La mousson indienne. CO1 Climatologie et hydrologie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La mousson indienne. CO1 Climatologie et hydrologie"

Transcription

1 La mousson indienne CO1 Climatologie et hydrologie

2 Le plan du TD Le contexte climatique et topographique le cycle saisonnier des pluies Le RS absorbé en surface Le cycle saisonnier des températures Les pressions estivales et hivernales La convection sur l Inde en JJA Schématisation de la circulation de mousson Circulation zonale et méridienne La circulation tri-dimensionnelle A retenir Exercices

3 Le contexte climatique et topographique o Opposition zonale et méridienne entre l Océan indien et le continent indien + chaîne montagneuse orientée Nord Sud et plateau tibétain au Nord o Le bilan précipitations évaporation en JJA montre des valeurs fortement positives sur le Pacifique tropical Est et Ouest + le Sud Est asiatique

4 Le cycle saisonnier des pluies (1) o Balancement méridien des précipitations vers le Nord de Janvier à Juillet puis vers le Sud à partir de Septembre o Si Saison sèche èh sur l Inde de Janvier à Avril suivie ii d une saison humide en été boréal = raccourcissement de la saison pluvieuse avec la latitude o Découpage Sud Ouest/ Nord Est (interface océan continent) en Octobre avec décroissance des pluies vers le Nord

5 Le cycle saisonnier des pluies (2) o La progression des pluies vers le Nord n est pas graduelle et atteint p g p p g son intensité maximale en Juillet à 20 N là où l amplitude annuelle est la plus forte

6 RS absorbé en surface (Jan-Avr-Jui) Jui) Janvier Avril Juillet o Gradient de rayonnement Sud Nord simple en janvier, S Ndans l océan indien Nord et Sud Ouest/Nord Est entre l océan locéan indien et l Inde en Avril et enfin gradient S N au Sud de l Inde en Juillet = fondement de la circulation de mousson

7 Le cycle saisonnier des températures o Gradient contient océan au printemps sur l Inde o Le gradient thermique n est plus sur l Inde en Juillet mais sur le Moyen Orient (atténuation des températures en surface par la couverture nuageuse) o Le maximum thermique est donc nettement au Nord de la ceinture pluvieuse en été boréal

8 Les pressions estivales et hivernales o Gradient barométrique S N en Juillet avec convergence des vents sur l Himalaya (vents d Ouest à Sud Ouest) + basses pressions localisées en Arabie Saoudite et également sur le plateau du Bangladesh > humidification de la masse d air sur l océan Indien avec exportation de l air vers le Nord (qui prend une composante Sud Ouest au passage de l équateur (rotation de 90 des alizés = jet équatorial t des basses couches) par l anticyclone l des Mascareignes et premières pluies sur les montagnes Ghâts puis sur le plateau du Deccan à l Est après avoir subi le Foehn

9 Le rayonnement infrarouge ( E) o Décalage latitudinal du maximum de rayonnement infrarouge au dessus de l Inde et valeurs minimales (convection maximale) en JJA entre 0 et 15 N o La zone de convection correspond au secteur de convergence (divergence) des vents dans les basses (hautes) couches et donc d ascendance de la masse d air = bon indicateur des pluies tropicales

10 Schématisation de la circulation de mousson

11 Circulation zonale et méridienne

12 Circulation tridimensionelle Jet d est à 200 hpa est renforcé en été grâce aux basses pressions de surface

13 À retenir La circulation de mousson peut-être vue comme l interaction entre le parcours saisonnier du rayonnement solaire absorbé en surface et la géographie océan continent Le décalage latitudinal vers le Nord de la cellule de Hadley sur le continent indien se traduit par une déstabilisation de la masse d air qui induit des basses (hautes) pressions en surface (altitude) et des pluies intenses là où la convection locale est maximale Lavariabilité interannuelle est susceptible de modifier l intensité ité ou la fréquence des jours pluvieux ou encore la répartition spatiale des cumuls saisonniers (voir exercices)

14 Exercices (1)

15 Exercices (2)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Notion de physique de l'atmosphère + Complément Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. Bilan radiatif de la Terre et effet de serre Le Soleil et la Terre rayonnent dans des gammes de longueur d

Plus en détail

Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs

Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs Romain MARTEAU Contact : Romain.Marteau@u-bourgogne.fr 1. Le système climatique : Rappels des facteurs déterminants du système climatique Plan

Plus en détail

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4.

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4. Définitions de la pression 1 Variations spatio-temporelles de la pression 2 Les causes des variations de la pression 3 Conclusion 4 Exercices 5 Défini&on de la pression Rappel sur le poids et la masse

Plus en détail

Les perturbations tempérées. CO1 Climatologie et hydrologie

Les perturbations tempérées. CO1 Climatologie et hydrologie Les perturbations tempérées CO1 Climatologie et hydrologie Le plan du TD Les moyennes latitudes Les masses d air et le front polaire Les masses d air primaires Le modèle norvégien Le modèle récent La cyclogénèse

Plus en détail

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016 année 2015 MétéoSuisse Bulletin climatologique année 2015 13 janvier 2016 Record de 2014 déjà battu : la température de l année 2015 a connu un écart à la norme 1981-2010 de 1.29 degré, ce qui constitue

Plus en détail

2 Expérience: Le climat dans un contenant

2 Expérience: Le climat dans un contenant 1 Circulation atmosphérique et océanique 2 Expérience: Le climat dans un contenant (http://paoc.mit.edu/labguide/circ_exp_fast.html) 3 Circulation atmosphèrique Circulation atmosphérique: Mouvement de

Plus en détail

Thème général: L exploration des océans un défi pour les scientifiques?

Thème général: L exploration des océans un défi pour les scientifiques? Thème général: L exploration des océans un défi pour les scientifiques? Problématique: Dans quelle mesure les scientifiques du XXI e siècle réussissent-ils à perfectionner les techniques de recherche du

Plus en détail

La circulation à la surface des océans

La circulation à la surface des océans La circulation océanique La surface des océans n est jamais immobile. Un transport de colossales quantités d eau et d énergie s opère à travers un système de circulation à l échelle du globe. Les courants

Plus en détail

Synthèse du cours n 1

Synthèse du cours n 1 Synthèse du cours n 1 - Le climat? intégration temporelle du «temps qu'il fait» - Résultat de la combinaison de plusieurs facteurs : Certains sont fixes comme la forme de la terre, le relief, la répartition

Plus en détail

Page 1 sur 10. Chap. 12 LA CIRCULATION ATMOSPHERIQUE GENERALE

Page 1 sur 10. Chap. 12 LA CIRCULATION ATMOSPHERIQUE GENERALE Page 1 sur 10 Chap. 12 LA CIRCULATION ATMOSPHERIQUE GENERALE - Déterminer les causes de la circulation atmosphérique ; - Décrire le mécanisme de la circulation atmosphérique générale et ses variations

Plus en détail

Le changement climatique à Paris Que mesure-t-on et comment? Le climat d hier à aujourd hui : évolution du climat à Paris depuis 1900 Quel climat

Le changement climatique à Paris Que mesure-t-on et comment? Le climat d hier à aujourd hui : évolution du climat à Paris depuis 1900 Quel climat 2012 Le changement climatique à Paris Que mesure-t-on et comment? Le climat d hier à aujourd hui : évolution du climat à Paris depuis 1900 Quel climat futur? Les projections d ici 2100 Météo-France et

Plus en détail

Le rayonnement solaire (2) CO1 Climatologie et hydrologie

Le rayonnement solaire (2) CO1 Climatologie et hydrologie Le rayonnement solaire (2) CO1 Climatologie et hydrologie Le plan du TD La variabilité saisonnière Les variations temporelles du rayonnement solaire Le RS absorbé en surface L obliquité de la Terre La

Plus en détail

1 L analyse des données climatiques

1 L analyse des données climatiques 1 L analyse des données climatiques La démarche consiste à proposer une analyse cartographique et statistique des observations climatiques à travers les mesures conventionnelles et satellitales. L étude

Plus en détail

Cartographie de la météo. Cartographie de la météo. Cartographie de la météo. Types de cartes. Table des matières

Cartographie de la météo. Cartographie de la météo. Cartographie de la météo. Types de cartes. Table des matières SCA 7146 INSTRUMENTATION ET TRAVAUX PRATIQUES 3-1 Cartographie de la météo 3-2 Table des matières Types de cartes 3. La cartographie de la météo " Cartes de pression au niveau de la mer Modèle de pointage

Plus en détail

Repères spatiaux Les grands repères terrestres

Repères spatiaux Les grands repères terrestres Repères spatiaux Les lignes imaginaires, les zones climatiques, les continents, les océans, les reliefs, les forêts, les déserts, etc. sont autant de repères qui nous permettent d analyser et de comprendre

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

Bilan énergétique de la Terre et rôle de l'effet de serre

Bilan énergétique de la Terre et rôle de l'effet de serre Bilan énergétique de la Terre et rôle de l'effet de serre Jean Louis Dufresne LMD/IPSL; CNRS/UPMC dufresne@lmd.jussieu.fr http://web.lmd.jussieu.fr/~jldufres/iufm_creteil/ Bilan énergétique de la Terre

Plus en détail

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère Réception du rayonnement solaire à la limite de l atmosphère Processus d appauvrissent du rayonnement solaire par les différentes couches atmosphérique

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Partie II : Pratique du raisonnement scientifique et argumentation. Exercice 2 : Histoire de la théorie de la tectonique des plaques (5 points)

Partie II : Pratique du raisonnement scientifique et argumentation. Exercice 2 : Histoire de la théorie de la tectonique des plaques (5 points) Partie II : Pratique du raisonnement scientifique et argumentation Exercice 2 : Histoire de la théorie de la tectonique des plaques (5 points) L Inde et l Asie sont actuellement en contact. Diverses méthodes

Plus en détail

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Jérôme DREANO 28 Février 2014 1 Introduction Dans le modèle LMDZ, les paramétrisations physiques des nuages

Plus en détail

CHAPITRE 01 Les mécanismes élémentaires

CHAPITRE 01 Les mécanismes élémentaires INTRODUCTION Définition de la problématique Le climat méditerranéen est un climat de transition entre la zone tempérée et la zone tropicale. Souvent, barré par les chaînes montagneuses proches du littoral,

Plus en détail

Caractérisation de la variabilité spatio-temporelle de la pluie au Fakara, Niger

Caractérisation de la variabilité spatio-temporelle de la pluie au Fakara, Niger UNIVERSITE CATHOLIQUE DE LOUVAIN Faculté d ingénierie biologique, agronomique et environnementale Caractérisation de la variabilité spatio-temporelle de la pluie au Fakara, Niger Promoteurs : Pr. C. Bielders

Plus en détail

Réchauffement global: évolution au 21 e siècle

Réchauffement global: évolution au 21 e siècle Réchauffement global: évolution au 21 e siècle Prof. Martin Beniston Chaire de Climatologie Martin.Beniston@unige.ch Forum FEDRE, Genève, le 23.01.2007 Résumé de la présentation L effet de serre Evolution

Plus en détail

Sciences de l atmosphère (SA 2010)

Sciences de l atmosphère (SA 2010) 1 Bastien Gendre Sciences de l atmosphère (SA 2010) 1. Introduction Pourquoi les sciences de l atmosphère sont-elles très importantes? Car elles nous permettent de connaître : - le temps et la météo -

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

d énergie dans le monde

d énergie dans le monde L énergie, la vie Sur la Terre, le soleil est la source fondamentale d énergie : toutes les autres sources d énergie en découlent, directement ou indirectement. L énergie est indispensable à la plupart

Plus en détail

BILAN RADIATIF DU SYSTEME TERRE-ATMOSPHERE

BILAN RADIATIF DU SYSTEME TERRE-ATMOSPHERE BILAN RADIATIF DU SYSTEME TERRE-ATMOSPHERE Courbe rouge : rayonnement solaire moyen reçu au sommet de l atmosphère par cercle de latitude Hémisphère Nord Hémisphère Sud Courbe bleue : rayonnement solaire

Plus en détail

BILAN RADIATIF DU SYSTEME TERRE-ATMOSPHERE

BILAN RADIATIF DU SYSTEME TERRE-ATMOSPHERE BILAN RADIATIF DU SYSTEME TERRE-ATMOSPHERE Courbe rouge : rayonnement solaire moyen reçu au sommet de l atmosphère par cercle de latitude Courbe bleue : rayonnement solaire absorbé Hémisphère Nord EQUATEUR

Plus en détail

Le résidentiel en Altitude et dans les Hauts

Le résidentiel en Altitude et dans les Hauts CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS Le résidentiel en Altitude et dans les Hauts Jean-Louis IZARD Enseignant-chercheur à l ENSA-Marseille Laboratoire ABC izard@marseille.archi.fr Avertissement Cet article

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Nom: Groupe: Date: 4. a) Qu est-ce que la pression atmosphérique? La pression atmosphérique est la pression de l air dans l atmosphère.

Nom: Groupe: Date: 4. a) Qu est-ce que la pression atmosphérique? La pression atmosphérique est la pression de l air dans l atmosphère. Chapitre 7 L atmosphère : la pression atmosphérique En théorie L atmosphère et l espace PAGES 222 À 225 1. Que suis-je? a) La couche d air qui entoure la Terre. b) Le gaz à l origine de la formation des

Plus en détail

Cours de géographie D.S. Fiches-méthode

Cours de géographie D.S. Fiches-méthode Cours de géographie D.S. Fiches-méthode Construction d'un diagramme ombrothermique Rappel : - un diagramme ombrothermique comporte un axe horizontal et deux axes verticaux - les deux axes verticaux sont

Plus en détail

L événement 2015/16 et l explication du phénomène

L événement 2015/16 et l explication du phénomène Eidgenössisches Departement des Innern EDI Bundesamt für Meteorologie und Klimatologie MeteoSchweiz Abteilung Klima El Niño L événement 2015/16 et l explication du phénomène Août 2015 El Niño le phénomène

Plus en détail

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau 1)L air avec le diagramme de Mollier. 2)Le point de rosée. 3)La valeur Sd. 4)Etude d une paroi verticale avec le diagramme de Glaser Juillet 2013 Le diagramme

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. produit b. polychromatique c. longueur d onde d. supérieure e. trichromatique f. cônes g. thermique h. Wien 2. QCM a. peut être

Plus en détail

Les bilans énergétiques (1) CO1 Climatologie et hydrologie

Les bilans énergétiques (1) CO1 Climatologie et hydrologie Les bilans énergétiques (1) CO1 Climatologie et hydrologie Le plan du TD Les termes du bilan énergétique La moyenne planétaire et annuelle Les variations spatiales du bilan radiatif net Les variations

Plus en détail

Bilan radiatif de la Terre et changement climatique

Bilan radiatif de la Terre et changement climatique Bilan radiatif de la Terre et changement climatique François-Marie Bréon Chercheur au Laboratoire des Sciences du Climat et de l Environnement Unité Mixte CEA-CNRS La Machine Climatique Atmosphère Système

Plus en détail

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011 ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 211 ATMO Champagne-Ardenne dispose en 211, sur la région de stations fixes de fond mesurant en continu les

Plus en détail

Aides financières de la part de l Etat. maison basse consommation d énergie et maison basse énergie.

Aides financières de la part de l Etat. maison basse consommation d énergie et maison basse énergie. Aides financières de la part de l Etat maison basse consommation d énergie et maison basse énergie. Maison à performance énergétique élevée Lors de la conception d une maison à performance énergétique

Plus en détail

Spécifications de contenu informationnel : Données climatologiques issues de la CISS

Spécifications de contenu informationnel : Données climatologiques issues de la CISS Données climatologiques issues de la cartographie interactive pour la surveillance de la sécheresse (CISS) Spécifications de contenu informationnel produite conformément à la norme ISO 19131 Révision :

Plus en détail

L océanographie physique de la Méditerranée

L océanographie physique de la Méditerranée L océanographie physique de la Méditerranée Auteur : Claude MILLOT Ancien directeur de recherche CNRS L océanographie physique de la mer Méditerranée, c est-à-dire son hydrologie et sa dynamique, dépend

Plus en détail

Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique

Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique Explications sur la nouvelle échelle d intensité des orages en usage au sein de KERAUNOS depuis janvier 2013

Plus en détail

Master Océan Atmosphère Climat Télédétection ENS / Paris 6 / Polytechnique. Rapport de Stage de Master 2. Mars-Juin 2008

Master Océan Atmosphère Climat Télédétection ENS / Paris 6 / Polytechnique. Rapport de Stage de Master 2. Mars-Juin 2008 Master Océan Atmosphère Climat Télédétection ENS / Paris 6 / Polytechnique Rapport de Stage de Master 2 Mars-Juin 2008 Variabilité de la position de la Zone de Convergence du Pacifique Sud (SPCZ) à l échelle

Plus en détail

Synthèse du cours n 7

Synthèse du cours n 7 Synthèse du cours n 7 - La géographie des pressions > 3 km résulte simplement de la géographie des températures (chaud = expansion de la colonne vers le haut avec élévation des niveaux géopotentiels) avec

Plus en détail

Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR

Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR Toulouse le 08 Octobre 2014 Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR Travail réalisé par RAZAGUI Abdelhak sous la direction de Joël STEIN Période du 13 septembre au 11 Octobre

Plus en détail

12 avril 2011 1. COMMENT SE FORMENT LES DEPOTS RADIOACTIFS?

12 avril 2011 1. COMMENT SE FORMENT LES DEPOTS RADIOACTIFS? L IRSN publie une estimation des doses reçues au Japon par irradiation externe due aux dépôts radioactifs provoqués par l accident de la centrale de Fukushima-Daiichi 12 avril 2011 L IRSN fait le point

Plus en détail

Figure 1 Carte de répartition de la pluviométrie au Bénin (Thèse de Lambrecht, 2007)

Figure 1 Carte de répartition de la pluviométrie au Bénin (Thèse de Lambrecht, 2007) PLUVIOMETRIE DANS LE MONO-COUFFO 01/avril10 Hervé Ce rapport a été effectué dans le cadre du stage d Armel DONKPEGAN, qui portait de manière général sur les Aménagements Hydro-Agricoles et l Environnement

Plus en détail

La dynamique atmosphérique rééquilibrage du bilan radiatif et moteur du déplacement des masses d air

La dynamique atmosphérique rééquilibrage du bilan radiatif et moteur du déplacement des masses d air 2 ème pièce du puzzle La dynamique atmosphérique rééquilibrage du bilan radiatif et moteur du déplacement des masses d air 2 Dynamique du climat La dynamique atmosphérique Principes généraux Quelques principes

Plus en détail

ENERGIE SOLAIRE. STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1

ENERGIE SOLAIRE. STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1 ENERGIE SOLAIRE STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1 Le soleil Distance avec la terre : 150 millions de kilomètres Rayon équivalent à 109 fois celui de la Terre : Température du noyau

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

Naviguer à La Rochelle. Les effets de site

Naviguer à La Rochelle. Les effets de site 1 Naviguer à La Rochelle La Rochelle est un plan d eau agréable et assez compliqué pour que les régates y soient toujours intéressantes. Quelques recettes simples permettent d éviter les grosses erreurs,

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG N 08 14 août 2014 CLIMATOLOGIE Encore des Pluies localement

Plus en détail

SYSTEME CLIMATIQUE ET COUPLAGES

SYSTEME CLIMATIQUE ET COUPLAGES M2 OASC SYSTEME CLIMATIQUE ET COUPLAGES Frank ROUX (professeur UPS, Laboratoire d'aérologie) PLAN définitions mécanismes du climat observations et modélisation couplages et inerties modes de variabilité

Plus en détail

Simulation et prévision de la qualité de l air aux échelles continentale et régionale.

Simulation et prévision de la qualité de l air aux échelles continentale et régionale. Simulation et prévision de la qualité de l air aux échelles continentale et régionale. Anne Dufour Directeur de thèse : V.-H. Peuch Centre National de Recherches Météorologiques GMGEC/CARMA Qualité de

Plus en détail

- Le changement climatique dans l Oc

- Le changement climatique dans l Oc Météo-France à La Réunion - Le changement climatique dans l Oc Océan Indien Conférence de Coopération Régionale Table ronde du vendredi 19 décembre 2014 David GOUTX Directeur Interrégional de Météo-France

Plus en détail

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

Les vitrages zénithaux de faible inclinaison : couverture transparente de vérandas, fenêtres de toit aménagées dans des combles.

Les vitrages zénithaux de faible inclinaison : couverture transparente de vérandas, fenêtres de toit aménagées dans des combles. 2-2.2. Expositions solaires 2-2.2.1. Pathologies à éviter Si les parois d enveloppe sont isolées thermiquement, les conséquences de l exposition solaire ne dépendent que des ouvertures et de leur protection

Plus en détail

Production d Énergie. Le Solaire

Production d Énergie. Le Solaire Production d Énergie Le Solaire 1 Énergies renouvelables Caractéristiques des énergies renouvelables prélevées sur des flux naturels et non extraites de stocks qui nécessitent des millions d'années pour

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard

Plus en détail

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan Le climat Fonctionnement de la machine climatique Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan L'évolution du climat L'effet anthropique sur l'évolution du climat L'évolution du climat

Plus en détail

Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle

Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle Séminaire Carib Risk Cluster Juin 2014 - Conseil Général de Martinique P. PALANY - Météo-France Antilles-Guyane Resp. Division études, Climat,

Plus en détail

Evolution du climat du Sud de la France 1950 2009

Evolution du climat du Sud de la France 1950 2009 Evolution du climat du Sud de la France 1950 09 Cette étude est un volet du projet CLIMFOUREL (Climat Fourrages Elevage) visant à comprendre et améliorer l adaptation des systèmes fourragers du Sud de

Plus en détail

Étude. Calcul du potentiel de prévention des dégâts au bâtiment d isolations thermiques dans les constructions en bois. - toits, murs, plafonds -

Étude. Calcul du potentiel de prévention des dégâts au bâtiment d isolations thermiques dans les constructions en bois. - toits, murs, plafonds - Étude Calcul du potentiel de prévention des dégâts au bâtiment d isolations thermiques dans les constructions en bois - toits, murs, plafonds - Freine-vapeurs pro clima DB+ et INTELLO à valeur µd variable

Plus en détail

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces PARtiE 3 Manuel unique, p. 216 ( Manuel de physique, p. 102) Notion de champ séquence 1 Le programme notions et contenus Exemples de champs scalaires et vectoriels : pression, température, vitesse dans

Plus en détail

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme L 2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme Lors de sa formation, il y a 4,6 milliards d années, la terre ne possédait pas d atmosphère. Il a fallu plusieurs millions d années pour

Plus en détail

Ls mouvements horizontaux dans l atmosphère. CO1 Climatologie et hydrologie

Ls mouvements horizontaux dans l atmosphère. CO1 Climatologie et hydrologie Ls mouvements horizontaux dans l atmosphère CO1 Climatologie et hydrologie Le plan du TD Les forces en présence La force de Coriolis Vitesse d une particule en fonction de la latitude Le géostrophisme

Plus en détail

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement Bulletin Climatique Décadaire N 34 Valable du 1 er au 10 Décembre

Plus en détail

CHAPITRE MÉTÉOROLOGIE / CLIMAT. L Environnement en Principauté de Monaco Recueil de données

CHAPITRE MÉTÉOROLOGIE / CLIMAT. L Environnement en Principauté de Monaco Recueil de données CHAPITRE 3 MÉTÉOROLOGIE / CLIMAT L Environnement en Principauté de Monaco Recueil de données 2011 39 3 La Topographie très complexe du bassin méditerranéen exerce une influence très importante sur la climatologie

Plus en détail

L observation spatiale pour l étude du climat

L observation spatiale pour l étude du climat L observation spatiale pour l étude du climat François-Marie Bréon Laboratoire des Sciences du Climat et de l'environnement CEA/DSM/LSCE Institut Pierre Simon Laplace Merci au CEA à la NASA et CNES, CNRS,

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest

Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest CENTRE NATIONAL Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest F. Beucher, J.-P. Lafore,F. Karbou, R. Roca, F. CNRM-GAME, Météo-France and CNRS, LEGOS

Plus en détail

E c (t 0 ) = ½ m v 0. E pp (t 0 ) = mgh. Séance n 12 Conservation de l énergie. E c (t 0 ) = 30,1 J. E pp (t 0 ) = 1,4 J.

E c (t 0 ) = ½ m v 0. E pp (t 0 ) = mgh. Séance n 12 Conservation de l énergie. E c (t 0 ) = 30,1 J. E pp (t 0 ) = 1,4 J. Séance n 12 Conservation de l énergie Exercice n 1 Au service Au service, un joueur de tennis frappe, à l instant de date t 0 = 0 s, une balle de masse m = 58,0 g à une hauteur h = 2,4 m au dessus du sol

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR Session 2014 Page 1 sur 14 Nacelle gyrostabilisée pour prise de vue aérienne par multicoptère CORRECTION Page 2 sur 14 1. Analyse

Plus en détail

COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011

COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011 COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011 1 1) Hausse des exportations des biens en valeur de 10.3 % (5898.5 M.D contre 5349.3 M.D) 2) Progression des exportations des industries manufacturières

Plus en détail

Neige de culture. Comment l eau devient cristal le temps d un. hiver

Neige de culture. Comment l eau devient cristal le temps d un. hiver Neige de culture Comment l eau devient cristal le temps d un? hiver La neige de culture : pourquoi? Depuis plusieurs décennies, le tourisme hivernal est apparu comme un élément essentiel de l économie

Plus en détail

Mékong, la mère. de tous les fleuves. Le Mékong s élargit au sud de Luang Prabang, où il inonde régulièrement la région

Mékong, la mère. de tous les fleuves. Le Mékong s élargit au sud de Luang Prabang, où il inonde régulièrement la région 16 Mékong, la mère de tous les fleuves Quatrième fleuve de l Asie par le débit (après le Yangzi Jiang, le Gange- Brahmapoutre et l Ienisseï), le Mékong naît au Tibet. Après avoir contourné l Himalaya,

Plus en détail

Le rayonnement tellurique et atmosphérique, l effet de serre. CO1 Climatologie et hydrologie

Le rayonnement tellurique et atmosphérique, l effet de serre. CO1 Climatologie et hydrologie Le rayonnement tellurique et atmosphérique, l effet de serre CO1 Climatologie et hydrologie Le plan du TD Le rayonnement infrarouge L infrarouge sur les images satellites La température d équilibre de

Plus en détail

Plan 12 semaines dont 11 utilisables, 1 pour les exposés (8*1/2h). 1. Cours Diaporama + Croissance linéaire/exponentielle, modèle logistique.

Plan 12 semaines dont 11 utilisables, 1 pour les exposés (8*1/2h). 1. Cours Diaporama + Croissance linéaire/exponentielle, modèle logistique. Plan 12 semaines dont 11 utilisables, 1 pour les exposés (8*1/2h). 1. Cours Diaporama + Croissance linéaire/exponentielle, modèle logistique. Prise en main Xcas. Energie : Calcul unités. Tableur. 2. Ellipse,

Plus en détail

Le relief de la Terre

Le relief de la Terre CARNET DU CHERCHEUR Le relief de la Terre CM1 Colorie et complète la carte du relief terrestre. Note les noms sur la carte. 1. Alpes 3. Himalaya 5. Montagnes d Afrique 7. Amazonie 2. Cordillère des Andes

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

Étude. Calcul du potentiel de prévention des dégâts au bâtiment d isolations thermiques dans les constructions en bois. - toits, murs, plafonds -

Étude. Calcul du potentiel de prévention des dégâts au bâtiment d isolations thermiques dans les constructions en bois. - toits, murs, plafonds - Étude Calcul du potentiel de prévention des dégâts au bâtiment d isolations thermiques dans les constructions en bois - toits, murs, plafonds - Freine-vapeurs pro clima DB+ et INTELLO à valeur µd variable

Plus en détail

Circulation artérielle

Circulation artérielle Circulation artérielle Plan 1- Caractéristiques générales 1-1 Anatomiques 1-2 Histologiques 1-3 Innervation et vasomotricité La circulation artérielle Circulation à haute pression Propagation du sang du

Plus en détail

Découpage de la surface terrestre en plaques lithosphériques

Découpage de la surface terrestre en plaques lithosphériques Découpage de la surface terrestre en plaques lithosphériques 4 e / Comment délimiter une plaque? Qu appelle-t-on une plaque? 1 e / Comment caractériser les couches superficielles du globe? Lexique : Plaque

Plus en détail

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM METEOROLOGIE Aéroclub Besançon La Vèze F-SO au FL65 over LFQM Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1 L air L atmosphère terrestre L humidité La stabilité, l instabilité La convection/l advection Les masses d air

Plus en détail

Lors de la nouvelle lune, s il est minuit (heure solaire) elle se trouve au Nord.

Lors de la nouvelle lune, s il est minuit (heure solaire) elle se trouve au Nord. 1 L orientation Géographie L orientation 1. PAR CONVENTION, COMMENT DISTINGUE-T-ON LA DIRECTION DU NORD SUR L AIGUILLE D UNE BOUSSOLE? L aiguille du nord a une pointe bleue ou rouge. 2. QUEL TYPE DE NORD

Plus en détail

Programme de khôlles

Programme de khôlles Programme de khôlles Semaines 7 et 8 (du 3 au 16 novembre 2014) Les lentilles minces 1. Savoir qu une lentille épaisse est un système centré, formé de deux dioptres sphériques qui délimitent un milieu

Plus en détail

Introduction à la circulation atmosphérique

Introduction à la circulation atmosphérique Introduction à la circulation atmosphérique Laboratoire des Sciences du Climat et de l! environnement Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines Plan Contraste tropiques / moyennes latitudes Circulation

Plus en détail

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Bernard Simon- janvier 2015 Météorologie Web : Attention aux modèles utilisés dans les prévisions: (maillage / relief pris en compte/

Plus en détail

Polluants mesurés. Emissions de NOx en Champagne-Ardenne ATMO Champagne-Ardenne A2005-M2010-Secten-v1. Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC.

Polluants mesurés. Emissions de NOx en Champagne-Ardenne ATMO Champagne-Ardenne A2005-M2010-Secten-v1. Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC. Evaluation du dioxyde d azote et du benzène en proximité trafic à Bazancourt Synthèse des résultats des campagnes de mesures 2011 Récapitulatif 2010-2011 Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC Nbr pages : 12 ATMO Champagne-Ardenne

Plus en détail

Animateurs de la formation

Animateurs de la formation FNEBTP / CSNER F O R M A T I O N 2 0 1 1 : I N S T A L L A T I O N & M A I N T E N A C E D E S S Y S T È M E S P V Animateurs de la formation Rachid El Mokni Ingénieur rachid@khadamet.net Néji AMAIMIA

Plus en détail

A son pic d intensité avec des vents moyens de 213 km/h. Copyright 2010 CycloneXtrème www.cyclonextreme.com, Conception & Réalisation : E.

A son pic d intensité avec des vents moyens de 213 km/h. Copyright 2010 CycloneXtrème www.cyclonextreme.com, Conception & Réalisation : E. A son pic d intensité avec des vents moyens de 213 km/h Copyright 2010 CycloneXtrème www.cyclonextreme.com, Conception & Réalisation : E.ZUCCHI Le cyclone tropical OLI parmi les cyclones les plus puissants

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard de

Plus en détail

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 6 juillet 2010

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 6 juillet 2010 Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 6 juillet 2010 L élaboration de la RT 2012 Une concertation large et structurée 2 ans de travaux depuis septembre 2008 13 groupes de travail thématiques

Plus en détail

GPS GARMIN ALTIMÈTRE ET BAROMÈTRE

GPS GARMIN ALTIMÈTRE ET BAROMÈTRE CDRP 64 Patrice BELLANGER Version du 02/04/2016 GPS GARMIN ALTIMÈTRE ET BAROMÈTRE L ALTIMÈTRE DU GPS Les GPS Garmin Etrex Vista HCX, Etrex 30 et 30x intègrent deux outils de mesure de l altitude. L ÉLÉVATION

Plus en détail

FORMATION PARAPENTE. Fascicule théorie. Stage Initiation

FORMATION PARAPENTE. Fascicule théorie. Stage Initiation Ecole Professionnelle de Parapente FORMATION PARAPENTE Bienvenue au stage d initiation parapente avec l école Parapente Planète. Vous retrouverez dans ce fascicule toutes les notions techniques et théoriques

Plus en détail

Société Suisse de Géomorphologie (SSGm) Schweizerische Geomorphologische Gesellschaft Fiches Géomorphologie de la montagne Août 2009

Société Suisse de Géomorphologie (SSGm) Schweizerische Geomorphologische Gesellschaft Fiches Géomorphologie de la montagne Août 2009 Fiche 3.1.1 Page 1 sur 5 3.1.1 Le domaine périglaciaire et le pergélisol Le domaine périglaciaire désigne les zones soumises à des conditions climatiques froides, non glaciaires, où l action du gel et

Plus en détail

Utilisation concomitante des données pluviométriques et radar

Utilisation concomitante des données pluviométriques et radar Utilisation concomitante des données pluviométriques et radar Procédé de fusion des deux sources indépendantes de données Diminution des incertitudes sur les mesures de pluie Réduction du coût des campagnes

Plus en détail

VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland)

VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland) Z(km)= 112 96 80 64 48 32 16 0 VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland) Thermosphère Mésosphère Stratosphère Troposphère Dans

Plus en détail

Analyse des données - Logiciel R

Analyse des données - Logiciel R Université de Strasbourg Analyse des données Master de Sciences, Spécialité Statistique 2012/13 Master Actuariat Emmanuel Périnel Analyse des données - Logiciel R TP n 3. L Analyse en Composantes Principales

Plus en détail