N - ANNEAUX EUCLIDIENS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N - ANNEAUX EUCLIDIENS"

Transcription

1 N - ANNEAUX EUCLIDIENS Dans ce qu sut A est un anneau untare, mun de deux opératons notées addtvement et multplcatvement. Le neutre de l addton est noté 0, celu de la multplcaton est noté e. On pose A = A\{0}, et on désgne par I l ensemble des éléments nversbles de A. L nverse d un élément a de I est noté a 1. Donnons tout d abord une proprété générale dans les anneaux commutatfs. Proposton 1 On défnt une relaton d équvalence R dans A par ab b s et seulement s a bi. La classe de a est ai. L ensemble A + = A /I peut être mun canonquement d une multplcaton assocatve, commutatve, de neutre I, sans autre élément nversble que I. On a avec e nversble. La relaton est donc réflexve. S, l on a avec u nversble, alors avec u 1 nversble. La relaton est symétrque. S l on a avec u et v nversbles, alors b = au a = ae a = bu b = au 1 et c = bv c = a(uv) avec uv nversble. La relaton est transtve. C est donc une relaton d équvalence. La classe d un élément a est alors ȧ = ai. S l on a on a donc avec u et v nversbles, donc ar a et br b a = a u et ab = a b (uv) b = b v

2 N 2 avec uv nversble. Donc On peut donc poser abr a b. ab = ȧ ḃ. Toutes les proprétés de la multplcaton dans A passent alors aux classes d équvalences. L élément neutre est alors ė = I. Cherchons les éléments nversbles de A +. S ȧ est nversble, l exste ḃ tel que sot ȧ ḃ = ė, ab = ė. cela sgnfe que ab est nversble dans A. Il exste c tel que (ab)c = e sot Donc a est nversble, et Le seul élément nversble de A + est donc I. a(bc) = e. ȧ = I. Défnton 1 Un anneau euclden est un anneaux commutatf ntègre untare A, mun d une applcaton d de A dans N telle que ) pour tout couple (a,b) d éléments de A d(ab) max(d(a),d(b)) ) pour tout couple (a,b) d éléments de A tels que b sot non nul, l exste un couple (q,r) d éléments de A tels que a = bq + r avec r = 0, ou r 0 et d(r) < d(b). Les éléments q et r sont appelés quotent et reste de la dvson eucldenne de a par b. Proposton 2 On peut remplacer dans la défnton précédente ) par ) pour tout couple (a,b) d éléments de A, s b dvse a, alors d(b) est nféreur ou égal à d(a).

3 N 3 S l on a ) et s b dvse a, alors l exste c dans A tel que a = bc et donc d(b) max(d(b),d(c)) d(a). Récproquement, s l on a ), comme a et b dvse ab, on a d(a) d(ab) et d(b) d(ab) et donc max(d(a),d(b)) d(ab). Proposton 3 On a mn d(x) = d(e). x A Pusque e dvse tout élément de A, on a, pour tout a dans A d(e) d(a) et donc mn d(x) = d(e). x A Proposton 4 Un élément u de A est nversble s et seulement s d(u) = d(e). Sot u tel que Il exste q et r tels que avec r = 0, ou r 0 et d(r) < d(u). d(u) = d(e). e = uq + r S l on supposat r non nul, alors d(r) < d(e). Mas pusque d(e) est mnmal, cec n est pas possble. Donc e = uq

4 N 4 et u est nversble. Récproquement, s u est nversble, sot q sont nverse. On a donc e = uq et l résulte de ) que et pusque d(e) est mnmal, on a L applcaton d est donc constante sur I. d(u) d(e), d(u) = d(e). Proposton 5 Sot a un élément non nul de A. S l on a a = bc alors c est nversble s et seulement s d(a) = d(b). S c est nversble, on a d une part donc et d autre part et donc On a ben Récproquement, s l exste u et v tels que avec v = 0, ou v 0 et d(v) < d(a) = d(b). a = bc d(a) d(b), b = c 1 a d(b) d(a). d(a) = d(b). d(a) = d(b), b = ua + v S l on suppose v non nul donc b = ua + v = ubc + v v = b(e uc),

5 N 5 et b dvse v. On a alors d(b) d(v) d où une contradcton. C est donc que v est nul. Alors b(e uc) = 0, et comme l anneau est ntègre et b non nul, on en dédut que e = uc, donc que c est nversble. Proposton 6 Tout déal I de A non rédut à {0} est monogène. Sot I un tel déal. Comme d est à valeurs entères postves, elle attent son mnmum sur I \ {0} en un élément u. Sot alors a non nul dans I. On a Il exste a et r tels que d(u) d(a). a = uq + r avec r = 0, ou r 0 et d(r) < d(u). Supposons r non nul. Alors r = a uq est un élément non nul de I et donc On a donc une contradcton, et l on a Donc I est engendré par u. d(r) d(u). a = uq. Remarque : dans un anneau ntègre A, s δ et δ engendrent le même déal, alors, l exste u nversble tel que δ = uδ. En effet, on a à la fos donc et, pusque A est ntègre, on en dédut ce qu montre que u est nversble. δ = uδ et δ = u δ δ = uu δ, e = uu,

6 N 6 Proposton 7 Sot B une parte non vde de A. On suppose que pour tout couple (a,b) de B 2, le couple (q,r) de la dvson eucldenne est auss dans B 2. S d vérfe la proprété ) pour tout couple (a,b) d éléments dstncts de B, on a d(a b) max(d(a),d(b)), alors le couple (q,r) de la dvson eucldenne est unque. Sot a = bq + r = bq + r deux décompostons de a dans la dvson eucldenne de a par b. S r est nul, r = b(q q ), donc, s r est non nul d(r ) d(b) ce qu est en contradcton avec la défnton de la dvson eucldenne. Donc r est nul également et l on a bq = bq ce qu, pusque A est ntègre, mplque l égalté de q et q. Il y a donc uncté dans ce cas. (On remarquera que cela est vra sans l hypothèse )). Supposons mantenant que n r, n r ne sont nuls, et supposons les dstncts. Alors r r = b(q q), d où Mas d autre part d(b) d(r r ). d(r r ) max(d(r),d(r )) < d(b), d où une contradcton. On en dédut que r = r, pus que q = q. Exemple : s A = Z et d(n) = n, on montre que A est un anneau euclden. On n a pas uncté des couples (p,q) sur Z. Par exemple, en dvsant 3 par 2, on a 3 = = Par contre sur N, on a r r max(r,r ) et l y a uncté.

7 N 7 Défnton 2 On dt que deux éléments de A sont premers entre eux ou étrangers, s les seuls éléments de A qu les dvsent l un et l autre sont les éléments nversbles de l anneau. Proposton 8 Théorème de Bézout. Deux éléments a et b de A sont premers entre eux s et seulement s l exste deux éléments x et y de A tels que ax + by = e. Sot a et b premers entre eux. L déal qu ls engendrent est formé des éléments de la forme xa + yb où x et y décrvent A. Comme les déaux de A sont monogènes, cet déal est engendré par un élément δ. Alors a et b sont dvsbles par δ, donc δ est nversble. Alors e = δδ 1 est auss dans l déal, et l déal est A tout enter. Il en résulte qu l exste x et y dans A tels que ax + by = e. Récproquement, sot a et b lés par une relaton de la forme S δ est un dvseur commun à a et à b, on a donc ax + by = e. a = δa et b = δb δ(a x + b y) = e, ce qu prouve que δ est nversble, et donc que a et b sont premers entre eux. Proposton 9 Sot a et b deux éléments de A. Il exste δ dans A tel que 1) δ dvse a et b. 2) S δ dvse a et b, alors d(δ ) d(δ). S δ dvse a et b, on a à la fos d(δ ) d(a) et d(δ ) d(b). Donc d est bornée sur l ensemble des dvseurs communs de a et b, et l exste un élément δ tel que d(δ) sot maxmum. Défnton 3 Un élément tel que celu défn par la proposton précédente est appelé PGCD de a et b.

8 N 8 Proposton 10 Sot a et b deux éléments de A et δ un dvseur de a et b. On la les proprétés équvalentes suvantes ) δ est un PGCD de a et b. ) l exste a 1 et b 1 premers entre eux tels que ) l exste x et y premers entre eux tels que a = δa 1 et b = δb 1 ax + by = δ v) l exste x et y tels que v) tout dvseur commun de a et b dvse δ. ax + by = δ ) ) S l on a a = δa 1 et b = δb 1 Sot δ un dvseur de a 1 et b 1. Alors δδ est un dvseur de a et b, et pusque δ est un PGCD de a et b, d(δδ ) d(δ). Mas comme l négalté nverse a touours leu, on a égalté et cela mplque que δ est nversble. Les seuls dvseurs de a 1 et b 1 sont les éléments nversbles, ce qu prouve que a 1 et b 1 sont premers entre eux. ) ) S a 1 et b 1 sont premers entre eux, l exste x et y tels que a 1 x + b 1 y = e et x et y sont auss premers entre eux. En multplant par δ, on trouve avec x et y premers entre eux. ) v) est évdent. ax + by = δ v) v) S δ dvse a et b, l dvse ax + by donc δ. v) ) S δ dvse a et b, l dvse δ et donc d(δ ) est nféreur ou égal à d(δ), ce qu prouve que δ est un PGCD de a et b.

9 N 9 Proposton 11 Sot δ un PGCD de deux éléments a et b de A. L ensemble des PGCD de a et b est consttué des éléments de la forme uδ, où u parcourt I. D après les proprétés équvalentes ) et v) de la proposton précédente, s δ et δ sont deux PGCD de a et b, ls se dvsent mutuellement. Ils engendrent donc le même déal, et donc, l exste u nversble tel que δ = uδ. Récproquement, s u est nversble et s δ est un PGCD de a et b, l est clar que uδ dvse a et b et l on a d(uδ) = d(δ) donc uδ est auss un PGCD de a et b. Proposton 12 S a dvse bc, et s a est premer avec b, alors a dvse c. Il exste k tel que et l exste x et y tels que On a alors d où On en dédut ben que a dvse c. ak = bc, ax + by = e. aky = bcy = c(e ax), a(ky + cx) = c. Proposton 13 S a et b sont premers entre eux et s a et b dvsent c, alors ab dvse c. S l on a c = aa = bb, l en résulte que b dvse aa, mas comme b est premer avec a, l dvse a, par sute ab dvse aa donc c. Proposton 14 L algorthme d Euclde est valable dans un anneau euclden. Il permet de détermner un PGCD δ de deux éléments a et b, ans que les éléments x et y tels que ax + by = δ.

10 N 10 Sot R 0 et R 1 deux éléments de A. On construt par récurrence une sute (R n ) de la façon suvante : s R n 2 et R n 1 sont construts et non nuls, on appelle R n un élément tel que avec R n = 0, ou R n 0 et d(r n ) < d(r n 1 ). R n 2 = Q n 1 R n 1 + R n, La sute (d(r n )) est une sute strctement décrossante d enters postfs et ne peut comporter qu un nombre fn de termes dstncts. Sot R p+1 le premer élément nul de la sute (R n ). Montrons par une récurrence décrossante que, pour tout n comprs entre 0 et p, l élément R p dvse R n. On a et donc R p dvse R p 1. R p 1 = Q p R p Supposons que pour tout n tel que m n p, l élément R p dvse R n. On a R m 1 = Q m R m + R m+1. Comme R p dvse R m et R m+1 l dvse auss R m 1. Par sute R p dvse R 0 et R 1, donc leur PGCD δ. Montrons alors par récurrence que δ dvse R n, pour tout n comprs entre 0 et p. C est vra pour les ordres 0 et 1. Supposons que cela sot vra usqu à l ordre m. On a R m+1 = Q m R m + R m 1 et comme δ dvse R m et R m 1, l dvse R m+1. En partculer l dvse R p. Par sute R p est un PGCD de R 0 et R 1. Le derner reste R p non nul est un PGCD de R 0 et R 1. Sot la sute (S p n ) 0 n p défne par S 0 = e, S 1 = Q p 1 et la relaton de récurrence, pour 0 n p 2, S p n = S p n 2 + Q n S p n 1. Montrons par une récurrence décrossante que S p n 2 R n = S p n 1 R n+1 + ( e) p n R p.

11 N 11 Pour n = p 2, on obtent S 0 R p 2 = S 1 R p 1 + R p, ce qu, compte tenu des valeurs de S 0 et de S 1, est vra d après ce qu précède. Supposons la relaton vrae usqu à l ordre m. On a R m 1 = Q m R m + R m+1 et, en multplant par S p m 1, on tre, grâce à l hypothèse de récurrence, S p m 1 R m 1 = Q m R m S p m 1 + (S p m 2 R m ( e) p m R p ), d où S p m 1 R m 1 = R m (Q m S p m 1 + S p m 2 ) + ( e) p m+1 R p, et fnalement S p m 1 R m 1 = R m S p m + ( e) p m+1 R p, ce qu donne la formule à l ordre m 1. En partculer, pour n = 0, et donc, s l on pose on obtent S p 2 R 0 = S p 1 R 1 + ( e) p R p, x = ( e) p S p 2 et y = ( e) p+1 S p 1, xr 0 + yr 1 = δ. Proposton 15 Les éléments a et b de A sont premers entre eux s et seulement s e est un PGCD de ces éléments. Les seuls éléments dvsant a et b sont les éléments nversbles. Proposton 16 Tout anneau euclden fn est un corps. Tout corps commutatf est un anneau euclden. S A est un anneau euclden fn (ou s d ne prend qu un nombre fn de valeurs sur A ), sot a un élément de A. Aucune pussance de A n est nulle, et la sute (d(a n )) est une sute crossante d enters. Comme cette sute ne content qu un nombre fn d éléments dstncts, elle est constante à partr d un certan rang. Il exste n tel que d(a n ) = d(a n+1 ). Mas cette égalté mplque que a est nversble. Donc A est un corps.

12 N 12 S A est un corps commutatf, on a I = A. S c est de plus un anneau euclden, alors, d est constante sur I donc sur A. Inversement, sur un corps commutatf, n mporte quelle applcaton constante d défnt une structure d anneau euclden, pusque de toute façon, on aura avec r = 0 et q = ab 1. a = bq + r Proposton 17 S A est un anneau euclden, on a alors ar b s et seulement s d(a) = d(b), et on peut défnr sur A + une applcaton d en posant d(ȧ) = d(a). S a et b sont dans la même classe, on a avec u nversble, donc a = bu d(a) = d(b). Donc d est constante sur les classes. Cela permet de défnr d. Récproquement, on a vu que l égalté d(a) = d(b) équvaut à avec u nversble. a = bu Défnton 4 Un élément a non nversble de A est premer s les seuls dvseurs de a sont les éléments de I ai. Proposton 18 S a est premer, tout élément de ai est premer Evdent. Proposton 19 S a et b sont premers, ou ben d(a) = d(b), ou ben a et b sont premers entre eux.

13 N 13 S δ est un PGCD de a et b, ou ben δ est dans I et a et b sont premers entre eux, ou ben δ est dans ai, alors l n est pas nversble et se trouve auss dans bi, d où d(a) = d(δ) = d(b). Proposton 20 Tout élément de A non nversble possède un dvseur premer. Sot p la borne nféreure des nombres d(b) lorsque b parcourt l ensemble des dvseurs non nversbles de a. Comme l ensemble des valeurs prses par d est dscret, l exste c tel que et c est un dvseur non nversble de a. d(c) = p. S f est un dvseur non nversble de c, on a nécessarement d(f) d(c). Mas d autre part f est un dvseur non nversble de a donc Il en résulte que p = d(c) d(f). d(c) = d(f), ce qu prouve que f est dans ci. Donc c est premer. Défnton 5 On dt que ȧ est premer dans A + s a est premer dans A. Proposton 21 Décomposton en facteurs premers. 1) Tout élément ȧ de A + s écrt de manère unque sous la forme ȧ = J ȧ n, où J désgne l ensemble des éléments premers de A + et les n sont des enters postfs tous nuls sauf un nombre fn d entre eux. 2) S A = {a J} est un système de représentants des classes de nombres premers, alors, tout élément de A s écrt de manère unque sous la forme a = u J a n, où u est dans I et les n sont des enters postfs tous nuls sauf un nombre fn d entre eux.

14 N 14 Le premer résultat se dédut du second par passage aux classes. Le nombre de dvseurs premers de ȧ est fn. Supposons le contrare. Sot a n une famlle dénombrable extrate de la famlle des représentants des nombres premers dont tous les éléments dvsent a. Posons b n+1 = a n b n = a 1 a 2 a n. D après la proposton 13 tous les b n dvsent a. Mas la sute (d(b n )) est une sute d enters crossante maorée par d(a). Elle est donc statonnare. S l on a d(b n ) = d(b n+1 ) on en dédut que a n est nversble ce qu donne une contradcton, pusqu un nombre premer n est pas nversble. S b est un nombre premer dvsant a, l exste un enter m tel que b m dvse a sans que b m+1 ne le fasse. La sute (d(b m )) est une sute crossante. S, pour tout enter m, le nombre b m dvse a, cette sute est une sute d enters crossante maorée par d(a). Elle est donc statonnare. S l on a d(b m ) = d(b m+1 ) alors b est nversble et n est pas premer, ce qu n est pas possble. Il exste donc un enter m tel que b m ne dvse pas a. Appelons m + 1 le plus pett de ces enters. Alors b m dvse a sans que b m+1 ne le fasse. L élément a étant donné, appelons ȧ 1,...,ȧ m les dvseurs premers de ȧ, et, pour tout, sot n l enter trouvé dans le paragraphe précédent. Posons alors b = m =1 a n. On montre faclement par récurrence que b dvse a. Sot alors u tel que a = bu. S u n état pas nversble, l exsterat un dvseur premer c de u. Ce dvseur dvserat auss a, donc fgurerat dans la lste {a 1,,a m }. Mas, s c = a, alors a n +1 dvserat a ce qu n est pas possble. Donc u est nversble. On obtendra ben la décomposton cherchée. Il est facle de vor par alleurs que cette décomposton est la seule possble.

15 N 15 Proposton 22 S A = {a J} est un système de nombres premers, et s l on a a = u J a n, avec u nversble, alors les dvseurs de a sont les éléments de la forme d = v J a m, où v est nversble et, pour tout de J 0 m n. Evdent. Proposton 23 Le nombre de dvseurs d un élément de A + est fn. En effet, s ȧ = m =1 les dvseurs de ȧ s obtennent en chosssant pour chaque ȧ une pussance comprse entre 0 et n. le nombre de dvseurs est donc m (n + 1). =1 Proposton 24 On suppose chos un système de représentants A = {a = J} de nombres premers. Pour tout élément de A non nul, sot Φ(a) l élément de I ntervenant dans la décomposton de a en facteurs premers. L applcaton Φ est une applcaton multplcatve et surectve de A sur I. ȧ n, L applcaton Φ est surectve, car sa restrcton à I est l dentté de I. On a donc en partculer S a et b sont dans A, on a a = Φ(a) J a n Φ Φ = Φ. et b = Φ(b) J a m, et donc ab = Φ(a)Φ(b) J a n +m.

16 N 16 On en dédut que Φ(ab) = Φ(a)Φ(b). Proposton 25 L ensemble Φ 1 (e) est somorphe à A +. Sot a dans Φ 1 (e). Posons Ψ(a) = ȧ. L ensemble Φ 1 (e) est stable par multplcaton. En effet, s Φ(a) = Φ(b) = e on a Φ(ab) = Φ(a)Φ(b) = e. Alors Ψ est une applcaton multplcatve de Φ 1 (e) dans A +. S l on a Ψ(a) = Ψ(b), alors a = ub avec u nversble, mas, comme Φ est multplcatve, Φ(a) = Φ(u)Φ(b). On en dédut que Mas u étant nversble, on a Donc et, par sute, ce qu montre que Ψ est nectve. Φ(u) = e. Φ(u) = u. u = e, a = b, Sot ȧ dans A +. Posons b = Φ(a) 1 a. Comme Φ(a) 1 est dans I, on a ȧ = ḃ. On a auss Φ(b) = Φ(Φ(a) 1 )Φ(a) = Φ(a) 1 Φ(a) = e.

17 N 17 Cec montre que b est dans Φ 1 (e). Alors et Ψ est surectve. Ψ(b) = ȧ Défnton 6 On dt qu un élément de A est postf relatvement au système A, s Φ(a) = e. L ensemble des éléments postfs est donc somorphe à A +. Cette noton de postvté dépend du système de représentants choss. On le suppose fxé dans ce qu sut. Proposton 26 S l on a a = u J a n et b = v J a m alors le PGCD postf de a et b est δ = J a mn(n,m ). On le notera PGCD(a,b). Ce nombre δ dvse a et b. D autre part s a p dvse à la fos a et b, on a nécessarement p n et p m donc p mn(n,n ). Il en résulte que tout dvseur de a et b dvse δ. C est donc ben un PGCD de a et b. Proposton 27 Sot a et b premers entre eux. S d est un dvseur postf de ab, alors, d = PGCD(a,d)PGCD(b,d). Cela résulte mmédatement de la proposton précédente. En écrvant a = u p =1 a n et b = v q =1 b m où on n a fat apparaître que les nombres premers fgurant avec une pussance non nulle, avec {a 1,...,a p } {b 1,...,b q } =.

18 N 18 On a également avec donc ce qu donne ben PGCD(d,a) = d = p =1 a u q =1 b v u n et v m, p =1 a u et PGCD(d, b) = d = PGCD(a,d)PGCD(b,d). q =1 b v Proposton 28 Pour tout a non nul de A, sot S(a) la somme des dvseurs postfs de a. Alors a) Pour tout nombre premer postf a b) S x et y sont premers entre eux S(a n ) = e + a + + a n. S(xy) = S(x)S(y). c) S a admet comme décomposton en facteurs premers a = m =1 a n, alors m S(a) = (e + a + + a n ). =1 Remarquons que le nombre de dvseurs postfs de a est fn car c est le nombre de dvseurs de ȧ. a) La démonstraton est mmédate par récurrence en remarquant que S(e) = e et S(a n+1 ) = S(a n ) + a n+1. b) Sot x et y premers entre eux. Le seul dvseur postf commun de x et y vaut e. S d dvse xy d après la proposton précédente l peut s écrre sous la forme d = d 1 d 2 avec d 1 dvsant x et d 2 dvsant y et cec de manère unque. Récproquement, tout dvseur d 1 de x multplé par un dvseur d 2 de y donne un dvseur de xy. Il en résulte que S(xy) est obtenu en fasant la somme de tous les termes de la forme x y, où x et un dvseur postf de x et y un dvseur postf de y. Mas cette somme n est autre que le produt S(x)S(y). c) est une conséquence de a et b et de la décomposton en facteurs premers.

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire Unversté Perre & Mare Cure Master de mathématques 1 Année 2012-2013 Module MM020 Théore des Nombres - TD1 Rappels d arthmétque élémentare Exercce 1 : Trouver tous les enters n N tels que ϕ(n) = 6. Même

Plus en détail

Les nombres premiers ( Spécialité Maths) Terminale S

Les nombres premiers ( Spécialité Maths) Terminale S Les nombres premers ( Spécalté Maths) Termnale S Dernère mse à jour : Mercred 23 Avrl 2008 Vncent OBATON, Ensegnant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 2007-2008) Lycée Stendhal, Grenoble ( Document de

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Anneaux et corps Bachelor Semestre 4 Prof. E. Bayer Fluckiger 16 mars Quiz 3

Anneaux et corps Bachelor Semestre 4 Prof. E. Bayer Fluckiger 16 mars Quiz 3 Anneaux et corps Bachelor Semestre 4 Prof. E. Bayer Fluckger 16 mars 2016 Quz 3 Queston 1. Est-ce que les anneaux Z et Q sont somorphes? Non. Par exemple, on a montré Sére 2, Ex.3.1. qu l exste un seul

Plus en détail

Exercices d arithmétique

Exercices d arithmétique DOMAINE : Arthmétque NIVEAU : Intermédare CONTENU : Exercces AUTEUR : Noé DE RANCOURT STAGE : Cachan 011 (junor) Exercces d arthmétque Exercce 1 - Énoncés - a) Trouver tous les enters n N qu possèdent

Plus en détail

Dire qu un entier naturel est premier signifie qu il admet deux diviseurs : un et lui-même.

Dire qu un entier naturel est premier signifie qu il admet deux diviseurs : un et lui-même. Vdoune Termnale S Chaptre spé Arthmétque PPCM et nombres premers Nombre premer Dre qu un enter naturel est premer sgnfe qu l admet deux dvseurs : un et lu-même. Zéro est-l un nombre premer? Un est-l un

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

Chapitre 2 : Energie potentielle électrique. Potentiel électrique

Chapitre 2 : Energie potentielle électrique. Potentiel électrique 2 e BC 2 Energe potentelle électrque. Potentel électrque 12 Chaptre 2 : Energe potentelle électrque. Potentel électrque 1. Traval de la orce électrque a) Expresson mathématque dans le cas du déplacement

Plus en détail

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007 C.P.G.E-TSI-SAFI edressement non commandé 2006/2007 edressement non commandé Introducton : es réseaux et les récepteurs électrques absorbent de l énerge sous deux formes, en contnus ou en alternatfs. Pour

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

MATHÉMATIQUES - SPÉCIALITÉ. Table des matières

MATHÉMATIQUES - SPÉCIALITÉ. Table des matières MATHÉMATIQUES - SPÉCIALITÉ F.HUMBERT Table des matières Chapitre A - Congruences 2 Chapitre B - PGCD 5 Chapitre C - Nombres premiers 11 Chapitre D - Matrices et évolution de processus 14 Chapitre E - Matrices

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Chapitre 5: La programmation dynamique

Chapitre 5: La programmation dynamique Chaptre 5: La programmaton dynamque. Introducton La programmaton dynamque est un paradgme de concepton qu l est possble de vor comme une améloraton ou une adaptaton de la méthode dvser et régner. Ce concept

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

Les Nombres. A.Balan 4 août 2017

Les Nombres. A.Balan 4 août 2017 Les Nombres A.Balan 4 août 2017 1 Les nombres enters naturels 1.1 Défnton On appelle c nombres enters naturels N les cardnaux des ensembles fns [J]. En partculer 0 est le cardnal de l ensemble vde, 1 est

Plus en détail

L'INDUCTION ON5WF (MNS)

L'INDUCTION ON5WF (MNS) 'IDUCTIO ème parte / O5WF (MS) Dans la ère parte de cet artcle, nous avons vu qu'un courant électrque donnat leu à un champ magnétque (expérence d'oersted). ous avons ensute vu comment Faraday, après avor

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon

Plus en détail

Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé. Prof. MOWGLI Ahmed. Année scolaire 2015-2016

Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé. Prof. MOWGLI Ahmed. Année scolaire 2015-2016 Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé Prof. MOWGLI Ahmed Année scolaire 2015-2016 1 Pour des cours particuliers par petits groupes de 3 ou 4 élèves en maths et/ou physique-chimie, veuillez me contacter.

Plus en détail

Partie I: Différences finies avec centrage partiel

Partie I: Différences finies avec centrage partiel U. PARIS VI et ÉCOLE POLYTECHNIQUE 7 anver 04 Spécalté Probablté et Fnance du Master de Scences et Technologe EXAMEN DU COURS ANALYSE NUMÉRIQUE DES ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES EN FINANCE verson 03/0/04

Plus en détail

«Dans l'arithmétique de l'amour, un plus un égal l'infini,

«Dans l'arithmétique de l'amour, un plus un égal l'infini, 1 Niveau : Terminale S Spé Maths Titre Cours : Etude de et (Partie II) PGCD-PPCM Année : 2014-2015 (Etienne BEZOUT 1730-1883) «Dans l'arithmétique de l'amour, un plus un égal l'infini, et deux moins un

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

5. Relations d équivalences

5. Relations d équivalences 5. Relatons d équvalences Il est naturel de classfer des choses et on le fat tout le temps. Les nombres naturels sont de deux sortes : ceux qu sont pars et ceux qu sont mpars. On consdère Par et Impar

Plus en détail

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles Cours élémentaire d arithmétique Valentin Vinoles décembre 2009 Introduction «Wir müssen wissen. Wir werden wissen.» (Nous devons savoir. Nous saurons.) David Hilbert Voici un document présentant les principales

Plus en détail

Nombres ayant même reste dans la division euclidienne par un entier non nul notion de congruence - Compatibilité avec les opérations usuelles.

Nombres ayant même reste dans la division euclidienne par un entier non nul notion de congruence - Compatibilité avec les opérations usuelles. ARITHMETIQUE Partie des mathématiques étudiant les propriétés élémentaires des nombres entiers. Introduction : Le développement de l informatique et plus généralement de ce qu on appelle «le numérique»,

Plus en détail

Corrigé du problème de Mathématiques générales 2010. - Partie I - 0 0 0. 0.

Corrigé du problème de Mathématiques générales 2010. - Partie I - 0 0 0. 0. Corrgé du problème de Mathématques générales 2010 - Parte I - 1(a. Sot X S A. La matrce A est un polynôme en X donc commute avec X. 1(b. On a : 0 = m A (A = m A (X n ; le polynôme m A (x n est annulateur

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type EAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Questons à Chox Multples (QCM). Cochez la bonne réponse Classer ces statstques selon leur nature (ndcateur de poston

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

OLYMPIADES FRANÇAISES DE MATHÉMATIQUES

OLYMPIADES FRANÇAISES DE MATHÉMATIQUES OLYMPIADES FRANÇAISES DE MATHÉMATIQUES OLYMPIADES OFM FRANÇAISES MATHÉMATIQUES ENVOI NO. 3 CORRIGÉ 1 Exercices du groupe B Exercice 1. Soit n 1 un entier tel que le quotient de 2 n par n est une puissance

Plus en détail

I. Fonctionnalités du tableur

I. Fonctionnalités du tableur Olver Coma Macro MRP pour Excel Decembre 1999 I. Fonctonnaltés du tableur I.1. Feulle «Nomenclature «Le tableur propose pluseurs optons à l ouverture du fcher. Cnq boutons apparassent à drote de la feulle

Plus en détail

. L'ensemble des diviseurs communs à a 1. est fini et admet donc un plus grand élément.

. L'ensemble des diviseurs communs à a 1. est fini et admet donc un plus grand élément. PGCD, PPCM ds Z Théorème de Bézout - Applctos PGCD, PPCM DANS Z THEOREME DE BEZOUT APPLICATIONS PGCD Proposto Soet,,, L'esemble des dvseurs commus à,, est f et dmet doc u plus grd élémet Démostrto Soet,,,

Plus en détail

Module Mathématiques pour l Informatique_ partie 10

Module Mathématiques pour l Informatique_ partie 10 Module Mathématques pour l Informatque_ parte 0 Zahra Royer-SafouanaTabou Rappel : On appelle ans les ensembles de nombres : (cf. Wpéda), ensemble des enters naturels., ensemble des enters relatfs., ensemble

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

TD6 : groupe linéaire, homographies, simplicité

TD6 : groupe linéaire, homographies, simplicité École Normale Supéreure 1ère année Année 2015-2016 Algèbre 1 TD6 : groupe lnéare, homographes, smplcté Exercces : à préparer à la mason avant le TD, seront corrgés en début de TD. Exercces : seront tratés

Plus en détail

TD n 3. 1 Modules libres. MM002 (Algèbre et théorie de Galois) Automne 2012

TD n 3. 1 Modules libres. MM002 (Algèbre et théorie de Galois) Automne 2012 Unversté Perre & Mare Cure M de Mathématques MM002 (Algèbre et théore de Galos) Automne 202 TD n 3. Modules lbres Exercce. Montrer que Z/nZ n est pas un Z-module lbre. Plus généralement, montrer que s

Plus en détail

Exercices sur la géométrie plane

Exercices sur la géométrie plane Eercces sur la géoétre plane Sot un trangle équlatéral et M un pont ntéreur au trangle n note H, K, L les projetés orthogonau respectfs de M sur les tros côtés éontrer que la soe MH + MK + ML est constante

Plus en détail

Synthèse de cours PanaMaths (Terminale S) Les nombres complexes

Synthèse de cours PanaMaths (Terminale S) Les nombres complexes Snthèse de cours PanaMaths (Termnale S) L ensemble des nombres complees Défntons n pose tel que = 1 { } L ensemble des nombres complees, noté, est l ensemble : z /(, ) = + Le réel est appelé «parte réelle

Plus en détail

La décomposition en valeurs singulières: un outil fort utile

La décomposition en valeurs singulières: un outil fort utile La décomposton en valeurs sngulères: un outl fort utle Références utles: 1- Sonka et al.: sectons 3.2.9 et 3.2.1 2- Notes manuscrtes du cours 3- Press et al: Numercal recpes * Dernère révson: Patrck Hébert

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

Sous-groupes additifs de Z. Résolution dans Z d une équation de la forme ax+by=c.

Sous-groupes additifs de Z. Résolution dans Z d une équation de la forme ax+by=c. Sous-groupes additifs de Z. Égalité de Bézout. Résolution dans Z d une équation de la forme ax+by=c. Il s agit de l exposé de CAPES numéro 12 (2006). Les prérequis principaux sont les suivants : Le fait

Plus en détail

CLASSICITÉ DE FORMES MODULAIRES DE HILBERT. par. Stéphane Bijakowski

CLASSICITÉ DE FORMES MODULAIRES DE HILBERT. par. Stéphane Bijakowski CLASSICITÉ DE FORMES MODULAIRES DE HILBERT par Stéphane Bjakowsk Résumé. Nous prouvons un résultat de classcté pour les formes modulares de Hlbert surconvergentes. Nous utlsons pour démontrer ce résultat

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Sylvain ETIENNE 2003\2004 PLC1 Exposé 11

Sylvain ETIENNE 2003\2004 PLC1 Exposé 11 Sylvain ETIENNE 00\004 etiennesy@wanadoofr PGCD ET PPCM DE DEUX ENTIERS NATURELS NOMBRES PREMIERS ENTRE EUX APPLICATIONS L EXPOSE POURRA ETRE ILLUSTRE PAR UN OU DES EXEMPLES FAISANT APPEL A L UTILISATION

Plus en détail

Propriétés d une matrice stochastique précisées par son algèbre

Propriétés d une matrice stochastique précisées par son algèbre Proprétés d une matrce stochastque précsées par son algèbre J. Parzet 15 anver 2013 Une matrce stochastque est une matrce carrée réelle, à coeffcents postfs dont la somme des termes de toute lgne vaut

Plus en détail

Autour de a n ± b n. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Avancé STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices

Autour de a n ± b n. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Avancé STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices DOMAINE : Arithmétique AUTEUR : Igor KORTCHEMSKI NIVEAU : Avancé STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices Autour de a n ± b n Ce cours présente des résultats concernant l étude des facteurs

Plus en détail

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Exo7 Topologie générale Exercice 1 1. Rappeler les définitions d une borne supérieure (inférieure) d un ensemble de nombres réels. Si A et B sont deux ensembles

Plus en détail

EQUATIONS ELLIPTIQUES SEMI LINEAIRES DANS DES DOMAINES NON BORNES DE IR N

EQUATIONS ELLIPTIQUES SEMI LINEAIRES DANS DES DOMAINES NON BORNES DE IR N PORTUGALIAE MATHEMATICA Vol. 53 Fasc. 4 1996 EQUATIONS ELLIPTIQUES SEMI LINEAIRES DANS DES DOMAINES NON BORNES DE IR N B. Khodja Résumé: Soit f une fonction numérique continue, localement lipschitzienne

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

Algèbre linéaire. 1 Espaces vectoriels R n. Jean-Paul Davalan. 1.1 Les ensembles R n. 1.2 Addition dans R n. (R n, +) désigne R n muni de l addition.

Algèbre linéaire. 1 Espaces vectoriels R n. Jean-Paul Davalan. 1.1 Les ensembles R n. 1.2 Addition dans R n. (R n, +) désigne R n muni de l addition. Algèbre linéaire. Jean-Paul Davalan 2001 1 Espaces vectoriels R n. 1.1 Les ensembles R n. Définition 1.1 R 2 est l ensemble des couples (x, y) de deux nombres réels x et y. D une manière générale, un entier

Plus en détail

Nombres premiers et décomposition primaire

Nombres premiers et décomposition primaire [htt://m.cgeduuydelome.fr] édté le 10 jullet 2014 Enoncés 1 ombres remers et décomoston rmare Exercce 1 [ 01219 ] [correcton] Montrer que les nombres suvants sont comosés : a) 4n 3 + 6n 2 + 4n + 1 avec

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

Devoil libre N 6 2ème TSI 1 Correction

Devoil libre N 6 2ème TSI 1 Correction CPGE- Lycée technque Mohammeda Devol lbre N 6 Correcton Mathématques Exercce 1 : Un compact de R est une parte bornée fermée http://mathscpge.wordpress.com 1 http://mathscpge.wordpress.com CPGE- Lycée

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot ESPACES VECTORIELS 1 Définition et exemples fondamentaux 1.1 Définition Définition 1.1 Espace vectoriel Soient K un corps et E un ensemble muni d une loi interne + et d une loi externe. i.e. d une application

Plus en détail

FACTORISATION DE POLYNÔMES SUR DES CORPS FINIS

FACTORISATION DE POLYNÔMES SUR DES CORPS FINIS FACTORISATION DE POLYNÔMES SUR DES CORPS FINIS 1. Introducton La factorsaton est l un des ponts où l analoge entre nombres enters et polynômes se rompt. Par exemple, en caractérstque nulle, on peut trouver

Plus en détail

Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2. Guillaume CARLIER

Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2. Guillaume CARLIER Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2 Guillaume CARLIER L1, année 2006-2007 2 Ce support de cours est basé sur le poly de Tristan Tomala des années précédentes.

Plus en détail

17. ISOMÉTRIES LINÉAIRES

17. ISOMÉTRIES LINÉAIRES 17 ISOMÉTRIES LINÉAIRES 171 Isométries linéaires dans un espace vectoriel euclidien Soit E un espace vectoriel euclidien Une application linéaire f dans E est appelée isométrie linéaire ssi, quel que soit

Plus en détail

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire Université de Paris X Nanterre UFR Segmi Année 7-8 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II Chapitre Algèbre linéaire Table des matières Espaces vectoriels Espaces et sous-espaces

Plus en détail

Les nombres complexes

Les nombres complexes A) Forme algébrque des nombres complexes Théorème (adms) Il exste un ensemble appelé ensemble des nombres complexes, noté, vérfant les tros proprétés suvantes :. content ;. Il exste dans un élément tel

Plus en détail

PGCD et PPCM 1 PGCD Définitions Propriétés ROC Algorithme d Euclide Méthode Algorithme...

PGCD et PPCM 1 PGCD Définitions Propriétés ROC Algorithme d Euclide Méthode Algorithme... PGCD et PPCM Table des matières 1 PGCD 2 1.1 Définitions.................................................... 2 1.2 Propriétés ROC................................................ 2 1.3 Algorithme d Euclide..............................................

Plus en détail

Soutien : Modèle de Potts mars 2015

Soutien : Modèle de Potts mars 2015 Année 04 05 Physque Statstque hors équlbre et transtons de phase Souten : Modèle de Potts mars 05 On onsdère une varante du modèle d Isng, dte de Potts, dans laquelle les N degrés de lberté (qu on appellera

Plus en détail

Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 2015 Prof. A. Abdulle J =

Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 2015 Prof. A. Abdulle J = Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 205 Prof. A. Abdulle EPFL Série 4 (Corrigé) Exercice Soit J M 2n 2n (R) la matrice définie par J 0 In, I n 0 où I n est la matrice identité de M n n (R) et 0

Plus en détail

Fractions rationnelles

Fractions rationnelles Bblothèque d exercces Énoncés L Feulle n 8 Fractons ratonnelles Exercce Décomposer + 4 Décomposer + + + Décomposer + + + 4 Décomposer 4 + + 5 Décomposer 4 6 Décomposer 5 + 4 + 7 Décomposer 5 + 4 + ( )

Plus en détail

Chapitre 2 - PGCD et PPCM

Chapitre 2 - PGCD et PPCM Chapitre 2 - PGCD et PPCM Dans ce chapitre, lorsque nous parlerons de diviseur, cela signifiera diviseur positif. 1 Plus grand commun diviseur : PGCD 1.1 Définition du plus grand commun diviseur Soit a

Plus en détail

L essentiel du cours

L essentiel du cours Terminale S et concours L essentiel du cours mathématiques Arithmétique - matrices Jean-Marc FITOUSSI Progress Editions Table des matières Arithmétique 01 LA DIVISIBILITÉ page 6 02 LA DIVISION EUCLIDIENNE

Plus en détail

Le second degré. Table des matières

Le second degré. Table des matières Le second degré Table des matières 1 La forme canonique du trinôme 1.1 Le trinôme du second degré......................... 1. Quelques exemples de formes canoniques................. 1.3 Forme canonique

Plus en détail

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin.

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin. Exo7 Espaces vectoriels Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin. Définition, sous-espaces Exercice Montrer que les ensembles ci-dessous sont des espaces vectoriels (sur R) : E = { f : [,] R } :

Plus en détail

Les espaces vectoriels Partie 1

Les espaces vectoriels Partie 1 Les espaces vectoriels Partie 1 MPSI Prytanée National Militaire Pascal Delahaye 1 er février 2016 1 Définition d un Espace Vectoriel Soit ( K,+, ) un corps commutatif (le programme impose K = R ou C).

Plus en détail

2 Fonctions affines : définitions et propriétés fondamentales

2 Fonctions affines : définitions et propriétés fondamentales Chapitre 3 : Fonctions affines Dans tout ce chapitre, le plan est muni d un repère. 1 Rappels sur les équations de droite Une droite qui n est pas verticale a une unique équation du type y = ax + b, qu

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 9 décembre 05 Enoncés Familles sommables Ensemble dénombrable a) Calculer n+ Exercice [ 03897 ] [Correction] Soit f : R R croissante. Montrer que l ensemble des

Plus en détail

ESPACES VECTORIELS NORMÉS DE DIMENSION FINIE NORMES USUELLES, ÉQUIVALENCE DES NORMES

ESPACES VECTORIELS NORMÉS DE DIMENSION FINIE NORMES USUELLES, ÉQUIVALENCE DES NORMES ESPACES VECTORIELS NORMÉS DE DIMENSION FINIE NORMES USUELLES, ÉQUIVALENCE DES NORMES SOMMAIRE. Normes sur u espace vectorel E 2.. Défto d'ue orme. Cter l'égalté tragulare reversée. 2.2. Normes usuelles

Plus en détail

APPLICATION DE HODGE-TATE DUALE D UN GROUPE DE LUBIN-TATE, IMMEUBLE DE BRUHAT-TITS DU GROUPE LINÉAIRE ET FILTRATIONS DE RAMIFICATION

APPLICATION DE HODGE-TATE DUALE D UN GROUPE DE LUBIN-TATE, IMMEUBLE DE BRUHAT-TITS DU GROUPE LINÉAIRE ET FILTRATIONS DE RAMIFICATION APPLICATION DE HODGE-TATE DUALE D UN GROUPE DE LUBIN-TATE, IMMEUBLE DE BRUHAT-TITS DU GROUPE LINÉAIRE ET FILTRATIONS DE RAMIFICATION LAURENT FARGUES Résumé. L un des buts de cet artcle est de décrre l

Plus en détail

Synthèse de cours PanaMaths Divisibilité et congruences

Synthèse de cours PanaMaths Divisibilité et congruences Synthèse de cours PanaMaths Divisibilité et congruences Rappelons que, sans plus de précision, «nombre entier» désigne un élément de. Division euclidienne Diviseurs Soit a et b deux nombres entiers. On

Plus en détail

Feuilles de style CSS

Feuilles de style CSS Feulles de style CSS 71 Feulles de style CSS Les standards du web Les langages du web : le HTML et les CSS Depus la verson 4 de l'html (décembre 1999), le W3C propose les feulles de style en cascade, les

Plus en détail

Chapitre III : PGCD, Théorème de Bézout, Théorème de Gauss

Chapitre III : PGCD, Théorème de Bézout, Théorème de Gauss Terminale S (Spécialité) Chapitre III : PGCD, Théorème de Bézout, Théorème de Gauss Année scolaire 2015/2016 I) PGCD de deux entiers naturels : 1) Définition : Soient a et b, deux entiers naturels non

Plus en détail

Electronique TD1 Corrigé

Electronique TD1 Corrigé nersté du Mane - Faculté des Scences! etour D électronque lectronque D1 Corrgé Pour un sgnal (t) quelconque : 1 $ (t) # MOY! (t) dt 1 FF! (t) dt (t) MX MOY mpltude crête à - crête mpltude Mn Pérode t emarque

Plus en détail

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre Hansard OnLne Gude relatf au Unt Fund Centre Table des matères Page Présentaton du Unt Fund Centre (UFC) 3 Utlsaton de crtères de recherche parm les fonds 4-5 Explotaton des résultats des recherches par

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

- Tracer une droite dans le plan repéré. - Interpréter graphiquement le coefficient directeur d une droite.

- Tracer une droite dans le plan repéré. - Interpréter graphiquement le coefficient directeur d une droite. www.mathsenlgne.com 2G3 - EQUATINS DE DRITES CURS (1/5) CNTENUS CAPACITES ATTENDUES CMMENTAIRES Drote comme courbe représentatve d une foncton affne. - Tracer une drote dans le plan repéré. - Interpréter

Plus en détail

CLASSICITÉ DE FORMES MODULAIRES SURCONVERGENTES. par. Stéphane Bijakowski, Vincent Pilloni et Benoît Stroh

CLASSICITÉ DE FORMES MODULAIRES SURCONVERGENTES. par. Stéphane Bijakowski, Vincent Pilloni et Benoît Stroh CLASSICITÉ DE FORMES MODULAIRES SURCONVERGENTES par Stéphane Bjaows, Vncent Pllon et Benoît Stroh Résumé. Nous généralsons le crtère de classcté de formes modulares surconvergentes sur les courbes modulares

Plus en détail

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire P. HUBERT La plupart des exercices ci-dessous se trouvent dans les livres suivants : - E. Leichtnam, X. Schaeur, Exercices corrigés de mathématiques

Plus en détail

PGCD ET PPCM. Par convention, dans ce paragraphe, lorsque l on parlera de diviseurs d un entier naturel, il s agira toujours des diviseurs positifs.

PGCD ET PPCM. Par convention, dans ce paragraphe, lorsque l on parlera de diviseurs d un entier naturel, il s agira toujours des diviseurs positifs. PGCD ET PPCM I. Plus grand commun diviseur Par convention, dans ce paragraphe, lorsque l on parlera de diviseurs d un entier naturel, il s agira toujours des diviseurs positifs. 1. Diviseurs communs à

Plus en détail

Ensembles-Applications

Ensembles-Applications Ensembles-Applications Exercice 1 : Soient A = {1,2,3} et B = {0,1,2,3}. Décrire les ensembles A B, A B et A B. Allez à : Correction exercice 1 : Exercice 2 : Soient A = [1,3] et B = [2,4]. Déterminer

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Arithmétique Algorithmique http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Partie III Algorithmes classiques 1 Coût de la multiplication et de la division 2 Exponentiation rapide 3 Algorithme d Euclide

Plus en détail

ARITHMETIQUE. I/ Divisibilité dans Z :

ARITHMETIQUE. I/ Divisibilité dans Z : ARITHMETIQUE I/ Divisibilité dans Z : Définition : Soit a et b deux entiers relatifs. On dit que a est un multiple de b s il existe un entier relatif k tel que a=k.b Si de plus b 0, alors on dit aussi

Plus en détail

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume.

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume. Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Machines de Turing. Chapitre 14 14.1. DÉFINITION ET FONCTIONNEMENT

Machines de Turing. Chapitre 14 14.1. DÉFINITION ET FONCTIONNEMENT Chapitre 4 Machines de Turing Dans ce chapitre on présente un modèle de calcul introduit dans les années 3 par Turing, les machines de Turing. Ces machines formalisent la notion de calculabilité. La thèse

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

DÉCOMPOSITION ATOMIQUE DES ESPACES DE BERGMAN

DÉCOMPOSITION ATOMIQUE DES ESPACES DE BERGMAN Publcacons Matemàtques, Vol 39 (1995), 285 299. DÉCOMPOSITION ATOMIQUE DES ESPACES DE BERGMAN F. Symesak Abstract The am of ths paper s to establsh the theorem of atomc decomposton of weghted Bergman spaces

Plus en détail

Terminale S Les ROC : complexe/géométrie à connaître.

Terminale S Les ROC : complexe/géométrie à connaître. Termnale S Les ROC : complexe/géométre à connaître Vous trouvere c les démonstratons que vous ave offcellement dues fare en cours (dans le programme) Il est mportant de précser que cela ne sgnfe en aucun

Plus en détail

Ajustement affine par les moindres carrés

Ajustement affine par les moindres carrés 1. Nveau Termnales STG et ES Ajustement affne par les mondres carrés 2. Stuaton-problème proposée Introducton à la méthode des mondres carrés. 3. Support utlsé Tableur et calculatrce. 4. Contenu mathématque

Plus en détail

DEFINITIONS ET PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA RDM

DEFINITIONS ET PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA RDM DEFINITIONS ET PRINCIPES FONDMENTUX DE L RDM 1 OJET DE L RDM PRINCIPES DE L STTIQUE.1 Défnton de l équlbre statque.1.1 Epresson du torseur des actons, moment d une force.1. Sstèmes de forces dvers 3. Les

Plus en détail

Exo7. Devoir à la maison et sujet de partiel. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud. Exercice 1 Soit d non rationel.

Exo7. Devoir à la maison et sujet de partiel. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud. Exercice 1 Soit d non rationel. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud Exo7 Devoir à la maison et sujet de partiel Exercice 1 Soit d non rationel. Dans l anneau on definit la conjugaison" z : Z[ d] = {n + m d n,m Z} si z

Plus en détail

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I Rappels d Algèbre Linéaire de PCSI Table des matières 1 Structure d espace vectoriel sur IK 3 11 Définition et règles de calcul 3 12 Exemples de référence 3 13 Espace vectoriel produit 4 14 Sous-espaces

Plus en détail

Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre

Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre Exercice 1 On considère sur R la loi de composition définie par x y = x + y xy. Cette loi est-elle associative, commutative?

Plus en détail