VADEMECUM PERSONAL FINANCIAL PLANNING Dernière révision octobre

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VADEMECUM PERSONAL FINANCIAL PLANNING Dernière révision octobre 2015 1"

Transcription

1 VDEMECUM PERSONL FINNCIL PLNNING rnière révision octobre Ce document tente de donner un aperçu des taux en usage dans le planning financier personnel au niveau de l impôt des personnes physiques, de l impôt des sociétés, des droits de donation et de succession pour les différentes régions. fin de préserver la simplicité d emploi, tous les taux n ont pas été repris! Ce document a donc la vocation d être un pense-bête et il n au aucune prétention d exhaustivité. plus il faut savoir que la majorité des chiffres sont régulièrement adaptés. TUX IMPOT DES PERSONNES PHYSIQUES... 2 TUX IMPOT DES SOCIETES... 2 REVENU IMMOBILIER... 4 PLUS-VLUES DE CESSTION... 5 DEDUCTION DES INTERETS NOTIONNELS... 5 SECURITE SOCILE... 5 Cotisations de la Sécurité sociale... 5 pension MIN / MX... 5 Incapacité de travail et invalidité... 6 llocations familiales... 7 Travail permis après la retraite... 7 PENSION EXTR LEGLE... 8 règle de 80%... 8 TUX SUCCESSION... 9 Région flamande... 9 Droits de donation... 9 Biens immobiliers... 9 réduit terrain à bâtir Biens mobiliers Droits de succession Exonération de l habitation familiale Région de Bruxelles Capitale Droits de donation Biens immobiliers maisons d habitation art. 131 bis Biens meubles Droits de succession Région wallonne Droits de donation Généralités Droits de donation sur biens meubles sur l habitation principale art. 131 ter Droits de succession COHBITNTS vs. EPOUX INDEXTION Pour les chiffres les plus récents, voyez sur

2 TUX IMPOT DES PERSONNES PHYSIQUES Tranches de revenu I 2016 % Impôt Cumulé 0 jusqu à % 2.177, , jusqu à % , jusqu à % , jusqu à % 7.744, ,00 plus de % Montants exonérés I 2016 par contribuable* pour pour pour pour pour > majoration par enfant > 4 enfants augment. si pas de mère d accueil et l enfant < 3 ans 560 * augmentation si revenu < ** enfants handicapés comptent double Frais profess. forfaitaires Travailleurs I jusqu à ,00% jusqu à ,00% plus de ,00% Max Profits I jusqu à ,70% jusqu à ,00% jusqu à ,00% plus de ,00% Max Chefs d entreprise I 2016 plus de 0 3,00% Max TUX IMPOT DES SOCIETES taux impôt des sociétés 2015 Normal imp. crise Total normal 33% 3% 33,99% réduit 0 jusqu à ,25% 3% 24,98% jusqu à ,00% 3% 31,93% jusqu à ,50% 3% 35,54% 2

3 Conditions taux réduit (rt. 215 CIR) 1 pas pour les sociétés financières 2 actions 50% en mains de personnes physiques 3 dividende 13pct capital versé en début d exercice 4 salaire chef d entreprise EUR (ou au moins revenu imposable de la société) 5 pas un centre de coordination 6 pas de société d investissement 3

4 REVENU IMMOBILIER Coefficient d indexation: 1,7057(i. 2016) Coefficient de revalorisation: 4,23 (i. 2016) En cas d une location privée. Usage privé Habitation propre emprunt < 1/1/2005 RC*index déduct. habit. - intérêts pas d emprunt < pas d imposition 1/1/2005 Loué ou seconde résidence Usage professionnel Propre usage professionnel pas de location Loué EC*index * 1,4 pas d imposition (Loyer brut + avantages - COUTS RC*index * 1,4 - intérêts - intérêts COUTS: forfaitaire 40% mais maximum de 2/3*RC*revalorisé Loué à sa propre société RI 5/3 * RC * revalorisé - intérêts => requalification revenu professionnel > 5/3 * RC * revalorisé Emploi gratuit de l habitation: vantage de toute nature Mis à disposition par une personne physique Non meublé RC * index * 100/60 Meublé majoration de 2/3 Mis à disposition par une personne morale Non meublé RC 745 RC * index * 100/60 * 1,25 RC > 745 RC * index * 100/60 * 2 Meublé majoration de 2/3 de Electricité / chauffage gratuits (i. 2016) Electr. Chauffage Dirigeant Non-dirigeant

5 PLUS-VLUES DE CESSTION Plus-values de cessation ctifs fixes incorporels ctifs fixes corporels ctifs fixes financiers règle des 4 x 4 à partir de 60 ans ou au 16,5% décès avant 60 ans 33% > règle des 4 x 4 TUX MRGINL 16,5% 16,5% DEDUCTION DES INTERETS NOTIONNELS i ,63% PME (+0.5%) 2,13% SECURITE SOCILE Cotisations de la Sécurité sociale Cotisation des indépendants en emploi principal 0,00 jusqu à , , ,43 jusqu à ,94 22,00% ,94 jusqu à ,81 14,16% +inclus fonctionnement de la caisse d assurances sociales (+/- 3,05 %) pension MIN / MX dernière révision le 01/09/2015 Pension d isolé homme Minimum (brut) Minimum / mois Maximum (brut) Maximum / mois Travailleur , , , ,19 Indépendant , , , ,39 Fonctionnaire , , , ,85 5

6 Incapacité de travail et invalidité dernière révision le 01/10/2015 index salariés index mois an (indexation suivante) Incapacité primaire à partir du 1/4/2015 jours/mois: MXIMUM 60% 79, , ,57 81,55 MINIMUM travailleur régulier avec ch. de ménage 55, , ,02 56,17 isolé 44, , ,02 44,95 cohabitant 37,79 982, ,94 38,54 Invalidité à partir du 1/4/ MXIMUM avec charge de ménage 86, , ,32 88,34 isolé 73, , ,48 74,75 cohabitant 53, , ,60 54,37 MINIMUM travailleur régulier avec charge de ménage 55, , ,84 56,17 isolé 44, , ,84 44,95 cohabitant 37,79 982, ,48 38,54 indépendants Incapacité primaire avec charge de ménage 53,99 55, , ,02 isolé 42, , ,86 42,85 cohabitant 33,80 878, ,80 34,47 Invalidité sans cessation avec cessation avec charge de ménage 55, , ,84 56,17 isolé 42, , ,12 42,85 cohabitant 33,80 878, ,60 34,47 avec charge de ménage 55, , ,84 56,17 isolé 44, , ,84 44,95 cohabitant 37,79 982, ,48 38,54 Revenu permis personnes à charge plafond statut avec charge 932,98 951,65 plafond statut isolé (revenu professionnel) 1.501, ,93 plafond statut isolé (revenu de remplacement) 1.026, ,35 6

7 llocations familiales dernière révision 1/07/2014 montants mensuels allocations normales 1er enfant 90,28 2ème enfant 167,05 3ème enfant et suiv. 249,41 alloc. orphelin par orphelin 346,82 alloc. suppl. pour enfants de travailleurs invalides 1er enfant 98,88 2ème enfant 28,49 3ème enfant et suiv. 5,00 majoration pour ménage uniparental 22,97 (+ suppléments d âge) Travail permis après la retraite dernière révision 1/01/2015 revenu professionnel permis pour 2015* pensionné avec pension de retraite ou pension de retraite et de survie salarié (salaire brut) indépendant (bénéf. brut) sans enfants à charge (montant de base) avec enfants à charge sans enfants à charge (montant de base) avec enfants à charge moins âgé que l âge légal de la pension pensionné avec pension de survie (uniquement) moins de 65 ans 7.793, , , , , , , ,00 * Le plafond de revenus professionnels autorisés est supprimé pour les personnes qui atteignent 42 ans de carrière ou qui sont plus de 65 ans. plus de 65 ans 7

8 PENSION EXTR LEGLE règle de 80% MXIMUM: CPITL [[(80% sal. brut annuel Pens. légale) x N/40] autres] x COEFFICIENT Estimation Pension légale règle de 80% Estimation MIN MX salarié 50% , ,59 indépendant 25% , ,81 Coefficient pension règle de 80% ge final pas d indexation indexation 2% pas d indexation indexation 2% pas de transmission pas de transmission transmission 80% transmission 80% 60 12, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,1004 8

9 TUX SUCCESSION Région flamande Droits de donation Biens immobiliers Perçu sur la part brute de chacun des bénéficiaires. en ligne directe, entre époux et cohabitants Tranche de la donation 0,01 EUR EUR 3% EUR EUR 4% 375 EUR EUR EUR 5% 875 EUR EUR EUR 7% EUR EUR EUR 10% EUR EUR EUR 14% EUR EUR EUR 18% EUR EUR EUR 24% EUR u dessus de EUR 30% EUR entre frères et sœurs Tranche de la donation 0,01 EUR EUR 20% EUR EUR 25% EUR EUR EUR 35% EUR EUR EUR 50% EUR u dessus de EUR 65% EUR entre oncles et tantes et neveux et nièces Tranche de la donation 0,01 EUR EUR 25% EUR EUR 30% EUR EUR EUR 40% EUR EUR EUR 55% EUR u dessus de EUR 70% EUR entre toutes autres personnes Tranche de la donation 0,01 EUR EUR 30% EUR EUR 35% EUR EUR EUR 50% EUR EUR EUR 65% EUR u-dessus de EUR 80% EUR 9

10 réduit terrain à bâtir À partir de 1 janvier 2003, il y a un taux réduit dans la région flamande pour la donation d un terrain à batir. Le droit de donation réduit est applicable seulement temporairement jusqu à 31 décembre Les conditions suivantes dont liées au taux réduit pour les terrains à bâtir: - le terrain soit destiné par les prescriptions de l urbanisme à la construction d habitations ét se trouve dans la région flamande; - le donataire doit, dans les cinq ans qui suivent l acte de donation, faire effectivement construire une maison sur le terrain reçu et y établir son domicile. Si cette exigence n est pas remplie, les droits de donation ordinaires seront appliqués. La différence à payer sera alors augmentée d intérêts. La mesure prévoit que les droits de donation pour un terrain à bâtir en ligne directe c est-à-dire entre grands-parents, parents, enfants et petits-enfants sont réduits de 2%. Un taux de 1% est donc appliqué sur la première tranche de la donation, soit sur EUR. Ce taux grimpera progressivement jusqu à 8% pour la tranche allant de EUR à EUR. Pour les montants qui dépassent EUR, les taux ordinaires situés entre 14 et 30% restent d application. Tranche de la donation 0,01 EUR EUR 1% EUR EUR 2% EUR EUR 3% EUR EUR 5% EUR EUR 8% EUR EUR 14% EUR EUR 18% EUR EUR 24% u-dessus de EUR 30% Pour les donations aux autres personnes, on prévoit les taux suivants: Tranche de la donation Entre frères et soeurs Entre oncle/tantes, neveux et nièces Entre tiers de (en ) à (en ) % % % u-dessus de , Biens mobiliers en ligne directe, entre époux et cohabitants unique: 3% entre toutes les autres personnes unique: 7% 10

11 Droits de succession en ligne directe, entre conjoints et cohabitants 0,01 EUR EUR 3% EUR EUR 9% EUR au dessus de EUR 27% EUR Les tranches tarifaires sont appliquées sur chaque héritier séparément, et aussi séparément sur la partie meuble et la partie immeuble. entre frères et sœurs 0,01 EUR EUR 30% EUR EUR 55% EUR au dessus de EUR 65% EUR Les tranches tarifaires sont appliquées sur chaque héritier séparément, mais sans séparer la partie meuble de la partie immeuble. entre toutes autres personnes 0,01 EUR EUR 45% EUR EUR 55% EUR au dessus de EUR 65% EUR Les tranches tarifaires sont appliquées à tous les héritiers de cette catégorie ensemble, et sans séparer les biens meubles des biens immeubles. Ensuite les droits à acquitter sont partagés proportionnellement sur ces héritiers. Exonération de l habitation familiale Par dérogation aux taux précédents, le taux des droits de succession et de mutation par décès entre époux et cohabitants, pour ce qui concerne les biens immeubles, est uniquement appliqué à la part nette de l époux ou du cohabitant ayant droit dans les biens autres que le logement qui servait de logement familial au défunt et son époux ou cohabitant au moment du décès. Cette dérogation n est toutefois pas applicable lorsque le cohabitant qui acquiert une part dans le logement familial est, soit un parent en ligne directe du défunt, soit un ayant droit qui est assimilé à un ayant droit en ligne directe pour l application du taux. Pour l application de la présente disposition, on entend par logement familial, la résidence principale commune du défunt et de son époux(se) ou cohabitant survivant. Un extrait du registre de la population constitue une présomption réfutable de cohabitation. Pour l application du présent article, on entend par cohabitant: 1 la personne qui, le jour de l ouverture de la succession, se trouve en situation de cohabitation légale avec le défunt; 2 la personne ou les personnes qui, le jour de l ouverture de la succession, cohabitent au moins pendant un an de façon ininterrompue avec le défunt et forment un ménage commun. La dérogation n est cependant applicable qu à la personne ou aux personnes qui, au moment de l ouverture de la succession, cohabitent au moins pendant trois ans de façon ininterrompue avec le défunt et vivent en ménage commun. 11

12 Région de Bruxelles Capitale Droits de donation Biens immobiliers en ligne directe, entre époux et cohabitants tranche de la donation 0,01 EUR EUR 3% EUR EUR 8% EUR EUR EUR 9% EUR EUR EUR 18% EUR EUR EUR 24% EUR au dessus de EUR 30% EUR entre frères et sœurs tranche de la donation 0,01 EUR EUR 20% EUR EUR 25% EUR EUR EUR 30% EUR EUR EUR 40% EUR EUR EUR 55% EUR EUR EUR 60% EUR au dessus de EUR 65% EUR entre oncles et tantes entre neveux et nièces tranche de la donation 0,01 EUR EUR 35% EUR EUR 50% EUR EUR EUR 60% EUR au dessus de EUR 70% EUR entre toutes autres personnes tranche de la donation 0,01 EUR EUR 40% EUR EUR 55% EUR EUR EUR 65% EUR au dessus de EUR 80% EUR 12

13 maisons d habitation art. 131 bis tranche de la donation 0,01 EUR EUR 2% EUR EUR 5,3% EUR EUR EUR 6% EUR EUR EUR 12% EUR EUR EUR 24% EUR au dessus de EUR 30% EUR Biens meubles en ligne directe, entre époux et cohabitant Un taux: 3% entre toutes autres personnes Un taux: 7% Ce taux n est cependant pas applicable sur les donations entre vifs de biens meubles faites sous condition suspensive se remplissant du fait du décès du donateur, et qui sont considérées comme legs en vertu de l a art. 4, 3, du Code successoral, et donc soumises aux droits de succession. Droits de succession en ligne directe, entre époux et cohabitants 0,01 EUR EUR 3% EUR EUR 8% EUR EUR EUR 9% EUR EUR EUR 18% EUR EUR EUR 24% EUR au dessus de EUR 30% EUR Les tranches tarifaires sont appliquées séparément par héritier et sans distinction entre biens meubles et immeubles. entre frères et sœurs 0,01 EUR EUR 20% EUR EUR 25% EUR EUR EUR 30% EUR EUR EUR 40% EUR EUR EUR 55% EUR EUR EUR 60% EUR au dessus de EUR 65% EUR Les tranches tarifaires sont appliquées séparément par héritier et sans distinction entre biens meubles et immeubles. 13

14 entre oncles, tantes, neveux et nièces 0,01 EUR EUR 35% EUR EUR 50% EUR EUR EUR 60% EUR u-dessus de EUR 70% EUR Les tranches tarifaires sont appliquées sur tous les héritiers de cette catégorie ensemble et sans distinction entre les biens meubles et immeubles. Les droits sont ensuite répartis proportionnellement sur ces héritiers. Tarif entre toutes autres personnes 0,01 EUR EUR 40% EUR EUR 55% EUR EUR EUR 65% EUR u-dessus de EUR 80% EUR Les tranches tarifaires sont appliquées sur tous leshéritiers de cette catégorie ensemble et sans distinction entre les biens meubles et immeubles. Les droits sont ensuite répartis proportionnellement sur ces héritiers. Région wallonne Droits de donation Généralités Les tranches tarifaires des droits de donation sont appliquées séparément par héritier et sans distinction entre biens meubles et immeubles. en ligne directe, entre époux et cohabitants légaux Impôt total des tranches 0,01 EUR EUR 3% EUR EUR 4% 375 EUR EUR EUR 5% 875 EUR EUR EUR 7% EUR EUR EUR 10% EUR EUR EUR 14% EUR EUR EUR 18% EUR EUR EUR 24% EUR au dessus de EUR 30% EUR (On entend par cohabitant légal la personne qui, au moment de la donation, était domiciliée avec le donateur et avait avec celuici une déclaration de cohabitation légale conformément aux dispositions du livre III, titrevbis, du Code civil, à l exception de 14

15 deux personnes qui sont frères et/ou sœurs, oncle et neveu ou nièce, et tante et neveu ou nièce, pour autant que la déclaration de cohabitation légale ait été reçue plus d un an avant la donation.) entre frères et sœurs Impôt total des tranches 0,01 EUR EUR 20% EUR EUR 25% EUR EUR EUR 35% EUR EUR EUR 50% EUR au dessus de EUR 65% EUR entre oncles et tantes et entre neveux et nièces Impôt total des tranches 0,01 EUR EUR 25% EUR EUR 30% EUR EUR EUR 40% EUR EUR EUR 55% EUR au dessus de EUR 70% EUR entre toutes autres personnes Impôt total des tranches Taus 0,01 EUR EUR 30% EUR EUR 35% EUR EUR EUR 60% EUR EUR EUR 80% EUR au dessus de EUR 80% EUR Droits de donation sur biens meubles Par dérogation aux taux ci-dessus, les donations sur biens meubles sont soumises à des droits différents: en ligne directe, entre époux et cohabitants o Un taux: 3,3% entre frères et sœurs, entre oncles et tantes et entre neveux et nièces o Un taux: 5,5% entre toutes autres personnes o Un taux: 7,7% ttention! la différence des donations de biens meubles en Région flamande et bruxelloise, plusieurs conditions doivent être réunies en Wallonie pour bénéficier des taux réduits sur les donations de biens meubles. Par exemple, les donations de pures sociétés de patrimoine ou de participation sont exclues. Si la donation est assortie d une réserve d usufruit, on ne peut bénéficier du taux réduit que si la donation se rapporte à des titres visés par le décret, et par exemple pas sur les sommes en espèces ou sur les œuvres d art. 15

16 sur l habitation principale art. 131 ter Tranche de la donation 0,01 EUR EUR 1% EUR EUR 2% 250 EUR EUR EUR 5% 750 EUR EUR EUR 12% EUR EUR EUR 24% EUR au dessus de EUR 30% EUR Droits de succession Les tranches tarifaires des droits de succession s appliquent séparément par héritier et sans distinction entre biens meubles et immeubles. en ligne directe, entre époux et cohabitants légaux 0,01 EUR EUR 3% EUR EUR 4% 375 EUR EUR EUR 5% 875 EUR EUR EUR 7% EUR EUR EUR 10% EUR EUR EUR 14% EUR EUR EUR 18% EUR EUR EUR 24% EUR au dessus de EUR 30% EUR (On entend par cohabitant légal la personne qui, au moment de la donation, était domiciliée avec le donateur et avait avec celuici une déclaration de cohabitation légale conformément aux dispositions du livre III, titrevbis, du Code civil, à l exception de deux personnes qui sont frères et/ou sœurs, oncle et neveu ou nièce, et tante et neveu ou nièce, pour autant que la déclaration de cohabitation légale ait été reçue plus d un an avant la donation.) entre frères et sœurs 0,01 EUR EUR 20% EUR EUR 25% EUR EUR EUR 35% EUR EUR EUR 50% EUR au dessus de EUR 65% EUR entre oncles et tantes et entre neveux et nièces 0,01 EUR EUR 25% EUR EUR 30% EUR EUR EUR 40% EUR EUR EUR 55% EUR au dessus de EUR 70% EUR 16

17 entre toutes autres personnes 0,01 EUR EUR 30% EUR EUR 35% EUR EUR EUR 60% EUR EUR EUR 80% EUR au dessus de EUR 90% EUR Un abattement est prévu pour les héritiers appelés légalement à la succession en ligne directe, ou les conjoints et cohabitants légaux sur la première tranche de EUR. Un abattement supplémentaire est prévu sur la deuxième tranche de ,01 EUR à EUR à condition que la part nette de l ayant droit ne dépasse pas ,00 EUR. La Cour d rbitrage a abrogé dans un arrêt du (n. 107/2005) l article 1 du décret (de la Région wallonne du ), dans la mesure où il fixe le taux d imposition à plus de 80% sur la tranche supérieure à EUR, ce qui est incompatible avec les articles 10, 11 et 172 de la Constitution. 17

18 COHBITNTS vs. EPOUX DROIT CIVIL droit successoral: réserve époux cohabitants légaux cohabitants de fait le survivant hérite au moins l UF de l habitation et du pas de réserve pas de réserve mobilier (réserve) DROIT FISCL droit successoral: part légale taux en ligne directe? taux exonération de l habitation familiale (Flandre uniquement) exonération droits de succession assurance groupe travailleurs (art. 8 C.Succ) le survivant hérite l UF de la totalité de la succession OUI exonération 0 % OK le survivant hérite l UF de l habitation et du mobilier Flandre: OUI Wallonie: OUI si la déclaration a été faite au moins six mois auparavant Bruxelles: OUI exonération 0 % OK sans testament le survivant n hérite rien Flandre : OUI si au moins un an de cohabitation exonération 0 % OK (au moins trois ans de cohabitation) OUI NON NON Flandre Wallonie Bruxelles cohabitants légaux une déclaration de cohabitation légale déposée auprès du fonctionnaire de l Etat-civil est nécessaire être inscrits à la même adresse et former ménage commun n existe pas n existe pas cohabitants de fait 18

19 INDEXTION Rubrique Base (= I 1990) I 2015 I 2016 Quotient conjugal 30% avec un minimum de ttribution conjoint aidant Max net du revenu professionnel propre du conjoint aidant Plafond d amortissements et primes d assurances-vie d épargne-logement et d épargne à long terme Maximum Epargne-pension Bonus-logement habitation unique/propre FEDERL (= àpd I 2015, si perte du statut habitation popre en 2014 ) Bonus-logement de base Bonus-logement supplémentaire (10 premières années) ugmentation 3 ou plus d enfants à charge Bonus-logement habitation unique/propre FLNDRE (emprunts jusqu à 2014 ) Bonus-logement de base Bonus-logement supplémentaire (10 premières années) ugmentation 3 ou plus d enfants à charge Bonus-logement habitation unique/propre FLNDRE (emprunts à partir de 2015) Bonus-logement de base Bonus-logement supplémentaire (10 premières années) 760 ugmentation 3 ou plus d enfants à charge 80 Bonus-logement habitation unique/propre BRUXELLES et WLLONIE Bonus-logement de base Bonus-logement supplémentaire (10 premières années) ugmentation 3 ou plus d enfants à charge mortissements pour emprunts hypothécaires (épargne à long terme) montant max de l emprunt - Réduction Fédérale (=habitation «pas-propre») Réduction Régionale (= habitation «propre») - En Flandre En Bruxelles et Wallonie Plafond d allocation de pension individuel de salarié Continuation à titre individuel d un engagement de pension Chèques LE / Titres-services Revenus immunisés Intérêts du compte d épargne

LES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION: TARIFS DE BASE

LES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION: TARIFS DE BASE LES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONTION: TRIFS DE BSE Les droits de succession et de donation diffèrent par Région.. LES DROITS DE SUCCESSION ET DROITS DE DONTION EN REGION DE BRUXELLES-CPITLE 1. DROITS

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2005-2006 17 NOVEMBRE 2005 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2005-2006 17 NOVEMBRE 2005 PROPOSITION DE DÉCRET 268 (2005-2006) N 1 268 (2005-2006) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2005-2006 17 NOVEMBRE 2005 PROPOSITION DE DÉCRET portant réduction des tarifs applicables aux donations et aux successions de biens immeubles

Plus en détail

exclusif Droits d enregistrement

exclusif Droits d enregistrement Imposition de la seconde résidence 4 Vous rêvez d un chalet dans les Ardennes où vous passeriez les vacances d été, entouré de vos enfants? Ou vous envisagez l acquisition d un petit appartement à la Côte

Plus en détail

(Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003)

(Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003) Flash fiscal et juridique n 755 page 1 LOI DE FINANCES POUR 2004 (Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003) 1. IMPOT SUR LE REVENU (Règles générales) Barème d imposition pour 2003

Plus en détail

Depuis Napoléon, à l origine de notre droit successoral, bien des choses ont changé. Les familles évoluent, voire se recomposent au fil des années de

Depuis Napoléon, à l origine de notre droit successoral, bien des choses ont changé. Les familles évoluent, voire se recomposent au fil des années de 1 2 3 Depuis Napoléon, à l origine de notre droit successoral, bien des choses ont changé. Les familles évoluent, voire se recomposent au fil des années de sorte que, des adaptations s imposent au droit

Plus en détail

Régionalisation de la fiscalité immobilière

Régionalisation de la fiscalité immobilière Régionalisation de la fiscalité immobilière Les avantages fiscaux pour l acquisition ou la conservation de l habitation «propre» sont devenus depuis 2014 une compétence régionale. Pour toutes les autres

Plus en détail

LES PRINCIPAUX CHIFFRES 2015 POUR INDEPENDANTS ET SALARIES

LES PRINCIPAUX CHIFFRES 2015 POUR INDEPENDANTS ET SALARIES LES PRINCIPAUX CHIFFRES 2015 POUR INDEPENDANTS ET SALARIES 1. TROISIEME PILIER Epargne-pension Epargne à long terme 940 euros/an 2.260 euros/an (limités à 15 % du revenu imposable jusqu à 1.880 euros +

Plus en détail

LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION

LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION Cette fiche a pour finalité de présenter de manière synthétique la fiscalité française en matière de droits de succession et de

Plus en détail

4/07/2013 Bart De Graeve

4/07/2013 Bart De Graeve 1 4/07/2013 Bart De Graeve Fiscalité Aspect assurance Contexte Branche 21 Placement Branche 23 Planning Une assurance = un contrat Les conditions sont déterminées à la conclusion 3 4/07/2013 Bart De Graeve

Plus en détail

Principales dispositions de la loi de finances pour 2006 Et de la loi de finances rectificative pour 2005 : Synthèse

Principales dispositions de la loi de finances pour 2006 Et de la loi de finances rectificative pour 2005 : Synthèse Principales dispositions de la loi de finances pour 2006 Et de la loi de finances rectificative pour 2005 : Synthèse I FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES Barème de l impôt sur les revenus de 2006 (impôt

Plus en détail

Chapitre : Les droits de mutations à titre gratuit.

Chapitre : Les droits de mutations à titre gratuit. Chapitre : Les droits de mutations à titre gratuit. Introduction : Les droits de mutation sont des impôts qui sont dus lors du transfert de propriété (mutation) d un bien, d un ensemble de bien ou du patrimoine

Plus en détail

Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg. BIL IMMO Day 02 Octobre 2014

Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg. BIL IMMO Day 02 Octobre 2014 Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg BIL IMMO Day 02 Octobre 2014 Sommaire I. Notion de résidence fiscale II. Acquisition III. Détention IV. Cession V. Structuration 2 1. Notion de résidence

Plus en détail

E.P.S.G. 1 er avril 2011 à Luxembourg. «L acquisition, la détention et la transmission d immeubles suisses par des non résidents»

E.P.S.G. 1 er avril 2011 à Luxembourg. «L acquisition, la détention et la transmission d immeubles suisses par des non résidents» E.P.S.G. 1 er avril 2011 à Luxembourg «L acquisition, la détention et la transmission d immeubles suisses par des non résidents» Dominique Boyer & François Derème Version du 22 mars 2011 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

JEUDI 19 MARS 2009. La fiscalité immobilière

JEUDI 19 MARS 2009. La fiscalité immobilière U.H.P.C. ASBL JEUDI 19 MARS 2009 La fiscalité immobilière M ONSIEUR N ICOLAS HONHON I NSPECTEUR PRINCIPAL AU SPF FINANCES IPP et immobilier 19 mars 2009 Nicolas HONHON Structure Revenus immobiliers ou

Plus en détail

Préoccupations et motivations?

Préoccupations et motivations? LE TRANSFERT DE PROPRIÉTÉ DE L HABITATION FAMILIALE DES PARENTS AUX ENFANTS Quand? Et comment? Conséquences fiscales? Droit aux prestations AVS complémentaires? Salon de l Immobilier Neuchâtelois Présentation

Plus en détail

MAF: maximum à facturer. Comprendre le MAF... un vrai jeu d'enfants"

MAF: maximum à facturer. Comprendre le MAF... un vrai jeu d'enfants MAF: maximum à facturer Comprendre le MAF... un vrai jeu d'enfants" [ MAF ] Le Maximum à facturer e Le Maximum à facturer (MAF) a été introduit en 2002 comme mesure visant à garder les soins de santé abordables

Plus en détail

Tableau comparatif des droits de succession et de mutations par décès régionaux en matière de transmission d entreprises

Tableau comparatif des droits de succession et de mutations par décès régionaux en matière de transmission d entreprises Edition 2014 Tableau comparatif des droits de succession et de mutations par décès régionaux en matière de transmission d entreprises auteur : André Culot, conseil fiscal RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE RÉGION

Plus en détail

LA LETTRE DE EDITO. Refonte du barème de l IR. Optimisez votre Impôt sur le revenu! N 26 Mai 2015. Tranches (1)

LA LETTRE DE EDITO. Refonte du barème de l IR. Optimisez votre Impôt sur le revenu! N 26 Mai 2015. Tranches (1) LA LETTRE DE N 26 Mai 2015 EDITO Optimisez votre Impôt sur le revenu! Nous vous proposons dans cette lettre d information les règles principales applicables pour déterminer et optimiser votre impôt sur

Plus en détail

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et. Support Stratégiques. Service Règlementation

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et. Support Stratégiques. Service Règlementation ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Service Règlementation Avis relatif à l'indexation automatique en matière d'impôts sur les revenus

Plus en détail

Fiscalité contrat d assurance vie et Contrat de capitalisation

Fiscalité contrat d assurance vie et Contrat de capitalisation Fiscalité contrat d assurance vie et Contrat de capitalisation France Souscripteur d un contrat d assurance vie ou de capitalisation auprès de notre Compagnie d assurance au Luxembourg, vous vous interrogez

Plus en détail

I. Code des impôts sur les revenus 1992 - Ex. d imp. 2015 - coefficient d indexation 1,7264

I. Code des impôts sur les revenus 1992 - Ex. d imp. 2015 - coefficient d indexation 1,7264 Indexation Indexation des plafonds en matière d impôts sur les revenus pour l exercice d imposition 2015 On trouvera ci-dessous les plafonds indexés applicables aux impôts sur les revenus pour l exercice

Plus en détail

Les droits. et de leurs PROCHES DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES ANNEXE LES CHIFFRES

Les droits. et de leurs PROCHES DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES ANNEXE LES CHIFFRES Les droits DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES et de leurs PROCHES ANNEXE LES CHIFFRES Chiffres en vigueur au 1 er avril 2012 ANNEXE LES CHIFFRES Chiffres en vigueur au 1 er avril 2012 Les chiffres qui

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/34 NOTE COMMUNE N 23/2007

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/34 NOTE COMMUNE N 23/2007 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2007/04/16 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2007/34 NOTE COMMUNE N 23/2007 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015 1 Introduction 1. Généralités Le particulier est confronté à titre principal à trois impositions : - l imposition de sa consommation (TVA, taxes sur les carburants, tabacs, alcools,...) : c est l imposition

Plus en détail

Tableau comparatif des tarifs de droits de succession dans les différentes régions (Tableau 1)

Tableau comparatif des tarifs de droits de succession dans les différentes régions (Tableau 1) Tableau comparatif des tarifs de droits de succession dans les différentes régions (Tableau 1) A la suite d'accords politiques, les droits de succession ont été transférés aux différentes régions du pays.

Plus en détail

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation 1 Les s des droits de succession sont de la compétence

Plus en détail

Les démembrements de la propriété immobilière : aspects civils et fiscaux 9

Les démembrements de la propriété immobilière : aspects civils et fiscaux 9 Table des matières Partie I Les démembrements de la propriété immobilière : aspects civils et fiscaux 9 Thierry Litannie et Sébastien Watelet Introduction 9 Titre I. Aspects civils 11 Chapitre 1. Le droit

Plus en détail

Loi de finances pour 2015. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2015. Loi de finances rectificative pour 2014

Loi de finances pour 2015. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2015. Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de finances pour 2015 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2015 Loi de finances rectificative pour 2014 Les lois de finances de fin 2014 n ont pas mis en place de réformes majeures. La mesure

Plus en détail

I. INTRODUCTION 1-4 II. L «HABITATION PROPRE» 5-10

I. INTRODUCTION 1-4 II. L «HABITATION PROPRE» 5-10 Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service IPP Impôt des personnes physiques Circulaire AGFisc N 6/2015 (n Ci.RH.331/633.998) dd. 03.02.2015 Impôt des personnes

Plus en détail

Mesures phares de la 3ème Loi de Finances Rectificative 2012 et de la Loi de Finances 2013

Mesures phares de la 3ème Loi de Finances Rectificative 2012 et de la Loi de Finances 2013 Mesures phares de la 3ème Loi de Finances Rectificative 2012 et de la Loi de Finances 2013 Madame, Monsieur, Nous souhaitons vous présenter les quelques mesures phares contenues dans la dernière Loi de

Plus en détail

Les élus de la CARMF (au 15/01/2013)

Les élus de la CARMF (au 15/01/2013) Les élus de la CARMF (au 15/01/2013) 2 Collèges Délégués Administrateurs Cotisants 565 19 Retraités 183 2 Conjoints survivants retraités 32 1 Invalidité-décès 18 1 Total 798 23 Présentés par le CNO _ 2

Plus en détail

Présentation de la législation sur la réversion. Caisse Nationale d Assurance Vieillesse Direction Statistiques et prospective

Présentation de la législation sur la réversion. Caisse Nationale d Assurance Vieillesse Direction Statistiques et prospective CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 09 juillet 2008-9 h 30 «Evolution des droits familiaux et conjugaux ; niveau de vie au moment du veuvage» Document N 14 Document de travail, n engage

Plus en détail

LES DROITS DE SUCCESSION

LES DROITS DE SUCCESSION LES DROITS DE SUCCESSION 1 Comment établir la base imposable et calculer les droits André CULOT PREMIÈRE ÉTAPE 2 La dévolution légale ou testamentaire 1 LA LIQUIDATION DE LA COMMUNAUTÉ Composition du patrimoine

Plus en détail

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance 24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance La gestion de patrimoine du chef d entreprise. Les options d investissements dans chaque pays. Les informations essentielles à connaitre Le 23 Octobre 2015

Plus en détail

Découvrez vite le tableau comparatif de nos formules et un aperçu chiffré des revenus que vous pouvez escompter!

Découvrez vite le tableau comparatif de nos formules et un aperçu chiffré des revenus que vous pouvez escompter! Nos solutions pour indépendants Constituez votre capital retraite et assurez la continuité de vos revenus En qualité d entrepreneur indépendant, vous vous engagez jour après jour pour garantir la croissance

Plus en détail

ARRÊTÉ ROYAL RELATIF À L'ALLOCATION POUR L AIDE AUX PERSONNES ÂGÉES

ARRÊTÉ ROYAL RELATIF À L'ALLOCATION POUR L AIDE AUX PERSONNES ÂGÉES ARRÊTÉ ROYAL RELATIF À L'ALLOCATION POUR L AIDE AUX PERSONNES ÂGÉES HISTORIQUE (*) Arrêté royal du 5 mars 1990 relatif à l'allocation pour l'aide aux personnes âgée (M.B. 05.04.90) (1) Arrêté royal du

Plus en détail

I. Les droits de succession ou de mutation par décès

I. Les droits de succession ou de mutation par décès Table des matières I. Les droits de succession ou de mutation par décès CHAPITRE 1 Généralités : Droits de succession ou de mutation par décès dus en Belgique ou à l étranger... 7 I. Droits de succession

Plus en détail

LES SUCCESSIONS PREPAREES

LES SUCCESSIONS PREPAREES LES SUCCESSIONS PREPAREES Avec ce document vous allez comprendre quelles sont les règles qui s appliquent en manière de transmission du patrimoine, et comment elles fonctionnent. Les définitions sont extraites

Plus en détail

Notice 2 Imposition des époux et de la famille

Notice 2 Imposition des époux et de la famille Notice 2 Imposition des époux et de la famille Valable pour la période fiscale 2015 Les dispositions applicables en matière de droit fiscal peuvent sensiblement différer selon la situation personnelle

Plus en détail

LES PERSONNES HANDICAPÉES

LES PERSONNES HANDICAPÉES LES PERSONNES HANDICAPÉES - 1 - Hébergement et accompagnement de la personne handicapée Règlement départemental d aide sociale 2007 - Personnes handicapées - Personnes âgées 25 LES 1 1 - Hébergement et

Plus en détail

1.2. Comment tirer parti de votre société?

1.2. Comment tirer parti de votre société? Des taux réduits s appliquent cependant à certaines PME, et ce, selon le même dispositif par tranches qu en matière d impôt des personnes physiques. Les taux réduits se présentent comme suit : Tr a n c

Plus en détail

Table des matières VII. Abréviations utilisées

Table des matières VII. Abréviations utilisées Abréviations utilisées VII Partie 1 Les personnes physiques assujetties à l impôt des personnes physiques 1 I. Qui doit souscrire une déclaration? 3 1. Personne inscrite au registre national 3 2. Personne

Plus en détail

CONDITIONS DE PARTICIPATION

CONDITIONS DE PARTICIPATION CONDITIONS DE PARTICIPATION Introduction Depuis le 1 er janvier 2011, le Régime de retraite principal d OMERS (le «régime principal») contient une disposition prévoyant des cotisations facultatives supplémentaires

Plus en détail

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et. Support Stratégiques. Service Règlementation

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et. Support Stratégiques. Service Règlementation ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Service Règlementation Avis relatif à l'indexation automatique en matière d'impôts sur les revenus

Plus en détail

PLCI Fiche technique. Nom du produit. Pension Complémentaire - PLCI. Description

PLCI Fiche technique. Nom du produit. Pension Complémentaire - PLCI. Description PLCI Fiche technique Nom du produit Description Pension Complémentaire - PLCI Une PLCI permet de constituer une pension complémentaire attractive combinée à une garantie en cas de décès, assortie d une

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. OBJET : Les droits de mutation à titre gratuit en cas de donation

NOTE JURIDIQUE. OBJET : Les droits de mutation à titre gratuit en cas de donation Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - Fiscalité / Succession - OBJET : Les droits de mutation à titre gratuit en cas de donation Base juridique

Plus en détail

La transmission à titre onéreux d entreprises : Aspects de Droit Fiscal

La transmission à titre onéreux d entreprises : Aspects de Droit Fiscal La transmission à titre onéreux d entreprises : Aspects de Droit Fiscal Xavier Rohmer, Avocat Associé, August & Debouzy 1) CGI, article 201,1. Lors de la clôture des Assises de l entrepreneuriat, le 29

Plus en détail

ALLEGEMENT DES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION

ALLEGEMENT DES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION ALLEGEMENT DES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION Les droits de mutation à titre gratuit sont perçus en tenant compte de la situation personnelle du redevable et des liens de parenté qu il a avec le défunt

Plus en détail

DISPOSITIONS FISCALES 2016. Donnez de l impact à votre générosité.

DISPOSITIONS FISCALES 2016. Donnez de l impact à votre générosité. F O N D A T I O N M É D E C I N S S A N S F R O N T I È R E S DISPOSITIONS FISCALES 2016 ISF & Impôt sur le revenu Donnez de l impact à votre générosité. La parole au trésorier Chaque année, vous êtes

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2010 n 2010-1658 du 29 Décembre 2010 - JO du 30/12/2010

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2010 n 2010-1658 du 29 Décembre 2010 - JO du 30/12/2010 RÉSUMÉ LOI DE FINANCES POUR 2011 n 2010-1657 du 29 Décembre 2010 - JO du 30/12/2010 et LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2010 n 2010-1658 du 29 Décembre 2010 - JO du 30/12/2010 BP 8 83560 RIANS Tél :

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

A. Textes de loi applicables. CIRCULAIRE N 8 / 2012

A. Textes de loi applicables. CIRCULAIRE N 8 / 2012 Service Public Fédéral FINANCES Administration Générale de la DOCUMENTATION PATRIMONIALE Secteur Enregistrement Service VI - Direction VI/8 Dossier nr. EE/L.214 Bruxelles, 19 juillet 2012 CIRCULAIRE N

Plus en détail

Fiscalité des entreprises. à l impôt sur le revenu

Fiscalité des entreprises. à l impôt sur le revenu Fiscalité des entreprises à l impôt sur le revenu Décembre 2013 Henry Royal Tél. : 01 46 05 95 61 - contact@royalformation.com - www.royalformation.com 1 Société à l, société à l IS Imposition de l associé

Plus en détail

PARLEMENT WALLON. Proposition de décret. visant à réduire et simplifier les droits de succession et de donation * déposée par

PARLEMENT WALLON. Proposition de décret. visant à réduire et simplifier les droits de succession et de donation * déposée par 14 (SE 2014) N 1 14 (SE 2014) N 1 PARLEMENT WALLON Session extraordinaire 2014 16 juillet 2014 Proposition de décret visant à réduire et simplifier les droits de succession et de donation * déposée par

Plus en détail

Successions: organisation de la transmission au moment du décès Donations: transmissions entre vifs

Successions: organisation de la transmission au moment du décès Donations: transmissions entre vifs Successions: organisation de la transmission au moment du décès Donations: transmissions entre vifs Les donations La donation est un acte de transfert gratuit de tout ou partie de la propriété d un bien.

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

Couverture sociale des élus locaux Date d effet : 1 er janvier 2014

Couverture sociale des élus locaux Date d effet : 1 er janvier 2014 Elus locaux Note d information n 14-05 du 14 janvier 2014 Mise à jour du 03/04/2014 Couverture sociale des élus locaux Date d effet : 1 er janvier 2014 Références Article 18 de la loi de financement de

Plus en détail

AVANT-PROPOS VERSION DE SEPTEMBRE 2006

AVANT-PROPOS VERSION DE SEPTEMBRE 2006 AVANT-PROPOS VERSION DE SEPTEMBRE 2006 En publiant le "Mémento Fiscal", le Service d'etudes et de Documentation du Service Public Fédéral FINANCES vise à fournir un aperçu régulièrement mis à jour de la

Plus en détail

... p. 3. ... p. 5. ... p. 8. ... p. 9. ... p. 12. garantie de l Etat. prime d acquisition. prime d épargne. subvention d intérêt

... p. 3. ... p. 5. ... p. 8. ... p. 9. ... p. 12. garantie de l Etat. prime d acquisition. prime d épargne. subvention d intérêt garantie de l Etat... p. 3 prime d acquisition... p. 5 prime d épargne... p. 8 subvention d intérêt... p. 9 bonification d intérêt... p. 12 Edition 07/2015 garantie de l Etat Qu est-ce qu une garantie

Plus en détail

- pour les impôts directs, à l'exception des précomptes (1 ère partie, chapitres 1 à 4) : aux revenus de 2009 (exercice d'imposition 2010) ;

- pour les impôts directs, à l'exception des précomptes (1 ère partie, chapitres 1 à 4) : aux revenus de 2009 (exercice d'imposition 2010) ; AVANT-PROPOS - VERSION D AVRIL 2010 En publiant le «Mémento Fiscal», le Service d'etudes et de Documentation du Service Public Fédéral FINANCES vise à fournir un aperçu régulièrement mis à jour de la fiscalité

Plus en détail

applicables et notamment les abattements et le tarif des droits applicables. La communauté entre époux prend fin à cette date.

applicables et notamment les abattements et le tarif des droits applicables. La communauté entre époux prend fin à cette date. Le règlement de la succession L ouverture de la succession La succession s ouvre au jour du décès. C est à cette date qu il faut se placer pour déterminer l actif successoral et connaître les règles successorales

Plus en détail

Chapitre 1 - Vous et votre impôt sur le revenu

Chapitre 1 - Vous et votre impôt sur le revenu Table des matières Avant-propos.... 1 Chapitre 1 - Vous et votre impôt sur le revenu 1.1. Présentation générale... 5 1.1.1. Le nouveau barème... 5 1.1.2. Quelques remarques... 7 1.1.3. Comment sont gérés

Plus en détail

Versions 7.1.0.2 7.2.1

Versions 7.1.0.2 7.2.1 Versions 7.1.0.2 7.2.1 Septembre 2012 Dernières évolutions 1. Loi de Finances rectificative 2012 Impacts edixit... 2 1.1. Transmission Droits de mutation à titre gratuit... 2 1.2. Contribution exceptionnelle

Plus en détail

Taxes de circulation. Taxes de mise en circulation. Bruxelles Capitale / Région wallonne

Taxes de circulation. Taxes de mise en circulation. Bruxelles Capitale / Région wallonne Indices et montants Suite aux récentes mesures gouvernementales, certains indices et montants mentionnés dans ces rubriques pourraient ne plus être d actualité au moment où vous les consultez. Les indices

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

L'Actualité légale des entreprises en Espagne

L'Actualité légale des entreprises en Espagne L'Actualité légale des entreprises en Espagne Num. Spécial LOI DES BUDGETS GÉNÉRAUX DE L ÉTAT POUR 2014. Prorrogation du taux réduit d I.S. (Impôt des Sociétés) pour les micro-entreprise créant ou maintenant

Plus en détail

Fondation d Utilité Publique ASPECTS FISCAUX

Fondation d Utilité Publique ASPECTS FISCAUX ASPECTS FISCAUX Ce document est divisé en deux parties distinctes. Dans la première partie, quelques aspects fiscaux généraux propres à la Fondation Josefa seront exposés. Ensuite, nous examinerons les

Plus en détail

Calculer la réduction Fillon

Calculer la réduction Fillon Calculer les exonérations de charges Calculer la réduction Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à cette fiche actualisée

Plus en détail

CALCUL TRAITEMENT MENSUEL NET PERSONNEL STATUTAIRE

CALCUL TRAITEMENT MENSUEL NET PERSONNEL STATUTAIRE CALCUL TRAITEMENT MENSUEL NET PERSONNEL STATUTAIRE Mise à jour du 22.02.20 SPF FINANCES - TRESORERIE SERVICE PAIEMENTS TRAITEMENTS & PENSIONS AVENUE DES ARTS, 30 1040 BRUXELLES www.traitements.fgov.be

Plus en détail

Taxes de circulation. Taxes de mise en circulation. Bruxelles Capitale / Région wallonne

Taxes de circulation. Taxes de mise en circulation. Bruxelles Capitale / Région wallonne Indices et montants Suite aux récentes mesures gouvernementales, certains indices et montants mentionnés dans ces rubriques pourraient ne plus être d actualité au moment où vous les consultez. Les indices

Plus en détail

Belgique. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20

Belgique. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 211 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-211-fr Belgique Merci de citer ce

Plus en détail

Gabon. Loi de finances pour 2010

Gabon. Loi de finances pour 2010 Loi de finances pour 2010 Loi n 001/2010 du 15 février 2010 [NB - Loi n 001/2010 du 15 février 2010 déterminant les ressources et les charges de l État pour l année 2010 Promulguée par le décret n 24/PR

Plus en détail

IMPOT SUR LE REVENU DECLARATION DU REVENU GLOBAL. Du / / / / / / / / / Au / / / / / / / / / IDENTIFICATION DU CONTRIBUABLE ... ... ...

IMPOT SUR LE REVENU DECLARATION DU REVENU GLOBAL. Du / / / / / / / / / Au / / / / / / / / / IDENTIFICATION DU CONTRIBUABLE ... ... ... Royaume du Maroc Modèle n ADP010F-10E IMPOT SUR LE REVENU DECLARATION DU REVENU GLOBAL Du / / / / / / / / / Au / / / / / / / / / Direction régionale ou (inter) préfectorale Subdivision Secteur Nom, Prénom(s)

Plus en détail

Successions internationales Impacts fiscaux en Belgique

Successions internationales Impacts fiscaux en Belgique Successions internationales Impacts fiscaux en Belgique Yaël Spiegl Avocat 20 novembre 2015 1 Introduction Règles déterminant la compétence civile Règles déterminant la compétence fiscale Compétence fiscale

Plus en détail

DOCUMENT PREPARATOIRE A LA DECLARATION à conserver par vous. Numéro national (N.N.) :... IMPOT DES PERSONNES PHYSIQUES

DOCUMENT PREPARATOIRE A LA DECLARATION à conserver par vous. Numéro national (N.N.) :... IMPOT DES PERSONNES PHYSIQUES DOCUMENT PREPARATOIRE A LA DECLARATION à conserver par vous Numéro du répertoire :... Numéro national (N.N.) :... N.N. (partenaire) :... IMPOT DES PERSONNES PHYSIQUES Exercice d imposition 2005 - Revenus

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20

Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Suède Merci de citer ce chapitre comme suit :

Plus en détail

Aspects fiscaux de l assurance vie. Brochure d info

Aspects fiscaux de l assurance vie. Brochure d info Aspects fiscaux de l assurance vie Brochure d info 2 Aspects fiscaux de l assurance vie Préambule La rédaction de cette brochure a été achevée au 31/01/2015 et tient compte de la législation fiscale telle

Plus en détail

Heureusement, il reste des possibilités pour maîtriser ses impôts.

Heureusement, il reste des possibilités pour maîtriser ses impôts. Paris - Marseille - Toulon Dirigeant du Cabinet LEFEVRE & Associés Jean-Yves LEFEVRE Chargé de cours à l université Paris Dauphine Les impôts augmentent! L insécurité fiscale aussi avec 7 lois de finances

Plus en détail

Le Guide du Contribuable

Le Guide du Contribuable Le Guide du Contribuable 2013 www.cgslb.be Le Guide du Contribuable 2013 www.cgslb.be D/1831/2013/5/8500 E.R. : Jan Vercamst, Boulevard Poincaré 72/74 1070 Bruxelles SOMMAIRE I. Avant-propos... 5 II Fiscalité

Plus en détail

Refonte des fiches fiscalités du Site Internet VDH 27/03/2015 RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS

Refonte des fiches fiscalités du Site Internet VDH 27/03/2015 RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS ABATTEMENTS Sommes forfaitaires qui, appliquées à la valeur locative brute d un bien, permettent de la faire baisser et donc de faire diminuer le montant de l impôt ;

Plus en détail

EXTRAIT DE LA LOI DU 10 AVRIL 1971 SUR LES ACCIDENTS DU TRAVAIL

EXTRAIT DE LA LOI DU 10 AVRIL 1971 SUR LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - AD1072FR EXTRAIT DE LA LOI DU 10 AVRIL 1971 SUR LES ACCIDENTS DU TRAVAIL 1. Article 6 1. La nullité du contrat de louage de travail ne peut être opposée à l application de la présente loi. 2. Toute convention

Plus en détail

1. En quoi exercer en société peut-il s avérer avantageux?... 1

1. En quoi exercer en société peut-il s avérer avantageux?... 1 Table des matières 1. En quoi exercer en société peut-il s avérer avantageux?... 1 1.1. La différence entre les taux.... 1 1.2. La création d un nouveau contribuable... 2 1.3. La répartition des revenus................................

Plus en détail

LA TRANSMISSION A TITRE GRATUIT DE L ENTREPRISE FAMILIALE LES REGIONS BRUXELLOISE ET WALLONNE

LA TRANSMISSION A TITRE GRATUIT DE L ENTREPRISE FAMILIALE LES REGIONS BRUXELLOISE ET WALLONNE LA TRANSMISSION A TITRE GRATUIT DE L ENTREPRISE FAMILIALE LES REGIONS BRUXELLOISE ET WALLONNE Vincent SEPULCHRE Professeur à l E.S.S.F. Maître de conférences à H.E.C.- Ecole de gestion de l Université

Plus en détail

Thème : L évolution de la fiscalité des successions

Thème : L évolution de la fiscalité des successions Le 1 er août 2012 Thème : L évolution de la fiscalité des successions Mon cher Confrère, Comme vous le savez, le projet de loi de finances rectificative pour 2012 a été adopté le 31 juillet. Sauf censure

Plus en détail

La présente circulaire s applique à toutes les demandes de rachat reçues à compter du 1er juillet 2008.

La présente circulaire s applique à toutes les demandes de rachat reçues à compter du 1er juillet 2008. Circulaire n 2015/03 du 12/01/2015 Rachat d années d études 1. Principe 2. Périodes donnant lieu à rachat 3. Conséquences du rachat 4. Modalités pratiques de rachat 5. Remboursement des cotisations versées

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2014-133. Mars 2014 TAUX MARGINAUX COMBINÉS D IMPOSITION POUR 2014 PARTICULIERS

BULLETIN FISCAL 2014-133. Mars 2014 TAUX MARGINAUX COMBINÉS D IMPOSITION POUR 2014 PARTICULIERS BULLETIN FISCAL 2014-133 Mars 2014 TAUX MARGINAUX COMBINÉS D IMPOSITION POUR 2014 PARTICULIERS Voici les taux marginaux combinés d imposition des particuliers, fédéral et provincial, en vigueur depuis

Plus en détail

Principales m esures fiscales de la Loi de finances pour 2013 et de la 3 ème Loi de finances rectificative pour 2012

Principales m esures fiscales de la Loi de finances pour 2013 et de la 3 ème Loi de finances rectificative pour 2012 Principales m esures fiscales de la Loi de finances pour 2013 et de la 3 ème Loi de finances rectificative pour 2012 La loi de finances pour 2013 et la loi de finances rectificative pour 2012 ont été définitivement

Plus en détail

RÈGLEMENT D'ASSURANCE

RÈGLEMENT D'ASSURANCE RÈGLEMENT D'ASSURANCE Edition 2012 Règlement d'assurance Sommaire Page R E G L E M E N T D'A S S U R A N C E 1 1. Caisse de pensions Swatch Group et la LPP 1 2. Conditions d assurance 2 2.1. Affiliation

Plus en détail

Fédération Nationale de l Habillement Mise à jour novembre 2015

Fédération Nationale de l Habillement Mise à jour novembre 2015 Les salaires minima applicables à compter du 1 er novembre 2015 CCN n 3241 En résumé : L avenant n 22 sur les salaires minima signé le 16 avril 2015 est applicable à partir du 1 er novembre 2015, pour

Plus en détail

Les successions en droit interne japonais. Aperçu des règles relatives aux successions au Japon

Les successions en droit interne japonais. Aperçu des règles relatives aux successions au Japon Les successions en droit interne japonais Aperçu des règles relatives aux successions au Japon Ordre des héritiers Rang successoral Enfants (art.887) Petits enfants si mort ou perte du droit à succéder

Plus en détail

Partie 2 - Déclaration du revenu imposable

Partie 2 - Déclaration du revenu imposable Partie 2 - Déclaration du revenu imposable 1 - Professions salariées, pensions et rentes A Traitements, salaires, indemnités, etc. de source sénégalaise Veuillez compléter les annexes A et A.1 afin d identifier

Plus en détail

01/2012. Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat au Barreau de Bruxelles MCW & Associés

01/2012. Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat au Barreau de Bruxelles MCW & Associés 01/2012 Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat au Barreau de Bruxelles MCW & Associés I. Introduction: Définition juridique des nouveaux modes de vie A. Le mariage union 2 personnes conditions légales de mariage

Plus en détail

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 1) Avantage imposable des voitures de société A partir du 1 janvier 2012, l avantage imposable résultant de la mise à disposition gratuite d une voiture de société

Plus en détail

BULLETIN D'ADHESION PREVOYANCE

BULLETIN D'ADHESION PREVOYANCE 1/5 BULLETIN D'ADHESION PREVOYANCE BULLETIN N REF : 00000.00000000 ENTREPRISE N Le présent contrat est conclu entre : AG2R-Prévoyance, membre du groupe AG2R LA MONDIALE - Institution de prévoyance régie

Plus en détail

LOI (RSV 9.4) du 4 juillet 2000. sur les impôts directs cantonaux LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD

LOI (RSV 9.4) du 4 juillet 2000. sur les impôts directs cantonaux LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD LOI (RSV 9.4) du 4 juillet 2000 sur les impôts directs cantonaux LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu le projet de loi présenté par le Conseil d Etat décrète PREMIERE PARTIE SOUVERAINETE FISCALE ET ASSUJETTISSEMENT

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2016

NOTE D INFORMATION. Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2016 NOTE D INFORMATION Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent dès la réalisation de la déclaration sociale des indépendants

Plus en détail

Le dernier chapitre de cette première partie traite des précomptes et versements anticipés.

Le dernier chapitre de cette première partie traite des précomptes et versements anticipés. AVANT-PROPOS En publiant le "Mémento Fiscal", le Service d'etudes et de Documentation du Ministère des Finances vise à fournir un aperçu régulièrement remis à jour de la fiscalité belge. La matière traitée

Plus en détail

LE FISC ET VOTRE HABITATION

LE FISC ET VOTRE HABITATION LE FISC ET VOTRE HABITATION Tout savoir sur les déductions fiscales FAIRE PLUS, TOUT SIMPLEMENT. 04913 Br.Fiscalite credit hab.fi1 1 2/8/07 3:51:11 PM Avant-propos Pour la plupart des particuliers, l habitation

Plus en détail

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL Journal officiel du 16 juin 2011 Arrêté du 15 juin 2011 portant agrément des accords relatifs aux annexes I à XII au règlement général annexé à la convention du 6 mai 2011

Plus en détail