La maximisation du profit

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La maximisation du profit"

Transcription

1 2 La maximisation du profit Le profit, au sens économique du terme, se définit comme la différence entre les recettes perçues et les coûts supportés par une firme. Il est important de bien comprendre que dans le calcul du profit, il est nécessaire de tenir compte de tous les coûts. Si un petit entrepreneur possède une épicerie et qu il travaille dans son magasin, son salaire en tant qu employé doit être inclus dans les coûts. Si un groupe d individus prête de l argent à une firme en échange de paiements mensuels, ces charges d intérêts doivent être comptées comme un coût de production. Tant les recettes que les coûts d une firme dépendent des actions entreprises par elle. Ces actions peuvent revêtir de nombreuses formes : des activités réelles de production, des achats de facteurs, des achats d annonces publicitaires sont des exemples d actions entreprises par une firme. A un niveau plutôt abstrait, nous pouvons imaginer qu une firme peut s engager dans un grand nombre d actions aussi diverses que celles que nous venons d énumérer. Nous pouvons exprimer les recettes sous la forme d une fonction dépendant du niveau de diverses actions, R(a 1,...,a n ), et les coûts comme une fonction des mêmes actions, C(a 1,...,a n ). Dans la plupart des analyses économiques du comportement de la firme, on pose comme hypothèse fondamentale que la firme maximise ses profits. Cela veut dire que la firme choisit les actions (a 1,...,a n )defaçon à maximiser R(a 1,...,a n ) C(a 1,...,a n ). Nous poserons cette hypothèse comportementale tout au long de notre analyse. Même au niveau de généralité auquel nous sommes pour l instant, nous pouvons établir deux principes de base de la maximisation du profit. Le premier découle d un simple calcul mathématique. Le problème de maximisation du profit qui se pose à

2 24 Ch. 2 La maximisation du profit la firme peut s écrire de la manière suivante : max R(a 1,...,a n ) C(a 1,...,a n ). a 1,...,a n Une simple application du calcul différentiel montre que l ensemble des actions optimales a =(a 1,..., a n) est caractérisé par les conditions suivantes : R(a ) a i = C(a ) a i i =1,...,n. Il convient de saisir intuitivement ces conditions : si la recette marginale était supérieure au coût marginal, il serait intéressant d accroître le niveau de l activité. Inversement, si la recette marginale était inférieure au coût marginal, il serait intéressant de diminuer le niveau de l activité. Cette condition fondamentale qui caractérise la maximisation du profit se prête à plusieurs interprétations concrètes. Parmi les diverses décisions qu elle doit prendre, la firme doit choisir son niveau de production. La condition fondamentale de la maximisation du profit nous indique que le niveau de l output devrait être choisi de telle manière que la production d une unité supplémentaire devrait procurer une recette marginale égale à son coût marginal de production. La firme doit également déterminer quelle quantité acquérir d un facteur donné, disons le travail. La condition fondamentale de la maximisation du profit indique que la firme devrait acquérir une quantité de travail telle que la recette marginale générée par l utilisation d une unité supplémentaire de travail soit égale au coût marginal d acquisition de cette unité. La deuxième condition fondamentale de la maximisation du profit est la condition d égalité des profits à long terme. Supposons que deux firmes possèdent les mêmes fonctions de recettes et de coûts. Il est clair alors qu à long terme les deux firmes ne peuvent pas réaliser des profits différents puisque chaque firme peut imiter les actions de l autre. Cette condition peut paraître d une très grande simplicité, mais ses implications sont d une importance étonnante. Pour appliquer ces conditions plus concrètement, nous devons décomposer les fonctions de recette et de coût en mettant davantage en évidence leurs éléments constitutifs. La recette se compose de deux parties : la quantité vendue des divers outputs multipliée par le prix de chacun d eux. Les coût sont également constitués de deux parties : la quantité utilisée de chaque input multipliée par le prix de chacun d eux. Le problème de la maximisation du profit de la firme se résume donc à déterminer les prix auxquels elle souhaite vendre ses produits et acheter ses facteurs ainsi que les quantités d outputs qu elle désire produire et les quantités de facteurs qu elle désire utiliser. Evidemment, elle ne peut pas fixer les prix et les quantités de manière unilatérale. En choisissant sa politique optimale, la firme est confrontée à deux sortes de contraintes : des contraintes techniques et des contraintes de marché. Les contraintes techniques sont tout simplement les contraintes liées à la faisabilité des plans de production. Nous avons examiné comment décrire les contraintes techniques au chapitre précédent. Les contraintes de marché sont les contraintes qui résultent des répercussions sur la firme des actions entreprises par d autres agents économiques. Par

3 2.1 La maximisation du profit 25 exemple, les consommateurs qui achètent un output à la firme peuvent souhaiter ne payer qu un certain prix pour une quantité déterminée d output. De même, les fournisseurs de la firme peuvent n accepter que certains prix pour les inputs qu ils lui livrent. Lorsque la firme détermine ses actions optimales, elle doit prendre en compte ces deux types de contraintes. Il est cependant commode au début d étudier ces deux contraintes séparément. C est pour cette raison que les firmes dans les sections qui suivent, adopteront le comportement de marché que nous considérons le plus simple, à savoir le comportement de «price-taking». Chaque firme sera supposée prendre les prix comme donnés, comme des variables exogènes au problème de la maximisation du profit. Par conséquent, la firme ne se préoccupera que de la détermination des quantités des inputs et des outputs qui maximisent son profit. Une firme de ce genre est souvent qualifiée de firme concurrentielle. Nous discuterons plus tard de la raison d être de cette terminologie. Nous pouvons néanmoins évoquer brièvement ici le type de situation dans laquelle un comportement «price-taking» est un modèle approprié. Supposons un ensemble de consommateurs bien informés qui achètent un bien homogène produit par un grand nombre de firmes. Dans cette situation, il semble assez évident que toutes les firmes sont amenées à vendre leur produit au même prix; toute firme pratiquant pour son produit un prix supérieur à celui qui a cours sur le marché perdrait immédiatement tous ses clients. Dès lors, quand elle détermine sa politique optimale, chaque firme doit prendre le prix du marché comme donné. Dans ce chapitre, nous étudierons les choix optimaux des plans de production, pour une structure donnée des prix du marché. 2.1 La maximisation du profit Considérons le problème d une firme qui prend les prix comme donnés, tant pour ses inputs que pour ses outputs. Notons p un vecteur de prix des inputs et des outputs de la firme 1.Leproblème de maximisation du profit de la firme peut s exprimer de la manière suivante : π(p) = max py de telle manière que y Y. Puisque les outputs sont mesurés comme des nombres positifs et les inputs comme des nombres négatifs, la fonction d objectif de ce problème correspond aux profits : les recettes moins les coûts. La fonction π(p) qui nous donne les profits maximums en fonction des prix, s appelle fonction de profit de la firme. Il existe plusieurs variantes très utiles de la fonction de profit. Par exemple, si nous considérons un problème de maximisation à court terme, nous pouvons définir la fonction de profit à court terme, connue aussi sous le nom de fonction de profit restreinte : 1 En général nous exprimerons les prix sous forme de vecteurs-lignes et les quantités sous forme de vecteurscolonnes.

4 26 Ch. 2 La maximisation du profit π(p, z) =max py de telle manière que y Y (z). Si la firme produit un seul output, la fonction de profit peut s écrire π(p, w) =max pf(x) wx où p (scalaire) est maintenant le prix de l output et w est le vecteur de prix des facteurs. Les inputs sont mesurés par le vecteur (non négatif) x =(x 1,...,x n ). Dans ce cas, nous pouvons aussi définir une variante de la fonction de profit, la fonction de coût : c(w,y)= min wx de telle manière que x V (y). A court terme, nous pouvons désirer considérer la fonction de coût restreinte ou fonction de coût à court terme : c(w,y,z) = min wx de telle manière que (y, x) Y (z). La fonction de coût indique le coût de production minimum d un niveau d output y lorsque les prix des facteurs sont w. Puisque dans ce problème, seuls les prix des facteurs sont exogènes, la fonction de coût peut être utilisée pour décrire le comportement des firmes qui prennent les prix des facteurs comme donnés mais pas ceux des outputs. Cette observation nous sera d une grande utilité lorsque nous étudierons le monopole. Nous pouvons caractériser le comportement de maximisation du profit à l aide du calcul différentiel. Par exemple, les conditions du premier ordre pour la maximisation du profit d une firme monoproduit sont les suivantes : p f(x ) x i = w i i =1,,n. Ces conditions indiquent simplement que la valeur du produit marginal de chaque facteur doit être égale à son prix. A l aide de la notation vectorielle, nous pouvons aussi écrire ces conditions comme suit : Ici, Df(x )= pdf(x )=w. ( f(x ) ),, f(x ) x 1 x n est le gradient de f c est-à-dire, le vecteur des dérivées partielles de f par rapport à chacun de ses arguments. Les conditions du premier ordre établissent que «le produit marginal en valeur de chaque facteur doit être égale à son prix». Il ne s agit là que d un cas particulier

5 2.1 La maximisation du profit 27 de la règle d optimisation que nous avons énoncée précédemment, à savoir que la recette marginale de chaque action doit être égale à son coût marginal. Cette condition du premier ordre peut aussi être représentée graphiquement. Considérons l ensemble des possibilités de production présenté à la figure 2.1. Dans ce cas à deux dimensions, les profits sont donnés par Π = py wx. Les ensembles d isoprofit correspondant à cette fonction pour des prix p et w fixés sont des droites qui peuvent être exprimées sous la forme : y = Π/p +(w/p)x. La pente de la droite d isoprofit mesure ici le salaire exprimé en unités d output et son ordonnée à l origine mesure les profits exprimés en unités d output. OUTPUT =py wx Pente = w/p y = f (x) /p Figure 2.1 INPUT La maximisation du profit. La quantité d input qui maximise le profit correspond au point où la pente de la droite d isoprofit est égale à la pente de la fonction de production. Une firme qui maximise son profit désire trouver un point dans l ensemble de production qui est associé au niveau de profit maximum. Il s agit d un point situé sur la droite d isoprofit dont l ordonnée à l origine est la plus élevée. En examinant la figure 2.1, nous pouvons voir qu un tel point optimal peut être caractérisé par la condition de tangence df (x ) = w dx p De ce cas à deux dimensions, nous pouvons aisément déterminer la condition du deuxième ordre nécessaire pour que le profit soit maximisé : la dérivée seconde de la fonction de production par rapport à la quantité de facteur doit être négative ou nulle : d 2 f(x ) dx 2 0. Géométriquement, ceci signifie qu au point où les profits sont maximisés, la fonction de production doit être située en dessous de la tangente en x, c est-àdire que la fonction de production doit être «localement concave». Notons qu il est souvent utile de supposer que la dérivée seconde est strictement négative. Dans le cas à n dimensions, nous avons une condition du deuxième ordre semblable : pour que les profits soient maximisés, la matrice des dérivées secondes

6 28 Ch. 2 La maximisation du profit de la fonction de production doit être semi-définie négative au point optimal. En d autres termes, le Hessien (ou matrice Hessienne) ( D 2 f(x 2 f(x ) ) )= x i x j doit satisfaire à la condition suivante : hd 2 f(x )h t 0, pour tous les vecteurs h. (L indice t indique que la matrice est transposée). Notons que quand il n y a qu un seul input, le Hessien est un scalaire et cette condition se réduit à la condition du deuxième ordre examinée précédemment. Géométriquement, l exigence que la matrice Hessienne soit semi-définie négative signifie que la fonction de production doit être localement concave au voisinage du choix optimal, c est-à-dire que la fonction de production doit être située en dessous l hyperplan qui lui est tangent. Dans de nombreuses applications, nous n envisagerons que le cas d un maximum strict de sorte qu il suffit de vérifier si la matrice Hessienne est définie négative ou non. Au chapitre 26, page 480, nous montrons qu une condition nécessaire et suffisante pour que la matrice Hessienne soit définie négative est que ses mineurs principaux de tête alternent en signe. Comme nous allons le voir par la suite, cette condition algébrique est parfois utile pour vérifier les conditions du deuxième ordre. 2.2 Les difficultés Pour chaque vecteur de prix (p, w), il y aura en général un choix optimal, x, pour les facteurs. La fonction qui nous indique les quantités optimales d inputs en fonction des prix porte le nom de fonction de demande de facteur de la firme. Cette fonction est notée par x(p, w). De même, la fonction y(p, w) =f(x(p, w)) porte le nom de fonction d offre de la firme. Nous supposerons souvent que ces fonctions sont bien définies et dotées de toutes les propriétés souhaitables, mais il est intéressant d examiner les problèmes que l on peut rencontrer si ce n est pas le cas. Tout d abord, il se peut qu on ne puisse exprimer la technologie sous la forme d une fonction de production différentiable de sorte que les dérivées définies précédemment ne soient pas utilisables. La technologie Leontief constitue un bon exemple de ce type de problème. Deuxièmement, les conditions mathématiques dégagées précédemment n ont un sens que lorsque les variables de décision peuvent varier au voisinage du choix optimal. Dans beaucoup de problèmes économiques, les variables sont par nature non négatives. Si certaines de ces variables prennent la valeur zéro à l optimum, les conditions mathématiques examinées précédemment ne sont pas applicables. Ces conditions ne sont valables que pour des solutions intérieures, c est-à-dire pour lesquelles on utilise une quantité non nulle de chaque facteur. Il est facile d établir les modifications que l on doit apporter à ces conditions pour traiter les solutions frontières. Sipar exemple nous imposons à x d être non négatif dans le problème de maximisation du profit, les conditions du premier ordre adéquates sont les suivantes : p f(x) x i w i 0 si x i =0

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 1 L objectif de la firme est la maximisation du profit Les profits sont définis comme la différence entre les recettes et le coûts Supposons que la firme produise n

Plus en détail

Introduction à l optimisation

Introduction à l optimisation Université du Québec à Montréal Introduction à l optimisation Donnée dans le cadre du cours Microéconomie II ECO2012 Baccalauréat en économique Par Dominique Duchesneau 21 janvier septembre 2008 Ce document

Plus en détail

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 1 Les courbes de coût Considérons la fonction de coût qui donne le coût minimum de production d un niveau d output y: c(w 1, w 2, y) Considérons les prix des facteurs

Plus en détail

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I ÉLÉMENTS D OPTIMISATION Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I CHARLES AUDET DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES ET DE GÉNIE INDUSTRIEL ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL Hiver 2011 1 Introduction

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques (605) GESTION DE STOCK À DEMANDE ALÉATOIRE Résumé : Chaque mois, le gérant d un magasin doit

Plus en détail

Chapitre 5. Le monopole

Chapitre 5. Le monopole Chapitre 5. Le monopole 5.1. Présentation. Une entreprise est dite en situation de monopole lorsqu elle est l unique offreur sur le marché d un bien, si le nombre de demandeurs sur le marché est grand

Plus en détail

Texte 1, Choix intertemporel du consommateur Microéconomie 3-851-84

Texte 1, Choix intertemporel du consommateur Microéconomie 3-851-84 1 Texte 1, Choix intertemporel du consommateur Microéconomie 3-851-84 1. Présentation générale du contexte intertemporel La théorie du comportement du consommateur telle que nous l'avons vue jusqu'à présent,

Plus en détail

La détermination du prix optimal des cigarettes

La détermination du prix optimal des cigarettes Faculté de Droit et des Sciences Economiques de Limoges Sciences Economiques I Semestre I Cours de Microéconomie (Mr. P. Rous) Année Universitaire 2000-2001 La détermination du prix optimal des cigarettes

Plus en détail

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS 1) Rappels sur le monopole i) Hypothèses et notations Définition : Une entreprise est en position de monopole si elle est seule à fournir le marché d un bien pour lequel

Plus en détail

Valorisation par arbitrage. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012

Valorisation par arbitrage. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Valorisation par arbitrage - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Plan du cours Introduction : l hypothèse d absence d opportunité d arbitrage 1. Synthèse des actifs par un système de

Plus en détail

Cours 2 6 octobre. 2.1 Maximum de vraisemblance pour une loi Gaussienne multivariée

Cours 2 6 octobre. 2.1 Maximum de vraisemblance pour une loi Gaussienne multivariée Introduction aux modèles graphiques 2010/2011 Cours 2 6 octobre Enseignant: Francis Bach Scribe: Nicolas Cheifetz, Issam El Alaoui 2.1 Maximum de vraisemblance pour une loi Gaussienne multivariée Soit

Plus en détail

Théorie de l oligopole et oligopoles non coopératifs

Théorie de l oligopole et oligopoles non coopératifs Théorie de l oligopole et oligopoles non coopératifs Dans un marché oligopolistique, le nombre de firmes est limité I - Cadre général Le nombre limité de firmes dans un oligopole peut s expliquer par des

Plus en détail

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des firmes Arnold Chassagnon Université Paris-Dauphine (LEDA-SDFi) DU1 - Université Paris-Dauphine, 2009-2010 1 Analyse positive - analyse normative 1 Objectif

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre Chapitre 3 : Le revenu d équilibre - 112 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer entre la théorie classique et la théorie moderne de l équilibre macroéconomique. - Découvrir l interprétation moderne

Plus en détail

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS Remarques préliminaires : Ce court document n a nullement la prétention de présenter la question de la recherche d extrema liés avec toute la rigueur qui lui serait

Plus en détail

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Introduction Comment expliquer l ensemble des échanges observés dans un cadre théorique cohérent? Pourquoi chercher un cadre théorique englobant?

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : ANALYSE DE SENSIBILITE

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : ANALYSE DE SENSIBILITE LA PROGRAMMATION LINEAIRE : ANALYSE DE SENSIBILITE Nous abordons dans cette leçon la partie analyse de sensibilité de la résolution d'un problème de programmation linéaire. Il s'agit d'étudier les conséquences

Plus en détail

OPTIMISATION SOUS CONTRAINTES

OPTIMISATION SOUS CONTRAINTES OPTIMISATION SOUS CONTRAINTES Sommaire 1. Optimisation entre des bornes... 1 2. Exercice... 4 3. Optimisation sous contrainte à variables multiples... 5 Suite à une planification de la production, supposons

Plus en détail

TD : Microéconomie de l incertain. Emmanuel Duguet

TD : Microéconomie de l incertain. Emmanuel Duguet TD : Microéconomie de l incertain Emmanuel Duguet 2013-2014 Sommaire 1 Les loteries 2 2 Production en univers incertain 4 3 Prime de risque 6 3.1 Prime de risque et utilité CRRA.................. 6 3.2

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

Boîte à outils mathématiques de base pour l infographie et l animation par ordinateur. Yves Chiricota, professeur DIM, UQAC Cours 8TRD147

Boîte à outils mathématiques de base pour l infographie et l animation par ordinateur. Yves Chiricota, professeur DIM, UQAC Cours 8TRD147 Boîte à outils mathématiques de base pour l infographie et l animation par ordinateur Yves Chiricota, professeur DIM, UQAC Cours 8TRD147 14 Janvier 2015 2 Il est impossible d envisager l étude des méthodes

Plus en détail

Matthieu Manant 2010/2011

Matthieu Manant 2010/2011 du Iso Université Paris-Sud XI 2010/2011 (1/2) du Iso Principe de la théorie du producteur : quel est le meilleur choix robots / travailleurs pour produire un niveau donné de frites? quelles sont quantités

Plus en détail

1 Programmation linéaire

1 Programmation linéaire UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2012 2013 Master d économie Cours de M. Desgraupes Méthodes Numériques Document 4 : Corrigé des exercices d optimisation linéaire

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

Le problème des multiplications matricielles enchaînées peut être énoncé comme suit : étant

Le problème des multiplications matricielles enchaînées peut être énoncé comme suit : étant Licence informatique - L Année 0/0 Conception d algorithmes et applications (LI) COURS Résumé. Dans cette cinquième séance, nous continuons l exploration des algorithmes de type Programmation Dynamique.

Plus en détail

Economie des Réseaux Section 9 : Interaction sociale

Economie des Réseaux Section 9 : Interaction sociale Economie des Réseaux Section 9 : Interaction sociale Philippe Gagnepain Université Paris 1 Ecole d Economie de Paris Centre d économie de la Sorbonne-UG 4-Bureau 405 philippe.gagnepain@univ-paris1.fr Tel

Plus en détail

Problèmes de transport

Problèmes de transport Problèmes de transport formulation des problèmes d affectation Hugues Talbot Laboratoire A2SI 31 mars 2009 Problèmes de Transport Introduction Distribution Théorie Équilibrage Modélisation Plan Solution

Plus en détail

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Ce chapitre est le chapitre central de la classe de Terminale STG. Il permet (en partie) de clore ce qui avait été entamé dés le collège avec les fonctions affines

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

Chapitre 4 : Dualité en programmation linéaire

Chapitre 4 : Dualité en programmation linéaire Graphes et RO TELECOM Nancy 2A Chapitre 4 : Dualité en programmation linéaire J.-F. Scheid 1 Plan du chapitre 1 Introduction et définitions 2 Propriétés et Théorèmes de dualité 3 Conditions d optimalité

Plus en détail

Environnement économique de l entreprise. Séance 3. Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr

Environnement économique de l entreprise. Séance 3. Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr Environnement économique de l entreprise Séance 3 Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr Objectifs de la séance Monopole Revenu marginal Maximisation du profit du monopole Surplus social Surplus et concurrence

Plus en détail

et Transversalité par Pierre Vogel

et Transversalité par Pierre Vogel Université Paris 7 Denis Diderot Institut de Mathématiques de Jussieu Géométrie des Variétés et Transversalité par Pierre Vogel Introduction Ce cours est destiné à l étude des variétés différentiables

Plus en détail

Vecteurs.nb 1. Collège du Sud 1-ère année. Mathématiques. Vecteurs. Edition 2003/2004 - DELM

Vecteurs.nb 1. Collège du Sud 1-ère année. Mathématiques. Vecteurs. Edition 2003/2004 - DELM Vecteurs.nb 1 Collège du Sud 1-ère année Mathématiques Vecteurs Edition 00/004 - DELM Supports de cours de mathématiques de degré secondaire II, lien hypertexte vers la page mère http://www.deleze.name/marcel/sec/index.html

Plus en détail

Niveau de production croissant

Niveau de production croissant En effet, la fonction de production définit : l ensemble de production l ensemble des paniers de facteurs qui permettent de produire un niveau donné de bien. Cette fonction permet de définir des courbes

Plus en détail

La firme cherche les qtés q, K et L, solutions du programme d équilibre suivant :

La firme cherche les qtés q, K et L, solutions du programme d équilibre suivant : Chapiitre 8 :: La fonctiion d offre Ce chapitre analyse l objectif d une firme qui ne produit qu un seul produit, fourni en qté q, avec 2 facteurs de production K et L. On écrit : q = F (K,L) On suppose

Plus en détail

Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt

Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt Dans la section précédente, nous avons généralisé notre discussion de l'influence de divers facteurs sur le comportement des taux

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique

Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique Résumé : A partir du problème de la représentation des droites sur un écran d ordinateur,

Plus en détail

Les théorèmes de Gerschgorin et de Hadamard

Les théorèmes de Gerschgorin et de Hadamard Localisation des valeurs propres : Quelques propriétés sur les disques de Gerschgorin. Jean-Baptiste Campesato 22 septembre 29 Gerschgorin est parfois retranscrit en Gershgorin, Geršgorin, Hershhornou

Plus en détail

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Objectif : Nous allons voir comment fabriquer des systèmes de coordonnées pour les vecteurs d un espace vectoriel général. Dans ce chapitre désigne

Plus en détail

Programmation linéaire et Optimisation. Didier Smets

Programmation linéaire et Optimisation. Didier Smets Programmation linéaire et Optimisation Didier Smets Chapitre 1 Un problème d optimisation linéaire en dimension 2 On considère le cas d un fabricant d automobiles qui propose deux modèles à la vente, des

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 3 4 Master d économie Cours de M. Desgraupes MATHS/STATS Document : Solution des exercices d algèbre linéaire Table des matières

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL. MATHÉMATIQUES Série ES/L

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL. MATHÉMATIQUES Série ES/L BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 MATHÉMATIQUES Série ES/L Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 (ES), 4 (L) ES : ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L : ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE Les calculatrices électroniques

Plus en détail

Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage

Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage Jacques Mossière 12 août 2004 1 Introduction Ce chapitre est consacré à l étude d un problème classique dans les systèmes, l interblocage, c est à dire l

Plus en détail

SESP 1100 - Economie Politique Résumé du livre "Fondements d'économie politique"

SESP 1100 - Economie Politique Résumé du livre Fondements d'économie politique SESP 1100 - Economie Politique Résumé du livre "Fondements d'économie politique" Introduction : le problème économique fondamental Chapitre 1 : qu est-ce que l économie politique? Section 1.1 : la conception

Plus en détail

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume.

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume. Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Ordinateur, programme et langage

Ordinateur, programme et langage 1 Ordinateur, programme et langage Ce chapitre expose tout d abord les notions de programme et de traitement de l information. Nous examinerons ensuite le rôle de l ordinateur et ses différents constituants.

Plus en détail

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012. Corrigé

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012. Corrigé EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 Corrigé Tous les documents et les calculatrices sont interdits. PARTIE 1 : QUESTIONS DE COURS Précisez la

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

Partie I Le consommateur et la demande

Partie I Le consommateur et la demande Partie I Le consommateur et la demande Chapitre 1 La fonction d utilité 1 Plan du cours 1. Le consommateur. 2. La notion d utilité. 3. Les courbes d indifférence. 4. L optimum du consommateur. 5. Exercices.

Plus en détail

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Juillet 2014 Sommaire 1 2 3 4 5 Présentation du financement de contrepartie et de la volonté de payer Critères d admissibilité

Plus en détail

THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE

THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE Les entreprises internationalisées comme les multinationales industrielles et commerciales se trouvent exposées au risque de fluctuations

Plus en détail

Environnement Economique de l Entreprise. Cas 2 : Les décisions des entreprises

Environnement Economique de l Entreprise. Cas 2 : Les décisions des entreprises Environnement Economique de l Entreprise Cas 2 : Les décisions des entreprises Objectifs du cas : Comprendre les décisions des entreprises: - Choix des techniques et des facteurs de production (comment

Plus en détail

2010/2011. Espaces vectoriels

2010/2011. Espaces vectoriels Université Paris-Est Marne-la-Vallée 010/011 M1 enseignement CD/Préparation au CAPES Espaces vectoriels Dans toute la suite on considèrera des espaces vectoriels sur un corps commutatif K de caractéristique

Plus en détail

en dimension finie Table des matières

en dimension finie Table des matières Maths PCSI Cours Algèbre linéaire en dimension finie Table des matières 1 Rappels d algèbre linéaire 2 1.1 Applications linéaires......................................... 2 1.2 Familles libres, génératrices

Plus en détail

La Gestion de Production Méthode MRP A. BOUAISSI

La Gestion de Production Méthode MRP A. BOUAISSI La Gestion de Production Méthode MRP A. BOUAISSI Généralités Objet de la gestion de production Introduction 1.1 Objet de la gestion de production La gestion de production a pour objectif de répondre aux

Plus en détail

Evaluation par arbitrage, incertitude

Evaluation par arbitrage, incertitude valuation par arbitrage, incertitude L objectif de ce chapitre est de présenter les principes de bases qui président aux méthodes d évaluation par arbitrage. Il va nous permettre aussi de xer quelques

Plus en détail

comptable François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-854-0

comptable François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-854-0 Toutes formations Initiation comptable Cours François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-854-0 2 Étude du bilan L origine des fonds d une entreprise et leur utilisation

Plus en détail

La voiture électrique : un rêve écologique?

La voiture électrique : un rêve écologique? uestion 1 (4 points) La voiture électrique : un rêve écologique?.. Les conclusions de la dernière étude du cabinet Oliver Wyman sur les perspectives du marché de l'électromobilité en 2025 contrastent violemment

Plus en détail

Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 2016

Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 2016 Exercice 1 Commun à tous les candidats Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 216 4 points Cet exercice est un QCM (questionnaire à choix multiples). Pour chacune des quatre questions posées, une seule des

Plus en détail

Maximisation et Minimisation sous contrainte. Rappels sur la méthode d optimisation du Lagrangien

Maximisation et Minimisation sous contrainte. Rappels sur la méthode d optimisation du Lagrangien Université Paris Ouest Nanterre La Défense Licence 3 Mention Economie U.F.R SEGMI Premier semestre 2010-2011 Dynamique économique: analyse des fluctuations Cours de Valérie Mignon Maximisation et Minimisation

Plus en détail

WEMAG 99, 3122 031 960 36 36 FAX:

WEMAG 99, 3122 031 960 36 36 FAX: GISA GESTION STOCK Gestion de stock Gestion de stock 2 Tableaux 1 Gestion de stock 4 1.1 Exigences 5 1.1.1 Dans le tableau de maison 5 1.1.2 Dans le tableau d usine 5 1.1.3 Dans le fichier d article général

Plus en détail

Introduction à l optimisation

Introduction à l optimisation Chapitre 1 Introduction à l optimisation 1.1 Problématique 1.1.1 Cadre Un problème d optimisation consiste, étant donnée une fonction f : S R, àtrouver: 1) son minimum v (resp. son maximum) dans S 2) un

Plus en détail

Appréciation de la qualité de l Etude d Impact. accompagne le Projet de loi de «Nouvelle Organisation du Marché de l Electricité - NOME»

Appréciation de la qualité de l Etude d Impact. accompagne le Projet de loi de «Nouvelle Organisation du Marché de l Electricité - NOME» 1 Institut Européen pour la Gestion Raisonnée de l Environnement (IEGRE) 83 boulevard de Courcelles, 75008 Paris 06 78 05 09 88 garrigues@iegre.net 4 mai 2010 Appréciation de la qualité de l Etude d Impact

Plus en détail

Linéarité proportionnalité Discipline

Linéarité proportionnalité Discipline Cours 3a-1 Linéarité proportionnalité Discipline Sommaire 1 Fonctions affines et linéaires........................................... 2 1.1 Représentation graphique 2 1.2 Linéarité et proportionnalité

Plus en détail

Recherche Opérationnelle

Recherche Opérationnelle Chapitre 2 : Programmation linéaire (Introduction) Vendredi 06 Novembre 2015 Sommaire 1 Historique 2 3 4 5 Plan 1 Historique 2 3 4 5 La programmation linéaire est un cadre mathématique général permettant

Plus en détail

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique La programmation linéaire : une introduction Qu est-ce qu un programme linéaire? Qu est-ce qu un programme linéaire? Exemples : allocation de ressources problème de recouvrement Hypothèses de la programmation

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

Feuille n 2 : Contrôle du flux de commandes

Feuille n 2 : Contrôle du flux de commandes Logiciels Scientifiques (Statistiques) Licence 2 Mathématiques Générales Feuille n 2 : Contrôle du flux de commandes Exercice 1. Vente de voiture Mathieu décide de s acheter une voiture neuve qui coûte

Plus en détail

1 Contrôle des connaissances 2010/2011

1 Contrôle des connaissances 2010/2011 1 Contrôle des connaissances 2010/2011 Remarque préliminaire On s attachera dans la rédaction à être aussi précis que possible. Ainsi, lors de l écriture de chaque problème d optimisation et de chaque

Plus en détail

La discrimination sur le marché du travail :

La discrimination sur le marché du travail : La discrimination sur le marché du travail : Théories et mesures Emmanuel Duguet Université Paris Est-Créteil Novembre 2010 Introduction Définition : situation dans laquelle deux travailleurs identiquement

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Volume et température d un gaz

Volume et température d un gaz Volume et température d un gaz Par Pascal Rebetez Janvier 7 Introduction Après avoir étudié expérimentalement la relation entre le volume et la température d un gaz (de l air), nous comparons les données

Plus en détail

La Photographie Principes G.Loichot

La Photographie Principes G.Loichot La Photographie Principes G.Loichot Introduction La principale chose à laquelle il faut penser en photographie, c est à la lumière. C est elle qui traverse l objectif et qui vient «s écraser» sur le capteur

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Régression linéaire et corrélation

Régression linéaire et corrélation CHAPITRE 10 Régression linéaire et corrélation 1. Introduction Dans ce chapitre, nous regarderons comment vérifier si une variable à un influence sur une autre variable afin de prédire une des variables

Plus en détail

Chapitre 2 Gestion de l approvisionnement

Chapitre 2 Gestion de l approvisionnement Chapitre Gestion de l approvisionnement Plan du chapitre Section 1 : La gestion comptable des stocks Section : L analyse de l évolution des stocks Section 3 : La gestion prévisionnelle des stocks ÿ ÿ I.

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Suites et Convergence

Suites et Convergence Suites et Convergence Une suite c est se donner une valeur (sans ambigüité) pour chaque N sauf peutêtre les premiers n. Donc une suite est une fonction : I R où I = N: = N. Notation : On note ( ) I R pour

Plus en détail

Statistiques appliquées (L3 d'économie) - Cours de Patrick Sevestre - TD 1 - Corrigé

Statistiques appliquées (L3 d'économie) - Cours de Patrick Sevestre - TD 1 - Corrigé Statistiques appliquées (L3 d'économie) - Cours de Patrick Sevestre - TD 1 - Corrigé Marc Sangnier - marc.sangnier@ens-cachan.fr 18 octobre 7 Exercice A Question 1 - Loyer d'un studio à Paris La variable

Plus en détail

l'art d apprendre par soi-même

l'art d apprendre par soi-même L autodidaxie ou l'art d apprendre par soi-même Christine Larose À toutes les époques, dans toutes les classes de la société, ils ont existé. Aujourd hui, les associations culturelles, clubs de loisirs

Plus en détail

Algorithme du simplexe

Algorithme du simplexe Algorithme du simplexe Une solution à la programmation linéaire Hugues Talbot Laboratoire A2SI 18 mars 2008 Plan Algèbre linéaire Algorithme du simplexe Formulation et forme standard Notations Recherche

Plus en détail

Maximisation du profit et concurrence parfaite

Maximisation du profit et concurrence parfaite Maximisation du profit et concurrence parfaite Chapitre 2 Faculté des sciences économiques et de gestion Le sens de la concurrence Un marché parfaitement concurrentiel a les caractéristiques suivantes:

Plus en détail

PRÉFACE. À l'enseignant. Encore un livre de calcul différentiel?

PRÉFACE. À l'enseignant. Encore un livre de calcul différentiel? PRÉFACE L es mathématiques forment une partie intégrante de notre quotidien, dont le déroulement se révèle sans cesse plus complexe. Dans le présent ouvrage, Calcul différentiel, nous avons cherché à illustrer

Plus en détail

2 Fonctions affines : définitions et propriétés fondamentales

2 Fonctions affines : définitions et propriétés fondamentales Chapitre 3 : Fonctions affines Dans tout ce chapitre, le plan est muni d un repère. 1 Rappels sur les équations de droite Une droite qui n est pas verticale a une unique équation du type y = ax + b, qu

Plus en détail

Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE

Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE sensibiliser Citer de situations où la ressource est rare, les contraintes possibles :! Un espace limité pour ranger ses vêtements, un temps restreint dans la journée pour faire

Plus en détail

Exercices en économie industrielle couvrant les séances 2-3-4 (B.Caillaud)

Exercices en économie industrielle couvrant les séances 2-3-4 (B.Caillaud) Concurrence et Marches Ecole Nationale des Ponts et Chaussees Exercices en économie industrielle couvrant les séances 2-3-4 (B.Caillaud) 1. Monopole et tarification de pointe. Une entreprise en situation

Plus en détail

Optimisation d un site d e-commerce

Optimisation d un site d e-commerce Optimisation d un site d e-commerce Nous allons maintenant voir quelles sont les spécificités à prendre en compte pour le référencement d un site d e-commerce. Avant de démarrer la construction du site,

Plus en détail

Sixième partie: Les structures de marché et les stratégies des firmes. Remy Katshingu. Collège de Saint-Jérôme

Sixième partie: Les structures de marché et les stratégies des firmes. Remy Katshingu. Collège de Saint-Jérôme Sixième partie: Les structures de marché et les stratégies des firmes Remy Katshingu Introduction Structures de marché: Définition Les principales structures de marché Définition Les structures de marché

Plus en détail

Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception?

Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception? Concevoir et analyser des tâches mathématiques dans un environnement logiciel : Quels objectifs d apprentissage? Quels choix de conception? Semaine 2, auteurs Maha Abboud-Blanchard (ESPE de Versailles,

Plus en détail

10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile

10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile 10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile Auteur : Peter Stevens Son article du 29 avril 2009 : http://agilesoftwaredevelopment.com/blog/peterstev/10-agile-contracts Son blog : http://www.scrum-breakfast.com/

Plus en détail

INTRODUCTION À OMP PROBLÈME D USINAGE 1 Préambule

INTRODUCTION À OMP PROBLÈME D USINAGE 1 Préambule 1 Préambule 1 sur 7 Le logiciel OMP est un produit de OM Partners. Le version mise à disposition est la version 9.27. OMP comporte : un compilateur de modèles et de données ; un optimiseur ; un générateur

Plus en détail

Exemple d un modèle de PL. 2. Programmation linéaire a. modélisation. Programmation linéaire (PL) Exemple d un modèle de PL (suite)

Exemple d un modèle de PL. 2. Programmation linéaire a. modélisation. Programmation linéaire (PL) Exemple d un modèle de PL (suite) Exemple d un modèle de PL IFT1575 Modèles de recherche opérationnelle (RO). Programmation linéaire a. modélisation Données du problème (Wyndor Glass, sec..1 H&L): Deux types de produits (produit 1, produit

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL. MATHÉMATIQUES Série ES/L

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL. MATHÉMATIQUES Série ES/L BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 MATHÉMATIQUES Série ES/L Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 (ES), 4 (L) ES : ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L : ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE Les calculatrices électroniques

Plus en détail

Série n 5 : Optimisation non linéaire

Série n 5 : Optimisation non linéaire Université Claude Bernard, Lyon I Licence Sciences & Technologies 43, boulevard 11 novembre 1918 Spécialité Mathématiques 69622 Villeurbanne cedex, France Option: M2AO 2007-2008 Série n 5 : Optimisation

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

À propos des limites inductives filtrantes et du théorème de Lazard sur les modules plats

À propos des limites inductives filtrantes et du théorème de Lazard sur les modules plats 1 À propos des limites inductives filtrantes et du théorème de Lazard sur les modules plats Cette note est écrite comme une section 7 du chapitre VIII du livre Algèbre Commutative. Méthodes Constructives.

Plus en détail

Mathématiques financières

Mathématiques financières Mathématiques financières 1 Licence 3 Gestion ESDHEM PARIS 2015 Sabrina CHIKH Déroulé 2 n 16H n 4 séances de 4 heures, 4 thèmes n Cours / applications n Evaluation : un contrôle continu à chaque séance

Plus en détail

Proposition de corrigé

Proposition de corrigé Externat Notre Dame Devoir Survéillé n 2 (1 ere ES/L) Samedi 14 décembre Durée : 3 h calculatrice autorisée - pas d échange de calculatrice ou de matériel Proposition de corrigé Dans tout ce devoir, la

Plus en détail