie 1 Marisa Ratto Première Année MIDO 1 Organisation du cours : Cours Magistral : des questions? Prendre contact : Maria_Luisa.Ratto@dauphine.fr Bureau : B 611bis le mercredi de 10h00 à 12h00.

Plus en détail

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500 ABRAHAM BROER References [R] Kenneth H. Rosen, Mathématiques discrètes, Édition révisée Chenelière McGraw-Hill, 2002. 1. But

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

L oligopole ESCP 2012 2103

L oligopole ESCP 2012 2103 Structures de marché L oligopole Anne Yvrande Billon ESCP 2012 2103 1 Plan du cours (2/2) 1. Introduction : qu est ce qu un oligopole? 2. L oligopole de Cournot 3. Le «paradoxe de Bertrand» 4. Le modèle

Plus en détail

Optimisation linéaire

Optimisation linéaire Optimisation linéaire Recherche opérationnelle GC-SIE Algorithme du simplexe Phase I 1 Introduction Algorithme du simplexe : Soit x 0 une solution de base admissible Comment déterminer x 0? Comment déterminer

Plus en détail

Chapitre 2 : Le revenu national

Chapitre 2 : Le revenu national Chapitre 2 : Le revenu national Principes de la macroéconomie - Pascal Belan L1 DU ECE - Année 2012-2013 Introduction Les déterminants de la production Les facteurs de production La fonction de production

Plus en détail

Introduction à l optimisation Première Partie : aspects théoriques Univ. Rennes 1, E.N.S. Rennes

Introduction à l optimisation Première Partie : aspects théoriques Univ. Rennes 1, E.N.S. Rennes Notes de cours - Préparation à l agrégation Introduction à l optimisation Première Partie : aspects théoriques Univ. Rennes 1, E.N.S. Rennes Yannick Privat ENS Cachan Bretagne, CNRS, Univ. Rennes 1, IRMAR,

Plus en détail

Programmation linéaire et Optimisation. Didier Smets

Programmation linéaire et Optimisation. Didier Smets Programmation linéaire et Optimisation Didier Smets Chapitre 1 Un problème d optimisation linéaire en dimension 2 On considère le cas d un fabricant d automobiles qui propose deux modèles à la vente, des

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

Le duopole : introduction à la stratégie des entreprises et aux fondements de la concurrence

Le duopole : introduction à la stratégie des entreprises et aux fondements de la concurrence Le duopole : introduction à la stratégie des entreprises et aux fondements de la concurrence e chapitre est sont consacré à l étude d un marché en situation de duopole. Deux offreurs sont présents sur

Plus en détail

Etude de fonctions: procédure et exemple

Etude de fonctions: procédure et exemple Etude de fonctions: procédure et exemple Yves Delhaye 8 juillet 2007 Résumé Dans ce court travail, nous présentons les différentes étapes d une étude de fonction à travers un exemple. Nous nous limitons

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire Programmation linéaire DIDIER MAQUIN Ecole Nationale Supérieure d Electricité et de Mécanique Institut National Polytechnique de Lorraine Mathématiques discrètes cours de 2ème année Programmation linéaire

Plus en détail

Analyse en Composantes Principales

Analyse en Composantes Principales Analyse en Composantes Principales Anne B Dufour Octobre 2013 Anne B Dufour () Analyse en Composantes Principales Octobre 2013 1 / 36 Introduction Introduction Soit X un tableau contenant p variables mesurées

Plus en détail

Analyse de Données. Analyse en Composantes Principales (ACP)

Analyse de Données. Analyse en Composantes Principales (ACP) Analyse de Données Analyse en Composantes Principales (ACP) Analyse en composantes principales (ACP) ** Sur toute la fiche, on notera M' la transposée de M. Cadre de travail : On a des données statistiques

Plus en détail