Epidémie de Gale au Centre Hospitalier d Abbeville

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Epidémie de Gale au Centre Hospitalier d Abbeville"

Transcription

1 Epidémie de Gale au Centre Hospitalier d Abbeville (Septembre-octobre 2004) Z. Kadi 1,6, S. Redecker 2, I. Cachera 3, C. Ammirati 4, D. Ilef 5, C. Bourgois 2, P. Blériot 2, S. Pégard 2 et P. Astagneau 1,7 (1)CCLIN Paris-Nord; (2)CH Abbeville ;(3)DDASS Somme ;(4)SAMU 80 ; (5)CIRE Nord ; (6) CHU Amiens ; (7)GH Pitié Salpetrière Paris

2

3 L alerte - 21 juillet 2004 : cas de gale diagnostiqué chez un agent hospitalier du service de médecine B2-27 septembre 2004: 2 nouveaux cas chez des agents de médecine B2 diagnostiqué et traité par les médecin de ville

4

5 Sarcoptes scabiei femelle récemment fécondée ++++ (durée de vie # 2 mois) Larves et nymphes + Cycle de 5 à 7 semaines Réservoir : HOMME Survie hors du réservoir # 1-4 jours Transm directe 95% Transm indirecte 5%

6 Le Cas Index Diagnostic de Gale Norvégienne - dans le service Med B2 -le 17 juillet chez une patiente présentant une maladie au long court - - Hospitalisée au CH d Abbeville de manière itérative depuis le 17 janvier décédée le 26 juillet 2004 dans le service Med B2 Diagnostic biologique positif

7 temps S1-17/01-->17/01 Med B2 S2 : 26/10 au 29/10 Med A1 T : 29/10 au 21/11 Med B2 S3 : Med B2 : 3/12 au 21/12 S4 : 19/4 au 20/4 Chir b2 T : 20/4 au 22/4 Med B2 S5 : 27/4 au 29/4 Med B2 S6 : Med B2 : 4/05 au 6/05 S7 : Med B2 : 11/5 au 13/5 S8 : Med B2 : 6/6 au 10/6 S9 : Med B2 : 9/7 au 26/7 décès Cas patient 2 hosp dans le même lit que cas index du 6/05 --> 24/05 J2 : USIC : 30/6 au 16/7 14/10 : diagnostic de gale Diagnostic de Gale norvégienne le 17 Juillet 2005 Biologie : + 21/07 Agent 1 Med B2 27/09 Agent 2 Med B agents atteints Signalement interne

8 Résultats de l enquête préliminaire Les services concernés sont : -la médecine B1 -la médecine B2 -l imagerie médicale -la pneumologie -la maternité juil 21-juil X 27-sept 28-sept 01-oct Cas index AS IDE ASH PH Brancardier

9 Cellule de crise Unité d hygiène et CLIN Direction CME DDASS CCLIN SAMU 80 CHSCT (?)

10 Décisions de la Cellule de Crise Dépistage systématique Soignants Patients Traitement curatif des personnes atteintes de gale et de leur entourage immediat Eviction des soignants atteint de gale (10 j) Cohorting des patients atteint de gale Traitement présomptif : -Soignant - Patients -Stagiaire - Ambulanciers privés Décontamination des locaux Information en interne et externe Communication

11 1- Cas certain Définition de cas : Cas 1: Tout sujet présentant un prurit cutané associé à des lésions pathognomoniques de la gale dont le diagnostic a été établi par un médecin de l établissement. Cas 2 Tout sujet présentant des lésions atypiques et dont les prélèvements montre la présence de Sarcoptes scabiei. 2 Cas probable tout sujet présentant soit un prurit cutané soit des lésions hyperkératosiques et qui a été en contact avec un cas certain et dont le diagnostic a été établi par un médecin de l établissement 3 Cas possible tout sujet présentant un prurit ou des lésions de grattage atypiques dont le diagnostic a été établi par un médecin de l établissement

12 Gale nosocomiale chez les patients (Délai par rapport à l hospitalisation) < ou = 1 semaine Gale communautaire 1 à 6 semaine : Gale nosocomiale probable = ou > à 6 semaines Gale nosocomiale certaine

13

14

15 Dépistage au sein du personnel Courbe «épidémique»: Gale CH Abbeville 2004 N= 222

16 Epidémie de Gale CH Abbeville 2004 USIC U4 MB2 MB1 U1 PNEUM O Services CM LS MR MED A2 ECOLES PSY REA U3 MED A1 0,00% 10,00% 20,00% 30,00% 40,00% 50,00% 60,00% 70,00% Taux d'attaque

17 Epidémie Gale CH Abbeville 2004 ASH AS IDE CSP Etudiants Agent Tech PH 0% 5% 10% 15% 20% 25% Taux d'attaque

18 Epidémie de Gale CH Abbeville 2004 : Patients cp = cas possible 16 = cas certain 21 S D S D S D S D S D S D NOMS DES AGENTS MEDECINE A1 cp MEDECINE A2 MEDECINE B1 cp cp MEDECINE B2 CHIRURGIE U1 cp CHIRURGIE U2 cp cp CHIRURGIE U3 CHIRURGIE U4 PNEUMOLOGIE PSYCHIATRIE A PSYCHIATRIE B CMLS 1er étage CMLS 2ème étage CLMS 3ème étage MAISON DE RETRAITE cp cp comfirmé biologiquement le7/10 toujours en isolement pour sarm cp voisine de chambre cp v cp cp cp cp cp cp

19 Diagnostic biologique 44 prélèvements : 2 positifs 26/10 : brancardier (3arrêts de travail) 28/10 : brancardier

20 Traitement du personnel et de leurs familles Personnel - Traitement curatif : 262 personnes - Traitement présomptif : 1666 personnes - Arret de travail : 2615 journées Familles - Traitement curatif : 282 personnes - Traitement présomptif : 42 personnes

21 Décontamination des locaux

22 Information Interne Externe - Tous les agents - Tous les patients hospitalisés ou non et leurs familles -IFSI - Etablissements partenaires - Professionnels libéraux - IFSI partenaires

23 Communication Permanence téléphonique PERMANENCE TELEPHONIQUE Epidémie de gale au CH d'abbeville oct /10/ /10/ /10/ /10/ /10/ /10/ /10/ /10/ /10/ /10/ /10/ /10/ /10/04 18/10/04 19/10/04 2 Motifs d appel - Signes cliniques, - incubation - traitement - conduite à tenir - famille, école, visite à l hôpital - les rendez-vous à l hôpital

24 Communication Média : Journaux, télé (conférence de presse) Permanence téléphonique PERMANENCE TELEPHONIQUE Epidémie de gale au CH d'abbeville oct /10/ /10/ /10/ /10/ /10/ /10/ /10/ /10/ /10/ /10/ /10/ /10/ /10/04 18/10/04 19/10/04 2 Motifs d appel - Signes cliniques, - incubation - traitement - conduite à tenir - famille, école, visite à l hôpital - les rendez-vous à l hôpital

25

26

27 Surveillance épidémiologique 1 - Soignants : auto-déclaration main courante fiche de déclaration journalière saisie sur un masque et transmise par internet au service d hygiène. 2 - Patients : visite journalière des médecins * la veille est assurée le week-end aussi * tous les cas suspects sont examinés par une seule équipe médicale.

28 Résultats de la Veille 3 cas : 3 décembre : patiente : diagnostic confirmé par le dermatologue le personnel de ce service a été revu par le médecin du travail 22 décembre : Aide Soignant : diagnostic confirmé par le dermato Examen des patients 26 décembre : Soignant avec reprise confirmée par le dermato

29 En post crise Réunion de débriefing à la DDASS Retour d expérience - Diagnostic (clinique et biologique) - Cellule de crise - Information - communication Lettre à l ensemble des CLIN de la région

30 Epilogue1 Les questions : - Pourquoi y -t-il eu beaucoup plus de cas soignants que de cas patients? - S agissait - il d une vraie épidémie?

31 Les enseignements : Epilogue2 - Le diagnostic : Clinique ; Biologique - Le traitement : Ivermectine ; Benzoate de benzyle - la cellule de crise : Composition

32 Epidémie de Gale au Centre Hospitalier d Abbeville (Septembre-octobre 2004) Z. Kadi 1,6, S. Redecker 2, I. Cachera 3, C. Ammirati 4, D. Ilef 5, C. Bourgois 2, P. Blériot 2, S. Pégard 2 et P. Astagneau 1,7 (1)CCLIN Paris-Nord; (2)CH Abbeville ;(3)DDASS Somme ;(4)SAMU 80 ; (5)CIRE Nord ; (6) CHU Amiens ; (7)GH Pitié Salpetrière Paris

Gestion du risque lors d épidémies de gale

Gestion du risque lors d épidémies de gale Gestion du risque lors d épidémies de gale l exemple de la maison de retraite du CH Oloron (Pyrénées atlantiques) Benoît HUC Service d Hygiène Hospitalière CH d Oloron Sainte-Marie Benoit.huc@ch-pau.fr

Plus en détail

GALE: ÉPIDÉMIOLOGIE, TRAITEMENT ET PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE

GALE: ÉPIDÉMIOLOGIE, TRAITEMENT ET PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE Hygiène et prévention des infections en EMS Besançon, 12 novembre 2014 GALE: ÉPIDÉMIOLOGIE, TRAITEMENT ET PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE Pr Olivier Chosidow Dr Giao Do-Pham Service de Dermatologie

Plus en détail

GALE gestion d une épidémie. B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU

GALE gestion d une épidémie. B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU GALE gestion d une épidémie B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU 1 Mesures immédiates pour la prise en charge des patients atteints : «isolement contact» Pour les soignants Pas de contact directe

Plus en détail

Rougeole au C.H.U. de Reims en 2008. statuts immunitaires des soignants. Épidémie hospitalo-communautaire de rougeole au CHU de Reims

Rougeole au C.H.U. de Reims en 2008. statuts immunitaires des soignants. Épidémie hospitalo-communautaire de rougeole au CHU de Reims Épidémie hospitalo-communautaire de rougeole au CHU de Reims janvier-mars 2008 Rougeole au C.H.U. de Reims en 2008 statuts immunitaires des soignants Documentation par le CHU : services de soins, unité

Plus en détail

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Annexe Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Document validé par le Conseil Scientifique du C.CLIN-Ouest le 6 mai 2003 Principes généraux Les épidémie nosocomiales sont définies et prises

Plus en détail

EPIDEMIE DE GALE EN EHPAD

EPIDEMIE DE GALE EN EHPAD EPIDEMIE DE GALE EN EHPAD Dr N. Oiry EHPAD de Bras Long, ENTRE DEUX. PRINOI, 25 avril 2014, EHPAD de BRAS LONG 80 Places. GMP 802. PMP 212. 3 unités distinctes. Unité Pétrel de Barau. Unité protégée. SdB.

Plus en détail

EPIDEMIE DE GALE AU GHAM (GROUPEMENT HOSPITALIER AUBE- MARNE) N. Bebenek, 1 P. Stoessel-Thouvenin, M. Joly, A. Sarokina, A. Meunier, J.P.

EPIDEMIE DE GALE AU GHAM (GROUPEMENT HOSPITALIER AUBE- MARNE) N. Bebenek, 1 P. Stoessel-Thouvenin, M. Joly, A. Sarokina, A. Meunier, J.P. EPIDEMIE DE GALE AU GHAM (GROUPEMENT HOSPITALIER AUBE- MARNE) N. Bebenek, 1 P. Stoessel-Thouvenin, M. Joly, A. Sarokina, A. Meunier, J.P. Tasse GHAM : 3 sites hospitaliers Site concerné : 126 lits (médecine-

Plus en détail

ANALYSE DES SIGNALEMENTS DE GALE DANS L INTER-RÉGION OUEST DE JANVIER 2003 À AOÛT 2008 INTRODUCTION

ANALYSE DES SIGNALEMENTS DE GALE DANS L INTER-RÉGION OUEST DE JANVIER 2003 À AOÛT 2008 INTRODUCTION ANALYSE DES SIGNALEMENTS DE GALE DANS L INTER-RÉGION OUEST DE JANVIER 23 À AOÛT 28 INTRODUCTION La gale est une parasitose touchant chaque année presque 3 millions de personnes dans le monde. La prévalence

Plus en détail

scabiei Généralités sur la gale Parasitose cutanée bénigne de transmission interhumaine (tous âges, tous milieux sociaux,

scabiei Généralités sur la gale Parasitose cutanée bénigne de transmission interhumaine (tous âges, tous milieux sociaux, Généralités sur la gale Gale acarienne humaine (gale sarcoptique): recrudescence? Parasitose cutanée bénigne de transmission interhumaine (tous âges, tous milieux sociaux, tous continents) 300 millions

Plus en détail

LE RISQUE INFECTIEUX : INFORMER

LE RISQUE INFECTIEUX : INFORMER Bienvenue à tous! 1 LE RISQUE INFECTIEUX : INFORMER POUR PRÉVENIR Nicole JEZEQUEL : Cadre Supérieur de Santé, Hygiéniste Centre hospitalier Le Valmont Nathalie ARMAND : Pharmacien Hygiéniste Centre Hospitalier

Plus en détail

La Gale. Dr N. Contet-Audonneau. 26/09/2010 Dr N Contet-Audonneau Cours IST

La Gale. Dr N. Contet-Audonneau. 26/09/2010 Dr N Contet-Audonneau Cours IST La Gale Dr N. Contet-Audonneau 1 Définition Dermatose contagieuse due à un acarien Sarcoptes scabiei variété hominis Fréquente Cosmopolite Prurigineuse 2 La gale 300 millions de personnes/an dans le monde

Plus en détail

Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens

Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens Dr Dominique TRIVIER Service d Hygiène Hospitalière SHH Dr Trivier 1 L ERV au CHL: phase d émergence Le 9 mai 2008 un patient de pneumologie

Plus en détail

Congrès La Baule 08/10/09 D TRIPODI CHU NANTES 1

Congrès La Baule 08/10/09 D TRIPODI CHU NANTES 1 Problématique des «contages» au sein des établissements de soins : - nécessité d une collaboration étroite du Service Santé au Travail avec l Équipe d Hygiène Hospitalière et le CLIN. Congrès La Baule

Plus en détail

LA GALE. Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux. ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest

LA GALE. Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux. ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest LA GALE Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest Jeudi 11 juin 2015 LE SARCOPTE DE LA GALE Définition Parasite de l ordre des acariens qui vit dans l épiderme humain

Plus en détail

Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte

Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte Des BMR aux BHR Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte Les enjeux Pas de nouvelles molécules antibiotiques Des malades de plus en plus fragiles Des actes de plus en plus invasifs

Plus en détail

Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste

Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste 38 ème journées régionales Hygiène hospitalière et prévention des IAS 24-25 mars 2016 Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste Un Ehpad en Ile-de-France

Plus en détail

Transports Internes de Patients Veille REGLEMENTAIRE

Transports Internes de Patients Veille REGLEMENTAIRE MANAGEMENT : 1. Quels sont les prérequis à l'embauche d un brancardier? Texte de référence : Fiche métier Aptitude au port de charges Expérience auprès des patients AFPS 2. Quel type de formation doit-il

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES Epidémiologie GIRARD R, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif prioritaire est de stopper l épidémie en cours et de mettre en place des

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE BHRE ERG+

RETOUR D EXPERIENCE BHRE ERG+ RETOUR D EXPERIENCE BHRE ERG+ Centre SSR Sainte Catherine Labouré LA BAUME D HOSTUN CESBRON C., Responsable Qualité et Gestion des Risques - GENSTY D., Praticien hygiéniste, Président du CLIN LANTHEAUME

Plus en détail

Épidémie de gale. Définition et agent causal

Épidémie de gale. Définition et agent causal Épidémie de gale 4ème Journée de prévention du risque infectieux en EHPAD Jeudi 24 mai 2012 Dr Elodie BECLIN EOH 1 Définition et agent causal Parasitose cutanée: colonisation couche cornée de l épiderme

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

LA GALE. Dr KOTTLER Diane Assistante spécialiste Service de Dermatologie CH Valence Juin 2014

LA GALE. Dr KOTTLER Diane Assistante spécialiste Service de Dermatologie CH Valence Juin 2014 LA GALE Dr KOTTLER Diane Assistante spécialiste Service de Dermatologie CH Valence Juin 2014 Parasitologie (1) Sarcoptes scabiei var hominis Parasitisme humain obligatoire Durée de vie : 2-3 mois Couche

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. U.C.S.A. Unité de consultations et de soins ambulatoires

LIVRET D ACCUEIL. U.C.S.A. Unité de consultations et de soins ambulatoires 1 LIVRET D ACCUEIL U.C.S.A. Unité de consultations et de soins ambulatoires 2011 2 SOMMAIRE Définition / Présentation Présentation des locaux Présentation de l équipe médicale et paramédicale Présentation

Plus en détail

Place de l Infirmière Coordonatrice et rôle du service social dans le processus de prise en charge des patients atteints d un cancer thoracique

Place de l Infirmière Coordonatrice et rôle du service social dans le processus de prise en charge des patients atteints d un cancer thoracique Place de l Infirmière Coordonatrice et rôle du service social dans le processus de prise en charge des patients atteints d un cancer thoracique Projet INCa / DGOS : «Expérimentation du parcours personnalisé

Plus en détail

PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009

PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009 PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009 VERSION DU 23 JUILLET 2009 1 Sommaire 1. INTRODUCTION... 3 2. OBJECTIFS... 4 3. METHODE... 5 3.1. DEFINITIONS DE CAS GROUPES...

Plus en détail

Bactéries multi-résistantes émergentes et importation. Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP

Bactéries multi-résistantes émergentes et importation. Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP Bactéries multi-résistantes émergentes et importation Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP BMR émergente : définition? Bactérie dont le mécanisme de résistance est nouveau et qui possède une

Plus en détail

PRESENTATION DE L HOPITAL DU VAL DU MADON (HVDM)

PRESENTATION DE L HOPITAL DU VAL DU MADON (HVDM) PRESENTATION DE L HOPITAL DU VAL DU MADON (HVDM) Hôpital local de 356 lits, pavillonnaire, sur 2 sites Site principal à Mirecourt 167 lits d hébergement 29 lits de SSR 8 lits de médecine Site de Mattaincourt

Plus en détail

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé Centre Hospitalier de Dreux Pôle Admissions Non Programmées (ANP) PROFIL DE POSTE Cadre de santé Réanimation Polyvalente / Unité de Surveillance Continue (USC) Version n Nombre de pages : Diffusée le :

Plus en détail

Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes

Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes Dr Nathalie LUGAGNE DELPON Chef de Service Gestion du risque infectieux CHR Félix Guyon Journée de gestion des risques cliniques / Octobre 2011

Plus en détail

Les épidémies en EHPAD

Les épidémies en EHPAD Les épidémies en EHPAD Pourquoi signaler? Quand? Comment? Journée de formation et d'information en hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 28 mai 29 1 Quand parle-t-on d'épidémie? Une épidémie

Plus en détail

Cas groupés syndromes grippaux

Cas groupés syndromes grippaux Cas groupés syndromes grippaux PÔLE GÉRIATRIQUE PARIS VAL DE MARNE EOHH HÔPITAL CHARLES FOIX 1 SITE DE L AP-HP CHARLES FOIX VAL DE MARNE (94) REGROUPEMENT AVEC La PITIE SALPETRIERE en 2011 GH PS-CFX :

Plus en détail

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Centre Hospitalier de Dreux PÔLE ANP PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Version n Nombre de pages : 7 Diffusée le :16/12/2015 Appliquée le : Rédigée par : Mme

Plus en détail

Signalement des infections nosocomiales

Signalement des infections nosocomiales Signalement des infections nosocomiales Bilan 00 Journée des CLIN 5 mars 005 C-CLIN Paris Nord Bilan du signalement fin 00 90 fiches de signalement reçues au CCLIN PN 91 besoins d expertise 30 cas d infections

Plus en détail

Risques infectieux et pratiques alternatives

Risques infectieux et pratiques alternatives Risques infectieux et pratiques alternatives Docteur Sophie Fégueux Docteur Khadijeh Shakouri Bureau risques infectieux et autres risques liés aux soins Sous-direction prévention des risques infectieux

Plus en détail

IDE Unité de Psychiatrie Générale

IDE Unité de Psychiatrie Générale IDE Unité de Psychiatrie Générale CONTEXTE : Centre Hospitalier de Dax Côte d Argent Directeur d établissement : Mr CAZENAVE Direction fonctionnelle : Mme FRECON Site : Yves du MANOIR Pôle d activité :

Plus en détail

LA GALE HUMAINE Sarcoptes scabiei hominis Rôle du désinsectiseur

LA GALE HUMAINE Sarcoptes scabiei hominis Rôle du désinsectiseur Chambre syndicale 3D Avignon, le 10 octobre 2014 LA GALE HUMAINE Sarcoptes scabiei hominis Rôle du désinsectiseur Pascal DELAUNAY Entomologie-Parasitologie-Mycologie CHU de Nice Inserm U1065 LE PARASITE:

Plus en détail

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48 Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Contexte CHU de 3300 lits répartis sur 3 groupes hospitaliers et 5 sites Toutes les spécialités

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE Responsabilité de chacun et sensibilisation de tous 1 - Tous les professionnels travaillant au contact

Plus en détail

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales L organisation de la lutte contre les infections nosocomiales en France & La place de l usager dans le programme national de lutte contre les infections nosocomiales 2005/2008 Valérie Drouvot Direction

Plus en détail

MedQual Centre d information et de ressources pour le bon usage des antibiotiques. Région Pays de la Loire

MedQual Centre d information et de ressources pour le bon usage des antibiotiques. Région Pays de la Loire MedQual Centre d information et de ressources pour le bon usage des antibiotiques Région Pays de la Loire Pr Françoise BALLEREAU Ministère de la Santé 28 novembre 2011 Pourquoi la création de MedQual?

Plus en détail

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions 4 th European Conference on Health Economics Université Paris V. 7-10 July 2002 A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public

Plus en détail

Expérimentation de la méthode du patient traceur au CHU de Tours

Expérimentation de la méthode du patient traceur au CHU de Tours Expérimentation de la méthode du patient traceur au CHU de Tours Professeur Patrice BEUTTER Cidàlia MOUSSIER Jeudi 12 juin Rencontre régionale qualité / Securité des soins Certification V2014 : INTRODUCTION

Plus en détail

Retour d expérience sur une épidémie de gale au CH de Montbrison. Anne Brunon REPH 21 février 2013

Retour d expérience sur une épidémie de gale au CH de Montbrison. Anne Brunon REPH 21 février 2013 Retour d expérience sur une épidémie de gale au CH de Montbrison Anne Brunon REPH 21 février 2013 SSG Le 30/05: EOHH informée d une suspicion de gale en SSG = Mme D (91 ans) prurit depuis +s mois + lésions

Plus en détail

Gale Retour d expérience. UHLIN hôpital Saint Antoine novembre 2013

Gale Retour d expérience. UHLIN hôpital Saint Antoine novembre 2013 Gale Retour d expérience UHLIN hôpital Saint Antoine novembre 2013 Un service Service de médecine spécialisée rhumatologie 27 lits, 7 chambres doubles Personnel médical, paramédical, kinésithérapeute,

Plus en détail

Galerie sainte Geneviève, porte 3 niveau 1

Galerie sainte Geneviève, porte 3 niveau 1 Pôle UBAAR : urgences, bloc, ambulatoire, anesthésie et réanimation Hôpital de jour pluridisciplinaire (Livret réalisé par l équipe d infirmières de médecine, validé par le cadre) Galerie sainte Geneviève,

Plus en détail

Gestion d une épidémie de gale. EHPAD Les Minimes

Gestion d une épidémie de gale. EHPAD Les Minimes Gestion d une épidémie de gale EHPAD Les Minimes PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Etablissement privé composé de deux bâtiments Résidence Dedelay Résidence H.Durand Capacité de 133 lits dont 10 lits pour

Plus en détail

Les «serious games» : enjeux, atouts, efficacité

Les «serious games» : enjeux, atouts, efficacité Journée Régionale de Formation Simulation et pédagogie 23 juin 2015, Tours Les «serious games» : enjeux, atouts, efficacité P. Parneix Pierre Parneix pierre.parneix@chu- bordeaux.fr 12 décembre 2013 pierre.parneix@chu-

Plus en détail

Grippe A(H1N1)v. Journée e d'information des professionnels de l'urgence. Activité des services d'urgences hospitaliers. Dr Jean-Marc PHILIPPE

Grippe A(H1N1)v. Journée e d'information des professionnels de l'urgence. Activité des services d'urgences hospitaliers. Dr Jean-Marc PHILIPPE Grippe A(H1N1)v Journée e d'information des professionnels de l'urgence Activité des services d'urgences hospitaliers Dr Jean-Marc PHILIPPE SAMU du Cantal Pôle de Médecine d'urgence et de Médecine Préventive

Plus en détail

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr Corinne PLESSIS EHPAD «Les Pommeris» VALLIERES LES GRANDES et MDPH Dr Séverine DURIN EHPAD du Pays Vendômois et CH VENDOME Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr PLESSIS - Dr DURIN Journée

Plus en détail

Évolution de la profession d infirmier(e) hygiéniste En France et dans l inter région Paris Nord

Évolution de la profession d infirmier(e) hygiéniste En France et dans l inter région Paris Nord Évolution de la profession d infirmier(e) hygiéniste En France et dans l inter région Paris Nord Valérie Drouvot Direction générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des

Plus en détail

Le signalement des infections nosocomiales

Le signalement des infections nosocomiales Le signalement des infections nosocomiales Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie (SGRIVI),

Plus en détail

Mortalité? Durée de séjour?

Mortalité? Durée de séjour? Surmortalité et excès s de durée e de séjours liés à la survenue d une d infection acquise en réanimation Analyse de la littérature Propositions pour le réseau REA RAISIN Dr Th. LAVIGNE pour le Comité

Plus en détail

Service Hospitalo-universitaire Psymobile et Centre de Prévention du Suicide

Service Hospitalo-universitaire Psymobile et Centre de Prévention du Suicide Service Hospitalo-universitaire Psymobile et Centre de Prévention du Suicide Dr Michèle Pacaut-Troncin Centre hospitalier Le Vinatier Pôle ouest Psymobile et centre de prévention du suicide michele.pacaut-troncin@ch-le-vinatier.fr

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER 3, rue du Jeu de Paume 54210 SAINT NICOLAS DE PORT Juin 2008 PARTIE 1 Nom de l établissement Situation géographique

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Médecin urgentiste posté en UHCD. Poste occupé par : Depuis le : Corps des médecins Hospitaliers. Médecin urgentiste

FICHE DE POSTE. Médecin urgentiste posté en UHCD. Poste occupé par : Depuis le : Corps des médecins Hospitaliers. Médecin urgentiste Poste occupé par : Depuis le : DOMAINE : médical Médecine d urgence INTITULE DU METIER Correspondance statutaire Qualification Corps des médecins Hospitaliers Exigences sur le poste Travail en 6 H UHCD,

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS 2009 CHU de Nancy SOMMAIRE. Capacités d accueil... Attractivité... Hospitalisations... Consultations... Personnel... Budget...

CHIFFRES CLÉS 2009 CHU de Nancy SOMMAIRE. Capacités d accueil... Attractivité... Hospitalisations... Consultations... Personnel... Budget... CHIFFRES CLÉS 2009 CHU de Nancy SOMMAIRE Capacités d accueil... Attractivité... Hospitalisations... Consultations... Personnel... 4 4 5 6 7 Budget... Plateaux techniques... 8/9 10/11 Logistique... 11 Autres

Plus en détail

Intervention en partenariat : exemple d une éclosion de légionellose

Intervention en partenariat : exemple d une éclosion de légionellose Intervention en partenariat : exemple d une éclosion de légionellose Jacinthe Desjardins, DESS, HDQ Jean-François Duchesne, M.Sc., DRSP 03 Jasmin Villeneuve, MD, M. Sc., DRSP 03 JASP 1er décembre 2011

Plus en détail

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13 Page 1 sur 6 Métier INFIRMIER Intitulé du poste INFIRMIER EN AMBULATOIRE Villes de rattachements Bobigny, Pantin TITULAIRE DU POSTE : Localisation 48,rue Louise Michel 93000 BOBIGNY Version 1 Composition

Plus en détail

Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes

Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes Unité de Gestion du Risque Infectieux/service de Bactériologie-Hygiène Service d Information Médicale Page 1 Contexte

Plus en détail

Centre hospitalier de Dieppe CHIFFRES CLÉS 2014. Juillet 2015

Centre hospitalier de Dieppe CHIFFRES CLÉS 2014. Juillet 2015 CHIFFRES CLÉS 2014 Juillet 2015 Le Centre hospitalier de Dieppe, un établissement de référence Le Centre hospitalier de Dieppe est l hôpital de référence du territoire de santé de Dieppe qui couvre une

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) HOPITAL LOCAL

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) HOPITAL LOCAL ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE HOPITAL LOCAL 35, Rue Rogg Haas 68510 SIERENTZ Novembre 2010 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER DE VIERZON

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER DE VIERZON ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER DE VIERZON 33 rue Léo Mérigot BP 237 18102 VIERZON CEDEX MAI 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

JOURNÉE HYGIÈNE DES MAINS

JOURNÉE HYGIÈNE DES MAINS 5 ième réunion des Référents en Hygiène des EHPAD et autres Établissements Médico-Sociaux en Aquitaine 9 mars 205 JOURNÉE HYGIÈNE DES MAINS Retour d expérience S. AUGEYROLLE / C. CARRERE / C. ABILY E.H.P.A.D.

Plus en détail

Gestion des alertes Rôle et responsabilité du pharmacien hospitalier

Gestion des alertes Rôle et responsabilité du pharmacien hospitalier Gestion des alertes Rôle et responsabilité du pharmacien hospitalier Isabelle Lucas-Baloup Avocat à la Cour de Paris (www.lucas-baloup.com) «La gérance d une PUI est assurée par un pharmacien. «Il est

Plus en détail

RAPPORT D'ACTIVITÉ 2010 DU COMITÉ DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES (CLIN) ET DE L'ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE D'HYGIÈNE HOSPITALIÈRE (EOHH)

RAPPORT D'ACTIVITÉ 2010 DU COMITÉ DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES (CLIN) ET DE L'ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE D'HYGIÈNE HOSPITALIÈRE (EOHH) RAPPORT D'ACTIVITÉ 2010 DU COMITÉ DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES (CLIN) ET DE L'ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE D'HYGIÈNE HOSPITALIÈRE (EOHH) 1/6 En 2010, Mme le Docteur PERFETTINI, vice-présidente,

Plus en détail

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest Réseau national d Alerte, d Investigations et de Surveillance des Infections Nosocomiales Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin

Plus en détail

«Communication soignant soigné sur l Hygiène des mains»

«Communication soignant soigné sur l Hygiène des mains» Retour d expérience GRHYM «Communication soignant soigné sur l Hygiène des mains» Sylvie Monier et Julie Chastin Journée annuelle du Sud Est Jeudi 20 mars 2014 PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE Cette démarche

Plus en détail

INTÉRÊT DE L APPROCHE MARKETING HOSPITALIER POUR COMMUNIQUER AUPRÈS DES MÉDECINS

INTÉRÊT DE L APPROCHE MARKETING HOSPITALIER POUR COMMUNIQUER AUPRÈS DES MÉDECINS INTÉRÊT DE L APPROCHE MARKETING HOSPITALIER POUR COMMUNIQUER AUPRÈS DES MÉDECINS Jean-Mathieu DEFOUR, Directeur Centre Hospitalier Ariège-Couserans 2nde Journée Internationale du Marketing Santé Vendredi

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE en 2012 Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Centre Hospitalier de

Plus en détail

Communication soignant-soigné

Communication soignant-soigné Communication soignant-soigné sur l hygiène des mains Principe et résultats préliminaires Rouen, 11 avril 2013 Démarche élaborée par le GRHYM Groupe de réflexion du réseau CClin-Arlin pour la promotion

Plus en détail

ROLES ET MISSION LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DU CLIN HISTORIQUE DES DEFINITIONS. Me VILLEGAS Cadre formateur IBODE/2012

ROLES ET MISSION LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DU CLIN HISTORIQUE DES DEFINITIONS. Me VILLEGAS Cadre formateur IBODE/2012 ROLES ET MISSION DU CLIN Infections nosocomiales Définition de l Infection Nosocomiale: vient du grec nosokomion et date de 1845 Définition du Conseil de l Europe : elle introduit le personnel hospitalier

Plus en détail

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE SBrosse FEMS PLAN 1.DEFINITION DU RISQUE EN ES 2.HISTORIQUE DE LA DEMARCHE DE GESTION DES RISQUES 3.ENJEUX SBrosse FEMS LE RISQUE La

Plus en détail

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins 31 mai 2013 HAD Nantes & région mai 2013-BJAUD 2 n SOMMAIRE: - LE DISPOSITIF REGLEMENTAIRE - HOPITAL A DOMICILE: Présentation Objectif Les conditions d admission

Plus en détail

Audit national Hygiène des mains Observance - pertinence

Audit national Hygiène des mains Observance - pertinence Audit national Hygiène des mains Observance - pertinence 2008-2009 Groupe de travail thématique «Hygiène des mains» 1 Contexte Constitué en 2005, GREPHH a pour vocation de créer des outils d évaluation

Plus en détail

EPISODE DE GALE MAS LES MONTAINES OCT 2010 / OCT 2013

EPISODE DE GALE MAS LES MONTAINES OCT 2010 / OCT 2013 EPISODE DE GALE MAS LES MONTAINES OCT 2010 / OCT 2013 Le contexte La mas les montaines: établissement medico social accueillant 62 résidents polyhandicapés repartis en 5 groupes de vie Equipe éducative

Plus en détail

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 -

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - INSTITUT PASTEUR DE MADAGASCAR Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - Au cours de la semaine du 2 février, de nombreux articles au sujet de la peste

Plus en détail

Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes

Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes Dr V Langlois-Gey, MDPH 87 Dr L. Moreau, Conseil Général 87 11 ème journée ALOIS «Alzheimer et

Plus en détail

PRADO PRogramme d Accompagnement du retour à DOmicile des patients hospitalisés

PRADO PRogramme d Accompagnement du retour à DOmicile des patients hospitalisés PRADO PRogramme d Accompagnement du retour à DOmicile des patients hospitalisés Le champ de la Maternité 11 1 Pourquoi mettre en place un programme d accompagnement? La CNAMTS fait de l accompagnement

Plus en détail

RIPHH Nord Septembre 2012. Dialyse

RIPHH Nord Septembre 2012. Dialyse RIPHH Nord Septembre 2012 Dialyse Arrêté du 22 juin 2012 portant dérogation à titre exceptionnel de certaines dispositions de l'arrêté du 25 avril 2005 relatif aux locaux, matériels techniques et dispositifs

Plus en détail

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Coqueluche Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Définition et mode de transmission La coqueluche est une infection bactérienne peu ou pas fébrile de l'arbre respiratoire

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

INDICATEUR DE QUALITE

INDICATEUR DE QUALITE Direction de la Santé Publique et de l Offre Médico-Sociale Département de Sécurité des Soins et des Produits de Santé Cellule Régionale d Hémovigilance LE DOSSIER TRANSFUSIONNEL : INDICATEUR DE QUALITE

Plus en détail

EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste ULIN-janvier 2015-FDP08

EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste ULIN-janvier 2015-FDP08 EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste 1 Sommaire 1. Planter le décor : CH Valenciennes 2. Flash back sur le contexte national et les recommandations des instances

Plus en détail

Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV

Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV Bruxelles 26 novembre 2010 Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV Dr Stéphane Morandi Organisation des soins en santé mentale dans le Canton de Vaud Le Canton de Vaud

Plus en détail

Articulation hygiène et gestion des risques

Articulation hygiène et gestion des risques Articulation hygiène et gestion des risques Prévention du risque infectieux et gestion des risques Marie-Françoise DUMAY SFHH SIIHH 5 juin 2008 Politique nationale (1) DHOS - DGS Recommandations : mise

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau. Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau

Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau. Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau Chirurgie Ambulatoire Quelle organisation? Quel enjeu pour

Plus en détail

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients. Lutte contre les événements indésirables graves médicamenteux (EIGm) évitables

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients. Lutte contre les événements indésirables graves médicamenteux (EIGm) évitables XXIIe Journée Annuelle du Sud Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins et de formation en hygiène Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients Lutte

Plus en détail

Rôle et Missions des Correspondants en Hygiène de L Hôpital Local de Crèvecoeur le Grand

Rôle et Missions des Correspondants en Hygiène de L Hôpital Local de Crèvecoeur le Grand Rôle et Missions des s en de L Hôpital Local de Crèvecoeur le Grand 1. PRESENTATION DE LA STRUCTURE L hôpital local est un établissement public de santé de ressort communal, avec : 20 lits de SSR (Soins

Plus en détail

LE STAGE. Présentation des différents dispositifs les plus significatifs. LIVRET D ACCUEIL

LE STAGE. Présentation des différents dispositifs les plus significatifs. LIVRET D ACCUEIL LE STAGE L alternance réserve une place privilégiée à la formation clinique des étudiants au travers du stage. Dès les prémisses de la réforme, l IFSI a réuni les différents acteurs du partenariat afin

Plus en détail

Gestion des épidémies d infections associées aux soins : les outils d alerte et de gestion

Gestion des épidémies d infections associées aux soins : les outils d alerte et de gestion Gestion des épidémies d infections associées aux soins : les outils d alerte et de gestion Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux,

Plus en détail

Les principaux établissements de l action sociale et de la santé sur le Laonnois

Les principaux établissements de l action sociale et de la santé sur le Laonnois Les principaux établissements de l action sociale et de la santé sur le Laonnois L hôpital de Laon Le centre hospitalier de Laon est un établissement public de sante comportant 498 lits d'hospitalisation

Plus en détail

Objectifs du dossier patient. Support de l ensemble l. médicalem. Traçabilit. abilité de toutes les actions effectuées

Objectifs du dossier patient. Support de l ensemble l. médicalem. Traçabilit. abilité de toutes les actions effectuées Dossier MédicalM Généralités Objectifs du dossier patient Traçabilit abilité de toutes les actions effectuées es Outil de communication, de coordination et d'information entre les acteurs de soins et avec

Plus en détail

Colloque SFHH - LILLE 6 JUIN 2012

Colloque SFHH - LILLE 6 JUIN 2012 Domaine : Hygiène Hospitalière LA COMMUNICATION EN GESTION CRISE : RISQUE ou BENEFICE? Colloque SFHH - LILLE 6 JUIN 2012 Philippe VAN DE WOESTYNE Directeur délégué Délégation Management des Risques/SGRIVI

Plus en détail

Hospices Civils de Beaune CONSULTATION ELSA HOSPICES CIVILS DE BEAUNE L. M A S S E / L. B A R R O T H C B N O V 2 0 1 4

Hospices Civils de Beaune CONSULTATION ELSA HOSPICES CIVILS DE BEAUNE L. M A S S E / L. B A R R O T H C B N O V 2 0 1 4 CONSULTATION ELSA HOSPICES CIVILS DE BEAUNE AVANTAGES ET DIFFICULTES AVANTAGES - Repérage des patients à différents stades ( CNH, Certificat de non hospitalisation, ivresse pathologique, TS/passage à l

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE POLYCLINIQUE MAJORELLE 1240, AVENUE RAYMOND PINCHARD 54100 NANCY CEDEX AVRIL 2007 PARTIE 1 Nom de l établissement Situation géographique

Plus en détail

L application de la télémédecine aux UCSA et aux SMPR

L application de la télémédecine aux UCSA et aux SMPR L application de la télémédecine aux UCSA et aux SMPR entretiens avec spécialistes ; échanges avec le CH de rattachement pour la mise en œuvre des formalités concernant la prise en charge sanitaire et

Plus en détail