COUR DU BANC DE LA REINE DU MANITOBA MÉMOIRE DE CONFÉRENCE PRÉPARATOIRE AU PROCÈS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COUR DU BANC DE LA REINE DU MANITOBA MÉMOIRE DE CONFÉRENCE PRÉPARATOIRE AU PROCÈS"

Transcription

1 COUR DU BANC DE LA REINE DU MANITOBA MÉMOIRE DE CONFÉRENCE PRÉPARATOIRE AU PROCÈS REMARQUES 1. Cette formule doit être déposée par le procureur de la Couronne désigné et par l avocat de chacune des personnes accusées avant la première conférence préparatoire au procès. 2. Le procureur de la Couronne et l avocat de la défense sont encouragés à discuter ensemble des questions qui seront examinées à la conférence préparatoire au procès en prévision de cette conférence. 3. Les avocats doivent faire connaître leur position sur chaque point en litige et s abstenir d inscrire des formules telles que «à venir», «à déterminer», etc. 4. La Couronne doit déposer et signifier cette formule à l avocat de la défense au plus tard 10 jours avant la conférence préparatoire au procès. L avocat de la défense doit déposer et signifier son rapport au procureur de la Couronne au plus tard cinq jours avant la conférence préparatoire au procès, que la Couronne ait déposé une formule ou non. Si la Couronne n a pas déposé la formule ou si elle l a déposée en retard, l avocat de la défense doit remplir les champs de la formule dans la mesure du possible. 5. Si, après la conférence préparatoire au procès, une partie modifie la position qu elle avait prise dans la présente formule, elle doit en aviser par écrit l autre partie et le juge présidant la conférence préparatoire. 6. La Couronne doit joindre à sa copie du rapport un bref synopsis des allégations et de la position de la Couronne. Si la Couronne soutient que l accusé est passible, à titre de partie, d une peine, elle doit indiquer sur quel article du Code elle s appuie.

2

3 COUR DU BANC DE LA REINE Centre de N o de dossier ENTRE : SA MAJESTÉ LA REINE ET (préciser le nom de l accusé) Mémoire préparatoire au procès de la DOCUMENT DU DOSSIER B (nom, adresse, numéros de téléphone et de télécopieur de la partie qui dépose)

4

5 LA REINE c. N o de dossier de la Cour du Banc de la Reine Rapport de la Couronne établi par : Rapport de la défense établi par : (Procureur représentant :, s il y a plusieurs accusés.) Les procureurs ont-ils discuté des questions soulevées dans la présente formule après le renvoi de l accusé au procès? Inculpations : Choix : Juge et jury Juge seul Prévoit-on un nouveau choix? La Couronne donnera-t-elle son consentement? 1. Chronologie : 2. Mode de mise en liberté provisoire par voie judiciaire a) Dates des infractions : a) L accusé est-il détenu relativement à ces inculpations? b) Date de l arrestation : b) L accusé est-il détenu relativement à d autres infractions? c) Date du renvoi au procès : d) Date du dépôt de l acte d accusation : 3. Enquête préliminaire : Renonciation : Durée : Transcription demandée

6 DIVULGATION 4. Divulgation : Complète : a) Questions non réglées : b) Quand la divulgation pendante sera-t-elle fournie à la défense? 5. Demande de communication de dossiers entre les mains de tiers a) Arrêts invoqués : art Oui Non O Connor b) Nature des documents : c) Durée estimative du voir dire : 6. La Couronne entend-elle demander la révocation de l avocat de l accusé commis au dossier (par exemple, en alléguant un conflit d intérêt)? Si oui, veuillez fournir des explications. TROUBLES MENTAUX 7. a) La question de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux sera-t-elle soulevée au procès? Par la Couronne? Par la défense? b) Dans l affirmative, la partie adverse s opposera-t-elle à la demande? c) Soulèvera-t-on la question de l aptitude de l accusé à subir son procès? NOUVEAUX PROCÈS 8. S il s agit d un nouveau procès concernant une inculpation pour laquelle il y a eu un avortement de procès, l avocat soulèvera-t-il la question des décisions en matière de preuve du procès précédent (Code, art )? QUESTIONS PRÉPARATOIRES AU PROCÈS 9. Requêtes préliminaires a) Requête en annulation de l acte d accusation ou requête en annulation d un ou de plusieurs chefs d accusation

7 b) Requête en séparation des chefs d accusation c) Requête en séparation des accusés d) Requête en renvoi devant un autre tribunal e) Requête en modifications f) Autres requêtes 10. Questions concernant la Charte qui n ont pas trait aux éléments de preuve : a) Contestation d une loi ou d une disposition de la common law b) Précisions : c) La contestation peut-elle être entendue avant le procès? Si oui, d après quel fondement probatoire? d) Demande de réparation en vertu du paragraphe 24(1) : e) Motifs : f) L Avis de question constitutionnelle a-t-il été signifié? g) Durée estimative de l audience concernant la demande : 11. Demande d exclusion d éléments de preuve en vertu du par. 24(2) de la Charte : a) Éléments de preuve pour lesquels une demande sera formulée : b) Articles de la Charte sur lesquels s appuie la demande : c) Aperçu de la position de la défense : d) Aperçu de la position de la Couronne :

8 e) Durée estimative du voir dire : 12. Communications privées interceptées a) La Couronne entend-elle présenter des éléments de preuve obtenus par écoute électronique? b) Aperçu de la preuve : c) La défense demandera-t-elle un voir dire sur son admissibilité? d) La défense demandera-t-elle à ouvrir le paquet scellé? e) Aperçu de la position de la défense : f) La défense déposera-t-elle une demande d audience de type Garofoli? g) L identification de la voix pose-t-elle problème? h) Durée estimative du voir dire : 13. Déclarations de l accusé a) La Couronne présentera-t-elle une déclaration de l accusé dans le cadre de la cause? Oui Non b) La Couronne désire-t-elle se servir de cette déclaration pour contre-interroger l accusé? c) Forme de la déclaration : Orale Écrite Enregistrement audio Enregistrement vidéo d) La défense conteste-t-elle l admissibilité des déclarations? e) Questions examinées en voir dire : qualité de personne en autorité du destinataire : caractère volontaire : al. 10a) : al. 10b) : art. 7 :

9 f) Bref sommaire de la position de la défense : g) Si la déclaration est sur un enregistrement audio ou vidéo, une transcription a-t-elle été fournie à la défense? h) S il faut examiner des questions sur la Charte et le caractère volontaire, les procureurs conviennent-ils que la tenue d un voir dire mixte est appropriée? Couronne : Défense : i) Durée estimative du voir dire : 14. Dépositions de témoins a) La Couronne entend-elle présenter des témoignages ou des dépositions antérieurement recueillis de témoins en vertu des articles 715, ou du Code? Si oui, veuillez fournir des détails. b) La défense conteste-t-elle l admissibilité des preuves ou des dépositions? 15. Exception raisonnée à la règle du ouï-dire / Demandes de type K.G.B. a) La Couronne entend-elle présenter des éléments de preuve en invoquant l exception raisonnée à la règle du ouï-dire? b) Dans l affirmative, quelle est la nature de la preuve? c) La défense en conteste-t-elle l admissibilité? d) À quel mode de présentation de la preuve la Couronne entend-elle recourir lors du voir dire? (i) Témoignages de vive voix (ii) Exposé conjoint des faits (iii) Dépositions de témoins (iv) Transcriptions e) Durée estimative du voir dire : 16. Témoins experts a) La Couronne entend-elle appeler des témoins experts ou présenter des rapports de l expertise? b) Domaine(s) d expertise :

10 c) Questions auxquelles se rapportent les témoignages : d) La défense conteste-t-elle l admissibilité des témoignages d experts? e) La défense conteste-t-elle l expertise des témoins? f) Durée estimative du voir dire : 17. Preuve de faits similaires a) La Couronne entend-elle présenter des preuves d actes analogues de l accusé? b) Nature de la preuve : c) La Couronne cherche-t-elle à déterminer l admissibilité dans le cadre d une demande préalable à la conférence préparatoire? d) La défense conteste-t-elle l admissibilité de la preuve? e) À quel mode de présentation de la preuve la Couronne entend-elle recourir lors du voir dire? (i) Témoignages de vive voix (ii) Exposé conjoint des faits (iii) Dépositions de témoins (iv) Transcriptions f) Durée estimative du voir dire : g) La Couronne entend-elle présenter la preuve d actes analogues en se fondant sur les chefs d accusation? 18. Experts appelés par la défense a) La défense entend-elle appeler des témoins experts? b) Domaine d expertise : c) Questions auxquelles se rapportent les témoignages :

11 d) La Couronne conteste-t-elle l admissibilité des témoignages d experts? e) La Couronne conteste-t-elle l expertise des témoins? f) Durée estimative du voir dire : 19. Procès concernant des agressions sexuelles art. 276 a) L avocat de la défense entend-il contre-interroger la partie plaignante sur son comportement sexuel antérieur? b) Nature de la preuve : c) Mode de preuve par lequel la défense entend étayer sa demande : d) Durée estimative du voir dire : 20. Autres questions qui pourraient devoir être tranchées avant le procès a) b) Un voir dire sera-t-il nécessaire? QUESTIONS SOULEVÉES AU PROCÈS 21. Devrait-on s attendre à ce que les questions en litige et les moyens de défense suivants soient soulevés? Identité Intoxication par la drogue ou par l alcool Accident Alibi Croyance sincère, mais erronée au consentement Légitime défense Provocation Automatisme Contrainte par menaces Autre

12 22. Parmi les points suivants, quels sont ceux qui sont admis par l accusé? Juridiction Identité de l accusé Date de l infraction ou des infractions Continuité de la possession des pièces Droit de propriété des biens faisant l objet de l infraction Valeur des biens faisant l objet de l infraction Décès ou lésions causés par l accusé Nature de la drogue (infractions relatives à la Loi réglementant certaines drogues et autres substances) Vu la quantité de drogue, la possession «en vue d en faire le trafic» (infractions relatives à la Loi réglementant certaines drogues et autres substances) Valeur de la drogue (infractions relatives à la Loi réglementant certaines drogues et autres substances) 23. Autres admissions quant aux faits, à la preuve ou au droit demandées par la Couronne ou concédées par la défense : La défense est-elle d accord? Habilité des témoins a) La Couronne ou la défense entend-elle assigner des témoins enfants? b) La Couronne ou la défense entend-elle remettre en question la capacité d un témoin à témoigner? c) Nom du témoin et motif de la contestation : 25. Personne de confiance a) La présence d une personne de confiance, conformément à l article 486.1, ou la présence d un dispositif (par exemple, un écran), suivant l article 486.2, seront-elles requises pour un témoin de la Couronne? b) Précisions :

13 c) La défense s oppose-t-elle à l ordonnance ou aux ordonnances? 26. Ordonnances de non-publication a) L une ou l autre partie entend-elle demander des ordonnances visant à interdire la publication de renseignements? Couronne Défense b) Si oui, veuillez préciser l ordonnance demandée, les médias à aviser, la date et l heure de l audience et sa durée estimative : c) L autre partie s oppose-t-elle à la demande? d) En cas d opposition à l ordonnance ou à la demande, veuillez préciser la durée estimative de l audience : 27. Questions de privilèges La reconnaissance d un privilège à l égard d une preuve sera-t-elle demandée? Si oui, veuillez fournir des explications. 28. Autres questions de droit qui pourraient, de l avis de l avocat, être soulevées au cours du procès : 29. Récusation motivée : a) La Couronne souhaite-t-elle faire une récusation motivée des jurés? Motifs : b) La défense souhaite-t-elle faire une récusation motivée des jurés? Motifs : 30. Interprètes a) L accusé a-t-il besoin d un interprète? b) Dans l affirmative, précisez la ou les langues : c) Certains témoins de la Couronne ont-ils besoin d un interprète?

14 d) Dans l affirmative, précisez la ou les langues : 31. Matériel spécial requis en salle d audience Requiert-on la présence de matériel spécial (par exemple, des appareils vidéo)? 32. Mesures de sécurité en salle d audience a) L une ou l autre des parties estime-t-elle que la cause présente des risques pour la sécurité dans la salle d audience? b) Précisions : 33. Autres questions potentiellement litigieuses 34. Estimation des durées a) Nombre prévu de témoins de la Couronne : b) Durée estimative de la cause de la Couronne : c) Durée estimative de la cause de la défense : Date : Signature :

7. À moins d indication contraire, une référence à un article ou un paragraphe dans le présent formulaire est une référence au Code criminel.

7. À moins d indication contraire, une référence à un article ou un paragraphe dans le présent formulaire est une référence au Code criminel. (Code criminel, art. 625.1, Règles de procédure en matière criminelle, Règle 28) ONTARIO COUR SUPERIEURE DE JUSTICE Région REMARQUES : N du dossier de la cour (s'il est connu) 1. La présente formule doit,

Plus en détail

Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO

Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario Annexe 2 ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO CODE DE PROCÉDURE DU COMITÉ DE DISCIPLINE Adoptée par l

Plus en détail

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION Article premier En l absence de traités, les conditions, la procédure et les effets

Plus en détail

FORMULE 70S.1 EXPOSÉ INFORMATIF DE LA GESTION DE LA CAUSE (SAUF POUR UNE MOTION EN MODIFICATION D UNE ORDONNANCE DÉFINITIVE)

FORMULE 70S.1 EXPOSÉ INFORMATIF DE LA GESTION DE LA CAUSE (SAUF POUR UNE MOTION EN MODIFICATION D UNE ORDONNANCE DÉFINITIVE) ANNEXE Q: Exposé informatif de la gestion de la cause (vierge) FORMULE 70S.1 N o de dossier DF COUR DU BANC DE LA REINE (Division de la famille) Centre de ENTRE : - et - requérant(e), intimé(e). Déposé

Plus en détail

Le droit criminel en bref

Le droit criminel en bref Le droit criminel en bref Avec le soutien financier de Les opinions exprimées ne représentent pas nécessairement la position officielle du gouvernement de l Ontario. 1 Campagne Femmes ontariennes et droit

Plus en détail

Modifications du Code de l arbitrage en matière de Sport (entrée en vigueur le 1.1.2012)

Modifications du Code de l arbitrage en matière de Sport (entrée en vigueur le 1.1.2012) Modifications du Code de l arbitrage en matière de Sport (entrée en vigueur le 1.1.2012) S5 Les membres du CIAS sont désignés pour une période renouvelable de quatre ans. Les nominations doivent avoir

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison?

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison? Chapitre 2 : La police Partie 1: Contact avec la police 1. Quand puis-je être en contact avec la police? La police pourrait entrer en contact avec toi si elle a des motifs raisonnables de croire que tu

Plus en détail

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc.

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc. Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Aller en cour : déroulement d un procès au criminel Si vous avez été accusé d un crime et que votre dossier n a pas été écarté du système

Plus en détail

DEVANT LA COUR SUPRÊME DU CANADA. (En appel d un jugement de la Cour d appel de la province de Québec) PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA

DEVANT LA COUR SUPRÊME DU CANADA. (En appel d un jugement de la Cour d appel de la province de Québec) PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA N 35892 DEVANT LA COUR SUPRÊME DU CANADA (En appel d un jugement de la Cour d appel de la province de Québec) ENTRE : PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA et AGENCE DU REVENU DU CANADA DEMANDEURS (Appelants) ET

Plus en détail

AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION

AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION Introduction Le Code criminel confère au ministre de la Justice du Canada le pouvoir de réviser une condamnation pour une infraction à une

Plus en détail

PROGRAMME D AGRÉMENT DES SPÉCIALISTES NORMES D AGRÉMENT DROIT DE LA FAMILLE

PROGRAMME D AGRÉMENT DES SPÉCIALISTES NORMES D AGRÉMENT DROIT DE LA FAMILLE PROGRAMME D AGRÉMENT DES SPÉCIALISTES NORMES D AGRÉMENT DROIT DE LA FAMILLE Définition de la spécialisation en droit de la famille 1. La pratique du droit de la famille concerne tous les aspects des relations

Plus en détail

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Capsule juridique Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Au Canada, le taux d incarcération des adolescents est plus élevé que chez les adultes. Environ 80 pour cent des peines de placement

Plus en détail

LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON?

LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON? LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON? Certaines expertises conduites durant les procédures judiciaires peuvent donner lieu à la question prioritaire de

Plus en détail

FORMULE 70A N o de dossier DF REQUÊTE EN DIVORCE COUR DU BANC DE LA REINE (DIVISION DE LA FAMILLE) Centre de

FORMULE 70A N o de dossier DF REQUÊTE EN DIVORCE COUR DU BANC DE LA REINE (DIVISION DE LA FAMILLE) Centre de FORMULE 70A N o de dossier DF REQUÊTE EN DIVORCE COUR DU BANC DE LA REINE (DIVISION DE LA FAMILLE) Centre de ENTRE : (nom au complet), requérant(e), et (nom au complet), intimé(e). REQUÊTE EN DIVORCE À

Plus en détail

COUR DU BANC DE LA REINE (Division de la famille) Centre de

COUR DU BANC DE LA REINE (Division de la famille) Centre de Formule 70S page 1 de 5 COUR DU BANC DE LA REINE (Division de la famille) Centre de ENTRE : requérant et intimé EXPOSÉ INFORMATIF DE LA GESTION DE LA CAUSE Déposé par (le requérant/l'intimé) Date de la

Plus en détail

DÉCLARATION COMMUNE DE DOSSIER COMPLET NOTES PRÉLIMINAIRES IDENTIFICATION DES PARTIES ET DE LEURS AVOCATS

DÉCLARATION COMMUNE DE DOSSIER COMPLET NOTES PRÉLIMINAIRES IDENTIFICATION DES PARTIES ET DE LEURS AVOCATS CANADA PROVINCE DE QUÉBEC district de NO : COUR SUPÉRIEURE CHAMBRE DATE : DÉCLARATION COMMUNE DE DOSSIER COMPLET NOTES PRÉLIMINAIRES La déclaration commune de dossier complet a été conçue afin de réduire

Plus en détail

ART. 11 DE LA LOI DU 31 DECEMBRE 1971 MODIFIEE

ART. 11 DE LA LOI DU 31 DECEMBRE 1971 MODIFIEE ART. 11 DE LA LOI DU 31 DECEMBRE 1971 MODIFIEE Nul ne peut accéder à la profession d avocat s il ne remplit les conditions suivantes : 1 - Être français, ressortissant d un État membre des Communautés

Plus en détail

PROCÉDURE DE MISE EN LIBERTÉ PROVISOIRE PAR VOIE JUDICIAIRE

PROCÉDURE DE MISE EN LIBERTÉ PROVISOIRE PAR VOIE JUDICIAIRE PROCÉDURE DE MISE EN LIBERTÉ PROVISOIRE PAR VOIE JUDICIAIRE INTRODUCTION But de cette liste et mise à jour. Cette liste de contrôle est à l usage de l avocat de la défense, mais l article 2.11 (préparation

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. PRÉFACE... vii À PROPOS DES AUTEURS... ix INTRODUCTION... 1

TABLE DES MATIÈRES. PRÉFACE... vii À PROPOS DES AUTEURS... ix INTRODUCTION... 1 TABLE DES MATIÈRES PRÉFACE... vii À PROPOS DES AUTEURS... ix INTRODUCTION... 1 CHAPITRE 1 ORGANISATION ET COMPÉTENCE DES COURS FÉDÉRALES I. ORGANISATION DES COURS FÉDÉRALES... 7 A. Maintien... 7 B. Composition

Plus en détail

RÈGLE 39 OFFRE DE RÈGLEMENT AMIABLE

RÈGLE 39 OFFRE DE RÈGLEMENT AMIABLE RÈGLE 39 OFFRE DE RÈGLEMENT AMIABLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Applicabilité «défendeur» Vise également l intimé. ("defendant") «demandeur» Vise également

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC

COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC AVIS CONSOLIDÉS AUX MEMBRES DU BARREAU REQUÊTE PRÉSENTABLE EN CHAMBRE DE PRATIQUE FAMILIALE 1. Présentation de requêtes en chambre de pratique: 1.1 Pour faciliter la tâche du

Plus en détail

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Numéro du document : 1209-04 Adoptée par la résolution : 109 1209 En date du : 8 décembre 2009 Remplacée

Plus en détail

TIERS ET PROCÉDURE Journées internationales Henri Capitant Panama 2015 Claude Champagne, Juge à la Cour supérieure du Québec

TIERS ET PROCÉDURE Journées internationales Henri Capitant Panama 2015 Claude Champagne, Juge à la Cour supérieure du Québec TIERS ET PROCÉDURE Journées internationales Henri Capitant Panama 2015 Claude Champagne, Juge à la Cour supérieure du Québec INTRODUCTION Ø Le procès implique seulement les parties, normalement, il ne

Plus en détail

REFERE ADMINISTRATIF

REFERE ADMINISTRATIF REFERE ADMINISTRATIF Les procédures de référé permettent d obtenir du juge - plus précisément du «juge des référés» - et dans un délai plus ou moins rapide des mesures provisoires ou conservatoires c est-à-dire

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : J. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 248 No d appel : 2013-0091 ENTRE : J. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs S O M M A I R E Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs Page 1 CHAPITRE I Dispositions générales page 1 CHAPITRE II Organisation et compétence page 1 CHAPITRE III Procédures page 2

Plus en détail

CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008

CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008 DOCUMENT OFFICIEL CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008 Service des ressources humaines www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

LA PROCÉDURE PRUD HOMALE

LA PROCÉDURE PRUD HOMALE LA PROCÉDURE PRUD HOMALE Le conseil de Prud hommes est compétent pour juger des litiges nés à l occasion du contrat de travail. La procédure comprend deux phases distinctes : la tentative de conciliation

Plus en détail

CERTIFICAT DE CAPACITE PROFESSIONNELLE DE CONDUCTEUR DE TAXI

CERTIFICAT DE CAPACITE PROFESSIONNELLE DE CONDUCTEUR DE TAXI CERTIFICAT DE CAPACITE PROFESSIONNELLE DE CONDUCTEUR DE TAXI DOSSIER D INSCRIPTION (arrêté ministériel du 3 mars 2009) A RENVOYER, À : PREFECTURE DE L ORNE BUREAU DES USAGERS DE LA ROUTE (SERVICE TAXI)

Plus en détail

Préface...vii À propos des auteurs...xi. I. Compétence, rôle et pouvoirs de la Cour d appel...4. Odette Jobin-Laberge Introduction...

Préface...vii À propos des auteurs...xi. I. Compétence, rôle et pouvoirs de la Cour d appel...4. Odette Jobin-Laberge Introduction... TABLE DES MATIÈRES Préface...vii À propos des auteurs...xi PARTIE I APPEL À LA COUR D APPEL DU QUÉBEC CHAPITRE 1 Compétence, rôle et pouvoirs généraux de la Cour d appel Odette Jobin-Laberge Introduction...3

Plus en détail

SECTION 4 FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION À L ACFM

SECTION 4 FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION À L ACFM SECTION 4 FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION À L ACFM Directives générales 1. Ce formulaire doit être utilisé par une société par actions ou une société de personnes demandant l adhésion à titre de membre

Plus en détail

La common law. 1. Définition de la common law

La common law. 1. Définition de la common law 1. Définition de la common law - La common law est un ensemble de règles de droit élaborées par les tribunaux judiciaires dans l exercice de leur fonction habituelle de trancher des litiges. - Ces règles,

Plus en détail

Numéro du rôle : 4958. Arrêt n 95/2011 du 31 mai 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4958. Arrêt n 95/2011 du 31 mai 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4958 Arrêt n 95/2011 du 31 mai 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 152 et 185 du Code d instruction criminelle, posée par le Tribunal correctionnel

Plus en détail

Formulaire pour une demande financière d aide à plus long terme Frais d avocat A. INFORMATIONS CONCERNANT LA PERSONNE REQUERANTE 1

Formulaire pour une demande financière d aide à plus long terme Frais d avocat A. INFORMATIONS CONCERNANT LA PERSONNE REQUERANTE 1 Formulaire pour une demande financière d aide à plus long terme Frais d avocat Les décisions relatives à la prise en charge d honoraires d avocat sont du ressort du Comité de l Association du Centre genevois

Plus en détail

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc.

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc. Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Introduction Ordonnances du tribunal pour votre protection Le système judiciaire peut contribuer à vous protéger d un conjoint violent.

Plus en détail

Concours «Trouvez 1000$ sur votre relevé» Règlement

Concours «Trouvez 1000$ sur votre relevé» Règlement Concours «Trouvez 1000$ sur votre relevé» Règlement DURÉE DU CONCOURS Le concours «Trouvez 1000$ sur votre relevé» est organisé par la Fédération des caisses Desjardins du Québec (ci-après «l Organisateur»)

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES CIRCULAIRE N 2005-100 /FAE/SFE/AC DU 1 ER MARS 2005 RELATIVE AUX MEDECINS, AVOCATS ET AUTRES PERSONNES EXTERIEURES AU SERVICE PUBLIC CONSULAIRE NOR : MAEF0410068C 1. La

Plus en détail

Projet de loi n o 156

Projet de loi n o 156 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 156 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection et à la réhabilitation

Plus en détail

L Office a décidé qu il y avait lieu, aux termes de l article 16.1 de la Loi, de préserver le caractère confidentiel des réponses aux DR 1.2.

L Office a décidé qu il y avait lieu, aux termes de l article 16.1 de la Loi, de préserver le caractère confidentiel des réponses aux DR 1.2. Dossier : OF-Tolls-Group1-T260-2012-05 01 Le 30 janvier 2013 Destinataires : Toutes les parties à l ordonnance d audience AO-001-MH-002-2012 Ordonnance d audience AO-001-MH-002-2012 datée du 21 août 2012

Plus en détail

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS»

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS» Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

Bulletin d information n o 3 Preuve d adhésion Généralités

Bulletin d information n o 3 Preuve d adhésion Généralités Bulletin d information n o 3 Preuve d adhésion Généralités Toute mention à la Loi et aux Règles de procédure, dans le présent bulletin, renvoie à la Loi sur les relations industrielles et au Règlement

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 71443/01 présentée par Jean-Michel

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012 Recours 12/08 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012 Dans l affaire enregistrée sous le n 12-08 ayant pour objet un recours introduit le 29 février 2012 pour

Plus en détail

Votre permis de conduire et votre état de santé

Votre permis de conduire et votre état de santé Votre permis de conduire et votre état de santé La sécurité sur nos routes constitue un élément essentiel de la protection des membres de nos collectivités. C est pourquoi nous imposons l obligation d

Plus en détail

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois INTRODUCTION Le projet de loi visant la création d une Charte fédérale

Plus en détail

99 21 43 Demandeur. Entreprise

99 21 43 Demandeur. Entreprise 99 21 43 BOYER, Martin Demandeur c. CASINO DE MONTRÉAL (SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC.) Entreprise Le 18 octobre 1999, monsieur Boyer s adressait au Casino de Montréal afin que lui soient remis : «tous

Plus en détail

GUIDE DE COURTOISIE PROFESSIONNELLE

GUIDE DE COURTOISIE PROFESSIONNELLE GUIDE DE COURTOISIE PROFESSIONNELLE et Procédure informelle pour la réception et le traitement des manquements au Guide de courtoisie professionnelle Table des matières Introduction 1 Guide de courtoisie

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 Nicole MacKenzie a été accusée d avoir commis un excès de vitesse. Lorsqu elle a comparu pour l interpellation à la Cour provinciale, elle n était pas représentée par un avocat.

Plus en détail

LA COMMISSION DE RÉFORME GUIDE PRATIQUE

LA COMMISSION DE RÉFORME GUIDE PRATIQUE LA COMMISSION DE RÉFORME GUIDE PRATIQUE Sommaire Présentation de la L avis de la : Recours Références Juridiques ANNEXES pour un accident de service / de trajet pour une maladie professionnelle pour un

Plus en détail

COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO)

COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO) Strasbourg, le 22 juin 2015 DH-BIO/INF (2015) 7 COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO) Document de travail relatif à la protection des droits de l Homme et de la dignité des personnes atteintes de troubles mentaux

Plus en détail

FORMULAIRE DE REQUETE CONTENTIEUX SOCIAUX HORS DALO INJONCTION

FORMULAIRE DE REQUETE CONTENTIEUX SOCIAUX HORS DALO INJONCTION FORMULAIRE DE REQUETE CONTENTIEUX SOCIAUX HORS DALO INJONCTION Requête relative à une prestation, allocation ou droit attribué au titre de l'aide ou de l'action sociale, du logement ou en faveur des travailleurs

Plus en détail

DIRECTIVE DE PRATIQUE CONFÉRENCES PRÉPARATOIRES et AUDIENCES DE PRÉPARATION (Règle 4 des Règles de la Cour provinciale de la Nouvelle-Écosse)

DIRECTIVE DE PRATIQUE CONFÉRENCES PRÉPARATOIRES et AUDIENCES DE PRÉPARATION (Règle 4 des Règles de la Cour provinciale de la Nouvelle-Écosse) 1 DIRECTIVE DE PRATIQUE CONFÉRENCES PRÉPARATOIRES et AUDIENCES DE PRÉPARATION (Règle 4 des Règles de la Cour provinciale de la Nouvelle-Écosse) AUDIENCES DE PRÉPARATION (art. 536.4 du Code criminel) Présence

Plus en détail

RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES

RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES Interprétation RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES 1. (1) Les définitions qui suivent s appliquent aux présentes règles : «Loi» La Loi sur l identification

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE DU CONSEIL DES COMMISSAIRES ET DU COMITÉ EXÉCUTIF

RÈGLES DE GESTION INTERNE DU CONSEIL DES COMMISSAIRES ET DU COMITÉ EXÉCUTIF MANUEL DE POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS RÈGLES DE GESTION INTERNE DU CONSEIL DES COMMISSAIRES ET DU COMITÉ EXÉCUTIF Code : Politique 1.1 Date d entrée en vigueur : Le 25 novembre

Plus en détail

CONCOURS Tombez sous le charme du menu midi chez Cora! RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION

CONCOURS Tombez sous le charme du menu midi chez Cora! RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION CONCOURS Tombez sous le charme du menu midi chez Cora! RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION 1. Le concours «Tombez sous le charme du menu midi chez Cora!» (ci-après le «concours») est organisé par Astral Media

Plus en détail

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne.

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne. Que faire après une OQTF? (OQTF = Obligation de quitter le territoire français) Liste des abréviations ANAEM = Agence nationale pour l accueil des étrangers et des migrations APRF= Arrêté préfectoral de

Plus en détail

Grandes lignes du Programme de renvoi au Tribunal de la santé mentale

Grandes lignes du Programme de renvoi au Tribunal de la santé mentale Grandes lignes du Programme de renvoi au Tribunal de la santé mentale Le Programme de renvoi au Tribunal de la santé mentale est un programme volontaire axé sur le contrevenant. Il s adresse aux adultes

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1. Limites

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête)

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Commentaire Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 30 mai 2011 par la Cour de cassation (chambre criminelle, arrêt

Plus en détail

Rouge fm 107,5 CONCOURS Noël c est Rouge! avec W.R. Savard RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION

Rouge fm 107,5 CONCOURS Noël c est Rouge! avec W.R. Savard RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION Rouge fm 107,5 CONCOURS Noël c est Rouge! avec W.R. Savard RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION 1. Le concours «Noël c est Rouge» (ci-après le «concours») est organisé par Astral Radio inc. (ci-après les «Organisateurs

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. (Pages 1563 à 1792.)

TABLE DES MATIÈRES. (Pages 1563 à 1792.) TABLE DES MATIÈRES (Pages 1563 à 1792.) Abus de confiance. Éléments constitutifs. Mise en demeure. I, 1734 Abus de confiance. Nature. Moment de la réalisation. I, 1734 Accident du travail. Réparation.

Plus en détail

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès 1 Glossaire NDA = nom de l accusé NDD = nom du déclarant NDP = nom du plaignant NDT = nom du témoin ND1/3 = nom du tiers NDAT = nom de l accusé

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

CONVENTION. d entraide judiciaire en matière pénale. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement du Royaume du Maroc

CONVENTION. d entraide judiciaire en matière pénale. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement du Royaume du Maroc CONVENTION d entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement du Royaume du Maroc signée à Rabat le 18 avril 2008 3 CONVENTION d entraide judiciaire

Plus en détail

PARTIE 2 : LES PARTIES AU LITIGE

PARTIE 2 : LES PARTIES AU LITIGE PARTIE 2 : LES PARTIES AU LITIGE Le sujet de la présente partie : Les règles réunies dans cette partie servent à faciliter les actions en justice intentées par ou contre les représentants personnels, les

Plus en détail

Honoraires forfaitaires Règles de facturation et de paiement, modifications et autorisations. Le 20 mai 2011

Honoraires forfaitaires Règles de facturation et de paiement, modifications et autorisations. Le 20 mai 2011 Honoraires Règles de facturation et de paiement, modifications et autorisations Le 20 mai 2011 Module 3 Recueil de règles Le module 1 Donne un bref aperçu du programme d'honoraires et de son histoire,

Plus en détail

La protection juridictionnelle des libertés fondamentales : proposition de financement

La protection juridictionnelle des libertés fondamentales : proposition de financement La protection juridictionnelle des libertés fondamentales : proposition de financement Par Frédéric Forgues, Avocat au Barreau de Paris INTRODUCTION Les libertés fondamentales s entendent de l'ensemble

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision relative à une demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision relative à une demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : C. C. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 358 N o d appel : AD-13-631 ENTRE : C. C. Demanderesse et Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE ECOLE DU VAL DE GRACE BUREAU DES CONCOURS NOTICE relative au concours d admission d élèves officiers médecins à l École de Santé des Armées CONCOURS 2016 Catégorie 1 ére année commune

Plus en détail

Que de copropriétaires se plaignent légitimement d aberrations liées à des actes de base inadaptés, qui génèrent des crispations au sein des AG.

Que de copropriétaires se plaignent légitimement d aberrations liées à des actes de base inadaptés, qui génèrent des crispations au sein des AG. LA MISE EN CONFORMITE OBLIGATOIRE DES STATUTS : UN OUTIL ET UNE OPPORTUNITE POUR LES COPROPRIETAIRES LESES Pierre ROUSSEAUX/S.N.P. ARTICLES PR6279-20140307-1112-SE note De Pierre ROUSSEAUX, avocat, Président

Plus en détail

99,9 Rouge FM CONCOURS Le jeu des 7 erreurs Ok Pneus RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION

99,9 Rouge FM CONCOURS Le jeu des 7 erreurs Ok Pneus RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION 99,9 Rouge FM CONCOURS Le jeu des 7 erreurs Ok Pneus RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION 1. Le concours «Le jeu des 7 erreurs Ok Pneus» (Ci-après le «concours») est organisé par Bell Media inc. (ci-après les «Organisateurs

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIEME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 56616/00 présentée par

Plus en détail

Nous sommes là pour vous aider

Nous sommes là pour vous aider Nous sommes là pour vous aider N 50717#03 Demande de fixation d une contribution aux charges du mariage. (Article 214 du Code Civil, Articles1070 à 1074, 1137 et suivants du Code de Procédure Civile 1

Plus en détail

CHARTE DU CONTROLE DES CONNAISSANCES

CHARTE DU CONTROLE DES CONNAISSANCES Approuvée par le Conseil d Administration du 05 juin 2012 CHARTE DU CONTROLE DES CONNAISSANCES Vu le code de l éducation, notamment son article L 613-1 Vu l Arrêté du 1 er août 2011 relatif à la licence,

Plus en détail

Guide pratique sur le droit de la famille

Guide pratique sur le droit de la famille Droit de la famille Modification d une ordonnance de divorce (si l autre partie habite à l extérieur du Yukon) : Guide étape par étape Guide pratique sur le droit de la famille istockphoto.com Sources

Plus en détail

Questionnaire du projet Innocence

Questionnaire du projet Innocence 1 Questionnaire du projet Innocence Directives : Répondez de façon aussi détaillée que possible à chacune des questions suivantes ayant trait à votre dossier. Des réponses complètes et précises nous permettront

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 110 22 mai 2009. A N 85 6 mai 2013. S o m m a i r e. S o m m a i r e EAUX DE BAIGNADE.

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 110 22 mai 2009. A N 85 6 mai 2013. S o m m a i r e. S o m m a i r e EAUX DE BAIGNADE. MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 989 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 110 22 mai 2009 A N 85 6 mai 2013 S o m m a i r e S o m m a i

Plus en détail

Loi de 1995 sur le changement de nom

Loi de 1995 sur le changement de nom 1 CHANGEMENT DE NOM, 1995 ch. C-6,1 Loi de 1995 sur le changement de nom being Chapitre C-6,1 des Lois de la Saskatchewan de 1995 (en vigueur à partir du 15 novembre 1996) tel que modifié par les Lois

Plus en détail

Mémorandum d accord relatif aux dispositions administratives entre la Cour pénale internationale et le Tribunal spécial pour la Sierra Leone

Mémorandum d accord relatif aux dispositions administratives entre la Cour pénale internationale et le Tribunal spécial pour la Sierra Leone Mémorandum d accord relatif aux dispositions administratives entre la Cour pénale internationale et le Tribunal spécial pour la Sierra Leone ICC PRES/03 01 06 Date d entrée en vigueur : 13 avril 2006 Publication

Plus en détail

Numéro du rôle : 2539. Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2539. Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2539 Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 81, alinéas 4 et 8, et 104, alinéas 3 et 7, du Code judiciaire, posée par

Plus en détail

TARIF DES DÉPENS 441 TARIF DES DÉPENS

TARIF DES DÉPENS 441 TARIF DES DÉPENS 441 TARIF DES HONORAIRES ET DES FRAIS D AVOCAT DEVANT LES COURS ET RELATIVEMENT AUX QUESTIONS CI-APRÈS MENTIONNÉES. ANNEXE I «A» DEVANT LA COUR D APPEL EN VIGUEUR À COMPTER DU 1er AVRIL 2006 Articles du

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

NEO BOURSE AEQUITAS INC. (la «Bourse») MANDAT DU COMITÉ DE SURVEILLANCE DE LA RÉGLEMENTATION

NEO BOURSE AEQUITAS INC. (la «Bourse») MANDAT DU COMITÉ DE SURVEILLANCE DE LA RÉGLEMENTATION (la «Bourse») A. Objet Le conseil d administration de la Bourse (le «conseil») a établi un comité de surveillance de la réglementation (le «comité») afin d aider le conseil à superviser les responsabilités

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z. Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010 Mme Barta Z. La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 5 octobre 2010, une question prioritaire

Plus en détail

Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Chapitre I Dispositions générales Art. 1er.

Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Chapitre I Dispositions générales Art. 1er. 615 Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau, Notre Conseil d Etat entendu; De l assentiment de la Chambre des Députés; Vu la

Plus en détail

Loi sur le Tribunal fédéral des brevets

Loi sur le Tribunal fédéral des brevets Loi sur le Tribunal fédéral des brevets (LTFB) Avant-projet du... L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l'art.191a, al. 3, de la Constitution 1, vu le message du Conseil fédéral du... 2,

Plus en détail

01 18 29 X, demandeur. entreprise. Le 17 octobre 2001, le demandeur s adresse à l entreprise pour obtenir «une copie de

01 18 29 X, demandeur. entreprise. Le 17 octobre 2001, le demandeur s adresse à l entreprise pour obtenir «une copie de X, demandeur c. BÉLAIR DIRECT, COMPAGNIE D ASSURANCE, entreprise L OBJET DU LITIGE : Le 17 octobre 2001, le demandeur s adresse à l entreprise pour obtenir «une copie de mon dossier complet» de même que

Plus en détail

Informations sur la loi de la protection contre la violence (LPV)

Informations sur la loi de la protection contre la violence (LPV) Informations sur la loi de la protection contre la violence (LPV) Protection 1. Qui protège la loi de la violence domestique? La loi protège la personne qui subit de la violence ou qui est menacée de violence

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 octobre 2012 N de pourvoi: 11-23521 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Blondel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

ARTICLE 5 Les séances ordinaires du conseil débutent à 19 h 00.

ARTICLE 5 Les séances ordinaires du conseil débutent à 19 h 00. PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LAC-BEAUPORT Ce document est une codification administrative et n a aucune valeur officielle À jour au 13 octobre 2015 RÈGLEMENT NUMÉRO 608 RÈGLEMENT CONCERNANT LES SÉANCES

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 10/01/2012 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 5 janvier 2012 N de pourvoi: 10-16359 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président SCP Fabiani et Luc-Thaler, SCP

Plus en détail

Retrait d enfants placés

Retrait d enfants placés Page 1 de 10 Retrait d enfants placés Cette section contient les normes et les principes directeurs provinciaux qui régissent le retrait d un enfant du foyer nourricier où il a été placé. Elle s applique

Plus en détail

Nouvelle politique concernant les vérifications des antécédents judiciaires et les

Nouvelle politique concernant les vérifications des antécédents judiciaires et les FICHE DOCUMENTAIRE Nouvelle politique concernant les vérifications des antécédents judiciaires et les vérifications des antécédents en vue d un travail auprès de personnes vulnérables La GRC a apporté

Plus en détail

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015 1 Tribunal des conflits Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif Rapporteur : Y. Maunand Séance du 16 novembre 2015 Le conflit positif dont vous êtes saisi va vous conduire à vous prononcer à la fois

Plus en détail

LES MESURES ADOPTÉES PAR LE PÉROU EN MATIÈRE D EXTRADITION COMME INSTRUMENT DE COOPÉRATION

LES MESURES ADOPTÉES PAR LE PÉROU EN MATIÈRE D EXTRADITION COMME INSTRUMENT DE COOPÉRATION LES MESURES ADOPTÉES PAR LE PÉROU EN MATIÈRE D EXTRADITION COMME INSTRUMENT DE COOPÉRATION NELLY CALDERON N. Bureau du Procureur général République du Pérou L extradition représente un mécanisme de coopération

Plus en détail

Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. M. D., 2015 TSSDA 892. Commission de l assurance-emploi du Canada M. D.

Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. M. D., 2015 TSSDA 892. Commission de l assurance-emploi du Canada M. D. Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. M. D., 2015 TSSDA 892 Date : 20 juillet 2015 Dossier : AD-13-1152 DIVISION D APPEL Entre: Commission de l assurance-emploi du Canada et Appelante

Plus en détail

IV. RÈGLEMENT DE LA MAÎTRISE BILINGUE DE LA FACULTÉ DE DROIT DE L UNIVERSITÉ DE GENÈVE

IV. RÈGLEMENT DE LA MAÎTRISE BILINGUE DE LA FACULTÉ DE DROIT DE L UNIVERSITÉ DE GENÈVE IV. RÈGLEMENT DE LA MAÎTRISE BILINGUE DE LA FACULTÉ DE DROIT DE L UNIVERSITÉ DE GENÈVE du 5 juillet 2006 Adoptée par le Conseil de Faculté le 31 mai 2006 En vertu du 1 alinéa 2 de l Accord de coopération

Plus en détail