L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s /0 3 /0 7

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7"

Transcription

1 L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s /0 3 /0 7

2 L Ergonomie?

3 Etymologie S o n n o m p ro v e n a n t d u g re c e rg o n (travail) e t n o m o s (lois) p o u r d é s ig n e r la s c ie n c e d u tra v a il, l e rg o n o m ie e s t u n e d is c ip lin e q u i u tilis e u n e a p p ro c h e s y s té m iq u e (= g lo b a lité e t c o m p le x ité d u s y s tè m e )d a n s l é tu d e d e to u s le s a s p e c ts d e l a c tiv ité h u m a in e. C a r l e rg o n o m ie p ré c o n is e u n e a p p ro c h e h o lis tiq u e (= approche globale) q u i tie n t c o m p te d e fa c te u rs - p h y s iq u e s, - c o g n itifs, - s o c ia u x, - o rg a n is a tio n n e ls, - e n v iro n n e m e n ta u x, e tc... Il e s t fré q u e n t q u e le s e rg o n o m e s œ u v re n t d a n s d e s s e c te u rs é c o n o m iq u e s o u d e s d o m a in e s p a rtic u lie rs.

4 Dis tinction D is tin c tio n e n tre P s y c h o lo g ie d u tra v a il e t E rg o n o m ie : P s y c h o lo g ie d u tra v a il: a d a p te r l h o m m e a u tra v a il E rg o n o m ie : a d a p te r le tra v a il à l h o m m e, c e s t l a d a p te r s e lo n c e rta in e s rè g le s (n o m o s ) C f définition de l AIE (Association Internationale d E rgonomie), de la S E LF (S ociété d E rgonomie de Langue Française), définition de A. WIS NE R, DANIE LLOU, LAVILLE, etc

5 E rg o n o m ie d e c o n c e p tio n E rg o n o m ie d e c o rre c tio n o u d a d a p ta tio n E rg o n o m ie p h y s iq u e / p h y s io lo g iq u e E rg o n o m ie c o g n itiv e E rg o n o m ie o rg a n is a tio n n e lle E rg o n o m ie e t u tilis a b ilité E rg o n o m ie d e s s ite s w e b s

6 E rg onomie de conception: M é th o d e s d e rg o n o m ie in té g ré e, d è s l é ta p e in itia le d u n p ro je t d e c o n c e p tio n, c e s t u n e a p p ro c h e q u i la is s e u n e p la c e p ré p o n d é ra n te à l u tilis a te u r. Ergonomie de correction ou d adaptation: M é th o d e s d e rg o n o m ie d o n t le b u t e s t d e d é c e le r p u is d e c o rrig e r le s d y s fo n c tio n n e m e n ts.

7 Ergonomie physique / phys iologique: o n s in té re s s e a u x c o n tra in te s p h y s iq u e s te lle s q u e : la c h a rg e p h y s iq u e, le s T ro u b le s M u s c u lo -S q u e le ttiq u e s (T M S ), le b ru it, le s v ib ra tio n s, le s fo rte s te m p é ra tu re s e t le s c o n tra s te s th e rm iq u e s, la p re s s io n, l e le c tric ité, le s s u b s ta n c e s to x iq u e s, le s p o s tu re s d e tra v a il, e tc

8 Ergonomie physique / phys iologique: - F o c u s : le s fa c te u rs e n v iro n n e m e n ta u x «n u is ib le s», d o n c e x te rn e s à l in d iv id u. - E ffe ts à : c o u rts te rm e s (fa tig u e, irrita b ilité ), m o y e n s te rm e s (T M S, a c c id e n ts ), lo n g s te rm e s (b ie n -ê tre c o lle c tif, c lim a t d e n tre p ris e ).

9 Trois types d ergonomie Ergonomie physique / phys iologique: - Q u e lq u e s n u is a n c e s p h y s iq u e s : le b ru it: s e u il d e c o n v e rs a tio n = 5 0 d B s e u il d e n o c iv ité = 8 5 d B s e u il d e d o u le u r = d B la c h a le u r: d é s h y d ra ta tio n (p e rte > 5 % d u v o lu m e d e a u ), a u g m e n ta tio n d u d é b it s a n g u in v a ria tio n d u ry th m e c a rd ia q u e,

10 Ergonomie phys ique / phys iologique: a u g m e n ta tio n d e la s u d a tio n + h y p o th e rm ie, ra le n tis s e m e n t m o te u r e t c o g n itif é p u is e m e n t th e rm iq u e e t ris q u e s d A c c id e n t d u T ra v a il (A T ). le s p o s tu re s a u tra v a il: lo m b a lg ie s, te n d in ite, b u rs ite (in fla m m a tio n d e s b o u rs e s s é re u s e s e n tre te n d o n s e t o s ), s y n d ro m e d u c a n a l c a rp ie n, e tc

11 Ergonomie phys ique / phys iologique: la m a n u te n tio n : o n s e ré fè re à l é q u a tio n d e L e v e r d e C h a rg e o u l é q u a tio n d u N IO S H (N a tio n a l In s titu e o f O c c u p a tio n a l S a fe ty a n d H e a lth ). L a C M A (C h a rg e M a x im a le A d m is s ib le ): C M A [k g ] = F P x F H x F V x F D x F F x F A x F I p a r e x e m p le : F P e s t fix é à 2 3 k g

12 Ergonomie cognitive: L e te rm e d 'E rg o n o m ie c o g n itiv e (E C ) a p p a ra î t d a n s le s a n n é e s 8 0 ( : T h o m a s G R E E N e t G e rrit V a n D e r V E E R ). E lle e s t is s u e d u c o u ra n t (H C I) : H u m a n -C o m p u te r In te ra c tio n (a n n é e s 6 0 ). C e s t u n e a p p ro c h e c e n tré e s u r l h o m m e, à l in v e rs e d u G é n ie C o g n itif q u i e s t c e n tré s u r la m a c h in e. L O B J E C T IF d e l e rg o n o m ie c o g n itiv e : re n d re c o m p a tib le le fo n c tio n n e m e n t d e s s y s tè m e s e t d e s c o n d itio n s d e tra v a il a v e c le fo n c tio n n e m e n t h u m a in, p a r l'é tu d e d e s R E P R É S E N T A T IO N S e t d e s A C T IV IT É S D E T R A IT E M E N T d e l'in fo rm a tio n.

13 Ergonomie cognitive: L e rg o n o m ie c o g n itiv e p ré s u p p o s e la c o n n a is s a n c e d e s p ro c e s s u s c o g n itifs, c o m m e la p e rc e p tio n, l a tte n tio n, la m é m o ire. P e rc e p tio n : - C o n n a ître le s c a ra c té ris tiq u e s d e s m o d a lité s s e n s o rie lle s q u i lim ite n t la p e rfo rm a n c e. - E tu d ie r le s c o n d itio n s d e s la p e rfo rm a n c e p e rc e p tiv e. A tte n tio n : - A tte n tio n s é le c tiv e : c a p a c ité à d is c rim in e r d e s s tim u li, le s c o n tra in te s a tte n tio n n e lle s (fa tig u e ). - A tte n tio n p a rta g é e : p o s s ib ilité o u p a s d e ffe c tu e r p lu s ie u rs tâ c h e s à la fo is, d é g ra d a tio n d e la p e rfo rm a n c e p o u r c e rta in e s tâ c h e s.

14 Ergonomie cognitive: M é m o ire : - C o n n a ître le fo n c tio n n e m e n t e t le s c o n tra in te s d e s d iffé re n ts ty p e s d e m é m o ire (M S : M é m o ire S é m a n tiq u e, M T : M é m o ire d e T ra v a il, M L T : M é m o ire à lo n g te rm e. - C o n n a ître le s d iffé re n te s m é m o ire s e n fo n c tio n d u c o n te n u à m é m o ris e r (E p is o d iq u e, S é m a n tiq u e, P ro c é d u ra le, Im a g é e, e tc ) - R é c u p é re r d e l in fo rm a tio n.

15 Ergonomie cognitive: C o g n itio n e n s itu a tio n : - A c tiv ité s d e R é s o lu tio n d e p ro b lè m e s, - A c tiv ité s d e d ia g n o s tic, - C a p a c ité à ra is o n n e r, - P la n ific a tio n, - P ris e d e d é c is io n. C o g n itio n e n s itu a tio n : - D is trib u tio n d e l in fo rm a tio n, - A ttrib u tio n d e s tâ c h e s, - C o m m u n ic a tio n.

16 Ergonomie cognitive: L e s a c tiv ité s h u m a in e s p e u v e n t ê tre re g ro u p é e s e n fo n c tio n d e la p ré p o n d é ra n c e d e c e rta in s p ro c e s s u s, p a r e x e m p le : la ta x o n o m ie o u c la s s ific a tio n d e B E R L IN E R e t a l. ( ). - P ro c e s s u s d e tra n s fo rm a tio n d e s in fo rm a tio n s (c a lc u le r, tra d u ire, a n a ly s e r, c h o is ir, ) - P ro c e s s u s d e c o m m u n ic a tio n (d o n n e r d e s c o n s e ils, ré p o n d re, in fo rm e r, ) - P ro c e s s u s m o te u rs (fe rm e r, a p p u y e r, s y n c h ro n is e r, ).

17 Ergonomie cognitive: Etude de la fiabilité L e rg o n o m ie c o g n itiv e p e u t p a s s e r p a r l é tu d e d e la fia b ilité, e t p o u rq u o i s y in té re s s e r? P a rc e q u e c e s t s o u v e n t lo rs q u il y a u n p ro b lè m e q u o n fa it a p p e l à u n p s y c h o lo g u e /e rg o n o m e. O b je c tif d e l in te rv e n tio n e s t d e c o m p re n d re e t p a lie r l o rig in e d e s d é fa illa n c e s.

18 Erg onomie cog nitive: Etude de la fiabilité A fin d a s s u re r la fia b ilité e t la s é c u rité d e s s y s tè m e s, v a é tu d ie r le s E R R E U R S. S e lo n P A P E R T ( ): «L e s e rre u rs n o u s s o n t p ro fita b le s p a rc e q u e lle s n o u s a m è n e n t à e x a m in e r c e q u i s e s t p a s s é, à c o m p re n d re c e q u i n a p a s m a rc h é e t, à p a rtir d e là, à re m e ttre le s c h o s e s e n o rd re L e rre u r fa it p a rtie in té g ra n te d u p ro c e s s u s d e c o m p ré h e n s io n». M é th o d e s : l A n a ly s e h ié ra rc h iq u e d e tâ c h e s, A n a ly s e d e s e rre u rs e n fo n c tio n d e c h a q u e é ta p e d e tra ite m e n t (M o d è le d e R a s m u s s e n ),

19 Ergonomie cognitive: Etude de la fiabilité L A n a ly s e h ié ra rc h iq u e d e tâ c h e s (A N N E T T e t D U N C A N e n ). E x e m p le d A H T : Retirer X Faire 1,2,3,4 du cpte chèque Faire 1.1, S identifier 2- Choisir le compte 3- Spécifier le montrant 4- Exécuter le retrait 1.1 Insérer sa carte 1.2 Entrer son NIP

20 Ergonomie cognitive: Etude de la fiabilité S tru c tu re h ié ra rc h iq u e d e s tâ c h e s -N iv e a u x d a b s tra c tio n d e b u ts e t s o u s - b u ts, - P ro c é d u re s - m o d e s o p é ra to ire s, - P rim itiv e s d a c tio n. A H T e s t s o u v e n t c o u p lé a v e c l e n tre tie n «P O U R Q U O I» - «C O M M E N T» d e S e b illo tte ( ), c a d q u e «P o u rq u o i» re n v o ie à d e s n iv e a u x re p ré s e n ta tio n n e ls q u i v is e n t à o b te n ir le s b u ts e t in te n tio n s d e

21 B ibliog raphie d Erg onomie cog nitive: HOC, J.M. (1990) La psychologie Cognitive ergonomique face aux nouvelles technolog ies. LEPLAT, J. (1993). L analyse psychologique du travail, Quelques jalons his toriques. Le travail Humain, tome 56, N 2-3, pp Le travail Humain, tome 56, Le travail Humain, tome 54, N 4, Ps ycholog ie français e, N 40-1, 1995, 1-2.

22 Ergonomie organis ationnelle: L a n a ly s e p s y c h o lo g iq u e d u tra v a il, c e n tré e s u r l a n a ly s e d e la tâ c h e e t s u r l a n a ly s e d e l a c tiv ité. cf. Leplat (1997). Regards s ur l activité en s ituation de travail : Une contribution à la ps ycholog ie erg onomique. PUF.

23 Erg onomie et utilis abilité: L u tilis a b ilité n a p a s d e d é fin itio n u n iq u e, m a is p lu tô t d e s d é fin itio n s e n fo n c tio n d e la m a n iè re d o p é ra tio n n a lis e r (m e s u re r) c e tte n o tio n. C e tte n o tio n d a te d e s a n n é e s 8 0, a v e c le s p re m iè re s te n ta tiv e s d e d é fin itio n d e S h a k e l, E a s o n. P u is, N o rm a n, K a ra t e t B e n n e t q u i o n t u n e c o n c e p tio n c e n tré e u tilis a te u r. L u tilis a b ilité p e u t s e d é fin ir s e lo n p lu s ie u rs c ritè re s : - E ffic a c ité : c a p a c ité d u n d is p o s itif à a tte in d re u n o b je c tif d o n n é, - E ffic ie n c e : c a p a c ité d e p ro d u ire u n e tâ c h e d o n n é e a v e c le m in im u m d e ffo rts, - S a tis fa c tio n : p la is ir re s s e n ti lo rs d e l u tilis a tio n d u p ro d u it, - A p p re n a b ilité /m é m o ris a tio n : a p p re n a b ilité o u fa c ilité d a p p re n tis s a g e

24 Erg onomie et utilis abilité: L u tilis a b ilité p e rm e t d e ré p o n d re à d e s b e s o in s s p é c ifiq u e s (p e rs o n n e s h a n d ic a p é e s, p e rs o n n e s à m o b ilité ré d u ite, U n e c o n c e p tio n c e n tré e s u r l u tilis a te u r: - In n o v a tio n p a r l u s a g e Il s a g it d u n p a ra d ig m e q u i re p o s e s u r l e n g a g e m e n t d e s u s a g e rs. A in s i, l o b je t d e l in n o v a tio n ré p o n d p ré c is é m e n t a u x b e s o in s d e l u s a g e r. Il p re n d e n c o m p te l a p p re n tis s a g e p a r l u s a g e (o u le a rn in g -b y -u s in g ) e t le c a ra c tè re s itu é c e s t-à -d ire l e n v iro n n e m e n t, le c o n te x te d a n s le q u e l s e d é ro u le c e t u s a g e. Il c o rre s p o n d é g a le m e n t a u fa it q u e la c o n n a is s a n c e d u c o n c e p te u r «c o lle» à c e lle d e l u tilis a te u r, c e la s ig n ifie u n e c o o rd in a tio n e n tre l u s a g e r e t le c o n c e p te u r, e t u n e c o o rd in a tio n s itu é e -d is trib u é e. P o u r re n d re c e la p o s s ib le, il e s t n é c e s s a ire q u e l u s a g e r s o it a c te u r d e l in n o v a tio n, q u il in te ra g is s e a v e c le c o n c e p te u r, s o u s la fo rm e d e c o lla b o ra tio n. C e tte c o lla b o ra tio n u s a g e r-c o n c e p te u r s i e lle s e ffe c tu e s o u s e n te n d q u il s e p a s s e d e s p h a s e s d a d a p ta tio n e t d e re c o n c e p tio n.

25 Erg onomie et utilis abilité: La boucle us ag e-adaptation-reconception E lle s a rtic u le s e lo n tro is n o tio n s : Us age : é ta n t la p ra tiq u e c la s s iq u e d u n p ro d u it d a n s u n c o n te x te s o c ia l d é te rm in é. Adaptation: é ta n t la ré p o n s e c o m p o rte m e n ta le d a ju s te m e n t a u p ro d u it. E lle s e c a ra c té ris e p a r la m o d ific a tio n d e la c o n d u ite d e l u s a g e r, v is a n t à l a m é n a g e m e n t d e l u s a g e. Reconception : é ta n t la ré p o n s e te c h n o lo g iq u e d a ju s te m e n t à l u s a g e. C e la c o rre s p o n d à la m o d ific a tio n p a r le c o n c e p te u r d e s c o n d itio n s d u s a g e d u p ro d u it. R e c o n c e p tio n U s a g e A d a p ta tio n

26 Erg onomie et utilis abilité: La boucle us ag e-adaptation-reconception D o n c u n e m o d ific a tio n v is a n t à s a tis fa ire le s e x ig e n c e s d e l u s a g e r. P o u r c e q u i c o n c e rn e le s a p p lic a tio n s o u u tilis a tio n s p o s s ib le s d e c e c o n c e p t, n o u s d is tin g u o n s n o ta m m e n t, le fa it q u e l u tilis a te u r e t le c o n c e p te u r d o iv e n t ê tre e n c o n ta c t. C e tte a p p ro c h e e rg o n o m iq u e c e n tré e s u r l u s a g e, m e ttra le fo c u s s u r l e ffic a c ité (le fa it q u e le p ro d u it p e rm e tte d a tte in d re l o b je c tif e s c o m p té ), l a p p re n a b ilité (le fa it q u e le p ro d u it s o it fa c ile à a p p re n d re ) e t l e ffic ie n c e (le fa it d e p ro d u ire le m in im u m d e ffo rt lo rs d e l e x é c u tio n ). T o u t c e la, d a n s l o p tiq u e d o p tim is e r l e ffic a c ité, le c o n fo rt, la s a tis fa c tio n d u p ro d u it, a in s i q u e d e fa ire e n s o rte q u e le s c o n tra in te s s o ie n t le s p lu s fa ib le s p o s s ib le s.

27 Erg onomie et utilis abilité: Principes d évaluation: - L e s e n q u ê te s d u s a g e : te s ts d u s a g e e n la b o ra to ire a v e c o b s e rv a tio n d e s u tilis a te u rs, o b s e rv a tio n d e la ré a lité, rô le d u c o n te x te,e n tre tie n, q u e s tio n n a ire, p a r e x e m p le le P e rg o la b à M e tz. - L e s m é th o d e s c ré a tiv e s : te c h n iq u e s p a rtic ip a tiv e s q u i a s s o c ie n t le s u tilis a te u rs à la c o n c e p tio n m ê m e d e s p ro d u its. - e tc

28 Ergonomie des sites webs: L e s c ritè re s e rg o n o m iq u e s : B A S T IE N, S C A P IN C e s c ritè re s s o u lig n e n t le s c o n d itio n s à m e ttre e n œ u v re, le s c a ra c té ris tiq u e s à p re n d re e n c o m p te p o u r fa ire d e s in te rfa c e s a d a p té e s a u x u tilis a te u rs, à le u rs tâ c h e s e t à le u rs b e s o in s.

29 Ergonomie des s ites webs: L e s c ritè re s e rg o n o m iq u e s : B A S T IE N, S C A P IN - G u id a g e - C h a rg e d e tra v a il - C o n trô le e x p lic ite - A d a p ta b ilité - G e s tio n s d e s e rre u rs - H o m o g é n é ité /c o h é re n c e - S ig n ifia n c e d e s c o d e s e t d é n o m in a tio n s - C o m p a tib ilité

30 Ergonomie des sites webs: V o ir le s s ite s d e : - u s e rn o m ic s.c o m - U P A (U s a b ility P ro fe s s io n a ls A s s o c ia tio n ) - W A I (W e b A c c e s s ib ility In itia tiv e ) - W 3 C (W o rld W id e W e b C o n s o rtiu m ) - IH M E rg o IA S E L F

31 Merci

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT

Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT «Le registre des modifications» UWE «90 minutes pour l environnement» DGO3 - DPA Mons Wavre - Jeudi 10 mai 2012. B. Bequet 1 Plan de l exposé

Plus en détail

Master AISA. Préparé par: Encadré par le Professeur: Cherkani sami. Khadoud Ali Mme Oumhani Eddilani Harmouch Mounir Zedgui Salah

Master AISA. Préparé par: Encadré par le Professeur: Cherkani sami. Khadoud Ali Mme Oumhani Eddilani Harmouch Mounir Zedgui Salah UNIVERSITE MOULAY ISMAIL FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES ECONOMIQUES ET SOCIALES MEKNES Master AISA Préparé par: Cherkani sami Encadré par le Professeur: Khadoud Ali Mme Oumhani Eddilani Harmouch Mounir

Plus en détail

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Mercredi 5 novembre 2014 Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Hervé PETTON, Directeur Territorial 35 ans d expérience professionnelle en collectivités

Plus en détail

N u m é rit a b - A d m in is tra tio n d u n p a rc d e ta b le tte s P ré s e n ta tio n p a r P a tric k D e m ic h e l L e 6 m a i 2 0 1 4

N u m é rit a b - A d m in is tra tio n d u n p a rc d e ta b le tte s P ré s e n ta tio n p a r P a tric k D e m ic h e l L e 6 m a i 2 0 1 4 N u m é rit a b - A d m in is tra tio n d u n p a rc d e ta b le tte s P ré s e n ta tio n p a r P a tric k D e m ic h e l L e 6 m a i 2 0 1 4 Canopé : Création Accompagnement Nouvelle Offre Pédagogique

Plus en détail

professionnelle Fiche pratique Préparateur en pharmacie hospitalière Avril 2010 Fiche pratique professionnelle du Synprefh INTRODUCTION

professionnelle Fiche pratique Préparateur en pharmacie hospitalière Avril 2010 Fiche pratique professionnelle du Synprefh INTRODUCTION Fiche pratique professionnelle du Synprefh Préparateur en pharmacie hospitalière Fiche pratique professionnelle INTRODUCTION En milieu hospitalier comme à l officine, les préparateurs en pharmacie sont

Plus en détail

PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION

PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION Alberto Escudero Pascual Ce que cette unité vous dit... Un budget n'est pas une requête pour du financement... Un bon plan nécessite un bon budget... Un bon budget montre

Plus en détail

OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques

OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques Intervention du 29 Avril 2004 9 h 15 10 h 45 M. Sébastien Bahloul Chef de projet Expert Annuaire LDAP bahloul@linagora.com OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques Plan

Plus en détail

Technique RSR. 27.6.08 /DCo

Technique RSR. 27.6.08 /DCo La : -35 collaborateurs -120 applications métiers -2 services de piquet -1 service desk commun avec la TSR -Un parc véhicule -Un parc de matériel extérieur -Une très forte diversité d outil et de connaissances

Plus en détail

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation Inscription en ligne FQSC Guide d utilisation Ce Guide est rédigé comme aide-mémoire pour l achat de votre licence sur le site internet de la FQSC. Dans un prem ier temps, vous devrez vous rendre sur le

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Concevoir une chèvrerie Evolutive et économique

Concevoir une chèvrerie Evolutive et économique Concevoir une chèvrerie Evolutive et économique Chèvrerie 90 places avec fromagerie annexe Chèvrerie 200 places évolutive DOSSIER réalisé par Chambre d Agriculture des Deux Sèvres Maison de l'agriculture

Plus en détail

L EQUIPE ÉTUDES ENQUÊTES: Georgeta BOARESCU psychologue coordonateur études enquêtes Florin CIOTEA sociologue

L EQUIPE ÉTUDES ENQUÊTES: Georgeta BOARESCU psychologue coordonateur études enquêtes Florin CIOTEA sociologue L EQUIPE ÉTUDES ENQUÊTES: Georgeta BOARESCU psychologue coordonateur études enquêtes Florin CIOTEA sociologue EuPA EDUCATION EUROPÉENNE EN ADMINISTRATION PUBLIQUE EuPA EDUCATION EUROPÉENNE EN ADMINISTRATION

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

l Agence Qui sommes nous?

l Agence Qui sommes nous? l Agence Qui soes nous? Co Justine est une agence counication globale dont la ission est prendre en charge l enseble vos besoins et probléatiques counication. Créée en 2011, Co Justine a rapient investi

Plus en détail

Manuel d'exécution (version 2)

Manuel d'exécution (version 2) ROYAUME DU MAROC Ministère de l'agriculture et de la Pêche Maritime Agence pour le Développement Agricole Projet Intégration du Changement Climatique dans la mise en œuvre du Plan Maroc Vert (PICCPMV)

Plus en détail

ETUDE S UR LE DEMENAGEMENT D ENTREPRIS ES

ETUDE S UR LE DEMENAGEMENT D ENTREPRIS ES ETUDE S UR LE DEMENAGEMENT D ENTREPRIS ES Struc ture é c onom ique Un s e c te ur dom iné par le s TPE Le secteur du déménagement est caractérisé par son faible degré de concentration et son atomisation.

Plus en détail

International : les références d Ineo Systrans

International : les références d Ineo Systrans International : les références d Ineo Systrans Ineo Systrans Références SAEIV* *Système d Aide à l Exploitation et d Information des Voyageurs ZONE EUROPE BELGIQUE Bruxe l les Liège Mons ROYAUME-UNI Edimbourg

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010 -ooo- La s é a n c e e s t o u v e r t e s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n s i e u r J e a n - P a u l BR E T, M a i r e d e V i l l e u r

Plus en détail

Retour d expérience sur le management des processus

Retour d expérience sur le management des processus GSI Gestion des systèmes d information Retour d expérience sur le management des processus Université d été 8-31 août 00 Dijon Guy Rivoire Consultant ELNOR Guy RIVOIRE 30/08/00 / 1 Présentation ELNOR Cabinet

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

Kaseya 2. Guide de démarrage rapide. pour VSA 6,0

Kaseya 2. Guide de démarrage rapide. pour VSA 6,0 Kaseya 2 Mise en route Guide de démarrage rapide pour VSA 6,0 June 10, 2010 About Kaseya Kaseya is a global provider of IT automation software for IT Solution Providers and Public and Private Sector IT

Plus en détail

Centre de Récupération de SoftThinks

Centre de Récupération de SoftThinks Centre de Récupération de SoftThinks Table des matières Révisions... 1 Table des matières... 2 Introduction... 3 Quel est l objectif du Centre de Récupération de SoftThinks?... 3 Que pourrez-vous trouver

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Du côté de la Recherche > Managemen t de projet : p1 L intégration des systèmes de management Qualité -Sécurité- Environnement : résultats d une étude empirique au Maroc Le co ntex te d es p roj et s a

Plus en détail

L'important C'est la rose

L'important C'est la rose L'important 'est la rose Gilbert ecaud rr: M. de Leon opista: Felix Vela 200 Xiulit c / m F m m 7 9. /. m...... J 1 F m.... m7 ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - oi qui oi

Plus en détail

Portrait de métier. sommaire du portrait de métier

Portrait de métier. sommaire du portrait de métier Pôle métiers formation Portrait de métier Le métier de charé des relations avec le public Les portraits de métiers» sont une proposition du Pôle métiers formation de l Arcade. L atelier charé des relations

Plus en détail

Automatisation. Industrialisation des tests

Automatisation. Industrialisation des tests Module C : Industrialisation des tests Industrialisation des tests V1.1. VERIFIER.VALIDER ALTRAN CIS, de l assurance Qualité à l assurance de la qualité le lien et la de l automatisation des automates

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR REDIGER UN SCENARIO PEDAGOGIQUE

GUIDE PRATIQUE POUR REDIGER UN SCENARIO PEDAGOGIQUE Comment s y prendre? Par quoi commencer? GUIDE PRATIQUE Qui doit l écrire? POUR REDIGER Quand? UN SCENARIO PEDAGOGIQUE Sous quelle forme et quel contenu? A quoi ça sert exactement? 2 SOMMAIRE I LE SCENARIO

Plus en détail

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES Ministère de l Éducation TA B L E D E S M AT I È R E S 2 I N T RO D UC TI ON E T C O N T EX T E Q

Plus en détail

Droit et pratique bancaire dans l espace OHADA

Droit et pratique bancaire dans l espace OHADA Manuel Roland Tcheumalieu Fansi Droit et pratique bancaire dans l espace OHADA Avant-propos du Pr Alain Kemnogne Simo Préface du Pr Michel Storck L'Darm attan TABLE DES MATIÈRES A V A N T -P R O P O S...7

Plus en détail

Réglementation de la sécurité sanitaire des aliments

Réglementation de la sécurité sanitaire des aliments Réglementation de la sécurité sanitaire des aliments Informations préalables Ce document informe des dispositions réglementaires en vigueur et applicables au jour de la version. Ce document à une vocation

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables

Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables Bruxelles Environnement Monitoring énergétique: enjeux, implications et bénéfices Vincent DIERICKX Cenergie Objectifs de la présentation

Plus en détail

Code social - Sécurité sociale 2012

Code social - Sécurité sociale 2012 Code social - Sécurité sociale 2012 Ce Code est à jour au 15 janvier 2012. Editeur responsable: Hans Suijkerbuijk 2012 Wolters Kluwer Belgium SA Waterloo Office Park Drève Richelle 161 L B-1410 Waterloo

Plus en détail

TOUTES LES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ EN PERSPECTIVE

TOUTES LES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ EN PERSPECTIVE TOUTES LES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ EN PERSPECTIVE SY YSTÈ M E D ID ENT IFI CAT ION SYS T ÈME D IDENTIFICATION SYSS T È M E D IDE N T I F ICATI O N A U D I T SY ST ÈM E DE VERROUILLAGE RO SYSTÈM ÈME D E V

Plus en détail

2. L origine et les menaces pesant sur le changement

2. L origine et les menaces pesant sur le changement Gestion de changements et de crise Dilemmes et solutions Habil. Dr. NOSZKAY Erzsébet Maître de conférence responsable de filière Université Szent István Faculté des Sciences Economiques et Sociales, Gödöllő

Plus en détail

Logiciel Libre / Open Source. Quelles approches pour les PME?

Logiciel Libre / Open Source. Quelles approches pour les PME? Logiciel Libre / Open Source Quelles approches pour les PME? Plan de la présentation Le logiciel libre licences, process, évolution Modèles d'usage Modèles économiques et innovation Construire une offre

Plus en détail

Financer son développement international

Financer son développement international Diplôme Spécial en Management International Financer son développement international Michel Philippart Alger, Mai 2007 Planification Identifier les postes clé Calculer la valeur de l'initiative et faire

Plus en détail

W i r e l e s s B o d y S c a l e - i B F 5 T h a n k y o u f o r p u r c h a s i n g t h e W i r e l e s s B o d y S c a l e i B F 5. B e f o r e u s i n g t h i s u n i t f o r t h e f i r s t t i m

Plus en détail

SAV ET RÉPARATION. Savoir-faire. www.jarltech.fr

SAV ET RÉPARATION. Savoir-faire. www.jarltech.fr i & V : SA E b i i 1 3 2 0 1 Ai 0800 9 h P i iè P i i i i S j C i Si E ) i Ti (i ib i Q,. bq i, FA V k, Pi b h iè i Si b, D Z, P E q Si-i SAV ET RÉPARATION S hiq : E q SSII VAR, i hiq Jh i h 0800 910 231.

Plus en détail

Informations techniques

Informations techniques Informations techniques Force développée par un vérin Ø du cylindre (mm) Ø de la tige (mm) 12 6 16 6 20 8 25 10 32 12 40 16 50 20 63 20 80 25 100 25 125 32 160 40 200 40 250 50 320 63 ction Surface utile

Plus en détail

Notice d'exploitation

Notice d'exploitation Notice d'exploitation Equipement de Contrôle et de Signalisation incendie ECS 80-4 ECS 80-4 C ECS 80-8 ECS 80-8 C Sommaire Introduction...3 Maintenance...4 Commandes et signalisations utilisateur...6 Commandes...7

Plus en détail

FASCICULE DES BILANS ET COMPTES DE RESULTAT DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCE DU SENEGAL

FASCICULE DES BILANS ET COMPTES DE RESULTAT DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCE DU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SUPERVISION DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

Plus en détail

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes Les besoins sont importants Insuffisance Organique Terminale en Tunisie Rein :

Plus en détail

Sommaire. Le RSA, c est quoi? 4. Qui peut en bénéficier? 5. Mes droits. Mes obligations et engagements. La commission RSA 10

Sommaire. Le RSA, c est quoi? 4. Qui peut en bénéficier? 5. Mes droits. Mes obligations et engagements. La commission RSA 10 mode Notes Sommaire Le RSA, c est quoi? 4 Qui peut en bénéficier? 5 Mes droits l L allocation RSA l L accompagnement Mes obligations et engagements l Mes démarches d insertion l Mes démarches administratives

Plus en détail

Tableau de bord économique du tourisme en Maurienne Hiver 2005/2006

Tableau de bord économique du tourisme en Maurienne Hiver 2005/2006 Tableau de bord économique du tourisme en Maurienne Hiver 2005/2006 Modane, 15 décembre 2006 François VICTOR 1 Les points à traiter Quel bilan pour l activité touristique en Maurienne pour l hiver 2005/2006?

Plus en détail

Contrat d'association avec mise en commun des honoraires

Contrat d'association avec mise en commun des honoraires Les soussignés : Contrat d'association avec mise en commun des honoraires 1) nom, prénom, qualification professionnelle, adresse privée, matricule national, code médecin personnel 2) etc. ont convenu d'établir

Plus en détail

JURISPRUDENCE INTERNATIONALE INTÉRESSANT LA BELGIQUE

JURISPRUDENCE INTERNATIONALE INTÉRESSANT LA BELGIQUE JURISPRUDENCE INTERNATIONALE INTÉRESSANT LA BELGIQUE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME ARRÊT DU 10 FÉVRIER 1983 AFFAIRE ALBERT ET LE COMPTE (*) L article 6 de la Convention de sauvegarde des droits

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures Tél (00228) 22326950/ 22210250 Autoris ations pour : Exercice en qualité de

Plus en détail

Référence: IM67002094

Référence: IM67002094 Commune : Haguenau 67 (aire d étude : Haguenau) Référence: IM67002094 Adresse : Titre de l œuvre : Saint-Georges (rue) Tour eucharistique dite custode du saint sacrement Edifice contenant : église paroissiale

Plus en détail

Les Failles/Attaques de La VoiP. Sécurisation d'un Réseau VoiP. Conclusion

Les Failles/Attaques de La VoiP. Sécurisation d'un Réseau VoiP. Conclusion VoiP Présenté par :Emmanuel NGASSA Supervisé par :Mr Florent Nolot Plan de la présentation Fonctionnement de la VoiP Les Failles/Attaques de La VoiP Sécurisation d'un Réseau VoiP Outils de Test de Vulnérabilité

Plus en détail

MANAGEMENT DES SITUATIONS DE CRISE DE LA STAGNATION A LA CROISSANCE

MANAGEMENT DES SITUATIONS DE CRISE DE LA STAGNATION A LA CROISSANCE MANAGEMENT DES SITUATIONS DE CRISE DE LA STAGNATION A LA CROISSANCE 1 QUELQUES DEFINITIONS 1 CONTEXTE : "ensemble de circonstances dans lesquelles s'insère un fait". CRISE : du grec krisis «décision, jugement»,

Plus en détail

E n q u ê t e s u r l a c t i v i t é 2 0 0 7 d e s d e s i g n e r s e t a r c h i t e c t e s d ' i n t é r i e u r

E n q u ê t e s u r l a c t i v i t é 2 0 0 7 d e s d e s i g n e r s e t a r c h i t e c t e s d ' i n t é r i e u r 04/09/08 E T U D E E n q u ê t e s u r l a c t i v i t é 2 0 0 7 d e s d e s i g n e r s e t a r c h i t e c t e s d ' i n t é r i e u r R é s u l t a t s S om maire 1 Pr é se nt atio n d e l ét ud e...

Plus en détail

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Lot 4: Validation industrielle Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Partenaires Lot 1 Modèle du processus métier L4.1 Modèles PSM Lot 2 Guide d implantation L4.2 Développement & Recette prototype Lot

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail-Liberté-Patrie Autoris ations pour : Exercice

Plus en détail

La Facilitation. une posture adéquate pour accompagner les démarches de développement durable? Lundi 9 novembre 2009

La Facilitation. une posture adéquate pour accompagner les démarches de développement durable? Lundi 9 novembre 2009 Plate-forme E-commerce Alternative La Facilitation une posture adéquate pour accompagner les démarches de développement durable? Lundi 9 novembre 2009 In Principo - 75, boulevard - 75008 PARIS - Document

Plus en détail

^MERCURE HISTORIQUE E T. v i tfet F rh ih ic Jts E h ifi de Ætl. ^ de fteep,' M ois de Janvier 1718. A L A H A Y E, - Ayuntamiento de Madrid

^MERCURE HISTORIQUE E T. v i tfet F rh ih ic Jts E h ifi de Ætl. ^ de fteep,' M ois de Janvier 1718. A L A H A Y E, - Ayuntamiento de Madrid * ^MERCURE HISTORIQUE E T I P O L I T I Q U E, (. tant r^tat de l ' E u r o p e t f 5 «t'/ê ( affe aans toutes les C o u rs, /'Jniérût i/es fir w e if, leu rs Brigues, & géocraiem ent to u t ce ^u il y

Plus en détail

Philippe-Didier GAUTHIER

Philippe-Didier GAUTHIER -Didier Ingénierie, Management, Administration en Éducation et Formation 1 - Parcours professionnel 2 - Projet professionnel 3 - Missions et interventions Portfolio Numérique : - Didier Parcours professionnel

Plus en détail

Interrogez votre sytème à distance grâce au TRANSMETTEUR TÉLÉPHONIQUE INTÉGRÉ. U t i l i s a t i o n assistée par. synthèse vocale

Interrogez votre sytème à distance grâce au TRANSMETTEUR TÉLÉPHONIQUE INTÉGRÉ. U t i l i s a t i o n assistée par. synthèse vocale S y s t è m e d a l a r m e t é l é p h o n i q u e V o c a l P r ê t à p o s e r Interrogez votre sytème à distance grâce au TRANSMETTEUR TÉLÉPHONIQUE INTÉGRÉ U t i l i s a t i o n assistée par synthèse

Plus en détail

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette Tutoriel Infuse Learning Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette 1- Présentation Infuselearning.com est un service web (en ligne) gratuit qui permet aux enseignants de créer des exercices

Plus en détail

parisien de tontine chinoise

parisien de tontine chinoise La Kntine. M. Lelart. Ed. AUPELF-UREF. John Libbey Eurotext. Paris 0 1990, pp. 95-108. 5 Un exemple parisien de tontine chinoise Thierry PAIRAULT CNRS. Centre de recherche et de documentation sur la Chine

Plus en détail

Durée de L épreuve : 2 heures. Barème : Exercice n 4 : 1 ) 1 point 2 ) 2 points 3 ) 1 point

Durée de L épreuve : 2 heures. Barème : Exercice n 4 : 1 ) 1 point 2 ) 2 points 3 ) 1 point 03 Mai 2013 Collège Oasis Durée de L épreuve : 2 heures. apple Le sujet comporte 4 pages et est présenté en livret ; apple La calculatrice est autorisée ; apple 4 points sont attribués à la qualité de

Plus en détail

Des produits chimiques dangereux dans mon secteur d activité? Aucun! Pourquoi?

Des produits chimiques dangereux dans mon secteur d activité? Aucun! Pourquoi? Des produits chimiques dangereux dans mon secteur d activité? Aucun! Pourquoi? Sommaire 1 : L étiquetage d un produit 2 : Comment lire une Fiche de Données de Sécurité? 3 : Les principales substances utilisées

Plus en détail

La virtualisation ou comment délivrer la sécurité en tant t que service, tout t en atteignant ses objectifs business.

La virtualisation ou comment délivrer la sécurité en tant t que service, tout t en atteignant ses objectifs business. La virtualisation ou comment délivrer la sécurité en tant t que service, tout t en atteignant ses objectifs business. Philippe Rondel, Directeur Technique, Check Point. Partenariat Crossbeam Systems fait

Plus en détail

DISPOSITIF EN FAVEUR DU POUVOIR D ACHAT DES FONCTIONNAIRES GIPA 2008

DISPOSITIF EN FAVEUR DU POUVOIR D ACHAT DES FONCTIONNAIRES GIPA 2008 DISPOSITIF EN FAVEUR DU POUVOIR D ACHAT DES FONCTIONNAIRES GIPA 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la Fonction

Plus en détail

POLITIQUE DE CERTIFICATION AUTORITÉ DE CERTIFICATION SFR CERTIFICAT CLIENT

POLITIQUE DE CERTIFICATION AUTORITÉ DE CERTIFICATION SFR CERTIFICAT CLIENT POLITIQUE DE CERTIFICATION AUTORITÉ DE CERTIFICATION SFR CERTIFICAT CLIENT 1.2.250.1.35.25.2.1.2.7.1 1.0 Mai 2011 PUBLIC 1/67 Récapitulatif des éditions Version Date Nom du rédacteur Nature de la modification

Plus en détail

Présentation Bpifrance Prêt Numérique Juin 2015

Présentation Bpifrance Prêt Numérique Juin 2015 Présentation Bpifrance Prêt Numérique Juin 2015 01. Qui nous sommes NÉ EN 2013 Du besoin de simplifier l accès au financement pour les PME, d apporter des réponses globales à leurs besoins financiers,

Plus en détail

pour l amélioration de la qualité de l eau

pour l amélioration de la qualité de l eau Guide des sols pour l amélioration de la qualité de l eau Sommaire ❶ La démarche... 1 ❷ Eléments pédologiques... 3 1) La notion de sol... 3 2) Sols et dynamique de l eau... 3 ❸ Les sols du Bassin Versant

Plus en détail

Si la vie vous intéresse

Si la vie vous intéresse Si la ie ous intéresse paroles: J Pauze musique: J Pauze / M A Lépine ã 160 c c öguiõt aõcous fr ÛÛ ÛÛÛÛÛ ÛÛÛ ÛÛ ÛÛÛÛÛ ÛÛÛ öõbõasse G 3fr fr fr Û Û ÛÛÛ Û Û Û ( ) 3 ~~ ÿ % % J'ais dans ouer un la monde

Plus en détail

Ch.G3 : Distances et tangentes

Ch.G3 : Distances et tangentes 4 e - programme 2011 mathématiques ch.g3 cahier élève Page 1 sur 14 1 DISTC D U PIT À U DRIT Ch.G3 : Distances et tangentes 1.1 Définition ex 1 DÉFIITI 1 : Soit une droite et un point n'appartenant pas

Plus en détail

R u e D e w e z, 4 9 5 0 0 0 N a m u r

R u e D e w e z, 4 9 5 0 0 0 N a m u r R u e D e w e z, 4 9 5 0 0 0 N a m u r N o t r e s i t e i n t e r n e t : h t t p : / / w w w. s s r w. b e o u h t t p : / / s s r w. w a l l o n i e. b e S o m m a i r e Les a ct i v it és d u S er

Plus en détail

Etude du potentiel de développement aux abords des gares du Boulonnais

Etude du potentiel de développement aux abords des gares du Boulonnais Etude du potentiel de développement aux abords des gares du Boulonnais 6 octobre 2011 Atelier des Méthodologies du Foncier EPF Sommaire I. Contexte de l étude et objectifs II. La méthodologie III. Présentation

Plus en détail

T A R IF 6 9-1933 A R T I C L E S DE CHAUFFAGE DE MÉNAGE : : DE BATIMENT DE JARDIN : : FUNÉRAIRES SANITAIRES ET DE CANALISATIONS

T A R IF 6 9-1933 A R T I C L E S DE CHAUFFAGE DE MÉNAGE : : DE BATIMENT DE JARDIN : : FUNÉRAIRES SANITAIRES ET DE CANALISATIONS ULTIMHEAT VIRTUAL MUSEUM A R T I C L E S DE CHAUFFAGE DE MÉNAGE : : DE BATIMENT DE JARDIN : : FUNÉRAIRES SANITAIRES ET DE CANALISATIONS T A R IF 6 9-1933 lïyiilille

Plus en détail

04002-LOR 2004 Mars 2004

04002-LOR 2004 Mars 2004 04002-LOR 2004 LES INTERACTIONS IPSEC/DNS ---ooo--- Abstract :!! "!! $!!! "!! %$ & '( ) * + *, $ $,, $ ---ooo - - *./ 0! 1023224" 4 %- - *5 " 6 " 6 7 6 8./ 0! 1023224" 4 %6 "6 7 5 " - - * Jean-Jacques.Puig@int-evry.fr

Plus en détail

Le son [v] Découpe et colle les images dans la bonne colonne. Prénom : Date : J entends [vi] J entends [va] J entends [vo]

Le son [v] Découpe et colle les images dans la bonne colonne. Prénom : Date : J entends [vi] J entends [va] J entends [vo] Le son [v] Découpe et colle les images dans la bonne colonne. J entends [va] J entends [vo] J entends [vi] J entends [vu] J entends [von] Je n entends pas [v] Le son [v] Ecris O (oui) si tu entends le

Plus en détail

Elargissez l horizon de votre gestion. www.mercator.eu

Elargissez l horizon de votre gestion. www.mercator.eu www.mercator.eu Elargissez l horizon de votre gestion Mercator se profile comme la solution de gestion commerciale et de comptabilité alliant simultanément les avantages de la solution informatique standard

Plus en détail

P h i l h a r m o n i s

P h i l h a r m o n i s Adoptez un nouveau rythme pour vos placements P h i l h a r m o n i s NOTE D INFO R M ATI O N C o n t rat Collectif d assurance sur la vie à adhésion facultative L e s c a r a c t é r i s t i q u e s d

Plus en détail

À travers deux grandes premières mondiales

À travers deux grandes premières mondiales Les éco-i ovatio s, le ouvel a e st at gi ue d ABG À travers deux grandes premières mondiales - éco-mfp, premier système d impression à encre effaçable - e-docstation, premier système d archivage intégré

Plus en détail

Créer et modifier un fichier d'importation SAU avec Excel

Créer et modifier un fichier d'importation SAU avec Excel Créer et modifier un fichier d'importation SAU avec Excel Manuel d'utilisation Date : 26.03.2015 Version: 1.0 Collaborateur /-trice : Urs Matti Statut : en cours d élaboration validé Classification : public

Plus en détail

PROBABILITES ET STATISTIQUE I&II

PROBABILITES ET STATISTIQUE I&II PROBABILITES ET STATISTIQUE I&II TABLE DES MATIERES CHAPITRE I - COMBINATOIRE ELEMENTAIRE I.1. Rappel des notations de la théorie des ensemble I.1.a. Ensembles et sous-ensembles I.1.b. Diagrammes (dits

Plus en détail

Filtres passe-bas. On utilise les filtres passe-bas pour réduire l amplitude des composantes de fréquences supérieures à la celle de la coupure.

Filtres passe-bas. On utilise les filtres passe-bas pour réduire l amplitude des composantes de fréquences supérieures à la celle de la coupure. Filtres passe-bas Ce court document expose les principes des filtres passe-bas, leurs caractéristiques en fréquence et leurs principales topologies. Les éléments de contenu sont : Définition du filtre

Plus en détail

ORGANISATION. LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE POUR LA MISE EN VALEUR DU. FLEUVE SÉNÉGAL .,,_.,...,,... ,... Il r r ' C fi. ;f rlfcii - 1ntr...,..

ORGANISATION. LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE POUR LA MISE EN VALEUR DU. FLEUVE SÉNÉGAL .,,_.,...,,... ,... Il r r ' C fi. ;f rlfcii - 1ntr...,.. F.A.C. D'AIDE ET DE COOPÉRATION ORGANISATION. LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE POUR LA MISE EN VALEUR DU. FLEUVE SÉNÉGAL.,,_.,...,,...,..... Il r r ' C fi. ;f rlfcii - ntr...,.., D'EX~CUTION DU BARRAGE DE Marché

Plus en détail

!" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $'

! #$#% #& ' ( &)(*% * $*' )#*(+#%(' $#),)- '(*+.%#'#/* ') $' !" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $' &!*#$)'#*&)"$#().*0$#1' '#'((#)"*$$# ' /("("2"(' 3'"1#* "# ),," "*(+$#1' /&"()"2$)'#,, '#' $)'#2)"#2%#"!*&# )' )&&2) -)#( / 2) /$$*%$)'#*+)

Plus en détail

logo QUI SUIS-JE? WEB DESIGN PARIS ET PARTOUT EN FRANCE!

logo QUI SUIS-JE? WEB DESIGN PARIS ET PARTOUT EN FRANCE! logo QUI SUIS-JE? PARIS ET PARTOUT EN FRANCE! WEB DESIGN Découvrez tous mes travaux sur mon site internet et pour plus d informations sur mes prestations contactez-moi. IDENTITÉ QUI SUIS-JE? ÉDITION ILLUSTRATION

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail

COMPTE-RENDU COMMISSION NATIONALE «SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL» Du mardi 19 mars 2013

COMPTE-RENDU COMMISSION NATIONALE «SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL» Du mardi 19 mars 2013 COMPTE-RENDU COMMISSION NATIONALE «SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL» Du mardi 19 mars 2013 Participants : M. Stéphane BURON Directeur Relations Sociales Mme Karine TILLIER Responsable Relations Sociales M.

Plus en détail

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Guide SEPA Paramétrage Axe Informatique Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Installation Paramétrage Développement Formation Support Téléphonique Maintenance SEPA Vérification du paramétrage des applications

Plus en détail

É í í Ö í í í Í ÍÍ Á Á ó Á Í ü í Ü Ü É É í í É ü TXUOGNAGE Courir ]Tst D u s p o r t a u t o m o b i ldea n s1 e s p a y sd e ' E s t i... D a n sn o t r e e n t o u r a g eq, u a n dn o u s e n p a r

Plus en détail

Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud

Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud Eddy Caron, Frédéric Desprez, Adrian Muresan, Frédéric Suter To cite this version: Eddy Caron, Frédéric Desprez, Adrian

Plus en détail

EMUNERATIONS ET CHARGES ACCESSOIRES UTRES CONDITIONS DE TRAVAIL UTRES CONDITIONS DE VIE RELEVANT DE L'ENTREPRISE

EMUNERATIONS ET CHARGES ACCESSOIRES UTRES CONDITIONS DE TRAVAIL UTRES CONDITIONS DE VIE RELEVANT DE L'ENTREPRISE Ce document, soumis pour avis au Comité Central d'entreprise lors de la réunion du 10 mai 2012, constitue le Bilan Social 2011 de la Société. Sommaire 1 - E MPLOI (p.3) 2 - R EMUNERATIONS ET CHARGES ACCESSOIRES

Plus en détail

HP Software. Supervision du SI orientée. environnements IT complexes

HP Software. Supervision du SI orientée. environnements IT complexes HP Software Supervision du SI orientée Click to edit Master services dans des subtitle style environnements IT complexes 2 0 0 8 He wle tt-pa cka rd De v e lopm e nt Compa ny, L.P. The informa tion conta

Plus en détail

SOMMAIRE. RH-28 édit. 01.2011

SOMMAIRE. RH-28 édit. 01.2011 COMPTE ÉPARGNE TEMPS (CET) Applicable à partir du 1 er Janvier 2009 SOMMAIRE DISPOSITIONS COMMUNES A quoi sert un CET? Qui peut alimenter un CET? Qu est-ce que le CET? Comment alimenter son CET, Quelle

Plus en détail

La borne prévention un outil de communication innovant en santé et sécurité au travail

La borne prévention un outil de communication innovant en santé et sécurité au travail La borne prévention un outil de communication La borne prévention, un outil de communication Edito Parce qu il est impor tant de sensibiliser régulièrement les salariés aux bonnes pratiques en santé et

Plus en détail

logiciels Reconnus d Intérêts Pédagogiques, encyclopédies, dictionnaires, manuels scolaires,... ;

logiciels Reconnus d Intérêts Pédagogiques, encyclopédies, dictionnaires, manuels scolaires,... ; Les m od es d u tilisation d e l A ctiv board et d A ctiv stu d io M od e 1 A ctiv board, La palette g raph iq u e et sa sou ris...p2 A ctiv stu d io O u tils et g rand s principes...p3 M od e 2 A ctiv

Plus en détail

Visioconférence et télétravail: état des lieux

Visioconférence et télétravail: état des lieux Visioconférence et télétravail: état des lieux Forum des Usages Coopératifs Brest 30 juin 2010 1 2 Une période clé pour les téléservices Évolution des mentalités Prise de conscience écologique Prise de

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION

Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION 1 Introduction Conception d une base de données Domaine d application complexe : description abstraite des concepts indépendamment de leur implémentation sous

Plus en détail

CENTRE DE REPA S S AG E COMBINÉ PRESSING M o d.5 4 3 0

CENTRE DE REPA S S AG E COMBINÉ PRESSING M o d.5 4 3 0 N OTICE D EMPLOI Lire attentivement ce mode d emploi et le conserv e r. CENTRE DE REPA S S AG E COMBINÉ PRESSING M o d.5 4 3 0 TABLE A REPA S S E R AVEC GÉNÉRATEUR INTÉGRÉ 11. Description du centre de

Plus en détail