Rapport Annuel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport Annuel 2012 3"

Transcription

1 Rapport Annuel 2012

2

3 Rapport Annuel

4 Tables des matières Avant- propos 8 1 Présentation de la Commission des jeux de hasard 12 2 Situation du monde belge des jeux de hasard Licences A (Casinos) Licences B (Salles de jeux) Licences C (Établissements de boisson) Licences D (Personnel) Licences E (Installateurs et réparateurs) Licences F (Paris) Licences G (Jeux médias) Licences + (Instruments de la société de l information) Aspects financiers 29 3 Développements Développements nationaux Développements européens 34 4 PROTECTION DES JOUEURS LISTE DES INTERDITS SYSTEME EPIS ET VERIFICATION DES CLIENTS PROJETS Contrôles et sanctions Contrôles Sanctions 46

5 6 Evaluations techniques - Service Métrologie Situation de l activité Evaluation technique Missions du Service des jeux de hasard Approbation de modèles Contrôles Protocoles d approbation Appareils de tests Liste des jeux autorisés pour les établissements de classes I, II, III et IV Formation des candidats titulaires de licence D Laboratoire Réunions Personnel Site web du Service technique 53 7 Développements règlementaires et jurisprudence Développements règlementaires Jurisprudence Avis 63 8 Le secrétariat et ses moyens Personnel BUDGET Informatique 69 9 Collaborations et participations Collaborations Participations Jeux de hasard dans la presse 77 5

6 6 Conclusion 78 Annexes 80 Questions parlementaires 84 Contact 88

7 Le présent rapport a été établi en application de l article 16 de la loi du 7 mai 1999 sur les jeux de hasard, les paris, les établissements de jeux de hasard et la protection des joueurs et porte sur la période du 1er janvier au 31 décembre Il forme une synthèse des avis émis et des arrêtés royaux publiés au Moniteur belge, ainsi que de toutes les tâches et missions qui ont été remplies par la Commission des jeux de hasard et son secrétariat. Le présent rapport a été approuvé par la Commission des jeux de hasard lors de la réunion du 6 mars Le rapport peut être consulté sur le site: 7

8 Avant- propos 1 VAN CAMPENHOUDT LUC, Appeler les choses par leur nom, Revue Nouvelle et Libre Belgique 9 mars 2012, p LIEVEN SCHEIRE, JELLE DE BEULE, Bellen is tellen Hoe onafhankelijk is de kansspel commissie? Http : //www.standaard.be/article/detail.aspx?articleid=dmf VARONE F., JACOB S., Evaluer l action publique- Etat des lieux et perspectives en Belgique, Academia Press, Gent, 2003 DE VISSCHER C., VARONE F., Evaluer les politiques publiques, Academia Bruylant, Coll. Science Politique p L année 2012 peut être utilisée sous plusieurs angles. Le premier a trait aux développements nationaux, le deuxième à la situation internationale et plus particulièrement aux projets européens et enfin le troisième vise les ferments utiles pour la construction des années qui viennent. Au plan national, l année politique 2012 a été marquée par la mise en œuvre de l accord gouvernemental conclu après une période d affaires courantes de plus d une année et demie. La déclaration gouvernementale se focalise sur des aspects institutionnels et n a pas retenu la politique publique des jeux parmi ses priorités. Pourtant, le cadre réglementaire indispensable pour donner corps à la loi du 10 janvier 2010 sur les jeux de hasard, les paris, les établissements de jeux de hasard et la protection des joueurs (ci-après la loi sur les jeux de hasard) - votée en urgence - apporterait une plus grande cohérence dans les modalités d exécution de cette politique publique, en particulier pour les jeux faisant appel aux services de la société de l information. Pour traiter de la matière des jeux, qui comprend des objectifs éthiques et moraux (protection des personnes vulnérables) mais qui, également, est soumise à des contraintes économiques de rentabilité et de solvabilité, l homme politique doit donner des orientations claires pour éviter des dérives qui sont monnaies courantes dans ce cas particulier. Il faut déplorer un scandale par mois dans un des pays du monde. Chaque fois, l image des autorités publiques nationales est écornée. Pour les associations de protection des joueurs comme pour les entrepreneurs, il ne faut pas se cacher la face. Au contraire, il faut circonscrire clairement la gravité et les difficultés des problèmes à résoudre. Utiliser un jargon indigeste et tortueux serait camoufler les fractures dans les choix et dissimuler les divergences d intérêts. Il ne s agit pas de garder bonne figure face à des espérances différentes de chacun ni de refouler ses propres interrogations dues à un sentiment d impuissance face à la complexité et la gravité des enjeux sociaux et économiques. Dans une telle situation, il faut appeler les choses par leur nom pour pouvoir parler «correctement politique» et non une langue «politiquement correcte» 1. D une manière pratique, quelles sont les répercussions de cette approche pour la Commission des jeux de hasard lorsqu il s agit de créer les conditions de la confiance de la part du gouvernement (a.), de la part des entreprises (b.) ainsi que des citoyens en général et du public vulnérable (c.)? a. Au cours de l année 2012, la confiance de la part du gouvernement a été mise à l épreuve lorsque des insinuations dépourvues de fondement ont été relayées par la presse quotidienne. 2 Un audit a été réclamé. En tout état de cause, après la mise en œuvre d une nouvelle politique publique, un audit se serait imposé 3 pour corriger et améliorer cette politique. Si cet audit était prématuré parce que seule, une partie de la loi avait été mise en œuvre, il était en tout état de cause nécessaire. Le Président de la Chambre des Représentants a confié cette analyse à la Cour des Comptes. Les résultats de cette étude, attendus avec confiance, ne sont pas encore connus au moment de la rédaction de cet avant-propos. D ores et déjà, les recommandations qui seront rendues publiques par la Cour des Comptes constituent un tremplin pour une régulation efficiente axée sur le contrôle. En principe, le gouvernement devrait donc renforcer

9 4 CROZIER M., L entreprise à l écoute, Paris, Fayard, DUPUY F., Sociologie du changement. Pourquoi et comment changer l organisation, Dunod, 2004.p LAUWERS M., Google et Bwin même combat «Les petits belges imposent leurs principes», L Echo, 15 déc p.2 7 MORIN E. et NAIR S., Une politique de civilisation, Arléa, Paris, 1997, p les compétences de la Commission en mettant par exemple en œuvre les dispositions légales ayant trait aux jeux en ligne et aux jeux médias en organisant la protection des joueurs et en fixant une perte horaire individuelle maximale sur les jeux en ligne. Le gouvernement doit rencontrer les plaintes en trouvant un juste équilibre, notamment pour la perte horaire individualisée sur les jeux en ligne et pour les règles de publicité et de promotion. La Commission avait demandé deux études, l une à propos du monitoring des jeux en général et une autre sur la dangerosité des jeux. Ces études ont été différées. Enfin, une Commission des jeux de hasard a besoin de la nomination de membres et d un président de plein exercice pour faire face aux défis qui sont les siens. b. Si, aujourd hui, comme le signale Crozier, les entreprises ont perdu confiance à l égard du monde politique, c est paradoxalement parce que la logique qui prime dans la gestion de l Etat est une logique financière et budgétaire et non plus la recherche d un Etat providence dont un des travers dénoncés par l industrie était une bureaucratie tatillonne et improductive. La Commission des jeux de hasard a assisté au requiem de cette administration et est restée à l écoute 4 et en phase avec la société. Comme dans le cadre des progrès de la mondialisation, le jeu est considéré d une manière générale comme un vulgaire produit de consommation. Il est important que les régulateurs sortent de ces sentiers battus en gardant un profond optimisme dans les opportunités nouvelles et en faisant partager la connaissance des techniques détenue par un monde qui se targue de détenir «les nouvelles clés de l industrie». Par la lutte contre le flou et les redondances 5, la chasse drastique aux situations de rente dont les parvenus gardent le monopole, le législateur, le gouvernement et la Commission des jeux de hasard ont obtenu, du moins au plan des déclarations de principe, d intégrer 6 les opérateurs dans le cadre légal belge des licences de jeux en ligne. Le pragmatisme et le bon sens sont les bases de la cohérence avec les autres types de jeux (paris, jeux de casinos, loterie), tout en favorisant une saine concurrence entre eux. c. Le public reçoit une meilleure information à propos des entreprises qui reçoivent un visage 7, au sujet de leurs flux financiers, de la composition de leur capital, des plaintes et des enquêtes administratives et/ou judiciaires qui en résultent. A propos des compétences actualisées de la Commission, un film de vulgarisation a été réalisé et incorporé dans la formation d e-learning. Par ailleurs, les tiers intéressés peuvent faire interdire les proches d accès aux casinos et aux salles de jeux aussi bien pour les jeux réels que pour les jeux en ligne. La loi de 2010 a permis un retour financier au profit des hippodromes. Pour la première fois, en 2012, les paris mutuels sur les courses à l étranger ont alimenté financièrement les hippodromes. Les fondements d un nouvel élan pour la politique publique en matière des jeux sont réunis, d autant plus que l année 2012 a été une année de réflexion et qu il est rappelé régulièrement que l électeur se prononcera sur les résultats que le gouvernement aura engrangés au cours de 9

10 10 l année En principe, sur proposition du ministre de la justice, Mme. Turtelboom, le gouvernement aura mis en chantier les arrêtés royaux d exécution de la loi et aura libéré les moyens financiers pour faire face aux investissements informatiques et en personnel, tant attendu par la Commission. Lorsque les arrêtés d exécution ont été publiés, la Commission et son secrétariat se sont fait un point d honneur d instruire les dossiers et les plaintes en mettant, pour l année 2012, l accent sur les paris sans oublier les compétences devenues classiques. Plus de clarté, plus de rigueur ont été investis mais l étendue et la complexité des questions méritent d y affecter un personnel plus nombreux qui fait défaut. Sur le plan international, il y a lieu de retenir le plan d action pour les jeux en ligne de la Commission européenne qui s inscrit dans «une volonté de stimuler la croissance et la confiance européenne». La Commission européenne a adressé un court questionnaire à la Belgique. Celle-ci a insisté dans sa réponse sur la nécessité de disposer des moyens de contrôle sur son territoire pour satisfaire d une manière efficace au principe de subsidiarité, compte tenu du fait que le niveau de protection offert aux franges vulnérables par la réglementation belge est sensiblement plus restrictif, plus ciblé et plus évolué que celui des autres pays de l Union (ex.: accès dans les casinos réels et en ligne après enregistrement des plus de 21 ans, interdiction centralisée). La Commission des jeux de hasard apportera loyalement son point de vue, construit sur l expérience acquise pendant la période test. Au niveau international, plusieurs pays proposent leur solution comme modèle. Mais quelques pays ont une idée plus proche de celle de la Belgique sur la question du rôle de la régulation dans le domaine des jeux de hasard. Le rapprochement au sein d un seul organe (European Regulatory Platform) doit être salué et permettra d organiser une approche multidisciplinaire (économie, droit, médecine, criminalité ), de niveau universitaire, et international dans le cadre d une Chaire sur les jeux notamment pour atteindre Plus de lumière de Goethe, c est-à-dire «plus de clarté intellectuelle, de savoir et de vérité». Au sein du Conseil de l Europe, une convention contre la corruption du sport est en cours de négociation. Les résultats sportifs sont en étroit rapport avec les paris. Les fédérations sportives veulent échapper à un contrôle indépendant. Si leurs prétentions aboutissaient, il est clair qu une convention contre la corruption sportive deviendrait sans objet car une vaste zone de non-droit de dimension internationale serait mise en place. Enfin, toujours, pour les jeux en ligne, l année 2012 a été une année de pratique de la liste noire qui reprend les URL des entreprises illégales. Le fait de figurer sur la liste noire a pour conséquence que le joueur reçoit une page d arrêt pour l accès aux sites illégaux de la part des fournisseurs d accès et des hébergeurs de sites. De cette manière, joueurs qui jouaient sur des sites illégaux ont été canalisés vers des sites sécurisés pour les habitants du Royaume. Avant de faire figurer un URL sur la liste noire, un procès-verbal a chaque fois été établi et adressé au parquet. La gestion administrative des très nombreuses licences de paris s est ajoutée aux dossiers classiques (débits de boissons, fournisseurs de jeux, casinos, salles de jeux dont de nombreux renouvellements ont été examinés) et leur contrôle. Leur traitement a contribué à la cohérence des jeux entre eux et à assainir un secteur qui avait été laissé sans encadrement

11 8 Satires, 81 phrase adressée aux Romains incapables de s intéresser à d autres thèmes qu aux distributions gratuites de blés et aux jeux de cirques pendant de nombreuses années. Malgré que le législateur ait souligné l indépendance de la Commission des jeux de hasard et que le secteur des jeux lui fournisse ses moyens financiers en lui permettant d accumuler des réserves sur un fonds, les impératifs budgétaires que le gouvernement s est imposés, ont affecté le travail quotidien de la Commission et de son secrétariat. Une clarification sur les priorités en matière de jeux de hasard s impose pour une plus grande efficacité des services de l Etat qui n est plus un Etat providence mais un Etat où les mots d amer mépris de Juvénal 8 «Panem en circenses» restent d actualité. Le cadre général reste la crise de confiance des citoyens vis-à-vis des institutions politiques nationales et européennes, la crise financière et budgétaire. Des solutions sont possibles si, par exemple, en 2014, les partis font figurer clairement leur option en matière de jeux dans leur programme pour les élections aux différents niveaux: européen ou national. Plus modestement, les groupes politiques (PPE, Socialistes, Libéraux démocrates, Verts) représentés au Parlement européen doivent faire savoir quel sera leur candidat au poste de Commissaire européen pour le marché intérieur afin qu il se positionne au cours de la campagne à propos des jeux en général et des jeux transfrontaliers en particulier. Vu son importance et son impact sur l économie et la santé publique et son implication sur la criminalité, le marché des jeux n est pas anodin et ne peut pas être banalisé. Etienne Marique, Président Le schéma proposé par Herman Van Rompuy pour sortir de la crise budgétaire et financière sera-t-il exporté vers les jeux en ligne? S agirat-il d une supervision au départ de la Commission européenne ou d une supervision croisée avec des règles et des compétences intégrées? Au plan national, ceux qui conduisent les listes doivent prendre position sur le projet de canalisation des jeux. 11

12 1 Présentation de la Commission des jeux de hasard La Commission des jeux de hasard (CJH) fait partie du Service Public Fédéral Justice. Le Ministre de la Justice est en charge de la problématique relative aux jeux de hasard et des relations avec la Commission des jeux de hasard. Sûteré de l Etat INCC Politique criminelle Comité d audit Audit interne Ministre Conseil stratégique & Cellule stratégique Président & Comité de direction Commissions Commission pour l aide aux victimes d actes intentionnels de violence et aux sauveteurs occasionnels Commission des jeux de hasard Service d encadrement Budget, Contrôle de gestion et Logistique Services du Président Centre d information et d avis sur les organisations sectaires nuisibles Service d encadrement Personnel & Organisation (P&O) Moniteur belge Service d encadrement ICT 12 Organigramme SPF Justice Direction générale Organisation judiciaire Direction générale Législation, Droits fondamentaux et Libertés Direction générale Etablissements pénitentiaires Direction générale Maisons de justice

13 La Commission des jeux de hasard est assistée, dans son fonctionnement quotidien, par un secrétariat. Le secrétariat de la Commission des jeux de hasard se compose de différentes cellules qui correspondent aux différentes tâches et compétences accordée à la Commission des jeux de hasard par la loi du 7 mai PrEsident de la Commission des jeux de hasard chef cellule controle + secretariat Police Organigramme du Secrétariat de la Commission des jeux de hasard Cellule Administration Cellule Avis, Recherche & Développement (DAOO) Cellule Protection des joueurs Cellule ICT Cellule Communication Cellule Réunions & Projets Cellule HRM & Sanctions Cellule Évaluation technique Cellule Audit & Budget Cellule Contrôle Cellule Administration Gestion des licences (octroi, retrait, refus, renouvellement) Cellule Avis, Examen & Développement (DAOO) Avis juridique à la Commission des jeux de hasard Gestion du European Regulatory Platform (ERP) Examen fondamental Cellule Protection des joueurs Gestion des dossiers des joueurs interdits Initiatives en matière de protection des joueurs Cellule ICT Gestion et sécurité des applications ICT Cellule Réunions & Projets Réunions de la Commission des jeux de hasard Gestion des projets (e-learning, archivage, études) Cellule HRM & Sanctions Gestion des procédures de sanction des titulaires de licence Gestion des dossiers du personnel Lien avec les services centraux de la Justice Cellule Evaluation technique Approbation de nouveaux appareils de jeu de hasard électroniques Contrôle des jeux de hasard électroniques Cellule Audit & Budget Gestion du budget et économat Gestion des recettes (établissement, perception et recouvrement) et des dépenses Analyses financières indispensables à l octroi et au renouvellement de licences Analyses financières du secteur Audit des comptes des sociétés actives dans le secteur Cellule Contrôle Contrôle des jeux de hasard légaux et illégaux Gestion administrative des contrôles Lien entre les membres de la police fédérale et le secrétariat CJH Cellule Communication Communication interne et externe 13

14 1 9 Dont la composition sera adaptée en La Commission des jeux de hasard est présidée par un magistrat, Etienne Marique. Le président siège avec des représentants de six ministres, dont à chaque fois un francophone et un néerlandophone. Ces derniers ont été nommés par l arrêté royal du 11 janvier 2010 relatif à la composition de la Commission des jeux de hasard 9. Cette composition est applicable pour une durée de 6 ans. Chaque représentant a également un suppléant. La Commission des jeux de hasard se réunit en principe le premier mercredi de chaque mois. 14

15 MS: Membres suppléants Ministre des Finances Demarch C. Sonck L. Monseu C. (MS) Weckhuysen E. (MS) L UNION FAIT LA FORCE Président / Magistrat Etienne Marique Ministre de la Justice Piccin J. Rigolle D. Vanwambeke P. (MS) Flamand M. (MS) Service Public Fédéral FINANCES Ministre de l Intérieur Ministre de l Economie Everard A. Dubois Ph. Dumont H. (MS) Van Den Bossche (MS) Nicolet C. Callu M. Capron B. (MS) Peetermans F. (MS) Ministre de la Santé Publique Ministre du Budget et des Entreprises Publiques Fontinoy JC. Vande Moortel G. Stragier V. (MS) De Busser K. (MS) Gustin D. Moens I. Service Public Davreux S. (MS) Fédéral Bourda A. (MS) L UNION FAIT LA FORCE FINANCES 15

16 2 Situation du monde belge des jeux de hasard 16 La Commission des jeux de hasard délivre des licences de casinos (A) et de casinos en ligne (A+), de salles de jeux (B), de salles de jeux en ligne (B+), de jeux pour les débits de boissons (C), de personnel des casinos et des salles de jeux (D), de fabricants et fournisseurs de jeux (E), d organisation de paris (F1), de paris en ligne (F1+), d acceptation des paris (F2), et de jeux médias (G1) Licences A (Casinos) Généralités Le 21 juin 2011 a eu lieu la publication des premiers arrêtés royaux relatifs aux demandes de licences supplémentaires. La Commission a octroyé les 3 premières licences A+ en sa séance de 8 février 2012 aux casinos de Dinant, Namur et Spa. Les casinos de Bruxelles, Knokke et Blankenberge se sont vu octroyer la licence A+ au cours de l année. Le nombre maximum de licence A+ s élève à 9. L examen de ces dossiers a permis de remettre à jour l ensemble des données administratives et financières de ces casinos. Un suivi particulier de la solvabilité du casino de Bruxelles est toujours en cours. Les responsables de la société Casinos Austria International GMBH ont été entendus à plusieurs reprises par la Commission à ce sujet. Plusieurs scénarios sont à l étude afin d améliorer la solvabilité. En 2012, les casinos ont exploité un maximum de 1590 machines automatiques. Cela représente une augmentation de 75 appareils de jeux par rapport au 31 décembre Blanchiment En 2012, un attaché de la cellule de Contrôle des jeux de hasard a réalisé une enquête sur le blanchiment dans le cadre du stage précédant une nomination définitive. Cette étude a reçu un accueil positif. Elle épinglait plusieurs points névralgiques dans la lutte contre le blanchiment, comme l absence d une définition claire de ce qu est un casino dans le contexte international et l absence de contrôle de l internet. Le secrétariat de la Commission des jeux de hasard a par ailleurs travaillé en étroite collaboration avec la Cellule de traitement des informations financières (CTIF). Des informations sont échangées sur une base structurelle et des réunions sont organisées régulièrement afin d examiner à quels niveaux les deux services peuvent s épauler mutuellement et comment optimaliser l exécution de l arsenal législatif. La Commission des jeux de hasard a pris plusieurs positions, dans le courant de 2012, concernant l autorisation de moyens de paiement modernes comme les nouvelles cartes prépayées. Ils ont chaque fois été confrontés aux règles sur le blanchiment. La Commission des jeux de hasard impose au secteur des jeux de hasard des règles plus strictes que celles qui sont légalement nécessaires. La Commission des jeux de hasard se réjouit que les établissements de jeu de hasard de classe I répondent toujours à leur devoir d information. Les chiffres annuels de la CTIF indiquent qu ils comptent parmi les meilleurs

17 élèves de la classe. La Commission des jeux de hasard prévoit, pour 2013, la poursuite de l établissement de règles en matière de blanchiment tant dans le monde réel que virtuel Licences A+ La Commission a octroyé les premières licences A+ en sa séance du 8 février Au total, 5 licences A+ ont été octroyées Licences B (Salles de jeux) Généralités EUROPEAN AMUSEMENT SA. Les modifications de la loi sur les jeux de hasard introduites par la loi du 10 janvier 2010 prévoient que les titulaires de licences B doivent être réellement en activité. Si la Commission constate une inactivité pendant une période de 6 mois, une procédure de retrait de licence est initiée. C est à ce titre qu un retrait de licence a eu lieu pour l une des salles de jeux Liste d attente La liste d attente a été supprimée en 2011 en concordance avec la nouvelle loi. Un arrêté royal organisera la procédure lorsqu une licence sera disponible. Cet arrêté devrait absolument être publié le plus rapidement possible. d exploitation. Pour qu une demande de déménagement obtienne l approbation de la Commission des jeux de hasard, il convient de vérifier, lors du traitement d un dossier de déménagement, si toutes les dispositions prévues aux articles 36 et 37 de la loi sur les jeux de hasard du 7 mai 1999 sont respectées. A l instar d une demande de licence, l engagement préalablement conclu avec la «nouvelle» commune constitue une condition sine qua non à l approbation d une demande de déménagement. Pendant l année 2012, la Commission des jeux de hasard a approuvé au total 7 demandes de déménagement, à savoir 3 en Wallonie, 4 en Flandre et aucune à Bruxelles. Le déménagement n a pas d effet sur la durée de la licence Licences B+ Au début de l année 2012, les salles de jeux étaient au nombre de 180. Le renouvellement des licences B s est poursuivi en Ainsi, 17 licences ont été renouvelées pour la Wallonie et Bruxelles et 24 pour la Flandre. Tous les dossiers ont été approuvés par la Commission des jeux de hasard. Il est à noter que la société PEBAS SA, détentrice de la licence 3920, a été absorbée par son actionnaire principal Règlement de déménagement A dater du 1er janvier 2009, le règlement de déménagement modifié est entré en vigueur, ce qui implique que les titulaires d une licence B, moyennant approbation de la Commission des jeux de hasard, peuvent désormais déménager vers un lieu extérieur à la commune où se trouve l établissement de jeux de hasard titulaire d une licence. L approbation de déménagement n équivaut en aucun cas à l attribution d une nouvelle licence mais concerne exclusivement une modification d une des modalités de la licence, notamment le lieu La Commission a octroyé les premières licences B+ en sa séance du 28 mars Au total 24 licences B+ ont été octroyées. Aperçu des décisions concernant les licences B Demandes de renouvellement 41 Demandes de déménagement 7 Retrait de licence 1 17

18 Licences C (Établissements de boisson) Généralités Les changements de procédure entrés en vigueur début 2011 sont maintenant bien ancrés. Pour les dossiers faisant l objet d un renouvellement, la garantie est libérée au fur et à mesure du traitement des dossiers et selon la même procédure que les dossiers de cessation d activités. En 2012, quelques villes et communes ont demandé à figurer sur la liste des villes et communes dont l avis du bourgmestre est obligatoire avant l octroi d une licence C. La Commission des jeux de hasard est satisfaite de l implication croissante de ces villes et communes. La tendance de 2011 relative aux demandes formulées par des personnes ne résidant pas encore depuis trois années complètes en Belgique s est poursuivie en Il s agit principalement de personnes provenant d Europe de l Est. La jurisprudence de la Commission des jeux de hasard prévoit que les personnes qui ont été condamnées à une peine d emprisonnement de six mois ou plus au cours des trois dernières années ne peuvent pas bénéficier d une licence. C est pourquoi un certificat de bonne vie et mœurs couvrant cette période est systématiquement exigé. Les personnes qui ne résident pas encore depuis trois années complètes en Belgique doivent fournir une preuve délivrée par les autorités de leur ancien lieu de résidence Concept de «débit de boissons» L article 39 de la loi sur les jeux de hasard spécifie que les établissements de jeux de hasard de classe III ou débits de boissons sont des établissements où des boissons, de quelque nature que ce soit, sont vendues sur place et où deux jeux de hasard maximum sont exploités. La Commission des jeux de hasard a adopté une position claire à propos de la notion de «débit de boissons». A l avenir, la Commission des jeux de hasard appliquera le même concept à propos de la définition d un débit de boissons, que celui appliqué par le SPF Santé publique en matière d interdiction de fumer. Ceci signifie qu un débit de boissons sera défini comme un établissement dont l activité principale et permanente réside exclusivement dans l offre de boissons à consommer sur place, dont des boissons alcoolisées, et où aucune denrée alimentaire autre que des produits préemballés n est proposée à la consommation sur place. Le principal avantage de cette solution réside dans le fait qu il n y aura plus aucune discussion sur le contenu du concept de «débit de boissons» et que ce contenu du terme correspond à la législation anti-tabac, permettant ainsi de créer une plus grande transparence. En outre, on se rapproche ainsi le plus de l objectif initial du législateur tel qu exprimés dans les travaux parlementaires. Pour ce qui est de l attribution de la licence, les codes NACEBEL (débits de boissons) et (cafés et bars) seront autorisés. 18

19 Aperçu des licences C en 2012 Expiration 152 Renouvellement 481 Octroi de licence 1849 Non-recevable 57 Refus de renouvellement 27 Aperçu des licences D en 2012 Octroi de licence 1087 Refus d octroi de la licence 836 Désistement avant octroi 52 Cessation de l activité 218 Retrait de décision (correction administrative) 19 Le système d e-learning ne tient pas suffisamment compte des besoins des exploitants d agences de paris, même si les paris sont malgré tout abordés à différents moments dans le programme actuel de la formation. Un scénario destiné à un module supplémentaire concernant les paris a été élaboré, mais n a pas encore pu être mis en pratique en raison de problèmes budgétaires au sein du SPF Justice. Refus d octroi de la licence 72 Désistement avant octroi 22 Cessation de l activité 1242 Retrait de décision (faillite rapportée, correction administrative) Retrait de licence Licences D (Personnel) Généralités En ce qui concerne les demandeurs de licence D, le système de formation a été modifié en Ce système devrait permettre un traitement plus rapide des demandes et permettra aux demandeurs de suivre la formation à leur rythme sans devoir se déplacer à Bruxelles E-learning En 2012, le projet d e-learning tournait à plein régime. Non moins de personnes ont été invitées à prendre part à cette formation, dont francophones et 639 néerlandophones. Environ trois quarts des candidats ont finalement passé l examen. Plus de 90% d entre eux ont réussi l examen et se sont donc vu attribuer une licence D. La Commission des jeux de hasard a reçu une vingtaine de réclamations concernant ce trajet de formation. Il s agissait généralement de candidats qui s étaient connectés plusieurs fois au système. Le trajet de formation a été traduit en allemand et mis en ligne. L examen proprement dit ne peut toutefois être subi qu en néerlandais ou en français. La version allemande a été bien accueillie au sein de la Communauté germanophone et parmi les candidats qui maîtrisaient mieux la langue allemande que le néerlandais ou le français Licences E (Installateurs et réparateurs) Nouvelles demandes Au cours de l année 2012, la Commission a octroyé 14 licences E. Un grand nombre de ces dossiers a été introduit par des sociétés étrangères en vue de développer une activité sur internet en collaboration avec un titulaire de licence A, B ou F Renouvellement de licence Le renouvellement des licences E, commencé en 2010, s est poursuivi au cours de l année Ainsi, 62 licences francophones et 34 licences néerlandophones ont été renouvelées. Pour certaines de ces licences, les titulaires 19

20 2 10 M.B. 29 décembre ont dû entreprendre des actions demandées par le secrétariat pour atteindre leur ratio de solvabilité, d autres ont dû augmenter leur garantie déposée auprès de la Caisse des dépôts et consignations eu égard au nombre de machines exploitées, etc. Une licence n a pas été renouvelée en Plusieurs sanctions ont été prises à l encontre de détenteurs de licence E. Le détail est repris dans le chapitre V: Contrôle et sanctions. Aperçu des licences E en 2012 Expiration 2 Renouvellement 96 Octroi de licence 14 Refus de renouvellement 3 Refus d octroi de la licence 2 Désistement avant octroi 3 Cessation de l'activité 3 Retrait de licence Licences F (Paris) A partir du 1er janvier 2011, la Commission des jeux de hasard est devenue compétente pour la délivrance de licences aux organisateurs de paris (licence F1) ainsi qu aux endroits où sont engagés les paris (licence F2). Une période transitoire a été prévue à l article 76/1 de la loi coordonnée du 7 mai 1999 qui stipule que : «Les organisateurs de paris existants qui peuvent prouver au moyen d une attestation du service public fédéral finances qu ils ont satisfait à leurs obligations fiscales, peuvent poursuivre leurs activités jusqu à la décision de la Commission concernant l octroi de la licence F1, sous réserve du paiement d une garantie et du dépôt d un dossier complet et correct dans un délai de deux mois à compter de l entrée en vigueur de la présente loi [ ] Les établissements de jeux de hasard fixes et mobiles de classe IV et les intermédiaires spéciaux visés à l article 43/4, 5, qui sont correctement déclarés auprès du service public fédéral Finances et qui offrent des paris pour lesquels l organisateur a respecté ses obligations fiscales, peuvent poursuivre leurs activités jusqu à la décision de la Commission concernant l octroi d une licence F2, sous réserve du paiement d une garantie par l organisateur des paris dont ils offrent les paris et du dépôt d un dossier complet et correct dans un délai de deux mois à compter de l entrée en vigueur de la présente disposition.» Ainsi, les personnes qui étaient actives avant le pouvaient introduire un dossier auprès de la Commission jusqu au afin de bénéficier des mesures transitoires et continuer leur exploitation Licences F1 Le nombre de licences F1 qui peuvent être octroyées est limité à 34 par un arrêté royal du 22 décembre Les 34 licences ont été octroyées en Toutefois, une société a décidé de se désister de sa licence. Une place est donc libre. La procédure prévue par l arrêté royal du 22 décembre 2010 sera appliquée pour l octroi de cette licence.

LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS

LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS Présentation, Points principaux, Analyse, Fiscalité Bruxelles, 18.11.2010 Thibault Verbiest www.ulys.net Avocat aux barreaux de Bruxelles et de

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Protection des joueurs. Etienne Marique Magistrat Président de la Commission belge des jeux de hasard

Protection des joueurs. Etienne Marique Magistrat Président de la Commission belge des jeux de hasard Protection des joueurs Etienne Marique Magistrat Président de la Commission belge des jeux de hasard Contenu Commission des jeux en Belgique Comment la technologie de l information aide-t-elle à la protection

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

Le téléspectateur peut participer au jeu, à ses frais, autant de fois qu'il le souhaite. Il lui est conseillé de jouer raisonnablement.

Le téléspectateur peut participer au jeu, à ses frais, autant de fois qu'il le souhaite. Il lui est conseillé de jouer raisonnablement. Règlement du jeu «LE GRAND JEU DE L ETE» 1. Objet du jeu Entre le lundi 2 juillet et le dimanche 2 septembre 2007, à l occasion de la présentation d un message de promotion diffusé notamment dans les émissions

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection PROCEDURE NEGOCIEE AVEC PUBLICITE PREALABLE POUR UNE MISSION DE CONSEIL ET D APPUI EN MATIÈRE DE L'ÉLABORATION D'UN CADRE GÉNÉRAL CONCERNANT

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration La société ROCOLUC S.A. est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales et de la santé Décret n Relatif à la procédure de mise en concurrence des organismes dans le cadre de la recommandation prévue par l article L. 912-1

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017 Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Article 1er Objet : 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Dossier de Presse 3 juillet 2009. Publicité et Jeux d argent

Dossier de Presse 3 juillet 2009. Publicité et Jeux d argent Dossier de Presse 3 juillet 2009 Publicité et Jeux d argent 1 Sommaire Le marché des jeux en France p.3 Le dispositif de régulation professionnelle de la publicité p.4 Elaboration de la nouvelle Recommandation

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET 266 (2014-2015) N 2 266 (2014-2015) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET portant assentiment à l accord de coopération du 15 juillet 2014 entre l État fédéral, la Région

Plus en détail

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE AVIS (BRUGEL-AVIS-2011-109) relatif aux clients protégés ne répondant plus aux conditions d'application initiales. Etabli en application

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME le 18 novembre 2004)

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

Règlement intérieur de l association Graines de Fermiers

Règlement intérieur de l association Graines de Fermiers Règlement intérieur de l association Graines de Fermiers Ce règlement intérieur complète et précise les statuts de l association Graines de Fermiers. Il s applique obligatoirement à l'ensemble des membres

Plus en détail

Chapitre I er Définitions. Article 1 er

Chapitre I er Définitions. Article 1 er Arrêté royal du 20 janvier 2003 fixant le programme, les conditions et le jury de l examen pratique d aptitude des «comptables agréés» et «comptables-fiscalistes agréés» Source : Arrêté royal du 20 janvier

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Avis A. 1123. sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement

Avis A. 1123. sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement Avis A. 1123 sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement Adopté par le Bureau du CESW le 24 juin 2013 INTRODUCTION Le 8 avril 2013, le Président

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE FICHE 9 - L ELABORATION DU BUDGET La loi de finances de l année fait l objet d une double élaboration. Le projet est préparé par les différents ministères parmi lesquels le ministère des Finances joue

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Source : Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

CONVENTION D ACCUEIL

CONVENTION D ACCUEIL CONVENTION D ACCUEIL ENTRE L'UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel 4 Place Jussieu 75252 PARIS Cedex 05 représentée par son Président,

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration L opérateur est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d exploiter,

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique.

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique. Henri WATERVAL Responsable formation supervision Conseiller Service Expertise Direction Générale des Maisons de Justice Service Public Fédéral Justice Belgique La formation initiale des assistants de justice

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Cette directive doit encore être transposée dans le droit belge. Le délai de transposition expire le 30 avril 2006.

Cette directive doit encore être transposée dans le droit belge. Le délai de transposition expire le 30 avril 2006. Date: 10-05-2006 M.B. : 26-05-2006 Circulaire relative au dépassement du délai de transposition de la directive 2004/38 relative au séjour des ressortissants U.E. et des membres de leur famille Prolongation

Plus en détail

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Mis en place par conseil d administration, le comité responsable des ressources humaines et de la rémunération (le «comité») a pour mission d élaborer la philosophie et les lignes directrices de la société

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE Le présent règlement intérieur a pour objectif de fixer les modalités d organisation et de fonctionnement du fonds français pour l

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014. L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes :

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014. L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes : RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014 I PRESENTATION DU CABINET 1.1. - Description des entités CAC L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes : - La Société FIDECOMPTA

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise SYNTHESE Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise Degré élevé de solidarité mentionné à l article L912-1 du code de la sécurité

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers

Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers Ratio legis du règlement relatif à la formation professionnelle permanente: Le Conseil national plaide pour un

Plus en détail

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 7 SEPTEMBRE 2015 2015/A.1231 I. Introduction Le 4

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

PROGRAMME DE TRANSITION PROFESSIONNELLE GUIDE DE COLLABORATION. Guide de collaboration

PROGRAMME DE TRANSITION PROFESSIONNELLE GUIDE DE COLLABORATION. Guide de collaboration PROGRAMME DE TRANSITION PROFESSIONNELLE Guide de collaboration Table des matières I. Concernant la base de données PTP... 3 1. Modalités de transmission des informations... 3 2. Mise à jour... 3 II. Concernant

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Le rôle du Service Public de Wallonie

Le rôle du Service Public de Wallonie La nouvelle réglementation wallonne pour les services de taxis et de location de voitures avec chauffeur Le rôle du Service Public de Wallonie SPW- DGO2 - Direction du Transport de personnes Florence Wathelet

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

MODIFICATIONS DU REGLEMENT FÉDÉRAL RELATIF À L ACTIVITÉ D AGENT SPORTIF DU RUGBY

MODIFICATIONS DU REGLEMENT FÉDÉRAL RELATIF À L ACTIVITÉ D AGENT SPORTIF DU RUGBY Marcoussis, le 29 mai 2013 AVIS HEBDOMADAIRE n 960 MODIFICATIONS DU REGLEMENT FÉDÉRAL RELATIF À L ACTIVITÉ D AGENT SPORTIF DU RUGBY La loi du 1er février 2012 visant à renforcer l éthique du sport et les

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

Permis d exploitation et de la concession minière

Permis d exploitation et de la concession minière Permis d exploitation et de la concession minière CODE: CS/10 DERNIERE ACTUALISATION: Novembre 2012 DESCRIPTION: L exploitation minière se définit comme l ensemble des travaux géologiques et miniers par

Plus en détail

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 811.11 du 19 décembre 1877 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006 d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants LE CONSEIL D ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu l ordonnance fédérale du 19 octobre 1977 réglant

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

Règlement concernant l exploitation des jeux automatiques d argent dans les casinos (Règlement sur les machines à sous)

Règlement concernant l exploitation des jeux automatiques d argent dans les casinos (Règlement sur les machines à sous) - - 90.0 Règlement concernant l exploitation des jeux automatiques d argent dans les casinos (Règlement sur les machines à sous) du 6 décembre 998 Le Conseil d'etat du canton du Valais vu l art. 48bis

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

1 La base légale de l intervention de l ARJEL

1 La base légale de l intervention de l ARJEL Bilan de l action de l ARJEL en matière de lutte contre les sites illégaux de jeux en ligne au 1 er Mars 2013 1 1 La base légale de l intervention de l ARJEL La loi n 2010-476 du 12 mai 2010 impose l encadrement

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

statuts clong-volontariat Modifiés en assemblée générale le 11 avril 2005 comité de liaison d organisations non gouvernementales de volontariat

statuts clong-volontariat Modifiés en assemblée générale le 11 avril 2005 comité de liaison d organisations non gouvernementales de volontariat clong-volontariat comité de liaison d organisations non gouvernementales de volontariat statuts Modifiés en assemblée générale le 11 avril 2005 14, passage Dubail - 75010 PARIS - tél. : 01 42 05 63 00

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 : constitution, dénomination, objet Il est fondé entre

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

ACCORD-CADRE 2008-2011

ACCORD-CADRE 2008-2011 ACCORD-CADRE 2008-2011 ENTRE : L INSTITUT NATIONAL DE PREVENTION ET D EDUCATION POUR LA SANTE (INPES), Etablissement public administratif, situé 42, boulevard de la Libération 93203 Saint-Denis cedex,

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail