Casinos, Bingo, PMU : le bonheur dans le jeu?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Casinos, Bingo, PMU : le bonheur dans le jeu?"

Transcription

1 ..N 24 - vendredi 25 juillet F 6 HÔTELS POUR FAIRE LE TOUR DE LA GRANDE TERRE Renseignements et réservations - 24h/24 et 7j/7. Les Grands Hôtels du Nord Calédonien > EMPLOI LOCAL L heure du bilan La loi sur la promotion et la protection de l emploi local est entrée en vigueur en février Depuis, à compétences égales, les recruteurs s engagent à embaucher en priorité un citoyen calédonien. Mais est-ce vraiment efficace? Des réponses... P. 10 et 11 > CAFAT Non au Carré Alma! Le conseil d administration a fait tomber le couperet. Et c est une grosse surprise! En effet, contrairement à ce qui avait été envisagé au départ, la Cafat ne regroupera pas ses services administratifs et de gestion en centreville. Mais un plan B est dans les cartons... P. 12 > L INTERVIEW Ligeard : du pragmatisme! A la tête d un Exécutif qui a fini par se mettre au travail, Cynthia Ligeard ne tire pas des plans sur la comète. Lucide, confiante et décidée, elle veut que son gouvernement s occupe du quotidien des Calédoniens. Avec une priorité : rétablir un climat de sécurité... P. 13 > POLITIQUE Une visite très «sinistérielle» Elle est venue, elle a vu, elle a entendu. Mais elle n a pas vraiment convaincu ses interlocuteurs... qui l ont poliment écoutée. Vrai au demeurant que la ministre des Outre-Mer n a pas dit grand-chose lors de son déplacement sur le Caillou. En plus, le Haut-commissaire lui a volé la vedette!... P. 17 > ÉDITO Le baroud d honneur du soldat Brot En son temps aujourd hui plutôt lointain, le socialiste Jean-Pierre Chevènement, alors titulaire du portefeuille de la Défense nationale, avait claqué la porte du gouvernement avec cette phrase qui allait devenir célèbre : «un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne!». A l époque, cette phrase avait généré une grosse onde de choc dans la classe politique de l Hexagone. Mais fallait-il à tout prix être ministre pour s offrir ce luxe? Pas du tout en fin de compte. La preuve : un haut fonctionnaire vient d adopter l attitude de l ancien homme fort du Territoire de Belfort. Encore un socialiste pur jus? Pas du tout! Il s agit d un authentique gaulliste qui voue une admiration quasiment sans limite au géant de Colombey- Les-Deux-Eglises. En l occurrence un certain... Jean- Jacques Brot qui devrait à coup sûr entrer de son vivant dans les annales de cette vénérable institution qu est la Préfectorale, où l esprit de l énarchie règne sans partage. Qu importe qu il bouscule les us et coutumes, Jean- Jacques Brot l a fait. Et reconnaissons qu il fallait quand même avoir de l aplomb, des convictions et du culot pour s autoriser l inimaginable. C est-à-dire quitter ses fonctions le jour même de l arrivée de la ministre des Outre-Mer, dont on continue d ailleurs à se demander ce qu elle est venue faire sur le Caillou. Certes, à peine installé au Haut-commissariat, l intéressé avait démontré avec fracas qu il n avait pas la langue dans sa poche, et que celle-ci n était pas sculptée dans le bois. Ce qui ne plaisait pas franchement à tout le monde. Surtout pas au microcosme politique local, où certains ténors ne se cachaient pas - tout au moins en privé pour critiquer ce fonctionnaire hors du commun qui se permettait de dire tout haut ce que tout le monde pensait tout bas! Condamné à rendre les armes par le gouvernement Valls, le soldat Brot a préféré se lancer dans un dernier baroud d honneur. Chapeau l artiste! Et pendant ce temps, la télé nous a infligé dimanche soir le très controversé film de Kassovitz, où le sinistre capitaine Legorjus apparaît sous les traits de l ange blanc. Mais c est une autre histoire sur laquelle il faudra bien revenir un jour ou l autre... Thierry Cador Rédacteur en chef > SOCIETE Casinos, Bingo, PMU : le bonheur dans le jeu? Depuis lundi dernier, les Calédoniens ont la possibilité d accéder aux paris sur les courses hippiques par le biais du PMU (Pari Mutuel Urbain). Attendue depuis longtemps déjà, cette offre vient compléter une palette de jeux d argent pour le moins très présente sur le territoire, où l on compte déjà trois casinos pour moins de trois cent mille habitants! Une sur-représentation qui pourrait d ailleurs s amplifier si d aventure le projet du Sheraton de Bourail voyait le jour. Si une petite minorité voit d un mauvais œil ce phénomène de société, une grosse majorité applaudit des deux mains. Car c est incontestable : le Calédonien est un joueur dans l âme! Il suffit par exemple d aller faire un tour du côté du Bingo du quai Jules-Ferry pour le comprendre. En effet, d après sa direction, l établissement accueille personnes par an, avec une fréquentation journalière qui oscille entre et clients. Et on ne parle pas des fameux bingos sauvages qui fleurissent un peu partout! Bref, le bonheur du Calédonien serait-il dans le jeu? C est ce qu Actu.nc a cherché à savoir en menant sa petite enquête sur place... P. 4 et 5 > PORT AUTONOME Du tonnage et beaucoup d hommes Même s il n est plus l unique plate-forme à échanger directement avec l extérieur, le Port Autonome n en garde pas moins le monopole quasi exclusif - le fret aérien reste marginal en tonnage - des entrées et sorties de marchandises et autres matériaux qui viennent alimenter ou quitter la Nouvelle-Calédonie. Une précision avant tout : le troisième épisode de notre saga portuaire ne vise pas à entrer dans le détail des chiffres des biens entrants ou sortants. En fait, il cherche surtout à présenter les différents et nombreux intervenants qui oeuvrent chaque jour autour et sur les quais. Car il s agit sans conteste d une grande aventure humaine. En route donc pour du tonnage et beaucoup d hommes... P. 6, 7 et 8 NOUVEAU GREAT WALL H À PARTIR DE F Tél L-160CV

2 2 > bonnes nouvelles Numéro 24 vendredi 25/07/2014 Par instinct et/ou par nécessité, la presse dans son ensemble parle toujours des trains qui accusent du retard, ignorant ceux qui arrivent à l heure. Lesquels sont pourtant plus nombreux que les premiers nommés. D où l idée d Actu.nc de consacrer chaque semaine une page aux bonnes nouvelles qui émaillent l actualité calédonienne. Et le Nautile de la meilleure interprétation va à Notre histoire commence en 2009, quand Louise Sawaza et sa petite sœur remarquent une affiche à la maison de quartier. La mairie lance des castings ouverts aux jeunes pour monter une pièce sur le thème de la parentalité, en partenariat avec Pacifique et Compagnie : le projet «Arts Vivants». Une dizaine de jeunes, dont les sœurs Sawaza, sera retenue. Au bout de six mois de création nait la pièce «Tchap Tchap TV», qui sera jouée un mois au Rex, puis dans les maisons de quartier de la ville. Au sortir du projet, Isabelle De Haas, directrice de la troupe Pacifique et Compagnie qui avait auditionné Louise, lui offre un poste de vacataire au sein de sa troupe. Et c est ainsi que Louise Sawaza, Nautile de la Meilleure Interprétation au Festival de La Foa 2014, fait son entrée au théâtre. «Par hasard», dit-elle avec une voix que l on attendrait plus assurée pour une comédienne aussi talentueuse. Au sein de Pacifique et Compagnie, elle rencontre en 2010 Jeanne Vassard, comédienne et réalisatrice. «A cette époque je vivais en squat, explique Louise Sawaza, et Jeanne me raccompagnait parfois en voiture. Je lui racontais des anecdotes sur la vie au squat, notamment les coupures d eau. En squat, il n y a qu un compteur pour tous, alors si un habitant ne paie pas sa part c est tout le squat qui est privé d eau.» Jeanne Vassard a passé les années suivantes à monter le projet, à réunir les subventions nécessaires, et au début de cette année le tournage a été lancé. «On a tourné en trois week-ends, deux en squat et un à Koné» raconte Louise. Dans Djeacutêê Gôrô Djawë (Histoire d eau, en langue Paicî) Louise campe Ady, une jeune femme de Koné qui a quitté la tribu pour chercher du travail à Nouméa et suivre une formation. Elle se retrouve à vivre en squat, et doit faire face aux coupures d eau et à l incompréhension Je lui racontais des anecdotes sur la vie au squat, notamment les coupures d eau. En squat, il n y a qu un compteur pour tous, alors si un habitant ne paie pas sa part c est tout le squat qui est privé d eau. Louise Sawaza, Nautile de la meilleure interprétation de ses parents. «Il y a beaucoup à dire sur les quats. Il faut rappeler aux gens qu à côté d eux, des habitants vivent sans eau. Ils prennent leur brouette, la remplisse de bouteille et vont chercher de l eau.» En plus de la troupe, elle est «très occupée par son travail d auxiliaire de proximité. J aimerais vivre du théâtre, mais c est compliqué. Entre le statut inexistant d artiste et le peu d argent que ce travail rapporte» explique-t-elle avec une modestie déconcertante. Espérons que sa notoriété récente lui permettra de réaliser ses rêves. Chloë Ange Le mildiou n aura pas la frite Trois substances actives contre le phytophtora infestans agréées par le Gouvernement et trente-six produits phytosanitaires à usage agricoles homologués. La Nouvelle-Calédonie ne se laissera pas avoir une seconde fois par le champignon responsable du mildiou, et compte bien protéger ses patates! Les produits concernés sont agréés en Europe depuis longtemps et n ont jamais été utilisés sur le territoire qui n avait pas subi la maladie depuis plus de trente ans. Le Service d inspection vétérinaire, alimentaire et phytosanitaire (Sivap) se dit satisfait que les importateurs puissent préparer des stocks des nouveaux produits agréés afin d être prêts à intervenir à la moindre trace. Vingt-troisième Masters Ce weekend auront lieu les vingt-troisième Masters d équitation, sur le terrain hippique de La Gourmette, à Magenta. Quelques cavaliers du club ont défilé samedi dernier, avec leurs montures et des costumes d époque, pour annoncer le concours. Samedi 26 à 18h, «la tournante», épreuve phare de cette compétition qui voit les meilleurs cavaliers s échanger leurs chevaux, sera ouverte à tous. A 20h suivra un spectacle gratuit qui sera donné, à cheval et en costumes, sur le thème du voyage dans le temps. Points d apport volontaire : premier bilan T rente-deux points d apport volontaire, pour vingt-deux millions de francs et un coût de fonctionnement estimé à douze millions. Six mois après leur installation, la ville de Nouméa a collecté près de cent tonnes de déchets recyclables, pour des colonnes (les colonnes étant le contenant réservé au papier ou à l aluminium) remplies à 50% voire 90%, ce taux étant variable suivant les quartiers. Rassemblement! Le premier rassemblement des Cagous, avec leurs tenues flambant neuves, a eu lieu samedi 19 à l Anse Vata. De neuf heures à seize heures trente, l équipe de sportifs locaux La vie en rose L armoire des bambins calédoniens et Ventes de vêtements enfants : deux associations locales ont, des mois durant, recueillis livres, vêtements et joujoux. Cette récolte c est l association Les Mamans roses qui a eu la surprise de la recevoir. Les Mamans roses est un groupe de bénévoles qui travaille à améliorer la vie des malades dans les hôpitaux de la ville. Un beau geste de solidarité de la part de deux associations non caritatives. a fait preuve de ses talents devant les Calédoniens. Ils sont venus nombreux rencontrer et soutenir leurs athlètes pour les jeux 2015 en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Husser les couleurs! Trois jours pour poétiser les murs de la salle d attente du service gastrologie au CHT Gaston-Bourret : Michaël Husser a peint deux oiseaux de couleurs vives sur commande du service. Son travail pourra également être apprécié sur le web grâce au projet Meeting the wall qui vise à filmer le travail des street artists pour l immortaliser. Le retour du bal Sans alcool, police et madison : la devise du bal du 14 juillet? Organisée dans la salle d honneur de la mairie, cette tradition avait été oubliée depuis Elle a cette année attiré huit cent cinquante personnes, et devrait en attirer au moins autant l année prochaine. De l art à emporter Du Nord au Sud L artothèque de Nouméa est une association de prêt d œuvres d art. Pour une cotisation de 3000 francs annuels, et un chèque de caution d un montant un peu inférieur à la valeur de l œuvre d art, on peut emprunter celle-ci et l exposer chez soi. Pour afficher leur collection et attirer les nouméens, l artothèque expose ses cent six œuvres à la galerie Lec Lec Tic. Les créations sont toutes signées d artistes ayant vécu ou étant nés sur le territoire, et comporte tant des tableaux que de petites sculptures. CAP sur l écocitoyenneté Ils étaient dix-sept élèves du lycée professionnel et hôtelier Escoffier à fouler la terre du parc zoologique et forestier, vendredi 11 juillet. Une belle manière pour les élèves de seconde en CAP Employé de vente spécialisé de mettre en pratique ce qu ils ont appris en cours de développement durable et d écocitoyenneté. Une belle façon pour le lycée de lutter contre l absentéisme et l échec scolaire : organiser de nombreuses sorties qui rompent avec la routine des cours. Pédaler contre le cancer Si vous avez vu des panneaux marqués «Cancer» sur la RT1 ce week end, il ne s agissait pas d une fête sur le thème astral, mais d une randonnée en VTT organisée par l Association de Soutien aux Malades du Cancer pour réunir des fonds. Quatre cent soixante cyclistes ont participé à cette quatrième édition. 160 Cent soixante ans de Nouméa, cent soixante portraits de nouméens. Les volontaires qui avaient prêté leurs visages lors des installations du village festivalier de Magenta pour l anniversaire de la ville peuvent aller contempler le résultat sur les murs du Théâtre de poche! Une belle exposition à la vue de tous pour illustrer la diversité de notre capitale en 2014.

3 Numéro 24 vendredi 25/07/2014 SOCIÉTÉ < 3 > 50 jeunes et 15 entreprises en job dating à la MIj (le 24 juillet de 8h à 16h) Piloter son projet professionnel 50 projets professionnels réalisables bénéficient en particulier d un coup de pouce de la MIJ. 7 mois de formation et de stage pour bien entamer sa carrière. Ils étaient une centaine présélectionnés pour le Programme d Insertion Locale Orienté vers le Travail, cinquante ont été retenus. Des jeunes, entre 18 et 25 ans (de 21 ans en moyenne), en difficulté et ayant un projet professionnel réaliste et réalisable se sont vus offrir une opportunité en or par la Mission Insertion Jeunes. En partenariat avec les Ateliers Pédagogiques Personnalisés de Nouvelle-Calédonie (APPNC), ces jeunes ont suivis pendant six semaines Un repère dans la mer du travail Le Phare c est le «job point» de la MIJ, un concept importé d Allemagne. Il est composé d une salle d accueil avec des offres d emploi affichées aux murs et des conseillers toujours présents. Une salle de travail propose des ordinateurs et des postes téléphoniques, pour contacter les entreprises. La troisième salle est consacrée au suivi individuel ou collectif des jeunes. des cours pour les préparer au mieux à la vie professionnelle : comment se présenter en entretien, comment s habiller, comment gérer son stress et écrire son CV. Ils commenceront dès le 4 août un stage en entreprise, jusqu au 31 décembre prochain. 20 minutes pour présenter son projet Irina Dumas, responsable du pôle Mission Locale «Accompagnement vers l Emploi» au sein de la MIJ, raconte la sélection. «Nous avons retenu les plus réalistes et réalisables des cent projets, en expliquant bien aux cinquante autres qu ils continueraient à être suivis par nos Conseillers d Insertion Professionnel (CIP) pour peaufiner leur idée. Nous ne voulions pas envoyer les projets les moins aboutis dans un programme d insertion qui aurait pu les amener en échec, par manque de maturité.» Ces cinquante retenus ont été séparés en quatre groupes. Un groupe a été relocalisé à La Foa, par souci financier. En effet, une partie de ces jeunes vivant entre La Foa et Thio ne peut pas se permettre de rester dans la capitale. Les plus démunis d entre eux ont été entièrement pris en charge par la MIJ durant les six semaines de formation, logés et nourris à La Foa. Les trois autres groupes, répartis par secteur d activité, sont localisés sur Nouméa : un groupe secrétariat-comptabilité, un groupe commerce et un artisanat. Chacune de ces quatre équipes de travail est chaperonnée par un CIP qui les suit les sept mois durant. 6 mois de stage Durant le stage, ce conseiller sera de grande importance : il visitera une fois par mois le jeune afin de recueillir ses impressions, ses difficultés peutêtre, pour mieux orienter les quatre jours par mois de formation que le stagiaire passera hors de l entreprise. Irina Dumas explique ce dispositif d alternance : «Cela permettra au stagiaire de voir en cours les tenants et aboutissants de la vie en entreprise, en parallèle avec ce qu il expérimente. Et nous aurons l occasion de le voir pas à pas quatre jours par mois.» Mais avant de commencer le stage, il faut trouver une entreprise! Pour cela, la MIJ organise son premier «job La salle d accueil du Phare de l emploi, un espace dédié à l interaction entre les jeunes et les entreprises au sen de la MIJ. dating» : une quinzaine d entreprises sont présentes à l espace PHARE Emplois Jeunes de la MIJ jeudi 24 juillet, de 8h à 16h, au phare de la MIJ. Irina Dumas explique : «nous avons deux buts : montrer aux entreprises que nos jeunes sont sérieux et motivés, pour changer la mauvaise image que certaines entreprises ont de nos stagiaires. Et nous voulons montrer aux jeunes qu ils ont de la valeur sur le marché du travail et peuvent eux aussi se faire courtiser par les employeurs!». D autant que les formalités administratives et la rémunération des stagiaires sont prises en charge par la MIJ. Ce qui permet aux conseillers de vérifier que les employeurs ont bien à l esprit la formation des stagiaires, et non pas une main d oeuvre à bas coût. Chloë Ange Jusqu au 28 Juillet F le kilo Jambonneau LA FRANÇAISE (Local) 2690 F le kilo Chorizo LA FRANÇAISE (Local) 2990 F le kilo Coppa (Import) Champio nnissimo 3290 F le kilo Pancetta (Import) 3490 F le kilo Rosette LA FRANÇAISE (Local) 6990 F le kilo Jambon sec de Boeuf LA FRANÇAISE (Local) 50 % de remise sur le 2 e produit Le 2 ème à 195 F 390 F Rondelé Ail et Fines Herbes,Noix, Poivre PRÉSIDENT 125gr (Import). 5 dont 1 GRATUITE 395 F Velouté Poireaux et Pommes de Terre, Légumes, Carottes ou Légumes Verts SILL LA POTAGÈRE 1L (Import) 8695 F * Offre valable dans la limite des stocks disponibles et sauf erreur d impression photos non contractuelles F le kilo Raclette de Montagne (Import) 1690 F le kilo Raclette au Poivre (Import) 1690 F le kilo Raclette MAGNUM (Import) 1990 F le kilo Morbier (Import) 2290 F le kilo Raclette fumée Le brezain 6 kg (Import) 400 F Eau Auvergne Sport CARREFOUR 6 x 75cl (Import) 8995 F TÉFAL Raclette Grill-Crêpe (Import) 5 CHAMPION ET 1 CARREFOUR MARKET ALMA DUCOS MAGENTA N GEA ROBINSON ORPHELINAT

4 4 > société Numéro 24 vendredi 25/07/2014 Casinos, Bingo, PMU : le tiercé gagnant? Depuis le 21 juillet, les Calédoniens ont accès aux paris sur les courses hippiques via le Pari Mutuel Urbain (P.M.U.). Cette offre vient compléter une palette de jeux d argent déjà très présente sur un territoire qui compte trois établissements de jeux de hasard pour moins de habitants. Une sur-représentation qui pourrait même s amplifier si le projet de casino au Sheraton de Bourail voit le jour Avec près de 200 établissements, la France 1 compte environ un casino pour personnes. Avec le Grand Casino, le Casino Royal et le Casino Télé Bingo, la Nouvelle-Calédonie affiche un ratio quasi quatre fois supérieur avec un casino pour habitants. Doit-on en déduire que les Calédoniens sont des joueurs invétérés et compulsifs? Ce serait sans doute aller bien vite en besogne Le nombre d établissements peut toutefois paraître disproportionné au regard de la population concernée et ce ratio pourrait même augmenter dans les prochaines années si le projet de casino au Sheraton de Bourail suit son bonhomme de chemin, ce qui est vraisemblable. Cela étant, il convient de prendre en compte l équipement des établissements tout autant que leur nombre. Mais là encore, Nouméa ne fait pas pâle figure En cumulant les chiffres des deux casinos nouméens, ce ne sont pas moins Arnaud Lecocq, vont dans ce sens : «en terme de fréquentation annuelle, nous avons visiteurs différents au Casino Royal et au Grand Casino pour les machines à sous. Le Casino TéléBingo est situé sur le quai Ferry. Pour les différents jeux de table, le nombre de visiteurs avoisine les personnes». Des données à rapprocher de la fréquentation mensuelle, précisée par Alain Mathieu, de la clientèle fréquente les lieux avec une régularité de métronome! Aux chiffres des deux casinos traditionnels il convient d ajouter ceux du Casino Télé Bingo, lequel accueille chaque année, selon son directeur technique, Christian Launay «près de personnes par an, avec une fréquentation quotidienne qui oscille entre et clients». En majorité, les joueurs sont des joueuses! Qui sont les joueurs? Existe-t-il une typologie sociale ou culturelle particulière? Difficile de répondre précisément à ces questions. S il est bien entendu interdit de procéder à des relevés statistiques sur la base d une appartenance communautaire, Alain Mathieu constate néanmoins «que la clientèle d un jeu comme le Baccarat est très majoritairement asiatique (80 %), comme partout dans le monde. Pour la roulette, c est plus équilibré N oublions pas que l accès à ces établissements est strictement réservé aux individus majeurs. Et si certains d entre eux font preuve d excès, il serait fallacieux d en faire porter le chapeau aux casinos. Les joueurs victimes d addictologie peuvent d ailleurs demander leur inscription sur une liste d exclusion volontaire, pour une durée minimale de 3 ans. Une liste qui contient plusieurs centaines de noms en Nouvelle-Calédonie Et les casinos ne sont pas l apanage des joueurs compulsifs. Pour beaucoup, il s agit d un loisir convivial, comme le rappelle Arnaud Lecocq «notre clientèle rassemble toutes les ethnies et toutes les classes sociales ; ce qui fait des casinos un véritable lieu de mixité et de cohésion sociale». Le jeu comme ciment de la paix sociale pourquoi pas après tout? Christian Launay ne dit pas autre chose lorsqu il évoque «la clientèle de l après-midi [qui] est majoritairement plus âgée. Nous avons beaucoup de mamies qui se retrouvent chez nous, entre 80 % des paris devraient, selon nos estimations, concerner le Quinté+, doté chaque 13 du mois d une cagnotte de 1,2 milliard de francs! Bruno Delmas, directeur de PMU Nouvelle-Calédonie copines, pour boire le thé et remplir quelques cartons». À 100 F le carton, et même en jouant toutes les parties durant deux heures, les mamies peuvent s en sortir avec F de dépense. En gros, le prix d une séance de ciné Les femmes sont d ailleurs majo- Le Casino du Méridien compte 230 machines à sous et 23 tables de jeux Pour gagner le Bingo cumulé, il faut être parvenu à compléter les 15 cases d un carton à l issue de la 40ème boule tirée de 380 machines à sous qui sont proposés aux joueurs. Par comparaison, seuls trois établissements métropolitains comptaient plus de bandits manchots fin 2012 : ceux d Enghien (500), de la Tour de Salvagny (400) et d Amnéville (400). Et la France n est pourtant pas un nain du jeu à l échelle européenne. Elle rassemble en effet 37 % des casinos continentaux, suivie de la Grande-Bretagne, avec 26 %. Plus d 1,2 million de clients par an Comme il est difficile d expliquer cette sur-représentation par un afflux touristique massif, force est donc de constater que les Calédoniens sont de gros joueurs Les données transmises par le Directeur marketing des Casinos de Nouméa, Directeur d exploitation : «les deux établissements confondus, près de clients jouent chaque mois sur les machines à sous et un peu moins de aux tables de jeux». Pas besoin d avoir fait Polytechnique pour calculer que chaque client joue 20 fois par an en moyenne aux machines à sous ou aux tables de jeux. Et encore s agit-il d une moyenne tenant notamment compte d une clientèle touristique uniquement de passage On peut donc aisément subodorer qu une proportion non négligeable entre Européens (50 %), Asiatiques (30 %) et Océaniens (20 %). Et sans doute que les clients des machines à sous affichent, en moyenne, un profil social plus bas que celui des tables de jeux». Un sentiment Le casino Télé Bingo accueille près de personnes par an, avec une fréquentation quotidienne qui oscille entre et clients. Christian Launay, directeur technique de l établissement que l étude ISEE de 2008 semblait confirmer. Celle-ci indiquait alors que les quatre catégories dépensant annuellement le plus dans les jeux de hasard étaient, par ordre décroissant, les ouvriers, les employés, les chômeurs et les retraités. Si la clientèle des casinos est majoritairement féminine, les employés sont majoritairement des hommes, dans une proportion de 60/40

5 Numéro 24 vendredi 25/07/2014 SOCIÉTÉ < 5 ritaires dans les casinos où elles représentent environ 60 % de la clientèle! Jackpot : le graal de tout joueur Évidemment, certains dépensent des fortunes. Au Bingo, il n est pas rare de voir des joueurs acheter plusieurs cartons à chaque partie, jusqu à une douzaine, voire plus! Ceux-ci, comme d autres aux machines à sous, espèrent être les heureux vainqueurs du graal de chaque joueur : le jackpot! Celui-ci est aujourd hui limité à 10 millions de francs pour les machines à sous et est plafonné à 25 millions de francs au Télé Bingo où il est, en moyenne, gagné toutes les trois semaines. Rappelons que le reversement des mises aux joueurs est strictement réglementé dans l un et l autre cas. Au Bingo, 65 % des sommes engagées sont reversées aux joueurs ; pour les machines à sous, ce taux est de 85 %. Mais ces sommes, aussi mirobolantes soient-elles, font cependant sourire à l évocation des gains alléchants que le P.M.U. va proposer. Depuis le 21 juillet, les Calédoniens peuvent en effet parier sur des courses hippiques du monde entier et, d ici fin 2014, une cinquantaine de points de vente seront installés sur l ensemble du territoire. Selon le directeur de PMU NC, Bruno Delmas, «80 % des paris devraient, selon nos estimations, concerner le Quinté+». Or cette épreuve est dotée en permanence d une tire-lire de 200 millions de francs, laquelle atteint même les 1,2 milliards de francs À l occasion de la coupe Clarke, le 10 août, les parieurs pourront exceptionnellement miser sur des courses calédoniennes chaque 13 du mois! De quoi alimenter les fantasmes de tous les Calédoniens, qu ils soient amateurs de jeux de hasard ou non! Les perspectives de chiffre d affaires envisagé par le PMU expriment d ailleurs fort bien l engouement attendu. D ici cinq ans, l objectif affiché est en effet celui d un CA annuel proche de quatre milliards de francs. En moyenne, 74 % de cette somme seront reversées aux parieurs. Quant En supplément? La question que l on peut se poser désormais est simple : à quand des paris sur les matchs de foot calédonien? On attend une réponse avec impatience. à la filière équine elle peut espérer, si cet objectif est atteint, recevoir 200 millions de francs chaque année via le système de rétribution propre au PMU (et adoubé par le gouvernement) ; de quoi booster la filière courses en Nouvelle-Calédonie! D ores et déjà, l installation du PMU est une bonne nouvelle sur le plan économique. Avec 360 millions de francs d investissement et une sous-traitance entièrement confiée à des acteurs locaux, l arrivée du PMU est synonyme de création d emplois mais verra aussi quelques économies s écouler vers la Métropole! Un phénomène qui n irait que s accentuant si la Française des Jeux venait, à son tour, s implanter localement. «Money, get away 2» chantait Pink Floyd il y a quarante ans déjà Avec les jeux de hasard, la probabilité la plus forte est que l argent dégage de vos poches pour remplir celles des salles de jeux et des pouvoirs publics. Mais les joueurs ont beau le savoir, le graal continue à leur tendre les bras! Noémie Keller-Bastien 1 En France, l exploitation des casinos est réservée aux stations balnéaires, thermales et climatiques, ainsi qu aux villes touristiques de plus de habitants disposant d un centre dramatique national ou d une scène financée pour plus de 40 % par la ville ou, le cas échéant, avec d autres collectivités territoriales. 2 traduction : «argent, dégage de là» Comment ça se passe ailleurs? P.M.U. : un développement au grand galop! C est en 1891 que la mutualisation des paris hippiques fut inventée par le Français Joseph Oller. Il faudra attendre 1930 pour que le Pari Mutuel Urbain naisse et que soit confié à cet organisme le monopole de prise de paris dans et à l extérieur des hippodromes français. Le fameux tiercé verra le jour pour la première fois à Enghien, en janvier Et en 1965, le P.M.U. devient un G.I.E. regroupant 57 sociétés de courses. Celui-ci est aujourd hui, et de loin, le premier opérateur de pari mutuel hippique en Europe et le n 2 mondial, derrière le Pari Mutuel Japonais. Avec un chiffre d affaires supérieur à milliards de francs, le P.M.U. détient une part de marché de 26 % des jeux d argent en Métropole, à égalité avec la Française des Jeux. Depuis 2010, le P.M.U. a cependant perdu sa situation de monopole, conformément à une décision de la Commission Européenne, mais continue à se développer grâce, notamment, à la forte croissance des paris en ligne. En 2013, le P.M.U a ainsi vu son C.A. augmenter pour la 16ème année consécutive! Casinos de Nouvelle-Calédonie : dates et chiffres-clés Le premier Casino de Nouméa, alors situé à l emplacement de l ancien Club Med, est inauguré le 26 décembre Ce «Casino Royal» déménagera fin 1982 pour rejoindre son emplacement actuel. Quant au «Grand Casino», il a ouvert ses portes en août Depuis 1996, les deux entités font partie d une même société, nommée aujourd hui SNC Casino de Nouméa, laquelle est une filiale de la Société des Hôtels de Nouméa (SHN) qui en détient 90 %. Cette dernière étant elle-même une filiale de PromoSud à hauteur de 85,6 % 1! Pour en terminer avec cette cascade d actionnariat, rappelons que la province Sud est, avec 65 %, l actionnaire majoritaire de PromoSud. Autrement dit, les habitants de la province Sud sont les réels détenteurs des activités casinos! Et ce n est pas neutre car plus de 600 millions de francs issus de ce secteur viennent annuellement contribuer au budget provincial 2. Notons également que la SNC Casino de Nouméa détient aussi une participation de 50% dans la SAAT Télé Bingo, via la structure SCI 98 dont elle possède 50 % des parts. Un vrai puzzle! Le «Casino Télé Bingo», justement, a vu le jour en 1986 et est aujourd hui le seul établissement francophone dans le monde reposant sur ce concept, très répandu dans les pays anglo-saxons (Angleterre, Australie ) ou hispanophones (Espagne, Amérique du Sud ). Le Télé Bingo de Nouméa est aussi l inventeur Les tables de jeux du Grand Casino attirent le week-end entre 200 et 250 joueurs Les machines à sous du Grand Casino sont accessibles de 11h à 2h du matin en semaine ; et jusqu à 3h les vendredi, samedi et veille de jour férié du Bingo inversé, qui permet aux joueurs malchanceux de conserver l espoir de toucher tout ou partie du jackpot après 40 boules sorties sans avoir pu cocher la moindre case de leur(s) carton(s)! Côté emplois, la SNC Casino de Nouméa affiche environ 220 employés à plein temps sur ses deux sites (dont une soixantaine affectés aux jeux) alors que le Casino Télé Bingo avance le chiffre d une centaine de salariés. Enfin, depuis février 2014, les trois établissements sont non-fumeurs. Conséquence immédiate : une baisse importante de la fréquentation. De l ordre de 10 % dans les casinos ; proche de 20 % au Bingo. À eux de faire savoir aux non-fumeurs qu ils sont maintenant accueillis dans de meilleures conditions. Une amie, apprenant samedi dernier, cette information s est réjouie : «Ça fait 20 ans que je me dis que je passerais bien une soirée au Bingo et que je fais marche arrière à cause des fumeurs. Eh bien, maintenant, c est sûr, je vais y aller!» 1 source : php/decouvrez-promosud/filiales 2 la mairie de Nouméa et le gouvernement de Nouvelle-Calédonie ne sont pas en reste, percevant respectivement environ 400 millions et 3 milliards de francs annuellement.

6 6 > ÉCONOMIE Numéro 24 vendredi 25/07/2014 Avec 5,2 millions de tonnes de trafic global en 2013, le Port Autonome de Nouvelle-Calédonie (PANC) reste un port de taille modeste sur le plan international, mais n en figure pas moins parmi les 10 premiers ports français. Il est d ailleurs le plus grand port d outre-mer en tonnage et compte parmi les plus importants du Pacifique insulaire. A l heure du renouvellement de son schéma directeur pour les 10 ans qui viennent, Actu.nc a voulu faire un état des lieux complet dans un dossier en plusieurs volets. Cette semaine nous vous présentons l activité liée au commerce international proprement dit (hors industrie minière et métallurgique) et ses différents acteurs. > Episode 3 Port Autonome : une grande aventure humaine Alors que le port de Nouméa n est plus la seule et unique plateforme portuaire à échanger directement avec l extérieur, il n en garde pas moins le monopole quasi exclusif (le fret aérien est tout à fait marginal en tonnage) des entrées/sorties de marchandises et autres matériaux qui viennent alimenter/quitter la Nouvelle-Calédonie. Le propos ici n est pas d entrer dans le détail des chiffres sur la nature exacte des biens entrants ou sortants, mais bien de présenter les différents intervenants sur et aux abords du quai de commerce. Retenons néanmoins les quelques chiffres globaux suivants : ce sont pas moins de tonnes qui ont été débarquées de 350 navires en 2013 et un peu plus de tonnes qui en sont parties sur 288 navires, pour l essentiel sous forme conteneurisée (87% du tonnage total). NB : les 5,2 millions de tonnes citées en introduction incluent l ensemble du trafic sur l ensemble du PANC (dont celui du quai SLN et son trafic intérieur minier). Un trafic fortement conteneurisé La profonde révolution que le conteneur (apparu au début des années 60) a constitué dans le transport en général, et maritime en particulier, s est en effet progressivement étendue à presque toutes les marchandises. Ici plus encore qu ailleurs, où par exemple la plupart des céréales et toute l alimentation animale arrive par conteneur. Seul le fret roulant y échappe et bien sûr le vrac conventionnel solide (matériaux de construction essentiellement) ou liquide (hydrocarbures). En 2013, ce sont EVP* (dont 10% vides) qui ont été débarqués et (dont 72% vides) qui ont été embarqués, soit un total de presque EVP manipulés. Ce mode de conditionnement des marchandises détermine toute la chaîne logistique en amont et en aval du transport maritime proprement dit, à commencer par le travail des premiers concernés : ceux qui chargent et déchargent les navires une fois à quai : les fameux acconiers, anciennement dockers. Mais avant que les cargos et autres porte-conteneurs ne soient amarrés à quai, de nombreux autres acteurs, parfaitement incontournables, sont intervenus dont il est d autant plus justifié de parler que leur rôle est souvent mal connu. Les pilotes maritimes En tout premier lieu, celui dont la présence à bord est obligatoire pour l entrée et la sortie du port (pour tout bateau d une taille excédant 60 mètres) : l indispensable pilote maritime. Expert de la zone, son rôle consiste à conseiller le commandant : il donne les instructions nécessaires de route, de barre et de machine pour la conduite du navire, de la zone d attente où il l aura rejoint jusqu à son amarrage à quai à l emplacement déterminé par l autorité portuaire (même chose au départ). Le pilote amené par une pilotine monte à bord du cargo PANC Le pilotage est un service public, mais le syndicat des pilotes est un organisme privé sous tutelle de l administration (compétence territoriale depuis 2011). Ses trois missions sont la sécurité maritime, la protection de l environnement et la fluidité du trafic. A la station Port Moselle, ils sont 13 pilotes actuellement (ils interviennent sur l ensemble de la Nouvelle-Calédonie) et disposent de trois pilotines (les bateaux au moyen desquels ils rejoignent les navires). Ils sont opérationnels 365 jours par an, 24 heures sur 24. Les remorqueurs Un remorqueur à la manœuvre Pierre Alain Pantz - PANC Pour les manœuvres, pilote et commandant s appuient sur les services d un ou deux remorqueurs, selon la taille (et la motorisation) du bateau et les conditions météorologiques du moment. Sans eux, les grosses unités seraient par exemple tout à fait incapables de faire demi-tour en Petite Rade (et même en Grande Rade aux abords du grand quai). C est la société Sora qui s occupe de l intégralité du remorquage en zone portuaire. Elle dispose pour

7 Numéro 24 vendredi 25/07/2014 ÉCONOMIE < 7 Un nouvel outil véritablement communautaire : AP+ l initiative de l UMEP (Union A Maritime et Portuaire) qui regroupe une grande majorité des acteurs de la filière du transport maritime à Nouméa (compagnies maritimes, acconiers, transitaires, syndicat des pilotes, Chambre de Commerce et d Industrie, etc), un système informatique communautaire de suivi des marchandises a été mis en place depuis début avril 2013 par le GIPANC (Gestion Informatique Portuaire et Aéroportuaire de Nouvelle-Calédonie). Ce système, AP+, utilisé par la plupart des ports de métropole et des Dom-Tom, grâce à la mise en commun de toutes les informations relatives aux marchandises en temps réel, permet d améliorer très substantiellement à la fois la fluidité des flux, la sécurité et la traçabilité des marchandises. En intégrant les prévisions, annonces, réalisations et contrôles du passage des marchandises, AP+ permet aux différents professionnels et aux administrations (Douanes, PANC, SIVAP) de connaître à tout instant la localisation exacte de la marchandise et le degré d avancement des formalités la concernant. Il est à noter que, outre une sécurisation totale du système, la confidentialité est également garantie : chaque utilisateur n a accès qu aux informations qui le concernent directement. Après quelques hésitations (légitimes tant une telle nouveauté bouscule profondément les habitudes antérieures : «fini la paperasse, on passe au dématérialisé»), le système est aujourd hui opérationnel. La phase suivante consistera à l élargir encore à d autres acteurs plus périphériques et à l appliquer aussi à l export, ce qui n est pas le cas actuellement. Outre son incontestable succès (presque 100% des intervenants utilisent désormais AP+) et les gains conséquents de productivité qu il a entrainé à tous les niveaux, ce nouveau système consacre d une certaine manière la notion de communauté sur la Port, par son principe même, mais également dans sa mise en œuvre : toute évolution, modification, amélioration du système est faite de façon collégiale avec la participation de tous les acteurs. A peine posé, le conteneur est pris en charge par un stacker (capacité 45 tonnes) Du haut de son poste de travail (à presque 25 mètres du sol), le grutier opère au moyen de deux joysticks et est informé en continu par des écrans de contrôle. Comme aux agents au sol, le TOS (Terminal Operating System) indique précisément quels conteneurs il doit déplacer et dans quel ordre. cela de deux remorqueurs, l un de 28 tonnes de traction, l autre de 42 tonnes (sa société sœur, Sorecal, dispose par ailleurs de deux remorqueurs de haute mer). Les lamaneurs Autre corps de métier à intervenir, en phase finale, les lamaneurs, chargés de l assistance à l amarrage (et au désamarrage) : ils doivent notamment récupérer les amarres avant et arrière des navires et les amener à quai, où elles sont prises en charge par d autres lamaneurs, terrestres cette fois, employés du PANC. Ces tâches peuvent s avérer fort dangereuses, notamment par mauvais temps et/ou de nuit. Sur le Port, une seule et unique société s occupe de ce travail : la société Viratelle. Pour ces trois corps de métiers intervenants sur le domaine maritime, il est à souligner qu ils interviennent bien entendu aussi bien en Grande qu en Petite Rade et que leur temps d intervention est souvent majoré de celui qu il faut pour faire le tour de l île Nou (45 minutes en moyenne) selon qu ils se La grue de 400t et d une capacité de 100t décharge les premiers conteneurs. trouvent d un côté ou de l autre (le canal de Nouville ne peut en effet être emprunté que par de petites embarcations). Particularité locale plutôt fâcheuse s il en est Les acconiers Le déchargement des navires commence en général immédiatement après l amarrage, le temps d escale devant être réduit au minimum pour d évidentes raisons de rentabilité économique (un navire stationné à quai ne fait gagner d argent à personne!) : c est le travail des acconiers. Sur le Port, ils sont au nombre de cinq : Sofrana, Manucal, Sato, Sat et Manutrans. Les deux premiers ont constitué un GIE qui a fait l acquisition de deux grues de 400 tonnes et d une capacité 100 tonnes, pour un coût unitaire de 400 millions de XPF, équipement dont dispose également la société Sato. Ceci porte à quatre le nombre de ces énormes grues, qui dispensent désormais presque toujours de l utilisation des grues du bord (qui sont d ailleurs de moins en moins présentes, notamment sur les gros porte-conteneurs où elles ont tout bonnement disparu). Selon la taille du bateau et les volumes à décharger/charger, une, deux, trois voire quatre équipes d une douzaine de personnes chacune peut intervenir, ainsi qu une ou deux grues simultanément. Une escale type de 600 mouvements par exemple (400 conteneurs déchargés et 200 embarqués) prend entre une journée et une journée et demi (le temps maximal étant de trois jours). A peine posé au sol, le conteneur est immédiatement pris en charge par un reachstacker ou stacker (engin qui permet la manutention des conteneurs de 20 ou 40 pieds d un poids maximum de 45 tonnes jusqu à une hauteur de 15 mètres), équipé, tout comme la cabine de pilotage du grutier, d un écran qui lui indique l endroit exact de la zone de stockage où il doit être entreposé. Les acconiers s occupent par ailleurs de l entretien et du lavage des conteneurs, ainsi que du branchement des reefers (conteneurs frigorifiques) sur les prises du Port. Ils se chargent également parfois de

8 8 > ÉCONOMIE Numéro 24 vendredi 25/07/2014 Le quai de commerce en pleine activité avec 3 navires à quai Pierre Alain Pantz - PANC la palettisation/dépalettisation des marchandises. Les agents maritimes (consignataires) Une fois déchargées par les acconiers et entreposées, les marchandises passent sous la responsabilité des agents maritimes, qui sont les représentants locaux (et légaux) des armateurs et autres compagnies maritimes. Ils ont notamment la responsabilité de la surveillance (la sécurité sur l ensemble de la zone portuaire étant assurée par ailleurs par la société Guard NC). Ce sont les agents maritimes qui sont «théoriquement» en charge de la gestion de la zone de stockage sur terre-plein et sous les docks, où ils Le transbordement Parmi les marchandises déchargées au quai de commerce, une certaine quantité repartira telle quelle, chargée sur d autres navires à destination de nos voisins d Océanie (90%), principalement Fidji, Nouvelle Zélande, Vanuatu, Samoa ou de l Asie (10%). C est l activité dite de transbordement, qui a cessé d être marginale et suit une croissance continue depuis quelques années. Elle a représenté en 2013 un volume de tonnes (soit presque 11% du tonnage débarqué et 26% du tonnage embarqué) en augmentation de 16% par rapport à Cette activité en pleine expansion, qui fait de Nouméa un véritable disposent de bureaux répartis sur l ensemble du terminal. En réalité, pour des raisons de simplification (sur le plan juridique notamment), chaque acconier dispose et est responsable de sa propre zone de stockage sur des espaces alloués. Chaque agent maritime travaille avec un acconier de référence, un lien capitalistique liant généralement les deux sociétés, l ensemble des opérations de manutention se faisant ainsi en étroite et constante collaboration. Mais le travail des agents maritimes ne se résume pas à cette prise en charge des marchandises, il commence bien en amont de l arrivée du bateau par l organisation de l ensemble de l escale dans ses moindres détails (avitaillement prévu, services à l équipage, etc.), et bien sûr en fournissant au hub secondaire, est due autant à sa situation géographique assez centrale dans la région qu à la qualité du service que le Port est en mesure de fournir. Malgré les coûts relativement élevés de l escale (comme nous l avons vu), les réponses que trouvent ici les opérateurs en termes de rapidité, de sécurité et de services semblent répondre à leurs besoins. C est un des axes intéressants de développement de l activité portuaire, notamment de celle des acconiers, qui savent pertinemment «qu il faut garder un coup d avance sur Fidji si on ne veut pas qu une partie de ce marché nous échappe à leur profit». préalable toutes les informations nécessaires aux différents intervenants concernés localement : capitainerie, syndicat des pilotes, remorqueur, lamaneur, acconier, transitaires, etc. Ils interviennent généralement dès l accostage du navire pour se voir remettre les différents documents relatifs à la cargaison et procéder au contrôle de la conformité du chargement et de son état. Les agents maritimes sont une dizaine sur le Port, ce qui peut sembler disproportionné pour un port de cette taille, mais témoigne en réalité d un marché fortement concurrentiel et d une certaine attractivité de la destination malgré des coûts d escale très élevés (taxes diverses, coûts de manutention, d approvisionnement, etc.). Ceux-ci sont en effet en moyenne trois fois supérieurs à ceux qu on peut rencontrer en Asie et à près de deux fois supérieurs à ceux de Fidji. Les transitaires Une fois les marchandises entreposées sur site, l agent maritime peut transmettre les documents au transitaire, qui va se charger d effectuer toutes les formalités administratives, pratiques et fiscales, auprès du Service des Douanes (il est détenteur d un agrément obligatoire de l administration lui permettant d établir la fameuse déclaration en douane) et le cas échéant du SIVAP (Service d Inspection Vétérinaire, Alimentaire et Phytosanitaires). Il organise ensuite la livraison des biens jusqu au client final, en utilisant de nouveau les services des acconiers (pour faire livrer les conteneurs à leurs docks) et ceux de transporteurs routiers la plupart du temps (sauf si le La zone de stockage et le quai vont s étendre vers l Est avec les 250 m supplémentaires du futur «Poste 8» client final vient prendre livraison luimême sur site). Les transitaires sont plus d une vingtaine sur la zone portuaire, où deux grands halls ont été mis à leur disposition. A travers cet aperçu sommaire de l activité portuaire liée au commerce international, on peut se rendre compte non seulement du nombre impressionnant d acteurs et de métiers qui entrent en jeu, mais encore de l étonnante et singulière interdépendance des uns et des autres. Tous se croisent et interfèrent sans cesse dans cette véritable fourmilière au bord de l eau et au pied de la ville. Au total, ce sont près de personnes qui, en permanence, directement ou indirectement, interviennent à un niveau ou à un autre de la chaîne pour rendre possible les échanges de biens, produits et autres matériaux entre la Nouvelle-Calédonie et le reste du monde. Espérant que ce modeste éclairage sur une activité ayant lieu pour l essentiel en zone sous douane (l accès y est réglementé et très scrupuleusement contrôlé) vous aura permis de mieux comprendre toute cette diversité, nous vous invitons, cher lecteur, à nous retrouver dans 15 jours (Actu n 26) pour le quatrième épisode de notre dossier qui traitera cette fois de la croisière et de la plaisance. A très bientôt! PYM * EVP : Equivalent Vingt Pied ou Twentyfoot Equivalent Unit (TEU) en anglais. C est une unité qui permet de dénombrer les conteneurs quelle que soit leur taille et d en déduire des volumes globaux de chargement de façon simple: un conteneur de 20 pieds vaut 1 EVP et un de 40 pieds vaut 2 EVP.

9 Numéro 24 vendredi 25/07/2014 ÉCONOMIE < 9 Tout savoir sur la loi antitrust L amphithéâtre de la CCI était bien rempli jeudi 17 dernier lors d un Rendez-vous de l économie dédié au droit de la concurrence. Il faut dire que depuis l entrée en application de la loi antitrust le 21 novembre dernier, nombreuses sont les entreprises à s interroger sur leur conformité par rapport à la nouvelle règlementation. Quels sont les enjeux liés à cette nouvelle loi du pays? Quelles sont les opérations impactées par les notifications préalables obligatoires? Décryptage. Votée au terme d une vive polémique, la loi antitrust a été créée afin de lutter contre les causes de la vie chère et les effets de concentration de certains secteurs, dont celui de la distribution. Son postulat de base, qui est loin de faire l unanimité, est le suivant : les effets de la concurrence sont bénéfiques. «Réguler la concurrence n est pas un frein au développement de l économie. De nombreux avantages en découlent pour les entreprises comme les consommateurs. Compétitivité et innovation sont au cœur d une concurrence encadrée et nourrissent la croissance économique. Les consommateurs ne peuvent que se réjouir d une concurrence qui devrait leur assurer de meilleurs prix et un meilleur choix», rappelait Juan-Miguel Santiago, Directeur adjoint des affaires économiques, en préambule de la conférence, avant d évoquer les différentes mesures prises. La chasse AUx concentrations bution suffisante pour compenser les atteintes à la concurrence». Au terme d un délai de cent jours ouvrés, le gouvernement prendra un arrêté motivé pour, soit autoriser, soit interdire l opération déclarée. Des amendes et/ou le retrait de l autorisation sont prévus lors- dans une zone de chalandise, une part de marché dépassant 25 % et un chiffre d affaires supérieur à 600 millions cfp. Lorsque ces conditions sont réunies, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie peut notifier son analyse à l entreprise en cause. Celle-ci peut alors, jugés insuffisants par le gouvernement, celui-ci peut lui enjoindre de mettre en place des mesures visant à réduire ses prix ou ses marges, voire la contraindre à céder une partie de ses actifs La loi renforce enfin la législation sur les pratiques anticoncurren- dentielles (prix, marges, coûts ) entre concurrents peuvent être considérés comme une pratique anticoncurrentielle, tout comme deux entreprises qui boycotteraient un nouvel opérateur ou fixeraient une police de prix», explicite Agathe Baufumé. Toutes ces mesures ont pour objectif de rétablir une meilleure compétitivité entre les acteurs du Territoire, tout en favorisant de meilleurs tarifs et un meilleur choix pour le consommateur. Mais une meilleure concurrence est-elle vraiment gage d une baisse des prix? Rien n est moins sûr quand on sait qu une entreprise parviendra mieux à réduire ses coûts de production si elle atteint un certain volume de vente. Certains vont d ailleurs jusqu à considérer l antitrust comme un véritable frein au développement, d autant plus sur un marché comme celui de la Nouvelle-Calédonie qui souffre déjà de sa taille limitée. Toujours est-il que nous reviendrons dans quelques semaines sur le sujet avec un premier bilan des effets de la loi antitrust. Le premier volet de la loi porte sur le contrôle «amont» des effets de concentration. Ainsi, tout projet de rachat d une entreprise par une autre, de fusion entre entreprises, ou de création d une entreprise commune et indépendante par plusieurs entités, est soumis à autorisation dès lors que le chiffre d affaires total réalisé en Nouvelle-Calédonie par les entreprises concernées est supérieur à 600 millions de francs cfp. En attendant la création de l Autorité de la Concurrence qui devrait intervenir dans les mois à venir, c est le gouvernement qui répond de la loi antitrust et du contrôle de son application. Toute opération de concentration doit ainsi être notifiée au gouvernement avant réalisation, par exemple dès la conclusion d un accord de principe ou la signature d une lettre d intention. Dans un délai de quarante jours ouvrés après notification, le gouvernement doit rendre une décision motivée, soit pour autoriser l opération, soit, «s il estime qu il subsiste un doute sérieux d atteinte à la concurrence, pour engager un examen approfondi», précise Agathe Baufumé, agrégée en économie et doctorante en droit de la concurrence. Durant cet examen, il sera examiné si l opération est ou non de nature à porter atteinte à la concurrence, aussi bien du point de vue de l offre que de la demande. Existe-t-il un abus de position dominante? La puissance d achat de l opération place-t-elle les fournisseurs en situation de dépendance économique? Telles sont notamment les questions qui seront posées. Dans certains cas, il pourra être admis que l opération «apporte au progrès économique une contri- Agathe Baufumé, agrégée en économie et doctorante en droit de la concurrence, et Juan-Miguel Santiago, Directeur Adjoint des Affaires économiques. qu une opération de concentration a été réalisée sans être notifiée ou dans des conditions différentes de ce qui a été notifié, ou bien lorsque les prescriptions associées à cette autorisation n ont pas été respectées. Les commerces de détail sous contrôle Le deuxième volet de la loi concerne les commerces de détail. Une autorisation préalable du gouvernement est désormais requise pour toute ouverture, extension ou rachat de magasin, dès lors que la surface commerciale excède 350 m 2. Et ce, en plus d une éventuelle déclaration provinciale à déposer. «Dans leurs dossiers de notification, les entreprises doivent désormais délimiter leurs marchés pertinents 1 et se livrer à une analyse du champ concurrentiel», précise Agathe Baufumé. La procédure à suivre est la même que pour le contrôle des concentrations. Traquer les risques d ATteinte à la concurrence La troisième partie de la loi est consacrée à la «résorption des situations soulevant des préoccupations de concurrence». Les entreprises visées sont celles pour lesquelles un abus de position dominante est présumé, du fait de prix de ou marges anormalement élevés. Ou celles qui détiennent, si elle estime cette analyse fondée, faire des propositions visant à améliorer la situation. Si l entreprise ne propose pas d engagements ou si les engagements proposés sont DUMBÉA KOUTIO MÉDIPÔLE NOUMÉA RT 1 auteuil tielles. Ainsi, les accords exclusifs d importation sont interdits, tout comme les ententes et les abus de position dominante. «Les échanges d informations stratégiques confi- InformatIons et ventes : Tél GSM Beryl Ziegler Pour contacter la DAE : Tél La définition du marché pertinent est réalisée en deux étapes, en distinguant tout d abord le ou les marchés de produits ou services pertinents, puis en définissant la ou les dimensions géographiques du ou des marchés ainsi délimités. le PROJET pour InvestIr VENEz NOuS RENcONTRER, NOuS étudierons ENSEMblE VOTRE PROJET ET SON financement. DÉfIsCaLIsatIon LoCaLe DU f2 au f4 à PaRTiR de f livraison 2015

10 10 > économie Numéro 24 vendredi 25/07/2014 Emploi local : à l heure du bilan La loi sur la protection et la promotion de l emploi local est entrée en vigueur en février Depuis lors, à compétences égales, les recruteurs s engagent à embaucher en priorité un citoyen, et à défaut un résident. L objectif étant de permettre aux Calédoniens d accéder à des postes qualifiés et de favoriser la main d œuvre locale plutôt que celle exogène. Deux ans et demi après la mise en application de cette loi, quel est le bilan de son efficacité? Fin d un mythe : non, les entreprises calédoniennes ne sont pas remplies de Métropolitains. Et pour preuve. D après la dernière étude prospective Emploi-Formation de l IDC-NC (2013), 86 % des salariés du Territoire se déclarent citoyens 1 calédoniens, contre 77 % en Serait-ce le résultat de la loi sur la protection et la promotion de l emploi local? Il est fort à parier que oui, même si les entreprises calédoniennes n ont pas attendu cette loi pour embaucher localement : au dernier recensement de 2009, 84 % des emplois pourvus l étaient par des citoyens 1 ou des personnes justifiant des 10 ans de durée de résidence. Au-delà des chiffres, les choses se compliquent bel et bien pour les travailleurs exogènes. ( ) 90 % des offres d emploi ne sont pas déclarées Si de nombreux postes peuvent être pourvus par des non-citoyens dès lors qu ils possèdent des compétences non disponibles sur le Territoire, il s avère que l embauche devient de plus en plus complexe pour les nouveaux arrivants. Fraîchement débarquée de Métropole, Tatiana 2 en a fait l expérience douloureuse. «J étais pressentie pour un poste de contractuelle à la province Sud quand, au dernier moment, j ai été évincée par une concurrente locale», raconte-t-elle. Les Z oreilles ne sont pas les seuls à rencontrer des difficultés de recrutement. Les employeurs, eux aussi, ont parfois du mal à trouver chaussure à leur pied sur le marché local. «On découvre que des métiers tendus depuis des années manquent encore de main d œuvre, malgré tous les efforts engagés sur la formation», souligne André Forest de l USTKE. Les ressources font notamment défaut dans certains métiers comme la conduite de transport de marchandises sur longue distance, la maintenance, le secrétariat ou encore la comptabilité, selon l étude de l IDC-NC. Et pourtant, fait étonnant, les constats de carence de candidature, déposés par des entreprises qui ne trouvent pas leur bonheur sur le marché local, se limitent à cinq à dix dossiers par mois. C est bien peu au regard des à déclarations d embauches par mois signalées à la CAFAT. Par ailleurs, la Commission Paritaire pour l Emploi Local (CPEL) n enregistre qu une dizaine de saisines annuelles émanant de candidats locaux contestant l embauche d un travailleur «exogène», à compétences égales. De quoi se demander s il était vraiment utile de légiférer. Des chiffres sous-évalués Sauf que, quand on s y penche de plus près, il s avère que ces chiffres sont en dessous de la réalité. En effet, ces saisines ne peuvent être effectuées que si les entreprises ont au préalable déposé leurs offres d emploi auprès des services de placement, comme le requiert la loi. Ce qui est loin d être systématique. «Sur à déclarations d embauches par mois signalées à la CAFAT (tous emplois confondus : CDD, CDI, intérimaires), on constate que dans les services de placement, seules 700 offres d emploi sont publiées officiellement. Ce qui veut dire que 90 % des offres d emploi ne sont pas déclarées», signale Marie-Pierre Goyetche de l USTKE sur le site de l organisation syndicale. Or, si toutes les entreprises respectaient la loi, il y aurait sans aucun doute davantage de saisines. Pourquoi les entreprises sont-elles aussi peu nombreuses à respecter leurs obligations? «Dans de nombreuses PME, les recrutements s effectuent par bouche-à-oreille sans passer par les services provinciaux de [Les Z oreilles] sont venus pour travailler. Ils sont dociles, compétents, fiables et non syndiqués 86 % des salariés se déclarent "citoyens" calédoniens l emploi», explique Catherine Wehbé, directrice du MEDEF-NC. Qui plus est, la plupart d entre elles trouvent facilement des citoyens ou des résidents à embaucher et s estiment ainsi dispensées de la formalité du dépôt d offre d emploi. Certes, elles s exposent à des amendes dont le montant peut atteindre jusqu à 400 fois le SMG horaire, sauf que, dans les faits, les poursuites de l administration s arrêtent aux mises en demeure. Quoi qu il en soit, «les entreprises locales ont plutôt intérêt à embaucher des locaux : ça leur coûte moins cher et cela s avère moins risqué dans la mesure où les travailleurs extérieurs rencontrent plus fréquemment des difficultés d adaptation», estime Yves Lefèvre, président de la commission Emploi & Formation du MEDEF-NC. Tout le monde n est pas de cet avis. Comme bon nombre d entrepreneurs, Olivier préfère embaucher des Z oreilles qui, dit-il, «sont venus pour travailler. Ils sont dociles, compétents, fiables et non syndiqués». Du pain béni pour les employeurs parmi lesquels certains ont trouvé la parade pour ne pas avoir à embaucher un travailleur local, sans pour autant être hors la loi. La solution miracle s appelle «Recourir aux services des patentés». Simple, flexible et bon marché (cf. notre dossier sur les patentés dans Actu N 19). Quant à ceux qui optent pour le recrutement d un salarié, «Ils seraient plus précis dans leurs critères de recherche, ce qui rend plus difficile la Que dit la loi? L embauche d un citoyen de la Nouvelle-Calédonie est la règle dans le secteur privé comme pour les agents contractuels de droit privé du secteur public. À défaut d un citoyen, à compétences égales, l employeur doit recruter une personne justifiant d une durée suffisante de résidence. À noter : les dispositions de la loi ne s appliquent pas : - à certains contrats à durée déterminée (CDD) de moins de 3 mois, - Au travail temporaire pour des missions de moins de 3 mois. Quelles sont les durées de résidence requises? Les durées de résidence s échelonnent de moins de 3 ans à 10 ans, en fonction de l emploi occupé. Elles sont fixées dans le Tableau des Activités Professionnelles (TAP), qui se base sur le Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois (ROME), créé en France par l ANPE (maintenant Pôle Emploi). Les durées ont été fixées par les partenaires sociaux, en fonction des difficultés de recrutement dans tel ou tel secteur d activité. Pour les métiers dont les besoins en recrutement sont totalement couverts par le vivier de demandeurs d emploi en Nouvelle-Calédonie, la durée de résidence est fixée à 10 ans. À l inverse, pour les métiers qui ont une difficulté extrême de recrutement, la durée de résidence a été fixée à moins de 3 ans. Ainsi, par exemple, au chapitre santé, médecins, pharmaciens et dentistes peuvent être recrutés même s ils ont moins de trois ans de résidence. À noter : La durée de résidence d un conjoint (marié ou pacsé) de citoyen est assimilée à une durée de résidence de 10 ans, La durée de résidence du conjoint d une personne justifiant d une durée suffisante de résidence est assimilée à celle de cette personne. Deux conditions cumulatives : être marié ou pacsé depuis au moins 2 ans, résider ensemble en Nouvelle-Calédonie. Quelle est la procédure légale de recrutement? L employeur qui souhaite recruter une personne doit rédiger une offre d emploi qui mentionne les qualifications et compétences requises de manière détaillée, avant de la porter à la connaissance du personnel, ainsi que du comité d entreprise ou à défaut du délégué du personnel. Si des candidats internes se présentent, aucune condition de citoyenneté ni de résidence ne s applique ; l employeur fait son choix librement parmi les salariés postulants. En revanche, s il n y a pas de candidat interne ou si les candidats internes ne sont pas retenus, l employeur doit alors déposer une offre d emploi auprès du service provincial de placement : SEF en province Sud, Cap emploi en province Nord, et EPEFIP en province des Iles. À chaque réception de candidature, l employeur doit fournir une attestation de dépôt de candidature qui indique : le nom de l employeur ou la raison sociale, le nom du candidat à l embauche, la date de réception de la candidature. Le candidat doit fournir tout justificatif de citoyenneté ou de durée de résidence (carte électorale des Provinciales, factures, etc.). Pour connaître la durée de résidence qui s applique, l employeur dispose du Tableau des Activités Professionnelles. Lorsque celleci ne figure pas dans le tableau, le classement est déterminé par la CPEL. À défaut, l employeur peut choisir tout candidat. Si aucun postulant citoyen ne se présente, ni aucune personne justifiant de la durée de résidence requise, l employeur fait son choix de recrutement librement. Sinon, il doit, au regard des conditions de qualification et de compétences égales donner la priorité aux citoyens et, à défaut, aux personnes qui justifient d une durée suffisante de résidence. Si parmi eux, il trouve chaussure à son pied, la procédure s arrête là. Si en revanche ces candidats ne conviennent pas au profil recherché, il peut faire constater la carence par la CPEL avant d embaucher un autre candidat. Il est recommandé de procéder à cette déclaration avant l embauche ; surtout si la démonstration du défaut de compétences et/ou de qualifications est simple. Exemple : embauche d un assistant de direction alors que le candidat a un profil d agent de saisie de données.

11 Numéro 24 vendredi 25/07/2014 économie < 11 satisfaction des offres», d après un bulletin de l IDC-NC En l état actuel, la loi sur l emploi local semble donc montrer ses limites en termes d application. Partenaires sociaux et pouvoirs publics s accordent toutefois sur un point. Malgré ses écueils, cette loi a au moins le mérite d exister et de clarifier la situation. «Elle porte la question de l emploi local au centre du débat et suscite une réflexion. Or, en parler, c est déjà un bon début», estime Magda Bonal-Turaud, Directrice-adjointe de la Direction du Travail et de l Emploi. Sans oublier ses vertus pédagogiques. «Elle permet de faire avancer le travail en matière de formation et de favoriser la montée en compétences des salariés», précise Catherine Wehbé du MEDEF-NC. Les démarches engagées en ce sens semblent d ailleurs commencer à porter leurs fruits. Entre 2011 et 2013, l Observatoire de l Emploi, des Qualifications, des Salaires et Part des salariés «citoyens» et «résidents» selon le niveau de formation obtenu le plus élevé Pas de diplôme 96% 4% CAP/BEP (niv 5) 91% 9% Bac (niv 4) 89% 11% Bac+2 (niv 3) 75% 25% Bac+3/4 (niv 2) 66% 34% Bac+5 (niv 1) 55% 45% de la Formation a noté une amélioration du niveau général de formation et une progression de la représentativité des citoyens parmi les salariés les plus diplômés. Et la relève est en marche. Le quotidien local relevait récemment qu à la rentrée 2014, 75 jeunes Calédoniens intègreront une grande école Yves Lefèvre Co-président du MEDEF-NC et Catherine Wehbé Directrice du MEDEF-NC Résidents Citoyens Base : salariés (hors NSP/NRP sur le statut au regard de l emploi local soit 32%) - Unité : % La proportion de salariés «citoyens» et «résidents» diminue avec l augmentation du niveau de diplôme. Ils représentent 96 % des salariés non-diplômés, contre seulement 55 % des salariés Bac + 5. Source : IDC-NC en Métropole, soit 30 personnes de plus qu en Il reste encore du chemin à parcourir pour les voir endosser des postes à responsabilité sur le Territoire, mais c est un bon début. Pour améliorer l accès des citoyens à des postes qualifiés, reste maintenant à mettre en place un programme de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) à l échelle du pays afin d anticiper les besoins et mettre en place des formations adéquates. Tout un programme En attendant, la loi sur l emploi local continue de creuser son sillage et de montrer la voie, n en déplaise à certains. Beryl Ziegler 1 Le statut de citoyen est défini dans les articles 4 et 188 de la loi organique n du 19 mars 1999 (version consolidée du 04/08/11) 2 Prénom d emprunt Comment ça se passe ailleurs? Les conventions internationales du travail autorisent la protection de l emploi local. Ainsi, comme la Nouvelle-Calédonie, plusieurs pays ont adopté des lois protégeant, à différents degrés, leurs travailleurs. C est le cas de la Polynésie Française où depuis 2009, dans le public comme dans le privé, cinq ans de présence sont requis pour pouvoir se porter candidat à des postes. C est également le cas de l Afrique du Sud avec son «affirmative action» en œuvre depuis Avant d obtenir l autorisation d engager un travailleur étranger, toute entreprise doit prouver qu elle n a pu trouver un travailleur sud-africain pour l emploi à pourvoir. D autre part, depuis 2003, les employeurs sud-africains reversent 2 % du salaire de leurs travailleurs étrangers à un fonds gouvernemental destiné à assurer la formation professionnelle de la main d œuvre locale, dans le but de stopper la fuite des cerveaux. Au Brésil, l emploi de main d œuvre étrangère se justifie soit par une spécificité professionnelle soit par une pénurie de main d œuvre qualifiée dans tel ou tel domaine. En outre, il est nécessaire d avoir cinq ans d expérience dans son secteur d activité afin d obtenir un visa de travail. Des mesures qui s apparentent de près ou de loin à celles de notre Territoire. Sans pour autant être dotés d une loi dédiée à la protection de l emploi local, de nombreux États restreignent l accès de leur marché du travail aux étrangers. L exemple le plus flagrant est celui des États-Unis où, pour pouvoir s établir pendant une période indéterminée, une «Green Card» est requise. Cette carte de résident permanent peut être délivrée sur un des critères suivants : immigration sur la base de relations familiales, des qualifications professionnelles, de l investissement. Elle peut également être obtenue grâce à la loterie organisée par les services d immigrations américains qui accordent chaque année Cartes Vertes. E S P A C E Centre de services Implantez vous dans la plus grande zone commerciale de la province Nord, à Koné! RDC : plus qu un local de 97 m 2 à louer À louer surface 73,42m 2 À louer À louer surface 62,82m 2 surface 63,46m 2 ICI À louer surface 73,59m 2 À louer surface 73,66m 2 Réservé surface 62,87m 2 Réservé surface 63,5m 2 À louer surface 73,47m 2 * Brut de béton À LOUER commerces & bureaux 2 plateaux de 500m² avec ascenseur Grande visibilité 47 places de parking Accès direct au Centre Commercial 1 er étage : 6 emplacements disponibles Tel :

12 12 > ÉCONOMIE Numéro 24 vendredi 25/07/2014 La CAFAT dit non au Carré Alma Le couperet est tombé vendredi dernier, suite au conseil d administration de la CAFAT. L institution ne regroupera pas ses services administratifs et de gestion dans le centre-ville de Nouméa, au Carré Alma, comme cela était prévu depuis Quatorze voix se sont opposées au projet contre six pour. l origine de cette marche à reculons : un problème de coûts A pour certains, un problème d espace pour d autres. Bien que situé à quelques mètres de locaux déjà occupés par la caisse de protection sociale, le Carré Alma ne répondait pas entièrement aux attentes. L étude de programmation réalisée en mai avait révélé l impossibilité d aménager l espace du complexe sans dégrader les conditions de travail des 600 employés de la CAFAT. Dans ces conditions, le conseil d administration de l institution a pris la décision définitive de ne pas procéder à la signature du contrat de réservation du Carré de l Alma. Une bonne nouvelle pour la CGPME et la fédération des fonctionnaires qui voyaient ce déménagement d un mauvais œil. Mais pas pour le MEDEF-NC qui déplore de voir sept ans de travail et de réflexion partir en poussière ; et encore moins pour Icade, promoteur officiel, qui a repris le Carré Alma au groupe Ballande en décembre dernier, et dont le projet pourrait être compromis suite à ce retrait. La question qui se pose maintenant est : où la CAFAT va-elle centraliser ses services aujourd hui disséminés dans Nouméa? En centre-ville? Ou bien à Koutio, près du Médipôle, où la première pierre du complexe Entre-deux-mers vient d être posée? Une zone qui, comme l affirme A quatorze voix contre six, le conseil d administration de la CAFAT a rejeté l installation de ses futurs bureaux administratifs et de gestion dans le projet du Carré Alma. Georges Naturel, maire de Dumbéa, «permettrait d offrir un meilleur service aux assurés CAFAT de Dumbéa, du Mont-Dore, de Païta, mais aussi à ceux des quartiers nord de Nouméa résidant plus près de Koutio que du centre-ville». Les administrateurs devraient, dans les mois à venir, reconsidérer les différentes options immobilières envisageables. Certaines rumeurs évoquent même une éventuelle implantation sur la presque-île de Nouville, à proximité de la future clinique. Dans tous les cas, le choix du futur projet devra passer par un appel d offres sur les marchés publics comme le requiert la procédure de passation de marché renforcée de la CAFAT. Autant dire que c est reparti pour quelques mois, si ce n est quelques années, de discussions. Une grève au hasard? Un problème d organisation du temps de travail : voici la raison de la grève organisée par le Soenc-Transport avec le personnel d Air Calédonie lundi 21 juillet C est pourtant une raison peu connue des passagers dont les vols ont été annulés. Ces derniers avaient l impression de ne pas être correctement informés, ni sur les tenants de la grève, ni sur l annulation des vols. Du côté du Soenc-Transport, les revendications sont claires. Le préavis de grève a été donné il y a deux mois, pour protester contre le manque de parole de la direction. En début d année, une convention entre le personnel navigant et Air Calédonie avait été signée : hôtesses et stewards ont accepté une baisse de leurs salaires, en retour d une réorganisation du temps de travail. Plus concrètement, le syndicat demandait la nomination de stewards d astreinte pour combler les arrêts maladie, et l obtention de repos de quarante-huit heures entre les vols. Une rencontre avec la direction a été obtenue lundi après-midi. Les négociations sont en cours et, d après Flore Whamereungo la récente élue secrétaire générale du syndicat, «cela se déroule bien. Nous avons rencontré le Directeur Général et il a pris en compte nos revendications. Nous voulons simplement remettre en place la convention qui a été signée en début d année, parce que récemment les temps de repos réglementaires, qui sont de douze heures entre chaque vol, n ont pas toujours été respectés.» L Observatoire de l emploi publie les métiers porteurs 2014 Permis pour l emploi : version 2.0 En mai, les auto-écoles devaient faire la grogne pour obtenir le remboursement des permis pour l emploi dû par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. En août, le dispositif repartira de plus belle, avec dix-neuf auto-écoles qui se sont engagées. Le gouvernement paie près de 80% du coût du permis (soit environ francs), et le jeune, âgé de 18 à 26 ans, à la recherche d un emploi, paie le reste. Côté nouveautés, le dispositif sera maintenant géré par la DITTT, à la place de l IDC-NC, et l absentéisme sera contrôlé de façon plus stricte pour obtenir de meilleurs résultats. A vos enseignes! La seconde édition du Florilèges des enseignes calédoniennes est ouverte! Ce concours, à l initiative de L Alliance Champlain et en partenariat avec la CCI, a pour but de valoriser la créativité et l imagination des commerçants dans le choix du design et du nom de leur enseigne. Ainsi, toutes les entreprises dont l enseigne est originale avec un nom porteur de sens et en adéquation avec leur activité peuvent participer. Les organisateurs du concours souhaitent, avec cette opération, non seulement mettre à l honneur la richesse de la langue française, mais aussi récompenser les commerçants qui ont su créer une enseigne originale. Les photos des enseignes doivent être envoyées par les commerçants, ou même leurs clients, entre le 15 juillet et le 15 septembre. Les résultats seront communiqués au mois d octobre. Pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site de la CCI (www.cci.nc). Soixante-seize métiers, notamment dans les secteurs du bâtiment, de l industrie et des supports à l entreprise, ont été dénombrés par l IDC-NC. Ce sont des métiers qui manquent de main-d œuvre sur le territoire. Cette année on en compte vingt de moins qu en Les raisons? Tout d abord, les employeurs manifestent moins d intention d embauche en 2013, et le nombre d offres d emplois a diminué. En face, le nombre de demandeurs d emplois a augmenté. Sur 531 métiers référencés, seuls 14% sont considérés porteurs. Certains secteurs ne sont pas porteurs du tout : le spectacle, l art et façonnage d ouvrage et la communication. Au contraire, les services à la personne et à la collectivité offriraient plus de 500 emplois potentiels, les métiers de la construction, le bâtiment et les travaux publics entre 400 et 500, de même que l industrie. Le support à l entreprise serait porteur de 300 et 400 postes non comblés par le vivier de demandeurs d emploi du territoire. Six nouveaux métiers porteurs font leur apparition en 2014, qui n avaient pas été dans la liste depuis 2007 (année de début de l étude). Il s agit de la conception et du dessin de produits mécaniques, de la stratégie commerciale, du conseil en organisation et management d entreprise, du bûcheronnage et de l élagage, de la direction et de l ingénierie en entretien infrastructure et bâtiment et enfin des études géologiques. L étude complète peut être retrouvée sur le site de l IDC-NC : idcnc.nc > Articles récents > 16 juillet, Les métiers porteurs La MIJ souligne que ces métiers porteurs sont de plus en plus demandeurs de diplômes, quand les deux tiers de leur propre public n a pas encore le BAC. Ainsi, même si l on parle de métiers porteurs, ils ne sont pas porteurs pour tout le monde. En construction Le Milford, cinq étages pour vingt-six logements rue de Sébastopol, avec un coût d environ 640 millions de francs, est l un des axes stratégiques de la Société Immobilière de Nouvelle-Calédonie (SIC). Il viendra compléter, début 2015, l offre existante de la société dans ce quartier, qui est une résidence de onze logements au pied de la Cathédrale, avec des F3 de quatre-vingt mètres carrés, un commerce et trois niveaux de parking. En août débuteront quatorze mois de travaux, répartis jusqu en 2017, sur la résidence pour personnes âgées de Port N Géa. Les locataires de ces habitations seront dans ce temps progressivement relogés aux Orchidées de Ouémo et aux Cerisiers Bleus de Tuband. Elections professionnelles à la SLN Vendredi 18 juillet ont eu lieu les élections des délégués du personnel et des comités d entreprise de la Société Le Nickel. La Soenc-Nickel, en la personne de monsieur Watanabe se dit globalement satisfait puisque le syndicat n a perdu qu 1% sur l ensemble des élections, et a su s implanter sur Tiébaghi. Néanmoins pour obtenir un siège au CE de Tiébaghi et de Népoui le Soenc va devoir réfléchir à des alliances stratégiques. «Nous envisageons une coopération avec l USTKE. Récupérer des sièges dans ces deux comités fait partie de nos objectifs. Le budget du CE de Doniambo est suffisamment développé aujourd hui pour faire de Tiébaghi et Népoui des priorités. Nous voulons amener leurs budgets au niveau de celui de la capitale. Pour cela, nous avons pensé à une convention avec Doniambo afin d étendre les avantages en termes de loisirs et d œuvres aux deux autres sites moins dotés. En partageant les frais, par exemple» déclare Jean-Claude Watanabe. Pour ce qui est de la vie économique de l entreprise, le Soenc prévient : «nous serons très vigilants sur le maintien de la masse salariale. La SLN a annoncé que le nombre d employés ne diminuerait pas avec le plan et nous ferons en sorte que cette promesse soit maintenue». La construction de la centrale à charbon est également sur la liste des priorités. «Elle permettrait d économiser un dollar par livre sur le prix de revient» justifie Jean-Claude Watanabe. Globalement, les résultats de représentativité sont les suivants : le Soenc-Nickel obtient 34,90% des voix, le SGTINC 29,29%, le CSTNC 21,32% et l USTKE 13,73%.

13 Numéro 24 vendredi 25/07/2014 L interview < 13 Rencontre avec la présidente du gouvernement Cynthia Ligeard, pragmatique et sécurisante A la tête d un Exécutif qui aura mis beaucoup de temps avant de prendre ses marques et de se mettre enfin au travail, Cynthia Ligeard ne tire pas de plans sur la comète. Au contraire : pragmatisme et réalisme reviennent souvent dans ses propos. Avec en prime, une volonté évidente de gommer le phénomène de la délinquance juvénile. Interview... Après trois semaines de flottement, le gouvernement est enfin opérationnel. S est-il vraiment mis au travail? Cynthia Ligeard : oui, je peux vous affirmer qu il s est vraiment mis au travail. Ainsi, nous avons déjà eu plusieurs séances de travail et autant de réunions de collégialité autour notamment du compte administratif et du budget supplémentaire. Et tout le monde y a participé activement. Bref, je le répète, ça travaille... Est-il toujours collégial à défaut d être consensuel? Il est toujours collégial. Et il est aussi consensuel sur des sujets importants. A propos de collégialité, justement, même si l on peut penser qu elle est susceptible de constituer un frein par certains aspects, j ai l intime conviction que c est quelque chose qui fait partie de notre nature calédonienne. En outre, elle permet de sortir du tout majoritaire et de donner la parole à tout le monde. J ai l intention que les actions menées par le gouvernement fassent comprendre aux Calédoniens que l on s occupe d eux et de leur quotidien Du coup, cela donne une pluralité de regard sur des dossiers sensibles, et cela nous oblige à discuter ensemble, d aller au-delà de nos positions premières, et de chercher les bonnes solutions. Avec quand même des risques de ralentissement dans les procédures... Effectivement, le défaut de cette qualité de dialogue peut être une certaine lenteur, voire l éventualité de tomber dans le piège de l immobilisme. Mais encore un fois, une position bien arrêtée sous l angle de la collégialité signifie qu elle est portée par l ensemble du gouvernement... Quel style souhaitez-vous donner à ce gouvernement? Je le résumerai en trois mots : proximité, efficacité et pragmatisme. Ce qui n exclue évidemment pas le fait d avoir une vision à long terme pour la Nouvelle-Calédonie. Par ailleurs, je souhaite que ce gouvernement soit proche de la population et à l écoute des besoins qui remontent, afin que les Calédoniens aient vraiment le sentiment qu il s occupe d eux au quotidien sinon, si l on n y prend pas garde, une autre attitude risquerait d engendrer des crispations et de la sinistrose. Qu est-ce qui est le plus difficile au bout du compte : diriger une Province ou être aux commandes du gouvernement? Les deux fonctions sont difficilement comparables. A la Province, on dispose d une majorité. En conséquence, on organise et on décide. Au gouvernement, où il y a avant tout la collégialité, il importe donc de discuter en permanence sur tous les dossiers. Cela dit, je trouve que les deux fonctions sont exaltantes! Même si je n ai pas encore l habitude de la seconde... Du côté des dossiers chauds à traiter en urgence? Il y a tout d abord ceux imposés par le calendrier. Je veux parler du budget supplémentaire 2014, de la Conférence économique et sociale qui aura lieu fin août dans le cadre de la lutte contre la vie chère, de la fiscalité, du financement des régimes sociaux, de la fonction publique, du Médipôle de Koutio, du projet éducatif. Mais dans tous les secteurs, il y a des sujets qui ne vont pas souffrir d attendre trop longtemps. Bref, il y a du travail sur la planche! Et les finances vont suivre? Bonne question! C est justement là que collégialité et consensus doivent être bien présents. Et ce, d autant plus que l on partage tous la volonté de rétablir un bon équilibre des finances de la Nouvelle-Calédonie. En fait, il va falloir travailler à la fois sur une rationalisation des dépenses et une recherche de ressources supplémentaires. Ainsi, par exemple, cette politique va se traduire par une restriction maximale des finances de l institution - ce qui suppose que chaque membre du gouvernement devra faire des efforts dans les domaines dont il a la responsabilité. Sur un plan plus général, les Calédoniens aspirent à vivre dans un climat de sécurité enfin retrouvée. Seront-ils entendus en haut lieu? Cette question me permet de revenir sur les événements qui ont secoué Bourail ces jours derniers avec l incendie du collège. Nous avons tous affirmé la volonté du gouvernement de voir les auteurs sanctionnés comme il se doit, car il n est pas possible de laisser passer un acte d une telle gravité sans qu il n y ait de sanction. Laquelle doit doit être suivie d un accompagnement social dans la mesure où, ne l oublions pas, il s agit de jeunes. Dans cette affaire, tout le monde doit jouer le jeu, les politiques comme les responsables coutumiers, sans oublier les parents. Même si l on peut penser qu elle est susceptible de constituer un frein, la collégialité est quelque chose qui fait partie de notre nature calédonienne Pas question par ailleurs que des actes aussi graves restent sans réponse de la part de la Justice. Sinon ce serait une incitation à de plus en plus de délinquance... Au-delà des bonnes intentions, les Calédoniens attendent surtout du concret... Lorsque je présidais aux destinées de la province sud, nous avions commencé à travailler sur un outil qui n est pas forcément la solution idéale, mais qui pourrait être de grande utilité : un Centre éducatif spécialisé tourné vers les mineurs délinquants récidivistes. Je le répète : si on ne traite pas le problème, les petits délinquants vont se transformer en délinquants durs. Et la situation peut s éterniser et dégénérer. Aussi faut-il mettre rapidement un coup d arrêt à cette dérive dangereuse. D autant qu aucune partie du territoire n échappe au phénomène. A nous d agir! C est-à-dire agir comment? Dans notre esprit ce Centre éducatif fermé s inspirerait de ce qui est fait en Métropole ou en Nouvelle-Zélande, mais serait adapté à ce qu il convient d appeler les spécificités locales. Sans oublier non plus les capacités de financement, dans la mesure où il s agit d une structure qui coûte cher, très cher. Il importe par conséquent que toutes les collectivités s impliquent - y compris d ailleurs l Etat, qui appelle de ses vœux l implantation d un tel Centre en Nouvelle-Calédonie. Ce Centre éducatif fermé permettrait notamment aux jeunes délinquants mineurs de réapprendre les règles de base de la vie en société Plus concrètement encore... En fait, cette structure aurait une double vocation. D abord un volet coercitif visant à contraindre les jeunes délinquants à entrer à nouveau dans un cadre normal. Ensuite un volet rédemption et d accompagnement social qui leur permettrait de réapprendre les règles de base de la vie en société, afin qu ils puissent imaginer la construction d un avenir correct. Le tout, bien sûr, avec de la formation. Un calendrier est-il déjà établi? Non, c est encore un peu trop tôt pour avancer une date! Mais d ores et déjà une certitude : nous n avons pas l intention de nous contenter d un simple copié-collé sur ce qui se fait en Métropole ou en Nouvelle-Zélande. Au contraire, nous Ayant trop conscience des enjeux importants qui nous attendent, nous n allons pas nous perdre dans des considérations nébuleuses... voulons créer un produit calédonien adapté à la population, et être sûrs de bâtir quelque chose sur mesure... Quel message la présidente du gouvernement souhaiterait adresser aux Calédoniens? Leur dire que nous avons tous les atouts ici pour réussir notre constitution institutionnelle, mais aussi pour bâtir un véritable projet de société. Au demeurant, ces atouts sont renforcés par le fait que les résultats des élections provinciales ont contraint les forces loyalistes - et c est tant mieux! - à se regrouper de façon à être plus efficaces et à garantir la stabilité des institutions. Et si un coup de canif était donné dans le fameux contrat de gouvernance solidaire? Si l un des trois partenaires venait à manquer, la stabilité entière de nos institutions serait alors remise en cause! Avec tous les effets désastreux que l on imaginer! Rassurez-vous tout de suite : nous avons trop conscience des enjeux importants qui nous attendent pour nous livrer à un petit jeu dangereux! Même sentiment, je pense, du côté des indépendantistes... Bref, le gouvernement est au travail! Les institutions sont travail! Nous n allons pas nous perdre dans des considérations nébuleuses! Au contraire, nous allons entreprendre des actions pragmatiques de tous les jours. Et avoir en tête une réelle ambition pour ce pays qui le mérite tant. Propos recueillis par Thierry Cador

14 14 > Le fil de la semaine Numéro 24 vendredi 25/07/2014 > 37 ème et 38 ème décès Nouveaux drames sur nos routes! Dans la nuit de mercredi 16, vers 22h30, deux pick-up sont rentrés violemment en collision sur le pont de la rivière Ouaménie. A bord du premier pick-up, le chauffeur, âgé de 37 ans et originaire de la tribu de Nakéty à Canala, est décédé sur le coup. Alors que son épouse s en sort avec quelques égratignures, sa fille de 4 ans est quant à elle grièvement blessée et son pronostic vitale reste engagé. La petite ne portait pas de ceinture de sécurité. Quant aux occupants de l autre pick-up, eux non plus n étaient pas attachés. Ils s en sortent en souffrant d une hémorragie au ventre pour l un et de douleurs aux dos pour l autre. Ce nouveau drame a nécessité une forte mobilisation des secours sur place. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l accident et des prélèvements ont été effectués pour vérifier la présence d alcool ou de stupéfiants dans le sang des deux conducteurs. Encore une fois le non port de la ceinture de sécurité est en cause! Dimanche 20 juillet en fin de matinée, c est un jeune homme de 19 ans qui a perdu la vie sur la RT3 à la hauteur de la tribu de Monéo, sur la commune de Ponérihouen, dont il est originaire. Après une violente sortie de route du véhicule, les trois occupants, blessés, ont été pris en charges par les secours. Si deux ont pu sortir de l hôpital rapidement, le troisième est décédé dimanche après-midi des suite de ses blessures. Les causes de cet accident sont consternantes. En plus d une vitesse excessive, les occupants n étaient pas attachés et le conducteur, en plus de ne pas avoir le permis de conduire, était sous l emprise de l alcool. Encore un décès dû à un comportement irresponsable et qui aurait pu être évité! Faible participation aux élections de la CMA Le 10 juillet, les artisans ont élus leurs représentants à la Chambre des métiers et de l artisanat. En tout, vingt-quatre chefs d entreprises ont été élus pour une durée de 5 ans. Mais c est le faible taux de participation à ces élections qui aura bel et bien marqué les esprits. En effet seuls 546 artisans ont fait le déplacement jusqu aux urnes sur les actifs concernés par les actions de la CMA, soit une participation de 8% des artisans. Jo bar en feu Samedi 19 juillet vers 11h00, le Jo Bar, l un des nakamals les plus connus de Nouville, a pris feu. Grâce à la rapidité des secours, celui-ci a pu être maitrisé rapidement et l établissement n a été qu en partie détruit. Sans cela, l issue aurait pu être nettement plus dramatique et détruire toute la structure ainsi que les autres nakamals jouxtant le Jo Bar. L établissement reste tout de même ouvert pour la plus grande joie des habitués pouvant profiter d un espace sécurisé. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes du sinistre. Les pertes sont estimées à francs mais elles auraient pu être nettement plus importante sans la rapide intervention des secours prévenus par les habitants vivant sur les hauteurs. Un appel à témoins a été lancé. De l herbe en moins Il y a une dizaine de jour, la brigade de gendarmerie de Houaïlou, aidée par les coutumiers, a détecté huit parcelles de cannabis représentant près de 700 pieds en pleine fleur prêts à la revente. Le tout a été arraché et détruit. Une enquête a été ouverte pour identifier les cannabiculteurs. Méchant coup d ouest Les intempéries du week-end du 19 et 20 juillet ont apporté leur lot de dégâts. Des vents atteignant parfois 35 nœuds en rafales ont soufflés sur les baies malmenant les navires. Cinq embarcations mouillant baie de l Orphelinat se sont détachées de leur corps-mort dont deux se sont même échouées. Cette baie, normalement abritée, est exposée au vent en cas de coups d ouest. Ces événements ont nécessité l intervention des brigades du Centre de coordination de sauvetage maritime de La cavale est finie pour Jean-Paul Kamodji Nouvelle-Calédonie (MRCC) de Nouméa. La Société nationale de secours en mer (SNSM) a aussi été appelée en urgence afin de secourir l équipage de quatre personnes d un voilier de neuf mètres en détresse qui avait subi une sérieuse avarie et qui risquait de s échouer. Au vu des événements, les autorités portuaires et les secours rappellent qu une surveillance des bateaux est importante en cas de coups d ouest et qu il faut vérifier régulièrement les mouillages et l état des bouts. Un des quatre évadés du Camp Est a été arrêté le mercredi 16 juillet à 13h40 au sein de la tribu de Saint- Louis. Jean-Paul Kamodji est le premier à reprendre le chemin du Camp Est après près de quatre mois de cavale. Le GIPN et le GPIOM, les deux groupes d intervention de la police et de la gendarmerie, ont procédé à l arrestation du fugitif dans ce que les enquêteurs appellent un «point de repli» qui aurait été placé sous étroite surveillance des forces de l ordre depuis plusieurs mois. Automobilistes attention! Les forces de l ordre lancent un appel à la vigilance. Le weekend du 19 et 20 juillet, près de dix vols de voitures ont été enregistrés. A chaque fois c est le même mode opératoire. Le ou les individus se sont introduits dans le domicile de leur victime et y ont dérober les clés. Quatre des véhicules volés ont été retrouvés à Canala et un à Thio. Ceux-ci seront rendus à leurs propriétaires. Alors, évitons de laisser nos clés en évidence! Tout est bien qui finit bien Deux jetskieurs se sont fait une belle frayeur lundi 21 juillet. Partis en début d après midi, ils n étaient toujours pas rentrés à la tombée de la nuit. A 18h, les secours sont prévenus par l entreprise de location de jet ski, ne les voyant pas revenir. Aucune des deux personnes sur le jet ski ayant un téléphone portable ou un système VHF, leur localisation par les secours a été difficile. De plus, la nuit sans lune, donc avec un éclairage quasi nul, a rendu la tâche au secours encore plus compliquée. Au total, un avion de la Marine Nationale, un hélicoptère de la Gendarmerie et un semi-rigide de la SNSM ont été déployés pour les recherches concentrées sur une zone comprise entre la Baie de Dumbéa, la Presqu île de Maa et l île Nou. A 20h25, l hélicoptère localise le jetski au milieu de la zone de recherche, grâce à ses jumelles à vision nocturne et à la lampe flash que portait le propriétaire du jetski. Une seule personne est à bord, le passager ayant décidé de tenter de rejoindre la côte à la nage. Les recherches de l hélicoptère reprennent pour tenter de retrouver l homme à la mer. A 21h56, après plus de 5 heures de dérive à la suite d une avarie de propulsion et 2h30 de recherche, le passager du jetski est retrouvé sain et sauf sur l îlot N Dié. N ayant pas réussi à rejoindre la côte à la nage il s est laissé dériver jusqu à cet îlot. Sans la vigilance de l entreprise de jetski et le professionnalisme des sauveteurs, leur petit escapade aurait pu avoir une issue bien plus dramatique.

15 Numéro 24 vendredi 25/07/2014 CULTURE < 15 > Episode 6 Il était une fois la Savexpress L ouverture de la VDE en 2000 et le doublement progressif de la VDO vont ouvrir de nouvelles perspectives pour la SARL devenue Société d Economie Mixte Locale. Avec l aval des institutions... Au cours de son rendez-vous du 3 septembre 1990, le conseil d administration prend note du fait que le Territoire a fait dévolution de de ses actions à la province Sud, après que les dix-neuf autres actionnaires aient confirmé qu ils renonçaient à exercer leurs droits de préférence. Du coup, le Territoire ne conserve un temps qu une seule action à titre de garantie. Un mois plus tard, presque jour pour jour, la Savexpress prend la décision de s adjoindre des censeurs. D où une modification de l article 22 des statuts de la société : «il est institué un collège de censeurs chargé d étudier, de donner son avis sur les directives qui lui sont soumises par le conseil d administration ( ) Leur nombre est fixé par le CA qui les désigne lui-même et arrête les modalités de leur rémunération...». En même temps, un arrêté est pris : le premier censeur sera le président de la province Nord ou son représentant. Ce sera en l occurrence Léopold Jorédié qui est alors aux commandes de l Exécutif nordiste. A la même époque, atteint par la limite d âge, Arnold Daly quitte ses fonctions présidentielles. D où là-aussi une autre décision du CA : «les administrateurs doivent être propriétaires, pendant toute la durée de leur mandat, d au moins une action chacun...». La question devait fatalement arriver Au nom de la province Sud, Pierre Frogier insiste sur le fait qu il importe de transformer l entreprise en SEM, afin de répondre à l évolution de la législation tôt ou tard. En l occurrence celle des dividendes annuels! La discussion engagée à ce propos le 22 mai 1990 permet d arriver à la double conclusion suivante : d une part, la rémunération des capitaux doit être rentable et, d autre part, elle ne doit pas se faire au détriment des usagers de la concession. Aussi le secrétaire général du Territoire, M. Carenco, fait-il voter un dividende statutaire de 8% qui permettra de satisfaire l actionnariat tout en donnant à la société les moyens d investir dans de nouveaux projets. A noter que neuf ans plus tard, les dividendes tomberont à 6% compte tenu de l importance de l actionnariat public. Le 27 novembre 1992, alors qu elle rend hommage au président Arnold Daly qui vient de décéder dans sa soixante-douzième année, la Savexpress nomme par cooptation une personne physique dans le fauteuil présidentiel. Il s agit de François Burck, qui a alors trois mois pour confirmer son acceptation en procédant à l acquisition d une action ce qui sera d ailleurs fait dans les temps. Par ailleurs, au nom de la province Sud, Pierre Frogier insiste sur le fait qu il importe de transformer l entreprise en une société d économie mixte, afin de répondre à l évolution de la législation. L étude de Me Barré sera alors mandatée pour étudier les modalités de changement et rendra son rapport un peu plus tard. Le premier censeur sera le président de la province Nord ou son représentant. En l occurrence Léopold Jorédié. Mais le projet notarial apparaît insuffisamment précis. Et Pierre Frogier, toujours lui, obtient que les services juridiques de la province Sud établissement un projet général des statuts. Car le temps presse, et de grands projets pointent leur nez à l horizon... La semaine prochaine : Cap sur la voie de dégagement Est > Saga calédonienne Vingt-deuxième épisode de la saga calédonienne avec le parcours d un haut fonctionnaire très controversé tout au long de son séjour : le gouverneur Feillet.. FEILLET Paul ( ) Né à Paris le 4 avril 1857, Paul Feillet entreprend des études de droit, à l issue desquelles il fait ses premières armes professionnelles au ministère de l Intérieur. Puis il entre dans l administration coloniale avec un poste de sous-directeur à la Guadeloupe où son tempérament plutôt vif sur les bords le conduit à se battre Dès qu il débarque sur le Caillou le 10 juin 1894, le gouverneur Feillet suit à la lettre les instructions de son ministère. en duel. A noter au passage que les séquelles consécutives à ses blessures le feront terriblement souffrir durant toute sa vie. Et elles expliquent aussi, outre les innombrables déboires politiques, sa mort prématurée à l âge de 46 ans. A noter aussi qu avant son arrivée en Nouvelle-Calédonie, une première tentative de colonisation libre se déroule sous l égide d Eugène Etienne, Secrétaire d Etat aux Colonies puis chef du parti colonial. Cette première expérimentation sera réalisée essentiellement dans la région de Koné, mais ne se traduira que par des réussites modestes, démontrant ainsi la quasi-impossibilité de la colonisation mixte c est-à-dire la coexistence sur un même sol d une dynamique de peuplement pénal et de peuplement libre. Dès qu il débarque sur le Caillou le 10 juin 1894, le gouverneur Feillet suit à la lettre les instructions de son ministère. En clair, il engage une politique profondément différente de celle qui avait été conduite, en recommandant la fermeture progressive du robinet «d eau sale» - c est-à-dire du bagne. En faisant preuve d une grande résolution malgré les obstacles qui se succèdent sur un rythme soutenu, Feillet parvient à imposer sa conception d une démocratie rurale basée sur de petites propriétés caféicoles. Mais sa politique, qui implique des moyens importants pour créer les centres de colonisation, se heurte à l hostilité du Conseil général. Lequel représente l oligarchie locale qui vit (aisément) des retombées de l administration pénitentiaire. Un séjour prolongé à Paris lui permet d arracher au ministère les indispensables concessions nécessaires à la poursuite de sa politique Relayées par une presse partisane, les positions se figent, opposant les feillistes (souvent franc-maçons et donc anticléricaux par voie de conséquence) aux anti-feillistes que leurs adversaires qualifieront de cléricaux. La référence à l Eglise est à situer dans le cadre des conflits politico-religieux induits par la fameuse affaire Dreyfus qui dominent la politique française de cette époque. Un séjour prolongé à Paris (au tournant des années ) permet à Paul Feillet d arracher au ministère les indispensables concessions nécessaires à la poursuite de sa politique. En cantonnant les Kanak, il dispose ainsi de terres agricoles qu il va attribuer aux colons affluant pleins d illusions. Par ailleurs, soucieux de procurer au Caillou une main d oeuvre abondante que n apporte plus celle du bagne, le gouverneur est à l origine de l importante immigration javanaise et tonkinoise qui caractérise l époque de l Entredeux-guerres. Cependant, dès 1900, l expérience tourne court! Avec l effondrement des prix du café, les échecs s avèrent de plus en plus nombreux. D autant qu ils sont aggravés par la politique financière de retrait qu engage systématiquement l Etat. Fatigué, désespéré et malade, Paul Feillet meurt en 1903 D après «une Histoire en 100 histoires» aux éditions Bambou. En vente sur commande au

16 16 > Politique Numéro 24 vendredi 25/07/2014 > La démission de Jean-Jacques BROT Une victoire pour les turlupins? Dès son arrivée, en février 2013, il avait prévenu qu il ne serait pas un soliveau! Promesse tenue. Pendant près d un an et demi, Jean-Jacques Brot a occupé le devant de la scène, en donnant son avis sur tout et en intervenant sur tous les dossiers. Représentant de l Etat, il estimait qu aucun sujet ne lui était étranger et qu il était habilité à intervenir sur tout. Son franc-parler a fait des ravages et lui a créé quelques solides inimitiés. Mais son engagement et l affirmation de ses convictions, tellement éloignés de la langue de bois compassée de la fonction publique, lui ont valu, aussi, de nombreux soutiens. Sa démission est dans la lignée de son comportement. Il agit avec fracas. Mais quelle est l origine de ce dernier clash? Cela couvait depuis des mois et une première alerte avait eu lieu en février dernier quand le haut-commissaire avait surpris tout le monde en affirmant être contraint, le temps d un weekend, de renoncer à tous ses engagements publics. A l origine de ce premier coup d éclat, la révision de la liste électorale spéciale et l envoi, contre son gré, d une mission du comité de décolonisation de l ONU. Mais Jean-Jacques Brot était réapparu très vite dans les médias en essayant de dissiper tout malentendu. Toute spéculation sur une différence qu il pourrait y avoir entre ma pensée et celle de monsieur Lurel ou celle de monsieur Ayrault seraient infondée, grotesque et n existe pas, disait-il. Comment un haut-commissaire ou un préfet, peut-il, par construction, être en divergence avec le gouvernement qu il représente? de l Etat, Jean-Jacques Brot poursuivait donc, jusque à ces dernières semaines, la mission qui était la sienne. La reprise en main du dossier calédonien C est la nomination du gouvernement Valls qui semble être venue bousculer cette ordonnance avec le retour, sur le devant de la scène le dossier lui appartient. Qu il est le seul à pouvoir le gérer et l aboutir. Mis devant le fait accompli, le haut-commissaire n a pas caché ses réserves sur une mission qui lui semblait trop partisane et trop décalée par rapport à la réalité de la Calédonie de Ses observations ont déplu ou sont restées lettre morte mais Jean-Jacques Brot a eu le sentiment d être délibérément écarté de la préparation du comité des signataires qui figurait, pourtant, sur sa feuille de route. La ministre des Outremers a échappé AU pire! Dans ce contexte, les préparatifs de la visite de George Pau Langevin ont été agités. Le haut-commissaire a d abord pris comme un véritable camouflet l interview du Premier ministre Manuel Valls, envoyée directement aux Nouvelles Calédoniennes sans que lui-même en soit informé. Il n a pas non plus apprécié d être écarté de la préparation du discours de la ministre des Outremers et dès son arrivée, jeudi soir, claquer la porte, de façon théâtrale, pendant le discours de George Pau Langevin, Jean-Jacques Brot a ponctué les propos de la ministre de mimiques particulièrement expressives qui ne laissaient aucun doute sur sa désapprobation. Il a ensuite remis sa lettre de démission dont le contenu n a pas été rendu public. Jean-Jacques Brot dira, ensuite, être en désaccord avec onze points de l intervention ministérielle, mais il a renoncé à s exprimer publiquement sur la question. On sait toutefois qu il a exprimé des divergences sur les modalités choisies pour la révision de la liste Il a longtemps hésité sur la forme à donner à cette annonce et il avait notamment envisagé de faire un esclandre lors de l allocution de la ministre des Outre-mers au Congrès. Le soutien de l elysée et de MATignon Ce démenti n avait que partiellement convaincu et nombreux étaient ceux qui connaissaient les tensions et les divergences qui persistaient entre le haut-commissaire et les cabinets parisiens qu il inondait de notes et de mails auxquels ils ne répondaient pas. N empêche! Jean-Jacques Brot avait alors le sentiment d être soutenu pour assumer la mission qui lui avait été confiée par le gouvernement. Il se prévalait notamment de la confiance de Jean-Marc Ayrault, qui l avait reçu avant même de proposer sa nomination au président de la République. J ai eu l occasion de voir, ensuite, à plusieurs reprises, et en tête à tête, le Premier ministre, que ce soit ici ou à Paris, et je dois dire de la manière dont il aborde le dossier calédonien qu il est un des meilleurs connaisseurs, à Paris et en France. Il aborde ce dossier avec sérieux, courage, détermination, sérénité, dans un esprit de politique parisienne, de certains réseaux du parti socialiste. Dès lors, la machine s est enrayée et, au lendemain des élections provinciales et de la mise en place des institutions, Paris a décidé, semblet-il, de reprendre en main le dossier calédonien avec l envoi, notam- à l époque où Jean-Jacques Brot avait reçu Actu.nc dans son bureau. Sur le meuble, des photos du Général de Gaule et de Churchill... il s est longuement entretenu avec elle pour lui faire part de son irritation et la mettre en garde sur certains dossiers d actualité. Mais déjà, la colère grondait. Irrité depuis plusieurs jours par les prémices de ce déplacement, informé de la volonté de Paris de le remplacer, agacé par le comportement des membres de cabinet, le haut-commissaire avait mûri sa décision de renoncer à ses fonctions. Mais il a longtemps hésité sur la forme à donner à cette annonce et il avait notamment envisagé de faire un esclandre lors de l allocution de la ministre des Outre-mers au Congrès. Son sens des usages républicains l a finalement emporté. Au lieu de électorale, sur la façon d aborder le dossier nickel ou encore sur l absence de décret sur les armes. Plus globalement, c est le sentiment d une reprise en main partisane du dossier calédonien et sa mise à l écart délibérée qui ont exaspéré le haut-commissaire. Et son désaccord avec la politique qu on voudrait lui voir mettre en œuvre. Mais il n a pas renoncé complètement. Lundi soir, il est parti à Paris pour donner de vive voix les explications les plus complètes possibles sur les raisons de sa démission. La suite appartient au conseil des ministres. Marigny Avec son style particulier mais soucieux de se conduire en grand serviteur de l Etat, Jean-Jacques Brot poursuivait donc, jusque à ces dernières semaines, la mission qui était la sienne. confiance et d apaisement, c est la seule feuille de route à laquelle je me réfère. Sa feuille de route, c était la mise en œuvre de l Accord de Nouméa bien sûr, l organisation des élections municipales et provinciales, la préparation du comité des signataires de 2014 et la visite en novembre du Président de la République. Avec son style particulier mais soucieux de se conduire en grand serviteur ment, de la mission Christnacht/ Merle. La décision a été prise sans concertation. Elle s est plutôt imposée comme une évidence à des socialistes qui se sont tournés naturellement, vers ceux des leurs qui connaissaient le dossier. Le hasard du calendrier électoral a fait que le PS était au pouvoir en 88 et en 98 et que c est, sous son égide, qu ont été signés les accords de Matignon et de Nouméa. Il estime, depuis, que

17 Numéro 24 vendredi 25/07/2014 politique < 17 > George Pau-Langevin sur le Caillou Ce fut une visite très... «sinistérielle»! Elle est venue, elle a vu, elle a entendu. Souriante, avenante et attentive. Le problème, c est qu elle n a pratiquement rien dit. Et elle n a surtout pas convaincu ses interlocuteurs qui l ont écoutée d une oreille distraite. En prime, le Haussaire lui a volé la vedette avec sa fracassante démission! Plutôt dépitée la ministre des Outre-Mer qui est repartie sur Paris en se posant sans doute des questions sur l objet de son déplacement... peine installée (très confortablement) dans l avion qui la rame- A nait dimanche soir vers Paris, George Pau-Langevin a repris sa respiration. Et une idée lui vint à l esprit : «finalement, qu est-ce que je suis venue faire sur cette terre française du bout du monde? Bon, j ai vu des décors magnifiques, j ai rencontré des gens plutôt sympathiques. Mais pour le reste? Je n ai rien dit, à part quelques banalités d usage. Bref, je me suis offert sur le dos de la Princesse trois jours de tourisme! Est-ce que cela valait le coup de se coltiner un tour quasi-complet de la terre pour un bilan aussi maigre?...». Rassurez-vous tout de suite : il ne s agit que d une fiction! Encore que celle-ci, à la réflexion, n est peut-être pas aussi loin de la réalité. Souvenez-vous, quelques heures avant son arrivée, Actu.nc s interrogeait : «une visite pour dire quoi?». Force est de constater que la question n était pas mesquine : partout où elle est passée en coup de vent, la ministre des Outre- Mer n a rien dit de spécial. Du Congrès à Vavouto en passant par Lifou et le Haussariat, elle s est contentée du sempiternel commentaire d usage : «l Accord de Nouméa, rien que l Accord de Nouméa ( ) l Etat vous accompagnera...». Y compris à la télé où son intervention est restée aussi plate que l électrocardiogramme d un cardiaque qui vient de rendre l âme! Du coup, à l heure des commentaires, on a pu voir et surtout entendre que nos principaux acteurs politiques avaient appris à manier le langage diplomatique. Pas un seul pour critiquer! Aucun pour affirmer haut et fort que la Dame de la rue Oudinot s était contentée du strict minimum syndical! Ainsi, l UC Roch Wamytan s est félicité : «elle est allée dans notre sens...». Idem de la part du Palika Louis Mapou voyant dans le laïus prononcé au Congrès «un discours volontariste...». Idem aussi du côté des non-indépendantistes comme Gaël Yanno («son style est plus apaisé, plus à l écoute...») ou encore Philippe Gomès : «elle a rappelé que l Etat continue de jouer un rôle actif...». Vous avez compris langue de bois?... Reste toutefois que, sans prendre sa défense, il faut reconnaître que George Pau-Langevin avait une marge de manœuvre des plus réduites. A l image d ailleurs de tous les En somme, George Pau-Langevin devait se contenter du minimum syndical : écouter et sourire L heure des cadeaux au gouvernement avec Cynthia Ligeard... anciens locataires de la rue Oudinot dont les visites sur le Caillou s apparentent le plus souvent à d aimables séjours touristiques. Mais là, c est vrai, la ministre ne pouvait prendre aucune initiative. Avant même qu elle ne pose les pieds sur le tarmac de la Tontouta, le Premier ministre Valls avait balisé le terrain sous la plume d Alain Christnacht. S.Ducandas/CongrésNC Petite scéance de travail au gouvernement. En toute collégialité. et au Congrès avec Gaël Yanno Ensuite le même Valls doit venir faire un tour chez nous d ici quelques mois, tout comme d ailleurs Arnaud Montebourg, autre poids lourd du gouvernement. Et pour clore le tout, le Président de la République en personne est attendu pour le 16 novembre dans la foulée du G20 prévu en Australie. En somme, George Pau-Langevin devait se contenter de sourire et d écouter. Pire : un malheur n arrivant jamais seul, son séjour devait passer au second rang avec la démission fracassante de Jean-Jacques Brot (lire par ailleurs). Bref, ce fut une visite très... «sinistérielle!» Thierry Cador > EN TOUTE INDISCRETION La plume du Premier ministre L interview de Manuel Valls parue le jeudi 17 juillet dans «Les Nouvelles Calédoniennes» - a surpris pas mal de monde. A commencer d ailleurs par les journalistes de la rédaction qui n avaient nullement sollicité l intervention du Premier ministre. Alors? En fait, c est Matignon qui a envoyé directement le texte écrit par un certain... Alain Christnacht! D où, au passage, l une des raisons du coup de colère du Haut-commissaire. Lequel, dans cette affaire, n a été sollicité que pour transmettre l adresse mail du rédacteur en chef du quotidien. On se disait aussi qu il y avait anguille sous roche!... Bingo! Le fait d être très en colère n a pas empêché Jean-Jacques Brot de conserver son sens de l humour qui est parfois d ailleurs assez décapant. Ainsi, lors du cocktail donné samedi soir à la résidence en l honneur de la ministre des Outre-Mer, le Haussaire a fait le pari avec plusieurs de ses hôtes que la locataire de rue Oudinot quitterait la réception sans le saluer, ni le remercier. Pari gagné! George Pau-Langevin s est éclipsée discrètement sans lui adresser la parole. Quel visionnaire cet énarque atypique! Retard Une absence remarquée lors du dépôt de gerbe de la ministre des Outre- Mer, vendredi dernier au monument aux Morts de la place Bir-Hakeim. En l occurrence celle du président du Congrès. Du coup, certains ont flairé l incident diplomatique entre George Pau-Langevin et Gaël Yanno. Fausse alerte, en définitive! Il s agissait juste d un retard dû aux embouteillages en centre-ville. Ouf! Vrai au demeurant que l exactitude de l ex-député de la 1ère circonscription n est pas sa première qualité. Les méchantes langues disent même que c est le seul point commun avec son prédécesseur au perchoir du Congrès alias Roch Wamytan. L axe Gomès-Néaoutyine C est en tout cas ce qu affirme le président du Parti Travailliste en personne! En effet, selon Louis Kotra Uregei la ministre des Outre-Mer s est déplacée sur le Caillou pour conforter l alliance entre le leader du Palika et le patron de Calédonie ensemble. On ne sait pas en revanche comment a réagi George Pau-Langevin lorsque LKU lui a fait part de son analyse. Rencontres peine installé au perchoir A de l hémicycle du boulevard Vauban, Gaël Yanno a décidé d aller à la rencontre des quatorze autres institutions calédoniennes. Ce qui, soit dit en passant, ne s est jamais fait depuis le début de l Accord de Nouméa en Ainsi, après le Sénat coutumier, la province Sud et la province Nord (où il a été fort bien reçu), le président du Congrès a mis mercredi dernier le cap sur le centre de Ducos. Plus précisément sur les bureaux du Conseil économique, social et environnemental. Et jeudi prochain, il remettra ça. Direction cette fois Lifou pour aller saluer les élus loyaltiens, mais aussi le conseil coutumier de l aire Drehu. Les voyages forment (ou entretiennent?) la jeunesse...

18 18 > revue de presse du pacifique Numéro 24 vendredi 25/07/2014 Considérée à juste titre comme étant le secteur clé du XXI ème siècle, la région Pacifique bouge et voit converger les regards du reste du monde. Et elle bouge beaucoup. A tous les niveaux! Raison de plus pour Actu.nc d évoquer chaque semaine son actualité en feuilletant les meilleures pages de la presse de nos voisins. POLYNÉSIE FRANÇAISE NOUVELLE ZÉLANDE 3G+, 4G : 4 milliards d investissements sur deux ans Un ambitieux projet d investissement est prévu pour déployer l internet mobile aussi bien à Tahiti que dans les archipels. L offre internet en 4G serait ouverte dans le grand Papeete au début de l année Dans la présentation de son budget modifié pour 2014, le groupe OPT vient d annoncer qu il s abstiendrait de verser des dividendes au Pays comme en 2013, mais allait procéder à des investissements massifs à travers sa filiale SAS Vini (détenue à 100%) à hauteur du même montant : 4 milliards de XPF sur deux ans. Conformément aux attentes du gouvernement, le groupe souhaite en effet «se réorienter vers le développement de l économie numérique». Il s agit ainsi pour l opérateur multimédia historique du territoire d étendre sa couverture 3G+ là où elle n existe pas encore (dans les îles notamment) et d avancer sur la technologie 4G (permettant une vitesse de connexion 40 fois supérieure), qui devrait être disponible dès le début de l année 2015 sur Tahiti et Moorea. Pour information, des équipements 4G sont déjà testés depuis avril 2013 sur le centre de Papeete (de Fare Ute à Paofai) auprès d une cinquantaine de béta-testeurs et le taux de couverture de la 3G+, préalable nécessaire au passage à la 4G, est actuellement de 60% de la population en Polynésie Française. Un fonds de pension allemand intéressé par le Lumley Centre à Auckland Un support d investissement pour le fonds de pension allemand Deka se prépare à faire l acquisition du Lumley Centre à Auckland pour une valeur de 145 millions de NZD (11 milliards de XPF). Dans son bulletin trimestriel aux investisseurs, Deka vient d annoncer avoir obtenu les droits exclusifs de «due diligence» (contrôle préalable) en vue de l achat de l immeuble du 15 Shortland Street, vendu par le groupe australien Dexus Property. L agence JLL, qui commercialise le bien et a enregistré plus de 100 déclarations d intérêt, s est dite surprise autant par le niveau d intérêt manifesté que par le nombre de sollicitations. Le Lumley Centre fait partie des quelques rares immeubles de bureaux à vendre dans le fameux Central Business District d Auckland, où les loyers commencent à monter sérieusement du fait de la pénurie d espaces de bureau de premier choix. Le centre, construit en 2005, a juste un peu moins de mètres carrés de surface louable et se situe dans la catégorie premium, la plus haute qualité qui soit dans le classement des agents immobiliers. Le Lumley Centre à Auckland. SALOMON AUSTRALIE Querelle aérienne avec Fidji Pour les autorités salomonaises de l aviation civile, la balle est dans le camp des Fidjiens. NO Les deux pays ont tout bonnement suspendu leurs liaisons aériennes! Le différend est né du refus des autorités salomonaises d accorder un deuxième créneau d atterrissage le samedi pour un second vol en provenance de Nadi, au prétexte «qu il n y a plus de place le samedi à l aéroport d Honiara». En représailles, Fidji a interdit l atterrissage sur son sol des avions des Îles Salomon George Satu, le directeur de l autorité salomonaise de l aviation civile, propose une rencontre au gouvernement fidjien pour sortir de l impasse. Affaire à suivre. L Australie vote l annulation de la taxe carbone Le Sénat australien a voté l abrogation de la taxe carbone, une taxe sur les plus gros pollueurs adoptée par le précédent gouvernement travailliste. Le Premier Ministre, Tony Abbott, dont la coalition Libérale-Nationale a gagné les élections l année dernière, avait fait de cette annulation une priorité de son gouvernement. Les politiciens ont entretenu des polémiques acharnées pendant des années à ce sujet, les travaillistes prétendant que la taxe aide à combattre le changement climatique et les libéraux (conservateurs) qu elle pénalise les entreprises. Le Sénat a voté par 39 votes contre 32 pour son abolition. Introduite en juillet 2012, elle fait payer aux 348 plus gros pollueurs du pays la somme de 23 AUD (1 900 XPF) par tonne de gaz à effet de serre produite. L Australie est le pire pollueur par habitant du monde développé, mais les critiques, dont M. Abbott, estiment que la taxe est contreproductive : elle coûterait des emplois et ferait monter les prix de l énergie. Les protestations contre son introduction étaient nombreuses dans le pays et sa suppression a constitué un élément majeur de la campagne de M. Abbott. Elle serait remplacée par un plan de 2,55 milliards de dollars (211 milliards de XPF) financé par le contribuable et par lequel «les industriels seront payés pour réduire leurs émissions et utiliser une énergie plus propre». Le gouvernement est accusé par ses très nombreux détracteurs de «faire reculer l Australie quand le monde entier avance», de «laisser le pays sans politique climatique crédible», alors que tous ses partenaires, y compris dans la région, prennent «de très sérieuses mesures», etc. En tout état de cause, le plan de remplacement annoncé a bien du mal à convaincre sur la capacité de l Australie désormais à tenir sa promesse de réduire de 5% ses émissions d ici 2020

19 Numéro 24 vendredi 25/07/2014 revue de presse du pacifique < 19 AUSTRALIE tonga Échec d une offre d achat de Rupert Murdoch sur Time Warner La multinationale Time Warner vient de rejeter une offre publique d achat de 80 milliards de AUD (6 600 milliards de XPF!) de la 21st Century Fox, vaisseau amiral de l empire médiatique de l australo-américain Rupert Murdoch. L Université se connecte à la fibre optique Le Premier Ministre Lord Tu ivakano vient d inaugurer la connexion du campus de l Université du Pacifique Sud de Tonga au réseau câblé en fibre optique. Rupert Murdoch, le milliardaire australo-américain, actionnaire majoritaire de News Corporation, l un des plus grands groupes médiatiques du monde Ce premier refus d une offre pour le moins «audacieuse» du multimilliardaire, susceptible de bouleverser l industrie médiatique mondiale en encourageant d autres méga-fusions, n a pourtant semblé en rien entamer la détermination de ce dernier, probablement désireux de faire de cette opération une sorte de «point culminant» de sa longue carrière. Son expérience de presque cinq décennies passées à bâtir son groupe, un des géants des médias internationaux (studios de cinéma, chaînes de télévision, journaux), lui a en effet montré que de telles offres étaient souvent refusées dans un premier temps, puis acceptées par la suite Time Warner, qui a confirmé officiellement son refus, a déclaré entre autres raisons qu une trop grande «incertitude» planait sur le cours de l action de la 21 st Century Fox et que les risques réglementaires auxquels exposerait une telle fusion étaient trop importants. Il faut reconnaître qu ensemble, les deux groupes constitueraient un véritable colosse, contrôlant le réseau et les chaînes de télévision Fox, Fox News, FX, TNT et TBS, la chaîne à abonnement HBO, les studios de cinéma 20 th Century Fox, Warner Bros, etc., mais aussi tous les droits de diffusion sportifs de la Time Warner (basket-ball et base-ball parmi tant d autres). Les revenus cumulés d une telle entité seraient de 65 milliards de AUD (5 400 milliards de XPF) par an. La connexion USPNET va fournir un accès de qualité optimale à des contenus et autres outils éducatifs à travers des cours en ligne aux plus de étudiants actuellement sur le campus. Un jour historique selon le Premier Minister, rendu possible grâce à la connexion par câble (fibre optique) avec Fidji. «Une des plus importantes ressources de Tonga est ses étudiants, aussi est-il vital que nous leur donnions la meilleure éducation possible pour le futur de ce pays. Ainsi devons-nous nous maintenir à niveau des développements technologiques et utiliser cette connexion du mieux que nous pouvons», a-t-il déclaré. La connectivité haut-débit permettra aux étudiants dont les parents ne peuvent pas payer les études de leurs enfants dans des universités, de terminer leur cursus au Tonga, ayant désormais accès aux mêmes contenus que n importe quel étudiant de Sydney ou d ailleurs. En effet, via l USP Laucala de Fidji (avec laquelle la connexion a été officiellement ouverte par une visioconférence), l USP Tonga est notamment connectée à l AARNet, l Australian Academic Research Network (Réseau de Recherche Académique Australien), auquel sont reliées toutes les Universités d Australie. Dans une seconde phase, il est prévu d étendre la connexion à d autres établissements d enseignements du secondaire. > Rio Tinto et Fortescue Des productions record de minerai de fer Rio Tinto, premier producteur australien de minerai de fer, a augmenté sa production de 11% au second trimestre 2014 par rapport à la même période l année dernière, atteignant 73,1 millions de tonnes. Dans le même temps, les exportations ont augmenté de 23%, atteignant 75,7 millions de tonnes, du fait de la vente de stocks réalisés en attente de conditions favorables (de marché et de transport). Le géant anglo-australien a déclaré avoir atteint la capacité d extraire et d expédier 290 millions de tonnes par an en mai, soit deux mois en avance sur les prévisions. Il a ajouté que la mise à niveau de son réseau ferroviaire pour faire face à un volume de 360 millions Un des sites miniers du géant australien Rio Tinto. de tonnes par an est désormais terminée et que celle de son infrastructure portuaire sera prête mi De son côté, Fortescue a expédié 38,7 millions de tonnes au deuxième trimestre (+55%) et en a extrait 43,8 millions de tonnes (+28%). Sur la même période, ses coûts de production de la tonne humide ont baissé de 5,8% (passant de 36,01 AUD à 34,03 AUD). Les dirigeants de Fortescue ont déclaré avoir terminé les projets d extension destinés à atteindre une capacité annuelle de 155 millions de tonnes. Ceux-ci auront coûté 9,2 milliards USD (812 milliards de XPF), laissant au groupe une dette globale de 7,2 milliards au 30 juin cette année. Ceci ne l empêche pas pour autant d envisager d investir encore 1,3 milliards dans l année qui vient (contre 1,9 cette année), notamment pour acheter au moins quatre minéraliers (peut-être le double) pour un montant de 275 millions de USD (24,3 milliards de XPF) à une grosse entreprise de construction navale chinoise. Pour les deux mineurs, cette forte expansion s est poursuivie malgré une chute importante des prix du minerai : 89 USD la tonne mi-juin (7 850 XPF) contre 135 USD ( XPF) en début d année. Après la pluie, le beau temps? Sans doute, puisque le prix de base au comptant en Chine est déjà revenu (en à peine un mois) à 98 USD... Fidji Grand projet sur l île Nacovi Encouragé par la politique d incitation à l investissement du gouvernement, un homme d affaires fidjien fait son retour au pays et investit 40 millions de FJD (1,9 milliards de XPF) dans la création d un vaste complexe sur l île Nacovi. Imam Buksh, qui a lancé son entreprise de construction et d exploitation IQ Property Development Limited en Australie il y a 40 ans, vient de donner le coup d envoi de la première phase de son projet, alors que son nom n est même pas encore arrêté! La construction devrait durer deux ans et générer près de 300 emplois. Le complexe doit s étendre sur une superficie d un peu plus de 16 hectares et sera constitué d une unité touristique, puis d une station thermale dans un second temps. En plus de cela, il est prévu de réaliser un parc de sports nautiques de standard international, ainsi qu une marina Le Shangri-La's Resort, un classique à Fidji Selon M. Buksh, l investissement a été possible grâce à la politique de binationalité du gouvernement, la stabilité politique et la croissance économique robuste du pays. «De nombreux autres projets de ce type sont d ailleurs en cours et à venir à Fidji» a-t-il déclaré.

20 20 > culture Numéro 24 vendredi 25/07/2014 les coups de cœur de la semaine Joe Bonamassa Tour De Force Live In London Le 28 Octobre dernier, Joe Bonamassa avait sorti non pas un mais quatre (!!!) nouveaux DVD. Baptisé «Tour de Force Live In London», cet événement sans précédent présentait les 4 concerts que le guitariste a donnés en mars 2013 à Londres dans des salles aussi prestigieuses que le Royal Albert Hall, l Hammersmith Apollo, le Shephard s Bush Empire et The Bordeline. Voici enfin le pendant audio : 4 concerts, mais 1 seul guitariste, dans 1 seule ville, 4 salles et atmosphères différentes, accompagné de 4 formations différentes (du power trio au big band) et, bien sur, setlist différentes, soit 47 chansons différentes pour un total de 63 titres. Bref, un véritable «Tour de Force» de la part de ce guitariste/chanteur exceptionnel. C est ainsi que l on passe de l ambiance intime du Borderline (capacité 200 places) à la scène du Shepherd s Bush Empire où Joe s est adjoint les services d une section de cuivre. A l Hammersmith Apollo, il entame le show en acoustique avant d exécuter ses titres les plus «rock», alors qu au Royal Albert Hall il offre un show semi acoustique/semi électrique d une rare beauté Disponibles en CD, DVD et Blu-Ray Child of Light Disponible sur PS Vita On connaît les studios d Ubisoft experts dans les grands titres comme Assassin s Creed, Far Cry, Just Dance ou plus récemment Watch Dogs. Mais nous ne connaissons que peu Ubisoft dans de petites créations comme avec Child of Light et franchement, cela vaut le détour! Plongez dans un univers féérique aux graphismes rappelant les pages d un conte de fées et incarnez Aurora, une jeune princesse qui devra retrouver le soleil, la lune et les étoiles volées par la Rein Noire dans le Royaume de Lemuria. Sous ses aspects d histoire pour enfant, se cache un gameplay de RPG nécessitant stratégie et travail d équipe. On retrouve les mécanismes du tour par tour avec des points d expériences servant à améliorer vos personnages à travers des arbres de compétences, vous devrez composez avec les spécialités des différents compagnons que vous rencontrerez au cours de l histoire. Child of Light est un petit chef-d œuvre mélangeant habillement la stratégie des RPG avec la légèreté des contes de fée. On s attache volontiers à Aurora et ses compagnons de route. Voici le genre de jeu ou l histoire prend le dessus du gameplay pour le plus grand plaisir des amateurs d émotions. Michel Polnareff Polnarévolution : Sept ans après son dernier retour sur scène, à la veille de sortir un album de chansons inédites (son premier depuis 24 ans), Michel Polnareff accepte pour la première fois de participer à un documentaire»polnareff au Cinéma : Quand l écran s allume». Flashback : En 1972 Michel Polnareff n avait pas froid aux yeux, car montrer ses fesses en plein automne, c était s exposer au rhume! La France, elle, encore toute frileuse, s offusqua fort de cette affiche de concert. L affaire fit un beau scandale tout en offrant une magnifique publicité à l artiste. Il reste aujourd hui un album live devenu culte (enfin réédité en CD), sur lequel le talent de l artiste explose littéralement. Avec : «Love Me, Please Love Me», «Ame Câline», «Dans La Maison Vide», «Le Bal des Lazes», «Tous les Bateaux, Tous Les Oiseaux», «On Ira Tous Au Paradis», «La Mouche», «Gloria» Disponible En CD Monuments Men Un film réalisé par George Cloone,y Avec George Clooney, Matt Damon, Bill Murray, Jean Dujardin La plus grande chasse au trésor du XX e siècle est une histoire vraie. MONUMENTS MEN est inspiré de ce qui s est réellement passé. En pleine Seconde Guerre mondiale, sept hommes qui sont tout sauf des soldats des directeurs et des conservateurs de musées, des artistes, des architectes, et des historiens d art se jettent au cœur du conflit pour aller sauver des œuvres d art volées par les nazis et les restituer à leurs propriétaires légitimes. Mais ces trésors sont cachés en plein territoire ennemi, et leurs chances de réussir sont infimes. Pour tenter d empêcher la destruction de mille ans d art et de culture, ces Monuments Men vont se lancer dans une incroyable course contre la montre, en risquant leur vie pour protéger et défendre les plus précieux trésors artistiques de l humanité Disponible en DVD et Blu-Ray Her Un film réalisé par Spike Jonze Avec Joaquin Phoenix, Scarlett Johansson, Amy Adams Oscar 2014 du meilleur scénario original Los Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l acquisition d un programme informatique ultramoderne, capable de s adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de Samantha, une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux Disponible en DVD et Blu-Ray 18, rue d Austerlitz Nouméa Tél. : : https://fr-fr.facebook.com/compactmegastore Sur grand ou petit écrans au ciné (du mercredi 23 au mardi 29 juillet 2014) par Ambre Lefeivre à l affiche Bùrù Târâ Paa Court- métrage à découvrir avant The Grand Budapest Hotel En cet été européen, blockbusters et films à sensation tiennent le haut de l affiche faisant la joie des ados et des amateurs du genre. Pour les cinéphiles aguerris, il faudra prendre son mal en patience. Avec ce court- métrage local proposé avant «The Grand Budapest Hotel». «Bùrù Târâ Paa» du réalisateur Désiré Menrempon évoque les conflits entre tribus kanak de 1917 avec au cœur de l intrigue un couple détenteur d un secret. Pour faire vivre le cinéma local, ce court- métrage est à découvrir! à l affiche American Nightmare 2 : Anarchie Le premier opus fut un tel succès commercial, que le second volet reprend la même histoire - une purge anarchique une nuit par anavec plus de moyens. L occasion de découvrir des scènes d affrontements de rue spectaculaires avec toujours ce regard cynique porté sur la société américaine. Mais ces efforts ne font pas oublier les faiblesses scénaristiques et la violence trop présente dans le film. Si vous avez envie de découvrir un blockbuster teinté de politique-fiction, «American Nightmare 2» est à voir. à l affiche Sexy Dance 5 - All in Vegas Le cinquième volet de la saga «Sexy Dance» n est réservé qu aux fans du genre! Les chorégraphies sont ultra calibrées, la musique entrainante et le spectacle assuré mais pour le reste, on repassera. Une mise en scène formatée, une histoire et des personnages sans aucune profondeur mettent plus d un spectateur à l épreuve. Espérons que cet opus soit effectivement le dernier de la série comme annoncé par les producteurs. Pour échapper à un clip de hip-hop de près de 2 heures, «Sexy Dance 5» est à éviter. à la télé (du vendredi 25 au jeudi 31 juillet 2014) Pour des plateaux-télé éclairés! Sur NC 1 ère, mardi 29 juillet, 20h «24h dans la vie d un port, Papeete», documentaire du magazine Itinéraires. Une immersion inédite dans le plus grand port de Polynésie française : celui de Papeete, le poumon économique du fenua. Un port modernisé qui a fêté en 2012 ses 50 ans. Le réalisateur Jacques Navarro- Rovira a filmé les différents métiers qui font fonctionner le port : le commandant du port, les pilotes, les surveillants, mais aussi les petites mains, Plus que des témoignages, ce sont de véritables tranches de vie qui nous plongent dans le quotidien de ce port qui ne dort jamais. Sur NCTV, mercredi 30 juillet, 19h15, «La mine Tiébaghi», reportage du magazine Sur les traces du passé. Un peu d histoire locale avant de passer à table voilà une belle opportunité de briller pendant le repas! Ce soir, l histoire d une des mines les plus importantes du Caillou nous est contée ; celle de Tiébaghi. Le site fut exploité pour son chrome de 1901 à 1964 puis dans les années L ancien village minier, qui compta jusqu à 1500 personnes, est un village fantôme que l on peut visiter. Aujourd hui, la Société Le Nickel y exploite le minerai du même nom et la mine est le poumon économique de Koumac. Sur Canal Plus Calédonie, samedi 26 juillet, 21h50, Zero Dark Thirty, film. Un film d action sur la quête effrénée d une jeune analyste de la CIA qui cherche à retrouver Ben Laden après les attentats du 11 septembre. Dans une mise en scène sobre, Kathryn Bigelow, unique réalisatrice «oscarisée» à Hollywood, filme une enquête incroyable de plus de 10 ans à mi chemin entre documentaire et fiction. Même si l on connaît le dénouement, le suspens et l adrénaline sont au rendez- vous. Jessica Chastain a reçu le Golden Globes de la meilleure actrice pour son rôle d espionne implacable.

Découvrez les activités et les métiers portuaires

Découvrez les activités et les métiers portuaires Découvrez les activités et les métiers portuaires Les activités et les métiers portuaires De nombreux acteurs interviennent dans le cadre du parcours de la marchandise, leurs métiers sont variés et complémentaires.

Plus en détail

Comment créer un opérateur ferroviaire de proximité?

Comment créer un opérateur ferroviaire de proximité? Comment créer un opérateur ferroviaire de proximité? Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l énergie www.developpement-durable.gouv.fr Comment créer un opérateur ferroviaire de proximité?

Plus en détail

1er atelier inter-regional des experts portuaires de l Afrique PAYS : ALGERIE

1er atelier inter-regional des experts portuaires de l Afrique PAYS : ALGERIE 1er atelier inter-regional des experts portuaires de l Afrique PAYS : ALGERIE I - Présentation des ports algériens : Le complexe portuaire national constitué de onze (11) ports de commerce dont huit (8)

Plus en détail

CONFERENCE IMARPOR. 8 juillet 2015. IUT de Saint-Malo

CONFERENCE IMARPOR. 8 juillet 2015. IUT de Saint-Malo CONFERENCE IMARPOR La place des Ports Locaux et Régionaux dans les chaînes logistiques et les réseaux de transport : nature et facteurs déterminants 8 juillet 2015 IUT de Saint-Malo «L'impact des stratégies

Plus en détail

Tout le pays, tous les jours, tous les calédoniens.

Tout le pays, tous les jours, tous les calédoniens. Tout le pays, tous les jours, tous les calédoniens. 02/csb csb /03 Présentation de la CSB Historique M. michel copreaux - Directeur Général Domaines métiers et expertises : moyens de paiement électroniques

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

I - QU EST-CE QU UN CASINO?

I - QU EST-CE QU UN CASINO? LES CASINOS I - QU EST-CE QU UN CASINO? Un casino est «un établissement comportant trois activités distinctes» : Le spectacle, La restauration Le jeu Sous une même direction L IMPLANTATION I DES CASINOS

Plus en détail

Les chiffres-clés LES PRINCIPAUX FLUX FINANCIERS DE FRANCE GALOP. Recettes. Dépenses CHARGES RECETTES

Les chiffres-clés LES PRINCIPAUX FLUX FINANCIERS DE FRANCE GALOP. Recettes. Dépenses CHARGES RECETTES LES PRINCIPAUX FLUX FINANCIERS DE FRANCE GALOP Recettes La principale source de financement de France Galop est constituée d une quote-part du Produit Brut des Paris qui résulte des mises engagées par

Plus en détail

2 Le choix. d une solutiontransport

2 Le choix. d une solutiontransport 2 Le choix d une solutiontransport 1. Première étape : définir les solutions possibles 21 1.1. Le parcours 21 1.1.1. Concernant le lieu de départ (l usine ou l entrepôt dans le cas de l export) 21 1.1.2.

Plus en détail

Projet de loi sur l ouverture à la concurrence du secteur des jeux d argent et de hasard en ligne. Jeudi 5 mars 2009

Projet de loi sur l ouverture à la concurrence du secteur des jeux d argent et de hasard en ligne. Jeudi 5 mars 2009 Projet de loi sur l ouverture à la concurrence du secteur des jeux d argent et de hasard en ligne Jeudi 5 mars 2009 Pourquoi ouvrir le marché des jeux en ligne? La situation actuelle : Un marché légal

Plus en détail

LES ÉCHANGES DE MARCHANDISES. Comment s organisent les échanges de marchandises à l échelle mondiale?

LES ÉCHANGES DE MARCHANDISES. Comment s organisent les échanges de marchandises à l échelle mondiale? Partie 1 thème 2 LES ÉCHANGES DE MARCHANDISES Comment s organisent les échanges de marchandises à l échelle mondiale? I - Étude de cas : La compagnie de transports maritimes CMA CGM Devoir maison correction

Plus en détail

Tendance toujours positive pour l activité du PAL

Tendance toujours positive pour l activité du PAL Tendance toujours positive pour l activité du PAL Le port de Lomé, pilier de l économie togolaise, s inscrit dans une logique régionale et sous-régionale, car il est également un outil essentiel pour le

Plus en détail

HAROPA donne le départ du DAKAR

HAROPA donne le départ du DAKAR HAROPA donne le départ du DAKAR DOSSIER DE PRESSE Le Havre, 20-21 novembre 2014 L aventure du Dakar commence à HAROPA-Port du Havre Pendant 48 heures, le terminal roulier du port du Havre devient la plus

Plus en détail

VENDREDI 28 NOVEMBRE 2008 CWTC CARREFOUR des Technologies de l Information et de la Communication

VENDREDI 28 NOVEMBRE 2008 CWTC CARREFOUR des Technologies de l Information et de la Communication VENDREDI 28 NOVEMBRE 2008 CWTC CARREFOUR des Technologies de l Information et de la Communication Contribution de Mme Michèle MONTANTIN Président du directoire de la SA CEI.BA Dématérialisation des données

Plus en détail

Je m étonne des chiffres mentionnés relatifs aux prévisions de trafic.

Je m étonne des chiffres mentionnés relatifs aux prévisions de trafic. Mairie de Montoir-de-Bretagne Hôtel de Ville 65, rue Jean Jaurès 44 550 Montoir-de-Bretagne Saint-Herblain, le 12 juillet 2013 Monsieur le Commissaire Enquêteur Je vous fais part de mes doutes quant à

Plus en détail

52 ENTREPOSAGE ET SERVICES AUXILIAIRES DES TRANSPORTS

52 ENTREPOSAGE ET SERVICES AUXILIAIRES DES TRANSPORTS 52 ENTREPOSAGE ET SERVICES AUXILIAIRES DES TRANSPORTS Cette division comprend les activités d entreposage et les services auxiliaires des transports, tels que l exploitation des infrastructures de transport

Plus en détail

STRATEGIE DE L AUTORITE PORTUAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT DU PORT DE SAN PEDRO

STRATEGIE DE L AUTORITE PORTUAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT DU PORT DE SAN PEDRO HOTEL PULLMAN ABIDJAN JUIN 2009 STRATEGIE DE L AUTORITE PORTUAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT DU PORT DE SAN PEDRO Présentation DESIRE DALLO Directeur Général Port Autonome de San Pedr Port Autonome de San Pedr

Plus en détail

etre agent immobilier

etre agent immobilier etre agent immobilier sommaire 11 Une profession critiquée mais enviée 13 Les professionnels de l immobilier en France 13 Histoire et géographie de l immobilier français 22 Les agents immobiliers aujourd

Plus en détail

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients www.footfall.com + 33 (1) 55 12 10 00 FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients Gardez votre visage toujours vers

Plus en détail

Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy

Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy Conférence de presse lundi 22 septembre 2014 à l Hôtel de Région, 1/10 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-69 du 25 juin 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société New BBED Limited par la société Carphone Warehouse Group PLC L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

Décision n 10-DCC-97 du 30 août 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Groupe Lucien Barrière par la famille Desseigne-Barrière

Décision n 10-DCC-97 du 30 août 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Groupe Lucien Barrière par la famille Desseigne-Barrière RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-97 du 30 août 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Groupe Lucien Barrière par la famille Desseigne-Barrière L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA CONSTRUCTION D UN PORT SEC A KAYES ET A SIKASSO (présenté par Mr Harouna CISSE source dnt) -------------------

TERMES DE REFERENCE POUR LA CONSTRUCTION D UN PORT SEC A KAYES ET A SIKASSO (présenté par Mr Harouna CISSE source dnt) ------------------- TERMES DE REFERENCE POUR LA CONSTRUCTION D UN PORT SEC A KAYES ET A SIKASSO (présenté par Mr Harouna CISSE source dnt) ------------------- I. CONTEXTE GENERAL : Le Mali est un vaste pays enclavé se situant

Plus en détail

Le Port de Montréal au cœur des chaînes d approvisionnement mondiales

Le Port de Montréal au cœur des chaînes d approvisionnement mondiales Le Port de Montréal au cœur des chaînes d approvisionnement mondiales février 2014 Nouvelles dynamiques du commerce international Qu est-ce que cela signifie pour les ports? 3 défis 1. Comment la migration

Plus en détail

Géographie Thème 2, question 4, cours 1 Roissy : plate- forme multimodale et hub mondial (étude de cas)

Géographie Thème 2, question 4, cours 1 Roissy : plate- forme multimodale et hub mondial (étude de cas) Géographie Thème 2, question 4, cours 1 Roissy : plate- forme multimodale et hub mondial (étude de cas) I. Le fonctionnement d un hub mondial 1. L un des sept premiers aéroports mondiaux Situé à 25 km

Plus en détail

Cas n COMP/M.3373 - ACCOR / COLONY / DESSEIGNE-BARRIERE / JV. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.3373 - ACCOR / COLONY / DESSEIGNE-BARRIERE / JV. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.3373 - ACCOR / COLONY / DESSEIGNE-BARRIERE / JV Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Document réalisé par Peter Ulrich, économiste Les membres du Service de proximité aux TPE : 1 Le contexte

Plus en détail

Tanger Med : Une grande plateforme logistique intermodale pour la Région

Tanger Med : Une grande plateforme logistique intermodale pour la Région Royaume du Maroc Agence Spéciale Tanger Méditerranée Tanger Med : Une grande plateforme logistique intermodale pour la Région Mai 2008 Sommaire 1. Vision & Stratégie 2. Port Tanger Med et intermodalité

Plus en détail

TABLE RONDE N 2 : L EMERGENCE D UNE BOURSE MARITIME DE CABOTAGE

TABLE RONDE N 2 : L EMERGENCE D UNE BOURSE MARITIME DE CABOTAGE TABLE RONDE N 2 : L EMERGENCE D UNE BOURSE MARITIME DE CABOTAGE Dans le cadre de cette restitution deux temps forts peuvent être distingués : Une approche qui repose sur la présentation de projets Une

Plus en détail

2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript

2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript 2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Beginners (Section I Listening) Transcript Familiarisation Text FEMALE: Allô, Monsieur Ledoux? Madame Chavignol à l appareil, la maman de Maxime. Je voudrais

Plus en détail

Le Havre, port d accueil des géants des mers 100 ème escale 2010 d un porte-conteneurs dernière génération

Le Havre, port d accueil des géants des mers 100 ème escale 2010 d un porte-conteneurs dernière génération Le Havre, 6 décembre 2010 Le Havre, port d accueil des géants des mers 100 ème escale 2010 d un porte-conteneurs dernière génération Le 6 décembre 2010, à 15 heures, le port du Havre célèbre la 100 ème

Plus en détail

LE SALON DES GRANDS EDITION 2015. Rejoignez-nous les 2 et 3 octobre 2015. Organisé par:

LE SALON DES GRANDS EDITION 2015. Rejoignez-nous les 2 et 3 octobre 2015. Organisé par: LE SALON DES GRANDS EDITION 2015 Rejoignez-nous les 2 et 3 octobre 2015 Organisé par: uvert gratuitement au public sur 2 jours en automne, c est un salon professionnel spécialisé mode O permettant la rencontre

Plus en détail

1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3

1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3 FOURNISSEUR DE NAVIRES 1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3 5. LES CONDITIONS D APPROVISIONNEMENT,

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT CONTEXTE GÉNÉRAL L amélioration de la compétitivité logistique des flux import-export, en termes de développement

Plus en détail

DEVELOPMENT OF CONTAINER ACTIVITIES IN CASABLANCA PORT, MOROCCO

DEVELOPMENT OF CONTAINER ACTIVITIES IN CASABLANCA PORT, MOROCCO DEVELOPMENT OF CONTAINER ACTIVITIES IN CASABLANCA PORT, MOROCCO Morocco 16 & 17 septembre 2015 Partenaires dans l excellence Development of Container activities in Casablanca port Plan de la présentation

Plus en détail

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés pris en charge par le gouvernement Canada Réinstallation des réfugiés au Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

Séminaire Marseille. 13 janvier 2015

Séminaire Marseille. 13 janvier 2015 La dématérialisation des formalités déclaratives pour les navires en escale Directive européenne 2010 / 65 Séminaire Marseille 13 janvier 2015 Ministère de l'écologie, du Développement Durable, et de l

Plus en détail

Décision n 10-DCC-157 du 5 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lehwood Montparnasse SAS par la société Doria SAS

Décision n 10-DCC-157 du 5 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lehwood Montparnasse SAS par la société Doria SAS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-157 du 5 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lehwood Montparnasse SAS par la société Doria SAS L Autorité de la concurrence, Vu le

Plus en détail

Décision n 13-DCC-10 du 25 janvier 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Airlinair SA par la société Air France-KLM

Décision n 13-DCC-10 du 25 janvier 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Airlinair SA par la société Air France-KLM RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-10 du 25 janvier 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Airlinair SA par la société Air France-KLM L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Prestations de pose des nouveaux compteurs communicants Gazpar

Prestations de pose des nouveaux compteurs communicants Gazpar Prestations de pose des nouveaux compteurs communicants Gazpar Ce support a pour objectifs de : Présenter de manière synthétique le Projet Compteurs Communicants Gaz Présenter l ensemble du périmètre des

Plus en détail

REGLEMENT D EXPLOITATION ET DE SECURITE PORT DE VILLEFRANCHE-SUR-SAONE

REGLEMENT D EXPLOITATION ET DE SECURITE PORT DE VILLEFRANCHE-SUR-SAONE REGLEMENT D EXPLOITATION ET DE SECURITE DU PORT DE VILLEFRANCHE-SUR-SAONE Port de Villefranche-sur-Saône 1/8 Juin 2014 Table des matières TABLE DES MATIERES... 2 ARTICLE 1 - DEFINITION... 2 ARTICLE 2 -

Plus en détail

RÉFORME DE LA CATÉGORIE B 7 ème PARTIE. CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX Date d effet : 1 er août 2012

RÉFORME DE LA CATÉGORIE B 7 ème PARTIE. CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX Date d effet : 1 er août 2012 RÉFORME DE LA CATÉGORIE B 7 ème PARTIE CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX Date d effet : 1 er août 2012 La réforme de la catégorie B de la fonction publique territoriale a initié un nouvel espace

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Observatoire de l emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Décembre 2010 Rapport sur la mise en œuvre

Plus en détail

Sommaire exécutif. Étude de marché pour une desserte aérienne Développement Chibougamau & Corporation de développement économique de Chapais

Sommaire exécutif. Étude de marché pour une desserte aérienne Développement Chibougamau & Corporation de développement économique de Chapais Sommaire exécutif Étude de marché pour une desserte aérienne Développement Chibougamau & Corporation de développement économique de Chapais Janvier 2013 1 Pour nous joindre : Explorer Solutions Nathalie

Plus en détail

Droit/Recht. Présentation des autorités de concurrence. Les consommateurs et les marchés

Droit/Recht. Présentation des autorités de concurrence. Les consommateurs et les marchés Présentation des autorités de concurrence Photo: shutterstock.de Les consommateurs et les marchés L achat et la vente de biens et de services se font sur les marchés. Un marché est le lieu où se rencontrent

Plus en détail

Atelier «énergie, climat et développement durable : quels rôles pour les collectivités locales?» Eléments de contexte et de débat

Atelier «énergie, climat et développement durable : quels rôles pour les collectivités locales?» Eléments de contexte et de débat 1 INTRODUCTION Par la loi du 13 juillet 2005, la France s est dotée d une nouvelle stratégie énergétique. Dès 2010, 10% de ses besoins devront être couverts par des sources renouvelables, contre 7% aujourd

Plus en détail

la création d une compagnie maritime régionale

la création d une compagnie maritime régionale Intervention de M. Jean Claude de l Estrac, Secrétaire général de la Commission de l Océan Indien sur la création d une compagnie maritime régionale 10 11 septembre 2012, Hôtel Hennessy, Ebène, Ile Maurice

Plus en détail

I. Le cadre juridique des opérations soumises à TVA pour les navires de commerce maritime affectés à la navigation en haute mer.

I. Le cadre juridique des opérations soumises à TVA pour les navires de commerce maritime affectés à la navigation en haute mer. NOTE D INFORMATION DETAILLEE sur le projet de BOFIP transmis le 13 mars dernier par le bureau D2 de la Direction de la Législation Fiscale et modifiant l instruction relative à l exonération de TVA applicable

Plus en détail

La Française des jeux

La Française des jeux La Française des jeux En 2006, la Cour a contrôlé les comptes et la gestion de la Française des jeux pour les exercices 1998 à 2004. Ce contrôle a donné lieu à rapport particulier communiqué à l entreprise,

Plus en détail

Points forts L IMPACT ÉCONOMIQUE DU TOURISME INTERNATIONAL SUR L ÉCONOMIE POLYNÉSIENNE ÉTUDES. De la Polynésie française

Points forts L IMPACT ÉCONOMIQUE DU TOURISME INTERNATIONAL SUR L ÉCONOMIE POLYNÉSIENNE ÉTUDES. De la Polynésie française Points forts 02 De la Polynésie française INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE L IMPACT ÉCONOMIQUE DU TOURISME INTERNATIONAL SUR L ÉCONOMIE POLYNÉSIENNE Points forts De la Polynésie française

Plus en détail

Canada. RPSP Bulletin d information. Réfugiés parrainés par le secteur privé. Réinstallation des réfugiés au

Canada. RPSP Bulletin d information. Réfugiés parrainés par le secteur privé. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés parrainés par le secteur privé Canada Réinstallation des réfugiés au RPSP Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

information Les chercheurs en entreprise

information Les chercheurs en entreprise note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.05 AVRIL En 2007, plus de 137 000 chercheurs (en personnes physiques) ont une activité de R&D en entreprise, ils étaient 81 000 en 1997, et deviennent

Plus en détail

TOURISME DES JEUNES ACCES AUX VACANCES DES ENFANTS D AGE SCOLAIRE

TOURISME DES JEUNES ACCES AUX VACANCES DES ENFANTS D AGE SCOLAIRE TOURISME DES JEUNES Le développement du tourisme des jeunes est l une des préoccupations majeures de la direction du Tourisme. L accès aux vacances participe à la formation et à la socialisation des jeunes

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Baccalauréat professionnel TRANSPORT - Savoirs et limites des savoirs. Unité de certification n 1 : L organisation d une opération de transport

Baccalauréat professionnel TRANSPORT - Savoirs et limites des savoirs. Unité de certification n 1 : L organisation d une opération de transport Baccalauréat professionnel TRANSPORT - Savoirs et limites des savoirs Unité de certification n 1 : L organisation d une opération de transport U1S1- Les intervenants de la chaine logistique U1S2- Les modes

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr Fiche à jour au 14 décembre 2012 Matière : Droit du travail Auteur : Stéphanie Ariagno

Plus en détail

Carnet de bord des capitaines

Carnet de bord des capitaines Carnet de bord des capitaines Bienvenue! Le principe de Familles à Energie Positive est simple : des équipes d une dizaine de foyers se regroupent pour représenter leur village, leur quartier ou leur entreprise

Plus en détail

HAROPA PORTS DU HAVRE-ROUEN-PARIS,

HAROPA PORTS DU HAVRE-ROUEN-PARIS, Jeudi 9 avril 2015, Strasbourg-Ostwald Thomas Assemat, SDV HAROPA PORTS DU HAVRE-ROUEN-PARIS, SOLUTION LOGISTIQUE POUR LA RÉGION ALSACE UN ACTEUR MAJEUR DU SECTEUR TRANSPORT & LOGISTIQUE Fret International

Plus en détail

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE «DESTINATION POUR TOUS»

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE «DESTINATION POUR TOUS» REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE «DESTINATION POUR TOUS» Version du 25/09/2013 Approuvée par La ministre des affaires sociales et de la santé La ministre déléguée auprès de la ministre des affaires sociales

Plus en détail

Conseil Économique et Social

Conseil Économique et Social NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.24/2002/7 6 février 2002 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe de

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE Les occasions et les restrictions du Canada face au transport mondial des marchandises Rapport du Comité sénatorial permanent des transports et des communications Juin

Plus en détail

I- Quel est le but du contrôle «quinquennal» (contrôle obligatoire tous les cinq ans)?

I- Quel est le but du contrôle «quinquennal» (contrôle obligatoire tous les cinq ans)? ARC/ HTTP://WWW.UNARC.ASSO.FR/ DOSSIER DU MOIS DE DECEMBRE 2008 Le contrôle quinquennal obligatoire des ascenseurs Le contrôle quinquennal des ascenseurs a été institué par l article 79 de la loi du 2

Plus en détail

La gestion d un aéroport international : la coordination d un réseau d un millier d entreprises

La gestion d un aéroport international : la coordination d un réseau d un millier d entreprises La gestion d un aéroport international : la coordination d un réseau d un millier d entreprises Les plates-formes aéroportuaires fournissent l exemple de réseaux d entreprises concentrées sur un site avec

Plus en détail

FORUM DES CHEFS D ENTREPRISE

FORUM DES CHEFS D ENTREPRISE FORUM DES CHEFS D ENTREPRISE Atelier de réflexion Histoire et développement du transport maritime par conteneurs et en vrac dans le monde et contraintes portuaires en Algérie Par Abdelhamid BOUARROUDJ

Plus en détail

LE FUNAMBULE LES PROCHAINS TOURS DE PISTE

LE FUNAMBULE LES PROCHAINS TOURS DE PISTE 1 «Je n ai pas le temps de m arrêter pour penser à ma retraite. Je dois continuer à avancer pour ne pas tomber!» LE FUNAMBULE En équilibre au-dessus du vide! Le type funambule a devant lui un rêve lointain,

Plus en détail

Présentation d un projet scolaire intégrant le Triathlon

Présentation d un projet scolaire intégrant le Triathlon Présentation d un projet scolaire intégrant le Triathlon Une classe de CM1 de l école élémentaire Galilée à Montpellier participe depuis le début de l année à un «projet triathlon». A l initiative de leur

Plus en détail

OFP La Rochelle : Le 1 er Opérateur Ferroviaire Portuaire en exploitation!

OFP La Rochelle : Le 1 er Opérateur Ferroviaire Portuaire en exploitation! La Rochelle, le 11 octobre 2010 Dossier de presse OFP La Rochelle : Le 1 er Opérateur Ferroviaire Portuaire en exploitation! OFP La Rochelle Maritime Rail Services Afin d accompagner le développement portuaire,

Plus en détail

anj u PRODUITen dossier de candidature

anj u PRODUITen dossier de candidature dossier de candidature Le dossier de candidature dûment rempli et signé, incluant les pièces demandées, doit être adressé à : GIP Produit en Anjou Département de Maine-et-Loire CS 94104 49941 Angers cedex

Plus en détail

Les 60 ans de la première compagnie aérienne calédonienne : Air Calédonie

Les 60 ans de la première compagnie aérienne calédonienne : Air Calédonie Dossier de presse Les 60 ans de la première compagnie aérienne calédonienne : Air Calédonie Depuis le 9 décembre 2014, Air Calédonie célèbre les 60 ans de la création de la compagnie. Cet événement est

Plus en détail

6.2 Le pôle du Nord-ouest

6.2 Le pôle du Nord-ouest LA STRATEGIE PORTUAIRE DU MAROC A L HORIZON 2030 6.2 Le pôle du Nord-ouest La valorisation des atouts de Tanger-Ville fait émerger de nouvelles vocations pour ce port plus en harmonie avec les qualités

Plus en détail

Le droit de la concurrence au service des entreprises

Le droit de la concurrence au service des entreprises Le droit de la concurrence au service des entreprises édité par : Le Conseil de la concurrence www.concurrence.lu 2013 index 1 2 3 Le droit de la concurrence au Luxembourg L autorité de concurrence luxembourgeoise

Plus en détail

RENCONTRES DÉPARTEMENTALES

RENCONTRES DÉPARTEMENTALES RENCONTRES DÉPARTEMENTALES DÉPARTEMENT (en toutes lettres): MARTINIQUE (à écrire également en bas de cette page en double-cliquant sur le mot «département» puis cliquer sur «fermer» dans la barre d outils

Plus en détail

Dossier de presse. Enfin des lunettes pour tous! Paris, le 22 mai 2014. Que faut- il pour sortir le marché de l optique de son immobilisme?

Dossier de presse. Enfin des lunettes pour tous! Paris, le 22 mai 2014. Que faut- il pour sortir le marché de l optique de son immobilisme? Paris, le 22 mai 2014 Dossier de presse Enfin des lunettes pour tous! Que faut- il pour sortir le marché de l optique de son immobilisme? Attendre que les verriers, les mutuelles et les opticiens daignent

Plus en détail

SEPTEMBRE 2011 LA RATP. ViVEz AU RYThmE de LA CoUPE du monde

SEPTEMBRE 2011 LA RATP. ViVEz AU RYThmE de LA CoUPE du monde SEPTEMBRE 2011 LA RATP ViVEz AU RYThmE de LA CoUPE du monde & de RUGBY LE AVEC LA RUGBY RATP dossier de PRESSE LE RESEAU RATP A L heure de LA CoUPE du monde de RUGBY Fournisseur officiel du XV de France,

Plus en détail

L innovation dans le commerce

L innovation dans le commerce L innovation dans le commerce Xavier Reif* Pour une entreprise commerciale, l innovation est un levier servant à consolider sa position par rapport à ses concurrentes. Elle contribue à conquérir de nouveaux

Plus en détail

MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME

MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME 1 6060 MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLE ET COOPERATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Domaine du droit privé des transports. Contrat de transport

Domaine du droit privé des transports. Contrat de transport Domaine du droit privé des transports. Contrat de transport Fiche 1 Objectifs Savoir ce qu est le droit des transports. Le distinguer de contrats proches mais dont le régime juridique sera différent. Prérequis

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

Jeunes et jeux de hasard

Jeunes et jeux de hasard Jeunes et jeux de hasard Jeunes et jeux de hasard Mars 2009 Agenda Objectifs Méthodologie Les jeux d argent (initiation, types de jeux, fréquence ) Les attitudes vis-à-vis du jeu d argent Les jeux d adresse

Plus en détail

La face cachée du transport maritime par conteneurs

La face cachée du transport maritime par conteneurs Actualité maritime La face cachée du transport maritime par conteneurs Hervé Boullanger Conseiller à la représentation permanente française auprès de l Union européenne Utilisé massivement par les Américains

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

TRANSPORT MARITIME. Port Autonome Abidjan. Les Auxiliaires

TRANSPORT MARITIME. Port Autonome Abidjan. Les Auxiliaires TRANSPORT MARITIME Port Autonome Abidjan Port Autonome SanPedro Les Trafics Les Coûts et prix Les Auxiliaires Les Procédures Import Export 1 Les Coûts et prix Coûts portuaires Taux de fret Pilotage Remorquage

Plus en détail

de marseille fos KPIport passage portuaire

de marseille fos KPIport passage portuaire de marseille fos KPIport passage portuaire 2013 Key Performance Indicators La douloureuse mise en œuvre de la réforme des ports français a suscité un climat de défiance envers notre port. La reconquête

Plus en détail

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 COMMUNIQUÉ N o : 2 Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 31 janvier 2013 (Genève) L Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section H Division 50

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section H Division 50 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section H Division 50 50 TRANSPORTS PAR EAU Cette division comprend le transport, régulier ou non, de passagers

Plus en détail

Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux. Faisons. bouger. le monde. ensemble

Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux. Faisons. bouger. le monde. ensemble Faisons bouger ensemble Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux le monde J assume depuis le début des responsabilités dans cet emploi. Mon travail est très apprécié dans

Plus en détail

CONSTAT EN COULEURS AVERTISSEMENT. Vous venez de télécharger un texte sur le site leproscenium.com.

CONSTAT EN COULEURS AVERTISSEMENT. Vous venez de télécharger un texte sur le site leproscenium.com. CONSTAT EN COULEURS AVERTISSEMENT Vous venez de télécharger un texte sur le site leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence, avant son exploitation, vous devez obtenir

Plus en détail

UNE LOGISTIQUE PUISSANTE POUR L INDUSTRIE SOLAIRE. Lire la suite

UNE LOGISTIQUE PUISSANTE POUR L INDUSTRIE SOLAIRE. Lire la suite UNE LOGISTIQUE PUISSANTE POUR L INDUSTRIE SOLAIRE Lire la suite MATIÈRES Comprendre COMPRENDRE VOS BESOINS Comprendre Au cours de la dernière décennie, l industrie solaire a connu un développement sans

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

I. Les entreprises concernées

I. Les entreprises concernées RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-12 du 1 er février 2011 relative à la création d une Union Mutualiste de Groupe par les groupes MGEN, MNH, la MNT, la MGET et la MAEE L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

31 octobre 2011. Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France

31 octobre 2011. Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 31 octobre 2011 Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 3 ème trimestre 2011 2 Bilan d activité du 3 ème trimestre 2011 Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données

Plus en détail

CONSULTATION LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE. CONTRIBUTION DE WINAMAX Opérateur de Poker en ligne en France

CONSULTATION LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE. CONTRIBUTION DE WINAMAX Opérateur de Poker en ligne en France CONSULTATION LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE CONTRIBUTION DE WINAMAX Opérateur de Poker en ligne en France PROPOSITION REDIGEE PAR XS CONSEIL ID REGISTER XS CO137752272 31 JUILLET 2011 --------------------

Plus en détail

Décision n 12-DCC-107 du 13 août 2012 relative à l acquisition de la société Savoie Métal Toiture SAS par la société Decaber SA

Décision n 12-DCC-107 du 13 août 2012 relative à l acquisition de la société Savoie Métal Toiture SAS par la société Decaber SA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-107 du 13 août 2012 relative à l acquisition de la société Savoie Métal Toiture SAS par la société Decaber SA L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail