Quel avenir pour les métiers du casino?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quel avenir pour les métiers du casino?"

Transcription

1 ÉTUDE PROSPECTIVE Étude prospective 2010 Hôtellerie -Restauration & Activités de loisirs Quel avenir pour les métiers du casino?

2 ÉTUDE PROSPECTIVE Sommaire 1. Les principes de l analyse prospective métiers Méthode d analyse 1.2 Process d analyse 1.3 Commentaire des différentes étapes 2. Résultats de l étude : facteurs d évolution et cadrage sectoriel Facteur économie 2.2 Facteur sociologie 2.3 Facteur produit 3. Synthèse : leviers d action et émergence de grandes problématiques Impact des grandes tendances d évolution sur les métiers Analyse du changement : quel impact sur les compétences? 20

3 Introduction u-delà de l analyse des métiers et de leur pratique actuelle, il revient aux Observatoires prospectifs des métiers de mettre à disposition de l ensemble des acteurs de la branche des informations susceptibles de les aider à construire des actions pour préparer le futur. Après avoir élaboré une cartographie de ses métiers, l Observatoire du Fafih a donc décidé, à la demande de Casinos de France de lancer en 2008 une étude d analyse prospective sur le secteur des casinos et ses métiers. Elle a été confiée au cabinet Compétences Plus qui avait déjà collaboré à l élaboration de la description des métiers des casinos, de leurs activités et de leurs compétences. Les travaux se sont déroulés avec l appui d un groupe composé des animateurs de l Observatoire, de représentants de casinos et de Casinos de France. Ce rapport présente les résultats de l étude conduite dans ces conditions par le prestataire ; le secteur des casinos devra se l approprier, le valider ou l amender. Qu il nous soit permis, en cette phase de fin d étude de remercier tous ceux qui ont contribué à son bon déroulement, dans un climat de confiance toujours renouvelé, fort agréable pour l animateur et très efficace pour l avancée des travaux.

4 ÉTUDE PROSPECTIVE 1. Les principes de l analyse prospect 4 Un concept relativement récent La prospective est un concept relativement récent : il a été inventé en 1955 par Gaston Berger et défini comme une interrogation sur les «futurs possibles» à un horizon assez lointain et une réflexion sur les actions à mener pour construire l avenir au lieu de le subir. C est une démarche pluridisciplinaire dès lors que l on s est rendu compte que les facteurs qui façonnaient l avenir, au niveau d un secteur professionnel étaient de nature différente, entre autres économique, technologique, sociologique. C est en croisant encore et encore ces différents facteurs et ce qu ils nous disent sur le futur que l on doit parvenir à identifier, par une méthode de travail alliant rigueur et imagination, à concevoir un certain nombre de tendances qui vont peser sur les prochaines années. La prospective n est pas la prévision Lorsque l on essaie de qualifier l avenir d un secteur professionnel, ses éléments de changement et d évolution plus ou moins forts, ce qui importe c est d imaginer en quoi ces derniers vont modifier l activité de ce secteur et vont donc impacter l exercice des métiers, les activités qui les constituent et leur environnement. La prospective n a pas vocation à quantifier les flux d emploi à gérer, ni le nombre de recrutements à effectuer : ceci est l affaire de la Gestion Prévisionnelle. Celle-ci s appuie bien sûr sur les tendances d évolution décrites dans une étude prospective mais bien d autres éléments entrent en ligne de compte, comme la stratégie de développement de l entreprise, son organisation du travail, la qualification des collaborateurs en place, leur capacité à évoluer, à se former et les dispositifs à mettre en place pour disposer, au moment voulu, des bonnes compétences aux bons postes. Se projeter à cinq ans, dans un monde où la diversité et la complexité des paramètres d évolution est évidente fait que la prospective ne prétend pas être une science exacte ; c est pourquoi la méthode de travail privilégiée est celle des scénarios ; on parlera de scénario tendanciel pour désigner le faisceau de probabilités le plus vraisemblable. Il représente des tendances sur lesquelles il semble pertinent de s appuyer pour décliner les impacts possibles sur les familles de métiers, ou plus précisément pour tel ou tel métier. De même, la prospective essaie d identifier les grandes problématiques auxquelles tel métier ou telle famille professionnelle, voire tel secteur tout entier devra faire face pour une raison essentielle : l analyse prospective n est pas un exercice intellectuel gratuit. C est une démarche qui tend à anticiper pour pouvoir agir, hiérarchiser au mieux les actions à mener en tenant compte des niveaux d urgence constatés et des temps nécessaires pour espérer obtenir les résultats souhaités. Si l on prend en compte l ensemble de ces principes, on se donne un cadre de référence sur l échelle du temps : en choisissant d axer l étude sur l évolution des métiers et non sur l adaptation des postes, on peut penser le changement en termes de compétences, car il serait vain de vouloir agir sur les organisations, ô combien flexibles et volatiles. Il serait encore plus vain, en se situant sur un terme trop éloigné (au-delà de 5 ans), de prétendre définir des changements qui échappent de toute façon à l observation. À consulter Commissariat général au Plan «Quelle prospective pour les métiers de demain?» L apport des branches professionnelles (2005)

5 ive métiers 1.1. Méthode d analyse La capitalisation des expériences d analyse prospective au sein de différentes branches professionnelles a permis de mettre au point une méthode et un process, qui se révèlent applicables à ce que recherchent les Observatoires des métiers. On peut les résumer en 5 points-clés 1. Repérage des facteurs pouvant avoir un impact sur l évolution du secteur et description de cet impact 2. Identification des grandes problématiques à résoudre à moyen terme 3. Impact de ces problématiques sur les familles professionnelles et les métiers 4. Conséquences en termes d activités et de compétences 5. Structure cible des métiers des casinos 1.2. Process d analyse prospective des métiers 5 ANALYSE DE L ENVIRONNEMENT EXTERNE économie emploi sociologie formation etc. IDENTIFICATION DES GRANDES ÉVOLUTIONS DU SECTEUR Impact de ces évolutions sur les métiers par famille professionnelle Les grandes problématiques du futur Familles professionnelles et métiers impactés Activités Compétences Préconisations

6 ÉTUDE PROSPECTIVE 1.Les principes de l analyse prospective métiers 1.1. Commentaire des différentes étapes Les grands facteurs d évolution L observation de l environnement d un secteur professionnel doit s ordonner autour de grands thèmes, faute de quoi le discours risque d être trop généraliste, sujet à caution ou de type «café du commerce». Cette phase du travail s appuie sur un discours d experts dans une discipline donnée : économie, technologies du secteur ou utilisées par le secteur, sociologie, emploi, formation. On peut noter qu au fil du temps un facteur qui n avait pas énormément d importance est devenu déterminant dans bon nombre de secteurs : c est le facteur sociologie. Évolution de la société, importance des paramètres ayant trait au client et à ses comportements d achat et de consommation, nouvelles typologies ignorées par le passé, etc. Dans le cas des casinos ce facteur est particulièrement déterminant. Connaître le client et ses comportements : une dimension sociologique prédominante Analyse des probabilités d évolution par grand facteur L ensemble des informations recueillies auprès de sources très diverses ne forme pas un tout cohérent ; il doit être passé au tamis de la réflexion du groupe d appui. Si la première étape est une phase de capitalisation, la deuxième phase est celle d une analyse critique qui doit permettre de trier l information capitalisée selon plusieurs critères : 6 Fiabilité L information est-elle sérieuse, raisonnée, argumentée? Prospective métier L information correspond-elle à l objectif d analyse de l environnement pour aboutir à une réflexion métier? Exhaustivité L information permet-elle de couvrir tous les champs d activité du secteur? En d autres termes, le groupe d appui a pour mission, en fonction de sa connaissance du secteur et des métiers, de valider l information capitalisée afin de produire un scénario cohérent, d identifier les points d alerte, parfois surprenants mais devant être intégrés dans la réflexion et de commander des études complémentaires s il juge nécessaire de préciser certaines zones d ombre. Élaboration d un scénario tendanciel Le scénario tendanciel est le panorama probable d évolution du secteur dans son environnement économique, sociologique, technologique, marketing/produit, territorial, formation, emploi : c est un document rédigé et argumenté, validé par le groupe d appui. Celui-ci sert de base à la deuxième partie des travaux : l impact des changements décrits dans le scénario sur les métiers de la branche. Le scénario est un ensemble ordonné et cohérent d hypothèses d évolution jugées recevables au vu des différents facteurs analysés et de leur combinaison. Ce n est en aucun cas une liste de certitudes.

7 Selon les secteurs deux types de scénarios peuvent être trouvés : Des scénarios de continuité : si évolutions il y a, elles ne remettent pas fondamentalement en compte la structure actuelle du secteur, qu il s agisse de son positionnement, ses fondements, son marché, ses produits ; les évolutions peuvent être importantes mais elles s étalent dans le temps ; on estime que le secteur possède en lui-même les ressources pour agir et se préparer aux changements, pourvu qu il mette en œuvre les actions adaptées et hiérarchisées en fonction des urgences constatées, et du temps nécessaire pour produire les effets attendus. Des scénarios de rupture : comme leur nom l indique les scénarios de rupture alertent sur un changement radical et souvent périlleux pouvant aller jusqu à compromettre l existence du secteur. Un scénario de rupture est identifié lorsqu on prévoit une forte décroissance économique, un changement de positionnement marketing, un changement de «produit». Ou le secteur change de modèle économique et de produit, ou son devenir, en l état, est compromis. Nous verrons que le secteur des casinos est proche par certains aspects de cette éventualité. Il est à noter que le moment où l étude prospective a été menée, les premiers signes de la crise financière et économique et les résultats économiques alarmants des casinos en 2008 ont eu un effet important sur le point de vue adopté par le groupe d appui. Il sera donc essentiel de mettre en place une veille économique pour noter la progression de la récession annoncée dans le secteur comme dans d autres. Tous les scénarios pointent des enjeux et des risques, des menaces et des opportunités ; c est la proportion entre les termes des alternatives qui détermine la qualification du scénario. 7

8 ÉTUDE PROSPECTIVE 1.Les principes de l analyse prospective métiers Identification des grandes problématiques à résoudre à moyen terme Le scénario permet de planter le décor et d analyser dans quel environnement le secteur va évoluer ; il convient de prendre du recul par rapport à la première partie de l analyse prospective, qui fait faire un bond dans le futur, et de revenir à la réalité présente du secteur : L émergence des grandes problématiques se fait à partir de la comparaison entre l état actuel du secteur (positionnement sur le marché, état de l emploi, problèmes de gestion des flux, qualification des métiers et des personnes, état des infrastructures, connaissance du client, produits et services proposés, etc.) et les tendances d évolution ainsi que les changements décrits dans le scénario tendanciel ; Tout écart constitue une problématique, toute problématique appellera une analyse de ce que le secteur pourra ou devra faire pour disposer à terme des réponses aux défis du futur ; C est grâce à l identification des grandes problématiques du secteur que la «prospective métiers» joue son rôle d anticipation active qui consiste à ne pas subir le changement prévisible mais à s y préparer. Il convient de faire la part entre ce sur quoi on peut agir et ce que l on sera contraint de subir. 8 Impact sur les familles professionnelles et les métiers La démarche prospective progresse selon une logique en entonnoir. Pour pouvoir traiter les problèmes et relever les défis, la maille doit correspondre au niveau où l action a du sens, y compris pour le salarié. L analyse du secteur est macro, le scénario tendanciel organise le «macro». Les grandes problématiques resserrent la réflexion autour de quelques axes prioritaires, lesquels n ont pas forcément la même influence. Il faut donc choisir dans les grands changements et évolutions ceux qui risquent d avoir un impact direct sur les métiers, leurs conditions d exercice, leurs requis en termes d activités et de compétences. On appellera «variables de changements» ces paramètres, de quelque ordre qu ils soient (sociologique, économique, etc.) qui auront un effet sur les familles de métiers et parfois spécifiquement sur tel ou tel métier. Cette étape est importante dans la mesure où, parvenus à un niveau d observation relativement fin (pour ne pas dire micro) nous pouvons enfin nous poser la question : «Qu est-ce qui risque de se passer si on ne fait rien?» (scénario appelé «au fil de l eau»). Les enjeux, surtout négatifs, apparaissent alors clairement en termes d actions à mener. Préconisations d actions et pistes de travail pour préparer le changement C est une chose d identifier dans quel sens et avec quel niveau d exigence les métiers risquent d évoluer, c en est une autre de réfléchir aux axes de travail censés tendre vers la résolution des problématiques. Le travail technique doit alors rejoindre la stratégie de branche. Si le temps et le nombre de participants ont manqué pour approfondir les axes de travail que le secteur entendait se donner, un certain nombre d idées (présentées en fin d étude) ont toutefois été évoquées. Elles pourraient devenir opérationnelles avec un approfondissement sérieux par les acteurs du secteur.

9 Directeur Se servir des constats de l étude prospective comme outils stratégiques et opérationnels À retenir : L analyse prospective fait l inventaire des futurs possibles ; le scénario tendanciel retient et décrit les évolutions les plus probables. 9 Ces changements génèrent pour le secteur étudié des problématiques : les identifier c est se donner les moyens d anticiper les effets des évolutions prévisibles, partout où l on peut agir. La prospective métier est une étude pour l action ; les Observatoires ont un devoir d alerte : «anticiper, c est éclairer l action» (Michel Godet, CNAM). Les préconisations doivent faire l objet d une réflexion par les principaux acteurs de la branche de façon à définir et hiérarchiser les actions à mener.

10 ÉTUDE PROSPECTIVE 2. Résultats de l étude : facteurs d évo 2.1. Facteur économie Les casinos vivent leur première crise économique depuis 20 ans lorsque l introduction des machines à sous avait permis au secteur de rebondir. Mais avant l arrivée des MAS (machines à sous), il faut se souvenir que certains casinos avaient dû fermer et que la conjoncture était critique. L arrivée des machines à sous et d une nouvelle clientèle aurait dû faciliter une évolution des métiers et permettre une réflexion sur les changements à opérer pour faire des casinos une activité de loisirs, tournée vers le service et l animation. Or cette mutation ne s est pas produite, ce qui peut en partie expliquer l ampleur du choc ressenti à l heure actuelle par le secteur, dont le détonateur a été l interdiction de fumer dans les lieux publics. Par ailleurs, la crise financière et économique a fait sentir ses effets dès septembre 2008 et a aggravé un environnement déjà problématique. On peut parler de crise des casinos «traditionnels», dans le contexte de la loi sur l interdiction de fumer dans les lieux publics, qui a amené en 2008 une baisse du CA de 8,4% ; cette baisse a été prise en compte par les opérateurs comme une donnée structurelle, et qui, dans d autres circonstances, aurait pu passer pour uniquement conjoncturelle. Cette baisse du chiffre d affaire émerge dans un contexte complexe sur bien d autres aspects qui comportent menaces et opportunités. 10 La légalisation à court terme des jeux en ligne Il est difficile d avoir un discours univoque sur ce phénomène car il est complexe : d une part, il serait vain de nier que la possibilité de jouer en ligne et la multiplication des opérateurs (étrangers comme français) constituent une concurrence, même si certains groupes importants envisagent de se positionner et de conquérir une part de ce marché, considérant qu il y a complémentarité entre les deux sphères économiques. L accès au marché de l Internet est donc une stratégie envisageable pour les grands groupes, plus difficile pour les indépendants qui représentent 20% des casinos terrestres et 8 % du chiffre d affaire du secteur. Il y a de toutes les façons une incertitude quant aux redistributions sur les opérateurs déjà existants ; on assistera donc à une recomposition du marché du jeu avec des conséquences négatives sur l emploi dans les casinos : c est d ailleurs bien ce que craignent les partenaires sociaux. Les jeux en ligne, qu une certaine publicité tend à présenter comme de nouveaux casinos dits «virtuels», par opposition aux casinos dits «terrestres», ne peuvent être considérés comme des structures reproduisant le modèle du casino classique : la clientèle, si elle choisit de jouer en ligne, aborde le jeu d une autre façon que celle qu elle peut trouver dans un casino «classique». D autre part, on peut imaginer, assez logiquement, que les jeux en ligne légalisés peuvent attirer les joueurs vers les casinos, tout aussi bien qu ils peuvent en éloigner d autres. On a pu observer que les premiers joueurs de poker en casino venaient d Internet ; à l inverse, les jeux en ligne peuvent toucher une clientèle qui ne peut ou ne veut pas, pour diverses raisons, se déplacer dans un casino. Enfin, il existe sans doute une clientèle qui commencera par s entraîner à certains jeux sur Internet avant de rejoindre une salle de jeu. 8,4% de baisse du CA en 2008 : les casinos souffrent de la législation et de la concurrence.

11 lution et cadrage sectoriel Enfin, force est de constater que les métiers des FAI (fournisseurs d accès Internet) n ont rien de commun avec les métiers des casinos : s il existe un risque réel pour l emploi, on ne peut en définir le volume. En revanche, cela ne vaut pas pour les métiers : au contraire, l arrivée des jeux en ligne pourrait être une opportunité pour repenser les métiers des casinos traditionnels. La facilité du gain : une image difficile à gérer L émergence d autres types de concurrence L arrivée des MAS dans les bureaux de tabac risque de faire perdre encore plus d attractivité aux casinos ; elle est considérée comme une véritable menace, sans contrepartie positive, au même titre que l interdiction de fumer dans les lieux publics. Ce constat oblige à repenser les critères de différenciation entre lieu et offre : qu est-ce qui influera ou influerait sur le choix d aller jouer, même aux machines à sous, dans une salle de casino plutôt que dans un bar-tabac? Par ailleurs, force est de constater que si cette autorisation était accordée, elle serait en totale contradiction avec la loi actuelle car totalement incontrôlable par les pouvoirs publics Facteur sociologie L image négative des jeux d argent dans un contexte sociétal de plus en plus hygiéniste 1 Cette tendance, si elle n est pas nouvelle, ne fait que s aggraver compte tenu de composantes sociologiques qui touchent également d autres secteurs d activité : le contexte sociétal est en effet peu propice au développement des casinos dans leur positionnement actuel : le rapport à l argent, le gain ou la perte d argent ont tendance à être dramatisés par le corps social (morosité ambiante, tendance à moraliser les valeurs d effort, de travail plutôt que de gain facile et hasardeux, problèmes d aggravation du taux de surendettement des ménages, baisse du pouvoir d achat, menace de récession) et par les pouvoirs publics qui tendent à faire de l addiction au jeu - ou de la simple possibilité de devenir dépendant à celui-ci comme on peut l être à l alcool, aux drogues, au tabac - un problème de santé publique de première importance. Le jeu est perçu et diffusé comme valeur négative, opposée à la valeur travail ; l hygiénisme croissant de notre société éloigne le jeu de la sphère du loisir sain, bénéfique à la santé. Et pourtant, les casinos ont pris en charge de façon très volontariste la prévention des problèmes d addiction, mettant en place des programmes de formation obligatoires pour tous les personnels. Il est à noter que lorsque l on veut stigmatiser les spéculations financières, les fortunes vite faites et défaites (cf. la crise des «subprimes» aux USA), on parle d «économie casino», ce qui en dit long sur l image véhiculée. Mais en même temps cette mauvaise image ne touche pas de la même façon tous les jeux : les jeux de casino sont mal vus alors que les jeux de la Française des jeux ou du PMU ne font pas l objet des mêmes attaques et n ont pas la même image auprès du public. En conclusion de cette première partie, on peut dire que les casinos sont sans doute à un tournant de leur histoire et de leur développement : les menaces sont réelles même si certaines d entre elles sont soit ambivalentes, soit surévaluées. Elles sont d ordre structurel et conjoncturel ; il paraît à la fois plus complexe et plus profitable d agir sur le structurel, le conjoncturel étant lié à un environnement qui évoluera de toute façon avec l environnement économique mondial dont on peut penser qu il s améliorera à terme, malgré la profondeur de la crise actuelle. Le véritable enjeu de la réflexion prospective consisterait ainsi à amener les différents acteurs du secteur à chercher comment optimiser ce qui peut l être et à imaginer des solutions en agissant sur l offre plus que sur l environnement économique On appelle «hygiénisme» la tendance sociologique actuelle qui consiste à vouloir contrôler tous les aspects de la vie quotidienne par rapport à des valeurs d hygiène, de santé, de sécurité, etc.

12 ÉTUDE PROSPECTIVE 2. Résultats de l étude : facteurs d évolution et cadrage sectoriel 2.3. Facteur produit Une réflexion s impose, à l occasion ou à cause de cette médiocre conjoncture économique, sur l offre à mettre en place pour, d une part adopter un positionnement stratégique propice à un redémarrage ou à une consolidation de l économie du secteur, d autre part rendre plus visible et lisible auprès des clients potentiels une offre de prestations compatibles avec l environnement économique, concurrentiel et sociétal. Quelques constats Depuis déjà un certain temps, les casinos perdent les «joueurs de semaine» sans que cette perte soit compensée par les flux de joueurs de week-end. Par ailleurs, les offres «spectacles» représentent un investissement lourd dans l offre des casinos sans constituer un apport de chiffre d affaire conséquent. Il en est de même des prestations Hôtellerie-Restauration. Conçus pour être «tous publics», les casinos peinent à atteindre cet objectif : cette désaffection progressive après une période d embellie (démarrage et montée en puissance des machines à sous) interpelle sur la capacité du produit constitutif de l offre à générer de l attractivité et à produire de la création de valeur. Les données constitutives d une nouvelle offre : pistes de réflexion et interrogations 12 Comment, dans ces conditions, recentrer les casinos dans l univers du loisir? Le concept de loisir est vaste et ouvert : comme dans le secteur de l Hôtellerie-Restauration où l on parle volontiers de convergence de l offre, le lieu «casino» pourrait se diversifier et offrir donc une palette de loisirs : ce qu ont bien compris les entreprises américaines qui offrent piscines, cinémas, casinos, hôtels de différentes catégories, restaurants dans une même unité de lieu, une même destination. Elles deviennent ainsi «des univers de loisirs», ce qui semble réhabiliter le sens du verbe «jouer». Certes, il ne s agit pas de reproduire à l identique ce qui convient à une clientèle qui n a sans doute pas les mêmes paramètres sociologiques et la même demande que les clients européens et français. Mais la diversité de l offre semble être de façon évidente un élément constitutif de son attractivité. Par ailleurs la diversité échappe à la modélisation et à la normalisation, ce qui pourrait régler, en partie du moins le problème crucial du coût des investissements et de leur rentabilité pour les petits et moyens établissements. Comment diversifier l offre? La construction d une réponse appropriée exige une analyse rigoureuse des différentes typologies de clients et de la diversité de leurs attentes. C est dans cette perspective qu émerge la notion de service au client dont nous reparlerons, car il s agit d un concept essentiel qui doit encadrer et donner du sens à toute modification de l offre. Quels services? Il n existe pas de réponse toute faite. Ceux-ci doivent en tout cas répondre à une attente induite ou exprimée : voiturier? Galerie commerciale? Garderie? Le champ des possibles est ouvert.

13 Comment valoriser l offre? Cela suppose une politique de commercialisation puis de communication qui suppose, d une part l acceptation du changement, et d autre part la maîtrise d outils et de comportements commerciaux de la part de l ensemble du personnel. C est sur ce terrain que le travail semble le plus complexe à réaliser et le plus long à mettre en place. En effet, c est toute la culture des casinos et son intégration par les collaborateurs qui semble devoir évoluer, sous peine de rendre inutiles les perspectives d évolution du produit «casino». Diversifier l offre de services, faire du casino un véritable univers de loisirs. Comment optimiser l intégration des casinos dans les politiques de développement local? Comment en faire un paramètre de la politique d aménagement du territoire et de développement du tourisme? Il y a manifestement une contradiction patente entre l image positive que le casino a au niveau local et l image portée par les pouvoirs publics et les médias. Le casino est un acteur local de développement reconnu, un employeur important (souvent le premier) qui participe au développement régional. Pourtant le secteur des casinos reste sous-évalué dans le discours politique et social. Il faut réfléchir à la résolution ou à l infléchissement de cette problématique, peut-être en repensant les leviers de lobbying pouvant être les plus efficaces. Comment infléchir les paramètres sociologiques? Le changement d image des casinos passe par une meilleure appréhension des aspects sociétaux actuels et de leur évolution à terme ; l image des casinos ne peut changer sans une réflexion sur les leviers pouvant sinon renverser la tendance actuelle, du moins inclure les nouvelles composantes de la réalité et travailler sur la manière de revaloriser les fondamentaux du jeu (jouer, se distraire). La valeur polysémique du jeu comme composante du loisir est à mettre à plat. Il faut réfléchir aux différents sens du concept de «jeu» afin de retirer à l univers du jeu de casino l étiquette négative qui lui colle à la peau : mais ce travail, pour indispensable qu il soit, ne peut aller sans une refonte de l offre «produit-service». 13 Directeur

14 ÉTUDE PROSPECTIVE 3. Synthèse : leviers d action et émerg Le Casino et ses métiers Prendre en compte la dimension métier et les compétences attendues est la conséquence directe de ces évolutions : elle ne se fera pas sans repenser les profils des collaborateurs, sans doute moins techniques et plus commerciaux, plus tournés vers l attente du client, son accueil, sa prise en charge... La problématique «service» et ses conséquences sur les métiers 14 Les casinos ne sont pas encore ou pas assez, selon le groupe de travail «prospective des métiers», des activités de service dédiées aux loisirs ; la principale conséquence est que les compétences et comportements dédiés à l accueil, à l animation ne sont pas assez mobilisés. Dès lors, il est difficile de vouloir agir sur l image des casinos auprès de l opinion publique et auprès du client potentiel si celui-ci considère que ses besoins et attentes ne sont pas pris en compte dans la commercialisation de l offre, fût-elle rénovée et repensée. Or, cette mutation culturelle demandera du temps. Il y a peu de chances que les bases techniques des métiers de jeu changent, et d ailleurs la technicité des collaborateurs n est pas remise en question. Mais l accueil, le sens commercial, l attention prêtée au client, son écoute et son orientation constituent des paramètres qui touchent davantage à la notion de service et c est sur cela que l on devra agir. C est donc l environnement du produit qui devra évoluer plus que le produit lui-même. Ancrer les casinos dans une dynamique commerciale : accueil, prise en charge du client, écoute des besoins en constituent les leviers La culture actuelle, ancrée dans les mentalités, ne se prête pas ou pas assez à cette activité de service : si l on sait «traiter le client» dès lors qu il est déjà dans le jeu, comment doit-on s intéresser au visiteur? Cette attitude constitue une mutation lourde dès lors que la technicité, pour importante qu elle soit, n est plus le critère déterminant et ne constitue pas un critère d attractivité. Si les casinos veulent réussir leur mutation, les collaborateurs doivent aussi être des commerciaux. Nous touchons là à la gestion complexe d un paradoxe : si l incitation au jeu demeure tabou, il s agirait dès l accueil du client de s intéresser à son besoin, de demander au «client potentiel» ce qu il cherche, l orienter, le conseiller ; cela suppose que, par des stratégies à étudier, on fasse admettre aux collaborateurs qui se considèrent essentiellement comme des techniciens du jeu que la prise en charge dès l accueil du client, en développant une attitude commerciale, fait partie du cœur de métier et n est pas une activité annexe et secondaire. Cela est sans doute plus facile à dire qu à faire et suppose de travailler sur l ensemble des situations professionnelles et les compétences à développer qui aillent dans le sens de cette notion de service au client. Il est important de dire que ce savoir-faire a existé dans les casinos, lorsque les flux étaient moins importants et que les collaborateurs pouvaient s occuper de chacun. Par ailleurs, la typologie de la clientèle faisait que le service attendu était plus évident : plus facile, mieux intégré dans les mentalités de «rendre service» dès lors que l autre appartient à une catégorie sociale supérieure à la sienne. Le public a changé : il est plus difficile de rendre ce même service à catégorie sociale égale.

Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030

Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030 Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030 Sommaire Partie 1 : Méthodologie de la démarche Partie 2 : Vision prospective Partie 3 : Plan d action Partie 4 : Annexes

Plus en détail

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique»

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Qu est ce qu un Schéma Directeur Informatique (SDI)? Un Schéma Directeur Informatique est un document conçu pour préparer l évolution et l adaptation de

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 8 juin 2010. La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 8 juin 2010. La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Parcours Dyn@mique RH Réunion thématique du 8 juin 2010 La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Sommaire Définition Les enjeux La démarche En pratique: comment identifier les fonctions

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise Association Régionale pour l Amélioration des Conditions de Travail en Haute-Normandie / sommaire p.2 - Développement des pratiques de formation : l exemple de deux secteurs en pleine mutation économique

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2007 07 89 0262 Catégorie : C* REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Développement de la démarche innovation I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

- Communiqué de Presse -

- Communiqué de Presse - Paris, le 7 janvier 2010 - Communiqué de Presse - L Union Financière de France lance GPS - Gestion Pilotée et Suivi : un concept de gestion innovant en adéquation avec les attentes de la clientèle patrimoniale,

Plus en détail

Colloque conseil SFER. Évaluation des prestations de conseil :

Colloque conseil SFER. Évaluation des prestations de conseil : Colloque conseil SFER 14 &15 octobre 2010 Évaluation des prestations de conseil : Mesurer la capacité d une organisation à satisfaire les besoins de conseil de l ensemble de ses clients Philippe BOULLET

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

L Entretien professionnel

L Entretien professionnel L Entretien professionnel Sommaire 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle 2. Comment

Plus en détail

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Françoise KERLAN GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Préface de Jean-Louis Muller Directeur à la CEGOS Ancien responsable de Formation à l Université Paris 9 Dauphine Deuxième

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise Article paru dans la revue de l Association des Directeurs de Comptabilité et de Gestion, décembre 2007. Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Plus en détail

PRISE EN COMPTE ET EVALUATION DES RISQUES TECHNIQUES ET FINANCIERS DANS LES REPONSES A APPEL D OFFRE

PRISE EN COMPTE ET EVALUATION DES RISQUES TECHNIQUES ET FINANCIERS DANS LES REPONSES A APPEL D OFFRE PRISE EN COMPTE ET EVALUATION DES RISQUES TECHNIQUES ET FINANCIERS DANS LES REPONSES A APPEL D OFFRE Xavier Ameye Assetsman 2 bis, passage Roche 78000 Versailles Résumé Ce document présente l apport des

Plus en détail

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation?

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation? L évaluation, comme acte de management De quoi parlons-nous? Il s agit de faire le point sur l un des principaux outils de management, l entretien annuel d évaluation : rappeler quels en sont les objectifs

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines Introduction Les ressources humaines (RH) sont souvent considérées comme des fonctions de support, voire comme à l origine de certains surcoûts. Pour cela dans de nombreuses entreprises de taille moyenne

Plus en détail

150-154 rue du Faubourg Saint-Martin 75010 Paris Tél. : +33 (0) 1 44 64 74 94 - Fax : +33 (0) 1 44 64 72 76 Site Internet : www.association4d.

150-154 rue du Faubourg Saint-Martin 75010 Paris Tél. : +33 (0) 1 44 64 74 94 - Fax : +33 (0) 1 44 64 72 76 Site Internet : www.association4d. Association 4D Dossiers et Débats pour le Développement Durable 150-154 rue du Faubourg Saint-Martin 75010 Paris Tél. : +33 (0) 1 44 64 74 94 - Fax : +33 (0) 1 44 64 72 76 Site Internet : www.association4d.org

Plus en détail

Le management au Ministère de la Défense

Le management au Ministère de la Défense Ouvrage collectif piloté par le CFMD sous la direction du général Baudouin ALBANEL Le management au Ministère de la Défense, 2004 ISBN : 2-7081-3042-0 Introduction Baudouin Albanel par le général de division

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

!"##""" $%$ &"'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs

!## $%$ &'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs !"##""" $%$ &"'$# F.S.E. Demandé F.S.E. Accordé 1. CONTEXTE Le projet collectif relation / Entreprises par l approche compétences vise à donner une suite et créer de nouveaux liens transversaux entre les

Plus en détail

Synthèse de l étude prospective. Les attentes des clientèles domestiques à l égard de l hôtellerie et la restauration en France L OBSERVATOIRE

Synthèse de l étude prospective. Les attentes des clientèles domestiques à l égard de l hôtellerie et la restauration en France L OBSERVATOIRE L OBSERVATOIRE TOURISME, HÔTELLERIE, RESTAURATION ET ACTIVITÉS DE LOISIRS Synthèse de l étude prospective Les attentes des clientèles domestiques à l égard de l hôtellerie et la restauration en France

Plus en détail

L ARCHITECTE-RÉFÉRENT EN SÉCURITE DES SYSTÈMES D INFORMATION

L ARCHITECTE-RÉFÉRENT EN SÉCURITE DES SYSTÈMES D INFORMATION L ARCHITECTE-RÉFÉRENT EN SÉCURITE DES SYSTÈMES D INFORMATION L objectif de ce document est de définir les compétences de l architecte référent en sécurité des systèmes d information, ou «ARSSI», par le

Plus en détail

L accompagnement à 360 avec Rhesoe!

L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L Accompagnement professionnel Groupe d échange et de développement des Talents Prévention et gestion des risques psychosociaux L Accompagnement au recrutement Communication

Plus en détail

Licence Gestion des ressources humaines

Licence Gestion des ressources humaines Licence Gestion des ressources humaines Objectif de la formation : La licence en Gestion des Ressources Humaines a pour objectif de former des collaborateurs en gestion des ressources humaines assurant

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude

CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude *connectedthinking Démarche de notre étude et profil de notre panel Slide 2 Une étude présentant le panorama des pratiques

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

Sphinx Institute. Conseil et expertise en collecte et analyse de données. Confiez-nous vos projets!

Sphinx Institute. Conseil et expertise en collecte et analyse de données. Confiez-nous vos projets! Sphinx Institute Conseil et expertise en collecte et analyse de données Confiez-nous vos projets! Sphinx Institute, un label pour vos études Sphinx Institute est un pôle de compétences qui vous conseille

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Enjeux Fiche 1 À partir du 1 er janvier 2010, les entreprises et les établissements employant au moins 50 salariés risquent

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

GESTION DES COMPÉTENCES ET GPEC

GESTION DES COMPÉTENCES ET GPEC Cécile Dejoux GESTION DES COMPÉTENCES ET GPEC 2 e édition Pour aller plus loin, voir le site de l auteur : http://ceciledejoux.com Professeur à l Insead Dunod, Paris, 2 e édition, 2013 ISBN 978-2-10-058928-9

Plus en détail

Les tableaux de bord RH

Les tableaux de bord RH Joëlle IMBERT Les tableaux de bord RH Construire, mettre en œuvre et évaluer le système de pilotage, 2007 ISBN : 978-2-212-53910-3 4 Les sources d information La mise en place du système de pilotage RH

Plus en détail

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent,

Plus en détail

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS»

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» 1/ LE CONTEXTE 1.1 VERS UNE NOUVELLE POLITIQUE TOURISTIQUE DES TERRITOIRES Le règlement d intervention 2007-2013 proposait

Plus en détail

L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise

L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise ))))))) CAILLEAU PNEUS PROFIL + ))))))) Secteur : Equipements automobiles Activité : Pièces

Plus en détail

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Prof. Dr. Werner DELFMANN Département planification opérationnelle et logistique, Université de Cologne (Allemagne) Dipl- Kfm. Martin

Plus en détail

Contribution au rapport sur la réforme de la formation professionnelle

Contribution au rapport sur la réforme de la formation professionnelle REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Mercredi 15 octobre 2008. COMMUNICATION Contribution au rapport sur la réforme de la formation professionnelle On ne reviendra pas ici sur l importance

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Cahier des Charges en vue de consultation des prestataires dans le cadre d un appel à projets

Cahier des Charges en vue de consultation des prestataires dans le cadre d un appel à projets Actions de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Industries de Santé Projet de renforcement des compétences dans les Industries de Santé Action nationale Emploi/ Formation n 9.2 : Projets

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France La rencontre des employeurs et des syndicats salariés dans les organisations

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

Guide Tuteur Commerce et Distribution

Guide Tuteur Commerce et Distribution Guide Tuteur Commerce et Distribution QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

La Direction de l évaluation,

La Direction de l évaluation, Projections à l horizon 2015 Prospective emploi-formation à l horizon 2015 : derniers résultats, nouvelle approche Claude SAUVAGEOT Mission aux relations européennes et internationales Direction de l évaluation,

Plus en détail

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national interprofessionnel GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Les fondements d une GPEC

Les fondements d une GPEC Les fondements d une GPEC 4 décembre 2013 Page 1 Les fondements d une GPEC La partie de l'image avec l'id de relation rid2 n'a pas été trouvé dans le fichier. La partie de l'image avec l'id de relation

Plus en détail

«Smart City», les services à l usager au bout des doigts!

«Smart City», les services à l usager au bout des doigts! White paper 9 : Smart Cities «Smart City», les services à l usager au bout des doigts! Emmanuel Jaunart Emmanuel Jaunart commença sa carrière dans le domaine des télécommunications. En 1995, il rejoint

Plus en détail

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES Offre de service : ASSISTANCE POUR LA MISE EN PLACE EQUIPE PROJET Appui méthodologique et expertise sur des projets complexes nécessitant des expertises techniques poussées au regard de l évolution des

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM

Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM Sommaire Introduction... 3 Les éléments internes essentiels à auditer... 4 Le dimensionnement de l infrastructure... 4 Les factures...

Plus en détail

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Françoise KERLAN GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Préface de Jean-Louis Muller Directeur à la CEGOS Ancien responsable de Formation à l Université Paris 9 Dauphine Deuxième

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en oeuvre de l entretien professionnel et, de rappeler pour chacune des étapes les activités à conduire et

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

STRATÉGIE MAIN-D ŒUVRE en lien avec la problématique de rareté

STRATÉGIE MAIN-D ŒUVRE en lien avec la problématique de rareté STRATÉGIE MAIN-D ŒUVRE en lien avec la problématique de rareté MRC DE RIVIÈRE-DU-LOUP Document préparé par : Marie-Josée Huot, directrice générale Juin 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION... 1 2. HISTORIQUE...

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

La dynamique d évolution des marchés

La dynamique d évolution des marchés R e n d e z - v o u s d E x p e r t PEA Consulting Aligner sa Supply Chain sur la stratégie de l entreprise Depuis plusieurs années, les entreprises ont consenti d importants efforts pour améliorer la

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE UN MARCHE DU RECRUTEMENT EN PHASE AVEC l EVOLUTION DU MARCHE COMPTABLE RECRUTEMENT 74% DES EMPLOYEURS ONT RECRUTE SUR L ANNEE 2013/2014 Raisons des recrutements quelles évolutions depuis 3 ans? Le recrutement

Plus en détail

COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL. Page 1/26

COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL. Page 1/26 COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL Page 1/26 Rappel des objectifs de la séance 1. Apprentissage des notions clés Business model composantes clés et typologie Innovation et création

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Notre offre de services : un accompagnement par des experts sur toutes les dimensions de votre projet

Notre offre de services : un accompagnement par des experts sur toutes les dimensions de votre projet ETAT Comptabilité générale Vers une vision patrimoniale de votre organisation Les enjeux La comptabilité générale permet aux services de l Etat et à ses établissements publics de bénéficier d une véritable

Plus en détail

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise POINT DE VUE Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise Delivering Transformation. Together. Hichem Dhrif Hichem est Directeur de la division Défense et Sécurité de Sopra Steria Consulting.

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? 1 Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement collectif

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT ************ Introduction : Pourquoi cette feuille de route régionale? La promotion et le développement des démarches de GPECT se trouvent au cœur

Plus en détail

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Faciliter l accès et la compréhension du système de retraite aux assurés : il s agit d une exigence de service public. Depuis désormais

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Fiche d appui pour la mobilisation en faveur du déploiement des emplois d'avenir

Fiche d appui pour la mobilisation en faveur du déploiement des emplois d'avenir Fiche d appui pour la mobilisation en faveur du déploiement des emplois d'avenir Votre forte mobilisation en faveur des emplois d avenir, durant ces derniers mois, a porté ses fruits, le cap des 50 000

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

Observatoire Marocain du Commerce Extérieur Un ambitieux projet de transformation

Observatoire Marocain du Commerce Extérieur Un ambitieux projet de transformation Observatoire Marocain du Commerce Extérieur Un ambitieux projet de transformation Projet de présentation de la réunion du Bureau Exécutif du 15 novembre 2011 Sommaire 1 CONTEXTE 2 DEMARCHE DE MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE

L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE L ENTRETIEN de BILAN ET D EVOLUTION PROFESSIONNELLE GUIDE Nom du salarié: Prénom, Nom : Direction/Service : Niveau de classification : Emploi : Année d entrée dans l entreprise : Nom du Responsable : Fonction

Plus en détail

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile?

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? Note publiée sur le site CRM SECTOR en novembre 2005 dans la catégorie : «Extraits» Comme toutes les entreprises, celles du secteur tertiaire n échappent

Plus en détail

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte D. Brochard Université Paris I L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte Contexte théorique et empirique Depuis le début des années 80, dans un contexte de mutations

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

SON SYSTEME D INFORMATION

SON SYSTEME D INFORMATION LIVRE BLANC : INDUSTRIE DE PROCESS, CONSTRUIRE SON SYSTEME D INFORMATION Dans un contexte concurrentiel exacerbé par la crise économique, la valeur des entreprises repose plus que jamais sur les actifs

Plus en détail

RÉALISEZ VOS BILANS GES DE MANIÈRE AUTONOME. Un outil sur mesure pour gérer vos émissions et piloter vos plans d actions sans «compétence carbone»

RÉALISEZ VOS BILANS GES DE MANIÈRE AUTONOME. Un outil sur mesure pour gérer vos émissions et piloter vos plans d actions sans «compétence carbone» RÉALISEZ VOS BILANS GES DE MANIÈRE AUTONOME Un outil sur mesure pour gérer vos émissions et piloter vos plans d actions sans «compétence carbone» 1 LE BILAN GES: UNE ÉTUDE POUR RÉPONDRE À2 ENJEUX VITAUX

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014

Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014 Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014 Cela n a rien de nouveau : depuis longtemps, vous cherchez à améliorer les performances de l entreprise en collectant des données, en les recoupant et

Plus en détail

étude et réflexions en vue du projet déploiement des conseillers dédiés pays de la loire

étude et réflexions en vue du projet déploiement des conseillers dédiés pays de la loire étude et réflexions en vue du projet déploiement des conseillers dédiés pays de la loire mémo eld / novembre 2014 2 introduction Une expérimentation basée sur la spécialisation des conseillers de Pôle

Plus en détail