Normaliser l investissement des fonds de pension: processus historiques aux USA,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Normaliser l investissement des fonds de pension: processus historiques aux USA, 1960-1990"

Transcription

1 Normaliser l investissement des fonds de pension: processus historiques aux USA, Sabine Montagne IRISSO- Université Paris-Dauphine Colloque Les normes de la finance. La gestion d actifs: normalisation par les benchmarks SMABTP 20 Novembre 2013

2 La «normalisation» des pratiques? Phénomènes: Émergence de la gestion institutionnelle, distincte de la gestion privée, 1960s Des vagues successives de modes de gestion s Hypothèse d une normalisation progressive: convergence vers une (plusieurs?) définition des pratiques «convenables» réglementairement acceptables économiquement satisfaisantes Perspective historique: pourquoi et comment ça change? Contraintes structurelles, dynamiques endogènes, injonctions exogènes Conditions macro et socioéconomiques, professionnelles, réglementaires Les processus de transformation; rémanence et renouvellement Étudier la normalisation de manière sociologique Concurrence groupes socio-professionnels, transformation identités professionnelles Déplacement des représentations Fabrication et effets des normes juridiques Conditions dans lesquelles une norme d investissement est déplacée ou maintenue

3 Deux «turning points» «La révolution de l investissement»: Déplacement des représentations et des pratiques; fin de l investissement keynésien Logiques économiques et professionnelles, sectorielles Développement des investisseurs institutionnels Réactivité des praticiens de l investissement Concurrence de la théorisation universitaire La loi ERISA 1974 Tentative de normalisation du comportement des trustees des fonds de pension privés Logiques réglementaires et politiques Obligation de rendre des comptes Adoption de la Théorie Moderne de Portefeuille

4 Références «La révolution de l investissement»: «Go-Go managers» contre futurs prix Nobel d économie: construction de l investisseurs financier moderne aux Etats- Unis dans les années 1960». à paraître janvier 2014 in Sociétés Contemporaines La loi ERISA 1974 Les fonds de pension entre protection sociale et spéculation financière. Odile Jacob, 2006 «Pouvoir financier vs. pouvoir salarial. Les fonds de pension américains», Annales HSS, n 6, 2005

5 La révolution de l investissement I. 1 Le conflit des représentations La rationalité du New Deal Information disclosure (émetteurs) Professionnels certifiés (analystes financiers) Un processus de décision informé et professionnel. Sélection d investissement suitable Principes Concentration sur quelques titres boursiers Diversification = to admit that we don t know La rationalité de la Financial economics Des études empiriques Sur les cours boursiers dans le long terme: marche aléatoire Sur les performances de mutual funds: sous performent par rapport à moyenne du marché Concepts: diversification, Efficient Market Hypothesis, Modern Portfolio Theory (index funds), processus de prise de décision impersonnel Samuelson 1974: Most portfolio decision makers should go out of the business taking up plumbing, teach greek, or help produce the annual GDP by serving as corporate executives

6 La révolution de l investissement I.2 L initiative des grands corporate. Le culte de la performance L exemple des grands corporate: General Motors, America Greetings, Hewlette Packard, Telephone & Telegraph Corp., General Telephone & Electronics corp. etc. Déléguer une partie de la gestion financière (Trésorerie ou fonds de pension) à plusieurs gérants indépendants des banques: investment consulting firms Une innovation organisationnelle de grandes entreprises oligopolistiques ou régulées administrativement Dans l objectif d augmenter les rendements des placements grâce à l investissement en actions Un renversement des représentations: Concevoir des centres de profit plutôt que de coûts Politiques traditionnelles conservatrices: faible risque, faible rendement, limiter risque de perte en capital Mais faible rémunération = sources de risques (provisions insuffisantes) Donc nouvelle prévoyance exige prise risque jusqu alors considérée comme excessive

7 La révolution de l investissement I.3 La mise sous surveillance des gérants Comment recruter, comparer les gérants? Un problème de méthode, un problème d organisation pratique Contexte : diversification des institutions financières, offres entrelacées, discrimination difficile L invention de la mesure de performance: Becker & co, Chicago: Corporate Funds Evaluation Service fonds recensés en Value Line Investment Survey Money Market Directory (1100 fonds en 1971) Des évaluations publiques Une concurrence nouvelle / courtiers: mise en relation impersonnelle, médiatisée par des critères descriptifs, bases de données

8 La révolution de l investissement I.4 Les premières innovations de gestion «Singulariser un portefeuille en fonction du profil du client, étant entendu que chaque client avait des exigences spécifiques» - gestion privée Définir une gestion plus universelle, moins idiosyncrasique/ préférences personnelles, plus adaptée aux gros montants La finance des mutual funds: go-go funds Rotation des portefeuilles rentable car liquidités domestique et étrangère. Bulle boursière. «le moyen le plus sur de préserver le capital c est de le doubler» Séduction des investisseurs institutionnels

9 I. Conclusion de la (première) révolution de l investissement Tendance baissière 1969, krach , disparition des go-go funds Investisseurs institutionnels désertent le marché actions (money market funds, bonds) Les idées de gestion indexée progressent, les idées keynésiennes perdent du terrain : Premier fonds indiciel alimenté par un fonds de pension (Samsonite/ Wells Fargo) 1971 First index Mutual Fund (Vanguard) 1976 L industrie de la mesure de performance et du consulting se met en place: évaluation des performances des gérants / critères publics

10 ERISA II.1 Un design bien intentionné Protéger: Une nouvelle division du travail (ERISA -1974) Sécuriser la gestion financière des fonds de pension privés Par l externalisation vers des professionnels Préoccupation législateur: système viable économiquement et politiquement (inciter les employeurs, protéger les salariés, développer secteur financier) Surveiller: Une supervision panoptique Délégation mais pas carte blanche: encadrer le pouvoir des gérants financiers Cadre cognitif: référence à la théorie financière, MPT (1979), marchés efficients Cadre organisationnel: justifier la décision d investissement en exhibant les procédures qui y ont conduit. Cadre sectoriel: industrie du recrutement et de l évaluation par consultants (Russell) Principe de régulation économique: concurrence des performances entre gérants, opérationnalisée par des mandats de courte durée, révocables instantanément Justifier les actions; rendre les décisions compréhensibles et comparables

11 ERISA II.2 L héritage du droit des trusts: Le devoir d investigation impartiale Le trustee doit enquêter sur les procédures du délégataire (vérifier sa capacité organisationnelle) en exerçant sa propre capacité de jugement: Se construire une conviction personnelle- jugement singulier Raisonnement en propre- distance à l argumentaire des personnes qualifiées: «le trustee peut prendre l avis de ces personnes pour autant qu il exerce son propre jugement» Faire un effort «honnête, objectif» pour «questionner ce qui ne fait pas sens» sans dupliquer l analyse de l expert. Le trustee évalue en son âme et conscience : héritage du jugement personnalisé du trustee dans le droit des trusts Trouver en lui-même les ressources d une évaluation critique du gérant Le trustee appartient à un groupe social, caractérisé par des pratiques d investissement communes et reconnues

12 ERISA II.3 Le renouvellement de ERISA: le contrôle de la conformité des procédures Un modèle de prise de décision et d organisation interne du gérant Existence de procédures de prise de décision Utilisation des outils d aide à la décision disponibles sur le marché Outils souvent publics (commercialisés) La tâche du trustee: juger de la conformité des procédures du gérant par rapport au modèle Une évaluation extériorisée (pas déposée dans une personne dont la subjectivité est mobilisée) et objectivée (constituée d objets séparés des personnes) La référence à des manières de faire non déposée dans une personne particulière et ne reposant pas sur une subjectivité: une constante du droit des trusts (le trustee se réfère à la communauté des pratiques reconnues) La nouveauté de ERISA: référence à des procédures plus spécifiées, des objets produits par le marché financier.

13 commentaire Le rôle de ces procédures et outils : l interprétation de l Economie des Conventions: Coordination des agents par des «objets qualifiés», qui «restent en tiers aux acteurs», Construits collectivement et reconnus comme repères valables pour l action, Extériorisés / personne, ils «objectivent» les situations Le jugement n est plus fondé sur des valeurs mais sur un rapport aux choses et à leur objectivité: il est une procédure qui évalue d autres procédures. L évaluation des actions privilégie un examen des procédures qui ont conduit à l action.

14 ERISA II.4 Investir avec prudence La «prudence substantielle du droit des Trusts (MA-1970s) Sauvegarder le capital, rechercher une distribution régulière de revenus (Restatment of Trust, 1959) De plus, certains états restreignent le spectre des titres éligibles; liste de titres autorisés Le trustee et le gérant sont complètement canalisés par des règles substantielles La «prudence procédurale» du Prudent Man (1830) Définition cantonné à la région de Boston Investir comme des hommes comparables, placés dans la même situation L homme prudent, encore attaché à une communauté de semblables, un comportement socialement accepté et moralement juste Insiste sur la conformité du processus de décision plus que sur le résultat obtenu ERISA, le «prudent expert», et la théorie financière (1970s) La délégation: cohérente avec le cadre procédural précédent (communauté de référence): la finance comme nouvelle communauté, source légitime pour établir les bonnes pratiques Face à l exigence de justification de leurs actions, les gérants produisent leurs propres outils, référents pour la prise de décision d investissement

15 Conclusion Logique économique: Phase 1: recherche de performance des grands corporate, mise en concurrence des investment firms, construction d une industrie de la mesure de performance, changement des pratiques d investissement (rotation portefeuilles, diversification) Abandon de l investissement keynésien (concentration) Phase 2: éclatement bulle 1960s, démarrage gestion indicielle Logique politique: Déléguer mais surveiller, rendre la décision d investissement compréhensible de l extérieur, tracer l activité du gérant Privilégier des procédures de décision utilisant des références au marché: incitation à gestion benchmarkée

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences UE 13 Contrôle de gestion Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences www.crefige.dauphine.fr polycopié de TD Ouvrage de référence : Henri BOUQUIN, Comptabilité

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS Novembre 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Gestion saine

Plus en détail

HSBC Global Asset Management

HSBC Global Asset Management HSBC Global Asset Management Présentation destinée à des investisseurs professionnels au sens de la Directive Européenne MIF. HSBC Global Asset Management combine présence mondiale et savoir-faire local

Plus en détail

Votre accès à un monde de placements

Votre accès à un monde de placements Portefeuille HSBC Sélection mondiale MD Votre accès à un monde de placements Accès à des gestionnaires de portefeuille à l échelle locale et mondiale Le service Portefeuille Sélection mondiale tire profit

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Entretien publié in Confrontations Europe n 97, Janvier-Mars 2012 1 L Autorité des normes comptables (ANC),

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

First State Investments ICVC. (la «Société») Société d investissement à capital variable

First State Investments ICVC. (la «Société») Société d investissement à capital variable Londres, le 4 novembre 2014 FIRST STATE EMERGING MARKETS LOCAL CURRENCY BOND FUND Nous vous informons par la présente que les nouvelles Catégories d'actions (Catégorie A (couverte) Euro (brute), Catégorie

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

Guichet entreprises Petit déjeuner des start-up

Guichet entreprises Petit déjeuner des start-up Guichet entreprises Petit déjeuner des start-up Du rôle et de la responsabilité du Conseil d Administration de la S.A. Lausanne, le 17 janvier 2003 1 Département de l économie, Service de l Economie et

Plus en détail

Hedge funds: des faiblesses dans la gestion des risques

Hedge funds: des faiblesses dans la gestion des risques Avec leurs rendements supérieurs aux actifs traditionnels et leur faible volatilité, les hedge funds attirent toujours de nombreux investisseurs. Néanmoins, ils restent risqués. Hedge funds: des faiblesses

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune 2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir et de

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

D Expert en Finance et Investissements

D Expert en Finance et Investissements MODULES FINAL D Expert en Finance et Investissements Copyright 2014, AZEK AZEK, Feldstrasse 80, 8180 Bülach, T +41 44 872 35 35, F +41 44 872 35 32, info@azek.ch, www.azek.ch Table des matières 1. Modules

Plus en détail

LE RAFP. Un investisseur de long terme,

LE RAFP. Un investisseur de long terme, LE RAFP Un investisseur de long terme, SOMMAIRE 04_ L investissement socialement responsable 06_ Une politique ISR au cœur du développement du Régime 08_ Une politique d investissement de long terme 09_

Plus en détail

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Fonds de placement en Suisse Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Table des matières Page Avant-propos 3 Définitions 4 Fonctionnement d un fonds de placement 6 Caractéristiques des fonds

Plus en détail

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Sommaire Le sens de l Histoire Le Groupe UFG-LFP La déclinaison de la stratégie

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

Caroline 9 Case postale 288 1001 Lausanne Tél. 021 348 21 11 www.retraitespopulaires.ch

Caroline 9 Case postale 288 1001 Lausanne Tél. 021 348 21 11 www.retraitespopulaires.ch Caroline 9 Case postale 288 1001 Lausanne Tél. 021 348 21 11 www.retraitespopulaires.ch 2 Chapitre Notre entreprise Sous-chapitre (s) Georges Renaudet Responsable du service informatique g.renaudet@retraitespopulaires.ch

Plus en détail

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Préambule Fondation privée reconnue d utilité publique à but non lucratif, l Institut Pasteur dispose de différents types de ressources

Plus en détail

Les Marchés boursiers émergents

Les Marchés boursiers émergents Benjamin Ndong Les Marchés boursiers émergents Problématique de l efficience Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions

Plus en détail

UN GUIDE POUR INVESTISSEMENTS RUSSELL Investir.

UN GUIDE POUR INVESTISSEMENTS RUSSELL Investir. UN GUIDE POUR INVESTISSEMENTS RUSSELL Investir. INVESTIR. ENSEMBLE ṂC Une approche de placement pour la conception, la construction et la gestion de portefeuilles dans le meilleur intérêt des investisseurs

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Valorisation dans le secteur de l assurance

Valorisation dans le secteur de l assurance DRAFT Valorisation dans le secteur de l assurance Philippe TRAINAR Chief Risk Officer, SCOR Group Colloque de l Association de Comptabilité Nationale 2-4 juin 2010, Paris INTRODUCTION La question de la

Plus en détail

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines 5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines Avec toute la volatilité qui règne sur les marchés ces derniers temps, nombreux sont les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Relations Presse : Tel : +33(1) 77 13 51 72 Tel : +33(1) 75 54 77 94 Cell : +33(6)17 78 48 44 Cell : +33(6) 10 70 29 72

DOSSIER DE PRESSE. Relations Presse : Tel : +33(1) 77 13 51 72 Tel : +33(1) 75 54 77 94 Cell : +33(6)17 78 48 44 Cell : +33(6) 10 70 29 72 DOSSIER DE PRESSE FOURPOINTS Investment Managers 13-15 rue de La Baume 75008 Paris France Tél. + 33 (0) 1 40 28 16 50 Fax + 33 (0) 1 40 28 00 55 www.fourpointsim.com Relations Presse : Alexandra Origet

Plus en détail

VILLAGE DE CASSELMAN. Politique de placement

VILLAGE DE CASSELMAN. Politique de placement VILLAGE DE CASSELMAN Politique de placement Politique F3 (10/05/2005) OBJECTIF Pour s assurer que les surplus de liquidité et le portefeuille de placement sont gérés de façon prudente. DÉFINITIONS Actifs

Plus en détail

Gestion institutionnelle d actifs : tendances du secteur, incitations et implications pour l efficience de marché 1

Gestion institutionnelle d actifs : tendances du secteur, incitations et implications pour l efficience de marché 1 Ingo Fender +41 61 280 9458 ingo.fender@bis.org Gestion institutionnelle d actifs : tendances du secteur, incitations et implications pour l efficience de marché 1 La gestion institutionnelle s est développée

Plus en détail

Colloque international

Colloque international Colloque international La finance au travail Université Paris-Ouest 9 et 10 Octobre 2014 Appel à communications 1 Le présent appel à communications cherche à rassembler des recherches sur le travail financier

Plus en détail

«PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION»

«PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION» «PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION» PROMO 7 La formation au coaching QUI SOMMES-NOUS? Nous sommes des coachs professionnels, hommes et femmes, témoins et acteurs de l évolution des

Plus en détail

Source : DalpéMilette. Date : 21 janvier 2014

Source : DalpéMilette. Date : 21 janvier 2014 Sujet : Transactions de portefeuille : on rajoute un fonds de couverture (hedge fund). / Portfolio transactions: we are adding a hedge fund. Source : DalpéMilette Date : 21 janvier 2014 Les opinions exprimées

Plus en détail

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale Banque de détail Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale L évolution de l environnement et les enjeux dans la Banque de détail CENTRES D'APPELS Intensification du

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

LES DIX PLUS IMPORTANTES CAISSES DE RETRAITE DU CANADA ALIMENTENT LA PROSPÉRITÉ NATIONALE

LES DIX PLUS IMPORTANTES CAISSES DE RETRAITE DU CANADA ALIMENTENT LA PROSPÉRITÉ NATIONALE LES DIX PLUS IMPORTANTES CAISSES DE RETRAITE DU CANADA ALIMENTENT LA PROSPÉRITÉ NATIONALE En tant que gestionnaires d une importante partie de l actif de retraite au Canada, et avec plus de 400 milliards

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

La réforme de la structure du secteur bancaire de l Union européenne

La réforme de la structure du secteur bancaire de l Union européenne La réforme de la structure du secteur bancaire de l Union européenne Synthèse et analyse des propositions du rapport Liikanen octobre 2012 Sommaire 1 Une réponse pragmatique à la nécessaire réforme structurelle

Plus en détail

PORTEFEUILLES SYMÉTRIE. Solution de placement façon fonds de pension

PORTEFEUILLES SYMÉTRIE. Solution de placement façon fonds de pension PORTEFEUILLES SYMÉTRIE Solution de placement façon fonds de pension MOINS ÉLEVÉ POTENTIEL DE RENDEMENT PLUS ÉLEVÉ PORTEFEUILLES SYMÉTRIE Portefeuille croissance Symétrie Portefeuille croissance modérée

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs LA FRANCAISE GLOBAL INVESTMENT SOLUTIONS La Française GIS est une des 3 entités du Groupe La Française et

Plus en détail

Annie RICHARD. Grenoble Ecole de Management FORMACADRE 3e Alt.

Annie RICHARD. Grenoble Ecole de Management FORMACADRE 3e Alt. Oral de Management Annie RICHARD Grenoble Ecole de Management FORMACADRE 3e Alt. Avril 2004 voir mini-cv en slide 19 1 Le thème no 009 Les structures organisationnelles dans les entreprises du secteur

Plus en détail

Examiner les risques. Guinness Asset Management

Examiner les risques. Guinness Asset Management Examiner les risques Guinness Asset Management offre des produits d investissement à des investisseurs professionnels et privés. Ces produits comprennent : des compartiments de type ouvert et investissant

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 2 LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement Financée par le Conseil

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

Chapitre 5 L efficience des marchés financiers

Chapitre 5 L efficience des marchés financiers Chapitre 5 L efficience des marchés financiers 1. Les formes d efficience des marchés financiers 2. L efficience informationnelle 3. L efficience évaluative 4. Repérer les bulles spéculatives Question

Plus en détail

BNP Paribas Investment Partners

BNP Paribas Investment Partners FOR PROFESSIONAL INVESTORS BNP Paribas Investment Partners Conférence téléphonique - Gestion obligataire Jeudi 4 juillet 2013 2 Eurozone Fixed Income Performances à fin juin 2013 Eurozone main bond indices

Plus en détail

Private banking: après l Eldorado

Private banking: après l Eldorado Private banking: après l Eldorado Michel Juvet Associé 9 juin 2015 Toutes les crises génèrent de nouvelles réglementations Le tournant de 2008 Protection des clients MIFID, UCITS, FIDLEG Bilan des banques

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

Pourquoi choisir un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant?

Pourquoi choisir un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant? Pourquoi choisir un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant? Sommaire Le Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant, p. 1 qui est-il? L indépendance p. 2 Faire appel à un Conseiller en Gestion

Plus en détail

Asset Management. A Commitment to Excellence

Asset Management. A Commitment to Excellence Asset Management A Commitment to Excellence L ambition que nous poursuivons et que nous partageons avec nos partenaires et clients s enracine profondément dans la culture d un groupe qui met l excellence

Plus en détail

STATE STREET INVESTMENT ANALYTICS ANNONCE LES RÉSULTATS DE SON INDICE DES CAISSES DE PENSION SUISSES AU QUATRIÈME TRIMESTRE

STATE STREET INVESTMENT ANALYTICS ANNONCE LES RÉSULTATS DE SON INDICE DES CAISSES DE PENSION SUISSES AU QUATRIÈME TRIMESTRE STATE STREET INVESTMENT ANALYTICS ANNONCE LES RÉSULTATS DE SON INDICE DES CAISSES DE PENSION SUISSES AU QUATRIÈME TRIMESTRE L indice des caisses de pension suisses affiche un rendement en baisse de 8,79

Plus en détail

Décembre 2013 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

Décembre 2013 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Décembre 2013 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Préambule 1. Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le

Plus en détail

UNE GAMME COMPLÈTE DE CONTRATS À VOCATION PATRIMONIALE VIE CONTRATS DE GROUPE MULTISUPPORTS / MULTIGESTIONNAIRES

UNE GAMME COMPLÈTE DE CONTRATS À VOCATION PATRIMONIALE VIE CONTRATS DE GROUPE MULTISUPPORTS / MULTIGESTIONNAIRES APREP MULTIGESTION UNE GAMME COMPLÈTE DE CONTRATS À VOCATION PATRIMONIALE VIE CAPI TNS CONTRATS DE GROUPE MULTISUPPORTS / MULTIGESTIONNAIRES ASSOCIATION POUR LA PROTECTION DE LA RETRAITE DE L ÉPARGNE ET

Plus en détail

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE)

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE) 2 2004 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE) Dans la gestion de portefeuilles en actions, Swissca mise

Plus en détail

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 Nouvelles contraintes, limites, mais avec quel avantage? Vincent Tattini Plan A. Les nouveautés de MIFID 2 B. Loi sur les services financiers

Plus en détail

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Vos besoins au centre Credit Suisse Invest Mandate Expert Partner Compact 2 / 20 4 Des arguments qui font la différence Profitez d un conseil en placement

Plus en détail

LES RELATIONS PUBLIQUES

LES RELATIONS PUBLIQUES Andrea Catellani, Caroline Sauvajol-Rialland LES RELATIONS PUBLIQUES Préfaces Jean-Luc Letouzé Thierry Libaert DES MÊMES AUTEURS Caroline Sauvajol-Rialland, Infobésité, Vuibert, 2013. Caroline Sauvajol-Rialland,

Plus en détail

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG EVALUATION D IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DANS LES VILLES. INTRODUCTION La ville

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER PROGRAMME DE LICENCE EN SCIENCES COMMERCIALES ET FINANCIERES OPTION : FINANCE ( applicable à partir

Plus en détail

développement innovation

développement innovation phases d un projet de recherche développement innovation Programme, projet et opération Programme : un ensemble de projets concourant à un même objectif. Projet : un ensemble finalisé d activités et d

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2012/3 Le traitement comptable des plans d'options sur actions. Avis du 11 janvier 2012

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2012/3 Le traitement comptable des plans d'options sur actions. Avis du 11 janvier 2012 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2012/3 Le traitement comptable des plans d'options sur actions I. Introduction Avis du 11 janvier 2012 1. La loi du 26 mars 1999 relative au plan d action belge

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

USA : Indices boursiers américains

USA : Indices boursiers américains - 1 USA : Indices boursiers américains Mots clés :! indice! Dow Jones Industrial Average (DJIA)! S&P 500! pension fund! mutual fund! index futures! pondération par le prix! pondération par la capitalisation

Plus en détail

31/08/2015. Auditing. Comparative Management System. Economie Bancaire. Financial Analysis. Macro-économie Approfondie.

31/08/2015. Auditing. Comparative Management System. Economie Bancaire. Financial Analysis. Macro-économie Approfondie. 09/09/2015 08:30-10:30 Analyse Financière Auditing Comparative Management System Economie Bancaire Financial Analysis Macro-économie Approfondie Marketing Direct Méthodologie de Contrôle Accounting II

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

Baloise Asset Management Protéger et créer des valeurs. Gestion de patrimoine de Baloise Group

Baloise Asset Management Protéger et créer des valeurs. Gestion de patrimoine de Baloise Group Baloise Asset Management Protéger et créer des valeurs Gestion de patrimoine de Baloise Group Baloise Asset Management Solidité et succès Depuis plus de 150 ans la Bâloise Assurance gère ses actifs pour

Plus en détail

Nombre de crédits Nombre d'évaluation UE Majeure de spécialité 6 2. UE mineure de spécialité 3 ou 2 1. UE libre 1 1

Nombre de crédits Nombre d'évaluation UE Majeure de spécialité 6 2. UE mineure de spécialité 3 ou 2 1. UE libre 1 1 Mode d'évaluation Pour les sessions normales, le nombre d'évaluations dépendra de la nature de l UE. Ainsi: les UE majeures comportent deux évaluations: une évaluation à mi-parcours (devoir sur table ou

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

Club Asset Management N 4

Club Asset Management N 4 Club Asset Management N 4 Mardi 20 juin 2006 José DEGLI ESPOSTI Directeur Commercial Cardif Assurance-Vie Animation Epargne Financière du Réseau BDDF Pour le compte d AMS BNP PAM 1 Club Asset Management

Plus en détail

La gestion actions. Nicolas Pelletier Responsable de la Gestion active Actions américaines BCV Asset Management 05.11.2014

La gestion actions. Nicolas Pelletier Responsable de la Gestion active Actions américaines BCV Asset Management 05.11.2014 La gestion actions Nicolas Pelletier Responsable de la Gestion active Actions américaines BCV Asset Management 05.11.2014 Sommaire Le marché des actions Les styles de gestion et les outils Business case

Plus en détail

http://www.octo am.com UNE VISION INDEPENDANTE DES MARCHES DE CREDIT

http://www.octo am.com UNE VISION INDEPENDANTE DES MARCHES DE CREDIT UNE VISION INDEPENDANTE DES MARCHES DE CREDIT L EQUIPE Matthieu BAILLY, Associé - Gérant Matthieu est gérant des fonds obligataires et RCCI. Diplômé d Audencia, il bénéficie de 10 ans d expérience sur

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Le développement des effacements

Le développement des effacements Le développement des effacements LA CAPACITE, OU COMMENT GARANTIR LA SECURITE D APPROVISIONNEMENT Afin d assurer la sécurité d alimentation en électricité, l UFE milite depuis plusieurs années pour la

Plus en détail

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas 28 mai 2015 Gestionnaire Activement Responsable Groupama AM Un acteur majeur de la gestion d actifs 2 Filiale à 100% de Groupama 96.7 Md d actifs

Plus en détail

La finance comportementale

La finance comportementale La Finance Comportementale va-t-elle détrôner l Homo Oeconomicus? Pascal Pineau Coach et formateur Introduction Jeté de pièces avec les résultats suivants (Pile/Face) PPPFFF PPFPFP Question : Quelle est

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL CHARTE ETHIQUE DE WENDEL Mars 2015 1 Message du Directoire Wendel est l une des toutes premières sociétés d investissement en Europe. Grâce au soutien d un actionnariat familial stable, Wendel a su se

Plus en détail

Actions Suisses Minimum Variance De la performance avec un risque réduit. Mars 2014

Actions Suisses Minimum Variance De la performance avec un risque réduit. Mars 2014 Actions Suisses Minimum Variance De la performance avec un risque réduit Mars 2014 Mars 2013 Table des matières Solutions pour les caisses de pensions p. 3 Processus d investissement p. 10 Annexes: Performance

Plus en détail

Notes de recherche de l

Notes de recherche de l Notes de recherche de l DÉCEMBRE 2009 La situation du régime complémentaire de retraite de l industrie de la construction du Québec François L Italien, Doctorant, Département de sociologie, Université

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit.

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Politique et pratiques de rémunération des collaborateurs dont les activités

Plus en détail

La République de Maurice Centre Financier International. www.abaxservices.com

La République de Maurice Centre Financier International. www.abaxservices.com La République de Maurice Centre Financier International L ile Maurice d aujourd hui Paysage : Stabilité sociale, politique et économique; démocratie parlementaire Population multi-ethnique / culturelle

Plus en détail

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg VISA 2012/81993-892-0-PS L'apposition du visa ne peut en aucun cas servir d'argument de publicité Luxembourg, le 2012-01-09 Commission de Surveillance du Secteur Financier KBL Key Fund Prospectus simplifié

Plus en détail

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Le découplage du risque et des capitaux Une meilleure répartition du risque? Les enjeux pour les institutions

Plus en détail

INFORM GESTION DE FORTUNE ACTIVE OU PASSIVE? INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION

INFORM GESTION DE FORTUNE ACTIVE OU PASSIVE? INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION 1 2002 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION GESTION DE FORTUNE ACTIVE OU PASSIVE? On prône souvent en faveur de la gestion de fortune passive en arguant que la plupart

Plus en détail

Seuls 37 % des. investisseurs sont. confiants sur. leur capacité. à financer une. retraite confortable.

Seuls 37 % des. investisseurs sont. confiants sur. leur capacité. à financer une. retraite confortable. «Seuls 37 % des investisseurs sont confiants sur leur capacité à financer une retraite confortable.» WHY BLACKROCK BlackRock helps millions of people, as well as the world s largest institutions and governments,

Plus en détail

SOCIETE GENERALE BANK & TRUST À VOS CÔTÉS POUR DONNER DE L ÉLAN À VOS PROJETS

SOCIETE GENERALE BANK & TRUST À VOS CÔTÉS POUR DONNER DE L ÉLAN À VOS PROJETS SOCIETE GENERALE BANK & TRUST À VOS CÔTÉS POUR DONNER DE L ÉLAN À VOS PROJETS VOUS ÊTES UN PARTICULIER FORTUNÉ ÉVOLUANT DANS UN ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL NOUS CONSTRUISONS POUR VOUS DES SOLUTIONS HAUT

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

OPTIMAXMD. Assurance vie permanente avec participation. Faites fructifier votre argent

OPTIMAXMD. Assurance vie permanente avec participation. Faites fructifier votre argent OPTIMAXMD Assurance vie permanente avec participation Faites fructifier votre argent VOUS AVEZ BESOIN D ASSURANCE Tout le monde a besoin d assurance, mais le monde de l assurance peut paraître très complexe

Plus en détail

Le marché de l épargne-retraite. Septembre 23, 2004

Le marché de l épargne-retraite. Septembre 23, 2004 Le marché de l épargne-retraite Septembre 23, 2004 Stratégie de développement des produits d épargne-retraite L épargne-retraite est un investissement de long-terme pour la retraite. Il s agit d un investissement

Plus en détail

COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, GESTIONNAIRES DE FONDS, FONDS D INVESTISSEMENT CANADIENS

COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, GESTIONNAIRES DE FONDS, FONDS D INVESTISSEMENT CANADIENS Page 1 of 5 Les membres ayant accordé du financement à l'acmc sont les suivants : L Association des banquiers canadiens (ABC) L Association canadienne des courtiers en valeurs mobilières (ACCOVAM) Groupe

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail