pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique"

Transcription

1 Invitation de l industrie pharmaceutique à l adresse du nouveau gouvernement fédéral : pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique Le secteur des entreprises pharmaceutiques innovantes joue un rôle majeur dans notre pays, et ce à plusieurs niveaux. Il contribue tant à la bonne santé de la population belge qu à l économie nationale et au bien-être général. Les médicaments sont essentiels aux soins de santé. Ils permettent de prolonger des vies, d améliorer la qualité de vie, de prévenir, traiter ou guérir des maladies et de soulager la douleur et, grâce à eux, les travailleurs peuvent reprendre plus rapidement le travail. Le secteur pharmaceutique belge est l un des plus importants au monde. Cette industrie est un secteur primordial de l économie belge, a fortiori dans le cadre du développement de l économie de la connaissance. C est ainsi que 50 % (!) de l argent consacré par l'assurance maladie fédérale au remboursement des médicaments est réinvesti chaque année par les entreprises pharmaceutiques de Belgique dans la recherche et le développement, ce qui assure emplois directs et fait de la Belgique le 2e exportateur mondial de médicaments. Le secteur pharmaceutique est le premier investisseur privé en termes d innovation. Nous souhaitons garantir et renforcer ces acquis. En poursuivant pour cela un double objectif : d une part améliorer en permanence la qualité de nos soins de santé et d autre part pérenniser notre économie et notre Etat-providence. Comment? Par l esprit de coopération. L industrie du médicament ne vit pas dans une tour d ivoire, elle fait partie intégrante de notre système de soins de santé et de notre société. En tant que partenaire à part entière des soins, nous collaborerons avec les pouvoirs publics et les autres acteurs, en vue d améliorer sans relâche l accessibilité et la qualité de nos soins, et ce à un prix raisonnable. pharma.be invite le prochain gouvernement à mettre en place, pour la nouvelle législature, un cadre structurel et durable permettant une concertation systématique et régulière entre le gouvernement d une part, dirigé par le Premier ministre, et l industrie d autre part, c est-à-dire pharma.be et le HST. Ce cadre doit permettre de mieux planifier et coordonner la politique relative aux médicaments, tout en instaurant des évaluations réciproques, en vue d appuyer la position internationale de la Belgique en tant que «pharma valley». En se basant sur un tel cadre, les entreprises concernées pourront garantir une approche plus cohérente et plus facile à planifier, où la recherche et le développement, les investissements et la mise au point de médicaments innovants occuperont une position centrale. Dans de telles circonstances, les filiales belges pourront plaider plus facilement, auprès de leurs quartiers généraux, pour de nouvelles initiatives et pour une présence accrue en Belgique. La concertation réciproque fonctionne. Par le passé, des concertations fructueuses ont déjà eu lieu entre pharma.be et les ministres compétents et leurs administrations, et ce dans plusieurs domaines. pharma.be propose de maintenir la concertation et de la structurer au niveau gouvernemental. Pour concrétiser cette proposition, nous renvoyons à trois domaines pour lesquels il existe déjà une forme de collaboration avec les pouvoirs publics. pharma.be souhaite progresser avec le gouvernement dans ces trois domaines : une Agence des médicaments performante un accès amélioré aux nouveaux médicaments un budget des médicaments ouvert sur l avenir

2 Une Agence des médicaments performante L Agence des médicaments a vu le jour à la demande du secteur et en accord avec le gouvernement. L intention était d améliorer nettement le service et de mettre sur pied une «national competent authority» jouissant d une grande réputation et d une reconnaissance au niveau européen. L Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) doit bénéficier d un fonctionnement plus étendu et plus pragmatique, afin de répondre aux attentes tant de la société que de l industrie. En matière de politique du personnel, d investissements et de gestion budgétaire, des possibilités doivent être offertes en vue de réagir plus promptement aux nouveaux développements, afin de garantir une approche performante des opportunités qui se présentent. Les études cliniques réalisées en Belgique seront ainsi préservées et les domaines d excellence retenus pourront être développés dès aujourd hui. La Belgique pourra ainsi jouer pleinement son rôle de «Reference Member State» au sein de l Union européenne. Les autorités belges ont tout intérêt à pouvoir compter sur une AFMPS performante (du meilleur niveau académique et scientifique en médecine et en pharmacie) et sur une présence forte de la Belgique dans le secteur biopharmaceutique, pour que la «Belgian national competent authority» trouve un véritable écho au niveau de l EMA. L objectif doit être que la Belgique joue plus régulièrement le rôle de «Reference Member State» et que l AFMPS dispose pour cela des moyens nécessaires, issus des réserves constituées. De cette façon, le cofinancement de l EMA pourra en outre être optimalisé. Une approche rapide et pragmatique des demandes d études cliniques conduira à une augmentation de ces études, qui sera profitable tant aux leaders d opinion belges (qui ont été impliqués dans l étude la plus récente) qu aux patients belges (qui bénéficient gratuitement des nouveaux médicaments). Les entreprises pharmaceutiques pourront ainsi compter sur une Agence performante, capable de délivrer les attestations / autorisations requises dans des délais rapides, ce qui sera tout bénéfice pour la production, la recherche clinique et d autres investissements. Une inspection agréée (par la FDA) rendra superflus les doubles contrôles de nos sites. L AFMPS a besoin d un second souffle, aussi bien sur le plan de ses ambitions que sur le plan de ses moyens de fonctionnement. À cet effet, le gouvernement permettra à l AFMPS de disposer des moyens financiers historiquement mobilisés par le secteur («Fonds médicaments»). Des domaines d excellence bien développés peuvent générer des revenus complémentaires pour l Agence, lesquels offriront à leur tour des possibilités pour d autres activités. Une action rapide dans ce contexte est primordiale, car d autres États membres sont actuellement plus performants. L Agence peut jouer un rôle de coordination dans le domaine de la recherche clinique, en l occurrence en permettant un traitement rapide et correct des demandes à ce sujet. Accès renforcé aux médicaments innovants En 2001, une concertation avec l industrie a mené à la création de la CRM (Commission de remboursement des médicaments) et à l instauration des procédures de remboursement actuelles, grâce auxquelles le délai de remboursement a été fortement réduit. La procédure de remboursement des médicaments doit être optimalisée d un commun accord, afin de garantir un accès plus rapide aux nouveaux médicaments (préventifs et curatifs). Le patient belge disposera ainsi d un accès aux toutes dernières innovations de qualité dans les soins de santé, ce qui renforcera l utilisation efficace des moyens disponibles au sein de notre système de soins de santé.

3 Nous ne pouvons pas perdre de vue le fait que la Belgique applique déjà une procédure de remboursement longue et rigoureuse, dans laquelle le nouveau médicament est évalué d après ses différentes caractéristiques. Dans le respect de la responsabilité de chacun, le fonctionnement et la prise de décision de la CRM peuvent être optimalisés, comme ce fut le cas récemment, sur la base d une concertation de qualité, avec la publication des rapports jour 60. Patients et pouvoirs publics peuvent tirer profit d un remboursement accéléré, sous la forme de procédures d «accès accéléré», d'autorisations temporaires d'utilisation (ATU), d élaboration d un régime de contrats (art. 81) ou d un système de solidarité renforcée pour les besoins non satisfaits. Les autorités en charge du remboursement peuvent ainsi retenir les avantages thérapeutiques, économiques ou sociaux comme critères d évaluation. Chacun gagne à une analyse des coûts et des profits, au-delà des limites des simples postes de dépenses. L efficacité peut être mesurée en continu sur la base des données réelles dans le cadre d une approche des soins plus holistique. Un meilleur usage des médicaments peut être garanti par une meilleure compréhension des besoins médicaux et des méthodes de traitement spécifiques. Un système permettant à l industrie pharmaceutique d avoir accès à des données de l Agence intermutualiste (AIM) anonymisées et agrégées mènera à une analyse et à une mesure plus réalistes de l influence d un médicament sur l état de santé des patients concernés. Le rôle du ministre du Budget dans la procédure de remboursement doit être encadré par une série de directives et d accords autorisant un traitement plus prévisible et plus objectif. De cette manière, un accès plus correct et plus rapide aux nouveaux médicaments pourra être garanti aux patients et la Belgique rattrapera son retard par rapport aux pays voisins. Par le biais d un plus grand nombre d options thérapeutiques, les pouvoirs publics pourront alors accroître la qualité des soins, ce qui génèrera des économies dans d autres domaines (ex. une participation économique accrue). Les entreprises pharmaceutiques auront la garantie que l évaluation scientifique d un dossier de remboursement primera et que le délai de remboursement réel sera comparable à celui des autres pays. L analyse scientifique doit primer dans le débat. D une part en conférant une place particulière au rapport jour 60 dans le cadre de la procédure et, d autre part, en exigeant pour le rapport jour 60 une validation collective par les membres qui représentent les facultés de médecine et de pharmacie dans la CRM. Le respect des délais légaux pour l application réelle du remboursement engendre un effet d économie. Il convient de mettre un terme au retard dû au décalage entre la décision de principe au jour 180 et le remboursement réel, qui atteint désormais environ 3 mois (pour les médicaments de classe I).

4 Un budget des médicaments ouvert sur l avenir Par le passé, la concertation a débouché sur une meilleure méthode d estimation d un budget réaliste, permettant d éviter des dépassements majeurs comme ceux de 2003 et de Le secteur pharmaceutique souhaite convenir d un cadre règlementaire stable avec le nouveau gouvernement, englobant les données de base pour les quatre prochaines années. Ce cadre implique une croissance du budget des médicaments proportionnelle aux dépenses des soins de santé au sein de l'assurance maladie, sous forme d une marge de croissance. Le secteur s engage à optimaliser, avec le gouvernement, le processus de budgétisation, par le biais d accords clairs concernant les estimations et les calculs. Par ailleurs, le secteur protège l'assurance maladie contre le risque de dépenses excessives via le «buffer» («taxe subsidiaire»). En vue de respecter la marge de croissance qui a été convenue, le secteur est prêt à discuter des mesures relatives au marché post-brevet. Toutes les mesures concernant le budget des médicaments seront prises en concertation avec l industrie. Le passé montre en effet que des mesures concertées induisent un meilleur résultat que des mesures unilatérales. La crise et le chômage limitent les moyens financiers qui peuvent être mobilisés grâce aux cotisations sociales et l État fédéral éprouve des difficultés à compenser les déficits de recettes fiscales. Ces circonstances pourraient entraver la croissance des dépenses de soins de santé. société et pour les soins de santé. Cette valeur ajoutée partagée réside dans l obtention d un résultat optimal sur le plan de la santé, avec une utilisation adéquate des moyens et la préservation du tissu économique de la société. Pour ces deux raisons, il convient de définir correctement le budget des médicaments, sur la base des besoins médicaux et dans le cadre d une marge de croissance responsable et intelligente, afin de garantir aux patients un accès adéquat aux traitements innovants présentant une valeur ajoutée démontrée, et pour préserver le climat d investissement de ce secteur porteur de l économie de la connaissance. En cas de non-dépassement du budget des médicaments, la taxe sur le chiffre d affaires diminue de 1 % par an. Cette modulation d imposition a été optimalisée pour encourager la recherche & développement et l innovation. L impôt de crise de 1 % est supprimé. De cette manière, la société gagnera en investissements et en création d emplois qui se traduiront en recettes fiscales et en cotisations sociales : pour la dernière année connue, 2007, le secteur pharmaceutique a apporté à la Belgique 800 millions d euros de cotisations sociales, au bénéfice de la sécurité sociale. Les patients se verront assurés d un meilleur accès aux traitements innovants. Les pouvoirs publics disposeront d une garantie financière contre les dépassements budgétaires. Et pour nos industriels, il sera plus aisé de défendre au niveau international de nouvelles initiatives et une présence forte en Belgique. Mais c est précisément dans de telles circonstances qu il est nécessaire de répartir correctement la croissance limitée et de créer un climat garantissant un maximum de valeur ajoutée pour l ensemble de la pharma.be asbl 166 Chaussée de La Hulpe 1170 Bruxelles fax Contact: Prof. dr. Leo Neels, Directeur général Herman Van Eeckhout, Directeur général adjoint

5 Priorités Agence des médicaments L Agence fédérale des médicaments et des produits de santé doit bénéficier d un cadre de fonctionnement plus étendu et plus pragmatique, afin de répondre aux attentes tant de la société que de l industrie. En matière de politique du personnel, d investissements et de gestion du budget, des possibilités doivent être offertes en vue de réagir plus promptement aux nouveaux développements, afin de garantir une approche performante de ces opportunités. À cet effet, le secteur a apporté 45 millions d euros au Fonds des médicaments, qui doit servir maintenant à financer les investissements. De cette manière, les études cliniques en Belgique seront préservées et les domaines d excellence sélectionnés pourront être développés dès aujourd hui. La Belgique pourra ainsi jouer pleinement son rôle de «Reference Member State». 2. Accès La procédure de remboursement des médicaments doit être optimalisée d un commun accord, afin de garantir un accès plus rapide aux nouveaux médicaments (préventifs et curatifs), et ce à un prix raisonnable. 3. Budget Le secteur pharmaceutique souhaite convenir d un cadre règlementaire stable avec le nouveau gouvernement, englobant les données de base pour les quatre prochaines années. Ce cadre implique une évolution du budget des médicaments proportionnelle à la croissance des dépenses de soins de santé au sein de l'assurance maladie. Le secteur s engage à optimaliser, avec le gouvernement, le processus de budgétisation, par le biais d accords clairs concernant les estimations et les calculs. Par ailleurs, le secteur protège l'assurance maladie contre le risque de dépenses excessives via le «buffer» («taxe subsidiaire»). En vue de respecter cette marge de croissance convenue, le secteur est prêt à discuter des mesures relatives au marché post-brevet. Toutes les mesures concernant le budget des médicaments seront prises en concertation avec l industrie. Le passé montre en effet que des mesures concertées induisent un meilleur résultat que des mesures unilatérales. Par ailleurs, en cas de non-dépassement budgétaire, la taxe sur le chiffre d affaires diminue de 1 % par an. La modulation des taxes est optimalisée. Le patient belge aura alors accès aux dernières améliorations de qualité en matière de soins. Cela permettra aux pouvoirs publics d utiliser plus efficacement les moyens disponibles au sein de notre système de soins de santé.

6 pharma.be invite le prochain gouvernement à mettre en place, au cours de la prochaine législature, un cadre structurel et durable permettant une concertation systématique et régulière entre le gouvernement d une part, dirigé par le Premier ministre, et l industrie d autre part, c est-à-dire pharma.be et le HST. Ce cadre doit permettre de mieux planifier et coordonner la politique relative aux médicaments, tout en instaurant des évaluations réciproques, en vue d appuyer la position internationale de la Belgique en tant que «pharma valley». De cette manière, un accès plus correct et plus rapide aux nouveaux médicaments pourra être garanti aux patients et la Belgique rattrapera son retard par rapport aux pays voisins. Par le biais d un plus grand nombre d options thérapeutiques, les pouvoirs publics pourront alors accroître la qualité des soins, ce qui génèrera des économies dans d autres domaines (ex. une participation économique accrue). Les entreprises pharmaceutiques recevront la garantie que l évaluation scientifique d un dossier de remboursement primera et que le délai de remboursement réel sera comparable à celui des autres pays. Les autorités belges ont tout intérêt à disposer d une AFMPS performante (du meilleur niveau académique et scientifique en médecine et en pharmacie) et d une présence forte de la Belgique dans le secteur biopharmaceutique, pour que la «Belgian national competent authority» trouve un véritable écho au niveau de l EMA. L objectif doit être que la Belgique joue plus régulièrement un rôle de «Reference Member State» et que l AFMPS dispose à cet effet des moyens nécessaires, issus des réserves constituées. De cette façon, le cofinancement de l EMA pourra en outre être optimalisé. Une approche rapide et pragmatique des demandes d études cliniques conduira à une augmentation de ces études, qui sera profitable tant aux leaders d opinion belges (qui ont été impliqués dans l étude la plus récente) qu aux patients belges (qui bénéficient gratuitement des nouveaux médicaments). La société gagnera en investissements et en création d emplois qui se traduiront en recettes fiscales et en cotisations sociales : pour la dernière année connue, 2007, le secteur pharmaceutique a apporté à la Belgique 800 millions d euros de cotisations sociales, au bénéfice de la sécurité sociale. Les patients se verront assurés d un meilleur accès aux traitements innovants. Les pouvoirs publics disposeront d une garantie financière contre les dépassements budgétaires. Et pour nos industriels, il sera plus aisé de défendre au niveau international de nouvelles initiatives et une présence forte en Belgique. Les entreprises pharmaceutiques pourront ainsi compter sur une Agence performante, capable de délivrer les attestations/autorisations requises dans des délais rapides, ce qui sera tout bénéfice pour la production, les études cliniques et d autres investissements. Une inspection agréée (par la FDA) rendra superflus les doubles contrôles de nos sites. pharma.be asbl 166 Chaussée de La Hulpe 1170 Bruxelles fax Contact: Prof. dr. Leo Neels, Directeur général Herman Van Eeckhout, Directeur général adjoint

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

Carrefour. de l économie

Carrefour. de l économie 2006/9A année 10 Carrefour. de l économie «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Une nouvelle identité pour le SPF Economie

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION

EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION PROGRAMME DE LA FORMATION La formation porte sur quatre (04) Unités d enseignement répartis en modules. Chaque module est affecté d un coefficient

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Séance académique «Innovons ensemble» - Marc Justaert

Séance académique «Innovons ensemble» - Marc Justaert Séance académique «Innovons ensemble» - Marc Justaert Samedi 20 juin 2015, 16h, Square Brussels Meeting Center, Mont des Arts, 1000 Bruxelles --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

Fondation Roi Baudouin

Fondation Roi Baudouin RAPPORT D EVALUATION SUR LES SERVICES DE PROXIMITE ATTEINDRE CEUX QUI PARAISSENT INACCESSIBLES SYNTHESE Fondation Roi Baudouin Le présent rapport consiste en une analyse des projets qui ont été soutenus

Plus en détail

CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant?

CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant? CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant? Promotion Petit Poucet 2008 er et 3 mois de conseil 10 lauréats récompensésp Diagnostic personnalisé offert aux 30 finalistes Conception : Agence Cavernamuth www.cavernamuth.com

Plus en détail

Québec, le 27 juin 2003. Objet : DÉNONCEZ UN VISIONNAIRE... Madame, Monsieur,

Québec, le 27 juin 2003. Objet : DÉNONCEZ UN VISIONNAIRE... Madame, Monsieur, Québec, le 27 juin 2003 Objet : DÉNONCEZ UN VISIONNAIRE... Madame, Monsieur, Présentés par et Vous connaissez des visionnaires? Si une entreprise de votre entourage a connu d'excellents résultats au cours

Plus en détail

Estimation de la viabilité économique du titre service en Wallonie. Synthèse des résultats de l étude 29 septembre 2015

Estimation de la viabilité économique du titre service en Wallonie. Synthèse des résultats de l étude 29 septembre 2015 Estimation de la viabilité économique du titre service en Wallonie Synthèse des résultats de l étude 29 septembre 2015 Agenda 1. Objectifs et contexte de l étude 2. Impacts budgétaires pour la Wallonie

Plus en détail

Amélioration continue de la Trésorerie qui augmente de 2 millions d euros et de la Marge Brute qui progresse de 1.7%.

Amélioration continue de la Trésorerie qui augmente de 2 millions d euros et de la Marge Brute qui progresse de 1.7%. Communiqué de Presse 29 Octobre 2008 Résultats du 3ème Trimestre 2008 : - Comptes de Résultat du 3ème trimestre 2008 - Informations spécifiques - Comptes de Résultat cumulé au 30 Septembre 2008 - Prévisions

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 15 avril 2009 Objet: Projet de loi n 5975 portant création d une Ecole de la 2 e Chance. (3438JJE) Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008)

Plus en détail

Financer la lutte contre les changements climatiques : la responsabilité internationale de l Union européenne.

Financer la lutte contre les changements climatiques : la responsabilité internationale de l Union européenne. Financer la lutte contre les changements climatiques : la responsabilité internationale de l Union européenne. En janvier 2009, la Commission européenne a publié sa «Communication Copenhague». Ce texte

Plus en détail

Rapport annuel sur les technologies de l information et les télécommunications

Rapport annuel sur les technologies de l information et les télécommunications COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-neuvième réunion Point 3.4 de l ordre du jour provisoire EBPBAC19/4 27 décembre 2013 Rapport annuel sur les technologies de

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique LE BUDGET DE 1999 Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur Maintien d une saine gestion financière et économique février 1999 «la dernière année se caractérise par un incroyable climat d incertitude économique,

Plus en détail

LE SYSTEME DE REMUNERATION

LE SYSTEME DE REMUNERATION LE SYSTEME DE REMUNERATION Le système de rémunération est un outil clé en termes de management, même s il ne s agit du seul outil de motivation. Le système de rémunération doit être adapté aux commerciaux

Plus en détail

Projet de politique industrielle

Projet de politique industrielle Projet de politique industrielle Prises de position de la FCCQ dans le cadre des consultations sur une nouvelle politique industrielle 26 février 2013 À Montréal 1 Rappel La FCCQ sera consultée par la

Plus en détail

coaching pour les cadres dirigeants développement du leadership PDG alignement de l'organisation coaching de prise de poste

coaching pour les cadres dirigeants développement du leadership PDG alignement de l'organisation coaching de prise de poste coaching pour les cadres dirigeants intégration communautés de talents marque employeur croissance succession développement du leadership diversité PDG comité de direction stratégie de gestion des talents

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015.

Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015. Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015. CONTEXTE Le Programme des RCE-E a été établi en 2008, dans

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Réunions des comités régionaux Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Rapport du Secrétariat aux comités régionaux 1. Le présent rapport est soumis aux comités régionaux pour faire suite

Plus en détail

Profil, fonctions, règles de désignation et statut du Secrétaire général et du Secrétaire général adjoint

Profil, fonctions, règles de désignation et statut du Secrétaire général et du Secrétaire général adjoint Écoles Européennes Bureau du Secrétaire général Secrétariat général Réf. : 2010-D-362-fr-6 Orig. : en Version : fr Profil, fonctions, règles de désignation et statut du Secrétaire général et du Secrétaire

Plus en détail

Nouvelles obligations en matière de prix de transfert Grands groupes et PME

Nouvelles obligations en matière de prix de transfert Grands groupes et PME Nouvelles obligations en matière de prix de transfert Grands groupes et PME Votre politique de prix de transfert est-elle sécurisée face à un contrôle fiscal en 2011? Nouvelles obligations en matière de

Plus en détail

Organisé par la CONFEJES, du 17 au 21 septembre 2012 RAPPORT GENERAL

Organisé par la CONFEJES, du 17 au 21 septembre 2012 RAPPORT GENERAL FORMATION DES FORMATEURS EN ENTREPRENARIAT POUR LES CADRES DU MINISTERE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA CULTURE (CADRES DE LA DIRECTION GENERALE DE LA JEUNESSE ET DE L AGENCE BURUNDAISE POUR L EMPLOI

Plus en détail

L initiative PME à l Agence spatiale européenne

L initiative PME à l Agence spatiale européenne l iniative pme L initiative PME à l Agence spatiale européenne F. Doblas & N. Bougharouat Bureau de la Politique industrielle, Section des Relations industrielles, ESA, Paris L initiative PME de l ESA

Plus en détail

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1)

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde

Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde Faits saillants Étant donné que, d après les prévisions, la croissance du trafic aérien doublera au cours des 15 prochaines années, il faut s occuper proactivement

Plus en détail

SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE

SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE Engagé dans une compétition internationale, Sanofi a fait le choix de la France pour y baser ses principales activités

Plus en détail

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Le Conseil canadien de développement social (CCDS) a le plaisir de présenter ses arguments devant le Comité permanent de

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

Soumettre une demande

Soumettre une demande Soumettre une demande Table des matières 1. Financement de projets... 2 1.1 Les règles de financement... 3 1.2 Procédure de dépôt et phases d étude des demandes... 4 1.2.1 Volet Sécurité alimentaire...

Plus en détail

Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE

Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Pour relever le défi de l accessibilité et de la qualification dans toutes les régions du Québec Table des matières Une approche

Plus en détail

Note d orientation 2009-2014

Note d orientation 2009-2014 Note d orientation 2009-2014 LOGEMENT Freya Van den Bossche Ministre flamande de l Energie, du Logement, des Villes et de l Economie sociale Mise en page : Département des Services pour la Politique générale

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1. Sommaire statistique Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1.1 Vue d ensemble Nombre de groupes Participants par catégorie 34 Producteurs 4 5 Transformateurs 1 Distributeur Nombre de participants

Plus en détail

Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe Unipol

Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe Unipol Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe A propos du groupe : Gruppo Finanziaro S.p.A. est une holding et une société de services, cotée à la Bourse de Milan.

Plus en détail

Formation des formateurs

Formation des formateurs Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.24 Procédures opérationnelles permanentes Formation des formateurs Approbation

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC Retraite Instaurer un bouclier retraite Permettre le cumul emploi et retraite de réversion Valider les droits à retraite, les années d études et les stages des jeunes générations 46 Pacte social de la

Plus en détail

Négocier avec son employeur

Négocier avec son employeur Thierry KRIEF Négocier avec son employeur Techniques de négociation commerciales appliquées au marché de l emploi, 2008 ISBN : 978-2-212-54138-0 Cas 1 Négocier un départ quand l entreprise veut vous garder

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Plan d urgence Officine

Plan d urgence Officine Plan d urgence Officine Maintien de l accès au médicament sur l ensemble du territoire Les officines ont été sévèrement impactées par les baisses de prix sur le médicament. L analyse des comptes des officines

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Appel à projets 2015

Appel à projets 2015 Appel à projets 2015 Volet Recherche Cadre et objectifs : Le Pôle Wagralim s est donné pour principal objectif de renforcer la compétitivité des entreprises du domaine agro industriel (comprenant entre

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3104 Convention collective nationale IDCC : 176. INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE (10 e édition. Septembre 2004)

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

diversifier - Développer - Pérenniser

diversifier - Développer - Pérenniser diversifier - Développer - Pérenniser SOMMAIRE 1/ BMCE Capital Gestion Privée Mot du Directeur Général Une société issue d un groupe bancaire de dimension internationale Une gestion patrimoniale bénéficiant

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

PROPOSITIONS DE LA CGEM POUR LE PROJET DE LOI DE FINANCES 2016

PROPOSITIONS DE LA CGEM POUR LE PROJET DE LOI DE FINANCES 2016 PROPOSITIONS DE LA CGEM POUR LE PROJET DE LOI DE FINANCES 2016 1 NOS SOURCES Le Discours Royal du 20 août 2014 «l économie marocaine a enregistré un retard significatif en la matière, en raison de l éparpillement

Plus en détail

L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE DOSSIER DE PRESSE 2014 LE GRAND DÉFI DE L ÉNERGIE Pour réussir, la transition énergétique doit pouvoir s opérer sur tous les fronts : mondiaux, européens, nationaux

Plus en détail

Document d information relatif à la catégorisation des clients

Document d information relatif à la catégorisation des clients Document d information relatif à la catégorisation des clients Edition Novembre 2007 Document d information relatif à la catégorisation des clients 1 SOMMAIRE 1. CLASSIFICATION DU CLIENT PAR LA BANQUE

Plus en détail

BILAN DE COMPETENCES. Appel à projets du FPSPP "Bilan de compétences " Page 1

BILAN DE COMPETENCES. Appel à projets du FPSPP Bilan de compétences  Page 1 Appel à projets du FPSPP Actions de qualification et de requalification des salariés et des demandeurs d emploi Article 3.4 Convention-cadre 2015-2017 BILAN DE COMPETENCES (À destination des OPACIF) Appel

Plus en détail

Remboursement des soins dentaires pour une gestion publique plus performante

Remboursement des soins dentaires pour une gestion publique plus performante SYNTHÈSE / 3 Remboursement des soins dentaires pour une gestion publique plus performante En 2013, l'état a affecté 839,24 millions d'euros au remboursement des soins dentaires. Ces dépenses de remboursement

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

Indicateurs de performance. P. Noreau A. Ruiz G. St-Laurent - J. Vallerand

Indicateurs de performance. P. Noreau A. Ruiz G. St-Laurent - J. Vallerand Indicateurs de performance P. Noreau A. Ruiz G. St-Laurent - J. Vallerand Plan Pourquoi se pencher sur la performance? La mesure, instrument de pilotage La notion de performance Les indicateurs Les tableaux

Plus en détail

Centre d affaires, Bd. Ar-Riad, Hay Riad. BP: 2939. Rabat 10.100 Téléphone : (212) 5 37 71 84 00 Télécopie : (212) 5 37 20 38 62 w w w.a n r t.

Centre d affaires, Bd. Ar-Riad, Hay Riad. BP: 2939. Rabat 10.100 Téléphone : (212) 5 37 71 84 00 Télécopie : (212) 5 37 20 38 62 w w w.a n r t. DECISION ANRT/DG/N 08/11 DU 1 er DECEMBRE 2011 RELATIVE A LA REVISION DE L ENCADREMENT PLURIANNUEL DES TARIFS DE TERMINAISON DU TRAFIC D INTERCONNEXION DANS LES RESEAUX FIXES ET MOBILES DES OPERATEURS

Plus en détail

«Formation, insertion et emploi des jeunes en Afrique» Conférence des Ministres 2014 du PQIP/DCTP. Abidjan, 21, 22 et 23 juillet 2014 Hôtel NOVOTEL

«Formation, insertion et emploi des jeunes en Afrique» Conférence des Ministres 2014 du PQIP/DCTP. Abidjan, 21, 22 et 23 juillet 2014 Hôtel NOVOTEL REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ------------------------ MINISTERE D ETAT MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «Formation, insertion et emploi

Plus en détail

La nouvelle conception de l USS de la formation continue

La nouvelle conception de l USS de la formation continue CONFÉRENCE DE PRESSE DU 8 SEPTEMBRE 2008 Peter Sigerist, secrétaire central, responsable de la formation Une formation, ça se continue Encourager la formation professionnelle La nouvelle conception de

Plus en détail

SuisseEnergie, programme subséquent d Energie 2000

SuisseEnergie, programme subséquent d Energie 2000 SuisseEnergie, programme subséquent d Energie 2000 Le programme SuisseEnergie doit non seulement reprendre les structures et les produits d Energie 2000 qui ont donné satisfaction, il doit encore assurer

Plus en détail

POUR UN OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DES ENTREPRISES AU SERVICE DE LA RELANCE

POUR UN OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DES ENTREPRISES AU SERVICE DE LA RELANCE H E R V E L A M B E L Candidat à la présidence du MEDEF POUR UN OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DES ENTREPRISES AU SERVICE DE LA RELANCE CONTACT: http://www.herve-lambel.fr/ http://www.herve- lambel.fr Mieux

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

II.Foire aux questions

II.Foire aux questions Questions et réponses sur Marguerite, Fonds européen 2020 pour l énergie, le changement climatique et les infrastructures II.Foire aux questions 1. Quelles sont les spécificités du fonds Marguerite, et

Plus en détail

Colruyt industrialise sa gestion des risques avec MEGA

Colruyt industrialise sa gestion des risques avec MEGA industrialise sa gestion des risques avec MEGA Principaux objectifs Industrialiser l évaluation, le suivi et le contrôle des risques opérationnels. Disposer d un référentiel unique d informations fiables,

Plus en détail

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION CENTRE LORRAIN DE GESTION Des Métiers et Professions Indépendantes COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION Siège : 1, Avenue Foch 57000 METZ Tel : 03.87.74.20.51 - Fax : 03.87.36.52.73 * Site Internet : www.cglor.fr

Plus en détail

SOLVING EFESO INTERNATIONAL

SOLVING EFESO INTERNATIONAL COMMUNIQUE DE PRESSE Informations financières SOLVING EFESO INTERNATIONAL Confirmation de l augmentation de capital pour financer l acquisition d Empact Solving Efeso International lance une augmentation

Plus en détail

Politique relative à la gestion des risques

Politique relative à la gestion des risques SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique relative à la gestion des risques Adoption Instance/Autorité Date Résolution Conseil d administration 8 décembre 2014 380-CA-5766

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

PORTRAIT D UNE ENTREPRISE AXÉE SUR L INNOVATION

PORTRAIT D UNE ENTREPRISE AXÉE SUR L INNOVATION PORTRAIT D UNE ENTREPRISE AXÉE SUR L INNOVATION LOGIENT EST UNE ENTREPRISE DE GÉNIE LOGICIEL AXÉE SUR L INNOVATION. Depuis plus de 15 ans, Logient vous accompagne et réalise vos projets de développement

Plus en détail

Enquête sur l accès au financement des entreprises en 2010

Enquête sur l accès au financement des entreprises en 2010 Matricule national Nom de l entreprise Personne de contact Solène Larue E-mail solene.larue@statec.etat.lu Téléphone 247-84262 Fax 22 84 96 Adresse Enquête sur l accès au financement des entreprises en

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique BEPS ACTION 10: PROJET DE RAPPORT RELATIF AUX PRIX DE TRANSFERT PRATIQUES DANS LES TRANSACTIONS TRANSFRONTALIERES PORTANT SUR DES PRODUITS DE BASE 6 décembre 2014 6 février 2015 PROJET

Plus en détail

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»):

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»): CE Cour de Justice, le 23 janvier 2014 * Affaire C-296/12 Commission européenne contre Royaume de Belgique 1. Par sa requête, la Commission européenne demande à la Cour de constater que, en adoptant et

Plus en détail

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Mémoire présenté par les Organismes communautaires du secteur Famille : Association des haltes-garderies communautaires du Québec (AHGCQ)

Plus en détail

CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE DISCOURS D OUVERTURE DU DSRSG/RC/HC DES NATIONS UNIES

CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE DISCOURS D OUVERTURE DU DSRSG/RC/HC DES NATIONS UNIES CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE Enquête 2011 combinée sur l efficacité de l aide (Déclaration de Paris) et sur l engagement international dans les États fragiles - 12 avril

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé

Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé Paris, le 20 novembre 2015 Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé Le Premier Ministre a initié la Grande conférence de santé, en lien avec les ministres en charge de la santé, de l enseignement

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. 16 février 2006

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. 16 février 2006 Le plan d intervention au service de la réussite de l élève 16 février 2006 Services éducatifs 1 La nature du plan d intervention Le plan d intervention a pour objectif d aider l élève qui, parce qu il

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Enseignement supérieur et de la Recherche (17 mai 2011). AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Enseignement supérieur et de la Recherche (17 mai 2011). AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 9 août 2011. Objet: Projet de loi n 6283 - modifiant la loi du 12 août 2003 portant création de l Université du Luxembourg ; - modifiant le Code de la Sécurité Sociale ; - modifiant la loi

Plus en détail

Présidence française du Conseil de l Union européenne

Présidence française du Conseil de l Union européenne Présidence française du Conseil de l Union européenne Réunion informelle des ministres européens en charge de l enseignement et de la formation professionnels (EFP) et des ministres de l enseignement supérieur

Plus en détail

La CCI Haute-Savoie de demain

La CCI Haute-Savoie de demain Dossier de presse La CCI Haute-Savoie de demain 25 juin 2015 www.haute-savoie.cci.fr La CCI de demain se construit aujourd hui Face aux sévères restrictions budgétaires imposées au réseau des CCI ces trois

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013 Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI RAPPORT FINAL 13 mars 2013 Version finale 13/03/2013 RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE ÉLECTRONIQUE 2 Introduction Le questionnaire diffusé par l ASMEP-ETI auprès

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez PRÉVOYANCE Suralia Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez Suralia pour protéger votre famille et votre patrimoine Pour vous, il n y a rien de plus important que votre famille. Vous souhaitez

Plus en détail

Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe

Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe par Valentin Nikonov Cet article présente un modèle de système de management intégré pour les entreprises de

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail