Les fonds de pension de retraite, modèle économiquement pervers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les fonds de pension de retraite, modèle économiquement pervers"

Transcription

1 Les fonds de pension de retraite, modèle économiquement pervers Michel LAMY 78 Il y a ceux qui sont pour le tout capitalisation, il y a ceux qui sont pour le rejet pur et simple des fonds de pension, et puis ceux qui seraient partisans d une répartition renforcée avec un zeste plus ou moins important de capitalisation, sans compter ceux qui prônent les Fonds de Pension de Retraite à la française, en se gardant bien évidemment de dire de quoi il s agit. Bref, tout le monde en parle mais, le plus souvent sans bien en mesurer les conséquences (sauf à la CFE-CGC évidemment).

2 En tout cas, le sujet est suffisamment lourd pour qu on l examine d un peu près. Pour ma part, je me contenterai de l aborder sous l angle économique, Solange Morgenstern, notre spécialiste en matière de retraite, étant le maître d œuvre approprié en ce domaine. Le problème à résoudre est maintenant bien connu. Pour des raisons démographiques, on pourrait passer de 1,7 actif pour un retraité (rapport actuel) à 1,1 actif seulement pour 1 retraité dans 20 ans. Dès lors, la question suivante se pose : comment répartir sur moins d actifs la charge du financement des retraites? Faudra-t-il allonger la durée de cotisation, repousser l âge de départ à la retraite, augmenter les cotisations, diminuer les pensions de retraite, trouver d autres sources de financement? Pour certains la réponse est : Yaka faire de la capitalisation. La génération sacrifiée Je n insisterai pas sur les catastrophes pouvant résulter de fonds de capitalisation reposant sur la détention de titres de l entreprise dans laquelle on travaille. En cas de problème, on peut perdre son emploi, son épargne et sa retraite du même coup. C est ce qui vient de se passer pour salariés d Enron aux USA. Alors, bien sûr, on n est pas forcé, instruit par l expérience, de fabriquer les fonds sous cette forme. Mais ne sait-on jamais? Rappelons que le même drame s était produit avec la firme Maxwell et que cela n a pas servi d exemple. Pour revenir au principe en tant que tel : la retraite par capitalisation dépend d une épargne qui se dégage pour constituer un capital suffisamment important pour financer ensuite la retraite. Le problème commencera à se poser sérieusement dans une quinzaine d années. Ce qui signifie qu il faudrait accumuler d ici là une épargne conséquente. Comme il est évident qu il ne s agit pas ainsi d augmenter les retraites mais de suppléer à une baisse de rendement annoncée, cela veut dire que ceux qui n auront pas alors accumulé suffisamment se retrouveront amputés largement en termes de pouvoir d achat. Le problème se posera pour ceux qui sont en retraite actuellement et pour tous ceux qui partiront dans les prochaines années car ils n auront pas le temps d accumuler le capital nécessaire pour compenser les baisses de rendements. Ils seront en quelque sorte pris entre deux feux. Quant aux plus jeunes, ils pourront certes accumuler du capital mais cela signifie qu ils paieront une cotisation supplémentaire même si on appelle celleci épargne et non cotisation. En tout cas, sans être certains de résoudre des problèmes plus lointains (nous verrons pourquoi), on ne résoudra pas les problèmes à vingt ans pour autant. Des risques pour la croissance et un coût supérieur pour les catégories moyennes Et puisque l on parle de cotisations (ou d épargne dédiée) examinons-en les conséquences économiques. Le taux d épargne en France est déjà très important et la croissance est, en fait, tirée actuellement essentiellement par la consommation. Supposons la mise en place d un système d épargne retraite. Soit l argent épargné proviendra du transfert d autres formes d épargne (par exemple de l assurance-vie) et il n y aura pas de dégagement d épargne nette nouvelle. Auquel cas on ne voit pas vraiment ce que cela résoudrait. Soit il se dégagera une épargne supplémentaire des ménages et elle sera prise sur la consommation. Mais qui dit moins de consommation dit moins de croissance, moins de taxes et rentrées d argent diverses pour l État, moins de cotisations sociales, moins d emploi et donc plus de chômage et moins de cotisations vieillesse. Autrement dit : dégager de l épargne supplémentaire pour la retraite pourrait revenir à fragiliser le régime de répartition existant et à induire une diminution de ses prestations. Ce serait tout de même un comble. Par ailleurs, comment provoquer ce supplément d épargne? En fonction d incitations fiscales on pourra aboutir à une épargne-retraite volontaire. Dans ce cas-là, grosso modo, seules les catégories moyennes ou supérieures épargneront (sauf incitations différenciées qui reviendraient alors à de nouveaux transferts de revenus). Automatiquement, au bout 79

3 80 du compte, puisqu il s agit de compenser des baisses de revenus de retraite, ceux qui n auront pas épargné devraient voir leurs moyens d existence diminuer. Dès lors ou on maintiendra artificiellement leur revenu par des allocations dites de solidarité ou on fera une décrue des pensions à plusieurs vitesses en maintenant le niveau des plus basses. Dans les deux cas, qui paiera deux fois? Les catégories moyennes. Elles seront amenées à épargner en plus de leurs cotisations, tout en voyant diminuer leur retraite par répartition et devront s acquitter d une façon ou d une autre (impôt de solidarité par exemple) d une nouvelle contribution. Bref, roulées dans la farine. Supposons maintenant que l on ne laisse pas jouer la volonté pure des individus mais que l on crée une sorte de cotisation d épargne obligatoire. Le problème sera sensiblement le même car nul doute qu on sera amené à abonder l épargne des bas revenus qui, sinon, pourrait être insuffisante, et qu il faudra bien que l on trouve quelqu un pour payer le prix de cet abondement. Des conséquences économiques lies à l emploi des fonds La sortie d un fonds de pension de retraite peut se faire en capital ou en rente. Dans le premier cas, cela signifie qu au départ en retraite d un salarié, celui-ci reçoit le capital qu il a accumulé et le gère désormais comme il veut. Cela signifie également que les parts qu il possède dans le fonds doivent être vendues pour lui verser ce capital. Et l on retombe sur le problème démographique qui n est pas mieux résolu par la capitalisation que par la répartition. Les actifs censés acheter les titres à vendre, pour préparer leur propre retraite, ne seront pas assez nombreux pour le faire puisque l on considère qu ils ne seraient pas assez nombreux pour assurer les cotisations nécessaires à la répartition. Beaucoup de titres à vendre, peu d acheteurs. Résultat : la chute de la valeur des titres. C est exactement ce que redoutent actuellement les Américains. Longtemps, ils ont abondamment fourni les fonds de pension de retraite et l afflux d argent a fait grimper la bourse. Aujourd hui, pour des raisons démographiques, les fonds vont se retrouver vendeurs nets d actions et redoutent un effet déprimant sur la bourse qui pourrait les mettre en grande difficulté pour remplir leurs obligations. C est pourquoi William Dale Crist, président de Calpers (fonds de pension de retraite des fonctionnaires californiens) vient demander aux Européens de bien vouloir développer leurs fonds de pension pour acheter les titres qui seront vendus par les fonds américains. Cela permettrait peut-être de leur sauver la mise en empêchant la dépréciation des actifs de ces fonds mais, une fois les Français en possession de ces titres, qui viendra les acquérir à son tour lorsqu il faudra les vendre pour les mêmes raisons démographiques? C est le jeu de la patate chaude ou, mieux, la chaîne de Saint-Antoine (interdite par la loi) où l on vous demande de verser de l argent à x personnes et de faire un courrier à y autres en leur demandant de vous verser à leur tour. Quand la chaîne se casse on

4 se retrouve sans rien, escroqué! Pour résumer, si nous acceptons de payer ainsi la retraite de la veuve du Massachusetts, nul ne peut dire qui paiera ensuite la retraite de la veuve de Carpentras. Et cela d autant que la fuite en avant a pour limites les capacités de développement du reste du monde et la démographie mondiale qui, globalement, montre un vieillissement des populations. Si la sortie se fait en rente, elle n empêche pas la vente de titres mais reporte une partie du problème sur le rendement de ces titres. Dans ce cas, la pression sera forte de la part des retraités pour obtenir, via leurs fonds, un rendement important de leurs capitaux, entraînant une confiscation croissante de la valeur ajoutée à leur projet. Ceci s est d ailleurs déjà produit sous la pression de fonds étrangers parfois. Et lorsqu on demande une forte rentabilité du capital, celle-ci est souvent obtenue au détriment des salariés, donc de ceux qui seront actifs à ce moment là. pas pleins. L excédent d épargne amènera tout juste mécaniquement une baisse du rendement de celleci, ce qui se répercutera négativement sur les retraites versées par les fonds de pension. Les retraités s apercevront alors que la poule aux œufs d or tient de la poudre aux yeux. Ajoutons un autre élément extrêmement important. Depuis vingt ans nos économies ont réussi à tenir l inflation à un niveau très faible. Cela ne signifie pas que des poussées inflationnistes fortes ne pourront pas resurgir un jour ou l autre. Or quand quelqu un abordera son premier emploi, par exemple après des études, vers 25 ans, il commencera à épargner pour sa retraite. Celle-ci devra le faire vivre jusqu à sa mort, mettons à 80 ans. Ceci signifie que pendant 55 ans son épargne dépendra d une éventuelle crise inflationniste qui pourrait le ruiner. Croire que sur une si longue période, il n y aura jamais d inflation et de taux réels négatifs, serait un sacré pari, vraisemblablement perdu d avance. Quels placements? Évidemment, ceux qui sont favorables à la capitalisation entendent privilégier les placements en actions. Et d ajouter qu il existe un besoin important de capitaux propres dans les entreprises, etc, etc. Sauf que En fait les PME ont besoin de capitaux. Cependant, étant peu cotées pour la plupart, il serait difficile de donner aux capitaux placés la liquidité nécessaire. Que faire lorsqu il n existe pas un marché pour vendre des titres? Comment être sûr qu on pourra récupérer son argent? Des systèmes peuvent être montés mais il est évident que l essentiel des capitaux se portera vers les grandes actions cotées. Comme nombre de grandes entreprises (loin de manifester des besoins de fonds propres) rachètent leurs propres actions pour doper artificiellement le rendement de leurs titres, on peut penser que les besoins de fonds propres qui aboutiraient à des investissements productifs ne sont pas si importants que cela. On fera donc comme aux USA : l afflux d argent en bourse dopera les cours jusqu à ce que la bulle éclate et que les retraités fassent le compte de ce qu ils auront perdu. Et de toute façon, dès lors que l épargne ne manque pas, ce n est pas son côté excédentaire qui fera investir quand les carnets de commande ne seront Cotisation définie ou prestation définie Sur ce point également, la réflexion économique est intéressante. Deux systèmes peuvent exister. Soit on parle de cotisation définie et le futur retraité sait ce qu il s engage à épargner mais sait aussi que ce qu il touchera en retraite dépendra à la fois des aléas économiques durant la période d épargne et de ceux qui affecteront l époque à laquelle il sera en retraite. Bref, il sait ce qu il paye mais n a aucune garantie quant à ce qu il recevra. En cas d inflation forte, par exemple, ça peut tourner à la catastrophe pure et simple. Soit une garantie existe et on parle alors de prestation définie. Le futur retraité sait ce qu il touchera de façon certaine. Ouf! a-t-on tendance à dire. Au moins, là, on est tranquille. Sauf qu il faut bien que quelqu un porte le risque dans le temps. Si ce n est pas le salarié, c est le gestionnaire des fonds de retraite ou quelqu un d autre. À ce titre, l exemple anglais est une parfaite illustration. En Grande-Bretagne, la pension de base versée par l État est très faible : 119 euros par 81

5 82 semaine (à peine plus de francs par mois). Ceux qui n ont rien d autre pour vivre peuvent demander un supplément qui peut la porter à par semaine (un peu moins de francs par mois). Au-delà, les salariés britanniques peuvent soit souscrire à un régime de retraite complémentaire appelé seconde pension de l État, soit se tourner vers le privé. Ils ont été largement poussés à se porter de préférence vers le secteur privé. Les entreprises les ont encouragés justement en apportant une garantie de versement d une pension respectant au moins un certain pourcentage de leur dernier salaire. Dans les années 80 et 90, tout était magnifique : la bourse montait, montait. Mais en 2001, les fonds de pension au Royaume-Uni ont enregistré en moyenne 10 % de pertes. Dès lors, les entreprises ont compris qu elles pouvaient être sollicitées dans le cadre des garanties. Et là, elles disent pouce. Elles veulent bien donner une garantie mais seulement tant que celle-ci n a pas à jouer. Dorénavant, les entreprises refusent de s engager. Elles craignent aussi l inscription sur leurs comptes des engagements au hors-bilan. Et voilà comment la prestation garantie se transforme d un coup en cotisation définie et en rendement aléatoire. Les Britanniques peuvent aussi cotiser à un plan de retraite personnel mais des centaines de milliers de lettres ont été envoyées cette année par de grandes compagnies d assurances (Legal et General, Prudential, Standard Life et Equitable Life) pour encourager les quinquagénaires à les quitter pour adhérer plutôt au régime complémentaire de l État. Pourquoi? Parce que les assureurs savent qu ils vont avoir à affronter le choc démographique et qu ils ne sont pas en état de le faire. Cet exemple me semble à méditer. Et tant que nous y sommes, disons un mot d autres voisins : les Néerlandais. Aux Pays-Bas, la retraite par répartition n assure que 50 % du salaire minimum alors que la retraite totale assure 70 % du salaire réel. L écart provient des fonds de pension. Ceux-ci ont, comme les autres, vu les valeurs boursières diminuer. Certains ont commencé à serrer la ceinture des retraités en amputant les retraites des bonus censés compenser l inflation (laquelle était à 4,2 % l an dernier) et on voit augmenter les cotisations demandées aux affiliés. Ainsi, le fonds ABP vient-il de porter ces primes à 13,2 % du salaire. L inquiétude monte chez les retraités car si les fonds bataves ne parviennent pas à assurer 8 % de rendement de leurs capitaux, ils ne pourront pas faire face à leurs engagements. Et avec ce qu ils perdent en bourse, cela va être difficile. Problèmes des fonds US, problèmes des fonds britanniques, problèmes des fonds néerlandais Cela ne mérite-t-il pas d y réfléchir? Ne faut-il pas, comme je viens de le faire, se poser la question des conséquences économiques? En conclusion Et pour finir par un peu de bon sens, ne faut-il pas remarquer qu une épargne supplémentaire peut être retirée du circuit économique réel pour alimenter un circuit spéculatif virtuel et donc nuire à la croissance, alors qu une cotisation prélevée dans le cadre de la répartition va être recyclée en revenu dont la plus grande partie sera consommée et alimentera ainsi les circuits de la croissance? Au bout du compte, cela fait une sacrée différence en termes d emploi et de richesse globale. Or, quoique l on pense, une économie produit des richesses et ensuite elle les répartit entre les actifs et les autres (enfants, chômeurs, retraités, malades, etc.). Qu elle le fasse par répartition ou non, ne change rien à ce principe. Par contre, il y a des circuits plus porteurs que d autres de création de richesse (et donc d augmentation du gâteau global). Et à ce titre, j ai bien l impression que c est la répartition qui gagne.

Les 3 piliers de pensions

Les 3 piliers de pensions Le 4 octobre 2006 Les 3 piliers de pensions - Note explicative - Michel Rosenfeldt Document réalisé par le Page 1 sur 12 Introduction Définition de la retraite et de l âge légal La retraite définit l état

Plus en détail

Le régime volontaire d épargne-retraite (RVER) Colloque Question Retraite 2 octobre 2014 Danielle Caouette

Le régime volontaire d épargne-retraite (RVER) Colloque Question Retraite 2 octobre 2014 Danielle Caouette Le régime volontaire d épargne-retraite (RVER) Colloque Question Retraite 2 octobre 2014 Danielle Caouette Plan de la séance d information Les constats sur le système de retraite québécois Les obstacles

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

Le rapport d Amours revisité

Le rapport d Amours revisité Le rapport d Amours revisité Selon le rapport D Amours, plus de 1 700 000 travailleurs québécois ne participent à aucun régime d épargne collective. Un travailleur sur deux n a donc comme protection en

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

L Après-Comité D Amours : Où en sommes-nous?

L Après-Comité D Amours : Où en sommes-nous? L Après-Comité D Amours : Où en sommes-nous? Contributions volontaires ou obligatoires? Claude Montmarquette CIRANO et Université de Montréal Le 17 octobre 2013 Problématique Il y a un constat de fait

Plus en détail

Les FRANCAIS. l EPARGNE ENQUETE 2012. Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali

Les FRANCAIS. l EPARGNE ENQUETE 2012. Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali ( Les FRANCAIS l EPARGNE & la RETRAITE ENQUETE Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Etudes et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre

Plus en détail

offre non fiscale 123viager L immobilier autrement... SICAV contractuelle

offre non fiscale 123viager L immobilier autrement... SICAV contractuelle offre non fiscale viager L immobilier autrement... SICAV contractuelle de viager mutualisé viager SICAV contractuelle de viager mutualisé Un investissement SOCIALEMENT RESPONSABLE Permettre aux retraités

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

FICHE PRATIQUE N 4. Plan d Epargne pour la Retraite COllective (PERCO)

FICHE PRATIQUE N 4. Plan d Epargne pour la Retraite COllective (PERCO) FICHE PRATIQUE N 4 Plan d Epargne pour la Retraite COllective (PERCO) Principes Grâce à l adhésion à un dispositif facultatif, le PERCO offre la possibilité aux salariés de Thales de se constituer un capital

Plus en détail

Le système de retraite britannique : réformes en cours et défis de la crise

Le système de retraite britannique : réformes en cours et défis de la crise Colloque Protection sociale d entreprise IRES, CNAM, IRDES Paris, 25-26 mars 2010 Le système de retraite britannique : réformes en cours et défis de la crise Florence Lefresne (IRES) et Catherine Mathieu

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

MeDirect. Gestion de patrimoine en ligne, sur mesure et accessible à tous. Comment créer un revenu complémentaire de retraite?

MeDirect. Gestion de patrimoine en ligne, sur mesure et accessible à tous. Comment créer un revenu complémentaire de retraite? MeDirect Gestion de patrimoine en ligne, sur mesure et accessible à tous Comment créer un revenu complémentaire de retraite? Bonjour Chez MeDirect nous pensons que chacun devrait être capable d obtenir

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP Advance,

Plus en détail

Le RVER. Régime Volontaire d Épargne Retraite

Le RVER. Régime Volontaire d Épargne Retraite Le RVER Régime Volontaire d Épargne Retraite Origine Suite à un rapport d un comité d experts sur l avenir du système de retraite québécois en 2013. Mandat d étudier les régimes complémentaires de retraite

Plus en détail

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Olivier GARNIER David THESMAR 2 juin 2009 Le champ du rapport Point de vue des ménages-épargnants, plutôt que celui du financement de l économie

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Préparer aujourd hui votre retraite de demain

Préparer aujourd hui votre retraite de demain Préparer aujourd hui votre retraite de demain SOMMAIRE PAGES Deux grands principes Comment se calcule votre retraite? L épargne retraite doit aujourd hui faire partie d un budget Faites le point sur votre

Plus en détail

Une retraite bien capitalisée

Une retraite bien capitalisée Une retraite bien capitalisée Voici Charles et Gabriella. Charles, 62 ans, et Gabriella, 60 ans, vivent présentement à Montréal. Charles est un dirigeant d entreprise qui a bien réussi. Il touche un salaire

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version fin mai 2012 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

Le droit des retraites par répartition : un non-sens économique

Le droit des retraites par répartition : un non-sens économique Le droit des retraites par répartition : un non-sens économique Par Jacques Bichot Sur Economie Matin jeudi 17 janvier 2013 07:05 Le déficit de la sécurité sociale s'élèvera à 11,4 milliards d'euros d'ici

Plus en détail

Encourager l épargne retraite Les dix propositions de la FAIDER Mai 2010

Encourager l épargne retraite Les dix propositions de la FAIDER Mai 2010 Encourager l épargne retraite Les dix propositions de la FAIDER Mai 2010 Le système français des retraites a déjà subi de nombreuses modifications depuis près de 20 ans, dans le but de le consolider face

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

Constat sur les retraites obligatoires

Constat sur les retraites obligatoires LA RETRAITE Constat sur les retraites obligatoires Nous allons vivre longtemps avec de moins en moins de cotisants pour payer nos retraites pour des raisons économiques et sociales: Mais surtout pour

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

Planification financière

Planification financière Planification financière 101 Rembourser ses dettes pour se donner une plus grande marge de manœuvre Si vous voulez réaliser des objectifs financiers précis, vous pourriez y arriver plus rapidement en vous

Plus en détail

Améliorer les régimes publics : une solution efficiente pour assurer une couverture adéquate

Améliorer les régimes publics : une solution efficiente pour assurer une couverture adéquate Améliorer les régimes publics : une solution efficiente pour assurer une couverture adéquate Colloque sur l état des régimes de retraite Conseil du patronat du Québec Le 12 juin 2012 Marie-Josée Naud Conseillère

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version janvier 2015 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite LE PROJET DE LA DROITE DÉCRYPTÉ Travailler plus longtemps pour gagner moins L âge légal de départ à la retraite est porté à 62 ans. Les victimes de ce recul

Plus en détail

Défis et perspectives des régimes belges de pension

Défis et perspectives des régimes belges de pension Défis et perspectives des régimes belges de pension Forum Financier décembre 2011 Prof. Pierre DEVOLDER UCL Objectif Présenter diverses stratégies de réforme de notre premier pilier de pension ( pension

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

Briefing de presse Assuralia le 2 juillet 2007

Briefing de presse Assuralia le 2 juillet 2007 Briefing de presse Assuralia le 2 juillet 2007 1 Quelques chiffres Entre 55 et 64 ans = 30 % d actifs En 2015: 1 Belge sur 5 (20 %) sera âgé de plus de 65 ans En 2050: 1 Belge sur 3 (33 %) sera âgé de

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2012

Bulletin fiscal. Novembre 2012 Bulletin fiscal Novembre 2012 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l

Plus en détail

PAGE DISCLAIMER. Ce guide vous est offert gratuitement par Phalakone Mysay, auteur-fondateur du blog «Réussir au Canada»

PAGE DISCLAIMER. Ce guide vous est offert gratuitement par Phalakone Mysay, auteur-fondateur du blog «Réussir au Canada» PAGE DISCLAIMER Ce guide vous est offert gratuitement par Phalakone Mysay, auteur-fondateur du blog «Réussir au Canada» L information contenue dans cet ouvrage est uniquement éditée dans un but informatif.

Plus en détail

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier : une vision à modifier Prenons un pas de recul sur le but des mécanismes de retraite; Le besoin des gens: Besoins financiers pour arrêter de travailler à un certain âge; Ce besoin sera différent si :

Plus en détail

Les retraites dans le secteur privé,

Les retraites dans le secteur privé, 14-19 ACTUALITES 2/12/10 16:58 Page 14 Les retraites dans ING le secteur privé, ce qui va vraiment changer Le Conseil d orientation des retraites a prédit un déficit abyssal de l ensemble des régimes de

Plus en détail

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - novembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE CHAPITRE 9 L ÉPARGNE LA NOTION D EPARGNE Définition Pour Bohm-Bawerk, l épargne s analyse comme la renonciation immédiate. Pour Keynes, l épargne est un résidu de revenu quand les besoins de consommation

Plus en détail

RENTE À CONSTITUTION IMMÉDIATE

RENTE À CONSTITUTION IMMÉDIATE À L USAGE EXCLUSIF DES conseillers RENTE À CONSTITUTION IMMÉDIATE SURMONTER LES OBJECTIONS La vie est plus radieuse sous le soleil Vue d ensemble Les rentes à constitution immédiate sont un puissant outil

Plus en détail

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite Vers une meilleure retraite Étude de cas n o 1 Section header 1 Section header 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 1 Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite À l intention

Plus en détail

Les atouts de la retraite Madelin :

Les atouts de la retraite Madelin : Les atouts de la retraite Madelin : Caractéristiques et calcul de la rente viagère Sylvain Grégoire & Michel Andréini Convention CGPC : 10 Octobre 2013 Les enjeux de la retraite en France Sommaire Un système

Plus en détail

T R AT É G I E S P L A C E M E N T S E T F I S C A L I T É

T R AT É G I E S P L A C E M E N T S E T F I S C A L I T É Service Fiscalité et SFR Retraite STRATÉGIES PLACEMENTS ET FISCALITÉ 17 PROFITER AU MAXIMUM DE VOTRE CELI LOUISE GUTHRIE B. Math, FLMI, ACS, CAM, CFP, EPC, FDS Vice-présidente adjointe Service Fiscalité

Plus en détail

Enthousiasme? «J envisage l avenir avec sérénité.»

Enthousiasme? «J envisage l avenir avec sérénité.» Enthousiasme? «J envisage l avenir avec sérénité.» De bonnes perspectives avec la Prévoyance privée. Quels que soient vos projets, nous sommes à vos côtés. Votre assureur suisse. 1/7 Helvetia PV-Prospectus

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Chapitre 5 Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Achetez de bonnes actions et gardez-les jusqu à ce qu elles augmentent, ensuite vendez-les. Si elles n augmentent pas,

Plus en détail

Stop à l offensive sur les pensions : une solution sociale!

Stop à l offensive sur les pensions : une solution sociale! ATR/DMU/FS IW/10/NI.24 Stop à l offensive sur les pensions : une solution sociale! Anne Tricot - FGTB - Belgique (Forum social européen - Istanbul - Juillet 2010) La crise économique succède à la crise

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail

Bulletin N o 3. Editorial

Bulletin N o 3. Editorial Février 2006 Bulletin N o 3 Fonds de prévoyance de l'association vaudoise des organismes privés pour enfants en difficulté et de l'association vaudoise des travailleurs de l'éducation spécialisée Editorial

Plus en détail

LE PERP retraite et protection

LE PERP retraite et protection LE PERP retraite et protection Benoit Rama http://www.imaf.fr Le PERP (Plan d Épargne Retraite Populaire) est une mesure d encouragement à la préparation de la retraite destinée aux salariés. Il copie

Plus en détail

Trois solutions au paradoxe des retraites

Trois solutions au paradoxe des retraites Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Trois solutions au paradoxe

Plus en détail

Modélisation de la réforme des pensions

Modélisation de la réforme des pensions Modèle PROST de la Banque Mondiale Modélisation de la réforme des pensions Mécanisme de simulation des options de réforme des retraites, de la Banque Mondiale L es politiques de pension d aujourd hui peuvent

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

RREGOP et Rapport D Amours : en quoi ça vous concerne?

RREGOP et Rapport D Amours : en quoi ça vous concerne? A1213-RJ-018 RREGOP et Rapport D Amours : en quoi ça vous concerne? Réseau des jeunes 30 et 31 mai 2013 Mario Labbé, conseiller Sécurité sociale, CSQ-Québec Contenu Quelques notions de base sur les régimes

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite

Les Français, l épargne et la retraite Les Français, l épargne et la retraite 2015 Rapport d étude de l institut CSA Vos contacts chez CSA : Estelle Thomas -Directrice du département Banque Assurance Finance -01 57 00 58 83 Matthieu Guimbert

Plus en détail

Je voudrais préparer ma retraite

Je voudrais préparer ma retraite Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance 2014 Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP

Plus en détail

Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite QU EST-CE QU UN RVER? ET SURTOUT POUR DES RAISONS FINANCIÈRE SUN LIFE POUR DES RAISONS FINANCIÈRES

Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite QU EST-CE QU UN RVER? ET SURTOUT POUR DES RAISONS FINANCIÈRE SUN LIFE POUR DES RAISONS FINANCIÈRES G UI D E EMPL YÉ POUR DES RAISONS FINANCIÈRES Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite Dans certaines grandes entreprises, des milliers de Québécois participent déjà à un régime d épargneretraite

Plus en détail

Osez de nouvelles stratégies fiscales

Osez de nouvelles stratégies fiscales Osez de nouvelles stratégies fiscales Plan de présentation Les mythes fréquents au sujet de l «incorporation» Les avantages de s «incorporer» Quelques mises en garde Quelques mythes fréquents Si j ai besoin

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

FERR RRQ CRÉDITS D IMPÔT

FERR RRQ CRÉDITS D IMPÔT FERR Fonds enregistré de revenu de retraite RRQ Régime de rentes du Québec SV Programme fédéral de la Sécurité de la vieillesse CRÉDITS D IMPÔT FERR. Page 03 RRQ....Page 06 SV...Page 13 Crédits d impôts..

Plus en détail

LA RETRAITE. Enjeux financiers et fiscaux. Présentation par Marie BOUDE BATLLE (Nancy 2006) Agent général d assurances

LA RETRAITE. Enjeux financiers et fiscaux. Présentation par Marie BOUDE BATLLE (Nancy 2006) Agent général d assurances LA RETRAITE Enjeux financiers et fiscaux Présentation par Marie BOUDE BATLLE (Nancy 2006) Agent général d assurances 5 quai Voltaire, Paris 6 ème 29 septembre 2014 2/30 Sommaire I. LA RETRAITE EN FRANCE

Plus en détail

DOSSIER : Novembre 2007 L enjeu des retraites : Une urgence pour la FRANCE!

DOSSIER : Novembre 2007 L enjeu des retraites : Une urgence pour la FRANCE! Club Français pour l Europe - CFE DOSSIER : Novembre 2007 L enjeu des retraites : Une urgence pour la FRANCE! Oser la Réforme! Rien n est pire que l immobilisme face aux nécessités de changements imposées

Plus en détail

Retraites complémentaires : la régression continue Christiane Marty 20 octobre 2015

Retraites complémentaires : la régression continue Christiane Marty 20 octobre 2015 Retraites complémentaires : la régression continue Christiane Marty 20 octobre 2015 Un accord de principe sur les retraites complémentaires Agirc et Arrco a été conclu le 16 octobre dernier entre le patronat

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution Revenu du travail et du capital = Revenus bruts (répartition primaire du revenu) cf. Ch 5 Revenus bruts cotisations sociales impôts + prestations = Revenu disponible (répartition secondaire du revenu,

Plus en détail

Perp. vous? est-il fait pour. Le très attendu. plan d épargne-retraite populaire,

Perp. vous? est-il fait pour. Le très attendu. plan d épargne-retraite populaire, Le très attendu plan d épargneretraite populaire est désormais disponible. Faut-il pour autant se jeter dessus? Réponse dans ce premier vrai banc d essai, avec des simulations exclusives selon votre âge

Plus en détail

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite?

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite? face à face Et si on parlait de votre retraite? K. Dodge / Masterfile Nous allons vivre longtemps... Espérance de vie à la naissance 100 90 80 70 60 63,4 69,2 74,6 82,9 82,7 L allongement de l espérance

Plus en détail

Module 5 - L épargne Document 5-7

Module 5 - L épargne Document 5-7 Document 5-7 Outils d épargne (notions détaillées) Compte d épargne à intérêt élevé Il s agit d un type de compte de dépôt, sur lequel la banque vous verse un intérêt. Ce taux d intérêt, qui est variable,

Plus en détail

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte L ASSURANCE VIE L essentiel sur Fiscalité Fonds en euros Unités de compte Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital,

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS Octobre 2009 Vol. 9 n o 3 Pascale Cantin, Pl. fin. pascale-cantin@lafond.ca Reneaud Cantin, C.A. reneaud-cantin@lafond.ca À LIRE DANS CE NUMÉRO : Un revirement important en seulement six mois Page 1 Le

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n Un seul compte pour votre retraite M a n u v i e u n Avant de prendre leur retraite, la plupart des Canadiens prennent les mesures qui s imposent pour se garantir un revenu mensuel stable. Ils peuvent

Plus en détail

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF?

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? 10 mars 2009 15.681 SIGNES CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? Dalila Larabi & Michel Rosenfeldt Rétroacte La Conférence Nationale sur les Pensions, lancée cette année, a

Plus en détail

Racheter des trimestres de retraite

Racheter des trimestres de retraite Racheter des trimestres de retraite > > > > À défaut de justifier avoir cotisé suffisamment longtemps, le montant de la retraite est amputé par l application d une décote. Une des grandes innovations de

Plus en détail

Assurance groupe F.R.S-FNRS Chercheurs Permanents

Assurance groupe F.R.S-FNRS Chercheurs Permanents Assurance groupe F.R.S-FNRS Chercheurs Permanents Décembre 2015 CONTENU 1. Notions de base, la sécurité sociale en Belgique 1 er pilier: Pension Légale 2 ème pilier: Pension extra-légale, Assurance Groupe

Plus en détail

La rémunération de l équipe commerciale

La rémunération de l équipe commerciale La rémunération de l équipe commerciale I. Introduction Le manager va avoir la mission de gérer l activité, et donc de veiller aux conséquences financières de son activité. Un des principaux coûts est

Plus en détail

CONSEILS -EN- PATRIMOINE. Étude réalisée le : XXXXXX

CONSEILS -EN- PATRIMOINE. Étude réalisée le : XXXXXX CONSEILS -EN- PATRIMOINE ETUDE RETRAITE Étude réalisée le : XXXXXX Vous avez souhaité des éléments de réflexion concernant la préparation de votre retraite. La présente étude a été établie sur la base

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE PRÉVOYANCE VIEILLESSE 1 THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE RAIFFEISEN PRÉVOYANCE VIEILLESSE (ÉTAT 2015) PR É VOYA N C E V IE ILLE SS E 1.1 PRÉVOYANCE ÉTATIQUE 1 ER

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE ET L HISTOIRE DE LA RETRAITE EN FRANCE. Formation des nouveaux administrateurs Session 1 : 1 ère journée 16 octobre 2009

LA PROTECTION SOCIALE ET L HISTOIRE DE LA RETRAITE EN FRANCE. Formation des nouveaux administrateurs Session 1 : 1 ère journée 16 octobre 2009 LA PROTECTION SOCIALE ET L HISTOIRE DE LA RETRAITE EN FRANCE Formation des nouveaux administrateurs Session 1 : 1 ère journée 16 octobre 2009 I La protection sociale en France - Les branches de la protection

Plus en détail

Préparez la retraite que vous voulez

Préparez la retraite que vous voulez Préparez la retraite que vous voulez Vous méritez une retraite agréable La retraite est l un des événements les plus importants de votre vie. Elle marque le passage vers une nouvelle étape merveilleuse

Plus en détail

Introduction des. comptes d épargne libre d impôt

Introduction des. comptes d épargne libre d impôt Introduction des comptes d épargne libre d impôt Comptes d épargne libre d impôt Une nouvelle façon d épargner Les comptes d épargne libre d impôt ont été introduits par le gouvernement fédéral dans le

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013 BULLETIN FISCAL 2013-131 Novembre 2013 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés

Plus en détail