Françoise Vertès, Marie-Hélène Jeuffroy, Eric Justes Pascal Thiébeau, Michael Corson, INRA. Légumineuses et agriculture durable

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Françoise Vertès, Marie-Hélène Jeuffroy, Eric Justes Pascal Thiébeau, Michael Corson, INRA. Légumineuses et agriculture durable"

Transcription

1 Connaître et maximiser les bénéfices environnementaux liés à l azote chez les légumineuses, à l échelle de la culture, de la rotation et de l exploitation. Françoise Vertès, Marie-Hélène Jeuffroy, Eric Justes Pascal Thiébeau, Michael Corson, INRA

2 Les systèmes de culture actuels posent des problèmes environnementaux ++ Changement climatique +/- N 2 O, NO, NH 3, Pesticides CO 2 Sol Eutrophisation NO 3 Air eaux Acidification + Engrais (N, P ) Produit phytos, Mat. Org. Sol Énergie, R non ren. ++ Pesticides Ecotoxicité ++ (d après B. Gabrielle, 2006) pgm GL-PRO 2006 Effet introduction 20% pois dans SdeC (ACV) L intégration des légumineuses dans les SdeC vise d abord à réduire l usage d engrais, grâce à l automonie de nutrition par fixation symbiotique C est sur l impact eutrophisation (ACV, très lié à N dans les SdeC) que le bénéfice est le moins significatif, mais différents bénéfices N

3 Plan Introduction : azote Flux d azote à l échelle de la parcelle année Les flux d azote dans les successions de cultures Bénéfices liés à l azote à l échelle exploitation agricole Conclusions

4 Le cycle de l azote en prairies : des flux multiples et importants Déjections ANIMAL Exportations par produits animaux Consommation par animaux ALIMENTS NH3 Volatilisation Exportations par récoltes Protéo synthèses PLANTE Fixation N2, NOx AIR Dénitrification ENGRAIS N organique Matière organique Biomasse microbienne Résidus Minéralisation Organisation NH4+ Absorption N minéral Nitrification NO3- SOL Des risques liés aux entrées N et au recyclage Lixiviation EAU

5 La fixation symbiotique Flux d azote à la parcelle-année Sans facteur limitant important, la fixation est ajustée à la croissance des légumineuses, conduisant à une nutrition azotée optimale. Les taux de fixation varient entre genres de 30 à 100 % (légumineuses à graines < légumineuses prairiales) Pour une plante, la fixation peut être affectée par : la disponibilité d N minéral dans le sol un stress hydrique (limitant l activité des nodosités), des tassements du sol (réduction nb de nodosités, enracinement superficiel) l état des nodosités (sitones, pourritures...) Des entrées d azote fixé dans le système de près de 150 kg N/ha/an en moyenne (60-250) hoto G Héllou

6 La présence de légumineuses modifie t elle le risque de lixiviation? Des facteurs de risques : Sous culture protéagineux : des reliquats entrée de l hiver supérieurs (+ 30kg/ha) à ceux sous céréale à paille, en lien avec l enracinement faible et la maturité précoce De l herbe riche en N augmentation des rejets N Autres facteurs, «faux risques» Des résidus (pailles et racines) plus riches en N que ceux des céréales et une rhizodéposition importante mais avec des ratios C/N assez élevés et donc une minéralisation lente (Nicolardot et al, 1996) Un atout : le pouvoir tampon de la fixation symbiotique : N min sol réduction fixation

7 Mécanismes de régulation en prairie Flux d azote à la parcelle-année taux Taux de fixation 100% 80% 60% 40% 20% 0% témoin pissat mai pissat septembre 18-janv 09-mars 28-avr 17-juin 06-août 25-sept 14-nov Taux taux de trèfle trèfle 80% 60% 40% 20% 0% témoin pissat mai pissat septembre 18-janv 09-mars 28-avr 17-juin 06-août 25-sept 14-nov 3 mécanismes de régulation : le taux de fixation (court terme), le taux de trèfle (court et moyen terme) et l absorption N de la graminée associée régulation interannuelle par le N sol (Schwinning & Parsons, 1996) et «oscillations» du % trèfle blanc selon N sol (cycles de 3-5 ans) Bien qu on observe l effet négatif de l apport d azote sur le taux de trèfle, la fertilisation des associations est souvent peu différente des graminées pures (-15%, enquète Agreste pratiques agricoles 2006)

8 Lixiviation sous prairies : effet du trèfle blanc y = 8,77 e 0,003x r²=0.71 N lixivié (kg N/ha) Flux d azote à la parcelle-année N lixivié sous association chargement (UGB.JPE/ha) N lixivié moy = 33.8 kg/ha/an N engrais moy = 19 kg/ha/an 510 UGB.JP moy Simon et al, 1997 ; Laurent et al.2000 Vertès et al, 2002 Benoit et al., 1995 N lixivié moy = 50.3 kg/ha/an N engrais moy = 250 kg/ha/an 590 UGB.JP moy > 300 kgn/ha/an sur graminées < 40 kg sur ass N lixivié sous graminées pures azotées Lixiviation N (kg/ha/an Entrées totales d azote (ferti + fixation + restitutions) kgn/ha Les mécanismes de régulation correspondent à une faible réduction (5-10%) de la lixiviation sous prairie, à chargement équivalent.

9 Comment gérer l équilibre graminée-légumineuse? Flux d azote à la parcelle-année 2005 pour un optimum à la fois agronomique, zootechnique et environnemental.. + ou maîtrisable

10 Reliquats post culture sous pois Flux d azote à la parcelle-année N minéral sol (kg N-NO3/ha) Effets Date de semis et Compaction du sol sur l'azote sol à la récolte du pois (moy 2 essais x 2 ans) non compacté compacté oct mi-nov fin fév Reliquats d N min sol sous blé et pois, purs ou associés (avec ou sans N, 2006 et 2007, (moyennes réseau de parcelles, pgm ADAR 202) Blé pur blé 0N Pois pur B-P N B-P 0N Des reliquats assez élevés sous pois pur (50-70 kg), Une meilleure utilisation de l N sol par un association gram-lég, avec des réliquats analogues à ceux d un blé non fertilisé

11 Des risques maîtrisables à l échelle de la succession culturale Flux d azote à la parcelle-rotation Concevoir des SdeC visant à maximiser les bénéfices de la fixation N 2 par les légumineuses (Justes 2009) Objectifs : proposer 2 voies de recherche pour concevoir de tels SdeC, dans des systèmes à bas intrants, en visant également la réduction des impacts environnementaux + acquérir des références 1. conception et l evaluation de prototypes de systèmes de culture incluant des légumineuses,en utilisant des expérimentations moyen terme couplé à de la modélisation des cultures sur la durée de la rotation 2. Étudier le potentiel des intercultures A L I M E N T pour A T I O N améliorer la production globale (ratio d équivalence en surface) et la teneur en proteine du blé dur

12 Essai expérimental (INRA Toulouse, 2003), pour étudier les effects des légumineuses à graine en rotation et en dérobée sur l efficacité d utilisation de N et la fertilité des sols à moyen terme LG0 Sorgho Tournesol Blé dur LG0+CI Vesce Avoine/vesce LG1 Tournesol Pois d hiver Blé dur LG1+CI Moutarde Moutarde Avoine-vesce LG2 LG2+CI Soja Pois printemps Blé dur Colza E N V I moutarde R O N N E M E N T An 1 An 2 An 3 Moutarde

13 Principaux acquis (Justes, 2009) Flux d azote à la parcelle-rotation Pois de printemps mieux adapté que Pois d hiver dans Syst bas intrants (sud France) : moins sensible aux maladies et ravageurs Rendement de blé dur plus élevé après pois d hiver : confirme effet bénéfice d une légumineuse à graine en culture précédente Relargage d N de la culture dérobée pas toujours suffisant pour compenser la compétition pour N min du sol entre pois et semis du blé : augmenter fertilisation N pour un même objectif de production N-NO3 under 120 cm (kg/ha) Lixiviation Cumulative N leaching cumulée for sur Rotation rotation ( ) ( ) sans CI avec CI Légumineuses 0 et agriculture GL0 durable GL0 GL1 GL1 0 lég 1 lég 2 lég nocc +GM nocc +CC/GM Pois augmente pertes (pas soja) Cultures Intermédiaires efficaces (moutarde) pour lixiviation Engrais vert n augmente pas le risque de lixiviation Il ne suffit pas d introduire des legumineuses à graines, il faut GL2 GL2 nocc +CC adapter tout le SdeC, pour bien valoriser la fixation N2

14 Essai Pois Colza Blé (Grignon et Mons) Flux d azote à la parcelle-rotation - Des rendements plus élevés -des reliquats post récolte plus faibles derrière le blé précédent pois que le blé précédent blé -Des résultats à confirmer

15 Bénéfices N liés à la luzerne Flux d azote à la parcelle-rotation dans des successions blé/betterave Réduit la concentration moyenne (10 ans) de l eau drainée est de 20,8 mg/l de N-NO3, contre 27,2 mg/l dans la rotation blé-betterave (Muller et al., 1993). Implantée sous couvert de pois protéagineux : Bénéfices : «support» pour le pois, des pailles, et de la réduction des risques de lixiviation Pois pur Pois + Luzerne Luzerne pure UFL (pailles)/kg 0,65-0,73 0,72-0,75 semée sous couvert de blé : Contribue à l alimentation azotée de la céréale et absorbe l azote reliquat + production fourrages et effet positif agriculture pour durable culture de printemps suivante) PDIE (g:kg N sol cm 91,2 48,6 30,2

16 Stockage d azote (C) dans les sols Flux d azote à la parcelle-rotation En lien avec le bilan N En cultures le pois prélève plus d N au sol qu il n en restitue (Carroué 2004) pas d augmentation à moyen terme du pool de MOS Il faudrait > 70% de fxation pour avoir un bilan positif, et les indices de récolte élevés ré En prairies pérennes, la présence de légumineuses (trèfle, lotier) augmente le stockage de N et C dans les sols comparé à des peuplements de graminées (De Deyn et al., 2009)

17 À l échelle de la rotation et du système de culture Des risques maîtrisables et des pistes d amélioration: Flux d azote à la parcelle-rotation Pour les prairies avec des gestions appropriées (peu d apports N, fauche / pâturage, combinaisons d espèces, choix variétaux,.) Pour les cultures avec des CI en interculture longue (avant ou après protéagineux) voire 2ème culture si récolte précoce (après pois d hiver) Meilleure gestion de la fertilisation à l échelle de la rotation Amélioration de l exploration racinaire certaines espèces (nouvelles variétés chez le pois)

18 Quels bénéfices N liés aux légumineuses aux échelles exploitation, Bassins, Bénéfices Azote à l exploitation Les bénéfices environnementaux liés à l azote apparaissent limités à l échelle parcellaire, et sont plus significatifs sur la successions culturale quels bénéfices émergent à des échelles plus larges? au niveau exploitation? Expérimentations systèmes (agro-zootechniques / émissions N) Comparaisons Bilans N et impact eutrophisation calculé dans l ACV Au niveau d un territoire? exemple du bassin de la Seine (Billen et al., 2009)

19 Bénéfices Azote à l exploitation Entrées N Fixation Sorties N Excédent de bilan Efficacité utilisation N (produit/entrées) N (kg/ha) Pertes par volatilisation Autres pertes (dénit ) Pertes par lixiviation 50 Engrais + effluents Bilans apparents N dans les fermes laitières de l'ouest agriculture 0 durable CONV. Bret. aliments Produits CONV. Opt. Bret. N elle Zélande 0N 170 (90 à 220) (68 à 83) 30 (12 à 74) 15 (15 à 17) 3 à (2000) CEDAPA CONV opt. Normand BIO. Bret. Comparaison de systèmes de ENTREES SORTIES BILAN index d'efficacité production laitiers 0 *d après Ledgard et al., 2009, Vertès et al., E N V I R 2002 O N N ; E Simon M E N Tet al., 2000 ; Bossuet et al., 2006 Herbager ext. Loire NZ. 410N 50 (25 à 135) (90 à 135) 130 (110 à 150) 68 (47 à 78) 13 à BIO Normand index Les systèmes laitiers basés sur les associations sont d abord herbagers, puis en recherche d autonomie et de couts de production réduits souvent moins intensifs (à l animal en NZ, à l animal et à l ha en Europe) systèmes SFEI, Bio Réduction des excédents de bilan Forte efficacité d utilisation de N

20 Bénéfices Azote à l exploitation Eq PO Évaluation impact eutrophisation exploitations types «grandes cultures», réseau CDER Champagne BAS assolement GC-LEG bas HAUT Eq PO blé escourgeon orge maïs graine colza tournesol betteraves pois féveroles luzerne blé escourgeon orge maïs graine colza tournesol betterave assolement GC-LEG Haut 158 ha 167 ha Impact eutrophisation / exploitation répartition des postes par culture pois féverole luzerne semences pesticides machines diesel engrais K engrais P engrais N au champ

21 Bénéfices Azote à l exploitation q PO4/ha Évaluation impact eutrophisation exploitations types laitières (3 types, réseau Etre Bretagne) assolement Lait : maïs - herbe 54.4 ha blé herbe maïs Bilan apparent N: maïs herbe = 67.8 (63.9) /ha SAUtot assolement Lait : herbe - Lég bas = 10% Lég haut = 30% blé herbe maïs Impact eutrophisation / type d exploitation 1) par ha SAU 2) par 1000 l lait Eq PO4/t lait 61.6 ha Herbe-Lég bas = 69.4 (47.2) /hasautot Herbe-Lég haut = 49.6 (-17) /ha SAUtot maïs herbe herbe lég.- herbe lég.+ autres 7 pâture 6 épandage 5 bâtiment/stock. Pest./ plastiques 4 fourrages/alim achat 3 engrais 2 énergie 1 machines E N V I R 0 O N N E M E N T maïs herbe herbe lég.- herbe lég.+

22 Incertitudes (Monte Carlo): sur la biomasse de légumineuses, sur la fixation (Payraudeau et al, 2005) Bénéfices Azote à l exploitation Excédent bilan N (kg/ha) Moyenne des 24 fermes du bassin versant

23 Flux d azote dans le bassin de la Seine : passé, présent et passage en bio Passage de d après la situation Billen, 2010, actuelle séminaire à un Cascade scénario Azote«tout bio» Engrais importation importation Industriels aliments bétail animaux N Fin XVIIIème 20 ha fix/km² 30 kg fixé/ha 38 hab/km² SAU fix.5% 20% SAU non fixatrice 54% 40% > Elevage ugb/km² maintien Population 200 hab/km² Pdts animaux et végétaux Export céréales Hydrosystème 1425 hydrosystème

24 Blésemédans Lotier 17 oct. Conclusions -Perspectives Flux d azote à la parcelle-rotation Une économie directe et indirecte d engrais, sans augmenter le risques de lixiviation Des postes mal connus (rhizodéposition, racines, contribution au stockage long terme de MOS) la pérennité des prairies complexes (% trèfle) des SdeC innovants à concevoir, tester, améliorer Métholologie : réseaux + expérimentation + modèles meilleure compréhension et modélisation des relations de compétition / facilitation (Semis de céréales dans couvert permanent petites légumineuses, Carof, 2008) Des outils d évaluation multicritères (MASC, ACV, ) pour aider au choix de SdeC durables Une approche système transdisciplinaire pour trouver les clés d une meilleure intégration des légumineuses dans des SdeP durables

25 Il y en a pour tous les goûts.. (d après Huyghe, 2010) aux sols humides, séchants, acides Fléole Fétuque élevée Ray-grass (RGA-RGI) Lotier Trèfle violet Trèfle blanc Dactyle Brome Luzerne Sainfoin RGA Trèfle blanc Lotier Dactyle Fétuque élevée Fléole Brome, RGI Trèfle Légumineuses violet et Sainfoin Luzerne Luzerne Dactyle Sainfoin Fétuques Brome Lotier Trèfle blanc Ray-grass Trèfle violet Fléole Trèfle violet Trèfle blanc Lotier Luzerne Sainfoin Pâturage ensilage/enrubannage foin RGI, Brome Fétuque élevée Lotier Trèfle blanc Dactyle Fléole RGA Trèfle violet Sainfoin Luzerne Fléole Fétuque élevée Luzerne Sainfoin Dactyle RGI, Brome RGA Lotier Trèfle blanc Trèfle violet à la chaleur, au froid Luzerne Sainfoin Brome Dactyle Fétuque élevée Lotier Trèfle blanc Ray-grass Fléole Trèfle violet Fléole Dactyle Fétuque élevée Luzerne Trèfle blanc Lotier Trèfle violet Ray-grass Brome Sainfoin Des aptitudes des choix Diversité variétale Merci de votre attention

Fourrages et production de protéines

Fourrages et production de protéines A. Devouard (Prolea) Fourrages et production de protéines Huyghe C. Direction Scientifique Agriculture INRA - Paris En hommage à Jean-Claude Simon Pourquoi se préoccuper de protéines? Alimentation animale

Plus en détail

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN Couverts DN et SIE groupes cultures juillet 2015 la Zone Vulnérable campagne 2014-2015 ZAR ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN 1 la Zone Vulnérable Projet d extension : Bassin Seine

Plus en détail

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 Le potassium, régulateur et anti-stress des plantes Le potassium circule dans la plante sous la forme du cation + tel qu

Plus en détail

GESTION DE L ÉTAT ORGANIQUE DES SOLS AVEC SIMEOS-AMG

GESTION DE L ÉTAT ORGANIQUE DES SOLS AVEC SIMEOS-AMG Journée Prosensols 22 novembre 2012 Vincent TOMIS - Annie DUPARQUE GESTION DE L ÉTAT ORGANIQUE DES SOLS AVEC SIMEOS-AMG Vincent Tomis Agro-Transfert RT Contexte Projet GCEOS : GESTION ET CONSERVATION DE

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

SDSCV Semis Direct Sous Couvert Végétal

SDSCV Semis Direct Sous Couvert Végétal SDSCV Semis Direct Sous Couvert Végétal de nouveaux systèmes de cultures pour une moindre dépendance aux engrais minéraux de synthèse 1 er bilan des expérimentations menées par ARVALIS augmenter les effets

Plus en détail

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB + 1,5 t MS/ha sur 3 essais Y compris sur sols profonds Rendement annuel (T MS/ha) 11 9 8 7 6 5 4 3 4,2 5,7 8,4,1 3,8 5,2 Essai 1 Essai 2 Essai

Plus en détail

Entre 2 cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte

Entre 2 cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte Entre cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte www.semencesdefrance.com gamme 4 problématiques 4 solutions 4 ENTRE CULTURES DE PRODUCTION, I-SOL APPORTE À LA TERRE DES ÉLÉMENTS NUTRITIFS

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL

ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL GÉRER L ÉTAT L ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL 8émes rencontres GEMAS -COMIFER Blois - 20 & 21 novembre 2007 Annie Duparque GESTION ET CONSERVATION DE L ETAT L

Plus en détail

Mieux gérer l interculture pour un bénéfice agronomique et environnemental Légumineuses, comment les utiliser comme cultures intermédiaires?

Mieux gérer l interculture pour un bénéfice agronomique et environnemental Légumineuses, comment les utiliser comme cultures intermédiaires? Mieux gérer l interculture pour un bénéfice agronomique et environnemental Légumineuses, comment les utiliser comme cultures intermédiaires? Synthèse des travaux menés par la Chambre Régionale d Agriculture

Plus en détail

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation - Groupe de travail Etude de la rentabilité des systèmes de culture intégrant de la luzerne Synthèse

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Colza d hiver «associé» : technique et intérêts. Vincent Trotin CA17

Colza d hiver «associé» : technique et intérêts. Vincent Trotin CA17 Colza d hiver «associé» : technique et intérêts Vincent Trotin CA17 Le colza associé : une technique innovante pour réduire engrais et phytos Principe : semis simultané du colza d hiver + couvert gélif

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

Utilisation des légumineuses à graines

Utilisation des légumineuses à graines Colloque Utilisation des légumineuses dans les systèmes de production animale JL Peyraud, JY Dourmad, M Lessire, F Médale, C Peyronnet Les légumineuses pour des systèmes agricoles et alimentaires durables

Plus en détail

Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation. P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait

Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation. P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait Un contexte à la recherche d outils pour aider à piloter les systèmes agricoles

Plus en détail

Caractéristiques des principales cultures intermédiaires

Caractéristiques des principales cultures intermédiaires Caractéristiques des principales cultures intermédiaires Références disponibles pour la région Poitou-Charentes Réalisé à partir : - des essais conduits en Poitou-Charentes 2000-2008 - résultats de simulation

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des

Plus en détail

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou : - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque

Plus en détail

Surfaces d intérêt écologique (SIE) : Prise en compte des derniers compléments du ministère PAC 2015

Surfaces d intérêt écologique (SIE) : Prise en compte des derniers compléments du ministère PAC 2015 Surfaces d intérêt écologique (SIE) : Prise en compte des derniers compléments du ministère PAC 2015 Le point au 07/10/2014 Présence de surfaces d intérêt écologique Obligationque les SIE représentent

Plus en détail

!" #$%& "' ( # ) * +,

! #$%& ' ( # ) * +, !" #$%& "' ( # ) * +, 1 !" % # " %'# " # $#%$ # #" $ % " $ '# % '$)$ '# "% ' #-., %$# '$ )$ %'# "-.$% %%')$ * #&%+ '# ')$ '# " #&%# # #&% #%'&%(% #%)'# " L environnement devient un enjeu de plus en plus

Plus en détail

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Yves Beckers Université de Liège Gembloux Agro-Bio Tech Unité de Zootechnie Yves.beckers@ulg.ac.be Henri-Chapelle 16 décembre 2009 Unité

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

Protéines végétales protéines animales: une équa5on à mul5ples inconnues. Chris5an HUYGHE / 9 juin 2015

Protéines végétales protéines animales: une équa5on à mul5ples inconnues. Chris5an HUYGHE / 9 juin 2015 Protéines végétales protéines animales: une équa5on à mul5ples inconnues Chris5an HUYGHE / 9 juin 2015 Protéines végétales et animales: toute vision réduc5onniste est dangereuse Les tendances fortes de

Plus en détail

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins Note technique n 25 Mai 2012 L opération de conseil Agr Eau Madon, co-financée par l Agence de l Eau Rhin Meuse et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations et des conseils en faveur de

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

Session 4 : Produire et utiliser des légumineuses à graines AB

Session 4 : Produire et utiliser des légumineuses à graines AB Session 4 : Produire et utiliser des légumineuses à graines AB Session 4 Produire des légumineuses à graines pour l alimentation porcine AB : atouts et contraintes S. Lubac (IBB), F. Pressenda (Céréopa)

Plus en détail

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations PDAR Auvergne 2014-2020 Fiche type de description qualitative d une action élémentaire Action élémentaire N 1 Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations Coordinateur d action Contributions

Plus en détail

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Diagnostics de l exploitation Dans cette partie, vous devez réaliser un diagnostic, c est-à-dire que vous devez expliquer ce qui est bien et ce qui ne l

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air. Bilan et perspectives

Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air. Bilan et perspectives Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air Bilan et perspectives Les missions Sensibilisation, communication, formation Acquisition de références Olivier THIERCY Conseillers en maîtrise de l énergie

Plus en détail

RAISONNEMENT FERTILISATION COLZA

RAISONNEMENT FERTILISATION COLZA Fiche 3 RAISONNEMENT FERTILISATION COLZA Dose = (besoins - fournitures ) / CAU Campagne culturale (année) : Date d'ouverture du bilan : 2ème quinzaine de janvier IDENTIFICATION DE LA PARCELLE - NATURE

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE IMPACT AGRONOMIQUE ET ÉCONOMIQUE DES LÉGUMINEUSES DANS LES ROTATIONS AGRICOLES RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) Chercheurs : Adrien

Plus en détail

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Isabelle Chaillet, ARVALIS Judith Burstin, Gérard Duc, INRA UMR LEG Dijon Avec le concours de JM. Retailleau, GEVES Place des

Plus en détail

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique -

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intervenant : Samuel MAIGNAN Zootechnie : Intérêt nutritionnel de la luzerne déshydratée Intérêt nutritionnel de la luzerne

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

La fertilisation azotée des grandes cultures et les outils de pilotage. Régis HELIAS, 6 Novembre 2013

La fertilisation azotée des grandes cultures et les outils de pilotage. Régis HELIAS, 6 Novembre 2013 La fertilisation azotée des grandes cultures et les outils de pilotage Régis HELIAS, 6 Novembre 2013 Nutrition azotée des cultures: une démarche en plusieurs étapes Un seul objectif: équilibre de la fertilisation

Plus en détail

Efficacité des systèmes pâturants

Efficacité des systèmes pâturants Efficacité des systèmes pâturants Yves Lefrileux 1 -Alain Pommaret 2 1 Institut de l Elevage 2 Ferme expérimentale Caprine du Pradel www.idele.fr 1 des craintes d une baisse de production avec le pâturage.

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges Inconvénient Avantages Fiche n 29 Septembre 2012 Cette fiche technique, co-financée par l Agence de l Eau Rhin-Meuse, le Conseil Général des Vosges et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations

Plus en détail

Choisissez le couvert qui vous convient! Guide sur les couverts végétaux en interculture longue* Édition de décembre 2015

Choisissez le couvert qui vous convient! Guide sur les couverts végétaux en interculture longue* Édition de décembre 2015 Guide sur les couverts végétaux en interculture longue* Édition de décembre 2015 Choisissez le couvert qui vous convient! * Interculture longue : période culturale entre une culture d'hiver et une culture

Plus en détail

Le diagnostic agronomique pour expliquer les rendements du colza

Le diagnostic agronomique pour expliquer les rendements du colza Le diagnostic agronomique pour expliquer les rendements du colza Présentation des dispositifs récents d acquisition de références Méthodes utilisées pour le traitement des données Jean LIEVEN, chargé d

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

Aide à la conception de systèmes de production innovants à l'échelle de l'exploitation agricole Cas des exploitations de polyculture-élevage

Aide à la conception de systèmes de production innovants à l'échelle de l'exploitation agricole Cas des exploitations de polyculture-élevage Aide à la conception de systèmes de production innovants à l'échelle de l'exploitation agricole Cas des exploitations de polyculture-élevage P.-Y. Le Gal, Cirad, Umr Innovation, Montpellier N. Andrieu,

Plus en détail

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE)

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Réunion d information sur les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Mise à jour 9 juin 2015 Adage 35 02,99,77,09,56 www.adage35.org

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

Gestion des impacts environnementaux des élevages porcins : Référentiel pour le pilotage. Sandrine Espagnol (IFIP)

Gestion des impacts environnementaux des élevages porcins : Référentiel pour le pilotage. Sandrine Espagnol (IFIP) Gestion des impacts environnementaux des élevages porcins : Référentiel pour le pilotage Sandrine Espagnol (IFIP) Contexte Règles du marché international Attentes sociales des consommateurs, des riverains,

Plus en détail

Légumineuses et environnement : des effets multiformes

Légumineuses et environnement : des effets multiformes Colloque Impacts environnementaux des légumineuses dans les systèmes de production Pierre Cellier, Françoise Vertès, MH Jeuffroy Anne Schneider et Pascal Thiébeau Les légumineuses pour des systèmes agricoles

Plus en détail

Solagro. Initiatives pour l Énergie, l Environnement, l Agriculture

Solagro. Initiatives pour l Énergie, l Environnement, l Agriculture Solagro Initiatives pour l Énergie, l Environnement, l Agriculture Association Loi 1901 75 Voie du TOEC - 31076 TOULOUSE Cedex 3! 0 (+33) 5 67 69 69 69 - Fax 0 (+33) 5 67 69 69 00 Email : solagro@solagro.asso.fr

Plus en détail

Journée technique GC AB Essai système de culture

Journée technique GC AB Essai système de culture Journée technique GC AB Essai système de culture Contexte Contexte V. Salou 2011 2012 2013 2014 Constat : la production de céréales et de protéagineux bio est déficitaire de 30% en Bretagne Conception

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA outil d aide à la décision par programmation linéaire Veysset P., Lherm M., Bébin D. Opt'INRA

Plus en détail

Présenté par J-L. Böhm Equipe de Recherche en Physico-Chimie et Biotechnologies (ERPCB) EA 3914

Présenté par J-L. Böhm Equipe de Recherche en Physico-Chimie et Biotechnologies (ERPCB) EA 3914 BIORÉACTEUR A MEMBRANE ASSOCIANT UN LIT FIXÉ ANAÉROBIE ET UNE UNITÉ D ULTRAFILTRATION Études de laboratoire financées par Ademe et Région Basse-Normandie Étude sur pilote industriel financée par Oseo ANVAR

Plus en détail

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Station des productions animales et végétales Rapport d'essai 2007 Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Grangeneuve, juillet 2007 Sandra Dougoud Institut agricole de Grangeneuve

Plus en détail

Tech Infos Grandes Cultures Bio

Tech Infos Grandes Cultures Bio Tech Infos Grandes Cultures Bio N 9 / janvier 2015 Evaluer les systèmes en grandes cultures biologiques Résultats de 4 années d essais à La Saussaye L ESSAI EN BREF Afin d évaluer la faisabilité technique,

Plus en détail

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit LES MATIERES GRASSES : De l auge à l assiette Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit en contenir. On les trouve dans le beurre, l huile, mais

Plus en détail

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Jérôme Pierreux (1), Pierre Delaplace (2), Christian Roisin (3) et Bernard Bodson (1) 1 : Unité de Phytotechnie

Plus en détail

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et

Plus en détail

Introduction. I. Les besoins alimentaires de la plante. II. Les besoins minéraux de la plante. Définition des termes utilisés

Introduction. I. Les besoins alimentaires de la plante. II. Les besoins minéraux de la plante. Définition des termes utilisés Introduction I. Les besoins alimentaires de la plante Pour se nourrir les plantes supérieures ont, comme tout être vivant, besoin d'énergie et de matières. La plante supérieure a la propriété fondamentale

Plus en détail

CANALISATION DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL ARC DE DIERREY. Barèmes d indemnisation des dommages causés aux cultures et aux sols

CANALISATION DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL ARC DE DIERREY. Barèmes d indemnisation des dommages causés aux cultures et aux sols CANALISATION DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL ARC DE DIERREY Barèmes d indemnisation des dommages causés aux cultures et aux sols Canalisation CUVILLY (60) VOISINES (52) page 1 SOMMAIRE Pages 1 Indemnités pour

Plus en détail

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICE 4 MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS Au même titre que la matière organique, la prise en compte du statut acido-basique du sol est un préalable

Plus en détail

Une évaluation des stocks de carbone et des évolutions possibles

Une évaluation des stocks de carbone et des évolutions possibles Une évaluation des stocks de carbone et des évolutions possibles Exemples en Poitou-Charentes M. Vigot Chambre Régionale d Agriculture Poitou-Charentes NOM DE L AUTEUR 03 / 12 / 2013 Pourquoi s intéresser

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

«Les mélanges de semences pour prairies et le Label France Prairie» Salon de l Herbe à Nouvoitou, le 3 juin 2015

«Les mélanges de semences pour prairies et le Label France Prairie» Salon de l Herbe à Nouvoitou, le 3 juin 2015 Conférence «Les mélanges de semences pour prairies et le Label France Prairie» Salon de l Herbe à Nouvoitou, le 3 juin 2015 Pascale PELLETIER, ARVALIS - Institut du végétal 36 Michel STRAËBLER, GNIS 75

Plus en détail

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture?

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture? Martin Bortzmeyer est chef de bureau au Commissariat Général au développement durable. Le Commissariat est membre de droit du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD). Comment répondre aux

Plus en détail

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an 29 Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an Il est important de rappeler que cette quantité ne traduit pas un droit à épandre mais un plafond : la quantité réelle à épandre est déterminée à partir de l

Plus en détail

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ).

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). 1 Philippe VIAUX Correspondant de l Académie d Agriculture de France. 27/11/2012 Séminaire AB Angers

Plus en détail

L avenir. de la filière du lin. oléagineux Français. Une graine originale pour des marchés spéc. Une graine originale pour des marchés spécifiques

L avenir. de la filière du lin. oléagineux Français. Une graine originale pour des marchés spéc. Une graine originale pour des marchés spécifiques L avenir de la filière du lin oléagineux Français Un diagnostic interprofessionnel a été effectué en 2008 et 2009 sur la filière du lin oléagineux en France. Basé sur des enquêtes réalisées auprès des

Plus en détail

LES ENGRAIS VERTS. Un outil pour le bon fonctionnement du sol

LES ENGRAIS VERTS. Un outil pour le bon fonctionnement du sol LES ENGRAIS VERTS Un outil pour le bon fonctionnement du sol Un engrais vert est un couvert végétal constitué d une ou plusieurs espèces, de croissance généralement rapide, cultivé pour être incorporé

Plus en détail

DREAL Bretagne. Directive nitrates 5 ème programme d'actions en Bretagne

DREAL Bretagne. Directive nitrates 5 ème programme d'actions en Bretagne DREAL Bretagne Directive nitrates 5 ème programme d'actions en Bretagne DREAL Bretagne Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement BRETAGNE www.bretagne.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Azote dans la rotation : Quelles pistes actuelles pour le valoriser?

Azote dans la rotation : Quelles pistes actuelles pour le valoriser? Azote dans la rotation : Quelles pistes actuelles pour le valoriser? Laurent Bedoussac ENFA, INRA UMR AGIR, Toulouse Eric Justes INRA, UMR AGIR, Toulouse Quelles solutions «innovantes» face aux enjeux

Plus en détail

Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France

Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France Association Française pour la Production Fourragère Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France - 2014 - PRÉAMBULE Les préconisations fournies ici constituent un guide

Plus en détail

DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes

DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes 14 ème journée d étude des productions porcines et avicoles,

Plus en détail

Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable?

Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable? Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable? Didier RÉMOND, Unité de Nutrition Humaine, Clermont-Fd SIA 2015 26/03/2015.01 Gaz à effet de serre H2O Biodiversité Alloca)on

Plus en détail

Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers

Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers Prix d équilibre? Coût de production? Prix de revient? Des méthodes différentes d analyse Le prix d équilibre Celui qui permet d équilibrer

Plus en détail

Filtres plantés de roseaux (1/3)

Filtres plantés de roseaux (1/3) Filtres plantés de roseaux (1/3) Cuve tampon d homogénéisation - décanteur - flottation 2 étages de filtre plantés - traitement aérobie parcelle enherbée, sillon d infiltration - traitement final Condition

Plus en détail

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Chambre d Agriculture des Vosges Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Une culture

Plus en détail

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Objectif. Il y a 4 ans je m installait dans une ferme de 100Ha. Apres 2 ans observant l'état si pauvre et usé de la terre, j ai devenu

Plus en détail

Evolution de la diversité génétique des variétés de plantes cultivées

Evolution de la diversité génétique des variétés de plantes cultivées Evolution de la diversité génétique des variétés de plantes cultivées André Gallais 1 Différence entre l amélioration des plantes cultivées et l amélioration des animaux domestiques L amélioration des

Plus en détail

DOMAINE DE LA BOUZULE

DOMAINE DE LA BOUZULE DOMAINE DE LA BOUZULE Un domaine expérimental pour imaginer et concevoir la ferme du futur ECOLE NATIONALE SUPÉRIEURE D AGRONOMIE ET DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES AU SOMMAIRE La ferme durable de demain [3]

Plus en détail

Bilan Gaz à Effet de Serre et bilan Carbone organique des sols à l échelle de territoires agricoles

Bilan Gaz à Effet de Serre et bilan Carbone organique des sols à l échelle de territoires agricoles Bilan Gaz à Effet de Serre et bilan Carbone organique des sols à l échelle de territoires agricoles A partir des travaux de l INRA et d Agro-Transfert Ressources et Territoires du RMT «Sols et territoires»

Plus en détail

Réforme de la PAC 2014-2020. Septembre 2014

Réforme de la PAC 2014-2020. Septembre 2014 Réforme de la PAC 2014-2020 Septembre 2014 1 Les éléments figurant dans ce diaporama sont ceux connus à la date de présentation (Septembre 2014) et peuvent encore évoluer pour certains en fonction des

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes. Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente

Plus en détail

La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières

La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières Stefan JURJANZ 19 juin 2014 1 Filière -lait de vaches Actualité : prix fluctuants subventions, abandon des quotas, ouverture des marchés

Plus en détail

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Risque verse Comment bien prélever? AGRO-METEO Les températures enregistrées ces derniers mois restent exceptionnelles. Pour les premiers semis

Plus en détail

Fumier de bovin viande

Fumier de bovin viande Les fumiers 139 Fiche N 55 du guide des produits organiques en Languedoc-Roussillon. Version actualisée le 05/11/2011 Fumier de bovin viande Résultats issus d 1 prélèvement fait par les Chambres d Agriculture

Plus en détail

5ème rencontre internationale de l AFCAS

5ème rencontre internationale de l AFCAS 5ème rencontre internationale de l AFCAS Ile de Réunion du 09 au 15 septembre 2012 B. Meka 16/05/12 www.cs12.re 1 16/05/12 www.cs12.re 2 Versants plus ou moins réguliers 22 000 ha cultivés Forme en croupe

Plus en détail

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Mercredi 2 juillet 2014 14 h - Ittenheim Edouard Cholley Félix Meyer Gérald Huber Introduction Voir les couverts végétaux, comme un outil agronomique

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail