Le logement locatif social sur le territoire de l Espace Sud

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le logement locatif social sur le territoire de l Espace Sud"

Transcription

1 Lettre N 1 Le logement locatif social sur le territoire de l Espace Sud Mars 2015 Avant-propos Tout Établissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI) disposant d un Programme Local de l Habitat (PLH) exécutoire doit aussi se donner les moyens d observer, de suivre et d évaluer les actions prévues par ce PLH. L Observatoire de l habitat de l Espace Sud a été créé à cette fin. Mais plus globalement, son objectif est de contribuer à une meilleure connaissance de la situation de l habitat sur le territoire de l Espace Sud. Il analyse donc, en statique et en dynamique, toutes les composantes du secteur de l habitat : offre et demande de logements, programmation de logements et construction neuve, marchés foncier et immobilier, parcs locatifs privé et public. Pour sa première publication, l observatoire s attache à développer la thématique Logements locatifs sociaux que couvriront 3 numéros. Le 1 er présente le parc locatif social de l Espace Sud à travers ses composantes et quelques éléments de prospective sur la production attendue de logements sociaux dans le Sud. Le 2 ème numéro portera sur les caractéristiques du parc locatif social. Enfin, le 3 ème numéro décrira la demande. 1.- De quoi parle-t-on? On parle de logement social par opposition au logement privé et de locatif par opposition à l accession. Un logement est qualifié de social pour 2 raisons : n d abord, par rapport aux personnes auxquelles il est destiné : il s agit des personnes disposant de revenus modestes ne leur permettant pas de se loger convenablement dans un logement privé (généralement plus cher) et inscrites comme demandeurs d un logement social, n ensuite, par rapport à son financement : car pour pouvoir héberger ces demandeurs, il faut que le loyer (ou le coût d achat) leur soit abordable. Et pour qu il en soit ainsi, il faut qu une partie du coût de construction de ces logements soit supporté par l Etat. Cette aide publique prend la forme soit de subventions directes, soit d avantages fiscaux accordés au bailleur (ou promoteur) qui louera (ou vendra) ses logements. Ainsi, les logements du secteur social sont principalement destinés à être loués, car appartenant à des sociétés d HLM (Habitation à loyer modéré) 1 ou gérés par elles, ou appartenant à d autres bailleurs œuvrant dans le secteur social (sociétés d économie mixte SEM et plus marginalement, particuliers). Ces logements sont soumis à une législation spécifique pour la fixation de leur loyer. De même, l attribution de ces logements aux demandeurs dépend de leurs ressources (plafonds à ne pas dépasser) et de leur situation familiale (composition du ménage). 1. La Martinique compte 3 bailleurs sociaux «historiques» (SIMAR, SMHLM et OZANAM) auxquels s ajoutent, depuis 2010, la SEMSAMAR (SEM de Saint-Martin), et depuis 2013, la SEMAG (SEM d Aménagement de la Guadeloupe).

2 Observatoire de l Habitat et de la Cohésion sociale 1.1- Les trois principales catégories de logements locatifs sociaux Comme évoqué précédemment, le secteur du logement social est principalement locatif et on distingue 3 catégories de logements, selon les financements utilisés et les ménages 2 auxquels ils sont destinés : n Les logements locatifs sociaux (LLS), pour les demandeurs à revenus modestes (pas plus de 1.501C par mois pour une personne seule). n Les logements locatifs très sociaux (LLTS) s adressant aux demandeurs les plus défavorisés, ayant des revenus inférieurs à 75% du plafond de ressources exigé à l entrée dans un LLS et, parfois, cumulant des difficultés sociales (pas plus de 1.126C par mois pour une personne seule). n Les logements à loyer intermédiaire (dits PLS - Prêt Locatif Social, financement réservé à ce type de logements), destinés aux demandeurs les mieux pourvus parmi ceux pouvant prétendre à un logement social (revenus mensuels supérieurs de 30% maximum au plafond du LLS, soit pas plus de 1.951C par mois pour une personne seule). Si on se limite à ces définitions, le parc de logements de l Espace Sud compte, en 2013, logements locatifs sociaux. Graph. 1 - Exemple d accès aux produits logement social Répartition des ménages de 3 personnes par décile selon le revenu mensuel rapporté aux plafonds de ressources La médiane des revenus des ménages de trois personnes s établit 2.304C. Cela signifie que la moitié de ces ménages gagne plus de 2.304C et l autre moitié moins de Source : DGFiP 2011 ANIL Plafonds de ressources DOM 2014 Traitement Observatoire Espace Sud. Environ 2/3 des ménages de 3 personnes résidant dans la CAESM peuvent prétendre à un logement social. Ils se répartissent comme suit : Près de 40 % peuvent prétendre à un LLTS, pour un revenu fiscal ne dépassant pas 1.808C mensuels (en n-2) 12 % de plus peuvent prétendre à un LLS, pour un revenu fiscal ne dépassant pas 2.411e mensuels Encore 12 % de plus peuvent prétendre à un logement intermédiaire (PLS) pour un revenu fiscal ne dépassant pas 3.134C mensuels Arrêté du 14 mars 2011 relatif ( ) aux plafonds de ressources et aux plafonds de loyers des logements locatifs sociaux et très sociaux dans les départements d outre-mer ( ), prévus par les articles R à R du code de la construction et de l habitation (Base : PLUS 2014 Métropole «Autres régions» auquel sont appliqués les pourcentages établissant les plafonds de ressources DOM selon la composition du ménage : LLS = 90% du PLUS Métropole ; LLTS = 67,5% du PLUS Métropole et PLS 130% du LLS DOM).

3 1.2- Autre catégorie de logements locatifs sociaux : les logements locatifs conventionnés Une troisième catégorie de bailleurs, bien que moindre, œuvre également dans le secteur du logement social, il s agit des particuliers. Les logements qu ils offrent à la location ont la même vocation que ceux du parc social public. Il s agit de logements privés ayant bénéficié d une aide de l ANAH (Agence Nationale d Amélioration de l Habitat) à la réhabilitation ou à la rénovation. Cette aide publique implique un conventionnement avec l Etat et contraint les bailleurs, comme dans le cas des logements locatifs sociaux, à des plafonds de loyers. Elle contraint également les destinataires à des plafonds de ressources selon la composition du ménage et le type de conventionnement (loyer intermédiaire, social ou très social). Tableau 1 - Plafonds de loyers applicables en 2014 (euros/m² de surface habitable fiscale 3 /mois) Zone B pour la Martinique Zone A Zone B Zone C Loyer intermédiaire 18,38 12,01 8,7 Loyer Social 6,58 5,99 5,37 Loyer très social 6,22 5,82 5,18 Source : Agence Nationale d Information pour le Logement (ANIL). Entre 2010 et 2012, 263 logements sur le territoire de l Espace Sud ont bénéficié d une aide de près de 5,3 millions d euros. Ces logements ont permis à autant de ménages de se loger décemment selon leurs revenus* : n 188 ménages ont pu bénéficier d un logement à loyer social standard, n 75 autres, plus modestes, d un loyer très social. Ces logements conventionnés composent le parc social privé qui représente une alternative au déficit de LLS publics. Et c est la raison pour laquelle l Etat considère ces logements comme des logements sociaux à part entière dans le décompte des LLS au titre des lois SRU et Duflot 4. Carte 1 - Logements conventionnés ANAH entre 2010 et 2013 sur le territoire de l Espace Sud En 2013, 123 logements supplémentaires ont été conventionnés et se répartissent entre loyers sociaux pour 76% des logements et loyers très sociaux pour 24%. Source : ANAH Martinique Traitement Observatoire Espace Sud. Ainsi, si l on ajoute ces logements conventionnés aux logements locatifs sociaux, le volume de logements sociaux s élève alors à et représente 16% des résidences. 3. Surface habitable fiscale = surface habitable à laquelle s ajoute la moitié de la surface des annexes (dans la limite de 8 m 2 ). 4. La loi du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains (SRU) a créé l obligation, pour les communes de habitants ou plus, d une agglomération de habitants ou plus, d avoir au moins 20% de logements locatifs sociaux dans leur parc de résidences principales. La loi du 18 janvier 2013 relative à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production de logement social a porté cette proportion à 25% et laisse aux communes jusqu à 2025 pour y parvenir. 3

4 Observatoire de l Habitat et de la Cohésion sociale 2.- Quelle est la situation du parc locatif social sur le territoire de l Agglomération de l Espace Sud au regard des obligations SRU? La loi sur la Solidarité et le Renouvellement Urbains dite Loi SRU, adoptée en décembre 2000, a instauré la mixité sociale dans le logement en obligeant les communes de habitants et plus à posséder au moins 20% de logements locatifs sociaux (dits LLS) dans leur parc de résidences principales. En janvier 2013, ce taux a été porté à 25% par la loi relative à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production de logement social, dite loi Duflot. Le parc de résidences principales des communes concernées (en l occurrence, les 12 de l Espace Sud) devra comporter d ici 2025 un quart de LLS. En 2014, la plupart des communes sont en retard par rapport à l objectif des 25% (Cf. tableaux et cartes suivants). Selon le décompte loi SRU, l Espace Sud compte 16% de logements locatifs sociaux. Un rattrapage et un développement de l offre locative sociale doivent être opérés afin d atteindre les objectifs. C est l une des priorités du PLH. Graph 2 - Objectif de réalisation par période triennale Source : PLH Espace Sud Martinique. Le PLH est établi pour une période de 6 ans allant du 1 er janvier 2013 au 31 décembre Un 2 ème, voire un 3 ème PLH sera nécessaire pour satisfaire totalement les besoins et les obligations légales. En 2013 la loi Duflot fixe à 2025 l échéance pour atteindre le taux de 25% de LLS et l objectif de mixité sociale. Par conséquent, au cours des 12 années restant à courir, le rythme de rattrapage doit être encore plus soutenu, ce qui explique les proportions plus élevées de LLS à produire à compter de cette année, début de la 5ème période triennale. L objectif de réalisation pour cette 5ème période triennale ne peut être inférieur à 25% des logements sociaux manquants. Cet objectif est porté à 33% pour la 6 ème période triennale, à 50% pour la 7 ème période triennale et à 100% pour la 8ème et dernière période triennale. 4

5 Tableau 2 - Logements locatifs sociaux Situation au regard des obligations SRU au 1 er janvier 2013 LLS notifiés Répartition Taux de LLS au (%) (%) Les Anses d Arlet 128 1,6 7,9 Le Diamant 272 3,5 10,8 Sainte-Anne 295 3,8 14,0 Rivière-Pilote 498 6,3 10,0 Les trois-ilets 520 6,6 15,0 Le Vauclin 526 6,7 12,7 Saint-Esprit 529 6,7 15,6 Sainte-Luce 733 9,3 17,4 Le Marin ,8 24,0 Le François ,8 11,5 Ducos ,2 18,2 Rivière-Salée ,7 28,1 Agglomération de l Espace Sud ,0 16,0 Source : SRU, DEAL Martinique Carte 2 - Taux de logements sociaux au regard des obligations SRU au 1 er janvier 2013 Taux de logements locatifs sociaux = LLS notifiés à la commune au 01/01/2013 Nombre de résidences principales au 01/01/2013 Moins le taux est élevé, plus la commune aura d efforts à fournir pour, d une part, combler son retard et, d autre part, atteindre l objectif des 25% de logements sociaux. Source : DEAL Martinique Traitement Observatoire Espace Sud. 5

6 Observatoire de l Habitat et de la Cohésion sociale Les communes de Rivière-Salée et du Marin, avec respectivement 28,12% et 23,99% de logements locatifs sociaux sur leur territoire, respectent totalement ou presque ces obligations. Ce qui est loin d être le cas des 10 autres communes et en particulier de la commune des Anses d Arlet dont la proportion de LLS est inférieure à 10%. Tableau 3 - Nombre de logements locatifs sociauxmanquants pour atteindre le taux légal minimum de 25% au 1 er janvier 2013 et montant du prélèvement 5. LLS Montant du manquants prélèvement 2014 (KC) Le François ,9 Rivière-Pilote ,9 Le Vauclin ,5 Ducos ,6 Le Diamant ,2 Les trois-ilets ,9 Sainte-Luce ,7 Saint-Esprit ,5 Les Anses d Arlet ,2 Sainte-Anne ,3 Le Marin 35 3,2 Rivière-Salée 0 0,0 TOTAL ,9 Source : DEAL Martinique Autres conséquences du déficit en logements sociaux pour les communes : celles faisant l objet d un constat de carence pourront : n se voir appliquer une majoration jusqu à 5 fois le montant du prélèvement ; n se voir imposer sur leur territoire, pour toute opération de construction de plus de 12 logements ou de plus de 800 m² de surface de plancher, au moins 30% de logements sociaux (hors PLS). Les communes concernées doivent donc redoubler d efforts aussi bien pour rattraper leur retard que pour répondre aux nouvelles obligations légales. C est la raison pour laquelle la programmation initialement arrêtée dans le cadre du PLH sera revue et actualisée (1.226 nouveaux logements Carte 3 - Les logements locatifs sociaux manquants : en volume et proportion Source : DEAL Martinique Traitement Observatoire Espace Sud. par an prévus entre le 1 er janvier 2013 et le 31 décembre 2018). Toutefois, au vu du contexte socio-économique dégradé, dont les répercussions se font aussi bien sentir au niveau des communes, des investisseurs (bailleurs en particulier) que des ménages, ces obligations, et les mesures coercitives qu elles génèrent, interrogent sur la capacité des communes à atteindre ces objectifs. A plus forte raison quand de nombreux facteurs bloquants existent : capacité financière des communes, moindre attrait de certaines communes pour la demande de logement social, faiblesse des disponibilités foncières, aléas et risques, mauvaise image du logement social 5. Ce prélèvement est versé à l Etablissement Public Foncier Local de Martinique (EPFL). Cet établissement a été créé en juin 2013 pour faire notamment du portage foncier pour le compte des collectivités, afin de faciliter leurs opérations d aménagement et en particulier favoriser la construction de logements sociaux. 6

7 Néanmoins, des outils du code de l urbanisme en faveur de la création de logements sociaux, sont à la disposition des communes : n les orientations d aménagement et de programmation (OAP) n les secteurs de taille et de capacité minimale de logements (art. L ) n la délimitation des secteurs de mixité sociale (art. L ) n l autorisation de dépassement de densité pour permettre l agrandissement ou la construction de bâtiments d habitation (art. L ) n les emplacements réservés pour la construction de logements locatifs sociaux (art. L b) n la majoration pour la constructibilité des logements locatifs sociaux (art. L ). Cette répartition des types de produits devra cependant être modifiée pour tenir compte de l évolution des obligations SRU. 3.- Les perspectives Depuis le 1 er janvier 2013, logements nouveaux sont attendus chaque année afin de répondre aux besoins. La territorialisation de ces logements nouveaux par commune pour répondre aux besoins est présentée dans la carte ci-contre. Les logements à produire se répartiraient également selon des modes de production diversifiés, qui permettraient d aller vers l objectif de mixité sociale imposée par la loi SRU. Carte 4 - L effort annuel de production de logements : logements Graph 3 - Les modes de production de l offre nouvelle de logements Source : PLH de l Espace Sud - Traitement Observatoire Espace Sud. Source : PLH de l Espace Sud - Traitement Observatoire Espace Sud. Résidence Granite - SMHLM, Sainte-Luce 7

8 Observatoire de l Habitat et de la Cohésion sociale Produire du logement social : une priorité pour le territoire Le logement social tient une place prépondérante dans la politique locale de l habitat de l Espace Sud, parce qu il répond à la demande des ménages les plus modestes et leur permet d accéder à un logement décent tout en leur garantissant un reste à vivre convenable. Plus de demandes de logement en HLM sont non satisfaites dans le Sud, fin décembre 2014, d après les données du système national d enregistrement de la demande. De surcroît, il existe certains déséquilibres dans l offre locative sociale : n entre les communes du territoire : la quasi totalité des communes sont déficitaires eu égard aux obligations légales de production de logements sociaux et certaines d entre elles restent très éloignées du quota des 25% de logements sociaux ; n le logement social a souvent été concentré sur les quartiers périphériques voire ruraux, alors même qu il existe dans les centre-bourgs des opportunités d implantation, notamment pour de petites unités. La démarche de l Espace Sud au travers de son PLH vise donc à orienter la production des bailleurs sociaux et des communes vers les objectifs du PLH dans le but : n d augmenter significativement la production de logements sociaux, n de rééquilibrer la répartition géographique de l offre locative sociale, n de diversifier l offre pour mieux répondre aux besoins et aux différents parcours de vie, n d encourager la mixité sociale, n de contribuer à l équilibre des opérations. Pour y parvenir, la Communauté d Agglomération de l espace Sud a développé des aides financières au locatif social public. Quelques opérations de logements locatifs sociaux dans le Sud répondant aux objectifs de mixité sociale, mais également de qualité architecturale, tout autant que de localisation en zone urbaine et péri-urbaine. Résidence Garifuna - SIMAR, Le Marin Résidence La Solidarité - OZANAM, Le François. Résidence Le Flamboyant - SIMAR, Les Trois-Ilets. Communauté d Agglomération de l Espace Sud Martinique Lotissement Les Frangipaniers SAINTE-LUCE Directeur de la publication : Eugène LARCHER Président de la Communauté d Agglomération de l Espace Sud Martinique Conception, réalisation, analyse et rédaction : Observatoire de l Habitat et de la Cohésion Sociale Service des Politiques Urbaines et de l Habitat Contacts Myrlène BLACODON poste 1226 Marlène BARRAT poste 1110

De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie...

De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie... De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie... Les pros de l'aménagement "Construction de logements : regards croisés d'acteurs" Mardi 28 avril 2015 SOMMAIRE Constat et enjeux

Plus en détail

PROJET DE LOI. relatif à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production de logement social

PROJET DE LOI. relatif à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production de logement social RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l égalité des territoires et du logement PROJET DE LOI relatif à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

Cerema, jeudi 26 mars 2015

Cerema, jeudi 26 mars 2015 Stratégie et mobilisation des outils de politiques foncières pour la production de logement Cerema, jeudi 26 mars 2015 Des outils pour peser sur les charges foncières Direction Habitat et Dynamique Urbaine

Plus en détail

Programme Local de l Habitat 2015-2020. Une politique ambitieuse dans un contexte difficile

Programme Local de l Habitat 2015-2020. Une politique ambitieuse dans un contexte difficile Programme Local de l Habitat 2015-2020 Une politique ambitieuse dans un contexte difficile 1 Qu est ce qu un P.L.H.? Le Programme Local de l Habitat (P.L.H.) est un document d orientation et de planification

Plus en détail

Foncier, logements abordables et stratégie de développement économique dans le Grand Genève Français

Foncier, logements abordables et stratégie de développement économique dans le Grand Genève Français Foncier, logements abordables et stratégie de développement économique dans le Grand Genève Français 3. ANNEXE : fiches outils Juillet 2015 Réalisé avec le support de : Modaal DPC AHA CMN Partners du document

Plus en détail

Nouvelles dispositions applicables à la PEEC AGRICOLE

Nouvelles dispositions applicables à la PEEC AGRICOLE Nouvelles dispositions applicables à la PEEC AGRICOLE Fiches produits émises par le ministère de l Agriculture Le ministère de l Agriculture a actualisé les modalités de mise en œuvre des produits de la

Plus en détail

Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée.

Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée. Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée. Mise en œuvre des secteurs de diversité sociale Inscrits au PLU Entre : La Communauté Urbaine de Bordeaux, représentée

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire-Atlantique et

Plus en détail

Interventions du Grand Lyon en faveur de la rénovation énergétique du parc privé Compte-rendu d entretien

Interventions du Grand Lyon en faveur de la rénovation énergétique du parc privé Compte-rendu d entretien Interventions du Grand Lyon en faveur de la rénovation énergétique du parc privé Compte-rendu d entretien CONTACT / VÉRONIQUE GUILLAUMIN : 0 44 77 39 55 OU 06 37 55 09 98 24 avril 203 L amélioration du

Plus en détail

L accession sociale à la propriété en Gironde. Le développement d une offre maîtrisée : enjeux et leviers de l action. Réunion du 25 juin 2009

L accession sociale à la propriété en Gironde. Le développement d une offre maîtrisée : enjeux et leviers de l action. Réunion du 25 juin 2009 L accession sociale à la propriété en Gironde Le développement d une offre maîtrisée : enjeux et leviers de l action Réunion du 25 juin 2009 Synthèse Synthèse de l étude Codra l étude2008 CODRA / DDE 2008

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

Signature des conventions de délégation des aides à la pierre

Signature des conventions de délégation des aides à la pierre Barberaz Barby Bassens Challes-les-Eaux Chambéry Cognin Curienne Jacob-Bellecombette La Motte-Servolex La Ravoire La Thuile Les Déserts Montagnole Puygros Saint-Alban-Leysse Saint-Baldoph Saint-Cassin

Plus en détail

Programme Local de. l Habitat 2010-2015. «Note de suivi et d actualisation - 2013» Conférence intercommunale du logement

Programme Local de. l Habitat 2010-2015. «Note de suivi et d actualisation - 2013» Conférence intercommunale du logement Conférence intercommunale du logement 03/02/2015 Rives de l Orne Hémicycle Programme Local de l Habitat 2010-2015 «Note de suivi et d actualisation - 2013» PARTIE I : Bilan annuel des objectif de production

Plus en détail

Plan de rénovation énergétique de l habitat. Plan de Rénovation Energétique de l Habitat. Le lancement de la phase opérationnelle dans le Cantal

Plan de rénovation énergétique de l habitat. Plan de Rénovation Energétique de l Habitat. Le lancement de la phase opérationnelle dans le Cantal Plan de rénovation énergétique de l habitat Plan de Rénovation Energétique de l Habitat Le lancement de la phase opérationnelle dans le Cantal DOSSIER DE PRESSE Aurillac, le 18 octobre 2013 CONTACTS DE

Plus en détail

2013/6098 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013

2013/6098 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013 2013/6098 Direction de l'aménagement Urbain PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013 Commission Urbanisme - Développement Durable - Cadre de Vie et Environnement du 4 décembre 2013

Plus en détail

Le logement social. Définition, financement, programmes. Journée Association commissaires Enquêteurs du 20 mai 2015

Le logement social. Définition, financement, programmes. Journée Association commissaires Enquêteurs du 20 mai 2015 Le logement social Définition, financement, programmes Journée Association commissaires Enquêteurs du 20 mai 2015 Il était une fois le logement social L histoire du logement social : évolution économique,

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC INFO PRESSE Contact presse Tél. : (687) 25 81 92 Nouméa, le vendredi 5 octobre 2012 CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de

Plus en détail

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Document de travail

Plus en détail

Commune de REDESSAN (30)

Commune de REDESSAN (30) PREFECTURE DE REGION LANGUEDOC ROUSSILLON Direction régionale de l'environnement de l'aménagement et du Logement Languedoc Roussillon Montpellier, le Service Aménagement Durable des Territoires et Logement

Plus en détail

L O G E M E N T S O C I A L

L O G E M E N T S O C I A L L O G E M E N T S O C I A L OUTILS ET PUBLICS Juillet 2013 1 L HABITAT SOCIAL : UN ENJEU MAJEUR EN PAYS D AIX Une compétence obligatoire L «Equilibre social de l habitat» est l une des 4 compétences obligatoires

Plus en détail

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 PERENCHIES. Création d un nouveau quartier d habitat «site Belle vue»

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 PERENCHIES. Création d un nouveau quartier d habitat «site Belle vue» 2 AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 PERENCHIES Création d un nouveau quartier d habitat «site Belle vue» 4 Belle vue : le site Pérenchies Rue de la Prévôté Le site représente pour la commune

Plus en détail

L Office Public de l habitat de la Corse du Sud et le développement du logement locatif social

L Office Public de l habitat de la Corse du Sud et le développement du logement locatif social L Office Public de l habitat de la Corse du Sud et le développement du logement locatif social L Office Public de l habitat de la Corse du Sud dans son contexte d intervention L office est le seul opérateur

Plus en détail

OPERATION DE RESTAURATION IMMOBILIERE COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ

OPERATION DE RESTAURATION IMMOBILIERE COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ OPERATION DE RESTAURATION IMMOBILIERE COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ Table des matières Préambule... 3 L Opération Programmée d Amélioration de l Habitat et de Renouvellement Urbain du centre

Plus en détail

Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5

Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5 Sommaire Production de logements Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5 Amélioration des conditions de logement Aide à la réhabilitation

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DE SAINT-AMARIN PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DE SAINT-AMARIN PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DE SAINT-AMARIN PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT Syndicat mixte du Pays Thur Doller Schéma régional climat air énergie 4 décembre 2013 1 CALENDRIER 2003 : lancement d un

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

LE DISPOSITIF DUFLOT

LE DISPOSITIF DUFLOT LE DISPOSITIF DUFLOT La loi de finances pour 2013 créé un nouveau dispositif d investissement locatif dit «Duflot». Applicable à des opérations réalisées entre le 1 er janvier 2013 et le 31 décembre 2016,

Plus en détail

COHESION ENTRE LES TERRITOIRES ET LES GENERATIONS

COHESION ENTRE LES TERRITOIRES ET LES GENERATIONS Une partie de la population asnièroise connaît des difficultés croissantes, en matière d accès au logement et à l emploi. Cette évolution s aggrave, (voir la fiche Lutte contre les exclusions). La Ville

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

Agence Départementale d'information sur le Logement Information Logement une question d'adresse N 21- Novembre 2010 Agréée par le ministère du logement. A.D.I.L. DU VAR Conventionnée par le Notre Mission

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS Direction du Logement et de l Habitat 2014 DLH 1001G Avenants aux conventions de délégation de compétence en matière d aides à la pierre en faveur du logement social et de l habitat privé. PROJET DE DELIBERATION

Plus en détail

APERCU D AVANTAGES FISCAUX RELATIFS AUX ENERGIES RENOUVELABLES A LA REUNION

APERCU D AVANTAGES FISCAUX RELATIFS AUX ENERGIES RENOUVELABLES A LA REUNION APERCU D AVANTAGES FISCAUX RELATIFS AUX ENERGIES RENOUVELABLES A LA REUNION - Article 295 A du CGI - La TVA NPR applicable dans les DOM La taxe sur la valeur ajoutée non perçue récupérable (TVA NPR) s

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de l inauguration du chantier ilôt Lucien Faure Lundi 16 juin 2014 Bordeaux M. le Président (M. HIERAMENTE, Domofrance) M le Président (M DHORTE) M le

Plus en détail

PRINCIPALES MISSIONS OPÉRATIONNELLES HABITAT

PRINCIPALES MISSIONS OPÉRATIONNELLES HABITAT Les missions de la Direction de l Habitat La Direction de l Habitat (2 services ; 9 personnes) est chargée d organiser et de mettre en œuvre la politique locale de l habitat sur le territoire de Brest

Plus en détail

Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France

Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France Février 2013 Dossier de presse Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France Sommaire : Communiqué de presse Favoriser l accession à

Plus en détail

Loyers Hlm, droit au logement et mixité sociale

Loyers Hlm, droit au logement et mixité sociale Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées - avril 2012 Note établie à partir des données du Répertoire des logements locatifs des bailleurs sociaux, fournies par le Service de l observation

Plus en détail

Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain / Evolutions et tendances

Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain / Evolutions et tendances Direction Départementale de l'equipement Ain Service Politique Ville Habitat Mars 2009 Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain Evolutions et tendances Mars 2009 www.ain.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

DISPOSITIF D AIDE EN FAVEUR DE L ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE DE LA PORTE DU HAINAUT

DISPOSITIF D AIDE EN FAVEUR DE L ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE DE LA PORTE DU HAINAUT DISPOSITIF D AIDE EN FAVEUR DE L ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE DE LA PORTE DU HAINAUT Rencontres de l habitat Communauté Urbaine de Dunkerque Le 3 octobre 2008 LE CONTEXTE Les fortes hausses des prix

Plus en détail

L accession sociale à la propriété

L accession sociale à la propriété creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R L accession sociale à la propriété OCTOBRE 2015 MISE À JOUR NOVEMBRE 2015 SUITE ANNONCES GOUVERNEMENTALES SOMMAIRE PAGE 02 PAGE 04 synthèse

Plus en détail

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance

Plus en détail

Accord partenarial. Le présent accord est passé entre :

Accord partenarial. Le présent accord est passé entre : Accord partenarial entre la Communauté Urbaine d ARRAS et l APAGL pour la mise en œuvre du dispositif de Garantie des Risques Locatifs (GRL) et la mobilisation du parc locatif privé Le présent accord est

Plus en détail

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE Vers une société plus humaine Budget 2003-2004 Pour un logement plus accessible ISBN 2-550-40544-7 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2003 Date de parution :

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Avril 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET LOGEMENT

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET LOGEMENT PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET LOGEMENT Version du 07/10/2014 à 08:45:40 PROGRAMME 135 : URBANISME, TERRITOIRES ET AMÉLIORATION DE L HABITAT MINISTRE CONCERNÉ

Plus en détail

Convention de partenariat entre Nantes Métropole et les maitres d ouvrage sociaux membres de l Union Sociale pour l Habitat des Pays-de-la-Loire

Convention de partenariat entre Nantes Métropole et les maitres d ouvrage sociaux membres de l Union Sociale pour l Habitat des Pays-de-la-Loire Convention de partenariat entre Nantes Métropole et les maitres d ouvrage sociaux membres de l Union Sociale pour l Habitat des Pays-de-la-Loire Entre : Nantes Métropole Communauté urbaine, représentée

Plus en détail

La politique Habitat de l Eurométropole Commune de Mundolsheim 7 septembre 2015

La politique Habitat de l Eurométropole Commune de Mundolsheim 7 septembre 2015 La politique Habitat de l Eurométropole Commune de Mundolsheim 7 septembre 2015 13 février 2015 DUAH Prospective et Planification Territoriale Habitat 1 Ordre du jour I. Rappel des axes de la politique

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

Le parc, la demande, les attributions de logements locatifs sociaux dans le grand Sud

Le parc, la demande, les attributions de logements locatifs sociaux dans le grand Sud Le parc, la demande, les attributions de logements locatifs sociaux dans le grand Sud Les Avirons, Étang Salé, Saint Louis, Cilaos, Entre Deux, Le Tampon, Saint Pierre, Petite Île, Saint Joseph, Saint

Plus en détail

Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine

Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine Adequation - Caron Marketing - SNAL / UMF - Novembre 2010 1 Objectifs de l étude et

Plus en détail

Logement social dans les Yvelines

Logement social dans les Yvelines Logement social dans les Yvelines bilan 2014 des aides à la pierre et perspectives 2015 04 mai 2015 PRÉFET DES YVELINES DDT DES YVELINES 1 -Offre nouvelle 2014 : maintien du dépassement des 3 000 LLS/an

Plus en détail

ATELIER N 3 Production et recyclage foncier

ATELIER N 3 Production et recyclage foncier ATELIER N 3 Production et recyclage foncier SOMMAIRE Des gisements fonciers à mobiliser Le développement d actions réglementaires Le lancement d action foncière Le développement d action de régulation

Plus en détail

Document d orientation PLH de Nîmes Métropole 2013-2018

Document d orientation PLH de Nîmes Métropole 2013-2018 Document d orientation PLH de Nîmes Métropole 2013-2018 version du Conseil communautaire du 16 décembre 2013 Communauté d agglomération de Nîmes Métropole 3 Rue du Colisée, 30900 Nîmes Tél.: 04 66 02 55

Plus en détail

Communauté d'agglomération de Reims

Communauté d'agglomération de Reims Communauté d'agglomération de Reims Une déprise démographique LA DÉMOGRAPHIE Population Population Population Population variation variation variation en 1982 en 1990 en 1999 en 2007 1982/1990 1990/1999

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires www.loi-duflot.scellier.org 30 décembre 2012 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 66 sur 168 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT

Plus en détail

Rentabilité d un investissement locatif. Financer son projet par un prêt. La fiscalité pour l investissement locatif. Comment préparer son projet

Rentabilité d un investissement locatif. Financer son projet par un prêt. La fiscalité pour l investissement locatif. Comment préparer son projet Acheter pour louer et investissement locatif L achat d un bien immobilier est considéré comme un placement puisqu il est rentable au fil du temps. Il est possible d obtenir différents types de prêts pour

Plus en détail

Le logement locatif. Louer un nouveau logement? Oui, mais trouver le mieux adapté à ma situation!

Le logement locatif. Louer un nouveau logement? Oui, mais trouver le mieux adapté à ma situation! Le logement locatif Louer un nouveau logement? Oui, mais trouver le mieux adapté à ma situation! LE LOGEMENT LOCATIF Dans le cadre de son parcours résidentiel, le salarié est souvent amené à devenir locataire

Plus en détail

CNIS Commissions «Territoires»

CNIS Commissions «Territoires» CNIS Commissions «Territoires» 15 juin 2015 Quel besoins de données pour les politiques locales de l habitat: ce qui existe, ce qui est en devenir, ce qui manque. Yann Ludmann Direction de l Habitat, de

Plus en détail

La solvabilité des ménages de Caen la mer

La solvabilité des ménages de Caen la mer AUCAME Caen Normandie SERVAT O hab No ita t v em IRE OB b re 2 0 1 5 La solvabilité des ménages de Caen la mer face au marché immobilier local Novembre 2015 Sommaire Le logement : premier poste de dépenses

Plus en détail

Mai 2008 Tableau de bord des 100 mesures et des 13 axes d engagements pour le Chantier National Prioritaire 2008-2012

Mai 2008 Tableau de bord des 100 mesures et des 13 axes d engagements pour le Chantier National Prioritaire 2008-2012 Mai Tableau de bord des 100 mesures et des 13 axes d pour le Chantier National Prioritaire -2012 Note méthodologique : Le tableau comparatif constitue l outil de suivi du collectif des 30 associations

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

LE PLU et l article 55 de la loi SRU

LE PLU et l article 55 de la loi SRU LE PLU et l article 55 de la loi SRU Contexte réglementaire Inventaires et bilans communaux Perspectives 1- Contexte réglementaire : les clés pour bien comprendre Naissance de la loi SRU du 13 décembre

Plus en détail

Charte de la Ville de Bouaye pour l extension et le renouvellement urbain

Charte de la Ville de Bouaye pour l extension et le renouvellement urbain Charte de la Ville de Bouaye pour l extension et le renouvellement urbain Adoptée le 06 novembre 2014 Charte de la ville de Bouaye pour l extension et le renouvellement urbain 1 Sommaire Préambule... 3

Plus en détail

Loi Urbanisme et Habitat

Loi Urbanisme et Habitat Loi Urbanisme et Habitat > Volet Logement < Nouveau dispositif Robien en faveur de l investissement locatif Loi Urbanisme et Habitat du 2 juillet 2003 Volet logement Sommaire Les dispositions Robien votées

Plus en détail

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Colloque Ile-de-France Libérer du foncier : un geste solidaire en faveur du logement au Conseil Régional d Ile-de-France

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 15 AVRIL 2010 6 C-2-10

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 15 AVRIL 2010 6 C-2-10 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 15 AVRIL 2010 6 C-2-10 TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES. BASE D IMPOSITION. IMMEUBLES LOCATIFS SITUES EN ZONES URBAINES SENSIBLES (ZUS).

Plus en détail

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local.

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. Avril 2005 Les contreparties Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. L implication du 1% Logement dans le renouvellement urbain ne se limite pas au

Plus en détail

5.2. handicapés. Les adultes. La santé observée dans les régions de France

5.2. handicapés. Les adultes. La santé observée dans les régions de France La santé observée dans les régions de France Les adultes handicapés 5.2 Le contexte L'enquête décennale sur la santé effectuée par l INSEE en 1991 auprès des ménages ordinaires, estime à 5 48 (tous âges

Plus en détail

Communauté d agglomération de Caen la mer

Communauté d agglomération de Caen la mer Communauté d agglomération de Caen la mer Règlement transitoire précisant le champ d application, les modalités de calcul et les conditions de versements des aides financières à la construction de logements

Plus en détail

Intermédiation locative Solibail

Intermédiation locative Solibail Intermédiation locative Solibail L intermédiation locative renvoie à deux formes de mobilisation du parc privé : le mandat de gestion et la location / sous-location. Le terme «intermédiation» renvoie

Plus en détail

PLH Diagnostic spécifique CDT. Paris Saclay Territoire Sud

PLH Diagnostic spécifique CDT. Paris Saclay Territoire Sud PLH Diagnostic spécifique CDT Paris Saclay Territoire Sud Projet de Contrat de Développement Territorial validé en Comité de pilotage du 10 juillet 2015 1 Afin d élaborer une stratégie propre à son territoire

Plus en détail

Appel à projets 2014 «Urbanisation durable des centres-bourgs» Règlement

Appel à projets 2014 «Urbanisation durable des centres-bourgs» Règlement Appel à projets 2014 «Urbanisation durable des centres-bourgs» Règlement I- OBJET DE L APPEL A PROJETS Dans le cadre de son partenariat avec les communes, le Département a décidé de lancer un appel à projets

Plus en détail

HABITAT. Direction de l Habitat, de l urbanisme et de l aménagement urbain Direction de l Information

HABITAT. Direction de l Habitat, de l urbanisme et de l aménagement urbain Direction de l Information HABITAT Direction de l Habitat, de l urbanisme et de l aménagement urbain Direction de l Information regionpaca.fr Fiche 1 Soutien régional aux dispositifs programmés de réhabilitation du parc privé Depuis

Plus en détail

Agenda Hlm 2015-2018

Agenda Hlm 2015-2018 Agenda Hlm 2015-2018 25 septembre 2014 Entre l État, Et L Union sociale pour l habitat (USH) représentée par : Jean-Louis DUMONT, Président Les fédérations représentées par : Christian BAFFY, Président

Plus en détail

Programme Local de l Habitat 2014-2020. Communauté d Agglomération du Grand Angoulême Tome 2 Orientations stratégiques

Programme Local de l Habitat 2014-2020. Communauté d Agglomération du Grand Angoulême Tome 2 Orientations stratégiques Programme Local de l Habitat 2014-2020 Communauté d Agglomération du Grand Angoulême Tome 2 Orientations stratégiques 1 La phase d orientations stratégiques Une ligne directrice pour 2014-2020 avec pour

Plus en détail

HABITAT INTERVENTION DE FRANÇOIS-XAVIER FABRE CHEF DU SERVICE AMÉNAGEMENT

HABITAT INTERVENTION DE FRANÇOIS-XAVIER FABRE CHEF DU SERVICE AMÉNAGEMENT HABITAT INTERVENTION DE FRANÇOIS-XAVIER FABRE CHEF DU SERVICE AMÉNAGEMENT Direction Départementale des Territoires de la Lozère, 04 avenue de la gare BP132, 48005 Mende cedex Tel : 04.66.49.41.00 Télécopie

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

COMMUNE DE SANGUINET

COMMUNE DE SANGUINET COMMUNE DE SANGUINET PLAN LOCAL D'URBANISME Pièce n 4 : Orientations particulières d'aménagement Vu pour être annexé à la délibération du Conseil Municipal en date du Le Maire, Bureau d'études : CREHAM

Plus en détail

ATELIER N 2 QUELLES SONT LES CONDITIONS A REUNIR POUR DEVELOPPER L OFFRE DE LOGEMENTS? 2 Le financement et la structure des opérations

ATELIER N 2 QUELLES SONT LES CONDITIONS A REUNIR POUR DEVELOPPER L OFFRE DE LOGEMENTS? 2 Le financement et la structure des opérations ATELIER N 2 QUELLES SONT LES CONDITIONS A REUNIR POUR DEVELOPPER L OFFRE DE LOGEMENTS? 2 Le financement et la structure des opérations SOMMAIRE Les opérations de promotion privée Les opérations de logements

Plus en détail

NOUVEAU REGLEMENT D INTERVENTION DE NIMES METROPOLE EN MATIERE D ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE

NOUVEAU REGLEMENT D INTERVENTION DE NIMES METROPOLE EN MATIERE D ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE NOUVEAU REGLEMENT D INTERVENTION DE NIMES METROPOLE EN MATIERE D ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE Approuvé par délibération du 15 juillet 2013 Préambule Le soutien aux opérations d accession sociale à

Plus en détail

HABITER MIEUX DANS LE GRAND NANCY juin 2011 - juin 2014

HABITER MIEUX DANS LE GRAND NANCY juin 2011 - juin 2014 Programme d Intérêt Général HABITER MIEUX DANS LE GRAND NANCY juin 2011 - juin 2014 Salle des fêtes - 7, rue de Parme - Vandoeuvre-lès-Nancy Mercredi 29 février 2012-20h Sommaire Qu est-ce que le Programme

Plus en détail

L.L.T.S. Logements Locatifs Très Sociaux

L.L.T.S. Logements Locatifs Très Sociaux L.L.T.S. Logements Locatifs Très Sociaux NATURE DE DE L'A 'AIDE Subvention de l'etat associée à un prêt réglementé servi par la CDC OPÉRATIONS CONCERNÉES la construction de logements à usage locatif l'acquisition

Plus en détail

«Ma première pierre» DE PRESENTATION DOSSIER 8 JANVIER 2013

«Ma première pierre» DE PRESENTATION DOSSIER 8 JANVIER 2013 DOSSIER DE PRESENTATION 8 JANVIER 2013 «Ma première pierre» Reconduction et actualisation en 2013 du dispositif d aide aux primo-accédants modestes, acquéreurs d un logement neuf ou ancien avec travaux,

Plus en détail

Aide à la production de logements sociaux en vue de favoriser la mixité sociale

Aide à la production de logements sociaux en vue de favoriser la mixité sociale Sommaire Aide à la production de logements sociaux en vue de favoriser la mixité sociale _ 3 Aide en faveur de la réhabilitation énergétique des logements sociaux 5 Aide pour l adaptabilité des logements

Plus en détail

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Orha Nord-Pas-de-Calais 54 Les Cahiers de l Orha - Avril 24 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LES DISPOSITIONS EN MATIERE FISCALE GENERALITES - Barème de l impôt sur le revenu 2016 La note sur la fiscalisation

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

ANNEXE 3 CONVENTION 2012 Au titre du Programme Local de l Habitat Entre : La Communauté Urbaine de Bordeaux et L ADIL 33 de la Gironde ENTRE LES SOUSSIGNES : Monsieur le Président de la Communauté Urbaine

Plus en détail

Marché de l amélioration de l habitat

Marché de l amélioration de l habitat Marché de l amélioration de l habitat DONNÉES CHIFFRÉES Juin 2008 CE DOCUMENT PRÉSENTE LES PRINCIPALES DONNÉES DÉCRIVANT LE MARCHÉ DE L AMÉLIORATION DE L HABITAT. IL EST RÉGULIÈREMENT ACTUALISÉ. 1. L amélioration

Plus en détail

Les bénéficiaires de l APL dans le parc de logements-foyers en Ile-de-France en 2007

Les bénéficiaires de l APL dans le parc de logements-foyers en Ile-de-France en 2007 Cellule Technique de Réflexion et d Aide à la Décision (CTRAD) Service Commun d Action Sociale des Caisses d Allocations Familiales Les bénéficiaires de l APL d le parc de logements-foyers en Ile-de-France

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement

Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des territoires et de la Ruralité 72, rue de Varenne,

Plus en détail

1 VOLET HABITAT - LOGEMENT. Synthèse du volet Habitat - logement

1 VOLET HABITAT - LOGEMENT. Synthèse du volet Habitat - logement 1 VOLET HABITAT - LOGEMENT Synthèse du volet Habitat - logement 2 VOLET HABITAT - LOGEMENT I / Contexte général... 3 A. Les caractéristiques du parc de logement en France... 3 B. Les caractéristiques du

Plus en détail

Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais

Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais AVANT-PROPOS La présente réponse fait suite au rapport d observations définitives

Plus en détail

Dossier de Candidature

Dossier de Candidature Dossier de Candidature BORDEAUX QUARTIER ST MICHEL 49 rue Carpenteyre PRESENTATION DU PROJET Préambule L opération du 49 rue Carpenteyre constitue un des éléments du programme développé sur cet ilot «Carpenteyre»,

Plus en détail

DIRECTIVE. 5 février 2015 9 mars 2015 oui

DIRECTIVE. 5 février 2015 9 mars 2015 oui DIRECTIVE PERSONNES MORALES REHABILITATION DE LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX Réhabilitation de logements locatifs sociaux (hors logements pour étudiants) et structures collectives Personnes morales Réhabilitation

Plus en détail

ANNEXES. Dispositif de subventions des collectivités locales

ANNEXES. Dispositif de subventions des collectivités locales 1 N interne : 7984 Conseil du lundi 26 février 2001 à 18 h 00 N définitif : 2001-6306 ANNEXES Dispositif de subventions des collectivités locales I - OBJECTIF DES SUBVENTIONS 1 - AIDES VISANT LE MAINTIEN

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Lettre de l Observatoire de l Habitat Programme Local de l Habitat du Val Maubuée

Lettre de l Observatoire de l Habitat Programme Local de l Habitat du Val Maubuée Champs-sur-Marne, Croissy-Beaubourg, Emerainville, Lognes, Noisiel, Torcy Lettre de l Observatoire de l Habitat Programme Local de l Habitat du Val Maubuée L édito En 2011, l observatoire de l habitat

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail