RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ C. DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C. DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE"

Transcription

1 RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ C DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE

2 Objectifs 1-Citer deux éléments qui peuvent interférer dans le dosage de la créatininémie par la méthode de Jaffé 2-Donner le principe du dosage de l urée à l uréase 3-Décrire la méthode de détermination de l albumine par les bandelettes

3 I-GENERALITES Définition Intérêt II- EPIDEMIOLOGIE III- PHYSIOPATHOLOGIE IV- SIGNES CLINIQUES V DIAGNOSTIC et SURVEILLANCE de IR CONCLUSION

4 I-GENERALITES Le rein : organe double formé de 2 glandes assure plusieurs fonctions dans l organisme - Régulation de l équilibre hydroélectrolytique et acido basique - Excrétion des produits du métabolisme des protéines et des acides nucléiques:urée, créatinine, acide urique.

5 un organe endocrine: produit des hormones: -L arginine vasopressine(hormone antidiurétique=adh) influence l équilibre hydrique; -l aldostérone affecte la réabsorption du sodium dans le néphron, - la rénine, - la parathormone. - Le néphron est l unité fonctionnelle

6

7 Définition L altération d une de ces fonctions conduit à l insuffisance rénale Si l altéra on rénale est brutale, se cons tue en quelques heures : c'est l'insuffisance rénale aigue, Si l'altéra on est progressive (mois, années) on parle d'insuffisance rénale chronique

8 L IRC débutante ou modérée se caractérise par les faits suivants : cliniquement asymptomatique, il faut la rechercher de principe : Chez le sujet âgé, Chez le sujet hypertendu, Chez le malade diabé que,

9 Intérêt faire le diagnostic suffisamment tôt d une IRA (qui peut engager le pronostic vital) pour rétablir une fonction rénale normale par correction des troubles

10 II-EPIDEMIOLOGIE De manière générale : augmentation du nombre de malades, d années en années Sous région, en particulier au Sénégal : 2003: personnes sont traités d IRC chiffres imprécis : parce que constituant une maladie longtemps asymptomatique Incidence +++, 7000 nouveaux cas par an

11 III-PHYSIOPATHOLOGIE Le fonctionnement ou fonction rénale est réglée ou régulé par le débit sanguin rénale. Une diminu on du débit sanguin rénal l installation de l IRA. Si le parenchyme rénale ne souffre pas trop : Ischémie corrigée Fonctionnement du néphron conservé

12 . Si ischémie profonde : altération parenchyme rénale avec hypoxie perte capacité fonctionnelle des néphrons Cette situation est irréversible, même après Cette situation est irréversible, même après normalisation du milieu intérieur

13 IRC, souvent asymptomatique à une destruction des néphrons hypertrophiés Une destruction de 2/3 du capital fonctionnel appari on des anomalies du milieu intérieur A ce stade, on a souvent une association avec les complications : HTA et la protéinurie

14 IV-SIGNES CLINIQUES Forme simple aligo anurique surtout pour l IRA - chute brutale du volume urinaire Ces signes peuvent être accompagnées : - troubles digestifs : nausées, anorexie, vomissements -troubles neurologiques : syndrome confusionnel, agitation, crise convulsive

15 Suite cliniques -signes cardiovasculaires : augmentation de la PA avec parfois lésion au fond d œil -des œdèmes périphériques et œdèmes aigu du poumon

16 V-DIAGNOSTIC et SURVEILLANCE ELEMENTS de DIAGNOSTIC Le dosage de la créatinine dans le sang La créatinine = métabolite de protéines musculaires essentiellement éliminée dans l'urine. proportionnelle à la masse musculaire. formée par une déshydratation non enzymatique de la créatine synthétisée par le foie et stockée au niveau des muscles.

17 Le dosage, essentiellement avec : le sérum d un sujet à jeun depuis au moins 12 h de temps. Mais aussi plasma héparine. Le prélèvement, par ponction veineuse en général au niveau du pli du coude. Le dosage, préférentiellement sur les échantillons du jour.

18 Sinon conservation pendant 7 jours à +4 et plusieurs mois à 20 Existe plusieurs méthodes de dosage de la créatinine:.méthodes colorimétriques enzymatiques.méthodes colorimétriques enzymatiques.méthodes chromatographiques (HPLC, technique de choix)

19 méthode plus utilisée en routine : méthode de Jaffe : méthode cinétique principe : repose sur la réaction de la créatinine avec le picrate en milieu alcalin pour former un complexe coloré. l apparition du complexe est suit en fonction du temps grâce à un spectrophotomètre.

20 Interférences : l hémolyse, les lipides l hyperglycémie La créatininémie n'est pas une constante biologique. varie suivant le sexe : plus élevée chez l'homme que chez la femme augmente avec l activité sportive Valeurs usuelles : 9-13 mg/l chez l'homme 6-11 mg/l chez la femme

21 La créatinine reste le constituant sanguin dont le taux est le plus constant. abaissée chez la femme enceinte en raison de l hyper volémie augmentée chez les insuffisants rénaux

22 Le dosage de l urée dans le sang Synthèse :provient du catabolisme des composés azotés protéiques et des acides aminés transamination ou désamination au niveau du foie, filtré au niveau du glomérule réabsorbé partiellement par le tubule rénal. paramètre d exploration de la fonction rénale. Son taux sanguin à l inverse de la créatinine est influencé par l alimentation.

23 Le dosage sur sérum ou plasma, chez un sujet à jeun d au moins 12 h de temps. Le prélèvement au niveau du pli du coude le plus souvent, centrifugation à 3000 tours pendant 5 mn.

24 Méthodes de dosage : -colorimétriques -enzymatiques : qui sont utilisées du fait de leur spécificité

25 .méthode à l urèase : principe,basé sur l hydrolyse de l urée en gaz carbonique et en ammoniac qui réagit avec le salicylate et l hypoclorite pour donner un complexe coloré l intensité est proportionnelle à la concentration d urée dans l échantillon

26 .Autre méthode : méthode au diacetyl monoxamine ( DAM). Principe : l urée réagit avec le DAM donnant un chromogène coloré et qui est mesuré à 520 nm. Interférences : l ammoniac, le fluorure, certains médicaments contenant de l urée.

27 Les valeurs usuelles : 0,15 à 0,45 g/l mais peuvent varier suivant les laboratoires.. diminution : insuffisance hépatique..élévation : associée à une hypercréatininèmie.élévation : associée à une hypercréatininèmie constitue un élément de valeur importante pour le diagnostic de l insuffisance rénal

28 Le dosage des protéines urinaires Détermination qualitative de l albumine Chez l homme sain, l urine est considérée comme pratiquement exempte d albumine

29 Dans certains cas pathologiques, l urine peut contenir de l albumine vraie (protéines), albumoses et peptones ( produits de dégradation) prélèvement : urines fraiches recueillies dans un prélèvement : urines fraiches recueillies dans un bocal propre et sec

30 détermination de l albumine par 2 méthodes:.la méthode à la coagulation par ébullition.la méthode par les bandelettes Méthode à la coagulation par ébullition( n est plus utilisée en routine) le principe est basé sur la précipitation des protéines par la chaleur à ph convenable et en milieu suffisamment riche en électrolytes.

31 mode opératoire: mettredans un verre un volume quelconque d urine, ajouter à la moitié de ce volume de la solution de chlorure de sodium et quelques gouttes d acide acétique ( 3 à 5 gouttes environ pour 10 cm 3 d urine). Filtrer de façon à obtenir un liquide limpide

32 Repartir le filtrat dans deux tubes à essais propres,. chauffer l un des tubes jusqu à ébullition Observer par comparaison avec le tube non chauffé, s il y a formation de flocons très nets la présence s il y a formation de flocons très nets la présence d albumine est certaine.

33 La méthode par les bandelettes, très utilisée permet de déceler des constituants urinaires tel que l albumine La technique : Immerger brièvement la zone réactive dans l urine. Egoutter la bandelette en passant la tranche contre le rebord du récipient.

34 -Lire les résultats après 30 secondes en comparant les colorations à celles des gammes colorimétriques de l étiquette. Ne pas tenir compte des variations de coloration observées plus de 2 minutes après l immersion des bandelettes. Une réaction positive se manifeste par un changement de couleur.

35 Détermination quantitative des protéines urinaires = dosage des protéines totales dans les urines. Le prélèvement =urines de 24h qui sont collectées dans un bocal propre contenant un antiseptique et conservées à une température qui empêche la pullulation bactérienne

36 Différents méthodes de dosage : La méthode néphélemétrique principe est basée sur le fait que les protéines sont coagulées à chaud par l acide trichloracétique. Le trouble qui en résulte est comparé par turbidimétrie à une gamme étalon à base d oxyalbumine coagulée par le même réactif.

37 mode opératoire : mettre dans un tube à essais, 10 ml d urines, faire bouillir, ajouter 1 ml d acide trichloracétique au tiers, agiter, porter à ébullition et refroidir. Agiter et lire en comparant à la série des tubes de la gamme étalon. Cette méthode ne peut pas déceler les taux de protéines inférieurs à 0,10 g/l.

38 Méthode au rouge de pyrogallol très utilisée en routine principe basé sur la réaction des protéines avec le rouge de pyrogallol et le molybdate en milieu acide; pour former un complexe coloré lu au spectrophotomètre.

39 prélèvement = urines de 24 h. Interférence :la bilirubine, certains médicaments valeurs usuelles : < 0,15g/24h. élévation : suspicion altération de la fonction rénale

40 Les éléments de surveillance L'évolution de l'insuffisance rénale se mesure par la détermination de la clairance de la créatinine Clairance = volume sanguin épuré par le rein par unité de temps.

41 Elle doit se faire Tous les ans avec clairance de la créa nine supérieure à 50 ml/min, tous les 6 mois entre 50 et 30 ml/min, Plus fréquemment en cas d'insuffisance rénale chronique sévère.

42 Il existe différentes sortes de formule pour le calcul de la clairance: Formule tenant compte du volume urinaire. Dans ce cas il faut un prélèvement sanguin des urines de 24h. procéder aux dosages de la créatinine dans le sang, dans les urines en utilisant la même méthode.

43 déterminer la clairance suivant la formule UV/P U= concentration créatinine urinaire P= concentration créatinine sérique V= diurèse

44 Formule tenant compte de l âge du sexe et du poids ou formule de COCKROFT Clairance de la créatinine (ml/min):[140-âge(an)] X poids (Kg) X k /créatininémie (en μmol/l) K homme : 1,23 K femme : 1

45 valeurs physiologiques : ml / min pour une surface corporelle de 1.73 m2 valeurs plus faibles chez le jeune enfant : ml / min Les valeurs pathologiques varient en fonction du degré de l atteinte rénale

46 Quelques valeurs de créatininemie en fonction du degrés d atteinte FONCTION Clairance de la créatinine en ml/mn Fonction rénale normale >90 Insuffisance rénale légère Insuffisance rénale modérée Insuffisance rénale sévère Insuffisance rénale terminale < 15

47 CONCLUSION IR est un réel problème de santé publique avec l augmentation du nombre. La prise en charge précoce avec le dosage périodique des marqueurs comme la créatinine, l urée et les protéinuries est fondamentale afin de prévenir l apparition de symptômes mais aussi la survenue de pathologies liées telle que HTA, Diabète

48 SOURCES Doctissimo, Analyses médicales MFP retraite, fiches pratique Prospectus des paramètres dosés en biochimie

49 MERCI

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DU DIABETE Dr Arame Ndiaye OBJECTIFS 1- Enumérer trois conditions à respecter lors d un prélèvement sanguin

Plus en détail

LES SUBSTANCES AZOTEES

LES SUBSTANCES AZOTEES Département des sciences de base A 2éme Année médecine Cours de biochimie clinique LES SUBSTANCES AZOTEES NON PROTEIQUES Fat par le docteur LIMEM Khalifa L UREE Non toxique Très soluble Terme ultime principal

Plus en détail

Contrôles des traitements thermiques du lait

Contrôles des traitements thermiques du lait T BTK AT de biotechnologies Contrôles des traitements thermiques du lait L objectif de la séance est de réaliser une pasteurisation du lait avec différents protocoles de chauffage. Au cours du chauffage

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

PHYSIOLOGIE RENALE PHYSIOLOGIE RENALE

PHYSIOLOGIE RENALE PHYSIOLOGIE RENALE Jean Marie TRAWALE INSERM Unité U773 CRB3 Directeur de Recherche Docteur Richard MOREAU Hôpital BEAUJON CLICHY FRANCE 1 Le rein est composé d environ 1 000 000 d unités fonctionnant d une façon intégrée

Plus en détail

Dr BOGGIO L équilibre hydrique, électrolytique et acido-basique 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015

Dr BOGGIO L équilibre hydrique, électrolytique et acido-basique 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 Dr BOGGIO L équilibre hydrique, électrolytique et acido-basique 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 13 Equilibre hydrique, électrolytique et acidobasique Fonction essentielle

Plus en détail

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Dominique Chauveau Néphrologie et Immunologie Clinique CHU Rangueil, Toulouse Centre de Compétences «Maladies auto immunes» de Midi Pyrénées

Plus en détail

Quand le montrer au néphrologue?

Quand le montrer au néphrologue? Le diabétique néphropathe n : Quand le montrer au néphrologue? Journée e ANCA Le Puy en Velay, 8 juin 2007 Pierre-Yves Benhamou, CHU Grenoble 1 Le diabétique néphropathe n : Quels sont les enjeux? En présence

Plus en détail

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire Les problèmes du système excréteur urinaire http://www.bioweb.lu/anatomie/rein/rein.jpg Guide de l enseignant Document de travail RienST_guide de l'enseignant modifié.doc 1 Nous avons choisi façon de présenter

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

METABOLISME RENAL 1.1 GLOMERULE 1.2 TUBULE

METABOLISME RENAL 1.1 GLOMERULE 1.2 TUBULE METABOLISME RENAL Le rein est un organe complexe chargé de maintenir l homéostasie de l organisme en assurant l élimination de déchets produits par le métabolisme (urée, ammoniaque, acide urique ), le

Plus en détail

LES DYSTHYROIDIES : DIA I GN G OS O T S I T C I A U L A L BOR O ATO T I O R I E

LES DYSTHYROIDIES : DIA I GN G OS O T S I T C I A U L A L BOR O ATO T I O R I E LES DYSTHYROIDIES : DIAGNOSTIC AU LABORATOIRE Dr Bécaye FALL Biologiste Hôpital Principal de Dakar RESAOLAB 2010 1- INTRODUCTION Thyroïde (du grec «thyreoeides» = «en forme de bouclier») partie avant cou.

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE Modifications pharmacocinétiques liées à l âge Modifications pharmacodynamiques liées à l âge Pathologies associées Facteurs de risques sociaux et environnementaux Poly

Plus en détail

Evaluation du rapport albuminurie/créatininurie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte

Evaluation du rapport albuminurie/créatininurie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Evaluation du rapport albuminurie/créatininurie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte Décembre 2011 Service évaluation des actes

Plus en détail

Hyperammoniémie. M. BARTH CHU Angers S. BEKRI CHU Rouen D. DOBBELAERE CHU Lille. SFEIM 2012 Le Havre 23/06/2012

Hyperammoniémie. M. BARTH CHU Angers S. BEKRI CHU Rouen D. DOBBELAERE CHU Lille. SFEIM 2012 Le Havre 23/06/2012 Hyperammoniémie M. BARTH CHU Angers S. BEKRI CHU Rouen D. DOBBELAERE CHU Lille SFEIM 2012 Le Havre 23/06/2012 Définition Hyperammoniémie : Adulte > 50µmol/l (mais zone floue Période néonatale

Plus en détail

Clairance de la créatinine basse

Clairance de la créatinine basse Clairance de la créatinine basse Conduite à tenir 17 Janvier 2015 XII ème Rencontre des Amicales de Paris Dr. X. Belenfant Réseau de Néphrologie en Ile de France Service de néphrologie CH Montreuil Clairance

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

j ournée à l hypothyroïdie subclinique Depuis la venue sur le marché de techniques traiter ou ne pas traiter? d endocrinologie

j ournée à l hypothyroïdie subclinique Depuis la venue sur le marché de techniques traiter ou ne pas traiter? d endocrinologie j ournée d endocrinologie L hypothyroïdie subclinique : traiter ou ne pas traiter? Andrée Boucher, MD, FRCPC Présenté par la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, dans le cadre de la conférence

Plus en détail

LES EAUX DE CONSOMMATION

LES EAUX DE CONSOMMATION 1L TP COURS Partie 2 N 1 LES EAUX DE CONSOMMATION A. LES DIFFERENTS TYPES D EAUX Existetil plusieurs types d eaux de consommation? Il existe deux types d eaux de consommation : l eau minérale et l eau

Plus en détail

L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg,

L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg, Points essentiels L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg, l évaluation de la fonction rénale chez le nouveau-né reste très difficile et repose sur la clinique

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS Dérèglement thermique Hypothermie Hyperthermie Hyperthermie Hyperthermie Production de chaleur corporelle Exercice intense Elimination de chaleur corporelle Vague de chaleur Cadre iatrogène (syndr malin

Plus en détail

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Infections urinaires quelques aspects diagnostiques P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Mme X, 31 ans, vient vous voir en consultation pour brûlures mictionnelles et pollakiurie depuis 48h. ATCD

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

objectifs Exploration biochimique de la glycémie, des cétoses, du diabète sucré P-Glucose prérequis Les points suivants sont supposés connus :

objectifs Exploration biochimique de la glycémie, des cétoses, du diabète sucré P-Glucose prérequis Les points suivants sont supposés connus : objectifs 1 2 1/ Comprendre le choix des moyens diagnostiques et les facteurs de variabilité préanalytique pour sélectionner les analyses adéquates et les moyens nécessaires 2/ Connaître l ordre de grandeur

Plus en détail

Insuffisance rénale aiguë (IRA)

Insuffisance rénale aiguë (IRA) AU PROGRAMME Insuffisance rénale aiguë (IRA) Processus dégénératif Classiquement, on distingue l insuffisance rénale aiguë (IRA) de l insuffisance rénale chronique (IRC). L IRA, contrairement à l IRC,

Plus en détail

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009 CAT devant une créatinine qui monte EPU 29 avril 2009 Cas clinique Mme C., 63 ans est hospitalisée le 18/11/05 pour insuffisance rénale aigue Antécédents : - DNID ancien et compliqué - cardiopathie ischémique

Plus en détail

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N. Université Hadj Lakhdar Batna Faculté de médecine de Batna Laboratoire de physiologie La régulation de la glycémie Aspects pratiques TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.CHIBOUT Tache N 1 Quel est

Plus en détail

Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques

Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques Introduction Les neurones et les hématies sont des cellules ultra spécialisées qui ne consomment que du glucose. L approvisionnement

Plus en détail

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique EXPLORATION DU STATUT MARTIAL - info NUMERO 5 2013 ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique Son dosage isolé est SANS INTÉRÊT, il ne se justifie que couplé à celui de la transferrine qui permet

Plus en détail

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU METABOLISME DES IONS ET DE l EAU 1 GENERALITES Le corps humain est composé de 60 à 70% d eau. Cette eau se répartit dans deux compartiments, intra et extracellulaire. Ce dernier peut être lui même scindé

Plus en détail

Solutés de perfusion. IFSI Saint-Antoine. Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt

Solutés de perfusion. IFSI Saint-Antoine. Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt Solutés de perfusion IFSI Saint-Antoine Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt Troubles hydro-électrolytiques Déséquilibres acido-basiques États de choc Véhicules pour apports de médicaments Nutrition

Plus en détail

HTA et diabète en cours de grossesse

HTA et diabète en cours de grossesse cardiologie-pratique.com http://www.cardiologie-pratique.com/journal/article/0013642-hta-et-diabete-en-cours-de-grossesse HTA et diabète en cours de grossesse F. LANSE, S. BRUN, H. MADAR, A. NITHART, M.-A.

Plus en détail

Buvez, buvez... éliminez!!!

Buvez, buvez... éliminez!!! Buvez, buvez... éliminez!!! 1. L'urine: produit d'une régulation. Afin que les cellules fonctionnent à plein rendement, le milieu intérieur dans lequel elles baignent doit présenter une composition aussi

Plus en détail

Quand évoquer une maladie métabolique en urgence? Dr Claire GAY Service de pédiatrie Hôpital Nord Saint Etienne

Quand évoquer une maladie métabolique en urgence? Dr Claire GAY Service de pédiatrie Hôpital Nord Saint Etienne Quand évoquer une maladie métabolique en urgence? Dr Claire GAY Service de pédiatrie Hôpital Nord Saint Etienne généralités déficits de protéines enzymatiques communes à de nombreux organes - organelles

Plus en détail

Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 5 : Mesure de la fonction rénale : la clairance rénale Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

EXPOITATION PEDAGOGIQUE DE TRAVAUX PRATIQUES

EXPOITATION PEDAGOGIQUE DE TRAVAUX PRATIQUES EPREUVE PRATIQUE ET ORALE D ADMISSION SESSION : 2004 EXPOITATION PEDAGOGIQUE DE TRAVAUX PRATIQUES Durée : 8 heures Coefficient : 2 - Travaux pratiques de biochimie, durée 3h, coefficient 0.5 - Travaux

Plus en détail

Evaluation de l exposition tabagique chez un groupe de «fumeurs actifs» et un groupe de «fumeurs passifs».

Evaluation de l exposition tabagique chez un groupe de «fumeurs actifs» et un groupe de «fumeurs passifs». Evaluation de l exposition tabagique chez un groupe de «fumeurs actifs» et un groupe de «fumeurs passifs». Dosage de la nicotine et de la cotinine urinaires par chromatographie liquide haute performance

Plus en détail

RESAOLAB. Convention de Financement N AFD CZZ C. et SURVEILLANCE DE L HYPERTENSION ARTÉRIELLE

RESAOLAB. Convention de Financement N AFD CZZ C. et SURVEILLANCE DE L HYPERTENSION ARTÉRIELLE RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L HYPERTENSION ARTÉRIELLE Objectifs Enumérer les différents facteurs biologiques du risque athérogène Décrirele

Plus en détail

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel).

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). LES OEDEMES I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). = infiltration séreuse d'eau et de sodium, dans

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES

ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES 1 Affections provoquées par la présence de microcristaux dans l articulation Goutte Chondrocalcinose Dans les tissus avoisinants Rhumatisme à Hydroxyapatite 2 LA GOUTTE

Plus en détail

ANTITHROMBINE III HUMAINE (CONCENTRÉ D ) Antithrombinum III humanum densatum

ANTITHROMBINE III HUMAINE (CONCENTRÉ D ) Antithrombinum III humanum densatum NOTERELATIVEÀLAMONOGRAPHIE Cettemonographieaétécorrigéepourréintroduire et décrire in extenso la méthode de titrage de l héparine qui, jusqu au Supplément 8.3 de la Ph. Eur., figurait dans le chapitre

Plus en détail

Thème 4 Chapitre 1 Activité 2

Thème 4 Chapitre 1 Activité 2 Thème 4 Chapitre 1 Activité 2 EXTRACTION ET ANALYSE DE L HEXOKINASE DE SACCHAROMYCES CEREVISIAE Éléments de réponse ANALYSE DES RÉSULTATS 1.1. Cela permet de faciliter la lyse alcaline de la membrane de

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Fiche de présentation 2.2.b

Fiche de présentation 2.2.b Fiche de présentation 2.2.b Classe : 1 ère Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 2 Sous-thème : 2.2 Chez l Homme, les aliments sont d abord digérés, puis les nutriments

Plus en détail

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Pré-Requis : Dans le corpus en pédiatrie : nutrition de l enfant. Dans

Plus en détail

Informations et conseils

Informations et conseils MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Informations et conseils www.nephronaute.org Carte Néphronaute Mieux vivre avec une insuffisance rénale Nephronaute Card Coping better with renal failure

Plus en détail

INSUFFISANCE RENALE AIGUË

INSUFFISANCE RENALE AIGUË INSUFFISANCE RENALE AIGUË 1 DEFINITION : Diminution du débit de filtration glomérulaire responsable d un syndrome d urémie aiguë (élévation créatininémie et urémie) Constitution brutale ou rapidement progressive

Plus en détail

APPORT DE LA BIOCHIMIE DANS L EXPLORATION DU NEUROBLASTOME

APPORT DE LA BIOCHIMIE DANS L EXPLORATION DU NEUROBLASTOME APPORT DE LA BIOCHIMIE DANS L EXPLORATION DU NEUROBLASTOME L. YARGUI, S. MOKHTARI, Z. EL MOKHEFI, A. BERHOUNE LABORATOIRE CENTRAL DE BIOCHIMIE CHU MUSTAPHA ALGER INTRODUCTION Les catécholamines ( dopamine,

Plus en détail

Explorations de la fonction rénale

Explorations de la fonction rénale Explorations de la fonction rénale Plan 1. Objectifs du TD 2. Les explorations statiques de la fonction rénale Principes d interprétation d un ionogramme Principes d interprétation de l urée sanguine,

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

Chromiting basse teneur en cobalt Passivation en couche épaisse pour Zinc et alliages de zinc

Chromiting basse teneur en cobalt Passivation en couche épaisse pour Zinc et alliages de zinc SurTec 680 LC Chromiting basse teneur en cobalt Passivation en couche épaisse pour Zinc et alliages de zinc Propriétés Liquide concentré à base de chrome trivalent. Meilleure protection anticorrosion que

Plus en détail

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN 2012 1 - Augmentation du poids : L augmentation du

Plus en détail

LE SYNDROME INFECTIEUX

LE SYNDROME INFECTIEUX LE SYNDROME INFECTIEUX Les maladies infectieuses résultent de l'agression de l'organisme par un être vivant microscopique ou macroscopique, Cette agression entraine généralement une ou des altérations

Plus en détail

Santé. Les analyses sanguines et votre animal

Santé. Les analyses sanguines et votre animal Santé Les analyses sanguines et votre animal Les analyses de sang, c est important! Les analyses sanguines permettent fréquemment de détecter des maladies avant que votre chien ou votre chat ne montre

Plus en détail

Le métabolisme phosphocalcique

Le métabolisme phosphocalcique Le métabolisme phosphocalcique 1 Métabolisme du calcium et du phosphore : 1.1. Calcium : Métabolisme : Répartition : 99% dans les dents et dans le squelette. 1% dans le reste de l organisme. Le métabolisme

Plus en détail

Cas cliniques Diabète

Cas cliniques Diabète Cas cliniques Diabète 2012 Cas clinique diabète N 1 Un homme de 57 ans, 1,70m pour 87 kg, consulte après la découverte d une glycosurie positive lors d une visite à la médecine du travail. Il ne présente

Plus en détail

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres.

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres. 1. Objet E.II.4.V1 DOSAGE DES CYANURES TOTAUX ET LIBRES : MÉTHODES D ANALYSE EN FLUX CONTINU Cette procédure a pour objet la détermination de la teneur en cyanures libres, en cyanures non oxydables au

Plus en détail

Infections Urinaires Quoi de neuf?

Infections Urinaires Quoi de neuf? Infections Urinaires Quoi de neuf? 6 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en établissement médico-sociaux Laurence Guet De nouvelles recommandations SPILF 2014 1. Recommandations

Plus en détail

Devoir de contrôle N 3

Devoir de contrôle N 3 Devoir de contrôle N 3 M : Hakim 4 ème sciences expérimentales 2009-2010 Première partie : restitution des connaissances (12 points) A // QCM (4 points) Pour chacune des questions suivantes il peut y avoir

Plus en détail

Diabète sucré. du chien et du chat

Diabète sucré. du chien et du chat Diabète sucré du chien et du chat Diabète sucré du chien et du chat Le diabète sucré est une maladie bien connue chez l homme. Ce que l on ne sait pas toujours c est qu elle peut toucher également nos

Plus en détail

Les diabètes et Les gens de mer

Les diabètes et Les gens de mer Les diabètes et Les gens de mer La vie à bord Confinement Eloignement Majoration des risques Les complications Accidents aigus hypoglycémie acido-cétose Complications dégénératives cardiovasculaire infections,

Plus en détail

Le diabète. Sensibiliser les apprenants sur les types du diabète, et sur le sujet en général à travers les réponses des questions suivantes :

Le diabète. Sensibiliser les apprenants sur les types du diabète, et sur le sujet en général à travers les réponses des questions suivantes : Le diabète Titre:Le diabète de type 2 Public : endocrinologues de niveau A2 Durée : 2h Objectif général : s informer sur les antécédents familiaux d un patient afin de bien diagnostiquer la maladie Mots-clés

Plus en détail

Régulation de l équilibre acido-basique

Régulation de l équilibre acido-basique Régulation de l équilibre acido-basique Introduction Les ions H + dans l organisme Concentration en ions H + remarquablement constante : - ph du plasma artériel = 7,40 +/- 0,03 - Le sang veineux plus riche

Plus en détail

Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010. Population cible Etudiants en 1ère année Médecine

Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010. Population cible Etudiants en 1ère année Médecine Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010 Population cible Etudiants en 1ère année Médecine Pré-requis Notions de ph, acides, bases, ampholytes Mesure du ph, Physiologie des échanges gazeux respiratoire,

Plus en détail

Au sujet de vos reins. Insuffisance Rénale Chronique

Au sujet de vos reins. Insuffisance Rénale Chronique Insuffisance Rénale Chronique Les reins sont des organes vitaux. Leur tâche principale est de nettoyer (de filtrer) le sang des toxines ou des déchets du métabolisme. Ce sont ces toxines / déchets et l'excès

Plus en détail

I - LES EAUX DE CONSOMMATION

I - LES EAUX DE CONSOMMATION THEME N 2 : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Ce thème est une approche à la fois individuelle et globale des problèmes de l'alimentation des hommes sur la planète. Ce thème doit permettre de poser scientifiquement

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

LABORATOIRE D ANALYSES DE BIOLOGIE MEDICALE. Glycémie.0.75 g/l N: 0.70 1.10 4.16 mmol/l

LABORATOIRE D ANALYSES DE BIOLOGIE MEDICALE. Glycémie.0.75 g/l N: 0.70 1.10 4.16 mmol/l La régulation de la glycémie Introduction : Qu est ce que la glycémie? Quelles sont les valeurs normales de la glycémie? Document 1: bilan sanguin d une personne non diabétique (à jeun) Docteur P Pharmacien

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre INFECTIONS URINAIRES Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre Anatomie des voies urinaires Infections urinaires : épidémiologie Infections très fréquentes 2 e site d infection bactérienne communautaire

Plus en détail

EVALUATION NORMATIVE S3

EVALUATION NORMATIVE S3 Date: dimanche 10 novembre 2013 Benjamin Beaugé PROCESSUS OBSTRUCTIF 2.8 EVALUATION NORMATIVE S3 Question 1: Expliquer le mécanisme physiopathologique de l embolie pulmonaire. /1 Question 2: Expliquer

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET REMPLACEMENT 2010 France métropolitaine Option : ANABIOTEC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE E2 DU DEUXIÈME GROUPE SCIENCES ET TECHNIQUES DE LA MATIÈRE Durée : 3 heures Matériel(s) et document(s)

Plus en détail

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations)

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo EXERCICE 1 : Un enfant de 10 ans est amené par ses parents aux urgences

Plus en détail

Hydratation - eau. Alimentation du sportif: apports en eau

Hydratation - eau. Alimentation du sportif: apports en eau Alimentation du sportif: apports en eau 1 L eau représente 40 à 70% de la masse corporelle (selon son âge, son sexes et sa composition corporelle). Elle représente 65 à 75 % de sa masse musculaire et environ

Plus en détail

Table des matières. I. ÉPIDÉMIOLOGIE 13 A. Données démographiques 13 B. Données socio-économiques 14

Table des matières. I. ÉPIDÉMIOLOGIE 13 A. Données démographiques 13 B. Données socio-économiques 14 Table des matières CHAPITRE 1 VIEILLISSEMENT NORMAL : ASPECTS BIOLOGIQUES, FONCTIONNELS ET RELATIONNELS. DONNÉES ÉPIDÉMIOLOGIQUES ET SOCIOLOGIQUES. PRÉVENTION DU VIEILLISSEMENT PATHOLOGIQUE 13 Module 5.

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

[E1-2004S] EXERCICE N 1 (40 pts): Les questions 3 et 4 peuvent être traitées indépendamment des q. 1 et 2.

[E1-2004S] EXERCICE N 1 (40 pts): Les questions 3 et 4 peuvent être traitées indépendamment des q. 1 et 2. [E1-004S] EXERCICE N 1 (40 pts): Les questions 3 et 4 peuvent être traitées indépendamment des q. 1 et. QUESTION N 1 : On sait que la pharmacocinétique d un médicament A répond à un modèle monocompartimental.

Plus en détail

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LA FIEVRE AIGUE DE L ENFANT Introduction (1) Symptôme majeur Angoisse excessive Température = équilibre entre pertes et production de chaleur Fièvre = réponse normale de

Plus en détail

E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE. 4. Conditionnement et conservation de l échantillon

E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE. 4. Conditionnement et conservation de l échantillon E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE 1. Objet Description du dosage du mercure par spectrométrie atomique de vapeur froide. 2. Domaine d application

Plus en détail

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif.

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif. 1 Normalement, chaque individu a dans chacune de ces cellules 23 paires de chromosomes numérotées de 1 à 22, la 23ème paire étant la paire des chromosomes sexuels. Une des anomalies chromosomiques les

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES 1 Définitions Infections pouvant atteindre tous les segments de l arbre urinaire Gravité variable: de la simple cystite à l urosepsis. 2 Définitions Forme simple ou

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA 5 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique des médicaments

Plus en détail

PARTIE A : FONCTIONNEMENT DE L ORGANISME ET BESOIN EN ENERGIE

PARTIE A : FONCTIONNEMENT DE L ORGANISME ET BESOIN EN ENERGIE PARTIE A : FONCTIONNEMENT DE L ORGANISME ET BESOIN EN ENERGIE Introduction : Copier/coller dans la barre d adresse internet : http://www.youtube.com/watch?v=ehynwvndugc Christophe Lemaître 100m, 9.98 secondes,

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé

Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé Bruno Lesourd (Clermont-Ferrand) La nutrition = apports énergétiques Entrées énergétiques : alimentation GLP (Glucides, Lipides, Protides) + cofacteurs

Plus en détail

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_464776/methodes-devaluation-du-risque

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_464776/methodes-devaluation-du-risque Surveillance sérologique et prévention de la toxoplasmose et de la rubéole au cours de la grossesse http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1165635/surveillance-serologique-et-p Marqueurs cardiaques dans

Plus en détail

L EPILEPSIE CHEZ LE BERGER AUSTRALIEN Février 2012

L EPILEPSIE CHEZ LE BERGER AUSTRALIEN Février 2012 L EPILEPSIE CHEZ LE BERGER AUSTRALIEN Février 2012 Par le Dr Jutta Weissl, Team neurologie de la clinique Vétérinaire du LMU Traduction de l allemand par Muriel Clementz Etude En 2009, nous avons lancé

Plus en détail

Programme du cours. Terminologie Médicale. A) Préfixes. B) Morphologie. C) Physique-Physiologie. D) Moyens d investigation. E) Méthodes thérapeutiques

Programme du cours. Terminologie Médicale. A) Préfixes. B) Morphologie. C) Physique-Physiologie. D) Moyens d investigation. E) Méthodes thérapeutiques Anatomie, Physiologie, Pathologie Humaine Programme du cours Introduction Terminologie Médicale A) Préfixes B) Morphologie. C) Physique-Physiologie D) Moyens d investigation E) Méthodes thérapeutiques

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

Qualité de l eau. I. Analyse qualitative d une eau. 1. Test de mises en évidences de quelques ions :

Qualité de l eau. I. Analyse qualitative d une eau. 1. Test de mises en évidences de quelques ions : 1 Qualité de l eau L eau potable est le produit alimentaire le plus surveillé. Les normes de qualité de l eau potable définies par le ministère de la Santé et le Parlement Européen sont très rigoureuses.

Plus en détail

1 But de la manipulation

1 But de la manipulation LA DIGESTION ENZYMATIQUE La digestion consiste essentiellement en une transformation chimique que subissent les aliments ingérés sous l'action d'enzymes sécrétés par les glandes digestives. Ces phénomènes

Plus en détail

Cirrhose et complications de la cirrhose

Cirrhose et complications de la cirrhose -----Vous êtes ici : Accueil > Espace Médecins > Hépatobase > Cirrhose > Complications de la cirrhose Cirrhose et complications de la cirrhose Diagnostic La cirrhose asymptomatique compensée ou cirrhose

Plus en détail

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant Dossier 1 N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte Complications : Diagnostiquer un diabète chez l enfant et l adulte. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise

Plus en détail

Enfants: La dose recommendée de phosphates pour des nourrissons et des jeunes enfants, est comprise entre 1,0 1,5 mmol/kg/jour.

Enfants: La dose recommendée de phosphates pour des nourrissons et des jeunes enfants, est comprise entre 1,0 1,5 mmol/kg/jour. 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Glycophos, concentré pour solution pour perfusion. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 1 ml de Glycophos contient : Glycérophosphate de sodium 5.H 2O 306,1 mg (ce qui

Plus en détail

Régulation du ph sanguin Perturbations de l'équilibre A-B

Régulation du ph sanguin Perturbations de l'équilibre A-B Plan I. Structure du système respiratoire Système aérien et respiratoire Mécanisme de la ventilation Vascularisation pulmonaire Physiologie de la respiration II. Echanges gazeux Hématose - Rapport V/Q

Plus en détail

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger 1 Institut national de santé publique Année 2014 2 Sommaire 1- INTRODUCTION 3 2- METHODOLOGIE 4 2-1 Type d étude

Plus en détail