Reconstruction tridimensionnelle de la surface de fibres et suivi de leurs déformations

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Reconstruction tridimensionnelle de la surface de fibres et suivi de leurs déformations"

Transcription

1 Reconstruction tridimensionnelle de la surface de fibres et suivi de leurs déformations Kenza IKOUOUBEL Encadrants: Dr. Raphaël Passas, Dr. Pierre Dumont En collaboration avec Dr. Manuel Mikczinski (OFFIS) et Dr. Francine Roussel, Dr. Frederic Charlot, Dr. Florence Robaut (CMTC) 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

2 Plan 1- Présentation du projet Motivations Problématiques Objectifs 2- Travaux engagés: premières manipulations Introduction Matériels et méthodes Fibre modèle Techniques d imagerie Résultats Reconstruction 3D de la surface Conclusion 3- Travail en cours / Perspectives 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

3 1- Présentation du projet 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

4 Motivation du project Matériaux à base de fibres cellulosiques : pâtes à papier, papiers, composites, Réseaux consolidés de fibres enchevêtrées Fibres Liaisons Enjeu : optimisation de l utilisation des fibres : en utiliser le moins possible à qualité de produits égale voire supérieure Gains espérés : diminution des coûts de matière première et des coûts énergétiques! Propriétés d usage des papiers dépendent des propriétés des fibres et des liaisons 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

5 Problématiques Fibres Ligno-cellulosiques: Caractéristiques variables (à l échelle de la fibre et à l échelle de la population de fibres ) Provenance (feuillus, résineux, plantes annuelles ) Traitements chimiques (cuissons, blanchiment, greffage ) Traitements mécaniques (remise en suspension, raffinage) Traitements physico-chimiques (corona ) Nécessité de connaître les distributions de propriétés hygromécaniques des fibres Mesures individuelles de ces propriétés pour chaque fibre des populations étudiées 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

6 Problématiques Analyse du comportement hygromécanique individuel des fibres et des liaisons Problèmes de manipulation des objets (longueur 1 à 4 mm, largeur 15 à 70 µm) Problèmes de sensibilité des capteurs force et déplacement (nécessité d outils de mesure de force en mn et de déplacement 10 à 100 nm) Échelles d observation de 100 nm à 1000 µm (nécessité d outils d observation à l échelle microscopique voire nanométrique) Analyse manuelle des fibres : très longue, fastidieuse et difficile, matériel expérimental classique peu adapté Automatisation 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

7 Objectifs du projet Peu/Pas de suivi in situ des déformations des fibres ou des liaisons de contrôle in situ des conditions environnementales d automatisation des phases de manipulation Plate-forme couplant MEBE/ microrobotique pour l étude in situ de la déformation des fibres cellulosiques propriétés morphologiques / propriétés hygro-mécaniques des fibres et des liaisons Mesure et suivi des déformations des fibres (de la fibre modèle à la pâte à papier) par reconstruction 3D de la surface des fibres 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

8 2- Travaux engagés: premières manipulations 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

9 Introduction Objectifs - Reconstruire la surface d un objet à partir d images MEB ou MEBE - Utiliser ces images pour: Mesure et analyse de la déformation de la surface des fibres et des liaisons après sollicitations mécaniques et environnementales Suivre la position des marqueurs déposés sur la surface de la fibre - Plus spécifiquement: Vérifier la fiabilité de la reconstruction 3D de la surface Comprendre les types et les origines des défauts possibles de la reconstruction Déterminer l ensembles des paramètres adéquats d imagerie MEB 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

10 Matériels et méthodes: Fibres modèles Fibres modèles: Taille: grand rayon petit rayon Compléxité géométrique: cylindrique complexe Fibre de fluorocarbone (R0 = 78.5 µm) Fibre de verre (R0 = 15 µm) Fibre de carbone (R0 = 13,5 µm) Fibre de PVA Kuralon (R0= 16 µm) Fibre de viscose (R0 = 17 µm) Fibre de bois (pin) (R0 = 27 µm) 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

11 Matériels et méthodes: techniques d imagerie Microscopes électroniques à balayage Quanta 200 (LGP2) Quanta 250 (CMTC) Quanta 600 (OFFIS) 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

12 Matériels et méthodes: techniques d imagerie Acquisition des niveaux de gris des images sur Quanta 200 Acquisition MEB sans intégration 56 s/image Acquisition Spirit sans intégration 24 s/image Acquisition MEB avec 2 intégrations 112 s/image Acquisition MEB avec 4 intégrations 224 s/image Acquisition MEB 16 intégrations 448 s/image 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

13 Matériels et méthodes: techniques d imagerie Paramètres d imagerie variés Modes d acquisition : haut vide ou faible vide Temps d image: 24s Angles de tilt: de -10 à /06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

14 Matériels et méthodes: techniques d imagerie Paramètres d imagerie variés Modes d acquisition : haut vide ou faible vide Temps d image: 24s Angles de tilt: de -10 à +40 Distance de travail: de 7,9 à 10,1 mm WD est gardée fixe quand l angle de tilt varie! 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

15 Matériels et méthodes: techniques d imagerie Paramètres d imagerie variés Modes d acquisition : haut vide ou faible vide Temps d image: 24s Angles de tilt: de -10 à +40 Distance de travail: de 7,9 à 10,1 mm Grandissements: de x200 à x x 300x 400x 500x 600x 0,22 0,36 0,49 0,61 0,71 Grandissement Largeur fibre / largeur image 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

16 Largeur de l image (µm) Matériels et méthodes: techniques d imagerie Paramètres d imagerie variés Modes d acquisition : haut vide ou faible vide Temps d image: 24s Angles de tilt: de -10 à +40 Distance de travail: de 7,9 à 10,1 mm Grandissements: de x200 à x y = x -0,992 R² = 0, Grandissement x 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

17 Matériels et méthodes: techniques d imagerie Logiciel Mex pour la reconstruction 3D de la surface Acquisition de 3 images de la même zone de la fibre: 3 différents angles de tilts paramètres identiques d imagerie WD constante Principe du logiciel Le tilt eucentrique* du porte-échantillon engendre une seconde image de l objet observé d un différent point de vue générant ainsi une image stéréoscopique. Le logiciel identifie des points dans chaque image appartenant au même point sur l objet. A partir de ces points appelés homologues, les trois dimensions réelles des coordonnées du point observé peuvent être retrouvées. Cette tâche est résolue pour chaque pixel de chaque image afin de reconstruire l objet entier. Figure 1: Première étape de la reconstruction 3D de la surface de la fibre de fluorocarbone * l intersection entre le faisceau d électrons primaires et l objet définissant le centre du tilt Le logiciel IFM Alicona est utilisé pour l analyse des propriétés des profil/surface de l image reconstruite Rayon de la fibre reconstruite Ondulation des surfaces planes Figure 2: Exemple du résultat de la reconstruction 3D de la surface de la fibre de fluorocarbone 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

18 Résultats : Evaluation/Vérification de la fiabilité de la reconstruction 3D - Imagerie du porte-échantillon sans fibre Est-ce-que le plan du porte-échantillon reste plan après reconstruction? Wa0: ondulation du porte-échantillon Wa0 = 30 nm Le plan de la surface du porteéchantillon reste plan 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

19 Résultats : Evaluation/Vérification de la fiabilité de la reconstruction 3D Image du porte-échantillon avec une fibre Est-ce-que le plan du porte-échantillon avec fibre reste plan après reconstruction? Suivi de Wax/Wa0x Est-ce-que le rayon de la fibre mesuré sur l image reconstruite est réaliste? Suivi de R/R0 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

20 Résultats : Reconstruction x200 x300 x400 x500 Le porte-échantillon peut paraître distordu quand la fibre est posée dessus Les défauts augmentent lorsque la surface imagée du porte-échantillon est trop petite Les défauts sont importants au voisinage de la jonction fibre/porte-échantillon (surfaces dans l ombre de la fibre) Les défauts sont également augmentés lorsque la différence entre les angles de tilt est trop importante (>20 ) La partie supérieure de la fibre reconstruite a une forme circulaire zone où le rayon de la fibre peut être mesuré 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

21 Résultats : planéité du porte-échantillon Est-ce-que le plan du porte-échantillon visible avec la fibre dessus reste plan? Wa x / Wa 0x ,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 Largeur de la fibre/largeur de l'image Wax: ondulation du porte-échantillon mesurée avec la fibre dessus (logiciel IFM Alicona) Wa 0x : ondulation du porte-échantillon mesurée sans la fibre par dessus Mesures prises pour chaque grandissement X 0,2 < Largeur de la fibre/largeur de l image < 0,4 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

22 Résultats : Détermination du rayon de la fibre Est-ce-que le rayon de la fibre mesuré sur l image reconstruite est réaliste? Rayon de la fibre (R) mesuré à partir de l analyse du profil de la surface reconstruite de la fibre. R= 85,45 µm La surface en rouge correspond à la surface considérée pour l analyse du profil (logiciel IFM Alicona). 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

23 Résultats : Détermination du rayon de la fibre Est-ce-que le rayon de la fibre mesuré sur l image reconstruite est réaliste? R rayon mesuré à partir de l analyse du profil R 0 rayon de la fibre réelle Mesures prises pour chaque grandissement X Grandissement x Quanta 200 (-10,0,+10 ) Quanta 250 (-10,0,+10 ) <R> (µm) Δ R (µm) <R> (µm) Δ R (µm) x200 73,0 1,1 82,6 2,1 x300 78,5 3,4 84,9 2,0 x400 84,0 1,3 x500 82,5 1,6 87,9 1,0 0,2 < Largeur de la fibre/largeur de l image < 0,4 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

24 Résultats : Fibre de carbone Largeur de la fibre/largeur de l image = 0,28 Grandissement = x2000 R = 15,8µm R/R0 = 1,17 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

25 Résultats : Fibre de verre Largeur de la fibre/largeur de l image = 0,3 Grandissement = x3000 R = 14,4µm R/R0 = 0,96 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

26 Conclusions Les meilleurs paramètres pour la reconstruction 3D de la surface de la fibre sont Métallisation de l échantillon 0,2 < Largeur de la fibre/largeur de l'image < 0,4 (X 200 Grandissement X 300 pour le fluorocarbone par exemple) 10 Angle de tilt. Max Angle de tilt. Min 20 Distance de travail fixée (~ 10 mm) durant l acquisition des 3 images à 3 différents angles de tilt 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

27 3- Travail en cours / Perspectives 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

28 Reconstruction 3D de la fibre de pin Perspective 1 Largeur de la fibre/largeur de l image = 0,22 Grandissement = x1200 Reconstruction 3D de la fibre de viscose Largeur de la fibre/largeur de l image = 0,37 Grandissement = x3000 Validation des profils par topographie 3D optique Revoir les conditions d acquisition pour des échantillons biologiques non métallisés 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

29 Perspective 2 - Développement du système microrobotique de mesure Exemple d un système développé à OFFFIS Vue de la chambre du MEB - Etude des propriétés morphologiques et hydromécaniques des fibres ligno-cellulosiques et leurs liaisons. 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

30 Perspective 3 Suivi des champs de déformation de la fibre : Marquage des fibres au FIB Fibre de viscose marquée Fibre de verre marquée Fibre de fluorocarbone marquée dépôts 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

31 Remerciements Sincères remerciements à Grenoble INP pour le financement de ce projet ainsi qu à tous les collaborateurs pour leur participation Merci pour votre attention 06/06/2012 Kenza IKOUOUBEL_SEMPA

Production de composites thermodurcissables à partir de fibres lignocellulosiques

Production de composites thermodurcissables à partir de fibres lignocellulosiques Production de composites thermodurcissables à partir de fibres lignocellulosiques Jusqu à aujourd hui, l introduction de matériaux renouvelables dans les matériaux composites s est heurtée à la qualité

Plus en détail

Analyse du bocage par imagerie de télédétection : Comparaison à l analyse manuelle. Dr Ludovic Journaux En collaboration avec David Michelin

Analyse du bocage par imagerie de télédétection : Comparaison à l analyse manuelle. Dr Ludovic Journaux En collaboration avec David Michelin Analyse du bocage par imagerie de télédétection : Comparaison à l analyse manuelle Dr Ludovic Journaux En collaboration avec David Michelin Comité de pilotage du Réseau Bocages de Bourgogne du 4/12/2015

Plus en détail

Cours de révision MASC

Cours de révision MASC Cours de révision MASC 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Diffusion élastique Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement Caractéristiques (énergie,

Plus en détail

Construction d un Modèle Numérique de Terrain par stéréoscopie aérienne ou satellitaire

Construction d un Modèle Numérique de Terrain par stéréoscopie aérienne ou satellitaire Construction d un Modèle Numérique de Terrain par stéréoscopie aérienne ou satellitaire UMR TETIS Cemagref-CIRAD-ENGREF PLAN 1. IMAGES AERIENNES ET SATELLLITALES a) Images sources pour les MNT b) Modes

Plus en détail

Journées WHIST ANR 09-10 Novembre

Journées WHIST ANR 09-10 Novembre Journées WHIST ANR 09-10 Novembre Détermination du DAS - Evolutions des techniques de mesure jerome.luc@satimo.fr Environnement électromagnétique tique et santé - Contexte 2 Effets sanitaires des téléphones

Plus en détail

Influence des réglages d un appareil photographique

Influence des réglages d un appareil photographique Influence des réglages d un appareil photographique Ce document présente les résultats concernant l influence de différents réglages sur une image lors d une prise de vue par un appareil photographique.

Plus en détail

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction O21 Interféromètre de Michelson On raisonne sur l interféromètre de Michelson réglé de telle sorte que l on observe des anneaux avec une source étendue.

Plus en détail

Influence de la nature des fibres synthétiques incorporées sur le L. MISSEMER, E. OUEDRAOGO, Y. MALECOT, C. CLERGUE, D. ROGAT

Influence de la nature des fibres synthétiques incorporées sur le L. MISSEMER, E. OUEDRAOGO, Y. MALECOT, C. CLERGUE, D. ROGAT Influence de la nature des fibres synthétiques incorporées sur le comportement au feu des BFUP : cas du BCV L. MISSEMER, E. OUEDRAOGO, Y. MALECOT, C. CLERGUE, D. ROGAT Problématique : éclatement du béton

Plus en détail

Un tout nouveau regard sur vos patients.

Un tout nouveau regard sur vos patients. Un tout nouveau regard sur vos patients. Système de radiographie numérique à faisceau conique 3D Réduire les coûts tout en améliorant les résultats. La toute dernière technologie 3D offre des images de

Plus en détail

Microscopie Electronique en Transmission

Microscopie Electronique en Transmission Microscopie Electronique en Transmission Le principe de la microscopie électronique en transmission (MET) utilise le caractère ondulatoire des électrons en mouvement : un faisceau électronique est une

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

- Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion. Rugosité multi-échelles

- Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion. Rugosité multi-échelles - Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion Rugosité multi-échelles Le Constat La société EOTECH est à l origine une société de distribution de matériels

Plus en détail

E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés

E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés Nous allons voir ici différentes expériences où l utilisation d un spectromètre à CCD permet de réaliser des

Plus en détail

Dimensions. Raccordement électrique

Dimensions. Raccordement électrique VCS0-K Dimensions 89 Connecteur Connecteur 8 6 8 7 6 Connect. 8 Connect. Raccordement de fibres optiques Raccordement électrique Connecteur Date de publication: 0-09- : Date d édition: 0-0-8 8_fra.xml

Plus en détail

Etude expérimentale de l érosion de contact au sein des digues

Etude expérimentale de l érosion de contact au sein des digues Etude expérimentale de l érosion de contact au sein des digues Rémi BEGUIN Doctorant en 2 ème année de thèse Directeurs de thèse : Yves-Henri FAURE ( Equipe TRANSPORE- LTHE ) Pierre PHILIPPE ( Cemagref

Plus en détail

Dessin 2D et perspective

Dessin 2D et perspective CPGE TSI - Sciences de l Ingénieur TSI2 Dessin 2D et perspective Cours Réf. Programme: S53-Représentation géométrique du réel Comp. visées: A3-25, E1-02, E2-07 v1.1 Lycée Richelieu 64, rue Georges Sand

Plus en détail

TRAITEMENT ET REVETEMENT DE SURFACES INNOVANTS : - Décapage Soft, - Procédé TRIBOSLIDE

TRAITEMENT ET REVETEMENT DE SURFACES INNOVANTS : - Décapage Soft, - Procédé TRIBOSLIDE TRAITEMENT ET REVETEMENT DE SURFACES INNOVANTS : - Décapage Soft, - Procédé TRIBOSLIDE Introduction Groupe Sofiplast Le décapage soft Présentation du procédé Les caractéristiques Les applications Le procédé

Plus en détail

Innovation dans l évaluation de la ressource : nouvelles techniques de caractérisation Regefor 2015 INRA Champenoux

Innovation dans l évaluation de la ressource : nouvelles techniques de caractérisation Regefor 2015 INRA Champenoux Innovation dans l évaluation de la ressource : nouvelles techniques de caractérisation Regefor 2015 INRA Champenoux Alexandre Piboule, Anne Jolly ONF - Département Recherche, Développement et Innovation

Plus en détail

Reconstruction 3D géométrie épipolaire et stéréovision

Reconstruction 3D géométrie épipolaire et stéréovision Reconstruction 3D géométrie épipolaire et stéréovision François Cabestaing Master ASE et Informatique, spécialité Image Vision Interaction reconstruction 3D Objectif : tenter de reconstituer la troisième

Plus en détail

Normes de représentation des dessins techniques 2D et perspectives

Normes de représentation des dessins techniques 2D et perspectives Centre d Intérêt CI 11 REPRESENTER ET CONCEVOIR REPRESENTATION GRAPHIQUE DU REEL Normes de représentation COURS 2 Normes de représentation des dessins techniques 2D et perspectives 1 La projection orthogonale

Plus en détail

Maintenance et outils d aide à la décision dans un contexte de développement durable

Maintenance et outils d aide à la décision dans un contexte de développement durable 6 ème Séminaire transnational Nantes, le 7 juin2011 Maintenance et outils d aide à la décision dans un contexte de développement durable par E. BASTIDAS-ARTEAGA et F. SCHOEFS Institut de Recherche en Génie

Plus en détail

Assises Européennes du Prototypage Rapide

Assises Européennes du Prototypage Rapide le centre collectif de l industrie technologique belge Assises Européennes du Prototypage Rapide Contrôle de la porosité résiduelle dans les pièces en acier inoxydable fabriquées par rapid manufacturing

Plus en détail

68300 SAINT-LOUIS T.P. n G. Durée : 2 H. Plan du T.P.

68300 SAINT-LOUIS T.P. n G. Durée : 2 H. Plan du T.P. CORRECTION TP AMOS Durée : 2 H. A. OBJECTIF DU T.P. A. Objectif du T.P. B. Travail demandé B.1. But B.2. Fibre optique B.3. Speckle B.4. Monochromateur B.5. CCD B.6. Pockels B.7. Piezo B.8. Diode laser

Plus en détail

Rhéologie des Poudres. Mesure de l écoulement des poudres avec les rhéomètres MCR

Rhéologie des Poudres. Mesure de l écoulement des poudres avec les rhéomètres MCR Rhéologie des Poudres Mesure de l écoulement des poudres avec les rhéomètres MCR Les poudres sont partout et représentent un défi Travailler avec de la poudre peut s avérer difficile, particulièrement

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3 TRVUX DIRIGÉS DE O 3 Exercice : Constructions graphiques Pour chacune des figures, déterminer la position de l objet ou de son image par la lentille mince. Les points situés sur l axe optique sont les

Plus en détail

Innover en mécan mécan qu q e

Innover en mécan mécan qu q e Innover en mécanique 13/03/2014 Séminaire GT7 Commission Fatigue - SF2M Effet des contraintes résiduelles et des contraintes moyennes sur la tenue en fatigue d analyses Techniques des mesures des contraintes

Plus en détail

Le microscope optique ou photonique

Le microscope optique ou photonique Le microscope optique ou photonique I description : Le microscope est composé de deux systèmes optiques, l objectif et l oculaire, chacun pouvant être considéré comme une lentille mince convergente L objectif

Plus en détail

Télévision. Signal Vidéo Image

Télévision. Signal Vidéo Image Télévision Signal Vidéo Image Objectif, introduction Étude du signal vidéo Rappel : vision, sensation visuelle Signal de luminance Cinéma, projection des images Vidéo 50 Hz analyse et reconstruction de

Plus en détail

Sujet CCP MP 2011 Physique II

Sujet CCP MP 2011 Physique II Sujet CCP MP 2011 Physique II A Optique : Propriétés et applications de l appareil photographique. A I Etude de deux composants essentiels, l objectif et le pentaprisme. Note : Le pentaprisme ne fait l

Plus en détail

«EPMT», Lausanne Mai 2011. Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre

«EPMT», Lausanne Mai 2011. Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre «EPMT», Lausanne Mai 2011 Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre David Naman LASAG AG C.F.L. Lohnerstrasse 24 CH-3602 Thun Suisse Tel.: +41 33 227 45 45 david.naman@lasag.ch Sommaire Introduction

Plus en détail

PenCure Une polymérisation professionelle : une haute puissance avec la plus grande précision

PenCure Une polymérisation professionelle : une haute puissance avec la plus grande précision PenCure Une polymérisation professionelle : une haute puissance avec la plus grande précision Thinking ahead. Focused on life. Thinking ahead. Focused on life. Avec son rayon lumineux LED bleu hautement

Plus en détail

Cours de physique appliqué Terminale STI électronique epix@fr.st. L optique (Chap 3)

Cours de physique appliqué Terminale STI électronique epix@fr.st. L optique (Chap 3) L optique (Chap 3)! Révisé et compris! Chapitre à retravaillé! Chapitre incompris 1. La lumière : La lumière est une onde électromagnétique, caractérisé par sa fréquence f. Les ondes électromagnétiques

Plus en détail

Conditions de piégeage d une particule dans un piège optique. Cas d un piège à un faisceau focalisé

Conditions de piégeage d une particule dans un piège optique. Cas d un piège à un faisceau focalisé Conditions de piégeage d une particule dans un piège optique Cas d un piège à un faisceau focalisé Faisceau laser z 0 r Faisceau laser z Faisceau gaussien TEM 00 θ z R r w 0 z Faisceau gaussien TEM 00

Plus en détail

Formation au microscope DMLM. et au logiciel Pixelinx Capture SE. LNN Université de Sherbrooke

Formation au microscope DMLM. et au logiciel Pixelinx Capture SE. LNN Université de Sherbrooke Formation au microscope DMLM et au logiciel Pixelinx Capture SE LNN Université de Sherbrooke Description Description générale Le microscope DMLM est un microscope optique à 5 objectifs (2.5X, 5X, 10X,

Plus en détail

Sur le diagnostic de la visibilité de la route. Pierre CHARBONNIER, ERA 27 LCPC, LRPC Strasbourg Jean-Philippe TAREL, INRETS-LCPC LEPSiS

Sur le diagnostic de la visibilité de la route. Pierre CHARBONNIER, ERA 27 LCPC, LRPC Strasbourg Jean-Philippe TAREL, INRETS-LCPC LEPSiS Sur le diagnostic de la visibilité de la route Pierre CHARBONNIER, ERA 27 LCPC, LRPC Strasbourg Jean-Philippe TAREL, INRETS-LCPC LEPSiS Plan de la présentation Introduction Simulation sur modèle 3D Traitement

Plus en détail

RÉSEAU TÉLÉCOM 344 343

RÉSEAU TÉLÉCOM 344 343 RÉSEAU TÉLÉCOM 344 343 PROTECTION DE CÂBLES RÉDUCTION EXCENTRÉE Mâle - Femelle / Mâle réduit TUBE POUR GAINAGE TÉLÉCOM ext. mm 45F / 25M 8813300J 4,55 Norme NF T 54-018 - Marque de qualité NF TLST CP 026040

Plus en détail

Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm

Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm 1- Introduction Marie Andrée SIRVAIN IFTS Institut de la Filtration et des Techniques

Plus en détail

Renaud Lebrun. Imagerie 3D en Biologie Evolutive. Un effet «de mode»? Introduction. Introduction

Renaud Lebrun. Imagerie 3D en Biologie Evolutive. Un effet «de mode»? Introduction. Introduction Imagerie 3D en Biologie Evolutive Imagerie 3D en Biologie Evolutive Introduction Renaud Lebrun Institut des Sciences de l Evolution Université Montpellier 2 Introduction CT, µct, IRM Un effet «de mode»?

Plus en détail

TEST DE DETECTION DE PUITS DE MARNIERE EN NORMANDIE

TEST DE DETECTION DE PUITS DE MARNIERE EN NORMANDIE TEST DE DETECTION DE PUITS DE MARNIERE EN NORMANDIE Raphaël BENOT Laboratoire des Ponts et Chaussées de Rouen Novembre 2005 PARTIE 1 : essai de la radiométrie infarouge-thermique 1 Utilisation de la radiométrie

Plus en détail

WhitePaper Mars 2010. RéSEAUX OPTIQUES Classification des fibres optiques suivant l ISO 11801 et l EN 50173 : OP, OH, OM et OS

WhitePaper Mars 2010. RéSEAUX OPTIQUES Classification des fibres optiques suivant l ISO 11801 et l EN 50173 : OP, OH, OM et OS N 6 WhitePaper RéSEAUX OPTIQUES Classification des fibres optiques suivant l ISO 11801 et l EN 50173 : OP, OH, OM et OS Introduction L amendement 2.0 de la norme ISO 11801 est en cours de finalisation

Plus en détail

HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE On est capable grâce aux techniques vues dans les ED

HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE On est capable grâce aux techniques vues dans les ED HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE On est capable grâce aux techniques vues dans les ED HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE MORPHOLOGIQUE (MO-MET) Utilisation du tétrachrome. Dans l adénohypophyse en relation avec la post

Plus en détail

ETUDE PAR SIMULATION SUR LA DETECTION DE DEFAUTS DANS UN RESEAU DE RETASSURES

ETUDE PAR SIMULATION SUR LA DETECTION DE DEFAUTS DANS UN RESEAU DE RETASSURES ETUDE PAR SIMULATION SUR LA DETECTION DE DEFAUTS DANS UN RESEAU DE RETASSURES Souad BANNOUF*, Sébastien LONNE*, Fabrice FOUCHER*, Jérôme DELEMONTEZ**, Laetitia CHAPPAZ** *EXTENDE, 15 Avenue Emile Baudot,

Plus en détail

Critères de sélection des matériaux

Critères de sélection des matériaux Critères de sélection des matériaux Quels outils pour faire le meilleur coix? Jean Colombani 04 7 44 85 70 jean.colombani@univ-lyon1.fr Laurent Joly 04 7 43 6 11 laurent.joly@univ-lyon1.fr Vittoria Piscedda

Plus en détail

Manuel d utilisation. Modèle 461920 Tachymètre photo à visée laser

Manuel d utilisation. Modèle 461920 Tachymètre photo à visée laser Manuel d utilisation Modèle 461920 Tachymètre photo à visée laser Introduction Toutes nos félicitations pour votre acquisition du minitachymètre photo à visée laser modèle 461920 d Extech. Ce tachymètre

Plus en détail

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Notation : note globale = 50%TP + 50 % Projet MASC Projet MASC Durée estimée : 12h de travail/groupe (binôme ou trinôme) Objectif : présenter un exemple d'analyse

Plus en détail

PSF et traitement de déconvolution sur les images 3D

PSF et traitement de déconvolution sur les images 3D PSF et traitement de déconvolution sur les images 3D Acquisition d une image 3D De l objet à l image visible L acquisition Émission de Fluorescence Z hv 2 hv 1 hv 2 Y X hv 2 Fluorescence dans un corps

Plus en détail

Spécification géométrique des produits (GPS) I. Un peu d histoire 1

Spécification géométrique des produits (GPS) I. Un peu d histoire 1 2 Année PT S.I.I. CI 2 : Analyse et conception des mécanismes Fiche de TD Page 1 sur 1 Le GPS, «Geométric Product Spécification» est un concept qui a pour but de rendre la lecture des dessins de définition

Plus en détail

Techniques de pulvérisation. Phytofar 2012-2013

Techniques de pulvérisation. Phytofar 2012-2013 Techniques de pulvérisation Phytofar 2012-2013 Objectif de la pulvérisation Atteindre une (ou plusieurs) cible(s) avec un (ou plusieurs) produit(s) Insecte Adventice Plante ou partie de la plante cultivée

Plus en détail

PRÉSENTATION DES AXES DE RECHERCHE DU LGP2 (I)

PRÉSENTATION DES AXES DE RECHERCHE DU LGP2 (I) PRÉSENTATION DES AXES DE RECHERCHE DU LGP2 (I) École Française de Papeterie et des Industries Graphiques Laboratoire LGP2 UMR-CNRS 5518 EFPG, Domaine Universitaire, BP 65, 38402 Saint-Martin-d Hères Cedex

Plus en détail

6. MOYENS DE TRANSMISSION. 6.1 Transport par bras articulé. 6.2. Focalisation - 27 -

6. MOYENS DE TRANSMISSION. 6.1 Transport par bras articulé. 6.2. Focalisation - 27 - - 27-6. MOYENS DE TRANSMISSION 6.1 Transport par bras articulé Certaines radiations fortement absorbées par l'eau en particulier (dans le domaine infrarouge) ne sont pas transmissibles par fibre optique

Plus en détail

script sous photoshop, mode d emploi

script sous photoshop, mode d emploi script sous photoshop, mode d emploi sommaire préambule... 2 un grand classique... 3 on se lance... 3 les traitements... 5 la signature... 8 cadre et ombre... 9 utilisation... 15 aller plus loin... 16

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie 4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie a) Classifications b) Microscope métallographique c) Microscope électronique à balayage d) Microscope électronique en transmission e) Diffraction des rayons

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. produit b. polychromatique c. longueur d onde d. supérieure e. trichromatique f. cônes g. thermique h. Wien 2. QCM a. peut être

Plus en détail

Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR

Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR Toulouse le 08 Octobre 2014 Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR Travail réalisé par RAZAGUI Abdelhak sous la direction de Joël STEIN Période du 13 septembre au 11 Octobre

Plus en détail

Un scanner médical au service de la recherche forestière

Un scanner médical au service de la recherche forestière Cah. Techn. Inra, 2009 68, 49-55 Un scanner médical au service de la recherche forestière Etienne Farré 1 et Charline Freyburger 1 Résumé : L analyse des relations entre la croissance des arbres et la

Plus en détail

Les capteurs mesure de distance au service de l automatisation

Les capteurs mesure de distance au service de l automatisation Les capteurs mesure de distance au service de l automatisation Les capteurs de distance de SensoPart Le défi central de la mesure de distance et ce dans de nombreux domaines de l automatisation est une

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

Système d optimisation et de contrôle de la qualité de l écorçage. La maîtrise du procédé pour des produits de valeur supérieure

Système d optimisation et de contrôle de la qualité de l écorçage. La maîtrise du procédé pour des produits de valeur supérieure Système d optimisation et de contrôle de la qualité de l écorçage La maîtrise du procédé pour des produits de valeur supérieure L écorçage intelligent! Détecte les caractéristiques des billes, ajuste et

Plus en détail

Présentation de l achat de la nouvelle machine de rayons x. Chiusanico 03/03/15

Présentation de l achat de la nouvelle machine de rayons x. Chiusanico 03/03/15 Présentation de l achat de la nouvelle machine de rayons x Chiusanico 03/03/15 La Machine de Rayons X actuellement en usage à CLAS CLAS actuellement utilise une machine Eagle-Tall Série III que, bien que

Plus en détail

Orthokératologie : Myopie mais pas seulement

Orthokératologie : Myopie mais pas seulement Orthokératologie : Myopie mais pas seulement WEBINAIRE Pour qui? INDICATIONS A qui proposer les lentilles CRT? Les myopes < -7,50 d Les hypermétropes < +3,00 d Les astigmatismes cornéens Les symptômes

Plus en détail

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via www.oca.eu/fmillour

Plus en détail

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION La cytométrie en flux décrit une technique d analyse de routine des cellules ou particules biologiques en suspension qui traversent une cellule de mesure les

Plus en détail

REALISATION D UN MICROSCOPE

REALISATION D UN MICROSCOPE REALISATION D UN MICROSCOPE N.B. : Un certain nombre d items, signalés par un logo demandent un travail préparatoire : lecture avant la séance de TP, tracé théorique, bref calcul Un microscope est constitué,

Plus en détail

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE METHODES D ETUDE DE LA CELLULE ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE Techniques morphologiques 1 Les microscopes Les microscopes utilisent la déviation d un flux ondulatoire de particules, soit non chargées

Plus en détail

CARACTÉRISTIQUES SYSTÈME MMT PORTABLE

CARACTÉRISTIQUES SYSTÈME MMT PORTABLE CARACTERISTIQUES TECHNIQUES CARACTÉRISTIQUES SYSTÈME MMT PORTABLE Leica Absolute Tracker AT901 et produits Leica-T Leica Absolute Tracker, Leica T-Cam et Leica T-Probe Environnement Température de travail

Plus en détail

ETUDES DE TRAVAUX D ARMOR

ETUDES DE TRAVAUX D ARMOR PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Le géoradar est un système utilisant la réflexion d ondes électromagnétiques dans le sol pour y détecter la présence d obstacles ponctuels ou linéaires. Chaussée Ondes Emises

Plus en détail

MAITRISE. EXFO Division industrielle et sciences humaines 2260 Argentia Road Mississauga, Ontario, L5N 6H7

MAITRISE. EXFO Division industrielle et sciences humaines 2260 Argentia Road Mississauga, Ontario, L5N 6H7 MAITRISE Division industrielle et sciences humaines EXFO Division industrielle et sciences humaines 2260 Argentia Road Mississauga, Ontario, L5N 6H7 Distribué par : Beam-Consult Le Fort 19, CH-1268 Begnins,

Plus en détail

Simulation en Imagerie Médicale

Simulation en Imagerie Médicale Simulation en Imagerie Médicale Fabien Baldacci LaBRI 15 Novembre 2012 Fabien Baldacci Simulation en Imagerie Médicale 1 / 37 Plan 1 Introduction 2 Principes de la simulation 3 Accélération des calculs

Plus en détail

Analyse d images numériques en microscopie

Analyse d images numériques en microscopie Analyse d images numériques en microscopie Yves Usson Reconnaissance et Microscopie Quantitative, Laboratoire TIMC UMR5525 CNRS Institut d Ingénierie et d Information de Santé (IN3S), La Tronche Traitement

Plus en détail

SYSTÈMES INTÉGRÉS DE SCIERIES MOBILES OU FIXES:

SYSTÈMES INTÉGRÉS DE SCIERIES MOBILES OU FIXES: S.p.A. PLANKLINE SYSTÈMES INTÉGRÉS DE SCIERIES MOBILES OU FIXES: MINI PROFI 900 - MINI PROFI 1000 BICOUPE Nouveaux modèles: meilleure productivité et agilité de manœuvres Une longue expérience a vôtre

Plus en détail

LE PLIAGE. être capable de : calculer la longueur développée à partir du tableau de L et définir la force à appliquée

LE PLIAGE. être capable de : calculer la longueur développée à partir du tableau de L et définir la force à appliquée LE PLIAGE Sommaire INTRODUCTION :... 2 I LE PLI.... 2 Au niveau des fibres, que se passe-t-il?... 2 Tableau du positionnement de la fibre neutre.... 2 II LA COTATION EN PLIAGE... 3 La cotation d une pièce

Plus en détail

BASES DE LA FLUORESCENCE

BASES DE LA FLUORESCENCE BASES DE LA FLUORESCENCE Aurélie Le Ru, Ingénieur d étude CNRS Agrobiosciences, Interactions et Biodiversité, Plateau d imagerie, 24 chemin de Borde Rouge 31326 Castanet-Tolosan Cedex leru@lrsv.ups-tlse.fr

Plus en détail

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur 3.1- Caractérisations temporelles 3.1.1- Introduction : réponse d une sonde de température Pt100 Un four est a une température θ F =100 C supérieure à la température

Plus en détail

Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques

Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques Marie-Florence Thomas Ecole des Métiers de l Environnement Situation à risques Situation à risque

Plus en détail

Présentation du nouveau système KODAK RVG 6500

Présentation du nouveau système KODAK RVG 6500 Présentation du nouveau système KODAK RVG 6500 Innovation Nouvelles fonctions Transmission d'images sans fil Premier capteur avec Wi-Fi intégré permettant une qualité d'image identique à celle de notre

Plus en détail

Projet : Déploiement Fibre à Domicile à St-Florent-Le-Jeune

Projet : Déploiement Fibre à Domicile à St-Florent-Le-Jeune L innovation à très haut débit Projet : Déploiement Fibre à Domicile à St-Florent-Le-Jeune Dit FTTH = Fiber To The Home (Fibre optique à domicile) Le projet de St-Florent-Le-Jeun Expérimentation sur une

Plus en détail

PAN CEPH 3D. Panoramiques numériques 2D-3D

PAN CEPH 3D. Panoramiques numériques 2D-3D PAN CEPH 3D Panoramiques numériques 2D-3D PANORAMIQUE CÉPHALOMÉTRIQUE IMAGERIE 3D CONE BEAM I-MAX TOUCH L imagerie panoramique tactile et naturellement intuitive Privilégiez la simplicité de fonctionnement

Plus en détail

Lecture d une tolérance géométrique ISO (sans indications particulières)

Lecture d une tolérance géométrique ISO (sans indications particulières) Lecture d une tolérance géométrique ISO (sans indications particulières) association opération Références simulées condition d appartenance Élément tolérancé Élément(s) de référence Référence spécifiée

Plus en détail

Logiciel de palpage pour machines-outils

Logiciel de palpage pour machines-outils Fiche produit H-2000-2309-13-B Logiciel de palpage pour machines-outils - fonctionnalités des programmes BULLETIN D INFORMATION DISPONIBLE DÈS MAINTENANT Logiciel basique EasyProbe Réglage d outil sans

Plus en détail

A. Chaala. K. Englund and M.P. Wolcott

A. Chaala. K. Englund and M.P. Wolcott COMPOSITES BOIS-PLASTIQUE S. Migneault, A. Koubaa, F. Erchiqui, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue A. Chaala Service de recherche et d expertise en transformation des produits forestiers (SEREX)

Plus en détail

CNRS UMR 5521 Grenoble INP UJF Grenoble 1. www.3sr.hmg.inpg.fr

CNRS UMR 5521 Grenoble INP UJF Grenoble 1. www.3sr.hmg.inpg.fr CNRS UMR 5521 Grenoble INP UJF Grenoble 1 www.3sr.hmg.inpg.fr 1 Analyse par corrélation d images numériques du comportement sous chargement cyclique d un matelas granulaire de transfert de charge érigé

Plus en détail

La GARANTIE d un réseau de télécommunications de QUALITÉ avec des CHAMBRES et des DISPOSITIFS DE FERMETURE certifiés. Qualité des produits

La GARANTIE d un réseau de télécommunications de QUALITÉ avec des CHAMBRES et des DISPOSITIFS DE FERMETURE certifiés. Qualité des produits La GARANTIE d un réseau de télécommunications de QUALITÉ avec des CHAMBRES et des DISPOSITIFS DE FERMETURE certifiés Qualité des produits CHOISIR LA SÉRÉNITÉ Ce document, destiné aux prescripteurs et aux

Plus en détail

Planéité et stabilité dimensionnelle

Planéité et stabilité dimensionnelle Planéité et stabilité dimensionnelle La planéité et une bonne stabilité dimensionnelle sont des caractéristiques du carton qui revêtent une importance capitale. La bonne planéité ou «forme» de la feuille

Plus en détail

Traitement des images!

Traitement des images! Traitement des images! Yves USSON! Reconnaissance des Formes et Microscopie Quantitative! Lab. TIMC UMR 5525 CNRS, Grenoble! Traitement d images - définition! Séquence d opérations ayant pour but :!! -

Plus en détail

MODELISATION. ❶ Choix d'un Mode de Représentation ❷ Construction d'un Modèle de l'objets 3D

MODELISATION. ❶ Choix d'un Mode de Représentation ❷ Construction d'un Modèle de l'objets 3D MODELISATION Modélisation deux étapes : ❶ Choix d'un Mode de Représentation ❷ Construction d'un Modèle de l'objets 3D Ces deux étapes ne sont pas Indépendantes Modèle = Ensemble d Informations sur l'objet

Plus en détail

PHOENIX FL. Machine de découpe laser fibre LVDGROUP.COM DÉCOUPE LASER DYNAMIQUE ET POLYVALENTE

PHOENIX FL. Machine de découpe laser fibre LVDGROUP.COM DÉCOUPE LASER DYNAMIQUE ET POLYVALENTE Machine de découpe laser fibre PHOENIX FL DÉCOUPE LASER DYNAMIQUE ET POLYVALENTE LVDGROUP.COM PHOENIX FL DÉCOUPE LASER DYNAMIQUE ET POLYVALENTE Le laser fibre Phoenix allie rentabilité, découpe laser dynamique,

Plus en détail

Retour d'expérience du management de l énergie au CHRU de Grenoble

Retour d'expérience du management de l énergie au CHRU de Grenoble de l ARS Retour d'expérience du management de l énergie au CHRU de Grenoble Christophe DUMONT-GIRARD 22 octobre 2015 Pôle Travaux et services techniques Service énergies sécurité technique développement

Plus en détail

Exemples de Contrôles Métallurgiques sur pièces de série aprés Traitement Thermique

Exemples de Contrôles Métallurgiques sur pièces de série aprés Traitement Thermique Exemples de Contrôles Métallurgiques sur pièces de série aprés Traitement Thermique Patrick JACQUOT Laboratoire Central BODYCOTE Usine de Pusignan (69) 3ème Séminaire Bodycote Air Liquide, Lyon, 18-19

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS SESSION 2015 ÉPREUVE : PHYSIQUE-CHIMIE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté

Plus en détail

2 Ascension d une bulle de gaz dans un liquide.

2 Ascension d une bulle de gaz dans un liquide. Examen de mécanique des fluides 125ème promotion 18 février 2008 : 9h15-12h Traiter les trois parties. Ces trois parties sont complètement indépendantes. Lire attentivement l intégralité des énoncés. Les

Plus en détail

SOMEFI est une entreprise dédiée à la fabrication de convoyeurs et d éléments modulaires de manutention continue. Depuis plus de 40 ans, SOMEFI

SOMEFI est une entreprise dédiée à la fabrication de convoyeurs et d éléments modulaires de manutention continue. Depuis plus de 40 ans, SOMEFI ergonomie SOMEFI est une entreprise dédiée à la fabrication de convoyeurs et d éléments modulaires de manutention continue. Depuis plus de 40 ans, SOMEFI propose une gamme complète d appareils industriels,

Plus en détail

20 Choix du plan de travail

20 Choix du plan de travail 20 Choix du plan de travail 20-1 Systèmes de coordonnées : Avant de commencer à dessiner il est nécessaire de faire apparaître les Systèmes de coordonnées Universelles ( SC universelles) et Utilisateur

Plus en détail

La LIBS et l analyse de process

La LIBS et l analyse de process La LIBS et l analyse de process François Fariaut Elisabeth Bouriah-Coindre Ali Fortas IVEA : 9 rue Raoul Dautry - escalier C - 91190 Gif sur Yvette 1 Plan 1. Introduction 2. Différentes techniques d analyse

Plus en détail

cobas 6500 urine analyzer series Poste de travail de l analyse urinaire entièrement automatisé sur une plate-forme modulaire

cobas 6500 urine analyzer series Poste de travail de l analyse urinaire entièrement automatisé sur une plate-forme modulaire cobas 6500 urine analyzer series Poste de travail de l analyse urinaire entièrement automatisé sur une plate-forme modulaire cobas 6500 urine analyzer series Poste de travail de l analyse urinaire entièrement

Plus en détail

AERONEF TELEPILOTE VOILURE FIXE DOSSIER TECHNIQUE N donnez une référence à votre dossier

AERONEF TELEPILOTE VOILURE FIXE DOSSIER TECHNIQUE N donnez une référence à votre dossier AERONEF TELEPILOTE VOILURE FIXE DOSSIER TECHNIQUE N donnez une référence à votre dossier Note : joindre au présent dossier les manuels d utilisation et d entretien de l aéronef. Constructeur : indiquez

Plus en détail

Structures et fonctions des sarcomères

Structures et fonctions des sarcomères Structures et fonctions des sarcomères 50 µm Fibre musculaire squelettique : mise en évidence de la striation transversale ( microscopie optique en. contraste de phase) les fibres musculaires squelettiques

Plus en détail

i) Source ponctuelle Quel que soit le type d'interféromètre (division du front d'onde ou d'amplitude), les interférences sont non-localisées.

i) Source ponctuelle Quel que soit le type d'interféromètre (division du front d'onde ou d'amplitude), les interférences sont non-localisées. Optique Ondulatoire Plan du cours [1] Aspect ondulatoire de la lumière [2] Interférences à deux ondes [3] Division du front d onde [4] Division d amplitude [5] Polarisation [6] Diffraction [7] Interférences

Plus en détail

L hétérogénéité des populations microbiennes affecte l efficience des bioprocédés

L hétérogénéité des populations microbiennes affecte l efficience des bioprocédés L hétérogénéité des populations microbiennes affecte l efficience des bioprocédés Mise en ligne de la cytométrie en flux pour l optimisation des bioprocédés Frank Delvigne Université de Liège, Gembloux

Plus en détail