TABLES DES MATIÈRES INTRODUCTION MOT DU PRÉSIDENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABLES DES MATIÈRES INTRODUCTION MOT DU PRÉSIDENT"

Transcription

1 RAPPORT ANNUEL 2013

2

3 Le présent rapport a été établi en application de l article 16 de la loi du 7 mai 1999 sur les jeux de hasard, les paris, les établissements de jeux de hasard et la protection des joueurs et porte sur la période du 1er janvier au 31 décembre Il forme une synthèse des avis émis et des arrêtés royaux publiés au Moniteur Belge, ainsi que de toutes les tâches et missions qui ont été remplies par la Commission des jeux de hasard et son secrétariat. Le présent rapport a été approuvé par la Commission des jeux de hasard lors de la réunion du 12 mars Le rapport peut être consulté sur le site RAPPORT ANNUEL 2013

4 TABLES DES MATIÈRES 4 TABLES DES MATIÈRES INTRODUCTION MOT DU PRÉSIDENT 6 1. PRÉSENTATION DE LA COMMISSION DES JEUX DE HASARD 8 2. SITUATION DU MONDE BELGE DES JEUX DE HASARD Licences A Casinos Licences B Salles de jeux Licences C Débits de boisson Licences D Personnel Licences E Installateurs et réparateurs Licences F Paris Licences G Jeux Médias Licences + Instruments de la société de l information Aspects financiers Loterie Nationale PROTECTION DES JOUEURS Liste des interdits Aide et prévention CONTRÔLES ET SANCTIONS Controles Sanctions 29

5 5. EVALUATIONS TECHNIQUES SERVICE MÉTROLOGIE Approbation de modèles Appareils de tests Liste des jeux autorisés pour les établissements de classes I, II et III Avis au SPF Finances concernant les «machines 3.3» LÉGISLATION ET JURISPRUDENCE Développements réglementaires Développements européens Jurisprudence Avis LE SECRÉTARIAT ET SES MOYENS Personnel Budget Informatique COLLABORATIONS ET PARTICIPATIONS 40 CONCLUSION ANNEXES 44 Résumés 44 Questions parlementaires 46 Contact 50 5

6 INTRODUCTION MOT DU PRÉSIDENT 2013 fut une année de transition et de réflexion dans l attente de temps meilleurs pour l action. En Europe, le contexte général n était pas très optimiste. Il y a manqué de confiance pour l immédiat en reportant les projets à l année suivante. Cette atmosphère a contaminé le secteur du jeu et son régulateur. Certes, la régulation n a pas été remise en cause par les acteurs du monde politique mais la volonté de faire face aux nouveaux défis n a pas été au rendez-vous. La nature de cette année 2013 conduit la Commission des jeux de hasard (CJH) à concentrer son rapport d activités sur plusieurs points habituellement traités plus en profondeur. La Commission reste cependant à la disposition des autorités et du public pour des informations plus amples. Cependant, les défis ne manquaient pas. Ainsi, pour n en citer que quelques-uns, les contrôles sur les jeux classiques doivent être maintenus et élargis. Les dossiers qui découlent de ces contrôles doivent aboutir à des conclusions précises. Car il ne faut pas croire benoîtement que le marché va sanctionner les entreprises qui ne se plient pas aux règles voire qui ont des pratiques immorales. Il faut une pression pour faire évoluer les entreprises dans le bon sens 1. Pour les jeux de l avenir, ils font appel à de grands développements technologiques et doivent être encadrés par des arrêtés d exécution de la loi. 6 INTRODUCTION MOT DU PRÉSIDENT La protection des joueurs vulnérables doit s améliorer et se renforcer à l égard de l offre de jeux de plus en plus nombreux qui emprunte de nouvelles voies technologiques et de marketing pour atteindre le consommateur final. 1 PALAZZO (G.), professeur d éthique au département de stratégie de HEC Lausanne-Public Eye Awards, 19 janvier 2014,p.32.

7 QUATRE FAITS MARQUANTS SONT CEPENDANT À RETENIR. Le premier a trait au rapport d audit de la Cour des Comptes 2 3 sur le fonctionnement de la CJH. Au regard du montant disponible dans les fonds budgétaires dédiés aux jeux de hasard, elle y souligne que les moyens humains et informatiques sont insuffisants. Il est vrai que l avis de la Cour des Comptes n est pas contraignant 4. Aussi, le pouvoir n en tient il compte que d une manière homéopathique. Cependant, la politique publique de protection des joueurs et des jeux de hasard construit un savoir-faire utile à la frange de la population la plus vulnérable. Les investissements pour réaliser cette politique sont porteurs d espoir. Ils contribuent à un meilleur service de l Etat en réduisant la criminalité, le surendettement et en luttant contre l assuétude aux jeux. La protection des joueurs et son instrument sont victimes de la discipline budgétaire aveugle où, dans la mesure du déficit public, la comptabilité publique ne fait pas de distinction entre les dépenses qui créent une plus-value sociale et la dette 5 financière. Le deuxième est la connexion entre la Banque des personnes exclues du jeu (Banque EPIS) qui compte ainsi environ interdits de jeux et le fichier central des avis. La loi prévoit que les personnes en règlement collectif de dettes n ont pas d accès aux jeux de casinos et dans les salles de jeux physiques et virtuels. En septembre 2013, la Banque EPIS a été mise en réseau avec le fichier central des avis géré par la Chambre des huissiers de Justice. Les interdictions à la demande de tiers s accumulent effectivement dans la banque EPIS au cours des mois et n ont plus de portée symbolique. Le troisième est «L Evaluation de la nouvelle loi sur les jeux en ligne» qui s est tenue les 30 et 31 octobre 2013 au Palais d Egmont. 6 Ces travaux démontrent l urgence de soumettre les projets d arrêtés royaux prévus par la loi à l avis du Conseil d Etat et de les notifier, au besoin, à la Commission européenne afin de renforcer la sécurité juridique. Il y va de la crédibilité de l Etat belge à l égard des citoyens, des Etats étrangers, de la Commission européenne et des opérateurs. En marge, il y a lieu de remarquer la montée en puissance de la volonté de lutter contre les manipulations sportives et d assainir les paris qui y sont liés. Cette préoccupation se manifeste en Belgique, dans les cénacles internationaux européens mais aussi plus largement. La CJH y est impliquée d une manière active. L Etat fédéral s est distingué en 2013 par des progrès en matière de gouvernance institutionnelle. Les aspects économiques et sociaux de la société belge peuvent se nourrir des bienfaits de cette réforme. Le chemin de la politique publique de protection des joueurs et des jeux de hasard se trouve au carrefour des fondements de la vie des citoyens. L avenir est plein de promesses car le phénomène des jeux de hasard reste un thème qui retient l attention du public, des autorités européennes et des opérateurs. Il fera appel aux services de la société de l information et à la cybervigilance 8 9. Le jeu est hypermoderne et attire l attention de l Homme qui rêve de remplacer Dieu en s imaginant qu il peut maîtriser son sort notamment financier à court terme. L enseignement de l année 2013 est de garder les yeux ouverts pour permettre une meilleure régulation nationale et une meilleure intégration des politiques publiques de protection des joueurs des différents pays de l Union européenne. La transparence des travaux de régulateur est la clé pour créer une confiance envers les autorités politiques et générer le consensus nécessaire pour réaliser un paysage ludique adapté aux nouveaux défis. Cette politique gagne du terrain. En effet, en dépit des questions persistantes de la Commission européenne sur le lien obligatoire entre les exploitations physiques et virtuelles et donc sur la nécessité de disposer du serveur sur le territoire national, plusieurs Etats (Pologne, Lituanie, Tchéquie, Roumanie, Suède) rejoignent cette approche pour permettre un contrôle effectif sur les jeux en vue de protéger les franges vulnérables de la population et assurer la sécurité publique. Un protocole a été même signé entre De Kansspelautoriteit aux Pays Bas et la CJH dans le même sens. Etienne MARIQUE Président Le dernier est la circulaire 7 du Collège des procureurs généraux qui documente utilement l information des magistrats et des policiers en charge des questions relatives aux jeux de hasard sur tout le territoire. 2 Cour des Comptes, Fonctionnement de la Commission des jeux de hasard 2 mai Voir l introduction du rapport de l année 2012 de la Commission des jeux de hasard sur les circonstances de cet audit qui valide le contrôle effectué par la Commission 4 VAN DEN BROEK (A.), Niemand luistert naar het Rekenhof-Vlaamse regering slaat adviezen keer op keer in de wind, citaat van Nicolas Bouteca ( UGent) De Morgen, 14 novembre 2013, p.6. 5 DE CALLATAY, (E.) Banque Degroof et Itinera Institute, La comptabilité publique aggrave la crise, en citant «The Economist», Agora, L Echo, 11 janvier 2014, p Les travaux sont disponibles sur le site de la commission 7 Circulaire du Collège des procureurs généraux sur la loi du 7 mai 1999 sur les jeux de hasard, les paris, les établissements de jeux de hasard et la protection des joueurs modifiée par la loi du 10 janvier 2010, établi le 20 juin 2013 C34/2013 D91/4 col.14/ MARKOWITCH (O.),CUVELLIEZ(C.) De la cyberinnocence en 2013 à la cybervigilance en 2014, Agora, L Echo, 4 janvier 2014, p VANHECKE (N.), Strijden tegen cybercrime met wetten van Napoleon, Boek geeft cyberspeurders extra wapens, De Standaard,18 décembre 2013 p.14. 7

8 1 PRÉSENTATION DE LA COMMISSION DES JEUX DE HASARD La Commission des jeux de hasard (CJH) fait partie du Service Public Fédéral Justice. Le ministre de la Justice est en charge de la problématique relative aux jeux de hasard et des relations avec la CJH. Sûteré de l Etat INCC Politique criminelle Ministre Commissions PRÉSENTATION DE LA COMMISSION DES JEUX DE HASARD Comité d audit Audit interne Service d encadrement Budget, Contrôle de gestion et Logistique Service d encadrement Personnel & Organisation (P&O) Service d encadrement ICT Direction générale Organisation judiciaire Conseil stratégique & Cellule stratégique Président & Comité de direction Direction générale Législation, Droits fondamentaux et Libertés Services du Président Moniteur belge Direction générale Etablissements pénitentiaires Commission pour l aide aux victimes d actes intentionnels de violence et aux sauveteurs occasionnels Commission des jeux de hasard Centre d information et d avis sur les organisations sectaires nuisibles Direction générale Maisons de justice 8 Organigramme SPF Justice

9 PRESIDENT DE LA COMMISSION DES JEUX DE HASARD La CJH est assistée, dans son fonctionnement quotidien, par un secrétariat. Le secrétariat de la CJH se compose de différentes cellules qui correspondent aux différentes tâches et compétences accordées à la CJH par la loi du 7 mai CHEF CELLULE CONTROLE + SECRETARIAT Police Cellule Administration Cellule Avis, Examen & Développement (DAOO) Cellule Protection des joueurs Cellule ICT Cellule Communication Cellule Réunions & Projets Cellule HRM & Sanctions Cellule Évaluation technique Cellule Audit & Budget Cellule Contrôle Organigramme du Secrétariat de la Commission des jeux de hasard Cellule Administration Gestion des licences (octroi, retrait, refus, re-nouvellement) Cellule Avis, Examen & Développement (DAOO) Avis juridique à la CJH Examen fondamental Cellule Protection des joueurs Gestion des dossiers des joueurs interdits Initiatives en matière de protection des joueurs Cellule ICT Gestion et sécurité des applications ICT Cellule Communication Communication interne et externe Cellule Réunions & Projets Réunions de la CJH Gestion des projets (e-learning, archivage, études) Cellule HRM & Sanctions Gestion des procédures de sanction des titulaires de licence Gestion des dossiers du personnel Lien avec les services centraux de la Justice Cellule Évaluation technique Approbation des nouveaux appareils de jeu de hasard électroniques Contrôle des jeux de hasard électroniques Cellule Audit & Budget Gestion du budget et économat Gestion des recettes (établissement, perception et recouvrement) et des dépenses Analyses financières indispensables à l octroi et au renouvellement de licences Analyses financières du secteur Audit des comptes des sociétés actives dans le secteur Cellule Contrôle Contrôle des jeux de hasard légaux et illégaux Gestion administrative des contrôles Lien entre les membres de la police fédérale et le secrétariat CJH 9

10 1 PRÉSENTATION DE LA COMMISSION DES JEUX DE HASARD Depuis 13 ans, la CJH est présidée par un magistrat. Le président siège avec des représentants de six ministres, dont à chaque fois un francophone et un néerlandophone. Ceux-ci ont été nommés par l arrêté royal du 11 janvier 2010 relatif à la composition de la CJH. Cette composition est applicable pour une durée de 6 ans. Chaque représentant a également un suppléant. La CJH se réunit en principe le premier mercredi de chaque mois. La composition de la CJH a changé en Les nouveaux membres de la Commission se sont réunis le lundi 4 mars 2013 au casino d Ostende pour une première prise de contact. Plusieurs attachés du secrétariat les ont initiés aux détails du fonctionnement de la Commission. Un cours accéléré portant sur les actions de contrôle et les mesures relatives à la protection des joueurs a fourni aux membres frais émoulus les connaissances nécessaires pour se mettre au travail immédiatement. 10

11 L UNION FAIT LA FORCE L UNION FAIT LA FORCE Ministre des Finances Président / Magistrat Marique. E (à 4/03/2013) Marique. E (de 4/03/2013) conseiller à la Cour d appel de Bruxelles Ministre de la Justice à 4/03/2013 Demarch C. Sonck L. Monseu C. (MS) Weckhuysen E. (MS) de 4/03/2013 Piccin J. Flamand M. Dalcette A (MS) Mahieu H. (MS) Service Public Fédéral FINANCES à 4/03/2013 Piccin J. Rigolle D. Vanwambeke P. (MS) Flamand M. (MS) de 4/03/213 Fontinoy J. CL Cottun J.-L Baelemans E. (MS) à 4/03/2013 Everard A. Dubois Ph. Dumont H. (MS) Van Den Bossche (MS) Ministre de l Economie de 4/03/2013 Dumont H. Demeyere F Van Hoyweghen L. (MS) à 4/03/2013 Nicolet C. Callu M. Capron B. (MS) Peetermans F. (MS) Ministre de l Intérieur de 4/03/2013 Dorrekens F. Vervenne D. Libert Y. (MS) Burgers T. (MS) à 4/03/2013 Fontinoy JC. Vande Moortel G. Stragier V. (MS) De Busser K. (MS) Ministre de la Santé Publique de 4/03/2013 Du Ville P. Goemans M. Bourda A. (MS) Gstin B. (MS) Ministre du Budget et des Entreprises Publiques à 4/03/2013 Gustin D. Moens I. Davreux S. (MS) Bourda A. (MS) Représentants du ministre compétent pour la Loterie nationale de 4/03/2013 Carton Service F. Public Van Den Bergh I. Eggermont Fédéral M. (MS) Vanheusden A. (MS) FINANCES Composition de la CJH (2013) (MS: membre suppléant) 11

12 2 SITUATION DU MONDE BELGE DES JEUX DE HASARD 2.1. LICENCES A - CASINOS Fin 2013, un changement s est produit dans le paysage belge des casinos. Depuis le 1er décembre 2013, l exploitation du casino de Knokke est aux mains du groupe Napoleon Games, qui a repris la société E.C.K. NV (licence A8110) au Groupe Partouche. Cette reprise est allée de pair avec quelques modifications au niveau des licences A+. Le site Internet dont la licence supplémentaire était liée à l exploitation réelle du casino de Knokke a été attribuée à la licence supplémentaire existante liée à l exploitation réelle du casino de Dinant. Le site web be, qui était lié au casino de Dinant, a été transféré au casino de Chaudfontaine. Ce dernier a donc obtenu une licence A+ le 5 décembre LICENCES B SALLES DE JEUX SITUATION DU MONDE BELGE DES JEUX DE HASARD Bien que la loi sur les jeux de hasard prévoie 180 licences B, seules 179 d entre elles étaient attribuées début En effet, une licence B avait été retirée en 2012 car la salle de jeu concernée ne faisait pas l objet d une exploitation effective. La CJH a retiré deux autres licences B en 2013 pour les mêmes motifs. Une décision de retrait de licence a été annulée par un arrêt suspensif du Conseil d État. La deuxième décision fait, fin 2013, l objet d une procédure de suspension et d annulation devant le Conseil d État. En 2013, la publication d un arrêté royal portant sur la procédure en cas de vacance d une licence B n a toujours pas eu lieu. En attendant, la CJH a décidé, le 6 novembre 2013, de reprendre la liste d attente de 2004 pour définir de façon objective quel demandeur aurait la priorité en cas de libération d une licence B. Le demandeur qui figurait en première position sur cette liste a reçu en 2013 un courrier l invitant à actualiser son dossier de demande. Octrois de licences supplémentaires 5 Renouvellements 29 Retraits 2 12

13 2.3. LICENCES C DÉBITS DE BOISSON La liste des communes pour lesquelles il faut attendre l avis du bourgmestre s est à nouveau allongée. Cette évolution démontre que les villes et communes sont de plus en plus désireuses de marquer de leur sceau la politique en matière de jeux de hasard. Octrois de licences 1583 Renouvellements 685 Refus 66 Refus de renouvellement 41 Licences échues 219 Demandes irrecevables 70 Cessations après octroi 1002 Désistements avant octroi LICENCES D - PERSONNEL Des formations D mensuelles ont été organisées via la plateforme en ligne d e-learning. concernant les paris au trajet d apprentissage. Ce module sera réalisé dès que les moyens financiers nécessaires seront disponibles. La gestion administrative des formations est en voie d automatisation. Il deviendra possible de transférer les données directement vers la base de données de l e-learning, et dans l autre sens de télécharger les résultats des participants de l e-learning vers la base de données. Actuellement, ces transferts doivent être encodés LICENCES E INSTALLATEURS ET RÉPARATEURS A côté de quelques renouvellements de licences E, la CJH a également reçu de nouvelles demandes de licences E tant de la part d entreprises souhaitant cibler le marché des jeux de hasard en ligne que d autres désireuses de fournir des jeux de hasard à des établissements de jeux de classe III. Octrois de licences 9 Renouvellements 3 Retraits 3 Demande irrecevable 1 Cessations 9 Octrois de licences 915 Refus 696 Cessations après octroi 4 Désistements avant octroi 17 Retraits 2 Suspension temporaire LICENCES F PARIS Licences F1 Le 15 mars 2013, une place pour une licence F1 a été déclarée vacante au Moniteur Belge après que la cessation d activité d un titulaire de licence F1 a été actée fin Plusieurs demandes ont été introduites. En fin de compte, c est la SA de droit public Loterie Nationale qui est sortie gagnante de la comparaison basée sur les conditions fixées par le Roi. La traduction en allemand des modules a été finalisée. L examen reste cependant limité aux langues néerlandaise et française. Des mises à jour sont prévues en vue notamment d ajouter un module Six licences F1+ permettant de proposer des paris en ligne ont été octroyées. 13

14 Licences F2 ÉTABLISSEMENTS DE CLASSE IV FIXES Les divers avis négatifs rendus par les bourgmestres démontrent que toutes les communes ne sont pas favorables à l implantation d établissements de classe IV fixes. Souvent, ces avis négatifs se fondent uniquement sur l emplacement du siège d exploitation à proximité d écoles, d églises ou de crèches. La CJH ne peut toutefois pas tenir compte de cette motivation pour décider de refuser la licence F2, dans la mesure où les conditions régissant l emplacement d un établissement de classe IV fixe se limitent à la règle des 1000 mètres. La CJH a approuvé une note destinée à clarifier la problématique du local fermé au sein d un établissement principal dans la perspective des premiers renouvellements de licences F2 début En parallèle, elle a approuvé une note insistant sur le rôle actif du personnel dans les paris sur terminaux et la nécessité d un enregistrement si un joueur mise plus de 1000 EUR en une seule journée. SITUATION DU MONDE BELGE DES JEUX DE HASARD Octrois de licences 89 Refus 34 Demandes irrecevables 2 Cessations après octroi 28 Désistements avant octroi 13 ÉTABLISSEMENTS DE CLASSE IV MOBILES Le nombre d établissements de classe IV mobiles est limité par arrêté royal à un maximum de 60. Ce nombre n a pas été atteint en 2013, il reste 3 places libres. Octrois de licences 50 Refus 7 Demande irrecevable 1 Désistements avant octroi 14 14

15 LIBRAIRIES Début 2013, la CJH s est trouvée inondée de demandes de libraires désireux de travailler avec la Loterie Nationale pour son produit SCOOORE!. Une organisation efficace a permis d assurer un traitement fluide de ces demandes. A côté des marchands de journaux, la CJH a également reçu des demandes de licences F2 de la part de magasins de nuit, d épiceries et de stations-services, entre autres. La CJH a refusé systématiquement les demandes autres que celles des marchands de journaux. Octrois de licences 1002 Refus 22 Demandes irrecevables 15 Cessations après octroi 9 Désistements avant octroi Que signifie «Paris sur cette compétition»? 2. Des paris peuvent-ils être pris dans des lieux publics où l événement ou le match sont diffusés sur grand écran? DÉCISION DE LA CJH RELATIVE À LA REDISTRIBUTION FINANCIÈRE DES PARIS MUTUELS SUR LES COURSES DE CHEVAUX AYANT LIEU À L ÉTRANGER, EN DATE DU 6 NOVEMBRE 2013 Concernant la problématique de la redistribution financière des paris mutuels sur les courses de chevaux ayant lieu à l étranger, la CJH a déjà pris clairement position dans ses décisions du 6 avril 2011, du 11 janvier 2012 et du 17 octobre Le 17 octobre 2012, une décision a été prise concernant le mode de répartition sur la base du nombre de courses organisées en 2012, qui faisait office de clé de répartition jusqu au 31 décembre En 2013, une nouvelle clé de répartition a également vu le jour sur la base des courses organisées en Elle s appliquera jusqu au 31 décembre COURSES En 2013, aucune licence n a été octroyée aux associations de courses pour organiser des paris sur les courses. Celles qui ont introduit une demande se trouvent toujours en période transitoire Notes sur les paris PROCÉDURE DE DEMANDE DE RENOUVELLEMENT D UNE LICENCE DE CLASSE F2 Le 4 septembre 2013, la CJH a approuvé la procédure de renouvellement des licences de classe F2, sachant que la première période de trois ans viendra à terme en 2014 pour de nombreuses licences F2 attribuées depuis le 1er janvier PRÉCISION POUR LES DEMANDES DE RENOUVELLEMENT D UNE LICENCE DE CLASSE F2 POUR LES AGENCES DE PARIS OCCUPANT UN LOCAL DISTINCT AU SEIN D UN AUTRE ÉTABLISSEMENT PRINCIPAL Le 4 septembre 2013, la CJH a décidé d adopter une nouvelle précision dans cette problématique dans le cadre des renouvellements à venir des licences de classe 2 à partir de janvier LA PRISE DE PARIS DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE JEUX DE CLASSE IV (BOOKMAKERS) Le 6 novembre 2013, la CJH a clarifié les deux problèmes pratiques ci-dessous, qui se posaient lors de la prise de paris par les établissements de jeux mobiles de classe IV. Répartition sur la base des courses organisées par les associations de courses jusque fin 2014 (cette fois, le calcul a porté jusqu à la première décimale sans arrondir, les 0,3 % résiduels étant attribués à l association de courses ayant organisé le moins de courses, en l occurrence la Koninklijke Waregemse Koersvereniging): Ghlin: 40,6% pour 479 courses organisées en 2013 Kuurne: 20,9% pour 247 courses organisées en 2013 Waregem (Felix de Ruyck): 15,6% pour 184 courses organisées en 2013 Waregem (Koninklijke Waregemse Koersvereniging: 0,9% pour 8 courses organisées en 2013 Tongres: 13,7% pour 162 courses organisées en 2013 Ostende: 8,3% en 98 courses organisées en 2013 La CJH a décidé de répartir les fonds de la manière susmentionnée. La clé de répartition ci-dessus est uniquement applicable jusqu à ce qu une règlementation régionale incontestée soit intervenue en la matière ou jusqu à ce qu un autre accord ait été conclu entre toutes les associations de courses concernées. 15

16 LICENCES G JEUX MÉDIAS La CJH constate en 2013 la continuité en matière de nombre d heures de diffusion quotidiennes de jeux télévisés (AR du 21 juin 2011). Trois émissions de jeux sont diffusées par l unique titulaire d une licence G1, i-tv Shows, sur les antennes de RTL-TVi & Club RTL. En moyenne, 1,24 jeux par émission et 2.19 gagnants par émission. Un taux minimum de redistribution de gain est fixé à 7%. Celui-ci s élève en réalité à %. La CJH a reçu 46 plaintes en 2013 (52 en 2012). Il faut toutefois nuancer le terme «plaintes» et le nombre et distinguer plusieurs catégories allant de la simple demande d informations jusqu à la plainte justifiant des investigations. SITUATION DU MONDE BELGE DES JEUX DE HASARD Le titulaire d une licence G1 doit contacter quotidiennement ceux des participants qui ont appelé plus de 25 fois son numéro d appel au cours d une même journée. La CJH a dénombré 82 appelants à grand volume qui ont «dépassé cinq fois le montant limite au préfixe «contenu pour jeux» ( ) au cours d un même mois. Ces personnes reçoivent alors un courrier de la CJH. les mettant en garde sur les conséquences financières de leur comportement, avec des informations quant à la procédure à suivre pour se faire interdire l accès au «préfixe contenu pour jeux». Le résultat comptable de 2013 atteste d une baisse de la rentabilité, due notamment à l augmentation de la part prise par les opérateurs de téléphonie ( ), conjuguée à une baisse du nombre d appels et à une hausse substantielle des dotations accordées aux téléspectateurs. Cette tendance baissière conjuguée au souhait du diffuseur de mettre fin à la «call T-V», est l une des raisons de l abandon par la CLT-UFA (RTL) de sa diffusion dès la fin février ANALYSE CHIFFRÉE jeux organisés au cours de 924 émissions; candidats; de dotations distribués à gagnants avec une fourchette de gain allant de 30 à 2000 par jeu. 16

17 2.8. LICENCES + - INSTRUMENTS DE LA SOCIÉTÉ DE L INFORMATION La CJH a constaté que la FCCU n exécutait plus le protocole qu elle avait signé avec la CJH le 26 octobre Le contenu de ce protocole avait trait au blocage des sites de jeux qui ne disposaient pas d une licence de la CJH. C est pourquoi, en 2013, il a fallu négocier un nouveau protocole, et l exécution de la liste noire des sites Internet illégaux s est affaiblie. En 2013, la CJH a adapté régulièrement la liste noire des sites illégaux via une publication au Moniteur Belge ASPECTS FINANCIERS Licences A - Casinos CHIFFRES D AFFAIRES Les revenus des jeux de hasard sont comptabilisés après déduction des paiements des gains. L exercice couvre les 12 mois antérieurs à l année du présent rapport annuel. En 2012, le chiffre d affaires globalisé des casinos a chuté à concurrence de ,11, soit de -0,58 % par rapport à l année Chiffre d affaires / 9 casinos de 2008 à 2012 Casinos Knokke , , , , ,00 4,89 % Ostende , , , , ,00 6,57 % Middelkerke , , , , ,95-61,83 % Namur , , , , ,08 17,30 % Blankenberge , , , , ,33-58,56 % Spa , , , , ,87 48,03 % Chaudfontaine , , , /891, ,87-4,75% Dinant , , , , ,00 7,18 % Bruxelles , , , /616, ,52-2,93 % Total , , , , ,13 0,58 % 17

18 2 CHIFFRES D AFFAIRES JEUX EN LIGNE CA des licences A ,21 SOLVABILITÉ Rappelons qu une des conditions qualitatives à laquelle le demandeur d une licence de Classe I doit satisfaire en matière de jeux de hasard est de présenter un ratio de solvabilité supérieur à 35% pour les licences terrestres et à 40% pour les licences complémentaires. En 2012, trois casinos ont vu leur ratio de solvabilité diminuer. La cellule Audit du secrétariat de la CJH a constaté qu un seul casino ne respecte pas la norme imposée de 40 % pour sa licence supplémentaire. Lors de la rédaction de ce rapport, toutes les mesures nécessaires afin qu il se conforme à ces exigences ont été entreprises. SITUATION DU MONDE BELGE DES JEUX DE HASARD PERSONNEL Personnel dans les 9 casinos belges (équivalents temps plein) ,00 963,20 905,99 781,27 935,60 Le nombre de personnes travaillant dans les casinos est en hausse en 2012 par rapport à l année Licences B Salles de jeux 2 titulaires de licence n ont pas répondu aux demandes d informations financières. Les chiffres de la CJH pour l année 2012 sont donc basés sur 177 salles de jeux. CHIFFRES D AFFAIRES CA de 2008 à , , , , ,08 +9,30% 18

19 CHIFFRES D AFFAIRES JEUX EN LIGNE SOLVABILITÉ La solvabilité moyenne des titulaires de licence B a connu une légère chute de 2011 à 2012, passant de 63,32 % à 55,88 %. 6 exploitants de salles de jeux n atteignaient pas le seuil des 30% et 4 exploitants de salles de jeux n atteignaient pas le seuil requis de 40 % au niveau de leur licence supplémentaire. La CJH a pris les mesures nécessaires afin que les titulaires régularisent leur situation, soit en augmentant leur capital, soit en transférant une avance des associés dans un compte de prolongement du capital. PERSONNEL Licences C - Cafés 8222 licences étaient actives au 31 décembre Une comparaison pluriannuelle de l évolution du chiffre d affaires concernant les licences de classe III ne peut être obtenue à partir des comptes annuels Licences D CA des licences B ,96 Personnel des salles de jeux (équivalents temps plein) ,23 885,97 885,92 862,91 889, Licences E Lors de la rédaction de ce rapport, 24 titulaires de licence n avaient pas encore répondu aux demandes d informations financières de la CJH. CHIFFRES D AFFAIRES Chiffre d affaires des titulaires de licence E , , , , ,25-6,61% SOLVABILITÉ 20 titulaires de licence E n atteignent pas un ratio de solvabilité supérieur à 30% comme l exige la CJH. Une lettre de demande de recapitalisation leur a été envoyée et en cas de non réaction à ce courrier une procédure de sanction sera entamée. Lors de la rédaction de ce rapport, certains titulaires n avaient pas encore pris toutes les mesures nécessaires afin de se mettre en ordre. La cellule «audit» du secrétariat apporte une attention à cette question. PERSONNEL Personnel des titulaires de licence E (équivalents temps plein) ,65 987,25 793,89 706,33 811, Licences F1 Organisateurs de paris CHIFFRES D AFFAIRES CA des licences F CA des licences F Il s agit du personnel employé dans les casinos et salles de jeux. La CJH ne dispose pas non plus d informations financières car aucune rétribution financière ne leur est demandée et ils ne sont pas soumis à des conditions en matière de solvabilité , , ,05 19

Protection des joueurs. Etienne Marique Magistrat Président de la Commission belge des jeux de hasard

Protection des joueurs. Etienne Marique Magistrat Président de la Commission belge des jeux de hasard Protection des joueurs Etienne Marique Magistrat Président de la Commission belge des jeux de hasard Contenu Commission des jeux en Belgique Comment la technologie de l information aide-t-elle à la protection

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers

Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers Ratio legis du règlement relatif à la formation professionnelle permanente: Le Conseil national plaide pour un

Plus en détail

Circulaire du 15 novembre 2010 relative à l évolution de la réglementation relative aux jeux de casino

Circulaire du 15 novembre 2010 relative à l évolution de la réglementation relative aux jeux de casino ministère de l intérieur, DE l outre-mer et des collectivités territoriales Direction des libertés publiques et des affaires juridiques Circulaire du 15 novembre 2010 relative à l évolution de la réglementation

Plus en détail

LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS

LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS Présentation, Points principaux, Analyse, Fiscalité Bruxelles, 18.11.2010 Thibault Verbiest www.ulys.net Avocat aux barreaux de Bruxelles et de

Plus en détail

Le rôle du Service Public de Wallonie

Le rôle du Service Public de Wallonie La nouvelle réglementation wallonne pour les services de taxis et de location de voitures avec chauffeur Le rôle du Service Public de Wallonie SPW- DGO2 - Direction du Transport de personnes Florence Wathelet

Plus en détail

CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise. TRAVAUX du 4 e étage

CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise. TRAVAUX du 4 e étage Activité de la cour d'appel 27 CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise Jean-Claude MAGENDIE, premier président de la Cour d appel de Paris et Maître Paul LOMBARD,

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration La société ROCOLUC S.A. est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR PROVINCE DU BRABANT WALLON ARRONDISSEMENT DE NIVELLES COMMUNE DE PERWEZ Article 1. COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR TITRE I. MISSIONS Conformément au décret de l Exécutif

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/128 DÉLIBÉRATION N 09/067 DU 3 NOVEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DES REGISTRES

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Règlement concernant l exploitation des jeux automatiques d argent dans les casinos (Règlement sur les machines à sous)

Règlement concernant l exploitation des jeux automatiques d argent dans les casinos (Règlement sur les machines à sous) - - 90.0 Règlement concernant l exploitation des jeux automatiques d argent dans les casinos (Règlement sur les machines à sous) du 6 décembre 998 Le Conseil d'etat du canton du Valais vu l art. 48bis

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers.

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Certaines situations «humanitaires» spécifiques peuvent justifier l octroi d une autorisation

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

Dossier de Presse 3 juillet 2009. Publicité et Jeux d argent

Dossier de Presse 3 juillet 2009. Publicité et Jeux d argent Dossier de Presse 3 juillet 2009 Publicité et Jeux d argent 1 Sommaire Le marché des jeux en France p.3 Le dispositif de régulation professionnelle de la publicité p.4 Elaboration de la nouvelle Recommandation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006 d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants LE CONSEIL D ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu l ordonnance fédérale du 19 octobre 1977 réglant

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection PROCEDURE NEGOCIEE AVEC PUBLICITE PREALABLE POUR UNE MISSION DE CONSEIL ET D APPUI EN MATIÈRE DE L'ÉLABORATION D'UN CADRE GÉNÉRAL CONCERNANT

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONCURRENCE. Auditorat. Décision n 2013-PK-32-AUD du 30 août 2013

CONSEIL DE LA CONCURRENCE. Auditorat. Décision n 2013-PK-32-AUD du 30 août 2013 CONSEIL DE LA CONCURRENCE Auditorat Décision n 2013-PK-32-AUD du 30 août 2013 Affaire CONC-P/K-05/0007: Infobase / Coface Euro DB I. Procédure Le Conseil de la concurrence a enregistré le 16 février 2005

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Le système de caisse enregistreuse (SCE) dans l horeca. Information destinée aux producteurs, importateurs et distributeurs

Le système de caisse enregistreuse (SCE) dans l horeca. Information destinée aux producteurs, importateurs et distributeurs L UNION FAIT LA FORCE Le système de caisse enregistreuse (SCE) dans l horeca Information destinée aux producteurs, importateurs et distributeurs www.systemedecaisseenregistreuse.be - 2014 - Service Public

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse LA VICE-PREMIERE MINISTRE, MINISTRE DE L INTERIEUR ET DE L EGALITE DES CHANCES Bruxelles, le 22 novembre 2013 Communiqué de presse Renforcement de l éthique et du contrôle dans le secteur de la sécurité

Plus en détail

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE FICHE 9 - L ELABORATION DU BUDGET La loi de finances de l année fait l objet d une double élaboration. Le projet est préparé par les différents ministères parmi lesquels le ministère des Finances joue

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) :

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) : Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 5-96 sur la société en nom collectif, la société en commandite simple, la société en commandite par actions, la société à responsabilité

Plus en détail

Numéro du rôle : 2801. Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2801. Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2801 Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation du décret de la Commission communautaire française du 16 janvier 2003 modifiant la loi du 21 avril 1965

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

La Commission des jeux de hasard

La Commission des jeux de hasard La Commission des jeux de hasard Commision des jeux de hasard Vous voulez savoir quels sont les jeux de hasard autorisés en Belgique? Vous êtes curieux de connaître les autorisations dont les exploitants

Plus en détail

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017 Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Article 1er Objet : 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion

Plus en détail

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES LA COUR C ON S T I T U T I O N N E L LE D E B E LG I QU E P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES 2014 3 TABLE DES MATIERES 1 1. DE LA COUR D ARBITRAGE À LA COUR CONSTITUTIONNELLE 5 a) Création de la Cour

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26)

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) ERG_CAP_CG-15-02-2011 CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) TABLE DES MATIERES 1. DEFINITIONS... 3 2. PORTEE GENERALE DU CONTRAT... 3 2.1 OBJET DU CONTRAT... 3 2.2 ENTREE EN VIGUEUR ET

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014)

Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014) Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014) Attribution des logements - Principes généraux 1. Les logements gérés par la M.A.I.S. sont attribués suivant une procédure détaillée

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin

Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin Ministère des Finances Le 2 novembre 2015 Le 23 avril 2015, le gouvernement a annoncé des changements proposés

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du compte épargne temps au ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche et des affaires rurales

Objet : Mise en œuvre du compte épargne temps au ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche et des affaires rurales MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction générale de l administration Sous-direction du développement professionnel et des relations sociales Bureau

Plus en détail

Le mémo du délégué du personnel.

Le mémo du délégué du personnel. Le mémo du délégué du personnel. le sommaire. 1. Champ d application 2. Ses attributions et ses rôles 3. Ses moyens d action 4. Protection Légale Préambule Afin de permettre la représentation des salariés

Plus en détail

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés CONTRAT D ADHÉSION CONTRAT ENTRE FAC FOR PRO PARIS ET L ÉTUDIANT Article 1. Dispositions générales Le présent contrat, ci-après dénommé «le contrat» constitue l accord régissant pendant sa durée, les relations

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE AVIS (BRUGEL-AVIS-2011-109) relatif aux clients protégés ne répondant plus aux conditions d'application initiales. Etabli en application

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration L opérateur est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d exploiter,

Plus en détail

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES»

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» MARDI 15 DÉCEMBRE 2015 --- Evénement présidé par Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Michel SAPIN,

Plus en détail

BUREAU D'ACCREDITATION : REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR

BUREAU D'ACCREDITATION : REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR BELAC 3-09 Rev 4-2015 BUREAU D'ACCREDITATION : REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site internet de BELAC (www.belac.fgov.be)

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet

Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet Guichet d Economie Locale de Schaerbeek Fondé par M. Etienne Noël, Échevin de l Economie et de l Emploi et avec le soutien du

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères et d origine étrangère. 1 PLAN Introduction Parcours

Plus en détail

Présentation Fonds Social Chauffage Gasoil de chauffage, pétrole lampant et propane en vrac

Présentation Fonds Social Chauffage Gasoil de chauffage, pétrole lampant et propane en vrac Présentation Fonds Social Chauffage Gasoil de chauffage, pétrole lampant et propane en vrac Historique & structure L ASBL Fonds Chauffage a été constituée le 5 novembre 2004, par les représentants du secteur

Plus en détail

Réglementation des implantations commerciales en

Réglementation des implantations commerciales en Réglementation des implantations commerciales en Belgique La réglementation des implantations commerciales, jusqu ici encadrée par la loi «Cadenas» du 29 juin 1975, est désormais soumise à la loi baptisée

Plus en détail

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE

ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE PRINCIPES GENERAUX Les dispositions du décret pris en application

Plus en détail

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1418083D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable Ministère à l origine de la mesure : Ministère

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012)

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012) Direction Protocole Service P1.1 NOTE CIRCULAIRE LE STATUT PRIVILEGIE DES CONJOINT(E)S ET DES PARTENAIRES LEGAUX (LEGALES) NON-MARIE(E)S DES MEMBRES DU PERSONNEL DES POSTES CONSULAIRES (3 septembre 2012)

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Principaux enseignements En 2012, les enquêteurs de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la

Plus en détail

Les cantons, vu les art. 15, 16 et 34 de la loi fédérale sur les loteries et les paris professionnels du 8 juin 1923 1, arrêtent:

Les cantons, vu les art. 15, 16 et 34 de la loi fédérale sur les loteries et les paris professionnels du 8 juin 1923 1, arrêtent: Convention intercantonale sur la surveillance, l autorisation et la répartition du bénéfice de loteries et paris exploités sur le plan intercantonal ou sur l ensemble de la Suisse adoptée par la Conférence

Plus en détail

Bruxelles, le 18 juin 2014. Madame, Monsieur, Concerne : Elections sociales 2016.

Bruxelles, le 18 juin 2014. Madame, Monsieur, Concerne : Elections sociales 2016. Aux Pouvoirs Organisateurs, Aux Chefs d'etablissements de l'enseignement Fondamental de l'enseignement Secondaire ordinaire et spécialisé de l Enseignement de Promotion Sociale de l Enseignement Supérieur

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

Avis A. 1123. sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement

Avis A. 1123. sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement Avis A. 1123 sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement Adopté par le Bureau du CESW le 24 juin 2013 INTRODUCTION Le 8 avril 2013, le Président

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail