Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca"

Transcription

1 Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

2 Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à 60 ans (+ 3 ans en 20 ans) 2020 : effets du baby boom 10% de la population > 75 ans 3% de la population > 85 ans Développement des pathologies liées à l âge Alzheimer I : % à domicile, x2 d ici 2020

3 Dispositif de soins insuffisamment adapté Près du tiers des séjours hospitaliers concerne les personnes âgées de 65 ans et plus Progression du nombre de patients gériatriques hospitalisés Manque de solutions d'aval adaptées / absence d avis gériatrique => erreur d orientation 50 services de court séjour gériatrique dans les 207 établissements sièges de SAU (ARH) Prises en charge hospitalières non ajustées : risques particuliers de décompensation hospitalisations à répétition allongement injustifié des séjours

4 Définition des filières gériatriques Modalité d organisation cohérente et graduée des soins gériatriques permettant un continuum dans la trajectoire de soins sur un territoire donné ayant pour objectif de couvrir l intégralité des parcours possibles En tenant compte du caractère évolutif des besoins de santé et du niveau de recours au plateau technique

5 Missions de la filière Palette complète de prise en charge spécifique : Les hospitalisations non programmables court séjour gériatrique, SAU et équipes mobiles gériatriques Les hospitalisations programmables court séjour gériatrique, lits de médecine des hôpitaux locaux, lits de SSR Les bilans à froid HDJ, consultation, court séjour

6 Missions de la filière L avis gériatrique quel que soit le lieu d hospitalisation équipe mobile Accès au plateau technique Accompagnement de la sortie d hospitalisation Les soins palliatifs : collaboration EMSP La psychogériatrie : collaboration avec psychiatrie

7 Organisation de la filière Zone de couverture définie par ARH découpage territorial du schéma régional d organisation des soins (SROS), offre gériatrique existante Composition minimum de la filière : Court séjour gériatrique Equipe mobile de gériatrie Hôpital de jour gériatrique Soins de suite et de réadaptation Soins de longue durée

8 Organisation de la filière Un ou plusieurs établissements de santé Missions variables selon le type de structure Rôles et obligations formalisés par convention Coordination administrative / médicale (gériatre) Conditions d admission et de sortie Délais cible de prise en charge Procédures de transfert Support d info médicales communs

9 Organisation de la filière Etablissement support Court séjour, EMG, HDJ Urgences ou convention SSR, SLD Fédération par conventions avec les autres établissements de la filière Autres établissements SSR, SLD Publics ou privés Garantit l accès aux spécialités non gériatriques

10 Partenariats Organisation de la filière Partenariats HAD Médecins traitants Secteur médico-social (EHPAD) Structures de coordination CLIC, réseaux, SSIAD Objectif de la filière fixés par ARH Contrat pluriannuel d objectifs et moyens entre établissement de la filière et l ARH Etat des lieux x1/an à la DHOS.

11 Le court séjour gériatrique Prise en charge des pathologies aiguës chez des patients gériatriques (polypathologie, dépendance, tr cognitifs, ) Procédures diagnostiques, soins et traitements, évaluation multidimensionnelle, assurer l orientation adaptée En prévenant les pathologies nosocomiales des malades âgés perte des repères perte d autonomie confusion, dépression, etc...

12 Le court séjour gériatrique Place centrale dans la filière Mode d entrée : Mode d entrée : Accès direct à privilégier, sans passage aux urgences Après contact avec le médecin traitant Programmation possible Par la structure d urgence Mode de sortie : Mode de sortie : Préparation dés l entrée Finalise le projet thérapeutique Collaboration avec les autres structures de la filière gériatrique

13 Le court séjour gériatrique Moyens de fonctionnement Minimum de 20 lits Personnel Personnel 2 ETP de médecins gériatres 12 IDE et 12 Aides soignantes Temps de psychologue, ergothérapeute, kinésithérapeute, diététicien et assistant social Permanence médicale, IDE et aide soignante Équipe pluridisciplinaire formée Coordination par un gériatre (PH ou CCA) Accès au plateau technique Rx, écho, doppler, échocardio, TDM, biologie, ana-path, endoscopies digestives, Mêmes conditions d accès que les autres spécialités

14 Les équipes mobiles de gériatrie Intervention transversale à la demande des services non gériatriques Missions Évaluation multidisciplinaire Élaboration projet de soins et projet de vie Orientation dans la filière gériatrique Organisation de la sortie Conseil, information et formation des équipes Adossée à un court séjour gériatrique

15 Les équipes mobiles de gériatrie Intervention dés l entrée aux urgences d un patient à risque de perte d autonomie / H prolongée Composition : 1 ETP médecin gériatre 1 ETP IDE 1 ETP assistante sociale Temps psychologue, ergothérapeute, diététicien, secrétaire

16 Consultations et hospitalisations de jour Assure une prise en charge ambulatoire Constitue une porte d entrée dans la filière Patient adressé par son MT, accès conditionné par une consultation ou l avis d un gériatre de la filière Consultation mémoire labélisée

17 Consultations et hospitalisations de jour Missions : Évaluation médico psycho sociale Suivi du patient par réévaluations régulières Bilans et traitements programmés afin d éviter une hospitalisation classique Surveiller et ajuster les thérapeutiques Organisation du soutien à domicile Diffusion des bonnes pratiques

18 Les soins de suite et réadaptation gériatriques Mode d entrée : Prise en charge dans les suites d un court séjour ou du domicile Procédure de pré-admission (dossier) Après accord du médecin assurant la coordination ou évaluation par l équipe mobile ou HDJ. Non indication du SSR : Rôle exclusif de zone d attente d une institution Substitution aux lits de court séjour manquants

19 Les soins de suite et réadaptation gériatriques Double mission : Assurer soins médicaux, curatifs ou palliatifs, ajustement thérapeutique, diagnostic, traitement des pathologies déséquilibrées. Assurer la rééducation et la réadaptation pour limiter les handicaps physiques, sensoriels, cognitifs et comportementaux. Mais aussi : Prévention de la dépendance Education thérapeutique (équilibre troubles sensoriels, nutrition, Alzheimer) Information et soutien des aidants préparation à la réinsertion familiale, sociale.

20 Les soins de suite et réadaptation gériatriques Moyens de fonctionnement Au minimum 20 lits Personnel Personnel 1 ETP de médecin gériatre qualifié 8 ETP d IDE et 12 ETP d AS Temps de kinésithérapeute, d ergothérapeute, d orthophoniste, de podologue, de psychologue, de diététicien et d assistant social Présence IDE 24h/24 et permanence médicale

21 Les unités de soins de longue durée Définition : Accueil et prise en charge des personnes présentant une pathologie organique chronique ou une polypathologie, soit active au long cours, soit susceptible d épisodes répétés de décompensation, et pouvant entraîner ou aggraver une perte d autonomie Suivi médical rapproché, actes médicaux itératifs, permanence médicale, présence infirmière continue, accès à un plateau technique minimum À l issue d un séjour dans un ES, EHPAD, ou du domicile

22 Les unités de soins de longue durée Les Missions : Assurer aux patients les soins d entretien de la vie, les soins médicaux et techniques, les soins relationnels Prévenir l apparition ou l aggravation de la dépendance en maintenant les capacités restantes Élaborer un projet de vie individuel pour chaque patient dans le souci de sa qualité de vie Assurer l accompagnement des familles et des proches

23 Les unités de soins de longue durée Moyens de fonctionnement : Dimensionnement : Au minimum d environ 30 lits Physiquement et fonctionnellement regroupés Personnel Personnel Présence infirmière et aide-soignante 24h sur 24 Permanence médicale par garde ou astreinte Effectif déterminé selon GMP et PMP Pour 30 lits : 0.5 ETP médecin, 0.8 personnel soignant (IDE, AS, ASH), temps de kiné, ergo, orthophoniste, podologue, psychologue, diététicienne, assistante sociale.

24 Organisation des EHPAD Un médecin coordonateur aux fonctions multiples Formation du personnel, projet de vie Coordination des acteurs sanitaires Un impératif de qualité Référentiel de qualité Bonnes pratiques cliniques Bonnes pratiques cliniques insertion dans un réseau démence escarres incontinence douleur fin de vie

25 Organisation des EHPAD Tarification à la personne : Forfait hébergement à la charge de la personne âgée Forfait dépendance, selon le GIR, à la charge de la personne et/ou conseil général selon APA Forfait soins à la charge de l assurance maladie

26 RESEAUX et CLIC

27 Complexité des systèmes de soins et d aide à domicile Réseaux de gériatrie Centres locaux d information et de coordination (CLIC) Equipes médico sociale de l APA Services de soins et infirmier à domicile (SSIAD) Autres : CCAS, SSPD, SAD (auxiliare de vie, aide ménagère), libéraux, accueil de jour. Mesures de protection juridique

28 Centre local d information et de coordination (CLIC) Lancé expérimentalement en 2000 sur 25 sites Généralisé en 2001 à l ensemble du territoire But : pallier à l éclatement des structures d aides sociales et médicales pour les personnes âgées Opérateur : mairie, hôpital, association,.. Label attribué par un comité composé de : président du conseil général, préfet, représentant de la caisse maladie, représentant des CCAS

29 Centre local d information et de coordination (CLIC) Le CLIC est un guichet d accueil, de conseil et d orientation destiné aux personnes âgées et à leur entourage Missions graduées selon le niveau de labellisation Il répond à une triple logique : logique de proximité, logique d accès facilité aux droits, logique de réseau

30 Centre local d information et de Missions coordination (CLIC) Label niveau 1 Missions D accueil, d écoute, d information et de soutien aux familles. Requis un local de permanence, un standard téléphonique, une base de données, des actions de formation/information. Requis Informe sur les aides et prestations disponibles et fournit les dossiers de demande nécessaires à leur obtention.

31 Centre local d information et de coordination (CLIC) Label niveau 2 niveau 1 + missions D évaluation des besoins et d élaboration d un plan d aide personnalisé. propose une palette de services partielle (ex: groupes de paroles) le suivi de la mise en œuvre du plan d aide n est pas systématique.

32 Centre local d information et de coordination (CLIC) Label niveau 3 niveau 2 + missions de mise en œuvre du plan d aide et de suivi. aide à la constitution des dossiers de prise en charge. permet d actionner les services de soins infirmiers à domicile, les services d aide à domicile, l accueil de jour, le portage de repas, les aides techniques, les travaux d aménagement du domicile partenariats formalisés par convention avec les établissements sanitaires et médico-sociaux palette des services complète et le suivi organisé.

33 Centre local d information et de coordination (CLIC) Cahiers des charges CLIC Délimitation d'un territoire Local identifiable Pérennité des moyens Outils communs : dossier unique, cahier de liaison, grille d'évaluation Rencontres régulières, partenariat Volonté de travail en commun Promoteur reconnu.

34 Centre local d information et de Limites coordination (CLIC) Acteurs : majoritairement secteur social : CG, communes, caisse régionale d assurance maladie, serv. à dom., EHPAD, services sociaux des hôpitaux, Ne gèrent pas de services Ne se substituent pas aux institutions pour l attribution et le contrôle des prestations Respectent l autonomie des intervenants qu ils coordonnent Moyens humains globalement faibles

35 Réseaux de gériatrie Missions : Permet aux PA concernées de bénéficier d une prise en charge correspondant le mieux à leurs besoins de santé et médico- sociaux Prise en charge au domicile privilégiée Coordination autour de la PA de tous les acteurs médicaux, paramédicaux, sociaux et médico-sociaux Ne se substitue pas à l offre de soins existante

36 Réseaux de gériatrie Objectifs opérationnels : Assurer le repérage de la population Plus de 75 ans et Patient gériatrique, rupture socio sanitaire, maladie d Alzheimer Infos fournies par équipes APA, signalement MT ou libéraux, CLIC, CCAS, aides à domicile... ou PA elle-même Établir un plan d intervention personnalisé en équipe pluridisciplinaire Assurer un diagnostic complet Proposer le plan d intervention le plus adapté Apporter un soutien aux aidants et intervenants professionnels Mettre en œuvre des actions d information et d éducation de la santé, ainsi que des actions sur des thèmes spécifiques Définir une organisation et des procédures de gestion des relations avec les organismes et les financeurs de soins ou de services

37 Organisation Réseaux de gériatrie Organisation générale du réseau Définition d une aire géographique pertinente Avec le Conseil général Minimum de 200 patients suivis par an Acteurs du réseau : Les intervenants Des professionnels de compétences différents mais complémentaires Temps d IDE coordinatrice, médecin gériatre, assistante socio-éducative (sauf si CLIC), secrétaire Compétence d ergothérapeute Modalités de coordination Formalisées dans une charte Annuaire des professionnels «ressources» Astreinte téléphonique, si possible 7j sur 7, n appel unique Réunions périodiques : dossiers évalués en commun

38 Leurs engagements Réseaux de gériatrie Transmission de recommandations de bonnes pratiques, de référentiels et de protocoles. Assurer la communication et la transmission de l information entre professionnels Formation Usagers Inclusion faite par l usager, ou proche et MT Plan d intervention personnalisé Plan de soins et plan d aide Suivi

39 Merci de votre attention

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Filière de soins. Chapitre 21. Points essentiels F. DUQUESNE

Filière de soins. Chapitre 21. Points essentiels F. DUQUESNE Chapitre 21 Filière de soins F. DUQUESNE Points essentiels Une filière de soins est la trajectoire de soins empruntée par le patient. Un réseau de soins est une offre multidisciplinaire coordonnée et organisée

Plus en détail

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins 31 mai 2013 HAD Nantes & région mai 2013-BJAUD 2 n SOMMAIRE: - LE DISPOSITIF REGLEMENTAIRE - HOPITAL A DOMICILE: Présentation Objectif Les conditions d admission

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr Corinne PLESSIS EHPAD «Les Pommeris» VALLIERES LES GRANDES et MDPH Dr Séverine DURIN EHPAD du Pays Vendômois et CH VENDOME Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr PLESSIS - Dr DURIN Journée

Plus en détail

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination Mardi 3 ème rencontre nationale des Réseaux de santé Personnes Agées CLIC, Réseaux, MAI CLIC et développement de la coordination Intervention : Yvelise ABECASSIS, présidente A.N.C.CLIC - Association Nationale

Plus en détail

Troisième COPIL PAERPA. Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30

Troisième COPIL PAERPA. Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30 Troisième COPIL PAERPA Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30 Troisième COPIL PAERPA 16 décembre 2014 Ordre du jour Introduction Gilles Echardour, Délégué territorial de Paris Les actions PAERPA 1. Conventionnements

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

Les sorties d hospitalisation des personnes âgées

Les sorties d hospitalisation des personnes âgées 28 Les sorties d hospitalisation des personnes âgées Méthodologie 1) Enquête exploratoire (février 2006 à janvier 2007) sur le retour à domicile des personnes âgées après hospitalisation 2) Analyse - Bilan

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail

Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD

Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD c1 Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD Capacité de Gériatrie Dr Corinne HAGLON DUCHEMIN 17 Février 2014 Diapositive 1 c1 clientleger; 12/02/2014 Décrets et Fonction du médecin coordonnateur

Plus en détail

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Société gérontologique de Normandie Société gérontologique de Normandie 1 Projet Régional de Santé Un ensemble coordonné et structuré

Plus en détail

Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie

Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie Quelques chiffres sur la France (FNEHAD) Prise en charge pour 2014 *105.000 patients en HAD/66 millions d habitants *4.4 millions de journées

Plus en détail

L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE

L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE ASSOCIATION PARTICIPANT AU SERVICE PUBLIC HOSPITALIER 15 Quai de Dion Bouton 92816 PUTEAUX Cedex www.santeservice.asso.fr Qu est-ce que l hospitalisation à

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE (Recherche, Enseignement, Soins, Information, Lutte et Initiatives pour les Adolescents et les ENfants atteints de CancEr). 1. CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Politiques publiques d accompagnement à domicile des personnes âgées

Politiques publiques d accompagnement à domicile des personnes âgées Politiques publiques d accompagnement à domicile des personnes âgées Hélène Trouvé Ingénieur de recherche - Fondation Nationale de Gérontologie - FNG Docteur ès Sciences Économiques H.Trouve@fng.fr 7 Janvier

Plus en détail

Expérience de l Unité Cognitivo- Comportementale du centre hospitalier de Lisieux. Caen, le 19 octobre 2012

Expérience de l Unité Cognitivo- Comportementale du centre hospitalier de Lisieux. Caen, le 19 octobre 2012 Expérience de l Unité Cognitivo- Comportementale du centre hospitalier de Lisieux Caen, le 19 octobre 2012 1 Mesure 17 du plan Alzheimer et maladies apparentées 2008-2012 Identification d unités cognitivocomportementales

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Intégration des services, gestion de cas, et M.A.I.A.

Intégration des services, gestion de cas, et M.A.I.A. L évolution programmée de l accompagnement des malades Alzheimer et de leurs familles: la Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades Alzheimer ( M.A.I.A. ) Stéphanie FACHE, Pilote local, Expérimentation

Plus en détail

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Atelier n 11 Monter un parcours de soins sur une approche territoriale ciblée 2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Françoise ELLIEN,

Plus en détail

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13 Page 1 sur 6 Métier INFIRMIER Intitulé du poste INFIRMIER EN AMBULATOIRE Villes de rattachements Bobigny, Pantin TITULAIRE DU POSTE : Localisation 48,rue Louise Michel 93000 BOBIGNY Version 1 Composition

Plus en détail

L HAD dans les EHPAD. Docteur Emmanuel BOVIER Médecin coordonnateur Soins et Santé HAD de LYON. Jeudi 22 Mars 2012

L HAD dans les EHPAD. Docteur Emmanuel BOVIER Médecin coordonnateur Soins et Santé HAD de LYON. Jeudi 22 Mars 2012 L HAD dans les EHPAD Docteur Emmanuel BOVIER Médecin coordonnateur Soins et Santé HAD de LYON Jeudi 22 Mars 2012 Introduction La décision d une hospitalisation conventionnelle chez un résident d EHPAD

Plus en détail

Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes

Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes Dr V Langlois-Gey, MDPH 87 Dr L. Moreau, Conseil Général 87 11 ème journée ALOIS «Alzheimer et

Plus en détail

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Personnes âgées en risque de perte d autonomie (PAERPA) Claude JEANDEL Pôle de gérontologie CHU Montpellier Université Montpellier Inserm

Plus en détail

Missions du Médecin Coordonnateur en EHPAD

Missions du Médecin Coordonnateur en EHPAD Missions du Médecin Coordonnateur en EHPAD Capacité de Gérontologie, 29 novembre 2012 Docteur Denis SORIANO, gériatre coordonnateur n Un cadre supérieur, salarié, chargé d une mission d organisation, de

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures ACTION 1 : coordonner les acteurs du territoire pour prévenir la perte d autonomie Mettre en place un accompagnement par l activité physique

Plus en détail

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT FORMATION RÉGIONALE DES AIDES SOIGNANTES VENDREDI 20 MARS 2015 Florine MAGRIN Assistante sociale CHRU Besançon Odile ROMANET Cadre

Plus en détail

Quelles synergies pour la mise en place d'un projet de soins palliatifs en EHPAD

Quelles synergies pour la mise en place d'un projet de soins palliatifs en EHPAD Quelles synergies pour la mise en place d'un projet de soins palliatifs en EHPAD Ophélie Daniel Infirmière coordinatrice EHPAD Sainte Monique (Toulouse) Introduction L'EHPAD est un lieu de vie où on accompagne

Plus en détail

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS Appel à candidature Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie Document n ARS/AAC/DAMS Contexte Les besoins à satisfaire et les orientations du

Plus en détail

Le médecin coordonnateur en EHPAD

Le médecin coordonnateur en EHPAD Le médecin coordonnateur en EHPAD Dr André Stillmunkés Département Universitaire de Médecine Générale Capacité de gérontologie 27 février 2015 Plan de l enseignement Introduction Historique 12 missions

Plus en détail

Le réseau de santé ARCADE en 2006

Le réseau de santé ARCADE en 2006 Le réseau de santé ARCADE en 2006 Le réseau de santé ARCADE en 2006 Résidence Le Lac Bleu 4, rue du IV Septembre 65000 TARBES Téléphone : 05 62 93 11 12 Télécopie : 05 62 93 89 53 Messagerie : contact@reseau-arcade.fr

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ NOR : SJSH0830983C

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ NOR : SJSH0830983C MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de l organisation des soins Bureau de l offre régionale

Plus en détail

PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA

PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA Ordre du jour Rappels du contexte et de la phase diagnostic Présentation

Plus en détail

Le Label MARPA 2015. ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015

Le Label MARPA 2015. ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015 La MARPA Un Label ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015 Le Label MARPA 2015 Le Label MARPA est attribué par la Caisse Centrale de Mutualité Sociale Agricole aux projets qui concrétisent les

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE Direction générale de l'offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins, Bureau

Plus en détail

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité Direction générale de l action sociale Sous-direction

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SSIAD

LIVRET D ACCUEIL SSIAD Centre Hospitalier LE FAOUET 36, rue des Bergères 56320 LE FAOUET Tél.: 02 97 23 35 18 Standard : 02 97 23 08 99 LIVRET D ACCUEIL SSIAD SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Page1/8 SOMMAIRE I. Organisation

Plus en détail

PRESENTATION DES PROGRAMMES RELATIFS AUX DIPLÔMES D ETAT D AIDE-SOIGNANT ET AUXILIAIRE DE PUERICULTURE

PRESENTATION DES PROGRAMMES RELATIFS AUX DIPLÔMES D ETAT D AIDE-SOIGNANT ET AUXILIAIRE DE PUERICULTURE PRESENTATION DES PROGRAMMES RELATIFS AUX DIPLÔMES D ETAT D AIDE-SOIGNANT ET AUXILIAIRE DE PUERICULTURE Base réglementaire La formation: Article D 4391-1(Décret du 26 mars 2010) du Code de la santé publique

Plus en détail

Actualité sur le 3e Plan Alzheimer 2008-2012

Actualité sur le 3e Plan Alzheimer 2008-2012 Uzès 21.9.2009 Actualité sur le 3e Plan Alzheimer 2008-2012 Dr Denise STRUBEL Centre de Gérontologie CHU Nîmes Le 3e plan Alzheimer (2008-2012) Proposition de 44 mesures selon 11 objectifs et 3 axes Axe

Plus en détail

Définition, missions, fonctionnement des EHPAD Dr Sylvie HAULON Gériatre Chef de Service Hôpital Emile ROUX Hôpitaux universitaires Henri Mondor Problématiques Comment prendre en charge la dépendance de

Plus en détail

L enjeu du partage d information dans la coordination des parcours de santé complexes

L enjeu du partage d information dans la coordination des parcours de santé complexes L enjeu du partage d information dans la coordination des parcours de santé complexes Dr Eric KILEDJIAN Chef de projet Territoire de Soins Numérique, organisations et systèmes d information Directeur de

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent PLAN NATIONAL 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l accompagnement en fin de vie SYNTHESE RAPPEL DES 4 AXES AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die LES RENCONTRES DU MANAGEMENT Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die Dr Florence TARPIN-LYONNET Chef de Pôle des activités de soins et d Hospitalisation à Domicile CH Crest Présidente CME Retour

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers

Stage Étudiants infirmiers Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : ü La définition du métier «Infirmier» ü Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 ü Le portfolio de l étudiant Version

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Action 1 : Améliorer l accessibilité à l offre de soins pour les personnes âgées et personnes en situation de handicap isolées notamment

Plus en détail

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Un peu d histoire Des bureaux de bienfaisance (à la révolution) Aux bureaux d aide sociale (1953) et depuis 1986 : Le centre communal d action sociale L ACTION SOCIALE

Plus en détail

Atelier de retour d expérience n 2

Atelier de retour d expérience n 2 Atelier de retour d expérience n 2 Amélioration du service rendu aux personnes âgées en perte d'autonomie et optimisation de l'organisation de l'offre de soins et de services Béatrice Lorrain Pilote MAIA

Plus en détail

Accompagner le changement dans le secteur médicosociale: Rôle et place de la formation

Accompagner le changement dans le secteur médicosociale: Rôle et place de la formation Accompagner le changement dans le secteur médicosociale: Rôle et place de la formation Journées allocation de ressources 3 et 4 avril 2014 La CNSA, en bref Établissement public créé par la loi du 30 juin

Plus en détail

Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011

Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011 Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011 Plan Risques Problématiques du pré hospitalier Repérage aux

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL. Synthèse

PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL. Synthèse PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL Synthèse Fort de l histoire et des valeurs de l association gestionnaire du Centre Médico-social Basile Moreau, le projet d établissement affirme les principes

Plus en détail

Le Schéma Départemental en faveur des Personnes Agées. Réunion de lancement de la démarche d Actualisation 29 mars 2012

Le Schéma Départemental en faveur des Personnes Agées. Réunion de lancement de la démarche d Actualisation 29 mars 2012 Le Schéma Départemental en faveur des Personnes Agées Réunion de lancement de la démarche d Actualisation 29 mars 2012 Le schéma: outil de planification Document opposable, adopté pour 5 ans par le Conseil

Plus en détail

LIVRET «ACCUEIL ET RESSOURCES» DU TERRAIN DE STAGE DE

LIVRET «ACCUEIL ET RESSOURCES» DU TERRAIN DE STAGE DE LIVRET «ACCUEIL ET RESSOURCES» DU TERRAIN DE STAGE DE L HOPITAL DE PEDIATRIE ET DE REEDUCATION DE BULLION ------------------------------ PAVILLON GUÉRIN Unités Andes et Alpes ------------------------------

Plus en détail

OSEAN: l expérience du Nord Pas de Calais, passé présent et futur Monique Romon CHU Lille, Université Lille2 Réseau OSEAN

OSEAN: l expérience du Nord Pas de Calais, passé présent et futur Monique Romon CHU Lille, Université Lille2 Réseau OSEAN OSEAN: l expérience du Nord Pas de Calais, passé présent et futur Monique Romon CHU Lille, Université Lille2 Réseau OSEAN www.reseau-osean.com Passé Juin 1998 réunion d un groupe de travail association

Plus en détail

Plate-forme collaborative Page 1

Plate-forme collaborative Page 1 MARS 2013 Plate-forme collaborative Page 1 Lieu de coordination associant les acteurs du champ sanitaire et social du territoire Monts et Barrages, dans le but d assurer aux personnes prises en charge

Plus en détail

Dr Tony ROMUALD PH Addictologie CHU de PPA Coordonnateur médical RAG

Dr Tony ROMUALD PH Addictologie CHU de PPA Coordonnateur médical RAG Dr Tony ROMUALD PH Addictologie CHU de PPA Coordonnateur médical RAG 28/04/2011 XVème conférence des Fédérations Hospitalières des Antilles et de la Guyane «répond à un besoin de la population» «dans une

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS À DOMICILE ET EN EHPAD. Plan L ÉVALUATION. Charge en soins. Les Soins palliatifs au domicile

SOINS PALLIATIFS À DOMICILE ET EN EHPAD. Plan L ÉVALUATION. Charge en soins. Les Soins palliatifs au domicile SOINS PALLIATIFS À DOMICILE ET EN EHPAD Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Mars 2013 Plan Les soins palliatifs au domicile Les réseaux de soins palliatifs Un cas clinique Les soins palliatifs en

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

FORMATION INFIRMIERE

FORMATION INFIRMIERE FORMATION INFIRMIERE UN NOUVEAU REFERENTIEL DE FORMATION Sources : documents de travail de la DHOS (de décembre 2008 à mars 2009) LE POURQUOI DE LA REINGENERIE DE LA FORMATION LMD ECTS Ministère de l enseignement

Plus en détail

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie 1 UN PROJET PORTÉ PAR 3 CLIC Février 2007 : début de la réflexion à l initiative de 3 CLIC. 2007 : financement d un accompagnement

Plus en détail

PRISE EN CHARGE SOCIALE EN ONCOGERIATRIE Sylvie CORDIER RAYNAL Olivier RIGAL

PRISE EN CHARGE SOCIALE EN ONCOGERIATRIE Sylvie CORDIER RAYNAL Olivier RIGAL PRISE EN CHARGE SOCIALE EN ONCOGERIATRIE Sylvie CORDIER RAYNAL Olivier RIGAL 2 ème rencontres d Oncogériatrie Normandes 11 octobre 2014 Anamnèse Monsieur B.. 80 ans Bilan hématurie macroscopique Découverte

Plus en détail

Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014

Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014 Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014 Florence Ambrosino Infirmière de pratique avancée en coordination de

Plus en détail

Réseau Santé Bucco-Dentaire. Handicap. Le Réseau poursuit 5 objectifs basés sur ses valeurs fondamentales :

Réseau Santé Bucco-Dentaire. Handicap. Le Réseau poursuit 5 objectifs basés sur ses valeurs fondamentales : Réseau Santé Bucco-Dentaire & Handicap Rhône-Alpes Le RÉSEAU SANTE BUCCO-DENTAIRE & HANDICAP RHÔNE ALPES, association loi 1901. Faciliter l accès aux soins bucco-dentaires des personnes en situation de

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Date de dépôt des candidatures : 1 er juillet 30 septembre 2014 1 er janvier 31 mars 2015 APPEL A PROJETS DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Cahier des charges

Plus en détail

15 mars 2011 - Martine SEMAT Colloque ANAP

15 mars 2011 - Martine SEMAT Colloque ANAP THEME : LES OUTILS DE COOPERATION L expérience de L HAD SANTE RELAIS DOMICILE L histoire de l association : création de SANTE RELAIS 31 en 2001 AGESEP 31 La création de l association Loi 1901 SANTE RELAIS

Plus en détail

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS dossier de presse janvier 2014 le dispositif alzheimer au centre hospitalier de béziers Contacts presse Françoise PERIDONT Directrice Communication Anne-Claire ITIé Chargée de

Plus en détail

Equipe Soins Palliatifs Pédiatriques Auvergne

Equipe Soins Palliatifs Pédiatriques Auvergne Equipe Soins Palliatifs Pédiatriques Auvergne Les Régionales R de Cancérologie 10/02/2012 Souad Bentaoui (Réanimation Pédiatrique) P Eric Doré (CRCTCP) CHU Estaing Clermont-Ferrand Généralités Maladies

Plus en détail

SSR ET TERRITOIRES :

SSR ET TERRITOIRES : SSR ET TERRITOIRES : OPTIMISER LES PARCOURS PATIENTS Dr Lawrence BORIES Gériatre Chef du pôle d activité clinique et médical 1 Projet médical de territoire et Soins de suite et réadaptation : Témoignage

Plus en détail

Quelles sources de financement pour l éducation thérapeutique du patient?

Quelles sources de financement pour l éducation thérapeutique du patient? Quelles sont les sources de pour l éducation thérapeutique du patient? IPCEM 2007 Quelles sources de pour l éducation thérapeutique du patient? Repères généraux relatifs au actuel de l activité d éducation

Plus en détail

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex C H M A D Service d Hospitalisation à Domicile Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101 77875 Montereau Cedex Secrétariat: 01 64 31 67 71 Médecin coordonnateur : 01 64

Plus en détail

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne 1 Stratégie régionale de l Agence Pourquoi un référentiel? Consolider l offre de santé coordonnée déjà en place Impulser et développer l exercice

Plus en détail

Rôle et Missions des Correspondants en Hygiène de L Hôpital Local de Crèvecoeur le Grand

Rôle et Missions des Correspondants en Hygiène de L Hôpital Local de Crèvecoeur le Grand Rôle et Missions des s en de L Hôpital Local de Crèvecoeur le Grand 1. PRESENTATION DE LA STRUCTURE L hôpital local est un établissement public de santé de ressort communal, avec : 20 lits de SSR (Soins

Plus en détail

Service de Soins Infirmiers A Domicile LIVRET D ACCUEIL DE L USAGER. Hôpital de Banon Route de Forcalquier BP 7 04150 BANON 04 92 73 21 00

Service de Soins Infirmiers A Domicile LIVRET D ACCUEIL DE L USAGER. Hôpital de Banon Route de Forcalquier BP 7 04150 BANON 04 92 73 21 00 Service de Soins Infirmiers A Domicile LIVRET D ACCUEIL DE L USAGER Hôpital de Banon Route de Forcalquier BP 7 04150 BANON 04 92 73 21 00 Vous avez fait appel au Service de Soins Infirmiers à Domicile

Plus en détail

MAISON DES ADOLESCENTS PROGRAMME 2005 2009

MAISON DES ADOLESCENTS PROGRAMME 2005 2009 MAISON DES ADOLESCENTS PROGRAMME 2005 2009 Région BRETAGNE Département Ille Et Vilaine I La maison des adolescents Date d ouverture : 4 septembre 2006 Nom : Maison des adolescents Nom du responsable :

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

L éducation thérapeutique dans les réseaux. L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41

L éducation thérapeutique dans les réseaux. L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41 L éducation thérapeutique dans les réseaux L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41 Louisette MONIER Coordonnatrice Vincent LESIRE Directeur Qualité santenutritiondiabete41@wanadoo.fr Contexte local

Plus en détail

4 ème réunion PAERPA EHPAD

4 ème réunion PAERPA EHPAD 4 ème réunion PAERPA EHPAD Jeudi 16 avril 2015 14h30 17h Délégation territoriale de Paris 1 Cartographie des EHPAD PAERPA (9-10-19) En attente carte stagiaire géographe 2 Ordre du jour 1. Actions déployées

Plus en détail

Réseau de Promotion pour la Santé Mentale (RPSM YS) dans les Yvelines Sud. Nadine Bazin, Psychiatre

Réseau de Promotion pour la Santé Mentale (RPSM YS) dans les Yvelines Sud. Nadine Bazin, Psychiatre Réseau de Promotion pour la Santé Mentale dans les Yvelines Sud (RPSM YS) Groupe «sujets âgés» Nadine Bazin, Psychiatre Marie Christine Hardy-Baylé, directeur médical du RPSM 78 Isabelle Prade, coordonnateur

Plus en détail

Inauguration de la Résidence Mutualiste Bellevue

Inauguration de la Résidence Mutualiste Bellevue DOSSIER DE PRESSE le 14 décembre 2015 Inauguration de la Résidence Mutualiste Bellevue Dans le cadre du Gérontopôle Régional de Saint-Etienne et pour répondre aux besoins croissants de prise en charge

Plus en détail

Lien hôpital ville. - douleur chronique

Lien hôpital ville. - douleur chronique Lien hôpital ville - douleur chronique 1 ere année Cette labellisation vise à distinguer des expériences exemplaires et des projets innovants traduisant l'engagement dans la promotion des droits des patients.

Plus en détail

Séminaire Gérontologie sociale et coordination en EHPAD

Séminaire Gérontologie sociale et coordination en EHPAD Séminaire Gérontologie sociale et coordination en EHPAD Attentes et relations entre le département et les EHPAD et USLD 20 mars 2014 1 Véronique COLIN responsable du service OARES, direction PA/PH, CG35

Plus en détail

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées 10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées Une part de plus en plus importante de l activité hospitalière concerne la prise en charge des personnes âgées La patientèle âgée concentre une

Plus en détail

Quel message voulez-vous diffuser?

Quel message voulez-vous diffuser? Présentation Comité consultatif et stratégique Expérimentation PAERPA LORRAINE Mise en place de la coordination Territoriale d appui (CTA) Quel message voulez-vous diffuser? Lundi 24 novembre 2014 La Coordination

Plus en détail

REFERENTIEL ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES HANDICAPEES VIEILLISSANTES ACCOMPAGNEES PAR UNE STRUCTURE MEDICO-SOCIALE

REFERENTIEL ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES HANDICAPEES VIEILLISSANTES ACCOMPAGNEES PAR UNE STRUCTURE MEDICO-SOCIALE REFERENTIEL ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES HANDICAPEES VIEILLISSANTES ACCOMPAGNEES PAR UNE STRUCTURE MEDICO-SOCIALE INTRODUCTION AU REFERENTIEL L accompagnement de l avancée en âge des personnes handicapées

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES POLES D ACTIVITES ET DE SOINS ADAPTES (PASA) ET UNITES D HEBERGEMENT RENFORCE (UHR) QU EST-CE QU UN PASA?

QUESTIONS-REPONSES POLES D ACTIVITES ET DE SOINS ADAPTES (PASA) ET UNITES D HEBERGEMENT RENFORCE (UHR) QU EST-CE QU UN PASA? QUESTIONS-REPONSES POLES D ACTIVITES ET DE SOINS ADAPTES (PASA) ET UNITES D HEBERGEMENT RENFORCE (UHR) 1 Quelle population est accueillie en PASA? QU EST-CE QU UN PASA? Chaque jour, le PASA accueille un

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1 QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES «EXPERIMENTATION DE NOUVEAUX MODES D ORGANISATIONS DES SOINS DESTINES A OPTIMISER LES PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

Plus en détail

II. LES PRISES EN CHARGE TRANSVERSALES

II. LES PRISES EN CHARGE TRANSVERSALES II. LES PRISES EN CHARGE TRANSVERSALES B. LES PRISES EN CHARGE TRANSVERSALES AU SROS ET AU SROMS 1. PATHOLOGIES DU VIEILLISSEMENT ET PRISE EN CHARGE DES PERSONNES AGÉES DÉPENDANTES ET EN PERTE D AUTONOMIE

Plus en détail

IDE Unité de Psychiatrie Générale

IDE Unité de Psychiatrie Générale IDE Unité de Psychiatrie Générale CONTEXTE : Centre Hospitalier de Dax Côte d Argent Directeur d établissement : Mr CAZENAVE Direction fonctionnelle : Mme FRECON Site : Yves du MANOIR Pôle d activité :

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer)

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) Le cahier des charges national a pour objet de définir les dispositifs MAIA (maison

Plus en détail

Le GPSPB «GPS» Groupement de Professionnels de Santé : une réponse adaptée pour la coordination territoriale des soins

Le GPSPB «GPS» Groupement de Professionnels de Santé : une réponse adaptée pour la coordination territoriale des soins 29/03/2014 Le PB Groupement de Professionnels de Santé : une réponse adaptée pour la coordination territoriale des soins Groupement des Professionnels de Santé du Pays Beaunois 19 route de Gigny 21200

Plus en détail

EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE FILIERE GERONTOLOGIQUE HOPITAL DE FOURVIERE - CHSJSL

EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE FILIERE GERONTOLOGIQUE HOPITAL DE FOURVIERE - CHSJSL EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE FILIERE GERONTOLOGIQUE HOPITAL DE FOURVIERE - CHSJSL EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE C.H. St Joseph-St Luc et Hôpital de Fourvière Trois gériatres H O P I T A L Trois IDE Une CDS Une

Plus en détail

Maison Saint Vincent Villa Concha Soins de suite et de réadaptation

Maison Saint Vincent Villa Concha Soins de suite et de réadaptation Maison Saint Vincent Villa Concha Soins de suite et de réadaptation 17 rue d Hapéténia 64 702 Hendaye cedex Tél : 05 59 20 70 33 Fax : 05 59 48 07 63 direction@stvincentconcha.fr Bienvenue Plan d accès

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

Projet médico-social 2013-2017

Projet médico-social 2013-2017 Projet médico-social 2013-2017 C E N T R E H O S P I T A L I E R R É G I O N A L D O R L É A N S Hôpital Porte Madeleine 1, rue Porte Madeleine BP 2439 45032 Orléans cedex 1 Le service social de par ses

Plus en détail

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé Centre Hospitalier de Dreux Pôle Admissions Non Programmées (ANP) PROFIL DE POSTE Cadre de santé Réanimation Polyvalente / Unité de Surveillance Continue (USC) Version n Nombre de pages : Diffusée le :

Plus en détail