Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Accompagnement des personnes âgées à domicile:"

Transcription

1 Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI Septembre 2010 Marie Bouchaud Directrice du réseau de santé Memorys Responsable du PPE/CLIC 5-6

2 Historique des réseaux de santé Dans les années 80, des initiatives spontanées de professionnels de santé naissent de la nécessité d'une prise en charge globale et coordonnée apparue avec les nouvelles pathologies comme le Sida, ou des populations spécifiques telles que les usagers de drogues et les personnes en situation précaire. Les professionnels de santé se rassemblent alors en réseaux «informels». Au début des années 90, des réseaux et des filières de soins (trajectoires) s organisent, orientés par plus de 20 textes réglementaires (lois, décrets, circulaires) liés à des pathologies spécifiques. En ce qui concerne les addictions, des réseaux ville-hôpital toxicomanie sont développés dans le cadre de la circulaire du 7 mars Des réseaux «alcool» sont mis en place à partir de la circulaire n 707 du 19 novembre Les éléments de caractérisation d'une filière sont : les "lieux de passage", la quantité d'aide et de soins apportée à chaque niveau, le temps de passage à chaque niveau, les coûts associés.

3 Historique des réseaux de santé En 1996, les ordonnances Juppé ont donné un cadre juridique aux réseaux de soins en en créant 2 catégories : les réseaux et filières de soins expérimentaux (article L du code de la Sécurité Sociale), dits «réseaux Soubie», agréés par le Ministre et permettant des dérogations tarifaires. les «réseaux hospitaliers» (article L du code de la Santé Publique), agréés par le Directeur de l'arh.

4 Historique des réseaux de santé En 1999, la circulaire du 25 novembre, n , relative aux réseaux de soins préventifs, curatifs, palliatifs ou sociaux, même si elle n a pas été réellement appliquée, va guider l évolution du cadre des réseaux. Ainsi, en 2002, une définition réglementaire et unique des réseaux de santé est donnée, dans l article L de la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé. Les réseaux visent à "...favoriser l'accès aux soins, la coordination, la continuité ou l'interdisciplinarité des prises en charge sanitaires, notamment de celles qui sont spécifiques à certaines populations, pathologies ou activités sanitaires. Ils assurent une prise en charge adaptée aux besoins de la personne tant sur le plan de l'éducation à la santé, de la prévention, du diagnostic que des soins. Ils peuvent participer à des actions de santé publique. Ils procèdent à des actions d'évaluation afin de garantir la qualité de leurs services et prestations." " Ils sont constitués entre les professionnels de santé libéraux, les médecins du travail, des établissements de santé, des centres de santé, des institutions sociales ou médico-sociales et des organisations à vocation sanitaire ou sociale, ainsi qu'avec des représentants des usagers. "

5 Le Réseau de santé de Paris Centre Sud -Est Réseau de santé gérontologique intervenant sur les 1 er, 2 ème, 3 ème, 4 ème, 5 ème, 6 ème, 13 ème et 14 ème arrondissements de Paris

6 Genèse et historique du réseau Un constat démographique Une difficulté dans l exercice des médecins libéraux Une volonté d amélioration de la filière gériatrique Un souhait des patients et des familles Une difficulté de coordination de la prise en charge au domicile.

7 Un constat démographique Insee 2007 Hommes ans En % Pop. totale Femmes Hommes + de 75 ans En % Pop. totale Femmes Population totale 1 er ,65% ,67% ème 3 ème 4 ème 5 ème 6 ème 13 ème 14 ème ,41% ,59% ,54% ,95% ,78% ,96% ,06% ,35% ,44% ,53% ,77% ,01% ,22% ,67% TOTAL ,29% ,7%

8 La population concernée est celle des patients âgés de plus de 75 ans fragiles ou dépendants, et par dérogation entre 60 et 75 ans, vivant à domicile et présentant une situation médicale complexe, en particulier la présence de polypathologies, nécessitant une prise en charge médicale et sociale coordonnée pour le maintien à domicile. Il s agit potentiellement de personnes âgées de plus de 60 ans.

9 Un réseau de santé gérontologique en réponse aux difficultés ressenties par les médecins de ville: Difficultés de gestion des situations de crise Difficultés de la coordination autour du patient Insuffisance de la prévention Insuffisance de la formation en gérontologie

10 Le maintien au domicile : un souhait de la majorité des personnes âgées Un bon maintien à domicile repose sur : La volonté de la personne et de son entourage La qualité de l évaluation médico-psycho-sociale (EGS) La qualité de la coordination des différents intervenants Les soins à domicile permettent le plus souvent: De répondre au souhait de rester au domicile De contribuer à la qualité de vie D éviter certaines hospitalisations non justifiées

11 Une difficulté de coordination Difficulté de coordination d action dans la prévention, l évaluation et la prise en charge du patient âgé dépendant entre secteur sanitaire et secteur social, secteur hospitalier et secteur ambulatoire. Le réseau de santé gérontologique apparaît être un moyen efficace pour remédier à cette difficulté.

12 Le réseau: une réponse aux difficultés de prise en charge de la personne âgée dépendante Objectif général: Faciliter une prise en charge en ville coordonnée pour les sujet âgés de plus de 75 ans fragiles et dépendants en apportant un réel appui aux médecins de ville et aux équipes de proximité: en termes d évaluation médicale et médico-sociale en coordination avec les services existants afin de réaliser un plan personnalisé de santé (plan de soins et plan d accompagnement) qui sera prescrit par le médecin traitant, en termes de prévention, afin de faire diminuer le recours aux urgences et les hospitalisations non justifiées médicalement, en termes de formation pour les professionnels de santé afin de permettre l acquisition d une véritable culture gérontologique par les différents professionnels libéraux au domicile.

13 Cohérence avec les priorités de santé Rapport du Haut Comité de Santé Publique de 2002 mettant en évidence la fragmentation du système de santé entre les secteurs sanitaire/social, ville/hôpital, public/privé Loi du 4 mars 2002 relative aux droits des patients et à la qualité du système de santé. Elle stipule que «les réseaux de santé ont pour objectif de favoriser l accès aux soins, la coordination, la continuité ou l interdisciplinarité des prises en charge sanitaires, notamment de celles qui sont spécifiques à certaines populations, pathologies ou activités sanitaires

14 Cohérence avec les priorités de santé La circulaire DHOS N du 18 mars 2002 relative à l amélioration de la filière de soins gériatriques qui précise «le réseau est une réponse pertinente à la prise en charge spécifique des personnes âgées fragiles. La circulaire DGAS/DHOS N du 16 septembre 2004 relative aux centres locaux d information et de coordination (CLIC) et aux réseaux de santé gérontologiques qui précise que «le réseau de santé gérontologique offre au CLIC une expertise médicale facilement mobilisable, une reconnaissance par les professionnels de santé». Le Schéma Régional d Organisation Sanitaire (SROS) relatif à la prise en charge des personnes âgées à l hôpital en Ile de France (juillet 2004) qui souligne la nécessité de mieux coordonner les acteurs d un même territoire.

15 Cohérence avec les priorités de santé Le Schéma Gérontologique de la Ville de Paris qui prévoit un axe spécifique à «l analyse de l offre de soins à domicile et coordination des réseaux et partenaires». Le plan Solidarité Grand Age qui comporte un ensemble de mesures visant à améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées par le développement de la coordination des différents acteurs de santé, sociaux et médico-sociaux. A ce titre, le Plan prévoit de «poursuivre le développement des réseaux de santé «personnes âgées».

16 Cohérence avec les priorités de santé La circulaire DHOS/O2/O3/UNCAM/2007/197 du 15 mai 2007 relative au référentiel d organisation national des réseaux de santé «personnes âgées» précise que «les réseaux de santé «personnes âgées» répondent parfaitement à cet objectif». L organisation structurelle et fonctionnelle du réseau MEMORYS obéit aux principales caractéristiques d un réseau «personnes âgées» définies par ce référentiel national d organisation des réseaux de santé «personnes âgées».

17 Pour cela, le réseau fournit ses services autour de 6 axes : 1er axe - Assistance du médecin traitant pour l organisation et la coordination de la prise en charge au domicile tant en situation d urgence qu en situation de moyen terme par : - la possibilité d accéder facilement à une consultation d avis (apport d expertise), -l organisation de réunion de synthèse pour évaluer la situation du patient et faciliter l organisation de la prise en charge, -la mise en place d une coordination avec les services d intervention à domicile (aide et soins à domicile) et les services d urgence. 2ème axe - Assistance du médecin traitant pour l organisation du retour au domicile après hospitalisation : -patients admis aux urgences, dont l état après évaluation permet une prise en charge à domicile Eviter les hospitalisations non justifiées -patients hospitalisés dont l état après évaluation permet une prise en charge à domicile Favoriser le retour à domicile dans tous les cas possibles -patients ayant fait l objet d un diagnostic lors de leur admission à l hôpital de jour.

18 3ème axe - Assistance à l identification et à la mise en œuvre de solutions adaptées dans le moyen terme : orientation du patient vers des structures adaptées si nécessaire, conseils aux aidants familiaux et aux équipes médico-sociales de proximité. 4ème axe - Dans tous les cas et de manière continue : organisation d actions de prévention et de formation pour les professionnels de santé, les intervenants paramédicaux et médico-sociaux de ville. 5ème axe - Suivi des dossiers patients à des fins d évaluation, analyse des pratiques, mise à jour des protocoles de soins et organisation de l échange des bonnes pratiques cliniques. 6ème axe Avis psycho-gériatrique et intégration du patient dans un parcours de soins adaptés. Nouvel axe développé en 2010.

19 Naissance du réseau MEMORYS PORTE PAR L ASSOCIATION MEMORYS créée le 3 novembre 2005 (JO du 24/12/2005) Président : Docteur Jean-Constantin AMADEI DEPUIS 1997 : RESEAU «INFORMEL» MEDECINS LIBERAUX / BROCA / ASSOCIATIONS (AG13 et AGEPLUS) 2005: travail formel d un projet de réseau de santé avec 4 groupes de travail (formation, dossier patient/parcours du patient, évaluation, communication) 2006 : avis favorable au CRR du 9 mai novembre 2006 : début d activité 2008 : installation rue Vergniaud dans des locaux indépendants

20 Evaluation mutlidimensionnelle standardisée au domicile Etat somatique Autonomie Facteurs psychiques personnalité, résilience état psycho-thymique trajectoire de vie culture, valeurs Sujet âgé Facteurs économiques et sociaux ressources financières aides matérielles aides humaines Environnement familial communautaire technologique

21 Fonctionnement du réseau UN NUMERO DE TELEPHONE UNIQUE ( ) VERIFICATION DES CRITERES D INCLUSION * géographiques * médicaux ( réorientation / liens entre réseaux) accord du patient ou de son référent accord du médecin traitant (signature de la Charte) INCLUSION DANS LE RESEAU MEMORYS

22 LA POPULATION BENEFICIAIRE DU RESEAU CRITERES D INCLUSION 1 CRITERES GEOGRAPHIQUES : 1 er,2 ème, 3 ème, 4 ème, 5 ème, 6 ème, 13 ème, 14 ème 2- AGE > 75 ANS (par dérogation < 75 ans) 3- ACCORD DU PATIENT OU DU REFERENT LEGAL 4- ACCORD DU MEDECIN TRAITANT 5- CRITERES MEDICAUX * FRAGILITE OU DEPENDANCE * POLYPATHOLOGIE * SITUATION MEDICO-SOCIALE COMPLEXE RENDANT LE MAINTIEN A DOMICILE DIFFICILE * NECESSITE D UNE EVALUATION GLOBALE PLURI-DISCIPLINAIRE

23 PARCOURS DU PATIENT SIGNALEMENT/ INCLUSION EVALUATION GERIATRIQUE STANDARDISEE AU DOMICILE PLAN PERSONNALISE DE SANTE TRANSMIS AUX DIFFERENTS ACTEURS INTERVENANT AUPRES DU PATIENT COORDINATION DU SUIVI (REEVALUATION/ REUNION DE SYNTHESE SI NECESSAIRE)

24 PA FRAGILE OU DEPENDANTE AVEC DIFFICULTE DE PRISE EN CHARGE MEDECIN TRAITANT PERMANENCE TELEPHONIQUE MEMORYS CRITERES D INCLUSION OUI NON Avis d Expertise téléphonique Evaluation gériatrique standardisée au domicile Suivi Réévaluation EQUIPE DE COORDINATION 1 DIRECTRICE 3 MEDECINS GERIATRES 1 MEDECIN PSYCHOGERIATRE 1 PSYCHOLOGUE CLINICIENNE spécialisée en NEUROPSYCHOLOGIE 1 SECRETAIRE ADMINISTRATIVE 1 SECRÉTAIRE MÉDICALE Information Orientation Soutien psychologique HOPITAL PARTENAIRES SOCIAUX PPE-CLIC HAD PARTENAIRES ASSOCIATIFS

25 Les bénéfices apportés par le réseau MEMORYS 1) Pour la personne âgée fragile ou dépendante : -amélioration de la qualité des soins par une prise en charge pluridisciplinaire adaptée et coordonnée au domicile, -maintien au domicile favorisé en évitant les institutionnalisations brutales ou non préparées, -prévention des situations de crise permettant d éviter les passages par les Urgences et les hospitalisations non justifiées médicalement. 2) Pour le médecin traitant : -assistance dans la prise en charge des personnes âgées fragiles ou dépendantes présentant une situation médico-sociale complexe par l information sur les ressources gérontologiques du territoire, l apport d expertise, l évaluation clinique selon la méthodologie de l Evaluation Gériatrique Standardisée, l élaboration des protocoles de soins et du plan personnalisé de santé, - amélioration des relations avec le secteur hospitalier, - facilitation de l accès direct aux services hospitaliers adaptés aux patients, - accès facile aux données du dossier patient partagé tenu à jour, - formation.

26 3) Pour l entourage du patient : - soutien psychologique et accompagnement permettant de diminuer le fardeau, -accès facilité aux informations permettant une implication de meilleure qualité dans l accompagnement au quotidien du sujet âgé malade. 4) Pour les acteurs du secteur médico-social et social : - amélioration des relations avec le secteur sanitaire, - soutien et assistance dans la prise en charge des patients en situation complexe mettant en péril le maintien au domicile, -formation. 5) Pour le secteur sanitaire : - éviter les admissions aux urgences et les hospitalisations non justifiées, - éviter les erreurs d orientation au sein du secteur sanitaire en permettant un parcours de soins cohérent au sein de la filière hospitalière gériatrique, - faciliter le retour au domicile en cas d hospitalisation et permettre une diminution de la durée de séjour, - améliorer les relations avec le secteur médical libéral et le secteur médicosocial, - accès facilité au dossier patient partagé.

27 Après quatre ans de fonctionnement 1060 patients signalés et près de 750 patients inclus depuis fin patients en file active 492 patients sortis du réseau 200 signataires de la Charte Plus de 400 professionnels formés Durée moyenne de prise en charge : 159 jours

28

29 CONCLUSION 1- Place centrale du médecin traitant reste le référent médical du patient et de sa famille est le prescripteur du Plan Personnalisé de Santé (plan de soins et plan d aide) 2- MEMORYS ne se substitue pas à l offre de soins existante 3- Partenariat étroit avec les acteurs sanitaires et sociaux favorisant la complémentarité des interventions autour de la personne âgée accompagnée en particulier liens privilégiés avec les PPE/CLIC dans le respect de la configuration de chaque PPE 4- Liens et mutualisation avec les réseaux de proximité 5- Développement d actions spécifiques adaptées aux besoins des patients.

30 Les Centres Locaux d Information et de Coordination gérontologique Cadre réglementaire Un Exemple : PPE-CLIC 5-6

31 Textes de loi Circulaire du 6 juin 2000 relative à l expérimentation des CLIC. Circulaire du 18 mai 2001 relative aux centres locaux d information et de coordination (CLIC): modalités de labellisation et ses annexes. Circulaire du 16 septembre 2004 relative aux CLIC et aux réseaux de santé gérontologiques. Circulaire du 15 mai 2007 définissant les réseaux de santé gérontologiques et leurs liens avec les CLIC.

32 Définition Le CLIC est un guichet d accueil de proximité, de conseil d orientation destiné aux personnes âgées et à leur entourage. Il répond à une triple logique : Logique de proximité. Logique d accès facilité aux droits. Logique de réseau.

33 3 niveaux de label 1. Informer, orienter, faciliter les démarches et fédérer les acteurs locaux. 2. Label 1+évaluer les besoins, élaborer un plan d aide personnalisé, actions de prévention. 3. Label 2+mise en œuvre du plan d aide et de suivi. Observatoire de la vieillesse et des problématiques liées à la dépendance Animateur du territoire (actions de prévention, conférences, )

34 Le Point Paris Émeraude des 5 ème et 6 ème arrondissements CLIC label 3

35 Ses objectifs Favoriser une qualité de vie agréable aux personnes âgées de plus de soixante ans habitant dans les 5 ème et 6 ème arrondissements. Prévenir la dépendance des personnes âgées. Permettre une prise en charge cohérente des personnes âgées dépendantes par la coordination des intervenants sanitaires et sociaux.

36 Ses missions Conseil, orientation et aide à la décision. Étude de situations individuelles simples ou complexes. Mise en place d actions collectives en direction des usagers et des professionnels. Création d un observatoire des besoins.

37 Population du territoire ans : personnes + de 75 ans : personnes Total : Population : personnes personnes La population âgée représente 23% de la population totale.

38 Une équipe composée de : Une responsable Une coordinatrice Une secrétaire Un lieu d accueil ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h30 Au 48, rue Saint André des Arts PARIS

39 Son activité Conseil des personnes âgées, de leurs proches et des professionnels. Commissions de travail. Conférences grand public. Sessions d information pour les professionnels. Visites à domicile.

40 Son activité (suite) Visites de convivialité au domicile des personnes âgées. Implication dans la création du réseau de santé MEMORYS et mise en place d un partenariat étroit. Groupes de parole pour les aidants familiaux et professionnels. Participation MAIA Promotion de nouveaux projets.

41 Ses partenaires Le PPE est un lieu de coordination pour les professionnels. Il travaille en lien étroit avec les structures de prise en charge des personnes âgées intervenant sur son territoire : services sociaux, associations d aide et de soins médicode CNAV, à domicile, maisons de retraite, centre psychologique, équipe médico-sociale l A.P.A., hôpitaux, services tutélaires, CRAMIF, associations bénévoles,

42 Intervention du PPE par niveau de labellisation 3% 13% demande d'information, orientation demande d'évaluation sans prise en charge demande de prise en charge 84%

43 Statistiques annuelles 750 demandes 700 nouvelles personnes aidées 100 plans d aide Moyenne d âge des personnes concernées : 80 ans 200 visites à domicile

44 Besoins repérés Les personnes sollicitant l aide du PPE révèlent des besoins dans les domaines suivants (par ordre décroissant) : le soutien à domicile, plus particulièrement l aide à domicile, les établissements d hébergement, l aide administrative et financière (accès aux droits, APA, protection juridique, ), les soins infirmiers à domicile, les loisirs, l hospitalisation et les consultations médicales.

45 Une coopération étroite entre CLIC et réseau de santé favorise le décloisonnement des acteurs locaux et permet à chacune des structures d accomplir plus facilement l intégralité de ses missions. Le CLIC facilite l accès au grand public pour le réseau et facilite la mise en œuvre de l accompagnement social et médico-social. Le réseau de santé offre au CLIC une expertise médicale facilement mobilisable.

MEMORYS. Réseau de Santé «Personnes Agées» Paris 5-6-13

MEMORYS. Réseau de Santé «Personnes Agées» Paris 5-6-13 MEMORYS Réseau de Santé «Personnes Agées» Paris 5-6-13 Dr Hélène BLAQUART, praticien attaché, médecin évaluateur Dr Pierre BERT, Dr Jean Constantin AMADEI, Mme Marie BOUCHAUD GENESE ET HISTORIQUE DU RESEAU

Plus en détail

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Société gérontologique de Normandie Société gérontologique de Normandie 1 Projet Régional de Santé Un ensemble coordonné et structuré

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

«Soins aux Grands Vieillards» IFSI - 23.01.2009 Frédéric Martins-Condé (Praticien) Pôle Gériatrie-Gérontologie (UMG) CHU Clermont-Ferrand

«Soins aux Grands Vieillards» IFSI - 23.01.2009 Frédéric Martins-Condé (Praticien) Pôle Gériatrie-Gérontologie (UMG) CHU Clermont-Ferrand Unité Mobile de Gériatrie : Quel(s) rôle(s) en EHPAD? «Soins aux Grands Vieillards» IFSI - 23.01.2009 Frédéric Martins-Condé (Praticien) Pôle Gériatrie-Gérontologie (UMG) CHU Clermont-Ferrand UMG : Quelques

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs?

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Aude Le Divenah Praticien hospitalier, chargée de mission, Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Les soins palliatifs se

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

COMMISSION SANTE DU PAYS DES TROIS VALLEES. Mise en place en février 2007, en même temps que les autres commissions.

COMMISSION SANTE DU PAYS DES TROIS VALLEES. Mise en place en février 2007, en même temps que les autres commissions. COMMISSION SANTE DU PAYS DES TROIS VALLEES Mise en place en février 2007, en même temps que les autres commissions. Un objectif général : Répondre aux besoins en matière de santé pour les personnes âgées

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

PAERPA 9-10-19. Atelier 4 «Gérer la fragilité en EHPAD» 2 ème séance mardi 22 avril 2014

PAERPA 9-10-19. Atelier 4 «Gérer la fragilité en EHPAD» 2 ème séance mardi 22 avril 2014 PAERPA 9-10-19 Atelier 4 «Gérer la fragilité en EHPAD» 2 ème séance mardi 22 avril 2014 1 Synthèse du 1 er atelier / objectifs de la 2 nde séance Fin 1ères séances des ateliers Paerpa / début des 2èmes

Plus en détail

Equipe Mobile - MARSEILLE

Equipe Mobile - MARSEILLE Equipe Mobile - MARSEILLE 1. Contexte local Géographie Marseille est la deuxième commune de France, avec plus de 850 000 habitants. L équipe mobile décrit ci-dessous fait partie de l offre de L Assistance

Plus en détail

QUAND LE MAINTIEN À DOMICILE N EST PLUS POSSIBLE. Formation médicale continue Jeudi 21 mars 2013

QUAND LE MAINTIEN À DOMICILE N EST PLUS POSSIBLE. Formation médicale continue Jeudi 21 mars 2013 QUAND LE MAINTIEN À DOMICILE N EST PLUS POSSIBLE Formation médicale continue Jeudi 21 mars 2013 Plan Définition de la dépendance Etiologies de la dépendance Epidémiologie Prévenir les situations de crise

Plus en détail

Du concept de fragilité à l évaluation gériatrique médico-psycho-sociale

Du concept de fragilité à l évaluation gériatrique médico-psycho-sociale Du concept de fragilité à l évaluation gériatrique médico-psycho-sociale EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE ETRE-INDRE @FMC 36 Jeudi 12 juin 2014 «La Gourmandine» Villedieu-sur-Indre Mme Christine MOREAUX, infirmière

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? Dr M. SALLAMAGNE 1992: «Faire du soin palliatif,

Plus en détail

Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap

Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap CHARTE ROMAIN JACOB La Charte Romain Jacob pour l accès aux soins des personnes en situation de handicap en France, a fait l objet d

Plus en détail

Sommaire. État des lieux P. 4. Carte des EHPAD P. 6. Priorités stratégiques P. 7. En Bref P. 10. Perte d'autonomie, que faire? P.

Sommaire. État des lieux P. 4. Carte des EHPAD P. 6. Priorités stratégiques P. 7. En Bref P. 10. Perte d'autonomie, que faire? P. 1 Sommaire État des lieux P. 4 Carte des EHPAD P. 6 Priorités stratégiques P. 7 En Bref P. 10 Perte d'autonomie, que faire? P. 11 3 État des lieux 1. État des lieux démographique, social et sanitaire

Plus en détail

Présentation de. l Equipe Spécialisée Alzheimer SMD LYON

Présentation de. l Equipe Spécialisée Alzheimer SMD LYON Présentation de l Equipe Spécialisée Alzheimer SMD LYON Soins d accompagnement et de réhabilitation auprès de personnes atteintes de la maladie d Alzheimer Marie PONCET-JEANNE, Psychologue / Coordinatrice

Plus en détail

INSTITUT DE PROMOTION DE LA SANTÉ

INSTITUT DE PROMOTION DE LA SANTÉ INSTITUT DE PROMOTION DE LA SANTÉ Saint-Quentin-en-Yvelines Un réseau de compétences Service de la Communauté d agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines, l Institut de Promotion de la Santé a pour objectifs

Plus en détail

ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE

ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE RESSIAD Touraine Groupe de Recherche et d Etudes des Services Soins Infirmiers A Domicile ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE FONCTION DE L INFIRMIERE COORDINATRICE Définition : Activité

Plus en détail

Maintien à domicile des

Maintien à domicile des Maintien à domicile des personnes âgées Rencontre avec le Point Paris Emeraude et l équipe mobile de gériatrie du XVIII arrondissement avril 2010 Point Paris Emeraude (PPE) = CLIC (centre local d information

Plus en détail

Les centres de santé infirmiers aujourd hui et demain

Les centres de santé infirmiers aujourd hui et demain Les centres de santé infirmiers aujourd hui et demain Implantés en milieu urbain ou rural, et bien souvent dans des zones déficitaires en professionnels de santé ou dans des zones sensibles, les centres

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Quartier des Eyrauds - Boite Postale 105 04700 ORAISON. Tél. 04 92 70 55 00 - Fax 04 92 70 55 10. Mail : residencelestilleuls@orange.

Quartier des Eyrauds - Boite Postale 105 04700 ORAISON. Tél. 04 92 70 55 00 - Fax 04 92 70 55 10. Mail : residencelestilleuls@orange. LIVRET D ACCUEIL /LA Page 1 sur 15 Quartier des Eyrauds - Boite Postale 105 04700 ORAISON Tél. 04 92 70 55 00 - Fax 04 92 70 55 10 Mail : residencelestilleuls@orange.fr Site internet : www.residencelestilleuls.fr

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique à l alcool Dans ce cas, il ne s agit pas d un sevrage simple ambulatoire. Ce protocole tient compte de la sécurité du patient

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

SERVICE DE SOINS A DOMICILE : Rappel du texte législatif

SERVICE DE SOINS A DOMICILE : Rappel du texte législatif CONTRAT DE SOINS SERVICE DE SOINS A DOMICILE : Rappel du texte législatif En vertu du décret N 2004-1274 du 26 Novembre 2004 relatif au contrat de séjour et/ou du document individuel de prise en charge

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF

NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF ASSOCIATION LOI 1901 CONVENTION CONSTITUTIVE SOMMAIRE ARTICLE 1 OBJET DU RESEAU ET OBJECTIFS POURSUIVIS ARTICLE 2 AIRE GEOGRAPHIQUE DU RESEAU ET POPULATION CONCERNEE ARTICLE

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Passeport. Pôle Addictions. et Précarité. Au sommaire Présentation du pôle Consultation Hospitalisation Accès aux structures

Passeport. Pôle Addictions. et Précarité. Au sommaire Présentation du pôle Consultation Hospitalisation Accès aux structures Pôle Addictions et Précarité Passeport Au sommaire Présentation du pôle Consultation Hospitalisation Accès aux structures Centre Hospitalier Guillaume Régnier www.ch-guillaumeregnier.fr POLE ADDICTIONS

Plus en détail

Réingénierie aides-soignants (AS) et auxiliaires de puériculture (AP) Synthèse des travaux sur les évolutions ayant un impact sur ces métiers

Réingénierie aides-soignants (AS) et auxiliaires de puériculture (AP) Synthèse des travaux sur les évolutions ayant un impact sur ces métiers Réingénierie aides-soignants (AS) et auxiliaires de puériculture (AP) Synthèse des travaux sur les évolutions ayant un impact sur ces métiers 1 - Les objectifs des travaux Explorer les contours des métiers

Plus en détail

Fiche d'information des patients

Fiche d'information des patients Fiche d'information des patients Avec votre consentement et l'accord de votre médecin traitant, vous allez faire partie du réseau de santé ville-hôpital SPES. Le réseau S.P.E.S. fédère des professionnels

Plus en détail

Région Centre SI PAERPA. Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014

Région Centre SI PAERPA. Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014 Région Centre SI PAERPA Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014 10/04/2014 2 Expérimentation centrée sur le Lochois composée de 8 cantons (97 communes) Population totale: 103 741 hbts Population

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités Discours Sous réserve du prononcé IXe journée de l Hospitalisation à domicile Fédération nationale des établissements d hospitalisation à domicile

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

Le service public hospitalier et la vulnérabilité : Les équipes mobiles de gériatrie. Pr Nathalie Salles Pôle de Gérontologie CHU Bordeaux

Le service public hospitalier et la vulnérabilité : Les équipes mobiles de gériatrie. Pr Nathalie Salles Pôle de Gérontologie CHU Bordeaux Le service public hospitalier et la vulnérabilité : Les équipes mobiles de gériatrie Pr Nathalie Salles Pôle de Gérontologie CHU Bordeaux Plan Vulnérabilité et fragilité de la personne âgée Filière de

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

EGS : quels outils? Quels supports? Quelle utilisation?

EGS : quels outils? Quels supports? Quelle utilisation? EGS : quels outils? Quels supports? Quelle utilisation? 2 ème rencontres nationales des réseaux de santé gérontologiques Dr Eliane ABRAHAM Nancy - Lorraine Groupe «réseaux» Les origines, l idée Collège

Plus en détail

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Atelier n 11 Monter un parcours de soins sur une approche territoriale ciblée 2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Françoise ELLIEN,

Plus en détail

L organisation de la santé : quels appuis pour les professionnels de proximité? 1

L organisation de la santé : quels appuis pour les professionnels de proximité? 1 Éléments de problématique en préparation du débat relatif à la stratégie nationale de santé Le 30 janvier 2014 Au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg L organisation de la santé : quels appuis

Plus en détail

C O M P L E M E N T D E L A C O N V E N T I O N C O N S T I T U T I V E D U R É S E A U R E G I O N A L D E C A N C É R O L O G I E O N C O R U N

C O M P L E M E N T D E L A C O N V E N T I O N C O N S T I T U T I V E D U R É S E A U R E G I O N A L D E C A N C É R O L O G I E O N C O R U N C O M P L E M E N T D E L A C O N V E N T I O N C O N S T I T U T I V E D U R É S E A U R E G I O N A L D E C A N C É R O L O G I E O N C O R U N Le présent document complète la Convention initiale ainsi

Plus en détail

Santé des personnes âgées

Santé des personnes âgées Santé des personnes âgées La population française vieillit et l importance numérique des personnes âgées de plus de 60 ans et de plus de 75 ans progressera dans les années à venir, avec l entrée dans le

Plus en détail

ROLE ET MISSIONS DU MEDECIN COORDONNATEUR D EHPAD

ROLE ET MISSIONS DU MEDECIN COORDONNATEUR D EHPAD ROLE ET MISSIONS DU MEDECIN COORDONNATEUR D EHPAD F DELAMARRE DAMIER MD MBA PH CH Cholet,et Médecin coordonnateur d EHPAD EHPADS d Aigrefeuille sur Maine et de Boussay 44 1 PLAN 1. Evolution du métier

Plus en détail

Module 1 Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne ACCUEIL ET HEBERGEMENT DE LA PERSONNE AGEE

Module 1 Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne ACCUEIL ET HEBERGEMENT DE LA PERSONNE AGEE 1 Hospices Civils de Beaune Module 1 Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne Institut de formation d aides-soignants Promotion 2015-2016 Date : 3/9/15 Durée : 1h30 ACCUEIL ET

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail

Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux

Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux La sectorisation psychiatrique L Hôpital n est pas un lieu d accueil unique : depuis 30 ans, l'hôpital s est rapproché de son public

Plus en détail

Nous vous en remercions par avance et vous souhaitons un prompt rétablissement.

Nous vous en remercions par avance et vous souhaitons un prompt rétablissement. Madame, Mademoiselle, Monsieur, Toute l équipe de MédiHAD vous souhaite la bienvenue. Nous vous remercions d avoir choisi notre structure d Hospitalisation A Domicile pour votre prise en charge médicale

Plus en détail

Pratiques coopératives dans le système de santé : les réseaux

Pratiques coopératives dans le système de santé : les réseaux Pratiques coopératives dans le système de santé : les réseaux Dr Sandrine Hugé Département de médecine générale 1 Quelques clés pour comprendre notre sytème de santé 2 La protection sociale contre la maladie

Plus en détail

UN PROGRAMME POUR LA GERIATRIE

UN PROGRAMME POUR LA GERIATRIE UN PROGRAMME POUR LA GERIATRIE 5 objectifs, 20 recommandations, 45 mesures pour atténuer l impact du choc démographique gériatrique sur le fonctionnement des hôpitaux dans les 15 ans à venir Rapport rédigé

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL CONTRAT DE SEJOUR CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DE PRISE EN CHARGE Accueil de Jour «Maison Bleue» Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l'etablissement

Plus en détail

Le GPSPB «GPS» Groupement de Professionnels de Santé : une réponse adaptée pour la coordination territoriale des soins

Le GPSPB «GPS» Groupement de Professionnels de Santé : une réponse adaptée pour la coordination territoriale des soins 29/03/2014 Le PB Groupement de Professionnels de Santé : une réponse adaptée pour la coordination territoriale des soins Groupement des Professionnels de Santé du Pays Beaunois 19 route de Gigny 21200

Plus en détail

Scolarité 2016/2017. Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Scolarité 2016/2017. Madame, Mademoiselle, Monsieur, INSTITUT DE FORMATION EN ERGOTHERAPIE 1 6 7 2 r u e d e S a i n t P r i e s t P a r c E u r o m é d e c i n e 3 4 0 9 0 M O N T P E L L I E R Tél. 04 67 10 79 99 - Fax. 04 67 10 79 90 Courriel : ergotherapiemontpellier@wanadoo.fr

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD élaboré par un groupe de psychologues travaillant en EHPAD dans le Val-de-Marne Janvier 2010, réactualisé en janvier 2013 par l APG94. PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE

Plus en détail

Le Prieuré. Livret d accueil. EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux.

Le Prieuré. Livret d accueil. EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux. Centre Hospitalier de Dreux Livret d accueil Le Prieuré EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux.fr Bienvenue Ce livret d accueil

Plus en détail

Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010

Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010 Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010 Les objectifs des réseaux de santé Mettre le patient au centre et non la maladie Améliorer la qualité des soins Optimiser les moyens humains et financiers

Plus en détail

IDE Unité de Psychiatrie Générale

IDE Unité de Psychiatrie Générale IDE Unité de Psychiatrie Générale CONTEXTE : Centre Hospitalier de Dax Côte d Argent Directeur d établissement : Mr CAZENAVE Direction fonctionnelle : Mme FRECON Site : Yves du MANOIR Pôle d activité :

Plus en détail

Analyse de l enquête auto-évaluation des EHPAD sur la bientraitance. Octobre 2011

Analyse de l enquête auto-évaluation des EHPAD sur la bientraitance. Octobre 2011 Analyse de l enquête auto-évaluation EHPAD sur la bientraitance Octobre 2011 La bientraitance est une dimension essentielle de l amélioration de la qualité de l accompagnement personnes âgées.. C est une

Plus en détail

PIECES A FOURNIR OBLIGATOIREMENT AU DOSSIER D ADMISSION

PIECES A FOURNIR OBLIGATOIREMENT AU DOSSIER D ADMISSION PIECES A FOURNIR OBLIGATOIREMENT AU DOSSIER D ADMISSION - Attestation de droits à l Assurance Maladie à jour (et non la copie de carte vitale) - Photocopie de la carte de Mutuelle à jour - Photocopie de

Plus en détail

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Martine HADDAD Secrétaire Générale FHP Ile-de-France SOMMAIRE -LES ETABLISSEMENTS DE SANTE

Plus en détail

QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE?

QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE? PUERICULTRICE QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE? L infirmière puéricultrice ou l infirmier puériculteur est un infirmier spécialisé qui exerce des activités de soin et d éducation dans les établissements

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Accompagnement de fin de vie des enfants et adolescents polyhandicapés en établissements et services médico-sociaux

Accompagnement de fin de vie des enfants et adolescents polyhandicapés en établissements et services médico-sociaux Accompagnement de fin de vie des enfants et adolescents polyhandicapés en établissements et services médico-sociaux Cette enquête est réalisée en partenariat avec le Groupe Polyhandicap France (GPF) et

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Le programme OMAGE dans une logique de parcours Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Quelques chiffres Les 75+ : 57% ont une ALD 33% sont hospitalisés dans l année, dont 40% en

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

Convention constitutive

Convention constitutive Convention constitutive Entre les parties signataires, Vu les textes législatifs suivants : - l article L. 6321-1 du Code de Santé Publique relatif aux réseaux de santé - la loi n 2002-303 du 4 mars 2002

Plus en détail

Prise en charge coordonnée personne âgée à domicile

Prise en charge coordonnée personne âgée à domicile Quelques chiffres : 2010, création de la coordination pour le Maintien A Domicile (MAD) 2014, file active : 188patients Travail en coopération avec 35 cabinets MG, 27 cabinets IDEL, 15 kinés, 13 pharmacies.

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

AVENANT N 1 à la Convention Constitutive signée le 6 Juin 2003

AVENANT N 1 à la Convention Constitutive signée le 6 Juin 2003 AVENANT N 1 à la Convention Constitutive signée le 6 Juin 2003 ENTRE d'une part L'Assistance Publique Hôpitaux de Paris (Hôpital Georges Clemenceau à Champcueil) dont le siège est situé 3 avenue Victoria

Plus en détail

Maison de Santé pluridisciplinaire de Pierrefitte

Maison de Santé pluridisciplinaire de Pierrefitte Maison de Santé pluridisciplinaire de Pierrefitte Site des Joncherolles, 43 chemin des joncherolles - Bâtiment H2 Site Jacques Prévert, 129 boulevard Jean Mermoz L association Créa pôle et ses partenaires

Plus en détail

Cahier des charges Objet :

Cahier des charges Objet : Cahier des charges Objet : Expérimentation de nouveaux modes d organisation des soins destinés à optimiser les parcours de soins des personnes âgées en risque de perte d autonomie en prévenant leur hospitalisation

Plus en détail

Equipe Diogène Lille

Equipe Diogène Lille Equipe Diogène Lille 1. Contexte local Géographie Diogène est une équipe mobile créée initialement sur Lille et sa proche banlieue (450 000 habitants) pour pallier, de façon intersectorielle et mutualisée,

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE DU RESEAU ONCOLOGIQUE DE SUD-ALSACE - ROSA

CONVENTION CONSTITUTIVE DU RESEAU ONCOLOGIQUE DE SUD-ALSACE - ROSA CONVENTION CONSTITUTIVE DU RESEAU ONCOLOGIQUE DE SUD-ALSACE - ROSA PRÉAMBULE L objet de la présente convention constitutive est de décrire l organisation, le fonctionnement et la démarche d évaluation

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

Annexes Convention Collective Nationale du 31 octobre 1951 Edition de juin 2014

Annexes Convention Collective Nationale du 31 octobre 1951 Edition de juin 2014 II Annexes 132 133 1 Filière : Logistique Cadres - Regroupement 4.6 2 Filière : Logistique Cadres - Regroupement 4.6 3 Filière : Logistique Cadres - Regroupement 4.6 4 Filière : Logistique Cadres - Regroupement

Plus en détail

CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et les INFIRMIERS LIBERAUX

CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et les INFIRMIERS LIBERAUX CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et les INFIRMIERS LIBERAUX Ce document est établi dans le cadre d une volonté de coopération mutuelle afin d apporter les meilleurs services aux

Plus en détail

TELEMEDINOV. la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée. Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique

TELEMEDINOV. la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée. Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique TELEMEDINOV la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique Présentation Michel RIOLI directeur du projet LA REGLEMENTATION

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

DÉCOUVREZ LE SITE INTERNET DU GHAM : www.gham.fr

DÉCOUVREZ LE SITE INTERNET DU GHAM : www.gham.fr DÉCOUVREZ LE SITE INTERNET DU GHAM : www.gham.fr 1 INTRODUCTION Le GHAM fait aujourd hui un bon en avant avec la mise en ligne de son site internet. Nous répondons maintenant à un besoin urgent de communication

Plus en détail

Atelier de retour d expérience n 7 : Une réponse appropriée à la problématique des parcours de personnes âgées par les réseaux

Atelier de retour d expérience n 7 : Une réponse appropriée à la problématique des parcours de personnes âgées par les réseaux Atelier de retour d expérience n 7 : Une réponse appropriée à la problématique des parcours de personnes âgées par les réseaux De la réflexion lorraine par les réseaux. Parcours et coordination Démarche

Plus en détail

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Audrey Samalea Suarez Pharmacien hospitalier CHU de Liège Service de pharmacie clinique Plan Contexte Objectifs/ attentes du séjour Présentation

Plus en détail

PROJET VIATRAJECTOIRE MÉDICO-SOCIAL FORMATION «RECEVEUR» V5.5

PROJET VIATRAJECTOIRE MÉDICO-SOCIAL FORMATION «RECEVEUR» V5.5 PROJET VIATRAJECTOIRE MÉDICO-SOCIAL FORMATION «RECEVEUR» V5.5 Chef de projet : Olivier ANGOT Équipe de formation : Helen HALLEY Karine MADELEINE Guide Utilisateur : Gestion des demandes d inscription en

Plus en détail

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable :

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Patient : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Personnes à joindre : Contacts : Service hospitalier Etablissement de santé Acteurs

Plus en détail

1 ère Phase : Diagnostic territorial de santé

1 ère Phase : Diagnostic territorial de santé Rappel : contexte et objectif Mobilisation des élus de la ville du Creusot face au risque de désertification médicale Volonté d élaborer un projet de santé global, mobilisateur, à l échelle du bassin de

Plus en détail

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support Le Service Social Hospitalier en Cancérologie Formation des IDE aux soins de support 25 et 26 février 2010 Les missions du S.S.H Cadre légal : le décret 93-652 du 26 mars 1993. Aider les personnes, familles

Plus en détail

Politique vaudoise Vieillissement et Santé. Colloque V&S 11.06.13. Vieillissement et Santé -1- Une politique cantonale

Politique vaudoise Vieillissement et Santé. Colloque V&S 11.06.13. Vieillissement et Santé -1- Une politique cantonale Politique vaudoise Vieillissement et Santé Colloque V&S 11.06.13-1- Une politique cantonale Politique cantonale Vieillissement et Santé DÉROULEMENT DE LA MATINÉE 9h30 : Mot de bienvenue M. Patrick Beetschen

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

Synthèse 2008-2013. Département de l Indre. Schéma Gérontologique. Bien vieillir dans l Indre

Synthèse 2008-2013. Département de l Indre. Schéma Gérontologique. Bien vieillir dans l Indre Synthèse Département de l Indre Schéma Gérontologique 2008-2013 Bien vieillir dans l Indre 2 chéma Gérontologique Édito Véritable outil de pilotage départemental de politique publique, le schéma gérontologique

Plus en détail