MOYENS DE PRESSION EXERCÉS PAR LES POLICIERS ET POMPIERS DANS LE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MOYENS DE PRESSION EXERCÉS PAR LES POLICIERS ET POMPIERS DANS LE"

Transcription

1 Vol. 11, N o 1, Mars 2008 Éditeur : Richard H. Montpetit MOYENS DE PRESSION EXERCÉS PAR LES POLICIERS ET POMPIERS DANS LE CADRE DU RENOUVELLEMENT DE LA CONVENTION COLLECTIVE Par Sébastien Archambault, analyste-conseil en relations du travail Le régime particulier des relations du travail dans les secteurs de la police et des pompiers interdit le recours à la grève ou lock-out. Le Code du travail définit la grève en tant que cessation concertée de travail par un groupe de salariés 1. La Cour d appel a déjà considéré que le refus concerté des pompiers de respecter les directives de leur supérieur constituait une grève illégale 2. De plus, le Code du travail interdit strictement aux syndicats d'ordonner, encourager ou appuyer un ralentissement des activités de travail de la part de leurs membres 3. Historiquement, les périodes de négociation entre municipalités et policiers ou pompiers ont souvent été ponctuées de moyens de pression. Il s avère que le constat du déroulement des négociations lors des derniers mois n échappe pas à cette tendance historique. À titre d exemple, les récentes négociations entre les policiers des villes de Gatineau et Granby ont défrayé les manchettes tandis que les pompiers de la Ville de Montréal ont grandement attiré l attention des médias en arborant le logo de la Ville de Toronto sur les échelles et véhicules incendies. N ayant pas le droit de faire la grève en toute circonstance, les syndicats représentant des policiers ou pompiers doivent ultimement soumettre leur différend à l arbitrage si la négociation ne peut conduire à un règlement négocié. Entre la date d échéance de la convention collective et la signature d une nouvelle convention collective ou la nomination d un arbitre de différend, il peut s écouler plusieurs mois ou années durant lesquels les salariés des services de police ou de sécurité incendie peuvent exercer plusieurs types de moyens de pression afin de contraindre un conseil municipal à accepter les demandes syndicales. Malgré les déclarations des dirigeants syndicaux à l effet que l utilisation de moyens de pression a pour unique but de a. 1 g) Code du travail Montréal (Ville) c. Association des pompiers de Montréal inc., REJB (C.A.). a. 108 Code du travail déranger administrativement la gestion de l employeur et que cela n affecte aucunement la santé et sécurité du public, il s avère dans la pratique que certains moyens de pression des policiers ou pompiers affectent parfois la qualité des services offerts à la population, les finances publiques, l image corporative de la Ville ainsi que ses équipements. À la suite de plusieurs demandes, nous avons cru opportun de présenter un éclairage sur les outils de gestion et recours que les municipalités peuvent utiliser afin d éradiquer ou, à tout le moins, amoindrir les conséquences négatives des moyens de pression sur la qualité des services municipaux offerts aux citoyens. MOYENS DE PRESSION RECENSÉS PARMI LA POLICE LORS DES DERNIÈRES ANNÉES Réduction significative de l émission de constats d infraction (à cet effet, voir le résumé de la sentence arbitrale à la page 4); Rétention des copies des constats d infraction appartenant à la ville au local syndical pendant un certain temps afin de paralyser la gestion et l encaissement des contraventions; Refus de porter l uniforme réglementaire (jeans, pantalon de camouflage, casquettes, chandails de hockey); Remise de dépliants aux citoyens dénonçant le conflit de travail; Port d un brassard jaune au bras; Refus d effectuer du travail en temps supplémentaire. 1

2 MOYENS DE PRESSION RECENSÉS PARMI LES POMPIERS LORS DES DERNIÈRES ANNÉES Logo syndical ou logo à l effigie d une autre ville apposé sur les camions ou casernes; Port de chandail abordant le logo syndical ou le logo d une autre ville; Dommages causés aux véhicules; Refus d accepter les remplacements en grade de capitaine; Blocage de l entrée des casernes; Vandalisme (colle dans les serrures et tuyaux d incendie perforés). CLIMAT DE NÉGOCIATION EXEMPT DE MOYENS DE PRESSION Il importe de souligner que plusieurs municipalités du Québec réussissent cependant à obtenir un climat de négociation avec leurs policiers et/ou pompiers exempt de moyens de pression. Certaines municipalités mentionnent même qu elles n ont jamais vécu de perturbations liées au renouvellement de la convention collective dans l historique des relations du travail entre la municipalité et ses policiers et pompiers. OUTILS DE GESTION ET RECOURS Avant d entreprendre un recours juridique en réaction à l exercice de moyens de pression par des policiers ou pompiers, il importe de privilégier la voie d une gestion efficace en matière de prévention, détection et amoindrissement des effets de ces actions. Certes, les membres de ces associations possèdent la liberté d exprimer leurs doléances par rapport à un processus de négociation qu ils considèrent infructueux (habillement, publications, entrevues journalistiques de la part des représentants syndicaux). Cependant, nous rappelons que les syndicats ne peuvent encourager leurs membres à produire un ralentissement des activités de travail. C est la raison qui a poussé plusieurs municipalités à adopter des procédures bien établies concernant la gestion de la prestation de travail lors de périodes où la voie de la négociation semble se diriger vers une impasse. L élaboration d un guide de gestion à l intention des cadres établissant les procédures à suivre lors d une telle période peut être fort utile pour assurer le contrôle des services ainsi que pour permettre de documenter les faits qui pourraient être invoqués lors d un éventuel recours juridique. Considérant qu il existe des syndicats ayant une imagination fertile pour élaborer et mettre en application des moyens de pression «innovateurs», il demeure impératif que les autorités municipales fassent preuve de vigilance et consignent par écrit toute situation ou événement qui semble anormal. Sommairement, un tel guide de gestion devrait contenir des formulaires (carnet de bord) permettant aux cadres opérationnels de noter tous les changements ou événements anormaux observés, sans toutefois y apporter ses commentaires. Le cadre doit rédiger de manière objective et demeurer dans le domaine des faits et non des impressions. Ce faisant, la ville sera en meilleure position afin d identifier des indicateurs susceptibles d alerter l arrivée de perturbations majeures. Voici quelques indicateurs : Nombre de jours d absence maladie; Nombre de contraventions émises; Nombre de rapports et délai moyen de remise; Nombre de bris ou pannes des véhicules; Une municipalité a récemment noté un ralentissement dans l'émission des contraventions de la part de ses policiers. Sans tarder, une mise au point et un contrôle plus serré par la haute direction du service de police ont été effectués en réaction à ce moyen de pression. Une autre municipalité nous a indiqué que dès le début des négociations pour le dernier renouvellement de la convention collective des policiers, il y a eu une rumeur de moyens de pression à venir. Les autorités municipales ont réagi promptement en fixant une rencontre avec les représentants du syndicat. La municipalité a livré un message clair indiquant qu elle annulerait toutes les rencontres de négociation si des moyens de pression étaient exercés. Selon les autorités municipales, ce message a permis de vivre une année productive au niveau des pourparlers, exempte de moyens de pression et les policiers ont même remis plus de contraventions dans l année de négociation qu à l habitude. Concernant l habillement non réglementaire, si la convention collective prévoit une banque de points, la municipalité peut considérer, selon les circonstances, d adopter une mesure administrative en réduisant les 2

3 points accordés compte tenu de la réduction de l utilisation des vêtements appropriés. Les membres d une association de pompiers ont commis il y a quelques années plusieurs actes de vandalisme sur des équipements appartenant à la ville (colle dans les serrures, graffitis et sable dans le moteur d un camion incendie). En réaction, la ville a déposé un grief patronal réclamant le remboursement de la facturation pour la réparation des dégâts. Le grief a finalement été réglé avant d être entendu par un arbitre. Cependant, la Ville a clairement averti le syndicat qu en cas de récidive, elle allait mandater les enquêteurs de son service de police afin de procéder à une enquête et des arrestations. La ville a informé le syndicat que cette nouvelle procédure sera automatiquement enclenchée et qu il n y aura aucune forme de négociation possible entre la ville et le syndicat. Advenant que les mécanismes de gestion ne parviennent pas à contrer les effets néfastes des moyens de pression et que ceux-ci dépassent le niveau de tolérance de la Ville, cette dernière peut utiliser divers recours selon les circonstances. GRIEF PATRONAL Un employeur peut déposer un grief consistant à réclamer au syndicat de se conformer à une obligation de faire ou ne pas faire ce qui est prévu à la convention collective et demander conséquemment un redressement. Malgré l échéance de la convention collective et les périodes de négociation, les parties doivent continuer d assurer le respect de la convention collective expirée si une clause prévoit que la convention continue de s'appliquer jusqu'à la signature d'une nouvelle convention. Toute mésentente relative à l obligation des salariés de fournir leurs services aux mêmes conditions de travail malgré l expiration de la convention collective doit être déférée à l arbitrage comme s il s agissait d un grief sauf si la mésentente porte sur une question mettant en cause la sécurité du public 4. Le dépôt d un grief patronal peut être une voie à suivre lorsque les autorités municipales possèdent des doutes raisonnables de croire que les policiers ont décidé d appliquer une réduction de l émission de constats de contravention 5. Cependant, avant de déférer un tel grief à l arbitrage, la ville doit avoir en sa possession une preuve solide afin de démontrer à l arbitre que la réduction est causée par des actions syndicales. Un 4 5 Fraternité des policiers et policières de la Ville de Gatineau et Gatineau (Ville de), D.T.E. 2006T-6 (T.A.). À cet effet, voir la jurisprudence à la page 4. arbitre de griefs a déjà statué que le refus concerté par des pompiers de suivre des cours de formation durant les heures de travail constitue une grève ou, à tout le moins, un ralentissement de travail 6. CONSEIL DES SERVICES ESSENTIELS Les dispositions du Code du travail relatives au maintien des services essentiels s appliquent aux relations du travail dans un service public. Le Code du travail prévoit spécifiquement que les municipalités ou régies intermunicipales représentent un service public 7. Le Conseil des services essentiels est un tribunal administratif, exerçant des pouvoirs quasi judiciaires, chargé de s assurer du maintien de services essentiels suffisants pour préserver la santé ou la sécurité du public lors de grèves légales et d assurer au public les services auxquels il a droit à l occasion d actions concertées illégales. Le Conseil des services essentiels a compétence à l égard d un conflit concernant des policiers et des pompiers municipaux même si ceux-ci n ont pas le droit de grève 8. Lorsque le Conseil des services essentiels rend une décision, il dépose cette dernière au bureau du greffier de la Cour supérieure ce qui confère à la décision le même effet que s il s agissait d un jugement de cette cour et que tout manquement à son application est susceptible d outrage au tribunal 9. Le 11 novembre 2007, le Conseil des services essentiels a statué sur une requête de la Ville de Montréal à l effet que les pompiers exerçaient une série de moyens de pression depuis le mois de mai 2007 et portant préjudice aux services auxquels le public a droit. Le Conseil des services essentiels a ordonné aux pompiers de cesser de refuser de façon concertée les promotions au poste de capitaine devenu vacant ou d agir en heures supplémentaires en grade de capitaine. Cette ordonnance a été rendue grâce au fait que la ville a réussi à démontrer la nécessité qu une caserne soit dotée d un officier pour son bon fonctionnement (Dorval (Cité de) c. Association des pompiers de Dorval inc., (1987) D.T.E. 87T-243 (T.A.) (révision judiciaire refusée : D.T.E, 87T-340 (C.S.)). 7 a Code du travail. 8 Montréal (Communauté urbaine de) c. Fraternité des policiers et policières de la Communauté urbaine de Montréal inc., (1995) D.T.E. 95T-1127 (C.A.) 9 a Code du travail. Parallèlement, la décision d un arbitre de grief peut être également déposée au greffe de la Cour supérieure, a. 101 et 129 Code du travail. 10 Voir sous la rubrique Actualité et décisions 3

4 COMMISSION DES RELATIONS DU TRAVAIL En vertu de ses larges pouvoirs d intervention afin d'assurer l'application diligente et efficace du Code du travail 11, la Commission des relations du travail peut émettre diverses ordonnances. Par exemple, elle peut, selon les circonstances, ordonner à une partie de négocier de bonne foi ou ordonner à un syndicat de cesser une grève illégale. La Commission des relations du travail ne peut cependant rendre une ordonnance relative à un conflit qui relève de la compétence du Conseil des services essentiels, telle une grève prohibée par l article 105 du Code du travail ou un ralentissement d activités prohibée par l article 108 du Code du travail 12. À l automne 2007, à la suite de la demande de nomination d un arbitre de différend déposée par le syndicat des pompiers de la Ville de Québec, cette dernière a déposé une requête d urgence à la Commission des relations du travail afin d ordonner à la partie syndicale de retourner à la table de négociation. Également, la Ville de Québec a déposé une plainte à la Commission des relations du travail pour négociation de mauvaise foi de la part du syndicat. Le syndicat s est retiré de la table et a demandé la nomination de l arbitre après seulement deux séances de pourparlers et sans avoir déposé son cahier de demandes 13. Si une requête est produite devant la bonne instance, le succès de son obtention peut dépendre du soin que l on apporte à recueillir des faits (preuves) dès le début des événements à l origine de la demande. Tout incident ou statistique qui pourrait avoir une pertinence doit être consigné par écrit, détaillé, expliqué, corroboré dans la mesure du possible et signé. ENJEUX ET CONCLUSION Tout salarié a droit à sa liberté d expression. Tout salarié doit cependant respecter les devoirs inhérents à sa fonction ainsi que l obligation de loyauté envers son employeur. Comme toute autre catégorie de salariés municipaux, les policiers et pompiers peuvent utiliser divers moyens afin d exprimer leurs récriminations envers un processus de négociation qu il considère stérile. Selon le contexte politique et économique, la pratique démontre que des perturbations peuvent accélérer ou bloquer temporairement l avancée des travaux à la table de négociation. Les énormes coûts et résultats parfois mitigés reliés à l arbitrage de différend forcent souvent les parties à privilégier la voie du règlement négocié. Considérant le contexte actuel où le rapport de force entre une municipalité et ses policiers et pompiers ne peut être établi via le mécanisme de la grève ou lock-out, il s avère que les perturbations syndicales peuvent faire basculer le rapport de force à la table de négociations. Pour les municipalités, seule l opinion publique peut exercer une pression afin de favoriser la voie du règlement négocié et le retrait des moyens de pression. JURISPRUDENCE Grief patronal contestant la diminution considérable de l'émission des constats d'infraction. Ville de Thetford Mines c. Association des policierspompiers de Thetford Mines, arbitre : Rondeau, Claude, N o CRM Le grief de la ville fait suite aux moyens de pression exercés par les policiers-pompiers qui ont diminué, de façon considérable, l'émission des constats d'infraction. Le procureur syndical soumet une objection préliminaire relative à la recevabilité du grief, à l'effet que la ville a agi sans avoir été autorisée par une résolution du conseil municipal. La ville rétorque que le maire a agi dans le cadre de ses fonctions qui lui sont reconnues par la Loi sur les cités et villes. L'arbitre est d'avis que rien dans la convention collective ne prévoit qu'une résolution du conseil municipal est requise pour la soumission d'un grief de l'employeur au syndicat, ou à l'arbitrage. L'arbitre rejette l'objection. Sur le fond du litige, la preuve testimoniale présentée de part et d'autre porte essentiellement sur le fait que les représentants syndicaux ont, oui ou non, recommandé à leurs membres de ralentir l'émission des constats d'infraction comme moyens de pression. Après examen de la preuve, l'arbitre est convaincu qu'un ordre de ralentir le travail a effectivement été donné aux membres du syndicat. Ce faisant, la convention collective a donc été violée. Par ailleurs, comme l'employeur a été privé d'une source de revenus en raison de cette action syndicale, l'arbitre ordonne au syndicat de verser une compensation. Les professionnels de votre CRM, demeurent à votre entière disposition pour vous assister à l intérieur de toute problématique. 11 a. 114, 118 et 119 Code du travail. 12 Montréal (Ville de) c. Association des pompiers de Montréal inc., (2003) D.T.E. 2003T-472 (C.R.T.). 13 COM émis par la Ville de Québec, 24 septembre Jugement de la Cour supérieure daté du 18 novembre 1996 rendu par le juge Gérard LeBel rejetant la requête en révision judiciaire du syndicat, avec dépens, no Appel rejeté par jugement de la Cour d appel rendu le 30 août 1999 (Juge Michaud), no

5 ADRESSES ÉLECTRONIQUES Pour communiquer avec le personnel du CRM par courrier électronique : Sébastien Archambault Analyste-conseil en relations du travail Claude Bernier Conseiller principal en droit du travail et de l emploi Nancie Mayer Adjointe administrative Richard H. Montpetit Directeur des services corporatifs et du CRM Amélie Guilbault Conseillère analyste en droit, santé sécurité du travail Paul Pagé Analyste-conseil en relations du travail Ghyslaine Philie Conseillère technique en relations du travail Yves Therrien Conseiller en relations du travail Actualités CRM est une publication du Centre de ressources municipales en relations du travail et ressources humaines ( CRM ). 680, rue Sherbrooke Ouest, bureau 680 Montréal, Québec H3A 2M7 Tél. : ( 514 ) , poste 243 Téléc. : ( 514 )

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

RELATIONS DU TRAVAIL Plan de classification

RELATIONS DU TRAVAIL Plan de classification RELATIONS DU TRAVAIL Plan de classification ACCÈS À L'INFORMATION champ d'application compétence et principes généraux droit d'accès notion cas d'application restrictions au droit d'accès renseignement

Plus en détail

LE RôLE ET LEs services du syndic

LE RôLE ET LEs services du syndic Le Rôle et les services du syndic La présente brochure a pour seul objectif de donner de l information sur le rôle et les services du syndic de l Ordre des comptables agréés du Québec. Elle ne vise pas

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 301. Établissant un Service de sécurité incendie

RÈGLEMENT NUMÉRO 301. Établissant un Service de sécurité incendie 1 PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE L ISLET MUNICIPALITÉ DE VILLE DE ST-PAMPHILE RÈGLEMENT NUMÉRO 301 Établissant un Service de sécurité incendie ATTENDU ATTENDU ATTENDU ATTENDU l entrée en vigueur de la Loi sur

Plus en détail

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Adoptée par le Conseil d administration Le 6 décembre 2011 1. PRINCIPES ET VALEURS Le Cégep de Saint-Jérôme

Plus en détail

Règlement n o 552-07. Règles de contrôle et suivi budgétaire

Règlement n o 552-07. Règles de contrôle et suivi budgétaire Règlement n o 552-07 Règles de contrôle et suivi budgétaire Adopté le : 1 er octobre 2007 Amendé le : 14-04-2008 par règl. n o 552-1-08 08-03-2010 par règl. n o 552-2-10 11-01-2011 par règl. n o 552-3-10

Plus en détail

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) ENTRE : SYNDICAT DES INFIRMIERS ET INFIRMIÈRES DU CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ET : ET : CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR JULIENNE

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 11 34 Date : Le 20 octobre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Entreprise DÉCISION L OBJET DU

Plus en détail

Politique Utilisation des actifs informationnels

Politique Utilisation des actifs informationnels Politique Utilisation des actifs informationnels Direction des technologies de l information Adopté le 15 octobre 2007 Révisé le 2 juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS... 3 2. DÉFINITIONS... 3

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS.

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 10 23 Date : 31 juillet 2006 Commissaire : M e Hélène Grenier X X Demandeurs c. MELOCHE MONNEX INC. (SÉCURITÉ NATIONALE CIE D ASSURANCE) Entreprise

Plus en détail

SÉMINAIRE SUR LA MISE EN ŒUVRE DE L ARBITRAGE AU MAROC : LES ENSEIGNEMENTS DE L EXPÉRIENCE ÉTRANGÈRE LA PRATIQUE DE L ARBITRAGE AU CANADA

SÉMINAIRE SUR LA MISE EN ŒUVRE DE L ARBITRAGE AU MAROC : LES ENSEIGNEMENTS DE L EXPÉRIENCE ÉTRANGÈRE LA PRATIQUE DE L ARBITRAGE AU CANADA SÉMINAIRE SUR LA MISE EN ŒUVRE DE L ARBITRAGE AU MAROC : LES ENSEIGNEMENTS DE L EXPÉRIENCE ÉTRANGÈRE LA PRATIQUE DE L ARBITRAGE AU CANADA PAR M e SERGE BRAULT ARBITRE ET MÉDIATEUR RABAT, MAROC 26 JUIN

Plus en détail

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c.

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c. Cour de cassation - chambre civile 3 Audience publique du 28 mars 2012 Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c./ Société civile immobilière Domaine de Champigny Décision attaquée

Plus en détail

LE TITRE FAIT LA DIFFÉRENCE L Ordre et le MICC : un partenariat profitable!

LE TITRE FAIT LA DIFFÉRENCE L Ordre et le MICC : un partenariat profitable! Volume 2, numéro 3 Mai 2012 LE TITRE FAIT LA DIFFÉRENCE L Ordre et le MICC : un partenariat profitable! Par Caroline Soulas, chef marketing, Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Le ministère

Plus en détail

Principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine

Principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine Principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine Principes directeurs adoptés le 26 août 1999 Documents d application approuvés le 24 octobre 1999 Traduction

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

SYNDICAT DE COPROPRIÉTÉ DU 3546-3552 RUE ÉDITH À LAVAL (ci-après «le Bénéficiaire»)

SYNDICAT DE COPROPRIÉTÉ DU 3546-3552 RUE ÉDITH À LAVAL (ci-après «le Bénéficiaire») ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Société pour la résolution

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC M.R.C. DE THÉRÈSE-DE BLAINVILLE VILLE DE LORRAINE RÈGLEMENT 215-1

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC M.R.C. DE THÉRÈSE-DE BLAINVILLE VILLE DE LORRAINE RÈGLEMENT 215-1 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC M.R.C. DE THÉRÈSE-DE BLAINVILLE VILLE DE LORRAINE RÈGLEMENT 215-1 DÉCRÉTANT UNE POLITIQUE CONCERNANT LES PERMIS DE TOURNAGE ET DE RÉALISATION DE PHOTOGRAPHIES COMMERCIALES SUR

Plus en détail

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 Loi regroupant la Commission de l équité salariale, la Commission des normes du travail et la Commission de la santé et de la sécurité du travail et instituant le Tribunal

Plus en détail

Politique sur la protection des renseignements personnels

Politique sur la protection des renseignements personnels Politique sur la protection des renseignements personnels TABLE DES MATIÈRES 1 INTRODUCTION... 3 2 CHAMP D APPLICATION... 3 3 POLITIQUE... 4 3.1 Obligation en matière de responsabilité... 4 3.2 Obligation

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES 1. GÉNÉRALITÉS ET DEFINITIONS

CONDITIONS GENERALES 1. GÉNÉRALITÉS ET DEFINITIONS 07/2015 CONDITIONS GENERALES 1. GÉNÉRALITÉS ET DEFINITIONS 1.1. Définitions 1.1.1. Le Centre de Formation à Distance, appartenant au groupe CFDF, société à responsabilité limitée de droit français dont

Plus en détail

SOCIÉTÉ POUR LA RÉSOLUTION DES CONFLITS INC. (SORECONI)

SOCIÉTÉ POUR LA RÉSOLUTION DES CONFLITS INC. (SORECONI) CANADA PROVINCE DE QUEBEC DISTRICT DE MONTREAL SOCIÉTÉ POUR LA RÉSOLUTION DES CONFLITS INC. (SORECONI) TRIBUNAL D ARBITRAGE N O REF. / SORECONI : 051006001 Montréal, le 11 août 2006 N O RÉF. / ARBITRE:

Plus en détail

RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE

RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE Syndicat de l enseignement de la région du Fer - CSQ RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE Révisé, novembre 2007 Syndicat de l'enseignement de la région du Fer - CSQ 9 rue Napoléon Sept-Îles (Qc.) G4R

Plus en détail

DROITS DES LOCATAIRES

DROITS DES LOCATAIRES 6-1 LA LOI DE LA RUE No.6 DROITS DES LOCATAIRES La plupart des logements locatifs sont régis par la Loi de 2006 sur la location à usage d habitation (la «LLUH»), et la Commission de la location immobilière

Plus en détail

RÈGLES DE FONCTIONNEMENT RELATIVES À LA NÉGOCIATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE UNITÉ «FONCTIONNAIRES»

RÈGLES DE FONCTIONNEMENT RELATIVES À LA NÉGOCIATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE UNITÉ «FONCTIONNAIRES» RÈGLES DE FONCTIONNEMENT RELATIVES À LA NÉGOCIATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE UNITÉ «FONCTIONNAIRES» Adoptées par le Conseil syndical du 14 juin 2013 25-CS-02 Amendées par le Conseil syndical des 15 et

Plus en détail

GREY CASGRAIN, s.e.n.c. 1155, boulevard René-Lévesque Ouest bureau 1715 Montréal, Québec H3B 2K8 Tél. : 514-288-6180 ; Téléc.

GREY CASGRAIN, s.e.n.c. 1155, boulevard René-Lévesque Ouest bureau 1715 Montréal, Québec H3B 2K8 Tél. : 514-288-6180 ; Téléc. AVIS DE DEMANDE DE CONTRÔLE JUDICIAIRE No T-110-12 COUR FÉDÉRALE SECTION DE PREMIÈRE INSTANCE Entre : Et : DANIEL TURP Ministre de l Environnement du Canada Ministre de la Justice et Procureur général

Plus en détail

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives Présenté le 16 juin 2009

Plus en détail

ENTRE Monsieur Jalil Amor et madame Maha Bensouda (ci-après «le Bénéficiaire»)

ENTRE Monsieur Jalil Amor et madame Maha Bensouda (ci-après «le Bénéficiaire») ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Société pour la résolution

Plus en détail

MESURES DISCIPLINAIRES ET NON DISCIPLINAIRES Plan de classification

MESURES DISCIPLINAIRES ET NON DISCIPLINAIRES Plan de classification MESURES DISCIPLINAIRES ET NON DISCIPLINAIRES Plan de classification ACCIDENTS DU TRAVAIL ET MALADIES PROFESSIONNELLES plainte en vertu de l'article 32 LATMP exercice d'un droit prévu à la LATMP mesures

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE. Enquête sur des personnes soupçonnées de simuler leur présence au Québec avec l aide d un consultant en immigration

RAPPORT D ENQUÊTE. Enquête sur des personnes soupçonnées de simuler leur présence au Québec avec l aide d un consultant en immigration RAPPORT D ENQUÊTE Enquête sur des personnes soupçonnées de simuler leur présence au Québec avec l aide d un consultant en immigration 18 décembre 2009 TABLE DES MATIÈRES 1. L ORIGINE DE L ENQUÊTE...3 2.

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998)

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998) ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d'arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Le Groupe d'arbitrage

Plus en détail

Procédures de requête et de plainte

Procédures de requête et de plainte 7 Procédures de requête et de plainte Cet outil explique diverses démarches de requêtes ou de plaintes que des personnes peuvent avoir à effectuer dans certaines situations. Il vise à démystifier ces démarches

Plus en détail

C O N T R A T. (ci-après désignée la «GALERIE») (ci-après désigné(e) «l ARTISTE»)

C O N T R A T. (ci-après désignée la «GALERIE») (ci-après désigné(e) «l ARTISTE») C O N T R A T Intervenu entre la Galerie 5 continents Et : Adresse : 14 585 Notre-Dame Est Adresse : Montréal, Qc, Canada, H1A 3T3 Téléphone : 438-397-8680 Téléphone : Courriel : info@galerie5continents.com

Plus en détail

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12)

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) Loi permettant aux étudiants de recevoir l enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu

Plus en détail

Volume 781 Page 150. Sont aussi présents: - M. Serge Lamontagne, directeur général; - Me Chantal Sainte-Marie, greffière adjointe.

Volume 781 Page 150. Sont aussi présents: - M. Serge Lamontagne, directeur général; - Me Chantal Sainte-Marie, greffière adjointe. Page 150 PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVAL PROCÈS-VERBAL D UNE SÉANCE DU COMITÉ EXÉCUTIF DE LA VILLE DE LAVAL tenue à huis clos le lundi 10 mars 2014 à 9:10 heures à l hôtel de ville, 1 Place du Souvenir,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol.

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. top ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. 19 n 3 Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu en pense la Cour suprême du Canada? Réunion annuelle de Corporations Canada Délais des services

Plus en détail

La force du nombre Vous souhaitez obtenir plus d information au sujet de l Entente?

La force du nombre Vous souhaitez obtenir plus d information au sujet de l Entente? La force du nombre Depuis plusieurs années, la Fédération du commerce (CSN) et son partenaire, SSQ Groupe financier, allient leurs forces et leur expertise afin d offrir les meilleurs avantages possibles

Plus en détail

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat 2010 ISBN : 978-2-212-54655-2 Partie 1 La justice : comment ça marche? Cet ouvrage a pour vocation de donner des informations pratiques

Plus en détail

Le 30 septembre 2015 PAR COURRIEL ET PAR LA POSTE

Le 30 septembre 2015 PAR COURRIEL ET PAR LA POSTE Le 30 septembre 2015 PAR COURRIEL ET PAR LA POSTE Monsieur Richard Boivin Sous-ministre adjoint aux politiques relatives aux institutions financières et au droit corporatif Ministère des Finances 8, rue

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL APPLICATION Le présent code de conduite (le «code du conseil») s applique à vous si vous êtes membre du conseil d

Plus en détail

M U N I C I P A L I T É D E ST E-CÉCILE-DE-WHITTO N R È G L E M E N T # 2010-03. le 1 e r février 2010;

M U N I C I P A L I T É D E ST E-CÉCILE-DE-WHITTO N R È G L E M E N T # 2010-03. le 1 e r février 2010; PROVINCE DE QUÉBEC M U N I C I P A L I T É D E ST E-CÉCILE-DE-WHITTO N R È G L E M E N T # 2010-03 RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE ATTENDU l entrée en vigueur de

Plus en détail

MISE EN GARDE. Le Syndic d un ordre professionnel

MISE EN GARDE. Le Syndic d un ordre professionnel ISBN 2-550-33029-3 Dépôt légal-bibliothèque nationale du Québec, 1998 Dépôt légal-bibliothèque nationale du Canada, 1998 MISE EN GARDE Le lecteur voudra bien retenir que le présent document est essentiellement

Plus en détail

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 5 FORMULE D ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE POUR DOMMAGES ÉPROUVÉS PAR LE VÉHICULE ASSURÉ

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 5 FORMULE D ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE POUR DOMMAGES ÉPROUVÉS PAR LE VÉHICULE ASSURÉ POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 5 FORMULE D ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE POUR DOMMAGES ÉPROUVÉS PAR LE VÉHICULE ASSURÉ ASSURANCE DE REMPLACEMENT 1 er août 2010 F.P.Q. N 5 POLICE D'ASSURANCE

Plus en détail

Accord de libre circulation au Québec

Accord de libre circulation au Québec Accord de libre circulation au Québec Le 15 octobre 2009 Winnipeg (Manitoba) Introduction FÉDÉRATION DES ORDRES PROFESSIONNELS DE JURISTES DU CANADA Le présent accord a pour objectif d étendre la portée

Plus en détail

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE A ACCUSATOIRE désigne une procédure dans laquelle les parties ont l initiative du procès et de son déroulement (* à rapprocher d INQUISITOIRE qui désigne une procédure conduite à l initiative d une l autorité

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA00702 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président Mme Elydia FERNANDEZ, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Conditions générales de vente et de livraison 2014 Knapzak Benelux BV Kraaivenstraat 36-09 5048 AB Tilburg (Pays-Bas)

Conditions générales de vente et de livraison 2014 Knapzak Benelux BV Kraaivenstraat 36-09 5048 AB Tilburg (Pays-Bas) Conditions générales de vente et de livraison 2014 Knapzak Benelux BV Kraaivenstraat 36-09 5048 AB Tilburg (Pays-Bas) Article 1. Dispositions générales 1.1. Les présentes conditions s appliquent à toutes

Plus en détail

OHADA Acte uniforme sur le droit de l arbitrage

OHADA Acte uniforme sur le droit de l arbitrage Acte uniforme sur le droit de l arbitrage Acte adopté le 11 mars 1999 et paru au JO n 08 du 15 mai 1999 Index [NB - les chiffres renvoient aux numéros des articles] Application de l Acte uniforme : 34

Plus en détail

Adoptée le 12 février 2014 En vigueur le 14 mars 2014. Traduction en français mise à jour le 5 septembre 2014 TABLE DES MATIÈRES

Adoptée le 12 février 2014 En vigueur le 14 mars 2014. Traduction en français mise à jour le 5 septembre 2014 TABLE DES MATIÈRES CHARTE DE RÈGLEMENT UNIFORME DES LITIGES POUR LES ADRESSES FROGANS (UDRP-F) Publiée par l'op3ft, l'organisation à but non lucratif dont l'objet est de détenir, promouvoir, protéger et faire progresser

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 9

Tableau synoptique du chapitre 9 Tableau synoptique du chapitre 9 Intervenants principaux dans les relations du travail L entreprise, l employé, le syndicat, le gouvernement, les agents externes à l entreprise (les entreprises concurrentes,

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

NORMES EN MATIÈRE DE MÉDIATION FAMILIALE Liste de contrôle

NORMES EN MATIÈRE DE MÉDIATION FAMILIALE Liste de contrôle NORMES EN MATIÈRE DE MÉDIATION FAMILIALE Liste de contrôle COAMF- Normes en matière de médiation familiale Liste de contrôle 1 1. LA TENUE DES DOSSIERS Date d ouverture; Source de référence du dossier,

Plus en détail

- de mettre à la charge de l Etat la somme de 1 500 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

- de mettre à la charge de l Etat la somme de 1 500 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES N 1003077 M. Yves Alain LXXXX M. Vennéguès Magistrat désigné M. Bernard Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Rennes

Plus en détail

Politique de communication. Préparée par la Division des communications

Politique de communication. Préparée par la Division des communications Politique de communication Préparée par la Division des communications Janvier 2014 Table des matières politique de communication 1. Les objectifs 2. Mission, rôles et responsabilités 2.1. Mission de la

Plus en détail

ENTENTE ASSURANCE COLLECTIVE

ENTENTE ASSURANCE COLLECTIVE ENTENTE ASSURANCE COLLECTIVE www.fc-csn.ca BV5087F (2014-09) La force du nombre Depuis 1988, la Fédération du commerce (CSN) et son partenaire, SSQ Groupe financier, allient leurs forces et leur expertise

Plus en détail

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT 1. CONTEXTE Dans un souci d équité et de saine gestion des fonds publics, le ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) se doit de recouvrer

Plus en détail

Protocole sur les privilèges et immunités du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme

Protocole sur les privilèges et immunités du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme Texte original Protocole sur les privilèges et immunités du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme 0.192.110.942.9 Conclu à Bruxelles le 11 octobre 1973 Instrument de ratification

Plus en détail

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37)

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37) RÈGLEMENT CONCERNANT LE TARIF DES HONORAIRES ET LES DÉBOURS DES AVOCATS DANS LE CADRE DE LA PRESTATION DE CERTAINS SERVICES JURIDIQUES ET CONCERNANT LA PROCÉDURE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS Loi sur l aide

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Division des communications NOVEMBRE 2010 TABLE DES MATIERES 1) DÉFINITION... 2 2) PRINCIPES DIRECTEURS... 2 3) LA COMMUNICATION INTERNE... 3 3.1) L accueil des employés... 3

Plus en détail

Régie du Bâtiment du Québec Société pour la résolution des. Sylvie Martineau Bénéficiaire-demandeur

Régie du Bâtiment du Québec Société pour la résolution des. Sylvie Martineau Bénéficiaire-demandeur Régie du Bâtiment du Québec Plan de garantie no:065027 Soreconi Société pour la résolution des conflits Inc. Dossier : 051025001 Sylvie Martineau Bénéficiaire-demandeur c. Habitations Beaux Lieux Inc.

Plus en détail

que ce conseil ordonne et statue par le présent règlement portant le numéro 2003-04-7775 ce qui suit, à savoir:

que ce conseil ordonne et statue par le présent règlement portant le numéro 2003-04-7775 ce qui suit, à savoir: CANADA Province de Québec Ville de Fossambault-sur-le-Lac RÈGLEMENT NO: 2003-04-7775 Sur les alarmes et systèmes d alarme Séance spéciale du conseil municipal de la Ville de Fossambault-sur-le-Lac, tenue

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 6453 Québec, le : 10 août 2011 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Carol Robertson, commissaire Personne salariée et Partie plaignante

Plus en détail

L utilisation de caméras de surveillance. pr des organismes publics dans les lieux publics

L utilisation de caméras de surveillance. pr des organismes publics dans les lieux publics Mémoire présenté à la Commission d accès à l information dans le cadre d une consultation générale à l égard du document intitulé tulé : L utilisation de caméras de surveillance pr des organismes publics

Plus en détail

(P)-RM-2006-07. Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006. Amendement : Section 07

(P)-RM-2006-07. Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006. Amendement : Section 07 (P)-RM-2006-07 Santé et sécurité au travail Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006 Amendement : Politique de santé et sécurité au travail 1. But de la politique La

Plus en détail

Politique d utilisation des véhicules de la MRC de La Matanie

Politique d utilisation des véhicules de la MRC de La Matanie 1. DÉFINITIONS MRC : La Municipalité régionale de comté de La Matanie ; Politique : La Politique d utilisation des véhicules de la MRC; Titulaire : Personne à l emploi de la MRC qui a la garde en continue

Plus en détail

«Cahier des charges» signifie la liste des caractéristiques que le Service devra contenir.

«Cahier des charges» signifie la liste des caractéristiques que le Service devra contenir. PAGE 1/ Conditions générales 1. Objet du contrat Les présentes Conditions générales définissent les conditions applicables à la relation contractuelle entre les parties au contrat pour les services définis

Plus en détail

Relations de travail

Relations de travail Relations de travail Du problème posé à la naissance du grief jusqu à la fermeture du dossier et annexes La méthode de fonctionnement qui vous est proposée a pour but d assurer une plus grande efficacité

Plus en détail

Le droit criminel et le droit de la famille

Le droit criminel et le droit de la famille FR 00 4 4 Le droit criminel et le droit de la famille Le droit de la famille et les femmes en Ontario Un seul droit de la famille pour toutes les femmes Renseignez-vous sur vos droits fodf Femmes ontariennes

Plus en détail

L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes

L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes Table des matières 1. Objet de la politique... 4 2. Cadre légal et règlementaire...

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES

CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES 1. Sauf stipulation contraire écrite, toutes offres et toutes conventions (même celles à venir) sont régies par les présentes conditions, lesquelles en font partie intégrante et priment

Plus en détail

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant RÈGLEMENT 32 Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec concernant La procédure d examen des plaintes des usagers Règlement adopté par le conseil d administration,

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES 1. CHAMP D APPLICATION Le présent code d éthique et de déontologie s applique à tout commissaire au sens de la Loi sur l instruction publique. Il s applique

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail les infos DAS - n 051 7 avril 2015 Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail Les entreprises se trouvant régulièrement confrontées à des cas d infraction routières

Plus en détail

Politique en matière de harcèlement psychologique au travail

Politique en matière de harcèlement psychologique au travail Politique en matière de harcèlement psychologique au travail Projet déposé au conseil d administration Lors de sa séance du 3 juillet 2014 Gatineau (Québec) 1. OBJECTIFS La présente politique vise à instaurer

Plus en détail

RÈGLEMENT DU CONCOURS UN SPIRITUEUX VRAIMENT BRANCHÉ SUR LA MUSIQUE D ICI!

RÈGLEMENT DU CONCOURS UN SPIRITUEUX VRAIMENT BRANCHÉ SUR LA MUSIQUE D ICI! RÈGLEMENT DU CONCOURS UN SPIRITUEUX VRAIMENT BRANCHÉ SUR LA MUSIQUE D ICI! 1. DURÉE DU CONCOURS Le Concours «UN SPIRITUEUX VRAIMENT BRANCHÉ SUR LA MUSIQUE D ICI!» est organisé par Groupe Archambault. Le

Plus en détail

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 21 99 Date : 3 février 2005 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. Croix Bleue, Assurance collective Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DU CONSEIL. Le 30 octobre 2012

CODE DE DÉONTOLOGIE DU CONSEIL. Le 30 octobre 2012 CODE DE DÉONTOLOGIE DU CONSEIL Le 30 octobre 2012 GROUPE TMX LIMITÉE (auparavant, Corporation d Acquisition Groupe Maple) ET SES FILIALES DÉSIGNÉES CODE DE DÉONTOLOGIE DU CONSEIL APPLICATION Ce code de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nantes N 10NT00063 Inédit au recueil Lebon 2ème Chambre M. PEREZ, président Mme Catherine BUFFET, rapporteur M. DEGOMMIER, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du vendredi

Plus en détail

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Yves TAPELLA d Esch-sur-Alzette du 6 mai 2009,

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Yves TAPELLA d Esch-sur-Alzette du 6 mai 2009, Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du vingt-et-un octobre deux mille dix. Numéro 34827 du rôle Présents: Edmond GERARD, président de chambre, Charles NEU, premier conseiller,

Plus en détail

Les présentes conditions générales d utilisation s appliquent pour votre carte prépayée. Veuillez les lire attentivement.

Les présentes conditions générales d utilisation s appliquent pour votre carte prépayée. Veuillez les lire attentivement. Conditions générales d utilisation de votre carte prépayée MasterCard Fisher Price Les présentes conditions générales d utilisation s appliquent pour votre carte prépayée. Veuillez les lire attentivement.

Plus en détail

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES YS/LD N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme M. Simon Magistrat désigné Audience du 21 mai 2013 Lecture du 18 juin 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Guide de l investisseur sur le dépôt d une plainte

Guide de l investisseur sur le dépôt d une plainte Guide de l investisseur sur le dépôt d une plainte Protéger les investisseurs et favoriser des marchés financiers justes et efficaces partout au Canada. L Organisme canadien de réglementation du commerce

Plus en détail

# Pistes d amélioration recommandées par KPMG État actuel Date cible

# Pistes d amélioration recommandées par KPMG État actuel Date cible 1 Mettre en place les mesures proposées par Loto-Québec : Diffuser une campagne de sensibilisation sur l importance d endosser les billets à l achat. Continu Depuis janvier 2008 Promouvoir le matériel

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES NOTE IMPORTANTE Conformément à l alinéa 1 de l article 12 des Lettres patentes constituant l Ordre professionnel des

Plus en détail

Article 4 : Etat du véhicule : remise et restitution

Article 4 : Etat du véhicule : remise et restitution Article 3 : La rémunération Le locataire doit une rémunération de par journée commencée, dont les heures sont comptées, au loueur Le prix inclut la location ainsi que l assurance BA et les taxes. Les prix

Plus en détail

RÈGLEMENT 209 RÈGLEMENT CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME. les pouvoirs conférés par la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., c. C-47.

RÈGLEMENT 209 RÈGLEMENT CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME. les pouvoirs conférés par la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., c. C-47. PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CHARLES-GARNIER RÈGLEMENT 209 RÈGLEMENT CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME ATTENDU ATTENDU QUE ATTENDU QU ATTENDU QU les pouvoirs conférés par la Loi sur les compétences

Plus en détail

VILLE DE GATINEAU / BUREAU DE L OMBUDSMAN

VILLE DE GATINEAU / BUREAU DE L OMBUDSMAN VILLE DE GATINEAU / BUREAU DE L OMBUDSMAN Commission sur l élimination des nuisances Mise en situation Commission sur l élimination des nuisances 2007-004 Un citoyen demande au Bureau de l ombudsman d

Plus en détail

CONSIDÉRANT qu un avis de présentation de ce règlement a été donné lors de la séance ordinaire du Conseil de Ville, tenue le 17 mai 1999;

CONSIDÉRANT qu un avis de présentation de ce règlement a été donné lors de la séance ordinaire du Conseil de Ville, tenue le 17 mai 1999; VILLE DE CANDIAC RÈGLEMENT NUMÉRO 1007-99 CONCERNANT LES SYSTÈMES D'ALARME CONSIDÉRANT la création de la Régie intermunicipale de police Roussillon, regroupant les corps policiers des villes de Candiac,

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise MODÉRATEUR : Eric Simard Fasken Martineau PANÉLISTES : Martin Sheehan Fasken Martineau Anne Granger Fasken Martineau 3e Symposium

Plus en détail

PROTOCOLE DE COLLABORATION COMMERCIALE TOUTES BRANCHES

PROTOCOLE DE COLLABORATION COMMERCIALE TOUTES BRANCHES PROTOCOLE DE COLLABORATION COMMERCIALE TOUTES BRANCHES Entre la société FLEXITRANS, ayant tous pouvoirs à cet effet. 6 rue blaise pascal 66000 PERPIGNAN RCS PERPIGNAN 499 808 566 Ci après dénommé la Société,

Plus en détail