L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s /0 3 /0 7

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7"

Transcription

1 L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s /0 3 /0 7

2 L Ergonomie?

3 Etymologie S o n n o m p ro v e n a n t d u g re c e rg o n (travail) e t n o m o s (lois) p o u r d é s ig n e r la s c ie n c e d u tra v a il, l e rg o n o m ie e s t u n e d is c ip lin e q u i u tilis e u n e a p p ro c h e s y s té m iq u e (= g lo b a lité e t c o m p le x ité d u s y s tè m e )d a n s l é tu d e d e to u s le s a s p e c ts d e l a c tiv ité h u m a in e. C a r l e rg o n o m ie p ré c o n is e u n e a p p ro c h e h o lis tiq u e (= approche globale) q u i tie n t c o m p te d e fa c te u rs - p h y s iq u e s, - c o g n itifs, - s o c ia u x, - o rg a n is a tio n n e ls, - e n v iro n n e m e n ta u x, e tc... Il e s t fré q u e n t q u e le s e rg o n o m e s œ u v re n t d a n s d e s s e c te u rs é c o n o m iq u e s o u d e s d o m a in e s p a rtic u lie rs.

4 Dis tinction D is tin c tio n e n tre P s y c h o lo g ie d u tra v a il e t E rg o n o m ie : P s y c h o lo g ie d u tra v a il: a d a p te r l h o m m e a u tra v a il E rg o n o m ie : a d a p te r le tra v a il à l h o m m e, c e s t l a d a p te r s e lo n c e rta in e s rè g le s (n o m o s ) C f définition de l AIE (Association Internationale d E rgonomie), de la S E LF (S ociété d E rgonomie de Langue Française), définition de A. WIS NE R, DANIE LLOU, LAVILLE, etc

5 E rg o n o m ie d e c o n c e p tio n E rg o n o m ie d e c o rre c tio n o u d a d a p ta tio n E rg o n o m ie p h y s iq u e / p h y s io lo g iq u e E rg o n o m ie c o g n itiv e E rg o n o m ie o rg a n is a tio n n e lle E rg o n o m ie e t u tilis a b ilité E rg o n o m ie d e s s ite s w e b s

6 E rg onomie de conception: M é th o d e s d e rg o n o m ie in té g ré e, d è s l é ta p e in itia le d u n p ro je t d e c o n c e p tio n, c e s t u n e a p p ro c h e q u i la is s e u n e p la c e p ré p o n d é ra n te à l u tilis a te u r. Ergonomie de correction ou d adaptation: M é th o d e s d e rg o n o m ie d o n t le b u t e s t d e d é c e le r p u is d e c o rrig e r le s d y s fo n c tio n n e m e n ts.

7 Ergonomie physique / phys iologique: o n s in té re s s e a u x c o n tra in te s p h y s iq u e s te lle s q u e : la c h a rg e p h y s iq u e, le s T ro u b le s M u s c u lo -S q u e le ttiq u e s (T M S ), le b ru it, le s v ib ra tio n s, le s fo rte s te m p é ra tu re s e t le s c o n tra s te s th e rm iq u e s, la p re s s io n, l e le c tric ité, le s s u b s ta n c e s to x iq u e s, le s p o s tu re s d e tra v a il, e tc

8 Ergonomie physique / phys iologique: - F o c u s : le s fa c te u rs e n v iro n n e m e n ta u x «n u is ib le s», d o n c e x te rn e s à l in d iv id u. - E ffe ts à : c o u rts te rm e s (fa tig u e, irrita b ilité ), m o y e n s te rm e s (T M S, a c c id e n ts ), lo n g s te rm e s (b ie n -ê tre c o lle c tif, c lim a t d e n tre p ris e ).

9 Trois types d ergonomie Ergonomie physique / phys iologique: - Q u e lq u e s n u is a n c e s p h y s iq u e s : le b ru it: s e u il d e c o n v e rs a tio n = 5 0 d B s e u il d e n o c iv ité = 8 5 d B s e u il d e d o u le u r = d B la c h a le u r: d é s h y d ra ta tio n (p e rte > 5 % d u v o lu m e d e a u ), a u g m e n ta tio n d u d é b it s a n g u in v a ria tio n d u ry th m e c a rd ia q u e,

10 Ergonomie phys ique / phys iologique: a u g m e n ta tio n d e la s u d a tio n + h y p o th e rm ie, ra le n tis s e m e n t m o te u r e t c o g n itif é p u is e m e n t th e rm iq u e e t ris q u e s d A c c id e n t d u T ra v a il (A T ). le s p o s tu re s a u tra v a il: lo m b a lg ie s, te n d in ite, b u rs ite (in fla m m a tio n d e s b o u rs e s s é re u s e s e n tre te n d o n s e t o s ), s y n d ro m e d u c a n a l c a rp ie n, e tc

11 Ergonomie phys ique / phys iologique: la m a n u te n tio n : o n s e ré fè re à l é q u a tio n d e L e v e r d e C h a rg e o u l é q u a tio n d u N IO S H (N a tio n a l In s titu e o f O c c u p a tio n a l S a fe ty a n d H e a lth ). L a C M A (C h a rg e M a x im a le A d m is s ib le ): C M A [k g ] = F P x F H x F V x F D x F F x F A x F I p a r e x e m p le : F P e s t fix é à 2 3 k g

12 Ergonomie cognitive: L e te rm e d 'E rg o n o m ie c o g n itiv e (E C ) a p p a ra î t d a n s le s a n n é e s 8 0 ( : T h o m a s G R E E N e t G e rrit V a n D e r V E E R ). E lle e s t is s u e d u c o u ra n t (H C I) : H u m a n -C o m p u te r In te ra c tio n (a n n é e s 6 0 ). C e s t u n e a p p ro c h e c e n tré e s u r l h o m m e, à l in v e rs e d u G é n ie C o g n itif q u i e s t c e n tré s u r la m a c h in e. L O B J E C T IF d e l e rg o n o m ie c o g n itiv e : re n d re c o m p a tib le le fo n c tio n n e m e n t d e s s y s tè m e s e t d e s c o n d itio n s d e tra v a il a v e c le fo n c tio n n e m e n t h u m a in, p a r l'é tu d e d e s R E P R É S E N T A T IO N S e t d e s A C T IV IT É S D E T R A IT E M E N T d e l'in fo rm a tio n.

13 Ergonomie cognitive: L e rg o n o m ie c o g n itiv e p ré s u p p o s e la c o n n a is s a n c e d e s p ro c e s s u s c o g n itifs, c o m m e la p e rc e p tio n, l a tte n tio n, la m é m o ire. P e rc e p tio n : - C o n n a ître le s c a ra c té ris tiq u e s d e s m o d a lité s s e n s o rie lle s q u i lim ite n t la p e rfo rm a n c e. - E tu d ie r le s c o n d itio n s d e s la p e rfo rm a n c e p e rc e p tiv e. A tte n tio n : - A tte n tio n s é le c tiv e : c a p a c ité à d is c rim in e r d e s s tim u li, le s c o n tra in te s a tte n tio n n e lle s (fa tig u e ). - A tte n tio n p a rta g é e : p o s s ib ilité o u p a s d e ffe c tu e r p lu s ie u rs tâ c h e s à la fo is, d é g ra d a tio n d e la p e rfo rm a n c e p o u r c e rta in e s tâ c h e s.

14 Ergonomie cognitive: M é m o ire : - C o n n a ître le fo n c tio n n e m e n t e t le s c o n tra in te s d e s d iffé re n ts ty p e s d e m é m o ire (M S : M é m o ire S é m a n tiq u e, M T : M é m o ire d e T ra v a il, M L T : M é m o ire à lo n g te rm e. - C o n n a ître le s d iffé re n te s m é m o ire s e n fo n c tio n d u c o n te n u à m é m o ris e r (E p is o d iq u e, S é m a n tiq u e, P ro c é d u ra le, Im a g é e, e tc ) - R é c u p é re r d e l in fo rm a tio n.

15 Ergonomie cognitive: C o g n itio n e n s itu a tio n : - A c tiv ité s d e R é s o lu tio n d e p ro b lè m e s, - A c tiv ité s d e d ia g n o s tic, - C a p a c ité à ra is o n n e r, - P la n ific a tio n, - P ris e d e d é c is io n. C o g n itio n e n s itu a tio n : - D is trib u tio n d e l in fo rm a tio n, - A ttrib u tio n d e s tâ c h e s, - C o m m u n ic a tio n.

16 Ergonomie cognitive: L e s a c tiv ité s h u m a in e s p e u v e n t ê tre re g ro u p é e s e n fo n c tio n d e la p ré p o n d é ra n c e d e c e rta in s p ro c e s s u s, p a r e x e m p le : la ta x o n o m ie o u c la s s ific a tio n d e B E R L IN E R e t a l. ( ). - P ro c e s s u s d e tra n s fo rm a tio n d e s in fo rm a tio n s (c a lc u le r, tra d u ire, a n a ly s e r, c h o is ir, ) - P ro c e s s u s d e c o m m u n ic a tio n (d o n n e r d e s c o n s e ils, ré p o n d re, in fo rm e r, ) - P ro c e s s u s m o te u rs (fe rm e r, a p p u y e r, s y n c h ro n is e r, ).

17 Ergonomie cognitive: Etude de la fiabilité L e rg o n o m ie c o g n itiv e p e u t p a s s e r p a r l é tu d e d e la fia b ilité, e t p o u rq u o i s y in té re s s e r? P a rc e q u e c e s t s o u v e n t lo rs q u il y a u n p ro b lè m e q u o n fa it a p p e l à u n p s y c h o lo g u e /e rg o n o m e. O b je c tif d e l in te rv e n tio n e s t d e c o m p re n d re e t p a lie r l o rig in e d e s d é fa illa n c e s.

18 Erg onomie cog nitive: Etude de la fiabilité A fin d a s s u re r la fia b ilité e t la s é c u rité d e s s y s tè m e s, v a é tu d ie r le s E R R E U R S. S e lo n P A P E R T ( ): «L e s e rre u rs n o u s s o n t p ro fita b le s p a rc e q u e lle s n o u s a m è n e n t à e x a m in e r c e q u i s e s t p a s s é, à c o m p re n d re c e q u i n a p a s m a rc h é e t, à p a rtir d e là, à re m e ttre le s c h o s e s e n o rd re L e rre u r fa it p a rtie in té g ra n te d u p ro c e s s u s d e c o m p ré h e n s io n». M é th o d e s : l A n a ly s e h ié ra rc h iq u e d e tâ c h e s, A n a ly s e d e s e rre u rs e n fo n c tio n d e c h a q u e é ta p e d e tra ite m e n t (M o d è le d e R a s m u s s e n ),

19 Ergonomie cognitive: Etude de la fiabilité L A n a ly s e h ié ra rc h iq u e d e tâ c h e s (A N N E T T e t D U N C A N e n ). E x e m p le d A H T : Retirer X Faire 1,2,3,4 du cpte chèque Faire 1.1, S identifier 2- Choisir le compte 3- Spécifier le montrant 4- Exécuter le retrait 1.1 Insérer sa carte 1.2 Entrer son NIP

20 Ergonomie cognitive: Etude de la fiabilité S tru c tu re h ié ra rc h iq u e d e s tâ c h e s -N iv e a u x d a b s tra c tio n d e b u ts e t s o u s - b u ts, - P ro c é d u re s - m o d e s o p é ra to ire s, - P rim itiv e s d a c tio n. A H T e s t s o u v e n t c o u p lé a v e c l e n tre tie n «P O U R Q U O I» - «C O M M E N T» d e S e b illo tte ( ), c a d q u e «P o u rq u o i» re n v o ie à d e s n iv e a u x re p ré s e n ta tio n n e ls q u i v is e n t à o b te n ir le s b u ts e t in te n tio n s d e

21 B ibliog raphie d Erg onomie cog nitive: HOC, J.M. (1990) La psychologie Cognitive ergonomique face aux nouvelles technolog ies. LEPLAT, J. (1993). L analyse psychologique du travail, Quelques jalons his toriques. Le travail Humain, tome 56, N 2-3, pp Le travail Humain, tome 56, Le travail Humain, tome 54, N 4, Ps ycholog ie français e, N 40-1, 1995, 1-2.

22 Ergonomie organis ationnelle: L a n a ly s e p s y c h o lo g iq u e d u tra v a il, c e n tré e s u r l a n a ly s e d e la tâ c h e e t s u r l a n a ly s e d e l a c tiv ité. cf. Leplat (1997). Regards s ur l activité en s ituation de travail : Une contribution à la ps ycholog ie erg onomique. PUF.

23 Erg onomie et utilis abilité: L u tilis a b ilité n a p a s d e d é fin itio n u n iq u e, m a is p lu tô t d e s d é fin itio n s e n fo n c tio n d e la m a n iè re d o p é ra tio n n a lis e r (m e s u re r) c e tte n o tio n. C e tte n o tio n d a te d e s a n n é e s 8 0, a v e c le s p re m iè re s te n ta tiv e s d e d é fin itio n d e S h a k e l, E a s o n. P u is, N o rm a n, K a ra t e t B e n n e t q u i o n t u n e c o n c e p tio n c e n tré e u tilis a te u r. L u tilis a b ilité p e u t s e d é fin ir s e lo n p lu s ie u rs c ritè re s : - E ffic a c ité : c a p a c ité d u n d is p o s itif à a tte in d re u n o b je c tif d o n n é, - E ffic ie n c e : c a p a c ité d e p ro d u ire u n e tâ c h e d o n n é e a v e c le m in im u m d e ffo rts, - S a tis fa c tio n : p la is ir re s s e n ti lo rs d e l u tilis a tio n d u p ro d u it, - A p p re n a b ilité /m é m o ris a tio n : a p p re n a b ilité o u fa c ilité d a p p re n tis s a g e

24 Erg onomie et utilis abilité: L u tilis a b ilité p e rm e t d e ré p o n d re à d e s b e s o in s s p é c ifiq u e s (p e rs o n n e s h a n d ic a p é e s, p e rs o n n e s à m o b ilité ré d u ite, U n e c o n c e p tio n c e n tré e s u r l u tilis a te u r: - In n o v a tio n p a r l u s a g e Il s a g it d u n p a ra d ig m e q u i re p o s e s u r l e n g a g e m e n t d e s u s a g e rs. A in s i, l o b je t d e l in n o v a tio n ré p o n d p ré c is é m e n t a u x b e s o in s d e l u s a g e r. Il p re n d e n c o m p te l a p p re n tis s a g e p a r l u s a g e (o u le a rn in g -b y -u s in g ) e t le c a ra c tè re s itu é c e s t-à -d ire l e n v iro n n e m e n t, le c o n te x te d a n s le q u e l s e d é ro u le c e t u s a g e. Il c o rre s p o n d é g a le m e n t a u fa it q u e la c o n n a is s a n c e d u c o n c e p te u r «c o lle» à c e lle d e l u tilis a te u r, c e la s ig n ifie u n e c o o rd in a tio n e n tre l u s a g e r e t le c o n c e p te u r, e t u n e c o o rd in a tio n s itu é e -d is trib u é e. P o u r re n d re c e la p o s s ib le, il e s t n é c e s s a ire q u e l u s a g e r s o it a c te u r d e l in n o v a tio n, q u il in te ra g is s e a v e c le c o n c e p te u r, s o u s la fo rm e d e c o lla b o ra tio n. C e tte c o lla b o ra tio n u s a g e r-c o n c e p te u r s i e lle s e ffe c tu e s o u s e n te n d q u il s e p a s s e d e s p h a s e s d a d a p ta tio n e t d e re c o n c e p tio n.

25 Erg onomie et utilis abilité: La boucle us ag e-adaptation-reconception E lle s a rtic u le s e lo n tro is n o tio n s : Us age : é ta n t la p ra tiq u e c la s s iq u e d u n p ro d u it d a n s u n c o n te x te s o c ia l d é te rm in é. Adaptation: é ta n t la ré p o n s e c o m p o rte m e n ta le d a ju s te m e n t a u p ro d u it. E lle s e c a ra c té ris e p a r la m o d ific a tio n d e la c o n d u ite d e l u s a g e r, v is a n t à l a m é n a g e m e n t d e l u s a g e. Reconception : é ta n t la ré p o n s e te c h n o lo g iq u e d a ju s te m e n t à l u s a g e. C e la c o rre s p o n d à la m o d ific a tio n p a r le c o n c e p te u r d e s c o n d itio n s d u s a g e d u p ro d u it. R e c o n c e p tio n U s a g e A d a p ta tio n

26 Erg onomie et utilis abilité: La boucle us ag e-adaptation-reconception D o n c u n e m o d ific a tio n v is a n t à s a tis fa ire le s e x ig e n c e s d e l u s a g e r. P o u r c e q u i c o n c e rn e le s a p p lic a tio n s o u u tilis a tio n s p o s s ib le s d e c e c o n c e p t, n o u s d is tin g u o n s n o ta m m e n t, le fa it q u e l u tilis a te u r e t le c o n c e p te u r d o iv e n t ê tre e n c o n ta c t. C e tte a p p ro c h e e rg o n o m iq u e c e n tré e s u r l u s a g e, m e ttra le fo c u s s u r l e ffic a c ité (le fa it q u e le p ro d u it p e rm e tte d a tte in d re l o b je c tif e s c o m p té ), l a p p re n a b ilité (le fa it q u e le p ro d u it s o it fa c ile à a p p re n d re ) e t l e ffic ie n c e (le fa it d e p ro d u ire le m in im u m d e ffo rt lo rs d e l e x é c u tio n ). T o u t c e la, d a n s l o p tiq u e d o p tim is e r l e ffic a c ité, le c o n fo rt, la s a tis fa c tio n d u p ro d u it, a in s i q u e d e fa ire e n s o rte q u e le s c o n tra in te s s o ie n t le s p lu s fa ib le s p o s s ib le s.

27 Erg onomie et utilis abilité: Principes d évaluation: - L e s e n q u ê te s d u s a g e : te s ts d u s a g e e n la b o ra to ire a v e c o b s e rv a tio n d e s u tilis a te u rs, o b s e rv a tio n d e la ré a lité, rô le d u c o n te x te,e n tre tie n, q u e s tio n n a ire, p a r e x e m p le le P e rg o la b à M e tz. - L e s m é th o d e s c ré a tiv e s : te c h n iq u e s p a rtic ip a tiv e s q u i a s s o c ie n t le s u tilis a te u rs à la c o n c e p tio n m ê m e d e s p ro d u its. - e tc

28 Ergonomie des sites webs: L e s c ritè re s e rg o n o m iq u e s : B A S T IE N, S C A P IN C e s c ritè re s s o u lig n e n t le s c o n d itio n s à m e ttre e n œ u v re, le s c a ra c té ris tiq u e s à p re n d re e n c o m p te p o u r fa ire d e s in te rfa c e s a d a p té e s a u x u tilis a te u rs, à le u rs tâ c h e s e t à le u rs b e s o in s.

29 Ergonomie des s ites webs: L e s c ritè re s e rg o n o m iq u e s : B A S T IE N, S C A P IN - G u id a g e - C h a rg e d e tra v a il - C o n trô le e x p lic ite - A d a p ta b ilité - G e s tio n s d e s e rre u rs - H o m o g é n é ité /c o h é re n c e - S ig n ifia n c e d e s c o d e s e t d é n o m in a tio n s - C o m p a tib ilité

30 Ergonomie des sites webs: V o ir le s s ite s d e : - u s e rn o m ic s.c o m - U P A (U s a b ility P ro fe s s io n a ls A s s o c ia tio n ) - W A I (W e b A c c e s s ib ility In itia tiv e ) - W 3 C (W o rld W id e W e b C o n s o rtiu m ) - IH M E rg o IA S E L F

31 Merci

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

A pprendre à ra is onner à l'éc ole

A pprendre à ra is onner à l'éc ole A pprendre à ra is onner à l'éc ole l'e x e m p le d e la g é o m é trie C liq u e z p o u r m o d ifie r le s ty le d e s s o u s -titre s d u m a s q u e Thierry DIAS, HEP Lausanne thierry.dias@hepl.ch

Plus en détail

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010 Présentation de la formation au Certificat d aptitude d professionnelle pour les aides spécialis cialisées, les enseignements adaptés s et la scolarisation des élèves en situation de handicap CAPA-SH Promotion

Plus en détail

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques?

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? C a fé E u ro p e D é b a t Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? O rig ine S oc ia le des E lus O rig ine S oc ia le des D éputés en 2007 E n % O rig ine s oc ia le des M a ires

Plus en détail

PROJET CONCERNANT LE MAINTIEN LA RENOVA-èlON ET LA RESTAURATION DE L'IMMEUBLE SIS AU 4-0 RUE DE LA GOUTTE D'OR PAR UN CHANTIER DE JEUNES

PROJET CONCERNANT LE MAINTIEN LA RENOVA-èlON ET LA RESTAURATION DE L'IMMEUBLE SIS AU 4-0 RUE DE LA GOUTTE D'OR PAR UN CHANTIER DE JEUNES PARS GOUTTE D'OR "VVRE A LA GOUTTE D OR" 9 rue des Gardes - 75011 2 7. R U E D E C HARTRES 75018 PARS C.C.P. PARS 22 41709 W Ê k p P PROJET CONCERNANT LE MANTEN LA RENOVA-èlON ET LA RESTAURATON DE L'MMEUBLE

Plus en détail

SOCIETE DES NATIONS. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE

SOCIETE DES NATIONS. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE SOCIETE DES NATIONS Communiqué au Conseil G. 495 1925 I. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 VjLLE LIBRE DE DaNTSIG. DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE POSTAL POLONAIS i. Note du Gouvernement

Plus en détail

t 5 -? 5-5 f M O D.221

t 5 -? 5-5 f M O D.221 6 6-3 X t 5 -? 5-5 f L E B A R R A G E D E L IX H E M O D.221 P R E M IE R R A P P O R T T A B L E DES M A T IE R E S. P a g e IN T R O D U C T IO N I. L E M O D E L E. 3 II. -L E S ESSAIS. 4 1) N iv e

Plus en détail

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre P ro to c o le d e la re n c o n tre C h a m p io n a t r é g io n a le c o m ité Ile -d e -F r a n c e P ic a r d ie 2 9 a v r l 2 0 0 7 P is c in e d e N o g e n t s u r M a r n e 19:35 P ro to c o le

Plus en détail

S A L L E D E L A M A I R I E

S A L L E D E L A M A I R I E M e J é r ô m e G A R N I E R -2 1 R u e d e B a r b e n t a n e F 7 6 3 4 0 B L A N G Y S U R B R E S L E C A T A L O G U E D E L A V E N T E A U X E N C H E R E S P U B L I Q U E S D im a n c h e 1 3

Plus en détail

G roupe G T : 16 retom bées. M é d ia D ate S u jet

G roupe G T : 16 retom bées. M é d ia D ate S u jet RETOM BEES PRESSE 2011 Cam pagne presse GT G roupe G T : 16 retom bées P re sse é crite n a tio n a le : ECHANGES janvier 2011 Partenariat Em m aüs ECHANGES avril 2011 In terview J.ISN A R D Presse écrite

Plus en détail

6 è m e M e e tin g In te rn a tio n a l d e N A P "J e a n B U N O Z "

6 è m e M e e tin g In te rn a tio n a l d e N A P J e a n B U N O Z P r o t o c o l e d e l a r e n c o n t r e 6 è m e M e e t in g In t e r n a t io n a l d e N A P " J e a n B U N O Z " 2 e t 3 j u in 2 0 0 7 A N T IB E S 17 :09 P ro to c o le ré c a p itu la tif d

Plus en détail

L'oral dans les apprentis s ages mathématiques au cycle 2

L'oral dans les apprentis s ages mathématiques au cycle 2 L'oral dans les apprentis s ages mathématiques au cycle 2 1 Entrée dans l'activité mathématique «Il fa u t v e ille r à c e q u e le s d iffic u lté s d e le c tu re n e v ie n n e n t p a s g ê n e r

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

Consultation MED07 Campagne 2009

Consultation MED07 Campagne 2009 A L C O O L E T H Y L IQ U E 7 0 - IN C O L O R E C la s s e S O L U T E S M A S S IF S 2 A L C O O L E T H Y L IQ U E 9 0-000 M L C la s s e S O L U T E S M A S S IF S 3 A L C O O L E T H Y L IQ U E M

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

Dauendorf 67 (aire d étude : Haguenau)

Dauendorf 67 (aire d étude : Haguenau) Commune : Dauendorf 67 (aire d étude : Haguenau) Référence: IA00061638 Adresse : Titre de l œuvre : Etoile (rue de I') 5 Ferme Cartographie : Cadastre : Lamberti ; 0990050 ; 1139380 1898 2 67 Dossier :

Plus en détail

LES TUTORIAUX D ASTROPLANETES. Monter sa lunette Mise en station d une monture équatoriale Premiéres observations

LES TUTORIAUX D ASTROPLANETES. Monter sa lunette Mise en station d une monture équatoriale Premiéres observations LES TUTORIAUX D ASTROPLANETES Monter sa lunette Mise en station d une monture équatoriale Premiéres observations La lunette astronomique La Luxiere est concentrée par un objectif vers un foyer L'image

Plus en détail

SOCKETS M-S EATI0fl3.

SOCKETS M-S EATI0fl3. SOCKETS M-S EATI0fl3. nniott^ ati C o n a s il 0. 2 3 3.2 *171.1921. V I I. ^TamErgs ctê~lâ Société* ~ ' ' ' 15914/13914» Genève, l e 19 j u i l l e t 1921. oouingpt du C o n s e il» A L L IM C E DHÜ3

Plus en détail

Es s ais en vraie g randeur d un nouveau s ys tème de trans fert de G NL s ur le terminal de Montoir-de-B retag ne

Es s ais en vraie g randeur d un nouveau s ys tème de trans fert de G NL s ur le terminal de Montoir-de-B retag ne Es s ais en vraie g randeur d un nouveau s ys tème de trans fert de G NL s ur le terminal de Montoir-de-B retag ne G uillaume R OMBAUT Programme E&P GNL Stockage Une problématique commune à ces concepts

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Traitement des Gaz Acides : E njeux et Nouveaux Développements

Traitement des Gaz Acides : E njeux et Nouveaux Développements Traitement des Gaz Acides : E njeux et Nouveaux Développements J o u r n é e s d u P é tr o le s, P a r is 2 0 2 1 o c to b r e 2 0 0 8 S ommaire Objectifs du traitement des gaz acides P rincipaux procédés

Plus en détail

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s DROIT DE L INTERNET DROIT FRANÇAIS ET EUROPÉEN Céline CASTETS-RENARD Professeur à l'université de Toulouse Capitole 2e édition Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s TABLE DES MATIÈRES P réface...

Plus en détail

S A L L E D E L A M A I R I E

S A L L E D E L A M A I R I E M e J é r ô m e G A R N I E R -2 1 R u e d e B a r b e n t a n e F 7 6 3 4 0 B L A N G Y S U R B R E S L E C A T A L O G U E D E L A V E N T E A U X E N C H E R E S P U B L I Q U E S S a m e d i 1 6 N

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

Conseil Economique D is t r. et Social

Conseil Economique D is t r. et Social N ATIO N S UNIES Conseil Economique D is t r. et Social gfnerale E/1982/3/fidd.43 10 décembre 1987 FRANÇAIS Original, ANGLAIS Prem ière session o rd in a ire de 1988 APPLICATION DU PACTE INTERNATIONAL

Plus en détail

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing THEME: 2008/2009 Introduction Cadre général : 1) Qu est que c est qu un tableau de bord? a) Définitions b) Les rôles essentiels du

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

Haguenau 67 (aire d étude : Haguenau) Lamberti ; 1000490 ; 1138070 19 12 A V 12

Haguenau 67 (aire d étude : Haguenau) Lamberti ; 1000490 ; 1138070 19 12 A V 12 Commune : Haguenau 67 (aire d étude : Haguenau) Référence: IA00061931 Adresse : Titre de l œuvre : Robert Schuman (place) 1 Ecole de commerce (lycée d'enseignement général et technologique d'etat) Cartographie

Plus en détail

Une photocopie de votre pièce d identité

Une photocopie de votre pièce d identité DOSSIER D ADMISSION Madame, Monsieur.. Vous faite une demande d admission à La Clinique les Bruyères pour une hospitalisation complète de 6 semaines. Voici les éléments que doit comporter votre dossier

Plus en détail

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON 1 P LA N 2 Le s d if f é r e n t s m é la n g e s L h is t o ir e d e la p lo n g é e t e k Le s a v a n t a g e s e t le s lim it e s d u t

Plus en détail

DU DROIT BELGE Législation, Doctrine, Jurisprudence

DU DROIT BELGE Législation, Doctrine, Jurisprudence RÉPERTOIRE PRATIQUE DU DROIT BELGE Législation, Doctrine, Jurisprudence D irection scie n tifiq u e R. Andersen, J. du Jardin, P. A. Foriers et L. Sirnont Droit de l enseignement en Communauté française

Plus en détail

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s A u c o m m e n c e m e n t p 2 L A g rém e n t Te c h n iq u e E u ro p ée n p o u r le s S y stèm e s d E ta n c h éité Liq u ide p 4 G a ra n tie déc e n n a le - E x c e p tio n fra n ça ise La rép

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

PLAN D ACCES AU BUREC FORMATION

PLAN D ACCES AU BUREC FORMATION M in is tè re de l E n s e ig n e m e n t T e c h n iq u e et de la F o rm a tio n P ro fe ssio n n e lle C e n tre de B u re a u tiq u e, de C o m m u n ic a tio n et de G e stio n (CBCG) de C O C O D

Plus en détail

Rapport d activité 2014. Validé Conseil d administration du 22/05/2015

Rapport d activité 2014. Validé Conseil d administration du 22/05/2015 Rapport d activité 2014 Validé Conseil d administration du 22/05/2015 Sommaire L activité INFO / CONSEIL : 1. La permanence téléphonique 2. L accueil sans rendez-vous 3. Les mails INFO 4. Le Collectif

Plus en détail

Depuis 1977, pour un avenir en toute confiance

Depuis 1977, pour un avenir en toute confiance Les outils de pilotage de la TPE Comment les concevoir, les aligner et les déployer sur les facteurs clés de succès? Définition Objectifs Limites Tableau de bord de la TPE Ce que l on va dire Systèmes

Plus en détail

Maîtrise Statistique des Processus. Approche opérationnelle

Maîtrise Statistique des Processus. Approche opérationnelle Maîtrise Statistique des Processus Approche opérationnelle But de la formation F o u rn ir d e s é lé m e n ts d e m é th o d o lo g ie p o u r p e rm e ttre a é tu d ia n ts, à l is s u e d e la fo rm

Plus en détail

Valeur ajoutée des Institutions Financières et Produit net bancaire

Valeur ajoutée des Institutions Financières et Produit net bancaire 13 e Colloque de l'association de Comptabilité Nationale Valeur ajoutée des Institutions Financières et Produit net bancaire Jean-Marie Fournier INSEE (DCN) Denis Marionnet Banque de France (SESOF) Introduction

Plus en détail

Table Ronde Francophone des Signataires de l UNEP FI

Table Ronde Francophone des Signataires de l UNEP FI welkom bienvenue Paris 8 juin, 2007 Table Ronde Francophone des Signataires de l UNEP FI 1. Le risque de crédit et le développement durable 2. Guide des risques sociaux et environnementaux liés à la micro

Plus en détail

A. Crabières. URC Paris Nord 09/03/2012 1

A. Crabières. URC Paris Nord 09/03/2012 1 A. Crabières URC Paris Nord 09/03/2012 1 Plan de la présentation Intérêts de la communication Outils de la communication Phases de la communication Exemples URC Paris Nord 09/03/2012 2 INTERETS de la Communication

Plus en détail

Billet du Syndic. P.P. 1052 Le M ont N 142 JUILLET 2010

Billet du Syndic. P.P. 1052 Le M ont N 142 JUILLET 2010 P.P. 1052 Le M ont N 142 JUILLET 2010 J o u r n a l c o m m u n a l d 'i n f o r m a t io n é d ité p a r la M u n ic ip a lit é d u M o n t-s u r - L a u s a n n e R e s p o n s a b le : M. D. G ro s

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

Variabilité et changements clima tiques au Maroc Downs caling pour le nord-es t (zone du projet AC C MA) Drio ue c h Fatim a K a s m i A tik a

Variabilité et changements clima tiques au Maroc Downs caling pour le nord-es t (zone du projet AC C MA) Drio ue c h Fatim a K a s m i A tik a R o y a u m e d u M a ro c S e c ré ta ria t d É ta t a u p rè s d u M in is tè re d e l É n e rg ie, d e s M in e s, d e l E a u e t d e l E n v iro n n e m e n t, C h a rg é d e l E a u e t d e l E n

Plus en détail

Faure le fire ball..rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM. CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI

Faure le fire ball..rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM. CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI Faure le fire ball.rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM RADIATEU R A GAZ BUTANE CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI DESCRIPTION L a p p a re il co m p o rte en u n ensem ble m o b ile sur roues cao utchouc :

Plus en détail

secret télégraphique ci-annexée (voir annexe), le Comité

secret télégraphique ci-annexée (voir annexe), le Comité imande du P ré sid e n t de l a Commission C onsultative des Communications e t du T ransit, le S ecrétaire 'honneur de communiquer aux membres du C o n se il, le Comité ju rid iq u e permanent de l 'O

Plus en détail

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

LA BOURSE DE PARIS. Structure et Organisation

LA BOURSE DE PARIS. Structure et Organisation LA BOURSE DE PARIS Structure et Organisation Introduction Le marché financier se présente comme une composante du marché des capitaux qui permet le financement de l économie, c est le lieu d émission et

Plus en détail

Deux Sujets d inquiétudes

Deux Sujets d inquiétudes 108" ANNEE. N 7. LE NUMERO \ ' t \ a T CENTIM ES DIMANCHE 14 FEVRIER 1937 JOURNAL DE L ARRONDISSEMENT DE SENLIS Paraissant le Dimanche Un an...,... «nais. A nom Huro»i 10 «_A_ IE3 O 1ST TST E l VU ZE IST

Plus en détail

Q uestionnaire r e l a t i f à la sc.nté publique dans le s t e r r i t o i r e s. Le 'îecrétaire Général a l honneur de communiquer aux

Q uestionnaire r e l a t i f à la sc.nté publique dans le s t e r r i t o i r e s. Le 'îecrétaire Général a l honneur de communiquer aux SOCIETE DES MTIOÜÏS OOidLISüION PERI.IaNEIJT.Cj' DES üahdaïs Q uestionnaire r e l a t i f à la sc.nté publique dans le s t e r r i t o i r e s sous mandat, lîote Jü SECRETAIRE GENERAL Le 'îecrétaire Général

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau)

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Commune : Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Référence: IA00061614 Adresse : Titre de l œuvre : Principale (rue) 44 Ferme Cartographie : Cadastre : Lam berti ; 0991920 ; 1135190 1898 2 99 Dossier :

Plus en détail

Passage de grade : ceinture Jaune - Ju-Jitsu

Passage de grade : ceinture Jaune - Ju-Jitsu 27/12/2007 1/26 U.V. N 1 - PRINCIPES FONDAMENTAUX DU JU-JITSU Conditions d'admission : A u c u n e Description : L 'e x a m e n p o r te s u r : - N o e u d d e c e in tu r e - S a lu t --> r its u r e

Plus en détail

Méthode de caractérisation et analyse des sites (trait. enquêtes)

Méthode de caractérisation et analyse des sites (trait. enquêtes) Jeudi 5 janvier 2006 LCPC Nantes Méthode de caractérisation et analyse des sites (trait. enquêtes) Bernard Naquin LRPC de Lyon 25 avenue François Mitterrand 69500 - Bron Tél. 04 72 14 32 35 Fax 04 72 14

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL D is t r. GENERALE E /1980/ 6/A d d.23 5 mars 1981 FRANÇAIS ORIGINAL : ESPAGNOL APPLICATION DU PACTE INTERNATIONAL RELATIF AUX DROITS ECONOMIQUES, SOCIAUX ET

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

68 (aire d étude : Wittenheim)

68 (aire d étude : Wittenheim) Commune : Pfastatt 68 (aire d étude : Wittenheim) Référence: IA00050934 Titre de l œuvre : Ville Cartographie : Lambert2 ; 0971500 ; 0972460 ; 2320140 ; 2319000 Cadastre : 1980 1 A 30 Dossier : (c) Inventaire

Plus en détail

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT DEVENEZ UN SIMPLYEXPERT Bonjour, N o u s s o m m e s l e s créate ur s du site Inte r net : ht tp://www.simplyla nd.com D e p u i s p r è s d e 2 a ns, notre je une équipe déve loppe un site Inte r net

Plus en détail

ANIMATION PEDAGOGIQUE GESTE GRAPHIQUE GESTE D ECRITURE

ANIMATION PEDAGOGIQUE GESTE GRAPHIQUE GESTE D ECRITURE CIRCONSCRIPTION DE STRASBOURG 5 Régine Ballandras CPC Martin Arlen IEN ANIMATION PEDAGOGIQUE GESTE GRAPHIQUE GESTE D ECRITURE 26 novembre 2008 Ecole Jacqueline 3 décembre 2008 Ecole Langevin 2 La conquête

Plus en détail

Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris

Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris 1 Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris Catherine MAZOLLIER - GRAB référente régionale PACA en légumes biologiques avec la collaboration de Abderraouf SASSI, technicien

Plus en détail

lq â * A n n ô a. N" 1 5 LE NUMÉRO TNÇTicENTlJsjjq D i m a a t h e 1 2 A v r il 1 6 3 1

lq â * A n n ô a. N 1 5 LE NUMÉRO TNÇTicENTlJsjjq D i m a a t h e 1 2 A v r il 1 6 3 1 lq â * n n ô a. N" 1 5 LE NUMÉRO TNÇTicENTlJsq D i m a a t h e 1 2 v r il 1 6 3 1 JOURNL DE L RRONC SSEMENT DE SENLIS L'OISE On an... Six mol*. 7B O ZIST ïst TES 1VT IEJ 3ST T S 0% BurïSUJ P* Po»t«! Ou

Plus en détail

ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur

ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur Des syllables avec r ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur ra re ri ro ru ré rê rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur ru ar ro ir Des syllables

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

Rapport Extra-Financier du fonds SG MONETAIRE ISR au 31/03/2012

Rapport Extra-Financier du fonds SG MONETAIRE ISR au 31/03/2012 Rapport Extra-Financier du fonds SG MONETAIRE ISR au 31/03/2012 Page 1 Une sélection ESG intégrée au processus d investissement 1 Définition de l univers d investissement Univers d investissement Indice

Plus en détail

L A CONGRÉGATION D E SA IN T -M A U R ET LE R E N O U V E A U A R C H ITEC TU R A L D U M ONACHISM E DANS LES ABBA Y ES D U BA S-LANGUED O C

L A CONGRÉGATION D E SA IN T -M A U R ET LE R E N O U V E A U A R C H ITEC TU R A L D U M ONACHISM E DANS LES ABBA Y ES D U BA S-LANGUED O C L A CONGRÉGATION D E SA IN T -M A U R ET LE R E N O U V E A U A R C H ITEC TU R A L D U M ONACHISM E DANS LES ABBA Y ES D U BA S-LANGUED O C ( S A I N T - C H I N I A N, A N I A N E, S A I N T -T H I B

Plus en détail

V a c a t i o n d u 3 D é c e m b r e 2 0 0 8 à 1 3 H 3 0

V a c a t i o n d u 3 D é c e m b r e 2 0 0 8 à 1 3 H 3 0 V a c a t i o n d u 3 D é c e m b r e 2 0 0 8 à 1 3 H 3 0 L O T S N O M B R E E T N A T U R E D E S M A R C H A N D I S E S P O I D S E S T I M A T I O N S 1 1 b r i l l a n t e x t r a + F a u c u n e

Plus en détail

Université Hassan II Ain Chock École Supérieure de Technologie de Casablanca. La marque. Réalisé par : LOUBNA AMAL FATIMA.

Université Hassan II Ain Chock École Supérieure de Technologie de Casablanca. La marque. Réalisé par : LOUBNA AMAL FATIMA. Université Hassan II Ain Chock École Supérieure de Technologie de Casablanca La marque Réalisé par : LOUBNA AMAL FATIMA Encadrée par: Mme. Le plan Introduction La marque Les stratégies de marque. Les enjeux

Plus en détail

Point d actualité concernant la future PAC. L e d isp o sitif p a ie m ents dire cts issu d u c o m prom is a vec le s ch oix n a tio na u x

Point d actualité concernant la future PAC. L e d isp o sitif p a ie m ents dire cts issu d u c o m prom is a vec le s ch oix n a tio na u x Point d actualité concernant la future PAC Plusieurs groupes de travail nationaux PAC 2015 se sont réunis courant novembre et décembre afin de dresser les fonds baptismaux nationaux de la réforme de la

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

Prévention des conflits d intérêts

Prévention des conflits d intérêts Prévention des conflits d intérêts I. Situations de conflits d intérêts relatifs à l activité de gestion financière 1. Critères de sélection et de suivi des intermédiaires Sélection des intermédiaires

Plus en détail

La lutte contre les nuisances sonores dans l'environnement

La lutte contre les nuisances sonores dans l'environnement Direction départementale des territoires Cantal Service environnement La lutte contre les nuisances sonores dans l'environnement POINT n 1 Le projet de classement sonore des infrastructures de transport

Plus en détail

J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé»

J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé» Tebenkova Svetlana - Natixis 2008 J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé» Fo nds d I nves tis s em ent et de D évelo ppem ent des P a rtena ria ts

Plus en détail

Circonscriptions territoriales

Circonscriptions territoriales Circonscriptions territoriales 1 CIRCONSCRIPTIONS TERRITORIALES - 316 M - 316 M 1. - Divisions administratives : généralités An VIII - 1945-317 M - 317 M 1. - Divisions administratives : frontière belge

Plus en détail

Préparation de la sortie du patient

Préparation de la sortie du patient Préparation de la sortie du patient Thierry LEBAS Centre Hospitalier de LISIEUX 1 AUDITS CLINIQUES CIBLES Souhait de la HAS de proposer une méthode d évaluation ne nécessitant pas de moyens humains ou

Plus en détail

L énergie solaire en région Rhône-Alpes

L énergie solaire en région Rhône-Alpes L énergie solaire en région Rhône-Alpes Panorama régional du photovoltaïque et politique nationale M in is tè r e d e l'é c o lo g ie, d e l'é n e r g ie, d u D é v e lo p p e m e n t d u r a b le e t

Plus en détail

Sous la direction de François FOURMENT et Ann JACOBS LA GARDE A VUE. Regards croisés belges, français et européens. L'Harmattan

Sous la direction de François FOURMENT et Ann JACOBS LA GARDE A VUE. Regards croisés belges, français et européens. L'Harmattan Sous la direction de François FOURMENT et Ann JACOBS LA GARDE A VUE Regards croisés belges, français et européens L'Harmattan Tables des matières LES AUTEURS...4 AVANT-PROPOS...5 LE DROIT FRANÇAIS EN VIGUEUR

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF

PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF Société d Economie Mixte Energies POSIT IF : Promouvoir, Organiser, Soutenir et Inventer la Transition énergétique en Ile-de-France Ensemblier technique, financier

Plus en détail

Lycée Costebelle. Jean André AUFFRAY Ingénieur Hospitalier 17/10//2014

Lycée Costebelle. Jean André AUFFRAY Ingénieur Hospitalier 17/10//2014 Lycée Costebelle Jean André AUFFRAY Ingénieur Hospitalier 17/10//2014 C est quoi la qualité? CONFORMITE AUX «EXIGENCES» (besoins et attentes formulés, implicites ou imposés) CLIENTS AUTRES PARTIES INTERRESSEES

Plus en détail

OCCASION DISCLAIMER FAIR USE POLICY CONTACT. Please contact for further information concerning UNIDO publications.

OCCASION DISCLAIMER FAIR USE POLICY CONTACT. Please contact for further information concerning UNIDO publications. OCCASION This publication has been made available to the public on the occasion of the 50 th anniversary of the United Nations Industrial Development Organisation. DISCLAIMER This document has been produced

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

LES COPÉPODES PARASITES DE MOLLUSQUES. Premier supplément

LES COPÉPODES PARASITES DE MOLLUSQUES. Premier supplément LES OPÉPODES PRSITES DE MOLLUSQUES Par Théodore MONOD et Robert-Ph. DOLLFUS Premier supplément Dans le dernier numéro de ces nnales (n 2, mars 1932, p. 204), nous avons mentionné deux exemplaires d un

Plus en détail

ENDURO «VINTAGE» 2017 Complément au Règlement particulier Sommaire

ENDURO «VINTAGE» 2017 Complément au Règlement particulier Sommaire ARTICLE 1 : DÉFINITION 1.1 : Organisation 1.2 : Programme de l épreuve 1.3 : Comité d honneur 1.4 : Comité d organisation 1.5 : Secrétariat 1.6 : officiels ENDURO «VINTAGE» 2017 Complément au Règlement

Plus en détail

«L application des Cartes stratégiques et Tableaux de Bords Equilibrés au sein des Groupes Stratégiques». Page 1

«L application des Cartes stratégiques et Tableaux de Bords Equilibrés au sein des Groupes Stratégiques». Page 1 «L application des Cartes stratégiques et Tableaux de Bords Equilibrés au sein des Groupes Stratégiques». Page 1 Bibliographie : «Le tableau de bord prospectif» de Robert Kaplan et David Norton; «La Gestion

Plus en détail

R e m e t t r e ce d o c u m e n t à (En premier lieu). ...

R e m e t t r e ce d o c u m e n t à (En premier lieu). ... e SOCIÉTÉ DES NATIONS. 1920. LEAGUE OF NATIONS. Classement. POLITICAL. Classement î No. X I. REG ISTRY. Document No. PCAQ o Oi/v*). 1 Dossier No. C f f é Expéditeur. Sujet. /ù ^ c /ï' * / 2 l ^ ' & i/u

Plus en détail

l'q- e n distribution L e 3 1 MAR Document m is ASSEMBLÉE DELA POLYNÉSIE FRANÇAISE. Papeete, le 3 ] MARS 2017

l'q- e n distribution L e 3 1 MAR Document m is ASSEMBLÉE DELA POLYNÉSIE FRANÇAISE. Papeete, le 3 ] MARS 2017 ASSEMBLÉE DELA POLYNÉSIE FRANÇAISE Commission de l économie, des finances, du budget et de la fonction publique 33-5-0 l'q- Document m is e n distribution L e 3 1 MAR. 2017 Papeete, le 3 ] MARS 2017 RAPPORT

Plus en détail

B ila n d 'a c tiv ité : p ré a la b le à la p o litiq u e d o c u m e n ta ire

B ila n d 'a c tiv ité : p ré a la b le à la p o litiq u e d o c u m e n ta ire B ila n d 'a c tiv ité : p ré a la b le à la p o litiq u e d o c u m e n ta ire d o c u m e n t s u p p o rt d 'in te rv e n tio n : c e s u p p o rt, s a n s le s c o m m e n ta ire s d 'a c c o m p a

Plus en détail

Les medias : PRESSE et RADIO

Les medias : PRESSE et RADIO Les medias : PRESSE et RADIO La presse Origine et définition; Le terme «presse» tire son origine de la presse qui était utilisée à l époque de l imprimerie. la presse écrite désigne l ensemble des moyens

Plus en détail

36, Rue Moxouris 78150 Versailles-Le Chesnay (FR) Rue du 4 Novembre Cocody Riviera II -Abidjan (CI) 1122, Avenue King Akwa Douala(CM)

36, Rue Moxouris 78150 Versailles-Le Chesnay (FR) Rue du 4 Novembre Cocody Riviera II -Abidjan (CI) 1122, Avenue King Akwa Douala(CM) De l'expertise de vos problématiques et besoins spécifiques jusqu'à la mise en oeuvre de vos projets complexes alliant événementiel, sonorisation, vidéo, éclairage, nous disposons et maîtrisons l'ensemble

Plus en détail

Positionnement indoor à l aide de signaux GNSS

Positionnement indoor à l aide de signaux GNSS Positionnement indoor à l aide de signaux GNSS Problématiques et performances Nel SAMAMA Groupe Navigation INSTITUT Mines-Télécom Les nouveaux utilisateurs Omniprésence du GPS Deux domaines assez différents

Plus en détail

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim)

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Commune : Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Référence: IA00050914 Adresse : Aristide Briand (rue) 7 Titre de l œuvre : Brasserie Cartographie : Lambert2 ; 0970380 ; 2318500 Cadastre: 1980 7 120

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

GAZ BUTANE. voilà enfin le rêve CUISINIÈRES " L E RÊVE" appareillées spécialem ent pour fonctionner au. Agence Générale de vente pour la France

GAZ BUTANE. voilà enfin le rêve CUISINIÈRES  L E RÊVE appareillées spécialem ent pour fonctionner au. Agence Générale de vente pour la France appareillées spécialem ent pour fonctionner au GAZ BUTANE voilà enfin le rêve w Agence Générale de vente pour la France CUISINIÈRES " L E RÊVE" 14, RUE DU HELDEP, PARIS (9*) Tel. : PRO VEN CE 06-07 CUISINER

Plus en détail

LES DIFFÉRENTES FACETTES DE L ALLERGIE AU SOJ A. Montpellier 29-30 Octobre 2010

LES DIFFÉRENTES FACETTES DE L ALLERGIE AU SOJ A. Montpellier 29-30 Octobre 2010 LES DIFFÉRENTES FACETTES DE L ALLERGIE AU SOJ A Montpellier 29-30 Octobre 2010 S. A. Gomez, Lyon, 2010 B O T A N IQ U E (Martinez, J. Invest Allergol Clin Immunol 2000) Ordre des Fabales Famille des Fabacées

Plus en détail

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r FÉDÉRATION DE QI GONG ET ARTS ÉNERGÉTIQU ES LE QI GONG «A U T R A V A IL» Crédit photo : Anne MELCER B L I B â A 3, a v u P a u C é z a n n 1 3 0 9 0 A i x v c T é : 0 4 4 2 9 3 3 4 3 1 a x : 0 4 4 2 6

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

OCCASION DISCLAIMER FAIR USE POLICY CONTACT. Please contact for further information concerning UNIDO publications.

OCCASION DISCLAIMER FAIR USE POLICY CONTACT. Please contact for further information concerning UNIDO publications. OCCASION This publication has been made available to the public on the occasion of the 50 th anniversary of the United Nations Industrial Development Organisation. DISCLAIMER This document has been produced

Plus en détail

SOCIETE PBS HATIONS, 0,

SOCIETE PBS HATIONS, 0, SOCIETE PBS HATIONS, 0, innunipue su C onseil et 2 a5 JïI ] C:1 c nv e 23a 1922. Membres a o la S o ciété. * C, 2 8 i,:522,ii, C 5 253. 1922 COMMIS3IOïï ECONOMIQUE p]t FIM CI33I3 PRCVISC1R3 Rapport présen

Plus en détail

NEc. 'ZJòzty -pjlé^gwàz REPASSER

NEc. 'ZJòzty -pjlé^gwàz REPASSER NEc 'ZJòzty -pjlé^gwàz MÉNAGE FERS A 2417. 300 watts. I kg. 800. 243 1. 300 watts. 2 kg. 000. 2441. 300 watts. 2 kg. 000. 2445. Avec branchement direct du cordon dans la poignée. BOUILLOIRES Luxe, chromée.

Plus en détail

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Sandrine Wenglenski Maître de Conférences à l Université Paris-Est Marne-La-Vallée Laboratoire Ville Mobilité Transport

Plus en détail