Crédibilité et efficacité de la politique de ciblage d inflation en Turquie sur la période

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Crédibilité et efficacité de la politique de ciblage d inflation en Turquie sur la période 2002-2006"

Transcription

1 Crédibilié e efficacié de la poliique de ciblage d inflaion en Turquie sur la période Zehra Yesim Gürbüz Besek To cie his version: Zehra Yesim Gürbüz Besek. Crédibilié e efficacié de la poliique de ciblage d inflaion en Turquie sur la période Economies and finances. Universié Rennes 2, French. <el > HAL Id: el hps://el.archives-ouveres.fr/el Submied on 16 Jul 2008 HAL is a muli-disciplinary open access archive for he deposi and disseminaion of scienific research documens, wheher hey are published or no. The documens may come from eaching and research insiuions in France or abroad, or from public or privae research ceners. L archive ouvere pluridisciplinaire HAL, es desinée au dépô e à la diffusion de documens scienifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanan des éablissemens d enseignemen e de recherche français ou érangers, des laboraoires publics ou privés.

2 SOUS LE SCEAU DE L UNIVERSITÉ EUROPEENNE DE BRETAGNE UNIVERSITE RENNES 2 Ecole Docorale Humaniés e Sciences de l Homme LESSOR CREDIBILITE ET EFFICACITE DE LA POLITIQUE DE CIBLAGE D INFLATION EN TURQUIE SUR LA PERIODE 2002 ET 2006 Thèse de Docora en Sciences Economiques Présenée e souenue par Zehra Yeşim GÜRBÜZ BEŞEK Jury : M. Thomas JOBERT, Professeur, Universié de Rennes 2 (Direceur de hèse) M. Franck MARTIN, Professeur, Universié de Rennes 1 (Rapporeur) M. Jean Chrisophe POUTINEAU, Professeur, Universié de Rennes 1 (Rapporeur) M. Jean LAINE, Professeur, Ensai 1

3 à ma famille 2

4 Remerciemens Je iens ou d abord à exprimer oue ma reconnaissance au professeur Thomas JOBERT pour la disponibilié, la paience e le souien qu il m a apporé ou le long de la hèse. Sa rigueur scienifique m a éé d une grande aide sur le plan méhodologique. Ses remarques perinenes on éé essenielles pour l achèvemen de ce ravail. Je remercie égalemen les membres du jury : Messieurs les professeurs Franck Marin e Jean Chrisophe Pouineau pour l inérê qu ils on poré à cee hèse en accepan d en êre les rapporeurs e Monsieur le professeur Jean Lainé pour avoir accepé de pariciper au jury de cee hèse. Mes remerciemens von aussi à ous les membres de du déparemen d économie de l Universié Galaasaray, en pariculier à mes collègues Ayça, İrem, Tuba, Burak, Musafa e Ruhi pour l ambiance chaleureuse de ravail qu ils mainiennen au quoidien. Finalemen, j adresse un grand remerciemen à oue ma famille qui a oujours éé présene lorsque j en ai eu besoin, ce ravail leur es dédié. Je remercie en pariculier ma mère pour sa paience e compréhension, ma sœur Pelin qui a oujours su êre à côé de moi e à mon mari Mehme pour son souien moral e encouragemen. Ces remerciemens ne seraien pas comples sans l expression de ma profonde graiude à mon père, qui aurai éé rès heureux d êre à mes côés dans l accomplissemen de ce ravail. 3

5 Crédibilié e efficacié de la poliique de ciblage d inflaion en Turquie sur la période Résumé La Turquie a adopé une poliique de ciblage d inflaion d abord implicie (enre 2002 e 2005), ensuie explicie à parir de L objecif de ma hèse es d éudier la crédibilié e l efficacié de cee poliique e de chercher à voir si elle a pu améliorer le degré de crédibilié de la Banque Cenrale de Turquie. Cee poliique fai ses preuves dans les premières années: effe du seigneuriage rédui de façon significaive, aux d inflaion au-dessous de 10%, croissance supérieure à 6%. On monre héoriquemen qu il s agi d une poliique monéaire qui évie le biais inflaionnise e qui combine différenes mesures permean d amélioraion la crédibilié. Celle-ci es mesurée à parir des anicipaions d inflaion. L analyse empirique des anicipaions d inflaion, faie à parir des erreurs de prévisions, monre que les anicipaions son adapaives e les agens privés fon des erreurs de plus en plus peies dans le emps. Les courbes de rendemen décroissanes aesen que les marchés financiers anicipen une désinflaion enre 2002 e 2005, mais en 2006 la courbe des aux redevien croissane. Ces consas aesen qu une ceraine crédibilié es assurée, mais qu elle es fragile. L analyse économérique par un VECM des processus join du aux direceur de la Banque Cenrale e de celui du second marché monre l exisence d un aux d équilibre à long erme défini par la Banque Cenrale. Les ess de Seo concluen que les chocs géopoliiques défavorables n on pas affecé la dynamique des aux mais que l ouverure des négociaions sur l adhésion de Turquie à l UE a renforcé l efficacié de la poliique monéaire. Mos-clés: Poliique monéaire, ciblage d inflaion, crédibilié, anicipaions d inflaion, aux d inérê, changemen srucurel, saionnarié, VECM. Classificaion JEL: C22, C32, C72, E31, E42, E52, E58 Credibiliy and efficiency of inflaion argeing in Turkey in he period of 2002 o 2006 Absrac Turkey has adoped an implici inflaion argeing regime beween 2002 and 2005, and hen inflaion argeing became explici since My hesis s objecive is o examine he credibiliy and efficiency of his moneary policy and o see wheher i has improved he credibiliy of Cenral Bank of Republic of Turkey. This policy change has proved o be efficien in he early years: he seigniorage effec has significanly decreased, he inflaion rae has fallen below 10% and growh rae of GDP was over 6%. Our sudy demonsraes heoreically i is a moneary policy, which avoids he inflaionary bias and combines various measures of credibiliy improvemen. Credibiliy is measured by inflaion expecaions. The empirical analysis of inflaion expecaions is based on errors of prevision. Our resuls shows ha he expecaions are adapive and privae agens errors are smaller and smaller in ime. The decreasing yield curve indicaes ha he financial markes anicipae a disinflaion beween 2002 and 2005, bu he curve increases again in These findings indicae ha cerain credibiliy has been provided bu i is fragile. The economeric analysis by VECM of join process of Cenral Bank s and secondary marke s key raes poins ou he exisence of a long erm equilibrium rae defined by Cenral Bank. Seo ess resul ha he unfavorable geopoliical shocks didn affec he raes dynamics bu he opening of he negoiaions for Turkey o join he EU enhanced he efficiency of moneary policy. Key Words: Moneary policy, inflaion argeing, credibiliy, inflaion expecaions, ineres rae, srucural change, saionary, VECM. JEL: C22, C32, C72, E31, E42, E52, E58 Discipline : Sciences Economiques Laboraoire : Laboraoire d économie e de sciences sociales de Rennes (CRESS LESSOR) Universié Rennes2 Place du Receur Henri lemoal Rennes Cedex 4

6 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION GENERALE 9 CHAPITRE I 26 DU SEIGNEURIAGE AU CIBLAGE D INFLATION 26 Inroducion 26 I. Les années de seigneuriage 27 A. Le défici public, les causes e son financemen 28 B. Le seigneuriage en an que moyen de financemen de l Ea 31 II. La poliique de ciblage d inflaion 38 A. Le ciblage d inflaion : définiion, condiion d adopion, avanages e désavanages 38 B. Le ciblage d inflaion en praique 43 III. Le ciblage d inflaion en Turquie 52 A. Pourquoi le ciblage d inflaion? 52 B. Les spécificiés du ciblage d inflaion en Turquie 54 C. Le mécanisme de ransmission de ciblage d inflaion en Turquie 58 D. La liéraure sur l expérience de ciblage d inflaion en Turquie 59 E. Les premiers résulas du nouveau régime L inflaion e ses dynamiques La croissance économique La dominance fiscale Le aux d inérê Le aux de change 67 Conclusion 70 CHAPITRE II 72 CREDIBILITE EN MATIERE DE CIBLAGE D INFLATION 72 Inroducion 72 I. L évoluion de la héorie sur la crédibilié 73 A. L appariion du problème de la crédibilié La noion de «l incohérence emporelle» 73 5

7 2. La descripion du modèle 75 B. Les poliiques proposées conre le problème de la crédibilié La discréion La règle ou la norme La richerie Une poliique alernaive La comparaison des quares poliiques Les jeux répéés 86 C. Les soluions proposées La délégaion L approche «principal-agen» Le ciblage d inflaion 95 II. Revue de la liéraure empirique sur la crédibilié 97 A. Les sources du problème de la crédibilié Incohérence Inerne Incohérence Temporelle Informaion Incomplèe ou Asymérique Inceriude Poliique e Chocs Sochasiques 99 B. Les moyens d améliorer la crédibilié Les modèles de répuaion Les réformes insiuionnelles La cohérence e la coordinaion des poliiques L assisance érangère Les effors d amélioraion de la crédibilié en Turquie avan e après C. Les ess de la crédibilié Predicion-Error Mehod and Proxy Variables Bayesian Learning Procedure Time-Varying Parameers and he Lucas Criique Kalman Filer 115 Conclusion 116 CHAPITRE III 118 MESURE, ANALYSE ET INTERPRETATION DES ANTICIPATIONS D INFLATION 118 Inroducion 118 I. L analyse des anicipaions d inflaion faies par les agens privés urcs 120 A. Les anicipaions d inflaion en Turquie Les enquêes d inflaion en Turquie Une revue de la liéraure urque concernan les anicipaions 126 B. L analyse des anicipaions d inflaion La méhodologie La qualié des anicipaions d inflaion en Turquie 133 6

8 C. Les anicipaions e la crédibilié Un éa de la liéraure héorique La crédibilié de ciblage d inflaion urque 146 II. Les anicipaions par les marchés 148 A. Les caracérisiques des courbes de rendemen Ceraines conraines sur la consrucion de la courbe de aux Les différenes formes de courbe de aux Le déplacemen des courbes de aux La base héorique des courbes de aux 152 B. Les courbes de rendemen en Turquie 156 Conclusion 162 CHAPITRE IV 165 CHOCS GEOPOLITIQUES ET EFFICACITE DE LA POLITIQUE MONETAIRE 165 Inroducion 165 I. Déerminaion des périodes de chocs géopoliiques e/ou économiques 166 A. Pourquoi une analyse de l évoluion des aux direceurs de la Banque Cenrale e du second marché? 166 B. L évoluion des aux direceurs de la Banque Cenrale de Turquie e du second marché 167 II. Efficacié du ciblage d inflaion : Une approche empirique _ 170 A. Une revue de la liéraure empirique sur l efficacié du ciblage d inflaion 171 B. Le modèle uilisé 176 C. L esimaion du modèle e les premiers résulas 177 D. Les ess de changemen srucurel de Seo (1998) : résulas e commenaires 179 III. L effe des chocs géopoliiques e économiques sur les anicipaions du marché e celles des agens privés 184 A. Choc poliique suie à la maladie du premier minisre 185 B. Elecions anicipées e déba au parlemen sur les lois pour les crières de Copenhague 186 C. Elecions de novembre D. Guerre en Irak 189 E. Somme du Conseil d Europe 191 F. Referendum sur la réunificaion de Chypre e la hausse du aux de la Fed 193 7

9 G. Débas sur le code pénal 194 H. Ouverure des négociaions avec l Union Européenne 196 Conclusion 198 CONCLUSION GENERALE 200 BIBLIOGRAPHIE 208 8

10 INTRODUCTION GENERALE La Turquie es un pays en voie de développemen qui a fai face à une inflaion élevée chronique depuis de fin des années 1970 jusqu au débu des années Pendan presque rois décennies, les poliiques de désinflaion mises en place se son révélées incapables de résoudre ce problème. Ce n es qu en 2002, suie à l adopion d une poliique de ciblage d inflaion e à l indépendance de la Banque Cenrale, que la Turquie a enfin réussi à sabiliser son niveau d inflaion en dessous de 10%. Avan d analyser en déail les raisons de ce succès, il m a semblé uile de revenir brièvemen dans mon inroducion sur les échecs passés e leurs causes. Le leceur qui souhaie approfondir ses connaissances sur l économie urque peu se référer à Selçuk(1998) pour une analyse globale de la période récene, Insel(2003) pour les problèmes d inflaion, Akyüz& Boraav(2002), Alper(2001), Özaay(1997) pour l analyse des crises de 1994 e 2001, à Yeldan&Boraav(2002) e au rappor de l OCDE(2002) pour les disfoncionnemens du sysème bancaire. Dans les années 60, le pays connaissai un clima favorable : le premier accord de parenaria enre la Turquie e la Communaué Economique Européenne éai signé en 1963 e le premier plan quinquennal éai adopé. La Turquie suivai alors un schéma de développemen auocenré e planifié. Les principaux prix éaien adminisrés e le aux de change éai fixe. L économie éai ournée vers le marché inérieur. La poliique de subsiuion aux imporaions impliquai des invesissemens massifs dans les indusries lourdes e une poliique rès volonarise en maière de dépenses publiques d invesissemen. Mais dès la deuxième moiié des années 1970, quand la conjoncure économique mondiale a commencé à changer suie au premier choc pérolier e à l abandon du sysème de Breon Woods, cee sraégie a aussi commencé à s essouffler e la Turquie n a pas su prendre les mesures nécessaires à cee époque : d une par la croissance a raleni (voir le graphique 1), d aure par l économie a commencé à faire face à une inflaion qui s es accélérée, comme le monre le graphique 2. Les causes de cee inflaion son muliples, mais les principales son d une par une monéarisaion du défici budgéaire impliquan la croissance monéaire comme le souligne 9

11 Darra(1997) 1, e d aure par le défici de la balance de paiemens sur lequel Alper&Üçer(1998) insisen puisque la Turquie es une économie dépendane des imporaions. De son coé, Insel(2003) analyse les faceurs qui on eu un rôle sabilisan face à la persisance d une inflaion fore : les faceurs qui inerviennen sur les coûs, noammen l absence d un mécanisme d indexaion des salaires e des prix, les faceurs qui inerviennen sur la demande comme une relaive maîrise du solde budgéaire avan les paiemens d inérê, une rapide dépréciaion de la livre urque e des condiions d arbirage favorable à l épargne (par exemple la dollarisaion e des aux d inérê réels posiifs) e enfin les faceurs monéaires, avec un recours aux ressources de la Banque Cenrale pour financer le défici public (seigneuriage) e un recours à l emprun à cour erme pour financer les besoins du seceur public. Aux problèmes économiques se son ajouées des crises poliiques (successions de plusieurs gouvernemens de coaliion) e un clima de quasi-guerre civile. 15 Graphique 1 : Taux de croissance du PIB Source : Banque Cenrale de Turquie A la fin des années 1970, l économie fai face à des problèmes imporans : En 1978 e 1979, la Turquie n éai même pas capable de payer ses dees exérieures. Deux programmes de sabilisaion on alors éé mis en œuvre en 1978 e en 1979 mais «à cause de l insabilié 1 Yeldan(1993) monre que les dépenses publiques en consiuen une source d inflaion imporane e Mein(1998) me en évidence l exisence d une fore relaion enre le défici public e l inflaion élevée en Turquie 10

12 économique e de la faiblesse des gouvernemens au pouvoir, les mesures prises ne son pas bien adopées» 2. Ces programmes son vie abandonnés. 120 Graphique 2 : Taux d inflaion calculé en glissemen annuel (déflaeur du PIB) Source : Banque Cenrale de Turquie En janvier 1980, où le aux d inflaion aein presque 90%, l économie urque adope un ournan radical en mean en place une poliique de changemens srucurels e de sabilisaion visan à resrucurer l économie e à parer à la récession. Cee poliique connue sous le nom de «décisions de 24 Janvier 1980» se basai sur rois axes esseniels : la réducion des inervenions de l Ea au sric minimum, la consrucion d un marché concurreniel e l ouverure de l économie urque sur l exérieur suivi de son inégraion dans le sysème économique mondial. Par conséquen le schéma de développemen auocenré a éé abandonné au profi d un passage à une économie de marché e à une sraégie de croissance irée par les exporaions. Au mois de Sepembre, pour mere fin au clima de quasi guerre civile enre l exrême droie e l exrême gauche, l armée prend le pouvoir par un coup d Ea e un régime miliaire a éé insallé. Il prendra fin en Dans la période , le programme de changemens srucurels a fourni une croissance économique souenue, comme on peu le consaer dans le graphique 1, un rééquilibrage de la posiion exérieure grâce à des exporaions rès dynamiques, mais à cause du défici budgéaire, la sabilié économique n a pas pu êre mainenue. D ailleurs, c es dans le seceur 2 Özürk, S., 2003, p

13 public que le programme a échoué: il fallai augmener les dépenses publiques réelles en augmenan les impôs e en même emps consiuer une srucure de l Ea plus efficace. Comme les réformes fiscales ne son pas menées à leur erme, l augmenaion des dépenses publiques se radui par un défici public, comme le monre le graphique 3. C es une des causes essenielles des problèmes de l économie urque, à parir de fin des années 1980 e l inflaion persise en raison noammen du financemen monéaire du défici budgéaire. Schémaiquemen, on peu dire que les élémens de base des poliiques de désinflaion de cee période reposaien sous différenes formes sur l idée d un ancrage nominal du aux de change, mais sans effors sérieux de réducion de l endeemen du seceur public. Graphique 3 : Par du solde public en % du PNB Source : Banque Cenrale de Turquie Le referendum de 1987 qui a approuvé le reour des hommes poliiques inerdis de vie publique après le coup miliaire de 1980, e la faible vicoire élecorale aux élecions anicipées on condui le gouvernemen à mener une poliique populise. Cee poliique s es raduie noammen par une poliique salariale exrêmemen généreuse (voir le graphique 4), e un arrê brual de l effor de l Ea en maière d invesissemens publics. En moins de deux ans, les salariés on rarapé leur pouvoir d acha. Ce rarapage s es fai au prix d une pere de compéiivié des produis urcs, d un désengagemen de l Ea en maière d invesissemens publics e d une inflaion rès fore due à la monéarisaion du défici 12

14 public. Ensuie, au mois d ocobre de 1988, il y a eu une fore spéculaion sur la Livre Turque. La Banque Cenrale de Turquie pensan ne pas avoir assez de ses réserves de devises pour luer conre la spéculaion a laissé floer le aux de change. Dans un environnemen où le besoin d endeemen éai à un niveau imporan, les aux d inérê on augmené. C es de cee façon que les mouvemens de libéralisaion financière on commencée. La libéralisaion financière ou bien encore, la libéralisaion des marchés financiers es l une des réformes visan la resrucuraion de l économie urque. Cee réforme concernai plusieurs poliiques à appliquer: lever les conraines sur les aux d inérê, inroduire la concurrence dans les marchés financiers ou développer ces marchés, e consruire les insiuions relaives à ces marchés de capiaux e le cadre juridique relaif à celles-ci. D après le graphique 1, on peu dire que la croissance économique a éé encouragée par la libéralisaion financière. Graphique 4 : Salaire réel dans le seceur public (indusrie manufacurière) Source : Banque Cenrale de Turquie Mais l inceriude liée aux élecions législaives e de la crise du Golfe a eu une influence négaive sur la croissance économique en Le défici budgéaire a coninué à augmener e le seceur bancaire a connu une crise de liquidié. Heureusemen, cee insabilié ne s es pas ransformée en crise imporane grâce aux réserves de la Banque Cenrale. Après les élecions de 1991, le gouvernemen s es ourné vers des soluions de cour erme e a alimené la croissance grâce à une hausse des dépenses publiques. Comme on peu le voir dans le ableau 1, les dépenses publiques qui éaien millions de $ en 1990, son passées à millions de $ en

15 Tableau 1: Les dépenses publiques en milliards de dollars Années Dépenses Publiques Source: Banque Cenrale de Turquie Pour évier d assécher le marché inérieur du crédi, le Trésor s es endeé sur les marchés érangers pour financer le défici public. Mais cee poliique budgéaire expansionnise a indui une hausse des imporaions, e une dégradaion de la balance commerciale ainsi que de la balance courane. Depuis 1985 une loi budgéaire prévoyai la possibilié pour le Trésor Public de s endeer jusqu à 200% de son défici, c'es-à-dire la différence effecive enre le versemen de l Ea e les recees prévues 3. Avec cee loi, le Trésor uilisai de plus en plus l endeemen comme une source de financemen avec comme conséquence une hausse des aux d inérê réels. En 1992, on a effecué un changemen de poliique à moyen erme e on a annulé les offres publiques alors que jusqu à cee dae, c es le Trésor qui finançai le défici par l endeemen public à cour erme en Livres Turques e on a commencé à uiliser les avances à cour erme de la Banque Cenrale que le Trésor ne rembourse pas e qui son aussi dispensées des paiemens d inérê. Vers la fin de 1993, l aversion pour la Livre Turque s es accélérée, d une par à cause de sa dépréciaion liée au niveau de l inflaion, d aure par à cause de l imposiion des revenus d inérê e enfin à cause des insiuions inernaionales qui noifie une baisse de la crédibilié de la Turquie. Le défici de la balance courane augmenan, la sorie de capiaux a posé des problèmes de ressources pour l économie e c es ainsi que la crise de 1994 a débué. Au débu de 1994, une première crise financière a éclaé suie à la naure insouenable de la poliique fiscale e au défici exérieur. Elle commence dans le seceur financier, puis elle se propage le seceur réel, menan le pays à la récession. C es la première récession depuis les réformes de 1980, mais celle-ci es rès bruale. Le PIB baisse de plus de 5%. Un programme d ajusemen srucurel connu sous le nom de «décisions de 5 Avril» a éé mis en place pour luer conre les déficis publics. Le poids de la dee dans le budge a presque doublé comme le monre le graphique 5, l inflaion dépasse la barre des 100%. Pour évier les spéculaions sur le aux de change e la sorie de capiaux, le aux d inérê a augmené e la Livre Turque 3 Cee loi a éé révisée en 1997 ou l endeemen du Trésor diminuai de 200 à 15%. 14

16 s es réévaluée. Ce plan a éé rapidemen abandonné avan les élecions législaives anicipées de 1995, sans que les problèmes srucurels soien résolus. Dans la période , la siuaion s es améliorée, mais après rois années de fore croissance, les problèmes son réapparus : on s es à nouveau ourné vers des poliiques populises, on a abandonné les poliiques de sabilisaion mises en œuvre en accord avec le FMI. L économie urque a alors coninué à s endeer à cause du besoin de financemen du seceur public. Ce endeemen s es accru de jour en jour à cause des hausses de aux d inérê réels jouan surou sur la dee domesique. Mais, la crise Asiaique en 1997, puis la crise Russe en 1998 on limié l enrée des capiaux érangers, ce qui a affaibli le sysème bancaire. Hui banques insolvables on éé reprises par l Ea au prix d un défici public accru. Tous ces effes défavorables on obligé le gouvernemen à praiquer une poliique de désinflaion à parir de Cee poliique éai basée sur un principe de ransparence, prévoyai la coordinaion des poliiques monéaires e budgéaires, visai une discipline financière par des mesures non populises dans la période où les élecions approchaien, programmai des privaisaions e prévoyai une réforme fiscale. Cee poliique a consiué une préparaion pour le programme de sabilisaion de 1999 afin d obenir l aide du FMI. A la compression de la demande inerne (due à la poliique de désinflaion) s es ajouée la baisse de la demande exerne (à cause de la crise en Russie). Conrairemen à la crise en 1994, la crise de 1999 a commencé dans le seceur réel à cause des chocs de demande exerne e inerne. Cee seconde crise es de même ampleur que celle de Dans le bu de sabiliser l économie, un programme de désinflaion a alors éé mis en place au mois de juin 1999, suie aux enreiens avec le FMI qui a accepé d accorder son aide financière. Ce programme, prévu pour la période , présenai rois objecifs principaux : Diminuer le aux d inflaion (des prix à la consommaion) à 25% en fin d année 2000, 12% pour 2001 e finalemen à 7% pour la fin de l année 2002 ; diminuer les aux d inérê réels rop élevés e augmener le poeniel de croissance économique en permean une meilleure allocaion des ressources. Pour aeindre ces objecifs, le programme éai fondé sur rois grands axes principaux de mesures : Une poliique budgéaire resricive dans le bu de diminuer le défici budgéaire, de réaliser des réformes srucurelles e des privaisaions dans les seceurs de l énergie e des élécommunicaions ; une poliique des revenus conforme à l inflaion ciblée ; une poliique monéaire resricive basée en parie sur les principes de currency board e un sysème d ancrage nominal afin de réduire la viesse de la dépréciaion de la Livre Turque (régime sof-peg) e d augmener la crédibilié face à la lue conre l inflaion. 15

17 On peu dire qu au dépar, le programme a bien fai ses preuves dès sa première année de mise en œuvre, puis que l ajusemen conrôlé de la Livre Turque a permis de peser sur les anicipaions inflaionnises e que le aux d inflaion a éé de 39% pour la fin de 2000 alors qu il éai de 80% pour 1998 e de 54% pour Ce ralenissemen de l inflaion a permis d obenir une baisse des aux d inérê réels, ce qui a souenu l acivié : les aux d inérê on aein 13% à la fin de 1999 e 6% en ocobre 2000 avan la crise. Pouran, cee amélioraion de l environnemen macroéconomique ne va pas empêcher la Turquie de connaîre la crise économique la plus grave de son hisoire moderne. En effe, le régime de sof-peg a condui à une appréciaion du aux de change réel qui a pesé sur la compéiivié des exporaions e la balance de paiemens s es dégradée. En oure, un environnemen inernaional peu favorable (dépréciaion de l euro conre le dollar d environ de 30% au cours de cee année e hausse du prix de pérole) a aggravé les déséquilibres exérieurs. Vers la fin de l année 2000, l inflaion a éé d environ 40%, 15 poins au-dessus de l inflaion ciblée. Ceci a causé une surévaluaion de 15% de la Livre Turque par rappor au dollar. Ajouée à cela la déérioraion de la parié Euro/$ d environ 30% au cours de cee année, la surévaluaion de la Livre Turque face à l Euro a éé d environ 40-45%. Les conséquences résulanes son alors : «une augmenaion de la valeur des exporaions de 6,4%, alors que les imporaions on connu un boom de 34,7% e un défici de la balance commerciale qui a doublé» 4. De plus, la non réalisaion de ceraines réformes srucurelles énoncées dans le programme elle que les privaisaions, les réglemenaions à propos des banques publiques, a engendré une réelle pere de confiance aussi bien au niveau naional qu inernaional. Cela a enraîné une diminuion des enrées de capiaux érangers conjoinemen à la diminuion de la liquidié sur le marché. Dans un el conexe, les aux d inérê on augmené, ce qui a condui à une hausse du coû de financemen des banques urques. Au débu du mois de novembre 2000, ceraines banques déenaien un nombre imporan d obligaions d Ea parmi leurs acifs. Comme elles voulaien fermer leurs posiions ouveres pour un monan de l ordre de 5 milliards de dollars, elles on cherché à vendre ces obligaions pour pouvoir préserver leurs liquidiés face à l accroissemen de leurs coûs de financemen. Cela a éé un échec car dans un el clima d inceriude les agens cherchen à reser liquide. Ces banques on commencé à subir des peres. Vers la fin du mois, les paricipans inernaionaux, ne voulan plus prendre des risques sur les banques urques, on 4 Secréaria Général de l UE, 2001, p

18 déclenché une aaque spéculaive. Une sorie massive de capiaux a donc commencé. Les réserves de la Banque Cenrale on diminué d environ de 5,5 milliards de dollars. A cause de la poliique monéaire adopée dans le cadre du programme, cee chue a provoqué une conracion monéaire : une crise de liquidié es donc apparue e les aux d inérê on augmené considérablemen. Le FMI e la Banque Cenrale on décidé de reser fermes dans le bu de ne pas saboer le programme. Tou ceci n a fai qu aggraver la siuaion. Le FMI a accordé une aide de 7,5 milliards de dollars afin de compenser la dégradaion des réserves de la Banque Cenrale e la Banque Mondiale a annoncé un suppor de 5 milliards de dollars. De plus, le Trésor a annoncé qu il garanirai inégralemen les dépôs e les crédis des banques urques. La crise de novembre s es ainsi erminée mais le bilan a éé lourd : «l augmenaion des aux d inérê, une pere considérable des réserves e une dee de 7,5 milliards de dollars à cour erme e à coû élevé ; la fragilié bancaire s es accenuée e la confiance au programme a éé ruinée» 5. A la veille de la grande crise en fin février, le marché financier éai sabilisé mais les problèmes concernan le sysème bancaire n éaien pas encore réglés. D aures banques on fai faillies e on éé reprises par l Ea. Le même enchaînemen s es reprodui rois mois plus ard à cause d une crise poliique. Les agens se son dirigés vers le dollar suie à des doues sur l avenir du programme. Le sysème bancaire qui avai éé affaibli par la première crise, s es rouvé au bord de l effondremen lorsque le sysème de paiemens inerbancaires a cessé de foncionner. La Banque Cenrale a encore une fois essayé de proéger le programme en n inervenan pas : «Les aux d inérê on aein les 5000% e le sysème de paiemens a éé paralysé» 6. Les auoriés monéaires on dû, face à cee nouvelle crise, abandonner le programme de désinflaion e on a abandonné la sysème d ancrage nominal qui a laissé sa place au régime de aux de change floan. Face à la récession de plus de 7% du PIB e au poids des inérês de la dee qui dépasse 50% du budge de l Ea (graphique 5), un aure programme d ajusemen srucurel a éé mis en place au mois de Mai 2001 pour la période Ce nouveau programme prévoyai en plus de la poliique de ciblage d inflaion qui fai l obje de ma hèse, une poliique budgéaire rès srice, un excéden primaire de 6.5% du PIB e l abandon définiif du régime de changes fixes. Il visai à réaliser les devoirs annoncés dans le Documen de Parenaria d Adhésion à l Union Européenne, à combler la pere de confiance sur la scène inernaionale e à réparer les dégâs découlan des crises économiques. Les 5 Aka, A.S., 2000, p Aka, A.S., 2000, p

19 objecifs éaien alors d une par réduire le aux d inflaion à 35%, assurer une croissance basée sur les exporaions e réaliser une meilleure allocaion de ressources e d aure par, réaliser des réformes srucurelles visan à augmener le poeniel de croissance de la Turquie. Graphique 5 : Par des inérês de la dee en % des dépenses oales Source : Banque Cenrale de Turquie Ce bref résumé des poliiques économiques mises en œuvre en Turquie depuis les années 1980 perme de dresser plusieurs consas. D un poin de vue poliique, la législaion élecorale qui repose sur un sysème d élecions proporionnelles à un our, n a pas permis l émergence de gouvernemens sables e cohérens. Ces années on éé marquées par des gouvernemens de coaliion écleciques. Cee insabilié poliique s es raduie par des poliiques économiques populises menées en dehors de oue discipline budgéaire. Les plans de sabilisaions éaien peu crédibles à cause des enjeux poliiques liés à l héérogénéié des paris poliiques regroupés dans les coaliions gouvernemenales. De plus, les poliiques de désinflaion se heuraien souven au problème de l incohérence emporelle. La poliique de désinflaion planifiée ne rese pas opimale dans des périodes suivan son adopion. Ainsi, la Banque Cenrale de Turquie n a pas pu mere en œuvre sa poliique préalablemen annoncée dans ceraines circonsances. D un poin de vue héorique, la noion de l incohérence emporelle es la première siuaion où le problème de crédibilié a apparu suie aux ravaux de Kyland&Presco(1977) e ceux de Barro&Gordon(1983). La liéraure concernan la crédibilié e ses problèmes s es 18

20 développée dans le emps e différenes soluions on éé proposées pour évier ce problème. Le ciblage d inflaion es l une de ces soluions la plus acuelle à nos jours. C es ainsi que dans le bu d évier ce problème, la Turquie a adopé une poliique de ciblage d inflaion à parir de Il s agi d une nouvelle poliique monéaire, différene des poliiques adopées précédemmen, souven proposée comme soluion au problème de l incohérence emporelle e donc, au problème de la crédibilié. C es à la fin des années de 1980 que de nombreux pays indusrialisés suivis ensuie par des pays en voie de développemen on commencé à cibler l inflaion, d où l appariion d une nouvelle poliique monéaire nommée «ciblage d inflaion». Hisoriquemen c es une nouvelle poliique basée sur un ancrage nominal de l économie, suie aux échecs des poliiques monéaires de ciblage de change e de ciblage monéaire. Il exise plusieurs façons de la définir car la définiion du régime du ciblage d inflaion peu différer d un aueur à un aure comme le fon remarquer Balengsperger e al.(2007): Bernanke e Mishkin(1997) donnen la définiion la plus simple. Pour eux, c es l annonce officielle d une cible d inflaion quaniaive ou d un inervalle de cible à aeindre dans une période déerminée. Bernanke e al.(1999) considèren le ciblage de l inflaion en an qu une «discréion conraine» combinan les avanages accordés aux règles avec celles accordées à la discréion e la définissen comme un cadre de poliique monéaire pluô qu une règle pour la poliique monéaire. Kuner&Posen(1999) on une définiion opéraionnelle pour le ciblage d inflaion en ermes d une cible d inflaion dans un calendrier spécifique, la publicaion régulière de rappors d inflaion expliquan les causes de la pression inflaionnise e la capacié de réagir à cour erme conre des chocs économiques. Pour eux, l adopion du régime du ciblage d inflaion consiue un es pour voir si la communicaion de la Banque Cenrale avec le public peu se subsiuer à des règles simples e srices. Il s agi donc d un aspec praique du déba «règles conre discréion». Pendan ce emps, Mishkin&Scmid- Hebbel(2001) on une inerpréaion plus avancée e définissen le ciblage d inflaion comme un ensemble d élémens spécifiques comprenan un engagemen insiuionnel pour la sabilié de prix, l absence de dominance fiscale, l absence d aures ancrages nominaux, l indépendance des insrumens de poliique e la ransparence e la responsabilié de la poliique. Svensson(2002) la défini comme une poliique monéaire basée sur rois élémens : un objecif chiffré d inflaion (ou un inervalle) sans aure ancrage nominal comme par exemple la masse monéaire ou le aux de change, un rôle cenral des prévisions d inflaion dans le processus de décision monéaire e une grande ransparence du processus de décision de la Banque Cenrale. Le ciblage d inflaion es un cadre de poliique monéaire caracérisé 19

21 par une annonce publique de cibles quaniaives officielles de aux d inflaion pour une ou plusieurs périodes e par un engagemen explicie d un objecif de long erme de la poliique monéaire qui es l inflaion faible e sable. Sherwin(2004) adope la même définiion que Svensson(2002), à savoir une annonce publique officielle du aux d inflaion pour une ceraine période concernan une ou plusieurs années e une poliique monéaire don l objecif primaire es une inflaion faible e sable. Enfin, le FMI(2005) défini les insiuions/les banques cenrales qui adopen le ciblage d inflaion comme des insiuions ayan une cible d inflaion officielle e publian leurs prévisions d inflaion. En fai, cee poliique de ciblage d inflaion consise en un cadre de poliique monéaire avec l annonce d une cible d inflaion e un engagemen à respecer à cee cible annoncée par la Banque Cenrale e en une sraégie de communicaion e de ransparence. Le ciblage d inflaion vise l acion sur l inflaion ; la cible d inflaion es alors l objecif final de la poliique monéaire. La Banque Cenrale uilise comme insrumens les aux d inérê à cour erme dans presque ous les pays adopan le ciblage d inflaion. Sur le plan héorique le ciblage d inflaion défini un cadre pour la poliique monéaire apporan une ceraine rigidié qui perme de canaliser e de modifier les anicipaions des agens privés de l économie, e d évier le problème de l incohérence emporelle. Le bu es l ancrage des anicipaions d inflaion sur la cible proposée puisque l inflaion es déerminée concrèemen par le comporemen des agens de l économie qui déerminen leur comporemen en foncion de leur anicipaion d inflaion fuure e qu elle es largemen expliquée par les anicipaions d inflaion qui deviennen le canal privilégié de la poliique monéaire. Dès lors, il es esseniel pour la Banque Cenrale que ces agens croien en sa capacié à aeindre ses objecifs d inflaion pour que ceux-ci puissen se réaliser, d où l imporance de la communicaion enre les agens e la Banque Cenrale. La Banque Cenrale va essayer alors de rendre son acion plus prévisible e plus lisible par les agens e donc, de réduire la volailié sur les marchés. Il s agi donc d une règle de décision qui vise à accroîre la ransparence auour de la poliique menée par une Banque Cenrale comme l indique Bernanke(2000) ; celle-ci va donc fournir oue informaion uile concernan sa sraégie, ses analyses, ses décisions de poliique monéaire ainsi que ses procédures e les résulas de son évaluaion régulière des évoluions économiques, de façon claire e en emps voulu. D une par les règles annoncées von aider la Banque Cenrale à renforcer sa crédibilié dans la mesure où celle-ci va êre moins inciée à jouer sur l arbirage à cour erme enre les variaions de la producion e l inflaion, qui peu avoir endance à créer un biais inflaionnise ; d aure par, cela peu aider les agens privés e les marchés à comprendre le 20

22 mode de réponse sysémaique de la poliique monéaire aux évoluions économiques e aux chocs, e à aniciper ainsi l orienaion globale de la poliique monéaire à moyen erme. Ils peuven ainsi élaborer des anicipaions plus efficaces e plus exaces à condiion qu ils sachen uiliser oue informaion disponible, c es-à-dire qu ils fassen des anicipaions raionnelles. Dans ce cas, cela va permere une mise en œuvre plus rapide des modificaions de la poliique monéaire dans les variables économiques e financières e une accéléraion des ajusemens économiques amélioran ainsi l efficacié de la poliique. L efficacié de la poliique monéaire repose alors en grande parie sur la capacié de la Banque Cenrale à influencer, voire «piloer» ces anicipaions. En faisan cela, la ransparence de la Banque Cenrale joue un rôle rès imporan : Elle indique aux agens privés de l économie que la Banque Cenrale es responsable des résulas qu elle obien, d où une discipline plus imporane dans la mise en œuvre de la poliique monéaire : «la poliique monéaire es plus efficace lorsque les marchés en comprennen les objecifs e le rappor enre ces objecifs e le rappor enre ces objecifs e les mesures prévues» 7. Cependan une fois que la Banque Cenrale annonce ses objecifs d inflaion desinés à offrir à la poliique monéaire un poin d ancrage nominal qui prouve l aachemen de la Banque Cenrale à la sabilié de prix, elle a des engagemens e dans le bu de renforcer ces engagemens un cerain nombre de procédures e d organisaions insiuionnelles son spécifiés parmi lesquelles la plus imporane es l indépendance de la Banque Cenrale. Les pays adopan la poliique de ciblage d inflaion on ous des Banques Cenrales indépendanes, ce qui conribue à les rendre plus crédible sur leurs engagemens. Une fois que la Banque Cenrale es indépendane, elle n a qu un seul objecif unique, la sabilié de prix. Dans ce cas, la Banque Cenrale n a pas de risque de confli enre une muliude d objecifs. De ce fai, les agens privés von faire davanage confiance en la Banque Cenrale e en ce qui concerne le respec de ses objecifs : un bon ancrage des anicipaions sera ainsi assuré. L efficacié e la réussie d une poliique monéaire, plus pariculièremen d une poliique de ciblage d inflaion dépenden alors de sa crédibilié. Dans la liéraure, il exise plusieurs ravaux héoriques e empiriques consisan à évaluer les effes e le rôle de la crédibilié sur des poliiques de désinflaion. Ceux-ci obiennen ous le même résula : Une poliique de désinflaion es d auan plus efficace qu elle es crédible. Une poliique de désinflaion es crédible si elle es anicipée raionnellemen par les agens privés e si les anicipaions 7 Croce&Khan, 2000, p

23 coïnciden avec l acion réellemen menée. Donc, la crédibilié d une Banque Cenrale e la réussie de sa poliique es basée sur la confiance des agens privés de l économie, d où on peu définir la crédibilié d une poliique de ciblage d inflaion comme le degré de confiance des agens privés dans la déerminaion e la capacié de la Banque Cenrale à suivre la poliique monéaire e à aeindre les objecifs qu elle a annoncés. On vien de voir que la Turquie a fai face à un problème d inflaion chronique e élevé e qu elle devai absolumen résoudre ce problème car l inflaion enraînai des coûs imporans comme la diminuion de la valeur de la liquidié e des encaisses réelles, la disorsion des prix relaifs, un risque pour l invesissemen. Pour cela, elle a mis en œuvre différenes poliiques de désinflaion mais ces poliiques se son souven heurées à un problème d incohérence emporelle e donc, à un problème de crédibilié aussi bien au niveau naional qu inernaional e on échoué. On ne peu donc pas s aendre à ce que la Turquie puisse réduire son aux d inflaion ou que les poliiques de désinflaion adopées en Turquie soien efficaces sans augmener le degré de la crédibilié de la poliique monéaire. On sai qu après l échec de la dernière poliique de désinflaion, la Turquie a commencé à adoper une poliique de ciblage d inflaion laquelle, à son our, es considérée comme une poliique proposée comme soluion au problème de la crédibilié. Dans ce ravail, nous allons nous focaliser sur la poliique de ciblage d inflaion adopée en Turquie. Nore objecif sera d éudier la crédibilié e l efficacié de cee poliique enre janvier 2002 e fin Dans un premier chapire on va se focaliser sur la mise en œuvre de la poliique de ciblage d inflaion e plus pariculièremen sur l expérience urque. Dans un premier emps on va essayer de comprendre pourquoi la Turquie a mis en œuvre une elle poliique de désinflaion. On vien de voir que la Turquie a fai face à une inflaion chronique e élevée pendan de longues années. L origine de cee inflaion se résidai en grande parie sur le financemen du défici public par créaion monéaire, d où l appariion du seigneuriage comme un faceur affaiblissan le degré de la crédibilié des poliiques monéaires adopées jusqu au ciblage d inflaion. Donc, le seigneuriage e son évoluion seron un premier poin sur lequel on va insiser e on va aussi voir commen la Turquie a pu passer du seigneuriage au ciblage d inflaion. Dans un deuxième emps, après avoir examiné de près la poliique de ciblage d inflaion avec sa définiion déaillée, ses condiions d adopion, les avanages qu elle procure e les criiques qui lui son adressées ainsi que les expériences de différens pays qui l on adopée, on va se focaliser sur l expérience urque de ciblage d inflaion. On va essayer de comprendre le mécanisme de cee poliique en Turquie avec les propriéés e les circuis 22

24 de ransmission ; on va erminer ce chapire par un premier bilan macroéconomique de ciblage d inflaion en Turquie afin de voir si elle a pu faire ses preuves dans les premières années de son adopion e si oui, on pourra considérer cee poliique en an qu une poliique monéaire efficace amélioran le degré de la crédibilié de la Banque Cenrale de Turquie. Dans le second chapire, on va essayer de voir en quoi la poliique de ciblage d inflaion consise à améliorer le degré de la crédibilié. Pour ce faire, on va d abord proposer une revue de la liéraure sur l évoluion de la héorie de la crédibilié en l illusran avec un modèle économique. A parir de ce modèle, on va essayer de comprendre d abord commen le problème de la crédibilié apparaî ; ensuie, on va appliquer ce modèle à chaque soluion proposée conre le problème de l incohérence emporelle y compris le ciblage d inflaion ou en cherchan à voir la meilleure soluion. En second lieu, nore poin de dépar sera les ravaux empiriques concernan les moyens d améliorer le degré de la crédibilié e on va essayer de mere en évidence les mesures e les moyens pour améliorer la crédibilié qui fon que le ciblage d inflaion es une soluion au problème de la crédibilié ; C es-à-dire en quoi le ciblage d inflaion es une soluion pour évier le problème de la crédibilié. On va erminer ce chapire par une revue de la liéraure empirique concernan les ess e les méhodes servan à mesurer la crédibilié. Vu l imporance des anicipaions des agens privés e des marchés pour la réussie d une poliique monéaire, plus pariculièremen pour la poliique de ciblage d inflaion, dans un roisième chapire on va essayer de mesurer la crédibilié de la poliique de ciblage d inflaion à parir des anicipaions d inflaion des agens privés e des marchés. On va commencer par le côé des agens privés. Après avoir brièvemen décri les enquêes d inflaion qui mesuren les aux d inflaion anicipés par les agens privés, on va qualifier ces anicipaions par des analyses graphiques e économériques des erreurs d anicipaion commises par des agens privés urcs, dans le bu de voir si on peu uiliser comme des indicaeurs de la crédibilié. Dans la liéraure, on uilise les anicipaions d inflaion pour mesurer la crédibilié quand ces anicipaions son raionnelles. Comme les anicipaions ne son pas raionnelles, on va faire une mesure «imparfaie» de la crédibilié par calculer l écar de la crédibilié en prenan la différence enre les aux d inflaion anicipés pour différens délais e la cible d inflaion : Plus la différence es peie, plus le degré de la crédibilié de la Banque Cenrale de Turquie e de sa poliique de ciblage d inflaion es élevé. Après la mesure de la crédibilié à parir des anicipaions d inflaion des agens privés, on va passer au côé du marché secondaire urc. Cee fois-ci on va parir du calcul des courbes de rendemen. On va d abord examiner les propriéés des courbes de rendemen e mere en 23

25 évidence le lien enre une courbe de rendemen e le degré de la crédibilié : L exisence d une courbe de rendemen inversée va nous signaler l exisence des anicipaions à la baisse du aux d inflaion e donc une Banque Cenrale crédible. On va calculer les courbes de rendemen en Turquie pour la période de ciblage d inflaion implicie e en déerminer la naure. On va erminer ce chapire en analysan l évoluion des courbes de rendemen d une année à l aure. Dans le quarième chapire, on va essayer de voir si les chocs géopoliiques e/ou économiques on influencé l efficacié e donc, la crédibilié de la poliique de ciblage d inflaion en Turquie. On va ou d abord idenifier les différens chocs qui on eu lieu duran cee période. Puis, on va parir de l idée que ces chocs peuven perurber l efficacié de la poliique de ciblage d inflaion en se basan sur le canal de ransmission du aux direceur de la Banque Cenrale sur le marché inerbancaire : La poliique de ciblage d inflaion es efficace quand le aux direceur de la Banque Cenrale influence le aux direceur du second marché. La seconde éape de l analyse va consiser en une éude économérique de la dynamique de long erme du aux d inérê direceur de la Banque Cenrale e du aux d inérê du second marché. La dernière éape de l analyse sera basée sur les différenes anicipaions d inflaion afin de comprendre commen ces anicipaions son affecées dans des périodes de chocs. Ainsi, une hausse des anicipaions d inflaion va nous indiquer une baisse de la crédibilié de la poliique de ciblage d inflaion. 24

26 Encadré : Chronologie de la Turquie 1963 : Premier plan quinquennal. Planificaion de la sraégie de développemen auocenré. Juin 1963 : Signaure de l accord de parenaria enre la Turquie e la communaué Economique Européenne, prévoyan la consiuion d une Union Douanière e, à erme, l enrée de la Turquie dans la Communaué. Ocobre 1965 : Elecions législaives. Gouvernemen de S. Demirel (droie libérale modérée) don le «Pari de la Jusice» obien 52,9% des suffrages : Radicalisaion du mouvemen éudian : Elecions législaives. Gouvernemen de S. Demirel recondui. Mars 1971 : Démission du gouvernemen Demirel sous la pression des miliaires. Ocobre 1973 : Elecions législaives, coaliion formée du Pari Républicain du Peuple de B. Ecevi (gauche naionalise) e du Pari du Salu Naional de N. Erbakan (islamise). Juille 1974 : Invasion de Chypre. Mai 1977 : Massacre du 1 er mai à Isanbul (34 mors) Juin 1977 : Elecion législaive. Vicoire du Pari Républicain du Peuple de B. Ecevi (42%) : Crise poliique, démission du gouvernemen d Ecevi, gouvernemen minoriaire de Demirel. Violences poliiques e civiles (plusieurs milliers de mors). Janvier 1980 : Adopion d une sraégie de croissance irée par les exporaions dans une économie de marché. Sepembre 1980 : Coup d Ea miliaire : Régime miliaire. Suppression des drois fondamenaux. Novembre 1983 : Elecions législaives. Les anciens paris son inerdis e leurs leaders son déchus de leurs drois civiques. Vicoire de l ANAP (46%). Gouvernemen de T. Özal jusqu en 1989 (droie modérée). Novembre 1983 : Proclamaion de la République Turque du Nord de Chypre. Aoû 1984 : Débu de la guérilla kurde du PKK ( mors en 15 ans). Avril 1987 : La Turquie pose officiellemen sa candidaure à la CEE. Juin 1987 : Referendum sur le reour à la vie publique des hommes poliiques exclus depuis le coup d Ea de Désaveux pour le gouvernemen Özal : les anciens leaders rerouven leurs drois civiques. Novembre 1987 : Elecions législaives anicipées, reconducion du gouvernemen Özal. Poliique populise. Arrê de la poliique d invesissemens massifs dans le seceur public 1989 : Ouverure du compe de capial e converibilié de la Livre Turque. Ocobre 1991 : Elecions législaives anicipées. Coaliion gouvernemenale cenre droi, cenre gauche. Mars 1994 : Crise financière puis récession. Inervenion du FMI. Programme d ajusemen srucurel. Décembre 1995 : Abandon du programme d ajusemen srucurel. Elecions législaives anicipées. Le Refah (islamise) de N. Erbakan devien la première formaion poliique du pays (21%), mais es exclu du gouvernemen de coaliion dirigé par T. Çiller (droie libérale). Juin 1996 : Crise poliique. N. Erbakan (islamise) devien Premier Minisre e T. Çiller Vice-Premier Minisre. Juin 1997 : Démission du gouvernemen d Erbakan sous la pression des miliaires e gouvernemen minoriaire de coaliion : Crise économique. Récession de 4.7 %. Appel au FMI. Février 1999 : Capure du chef du PKK A. Öcalan e fin de la guérilla kurde. Avril 1999 : Elecions législaives anicipées, B. Ecevi Premier Minisre d un gouvernemen de coaliion formé d un pari de gauche naionalise, d un pari de droie naionalise e de l ANAP. Aoû 1999 : Tremblemen de erre à Izmi ( mors) Décembre 1999 : Somme d Helsinki. L U. E. accorde à la Turquie le sau de candida à la candidaure. Janvier 2000 : Plan d ajusemen srucurel avec l aide du FMI. Février 2001 : Crise financière. Récession de 7,5%. Nouveau plan d ajusemen srucurel. Avril 2001 : Loi numéro 4651 par laquelle la Banque Cenrale de Turquie devien indépendane. Janvier 2002 : Passage à la poliique de ciblage d inflaion implicie Novembre 2002 : Elecions législaives anicipées. Majorié absolue des siéges pour le Pari de la Jusice e du développemen de R. Erdoğan (islamise démocrae). Tous les anciens paris son laminés. Mars 2003 : Guerre en Irak Juin 2003 : Somme du Conseil d Europe (inquiéudes sur les négociaions enre la Turquie e l Union Européenne) Avril 2004 : Référendum sur la réunificaion de Chypre. Les Chyprioes urcs voen pour, les Chyprioes grecs conre. Sepembre 2004 : Discussions sur le nouveau code pénal Décembre 2004 : Somme des chefs d Ea européens qui auorise le débu des négociaions en vue de l adhésion de la Turquie pour le 3 ocobre Janvier 2005 : Réforme monéaire (passage à la nouvelle Livre Turque) Janvier 2006 : Passage à la poliique de ciblage d inflaion explicie 25

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

4. "SEPO" - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE

4. SEPO - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 46 4. "" - UN MÉTHD UR L'AUT- ÉVALUATIN T UR L RJT-ILT 4.1 Inroducion (angl.:w) es un ouil pour l'auoévaluaion e pour les projes-piloe. Il a éé élaboré lors de

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63 La souenabilié de la poliique budgéaire dans la zone Uemoa (union économique e monéaire oues-africaine) : essai d évaluaion héorique e empirique. Felwine Sarr *, LEO, Universié d Orléans, janvier 2005

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES par Paul CHAMPSAUR e Jean-Philippe COTIS - AVRIL 2010 Par leres de mission en dae du 15 février 2010, le Présiden de la République a demandé à M. Paul CHAMPSAUR,

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

de rentiers en cours de service

de rentiers en cours de service Les Allocaion normes d acifs IFRS d un en assurance régime de reniers en cours de service 27 e journée de séminaires acuariels ISFA Lyon e ISA-HEC Lausanne Frédéric PLANCHET Pierre THEROND 3 décembre 2004

Plus en détail

Économie internationale

Économie internationale ECOLE POLYTECHNIQUE Recueil Programme d approfondissemen Économie Économie inernaionale Texes de conrôles des connaissances proposés les années anérieures Déparemen d Économie Promoion 006 Année 3 Période

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Calcul économique et risque. Comment intégrer le risque dans le calcul économique?

Calcul économique et risque. Comment intégrer le risque dans le calcul économique? Calcul économique e risque Commen inégrer le risque dans le calcul économique? Chrisian Gollier Universié de Toulouse (IDEI e LERNA) Février 25 Résumé : Dans ce aricle, j explique pourquoi il es raisonnable

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE POUR LE CALCUL DES EFFECTIFS ET CELUI DE LA MASSE SALARIALE(*)? (*) Le calcul de la masse salariale indique à l enreprise l assiee de sa paricipaion, c es-à-dire la somme

Plus en détail

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V Temporisaion e monosable Conrôleurs de roaion XSA-V Manuel didacique Version Française TE Sommaire Chapire Page Temporisaion - Lecure des hisogrammes 3. Définiion 3.2 Bu 3.3 Principe de foncionnemen 3.3.

Plus en détail

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry Cas d'éude : Eco-quarier Villeneuve à Chambéry Nom du proje : Adresse du proje : Nom e ype de propriéaire : Conac : Eco-quarier Villeneuve ZAC du Coeau F-Cognin SCDC, Gesionnaire de réseau 193 Rue du pré

Plus en détail

THÈSE. DOCTEUR Spécialité : Sciences de l ingénieur Mention : AUTOMATIQUE

THÈSE. DOCTEUR Spécialité : Sciences de l ingénieur Mention : AUTOMATIQUE THÈSE Présenée à L Universié Paul Verlaine - Mez UFR Mahémaiques, Informaique, Mécanique Pour obenir le ire de DOCTEUR Spécialié : Sciences de l ingénieur Menion : AUTOMATIQUE Par Mohammed DAHANE Tire

Plus en détail

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS هيي ة التوظيف الجماعي للقيم المنقولة الشركة العامة بطاقة بيانية SICAV SG VALEURS OPCVM DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE OPCVM conforme aux normes GIPS (Global Invesmens Sandards) Fiche Signaléique SG VALEURS Averissemen

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Diagnostics Prévisions et Analyses Économiques N 75 Juin 2005

Diagnostics Prévisions et Analyses Économiques N 75 Juin 2005 Diagnosics Prévisions e Analyses Économiques N 75 Juin 005 Les indicaeurs de la poliique monéaire 1 L orienaion de la poliique monéaire, c es-à-dire la quesion de savoir si l environnemen monéaire souien

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants.

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants. Exercice 1 : évoluions e pourcenages La populaion d une ville éai de 150 000 habians en 2000. Elle s es accrue chaque année de 20 000 habians. Calculer l augmenaion en pourcenage de 2000 à 2001, de 2001

Plus en détail

TRAITEMENT DU SIGNAL

TRAITEMENT DU SIGNAL Spé y -4 Devoir n TAITMNT D SIGNAL Parie I OMPOTMNT DYNAMIQ D N LAM D QATZ On considère une lame de quarz, cylindrique, de secion S consane, d axe Ox (de veceur uniaire r u X ), don les deux faces e en

Plus en détail

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012 Théorème de Cauchy-Lipschiz e applicaions Lefeuvre homas & Ginguené franck 30 mars 01 1 Table des maières 1 Théorème du poin fixe 3 1.1 Énoncé.......................................... 3 1. Démonsraion.....................................

Plus en détail

Indicateurs du milieu éducatif

Indicateurs du milieu éducatif Indicaeurs du milieu éducaif 1. Inroducion : n marge de la conférence T éducaion our ous (FA) de Jomien (1990), un groue consulaif a mis en lace des direcives echniques afin de recueillir, analyser les

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005 DOCUMENT DE TRAVAIL LA QUALITÉ DE L EMPLOI L EN FRANCE : TENDANCE ET CYCLE FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51 novembre 2005 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND CEDEX TÉL.

Plus en détail

Thème 3: Les instruments financiers

Thème 3: Les instruments financiers Thème 3: Les insrumens financiers Inroducion Evaluaion e compabilisaion des acions Evaluaion e compabilisaion des obligaions Cas pariculiers de la gesion des ires - acions propres Thème 3: Les insrumens

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

) 5'.,! URDOC-2. INSTALLATION PRECOCE DU RIZ identiftcation des pratiqaes paysannes et des contraintes. bso. OFFICE ou NIGER DADR - Ségou

) 5'.,! URDOC-2. INSTALLATION PRECOCE DU RIZ identiftcation des pratiqaes paysannes et des contraintes. bso. OFFICE ou NIGER DADR - Ségou OFFCE ou NGER DADR - Ségou URDOC-2 République du Mali =*=.f=+=q=+=*=*= Un Peuple Un Bu Une Foi NSTALLATON PRECOCE DU RZ idenifcaion des praiqaes paysannes e des conraines Yacouba M. COULBALY Mamadi N.

Plus en détail

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon Soluions auo-similaires e espaces de données iniiales pour l équaion de Schrödinger Fabrice Planchon Résumé. On démonre que pour des peies données iniiales dans Ḃ 1, (R3 ), l équaion de Schrödinger non

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Les Notes de l Institut d émission

Les Notes de l Institut d émission Les Noes de l Insiu d émission Aoû 2012 Déerminans des échanges de biens e compéiivié dans une économie monoexporarice : 164 rue de Rivoli 75001 Paris 01 53 44 41 41 - élécopie 01 44 87 99 62 Sommaire

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

A la Recherche des Facteurs Déterminants de l Intégration Internationale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel

A la Recherche des Facteurs Déterminants de l Intégration Internationale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel A la Recherche des Faceurs Déerminans de l Inégraion Inernaionale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel AROURI Mohamed El Hedi EconomiX Universié Paris X Nanerre Bâ G, 200, av. de la

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L.

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L. 14/1/6 Quesion : Commen régler correcemen le déclencheur élecronique STRE23SE? Réponse : Les déclencheurs élecroniques STRE23SE se monen indifféremmen sur les compacs NS 4 e NS 63 de ype N, H ou L. Le

Plus en détail

Insertion professionnelle et départ du domicile parental : une relation complexe

Insertion professionnelle et départ du domicile parental : une relation complexe Inserion professionnelle e dépar du domicile parenal : une relaion complexe Thomas Couppié, Céline Gasque * L'enrée dans la vie adule es un phénomène mulidimensionnel don la complexificaion es soulignée

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE : UNE APPROCHE MULTIDIMENSIONNELLE DE LA NOTION DE LIQUIDITÉ

PREMIÈRE PARTIE : UNE APPROCHE MULTIDIMENSIONNELLE DE LA NOTION DE LIQUIDITÉ PREMIÈRE PARTIE : UNE APPROCHE MULTIDIMENSIONNELLE DE LA NOTION DE LIQUIDITÉ INTRODUCTION À LA PREMIERE PARTIE «Because liquidiy, like pornography, is easily recognized bu no easily defined, we begin our

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Équité et redistribution du système de retraite français sur le cycle de vie

Équité et redistribution du système de retraite français sur le cycle de vie Équié e redisribuion du sysème de reraie français sur le cycle de vie Version provisoire Ne pas cier Yves Dubois* e Anhony Marino* Sepembre 204 Inroducion 2 I. Indicaeurs de conribuivié e de redisribuion

Plus en détail

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun WP/13/144 Viabilié budgéaire, invesissemen public e croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naurelles: le cas du Cameroun Issouf Samake, Priscilla Muhoora e Bruno Versailles 2013

Plus en détail

aviva.fr Aviva Senséo Médical PRÉVOYANCE INDIVIDUELLE Notice Note d information Assurance et Epargne Long Terme

aviva.fr Aviva Senséo Médical PRÉVOYANCE INDIVIDUELLE Notice Note d information Assurance et Epargne Long Terme aviva.fr Aviva Senséo Médical PRÉVOYANCE INDIVIDUELLE Noice Noe d informaion Assurance e Epargne Long Terme Aviva Senséo Médical Noice Aviva Senséo Médical... 1 à 11 SOMMAIRE ARTICLE 1 ARTICLE 2 Préambule

Plus en détail

La prise en compte de variables explicatives dans les modèles de séries temporelles : application à la demande de transport et au risque routier

La prise en compte de variables explicatives dans les modèles de séries temporelles : application à la demande de transport et au risque routier La prise en compe de variables explicaives dans les modèles de séries emporelles : applicaion à la demande de ranspor e au risque rouier Ruh Bergel-Haya To cie his version: Ruh Bergel-Haya. La prise en

Plus en détail

Rentabilité bancaire et taux d intérêt de marché : Une. Une application aux principaux systèmes bancaires européens sur la période 1988-1995.

Rentabilité bancaire et taux d intérêt de marché : Une. Une application aux principaux systèmes bancaires européens sur la période 1988-1995. Renabilié bancaire e aux d inérê de marché : Une applicaion aux principaux sysèmes bancaires européens sur la période 1988-1995 Daniel Goyeau, Alain Sauvia, Amine Tarazi To cie his version: Daniel Goyeau,

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme

Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme Migraions e proecion sociale : éude sur les liens e les impacs de cour e long erme Xavier Chonicki*, Cécily Defoor*, Carine Drapier*, Lionel Rago* Dir. cienifique : Hillel Rapopor* Rappor pour la Drees-Mire

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

L oscilloscope numérique

L oscilloscope numérique L oscilloscope numérique Ce documen résume le principe de foncionnemen d un oscilloscope numérique e déaille les réglages possibles du modèle uilisé en séance de ravaux praiques. 1 Principe de foncionnemen

Plus en détail

Pirsoul Cindy SESP 1200 Macroéconomie lolablue@swing.be SESP 1200. Pirsoul Cindy lolablue@swing.be

Pirsoul Cindy SESP 1200 Macroéconomie lolablue@swing.be SESP 1200. Pirsoul Cindy lolablue@swing.be Macroéconomie SESP 1200 Pirsoul Cindy lolablue@swing.be Microéconomie : comporemen d un individu pariculier (ravailleur, firme, ) Macroéconomie : descripion de l économie dans son ensemble (ineracions)

Plus en détail

Les nouveautés d Excel 2016

Les nouveautés d Excel 2016 EXCEL 2016 Office 2016 - Excel, Word, PowerPoin e Oul ook Les nouveaués d Excel 2016 Uiliser la sélecion muliple dans les filres à segmen Les segmens, uilisés dans des ableaux de données ou des ableaux

Plus en détail

GENERATEURS DE HAUTE TENSION

GENERATEURS DE HAUTE TENSION ours de A. Tilmaine HAPITRE VII GENERATEURS DE HAUTE TENSION Les généraeurs de haue ension son uilisés dans : a) les laboraoires de recherche scienifique ; b) les laboraoires d essai, pour eser les équipemens

Plus en détail

Certificat par Techniques de l'ingénieur:

Certificat par Techniques de l'ingénieur: CYCLE Managemen de proje echnique (Ref : 3453) Acquérir les echniques de piloage e la dimension managériale pour réussir ses projes SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Organiser e piloer ses projes par

Plus en détail

Stabilité des prix et stratégie de politique monétaire unique

Stabilité des prix et stratégie de politique monétaire unique Sabilié des prix e sraégie de poliique monéaire unique Chrisian Bordes 1 e Lauren Clerc 2 Décembre 2003 Résumé Ce aricle pore sur l objecif de sabilié des prix dans le cadre de la sraégie de poliique monéaire

Plus en détail

Formation connaître l acheteur public : mode d'emploi pour devenir un partenaire durable (Ref : EN1) Découvrez le programme

Formation connaître l acheteur public : mode d'emploi pour devenir un partenaire durable (Ref : EN1) Découvrez le programme Formaion connaîre l acheeur public : mode d'emploi pour devenir un parenaire durable (Ref : EN1) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier les acheeurs publics, les inerlocueurs clés e leurs besoins

Plus en détail

Réforme de l'urbanisme commercial (Ref : KL11) Comment défendre la diversité commerciale sur votre territoire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Réforme de l'urbanisme commercial (Ref : KL11) Comment défendre la diversité commerciale sur votre territoire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION Commen défendre la diversié commerciale sur vore errioire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Maîriser le disposiif de l'urbanisme commercial Faire le poin sur l'acualié

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes PTSI PT AUTOMATIQUE des sysèmes Table des maières 1 LA CHAINE FONCTIONNELLE 1 1.1 STRUCTURE FONCTIONNELLE... 1 1.2 CHAINE D ENERGIE... 1 1.3 CHAINE D INFORMATION... 2 2 LES ACTIONNEURS 3 2.1 LES VERINS

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

Délégation de la gestion de portefeuille : choix d investissement et des frais de gestion dans un cadre en temps continu

Délégation de la gestion de portefeuille : choix d investissement et des frais de gestion dans un cadre en temps continu HEC Monréal A liée à l Universié de Monréal Délégaion de la gesion de porefeuille : choix d invesissemen e des frais de gesion dans un cadre en emps coninu par Tarek Masmoudi Déparemen de Finance Thèse

Plus en détail

PHYSIQUE. Partie préliminaire

PHYSIQUE. Partie préliminaire PHYSIQUE Les différenes paries de ce problème son dans une large mesure indépendanes Seules les argumenaions précises e concises seron prises en compe en réponse aux quesions qualiaives Parie préliminaire

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Documen d éudes direcion de l'animaion de la recherche, des éudes e des saisiques Numéro 167 Décembre 2011 FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Yves DUBOIS 1 Jean-Olivier HAIRAULT 2 Thomas

Plus en détail

Certificat par Techniques de l'ingénieur:

Certificat par Techniques de l'ingénieur: CYCLE Performance indusrielle : audi e mise en oeuvre (Ref : 3582) Carographie des poeniels d économie, applicaion du Plan d'efficacié Energéique SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Dérouler chaque éape

Plus en détail

Relevé de compte COMPTE DE PARTICULIER - en euros

Relevé de compte COMPTE DE PARTICULIER - en euros Relevé de compe COMPTE DE PARTICULIER - en euros Vos conacs Vore Banque à Disance, 24 h/24 Code clien Barbara MARTINON : 12345678 Inerne : pariculiers.socieegenerale.fr Inerne mobile : socieegenerale.mobi

Plus en détail

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION Parie 1 - Secion 1.5 Reour aux bases de la phoographie Parie 1 L' EXPOSITIO Secion 1.5 Synhèse Exposiion Indices de Luminaion IL (EV) 1 Synhèse des valeurs Rappel des échelles normalisées des différens

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie bandes de ranspor e de process Bandes de ranspor à économies Calculez désormais en ligne vos économies www.ampmiser.com poenielles! Siegling oal beling soluions Bandes de ranspor à économies Opimiser la

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique.

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique. CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2 Relaion enre noaion sociale e srucure financière des enreprises : une éude empirique. GIRERD-POTIN Isabelle, LOUVET Pascal, GARCES-JIMENEZ Sonia Unié Mixe de Recherche

Plus en détail

11 ème réunion du Comité des Zones Humides Méditerranéennes 5 juillet 2012, Bucarest, Roumanie

11 ème réunion du Comité des Zones Humides Méditerranéennes 5 juillet 2012, Bucarest, Roumanie 11 ème réunion du Comié des Zones Humides Médierranéennes 5 juille 2012, Bucares, Roumanie Doc MWC11.04 Plan de Travail Sraégique MedWe 2012-2015 L'Info MWC11.02 a analysé le niveau de réalisaion du plan

Plus en détail

EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE

EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE Temps impari = 1 heure ; Tous documens auorisés excepé la copie du voisin(e) Lire ou l énoncé avan de commencer. Le besoin en énergie élecrique à bord

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion : Maîriser les obligaions alimenaires e assurer leur recouvremen (Ref : 3338) Cadre juridique de l'obligaion alimenaire e sa récupéraion OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender l'obligaion

Plus en détail

Les indicateurs avancés de l inflation en RD. Congo

Les indicateurs avancés de l inflation en RD. Congo Les indicaeurs avancés de l inflaion en RD. Congo Henry N. MUGANZA 1 Absrac This sudy aims o idenify he leading of inflaion indicaors of moneary policy in DRC. The resuls reveal ha he mos relevan inflaion

Plus en détail

Cas d'étude : Eco-quartier solaire du Triangle Sud à Montmélian

Cas d'étude : Eco-quartier solaire du Triangle Sud à Montmélian Cas d'éude : Eco-quarier solaire du Triangle Sud à Monmélian Nom du proje : Adresse du proje : Nom e ype de propriéaire : Conac : Eco-quarier solaire du Triangle Sud Triangle Sud F-Monmélian Ville Monmélian

Plus en détail