Échographie cutanée haute résolution

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Échographie cutanée haute résolution"

Transcription

1 Échographie cutanée haute résolution Titre anglais M. Naouri (Service de dermatologie, CHU Trousseau, Tours) Mots-clés : Keywords: L échographie cutanée haute résolution est une technique d imagerie non invasive permettant d analyser in vivo les caractéristiques du derme et d effectuer des mesures. Les domaines d application où son utilité a été montrée sont nombreux : évaluation initiale et suivi des tumeurs cutanées, évaluation objective des traitements des pathologies inflammatoires, aide au diagnostic de pathologies congénitales ou acquises du derme, diagnostic étiologique des œdèmes et étude du vieillissement cutané. Le développement de sondes très haute résolution et trois dimensions pourrait prochainement permettre d accroître ce champ de possibilités. Aspects techniques L utilisation de l échographie comme aide au diagnostic médical date du début des années Cette méthode d imagerie repose sur la détection et la mesure des ondes ultrasonores réfléchies par les interfaces séparant deux milieux de caractéristiques acoustiques différentes. Il s agit d un outil d exploration qui permet de visualiser les organes en temps réel, de manière atraumatique et non ionisante. Les échographes traditionnels sont équipés de sondes de 7 à 13 MHz dont le pouvoir de discrimination spatiale est de 3 à 5 mm et la profondeur de pénétration, de l ordre de 2 à 3 cm. Ces paramètres sont utiles à l exploration d organes volumineux situés par-delà la peau, mais ils ne sont pas adaptés à l exploration dermatologique quand les lésions et les modifications dermiques à étudier sont plus petites et plus superficielles. L échographie cutanée haute résolution (ECHR) permet de différencier des structures dont l écart est inférieur à 100 µm sur l axe du faisceau (résolution axiale) et 200 µm sur l axe de balayage (résolution latérale). Cette augmentation de la résolution par rapport aux systèmes habituels a été rendue possible par le développement de transducteurs particuliers pouvant générer des ondes ultrasonores de fréquences supérieures à 15 MHz. L augmentation de la fréquence ultrasonore a pour contrepartie une diminution de la profondeur de champ et une augmentation de l atténuation du milieu de propagation qui font réserver cette technique d imagerie aux explorations uniquement superficielles (derme et partie supérieure de l hypoderme), sur de petites zones. Trois modes d acquisition sont actuellement utilisés en ECHR : le mode A (amplitude) est un mode archaïque de représentation, où à chaque écho est attribué un pic d amplitude. Il peut néanmoins servir de repère pour la réalisation des mesures. Le mode B (brillance) fournit une image bidimensionnelle. Les échos sont représentés sous forme de points dont la brillance est proportionnelle à l énergie reçue. Il permet ainsi d obtenir in vivo et en temps réel, l image d une coupe transversale de peau dans l axe de la sonde. Le mode C permet de reconstituer une image tridimensionnelle de la lésion étudiée. Les appareils actuellement les plus utilisés en France fonctionnent en mode B et utilisent une fréquence de 20 Mhz (figure 1). Figure 1. Appareil d échographie Dermcup Atys/Pierre- Fabre. Image échographique en peau saine Image échographique en peau normale (figure 2) L image échographique en peau normale est composée de plusieurs bandes d échogénicité différente. On distingue habituellement du haut vers le bas, dans des conditions normales de réalisation : 36

2 Figure 2. Échographie en peau normale. Liquide de couplage Membrane Gel Écho d entrée Derme Hypoderme une bande hyperéchogène homogène qui correspond à la fine membrane de la sonde. Selon la focalisation, on peut parfois également observer au-dessus de cette bande une bande anéchogène correspondant au liquide de couplage de la sonde ; une bande anéchogène correspondant au gel de contact. Cette bande, même si elle n apporte pas d arguments morphologiques, a un intérêt important pour l opérateur. Elle permet, par sa présence, de s assurer de l absence d appui sur la sonde qui peut parfois minimiser les mesures, et par son épaisseur, de jouer sur le degré de focalisation de la sonde ; une fine bande hyperéchogène appelée écho d entrée qui correspond à la réflexion des ultrasons liée à la différence d impédance acoustique entre le gel et la peau. Il est important de noter que cet écho d entrée n est pas représentatif des caractéristiques de l épiderme. Ce dernier ne peut habituellement pas être étudié en ECHR, car son épaisseur moyenne, de 80 µm, est le plus souvent inférieure à la résolution du système ; une autre bande plus épaisse échogène : le derme. Les échos dermiques sont nombreux et sont liés à l architecture particulière de ce dernier (le derme papillaire est plus échogène mais moins homogène que le derme réticulaire sous-jacent). Le derme possède une riche architecture de vaisseaux sanguins et lymphatiques organisés en plexus superficiels et profonds. Ces vaisseaux sont visualisés comme des structures anéchogènes bien limitées, linéaires ou arrondies selon l incidence. Les annexes pilo-sébacées peuvent être visualisées sous forme de bandes hypoéchogènes, obliques et parallèles les unes aux autres ; une bande hypoéchogène qui correspond à l hypoderme avec quelques fins échos linéaires, reflets du tissu conjonctif interlobulaire, dans lequel on peut parfois visualiser les larges veines sous-cutanées sous forme de structures tubulaires anéchogènes dépressibles lors de la pression de la sonde sur la peau. les nouveau-nés, en particulier chez les prématurés. Chez les sujets âgés, il existe une diminution de l échogénicité des membres au cours de la journée, liée à une moins bonne adaptation physiologique à l orthostatisme. Pathologie tumorale L ECHR permet d apporter des renseignements utiles à la prise en charge des tumeurs cutanées, particulièrement dans le cas du mélanome et du carcinome basocellulaire, mais ne permet pas de remplacer le gold standard qui reste l examen anatomopathologique. Elle permet de mesurer de façon précise l extension de la tumeur et d évaluer ses limites latérales et en profondeur. Dans certains cas, elle peut également apporter des éléments profitables au diagnostic. La plupart des tumeurs se présentent sous la forme de structures hypo- ou anéchogènes. Dans le cas du mélanome, l aspect observé est celui d une lésion très hypoéchogène sans écho en son sein et avec un écho d entrée peu important. Cet aspect est malheureusement identique à celui des nævi atypiques, mais il est différent de certaines tumeurs bénignes qui peuvent parfois poser des problèmes de diagnostic différentiel, telles que les kératoses séborrhéiques qui sont caractérisées par de gros échos d entrée et parfois des échos denses (correspondant aux pseudokystes cornés). La principale utilité de l ECHR dans cette pathologie est la mesure échographique de l épaisseur du mélanome qui est fortement corrélée à l indice de Breslow histologique (figure 3). Cette mesure peut permettre, lorsque le diagnostic de mélanome est certain cliniquement, de réaliser la chirurgie d exérèse en un seul temps avec les marges adéquates (1). L ECHR permet également de diagnostiquer de façon précoce une récidive cutanée de mélanome, particulièrement au sein de la cicatrice d exérèse qui est souvent indurée et difficile à palper (figure 4). Variations physiologiques L aspect échographique et l épaisseur du derme varient en fonction du site exploré. Il est, par exemple, moins épais sur les bras que sur le haut des cuisses. Cette variation est également fonction du sexe : le derme est souvent plus épais chez l homme. Un aspect hypoéchogène du derme est présent chez Figure 3. Mélanome : mesure de l indice de Breslow échographique. 37

3 Des modifications de la structure échographique du derme sont objectivables dans la plupart des maladies dermatologiques. L ECHR donne alors la possibilité de suivre de façon objective l évolution de ces pathologies, en particulier lorsqu on teste de nouveaux traitements (3). La plupart des pathologies inflammatoires engendrent un œdème dermique qui se manifeste par une perte d échogénicité du derme, le plus souvent superficielle. Dans le psoriasis, l hyperkératose est souvent à l origine d un épaississement de l écho d entrée et parfois d un cône d ombre postérieur (3). Figure 4. Récidive intracicatricielle de mélanome. L ECHR est une aide au diagnostic et à la quantification de la sclérose cutanée. Cette sclérose se manifeste par une augmentation de l épaisseur du derme associée à une perte d échogénicité. Son objectivation est particulièrement utile au diagnostic et au suivi des patients atteints de sclérodermie systémique ou de morphées (4) [figure 7]. L ECHR permet également un suivi objectif des traitements des cicatrices qui sont visualisées de façon similaire. Enfin, l ECHR permet l exploration et le suivi des pathologies du tissu élastique. Certains auteurs ont ainsi proposé de retenir la diminution de l épaisseur cutanée, facilement objectivable par ECHR, comme critère diagnostique de maladie de Ehlers- Danlos (figure 8) [5]. La présentation du carcinome basocellulaire est souvent caractéristique : il s agit d une image globalement anéchogène au sein de laquelle sont visualisées des structures hyperéchogènes (figure 5). L échographie cutanée permet de dépister les récidives infracliniques précoces de ces carcinomes, ce qui est particulièrement utile lorsque le traitement choisi ne permet pas le contrôle des marges histologiques (cryochirurgie, photothérapie dynamique, radiothérapie) [2]. Figure 6. Syndrome d Ehlers-Danlos : amincissement et hyperéchogénicité dermique. Figure 5. Carcinome basocellulaire : image hypoéchogène avec plusieurs zones échodenses. Diagnostic et suivi des pathologies dermatologiques non tumorales Figure 7. Sclérodermie : hypoéchogénicité (surtout superficielle ici) et épaississement du derme. 38

4 Le lymphœdème se présente comme un œdème dermique global touchant le membre inférieur dans sa globalité (figure 9) [6]. D autres signes tels que la présence de zones vides d échos et d une limite inférieure floue, correspondant à une atteinte de la partie superficielle de l hypoderme, peuvent être utilisés pour étayer le diagnostic. La visualisation d une atteinte proximale dans la majorité des cas est un complément utile au signe de Stemmer qui ne peut être mis en évidence que dans les lymphœdèmes atteignant la partie distale du membre inférieur. Figure 8. Œdème veineux : hypoéchogénicité prédominant à la partie supérieure du derme. Exploration des œdèmes L ECHR permet de visualiser et de quantifier l œdème qui se traduit par une diminution de l échogénicité et une augmentation de l épaisseur du derme. Cela a un intérêt pratique lorsqu on se pose la question, face à l augmentation de volume d un membre, d un véritable œdème ou d une simple accumulation de graisse (lipœdème). Dans le lipœdème, l aspect échographique du derme est normal, car l augmentation du volume des membres inférieurs est due à une majoration du tissu hypodermique et non à une accumulation dermique de liquide (6). De la même façon, l ECHR peut différencier un véritable œdème des paupières d accumulations graisseuses sous les yeux. L ECHR permet également une analyse sémiologique fine de l aspect et de la topographie de l œdème, qui diffèrent selon les causes. Chez les patients atteints d insuffisance veineuse et/ou cardiaque, l aspect observé est celui d une perte d échogénicité prédominant dans la partie supérieure du derme, associée à la présence d une bande hypoéchogène sous-épidermique (figure 8). Cette bande sous-épidermique est un équivalent échographique du signe du godet. Elle correspond à la localisation de l œdème au niveau du derme papillaire. Son épaisseur diminue à la pression. Les œdèmes de type veineux sont également caractérisés par une atteinte distale du membre inférieur, probablement en raison du caractère mobile de l œdème. Figure 9. Œdème lymphatique : hypoéchogénicité globale, limite inférieure floue. Vieillissement cutané Le vieillissement cutané est caractérisé par une atrophie du derme responsable d une diminution de son épaisseur et par l apparition de lésions d élastose, lesquelles, associées à une redistribution des fluides dermiques du visage, sont responsables de l apparition d une fine bande anéchogène sous-épidermique bien limitée appelée Sub Epidermic Non Echogenic Band (SENEB). La fréquence d apparition de cette bande augmente avec l âge et elle est beaucoup plus marquée dans les zones photoexposées. Un aspect de trainées hyperéchogènes hypodermiques est parfois également observé. Il correspond vraisemblablement à des lésions de fibrose rétractile qui pourraient être liées à la présence de rides. L ECHR est donc un outil d évaluation objectif très utile qui permet d étudier de façon non invasive toutes les composantes du vieillissement cutané (figure 10). De fait, il s agit d un examen fréquemment utilisé pour l étude des traitements antiâge qu ils soient cosmétiques, physiques ou chimiques. Avenir de la technique La recherche dans le domaine de l ECHR est très active. Les développements actuels s orientent selon deux axes principaux. Le premier est le développement de transducteurs à 39

5 La commercialisation prochaine de nouveaux appareils utilisant ces techniques pourrait ainsi ouvrir la voie à de nouveaux champs d application. Références bibliographiques 1. Serrone L, Solivetti FM, Thorel MF, Eibenschutz L, Donati P, Catricalà C. High frequency ultrasound in the preoperative staging of primary melanoma: a statistical analysis. Melanoma Res 2002;12: Vaillant L, Grognard C, Machet L et al. Imagerie ultrasonore haute résolution : utilité pour le traitement des carcinomes basocellulaires par cryochirurgie. ann Dermatol Venerol 1998;125: Figure 10. Élastose solaire : atrophie cutanée, SENEB, trainées hypodermiques hyperéchogènes. très haute fréquence (par définition supérieure à 80 Mhz) dont la résolution pourrait permettre d analyser également l épiderme. Le second est le développement de sondes permettant une visualisation tridimentionnelle de la peau (mode C) dont le principal intérêt serait l analyse de l agencement des jonctions épiderme-derme et derme-hypoderme et la mesure des tumeurs dans leurs trois dimensions. 3. Vaillant L, Berson M, Machet L, Calleno A, Pourcelot L, Lorette G. Ultrasound imaging of psoriatic skin: a noninvasive technique to evaluate treatment of psoriasis. Int J Dermatol 1994;33: Cosnes A, Anglade MC, Revuz J, Radier C.13 MHz ultrasound probe: its role in diagnosing localized scleroderma. Br J Dermatol 2003;63: Eisenbeiss C, Martinez A, Hagedorn-Greiwe M, Reinhardt DP, Batge B, Brinckmann J. Reduced skin thickness: a new minor diagnostic criterion for the classical and hypermobility types of Ehlers-Danlos syndrome. Br J Dermatol 2003; 149: Naouri M, Samimi M, Machet L. High-resolution ultrasonography in the differential diagnosis of lymphoedema and lipoedema. J Invest Dermatol 2008;128(Suppl.1):S

Échographie cutanée haute résolution

Échographie cutanée haute résolution Échographie cutanée haute résolution High resolution ultrasonography M. Naouri (Service de dermatologie, CHU Trousseau, Tours) Échographie cutanée haute résolution. High resolution ultrasonography. cutanée

Plus en détail

Image fœtale en écho obstétrique

Image fœtale en écho obstétrique ECHOGRAPHIE DEFINITION -L'échographie est une technique d'imagerie médicale qui utilise des ultrasons. -Ce nom désigne à la fois l'acte médical et l'image qui en résulte. -Examen échographique rapide et

Plus en détail

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Tumeurs cutanées Mélanome Carcinome basocellulaire

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

Utilisation médicale des ultrasons 2008-09

Utilisation médicale des ultrasons 2008-09 Utilisation médicale des ultrasons 2008-09 Les bases de l échographie Définition des ultrasons Notion d échostructure Pertes d énergie du faisceau Incidence sur le choix de la fréquence : résolution latérale,

Plus en détail

Bases physiques de l échographie

Bases physiques de l échographie Bases physiques de l échographie Principes généraux Propriétés des ultra-sons Interactions des ultra-sons avec les tissus : 1) Réflexion 2) Diffusion 3) Réfraction 4) Atténuation Construction de l image

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Mardi 5 janvier 2010 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Mardi 5 janvier 2010 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2009-2010 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Mardi 5 janvier 2010 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous

Plus en détail

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*,

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, JFR 09 Apport de l imagerie dans les tumeurs glomiques des doigts. À propos de 15 cas Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, Touria AMIL*, Ahmed HANINE*, Souâd CHAOUIR*, Amina

Plus en détail

Diagnotic différentiel

Diagnotic différentiel CEC Labial Lésion ulcérée plus ou moins infiltrante, saignotante persistante: biopsie+++ 90% de cancers de la lèvre Plus fréquent sur la lèvre inférieure H>F Après 60 ans 2 étiologies Chéliite actinique

Plus en détail

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire.

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire. LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE MICHEL EID, MASSOTHÉRAPEUTE CLINIQUE DU LYMPHOEDÈME DU QUÉBEC ET PHYSIO EXTRA Plan de la présentation Définition de différents types de lymphoedème.

Plus en détail

Easy Mood est la nouvelle technologie MBE pour traiter le visage et le corps, de manière efficace et extrêmement simple, pour les professionnel de l

Easy Mood est la nouvelle technologie MBE pour traiter le visage et le corps, de manière efficace et extrêmement simple, pour les professionnel de l Easy Mood est la nouvelle technologie MBE pour traiter le visage et le corps, de manière efficace et extrêmement simple, pour les professionnel de l Esthétique. Grâce à l utilisation d un innovante synergie

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS SUR LES TECHNIQUES D EXPLORATION ULTRASONIQUE EN MÉDECINE VASCULAIRE : «TECHNIQUES ANGIOSONOLOGIQUES»

GÉNÉRALITÉS SUR LES TECHNIQUES D EXPLORATION ULTRASONIQUE EN MÉDECINE VASCULAIRE : «TECHNIQUES ANGIOSONOLOGIQUES» GÉNÉRALITÉS SUR LES TECHNIQUES D EXPLORATION ULTRASONIQUE EN MÉDECINE VASCULAIRE : «TECHNIQUES ANGIOSONOLOGIQUES» (DOPPLER CONTINU, DOPPLER PULSÉ, ÉCHO-DOPPLER COULEUR) Les deux principales modalités d'exploitation

Plus en détail

Aspects cliniques du mélanome cutané

Aspects cliniques du mélanome cutané MONOGRAPHIE ATLAS Aspects cliniques du mélanome cutané Marie-Françoise Avril* Les aspects du mélanome cutané sont nombreux et souvent trompeurs. Une exérèse cutanée doit donc être facilement pratiquée

Plus en détail

LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE

LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE S.EL HADDAD, Z.JAMALEDDINE, A.EL QUESSAR, M.M.CHERKAOUI SERVICE D IMAGERIE MÉDICALE HÔPITAL UNIVERSITAIRE CHEIKH ZAID INTRODUCTION 1 Creux axillaire compartiment

Plus en détail

Variation de l aspect l imagerie de l hamartome mammaire chez la femme enceinte et allaitante

Variation de l aspect l imagerie de l hamartome mammaire chez la femme enceinte et allaitante Variation de l aspect l en imagerie de l hamartome l mammaire chez la femme enceinte et allaitante A. SALEM, S. MEHIRI, N. BOUASSIDA, F. B. AMARA, M. FELFEL, H. RAJHI, R. HAMZA, N.MNIF Service d imagerie

Plus en détail

Galaxy. Elles associent Courant de radio-fréquence bipolaire et deux Energies optiques lumineuses disponibles : lumière pulsée ou laser

Galaxy. Elles associent Courant de radio-fréquence bipolaire et deux Energies optiques lumineuses disponibles : lumière pulsée ou laser 1 Galaxy Galaxy (elōs) possède plusieurs outils de traitement spécifiques : a) Aurora qui associe la radio-fréquence bipolaire et la lumière pulsée, b) Polaris qui allie la radio-fréquence bipolaire à

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

- Tronc Commun. Dauzat

- Tronc Commun. Dauzat 1 2 Les site «http://naxos.biomedicale.univ-paris5.fr/diue» comporte tous renseignements utiles sur le Diplôme Inter-Universitaire d Echographie et Techniques Ultrasonores, avec les statuts et règlements,

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ Centre Régional de Lutte Contre le Cancer de Bordeaux et du Sud-Ouest 229, cours de l Argonne 33076 Bordeaux Cedex RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES.

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

L équipe multidisciplinaire du service d orthopédie-oncologie

L équipe multidisciplinaire du service d orthopédie-oncologie L équipe multidisciplinaire du service d orthopédie-oncologie Le service d orthopédie-oncologie de l Hôpital Maisonneuve-Rosemont prodigue des soins aux patients provenant des différentes régions du Québec

Plus en détail

La RF One pour lutter contre le relâchement cutané et la cellulite

La RF One pour lutter contre le relâchement cutané et la cellulite La RF One pour lutter contre le relâchement cutané et la cellulite La radiofréquence multipolaire Premier soin indolore et non invasif qui lutte contre le relâchement cutané du visage, du corps et de la

Plus en détail

LES TECHNIQUES D IMAGERIE MEDICALE UTILISANT LES ULTRA SONS PROPRIETES DES ULTRA SONS ECHOGRAPHIE VELOCIMETRIE DOPPLER

LES TECHNIQUES D IMAGERIE MEDICALE UTILISANT LES ULTRA SONS PROPRIETES DES ULTRA SONS ECHOGRAPHIE VELOCIMETRIE DOPPLER LES TECHNIQUES D IMAGERIE MEDICALE UTILISANT LES ULTRA SONS PROPRIETES DES ULTRA SONS ECHOGRAPHIE VELOCIMETRIE DOPPLER Par Nicole BARTHE MCU-PH Laboratoire de biophysique Université Victor Segalen-Bordeaux2

Plus en détail

Item 149 Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques : carcinomes cutanés

Item 149 Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques : carcinomes cutanés 1 Item 149 Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques : carcinomes cutanés COMPLICATIONS INDUITES PAR L'EXPOSITION REPETEE AUX UV CARCINOME BASOCELLULAIRE CARCINOME ÉPIDERMOÏDE Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain.

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Mickael Tanter (LOA, ESPCI) Résumé Lors de son séminaire Mickael Tanter nous a parlé d une nouvelle technique

Plus en détail

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite...

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une grosse jambe rouge

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

Modeler Remplir. Redessiner Raffermir

Modeler Remplir. Redessiner Raffermir Décontracter Drainer Réduire Détoxiner Modeler Remplir Redessiner Raffermir Câliner Combler Le but n a pas changé. Les objectifs sont toujours les mêmes. Arrêter le vieillissement, lisser les traits du

Plus en détail

Apport de l échographie dans la lutte contre l élimination de la filariose lymphatique scrotale à l hopital Ste Croix de Léogane

Apport de l échographie dans la lutte contre l élimination de la filariose lymphatique scrotale à l hopital Ste Croix de Léogane Apport de l échographie dans la lutte contre l élimination de la filariose lymphatique scrotale à l hopital Ste Croix de Léogane 1 1. Définition Maladie parasitaire tropicale et subtropicale due à un vers

Plus en détail

TRIACTIVE MÉDECINE ET ESTHÉTIQUE TRIACTIVE. Le remodelage du corps : une science. DEKA intelligent technologies : experts from the start

TRIACTIVE MÉDECINE ET ESTHÉTIQUE TRIACTIVE. Le remodelage du corps : une science. DEKA intelligent technologies : experts from the start TRIACTIVE MÉDECINE ET ESTHÉTIQUE Cellulite et peau d orange Dépôts graisseux localisés Relâchement cutané Anti-vieillissement Rétention d eau Jambes lourdes TRIACTIVE Le remodelage du corps : une science

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

Doppler : principes de base. Dr Thierry Puttemans Imagerie Médicale

Doppler : principes de base. Dr Thierry Puttemans Imagerie Médicale Doppler : principes de base Dr Thierry Puttemans Imagerie Médicale Si l émetteur et le récepteur sont immobiles, le fréquence Fr perçue par le récepteur est égale à la fréquence d émission Fe Si l émetteur

Plus en détail

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie Dossier de presse Lyon, le 4 avril 2012 Cancer du sein : accompagner les patientes à chaque étape de leur maladie Une nouvelle plateforme à l hôpital de la Croix-Rousse Avec plus de 50 000 nouveaux cas

Plus en détail

Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP. B. Napoléon, Lyon

Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP. B. Napoléon, Lyon Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP B. Napoléon, Lyon Conflit d intérêt Boston Scientifics Sténoses de la VBP Causes multiples, dominées par les tumeurs

Plus en détail

Powered by. Résultats visibles immédiatement. La solution de radiofréquence. la plus avancée pour contours. du visage et soins du corps

Powered by. Résultats visibles immédiatement. La solution de radiofréquence. la plus avancée pour contours. du visage et soins du corps Powered by Résultats visibles immédiatement La solution de radiofréquence la plus avancée pour contours du visage et soins du corps Contours du visage Retension de la peau Sculpte le corps Réduction de

Plus en détail

Radiofréquence avec MultiEquipment de Weelko. Rajeunissez votre visage avec MultiEquipment, F-333

Radiofréquence avec MultiEquipment de Weelko. Rajeunissez votre visage avec MultiEquipment, F-333 Technical Zoom Esthétique Janvier 2015 INDEX Radiofréqunce et séances 2 Appareil, utilisation et version colonne 3 Applicateurs pour le traitement visage et corporel et fiche technique 4 Information web

Plus en détail

La physique pour la santé : du diagnostique à la thérapie e2phy Villeurbanne 26-29 Août 2002

La physique pour la santé : du diagnostique à la thérapie e2phy Villeurbanne 26-29 Août 2002 La physique pour la santé : du diagnostique à la thérapie e2phy Villeurbanne 26-29 Août 2002 Frédéric Pain (pain@ipno.in2p3.fr) Université Paris XI - Institut de Physique Nucléaire d Orsay I - Qu est ce

Plus en détail

L'échographie cardiaque

L'échographie cardiaque L'échographie cardiaque Date de création du document : 2008-2009 PRÉ-REQUIS Sur quel principe physique est basée l'échographie cardiaque? L'utilisation des ultrasons est le principe physique sur lequel

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Qu est ce que Mini-Thread V-Lifting?

Qu est ce que Mini-Thread V-Lifting? Qu est ce que MiniThread? Polydioxanone (PDO), spécifications. Application. Indications. Effets. Soins du visage. Procédure. Application en soins du corps. Avant et après. Qu est ce que Mini-Thread V-Lifting?

Plus en détail

Les deux cas cliniques proposés dans. L infiltration en profondeur - Partie III. Traitement d une MIH sévère

Les deux cas cliniques proposés dans. L infiltration en profondeur - Partie III. Traitement d une MIH sévère Nouveau concept pour le masquage des taches de l émail L infiltration en profondeur - Partie III Traitement d une MIH sévère Jean-Pierre Attal, Antony Atlan Maud Denis, Elsa Vennat, Gil Tirlet Dans les

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

Techniques d imagerie et Recherche

Techniques d imagerie et Recherche Techniques d imagerie et Recherche Jean-Christophe Ferré, PH 1- Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale, CHU RENNES 2- Unité/ Projet Visages U746 INSERM/ INRIA, IRISA,

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Dermatologie Délai d'apparition des différentes toxidermies

Dermatologie Délai d'apparition des différentes toxidermies ü Délai d'apparition des différentes toxidermies Quelques minutes à quelques heures : urticaire De 24 à 48h : - Pustulose éxanthémateuse aiguë généralisée - Erythème pigmenté fixe J7-J21 : - Exanthème

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

IVUS. Intra-Vascular Ultra-Sound. PCVI 92, Hopital Privé d Antony

IVUS. Intra-Vascular Ultra-Sound. PCVI 92, Hopital Privé d Antony IVUS Intra-Vascular Ultra-Sound PCVI 92, Hopital Privé d Antony L Ultra-Son Un peu de physique : c est une onde mécanique ( à la différence de la lumière ou des RX qui sont des ondes électromagnétiques)

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite)

Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite) UE Revêtement Cutané (2010-2011) Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite) Pr. Béatrice Vergier (service de pathologie, CHU Bordeaux) Lésions

Plus en détail

L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS

L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE Vincent de PARADES PARIS INTRODUCTION L incontinence anale du post-partum partum relève de deux mécanismes : la déchirure de l

Plus en détail

WHITE PAPER Synchro REPLA:Y

WHITE PAPER Synchro REPLA:Y WHITE PAPER Synchro REPLA:Y Erythro-couperose : Traitement combiné par laser Nd:YAG long pulse et lumière pulsée (système Synchro REPLA:Y) DEKA White Paper SYNCHRO REPLA:Y Mars 2013 Erythro-couperose

Plus en détail

CANCER DE LA PEAU NON MÉLANOME

CANCER DE LA PEAU NON MÉLANOME CANCER DE LA PEAU NON MÉLANOME Carcinome spinocellulaire Carcinome basocellulaire Kératose actinique Cette brochure a été réalisée avec l'aimable contribution des Docteurs Jean-Michel AMICI et Rafat MESSIKH,

Plus en détail

Une prise en main facile

Une prise en main facile L'Anti-âge Professionnelle - à domicile! La dernière génération de traitement professionnel par ultrasons : La radiofréquence bi & multipolaire Un soin Anti-âge performant pour le lissage des rides, la

Plus en détail

EVALUATION CLINIQUE DE L EFFICACITE D UN TRAITEMENT DES VERGETURES PAR EXPOSITION À DES SOURCES LUMINEUSES MONOCHROMATIQUES (Medica Light System )

EVALUATION CLINIQUE DE L EFFICACITE D UN TRAITEMENT DES VERGETURES PAR EXPOSITION À DES SOURCES LUMINEUSES MONOCHROMATIQUES (Medica Light System ) EVALUATION CLINIQUE DE L EFFICACITE D UN TRAITEMENT DES VERGETURES PAR EXPOSITION À DES SOURCES LUMINEUSES MONOCHROMATIQUES (Medica Light System ) Dr S. Boisnic, Dr L. Bénichou, M.C. Branchet. Hôpital

Plus en détail

CORRELATION TNM CLINIQUE ET ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER DU LARYNX

CORRELATION TNM CLINIQUE ET ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER DU LARYNX CORRELATION TNM CLINIQUE ET ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER DU LARYNX R.MESSALA, S.TOUATI, A.MECIBAH Service ORL et Chirurgie Cervico-Faciale EPH BATNA Cancers du larynx : INTRODUCTION - Place importante

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

Technical Zoom. Vibromassage avec U-Tech de Weelko. Mettez-vous aux mains de U-Tech, F-833. Esthétique juin 2014

Technical Zoom. Vibromassage avec U-Tech de Weelko. Mettez-vous aux mains de U-Tech, F-833. Esthétique juin 2014 Technical Zoom Esthétique juin 2014 TABLE Vibromassage et séances 2 Appareil et applicateurs 3 Vitesse de travail et spécification techniques 4 Information web 5 Vibromassage avec U-Tech de Weelko Cellulite?

Plus en détail

TRAITEMENTS ZONES D APPLICATION ULTRA-CAVITATION THERAPIE LUMIERE LED

TRAITEMENTS ZONES D APPLICATION ULTRA-CAVITATION THERAPIE LUMIERE LED GUIDE D UTILISATION DESCRIPTION DU PRODUIT Le Cavitat est un nouveau traitement total et complet de beauté qui combine l ultra-cavitation et la thérapie par la lumière LED. Le Cavitat vous aidera à amincir

Plus en détail

ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE

ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE J ROUSSEAU, F LAROUSSERIE, E PLUOT, J ROUSSEAU, F LAROUSSERIE, E PLUOT, R BAZELI, R CAMPAGNA, H GUERINI, F THEVENIN,

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Radiologie Interventionnelle: Votre alternative à la chirurgie www.cirse.org Cardiovascular and Interventional Radiological Society of Europe Cardiovascular

Plus en détail

Tumeurs malignes cutanées

Tumeurs malignes cutanées Tumeurs malignes cutanées Carcinomes Carcinomes épidermoïdes cutanés (spino-cellulaires) Carcinomes baso-cellulaires Carcinomes annexiels Mélanomes Carcinomes neuroendocrines Sarcomes Angiosarcomes Les

Plus en détail

Congrès cœur et sport 31 Mai - 1 er juin 2013 Lyon-Bron

Congrès cœur et sport 31 Mai - 1 er juin 2013 Lyon-Bron PLACE DE L IRM CARDIAQUE DANS LE DIAGNOSTIC DU CŒUR D ATHLÈTE Congrès cœur et sport 31 Mai - 1 er juin 2013 Lyon-Bron Vivien THOMSON - Radiologue Centre d imagerie de la Sauvegarde - IRM des Sources LYON

Plus en détail

Julie Morin, t.i.m. Mars 2014

Julie Morin, t.i.m. Mars 2014 Élaboré par : Francine Roy, t.i.m. Julie Morin, t.i.m. Mars 2014 Adopté par le comité d inspection professionnelle : le 12 mars 2014 Adopté par le conseil d administration : le 14 mars 2014 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

IMPACT. Cavitation de dernière génération

IMPACT. Cavitation de dernière génération IMPACT Cavitation de dernière génération IMPACT Sculpte la silhouette à la vitesse du son IMPACT de SORISA est une véritable alternative à la liposuccion chirurgicale, et la solution la plus efficace

Plus en détail

Etude, réalisation et caractérisation de résonateurs à ondes élastiques de surface - Application à un capteur de température et de pression -

Etude, réalisation et caractérisation de résonateurs à ondes élastiques de surface - Application à un capteur de température et de pression - Etude, réalisation et caractérisation de résonateurs à ondes élastiques de surface - Application à un capteur de température et de pression - Ali Soltani 1, Abdelkrim Talbi, Jean-Claude Tricot, H. Happy

Plus en détail

récurent, un marché en progression!

récurent, un marché en progression! En 2013,1 Français sur 3 a + de 50 ans En 2025,1 français sur 2 aura + de 50 ans L anti-âge un besoin récurent, un marché en progression! 2 LES APPLICATIONS ESTHETIQUES DES ONDES DE CHOC STORZ MEDICAL

Plus en détail

Synthèse par tiges, vis et crochets

Synthèse par tiges, vis et crochets Synthèse par tiges, vis et crochets 10 2. Tomodensitométrie trie (TDM) ou scanner Utilisation rayons X Intérêt : étudier l os l et les parties molles, et canal rachidien Interprétation tation : est une

Plus en détail

G Abboud, N Colignon, C Dromain, N Hamrit, F Bidault, S Canale. Département d Imagerie Médicale, Institut Gustave-Roussy, Villejuif, France

G Abboud, N Colignon, C Dromain, N Hamrit, F Bidault, S Canale. Département d Imagerie Médicale, Institut Gustave-Roussy, Villejuif, France 1 Sx Rectum, logiciel d'aide au diagnostic dédié au rectum : résultats préliminaires. G Abboud, N Colignon, C Dromain, N Hamrit, F Bidault, S Canale Département d Imagerie Médicale, Institut Gustave-Roussy,

Plus en détail

CAVIFAST2. Dispositif de cavitation et de radiofréquence. Cavitation Autocalibration des transducteurs Fréquence 38 khz +/- 2 khz Aluminium anodisé

CAVIFAST2. Dispositif de cavitation et de radiofréquence. Cavitation Autocalibration des transducteurs Fréquence 38 khz +/- 2 khz Aluminium anodisé ISO 9001:2008 CERTIFICATION TM ISO 13485:2003 C ER TIFIC ATION TM ISO LISTED CM ISO 9001 13485 Dispositif de cavitation et de radiofréquence CAVIFAST2 Nouvelle technologie pour traitements sono-cosmétiques

Plus en détail

Qu est-ce qu un bilan exhaustif?

Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Référentiel interrégional (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine) Examen clinique Mammographie Incidences face et oblique Le profil permet de préciser la topographie

Plus en détail

E11 - Contention. 1. Modes d action

E11 - Contention. 1. Modes d action E11-1 E11 - Contention Le terme de contention est utilisé pour contention compression. Il désigne l utilisation pour la prévention ou le traitement des désordres veineux et lymphatiques de bandes, bas

Plus en détail

RECHERCHE. Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose. Introduction. Les données utilisées

RECHERCHE. Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose. Introduction. Les données utilisées Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose Perrine de Crouy-Chanel, Ingénieur SIG, Département Santé Environnement / USIS INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE 12 rue du Val

Plus en détail

Item 232 : Dermatoses faciales : Rosacée

Item 232 : Dermatoses faciales : Rosacée Item 232 : Dermatoses faciales : Rosacée Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières OBJECTIFS... 3 I Diagnostic... 4 I.1 Diagnostic positif...

Plus en détail

Protocoles esthétiques pour un traitement par ondes de choc radiales STORZ MEDICAL

Protocoles esthétiques pour un traitement par ondes de choc radiales STORZ MEDICAL Protocoles esthétiques pour un traitement par ondes de choc radiales STORZ MEDICAL Shockwave France 21 rue Eugène Süe - 94700 MAISONS-ALFORT Tél 01 43 75 75 20 Fax : 01 43 75 98 87 info@shockwave-france.com

Plus en détail

Echographie du périnée

Echographie du périnée GE Healthcare Echographie du périnée Apport des modes volumiques dans l évaluation pré-opératoire et post-opératoire de la chirurgie de l incontinence et du prolapsus génital. Jean-Marc LEVAILLANT, Hôpital

Plus en détail

Prise en charge des cicatrices en Kinésithérapie

Prise en charge des cicatrices en Kinésithérapie Prise en charge des cicatrices en Kinésithérapie D.U. cicatrisation Paris 7. Mai 2012 Pr Marc REVOL Plan de la présentation Pierre Ruelle Kinésithérapeute / Orthésiste 06 Antibes 1 les différentes cicatrices

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

E.1 - EPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE U11

E.1 - EPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE U11 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ESTHÉTIQUE / COSMÉTIQUE - PARFUMERIE SESSION 2012 E.1 - EPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE SOUS-EPREUVE A1 : Etude de situations professionnelles en U11 Baccalauréat professionnel

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré Structure osseuse de l enfant épiphyse métaphyse Diaphyse Traumatismes de l enfant Interrogatoire Age de l enfant Antécédents

Plus en détail

BRÛLURES. Circonstances. Risques

BRÛLURES. Circonstances. Risques Les patients ne viennent consulter le généraliste que pour des brûlures limitées en étendue et douloureuses. Dans la majorité des cas, des conseils simples donnés par le généraliste sont utiles et efficaces.

Plus en détail

BIOPSIE OPTIQUE AU COURS DE CPRE: CAS #1 // M. ROG J CAS #1 // M. ROG J CANARD. Examen du 17/02/2014:

BIOPSIE OPTIQUE AU COURS DE CPRE: CAS #1 // M. ROG J CAS #1 // M. ROG J CANARD. Examen du 17/02/2014: BIOPSIE OPTIQUE AU COURS DE CPRE 09/2007 : Fibro pour RGO - formation polylobée au niveau de la région vatérienne Biopsies : adénome en dysplasie de bas grade sans aspect histologique d adénocarcinome

Plus en détail

La cicatrisation après lésion du tendon et de la fibre musculaire. Déductions thérapeutiques. Dr C.J.Arnal CRF Pasteur 10 000 TROYES

La cicatrisation après lésion du tendon et de la fibre musculaire. Déductions thérapeutiques. Dr C.J.Arnal CRF Pasteur 10 000 TROYES La cicatrisation après lésion du tendon et de la fibre musculaire Déductions thérapeutiques Dr C.J.Arnal CRF Pasteur 10 000 TROYES PLAN Les collagènes Le tendon, la jonction musculo-tendineuse et ostéotendineuse

Plus en détail

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI.

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI. Diagnostic des hypersignaux de la substance blanche Publié le 14 Fév 2011 P. LABAUGE, Service de Neurologie, CHU de Nîmes La mise en évidence d hypersignaux de la substance blanche est très fréquente en

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

La cellule cancéreuse et son microenvironnement

La cellule cancéreuse et son microenvironnement UE 5 Cours du 8 Novembre 2012 La cellule cancéreuse et son microenvironnement I/ Cancer : Généralités Du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres

Plus en détail

Health & beauty Network ltd Cellu Smooth. Notice d utilisation

Health & beauty Network ltd Cellu Smooth. Notice d utilisation Health & beauty Network ltd Cellu Smooth Notice d utilisation 1 Le Cellu Smooth est un appareil thérapeutique qui utilise des ultrasons. Il aide à traiter les migraines, l arthrite, les rhumatismes, les

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

Objectifs : Pour illustrer l échographie, nous allons ici étudier la production et la détection des ultrasons

Objectifs : Pour illustrer l échographie, nous allons ici étudier la production et la détection des ultrasons Document élève 1/9 Nom : Prénom : Classe : Date : Objectifs : Physique Chimie Thème : La Santé LE PRINCIPE DE L ECHOGRAPHIE - Comprendre que la nature des matériaux a une influence sur les phénomènes d

Plus en détail

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne Généralités Imagerie du cancer de DES de gynécologie 09 février 2007 Edouard Poncelet, Pr D Vinatier Service d Imagerie médicale, JDF Service de Chirurgie gynécologique, JDF 3 cancer chez la femme (sein,

Plus en détail

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Résonance magnétique (IRM)

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Résonance magnétique (IRM) Niveau 1 (P1) Niveau 2 (P2) Niveau 3 (P3) Niveau 4 (P4) Guide de priorités pour les Examen nécessaire immédiatement pour diagnostiquer un état qui met en danger la survie du patient. Type d examen qui

Plus en détail

Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme

Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme 1 Nécessite des électrodes réceptrices en contact avec la peau Recueil facile et non invasif de l activité électrique globale du cœur, qui est alors

Plus en détail

Les catégories T20 à T32 sont attribuées pour toutes les brûlures et corrosions excepté les brûlures dues au soleil ou à des frictions.

Les catégories T20 à T32 sont attribuées pour toutes les brûlures et corrosions excepté les brûlures dues au soleil ou à des frictions. Chapitre 31: Brûlures (Traduction de la p503) Aperçu du chapitre Les catégories T20 à T32 sont attribuées pour toutes les brûlures et corrosions excepté les brûlures dues au soleil ou à des frictions.

Plus en détail