AGRITEC S.A. 1 Historique de la société. 1.1 La situation actuelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AGRITEC S.A. 1 Historique de la société. 1.1 La situation actuelle"

Transcription

1 AGRITEC S.A. 1 Historique de la société La société AGRITEC S.A. a été créée en 1968 par Monsieur Léon Becault aidé par les membres de sa famille (frères et soeurs) au capital de francs. Monsieur Léon Becault avait 35% du capital, les autres actionnaires se partageant, à peu près également, le reste du capital. L objet social de la société était la fabrication et la vente de pulvérisateur pour la vigne. La retraite de monsieur Becault, la distribution de ses actions à ses enfants et le rachat de certaines parts ont conduit un de ses fils, monsieur Jean-Charles Becault à prendre la présidence de la société dans laquelle il détient actuellement 51% des parts ; Les 49% des parts restantes appartiennent à son frère et à sa soeur. Ces derniers administrateurs, ne participent pas directement à la gestion mais restent très intéressés à la marche de l affaire dont ils suivent de près l évolution. Le P.D.G. actuel, qui vient d atteindre la cinquantaine, fait partie des notables de la ville. Il est, notamment, Vice président du Lion s Club et sa femme est très active au Rotary et dans diverses oeuvres charitables. C est un homme dynamique et prudent qui sait écouter et tenir compte des conseils avisés, notamment ceux des administrateurs et associés. 1.1 La situation actuelle L affaire a été gérée avec soin, et son développement procède essentiellement de l autofinancement, la famille évitant toute ingérence extérieure, cependant que la gamme de produit s est accrue en quantité et, surtout, en technicité, les matériels étant reconnus pour leur qualité par les utilisateurs. Le produit est donc, dans sa branche, un matériel élaboré dont certains dispositifs ont été couverts par des brevets pris par monsieur Becault père. L entreprise fabrique maintenant des pulvérisateurs et des poudreuses pour le traitement des arbres fruitiers ou autres arbres, pour tous les soins du jardin. Cette dernière activité a connu un développement rapide lié à l extension des résidences secondaires. La société a été recapitalisée, il y a quelques années, à hauteur de Ke (5230 Kfrancs), le P.D.G. conservant 51% des actions. Le chiffre d affaire total Hors Taxe est de Ke ( Kfrancs) répartis en (cf. annexe 3) : France (CFA) : 68%, soit 41% du marché français. Exportations (CAE) : 32%, soit 60% des exportations de la spécialité. La société mère possède deux usines : L usine mère et le siège social situés à Dreux d où la famille est originaire. Une deuxième usine, située à Chalon sur Marne provenant de l absorption d une société concurrente, la société DURANDET. 1

2 AGRITEC S.A. a également acquis les éléments incorporels de la société FILVERIL, très active sur la place internationale jusqu en AGRITEC S.A. est passée, en assez peu de temps, du stade artisanal de ses débuts, au niveau industriel actuel : 330 personnes dont 36 cadres. L effectif féminin compte 64 personnes dont 19 dans les ateliers. L été dernier, l entreprise a accueilli trois stagiaires de Sup de Co Rouen pour revoir les études de marché à l exportation. Aucun n a souhaité rester dans l entreprise malgré les propositions faites. Certains cadres qui ont progressés avec l entreprise, ne sont plus adaptés à l activité, à l échelle actuelle, mais ils sont très soucieux de conserver leur position, malgré un niveau de salaire nettement inférieur aux salaires parisiens. Le recrutement des cadres se révèle difficile à Dreux où très peu d industries sont implantées. Age moyen des cadres : 46 ans ; Ancienneté moyenne des cadres : 17 ans 1.2 Structure de l encadrement Le P.D.G. est assisté d un directeur de la production et d un directeur des ventes âgés respectivement de 45 et 51 ans. Le directeur de la production, qui a 8 ans de maison, est un élément dynamique et compétent, ouvert à tout, pourvu qu on ne touche pas au royaume de la technique qu il s est créé. 2 Politique Actuelle La société bénéficie d un marché porteur sur lequel elle a acquis une place privilégiée et qu elle voudrait accroître, mais la stricte politique d autofinancement ne permet qu un développement prudent de l outil de production. Cet outil est actuellement chargé à 70%. Le plan d investissement prévoit un doublement de l outil de production sur un période de 5 ans si le développement des marchés l autorise. La caractéristique de la profession, traitement des cultures, ne permet pas de faire des prévisions à court terme, précises. Celles-ci sont soumises à l influence de phénomènes météorologiques variables et imprévisibles en dehors de toutes données climatologiques réputées connues. Ces variations se traduisent dans le temps par une modification aléatoire de la demande, se situant, en moyenne, à +/- 20% des besoins reconnus pour une époque donnée. A ce problème s ajoute celui du financement dans les pays en voies de développement, en particulier en ce qui concerne les accords commerciaux, obtention de crédits des instances internationales. Le département Recherche est très actif (10 personnes dont 2 ingénieurs). Le budget de l an passé consacré à la R&D était de 6097 Ke (40000 Kfrancs), soit 11.2% du chiffre d affaire, ce qui est considérable dans ce secteur d activité, mais essentiel pour conserver l avance acquise. Le service R&D reste en relation constante avec les grandes sociétés de produits chimiques. La section Agronomie (1 ingénieur agronome) étudie sur le terrain les problèmes posés par les différents types de cultures (pays tempérés, pays tropicaux,...). 3 Structure des ventes en métropole 3.1 Organigramme Deux directions reportent directement au P.D.G. : la direction de la production et la direction des ventes (cf. Annexe 1). Par ailleurs, le département recherche est aussi fonctionnellement rattaché au P.D.G. 2

3 Agents (commission) Distributeurs (marge) Machines et accessoires 14% 26% Pièces de rechange 20% 35% 3.2 Conditions faites aux agents et distributeurs agréés S y ajoutent : une remise progressive, en fonction des quantités commandées et des escomptes dit de morte saison (afin de faciliter les ventes durant cette période). 3.3 Publicité Les frais publicitaires sont répartis à parts égales entre AGRITEC S.A. et le revendeur : éditions de catalogues, insertions dans les journaux spécialisés. Participations aux salons et foires (en particulier le salon de l agriculture à Paris). 3.4 Assistance technique, Service après vente et Relations publiques AGRITEC S.A. assure : La formation gratuite des agents pendant la morte saison, Un service mobile d assistance (10 techniciens parcourent la C.E.E. en camionnette AGRITEC SA : présentation de nouveautés, conseil en organisation des stocks et des pièces détachées, dépannage,...), Un service de conseil en agronomie, émanant du département recherche. 4 AGRITEC S.A. et l exportation 4.1 Implantations permanentes Deux filiales de distribution : en Allemagne : AGRISA G.m.b.H. (Participation 74%) en Italie : PULVEGRISA ITALIANA (participation 73%) Des participations : 10% dans la société ivoirienne AGRIVOIRE. Des concessions de licences : - Société ivoirienne AGRIVOIRE redevance de 5% du chiffre - Société nigérienne EQUATOR d affaire dans les deux cas m Des agents importateurs dans les principaux pays (cf. annexe 3). - Pays de libre entreprise où prévalent les problèmes de distribution. - Pays dirigistes ou d économie socialiste où prévalent les problèmes de financement (paiements échelonnés sur un an ou à plus long terme - assurance crédit). - Pays en voie de développement où il faut répondre à des appels d offres couverts par des crédits accordés par des organismes de coopérations financières et techniques (fonds européens de développement, fonds d aide et coopération, S.F.I.,...). 4.2 Politique Le nouveau contexte lié à l évolution des pays d économie socialistes (anciens pays de l Est) amène AGRITEC SA à s interroger sur sa politique à venir : augmentation des pays industrialisés, des anciens pays de l Est ou des P.V.D. dans ses exportations. 3

4 Ke (Kfrs) % Pays industrialisés 5756 (37760) 43.25% Pays en voie de développement 6796 (44580) 51.05% Pays d Europe de l Est 756 (4960) 5.7% Total % 4.3 Répartition des ventes à l exportation pour le dernier exercice 5 Le marché nord-américain Le marché potentiel des matériels du type AGRITEC SA est très important. Mais les structures actuelles de l entreprise et le manque de personnel qualifié ne permettent qu une approche prudente. L approche se fait en deux étapes : 1ère étape : Utilisation du réseau des agents de PUK, TOTAL qui se solde par un échec. 2ème étape : Etablissement d une base logistique au Canada par l intermédiaire de la société DURANTET, agent importateur à Trois Rivières (Québec). Par ailleurs, un petit fabricant de Pennsylvanie utilise les éléments mécaniques AGRITEC pour réaliser des petits montages qu il vend localement, sous sa propre marque. La société DURANTET - petite entreprise familiale - représente un certain nombre de marques européennes. Monsieur Durantet est membre de l association américaine de machines agricoles (110 entreprises libres, non inféodées, comme les autres revendeurs d Amérique du Nord, aux grandes marques de tracteurs). 5.1 Régime d importation dans la zone absence de contingentement et de droits de douane sur les pulvérisateurs à tracteurs, 10% de droits de douane sur les pulvérisateurs portables. 5.2 Concurrence étrangère Insignifiante Le matériel AGRITEC est plus élaboré, sa technologie est plus avancée que celle de la concurrence, Prix ports américains compétitifs, Marge de distribution de l importateur intéressante (supérieure à celle d un agent américain), 6 Projet d action d AGRITEC SA aux Etats-Unis 6.1 Situation actuelle La pénétration d AGRITEC aux Etats-Unis est modeste (15ème rang du chiffre d affaire à l exportation avec 264 Ke (1730 Kfrancs), cf. Annexe 3). En revanche, les perspectives d exportation sont considérables si les obstacles sont évités. Les limites du marché sont connues. 6.2 Action Les sociétés AGRITEC et DURANTET décident de lancer une action de vente dans la zone géographique limitrophe - Canada - USA : Ontario au Canada, états américains à l est du Mississipi. 4

5 Les investissements correspondants, les profits et les pertes, les frais administratifs de gestion et de stockage de la base logistique implantée dans la société DURANTET seront partagés par moitié entre les deux parties. 6.3 Perspectives d avenir Si le galop d essai destiné à bien connaître le marché se termine au cours du présent exercice en permettant d équilibrer les comptes de la société DURANTET, la société AGRITEC envisage : de créer une société commune : CASU (50/50) pour exploiter les résultats de la prospection commerciale en cours. Dans ce cadre, la société AGRITEC disposera d un voyageur de la société DURANTET qui connaît bien le matériel depuis de longues années. d exploiter les contacts pris par son P.D.G. au cours de la participation, en tant qu observateur, à deux assemblées générales de l association américaine à laquelle appartient la société DU- RANTET. Le voyageur recevra pour mission de vendre par démonstration la partie de la gamme AGRITEC la plus profitable (appareils à tracteurs). de poursuivre son action vers le sud des Etats-Unis à l Est du Mississipi. de renforcer, pour ce faire, l infrastructure de Trois Rivières, Canada (10 personnes - vente et administration). de s implanter industriellement au terme d une période de 5 ans (fabrication de certaines pièces et assemblages avec le matériel venant de France). 7 Le marché potentiel investi Matériels Pompes et accessoires des pulvérisateurs Pulvérisateurs à tracteurs Pulvérisateurs portables Cibles Constructeurs américains des grands lacs Concessionnaires de machines agricoles Horticulteurs et propriétaires de jardins 8 Extension de la société AGRITEC SA Une étude des marchés intérieurs et à l exportation a montré que la société ne pouvait guère accroître ses ventes sur le marché français mais que l exportation pouvait offrir de nouveaux débouchés, ce qui rentabiliserait le développement de l outil de production (prévision du doublement de l outil en 5 ans). L effort à l exportation devrait porter sur les pays en voie de développement où les besoins croissent rapidement et sur les pays industrialisés où les produits de la société sont considérés comme hautement compétitifs sur le plan technique et présentent des prix attractifs. Le P.D.G. s est finalement fixé comme objectif un C.A.G. de 99 Me (650 millions de francs) se décomposant en : Chiffre d Affaire France : 44.5 Me (325 MF) Chiffre d Affaire Export : 44.5 Me (325 MF) c est à dire une augmentation faible des ventes intérieures et un quadruplement des exportations. Cette stratégie repose sur l embauche à court terme d un directeur des ventes à l exportation qui sera la cheville ouvrière de l expansion de l entreprise. 5

6 8.1 Place du futur Directeur des ventes à l exportation dans l organigramme S il est acquis de reconnaître la nécessité de l embauche d un directeur des ventes à l exportation, en revanche le PDG, Mr Jean-Charles Bécault, en s adressant récemment aux organisations syndicales, n a pas indiqué avec précision la place du futur directeur commercial à l exportation dans l organigramme d AGRITEC SA. L organigramme actuel (cf. Annexe 1) comprend une direction des ventes rattachée au PDG. Le nouveau directeur des ventes à l exportation peut donc être rattaché au directeur des ventes actuel ou bien directement au PDG. 8.2 Harmonisation salariale Le recrutement de cadres à Dreux n est pas une opération aisée et les salaires pratiqués dans l entreprise sont, comme il a été précisé précédemment, nettement inférieurs aux salaires parisiens. En privé, Mr Jean-Charles Bécault a fait part de son inquiétude quant aux prétentions des éventuels candidats, tout en reconnaissant qu il s agit d une embauche stratégique pour l entreprise. 8.3 Age idéal du futur directeur Au sein de l équipe dirigeante de l entreprise, les points de vues sont extrêmement partagés quant à l âge idéal du futur directeur des ventes à l exportation. Mr Bécault lui-même hésite aussi bien entre un candidat plutôt jeune et formé aux techniques nouvelles et un candidat expérimenté plutôt mûr. 8.4 Approche Multicritère Le PDG face aux enjeux stratégiques souhaite tirer parti de toutes les ressources possibles en matière d aide à la décision afin de maximiser ses chances de succès. Pour cela, il fait appel à un cabinet de recrutement pour opérer une présélection de candidats et souhaite se faire aider dans l identification et l utilisation de critères pertinents pour opérer un choix. Bien entendu, il conserve la décision finale mais attend du cabinet de conseil des recommandations précises et argumentées pour guider son choix. 6

7 ANNEXES ANNEXE 1 : Organigramme de la société ANNEXE 2 : Evolution du chiffre d affaire AGRITEC SA Chiffre d affaire export. H.T. Métropole H.T. Total H.T Me(17.8 MF) 22.7 Me(149.2 MF) 25.4 Me(167 MF) Me(26.6 MF) 22.4 Me(146.9 MF) 26.5 Me(173.5 MF) Me(41.7 MF) 27.9 Me(183 MF) 34.3 Me(224.7 MF) Me(55.2 MF) 35.1 Me(229.9 MF) 43.5 Me(285.1 MF) Me(81.9 MF) 39.0 Me(256.1 MF) 51.5 Me(338 MF) Me(87.3 MF) 41.2 Me(270.2 MF) 54.5 Me(357.5 MF) prévision Me(325 MF) 44.5 Me(325 MF) 99 Me(650 MF) 7

8 Chiffre d affaire export Métropole % 89.33% % 84.65% % 81.45% % 80.64% % 75.77% % 67.70% prévision % 50% ANNEXE 3 : Exercice 2002 Répartition par pays du chiffre d affaire à l exportation Rang Pays C.A. HT en Ke 1 Cameroun Allemagne Maroc Italie Mali Belgique Cote d Ivoire Hongrie Bénin Canada Afrique du sud Suisse Suède Espagne Etats Unis Sénégal Pays Bas Irlande Algérie Luxembourg République tchèque Madagascar Grande Bretagne Roumanie Chypre Indonésie Danemark Burundi Ghana Burkina-Faso Grèce 38 8

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant. Plan d élaboration du PLAN D AFFAIRES Avant de réaliser votre projet, élaborez votre plan d affaires selon le modèle suivant : RESUME :. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER GACO S TP : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER Cas n : SELECTION DES MARCHES CIBLES : AQUALUX / Pour appréhender ces marchés, les critères généraux et spécifiques

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire?

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire? Page 1 sur 5 Communiqué de presse Le 28 août 2014 6ème ÉDITION DE L OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS «Investing & Living abroad» 2014 La fiscalité française source d attractivité pour les

Plus en détail

Corrigé - Les Laboratoires Cattier

Corrigé - Les Laboratoires Cattier CIE4DME Session 2009 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé - Les Laboratoires Cattier PARTIE I : L ÉTUDE

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros)

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros) 116/2015-26 juin 2015 Sommet Union européenne Chine Hausse significative du commerce de biens et de services de l UE avec la Chine en 2014 Déficit de l UE pour les échanges de biens, excédent pour les

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE V.I.E?

QU EST-CE QUE LE V.I.E? QU EST-CE QUE LE V.I.E? Le V.I.E. permet de confier à un jeune jusqu à ses 28 ans, une mission professionnelle à l étranger d une durée modulable de 6 à 24 mois. De statut public, le contrat V.I.E. est

Plus en détail

CONCOURS A LA CREATION D ENTREPRISES 2013 DOSSIER DE CANDIDATURE

CONCOURS A LA CREATION D ENTREPRISES 2013 DOSSIER DE CANDIDATURE CONCOURS A LA CREATION D ENTREPRISES 2013 DOSSIER DE CANDIDATURE Ce dossier peut servir de trame aux concurrents du concours ou être remplacé en totalité ou en partie par tous documents satisfaisant à

Plus en détail

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation Questionnement Si, aujourd hui, vous voulez savoir exactement : le

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

Dossier de presse Mercredi 25 février 2015 Point Presse SIMA 2015 1

Dossier de presse Mercredi 25 février 2015 Point Presse SIMA 2015 1 Dossier de presse Mercredi 25 février 2015 Point Presse SIMA 2015 1 Sommaire Présentation d YTO France, un pôle industriel et commercial européen... 3 Présentation YTO France... 3 YTO Saint-Dizier : Pôle

Plus en détail

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE Révision : 16/04/07 Impression : 16/04/07 NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE 2 JUSTIFICATION DU PROJET Le Sénégal a connu depuis la dévaluation de 1994

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

MISSION REDRESSEMENT D ENTREPRISE

MISSION REDRESSEMENT D ENTREPRISE MISSION REDRESSEMENT D ENTREPRISE Sommaire Introduction I Contexte de notre mission et cahier des charges 1.1 Causes du redressement judiciaire 1.2 Rôle de l administrateur judiciaire 1.3 Situation du

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE RESULTATS SEMESTRIELS SECTORIELS AU 30 JUIN 2009

RAPPORT D ACTIVITE RESULTATS SEMESTRIELS SECTORIELS AU 30 JUIN 2009 Société anonyme au capital de 1.437.099 Siège Social à LYON (69009) - 51 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT D ACTIVITE RESULTATS SEMESTRIELS SECTORIELS AU 30 JUIN 2009 1 Principe comptable 1.1

Plus en détail

ANNEXE I Référentiels du diplôme

ANNEXE I Référentiels du diplôme ANNEXE I Référentiels du diplôme Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Savoirs associés Unités constitutives du référentiel de certification Management des unités commerciales

Plus en détail

Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL

Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL Comment assurer le développement de vos activités aux Etats-Unis? Vous pouvez développer vos activités

Plus en détail

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Analyse financière 2 e ÉDITION Emmanuelle Plot-Vicard Madeleine Deck-Michon L essentiel + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011 Réunion actionnaires Strasbourg 14 décembre 2011 Sommaire Général A la découverte d Edenred Stratégie Dernières tendances et perspectives 2011 Réunion actionnaires 14 décembre 2011 - Strasbourg 2 Sommaire

Plus en détail

Assemblée générale mixte. du 3 juin 2008

Assemblée générale mixte. du 3 juin 2008 1 Assemblée générale mixte du 3 juin 2008 3 juin 1993 3 juin 2008 2 15 e anniversaire de l introduction en bourse d Hermès 3 La société de Bourse Ferri en charge de l introduction en bourse d Hermès écrivait

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

Projet d'implantation d'activité économique sur le territoire de la Dordogne

Projet d'implantation d'activité économique sur le territoire de la Dordogne PERIGORD DEVELOPPEMENT Projet d'implantation d'activité économique sur le territoire de la Dordogne DOSSIER DE PRESENTATION DU PROJET Page 1 Le dossier pourra, le cas échéant, être complété par les éléments

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. Brevet de technicien supérieur Négociation et relation client

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. Brevet de technicien supérieur Négociation et relation client I APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ II.1. DÉFINITION RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Brevet de technicien supérieur Négociation et relation client L activité du titulaire du brevet

Plus en détail

MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES

MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES Sommaire Introduction au marketing international Types de marketing international La stratégie d internationalisation La politique internationale du produit

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION DES PROJETS AU COMITE DE SELECTION

DOSSIER DE PRESENTATION DES PROJETS AU COMITE DE SELECTION DOSSIER DE PRESENTATION DES PROJETS AU COMITE DE SELECTION I. PRESENTATION DU OU DES PORTEURS DE PROJET ETAT CIVIL Nom : Prénom...:. Adresse :. Code postal :. Date de naissance : Nationalité : Commune

Plus en détail

POLITIQUE D'INVESTISSEMENT DE CAPITAL FINANCIÈRE AGRICOLE INC. FILIALE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC

POLITIQUE D'INVESTISSEMENT DE CAPITAL FINANCIÈRE AGRICOLE INC. FILIALE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC POLITIQUE D'INVESTISSEMENT DE CAPITAL FINANCIÈRE AGRICOLE INC. FILIALE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC 10 avril 2014 2 MISSION La Financière agricole du Québec a constitué une filiale d investissement,

Plus en détail

Pierre Milchior. Richard Simonin. Gérant. Directeur Général Exécutif. L année 2005 a été très encourageante.

Pierre Milchior. Richard Simonin. Gérant. Directeur Général Exécutif. L année 2005 a été très encourageante. Rapportannuel2005 Pierre Milchior Gérant L année 2005 a été très encourageante. Elle restera incontestablement marquée par une progression de notre activité, associée à un retour des bénéfices. Cela s

Plus en détail

LE VIE VOLONTARIAT INTERNATIONAL EN ENTREPRISE >>>

LE VIE VOLONTARIAT INTERNATIONAL EN ENTREPRISE >>> >>> LE VIE VOLONTARIAT INTERNATIONAL EN ENTREPRISE SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INSERTION ET D ORIENTATION Campus centre-ville Site Ste Marthe 74 rue Louis Pasteur 84029 AVIGNON CEDEX 1 Tél. + 33 (0)4

Plus en détail

Investissements dans la maturation de projets innovants

Investissements dans la maturation de projets innovants Investissements dans la maturation de projets innovants Préambule Créée en Janvier 2012, la SATT Conectus Alsace est une Société par Actions Simplifiées (SAS) de 1 million d euros de capital social dont

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire

Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire Les Industries Dorel Inc. Assemblée annuelle et extraordinaire des actionnaires

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Aucun document n est autorisé. Les calculatrices le sont.

Aucun document n est autorisé. Les calculatrices le sont. GESTION Ce cas a été rédigé par l ESC Lille. Consignes Aucun document n est autorisé. Les calculatrices le sont. La pondération des différentes questions est la suivante : Question n 1 : 3 points Question

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

MOUVEMENTS MIGRATOIRES

MOUVEMENTS MIGRATOIRES PARTIE 5 MOUVEMENTS page 363 5 MOUVEMENTS page 364 SOMMAIRE MOUVEMENTS n Répartition par nationalité des travailleurs entrés en France au cours de l année 29 366 n L immigration familiale 367 à 37 n Les

Plus en détail

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13 Impression : 23/04/13 RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATON ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13

Plus en détail

LE CHOIX D UN CONCEPT UNIQUE. Habilleur pour homme depuis 1988

LE CHOIX D UN CONCEPT UNIQUE. Habilleur pour homme depuis 1988 LE CHOIX D UN CONCEPT UNIQUE Habilleur pour homme depuis 1988 Un positionnement haut de gamme Draperies italiennes prestigieuses Des prix uniques par produits Depuis sa création en 1988, MARIO DESSUTI

Plus en détail

Un outil pour les entreprises en réseau

Un outil pour les entreprises en réseau STRATEGIE COMMERCIALE : LA «MONTGOLFIERE», UN OUTIL D ANALYSE DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE DES ENTREPRISES EN RESEAU Executive summary La stratégie commerciale mise en place par les points de vente des

Plus en détail

Dagobert BANZIO MINISTRE DU COMMERCE FONCTION MINISTERIELLE ET PARLEMENTAIRE

Dagobert BANZIO MINISTRE DU COMMERCE FONCTION MINISTERIELLE ET PARLEMENTAIRE Dagobert BANZIO MINISTRE DU COMMERCE Date et lieu de naissance : 21 Juin 1957 à Tinhou S/P de Bloléquin Situation familiale : Marié, Père de 7 enfants FONCTION MINISTERIELLE ET PARLEMENTAIRE Ministre de

Plus en détail

FORMALITES DOUANIERES

FORMALITES DOUANIERES FORMALITES DOUANIERES En France métropolitaine, pour les envois intra-métropole et vers les pays de l Union Européenne, toute vente de marchandise est soumise à la TVA. En revanche, les marchandises exportées

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

CRÉDIT PROSPECTION INTERNATIONAL. Le financement de votre prospection à l international

CRÉDIT PROSPECTION INTERNATIONAL. Le financement de votre prospection à l international ENTREPRISES COMMERCE INTERNATIONAL CRÉDIT PROSPECTION INTERNATIONAL Le financement de votre prospection à l international CRÉDIT PROSPECTION INTERNATIONAL UNE ENTREPRISE, POUR DÉVELOPPER SON ACTIVITÉ À

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 Le processus d investissement Organismes /Agences Analyse

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

ECONOCOM acquiert ECS et s impose comme le leader européen

ECONOCOM acquiert ECS et s impose comme le leader européen Résultats 2010 Stratégie & Perspectives RÉUNION D INFORMATION - 17 mars 2011 INTERVENANTS Jean-Louis Bouchard Fait marquant 2010 ECONOCOM aujourd hui Président Jean-Philippe Roesch Directeur Général Résultats

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997)

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) L hôtellerie-restauration, au sens large du terme, regroupe l ensemble des activités qui répondent aux besoins de la clientèle

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Baromètre Manpower des perspectives d emploi *

Baromètre Manpower des perspectives d emploi * Sous embargo jusqu au 12 mars 00h01 Communiqué de presse Nanterre, le 12 mars 2013 Baromètre Manpower des perspectives d emploi * LES EMPLOYEURS FRANÇAIS S ATTENDENT À DES PERSPECTIVES D EMPLOI STABLES

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015

COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015 COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015 Chiffres clés 2014 comparés à 2013 La Production CA Global Progression de (+2%) Progression de(+ 2%) CA Local CA Export Diminution (-1%) Progression de(+ 8%) Résultat

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Cas n IV/M.1254 - DEXIA / ARGENTARIA / CREDITO LOCAL. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n IV/M.1254 - DEXIA / ARGENTARIA / CREDITO LOCAL. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n IV/M.1254 - DEXIA / ARGENTARIA / CREDITO LOCAL Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point

Plus en détail

APPEL À PROJETS INNOVATION SOCIALE EN ALSACE

APPEL À PROJETS INNOVATION SOCIALE EN ALSACE APPEL À PROJETS INNOVATION SOCIALE EN ALSACE Projet :... Entreprise (s) :...... Association (s) :...... Le dossier comprend : Doc. A : Fiche de synthèse du projet d innovation sociale Doc. B : Entreprise(s)

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL

J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL 17 parazit - Fotolia.com Étape 3 > Mes prévisions financières > Mon plan de financement > Mon compte de résultat prévisionnel > Mon seuil de rentabilité > Mon

Plus en détail

SAS ATLANTIQUE au capital social de 40 000 Euros. RCS Paris B 440 440 154 (2002B00608) FR54440440154 321 rue de Charenton 75012 Paris Tél.

SAS ATLANTIQUE au capital social de 40 000 Euros. RCS Paris B 440 440 154 (2002B00608) FR54440440154 321 rue de Charenton 75012 Paris Tél. Découvrir Qu est ce que le concept SIGNARAMA? SIGNARAMA, franchise américaine née en 1986, est le 1 er réseau mondial de magasins spécialistes de communication visuelle. Le réseau est présent dans 50 pays

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

Responsable grands comptes / comptes clés

Responsable grands comptes / comptes clés Responsable grands comptes / comptes clés DEFINITION DE FONCTION ET ETUDE DE REMUNERATIONS Le responsable grands comptes assure le suivi commercial des comptes clients ayant une importance stratégique

Plus en détail

La population résidente 2014-2013-2012

La population résidente 2014-2013-2012 La population résidente 2014-2013-2012 Mise à jour au 12/09/14 Ce document a pour objet de présenter les données statistiques de la rentrée 2014 et de les comparer aux deux années précédentes. Ce document

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : UNE BELLE PERFORMANCE Chiffre d affaires supérieur à un milliard d euros, en hausse de 5,6% hors effets de change Marge opérationnelle courante1 : 25,6% du chiffre d'affaires Marge nette2 : 15,4% du

Plus en détail

Le secteur informatique

Le secteur informatique Mai 2014 Le secteur informatique Service Etudes CCI Indre Le secteur informatique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR INFORMATIQUE EN FRANCE Etablissements

Plus en détail

1. LE CONTEXTE. Nous sommes une des plus importantes coopératives forestières en France.

1. LE CONTEXTE. Nous sommes une des plus importantes coopératives forestières en France. NOTE D INFORMATION concernant le recrutement d un(e) : DIRECTEUR DU DEVELOPPEMENT COMMERCIAL H/F DANS LE DOMAINE DE LA SYLVICULTURE OFFERT A EVREUX (27) 1. LE CONTEXTE Nous sommes une des plus importantes

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGCIS-Banque de France auprès des visiteurs venant de l étranger

Plus en détail

Cas La Fourmi et la Cigale BTS MUC session 2008 Nouvelle Calédonie Proposition de corrigé : Boullery Jean philippe www.cultureco.

Cas La Fourmi et la Cigale BTS MUC session 2008 Nouvelle Calédonie Proposition de corrigé : Boullery Jean philippe www.cultureco. Cas La Fourmi et la Cigale BTS MUC session 2008 Nouvelle Calédonie Proposition de corrigé : Boullery Jean philippe www.cultureco.com Attention : la proposition de corrigé qui suit ne s appuit pas sur le

Plus en détail

Introduction Exporter est un enjeu majeur pour l entreprise 3. 2. Des raisons stratégiques poussant à l internationalisation...4

Introduction Exporter est un enjeu majeur pour l entreprise 3. 2. Des raisons stratégiques poussant à l internationalisation...4 Table des matières Introduction Exporter est un enjeu majeur pour l entreprise 3 1. Des raisons environnementales poussant à l internationalisation des activités...3 2. Des raisons stratégiques poussant

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger Expérience du Groupe Banque Populaire Neuvième édition du Forum pour le développement de l Afrique les Marocains Du Monde en

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 septembre 2014 Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu

Plus en détail

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises 13574-008 Novembre 2009 www.legermarketing.com

Plus en détail