Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions"

Transcription

1 Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM FINANCEMENT FINANCEMENT DE PLAN FINANCEMENT MÉTHODE ACTUARIELLE DE CALCUL DES DOTATIONS FINANCEMENT HYPOTHÈSES FINANCEMENT PROVISION TECHNIQUE FINANCEMENT FINANCEMENT MINIMUM TRAITEMENT DES DONNÉES TRAITEMENT DES DONNÉES OBTENIR CONTRÔLER UTILISER REPORTING INVESTISSEMENTS INTRODUCTION OBJECTIFS ET POLITIQUES À LONG TERME LIGNES DIRECTRICES DE L ALLOCATION DES ACTIFS RÉUNION AVEC LES GESTIONNAIRES D INVESTISSEMENTS RESTRICTIONS D INVESTISSEMENT RÉASSURANCE INTRODUCTION ETABLIR UN DOSSIER PROTECTION DE LA SOLVABILITÉ INDICATEURS DE RÉASSURANCE RÈGLEMENT DE PLAN ET FICHES INDIVIDUELLES DES PRESTATIONS RÈGLES DU PLAN FICHES INDIVIDUELLES DES PRESTATIONS COMMUNICATION REPORTING ACTUARIEL POUR LES PLANS DE PENSION INTRODUCTION INFORMATION SUR LE FONDS DE PENSION, LE CLIENT ET L ACTUAIRE REPORTING DES DONNÉES UTILISÉES ET DES RÈGLES DU PLAN HYPOTHÈSES ACTUARIELLES RÉSULTATS DE L ÉVALUATION ACTUARIELLE GUIDELINES ACTUAIRE DESIGNE FONDS DE PENSION A.R.A.B. (VERSION 2002) TABLE DES MATIERES 1

2 Introduction GUIDELINES ACTUAIRE DESIGNE FONDS DE PENSION A.R.A.B. (VERSION 2002) INTRODUCTION 2

3 1 Financement et financement minimum 1.1 Financement Ce chapitre décrit les procédures à suivre par l actuaire de Fonds de Pension en ce qui concerne les aspects suivants: Financement de plan Méthodes actuarielles de calcul des dotations Hypothèses Provisions techniques Données Reporting Financement minimum 1.2 Financement de plan Les objectifs de financement d un plan but à atteindre doivent être déterminés. La méthode de financement sera choisie afin d atteindre ces objectifs. Tout changement dans le choix de la méthode devra être motivé. Le financement peut être défini comme : l action d accumuler systématiquement les actifs afin de garantir les prestations prévues par le plan à l égard du service déjà acquis La dotation nécessaire sera exprimée en pourcentage du salaire ou en un montant fixe. Une explication du choix effectué sera annexée. L étalement des dotations devra également être spécifié. Une comparaison entre les dotations effectivement reçues et les dotations déterminées par une évaluation devra également être faite. Le financement d un plan à charges fixées est exposé dans le règlement du plan. GUIDELINES ACTUAIRE DESIGNE FONDS DE PENSION A.R.A.B. (VERSION 2002) FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM 3

4 1.3 Financement Méthode actuarielle de calcul des dotations La méthode actuarielle de calcul des dotations sera choisie afin d atteindre les objectifs de financement exposés pour le plan. La méthode de financement du plan devra être prise en compte. Celle-ci peut être une méthode de nivellement global des cotisations aggregate cost method ou une méthode de répartition des prestations accrued cost method, en tenant compte de projection salariale ou non. Le fonds peut être financé par le biais d un fonds de pension, une assurance de groupe ou une combinaison de ces deux véhicules. Il faudra aussi indiquer si le plan est évalué dans une hypothèse de continuité ou si au contraire il est prévu de mettre un terme à ce plan. Tout changement dans le choix de la méthode par rapport à l évaluation précédente devra être discuté. Chaque évaluation sera entreprise avec une régularité suffisante pour que le taux de dotation soit approprié et pour que les objectifs de l évaluation soient atteints. Cette information sera toujours inclue dans le rapport de l évaluation. Le choix de la méthode d évaluation des actifs devra être compatible avec les choix de l évaluation des engagements. 1.4 Financement Hypothèses Les hypothèses de l évaluation seront établies suivant le but de l évaluation et devront clairement spécifier qui les a choisies. Lorsque l actuaire établira les hypothèses, un commentaire devra préciser comment elles ont été choisies. Lorsque l actuaire utilise des hypothèses établies par une autre partie, il devra commenter si elles sont appropriées et cohérentes avec le but de l évaluation. Les hypothèses peuvent être subdivisées entre hypothèses économiques et démographiques: Les hypothèses économiques incluent le taux d intérêt, le taux d inflation, le taux de croissance salariale, le taux de croissance de la sécurité sociale et le taux de croissance des pensions payées. Les hypothèses démographiques incluent les taux de mortalité avant et après la retraite, l âge de retraite supposé, les taux de rotation du personnel, le pourcentage de marié, la différence d âge entre les membres et les conjoints. Toutes les hypothèses utilisées dans l évaluation doivent être spécifiées. Il est recommandé de tester et de commenter la sensitivité des hypothèses cruciales telles que le taux d intérêt et le taux de croissance des salaires. Les hypothèses peuvent être choisies individuellement, semi- individuellement ou collectivement pour un plan et les raisons de ce choix devront être exposées en même temps. GUIDELINES ACTUAIRE DESIGNE FONDS DE PENSION A.R.A.B. (VERSION 2002) FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM 4

5 1.5 Financement provision technique Un résumé des provisions techniques devra être inclus dans tous les rapports d évaluation. Toute provision technique qui n a pas été prise en compte directement dans l évaluation devra être mentionnée avec la raison de son exclusion des provisions techniques. Le rapport devra aussi détailler tout changement futur des provisions techniques qui sont connu à la date d évaluation. Un commentaire doit être fait quant à l impact des ces changements sur les résultats de l évaluation. De plus, tous les changements observés depuis le précédent rapport seront exposés. Les raisons des changements seront également données, de manière à ce qu elles soient conformes aux modifications légales ou qu elles fournissent des améliorations des avantages. L évaluation devra montrer séparément l effet de ces changements. 1.6 Financement Financement minimum L évaluation exposera si le plan est conforme aux exigences de financement minimum et si elles sont respectées à la date d évaluation ou durant la période inter-évaluation. Si les exigences de financement minimum n étaient pas atteintes, les étapes à entreprendre afin d être conforme aux exigences seront exposées. GUIDELINES ACTUAIRE DESIGNE FONDS DE PENSION A.R.A.B. (VERSION 2002) FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM 5

6 2 Traitement des données 2.1 Traitement des données Les données utilisées pour une mission seront toujours considérées selon l ETENDUE et la SPECIFICITE de la mission. Les étapes à suivre dans l utilisation des données pour une mission sont d obtenir, contrôler, utiliser et faire un compte rendu sur les données. 2.2 Obtenir Des instructions correctes seront envoyées aux parties concernées. Celles-ci exposeront en détail le timing des données, toute l information requise sur les participants actifs, les pensionnés, les bénéficiaires et membres différés, les données sur le patrimoine et informations sur les assurances et réassurances. 2.3 Contrôler Afin de s assurer que les données sont cohérentes, complètes et exactes, il est recommandé d effectuer des contrôles croisés avec les données en provenance d autres sources telles que le gestionnaire, l assureur, l auditeur et la société. Il est aussi recommandé d envoyer un résumé des données à la source originale des données pour confirmation. Finalement, une réconciliation sera faite avec les données précédentes. Tout contrôle qui ne sera pas possible devra être mentionné dans le rapport. Dans certaines circonstances, il y a une raison explicite pour ne pas contrôler les données et si tel est le cas, elle doit être mentionnée. 2.4 Utiliser L évaluation utilisera les données obtenues et spécifiera les hypothèses qui seront prises. Ces hypothèses peuvent être générales t.q. l état civil des membres ou ajustements quant à la date d effet des données. Toute donnée obtenue après l évaluation sera mentionnée avec l endroit où elle a été stockée et la durée de son stockage. Les données de plan sont confidentielles et seront uniquement utilisées pour les objectifs qui ont été stipulés. GUIDELINES ACTUAIRE DESIGNE FONDS DE PENSION A.R.A.B. (VERSION 2002) TRAITEMENT DES DONNEES 6

7 2.5 Reporting Le rapport de l évaluation contiendra un résumé des données utilisées, la source des données, la date d effet des données fournies, une réconciliation avec la série de données précédente et toutes les hypothèses qui ont été prises à propos de ces données. L actuaire devra aussi donner son opinion sur la fiabilité des données et sur les contrôles effectués. Si des contrôles n ont pas été faits, il faudra en mentionner la raison. GUIDELINES ACTUAIRE DESIGNE FONDS DE PENSION A.R.A.B. (VERSION 2002) TRAITEMENT DES DONNEES 7

8 3 Investissements 3.1 Introduction Ce chapitre décrit les lignes directrices de l A.R.A.B./ K.V.B.A. pour l actuaire d un fonds de pension en ce qui concerne l investissement du patrimoine d un fonds de pension. 3.2 Objectifs et politiques à long terme Le principe directeur stratégique de l allocation du patrimoine d un fonds est la description du type d actifs, de la manière selon laquelle les sélections de marché sont faites de même que le niveau du portefeuille total comparé au niveau de chaque segment. Le choix de la méthode de division stratégique du portefeuille sera décrit. Si l allocation des actifs est revue, une description de ces changements devra être stipulée. 3.3 Lignes directrices de l allocation des actifs Marges Une description sera donnée sur les déviations constatées par rapport à la politique stratégique d allocation d actif. Pertinence Il faudra fournir une description des raisons de la déviation des marges par rapport au profil des engagements du fonds de pension ainsi que de la cause de la survenance de cette déviation. Liquidité Une description et une évaluation de la manière dont la liquidité du fonds est gérée et déterminée sera exposée en ce qui concerne la manière dont les paiements courants du fonds de pension sont pris en compte dans la politique d investissement global du fonds. Politique de redistribution Une description et une évaluation de la politique de redistribution entre les différentes classes d investissements et entre les différents gestionnaires d investissement seront exposées. La politique de redistribution devra vérifier si elle est cohérente avec la politique d investissement et si la politique de distribution stratégique a bien été respectée. GUIDELINES ACTUAIRE DESIGNE FONDS DE PENSION A.R.A.B. (VERSION 2002) INVESTISSEMENTS 8

9 3.4 Réunion avec les gestionnaires d investissements Structure et nombre de mandats Une description et une évaluation des différents mandats qui ont été donnés accompagnés des méthodes d évaluation des performances (benchmarks) jugées nécessaires devront être fournies. S il y a des objectifs de performance, ceux-ci devront être vérifiés afin de voir s ils ont été atteints et toute déviation observée sera analysée afin de voir si le gestionnaire d investissement est suffisamment compétent pour effectuer la gestion du portefeuille en tenant compte des choix du niveau de risque. Objectifs de performance Une description et évaluation des objectifs de performance seront données en tenant compte des mandats. 3.5 Restrictions d investissement Une description et une évaluation des restrictions d investissement, que ce soit au niveau légal et au niveau des gestionnaires et mandats (y inclus l utilisation de produits dérivés) seront donnés. GUIDELINES ACTUAIRE DESIGNE FONDS DE PENSION A.R.A.B. (VERSION 2002) INVESTISSEMENTS 9

10 4 Réassurance 4.1 Introduction Les tâches de l actuaire concernant les activités de réassurance d un fonds de pension peuvent être divisées en trois parties: Etablir un dossier Fournir des recommandations et des calculs de la solvabilité du fonds Analyser les indicateurs de réassurance et faire des recommandations sur la réassurance 4.2 Etablir un dossier Celui-ci doit inclure une description du programme de réassurance et les types de réassurance, les risques couverts, niveaux de rétention, les limites de réassurance qui sont applicables. Il doit également inclure les critères qui sont appliqués. Il est recommandé d insérer une copie des contrats de réassurance actuels dans le dossier. Il doit aussi inclure l information envoyée aux autorités de contrôle incluant divers détails tel que la marge de solvabilité. 4.3 Protection de la solvabilité Le but des programmes de réassurance est de protéger la solvabilité d un fonds de pension. Dans ce but, l actuaire devra: Vérifier si les programmes de réassurance contribuent dans une voie optimale de protection de la solvabilité. L actuaire doit comprendre le fonctionnement du programme de réassurance afin de détecter les risques potentiels d insolvabilité. S assurer que les engagements du fonds de pension respectent la couverture de réassurance maximum et que les risques exclus par la compagnie de réassurance sont également exclus du fonds de pension ou couverts par un autre traité de réassurance. Considérer la couverture de risque d évènement à l étranger t.q. les détachements. La performance d une analyse de sinistres potentiels maximum (accumulation de risques), en relation avec la couverture de réassurance, est recommandée. Il est recommandé que l actuaire s informe lui-même sur la solidité financière de la compagnie de réassurance ( rating ). Il considérera aussi la réassurance avec les assureurs de captives. L actuaire donnera son opinion et les recommandations possibles lorsqu il constatera des insuffisances. GUIDELINES ACTUAIRE DESIGNE FONDS DE PENSION A.R.A.B. (VERSION 2002) REASSURANCE 10

11 4.4 Indicateurs de réassurance Il est recommandé que l actuaire examine si le programme de réassurance a été établi de façon optimale. Dans ce but, les points suivants peuvent être considérés : Par exemple, quels sont les critères actuels dans le choix du niveau de rétention? Suivant l évolution des indicateurs basés sur la distribution des risques, la variance et la moyenne; la couverture réassurance est-elle encore suffisante? Le prix de réassurance est-il proportionnel aux montants réels ou aux montants théoriques couverts par l assurance? Quel est la relation entre le capital risque de base, la marge de solvabilité légale et le real buffer. GUIDELINES ACTUAIRE DESIGNE FONDS DE PENSION A.R.A.B. (VERSION 2002) REASSURANCE 11

12 5 Règlement de plan et fiches individuelles des prestations 5.1 Règles du plan Tous les règlements de plan devront contenir des détails complets sur les points suivants: Définitions & affiliation Prestations Retraite & anticipées Prestations décès durant le service Prestations invalidité Droits acquis Financement 5.2 Fiches individuelles des prestations Toutes les fiches individuelles des prestations établies et distribuées aux membres contiendront des informations complètes sur les points suivants: données personnelles prestations retraites & anticipées prestations décès durant le service prestations invalidités droits acquis hypothèses prises pour les calculs illustratifs des prestations GUIDELINES ACTUAIRE DESIGNE FONDS DE PENSION A.R.A.B. (VERSION 2002) REGLEMENT DE PLAN ET FICHES INDIVIDUELLES DES PRESTATIONS 12

13 6 Communication Diverses formes de communication sont utilisées pour informer diverses parties intéressées par le plan de pension et elles incluent : Le document du plan Brochures Présentations Sessions Individuelles Consultation En ligne Simulations En ligne GUIDELINES ACTUAIRE DESIGNE FONDS DE PENSION A.R.A.B. (VERSION 2002) COMMUNICATION 13

14 7 Reporting actuariel pour les plans de pension Contenu du rapport actuariel 7.1 Introduction Cette section donne les lignes directrices de l A.R.A.B./K.V.B.A., pour les actuaires de fonds de pension, concernant les points généraux qui devront constituer le sujet du rapport. Le rapport actuariel doit nécessairement contenir suffisamment d information afin d atteindre les objectifs du rapport et pour que d autres actuaires puissent établir une opinion sur le travail actuariel effectué. 7.2 Information sur le fonds de pension, le client et l actuaire L information suivante sera inclue dans le rapport: Le nom du fonds de pension Le numéro officiel attribué par les autorités de contrôle Le destinataire du rapport, avec les détails La date du rapport Le nom, signature et rôle de l actuaire Par ailleurs, il est hautement recommandé de mentionner dans le rapport si l actuaire a pu suivre les lignes directrices de l A.R.A.B./K.V.B.A. ou non. Si l actuaire n a pas pu suivre les lignes directrices, il devra décrire, motiver et en commenter les raisons. Il est également hautement recommandé de mentionner l information suivante dans le rapport: le nom de la personne, la société ou l entité qui demande le rapport une description des objectifs du rapport et de la mission de l actuaire Il est recommandé de décrire le rôle de l actuaire dans la gestion du fonds. GUIDELINES ACTUAIRE DESIGNE FONDS DE PENSION A.R.A.B. (VERSION 2002) REPORTING ACTUARIEL POUR LES PLANS DE PENSION 14

15 7.3 Reporting des données utilisées et des règles du plan Il est demandé: De fournir un résumé des données utilisées, mentionnant les moyennes adéquates. D établir l origine des données De décrire les contrôles effectués sur les données (s il y en a) De mentionner tout problème avec les données De faire référence à d autres rapports sur lesquels l actuaire a basé ses travaux De mentionner le nom officiel des règlements de plan De mentionner tout changement de règles utile à l évaluation de même que la date de la dernière modification des règlements de plan. Il est hautement recommandé de fournir un résumé clair des prestations évaluées et des interprétations possibles qui sont utilisées. Il est recommandé d ajouter la liste complète des données utilisées. 7.4 Hypothèses actuarielles Hypothèses actuarielles Il est obligatoire d inclure une description complète des hypothèses économiques et démographiques qui sont prises pour effectuer l évaluation, de même que les hypothèses et les interprétations qui sont prises en tenant compte des règlements de plan. Le rapport mentionnera la personne qui a décidé des hypothèses qui ont été utilisées dans l évaluation et les hypothèses utilisées devront être motivées. Méthodes actuarielles Les méthodes actuarielles, choisies pour l évaluation, devront être décrites. Il est recommandé que l utilisation de la méthode en vue des objectifs du rapport actuariel soie motivée. GUIDELINES ACTUAIRE DESIGNE FONDS DE PENSION A.R.A.B. (VERSION 2002) REPORTING ACTUARIEL POUR LES PLANS DE PENSION 15

16 7.5 Résultats de l évaluation actuarielle La date de l évaluation actuarielle et la monnaie utilisée pour présenter les résultats devra être mentionnée. Il est demandé d analyser les résultats du rapport. Il est hautement recommandé de fournir une comparaison des résultats des calculs actuariels avec les résultats obtenus lors des précédentes périodes. A cet égard, il faudra mentionner les gains et pertes actuariels, subdivisés entre les différentes observations, leur origine et différences dues aux changements des hypothèses actuarielles. Par ailleurs, les modifications, dues à d importants changements des données ou changements des règles depuis la dernière évaluation actuarielle, seront décrites. Il peut être aussi utile de mentionner la date à laquelle la prochaine évaluation actuarielle sera effectuée. GUIDELINES ACTUAIRE DESIGNE FONDS DE PENSION A.R.A.B. (VERSION 2002) REPORTING ACTUARIEL POUR LES PLANS DE PENSION 16

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia Évaluation actuarielle du Régime de rentes du Québec au 31 décembre 2012, une œuvre de science-fiction? Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux Georges Langis Actuaire

Plus en détail

Exposé-sondage. Conseil des normes actuarielles. Avril 2013. Document 213018

Exposé-sondage. Conseil des normes actuarielles. Avril 2013. Document 213018 Exposé-sondage Révisions aux Normes de pratique applicables aux régimes de retraite Hypothèses pour les évaluations de liquidation hypothétique et de solvabilité Conseil des normes actuarielles Avril 2013

Plus en détail

PROJET - POUR DISCUSSIONS SEULEMENT AUCUNES RECOMMENDATIONS À CE STADE-CI. Université de Moncton

PROJET - POUR DISCUSSIONS SEULEMENT AUCUNES RECOMMENDATIONS À CE STADE-CI. Université de Moncton PROJET - POUR DISCUSSIONS SEULEMENT Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Étape 3 Évaluation des coûts Préparé par Conrad Ferguson

Plus en détail

FONDS DE PENSION TRANSPORT ET LOGISTIQUE OFP PLAN DE FINANCEMENT PLAN SECTORIEL DE PENSION

FONDS DE PENSION TRANSPORT ET LOGISTIQUE OFP PLAN DE FINANCEMENT PLAN SECTORIEL DE PENSION FONDS DE PENSION TRANSPORT ET LOGISTIQUE OFP PLAN DE FINANCEMENT PLAN SECTORIEL DE PENSION (version 30/03/2012) 1. CARACTERISTIQUES DU PLAN DE PENSION 1.1. Engagement de Pension type Contributions Définies:

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DE L OCDE SUR LA CAPITALISATION ET LA SECURITE DES PRESTATIONS DANS LES PLANS DE PENSION PROFESSIONNELS

LIGNES DIRECTRICES DE L OCDE SUR LA CAPITALISATION ET LA SECURITE DES PRESTATIONS DANS LES PLANS DE PENSION PROFESSIONNELS DIRECTION DES AFFAIRS FINANCIERES ET DES ENTREPRISES LIGNES DIRECTRICES DE L OCDE SUR LA CAPITALISATION ET LA SECURITE DES PRESTATIONS DANS LES PLANS DE PENSION PROFESSIONNELS Recommandation du Conseil

Plus en détail

Table des matières : Guidelines entreprises d assurances

Table des matières : Guidelines entreprises d assurances Table des matières : Guidelines entreprises d assurances TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 GÉNÉRALITÉS... 4 2 AVIS PORTANT SUR LA TARIFICATION D UN NOUVEAU PRODUIT OU SUR LA MODIFICATION D UN

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes IPRES_SENEGAL Responsabilité d un administrateur Les évaluations

Plus en détail

Evolution des Régimes de pensions dans les Organisations Coordonnées

Evolution des Régimes de pensions dans les Organisations Coordonnées Marc BAECHEL Président du Groupe de travail «Pensions» du Comité des Représentants du Personnel (CRP) Evolution des Régimes de pensions dans les Organisations Coordonnées Avertissement Cette présentation

Plus en détail

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne 1 Pilier 2: la maitrise des risques Dans un premier temps, l attention s est portée sur la mesure quantitative du risque

Plus en détail

Office of. Office of. the Chief Actuary. au de. Burea

Office of. Office of. the Chief Actuary. au de. Burea Bureau du surintendant des institutions financières Canada Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada Office of the Chief Actuary Burea au de l actuaire

Plus en détail

Rachat de services passés Enrichir votre pension

Rachat de services passés Enrichir votre pension Que trouve-t-on dans ce feuillet d information? Ce feuillet d information explique le rachat de services et donne des exemples de situations de rachat. Pour en savoir davantage, communiquez avec le Service

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 3 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS (VERSION 2) 1

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 3 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS (VERSION 2) 1 ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 3 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS (VERSION 2) 1 Introduction Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQ n o 3), qui a pour but

Plus en détail

É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011

É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011 É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011 RAPPORT DES VÉRIFICATEURS Au conseil des Biens non publics Nous avons vérifié

Plus en détail

RÉGIME DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ D OTTAWA

RÉGIME DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ D OTTAWA RÉGIME DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ D OTTAWA DÉPART AVANT LA RETRAITE Dernière mise à jour: le 21 août 2012 Biographie de Luc Lauzière, BA, BCOM Université d Ottawa Luc est à l emploi de l Université d

Plus en détail

INSTRUCTIONS RELATIVES

INSTRUCTIONS RELATIVES INSTRUCTIONS RELATIVES AUX TABLEAUX SUR LES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Les Tableaux sur les sinistres et indices de perte sont exigés afin de pouvoir constituer une base de données et une présentation

Plus en détail

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves Document de recherche Exigences de capital pour l assurance maladies graves Une recommandation de la Commission sur la gestion des risques et le capital requis de l ICA Juin 2011 Document 211060 This publication

Plus en détail

Rapport annuel 2011. Helvetia Prisma Fondation collective de prévoyance du personnel.

Rapport annuel 2011. Helvetia Prisma Fondation collective de prévoyance du personnel. Rapport annuel 2011. Helvetia Prisma Fondation collective de prévoyance du personnel. 2 011 Tout simplement. Contactez-nous. T 058 280 1000 (24 h), www.helvetia.ch Sommaire. 3 Portrait 4 Comptes annuels

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/51/18 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 16 SEPTEMBRE 2013 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante et unième série de réunions Genève, 23 septembre 2 octobre 2013 FINANCEMENT DES PRESTATIONS À LONG

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22 SOMMAIRE Restructuration obligatoire pour tous les régimes Processus de restructuration Autres dispositions Tableau des principaux amendements depuis le 12 juin 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ

Plus en détail

RAPPORT DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALE SUR LA SITUATION DE LA CAISSE D ASSURANCE-MALADIE. Résumé

RAPPORT DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALE SUR LA SITUATION DE LA CAISSE D ASSURANCE-MALADIE. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-sixième session 186 EX/26 Rev. PARIS, le 3 mai 2011 Original anglais Point 26 de l'ordre du jour provisoire RAPPORT DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALE SUR LA SITUATION DE LA CAISSE

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire Préavis Objet : des sociétés d assurance hypothécaire Catégorie : Capital Date : 1 er janvier 2015 I. Introduction Le présent préavis énonce les normes de capital réglementaire auxquelles doivent souscrire

Plus en détail

Institut des Actuaires

Institut des Actuaires Institut des Actuaires Commission comptable Avis de l IA sur l application des nouvelles tables de mortalité Grégory Boutier Références, avis de l Institut des Actuaires Rentes viagères Contrats vie et

Plus en détail

Orchestres Canada 27 Octobre 2010

Orchestres Canada 27 Octobre 2010 Orchestres Canada 27 Octobre 2010 1 Orchestres Canada Présentateurs Ellen Versteeg-Lytwyn, Gestionnaire de la caisse Humbert Martins, Directeur, Prestations de retraite Présidente et modératrice, Katherine

Plus en détail

LEVI S VILLE DE RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA VILLE DE LÉVIS. FSA-TRE-2012-034 Annexe I

LEVI S VILLE DE RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA VILLE DE LÉVIS. FSA-TRE-2012-034 Annexe I FSA-TRE-2012-034 Annexe I VILLE DE LEVI S RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA VILLE DE LÉVIS Numéro d agrément en vertu de la Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec

Plus en détail

Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation. de la Great-West

Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation. de la Great-West Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation de la Great-West Ce guide vous donne un aperçu de haut niveau des principales caractéristiques de l assurance-vie avec participation de la

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Conférence ActuariaCnam Présentation 3 1 / 0 5 / 2 0 1 2 Julien Chartier, Actuaire Manager AGENDA Introduction Partie 1 - L arrêt «Test-Achats»

Plus en détail

Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel

Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des avantages du personnel et les informations à fournir à leur

Plus en détail

Cent dixième session. Rome, 19-23 septembre 2005. Financement des obligations relatives aux coûts de l assurance maladie après cessation de service

Cent dixième session. Rome, 19-23 septembre 2005. Financement des obligations relatives aux coûts de l assurance maladie après cessation de service Juillet 2005 F COMITÉ FINANCIER Cent dixième session Rome, 19-23 septembre 2005 Financement des obligations relatives aux coûts de l assurance maladie après cessation de service I. Introduction 1. Le Comité

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS Table des matières Introduction...2 Page Sommaire...3 Projection des flux de trésorerie du passif...3 Calcul du coussin de solvabilité...7

Plus en détail

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1 L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES 2005 1 Séminaire - Atelier L audit interne dans l assurance 1 ère communication : Généralités sur l audit interne 2 ème communication : L audit interne des compagnies

Plus en détail

CAISSE DE PENSIONS DECLARATION SUR LES PRINCIPES DE PLACEMENT ET SUR LA POLITIQUE D INVESTISSEMENT

CAISSE DE PENSIONS DECLARATION SUR LES PRINCIPES DE PLACEMENT ET SUR LA POLITIQUE D INVESTISSEMENT CERN/PFIC/21.6/Approuvé Original: anglais 10 Septembre 2013 ORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH CAISSE DE PENSIONS DECLARATION SUR LES PRINCIPES

Plus en détail

Caractéristiques et Règlement du Régime

Caractéristiques et Règlement du Régime Caractéristiques et Règlement du Régime En tout temps, les dispositions du Régime ainsi que celles de la Loi ont préséance sur toute information contenue dans le présent document. Il vous est possible

Plus en détail

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Voici un résumé du projet de loi n o 80 Loi sur les régimes volontaires

Plus en détail

Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER

Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER HEPTA CONSULT S.A. 5, ZAI de Bourmicht L-8070 BERTRANGE Introduction 1. Qu est ce qu un produit d assurance? Définition intrinsèque : ses caractéristiques.

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS A ET APRES LA CESSATION DE SERVICE

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS A ET APRES LA CESSATION DE SERVICE COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. RESTREINTE EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 COMITE PERMANENT FRANCAIS 45 e réunion Original : ANGLAIS RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS

Plus en détail

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique Application à l assurance vie Février 2014, version 1.1 Aymric Kamega, Actuaire Directeur associé, PRIM ACT aymric.kamega@primact.fr www.primact.fr

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

RAPPORT ACTUARIEL 31 mars 1997. Régime d assurance-vie Forces canadiennes

RAPPORT ACTUARIEL 31 mars 1997. Régime d assurance-vie Forces canadiennes RAPPORT ACTUARIEL 31 mars 1997 Régime d assurance-vie Forces canadiennes Le 27 février 1998 L honorable Marcel Massé, P.C., M.P. Président du Conseil du Trésor Ottawa, Canada K1A 0R5 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Assurance. Souscription. Encadrement d'un réseau salarié

Assurance. Souscription. Encadrement d'un réseau salarié Assurance Souscription Recueil, identification et formalisation des besoins des clients. Réponse aux demandes de simulations. Appréciation, mesure, évaluation de chaque risque en analysant les différentes

Plus en détail

SécurOption. Questions et réponses

SécurOption. Questions et réponses SécurOption Questions et réponses Table des matières Admissibilité... 3 Cotisations... 4 Adhésion... 4 Projection revenu de rentes... 5 Rachat possible de la rente en cours d accumulation... 6 Choix de

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Demande R-3549-2004 RÉGIME DE RETRAITE. Original : 2004-09-27 HQT-7, Document 2.1 Page 1 de 7

Demande R-3549-2004 RÉGIME DE RETRAITE. Original : 2004-09-27 HQT-7, Document 2.1 Page 1 de 7 RÉGIME DE RETRAITE Page de 0 0 Le Régime de retraite d Hydro-Québec est un régime de retraite contributif à prestations déterminées, de type fin de carrière. Ce régime est enregistré auprès de la Régie

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15)

Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15) Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

Sans cet agrément, il est interdit de pratiquer l assurance, en Suisse ou à partir de la Suisse (art. 87 LSA).

Sans cet agrément, il est interdit de pratiquer l assurance, en Suisse ou à partir de la Suisse (art. 87 LSA). Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Institution d assurance sur la vie avec siège

Plus en détail

Experts for Finality and Run-off

Experts for Finality and Run-off Profil d entreprise Experts for Finality and Run-off Une activité de pionnier DARAG, Deutsche Versicherungs- und Rückversicherungs-AG est une compagnie d assurance spécialisée dans le Run-off. Nous sommes

Plus en détail

Note de service À : De :

Note de service À : De : Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées Jim Christie, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Lexique de la CIMR Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Plus d informations sur 0522 424 888 ou sur www.cimr.ma - www.cimrpro.ma EDITO Pour vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

INTRODUCTION Événements importants survenus au cours de l année

INTRODUCTION Événements importants survenus au cours de l année RÉGIME DE RETRAITE À L INTENTION DU GROUPE MANOEUVRES, HOMMES DE MÉTIER ET DE SERVICES DES DISTRICTS SCOLAIRES DU NOUVEAU-BRUNSWICK Rapport de l administrateur pour l année 2006 Décembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre Abidjan, le 02 Février 2015 MUGEFCI - TOURE Laciné MUTREPCI - SERY Jean-Pierre PASS - HUCHET Jean-Philippe [LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] 1 Des mutuelles pour participer à la réussite

Plus en détail

Régimes de retraite des fonctionnaires municipaux de la Ville de Montréal et de la Communauté urbaine de Montréal

Régimes de retraite des fonctionnaires municipaux de la Ville de Montréal et de la Communauté urbaine de Montréal Régimes de retraite des fonctionnaires municipaux de la Ville de Montréal et de la Communauté urbaine de Montréal Brochure à l intention des membres préparée par le Syndicat des fonctionnaires municipaux

Plus en détail

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015).

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015). NOTE DE SERVICE À : De : Tous les actuaires des régimes de retraite Bruce Langstroth, président Direction de la pratique actuarielle Manuel Monteiro, président Commission des rapports financiers des régimes

Plus en détail

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés)

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI Deauville 20 septembre 2012 par Anne DECREUSEFOND

Plus en détail

Septième cycle GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS

Septième cycle GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS Septième cycle GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS Pour tous les modèles de rapports, veuillez visiter le site du FNUD : http://www.un.org/democracyfund/grantees/grantees_r7.html

Plus en détail

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances Protégez vos employés tout en réalisant des économies Table des matières Protégez vos employés tout en réalisant des économies 1 Qu est-ce qu

Plus en détail

Stop-LossPlus Une solution d assurance innovante

Stop-LossPlus Une solution d assurance innovante Stop-LossPlus Une solution d assurance innovante Une assurance innovante, un suivi optimal Structure de risques classique d une institution de prévoyance 2 500 000 Sommes sous risque invalidité en CHF

Plus en détail

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQt n o 3), qui a pour but de recueillir de l information

Plus en détail

Exposé-sondage. Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères

Exposé-sondage. Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères Exposé-sondage Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères Conseil des normes actuarielles Mai 2009 Document 209046 This document

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Approuvé par le conseil d administration le 6 juin 2014

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Approuvé par le conseil d administration le 6 juin 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Approuvé par le conseil d administration le 6 juin 2014 6 juin 2014

Plus en détail

RÈGLEMENT CA-2006-19 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS DE LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL D'AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE CE QUI SUIT :

RÈGLEMENT CA-2006-19 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS DE LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL D'AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE CE QUI SUIT : RÈGLEMENT CA-2006-19 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS DE LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL D'AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE CE QUI SUIT : Section 1 Régime 1.01 Le présent régime, appelé «Régime de

Plus en détail

Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008

Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008 Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008 Anne MARION A C T U A R I E L L E S actuarielles@actuarielles.com L aléa en santé Assurance vie : (décès) Survenance certaine à date aléatoire

Plus en détail

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013 Oddo & Cie La Loi Madelin Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «Madelin» 3 2 Fipavenir TNS 13 2 3 Section 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GESTION DES ACTIFS DES FONDS DE PENSION. Recommandation du Conseil

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GESTION DES ACTIFS DES FONDS DE PENSION. Recommandation du Conseil DIRECTION DES AFFAIRS FINANCIERES ET DES ENTREPRISES LIGNES DIRECTRICES SUR LA GESTION DES ACTIFS DES FONDS DE PENSION Recommandation du Conseil Ces lignes directrices, préparées par le Comité des Assurances

Plus en détail

Contrats d assurance vie avec droits acquis

Contrats d assurance vie avec droits acquis Contrats d assurance vie avec droits acquis Introduction Le budget fédéral de novembre 1981 proposait des modifications fondamentales à l égard du traitement fiscal avantageux accordé aux contrats d assurance

Plus en détail

Le métier d actuaire IARD

Le métier d actuaire IARD JJ Mois Année Le métier d actuaire IARD Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 PLAN Présentation de l assurance non vie Le rôle de l actuaire IARD La tarification des contrats L évaluation

Plus en détail

MÉMOIRE DE L ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SUR LE PROJET DE LOI 55

MÉMOIRE DE L ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SUR LE PROJET DE LOI 55 MÉMOIRE DE L ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SUR LE PROJET DE LOI 55 INTRODUCTION En juin 2005, le gouvernement fédéral déposait un projet de loi sur la refonte des règles sur l insolvabilité afin

Plus en détail

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 1. Mandat et objectifs La Commission canadienne des grains a été créée en 1912. Elle est l organisme fédéral qui administre les dispositions de la Loi

Plus en détail

Les régimes de retraite de la branche 26

Les régimes de retraite de la branche 26 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les régimes de retraite

Plus en détail

Évaluation du passif des polices d assurance-vie universelle

Évaluation du passif des polices d assurance-vie universelle Ébauche de note éducative Évaluation du passif des polices d assurance-vie universelle Commission des rapports financiers des compagnies d assurance-vie Novembre 2006 Document 206148 This document is available

Plus en détail

LES NOUVELLES ASSURANCES COLLECTIVES DU CRÉDIT AGRICOLE : UN LEVIER AU SERVICE DE VOTRE STRATÉGIE

LES NOUVELLES ASSURANCES COLLECTIVES DU CRÉDIT AGRICOLE : UN LEVIER AU SERVICE DE VOTRE STRATÉGIE SANTÉ ET PRÉVOYANCE LES NOUVELLES ASSURANCES COLLECTIVES DU CRÉDIT AGRICOLE : UN LEVIER AU SERVICE DE VOTRE STRATÉGIE CONÇUES POUR LA NOUVELLE RÉGLEMENTATION FAIRE DE LA PROTECTION SOCIALE UNE VRAIE OPPORTUNITÉ

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers du premier exercice de neuf mois Accompagnés du rapport des vérificateurs

Plus en détail

Préparer sa retraite. Que trouve-t-on dans ce feuillet d information?

Préparer sa retraite. Que trouve-t-on dans ce feuillet d information? Que trouve-t-on dans ce feuillet d information? Ce feuillet d information décrit le fondement de la planification en vue de la retraite. Pour en savoir davantage, communiquez avec le Service des ressources

Plus en détail

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD)

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DU RÉGIME R DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) 1 ICA 15 avril 2008 Le RRMD en chiffres Plus de 500 employeurs 35 900 participants actifs 6 600 retraités 12 000 en 2014 5,5

Plus en détail

L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen

L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen Conférence sur la Directive 2004/113/CE ActuriaCnam, Paris 31 mai 2012 Christine Tomboy Introduction 1. Un arrêt qui fait date Des conséquences

Plus en détail

DB2P pour sociétés : document explicatif

DB2P pour sociétés : document explicatif DB2P pour sociétés : document explicatif Table des matières 1. Introduction... 3 2. DB2P, le contexte... 3 3. Engagements de pensions externes pour dirigeants d entreprise indépendants... 4 4. Financement

Plus en détail

Rapport 2014 sur le financement des régimes de retraite à prestations déterminées en Ontario Survol et résultats choisis 2011-2014

Rapport 2014 sur le financement des régimes de retraite à prestations déterminées en Ontario Survol et résultats choisis 2011-2014 Rapport 2014 sur le financement des de retraite à prestations déterminées en Ontario Survol et résultats choisis 2011-2014 Commission des services financiers de l Ontario Mars 2015 Table des matières 1.0

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L ÉVALUATION DES PASSIFS DE NATURE ACTUARIELLE

RÈGLEMENT SUR L ÉVALUATION DES PASSIFS DE NATURE ACTUARIELLE RÈGLEMENT SUR L ÉVALUATION DES PASSIFS DE NATURE ACTUARIELLE copré février 2015 RÉGLEMENT SUR L ÉVALUATION DES PASSIFS DE NATURE ACTUARIELLE 2011 2 / 8 TABLE DES MATIÈRES I BUT... 3 II DÉFINITIONS ET PRINCIPES...

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Votre prévoyance auprès de la Caisse de pension SRG SSR idée suisse Compte complémentaire (janvier 2011)

Votre prévoyance auprès de la Caisse de pension SRG SSR idée suisse Compte complémentaire (janvier 2011) PKS CPS Votre prévoyance auprès de la Caisse de pension SRG SSR idée suisse Compte complémentaire (janvier 2011) La présente brochure décrit le compte complémentaire en primauté des cotisations de la Caisse

Plus en détail

Marges pour écarts défavorables en assurances IARD

Marges pour écarts défavorables en assurances IARD Note éducative Marges pour écarts défavorables en assurances IARD Commission des rapports financiers des compagnies d assurances IARD Décembre 2009 Document 209138 This document is available in English

Plus en détail

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA)

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA) PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA) PAR : Alain Proulx, président Syndicat National des employés de l aluminium d Arvida (FSSA) et Pierre Bergeron, actuaire

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

Le taux d'actualisation en assurance

Le taux d'actualisation en assurance The Geneva Papers on Risk and Insurance, 13 (No 48, July 88), 265-272 Le taux d'actualisation en assurance par Pierre Devolder* Introduction Le taux d'actualisation joue un role determinant dans Ia vie

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013 États financiers de La Fondation canadienne du rein Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4 État de la situation financière... 5 État

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

Epargne. Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise. L offre globale. Assurances et Services pour le développement des entreprises.

Epargne. Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise. L offre globale. Assurances et Services pour le développement des entreprises. entreprises Epargne Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise L offre globale Groupama Assurances et Services pour le développement des entreprises. epargne Comment maintenir le niveau des retraites?

Plus en détail